Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Usine et le Bureau

 | 
Yves Lequin
, 
Sylvie Vandecasteele-Schweitzer
, 
Bourdelais
, 
et al.

Anciens et nouveaux visages de la Business History

Jean-Pierre Daviet

Texte intégral

1Au sens strict de discipline universitaire et scientifique, la notion de Business History plonge ses racines aux Etats-Unis, avec des accents schumpeteriens caractéristiques des années 1920 et 1930. Elle a cependant une préhistoire, essentiellement allemande, qui mérite de temps à autre une relecture. Dans tous les pays on a certes vu nombre de firmes publier au XIXe siècle des ouvrages ou plus souvent, de simples brochures, en vue de rappeler les grandes étapes de leur croissance. Le récit était présenté par un administrateur ou un ingénieur : il n’y avait pas prétention à dégager des conclusions théoriques et l’existence même de l’entreprise était une évidence en soi. L’Allemagne a eu le souci d’une réflexion politique, économique et philosophique sur le développement du capitalisme, qui lui paraissait remettre en cause les bases de sa société, avec un apport marxien, un apport wébérien, et l’apport plus volumineux de l’école de l’économie historique (Hildebrand, Knies, Roscher, Schmoller). Tout cela a laissé des traces jusqu’à nos jours, et il faut par conséquent beaucoup nuancer l’idée reçue selon laquelle la Business History européenne serait uniquement fille de Harvard. Les influences sont d’autant plus complexes que les Etats-Unis ont puisé dans la pensée germanique. (Weber par exemple) avant de la retransmettre à l’Europe sous une forme métamorphosée.

  • 1 Nous avons présenté une libre réflexion sur la situation française sous le titre : « Existe-t-il u (...)

2Il n’en reste pas moins vrai que l’expérience américaine a joué le rôle de pivot central par rapport auquel tout le monde a été amené à se situer1. Au départ, il existait plutôt aux Etats-Unis un courant critique, pour ne pas dire polémique, issu de la réprobation des « barons » des affaires des années 1900. Ce courant d’origine journalistique, dépeignant les grands capitaines d’industrie comme l’incarnation du mal, n’a jamais totalement disparu, et il a même trouvé de nouveaux accents dans certains thèmes de la pensée « radicale » des vingt dernières années. Mais il n’a jamais dominé dans les universités. Tout a été dit en revanche sur la formation du cercle de la prestigieuse Graduate School of Business Administration de Harvard : création de la Business Historical Society en 1925-26, d’une chaire occupée par le Pr. N.S.B. Gras en 1927, d’une collection d’ouvrages en 1931 (publiée par Harvard University Press). Le fait important était que l’histoire des entreprises apparaissait comme un élément de formation des futurs praticiens des affaires, qu’elle disposait de gros moyens et d’appuis dans l’élite économique et qu’elle se donnait un premier corps d’hypothèses et d’idées en dehors des départements d’histoire traditionnels.

3Contrairement à ce qu’on répète ici ou là, il ne s’agissait pas uniquement de sauver des archives, de publier des monographies sur telle ou telle grande compagnie, de présenter des cas concrets destinés à illustrer les cours dans une perspective purement empirique. Cette dimension n’était certes pas absente, parce que l’enseignement de la Business School reposait en toutes disciplines sur la méthode des cas, mais cela n’excluait pas des vues autres. Il ne s’agissait pas davantage d’une apologie hâtive des firmes, d’une saga du capitalisme. On voulait utiliser les méthodes rigoureuses de l’histoire scientifique pour aider à répondre à des questions sur l’entrepreneur innovateur. L’attention principale était accordée à la qualité de la direction et de la gestion constituée en objet d’histoire, encore qu’elle ait été plus perçue à travers l’œuvre d’un homme qu’à travers des schémas d’organisation. On n’était pas non plus indifférent au lien entre micro-économie (décisions de l’entrepreneur) et macroéconomie (cycles d’innovation). La réponse créative de l’entreprise aux défis du champ de la réalité ambiante pouvant expliquer l’évolution progressive de l’économie. Le substrat implicite était bien sûr le sentiment que le capitalisme américain apportait des éléments tout à fait inédits par rapport à ce qu’on connaissait dans l’ancien monde.

4Bien que la littérature ait été beaucoup moins abondante alors en Europe ou aux Etats Unis, quelques initiatives doivent être rappelées. Sir George Clark insistait sur l’importance d’une étude des archives d’entreprise dans sa leçon inaugurale de professeur à Oxford en 1932. En 1934 il devenait président du Council for the Preservation of Business Archives, organisation qui publiait une lettre restée fameuse dans le Times du 21 juin 1934. Cette lettre visait à convaincre le monde des affaires de l’intérêt à accorder aux archives. Les conséquences pratiques furent limitées jusqu’en 1939, mais on enregistrait tout de même un certain intérêt pour la biographie d’entrepreneur du temps de la première révolution industrielle, encouragé par T.S. Ashton, ainsi que la publication d’études de branches industrielles accordant une place de choix aux structures entrepreneuriales. Sir John Clapham étudiait l’histoire de la Banque d’Angleterre. En Allemagne bon nombre d’entreprises continuaient à publier de solides ouvrages pour les grands anniversaires et le Pr. Dâbritz hissait le genre à un niveau universitaire. La France faisait moins bonne figure, malgré certains travaux trop oubliés d’Henri Sée sur les origines de l’industrialisation. On pourrait ainsi discerner deux types de préoccupations, les unes autour des débuts du capitalisme industriel (Royaume-Uni et France), les autres autour des succès du développement contemporain (Etats-Unis et Allemagne).

