Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Troisieme partie. La propagande folklorique

Chapitre II. Le folklore dans les medias

Texte intégral

1La presse, la radio et le cinéma ont largement contribué à mettre le folklore à la mode.

PRESSE ET REVUES REGIONALES

  • 104 LABORIE P. – 1980.
  • 105 (A.N. F. 41266).

2La presse est un élément fondamental de persuasion des pouvoirs dictatoriaux. Celle de Vichy n’y échappe pas. L’État prend droit de regard sur toute l’information et édicte des mesures incitatives et coercitives. Une censure systématique s’exerce non seulement sur" les événements politiques, militaires, diplomatiques, mais aussi sur les chroniques sportives, les feuilletons littéraires, les critiques culturelles et artistiques, les articles de mode... Cette emprise est d’autant plus forte que l’objectif n’est plus d’informer mais de_ persuader. La presse régionale, "s’épuise à convaincre l’opinion du bien-fondé de cette nouvelle politique"104. Les revues spécialisées touchent un public plus restreint. Nous savons que le Gouvernement) est favorable à l’établissement d’un réseau régional animé par les érudits et les artistes de province, qui servira de relais à la propagande "régionaliste" et agrarienne. Le projet, subventionné au niveau des régions doit aboutir à la création d’une quinzaine de revues, ^ synthétisées au sein de France qui réunira les meilleurs articles105. La plupart des régions voient effectivement naître des publications, émanant le plus souvent des Commissions de propagande, ou Centres d’études régionalistes créés par les instances préfectorales.

Mise en place d’un réseau régional

  • 106 Le tirage n’est d’ailleurs qu’indicatif puisqu’il faudrait pouvoir quantifier aussi les pratiques (...)

3Il est important de rappeler le rôle joué par les quotidiens régionaux dans la diffusion des concepts folkloristes et régionalistes, assénés au fil des jours, dans les rubriques locales ; comptes rendus de tous ordres, laudatifs et monotones. La presse ne permet pas une approche réelle de l’opinion publique pendant cette période, mais à l’inverse, elle dégage les idées forces de la propagande. Un dépouillement systématique met en évidence le "matraquage" quotidien sur les thèmes des provinces, du régionalisme, du Retour à la Terre. Le poids de cette presse n’est pas à négliger, puisque l’information s’adresse aux couches populaires et aux classes moyennes de la population française. La diffusion en est large, tant géographique que numérique. Un quotidien comme La Dépêche de Toulouse, qui consacre pendant toute l’Occupation une large place dans ses colonnes aux articles de folklores régionaux, tire à peu près à 300 000 exemplaires vers la fin de l’année 1940106.

4Les revues régionalistes deviennent un des agents de distribution du système de valeurs et de la dynamique sociale de l’État français. Elles ne doivent leur survie qu’à l’attribution de crédits et de papier. Dans le même temps, d’autres organes qui ne se satisfont pas des directives officielles, doivent interrompre leur parution, faute de ces moyens élémentaires. Corrèze, dont le premier numéro sort en novembre 1941, est née grâce à la Commission de propagande régionaliste. G. De La Farge présente son programme :

  • 107 LA FARGE G. de – in,Corrèze, Tulle, nov. 1941.

« Elle a formé le dessein, non seulement de rechercher et synthétiser les efforts passés, les réalisations dont notre région a pu être le théâtre, d’évoquer le visage et l’âme de notre terroir, mais encore d’exalter chez tous ceux qui vivent sur le sol limousin l’amour de ce sol (...). C’est avec de tels sentiments que Corrèze entreprend sa tâche d’animation et de vulgarisation régionales, plaçant par ailleurs ses efforts sous le signe d’une devise inspirée de celle du félibre provençal, Félix Gras, devise qui caractérise si bien le régionalisme des provinces françaises, plus que jamais intimement serrées aux coude à coude derrière la grande unité nationale :
J’aime mon village plus que ton village ;
J’aime ma province plus que ta province ;
J’aime la France plus que tout »107.

  • 108 ORY P. – 1976, p. 39.

5P. Marion, collaborateur de la première heure, "l’homme par excellence de la manipulation par la propagande"108, responsable à Vichy de février 1941 à janvier 1944 de l’information et de la propagande, souligne :

  • 109 MARION P. – in, Corrèze, Limoges, nov. 1941, p. 7.

« Corrèze, revue régionaliste, répond à l’un des plus chers désirs du Maréchal : rendre à la province, au sein de la Nation, l’importance que l’on n’aurait jamais dû cesser de lui reconnaître »109.

6Un mois plus tard, Quercy se justifie au nom des mêmes poncifs. Conçue dès le mois de novembre 1940, au cours de la séance inaugurale de la Commission régionaliste du Lot réunie par les soins du préfet Bézagu, elle attend un an l’autorisation gouvernementale avant de sortir son premier numéro. Le Centre d’études régionalistes de Limoges, point de rencontre des sociétés savantes du Limousin, inaugure en janvier 1942 Notre Province qui laisse "l’élite régionale" s’exprimer autour de son terroir.

  • 110 Comité de Rédaction, in, Notre Province, Limoges, janv.-févr. 1942, p. 1.

« Notre Province, la revue que nous offrons aujourd’hui au public, veut être l’expression de la vie d’une province fière d’un grand passé, héritière de magnifiques traditions auxquelles elle reste attachée et qu’elle tient à continuer »110.

7D’autres nouveaux organes de presse : La Bourgogne du Sud, publication trimestrielle couvrant le Mâconnais, la Bresse, le Charolais et le Brionnais, fondée par la Commission de Saône-et-Loire en 1942 ; La Revue de Savoie, éditée à Chambéry, dont le premier numéro début 1941 rend un "vibrant hommage" au maréchal Pétain et en invoque le parrainage ; La Revue d’Arles pour la Camargue, chantent les terroirs... Certaines ont parfois, comme La Revue du Languedoc, une vocation plus large, puisqu’elle s’étend sur l’Occitanie toute entière, depuis la Gascogne, jusqu’au comté de Foix. Le Comité national du folklore profite de son regain d’influence pour faire paraître à partir de 1941, L’Écho des Provinces, dont il partage les colonnes avec la Fédération des amicales régionales. Il devient le fer de lance de tous les thuriféraires du folklore, toutes tendances confondues. Plus spécifiquement régionalistes, le mensuel catalan La Tramontane, interrompu en 1937, ou Terroirs (organe régionaliste des provinces françaises) sont réédités à partir de 1942.

  • 111 in, Terroirs, Brives-Charensac, 1942, p. 2.

« (...) Cette France d’antan que l’on veut désormais refaire, les rédacteurs de "Terroirs" la serviront comme autrefois, et avec elle nos anciennes provinces, dont ils n’ont cessé d’exalter le passé, la vie et les coutumes.
(...)
Oublieux des mauvaises querelles que leur cherchèrent parfois les tenants du Front populaire, alors désireux d’étouffer les voix indépendantes s’élevant de notre sol gaulois pour maintenir l’idéal millénaire des celtes nos aïeux, ils continueront inlassablement, le front haut, la Coupe Sainte en main, cette "Queste du Graal" que firent si magnifiquement au temps passé, les preux chevaliers de leur race, et comme eux, garderont avec les traditions des ancêtres le culte du Bien et du Beau "souto la capo dou Soulèu" (...)111.

8En zone occupée, le sort des revues régionales est différent. Beaucoup de sociétés savantes, faute de moyens matériels, interrompent leurs bulletins. On note toutefois quelques initiatives émanant là encore des préfectures. Dans l’Aisne, l’éditorial de Terre natale ne laisse aucun doute sur les motivations préfectorales.

  • 112 Terre Natale, Laon, 1.10.1941, p. 6.

« Terre natale viendra chaque mois apporter au foyer de ses lecteurs le réconfort d’un passé méconnu. Elle les distraira en les instruisant »112.

  • 113 Le mouvement Province compte vingt-deux délégations régionales en zone occupée.
  • 114 (...) "Citons encore Jacques Boulenger : "Il y a longtemps que l’école aurait dû enseigner à nos e (...)

9Cette catégorie de presse profite du contexte politique pour renaître de ses cendres. Les félibres et les occitanistes conservent leurs revues ; dans la région languedocienne, L’Auta des Toulousains de Toulouse, Era Bouts dera Mountaho, organe de l’Escola deras Pyreneos publié à Saint-Gaudens, Lo Gai Saber, de l’Escola Occitana de Toulouse, à Castelnaudary La Gazette Lauragaise, Terra d’oc et Oc de la Société d’études occitanes... ou encore en Provence, Fe, Lou Félibrige... Des mouvements nouveaux, comme Province (mouvement national de décentralisation intellectuelle), créé le 1er septembre 1941 autour de Charles Bourgeois dans le but d’utiliser les ressources intellectuelles des provinces et du sol français, s’appuie sur Nos Provinces pour propager sa doctrine113. Elle propose de remplacer la notion de régionalisme, jugée vague et inexacte par celle de "paysme" appuyée sur la race114.

10Les organes professionnels vantent les mérites des savoir-faire artisans ou paysans. Le Service de l’artisanat s’assure ainsi Métiers de France qui paraît en octobre 1941. La Corporation nationale paysanne, de son côté, envisage en relation avec le Musée national des ATP une revue semblable sur la "civilisation paysanne" ; le projet ne verra pas jour faute de moyens.

Les ambiguïtés de la propagande

11L’ensemble des revues connaît un succès relatif. Leur influence dépasse le cadre régional dès qu’un sujet mobilise l’opinion ; témoin, l’enquête sur la question de l’enseignement des dialectes à l’école, lancée par Quercy. Ces revues sont élégantes, illustrées par des artistes de la région. Les articles sont signés par des auteurs connus, voire même de réputation nationale, comme les frères Tharaud, Henry Bordeaux... Les collaborations, la qualité du papier, la typographie soignée, les clichés et frais généraux, laissent imaginer un budget important. Leur contenu, chroniques et études régionales, préhistoire et histoire, agriculture, arts et traditions populaires, mouvements de jeunesse, prisonniers, commerce et artisanat, Secours national, Légion, reportages, nouvelles, poèmes... ont un ton savant qui ne s’adapte pas au public ciblé par le gouvernement. Un rapport d’A. Varagnac adressé au préfet de Toulouse montre qu’il est conscient des problèmes de cette presse élitiste.

