Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette recherche, qu’en est-il de l’intuition du rapport étroit qu’ont entretenu le folklore et la Révolution nationale ? Le folklore intéresse l’Instruction publique, la Jeunesse, l’Agriculture, l’Équipement national, la Propagande... Larges zones si l’on tient compte que la plus prestigieuse ou significative est la science folklorique, qui se charge des inventaires, par enquêtes interposées. Il est légitimé par la science à deux niveaux : national avec le Musée national des Arts et Traditions populaires, régional avec les commissions départementales de propagande régionaliste et les sociétés savantes. Les échanges des spécialistes comme les études d’ethnographie folklorique se font à travers les congrès, les commissions départementales, les délégués régionaux ; suscitent des publications et en définissent l’enseignement à tous les niveaux et dans tous les domaines du folklore. L’architecture est privilégiée. Elle est effectivement perçue comme symbole de civilisation, qui entretient des rapports étroits avec le sol. Dans les concepts de la Révolution nationale, elle ne peut-être "apatride" ni emprunter ailleurs un quelconque élément – La maison folklorique répond à des idées morales, devient signe de certaines valeurs, en un espace défini.

2Nous abordons ainsi une idée essentielle qui revient tout au long de cette étude, à savoir le régionalisme. Il prend la forme maurrassienne, défendue par les traditionalistes. Dans cette acception, le terme s’imbrique étroitement à folklore. En effet, tel qu’il est entendu par l’Action française, il est synonyme de province, postule la valorisation d’espaces géographiques étroits, clos, exalte les éléments originaux du groupe folklorique. Ces aspirations trouvent leur définition dans la conscience de communauté ethnique. Ce régionalisme incite la société à rechercher son identité socio-culturelle dans un espace perceptible à des signes, (langue, habitat, costume,...), liens entre individus qui partagent un terroir. Il s’oppose aux dirigeants, à l’État, à la technocratie, qui représentent l’oppression et vise à restaurer le pouvoir des notables, issus de la même terre. L’idée de décentralisation n’a pas le même sens pour Vichy et pour les régionalistes. La communauté ethnique qui est ici reconnue est le Paysan et son corollaire l’Artisan. Ils deviennent "folkloriques". Le folklore acquiert ainsi statut d’existence. Tel qu’il est voulu par la Révolution nationale, il est un formidable rassemblement de diverses formes culturelles, en gestation perpétuelle. La musique passe de l’adjectif régional au concept de régionalisme, tout autant que le théâtre et l’imagerie. Il y a vaste transfert de populaire à paysan, de folklore à doctrine, d’esthétique à éthique ; chaque glissement pouvant s’effectuer au travers de l’éducation. Il s’agit bien d’une stratégie culturelle qui opère une conquête depuis la base par les associations, le village, la région. Cette appropriation d’objets signe la défaillance de la France. La période de Vichy n’est en aucune façon une période de renouveau des arts et traditions populaires, mais apparaît comme l’âge d’or des théories folkloristes.

3Deux périodes se dégagent ; tout d’abord celle qui correspond à l’établissement du Régime avec la mise en place d’une législation, phase des discours pléthoriques sur le thème de la Révolution nationale, qui s’étend de 1940 à 1942. L’idéologie, telle qu’elle apparaît dans les discours pétainistes, est à son apogée. Elle triomphe et pense, l’espace de dix-huit mois environ, s’installer. Les déclarations se modulent au fil des mois. En juin 1942 Henri Labat, commissaire pour la zone occupée du Comité national du folklore déclare :

  • 1 LABAT H. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 12.

« "Rénovation et Révolution nationale, tels ont été les mêmes mots d’ordre de notre grand chef, le maréchal Pétain, lorsque me trouvant à Vichy au moment de l’Assemblée nationale il donne ses premières directives. Quoi de plus beau en effet, quoi de plus prenant que le folklore pour rénover notre pays qui glissait à l’abîme. "Seul le don de soi donne son sens à la vie individuelle en la rattachant à quelque chose qui le dépasse, qui l’élargit et le magnifie".
Voilà une phrase du maréchal Pétain qui doit nous servir de guide. Folklore, traditions populaires, régionalisme, provinces, voilà encore les mots qui viennent couramment dans les messages de notre grand chef vénéré. Comment l’aider dans la révolution de ses idées ? »1.

