Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Usine et le Bureau

 | 
Yves Lequin
, 
Sylvie Vandecasteele-Schweitzer
, 
Bourdelais
, 
et al.

Comment peut-on être contremaitre ?

Sylvie Vandecasteele-Schweitzer

Texte intégral

  • 1 M. Perrot, Histoire générale des techniques (dir. M. Daumas), Paris, 1979, 600 p., t. 5, p. 491 et (...)
  • 2 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, 1977, t. 2., p. 154.

1Mais comment peut-on être contremaître ? Etre ouvrier, soit, cadre ou ingénieur, à la rigueur, mais contremaître ! Vilipendés par les représentations collectives, les petits chefs sont rassemblés par un désintérêt un peu méprisant à leur égard. Leur place dans l’atelier est surtout perçue comme disciplinaire ; garde-chiourmes, « chiens couchants du capital », dit-on au XIXe siècle ; flics, adjudants, incapables, lit-on pour le XXe siècle. La tradition, dont il n’est pas question de nier la légitimité, est d’opposer le contremaître du petit atelier, « intermédiaire naturel » entre patrons et ouvriers, à celui de l’usine mécanisée, où ce « sous-officier de l’entreprise est choisi pour sa poigne plus que pour sa compétence » et est « haï du monde ouvrier qui lui reproche son arrivisme, son incapacité, sa morgue de petit parvenu et sa lubricité envers les ouvrières »1 ; « impolis », « grossiers », « brutaux », « hostiles », « insolents », « antipathiques », « arrogants », « incapables » sont les qualificatifs les plus fréquents pour se plaindre des contremaîtres qui cristallisent des griefs fort variés2. Comment peut-on donc être contremaître ? En conjuguant délation, mouchardage, ancienneté, souplesse d’échine, bref, par flagornerie.

  • 3 Y. Lequin, « Apprenticeship in France », dans S. Kaplan et C. Kopp, Work in France, Cornell Univer (...)

2On l’aura deviné, ces images sont un peu simples, ne serait-ce que par l’absence d’un contrepoint technologique. Etre contremaître est bien un métier, même si celui-ci est rarement décrit : pour l’apercevoir est requise une attention à la vie productive des ateliers et non plus seulement aux projets industriels des uns ou à la dure vie des autres. Que sont, que font les contremaîtres du XIXe siècle ? Surveiller et punir, certes, mais encore ? Il y a peu d’études françaises sur la vie des usines, au jour le jour, et les témoignages sont tardifs ; Denis Poulot, en polémiste, Louis Lengrand, Xavier Charpin, Gaston Lucas en autobiographes, un peu trop typés : la mine d’un côté, le quasi-artisanat de l’autre. Et les autres, tous les autres : dans la sidérurgie, le textile, la chimie, la mécanique, groupés par dizaines, centaines, milliers ? Pour l’instant, on ne peut que supputer : c’est dans les années 1920 que le contremaître est repérable dans les discours et les pratiques patronales, parce qu’avec l’apparition de l’organisation scientifique du travail, ses attributions changent. Les décideurs parlent alors du « contremaître moderne » : on imagine a contrario qu’il y a un contremaître ancienne manière, plus ancré, plus attaché à la maîtrise des métiers traditionnels, ceux-là qui nécessitaient ces apprentissages rêvés par le XIXe siècle3. Ce qui ne signifie pas que le nouveau contremaître n’aura plus de métier, car, comme pour les ouvriers, l’O.S.T. n’est pas exactement une déqualification massive ; s’il y a déqualification d’un côté, il y a requalification de l’autre, et on verra que pour les contremaîtres celle-ci passe même par une formation spécifique.

3Cependant, d’un temps industriel à l’autre, les ressorts fondamentaux de la fonction restent les mêmes : savoir technique et autorité. Bien sûr, l’on n’en finirait pas d’énumérer ce qui différencie tel contremaître en fin de carrière dans une filature de cet autre, jeune ingénieur frais émoulu de son école. Leur lieu commun reste quand même l’atelier où l’on produit, et leur dénomination. Contremaître, contremaître, agent de maîtrise : des glissements de langage datés qui disent l’évolution du métier. Apparu sous la Monarchie de Juillet, le terme est emprunté au vocabulaire de la marine, où le contremaître est le troisième officier de manœuvre du navire, au-dessous du maître d’équipage et de son second ; sur ceux-ci, point d’équivoque, les figures de l’ingénieur et du directeur prennent aisément place ; c’est dans le préfixe, dans le « contre » que va se fixer l’incertitude de l’être-contremaître : le Littré note qu’il est à prendre dans la double acception de « l’à-côté » et de « l’inférieur » ; mais à côté de qui ? du maître ? du second ? des ouvriers ? sans doute et des uns et des autres. Au gré de situations concrètes diverses, le contremaître est balancé dans un entre-deux, coincé dans des rôles contradictoires métaphorisés dans l’expression : « on était pris entre le marteau et l’enclume ». Pour reprendre un terme de marine, ils sont toujours « à contre ».