  • 115 VARAGNAC A. – Rapport relatif à une publication régionaliste adressé au préfet de la région de Tou (...)

« La propagande régionaliste se fait depuis quelques mois dans diverses régions ou divers départements sous forme de plaquettes périodiques, ou revues, de caractère luxueux, et dont la diffusion est officielle et ne touche que faiblement le grand public.
Il semble difficile de le toucher autrement que par un organe conçu de telle manière qu’il puisse parvenir un jour à une vente importante et à de nombreux abonnements.
Il est permis de penser que cette propagande sous forme indirecte, serait plus efficace et de plus longue haleine et éviterait la réaction défavorable que le public manifeste souvent envers tout ce qui se présente avec un caractère de propagande trop apparent »115.

12Pour faire de ces publications un outil efficace et "moins apparent", A. Varagnac propose d’élaborer un périodique d’une "présentation populaire" empruntée soit à l’almanach, soit à la feuille de format journal. Sur papier ordinaire, il doit satisfaire un public rebuté par une présentation trop luxueuse. Cette publication, mensuelle, au moins pour le début, s’efforcera de toucher diverses catégories de lecteurs : les agriculteurs par la rubrique "maintien à la terre", contenant des renseignements sur les foires, marchés, denrées et techniques agricoles ; les enseignants et les jeunes, par une page "jeunesse". Une partie du journal consacrée aux éditions départementales, présente un article en langue d’oc dans le dialecte du) département.

13Plus que véritablement censurée, la presse régionale se plie à l’idéologie et fait œuvre détournée de propagande. Elle apparaît évidemment comme un moyen de reproduction et de diffusion des théories agrariennes et régionalistes. Dans la ligne de l’orthodoxie révolutionnaire, elle a pour mission de participer de façon permanente à l’éducation régionaliste les revues, créées par les Commissions départementales, plus aguichantes, sont les organes des pouvoirs régionaux. Elles constituent un élément dans la stratégie d’ensemble de l’information sans répondre exactement aux normes publicitaires de l’État. En dépit des consignes et des subventions, elles restent conçues par et pour l’élite régionale et répondent à une fonction de représentation des notables, qui se retrouvent en leur région. La lettre de A. Varagnac tend à montrer que le pouvoir central est, lui, préoccupé de propagande avant tout.

LA RADIO

14A la veille de la guerre, le réseau radiophonique français était déjà fortement implanté. Il quadrillait toutes les régions. En province, les premiers postes émetteurs avaient été des postes privés dûs à des initiatives locales comme à Agen, Béziers, Lyon, Montpellier, Toulouse, qui existaient dès les années vingt. Un regroupement s’opéra et Radio-Toulouse était certainement le plus important. La radio devint un enjeu capital. Le nombre de postes récepteurs n’avait pas cessé d’augmenter depuis la mise en place des grands réseaux nationaux au début des années trente, et en faisait un des principaux médias, largement concurrente de la presse et supérieure dans son impact au cinéma, pourtant en pleine expansion. En 1938, il existait près de 4 700 000 postes. Leur nombre sera de 5 100 000 en 1944.

  • 116 ORY P. – 1976, p. 78.
  • 117 TUDESQ A.J. – 1977.

15La défaite de juin 1940 et l’éclatement du territoire national en plusieurs zones entraînent des modifications importantes. La propagande allemande s’empare des postes parisiens et fait de Radio-Paris l’unique point de transmission pour toute la zone occupée. En zone "libre", Radio-Vichy, marqué à ses débuts par l’équipe de Je suis partout, se dégage de ces éléments jugés par trop extrémistes et s’installe dans "un style fréquemment qualifié de bavard et académique, propre à une radio officielle étroitement dépendante des impératifs gouvernementaux"116. Les régionalistes, partisans d’un retour aux traditions "d’autrefois", voient dans cette nouvelle technique le moyen idéal pour diffuser leurs théories, et relancer des émissions à caractère culturel, élitistes et agrariennes. A la veille de la guerre, ils étaient à contre-courant des aspirations populaires, et depuis quelques années, le nombre de leurs auditeurs se réduisait, alors que la radio à l’inverse se vulgarisait et devenait un phénomène de masse117. Ils espèrent donc par ce biais extraordinairement puissant, rééduquer les foules, les ramener à la "tradition" dont se réclame le Gouvernement. Adaptation moderne de la tradition orale, la radio a un rôle majeur à jouer.

  • 118 MIROUZE M. – in, L’Écho des provinces, Nice, mars-avr. 1942, p. 8.

« L’antique tradition orale qui, peu à peu, s’était perdue avec la diffusion toujours croissante du papier imprimé, n’est-elle pas aujourd’hui retrouvée sous une forme nouvelle, avec la radio ? Et en considérant le rôle que cette tradition a joué dans l’évolution des races, des langues et des arts, n’est-on pas amené à songer à l’influence immense – et quelque peu effrayante – que doit avoir sur nos mentalités, sur nos sensibilités, cette grande voix magique, entendue de tous à chaque instant »118.

L’infrastructure radiophonique

  • 119 DEVIGNE R. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 13.
  • 120 A.N. F. 10. 4969.

16Radio-Paris et Radio-Vichy détiennent pendant un temps le monopole des émissions. Toutefois, en zone "libre", le Gouverne-\ment prend rapidement des mesures pour relancer l’activité des\radios privées. L’État français choisit le réseau privé pour assurer sa propagande régionaliste, et quadriller toute la zone Sud à partir de ses principaux centres : Lyon, Montpellier, Limoges, Marseille, Toulouse..., qui avaient dû cesser toute activité après la défaite. Les émissions nationales peu nombreuses, peu appropriées aux spécificités régionales, ne peuvent à elles seules modifier les mentalités. Le département "folklore" de la Radiodiffusion nationale, à la tête duquel est nommé le félibre Marcel Provence, ne réalise que quelques émissions consacrées au folklore de tradition orale. On peut noter sa présence en mai 1942 au Puy-en-Velay (Haute-Loire) où il enregistre, en collaboration avec la compagnie dramatique de la Maison des arts libéraux, le conte "L’homme à la misère" d’Henri Pourrat. Les autres organismes d’état, spécialisés dans l’enregistrement ou la conservation du folklore oral n’ont pas de relations suivies avec les services radio, et jouent un rôle minime dans les programmes. La Phonothèque nationale chargée de constituer les archives sonores semble pourtant prête à collaborer. Le directeur, R. Desvigne, également membre de la Commission nationale des Arts et Traditions populaires, remet un rapport à Paul Marion et à la direction de la Radiodiffusion où il exprime son désir de voir se multiplier les émissions de folklore119. Il intervient aussi dans ce sens au congrès de musicologie occitane qui se tient à Toulouse en mai 1942. De son côté, la Corporation paysanne soucieuse de toucher ses membres cherche à mettre sur pied des émissions avec l’appui du Musée national des ATP et de spécialistes régionaux. Elle lui propose de procéder, en collaboration avec son service de "civilisation paysanne" et son groupe des Jeunes Paysans, à une enquête sur la musique populaire120. Ce projet ne semble pas aboutir.

17Sans véritable plan concerté, la Radiodiffusion nationale réalise quelques émissions sur les folklores régionaux. La musique est à l’honneur. Dès l’hiver 1940, les Français peuvent entendre les "Jolies chansons de la vieille France", relayées par la suite par "Chansons de France – Images de France" de Jean Deyrmon.

  • 121 KUBNICK H. – in, Radio Nationale, Marseille, 31.12.1942 au 06.02.1943.

« Images vertes de Normandie, images blanches des Alpes, images bleues de la Côte d’Azur, ou grises de Bretagne... images de rêves tendres ou grandioses, poétiques ou familières : c’est l’album vivant des paysages de France.
Jamais aucun peintre n’a pu et ne pourra exprimer la beauté multiple des campagnes, du ciel, des eaux ou des montagnes, avec autant de perfection, d’ingéniosité et d’émotion que la nature elle-même l’a fait chez nous »121.

  • 122 Cette suite radiophonique fait l’objet d’une publication, cf. DEMAISON A. (présenté par) La Ronde (...)

18Quelques-unes connaissent un certain succès auprès des auditeurs : le régionaliste et folkloriste Pierre d’Anjou présente de vieilles chansons de France ; Radio-Paris diffuse tous les vendredis "Le beau calendrier des chants populaires" de Guillot Dessay, et J. Canteloube assure une émission quotidienne sur les "chansons populaires des vieilles provinces de France" qui fait l’objet d’une chronique régulière dans les colonnes de L’Action française. "La ronde des beaux métiers de France" animée par A. Megglé (auteur de La France au travail et de l’Atlas des régions de France), où poètes et écrivains évoquent tous les lundis les métiers de la terre et de l’artisanat, consacre elle aussi un temps d’antenne important aux vieux chants de métiers122. Radio-Jeunesse travaille pendant plusieurs mois avec l’équipe d’A. Cortot. Il fait appel à de jeunes compositeurs et diffuse une série d’émissions de folklore musical à partir du mois de novembre 1940. Radio-Jeunesse recourt aussi au concours de groupes pour "Visages de France".

  • 123 Ces pièces font l’objet d’une publication, cf. VARIOT J., Théâtre de tradition populaire, Marseill (...)

19Contes, proverbes, répertoire de tradition populaire, bien qu’à un degré moindre, passent sur les ondes. Témoins : "Légendes et traditions de France" ou la série radiophonique que Jean Variot consacre au "Théâtre de tradition populaire"123. D’une façon systématique, la radio nationale substitue dans les journaux d’information, le nom des anciennes provinces à celui des départements. Parmi les plus remarquées, on notera les interventions de Charles-Brun, président de la Fédération régionaliste française sur Radio-Paris en 1941.

