Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Usine et le Bureau

 | 
Yves Lequin
, 
Sylvie Vandecasteele-Schweitzer
, 
Bourdelais
, 
et al.

Entre l’atelier artisanal et la manufacture taylorisée : les ouvriers du cycle à Saint-Etienne (1900-1950)

Jean-Paul Burdy

Texte intégral

  • 1 A. Vant (dir.), L’industrie du cycle à Saint-Etienne, mythes et réalités. Aspects économiques, tec (...)
  • 2 M. Zancarini, Une nouvelle usine pour une nouvelle classe ouvrière : idéologies et pratiques patro (...)

1Dans ce qui a été « le Coventry français » pendant un demi-siècle — l’expression est apparue localement en 1898 —, il ne reste plus actuellement qu’une douzaine d’entreprises de cycles ; et l’immense halle métallique de Manufrance où étaient fabriqués les célèbres cycles « Hirondelle » est une friche industrielle en voie de reconversion vers des activités du « tertiaire supérieur ». Après la passementerie, la mine et la métallurgie lourde, bases de la croissance rapide d’une ville de la première révolution industrielle, l’industrie du cycle ressort désormais de l’histoire industrielle et sociale, du patrimoine architectural et ethnologique. C’est dans cette perspective que le Musée d’Art et d’industrie de Saint-Etienne et le Ministère de la Culture ont financé, entre 1982 et 1984, une recherche collective sur les aspects historiques, économiques, techniques, culturels et sociaux du cycle stéphanois1. Le croisement des archives de la Chambre Syndicale Patronale, des très riches archives de l’entreprise Manufrance, et des transcriptions d’une enquête orale auprès d’un groupe d’ouvriers et ouvrières du cycle2, a permis, parmi d’autres thèmes d’étude, de rédiger des biographies collectives et, partant, de cerner les principales caractéristiques des carrières reconstituées des ouvriers du cycle : les phénomènes de mobilité, sous toutes leurs formes (géographiques, intersectorielles, intra- et intergénérationnelles, etc.), en sont le fil directeur.

L’industrie du cycle et ses salariés

  • 3 Cf. A. Vant, Essai de synopsis sur l’évolution de l'industrie stéphanoise du cycle, Rapport, pp. 1 (...)

2L’approche raisonnée de l’histoire du cycle stéphanois est rendue délicate par la structure atomisée des entreprises locales, par leur très fort taux d’instabilité et de mortalité, et par la pratique généralisée de la sous-traitance et du travail à domicile. La disparition rapide des archives privées en est la principale conséquence, difficilement comblée par les dossiers du syndicat patronal, et par quelques archives publiques3. Ces sources ont permis à André Vant d’ordonner une évolution complexe en trois phases exprimant plus la dynamique de structuration locale du cycle que le développement économique de l’activité. De 1886 (année de fabrication à Saint-Etienne de la première bicyclette française) à 1922 (année de crise sectorielle), le cycle connaît une diffusion lente et irrégulière, quoique vigoureusement impulsée, après 1918, par la reconversion d’une économie de guerre qui a laissé des profits élevés dans le bassin industriel de la Loire. La période 1923 (réorganisation de la Chambre Patronale) — 1951 (crise conjoncturelle et concentration structurelle) peut être considérée comme marquant l’apogée du cycle stéphanois : à la fois par le nombre d’entreprises, par les effectifs employés, et par les effets synergiques d’initiatives patronales (construction d’un vélodrome, Semaine annuelle du Cycle...). Malgré des crises à l’intensité et aux origines diverses (1927, 1932-1933, 1940-1946), le cycle est alors l’une des branches les plus dynamiques de l’industrie locale. À partir de 1951 s’amorce cependant un déclin structurel qui ira s’accélérant pendant trois décennies.

Tableau 1. Nombre d’entreprises stéphanoises adhérentes à la Chambre Syndicale Patronale (1898-1939)

1898 :31

1923 :101

1907 :47

1925 :174

1914 :49

1929 :156

1917 :53

1934 :117

1919 :75

1939 :135

1921 :87

1985 : 16

Sources : 1898-1939 Chambre Patronale ; 1985 : Répertoire des entreprises de la Loire, CCI, 1985.

  • 4 Le travail du fer pour la quincaillerie, les armes blanches puis à feu est largement attesté dès l (...)

3L’approche des phénomènes de mobilité de la main-d’œuvre impose une analyse préalable de l’origine et de l’évolution des entreprises du cycle. L’apparition des ateliers s’inscrit, en effet, dans la nébuleuse métallurgique stéphanoise, héritière d’une longue tradition de travail du métal4, dans un milieu de charrons, serruriers, mécaniciens et autres armuriers, plus inventifs que bons gestionnaires. André Vant souligne que la quarantaine de « maisons » de la fin du XIXe siècle s’installent au croisement de trois traditions locales : l’arme (Mimard et Blachon, cofondateurs de Manufrance sont, et restent, armuriers avant d’être fabricants de cycles) ; la mécanique (dans laquelle la main-d’œuvre oscille en permanence entre l’artisanat et le salariat) ; la métallurgie différenciée (qui fournit le cycle en pièces détachées, et parfois en capitaux). Dans la période considérée — 1900-1950 —, le « Coventry français » juxtapose donc :