  • 4 J.P. Daviet, La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, thèse d’État, Paris I, 1983, 1800 p., da (...)
  • 5 P. Mioche et J. Roux, Henri Malcor, un héritier des maîtres de forges, Paris, 1988. 350 p., p. 119

4Etre contremaître c’est tout à la fois posséder et appliquer des savoir-faire et exercer une autorité. La légitimité fondamentale est ancrée dans les compétences techniques, mais il n’y a pas vraiment de travail type du contremaître, ses attributions varient largement selon la taille et les buts productifs de l’entreprise. Il peut commander à cinq ou deux cent cinquante personnes, être noyé parmi ses pairs ou exercer seul, directement sous les ordres du patron, surveiller la chaîne, des coulées d’acier, un atelier de réparations. Chez Saint-Gobain, en l’absence d’instruments de contrôle pour la marche des fabrications, c’est lui qui sait voir et sentir, qui distingue ce qu’il y a d’anormal dans le changement de couleur d’une fumée. D’un atelier à l’autre, les appellations changent d’ailleurs : contremaître à la Soudière, chef potier à la glacerie, chef de halle plus loin4. A la Compagnie des Forges et Ateliers de la Loire, c’est par contre le mot qui ne recouvre pas le même type de métier : « les contremaîtres de la sidérurgie étaient surtout des meneurs d’hommes, leurs connaissances techniques étaient rudimentaires ; les contremaîtres des laminoirs étaient plus évolués mais ils n’étaient en rien comparables à des contremaîtres de la mécanique quant à leurs compétences techniques »5. Il y a donc une véritable hiérarchie des compétences, des savoirs divers mobilisés dans une même entreprise. Sans vouloir systématiquement multiplier les typologies, il faut bien souligner cette diversité des qualifications requises pour exercer le métier de contremaître dans les grandes usines, au XIXe comme au XXe siècle.

  • 6 J.P. Burdy, Soleil Noir, thèse Lyon 2, 1986, 1160 p., p. 835.
  • 7 A. Blasquez, Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, 280 p, p. 121.
  • 8 Id., p. 56.

5A l’opposé, dans de petites entreprises, comme chez Grimand à Saint-Etienne, « faire le contremaître », c’est précisément être au-dessus des qualifications, sans distinction ni a priori : on fait le manœuvre en déchargeant les camions, l’ouvrier qualifié en remplaçant les absents et les heures supplémentaires du soir pour finir le travail et honorer les commandes6. Cette polyvalence, Gaston Lucas la décrit lui aussi : il ouvre les portes le matin, distribue le travail, s’occupe de « tout », y compris la comptabilité7 ; elle est vécue comme positive, créative, opposée à la répétitivité du travail, même si elle se facture dans les rémunérations : « la métallurgie nous les prenait tous ; j’ai dit un jour à un gars : à la SNECMA, la paye c’est bien joli, mais tu vas devenir un robot ; si tu étais resté serrurier, tu aurais pu faire un chef d’équipe et même un contremaître »8. De fait, le contremaître est le premier maillon de l’échelle hiérarchique à être payé au mois et non à la tâche, aux pièces ou à l’heure.

  • 9 « Le contremaître moderne », Revue de Métallurgie, 1919.

6Dès le XIXe siècle, dans les usines, les fonctions du contremaître ressemblent bien à celles que décrit G. Lucas. Ses savoirs recouvrent l’ensemble du procès de fabrication et sa place est considérable : le contremaître est chargé de la partie administrative de son atelier, il prépare le travail, en dirige l’exécution, en vérifie la qualité et la quantité ; il perfectionne les méthodes, établit les prix de revient ; souvent il embauche et débauche le personnel : « bref, il constitue à lui seul un bureau de préparation tout entier, avec cette différence que souvent il est seul pour constituer le personnel de ce bureau »9. Même au sein d’une grande usine, il est en fait l’héritier direct des anciennes pratiques de marchandage, plus articulées autour du marché que du fonctionnement interne de l’entreprise ; il a une large autonomie professionnelle.

  • 10 Règlement général des usines Renault, 1905, reproduit dans le Bulletin de la R.N.U.R., no 1.
  • 11 C. Chevandier, Bœufs et voituriers, les ateliers de chemin de fer d’Oullins, 1938-1947, mémoire de (...)
  • 12 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.
  • 13 Archives Départementales de la Loire, dossier 155 344, conférence aux Gouverneurs, 1932.
  • 14 C. Auzias et A. Houël, La grève des ovalistes, Paris, 1982, 182 p., p. 64.

7Dans les attributions du contremaître aussi, bien plus que la discipline, entre la sécurité. Même un règlement de réputation draconienne comme celui des usines Renault le montre : « MM. les contremaîtres sont priés de faire observer très strictement que : il est formellement interdit aux ouvriers de monter aux transmissions ou aux renvois de leurs tours (...) ; il y a interdiction formelle de laisser travailler les apprentis à tout endroit présentant un danger ». Des nombreux alinéas, ceux-là seuls se conjuguent au mode impératif, les autres fonctions règlementaires sont énoncées au futur de politesse : les contremaîtres devront, veilleront...10. Il en va de même dans les ateliers de chemin de fer où le contremaître doit préciser les particularités du poste de travail, « notamment du point de vue de la sécurité, en signalant les emplacements dangereux »11. Même si, avec le temps, les fonctions du chef sont parfois simplifiées à outrance (« votre rôle consiste à avoir raison, voilà ce qu’on nous disait » rapporte L. Lengrand), diriger la production tout comme faire régner la sécurité impliquent du savoir-faire et de l’autorité. Celle-ci est déléguée par la hiérarchie et légitimée par elle seule : « la première condition pour commander, c’est d’en avoir le droit et ce droit le contremaître le tient de ses chefs »12. Dans les mines, les termes sont identiques : « l’autorité du gouverneur (ou porion) vient de deux sources : de l’entreprise qui lui confère son titre et de sa valeur personnelle faite de ses connaissances professionnelles et de ses qualités morales »13. Ces savoirs différents sont souvent attribués au privilège de l’âge — c’est le cursus du couronnement de carrière avec la fonction de commandement — et parfois des liens familiaux ; au XIXe siècle, chez les ovalistes, le frère du patron, sa femme, sa belle-mère font le contremaître14.

  • 15 L. Lengrand et M. Craipeau, Louis Lengrand, mineur du Nord, Paris, 1974, 188 p., p. 94.
  • 16 Id., p. 94.