20En avril 1941, l’amiral Darlan, ministre vice-président du Conseil, annonce que l’État français autorise les stations privées à produire, avec la collaboration des préfectures, des émissions à caractère régional. L’état, ou les préfectures, alloueront des subventions, en échange de quoi ces postes devront :

  • se conformer strictement aux horaires fixés par les services de la Radiodiffusion nationale,
  • relayer les émissions de son journal d’information (aucune autre émission de ce type ne peut être diffusée sans une autorisation expresse de son administration).

21Le même mois, ces mesures sont prorogées de six mois, mais assorties de réserves supplémentaires :

  • la Fédération française des postes privés recouvrant l’ensemble de la zone "libre", s’engage à mettre à la disposition de la Radiodiffusion nationale, 60 heures d’émissions par mois sur chacune de ses antennes124,
  • les programmes restent soumis au contrôle préalable des commissaires du gouvernement accrédités auprès de chacune d’elles,
  • ces stations réaliseront, avec l’aide et la collaboration des préfectures des émissions à caractère régional dont le programme sera préalablement soumis aux services de l’État.

22Les consignes sont rapidement mises en application. Les commissions de propagande régionaliste de toute la zone "libre", voient immédiatement l’utilisation qu’elles peuvent faire de ces nouvelles mesures.

L’exemple toulousain

23La Commission de Haute-Garonne envisage d’utiliser la radio dès sa première réunion du 20 décembre 1940.

  • 125 (A. - C.O. Dos. VIII).

« Le secrétariat devra prévoir un programme pour la radio ; des causeries seront prononcées au poste Toulouse National par des membres de la Commission ou leurs collaborateurs125.

24Fourestier, ancien directeur de Radio-Strasbourg, replié à Toulouse, est chargé par la Radiodiffusion nationale, d’établir un programme d’émissions culturelles et artistiques régionalistes pour son antenne toulousaine. En rapport avec le préfet de Haute-Garonne, il constitue un comité spécialisé avec : Armand Praviel chargé des émissions en langue française, l’abbé Salvat de celles en langue d’oc, Léon Chancerel et Juliette Dissel du théâtre occitan, Joseph Canteloube de la musique populaire, Mussard des émissions "jeunesse". Il propose le 8 février 1941 un programme hebdomadaire avec :

  • quinze minutes de langue d’oc destinées aux instituteurs,
  • un quart-d’heure d’étude comparée des langues romanes : latin, occitan, français, pour les étudiants,
  • une demi-heure "languedocienne" variée (lectures, poésies, chants, sketches en français et en langue d’oc,
  • une demi-heure "paysanne" bilingue,
  • et chaque mois : une matinée théâtrale ou "populaire" en direct, d’une demi-heure.
  • 126 Radio-Toulouse fut créée dans les années vingt à l’initiative du directeur d’un magasin de récepte (...)

25À la demande de L. Chancerel, le comité envisage une émission enfantine, dans le genre des matinées de "L’oncle Sébastien", à laquelle il souhaite donner un caractère régionaliste. Ce programme nécessite la prospection des ressources artistiques et folkloriques de la région. À l’évidence, Toulouse-National, même réorganisée, n’est pas adaptée à ce genre d’émission126. Cheneaux de Leyritz, préfet de Haute-Garonne, charge donc l’abbé de créer une sous-commission radio au sein de la Commission de propagande régionaliste. P. Boisnier, collaborateur de la Radiodiffusion nationale, assure la liaison avec M. Tremoulet, directeur de Radio-Toulouse qui collabore avec les services de la préfecture, et fait débuter les émissions régionalistes en mai, par un quart-d’heure quotidien. Leur programme, mis sur pied rapidement, donne des informations administratives ou régionales et des radio-reportages trois jours par semaine, et les trois autres jours des émissions culturelles ou artistiques. Le 29 mai, le Comité Radio tient sa première réunion. Il fixe le programme des mois à venir et établit la liste de collaborateurs ou correspondants. La Société d’études occitanes qui comprend pourtant une section "radio", en est pratiquement exclue. Les rivalités entre félibres et occitanistes expliquent certainement cet état de fait. Les correspondants assurent les sujets des radio-reportages et des conférences comme en témoigne le courrier de Hansy, correspondant pour l’Ariège, du 30 avril :

« Monsieur le Secrétaire,

  • 127 HANSI de – Lettre à la Commission de propagande régionaliste de Toulouse, Rimont le 30.04.1941, (A (...)

Par lettre du 9 avril, vous avez bien voulu me faire savoir que la Commission de propagande régionaliste de Toulouse avait exprimé le désir d’obtenir des renseignements sur les ressources folkloriques de l’Ariège, en vue de préparer l’organisation de radio-reportages dans la région et éventuellement d’une mission phonographique du Musée de la parole. J’ai l’honneur de vous adresser dès maintenant quelques indications à ce sujet (...) »127.

26Près de quatre-vingts conférenciers participent aux émissions de mai 1941 à novembre 1942. Les mois suivants, elles s’augmentent d’une émission hebdomadaire consacrée à l’enseignement de la langue d’oc, et d’une émission dominicale de chants et de musiques populaires régionales. Seuls quelques problèmes secondaires...

  • financiers pour assumer les coûts des troupes invitées,
  • de délais, puisqu’elles doivent être approuvées par la censure au moins une semaine avant,

27... troublent leur déroulement.

  • 128 Les émissions régionalistes ne disposent plus que de 2 100 francs par mois au lieu d’environ 6 500 (...)

28L’entrée des Allemands en zone Sud, le 10 novembre 1942, interrompt les émissions. Si Radio-Toulouse reprend rapidement ses informations régionales et administratives, les cours de langue d’oc et les émissions musicales, cette date représente malgré tout une rupture. Le Comité Radio ne se réunit plus pendant plusieurs mois, les émissions s’orientent vers les radio-reportages, les subventions sont restreintes ainsi que le personnel128. Cette semi-léthargie dure jusqu’au mois d’octobre 1943. Les émissions régionalistes sont alors distribuées sur deux longueurs d’ondes : Radio-Toulouse I se spécialise dans le régional, Radio-Toulouse II, rayonnant uniquement sur Toulouse et sa région proche, diffuse des informations locales.

29Le 3 décembre 1943, les autorités allemandes décrètent à nouveau l’interruption de toutes les émissions parlées dans toute la zone Sud, seules les retransmissions de musique et de chants (sans annonces) sont tolérées. Cette mesure, réservée aux postes privés, est levée, et les émissions régionalistes de Radio-Toulouse persisteront jusqu’à la Libération.

Les programmes

30Leur analyse permet de cerner les visées de la propagande. L’abbé Salvat donne le ton dès le 7 mai 1941 :

« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

  • 129 SALVAT J. – Émission radio, Toulouse, 06.11.1941, 11 p. (A.-C.O. Dos. IX).

... Pour accroître, développer – car il n’était pas mort – cet amour du sol natal, le gouvernement du Maréchal a constitué, dans les chefs-lieux de département, des commissions présidées par les Préfets, ayant pour tâche de réunir une grande documentation régionaliste, et d’utiliser celle-ci, de la diffuser le plus possible dans un but de propagande. Sous l’énergique et intelligente impulsion de M. Cheneaux de Leyritz, préfet de la Haute-Garonne, et depuis peu Préfet régional, la Commission régionaliste ayant son siège à Toulouse, a manifesté une grande activité, dont les journées de mai viennent de fournir la preuve. Elle a, entre autres initiatives, organisé un Comité de Propagande régionaliste par la Radiodiffusion. Et ce Comité aura pour mission d’inspirer les programmes régionalistes diffusés par Radio-Toulouse et de contrôler leur réalisation.
Et voilà ce que je suis chargé d’annoncer aujourd’hui officiellement aux auditeurs de Radio-Toulouse.
Désormais, sauf modifications imprévisibles qui seront portées à la connaissance du public - e, sabètz que vivèm dins un temps cambiadis – désormais donc, tous les jours sauf le dimanche, il y aura à 13h 35, le quart-d’heure régionaliste.
Ce quart-d’heure régionaliste comprendra des émissions d’ordre économique, corporatif, législatif, intéressant la vie de l’homme de la terre. Il a été si méconnu jusqu’ici, le paysan... Diga-me donc, âme dels camps, se quelcun t’a jamais parlai al cor ambe la radio ? crézi que i a res que Pétain, que t’a sa put parlar dus-cas ara (...) »129.

31Si les émissions folkloriques de la Radiodiffusion nationale sont violemment critiquées par les services de la Corporation paysanne...

  • 130 DURAND SAINT-LEGER – 29.10.1943, (A.N. F. 10 4969).

« On fait des émissions plus ou moins artistiques et folkloriques, dans un esprit très bon du reste, mais généralement trop calé pour nos populations rurales – et cela, sans cohésion et sans coordination »130.

32... les radios régionales comme Radio-Toulouse sont plus à même de toucher les populations rurales et plus particulièrement les paysans. Les carences des services nationaux sont un facteur d’émulation. Conseils et avertissements de tous ordres (culturel, météorologique, économique, juridique...), communiqués des services agricoles, des stations œnologiques ou de la Corporation nationale paysanne, sont retransmises souvent en première partie. (Un responsable de la Corporation est intégré à l’équipe chargé de composer les programmes).

33De mai 1941 à novembre 1942, sur 159 conférences, environ la moitié porte sur la vie paysanne et corporative. Ces émissions traitent parfois de problèmes nationaux : A. Rendu, vice-président de la Société des agriculteurs de France et président de la toute jeune association Pour la Renaissance Pyrénéenne présente le 15 septembre 1942 "le rôle de l’agriculture française dans les finances publiques".