4— une poussière d’ateliers familiaux, de « maisons » dont les raisons sociales comme les localisations dans l’espace urbain sont d’une extrême instabilité, dans un jeu quelque peu brownien ;

5— un groupe réduit de moyennes et grandes entreprises qui s’inscrivent dans la durée, et ont largement contribué à la renommée du cycle stéphanois, tout en associant presque toujours au cycle d’autres productions (armes, mécanique, etc.). Un tableau publié en 1919 rend bien compte de la taille moyenne réduite des entreprises :

Tableau 2. Effectifs salariés des 77 entreprises adhérentes à la Chambre Syndicale Patronale en mai 1919

Salariés

Nombre d’entreprises

1 à 19

23

20 à 49

21

50 à 99

18

100 à 299

12

+ de 300

3

  • 5 La Manufacture Française ne doit pas être confondue avec la Manufacture Nationale, arsenal d’Etat (...)

6La plus importante de ces entreprises est la Manufacture Française d’Armes et de Cycles, universellement connue sous l’appellation « Manufrance », et ici sous l’appellation très signifiante de « chez Mimard »5. Entreprise originale à plus d’un titre, depuis sa constitution en 1885, en associant une double production industrielle (l’arme et le cycle) à une activité commerciale de vente par correspondance appuyée sur le célèbre « Tarif-album » ; en étant dirigée de 1885 à1944 par une forte personnalité, Etienne Mimard, créateur et président de la Chambre Syndicale du Cycle de 1897 à 1923 ; en étant, enfin, organisée très tôt selon les principes tayloriens, d’abord dans la partie administrative (dès 1906), puis dans les bureaux d’études et les ateliers (à la fin de la Première guerre). Une forme « d’usine modèle », rationaliste dans sa conception et dans son architecture triomphale près du centre-ville, et qui tranche dans l’espace industriel stéphanois. Entre 1900 et 1960, elle emploie entre 1500 et 2500 salariés — 4500 en 1917 : selon la conjoncture 10 à 20 % travaillent dans les ateliers de cycles.

7Toutes entreprises confondues, le cycle occupe directement, entre 1900 et 1950, 3000 à 6000 personnes : entre le quart et le tiers des métallurgistes stéphanois. L’analyse d’un échantillon de plus de 220 « dossiers individuels du personnel » de Manufrance, et l’enquête orale ont permis de cerner la composition par sexe et par qualification de la main-d’œuvre du cycle : entre 15 et 25 % de femmes ; une très forte majorité de salariés non qualifiés. Dans l’entre-deux-guerres, la quasi-totalité des femmes, et environ les trois quarts des hommes entrent dans les classifications « d’ouvriers spécialisés », « manœuvres adaptés » et « manœuvres ordinaires ». Les carrières reconstituées sont très majoritairement discontinues et hachées. Une approche historique anthropologique permet d’éclairer les facteurs objectifs et subjectifs, collectifs et individuels, structurels et conjoncturels qui fondent cette instabilité.

Une mobilité structurelle et par nécessité

8Il ne peut être question d’épuiser ici l’ensemble des causalités : nous ne présentons que les plus évidentes, conscient de laisser de côté des éléments explicatifs liés, en particulier, à la question des âges et des générations, à celle de la taille de la famille, et au problème de la nationalité.

9Une instabilité inscrite dans les structures industrielles et leur espace urbain

10La grande majorité des ouvriers du cycle travaillent dans des petites ou moyennes entreprises, qui dépassent rarement une cinquantaine de salariés. Elles sont caractérisées par un très petit capital initial, par l’importance du travail familial, par l’absence constante d’une dynamique de la croissance, et par une grande sensibilité aux renversements de conjoncture. D’où leur instabilité économique, juridique et géographique. L’exemple de la « maison Bugnand et Frotton », installée en 1897 route de Saint-Chamond, est significatif : devenue, en 1898, « Bugnand et Compagnie », puis « Bugnand Frotton et Fanget », elle déménage au 54 rue Richelandière. En octobre 1903, l’un des trois associés s’installe à son compte rue Palissy : la maison reprend son appellation initiale de « Bugnand et Frotton ». Elle s’agrandit, en 1910, au 44 rue Richelandière. En août 1914, la raison sociale devient : « Bugnand et Frotton (Quelin successeur »). En mai 1924, on note enfin que la « maison Quelin (Rodamel successeur) » abandonne les locaux de la rue Richelandière... André Vant constate dès lors que « comprendre la signification de cette extrême mobilité nécessiterait de connaître tant l’écheveau des relations familiales et amicales que la dynamique récessive ou expansionniste propre à chacune de ces maisons », dont l’instabilité implique celle d’une majorité de leur main-d’œuvre.