4Et Georges-Henri Rivière précise en octobre 1942.

  • 2 RIVIERE G.-H. – in, Études agricoles d’économies corporatives, Paris, oct.-déc. 1942, 1942, p. 303

« Tâche d’ordre historique qui s’accompagnera d’une propagande de respect et de mise en valeur des richesses architecturales traditionnelles lorsqu’une rénovation de l’habitat rural deviendra possible »2.

5L’utopie se dissipe avec l’affirmation de courants qui se jouxtaient mais n’étaient pas dominants. Le retour de Laval à Vichy en avril 1942, met fin à l’idéologie de Révolution nationale, telle qu’en rêvait le Maréchal. Pour la région qui nous concerne, le statut est modifié par l’occupation. Les discours culturels sur le folklore se continuent cependant dans les médias et chez les régionalistes. L’influence de Ph. Pétain diminue au sein de Vichy et les nouveaux courants n’ont pas exactement la même idéologie de retour à la terre. Le ton change après l’occupation totale du territoire, en novembre 1942 et la victoire prévisible des Alliés. Avec l’occupation de l’Afrique du Nord les camps sont plus définis, les propos différents. Deux ans après le discours sur la rénovation a évolué.

  • 3 RIVIERE G.-H. & MAGET M. -in, Journées d’études de l’habitat rural, 13-17 juin 1944, Sté indust. d (...)

« Le vertige créé par l’évolution accélérée du monde moderne crée deux attitudes : l’une qui consiste à regretter l’état d’équilibre qui s’est longtemps reflété dans la maison rurale traditionnelle, l’autre qui aspire à un nouvel équilibre ou plutôt – car un équilibre serait trop étatique pour l’époque actuelle – à un développement continu en harmonie avec la situation. Les tenants de la première attitude ont pu espérer conserver à la vie rurale son aspect reposant, gage de stabilité générale et poétique en en maintenant l’expression capitale : La Maison. Car il y a non seulement contrainte de cette trace physique de la tradition, il y a aussi persuasion inconsciente. Tant que le contenu ne fait pas éclater le contenant, celui-ci continue à modeler celui-là. Mais on ne peut tenir longtemps cette attitude. La transformation de la paysannerie en zoo destiné à la réjouissance des voyageurs peut séduire par les avantages qu’en tireraient les institutions touristiques ; on ne peut toutefois condamner de sang-froid, au nom de cette politique, une partie importante de la population de nos campagnes à continuer à vivre dans des conditions dont celle-ci ne veut plus et que les poètes bucoliques seraient les derniers à accepter pour eux-mêmes »3.

6Les vichystes anti-allemands et les anti-vichystes vont tendre à une convergence pour résister, même si leurs idéologies divergent. Pour la seconde période, il est intéressant d’analyser, dès 1942, l’élargissement de l’idéologie qui échappe au Maréchal et à ses proches, mais est reprise par le courant européen de l’ordre nouveau. Abel Bonnard dans son message au Congrès du folklore prévoit l’Europe future :

  • 4 BONNARD A. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942. A. Bonnard avait, dès son essai sur le (...)

« Si on les rapproche, de la Provence à la Flandre, de l’Anjou au Tyrol, ils n’ont qu’à se parler de leurs usages, qu’à se dire quelles vertus ils honorent, quels plaisirs ils goûtent, quelles fêtes ils se donnent, pour sentir leurs affinités à travers leurs différences, et pour s’apercevoir qu’au-dessous de cette Europe future qu’on leur propose, existe une Europe de profondeur où voisinent déjà les âmes des peuples »4.