  • 131 RENDU A. – L’agriculture française et les finances publiques, (émission Radio-Toulouse, 15.09.1942 (...)

« Pendant de trop longues années, les agriculteurs français ont vu s’évanouir les capitaux qui constituaient leurs fonds de roulement et un grand nombre d’entre eux ont dû s’endetter pour faire face aux besoins de leurs exploitations. Le fameux bas de laine du paysan français ne contenait guère que du vent ou trop souvent des reconnaissances de dettes très longues à éteindre (...)
Les événements actuels ont démontré l’erreur de ce calcul. Par un juste retour des choses d’ici-bas, la vente des produits du sol est devenue rémunératrice et l’argent liquide reprend le chemin oublié de nos campagnes. Le monde s’aperçoit que la première valeur-or naît d’un sol fécondé par le travail et qu’une prospérité durable des finances des Etats est indissolublement liée à l’abondance d’une production terrienne convenablement rémunérée. (...)
Ces réformes accomplies dès que les circonstances le permettront, les agriculteurs auront encore des capitaux disponibles si la valeur des produits du sol dans l’Europe pacifiée reste élevée, hypothèse très probable. Nos paysans français ont tout intérêt à faire confiance à un Etat restauré suivant les directives fixées par le Maréchal et ses collaborateurs, et à l’abri des compétitions et des surenchères engendrées par la politique des partis que nous avons connue avant-guerre.
La valeur du patrimoine représenté par la terre de France et par les richesses de l’Empire est immense, quasi illimitée si une paix durable et un gouvernement fort succèdent, comme il y a lieu de l’espérer, aux événements actuels. En prêtant à l’Etat ses capitaux disponibles, le paysan français permettra à la communauté de réparer les ruines de la guerre, de fournir aux ouvriers et aux commerçants travail et commandes. (...)
Les finances d’un Etat assises sur la fécondité du sol français, sur la confiance des paysans qui l’exploitent, sur la qualité du travail de nos artisans et de nos ouvriers, seront d’une solidité à toute épreuve et notre franc retrouvera rapidement le prestige qu’il a si longtemps connu dans le monde entier.
L’agriculture française, après avoir fourni le pain et le vin à la Nation, lui confiera ses capitaux disponibles, rétablira son crédit, et ainsi se vérifiera la prophétie du Maréchal :
« J’ai foi dans le relèvement de la France et dans un relèvement dont la rapidité, une fois de plus, étonnera le monde. La France fut toujours le pays des “réveils lumineux et surprenants” pour parler avec notre grand Bossuet. Son passé répond de son avenir. La France de demain sera à la fois très nouvelle et très ancienne. Elle redeviendra ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une nation essentiellement agricole. Comme le géant de la fable, elle retrouvera toutes ses forces en reprenant contact avec la terre » »131.

34La vie culturelle représente à peu près un tiers des "causeries" régionalistes. La littérature, les arts, la musique, l’histoire et l’histoire de l’art ont la part belle, et forment l’ossature principale. Les conférenciers ne manquent pas de rendre hommage au maréchal Pétain et à sa politique régionaliste. La conférence de J. Rozes de Brousse, membre de l’Académie des Jeux Floraux et président des Toulousains de Toulouse, sur la toponymie des noms de rues de la vieille ville, le 1er juillet 1941, est l’occasion d’une de ces célébrations.

  • 132 ROZES de BROUSSE – Le Vieux Toulouse (émission Radio-Toulouse, 19.09.1942, 2p., (A. - C.O. Dos. VI (...)

« Quand le maréchal Pétain a refusé de laisser donner son nom à la célèbre place Bellecour à Lyon, il a donné un grand exemple et une grande leçon. Il a voulu rappeler ainsi à ceux qui étaient tentés de l’oublier, l’intérêt qu’offrent les anciens noms de rues de nos vieilles villes de France. Intérêt au point de vue historique et au point de vue pittoresque. Au point de vue pittoresque, beaucoup de ces noms anciens sont en effet les fruits naturels et spontanés de l’imagination, de la verve et de la malice de nos ancêtres (...) »132.

  • 133 L’ensemble de ces cours radiodiffusés sont conservés dans les archives du Collège d’Occitanie. (A. (...)

35Près d’un tiers des conférences sont diffusées en dialecte. À ces émissions, s’ajoute le quart-d’heure hebdomadaire de radio scolaire occitane du Collège d’Occitanie. L’abbé Salvat et Jean Seguy y enseignent alternativement les dialectes occitans et gascons, jusqu’au mois de mai 1944133.

36Géologie et géographie régionales conçues par séries didactiques ne représentent qu’une faible part des programmes : celle de M. Faucher, professeur à la Faculté des Lettres de Toulouse sur la géographie régionale dure 7 semaines. La présentation d’une contrée est symptomatique de la démonstration régionaliste qui veut faire la preuve de la vocation totalisante du processus régional. Les échanges commerciaux, la vie touristique et industrielle sont occultés la plupart du temps. Le déséquilibre thématique entre le rural et l’urbain, le culturel et le scientifique est évident.

37Radio-Toulouse multiplie les émissions musicales.

« Chers Auditeurs,

  • 134 SALVAT J. – Présentation de Marcel Cellier, vacher "poète d’Auvergne", (émission Radio-Toulouse), (...)

Je suis heureux de vous présenter pour la deuxième fois le vacher-poète du Cantal, Marcel Cellier.
Que voulez-vous, j’aime les chants rustiques, tant pour les paroles que pour la musique. Et j’aime aussi les gens de la terre, comme Marcel Cellier qui continuent chez nous la tradition des chanteurs populaires.
Je ne veux pas diminuer par là tout l’intérêt que présente le travail d’un Canteloube par exemple, qui recueille les airs du folklore puis les présente avec une science musicale de bon aloi, ou encore l’exécution d’airs du terroir par les chorales artistiques comme celle des Cantains de Goudouli ou celle du Castet de Garona de Muret.
Mais l’art rustique d’un Cellier n’est pas pour me déplaire, nous n’avons plus hélas ! des conteurs populaires comparables à ceux que j’ai vu naguère assemblant et ravissant les foules aux carrefours de Ripoll en Catalogne. Nous avons encore chez nous des chanteurs populaires tels que Marcel Cellier.
Le vacher-poète est redescendu des monts du Cantal pour se faire entendre à Radio-Toulouse. Il est là, devant le micro, chaussé de ses grands sabots et vêtu de sa blouse ample et flottante. Il est heureux et nullement intimidé. Il porte avec lui toute l’Auvergne. Écoutez-la qui chante avec lui. (...) »134.

38La musique chargée d’un potentiel émotif, éducatif, dynamique, social et communautaire, tient une large place dans les programmes conçus pour les jeunes. Ils ont souvent lieu le dimanche. Les émissions du jeudi accueillent les groupes et les chanteurs de la région. Au total, dix-sept sociétés chorales se produiront devant les micros de Radio-Toulouse. Les groupes Azam-Praviel, Canta Lauzeta, Cantaires de Godolin de Toulouse et le groupe Rosa-Rouquette d’Albi seront les plus actifs. Le Théâtre d’Oc de J. Dissel assure lui aussi des retransmissions avec présentations du musicien ou du groupe et commentaires intarissables sur les richesses et vertus du folklore régional.

  • 135 SALVAT J. – Présentation des chants occitans de Prosper Estieu, chantés par Mouly, (émission Radio (...)

« Chers Auditeurs,
Je veux vous présenter aujourd’hui trois chants en langue d’oc de mon maître et ami Prosper Estieu. Je l’ai connu il y a vingt ans, en même temps que je connus le poète. Je connus et j’aimai à la fois le poète et ses chants. Sur mes instances, il les publia avec quarante autres, dans un recueil que devaient posséder tous les foyers de chez nous Lo Flahut Occitan.
Si l’on savait tous les trésors qu’il y a dans ce livre ! Combien de personnes, instituteurs et institutrices, directeurs et directrices de groupement postscolaires et de patronages, responsables de groupements de jeunesse m’écrivent pour me demander des chansons, qui n’auraient pas à m’écrire si elles avaient ce recueil !
Il y a là de magnifiques tableaux de la vie des champs : chansons des nids, chanson de l’abeille, des oiseaux, des moissons, du battage (Las Batezons) de la pêche et de la chasse. Estieu chante la vigne : il en dit toute l’histoire suivant les saisons, depuis la taille, à l’approche de l’hiver, jusqu’à la vendange, en automne.
Voici la chanson pour le bourgeon, La Canson pel Borronet, que va interpréter notre sympathique ami Charles Mouly. Bourgeon, fils de la petite souche, toi qui sera un joli pampres baisé par le soleil, que la dent du mouton te respecte ainsi que la rosée destructrice, pour que le vin rouge et blanc coule dans nos veines, chauffe notre sang et remplisse d’allégresse le coeur des Occitans !
"Le paysan a mis en toi son espérance, dit le refrain ; qu’il jaillisse de notre terre, le vin de l’an nouveau ! "
A mes dins tu son espèra
Lo vent païsan
Que raje de nostre térra
Lo vin, lo vin d’ongan ! »135.

39Au fil des mois, le temps imparti aux causeries et aux conférences diminue et conduit à penser que les publics populaires et paysans ne sont pas spécialement sensibles à ces discours "savants". Ils sont remplacés pendant les deux dernières années de l’Occupation par des radio-reportages et des informations locales et régionales.

40Au total, la radio participe de façon inégale à la rénovation vichyste des valeurs traditionnelles. Paradoxalement, Radio-Paris et Radio-Vichy jouent un rôle minime alors que les commissions de propagande régionaliste redonnent vie à des diffusions qui périclitaient avant-guerre. Elles ouvrent des voies à la décentralisation artistique et à la promotion des cultures régionales. Les émissions régionalistes et folkloriques ne connaissent pas l’essor que leurs auteurs voudraient leur donner. L’étude de Radio-Toulouse montre que bon nombre de projets restent sans lendemain, faute de moyens. Budget et temps d’antenne se réduisent comme une peau de chagrin, alors que dans le même temps la propagande régionaliste ne cesse de s’affirmer. (Les postes régionalistes de la Radiodiffusion nationale ne disposent que d’une demi-heure hebdomadaire).