11Celle-ci est accentuée par le rythme très saisonnier de l’industrie du cycle : la production est forte d’octobre à décembre, atteint son maximum au printemps et au début de l’été, régresse brutalement ensuite. La morte-saison estivale et automnale est une donnée constante, jusqu’à la Deuxième guerre au moins. A la haute-saison, le cycle aspire une main-d’œuvre nombreuse, au jour le jour pour les petites entreprises, quand les « grosses maisons » raisonnent en général à plus long terme en étalant production et embauche. En sens inverse, la « morte » du cycle refoule plusieurs milliers de salariés sur le marché de l’emploi du bassin industriel, vers des secteurs dont les rythmes saisonniers sont différents de ceux du cycle : beaucoup s’embauchent, par exemple, dans l’arme, dont la haute-saison précède de quelques mois l’ouverture de la chasse. D’autres, continuant en cela des comportements anciens — ceux des mineurs du XIXe siècle, par exemple — partent dans les campagnes environnantes faire les foins ou les moissons : le bassin industriel reste lié au monde rural.

  • 6 Cf. les articles précités de M. Zancarini et J.P. Burdy, ainsi que N. Besse, Le savoir-faire et l’ (...)

12Un autre élément spatial et social s’ajoute aux deux précédents, et tient à la localisation géographique du cycle stéphanois. Saint-Etienne était, jusqu’il y a peu une ville aux quartiers bien définis par l’activité économique dominante, et par là par une structuration sociale : quartiers de mineurs, de passementiers, d’armuriers, etc. A ces quartiers s’attachent des images fortes, et un fort sentiment d’appartenance de la part des populations ouvrières. La main-d’œuvre du cycle habite en général à la proximité des entreprises donneuses d’ordres, qui se concentrent dans le centre-est et le sud-est et le sud de la ville. Cette proximité favorise la mobilité inter-enterprises. Les écarts de salaire y étant peu importants, et les conditions de travail identiques dans leur médiocrité, les salariés choisissent, à la haute-saison et dans les conjonctures favorables l’entreprise la plus proche, ou avec laquelle ils ont des liens de proximité sociale et de voisinage6.

Une instabilité liée au sexe et au statut matrimonial

  • 7 Pour une étude plus approfondie, cf. J.P. Burdy, M. Dubesset, M. Zancarini, Rôles, travaux et méti (...)

13Minoritaires dans le cycle, occupant avec les travailleurs immigrés les postes de travail les plus déqualifiés, les ouvrières ont des carrières caractérisées par une forte discontinuité, principalement liée à l’âge, au statut matrimonial, à la taille de la famille, et aux besoins très variables en main-d’œuvre7. On ne peut donc guère parler de « carrières professionnelles féminines » dans le cycle : ces ouvrières sont fondamentalement usineuses dans la métallurgie. Passant, par exemple chez Manufrance, du cycle à l’arme et à la machine à coudre, après avoir été, ou avant d’être, couturières à domicile ou en atelier, tisseuses, voire secrétaires ou dactylos. Grâce à la formation acquise antérieurement par apprentissage social au sein de la famille ou en atelier, elles sont parfaitement adaptées aux postes de travail fluctuants et répétitifs du cycle. Adaptation d’ailleurs revendiquée dans les discours recueillis lors de l’enquête orale, et qui s’applique également aux rythmes saisonniers. On distingue alors parfois mal, dans les itinéraires professionnels, ce qui est travail en atelier entre plusieurs entreprises, travail à domicile, et travail domestique : dans la première moitié du XXe siècle, dans toutes les entreprises, la flexibilité des temps de travail, le travail à mi-temps ou à temps partiel irrégulier, et la mobilité géographique (à très court rayon, il est vrai), sont déjà largement en œuvre. Pratiques accentuées par la définition sociale majoritaire du salaire féminin comme « salaire d’appoint » du salaire principal masculin : chez Manufrance, dans les périodes de crise, les ouvrières sont parfois licenciées « compte tenu du fait que le mari travaille » ou « a un emploi garanti ».

Une mobilité parfois imposée par les engagements militants

  • 8 Dans les années 1930, la Chambre Patronale adhère à la Ligue des Contribuables, et publie dans son(...)

14La métallurgie du bassin de la Loire a été une pépinière de militants et de cadres syndicaux et politiques. Sauf exceptions, le syndicalisme et les conflits dans le cycle ne se distinguent pas de ceux du reste de la métallurgie. La parcellisation du cycle et sa main-d’œuvre peu qualifiée placeraient plutôt cette industrie à la remorque du reste de la branche : par exemple dans les grèves de 1919-1920, 1924, 1935 et 1937. S’il fallait repérer une spécificité du cycle dans les conflits sociaux, c’est dans l’attitude vigoureuse de la Chambre Syndicale Patronale, politiquement très marquée à droite, qu’on la trouverait aisément8. Après les grèves du printemps 1920, chaque adhérent s’engage ainsi sur l’honneur à ne pas embaucher d’ouvrier ne pouvant fournir un certificat du dernier employeur mentionnant explicitement le motif du départ. En 1923 et 1924,1a Chambre rappelle les mesures à prendre en cas de conflit : ne pas reconnaître de délégués syndicaux ou de syndicats ouvriers ; refuser toute demande collective d’augmentation des salaires ; n’embaucher aucun ouvrier gréviste en cas de grève partielle ; recourir au lock-out, aux licenciements individuels et collectifs, etc. Des consignes à peu près identiques sont rappelées dans les années 1930, qui recommandent la surveillance étroite des « agitateurs professionnels ».