8Légitimité, responsabilités mais renoncements aussi. Devenir contremaître, c’est rompre des liens avec ses compagnons, s’isoler, avec le sentiment de renier ses origines ; certains le ressentent, douloureusement : « mon père m’avit toujours dit : il ne faut pas accepter une lampe à huile ; plutôt travailler que commander ; j’avais quand même le sentiment de trahir »15. Commander n’est donc pas un travail digne de ce nom. Les syndicats ouvriers y sont d’ailleurs longtemps sensibles : pour eux, promotion égale exclusion. Il faut attendre 1396 pour qu’ils soient acceptés à la C.G.T. où est aussi créée une section « techniciens ». Ceux qui ont écrit disent pourtant le malaise, l’entre-deux, la difficulté du choix d’un camp quand la société civile bouge ; à la Libération, certains prennent leur carte et à la C.G.C. et à la C.G.T.16.

  • 17 Y. Cohen, Mais qui sont donc ces techniciens sociaux, Peugeot-Sochaux ?, Colloque « Le Front Popul (...)
  • 18 Louis Lengrand, ouvrage cité, p. 88.

9Savoir technique, savoir du commandement, sens de la prévention. Même si le patronat connaît le profil du contremaître idéal, il ne le pratique pas toujours, par indifférence à une fonction pensée subalterne : « on n’a pas toujours accordé assez d’importance à la nomination d’un contremaître, dit un directeur de Peugeot en 1938 ; nous souffrons d’une éducation insuffisante de la maîtrise »17. A l’autre bout de l’échelle hiérarchique, Louis Lengrand parle le même langage : « de mon temps (entre les deux guerres) un type qui allait à la messe, même s’il n’avait pas d’instruction, il pouvait monter en grade ; les ingénieurs, ils allaient tous à la messe et ils faisaient plutôt plaisir à ceux qu’ils y voyaient plutôt qu’à un autre »18. Faire plaisir ! Le dédain est patent. Dans la foule indistincte des candidats à la promotion, les décideurs choisissent ceux qu’ils aperçoivent — parce qu’ils se font bien voir —,ceux qui jouent le registre de l’intégration des valeurs propres à l’entreprise et s’astreignent en l’occurrence à une heure supplémentaire dominicale.

  • 19 Id., p. 88.
  • 20 X. Charpin, L’adieu différé, Saint-Etienne, 1981, 185 p., p. 42.
  • 21 CAFL Formation, no°015, p. 8.
  • 22 D. Poulot, Le Sublime, préfacé par A. Cottereau, Paris, 1980, 413 p., p. 17.

10Même si les parvenus du parvis ce sont toujours les autres « moi, ce n’était pas pareil, on savait que j’étais courageux »19 —, les résultats demeurent inquiétants et, dans les mines au moins, c’est bien d’analphabétisme qu’il s’agit : « il y avait même des porions qui ne pouvaient pas faire leur rapport, parce qu’ils ne savaient pas lire (...) ; mon oncle, c’est sa fille qui était instruite qui faisait les fiches de paye pour les ouvriers » précise L. Lengrand ; Xavier Charpin confirme : « je trouvais curieux qu’un adjoint accompagne le chef de taille le matin pour écrire le nom des piqueurs ; la raison en était infiniment simple, le chef ne savait pas lire »20. Hasard des témoignages ? Insuffisance spécifique des porions ? On est là dans la France de l’entre-deux-guerres, celle de l’alphabétisation et ces manques sont d’autant plus remarqués qu’ils accroissent les distorsions hiérarchiques. Mais, sait-on qu’en 1969 encore, à la C.A.F.L., la formation des agents de maîtrise s’adressait aussi à des candidats ne possédant qu’un « niveau scolaire très faible » et « devant renouer avec les notions élémentaires de français et de calcul »21. Voilà le revers d’une promotion qui exclut longtemps la formation et la sélection sur des critères de savoir, d’une promotion qui privilégie l’ancienneté et l’enracinement dans l’entreprise. Elle était déjà décrite sans aménité par Denis Poulot qui classait les « aspirants contremaîtres » parmi les « ouvriers vrais », ceux qui savent qu’il y a « plus de bénéfice à s’attacher à un patron consciencieux qui finira par l’apprécier et lui donner sa confiance »22. Toutes promotions empreintes d’indifférence et de mésestimation du rôle de rouage des contremaîtres.

  • 23 E. Mattern,Mémoires, archives privées.
  • 24 Henri Malcor..., ouvrage cité, p. 85.

11Quand l’enjeu n’est plus le seul usage de l’écriture, les impasses sont réelles ; chez Citroën, le directeur des fabrications ne compte plus les machines nouvelles et performantes mises au coin par des contremaîtres qui en ignorent le maniement23. Ailleurs, certains s’enferment pour celer des pratiques productives dépassées : « à l’atelier où on tournait des cylindres, c’était le contremaître qui choisissait les calibrages, qui disait comment il fallait usiner les cylindres ; l’ingénieur n’avait pas son mot à dire, le chef de service n’avait pas le droit d’entrer »24. Sans doute ces cas ne sont-ils pas généralisables et sont-ils d’autant mieux relevés, qu’il s’agit d’industries mécaniques où le train-train ne peut guère s’installer. Il n’empêche : ces témoignages sont-ils seulement le reflet d’une perpétuelle bataille de principe entre l’ingénieur ou le contremaître ? ou un des aspects de la vie d’usine que l’on connaît encore mal et avec lequel l’on devrait composer : les affrontements ne seraient pas seulement ceux des patrons et des ouvriers, mais bien aussi, au jour le jour, ceux qui tournent autour des différentes manières de produire des objets. Face à cette situation qui, au bout du compte, empêche la progression de l’innovation, les industriels vont former les contremaîtres, pour briser leurs résistances.