Une lente maturation

5C’est d’après la Seconde Guerre mondiale que date le grand essor conduisant la Business History à la maturité. Cet âge qui s’achève vers 1970 est marqué par une tension entre deux conceptions. Une première conception est celle d’études sur des compagnies : même si le but est d’alimenter en dernière analyse une théorie de l’entrepreneur et de la firme il faut passer par l’étape d’une histoire de cas, avec des analyses techniques financières et stratégiques. Les grands modèles se trouvent aux Etats-Unis avec par exemple des ouvrages de R.W. Hidy, R.M. Hower, A. Nevins. La masse des histoires de compagnies publiées depuis 1945 y est devenue si considérable qu’une certaine saturation a fini par se faire sentir. En Grande-Bretagne, il existe aussi des classiques, comme les œuvres de T.C. Barker, D.C. Coleman, T.R. Gourvish, J.R. Harris, P. Matthias, W.J. Reader, B. Supple, C.H. Wilson. Le ton est un peu différent de celui des Etats-Unis parce que les auteurs se sentent plus historiens économistes qu’économistes historiens. Ils se préoccupent peu des structures de la décision dans l’entreprise, mais étudient soigneusement le contexte économique et social, l’efficacité des résultats de la branche à l’échelle du pays. La question centrale est de savoir en quoi une entreprise contribue au modèle national d’industrialisation. L’Allemagne offre un cas encore différent avec une tradition qui valorise les tableaux chiffrés, la précision et l’ampleur de la documentation, mais résiste longtemps aux tentations d’interprétation. La France est quelque peu en retrait dans le même temps. Les articles et ouvrages consacrés à une entreprise sont moins nombreux moins ambitieux. Beaucoup ne dépassent guère les perspectives d’une histoire locale. Dans le monde universitaire, il ne s’agit pas vraiment d’un genre constitué, bien qu’il existe quelques travaux marquants (J. Bouvier, F. Caron, C. Fohlen, B. Gille, M. Gillet, P. Guillaume, G. Thuillier). La situation italienne ne serait pas tellement différente de la française.

6L’autre conception, plus difficile à définir, s’articule autour de questions thématiques, sans que la coupure soit très nette avec la première : beaucoup d’auteurs de monographies sur une entreprise sont aussi à l’origine de travaux plus généraux. Aux Etats-Unis, les deux premiers titulaires de la chaire Isidor Strauss Professorship in Business History de la Graduate School of Business Administration de Harvard, Gras et Hidy, ont tendance à privilégier l’histoire des compagnies, encore qu’ils veulent y trouver le matériau d’une théorie plus vaste du fonctionnement de l’économie américaine. Norman S.B. Gras tente ainsi de distinguer sept étapes chronologiques du capitalisme, mais ne parvient guère à formuler un cadre conceptuel d’ensemble pour relier l’évolution générale à la transformation du management. En revanche, une seconde cellule pose plus explicitement des questions liées à un modèle socio-culturel d’industrialisation : il s’agit du Research Center in Entrepreneurial History, actif à Harvard de 1948 à 1958, soutenu par la Fondation Rockefeller et dirigé par Arthur H. Cole.

  • 2 Un excellent panorama des activités du Centre se trouve dans Hugh G.J. Aitken, ed. Explorations in (...)
  • 3 Business Enterprise in its Social Setting.
  • 4 De l’œuvre immense de Thomas C. Cochran, citons seulement deux livres anciens : America’s Railroad (...)

7Si Gras reste l’auteur de The Massachusetts First National Bank of Boston, 1784-1934 (publié en 1937), Hidy celui de History of Standard Oil Company (premier volume en 1949), le maître livre de Cole est The American Wool Manufacture (publié en 1926), et l’accent n’est pas le même : Cole reproche un peu aux premiers un manque d’ambition dans la perspective, parce qu’il veut situer l’entrepreneur dans son époque2. De très nombreux historiens ont participé de près ou de loin aux activités du Centre, qui ne s’intéressait pas seulement à l’histoire américaine, mais aussi à l’histoire des pays européens, Grande-Bretagne surtout : Hugh G.J. Aitken, Thomas C. Cochran, Dorothy Gregg, Frances W. Gregory, Leland Jenks, Herman E. Kroos, William Miller, Irène D. Neu, Harold Passer, Fritz Redlich, etc. Il est très remarquable que les activités du Centre aient été en quelque sorte lancées en 1948 par une conférence mémorable de Schumpeter, exposant que le processus économique n’est pas automatique : il a besoin d’une fonction de coordination, d’impulsion, de direction, de programmation, de synthèse qui est la fonction entrepreneuriale, fondamentalement créative dans une économie dynamique. Ce n’est pas dire pour autant que l’influence schumpeterienne soit sans partage. John E. Sawyer, qui représentait le Département d’Economie dans le groupe, s’intéressait aux bases sociales du système industriel, alors que Schumpeter voyait davantage l’entrepreneur comme figure que comme classe sociale. L’innovation schumpétérienne était surtout technologique, le groupe la définissait de façon plus large, en y comprenant l’organisation, le contrôle de la force de travail et le marketing. Les idées de Parsons sur les types d’action, les attitudes face à la concurrence, à l’expansion ou à la responsabilité sociale, exerçaient aussi un certain ascendant. Arthur Harrisson Cole, professeur au Département d’histoire de Harvard, c’est-à-dire de l’autre côté de la Charles River (par rapport à la Graduate School of Business Administration), fait partie d’une génération qui a déjà donné le meilleur d’elle-même, étant né en 1886, même s’il publie encore un ouvrage intéressant en 19593. Les inflexions les plus neuves proviennent de Thomas Cochran, analyste très fin des comportements, des attitudes, des mentalités, des relations sociales dans leur aspect « géo-culturel ». Son apport à une anthropologie des élites en perspective comparative est important : il ne voit plus l’entrepreneur comme un génie unique, mais comme membre d’un groupe socio-culturel régi par des normes4.

  • 5 Henry Varnum Poor, 1956.