15Cette politique patronale de surveillance se concrétise principalement, dans les années 1920, par la constitution d’un fichier des salariés du cycle, qui comprend jusqu’à 12 000 noms en janvier 1925. Il est ouvert aux services de police, et même cédé provisoirement à l’Association des Syndicats Métallurgiques Patronaux de la Loire, pour qu’elle l’élargisse à l’ensemble des métallurgistes. Mise en fiches qui se traduit effectivement par des refus d’embauche, des mutations entre ateliers dans les grandes entreprises, ou par des licenciements aux motifs politiques mal déguisés en « fautes professionnelles ». Cette volonté de contrôle n’est pas sans failles. Compte tenu de la pénurie saisonnière de main-d’œuvre, et plus encore de la pénurie constante d’ouvriers qualifiés, le patronat du cycle ne peut se permettre d’être toujours très regardant sur les attitudes syndicales et politiques des postulants à l’embauche. Et ce sont parfois les ouvriers les plus militants qui passent à travers le filtre des « Fiches de renseignements sur la conduite, la moralité et les idées » : ces militants sont aussi des « professionnels de fabrication » ou, plus recherchés encore, des « professionnels d’outillage et de précision », que l’on n’hésite pas à aller débaucher chez les concurrents. Dans ce domaine, les fabricants stéphanois font preuve d’un solide individualisme, que le temps ne fera qu’exacerber...

La mobilité ascendante des ouvriers qualifiés

16Les dossiers individuels de Manufrance récapitulent les employeurs successifs des nouveaux embauchés, la durée de présence chez chaque employeur, et les motifs de départ de l’entreprise. Ils mettent en évidence le comportement spécifique des ouvriers professionnels. Si leur temps de présence moyen dans chaque emploi est supérieur à celui des ouvriers sans qualification, on remarque aussi qu’ils sont beaucoup plus nombreux que les autres à partir pour « salaire insuffisant » : motif invoqué dans deux cas sur trois entre 1900 et 1940, soit cinq fois plus souvent que le « chômage », dans une période pourtant marquée par de vigoureuses crises conjoncturelles. Il est clair que les O.P. négocient leur qualification, et n’hésitent guère à quitter immédiatement leur emploi quand un salaire supérieur leur est offert, y compris en ne respectant pas les délais-congé réglementaires. Voyageurs de profession, motivés par la possibilité de trouver « une situation plus intéressante », quelques O.P. font parfois le tour d’une bonne partie des « boîtes » stéphanoises. Ainsi André D., ajusteur de précision, né en 1903 et suivi de 1920 à 1940 avec quelques blancs :

Employeur

Entrée

Sortie

Motif départ

PLM

2/1920

5/1923

?

Aciérie Leflaive

9/1924

5/1925

salaire

Houillères de St-Etienne

5/1925

3/1926

?

Mécanique Couchaud

8/1926

3/1927

salaire

Aciéries de St-Etienne

5/1927

9/1927

salaire

Aciéries Leflaive

9/1928

5/1929

salaire

Manufrance

7/1929

9/1929

« manque les lundis sans permission ».

Armes Darne

9/1929

12/1931

?

Aciéries Leflaive

1/1932

7/1933

chômage

Aciéries Leflaive

9/1936

12/1936

salaire

Mécanique Chabert

5/1937

11/1938

« très bon mais à fait grève le 30/11/38 ».

Manufrance

12/1938

7/1940

chômage

17Dans le cycle, un seul emploi peut être défini comme métier spécifique : le filet. Le travail des fileurs et fileuses — la profession se féminise fortement dans les années 1920 — consiste à tracer à main-levée des filets de peinture sur les cadres émaillés. Dextérité et main ferme sont les deux qualités requises pour un métier très recherché après la Première guerre, quand les cadres, jusque-là entièrement noirs, sont décorés : être fileur est alors un des «meilleurs métiers du cycle ». Nombre de ces professionnels de fait sont alors parfois simultanément salariés en atelier, « ambulants » passant d’une usine à l’autre, et installés à leur compte. Passerelles entre le salariat, l’artisanat individuel et familial, et la petite entreprise, qui sont de tradition chez les métallurgistes stéphanois qualifiés. Les exemples de la propension des entreprises locales à se reproduire par essaimage et installation d’ouvriers à leur compte sont innombrables. Installations qui se font souvent en association, et qui sont largement précaires : le taux d’échec est important, qui renvoie l’entrepreneur vers le salariat.