  • 25 Archives Nationales, F. 17 14341, Rapport sur la création de l’école de Cluny, 1890.
  • 26 A.N., F 17 14341, Programme de l’école de Cluny, 1891.
  • 27 A.N., F 17 14342, Note de la commission d’inspection de l’enseignement industriel, 1901.

12En fait, l’Etat avait déjà tenté cette formation à la fin du XIXe siècle, dans le cadre de l’enseignement national dispensé par les E.N.A.M. dont l’objectif premier était de former « des ouvriers d’élite et des contremaîtres ». Les buts étaient alors uniquement de formation technique ; la fonction de commandement n’était même pas mentionnée, le pouvoir n’était que savoir : « la qualité dominante du contremaître est de pouvoir réaliser mieux qu’aucun des ouvriers placés sous ses ordres, les travaux confiés à ses soins »25. Outre les dizaines d’heures d’atelier, l’école républicaine prévoyait quand même une formation générale avec cinq heures par semaine consacrées à la morale et à l’instruction civique (cours assuré à ses débuts par Denis Poulot), au français, à l’histoire et à la géographie26. En fait, en 1906, le diplôme délivré par les Arts et Métiers devient celui d’ingénieur et le relais de la formation des contremaîtres est tenté par les écoles pratiques d’industrie et les écoles nationales professionnelles qui « paraissent en mesure de former les contremaîtres nécessaires à notre industrie »27. Mais toujours sans diplôme, c’est-à-dire sans reconnaissance institutionnelle ; ces centres produisent donc des ouvriers très qualifiés qui, peut-être, deviendront contremaîtres, mais par d’autres voies que celles de la formation estampillée par une peau d’âne.

  • 28 A.N. F 17 14319 et 14364, Nouveaux programmes des E.N.A.M.
  • 29 M. Bader, membre de la Commission de l’enseignement professionnel, vers 1880, cité par Y. Legoux, (...)

13C’est d’ailleurs à cette charnière du siècle que s’élaborent les controverses sur ce qui fonde l’autorité du chef, sur les fonctions différenciées que remplissent le savoir-faire et ce savoir général, susceptible d’ouvrir les esprits et donc les pratiques. Entre 1891 et 1895, l’inspecteur de l’enseignement industriel polémique avec l’inspecteur académique : « -il vaut mieux enseigner aux élèves des E.N.A.M. de la mécanique que de l’histoire ancienne ; — je ne suis pas d’accord, dit le second, avec la diminution de l’instruction théorique ; il faut former des ouvriers aptes à devenir des maîtres »28. Les E.N.A.M. garderont leur enseignement mixte, pour les ingénieurs. Et pour ce qui est des contremaîtres, l’Etat va de fait abandonner la place : en France, ce métier s’apprendra à l’atelier, selon des critères souvent déterminés par une idée largement répandue, mais qui s’avérera fausse parce qu’elle fait fi des développements technologiques sophistiqués : « les contremaîtres se prennent parmi les ouvriers les plus intelligents et les plus moraux ; on ne leur demande pas précisément de la science, mais plutôt de l’expérience et de la force de caractère ; cela ne s’apprend pas sur les bancs de l’école »29. Force de caractère, art et manière de commandement, importance des maillons hiérarchiques intermédiaires : c’est tard, dans les années 30, que le patronat formule la nécessité de jouer des « relations humaines ». Mais on ne voit guère comment, jusque-là, les contremaîtres auraient pu en faire l’économie.

  • 30 Cité par O. Cinqualbre, « La mise en schémas de l’usine (1910-1930) », dans « L’espace de l’usine  (...)
  • 31 « Le contremaître moderne », article cité.

14C’est la mise en place de l’organisation scientifique du travail, et tout spécialement du taylorisme, qui bouscule les savoirs et les travaux, y compris ceux du contremaître. Toute l’organisation de l'usine est transformée, des nouveaux services apparaissent, dont la décomposition des tâches et le chronométrage ne sont qu’un des aspects. Les organigrammes disent comment le service de la main-d’œuvre recrute, le service du personnel gère et surveille, la comptabilité et le service des méthodes déterminent les salaires et leur système, comment « le bureau d’étude fabrique et l’atelier copie »30. Un tiers des effectifs est maintenant considéré comme improductif. Certaines qualifications sont hachées menu, d’autres émergents, mais un des points nodaux de l’organisation de l’usine nouvelle est la dépossession des contremaîtres de leurs pouvoirs. D’autonomes ils vont devenir dépendants. Leur pragmatisme, leur expérience vont devoir céder le pas à la science produite par les services qui les dépossèdent. Les études menées par exemple sur les entreprises d’automobiles montrent, entre les deux guerres, le pas à pas de cette lutte. Mais dès 1919, une partie des industriels avait prévu cette révolution : « il faut que les contremaîtres se préparent à leur nouveau rôle, le contremaître « vieille école » doit disparaître (...) ; ils doivent quitter la place où ils sont maîtres à la fois de l’outillage et du personnel, pour accepter un rôle d’apparence modeste que leur réserve la préparation des fiches de travail » ; quant à ceux qui ne peuvent s’adapter parce qu’ils « sont trop vieux à 45 ou 50 ans », ou que leur « amour-propre est trop sensible à cette baisse de prestige », ils n’ont qu’à — comble du système — peupler les bureaux de préparation du travail où leurs connaissances et leur expérience seront bien utilisées31.

  • 32 Usines Renault, note de 1923, reproduite dans le Bulletin R.N.U.R., 1973.
  • 33 L. Renault, « A propos de la formation des agents de maîtrise », Bulletin officiel de la Chambre s (...)