8Ce groupe se disperse cependant, même si, pris individuellement ses membres sont toujours très productifs et influents : agitant beaucoup de questions, ils n’ont pas vraiment produit un système cohérent, et laissent un héritage quelque peu impressionniste. Deux figures contribuent également au développement de la problématique : George R. Taylor, professeur d’économie à Amherst (University of Massachusetts), privilégie l’étude des relations entre gouvernement et affaires dans l’histoire des transports, et Edward C. Kirkland, professeur d’histoire à Bowdoin College, publie en 1961 une synthèse du développement économique américain, Industry Comes of Age. Mais la rupture théorique décisive intervient en 1962 avec la publication de Strategy and Structure par Alfred D. Chandler. En apparence A.D. Chandler restreint le champ des questions en se limitant au problème de l’interaction entre demande, organisation et structures internes de l’entreprise, élaboration de nouvelles stratégies par ses dirigeants. En fait il permet à la fois d’organiser la matière de l’histoire des compagnies et de retrouver comme à travers un prisme toutes les interrogations sur l’évolution du système industriel. Il est intéressant de remarquer que Chandler a fait son premier apprentissage d’historien au Research Center in Entrepreneurial History de Harvard, pas à la Business School. Il y a travaillé à la biographie de Henry V. Poor, un homme d’affaires des chemins de fer, en insistant sur les techniques d’organisation qui lui semblent faire partie de l’accumulation des ressources de l’entreprise5.

9Force est de constater que rien d’une telle vigueur n’avait alors vu le jour en Europe. La Grande-Bretagne suivait d’une certaine façon avec retard le modèle américain. En 1950 et 1951 le Business Archives Council publiait deux volumes de documents, et commençait à installer un fichier des entreprises qui conservaient des archives. Sa publication annuelle Business Archives contenait une recension bibliographique des ouvrages de Business History et une liste d’archives. La grande revue de la Graduate School of Business Administration de Harvard, Business History Review, créée en 1952 (par transformation d’un ancien bulletin plus modeste), recevait une imitation britannique en 1958 avec la revue Business History d’abord publiée à Liverpool. Des enseignements universitaires étaient esquissés l’année suivante, sans toutefois de chaire désignée explicitement comme de Business History. L’ambition théorique se réduisait souvent à une volonté de renouveler l’histoire des branches industrielles, bien que quelques ouvrages aient essayé de prendre de la hauteur. Sir John Habakkuk a écrit par exemple bien des pages très suggestives sur le déclin de l’esprit d’entreprise, le progrès technique et l’organisation industrielle, et Peter Mathias a su faire des synthèses remarquables sur l’évolution du système britannique, le problème est qu’il est alors difficile de distinguer l’histoire des entreprises d’une historique économique plus générale. L’histoire de l’entreprise n’a pas su se frayer une voie spécifique aussi nettement qu’outre-Atlantique.

  • 6 Unternehmensverwaltung und Angestelltenschaft am Beispiel Siemens 1847-1914. Zum Verhaltnis von Ka (...)

10La chronologie sinon le contenu est comparable en Allemagne : la Business History renaît difficilement de l’épreuve de la guerre, retrouve une substance au cours des années 1950, s’affirme comme une discipline au cours des années 1960. La figure dominante est alors Wilhelm Treue, auteur d’un grand nombre de travaux condamnés par les firmes et fondateur en 1956 de la revue Tradition Zeitschrift für Firmengeschichte und Unternehmensgeschichte. La situation était ambiguë. Le côté favorable était le soutien des grandes entreprises, plus fort qu’en Grande-Bretagne et à plus forte raison qu’en France ou en Italie. Mais, d’un autre côté, le contexte intellectuel n’était pas propice. Il n’existait pas à proprement parler de «business schools » en Allemagne. Les départements d’économie n’éprouvaient aucun intérêt pour l’histoire économique en général et encore moins pour l’histoire des entreprises. Les départements d’histoire restaient souvent dominés par une histoire politique et diplomatique de type traditionnel. L’histoire des compagnies paraissait parfois apologétique, peu critique de ses sources, trop descriptive et fermée sur elle-même. Un certain renouvellement commençait toutefois à se faire sentir à la fin des années 1960 sous la pression de disciplines voisines : l’histoire politique remettait au goût du jour le problème de l’histoire des relations entre Etat et milieux d’affaires, la sociologie incitait à reconsidérer les relations du travail. En 1969 paraissait l’ouvrage pionnier de Jürgen Kocka, consacré au rôle des cols blancs et à l’organisation de la production chez Siemens de 1847 à 1914, première rencontre entre une Business History remodelée et l’histoire sociale6.

11En France on ne pouvait même pas parler d’une discipline reconnue, compte tenu de l’échec de Bertrand Gille. Ce dernier, dans une première phase de sa carrière, avait tenté d’imiter les archives britanniques. En 1949 était créé un Service des archives d’entreprise aux Archives nationales, qui publiait en 1957 un État sommaire des archives d’entreprises conservées aux Archives nationales. En 1955 Bertrand Gille mettait par ailleurs en place un Centre de recherches sur l’histoire des entreprises, qu’il rattachait à la VIe section de l’Ecole pratique des hautes études, puis éditait à partir de 1958 la très remarquable revue Histoire des entreprises. Logiquement on aurait dû s’acheminer vers une organisation à l’américaine ou à l’allemande, mais tout semble s’arrêter en 1963. Par-delà des questions de personnes, plusieurs facteurs de fond expliquent l’insuccès. Le premier est la totale incompréhension entre milieux d’affaires et Universités : d’un côté l’obsession du secret bloque toute recherche objective, de l’autre une méconnaissance rédhibitoire des problèmes internes de l’entreprise rend la coopération presque inutile. Le second facteur, qui rend compte du retrait tactique de l’Ecole pratique des hautes études, est l’absence de curiosité dans le public : le sujet n’est pas à la mode. Le troisième facteur est la rigidité de l’appareil universitaire, partagé entre grandes écoles, facultés des lettres et facultés de droit et sciences économiques. Aux États-Unis, les «business schools » avaient joué un rôle moteur. En Grande-Bretagne, beaucoup d’historiens économistes enseignaient dans des départements d’« economics », et on avait même vu se créer ici et là des départements d’« economic history » : la chose n’eût pas été concevable en France. Tous ceux qui auraient pu être des espoirs d’une discipline en cours d’émergence ont vu leur carrière bloquée ou se sont reconvertis à autre chose. Les grands débats portent sur la conjoncture, les modèles de croissance, l’histoire quantitative.