18Une autre modalité de stabilisation des ouvriers professionnels, moins risquée, est leur possible accession, surtout dans les années 1920, à des postes de contremaîtres chefs d’ateliers. Ascension qui assure des avantages matériels (salaire au mois et primes d’intéressement ; emploi à l’année), et qui garantit aussi une véritable autonomie dans le travail, au moins dans les petites et moyennes entreprises. Si Etienne Mimard a supprimé peu après 1900 l’autonomie des contremaîtres de sa manufacture (ils apparaissent de plus en plus comme des techniciens chargés de contrôler la précision et la qualité du travail), la vieille pratique du marchandage se maintient ailleurs jusqu’à la Deuxième guerre. Personnage polyvalent, le contremaître gère encore largement lui-même l’embauche, l’organisation du travail et le salaire des ouvriers de son atelier.

19On relève bien là une permanente aspiration à être son propre patron, en préservant le plus d’autonomie possible dans le travail, ou en essayant de se mettre à son compte. Dans le cycle stéphanois, la rationalité de l’O.S.T. introduite par Mimard dans ses ateliers, sur les modèles qu’il avait analysés aux États-Unis en 1904, est à l’évidence une exception.

Une minorité de carrières stables

20Les noyaux sédimentés de la main-d’œuvre du cycle se rencontrent dans les moyennes et grandes entreprises, qui ont une activité constante appuyée sur plusieurs types de production : Manufrance en est le meilleur exemple.

Manœuvres et ouvriers spécialisés

  • 9 Formule fréquemment employée dans les « Dossiers individuels ».

21Leur temps de présence par emploi et à la Manufacture, inférieur à celui des O.P., pourrait suggérer une mobilité plus forte. Une analyse cas par cas montre que les ouvriers sans qualification sont nombreux aux deux pôles de la mobilité : carrières très longues et stables, présences brèves et très grande mobilité. A des vies d’O.S. comme celle de Denis T., né en 1878, embauché comme fraiseur à la Manufacture le 2 juin 1903, et qui en sort 41 ans après, le 7 juillet 1944, fraiseur-régleur classé O.S., on peut facilement opposer des passages très courts chez Mimard, avec des itinéraires très hachés. Cette double composante s’explique par la définition même de cette catégorie : ouvriers sans qualification qu’il est facile « d’adapter » aux besoins conjoncturels, qui ne demandent à l’embauche qu’un emploi « dans une partie quelconque », qu’on peut, au gré des besoins, affecter aux postes vacants, garder longtemps ou licencier pour cause de « compression », ou de « réduction des frais généraux »9. Paradoxalement, si les stratégies patronales de stabilisation visaient principalement les ouvriers qualifiés, c’est dans la catégorie des O.S. que la longévité peut être la plus grande.

Les ouvrières célibataires

  • 10 Cf. supra, note 7.

22La corrélation entre le célibat féminin — ou le veuvage précoce — et la stabilité dans le travail et dans l’entreprise est une composante structurelle maintenant bien repérée. Tous les exemples étudiés à Saint-Etienne illustrent cette constante, y compris dans les secteurs peu féminisés comme la métallurgie10. Quelques remarques complémentaires permettent de préciser cette corrélation.

23Dans le cycle comme dans l’ensemble de la métallurgie différenciée, les emplois occupés par les femmes ayant des carrières stables sont les plus éloignés de la production. Les postes de travail occupés sont alors à mi-chemin entre l’atelier et le bureau : ces salariés sont manœuvres dans les magasins, atelier, « ouvrières comptables des matières», « employées à l’emballage et aux expéditions ». De manière significative, elles sont successivement ou alternativement payées à la pièce et à l’heure, ou mensualisées.

24Le statut matrimonial et la stabilité dans l’entreprise dans des emplois périphériques à la production permettent à une partie des salariés du cycle d’espérer une certaine promotion professionnelle. Si le cas de Marie C., emballeuse aux expéditions, sans promotion de 1903 à 1946, n’est pas exceptionnel, on peut aussi souligner un certain nombre de promotions : ainsi pour Melle Antonia S., née en 1877, entrée comme employée aux ateliers en 1892, et qui termine chef-comptable en 1945. Mais nous sommes là en présence de carrières qui sont moins celles d’ouvrières que d’employées : de tels itinéraires sont à peine concevables dans les ateliers métallurgiques, au contraire de ce que l’on peut relever dans le ruban ou le textile, avec les « maîtresses d’atelier ».

Les stratégies familiales

25Les généalogies ouvrières et les biographies collectives font apparaître des démarches familiales d’embauche et de stabilité dans l’entreprise, qui échappent en général au traitement statistique sur des grandes masses anonymées. Dans le cycle, les couples travaillant dans la même entreprise sont assez nombreux, y compris dans les petites maisons : situation qui renvoie d’ailleurs aux origines sociales du travail féminin dans ce secteur, résultat de décisions conjugales ou familiales. On entre dans le cycle par l’intermédiaire du mari, ou du père, ou d’un parent, qui vous initie assez souvent au nouvel emploi. Dans les entreprises où la diversité des emplois est grande, on peut repérer la présence de familles entières : parents, enfants, collatéraux. Et, comme à la mine — mais seuls les hommes sont là concernés —, on voit parfois chez Manufrance se côtoyer trois générations successives d’une même famille.