15Exécutant d’ordres désormais venus d’ailleurs, le contremaître passe aussi de longues heures à remplir les papiers et bons divers utilisés par le nouvel ordonnancement pour contrôler le flux productif. Ainsi, chez Renault, le bon no°401, émis par le contremaître, est soumis au visa du bureau central ; il sert à prélever en magasin les pièces et matières qui n’ont pas fait l’objet de cartons d’usinage, d’étude ou de montage ; ces prélèvements sont nécessaires pour l’exécution des travaux commandés par le bon no°136 (réparation) ou 73 (préparation des commandes)32. Doublé par de nombreux chefs d’équipe qui veillent à la production, par le service d’entretien qui répare, le contremaître n’a plus guère d’occasions de salir sa blouse blanche et on lui construit souvent un bureau vitré dans l’atelier. Comme le dit en raccourci Louis Renault, « on peut dire qu’autrefois les ouvriers étaient au service de la maîtrise (...) ; aujourd’hui, c’est la maîtrise qui est au service de l’ouvrier »33. Et cela ne va pas sans difficulté, car « malheureusement notre maîtrise a de la peine à se plier à ces nouvelles méthodes qui exigent d’elles de la prévoyance, de l’ordre, un contrôle et une attention de tous les instants ».

  • 34 « Mais qui sont donc... », article cité.
  • 35 Id.

16Les mutations inscrites dans l’O.S.T. sont de surcroît accentuées par les événements de mai-juin 1936 et l’échappée belle des ouvriers. Les contremaîtres, déjà accusés d’indiscipline, d’hostilité aux nouvelles méthodes, d’imprévoyance, sont maintenant responsables des grèves : « ils ne savent même pas commander ! » dit-on chez Renault et un directeur de Peugeot les met directement en cause : « vous n’avez probablement pas eu sur certains de vos ouvriers la bonne influence qu’il fallait, c’est ce qui explique l’occupation »34. Et ces reproches ne sont peut-être pas tout à fait injustifiés ; au milieu des années trente, les contremaîtres ont beaucoup perdu de leurs prérogatives et sont aussi un peu perdus ; ils ont besoin d’assises renouvelées pour redéfinir leurs fonctions. Durant les grèves, ils ont de fait été en première ligne, y compris physiquement (non seulement conspués, mais rossés). Avant la mise en place d’interlocuteurs spécifiques, comme les relations avec le personnel chez Renault, la direction de la main-d’œuvre chez Peugeot, ils sont seuls : « avant, c’était le directeur de chaque usine, c’était le contremaître, c’est tout, il n’y avait rien d’autre »35.

  • 36 A.N. 91 AQ 3, note de 1937.

17Difficile moment donc que celui où la remise en cause du statut technique par les entrepreneurs croise celle, sociale, des ouvriers. Face à cette double brèche, le patronat met en place des mesures de longue haleine : la formation et le changement de statut des contremaîtres. La formation prend d’abord la voie la plus rapide, celle des cours de recyclage. Ceux-ci sont d’ailleurs prévus par la loi Astier de juillet 1925 : les entreprises dispensant leurs propres cours de formation sont exonérées de la taxe d’apprentissage (0,2 % des salaires). Dans les grandes usines, ces cours sont étendus à l’encadrement. En 1937 existent chez Renault un cours pour les cadres supérieurs et un pour les cadres moyens ; ils ont lieu trois fois par semaine, pour 70 à 100 auditeurs ; ce sont des cours techniques (géométrie, algèbre, mécanique...) donnés par les ingénieurs de la maison. La direction, sensibilisée aux problèmes de recrutement, envisage d’instituer un examen qui permettrait le succès au « mérite seul ». Parallèlement, elle cherche à définir de nouveaux paramètres : « on peut se rendre compte des qualités des contremaîtres (bon travail, bonne santé, aptitude à l’organisation et au commandement) par les références ; par une conversation de quelques minutes ; par un examen écrit (traiter en une page au maximum en quoi consistait le travail qui vous était confié) ; il est toujours utile de posséder un échantillon graphologique du candidat »36. Aptitude à l’organisation, maîtrise de la langue et de l’écriture, introduction des sciences humaines : ce sont bien de nouveaux critères de jugement et de sélection qui apparaissent.

  • 37 A. Citroën, note 2976 du 24 février 1933, archives privées.
  • 38 « A propos de la formation... », article cité.

18Aux usines Citroën, à la même époque, des conférences ponctuelles sont données aux contremaîtres pour améliorer les prix de revient, établir une collaboration plus étroite entre les différents services de l’usine ; cette formation est mise sur le même plan que la suppression des retouches et la diminution des stocks et c’est l’argument salarial qui est brandi : « il faut faire comprendre aux contremaîtres l’importance des résultats à obtenir, dont dépendent leurs appointements, liés en grande partie au prix de revient des voitures»37. Les cours ont lieu le soir, durant une heure et sont illustrés par films et photographies : après chaque exposé, un résumé est remis aux auditeurs pour constituer une documentation professionnelle, une base de discussion et d’échanges de vue entre les différents contremaîtres, « source de saine émulation qui contribue au perfectionnement technique des méthodistes et des producteurs ». Quant à Louis Renault ses rêves sont moins terre-à-terre : « pour éduquer et former nos agents de maîtrise, il nous sera facile de leur donner des exemples concrets et d’éveiller, par des exemples frappants, leur curiosité et leur initiative ; au bout de peu de temps, les questions de production et de rendement les passionneront, comme elles passionnent les agents de maîtrise dans d’autres pays »38.

  • 39 Louis Lengrand..., ouvrage cité, p. 93.
  • 40 Henri Malcor, un héritier..., ouvrage cité, p. 121.