12La période, inégalement féconde (la Grande-Bretagne publie trois fois plus que la France), est ainsi marquée par un certain éparpillement intellectuel entre des pôles qui, le plus souvent s’ignorent. Le temps des dialogues n’est pas encore venu, encore moins celui des comparaisons internationales. Le travail de conceptualisation et de réflexion abstraite reste insuffisant.

Un champ du savoir

13On peut dater de 1970 à peu près un tournant qui, de diverses façons, affecte tous les pays industrialisés. Aux Etats-Unis, Alfred D. Chandler, qui enseignait auparavant à Johns Hopkins, reprend en 1971 la prestigieuses chaire Isidor Strauss Professorship in Business History de la Graduate School of Business Administration de Harvard et lui donne un nouveau rayonnement, celui d’une capitale mondiale de la Business History. A cette époque, c’est d’ailleurs la seule chaire universitaire du monde explicitement consacrée à l’histoire de l’entreprise. Mais cette discipline est enseignée en fait dans un certain nombre de grandes universités américaines, tantôt au sein de «business schools » qui veulent imiter Harvard, tantôt au sein des départements d’« economics » qui couvrent l’histoire économique (encore que cette histoire économique, soit parfois d’orientation beaucoup plus mathématique), tantôt au sein de certains départements d’histoire (en général sous le champ d’U.S. Economic History, mais aussi sous ceux d’histoire européenne). Trois grands livres vont résumer le nouveau corps de questions et d’idées qui organisent la discipline D’abord, un nouvel ouvrage d’Alfred D. Chandler, écrit à Harvard et publié en 1977, The Visible Hand. Il s’agit de montrer comment la main visible du management, la fonction de coordination administrative, a remplacé la main invisible du marché chère à Adam Smith et à beaucoup de ses admirateurs ultra-libéraux d’aujourd’hui, en relation avec l’évolution de la technologie et des marchés consommateurs. Alfred D. Chandler a mis au point une théorie de la vie intérieure de la firme, même si, dans le détail, l’évolution américaine n’est pas transposable dans les mêmes termes pour d’autres pays. Le second livre est dû à Thomas Cochran qui publie Business in American Life : À History, en 1972 : c’est une étude des effets politiques, sociaux et culturels du développement du système des entreprises. L’entrepreneur est considéré comme responsable de changement à l’extérieur de son entreprise. Le troisième ouvrage est un recueil de 72 articles, édité par Glenn Porter en 1980, sous le titre de Encyclopedia of American Economic History. Ce recueil fait une large part à la Business History et contribue à une certaine unification des points de vue.

  • 7 Citons tout particulièrement: Management Strategy and Business Development et The Rise of the Corp (...)

14En Grande-Bretagne, T.C. Barker, L.S. Presnell et W. J. Reader ont en 1972-73 l’idée de créer une structure organique. Le projet prend corps en 1976 grâce aux relations personnelles de Théo C. Barker avec Sir Alastair Pilkington, qui accepte de présider un comité d’appel de fonds pour doter de 250 000 livres sterling la nouvelle institution. La Business History Unit voit le jour en 1978 à la London School of Economies, avec un conseil de surveillance, un conseil scientifique et un directeur qui est Leslie Hannah (jusqu’à l’été en 1988, où T.R. Gourvish lui a succédé). L’institution qui a repris la charge d’édition de la revue Business History en 1982, a joué un rôle très important de coordination, de conceptualisation et d’ouverture à la comparaison internationale. Leslie Hannah a bénéficié en 1982 de la première chaire de Business History britannique créée à la London School of Economies. Il a beaucoup fait pour répandre et développer en Grande-Bretagne les idées d’Alfred Chandler7.

15En Allemagne, un nouveau départ est pris en 1977 avec la création d’une société subventionnée par les firmes privées, Gesellschaft für Unternehmensgeschichte, dirigée par Hans Pohl, professeur à l’Université de Bonn. La revue Tradition devient Zeitschrift für Unternehmensgeschichte. L’Allemagne s’est à ce moment-là beaucoup rapprochée de la problématique américaine et anglaise même si une tonalité particulière subsiste à Bonn du fait de la tradition descriptive. C’est seulement après 1980 que l’influence des idées d’Alfred D. Chandler a commencé à s’y faire sentir de façon significative en particulier à propos d’un colloque de 1981 organisé par la Gesellschaft für Unternehmensgeschichte sur la politique des ventes. Par ailleurs la diversité d’approches est manifeste en Allemagne : des personnalités comme J. Kocka à Bielefeld, R. Tilly à Munster, H. Kaelble à Berlin, suivent une voie relativement originale, davantage orientée vers l’histoire sociale, souvent plus critique à l’égard des politiques patronales.

  • 8 Nous pensons par exemple à : Organizzazione lavoro e innovazione industriale nell’Italia tra le du (...)