26Ces stratégies familiales intra-et intergénérationnelles se situent à la confluence d’une demande ouvrière et d’une politique patronale. La demande ouvrière est d’abord celle de l’emploi : on sollicite du travail pour les membres de la famille quand les occasions se présentent. L’embauche familiale permet de concilier travail et surveillance des enfants. Chez Mimard, entreprise dirigée par un patron très proche du Parti radical (au contraire du textile, dirigé par un patronat catholique très conservateur), l’encadrement surveille attentivement la « moralité » de la main-d’œuvre, surtout féminine, et rend éventuellement compte aux parents d’éventuels « incidents ». Par exemple le 4 juillet 1938, quand Paulette H., née en 1921, « a été surprise s’embrassant avec le fils G. devant les vestiaires Bureaux à 2 h 10 »... Enfin, une présence familiale dans l’entreprise fonde pour partie la revendication à la « familiarité », maître-mot stéphanois des relations sociales dans le quartier ou dans l’atelier.

27La politique patronale de gestion de la main-d’œuvre ne peut que se satisfaire de telles attitudes « familialistes », dans une ville qui juxtapose des secteurs d’activité très variés et largement antagoniques, dont les rythmes saisonniers variés et les conjonctures déconnectées favorisent ou encouragent l’instabilité de la main-d’œuvre. La présence de salariées célibataires et de familles dans l’entreprise apporte une réponse partielle au problème. Cette présence longue, noyau dur dans une population gyrovague, permet l’adhésion à « l’esprit maison » que les entreprises les plus individualisées (par leurs dirigeants, à la fois lointains et très présents : E. Mimard, Geoffroy Guichard pour Casino ; ou par leur « image de marque » extérieure, fondée sur des produits ou des marques commerciales : le Tarif-Album, Le Chasseur Français...) s’efforcent de susciter.

  • 11 Nous renvoyons sur ce point au no spécial Paternalismes d’hier et d’aujourd’hui, Le Mouvement Soci (...)

28On touche ici à la question sensible et controversée du paternalisme, et dans ses définitions, et dans la façon dont il a été vécu, consenti ou combattu par les salariés11.

Avantages et coûts vécus de la stabilité

Dans les petites entreprises, « familiarité » et « souplesse »

29Peu d’ouvriers ont fait la totalité de leur carrière dans une seule PME. Mais on peut souvent parler de stabilité sur la longue durée dans un même modèle d’entreprise, qui fonde une mémoire spécifique des avantages de la petite entreprise. Les qualités vécues de la « petite boîte » renvoient à celles du quartier ouvrier d’autrefois : les relations sociales y sont « familières », marquées par la proximité sociale et spatiale. L’origine sociale du patron, ancien ouvrier qui s’est « monté à son compte », est souvent rappelée dans les récits.

30Proximité sociale également inscrite dans l’espace du quartier. Le petit entrepreneur est présenté comme une figure familière, à la fois employeur et voisin, socialement encore mal distingué de la classe ouvrière, dont il est issu sans l’avoir vraiment quittée. Statut, relations et images qui font toute la différence entre « être chez le père Untel », et « travailler chez Mimard ». Même si « ça ne payait pas », si « la morte était longue », et la revendication très difficile à défendre.

31La relative souplesse des horaires de travail dans la petite entreprise est également présentée comme un avantage spécifique. En contrepartie de la nécessité d’accepter des horaires saisonniers fluctuants, les patrons tolèrent couramment « les petites entorses » sur les horaires : attitude particulièrement appréciée des ouvrières qui doivent concilier travail en atelier et travail domestique. Enfin, il n’est pas jusqu’au salaire aux pièces et aux primes de la main à la main qui ne soient présentés comme le privilège supposé de la petite entreprise, fondateur d’une relation individualisée entre le patron et l’ouvrier. Il est vrai qu’on imagine mal à la Manufacture Française l’équivalent des billets glissés dans le panier de la ménagère, ou de la pièce pour l’apéritif du mari : pratiques non exceptionnelles dans nombre de petites maisons.

32Ces arguments de « défense et illustration » de la petite entreprise ne sont pas seulement un discours de reconstruction et de justification a posteriori. Ils reflètent clairement des manières collectives de travailler dans l’espace industriel et urbain de la nébuleuse métallurgique stéphanoise. Ils plongent leurs racines dans des comportements repérables sur la longue durée — à tout le moins sur l’ensemble du XIXe siècle.