7Les régimes totalitaires ont leur conception des arts – chacun choisit son "créneau". Le style Pétain, qui est effectivement folklorique, tient à sa personnalité. Il fait appel à la paix, à la tradition des ancêtres, à la continuité. L’hostilité de Pétain, face à l’industrialisation, à la ville, et par voie de conséquence à l’intellectualité, découle de conceptions qui se réclament de la société paysanne menacée et du corporatisme face au capitalisme. Il oppose ainsi la ville à la campagne. Il y a à proprement parler, comme dans tous les régimes, construction d’archétypes qui précèdent et précisent la définition de l’idéologie. Les arts populaires ont subi le travestissement que d’autres régimes leur ont fait subir. Ils ont eu à se moduler, à se couler dans un moule normatif. L’image du Maréchal lui-même rejoint le panthéon des personnages auréolés de gloire et recouvre une héroïsation d’ordre éthique, non politique. Π s’instaure un usage social du folklore qui s’inscrit dans la conjoncture historique d’une France défaite et dans la politique de l’État français. La Révolution nationale est un totalitarisme différent du fascisme de Mussolini ou du nazisme parce que leurs idéologies et les personnalités de leurs chefs diffèrent. Ph. Pétain n’érige pas en valeur morale la force virile et la beauté sculpturale des corps athlétiques, cependant, là aussi selon le schéma connu, dit et redit, l’épanouissement physique signe la clarté morale. Nous savons bien que ce concept entérine l’idée de race. La France est le creuset des races, les paysans sont une race, les urbains une autre. Par un raccourci courant, ce concept engendre une promotion de la force physique. La boucle est bouclée. Mouvements de jeunesse, chants cadencés, endoctrinement joyeux, air sain de la campagne, coutumes et tradition – par tous ces passages, le Maréchal impose le mythe paisible de la terre, mère et refuge. C’est une tentative pour combler un vide, par une régression vers la terre maternelle. Le folklore recréé signe la mort d’un monde. L’éternité assignée à la tradition porte la destruction de l’ordre éternel, démasque les soubresauts d’une France rurale en agonie. Lieu de tous les espoirs, d’une part à cause de notre défaite, et d’autre part pour des raisons idéologiques et personnelles.

8La terre est un mythe ambigu, aux significations multiples : ruralité, race, bon sens, racines dont se réclament le Maréchal, ses conseillers proches, autant que Maurras. La confirmation des connexions entre l’idéologie de la Révolution nationale de la première heure et celle de Maurras est confirmée par la personnalité même du philosophe d’Action française. La passion pour le Midi méditerranéen, pour la Grèce, la poésie, son action de félibre, son admiration pour Mistral, montrent son souci de fonder l’action politique sur les "réalités naturelles" du terroir, c’est-à-dire sur le legs de l’histoire. À "Travail - Famille - Patrie", du Maréchal on peut mettre en parallèle "Métier - Famille - Région" de Maurras. Les bases de la Révolution nationale ne datent pas de 1940. Maurras était un réservoir de ces idées autant que G. Thibon. La latinité du Maréchal n’est pas avouée mais apparente dans ses choix, dont Mistral n’est qu’un exemple. Pour l’un et l’autre, les références culturelles sont méditerranéennes ; les choix, d’ancien régime ; la race, la référence – Les symboles superposés révèlent le même concept de la race ; la seule vraiment pure est paysanne ; le mode de vie et le lieu sont ainsi définis.

  • 5 BARTHES R. – 1957, p. 209.

9Le folklore, forme et sens de la Révolution nationale : la forme de culture que suppose la rénovation du folklore est instaurée, parce qu"‘innocente". Elle-laisse les mains libres aux dirigeants, elle raye la culture engagée d’avant-garde, porteuse d’une conscience, d’un regard et d’un esprit critique. Elle s’installe par le mythe dont la fonction est de ne rien cacher mais de déformer pour atteindre l’ordre des choses – l’innocence Le folklore en lui-même a déjà un sens, il a une réalité sensorielle, il suppose une mémoire. Lorsqu’il apparaît sous la forme d’un costume, d’une habitation, d’un chant, il se révèle. Barthes nous dit qu’à ce stade s’opère une régression "anormale du sens à la forme"5. Le costume, forme du mythe du folklore, en appauvrit le sens, autant que le folklore, forme du mythe de la Révolution nationale, l’aliène. Le costume ou le folklore ne sont pas des symboles ; leur présence est trop visible mais ils sont complices de leur concept, le folklore ou la Révolution nationale. Par la forme mythique, la Révolution nationale évacue toute politisation du folklore. Le concept a un déterminant historique qu’il faut dissimuler et le folklore rétablit le lien de cause à effet. Par ce signifiant "folklore", les idéologues instaurent une histoire nouvelle dans le mythe de la Révolution nationale. Il a à sa disposition une masse de signifiants (théâtre, habitat, fêtes, musique...) ; se répète à travers diverses formes qui nous permettent de le déchiffrer. La répétition participe d’ailleurs à son décryptage – Il nous a, à travers les apologies renouvelées au terroir, livré deux sens : le racisme de l’Ordre Nouveau et la paix sociale, fondement de sa durée. La large affirmation d’une identité va de pair avec le programme de retour aux traditions, aux ancêtres, à la communauté, via la pureté de la race. Le discours sur le folklore exclut les autres cultures, fait ressortir l’appartenance à une terre, à une race. L’occultation des disparités sociales s’opère par une manœuvre de nivellement. Le discours se fait sur le Paysan avec un grand P.