16L’Italie qui partait d’une situation proche de celle de la France, a su remarquablement s’organiser avec la création de la Fondazione ASSI (Associazione di storia e studi sull’impresa), qui publie un volume annuel Annali di storia dell'impresa depuis 1985. A sa tête, Giulio Sepelli a fait la synthèse d’une influence chandlerienne, d’une approche socio-culturelle comparable à celle de Kocka et d’une réflexion sur innovation et travail8. En France, il se présente un contraste entre un glissement des mentalités très significatif et le manque de structuration institutionnelle. Il n’existe toujours aucune association de l’histoire de l’entreprise, aucune chaire, aucun centre, aucune collection, et les Universités se refusent à reconnaître l’existence d’une discipline. En sens inverse les milieux d’affaires, les chercheurs considérés individuellement et même le public manifestent un intérêt réel pour une Business History telle qu’elle est pratiquée depuis longtemps aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. L’enthousiasme est parfois naïf, et certains ne sont pas loin de crier victoire en redécouvrant la marine à voile. L’essentiel est tout de même de souligner les faits positifs. La publication en 1973 de la thèse de François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau : la Compagnie de chemin de fer du Nord 1846-1937 (soutenue en 1969), constitue certainement un événement, compte tenu du rayonnement de son auteur au cours des années suivantes. L’influence intellectuelle dominante est exercée dans la seconde moitié des années 1970 et les années 1980 par Louis Bergeron, Jean Bouvier, François Caron et Maurice Lévy-Leboyer, qui dirigent de nombreux travaux d’histoire des entreprises, chacun avec une sensibilité propre, le plus proche de la thématique anglo-saxonne étant Maurice Lévy-Leboyer cependant que François Caron ouvre le sillon d’une réflexion originale sur l’innovation et le développement de la technologie. Un certain nombre de grandes sociétés commencent à ouvrir leurs archives, Saint-Gobain jouant un rôle pilote à partir de 1974, de par la volonté de Roger Martin, son président-directeur-général de l’époque. Il faut citer, à des titres divers, Electricité de France, Renault, le Crédit Agricole, De Dietrich, Suez, Elf-Aquitaine, Rhône-Poulenc, le Bon Marché, la Banque de Paris et des Pays-Bas, etc.

  • 9 Cf. Henri Rousso : « L’histoire appliquée, ou l’historien faiseur de miracles »,Vingtième siècle, (...)
  • 10 On peut consulter le recueil de Maurice Hamon et Félix Torres, éd., Mémoire d’avenir. L’Histoire d (...)

17On s’est mis à parler, à propos des études menées à l’instigation de ces entreprises, de « Public History », ou encore d’« histoire appliquée »9. De telles expressions risquent de brouiller l’horizon plus que de l’éclairer si elles sont mal comprises. La notion de Public History a joué un rôle utile aux Etats-Unis, lorsque certaines Universités, tout particulièrement New York University, ont voulu créer un cursus orienté sur de nouveaux débouchés pour leurs étudiants Ces étudiants appelés à devenir archivistes, ou historiens d’une compagnie, ou encore employés d’organismes du type « Autorité du Port de New York », chambre de commerce, office d’immigration, etc., reçoivent une formation qui incorpore une bonne dose de sociologie et d’apprentissage des méthodes d’enquête, ainsi qu’une initiation à la vie de l’entreprise, et des éléments concrets relatifs tant à l’archivage qu’a la présentation journalistique des faits. Les universités françaises n’ayant guère souhaité suivre cette voie, l’étiquette est revendiquée en France par des cabinets indépendants qui vendent des conseils aux entreprises. On rencontre ainsi une forme d’ingénierie qui a son prix, même si les préoccupations publicitaires s’y mêlent10. Mais de là à monter une machine de guerre contre une réflexion universitaire prétendue pure et abstraite, parce que non « appliquée », détachée de savoir pratique, il y a une marge difficile à franchir. Cette polémique, qui ne touche que la France, apparaît bien scolastique. Par son contenu intellectuel et ses références théoriques, une histoire de compagnie n’est pas plus « appliquée » que ne l’est l’étude d’un village au XVIIe siècle, ou de communautés ouvrières au XIXe siècle, ou d’une génération intellectuelle au XXe siècle. Il faudrait ici relire des pages de Lucien Fèbvre dirigées contre Lavisse et Seignobos, coupables de projeter sur le temps de Vercingétorix des fantasmes du patriotisme de la Belle Epoque : les maîtres de la Sorbonne n’auraient-ils pas pratiqué une histoire appliquée, si on entend par là une histoire « utile » ?

18L’important est donc aujourd’hui de baliser des questions, un champ, des problématiques. Les vieilles querelles entre des historiens qui prendraient le parti des patrons et d’autres celui du prolétariat étant supposées forcloses, il reste une interrogation sur le devenir de nos sociétés et, bien sûr, l’histoire comme discipline. Telle qu’elle est pratiquée dans tous les grands pays industriels, l’histoire de l’entreprise prend son bien là où elle le trouve en empruntant à l’histoire économique, à l’histoire sociale, à l’histoire culturelle, à l’histoire politique. Malgré les différences de sensibilités et d’inflexions, un accord s’est peu à peu dégagé au niveau international pour délimiter ce qu’on peut appeler histoire de l’entreprise nouvelle manière, différente de ce qu’on désignait par Business History en 1930, bien que des problèmes de frontières se posent vis-à-vis de disciplines voisines. Toute classification est arbitraire, mais l’avantage d’une énumération systématique est de bien montrer que la discipline ne se réduit plus, si elle Ta jamais fait, aux seules histoires de compagnies. Elle comprend :