Dans les manufactures, la stabilité comme distinction

33Chez les ouvriers des moyennes et grandes entreprises du cycle, la stabilité individuelle et familiale (« les longues carrières ») est valorisée comme une forme de réussite sociale, dans un rapport dialectique qui unit les qualités individuelles (gages d’un travail bien fait) à la reconnaissance de ces qualités par l’employeur (qui garantit l’emploi et parfois la promotion). La stabilité confère dès lors une forme de statut assimilable à celui des ouvriers d’Etat, ou de certaines grandes compagnies : les références stéphanoises en la matière étant la Manufacture Nationale d’Armes, arsenal d’Etat, les Mines, et le Chemin de Fer (la compagnie du P.L.M.), et la quasi garantie d’emploi à vie qu’elles offrent à leurs salariés — au moins jusqu’à la grande crise économique. Passer trente, quarante ou cinquante ans à Manufrance équivaut à acquérir ce statut envié par ses seuls mérites et qualités, et permet de bénéficier des institutions paternalistes que Mimard a mises en place très tôt (au moins à l’aune locale...) : jours de congé en compensation des heures supplémentaires (1896), société de secours mutuels (1898), Cercle du Personnel (1898), réfectoire (1917), participation à des sociétés d’H.B.M. (dans les années 1920), etc. On trouve là les fondements objectifs de l’idéologie du « salarié modèle » et de « l’esprit maison » que Mimard et quelques autres entrepreneurs du cycle ont essayé de promouvoir — avec un relatif succès selon les époques. Démarches d’acculturation par l’entreprise qui ne sont guère à la portée de la grande majorité des maisons stéphanoises.

Taylorisme et paternalisme : une gestion autoritaire et parfois contestée

34Il ne peut y avoir de paternalisme sans consentement. Mais le consensus revendiqué — et souvent vérifiable — a d’évidentes limites. Tout en reconnaissant la médiocrité des conditions de travail et l’insécurité de l’emploi qui caractérisent les petites entreprises, la mémoire ouvrière établit le petit atelier comme modèle survalorisé de l’anti-usine. Beaucoup d’ouvriers du cycle sont passés, pour des durées très variables, par la Manufacture Française. On ne peut manquer de relever, dans les récits, la focalisation des critiques sur deux caractéristiques fondamentales de cette entreprise : l’organisation du travail, et le mode de gestion autoritaire du personnel salarié. L’usine tayloriste est le lieu des contraintes multiples : production répétitive « en grande série et sur machines » ; contrôle tatillon du temps, à coups de sifflet, de sirène ou, plus minutieusement encore, par les pointeuses automatiques arrivées des États-Unis en 1912 ; rigidité de la discipline d’atelier, qui réserve, par exemple, aux seuls porteurs de brassards rouges numérotés la possibilité de circuler entre les ateliers ; exigence répétée, et qualifiée de «maniaquerie», d’une propreté rigoureuse des machines et des ateliers... Toutes contraintes qui sont celle d’une manufacture moderne, centralisée et hiérarchisée à l’extrême, sur un mode quasi militaire (jusqu’en 1919, le personnel reçoit des « Ordres du jour »), et que la mémoire ouvrière oppose constamment à la souplesse des petites entreprises : souplesse marginale en réalité, mais fortement valorisée par contraste avec l’ordre usinier.

35Le second volet des critiques porte sur les pratiques parternalistes mises en œuvre par Etienne Mimard : si ses avantages «matériels et moraux » en sont reconnus et acceptés, on n’en dénonce pas moins le caractère pesant du moralisme qui les accompagne. Les archives de l’entreprise établissent en effet clairement que Mimard a voulu développer une véritable « police des familles », qui rappelle les vieux modèles disciplinaires de l’usine du siècle précédent. Le contrôle initial, à l’embauche, de la « moralité » et du militantisme, continue pendant toute la présence du salarié dans l’entreprise. Si les licenciements sanctionnent logiquement les fautes lourdes (fautes professionnelles, vols, alcoolisme), ils visent aussi à réprimer des « écarts de conduite » qui ne paraissent guère du ressort d’une entreprise industrielle : adultère ou concubinage constatés par des enquêtes de voisinage, divorce, etc. Nous ne citerons que l’exemple de Melle Z., contre qui la direction reçoit le 1er décembre 1941 une plainte de Mme H. : « Mademoiselle Z. est vendeuse dans vos rayons. Mon mari a fait connaissance de cette personne alors qu’il travaillait dans vos établissements pendant la grève de 1937. Depuis, ils ont continué à se voir (...), puis mon mari a quitté le foyer conjugal ». Melle Z. est immédiatement licenciée pour « écart de conduite à l’extérieur »...

36On comprend mieux, à travers ces critiques ouvrières et ces exemples d’autoritarisme, la complexité du faisceau de facteurs qui poussent une partie des ouvriers du cycle à l’instabilité, et à préférer parfois sciemment l’insécurité de la petite entreprise aux avantages de la manufacture moderne. On comprend également la position difficile d’une partie du personnel de Manufrance en cas de conflit, quand les mécanismes apparemment huilés du consentement se grippent : ce sera le cas en 1937, lors de la grève des « Cent jours de chez Mimard » (du 3 août au 10 novembre). E. Mimard refuse d’appliquer à l’ensemble de l’entreprise la Convention Collective de la Métallurgie stéphanoise, ratifiée en application des Accords de Matignon. La grève avec occupation des locaux entraîne le licenciement collectif du personnel, pour « rupture sans préavis du contrat de travail» : les salariés sont invités à solliciter individuellement et par écrit leur réembauche. Une abondante correspondance a ainsi été conservée : elle est très significative du réel déchirement de nombreux salariés, partagés entre l’attachement à l’entreprise et à son chef, et la participation à une grève ouvrière qui fait largement appel à la dignité des salariés et à l’application des principes reconnus à Matignon l’année précédente.