  • 6 La perpétuation du mythe civilisateur de Demeter propre à la culture méditerranéenne fait l’objet (...)
  • 7 GINZBURG C. – 1985.

10Sous le Régime de Vichy, l’idéologie a réactualisé le mythe civilisateur de Demeter, ce qui explique les discours sur la transmission des savoirs et traditions6. La société qu’il sous-tend est hiérarchisée, paysanne, artisanale, et fait l’objet d’allocutions sentimentales et bucoliques. Il s’oppose au mythe guerrier des Germains7, que l’on retrouve dans les mouvements de jeunesse à connotation militaire dans l’Allemagne nazie, en France dans les mouvements paramilitaires et jusque dans la rénovation des fêtes agrestes qui ne sont pas tant des rites de fertilité que des appels à la force où les jeunes sont les acteurs. L’un et l’autre des mythes ont en commun la référence au chef, à l’élite. L’un soumet le corps pour mieux dominer l’esprit, l’autre transmet un savoir qui lui, donne accès au pouvoir. Les deux mythes ont pris vie, ensemble, sous Vichy. On pourrait même dire qu’ils ont périodisé la Révolution nationale. Le premier faisait référence à la terre ; il domine en zone Sud pendant deux ans. Il est rejeté en 1942 par ceux qui rendent le maréchal Pétain presque silencieux sur le retour à la terre. Les traditionalistes ne sont plus sur le devant de la scène. Le thème change avec l’occupation de tout le territoire, avec la nécessité d’assurer l’ordre, avec la montée des mécontentements. Le mythe de la violence, celui que fait triompher le sang de la race, se déploie.

11Toute la mise en scène des fêtes, des cérémonies, des groupes folkloriques, tend à faire d’une histoire en train de se constituer, un fait d’actualité. Il y a tentative de créer la confusion entre nature et histoire. La dissimulation est réelle, l’histoire en train de s’installer se lit bien dans tous les domaines investis, dans la propagande spectaculaire de la mise en place de l’idéologie. Les clés de la Révolution nationale sont dans cet aspect péremptoire, qui est la nature même de l’endoctrinement. L’intérêt continu pour la jeunesse, les formes d’éducation, l’exécution rapide des consignes doivent mettre en garde contre la prétendue innocence de la matière folklorique. Les dirigeants en connaissent la signification ultime, difficile à lire immédiatement tant les domaines sont multipliés et en même temps divisés à l’échelle régionale. Le Maréchal prête son visage au public et il devient son image dans chaque région individuelle, miroir stratifié, serein, paisible. Les enfants des écoles que l’on emmène aux spectacles folkloriques, comme sur le passage du Maréchal, témoignent de la volonté d’enseigner un modèle bien précis : celui que réclame un public et celui qu’il faut inoculer pour modeler. La banalisation et l’uniformité sont les facteurs d’une représentation mentale accessible à tous, qui devait influer collectivement sur les individus dans leur vision du monde. Les choix ont été ceux des intellectuels et cette culture dont le peuple est détenteur, et dont on le dépossède, y est travestie. La dissimulation de la réalité du folklore est aussi dans cette altération. Une propagande solide a ressassé les mêmes messages, véhiculant des images qui utilisaient un vocabulaire religieux, vide de vraie foi, vide de sens, mais qui définissait les dogmes. Le projet culturel de l’État français est issu d’une réflexion urbaine, centralisatrice, celle des élites sociales ou intellectuelles. Ils s’approprient une forme antonyme de la leur, la soumettent au regard de la science et de la notabilité et la façonne de telle sorte qu’ils récupèrent le modèle et le lieu des pouvoirs qu’ils veulent exercer. Le folklore relève d’une politique culturelle bien réfléchie, dont l’efficacité eût été rapidement perceptible, puisqu’il en appelle au système de représentation de tout un peuple. La question de l’esthétisation de la doctrine se pose, ici, comme ailleurs, et elle n’a jamais été négligée par aucun pouvoir. L’art, et surtout l’art populaire – revendiqué comme signe d’identité – devient leitmotiv d’un discours. Les discours font diversion, face à l’humiliation ; les Français retrouvent un sol "authentiquement français", marqué du sceau de la continuité. Ils leur permettent d’opérer un transfert satisfaisant ; spoliés de la grande patrie, ils retrouvent une petite patrie. L’État obtient un consensus, en neutralisant notables et élites, mais la vraie nature du folklore, analysée comme forme de l’idéologie de la Révolution nationale lui ôte toute ambiguïté. Il est non seulement le support des idées réactionnaires mais il en est la forme.