  1. Des études sur la vie des affaires en général, dans ses relations avec la théorie économique, l’histoire économique, l’histoire sociale et culturelle, l’histoire urbaine, l’histoire religieuse et intellectuelle, la géographie, les régions et les guerres. Il s’agit là de l’environnement ou du cadre de la vie des entreprises.
  2. Des études sur les entrepreneurs et les hommes d’affaires (pensée, rayonnement, éducation, associations, etc.).
  3. Des études sur l’industrie : processus d’industrialisation, dimensions, structures de propriété du capital, formes d’entreprises (multinationales, entreprises coopératives, etc.), concentration.
  4. Des études sur l’administration des affaires : élaboration des stratégies, organisation, management, culture d’entreprise.
  5. Des études sur les relations entre entreprises et technologie : innovation, brevets, transferts de technologie, productivité, ingénieurs, enseignement technologique, recherche, esthétique industrielle, expositions.
  6. Des études sur les marchés : le commerce et la distribution, y compris dans les aspects de relations économiques internationales ou coloniales, et la prise en compte des grands moyens de transport.
  7. Des études sur les relations entre affaires et gouvernements : aspects politiques, régulation et contrôle, interventions, nationalisations et privatisations.
  8. Des études sur les ressources humaines et le travail : systèmes et marchés du travail, carrières, relations industrielles, conditions, contrôle, etc.
  9. Des études sur la culture matérielle (archéologie industrielle, outils, musées techniques, etc.).

19Ce catalogue illustre une grande diversité d’interrogations relatives au changement social, présentes en gros depuis la fin des illusions euphoriques sur la croissance des années 1960 et l’émergence des différentes remises en question des années 1970. Ni l’entreprise ni la croissance ne sont plus des réalités qui vont de soi.

Une question pour l’avenir

20Compte tenu du point où la Business History est parvenue aujourd’hui, peut-on entrevoir de nouvelles perspectives pour demain ? L’une des grandes questions de fond est de savoir si la classique monographie d’histoire d’une compagnie a encore de beaux jours devant elle. Il semble que la réponse soit positive pour au moins trois raisons. La première est que beaucoup d’entreprises le souhaitent et font appel aux historiens, qui ont la possibilité d’écrire autre chose qu’une défense et illustration de la firme grâce à une documentation écrite et orale de qualité et à des méthodes de travail très perfectionnées. La seconde est que, dans certains pays comme la France et l’Italie, on manque de ces monographies scientifiques pour effectuer des comparaisons internationales avec la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis. La troisième raison est que le genre peut encore être renouvelé et offre un terrain de formation irremplaçable à l’historien, même s’il peut rêver de généraliser à une autre étape de sa carrière. La fécondité des théorisations chandleriennes est loin d’être épuisée, même si elles doivent être critiquées.

21La politique historique des grands groupes devient une réalité que l’histoire de type universitaire doit prendre en compte. Elle correspond à la volonté d’améliorer une image externe de l’entreprise, tantôt image particulière, tantôt image collective (réconcilier les citoyens avec le système mal aimé des entreprises du pays). Elle vise aussi à organiser la mémoire interne. Dans certains cas, il s’agit prioritairement de retrouver une identité qui rassemble le personnel et permette de mieux gérer les ressources humaines. Dans d’autres, la perspective est plus stratégique. Les dirigeants qui ne descendent pas des anciens milieux dirigeants, ne savent plus très bien pour quelles raisons l’entreprise a acquis ses contours. Ils veulent retrouver un chemin parcouru pour construire l’avenir, en soupesant ce qu’ont été des contraintes.

22On peut, autre question, se demander quelle sera la richesse à venir des différents thèmes en chantier dans une Business History plus générale. Les neuf grands domaines distingués plus haut pour la commodité du classement sont tous susceptibles de fructifier sans que l’on puisse imposer des schémas préconçus, mais on s’attardera à quelques exemples choisis de façon purement subjective, tout en évitant jugements de valeur et classement.

23Ainsi le second domaine invite-t-il à une sociologie des élites dirigeantes, dites bourgeoises, comme le fait actuellement Jürgen Kocka, car le modèle socio-culturel propre à chaque pays doit s’expliquer en partie de cette façon. Le grand dictionnaire des hommes d’affaires britanniques édité par le Business History Unit de Londres sous la direction de David Jeremy apporte une contribution essentielle à cette problématique : encore faudrait-il élaborer le même outil de travail dans les différents pays. Ce serait déjà là un bon programme qui n’exclurait pas ensuite des analyses plus fines. L’intérêt de l’analyse comparative est de montrer que le rapport des élites économiques à l’entreprise n’est pas le même dans les différents pays : ainsi pour la notion d’affaire de famille, la conception patrimoniale de la transmission des actions, le rôle accordé à des entrepreneurs salariés, etc.

24Dans le quatrième domaine, la notion de culture d’entreprise devrait certainement être reprise de manière plus systématique. Traditionnellement les acteurs d’une entreprise avaient conscience d’appartenir à une communauté et une alchimie se produisait entre des intérêts personnels perçus sur une longue durée (d’où l’idée de carrière) et des valeurs collectives permanentes. Les fusions étaient vécues comme un phénomène inquiétant, qui remettait en cause les majorités en assemblée générale, la composition du conseil d’administration, les promotions, la localisation des sites industriels et même les relations avec l’environnement de l’entreprise (Etat, banques, confrères et profession). Plus profondément, l’entreprise, comme organisation, est culture, au sens où telle population étudiée par les anthropologues est une culture. Elle forme un système où tous les éléments sont interdépendants. Certains aspects sont liés au métier, à la technologie et au travail d’usine : ils relèvent d’une sous-culture technique. D’autres se rattachent à une sous-culture organisatrice (conception et légitimité du pouvoir, structure du commandement). D’autres enfin sont associés à des attitudes à l’égard de l’argent, de la rentabilité, de l’emploi des richesses. L’unité peut provenir de l’autorité d’élites dirigeantes, mais plus souvent de compromis et d’ajustements. Aucune entreprise n’est semblable aux autres, mais il existe des types nationaux propres à chaque époque. Il est des traits qui marquent une situation française, d’autres sont plus spécifiques de tel ou tel type d’entreprise. Aujourd’hui un regain d’intérêt se manifeste pour la culture d’entreprise recentrée autour d’un projet. La nouvelle culture d’entreprise peut être une synthèse inédite de culture technique (une ambition pour des produits), de culture organisative (divisions administrées selon les principes de la gestion budgétaire, sélection de dirigeants selon leur capacité à obtenir des résultats), et de culture économique (exigences de rentabilité, ouverture à des chances pour l’avenir).