  • 136 Notre Province, Limoges, janv.-févr. 1943, p. 23.

« En des temps où la région apparaît comme une unité cohérente (puisqu’elle a son préfet), à une époque où la Province veut vivre et revit pour des raisons majeures, ne pourrait-on donner aux radios régionales ne disposant que d’une émission hebdomadaire, un minimum d’une heure ? Deux émissions par semaine même ne serait pas de trop, pour peu que le théâtre, le concert et le folklore réclament leur part.
Nous adressons à la direction de la radio à Vichy ces commentaires très raisonnables, en espérant qu’ils y seront favorablement entendus »136.

41La radio, entendue au sens de nouvelle expression de la tradition orale subit un travestissement subtil. Elle n’est plus transmission comprise comme échange ou dialogue, mais moyen de modeler les générations futures.

  • 137 Les archives du Collège d’Occitanie renferment plusieurs dossiers sur le procès Salvat, cf. in (A. (...)
  • 138 PELTIER – Lettre à SALVAT J., 03.01.1947, 1 p., (A. – C.O. D.A. 307).
  • 139 Nouveau nom de la Société d’études occitanes.

42Après la Libération, l’abbé Salvat, responsable de la Commission Radio de Toulouse, sera traduit devant la cour de justice137. Les services de sécurité du sous-secrétariat d’État à l’Information enverront, le 6 janvier 1947, un enquêteur de Paris procéder à son audition sur les chefs d’accusation retenus contre lui par la Commission d’épuration de la Radiodiffusion française. Accusé d’avoir soutenu la politique de Vichy et la Révolution nationale et d’avoir effectué, de mai 1941 à juin 1944, environ 150 émissions à Radio-Toulouse, "poste dirigé par les Allemands"138, il sera jugé. Dans le même temps, le poste Toulouse-Pyrénées inaugure une émission de l’Institut d’études occitanes139. Le procès Salvat marque la sanction symbolique d’une politique réprouvée ; mais, par-delà son archaïsme forcené, Vichy a posé les jalons d’une décentralisation que les régimes d’après-guerre ne pourront guère démentir, malgré l’instauration d’un monopole d’État qui ne permettra plus avant longtemps aux stations régionales de retrouver le rôle qu’elles avaient pu avoir jusqu’alors.

CINEMA ET DOCUMENTAIRE FOLKLORIQUE

  • 140 FERRO M. – 1975, p. 5.
  • 141 F. Courtade et P. Cadars (1972) notent la permanence des films mi-fiction, mi-documentaire consacr (...)

43Les films sont une source fondamentale dans l’analyse des sociétés au XXe siècle. Ils furent ignorés, ou plutôt comme le dit Marc Ferro "le culte excessif du document écrit les ont cloués au sol"140. En 1939, films muets et parlants ont ancré le cinéma dans la vie sociale. Le documentaire et les actualités tiennent le haut du pavé. Ils relèvent, pour l’Etat et dans l’esprit des gens, du réel ; ils témoignent, ils enseignent, ils sont "vrais". L’analyse sociologique des films n’est pas encore ébauchée et ne sont tenus pour fiables et sérieux que ceux qui traduisent la réalité. Cette position fait peu de cas du "manipulateur" qui braque l’œil "objectif’ et saisit une foule de détail qui pourraient être analysés, sans compter le parti-pris du choix qui, lui aussi, signifie. La pellicule n’est, au demeurant, jamais restituée comme telle, mais fait l’objet d’un montage - "opération totalement subversive et créatrice" selon Eisenstein. Esperanto visuel, mot de passe mondial, subtile machine à imprimer la vie, le cinéma apparaît comme une puissance pragmatique de grand avenir. Certains états s’en saisissent et le mettent en valeur avec une ingéniosité que la France ne montre pas. Le cinéma soviétique comprend l’importance que peuvent avoir comme forme de propagande les courts métrages. Einsenstein relate la vie quotidienne des paysans et l’épopée des tracteurs. Hitler s’empare de façon magistrale de la caméra pour déverser ses discours sur les places publiques et montrer les images triomphantes d’une Allemagne forte et conquérante141. Le film est une arme dans l’artillerie de la propagande que la France n’a pas prise en compte, alors que l’Allemagne a compris que la projection simultanée peut toucher des millions d’hommes et a un impact immédiat, presque charnel, sur les foules. Agent fabuleux de publicité, il atteint à la fois l’oeil et l’oreille dans une sorte d’hypnose. Il porte, - et la Révolution nationale le testera comme facteur d’endoctrinement -, les mots d’ordre et de désordre, les appels à l’acte ou à la soumission.

  • 142 On pourrait citer : Le Rouergue, Le Bourbonnais de (J.C. Bernard) ; Rouen, Le Jura, La Voie triomp (...)

44Dans l’entre-deux-guerres, les courts métrages documentaires sont surtout des films scientifiques et industriels : Terre soumise, Route d’acier, Voyage dans le ciel. Quelques uns portent sur les folklores ou les cultures régionales142. En 1935, la France est bien placée dans la production de films pédagogiques. MM. Cantagrel (Centre de production de films scientifiques) et Brérault (Pathé) en sont les principaux producteurs. Le constat d’exportation est cependant amer. De 1934 à 1940, la France exploite 1 000 films américains, alors que les U.S.A. admettent quatre films français. Les courts métrages comme Paris port, d’A. Sauvage, La Zone de G. Lacombe, Voyage au Congo de M. Allegret ou A propos de Nice de J. Vigo, sont le produit d’une avant-garde. Suprême refuge du cinématographe pur, le documentaire colporte, expose, propage les merveilles de la science ou de l’art, celles plus étonnantes de la vie. La bourgeoisie un peu méprisante d’un art mécanique et de fiction lui concède d’autres vertus civiques. Après 1940, il importe d’être Français, de garder à la production un caractère national accusé. L’analyse du discours n’est pas détachable des systèmes dans lesquels il est produit et, en 1940, divers intérêts se recoupent pour valoriser le film documentaire à caractère folklorique : groupements folkloriques, Corporation Paysanne, gouvernement, firmes cinématographiques... Il ne s’agit pas ici d’intégrer l’apport d’un document à un savoir, mais d’analyser comment] un moment de l’histoire a permis le développement d’un art, traité ; comme mineur et par trop populaire, pour mettre en évidence un] regard nouveau sur la France profonde – tel que peut le faire le documentaire. Mettre en valeur, voilà le maître mot. Les instances vichyssoises décident que le sujet du film doit être grand pour servir la Nation, édifiant par quelque côté, pour moraliser la foule, distrayant pour l’attirer, de bonne tenue artistique pour le label France, d’accès facile pour plaire à tous. À une France déchirée, vaincue réellement, on répond par des images sereines et gaies, on donne à voir des régions qui fleurent bon le terroir, la vie saine, le travail de l’homme. Munie d’un vrai "père", la France sage et mise à l’écart des drames, a le droit de voir des images reposantes de son pays natal. Les sources l’attestent, les discours ignorent la guerre, les privations, les otages, les drames...

45Avant d’analyser la production, nous verrons la mise en place de la législation du film, les conditions matérielles et les organismes concernés.

La fille du puisatier par Marcel Pagnol, 1940.

L’infrastructure cinématographique

  • 143 Les statuts mis en place par un décret-loi du 27.08.1939 sont remaniés le 20.12.1941, puis par l’a (...)
  • 144 PLECY A. – Compagnons, Lyon, 14.12.1940, p. 3.
  • 145 G. de Carmoy est déporté en 1942.
  • 146 Parmi ceux-ci Films Pathé : La Cité ; Artisans d’Art : Rodin, La Pierre française, La Rue Bonapart (...)

46Le Comité d’organisation de l’industrie cinématographique (COIC) et les Services du cinéma qui ont une Commission du film documentaire définissent une situation précise pour les courts métrages dans les salles de cinéma. Dirigé par Raoul Ploquin, il prend, en accord avec les autorités occupantes, différentes ordonnances destinées à réglementer les programmes. Ils doivent, dès lors, se composer obligatoirement de bandes d’actualités, de dessins animés et de documentaires. Le cinéma prend ainsi une importance croissante dans la fonction informative et de propagande. De 1940 à 1944, il dépend à la fois du Commissariat général à l’information, du COIC, et des Services de propagande allemande (Propaganda abteilung) à travers le Docteur Dietrich. Le Commissariat comprend une section des industries cinématographiques dont dépend la censure143, une section de propagande et une section juridique et financière. Le secrétariat général à l’Information et à la Propagande, assisté d’une commission consultative formée de trois membres nommés par des représentants des différents ministères, exerce le contrôle sur la production. La censure exige les visas de production, d’exploitation et d’exportation. Il apparaît que l’accord se fait sur les critères de "défense des bonnes mœurs et du respect des traditions nationales"144. Les services du cinéma d’Etat sont épurés, près de 85 % des producteurs et metteurs en scène et 50 % des techniciens évincés. Avec les lois du 16 août 1940, le cinéma entre dans un système corporatiste. Il devient une industrie et un commerce et la mise en place par décret du 8 décembre 1940 du COIC, en définit le rôle. Les textes s’inspirent de l’expérience allemande. Raoul Ploquin dirige le comité consultatif, assisté de Guy de Carmoy, commissaire nommé par le Gouvernement145. Une réglementation professionnelle établit un contrôle des recettes, décide de l’avance financière par l’intermédiaire du Crédit national, et encourage à la production des courts métrages. Le tournage du film ne se fait qu’après le dépôt en banque du montant total du devis. Les archives montrent le mécanisme de leur financement, où les contrats de distribution doivent être agréés avant le versement du solde. Les régularisations budgétaires se font par tranches entre les divers organismes administratifs après contrôle des dossiers. René Thuillier, conseiller technique, accepte ou refuse selon l’équilibre des comptes l’état récapitulatif des dépenses, et cela sur pièces. En date du 1er février 1943, cent trois documentaires sont subventionnés, quarante-trois sont achevés et vingt-huit dossiers sont acceptés. Leur liste146 confirme l’importance accordée aux films artisanaux et régionalistes, en un mot, à tout ce qui est "français". On rappellera que la commission culturelle de la Direction générale du cinéma a pour directive de faire un effort particulier pour les films du folklore. En échange de sa participation, l’Etat se réserve un certain nombre de copies pour les établissements publics, l’enseignement, les centres de jeunesse. Les documentaires La Feuille Blanche et Les Artisans du bijou, produits par la Société des films de France, commandés par le ministère de l’Information, rapportent des formes d’artisanat qui incitent à reconsidérer le métier manuel et le statut de l’artisan. De 1940 à 1942, on tourne 216 films documentaires, dont 60 environ relèvent de la France profonde.