37La grève se termine par la signature d’une Convention collective « maison », et le licenciement d’un quart des effectifs. Blessé par ce conflit, Etienne Mimard modifie son testament. Il avait prévu de longue date de distribuer le capital de l’entreprise aux salariés répondant à des critères de stabilité dans l’entreprise. Dans son testament de 1941, ouvert en juin 1944, il préfère céder la majorité du capital à la ville de Saint-Etienne : « les revenus doivent aller à l’Ecole Professionnelle pour qu’elle soit un modèle du genre, et que les élèves prennent l’habitude d’ordre et de propreté », pour que l’on donne « au plus grand nombre possible d’enfants une solide instruction technique et manuelle, et une parfaite éducation civique et morale (...) J’ai l’espoir que la Manufacture continuera à prospérer, et à être de plus en plus une organisation modèle. Je désire que ce soit le principe d’autorité qui prévale pour la direction, que le président du Conseil devienne le grand chef, comme je l’ai été moi-même avec tous les pouvoirs, toutes les responsabilités ; que le personnel ne jouisse d’aucun avantage particulier provenant de mon legs ; je ne veux pas (...) que la Manufacture devienne une sorte d’institution où il fait bon vivre sans effort ».

38L’exemple du cycle stéphanois, qu’il nous paraît possible d’étendre au vaste secteur de la métallurgie différenciée, montre la nécessité de faire intervenir de nombreux paramètres dans l’histoire des attitudes ouvrières et patronales. Au-delà du contexte économique structurel et conjoncturel, local et national, les carrières ouvrières doivent être interprétées dans le contexte du mode de structuration et de fonctionnement du tissu industriel et du marché du travail du bassin : ceci exige que l’on ne s’enferme pas dans les dimensions monographiques et microhistoriques, même exhaustives. Les carrières doivent être pensées en relation avec les pratiques de l’espace urbain : par exemple, la logique du quartier et de la proximité spatiale. Enfin, il faut, autant que faire se peut, articuler les grands nombres et l’approche anthropologique : les phénomènes statistiques de mobilité sont intimement liés aux facteurs sociaux et culturels que sont les attitudes et les représentations individuelles, familiales et collectives face aux rapports de sexe, au travail et à la mobilité sociale. La mobilité sociale est un phénomène complexe dans ses formes et dans ses représentations implicites ou explicites : elle se décline parfois à travers des attitudes à l’évidence opposées, et qui ne sont pas sans incidences sur les comportements politiques au sens le plus large du terme.

Notes

1 A. Vant (dir.), L’industrie du cycle à Saint-Etienne, mythes et réalités. Aspects économiques, techniques, culturels et sociaux. Rapport de recherche dactyl, inédit, Musée d’Art et d’industrie de Saint-Etienne et Mission du Patrimoine Ethnologique du Ministère de la Culture, 320 p., avril 1984 (abrégé dans les notes en « Rapport »).

2 M. Zancarini, Une nouvelle usine pour une nouvelle classe ouvrière : idéologies et pratiques patronales à la Manufacture Française d'Armes et de Cycles de Saint-Etienne, Rapport, pp. 224-240.
J.P. Burdy, Ouvriers, ouvrières et employées de la Manufacture Française entre les deux guerres, Rapport, pp. 241-274.
J.P. Burdy, M. Zancarini, Fragments d’une mémoire ouvrière du cycle, Rapport pp. 275-316. Nous renvoyons à ce texte pour la présentation méthodologique et sociographique de l’enquête orale.

3 Cf. A. Vant, Essai de synopsis sur l’évolution de l'industrie stéphanoise du cycle, Rapport, pp. 1-72.

4 Le travail du fer pour la quincaillerie, les armes blanches puis à feu est largement attesté dès le XVIe siècle. Des commandes d’arquebuses par François 1er sont aux origines de la Manufacture Royale (puis Nationale) d’Armes.

5 La Manufacture Française ne doit pas être confondue avec la Manufacture Nationale, arsenal d’Etat (localement appelée : « la Manu »).

6 Cf. les articles précités de M. Zancarini et J.P. Burdy, ainsi que N. Besse, Le savoir-faire et l’art de vendre chez Manufrance, Rapport, pp. 156-223.

7 Pour une étude plus approfondie, cf. J.P. Burdy, M. Dubesset, M. Zancarini, Rôles, travaux et métiers de femmes dans une ville industrielle : Saint-Etienne (1900-1950), Le Mouvement Social, no 140, juil.-sept. 1987.

8 Dans les années 1930, la Chambre Patronale adhère à la Ligue des Contribuables, et publie dans son Bulletin nombre d’éditoriaux et articles de l’Action Française.

9 Formule fréquemment employée dans les « Dossiers individuels ».

10 Cf. supra, note 7.

11 Nous renvoyons sur ce point au no spécial Paternalismes d’hier et d’aujourd’hui, Le Mouvement Social no 144, juil.-sept. 1988.

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540