  • 11 Cf. Inside the Black Box, 1982.

25Dans le domaine de l’histoire technologique, beaucoup reste à faire. On peut dire d’ores et déjà que l’histoire de l’entreprise a complètement métamorphosé l’ancienne histoire des techniques, en recherchant les facteurs et les blocages de l’innovation et en étudiant l’attitude des acteurs face au changement technique. L’un des meilleurs maîtres en la matière est Nathan Rosenberg11, professeur à Stanford (au département d’économie, ce qui prouve la souplesse des structures universitaires américaines).

  • 12 Cf. « Gérer sa vie ? Etude statistique sur le profil de carrière des ouvriers de l’indiennage (175 (...)

26Dans le domaine des études sur le personnel des entreprises, la voie reste ouverte à l’élaboration d’une nouvelle anthropologie du travail. Il ne s’agit pas d’examiner d’un côté des carrières et des formes de contrôle plus ou moins paternaliste, de l’autre des rôles dans la production, mais de procéder à une analyse d’ensemble : Une certaine histoire sociale, au sens restreint de « labor history », a apporté un éclairage neuf, étant bien entendu cependant qu’elle doit être reliée à l’histoire du changement technique, les notions essentielles étant celles de culture technique et de culture organisative. On a suggéré ici et là d’insister sur le volet social de l’histoire de l’entreprise, pour compenser les lacunes anciennes de la Business History : l’étude de la vie sociale de l’entreprise contient de fait un programme si elle suit les traces suggérées naguère par Jürgen Kocka, puis par Pierre Caspard dans ses publications sur les manufactures d’indiennage12, et par nombre de chercheurs italiens de la nouvelle génération, dont Giulio Sapelli et, tout récemment, Duccio Bigazzi dans son grand ouvrage sur Alfa Roméo. En d’autres termes, elle ne doit pas oublier qu’elle est une composante de l’histoire de l’entreprise : elle doit se référer à l’organisation de la production, au processus technique comme à la stratégie du produit des dirigeants de l’entreprise. En ce sens, il ne s’agit pas de l’histoire ouvrière telle qu’on l’entendait encore il y a une quinzaine d’années, mais d’une histoire qui incorpore réellement la dimension de l’entreprise autrement que comme une caricature.

27En fait, cette énumération nécessairement sélective a surtout pour fonction de mettre l’accent sur une double exigence. D’un certain côté, une forme de spécialisation est nécessaire. Une autorité comme Nathan Rosenberg est assez sévère quant à l’apport de beaucoup d’ouvrages sur les compagnies en matière de réflexion technologique : les auteurs ont été un peu des amateurs curieux de tout, et il faut passer à des analyses beaucoup plus poussées, beaucoup plus fines, sous peine d’impuissance théorique. La même remarque pourrait être faite pour d’autres aspects de la Business History. D’un autre côté, des passerelles sont à jeter entre différents domaines, dans la mesure où l’on prend en considération un objet commun, l’entreprise, par exemple entre aspects sociaux et aspects techniques. C’est assurément l’un des enjeux de l’avenir. Si le pari ne pouvait être tenu, on assisterait à un éclatement et on ne pourrait plus parler d’une discipline scientifique.

  • 13 Nous renvoyons à O. Zunz, ed. Reliving the Past : The Worlds of Social History, 1985.

28Peut-être convient-il de clarifier à ce propos l’apport de l’histoire sociale, parce que l’idée d’un rapprochement entre ce qui paraissait hier opposé apparaît séduisante. L’histoire sociale n’est plus l’étude des seules masses, des seuls laissés pour compte de l’histoire officielle de jadis. Là-dessus tout le monde est d’accord, mais comment donner une définition positive ? Si aujourd’hui on entend par histoire sociale au sens large le souci de comprendre l’expérience humaine dans la complexité de son évolution, et dans un faisceau d’interactions mettant enjeu l’ensemble des forces d’une société13, il est clair que l’histoire sociale permet de rejoindre presque tous les thèmes de l’histoire de l’entreprise : ainsi l’influence des élites, la culture d’entreprise, la culture technique, l’image externe du système des entreprises, les marchés du travail, etc. Il en est ainsi parce qu’on voit l’entreprise comme problème, non comme microcosme fermé. Plus généralement, il s’agit de savoir pourquoi un modèle de société engendre un système d’entreprises et pourquoi en retour l’évolution des entreprises va de pair avec une transformation de la société globale. Cette perspective est nécessaire assurément mais ne pourrait-on pas parler de vision sociétale plus que de vision sociale ?

  • 14 En dehors de sa très riche contribution au colloque de Lyon, Olivier Zunz prépare un ouvrage dont (...)

29Il semble en effet que toute l’histoire soit sociale, avec de telles définitions, et le concept perd de sa valeur opératoire. L’histoire religieuse est devenue aussi histoire sociale et même l’histoire politique, pour prix de cette extension. Il n’est pas sûr que parler d’histoire sociale de l’entreprise ajoute grand-chose au système de concepts dont on dispose déjà, sinon pour rappeler la vision sociétale présente de toute évidence dans les travaux les plus neufs de Business History à l’étranger. Il n’en demeure pas moins vrai que certains sujets, par leur ampleur, sortent du cadre de l’histoire de l’entreprise : par exemple l’étude de l’évolution des classes ouvrières, de l’émergence des nouvelles classes moyennes salariées, de la culture de masse. Il y aurait ainsi place pour une histoire sociale spécifique plus générale, abordant des sujets liés à ceux de l’histoire de l’entreprise, mais faisant intervenir parallèlement d’autres forces, culturelles et politiques. Olivier Zunz a tracé dans cette direction quelques lignes d’horizon de ce qu’il appelle une histoire sociale du capitalisme14, et qu’on pourrait appeler aussi bien histoire de la société industrielle, de préférence à histoire sociale de l’entreprise.