  • 147 Voir la liste des films documentaires tournés en France de 1940 à 1942, in SICLIER J., 1981, pp. 4 (...)

47Le Centre artistique et technique des jeunes du cinéma français, créé à Nice en 1941, va jouer un rôle déterminant dans cet engouement pour les documentaires de court métrage147. Les statuts définissent ses buts :

  1. former des techniciens recrutés par concours pour se perfectionner ou apprendre leur métier,
  2. étendre la culture cinématographique par :
    • les cours et conférences de la chaire Louis Lumière fondées à Nice au Centre universitaire méditerranéen,
    • la mise en place d’un cours sur le cinéma (dans plusieurs lycées),
    • des sessions d’information pour les chefs des mouvements de jeunesse et les éducateurs,
    • un congrès de la jeunesse,
    • et la publication des Cahiers du cinéma destinés à un public cultivé (à laquelle travaillèrent de grands noms des arts et de la littérature),
  3. offrir des bourses de recherches et d’étude aux techniciens, pour améliorer la technique ou l’esthétique cinématographique.
  • 148 Jeunes en montagne, On demande des hommes. Le Chant du feu, Élixir de longue vie, Après l’orage, É (...)
  • 149 A.N. F. 44 35.
  • 150 Il deviendra en 1944 le Centre des hautes études cinématographiques.

48Les jeunes techniciens collaborent aux documentaires produits par le Centre148 et réunissent un matériel important d’étude et de recherches. Le Centre comble une lacune car il n’existait jusqu’ici, pour former les techniciens de cinéma, que l’Ecole technique de photographie et de cinématographie de la rue de Vaugirard. Il donne un enseignement supérieur permettant aux opérateurs, ingénieurs du son et monteurs, sortant de la rue de Vaugirard de se perfectionner, aux futurs réalisateurs de se former au contact de maîtres dans les ateliers. Ces équipes opèrent sous la direction de spécialistes, Féder, Cloche, Cuny, Devaux, Burel, Mallet-Stevens. La note du 18.03. 1943 du Centre pour l’établissement de la loi de finances précise que l’enseignement du CATJC dépend administrativement et moralement de l’Éducation nationale149. La Direction générale du cinéma exerce un contrôle technique sur le fonctionnement de ce centre, bien qu’il ne lui soit pas rattaché administrativement150.

L’image au service des régions

  • 151 DUVIVIER P. – in, l’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1941, p. 10.
  • 152 A.N. F. 44 266.

49Sur tout le territoire, les productions régionalistes ou folkloriques précèdent le film de long métrage. Quelques exemples illustreront ce mode d’information qui focalise l’attention sur les paysages familiers : les documentaires sur le Roussillon et son économie réalisés par Raymond Millet ou la Provence, Sisteron, Saint-Paul-de-Vence, Antibes de Duvivier, documentaires historiques coupés de scènes de la vie quotidienne des paysans provençaux. Une partie du scénario, consacrée plus spécifiquement à Sisteron, décrit des lieux, presque des pèlerinages, qui ancrent la ville (et les habitants) dans le passé et les souvenirs. Le même réalisateur, avec la collaboration de l’Académie provençale de Cannes filme quelques monastères et abbayes de Provence dans lesquels il situe "surtout le cadre si généralement reposant et typiquement provençal"151. Les événements régionalistes sont couverts par les actualités présentées dans les salles. L’Assemblée provinciale des escoliers du Languedoc programme des manifestations le 16 mai 1943, qui, radio-reportées par les chaînes nationales, deviennent reportage documentaire pour France-Actualités. Le discours imagé se révèle un instrument important de la propagande régionaliste. Les médias ou les organismes régionaux prennent la mesure de son impact. La Commission de propagande régionaliste de Corrèze organise dans les chefs-lieux, cantons et communes de la région, de 1940 à 1941, plus de soixante conférences avec projection de : Le Rouergue, Au pays Limousin, Marche et Limousin qui succèdent à la présentation d’un film sur le maréchal Pétain152. En 1942, elle récidive avec Un an de Révolution nationale. Elle participe à la naissance d’une société de production cinématographique Lemovix qui, spécialisée dans les films folkloriques, historiques et régionalistes, a son siège à Brive ; elle réalise entre autres Villages de la Corrèze, La Préhistoire, Au son de l’accordéon, Noëls de France, et Poteries provençales. A. Salesse-Lavergne est enthousiaste :

  • 153 SALESSE-LAVERGNE A.– in, Corrèze, Tulle, déc. 1941-Janv. 1942, pp. 52-53.

« Nos paysages ! Le miracle enchanteur de l’écran leur donne une valeur nouvelle. Vous constaterez qu’ils sont aussi photogéniques que les déserts du Far-West, les palmiers d’Hollywood et les jungles en fil de fer des studios américains. À les voir, votre cœur se gonflera d’un amour insoupçonné et vous prendrez mieux conscience de ce que vous avez failli perdre et que le sacrifice d’un grand soldat vous a conservé. Les activités des hommes de chez nous ! Après le passé, le présent. Elles sont si réconfortantes, ces visites chez nos artisans, dans nos usines, dans les centres d’études, partout où s’élabore, dans le travail, l’union qui fera demain la France plus forte et plus généreuse »153.

50La même commission présente Terres vermeilles sur l’Aude, l’Hérault et le Rouergue aux Journées de Synthèse Régionaliste de Montpellier en novembre 1942. Se calquant sur ses commissions, les groupements régionalistes utilisent les documentaires comme support de propagande. La Société d’études occitanes réalise Riquet et le Canal-des-deux-mers, dont le scénario est primé par la Direction générale du cinéma à Paris. La bande sonore est de J. Canteloube, alors en vogue pour ses sources musicales folkloriques jointes à son classicisme. Mais le Canal-des-deux-mers n’est toujours pas réalisé faute de crédits, en février 1944. Le SEO promeut également les chants populaires du Béarn avec Villanelles aux pays de Gascogne, chants populaires béarnais, placé lui aussi sous la direction musicale de J. Canteloube. La Commission cinéma-radio du Comité national du folklore dirigée en zone occupée par Raoul Ploquin et en zone Sud par R. Desvignes, P. Duvivier, G. Gobelier, M. Cloche, Derieuzi et Gaudelette, procède non seulement à l’inventaire des thèmes possibles mais soumet des projets de scénario.

  • 154 GAULIEZ A.J. – in, L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, pp. 32-36.

« Ce que nous voudrions composer, c’est une "Mélodie de la France" comportant comme artistes tous les "peuples" de France, comme décors tous les pays de France. Qu’elle réunisse en un seul film toute la vie française et en dégage l’harmonieuse unité qui ne trouble personne ! Que le spectateur puisse s’abandonner à la mélodie prenant des voix de la patrie, qu’il consente à être originaire de toutes nos provinces et que chaque image nouvelle ait pour lui un air natal ! »154.

  • 155 Cet intérêt n’est pas nouveau. A quelques décennies, le film documentaire a été utilisé pour l’ens (...)
  • 156 A.N. F. 10 5127.

51La Corporation nationale paysanne s’implique, elle aussi, dans le cinéma "paysan"155. Lors d’une de ses manifestations, elle propose les méthodes modernes de communication et de propagande sur un tryptique portant pour légende : "Le cinéma rural viendra à vous : il sera documentaire, instructif, distrayant", aux côtés de photos du Tonnelier de Rouquier. En novembre 1943, elle projette un comité spécial du cinéma dont la présidence serait confiée au syndic national adjoint. Un accord doit être passé avec France-Actualité pour la réalisation des films156. La Légion française des combattants se mêle aussi de produire des documentaires : Symphonie du Travail (fabrication du papier), Traditions (travail des artisans verriers, potiers et canuts lyonnais).

  • 157 CROIZARD M. – in, Métiers de France, Paris, mai 1943, p. 6.