12Il y a eu conceptualisation du folklore. Mais il y a eu plus : l’ajout d’une charge sémantique nouvelle. Le folklore représente par glissements successifs, du jeu à la science, de la science à la reconstruction du visage de la France, non seulement une mise en scène orchestrée par l’État français, mais un modèle qui fait partie intégrante du pétainisme. Le temps est immobilisé par une double combinaison : recours à un passé anachronique, et atemporalité indiscutable.

13L’expérience de la Révolution nationale a été relativement courte si on la compare aux régimes forts qui ont envahi l’Europe. En quelques mois, la législation a établi des structures qui, pour la plupart, durent encore, quarante après. C’est peut-être de cette façon qu’il faut rétrospectivement s’interroger et continuer d’interroger les textes, sur le poids qu’aurait pu avoir sur les mentalités, dans le long terme, le bouleversement culturel qui a été tenté, et ce que dans la réalité il a établi ? – L’impact a été d’autant plus fort que Vichy a ciblé les jeunes – il a laissé dans leur imaginaire des images de rusticité et des nostalgies bien connues.

14Dans l’immédiat, après-guerre, le ruralisme et le folklore ont été rejetés au nom du progrès, de la reconstruction, de l’industrialisation. Cependant les arts populaires sont devenus dans certains cas, les sources très vivantes, dynamiques, de mouvements culturels : celui de COBRA (1948-51) rassemble des artistes, poètes, architectes, écrivains de toutes nationalités. Le folklore à travers eux vit ses légendes et sa poésie. L’idée de race en est exclue. À partir des années soixante, la redécouverte du monde rural et campagnard, est plutôt le fait des courants de gauche, pour qui le messianisme révolutionnaire s’est déplacé des villes vers les campagnes après l’exemple des pays dominés, dits du "Tiers-Monde". Le néoruralisme a été un véritable phénomène social. Il concevait la ruralité comme paisible et resplendissante, d’où tout conflit était exclu. Il a été un discours nostalgique, réduit à la notion de plaisir qui exclut le paysan. Le folklore s’est déplacé. Cette forme de ruralité est vraiment un espace imaginaire, mythologie d’un âge d’or. Les médias participent là aussi à une forme de falsification de la réalité et de l’histoire.

Notes

1 LABAT H. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 12.

2 RIVIERE G.-H. – in, Études agricoles d’économies corporatives, Paris, oct.-déc. 1942, 1942, p. 303.

3 RIVIERE G.-H. & MAGET M. -in, Journées d’études de l’habitat rural, 13-17 juin 1944, Sté indust. d’imp., Levallois, 1944, 9 p., p. 7.

4 BONNARD A. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942. A. Bonnard avait, dès son essai sur les Modérés en 1936 signé son adhésion aux idéologies fascisantes qu’il côtoyait depuis 1925. "Bonnard restera jusqu’au dernier jour le grand maître de l’Université, garantissant sa longévité par sa complaisance aux vœux d’une puissance occupante qui l’a définitivement envoûté". ORY P., 1976, pp. 228-229.

5 BARTHES R. – 1957, p. 209.

6 La perpétuation du mythe civilisateur de Demeter propre à la culture méditerranéenne fait l’objet d’une étude dans le doctorat en cours d’H. Bernard. Cf. BERNARD H., 1985, pp. 45-74.

7 GINZBURG C. – 1985.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540