19Dans les mines du Nord, les futurs porions suivent une formation accélérée par stages ; éducation physique et technique, toujours pour éradiquer les mêmes maux : « le premier jour, l’ingénieur professeur me demande de faire une racine carrée ; je lui dis : vous voulez rire ! moi, je connaissais les racines de carottes, pas les racines carrées. Ils nous expliquaient les engins de modernisation et patati et patata. Moi, des fois, je dormais »39. A la Compagnie des Aciéries et Forges de la Loire, ce sont aussi des mises en place successives de recyclage puis de formation ; jusqu’aux premières années de l’après deuxième guerre mondiale, les contremaîtres sortent du rang (« ce n’était pas une tare » précise H. Malcor) ; puis la C.A.F.L. organise une formation continue, et enfin une vraie formation théorique40.

  • 41 Archives Pont-à-Mousson, dossier 51 059, La formation professionnelle aux usines Citroën, 1927.

20En fait, c’est la voie que choisissent la plupart des entreprises pour le nouveau métier de contremaître. Les pionniers sont ceux qui baignent dans l’innovation, toujours les mêmes. A l’école de maîtrise d’André Citroën il y a, en 1927, six cents candidats ; cent soixante-dix sont admis et seulement soixante-quatre classés après un an d’enseignement et deux ans dans les ateliers ; le C.A.P. est exigé à l’entrée, les élèves ont entre 16 et 20 ans, ont un contrat d’apprentissage et sont payés. Leur journée (7h30 - 12h00, et 13h30 - 17h00) est partagée entre les cours théoriques et manuels, avec devoirs à la maison41. L’esprit qui anime les deux ans de stage dans les ateliers montre combien l’intégration des pratiques et des valeurs de la production rationalisée et l’innovation sont au cœur de la nouvelle formation des contremaîtres ; il ne s’agit plus là de profil-type comme au XIXe siècle, mais bien de pratiques adaptées à la réalité : dans les ateliers où ils sont affectés, sous la direction des chefs de service, les élèves apprennent le maniement et l’entretien des machines de fabrication en série et occupent, lorsqu’ils en sont capables, des postes de démonstrateurs, chronométreurs, préparateurs ; ils s’exercent à réaliser les usinages nouveaux ; dans ce cas ils font l’étude d’un montage au bureau de dessin, l’usinent dans l’atelier d’outillage et viennent ensuite le mettre au point sur la machine-outil de l’atelier de série ; là, ils ont également à former le manœuvre spécialisé chargé d’utiliser le montage : ils échappent ainsi à la division du travail qui existe entre le bureau de dessin, l’atelier d’outillage et l’atelier de série.

  • 42 Archives Pont-à-Mousson, dossier 25 051, notes de Marcel Paul, 1929-1930.
  • 43 A.N. F. 17 14356, note de 1891.
  • 44 Archives Pont-à-Mousson, dossier 51 056, note de 1931.
  • 45 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.
  • 46 Archives Pont-à-Mousson, dossiers 18 781 et 51 050, cours aux contremaîtres, 1931.

21Séduits par cet enseignement, les dirigeants de Pont-à-Mousson créent aussi leur école en 1931. Les effectifs y sont plus réduits — 7 personnes par promotion — et le recrutement différent : les élèves sont choisis parmi les ouvriers de l’entreprise titulaires d’un C.A.P. Là aussi, bien sûr, la formation technologique est l’idée-force, mais l’on y ajoute, de manière consistante, autre chose, nommé « culture générale », celle-là même dont on discutait déjà l’utilité au XIXe siècle. D’ailleurs, une polémique s’engage entre les différentes générations de décideurs. La vieille garde s’insurge : Marcel Paul : « ne fabriquons pas d’hommes de science, ni des quarts de science ; faisons des chefs ! »42 ; quarante ans auparavant, le directeur de l’école de Cluny avait employé les mêmes mots : « évitons les demi-savants, un contremaître n’a pas besoin des équations du second degré »43. En face, les novateurs : « M. Marcel Paul-Cavallier tient à leur faire donner un enseignement spécial susceptible de faire d’eux des chefs, sachant commander et sachant se faire obéir. Dans cet enseignement, on montrerait par quelques notions de philosophie et d'économie politique comment l’individu vit dans la société moderne, quelles sont ses aspirations, ses besoins, ses désirs. Nos jeunes contremaîtres ne sont pas déficients sur le plan technique mais sur le plan social et économique »44. La sociologie s’immisce elle aussi : « pour faire des observations à bon escient, il faut connaître les conditions générales de la vie des ouvriers, leurs besoins, leurs ambitions, leurs qualités, leurs défauts »45. Les cours de l’école de Pont-à-Mousson sont pourvus d’au moins six leçons sur l’organisation du travail ; la vie du travailleur ; le chef, ses qualités nécessaires et les principes du commandement ; l’hygiène et les accidents du travail ; la sélection professionnelle et la pédagogie46.

  • 47 Archives départementales de la Loire, dossier 155 344, cours aux gouverneurs, 1932.

22Dans la foulée de la crise des années trente, les mines du Centre et de Loire créent aussi une école de maîtrise (de « gouverneurs » selon leur terminologie) en 1954, prenant exemple sur celles de Sinle-Noble (1948) et de Forbach (1954) et s’inscrivant aussi dans une longue tradition de la mine ; les dangers de l’exploitation ont imposé très tôt la formation des porions, en particulier à l’école d’Alès au XIXe siècle. Les cours dispensés le sont aussi à de petits effectifs : 16 apprentis-chefs par promotion, tous déjà mineurs ; leur formation dure neuf mois, centrés naturellement sur la technique minière (levées de plans, abattage...) et un long programme de « formation générale ». Il y a là des données économiques et historiques, juridiques, mais aussi un enseignement civique. La spécificité est à chercher dans l’habitus des mines, soit « les sciences domestiques » : maison, jardin, élevage des animaux ; de plus, au chapitre de la formation technique, la section « sécurité et hygiène » comporte pour un tiers des propos sur la propreté du corps, des vêtements, des habitations, la nourriture, le repos et les voisins47. Devenir contremaître avec, dans son bagage, le b.a.-ba qui signe la mobilité sociale ascendante, la connaissance minimale des us et coutumes des autres.