52Un grand congrès du film documentaire réunit l’ensemble de ces organismes, préparé par Arts, Sciences, Voyages du 5 au 21 avril 1943 à Paris. Lors d’une soirée au Palais de Chaillot, patronnée par le ministère de l’Éducation nationale, avec le concours de la Direction générale de la Cinématographie française, en présence des représentants des ministères de la Production industrielle, du Travail et de l’Éducation nationale, de M. Loyer, chef du Service de l’artisanat et devant une assistance nombreuse et choisie, sont projetés des films soigneusement sélectionnés ; entre chaque film, des vieux chants de métiers par la chorale de la Société Arts et Folklores. Au programme, Bel Ouvrage de Maurice Cloche, sur la gravure, ciselure, poterie, opposées au "travail mécanique de la production standard, à la vie fébrile et bruyante des usines où un homme n’est plus qu’un rouage de machine"157. La Feuille Blanche d’Albert Guyot, n’est pas seulement une fresque historique du papier à travers les âges, mais compare la fabrication ancienne et moderne du papier. Dans la partie "artisanale" du film, on peut voir les vieilles techniques manuelles de fabrication dans un des moulins d’Ambert, transformé en musée du savoir-faire papetier. Le Violon de Louis Cuny évoque un béguinage professionnel et son artisan dans un long et minutieux travail d’art et de précision dans la petite ville de Mirecourt en Lorraine, qui s’applique depuis des générations à la lutherie. Dans Les Jouets du Jura de Pierre Giraux, un village s’adonne l’hiver à un artisanat saisonnier. Orgues de France de Pierre Chanas et Marcel Lasseaux, décrit le métier d’organiser, de la confection du tuyau d’étain ou de bois, jusqu’à l’édification complète de ces monuments sonores. Le Tonnelier de Georges Rouquier obtient un des premiers prix décernés à l’issue du congrès, pour les meilleurs documentaires français réalisés depuis 1940. Les lauréats sont, outre Rouquier : ex-aequo, un film consacré au sculpteur Rodin, par René Lucot, à l’Ascension des Aiguilles du Diable par Marcel Ichac. Le Tonnelier est présenté au cours d’un gala au chef de l’État. À l’occasion de la proclamation des prix, le ministre de l’Éducation nationale et le directeur général de la Cinématographie nationale soulignent l’importance du documentaire et des progrès à réaliser dans ce domaine. La Terre Française donne un écho vibrant de ces journées.

  • 158 CHARLES J.J. – in, La Terre française, Paris, 1.05.1943, p. 2.

« Parmi les instruments de propagande qui célèbrent le mieux l’artisanat en révélant au public les particularités de chaque métier et les secrets du maître d’œuvre, le cinéma mérite une place particulière, nous devrions écrire : la première place. (...) Il faut continuer. Voilà de la bonne, de l’utile, de l’excellente propagande »158.

53En fait, les restrictions de pellicule vont réduire considérablement le contingent de films.

Des images du réel

54La Commission nationale du folklore utilise le documentaire comme boîte à mémoire, qui, plus fidèle que la mémoire humaine, devient lieu de conservation.

  • 159 LEGROS P. – in, L’Echo des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 21.

« Le cinéma est un témoignage. Le cinéma est un art. Témoignage, le cinéma doit nous apporter le reflet fidèle des réalités mouvantes, changeantes et fugitives du monde qui s’enfuit et du temps qui passe. (...) Le cinéma peut être la mémoire du folklore, mémoire précise, irréfutable et magique. Aussi, faut-il souhaiter que se constitue, dès maintenant, une véritable cinémathèque du folklore »159.

  • 160 Farrebique ne garde son titre initial qu’en sous-titre.
  • 161 FERRO M. – 1975, p. 105.
  • 162 Lallier et Rouquier ont déjà réalisé plusieurs films documentaires (Le Tonnelier, Le Charron, Aler (...)

55Ses animateurs ont conscience de la disparition à court terme d’un mode de vie. Le film documentaire, porteur d’une civilisation menacée et pourtant riche de son passé prend la place du livre ; la cinémathèque remplace la bibliothèque ; le documentaire le manuscrit recopié. Il sert et doit servir dans leur esprit aux études futures. Ils ont en outre, le désir de mettre au point une méthodologie pour l’étude rationnelle d’une science de l’homme. Le Service de civilisation paysanne de la Corporation travaille en relation avec des spécialistes du cinéma documentaire et pédagogique pour adapter ces techniques ethnographiques françaises. Ce service en présentant à l’Institut des hautes études cinématographiques une étude ethnographique d’un pays, la Sologne, montre l’évolution dans l’application et l’utilisation d’une technique. Le documentaire, qui servit à enseigner la technique agricole, rassemble les savoirs, puis enseigne aux sociétés rurales leur propre tradition. Cette progression est typique d’une idéologie qui sait que la marque ne se fait dans les esprits que par un enseignement progressif. Le Service de la civilisation paysanne prépare un dossier sur "l’esthétique de la maison traditionnelle" et sur la signification de l’objet en ethnographie folklorique à l’Institut des hautes études cinématographiques. Il organise la documentation cinématographique en ethnographie folklorique, en liaison avec M. Mitry de la Cinémathèque nationale. En 1943, une ferme en Avignon sert de cadre à la préparation scientifique des Quatre saisons, mis en scène par Lallier et Rouquier sous les auspices du ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement, et de la Corporation nationale paysanne. La ferme de 20 hectares, dans une région de polyculture, appartient à des parents de Rouquier. L’histoire relate la vie d’une famille paysanne pendant une année. La mise en route du tournage ne peut se faire qu’après le dépôt en banque de la somme, ce qui explique l’organisation d’un plan de souscription par la Corporation, basée sur des participations en milieu rural de 1 000 à 100 000 francs. Le projet (1943) ne sera réalisé qu’en 1945. Ce laps de temps qui voit la fin de la guerre ne modifie pas, ou peu, la vie quotidienne des campagnes françaises. L’évolution se fera après. Sorti sur les écrans en 1946, sous le titre de Farrebique160, il sera présenté comme le "premier film ethnographique"161. Les acteurs parlent en patois (film partiellement en V.O.), vivent "campagnard" (fabrication du pain, coutumes familières, travaux des champs, fêtes agricoles). Ce film qui utilise fréquemment la symbolique de la nature : "d’un long sommeil, des êtres se réveillent", et fait accoucher la femme après une série d’images sur le renouveau de la nature au printemps, ne peut pas ne pas évoquer le renouveau terrien de l’Etat français. Des paysans sont les acteurs, le public le sait, ce qui augmente la charge symbolique. Ils sont les acteurs de leur propre image162. Farrebique ou Les Quatre Saisons, saga sans épisode, suit le rythme de la nature, hommage au monde artisanal et paysan où la poésie côtoie la rudesse. L’esthétisation de l’objet ethnographique, sous le couvert d’une évocation neutralisée implique indirectement une esthétisation du monde qui lui est lié. Elle modifie la perception que le spectateur peut en avoir. Les images et la musique s’épaulent ; Rouquier fait appel aux sens, à l’ouïe autant qu’à la vue. Cadre de son enfance, cette nature s’oppose aux conflits, à la vie citadine, à l’évolution économique. L’époque le veut, qui ne peut vivre une économie industrielle, ni s’attribuer les progrès techniques. Évolution des mentalités, des points de vue, que l’on lit facilement, si l’on juxtapose les productions de Rouquier...

  • 1942, Le Tonnelier, ou l’artisan d’une économie obligée en vase clos.
  • 1949, Le Chaudronnier, ou l’ouvrier d’un monde industrieux.... évolution qui touche également d’autres créateurs d’images163. Regards différents, politiques différentes, tous les facteurs s’imbriquent et prennent en compte le contexte historique164.

56Retrouver, connaître, déceler le geste qui est le signe de l’activité humaine et passe par la main, désignée comme "outil privilégié de l’homme", telle est la consigne. Outil magique qui, tel un alchimiste, transforme ce qu’il touche en or, la symbolique de la main est sans cesse reprise. Les instructions au cameraman qui accompagne les Artisans du bijou (1942) d’Ed. Flomy centrent l’intérêt précisément sur son rôle.

  • 165 Les films documentaires produits par le ministère de l’Information, pour la plupart destinés à un (...)
  • 166 Des organismes mis en place pendant cette période, l’IDHEC, inauguré le 11 janvier 1944 par Marcel (...)

57Dans la même heure, Le Tonnelier (1942) du même réalisateur que Farrebique, est un documentaire technique à vocation pédagogique. Il se situe dans la tradition d’enseignement d’un savoir artisanal165. Il s’achève sur la scène chaleureuse d’une poignée de mains entre le patron et son apprenti. Tout y est dit du travail et de sa haute valeur morale, des relations sociales où les luttes de classes sont effacées. La supercherie apparaît de façon criante dans certains de ces films qui, présentés comme des documentaires régionaux, utilisent comme acteurs et figurants des membres de groupes folkloriques habillés en costumes régionaux, c’est le cas du documentaire que la France en Marche réalise sur la région d’Arles. La journée d’une Arlésienne, en est le thème central. Projeté sur les écrans à partir du mois de novembre 1941, il est prétexte à parcourir les paysages et monuments de la région et célèbre implicitement, la femme arlésienne, sa coiffe et son costume. Les jeunes filles appartiennent toutes au groupe folklorique de la Capello d’Arles dont on a souligné ailleurs la volonté de rénover les costumes régionaux. Il faut répéter, cependant, que les films ont valeur d’exemple, puisqu’ils doivent permettre de perpétuer un mode de vie que les circonstances exigent... Leur devenir se retrouve dans la réalisation de l’IDHEC166, puisque l’Institut des hautes études cinématographiques crée une chaire qu’il confie au Service de civilisation paysanne et au Musée national des ATP.

  • 167 GARÇON F.– 1984, p. 199.
  • 168 Pour cette notion voir METZ C., 1968, pp. 13-25 et LEBEL J.P., 1971, p. 16.
  • 169 MAYET J. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’Artisanat édit., 1942, pp. 73-88, p. 81.
  • 170 En avril 1942, Albert Guyot présente le projet d’un film documentaire sur le papier et la papeteri (...)