30On pourrait résumer les thèmes les plus manifestes en deux axes. Premier axe : en quoi des modèles socio-culturels comme ceux du Japon de Meiji, de l’Allemagne wilhelminienne, des États-Unis des années 1900 et des autres grands pays ont-ils favorisé ou engendré des formes originales de capitalisme ? La question est vaste, parce qu’elle inclut l’analyse des attitudes à l’égard de l’Etat et de la politique, la prise en considération des hiérarchies et des mobilités sociales, ainsi que des comportements de consommation ou d’épargne. Olivier Zunz a lui-même esquissé des biographies collectives de cadres engagés dans les affaires, en distinguant, pour les Etats-Unis, un milieu d’élites urbaines valorisant l’éducation, un milieu d’élites davantage liées à la vie rurale et au savoir-faire mécanique, et un milieu plus « idéologue » lié au réformisme progressiste. Cette typologie très suggestive pourrait être le point de départ d’un programme comparatiste. L’histoire sociale, par exemple avec la thèse d’Yves Lequin,a fourni des biographies collectives des ouvriers : à quand des biographies collectives des nouveaux milieux sociaux qui émergent au XXe siècle ? Second axe : en quoi la société industrielle produit elle du changement ? Il peut s’agir des conséquences sociales des décisions des entrepreneurs, par exemple lors de restructurations ou de nouvelle allocation des ressources, mais plus largement des valeurs et des mentalités du corps social. De tels thèmes permettent de réinterpréter des pans entiers de l’histoire américaine. Il n’est pas certain que l’on puisse aller aussi loin en France, et cela pour deux raisons. Tout d’abord l’histoire sociale française reste beaucoup plus qu’aux Etats-Unis une « labor history », et il conviendrait de nouer un nécessaire dialogue avec la Business History au sens strict pour qu’elle élargisse sa problématique. Ensuite le destin de la société française a été moins marqué par le monde des affaires que celui de la société américaine : bien des traits de la vie sociale ont persisté de façon autonome sans rien devoir au système des entreprises.

31La conclusion, à l’usage français, est double. Il est urgent d’affermir des champs de recherche où les équipes étrangères ont déjà fait preuve de résultats importants. Il en va ainsi au premier chef en Business History stricto sensu, et aussi en histoire de la société industrielle. Et il sera certainement très fécond, si ce premier pas est franchi, de travailler dans une perspective de comparaison internationale à une interpénétration de l’histoire de l’entreprise et de l’histoire sociale, selon les lignes de force que nous entrevoyons.

Notes

1 Nous avons présenté une libre réflexion sur la situation française sous le titre : « Existe-t-il une business history française ? », Annali di storia dell’impresa, 1987 (tome 3). Dans le même volume Ulrich Wengenroth décrit la situation allemande : « Business history in Germany ». Dans le volume de 1985 Richard S. Tedlow a résumé la situation américaine : « Business history in the United States : Past accomplishments and future directions ». Pour la Grande-Bretagne, cf. Leslie Hannah : « New Issues in British Business History », Business History Review, 1983.

2 Un excellent panorama des activités du Centre se trouve dans Hugh G.J. Aitken, ed. Explorations in Enterprise, 1965.

3 Business Enterprise in its Social Setting.

4 De l’œuvre immense de Thomas C. Cochran, citons seulement deux livres anciens : America’s Railroad Leaders, 1845-1890, 1953, et The American Business System, 1957.

5 Henry Varnum Poor, 1956.

6 Unternehmensverwaltung und Angestelltenschaft am Beispiel Siemens 1847-1914. Zum Verhaltnis von Kapitalismus und Bürokratie in der deutschen Industrialisierung.

7 Citons tout particulièrement: Management Strategy and Business Development et The Rise of the Corporate Economy : the British Experience, deux ouvrages de 1976.

8 Nous pensons par exemple à : Organizzazione lavoro e innovazione industriale nell’Italia tra le due guerre, 1978 : « Gli organizzatori della produzione tra struttura d’impresa e modelli culturali », Storia d’Italia Annali 4, 1981, et à la section « Introduzione. Un esemplo di storia d’impresa » dans l’ouvrage collectif Energia e sviluppo. L’industria elettrica italiana e la società Edison, 1986.

9 Cf. Henri Rousso : « L’histoire appliquée, ou l’historien faiseur de miracles »,Vingtième siècle, revue d’histoire, janvier 1984.

10 On peut consulter le recueil de Maurice Hamon et Félix Torres, éd., Mémoire d’avenir. L’Histoire dans l’Entreprise, 1987.

11 Cf. Inside the Black Box, 1982.

12 Cf. « Gérer sa vie ? Etude statistique sur le profil de carrière des ouvriers de l’indiennage (1750-1820) », Revue du Nord, 1979, et « Les Pinceleuses d’Estavayer. Stratégies patronales sur le marché du travail féminin au XVIIIe siècle », Revue suisse d'histoire, 1986.

13 Nous renvoyons à O. Zunz, ed. Reliving the Past : The Worlds of Social History, 1985.

14 En dehors de sa très riche contribution au colloque de Lyon, Olivier Zunz prépare un ouvrage dont il a livré une partie de la substance dans ses conférences de l’EHESS de 1987 et 1988.

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540