  • 48 J. Frémontier, La vie en bleu, Paris, 1981, 326 p., p. 95.
  • 49 Henri Malcor, un héritier..., ouvrage cité, p. 121.

23Par ailleurs, dans la plupart des branches industrielles, l’évolution se marque non seulement dans la mutation des fonctions, mais aussi dans la langue, où un rapide glissement — en quelques années — remplace « le contremaître » par « l’agent de maîtrise ». Agent : celui qui fait, qui met en œuvre, qui met en mouvement (et même, dans un retour à la marine : ago : faire avancer les vaisseaux...). L’évolution sémantique dit l’évolution des sens du travail : l’agent de maîtrise est devenu l’agent d’un procès de production élaboré ailleurs. C’est une nouvelle place, un nouveau statut que lui assigne l’usine. Les formations et les cours techniques en témoignent, mais aussi ces cours de formation générale, qui produisent — ou sont supposés produire — d’autres effets. Grâce à eux, le nouvel agent de maîtrise doit creuser l’écart d’avec les ouvriers ; gérant plus que produisant, ses anciennes fonctions relayées par une hiérarchie inférieure et supérieure, la logique industrielle le fait basculer du côté des « cadres » en pleine émergence et en particulier des ingénieurs dont on tente de le rapprocher. Sinon, pourquoi donc ces cours d’histoire, d’économie, de genèse du travail humain, si ce n’est pour construire un embryon de culture commune, parallèlement à la rupture élaborée du coté ouvrier ; si le contremaître sait ses fréquentes origines ouvrières, l’agent de maîtrise souligne ce qui le classe parmi les classes moyennes48. Et un des dirigeants de P.A.M. écrit : « voilà des gens qui lisent les journaux, on parle là-dedans d’économie dirigée et ils ne savent pas ce que c’est ». Lacune sans importance pour un O.S. mais pas pour l’agent de maîtrise qui cantine avec les cadres ; pour lui, il faut créer de nouvelles apparences non sans quelque hauteur, car la note poursuit : « ces jeunes gens de 30 ans, on peut tout de même pas leur remettre des bouquins entre les mains ! ». Dans le code interne de l’entreprise, le livre est ainsi la marque, justement, de l’accès à la marche supérieure. A la C.A.F.L., Henri Malcor précise bien lui aussi qu’il a promu ingénieurs des agents de maîtrise, formés sur le tas, mais qui avaient cherché à se perfectionner par la lecture49.

  • 50 G. Lamirand, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, 2 éditions, 1932 et 1938.
  • 51 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.
  • 52 « Mais qui sont donc... », article cité.
  • 53 Maréchal Lyautey, Le rôle social de l’officier, Paris, réédition 1985, 143 p., première édition 18 (...)

24Le rapprochement voulu par le patronat entre ingénieurs et contremaîtres est aussi construit dans un autre registre. Dans la droite lignée des pratiques ingénieuriales — racontées dans le livre de G. Lamirand, Le rôle social de l’ingénieur50 –, le rôle social du contremaître est formulé, dans les mêmes termes, sur les mêmes thèmes ; il a désormais une mission hors de l’usine : « le rôle social du contremaître : il sera le conseiller obligeant qui guidera l’ouvrier dans certains actes de sa vie, spectateur des détresses morales et matérielles, il pourra intervenir pour les soulager »51. Chez Peugeot, les membres de la maîtrise sont conviés à être le support des œuvres sociales traditionnelles et non pas seulement d’organiser des «récréations et du sport avec lesquelles on ne changera pas les relations au commandement »52. Rôles sociaux qui, dans les deux cas, connotent un rôle social plus ancien, celui de l’officier du maréchal Lyautey, lui aussi formé dans une école : « à ceux qui viennent des écoles, on leur a parlé stratégie, balistique, géographie ; on leur a enseigné à instruire leurs hommes, mais leur a-t-on fait comprendre qu’il faut d’abord les aimer et conquérir leur affection ? »53

  • 54 M. Maurice, F. Sellier et J.J. Sylvestre, Politique d’éducation et organisation industrielle en Fr (...)
  • 55 P. Fridenson, « Le taylorisme en France », Annales E.S.C., sept.-oct. 1987, p.1041.

25Comment peut-on, donc, être contremaître ? A l’évidence de manière diverse selon les temps industriels. Et selon les textes. Textes qui ne rendent compte que des intentions patronales et d’itinéraires individuels. Il faudrait des chiffres. Des chiffres qui baliseraient les itinéraires géographiques et industriels et qui diraient qui sont les contremaîtres. Dans quelles proportions peut-on répartir les trois profils connus : le vieil ouvrier qui a là le couronnement de sa carrière, l’ouvrier qualifié décidé à une mobilité professionnelle, et aussi ce jeune ingénieur qui fait ses armes de futur directeur. Quelle est leur ancienneté dans l’entreprise ? Faut-il raisonner prioritairement sur leur intégration des valeurs de celle-ci ? Y a-t-il effectivement un système français — opposé par exemple au système allemand, qui privilégie la formation et la promotion « d’entreprise » et non pas par branches industrielles54 —, ce qu’il faut éviter de confondre avec l’opposition simple entre « contremaîtres formés sur le tas et nommés à l’ancienneté » et « contremaîtres familiarisés avec les livres, les calculs simples, le raisonnement en mécanique » : il s’agit bien d’une évolution, irrésistible, du contenu des fonctions des contremaîtres55. Autrement dit, les contremaîtres sont-ils ou non interchangeables, adaptables d’une usine à l’autre ? Et dans ce cadre, comment joue le nouveau statut productif imposé par l’O.S.T. : le métier s’efface-t-il devant le statut, la dé spécialisation joue-t-elle en faveur d’une polyvalence plus importante ? Y a-t-il avec l’organisation scientifique du travail et la production standardisée non seulement une interchangeabilité des pièces produites, mais aussi des hommes, un passage de l’intégration des valeurs de l’entreprise à l’assimilation des valeurs de la production des objets ?

Notes

1 M. Perrot, Histoire générale des techniques (dir. M. Daumas), Paris, 1979, 600 p., t. 5, p. 491 et suiv.

2 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, 1977, t. 2., p. 154.

3 Y. Lequin, « Apprenticeship in France », dans S. Kaplan et C. Kopp, Work in France, Cornell University press, Ithaca, New-York, 1987.

4 J.P. Daviet, La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, thèse d’État, Paris I, 1983, 1800 p., dactyl., p. 286.

5 P. Mioche et J. Roux, Henri Malcor, un héritier des maîtres de forges, Paris, 1988. 350 p., p. 119.

6 J.P. Burdy, Soleil Noir, thèse Lyon 2, 1986, 1160 p., p. 835.

7 A. Blasquez, Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, 280 p, p. 121.

8 Id., p. 56.

9 « Le contremaître moderne », Revue de Métallurgie, 1919.

10 Règlement général des usines Renault, 1905, reproduit dans le Bulletin de la R.N.U.R., no 1.

11 C. Chevandier, Bœufs et voituriers, les ateliers de chemin de fer d’Oullins, 1938-1947, mémoire de maîtrise, Lyon 2, 1986, 360 p., p. 81.

12 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.

13 Archives Départementales de la Loire, dossier 155 344, conférence aux Gouverneurs, 1932.

14 C. Auzias et A. Houël, La grève des ovalistes, Paris, 1982, 182 p., p. 64.

15 L. Lengrand et M. Craipeau, Louis Lengrand, mineur du Nord, Paris, 1974, 188 p., p. 94.

16 Id., p. 94.

17 Y. Cohen, Mais qui sont donc ces techniciens sociaux, Peugeot-Sochaux ?, Colloque « Le Front Populaire et la vie quotidienne des Français », Paris, C.R.H.M.S.S., 15-16 décembre 1986, 16 pages dactylographiées.

18 Louis Lengrand, ouvrage cité, p. 88.

19 Id., p. 88.

20 X. Charpin, L’adieu différé, Saint-Etienne, 1981, 185 p., p. 42.

21 CAFL Formation, no°015, p. 8.

22 D. Poulot, Le Sublime, préfacé par A. Cottereau, Paris, 1980, 413 p., p. 17.

23 E. Mattern,Mémoires, archives privées.

24 Henri Malcor..., ouvrage cité, p. 85.

25 Archives Nationales, F. 17 14341, Rapport sur la création de l’école de Cluny, 1890.

26 A.N., F 17 14341, Programme de l’école de Cluny, 1891.

27 A.N., F 17 14342, Note de la commission d’inspection de l’enseignement industriel, 1901.

28 A.N. F 17 14319 et 14364, Nouveaux programmes des E.N.A.M.

29 M. Bader, membre de la Commission de l’enseignement professionnel, vers 1880, cité par Y. Legoux, Du compagnon au technicien, l’Ecole Diderot et l’évolution des qualifications, 1873-1972, Paris, 1972, 560 p., p. 41.

30 Cité par O. Cinqualbre, « La mise en schémas de l’usine (1910-1930) », dans « L’espace de l’usine », Le Mouvement Social, dir. M. Perrot, no 125, p. 100.

31 « Le contremaître moderne », article cité.

32 Usines Renault, note de 1923, reproduite dans le Bulletin R.N.U.R., 1973.

33 L. Renault, « A propos de la formation des agents de maîtrise », Bulletin officiel de la Chambre syndicale des constructeurs d’automobiles, sept. 1928, no 193.

34 « Mais qui sont donc... », article cité.

35 Id.

36 A.N. 91 AQ 3, note de 1937.

37 A. Citroën, note 2976 du 24 février 1933, archives privées.

38 « A propos de la formation... », article cité.

39 Louis Lengrand..., ouvrage cité, p. 93.

40 Henri Malcor, un héritier..., ouvrage cité, p. 121.

41 Archives Pont-à-Mousson, dossier 51 059, La formation professionnelle aux usines Citroën, 1927.

42 Archives Pont-à-Mousson, dossier 25 051, notes de Marcel Paul, 1929-1930.

43 A.N. F. 17 14356, note de 1891.

44 Archives Pont-à-Mousson, dossier 51 056, note de 1931.

45 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.

46 Archives Pont-à-Mousson, dossiers 18 781 et 51 050, cours aux contremaîtres, 1931.

47 Archives départementales de la Loire, dossier 155 344, cours aux gouverneurs, 1932.

48 J. Frémontier, La vie en bleu, Paris, 1981, 326 p., p. 95.

49 Henri Malcor, un héritier..., ouvrage cité, p. 121.

50 G. Lamirand, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, 2 éditions, 1932 et 1938.

51 Archives Pont-à-Mousson, dossier 18 781, cours aux contremaîtres, 1931.

52 « Mais qui sont donc... », article cité.

53 Maréchal Lyautey, Le rôle social de l’officier, Paris, réédition 1985, 143 p., première édition 1891, p. 22.

54 M. Maurice, F. Sellier et J.J. Sylvestre, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne, Paris, 1982, 370 p.

55 P. Fridenson, « Le taylorisme en France », Annales E.S.C., sept.-oct. 1987, p.1041.

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540