58Le film folklorique documentaire, a, pendant le Régime de Vichy des fonctions multiples qui dépendent des intentions des commanditaires, des réalisateurs et du public. Il est tour à tour, ou en même temps, idéologique, ethnologique, pédagogique, esthétique et gardien d’une mémoire. Cette forme, un peu désuète en 1939, connaît un regain d’intérêt, car elle peut servir l’idéologie de la Révolution nationale, autant que les intérêts particuliers des organismes folkloriques et régionaux. Il se démarque des réalisations de fiction de la même période. Comme le note F. Garçon167, ces dernières se situent délibérément en retrait des priorités propagandistes du régime. Il est représentation idéologique de la réalité, puisqu’il choisit les éléments tirés du réel, qu’il agence selon sa propre logique. La place du documentaire est privilégiée dans la propagande si l’on considère la valeur ludique de l’image et "l’impression de réalité"168, qu’il propose au grand public. La caution de vérité est augmentée par l’intitulé du genre filmique que suppose le terme "documentaire", gommant ainsi le rôle du cameraman et celui du monteur. La reproduction des idéologies se fait pourtant aussi à ce niveau du choix des lieux, des objets, autant que des éliminations. Les prouesses techniques permettent la focalisation, dans l’exemple du Tonnelier, sur les mains de l’artisan, habiles, noueuses et chaleureuses. L’image est un lieu inattendu d’idéologie et en devient d’autant plus puissante : " (...) Enfin, nous ferons appel au cinéma, film documentaire exaltant la beauté du travail de mains, ou film pédagogique au ralenti démontrant des gestes, des façons de faire"169. L’idéologie ne transparaît complètement que par la mise en rapport de l’image et du commentaire. Le film, documentaire ou de fiction, recèle des intentions, conscientes ou non, dans n’importe quel moment de l’histoire, comme le souligne M. Ferro. En ce sens, le documentaire sert des intérêts divers. L’image s’attache à reproduire la réalité, et la mise en relation du document avec la société qui le produit et le reçoit, donne sens à l’instant historique. Consciemment ou non au service des idéologies dominantes, les créateurs d’images ont laissé peut-être passer leurs nostalgies. La vision du monde que ces images on véhiculée est simple, sans questionnement. Le schéma est celui des conceptions pétainistes, "travail, famille, patrie", devise transcrite directement dans les documentaires – de la Feuille Blanche170, du Tonnelier ou des Artisans du Bijou.

59Enfin, il faut se faire à l’idée que rares sont les acteurs du monde qui échappent à l’air du temps. Les images de la campagne et celles de la ville s’inversent selon les besoins et alors s’inversent les images mentales. Dans un temps où il fallait nécessairement glorifier la terre, ses richesses nourricières, son passé, les documentaires, étaient des outils essentiels et frappants. Le temps du redressement appellera d’autres politiques pour d’autres économies de marché. Après la guerre, le temps fut aux activités forcenées, à la production et à la reconstruction. Ce qui ne sera pas oublié de cette période, ce sont les moyens publicitaires que se sont donnés les gouvernements et l’élite adhérente, qui se reconvertiront vers d’autres buts, plus adaptés au progrès et aux nouvelles structures. L’expérience de la Révolution nationale a été relativement courte si on la compare aux régimes forts qui ont envahi l’Europe. En quelques mois, la législation a établi des structures qui, pour la plupart, durent encore quarante ans après. C’est peut-être de cette façon qu’il faut rétrospectivement s’interroger et continuer d’interroger les textes et les images sur le poids qu’aurait pu avoir sur les mentalités, dans le long terme, le bouleversement culturel qui a été tenté, et ce que dans la réalité il a établi – l’impact a été d’autant plus fort que Vichy a ciblé les jeunes – il a laissé dans leur imaginaire des images de rusticité et des nostalgies bien connues. Quel a été le poids réel de ce type de production ? Faible dans la réalité puisque les campagnes ont continué à se dépeupler et à réintégrer la ville, lieu d’épreuves (Ombre de la ville), cependant que dans l’imaginaire, des images resteront de mains, laborieuses, de campagnes saines, qui persisteront et berceront plus d’une nostalgie. Les images ont-elles plus de poids que le vécu ?

60La presse toute puissante est singulièrement significative par les occultations de la réalité. Les menues activités sont relatées ; les manifestations officielles montées en épingle et à chaque fois, tous les déplacements, prétextes à des hommages régionalistes. Les émissions de radio, didactiques et élitistes au possible, cherchent à sortir de ce créneau. Le folklore musical, fond sonore des documentaires, accompagne les émissions, prend une place privilégiée. Le thème plus accessible remplit une fonction ludique. L’idée de la forme est très importante, les responsables de la propagande folkloriste cherchent à rendre ces médias plus efficaces, car elle se heurte aux spécialistes dont le métier n’est pas la publicité.

61Le champ de propagande folklorique s’étend de l’enfant à travers la douceur des berceuses fredonnées par sa mère, jusqu’aux vieillards chargés de transmettre les contes du temps jadis, selon les consignes des doctrinaires. Toutes les catégories d’âge, mais aussi tous les publics, tous les milieux sont visés, même et surtout si les dirigeants se prévalent d’un interlocuteur privilégié, le paysan. On peut noter cependant que la propagande commence par la base. Elle insiste sur les classes primaires plus que sur le secondaire, et d’une façon générale sur les classes jeunes de la population plus que sur les adultes ; sur la formation de cadres et élites, plus que sur l’ensemble des Français. L’établissement dans le long terme du régime passe par la propagande éducative. Cette œuvre a été gênée par des contingences matérielles inhérentes à l’économie de guerre, de plus en plus difficile à maîtriser. Elle l’a aussi été par les modifications des influences au sein du pouvoir central, et les exigences des Allemands.

Notes

104 LABORIE P. – 1980.

105 (A.N. F. 41266).

106 Le tirage n’est d’ailleurs qu’indicatif puisqu’il faudrait pouvoir quantifier aussi les pratiques sociales de lecture.

107 LA FARGE G. de – in,Corrèze, Tulle, nov. 1941.

108 ORY P. – 1976, p. 39.

109 MARION P. – in, Corrèze, Limoges, nov. 1941, p. 7.

110 Comité de Rédaction, in, Notre Province, Limoges, janv.-févr. 1942, p. 1.

111 in, Terroirs, Brives-Charensac, 1942, p. 2.

112 Terre Natale, Laon, 1.10.1941, p. 6.

113 Le mouvement Province compte vingt-deux délégations régionales en zone occupée.

114 (...) "Citons encore Jacques Boulenger : "Il y a longtemps que l’école aurait dû enseigner à nos enfants que c’est un honneur d’être un Blanc, un Aryen, un Celte, et tout particulièrement un Français et qu’il ne faut pas déchoir de sa race". Mais la fierté, voire l’orgueil d’appartenir à tel ou tel rameau du grand arbre n’est-elle pas également légitime, voire recommandable, comme un degré d’accès facile vers ces conceptions supérieures ? Le paysme y aidera. Il est à mi-distance entre l’amour de la famille et celui de la patrie, tient de l’un et de l’autre et leur sert de trait d’union. La conscience d’appartenir à une communauté à la mesure de l’homme, qu’elle soit celle du lieu ou de métier, est l’indispensable soubassement de toutes les rénovations françaises à l’heure où tant de forces sombres voudraient arracher à eux-mêmes, à leur traditions, à leurs vérités et à leurs espérances, les enfants d’un des plus vieux peuples de l’Europe". CROUET G., Nos Provinces, Paris, mars-avr. 1944, p. 7.

115 VARAGNAC A. – Rapport relatif à une publication régionaliste adressé au préfet de la région de Toulouse, Toulouse, 20.03.1942, 3 p., (A. - C.O. Dos. 1).

116 ORY P. – 1976, p. 78.

117 TUDESQ A.J. – 1977.

118 MIROUZE M. – in, L’Écho des provinces, Nice, mars-avr. 1942, p. 8.

119 DEVIGNE R. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 13.

120 A.N. F. 10. 4969.

121 KUBNICK H. – in, Radio Nationale, Marseille, 31.12.1942 au 06.02.1943.

122 Cette suite radiophonique fait l’objet d’une publication, cf. DEMAISON A. (présenté par) La Ronde des métiers, Clermont-Ferrand, Les Cahiers de la France édit., t. 1, 1943, 448 p. L’ouvrage est utilisé comme instrument de propagande en faveur de la production nationale. (A.N. F. 41 299).

123 Ces pièces font l’objet d’une publication, cf. VARIOT J., Théâtre de tradition populaire, Marseille, R. Laffont édit., 1942, 460 p.

124 Les postes privés s’étaient organisés dès 1925 en Fédération qui comptait alors 9 membres dont la plupart étaient situés en province : Radio-Agen, Radio-Béziers, Radio-Toulouse, Radio-Lyon, Radio-Sud-Ouest.

125 (A. - C.O. Dos. VIII).

126 Radio-Toulouse fut créée dans les années vingt à l’initiative du directeur d’un magasin de récepteurs radio Kierkowski et de R. Trémoulet, directeur de l’agence Fournier à Toulouse.

127 HANSI de – Lettre à la Commission de propagande régionaliste de Toulouse, Rimont le 30.04.1941, (A. – C.O. Dos. VIII).

128 Les émissions régionalistes ne disposent plus que de 2 100 francs par mois au lieu d’environ 6 500 avant novembre 1942.

129 SALVAT J. – Émission radio, Toulouse, 06.11.1941, 11 p. (A.-C.O. Dos. IX).

130 DURAND SAINT-LEGER – 29.10.1943, (A.N. F. 10 4969).

131 RENDU A. – L’agriculture française et les finances publiques, (émission Radio-Toulouse, 15.09.1942, 2 p. (A. - C.O. Dos. VIII).

132 ROZES de BROUSSE – Le Vieux Toulouse (émission Radio-Toulouse, 19.09.1942, 2p., (A. - C.O. Dos. VIII).

133 L’ensemble de ces cours radiodiffusés sont conservés dans les archives du Collège d’Occitanie. (A. - C.O. Dos. IX et X).

134 SALVAT J. – Présentation de Marcel Cellier, vacher "poète d’Auvergne", (émission Radio-Toulouse), 14.11.1943, (A. - C.O. Dos. IX).

135 SALVAT J. – Présentation des chants occitans de Prosper Estieu, chantés par Mouly, (émission Radio-Toulouse, 18.07.1943, (A. - C.O. Dos. EX).

136 Notre Province, Limoges, janv.-févr. 1943, p. 23.

137 Les archives du Collège d’Occitanie renferment plusieurs dossiers sur le procès Salvat, cf. in (A. - C.O. Dos. VII et D.A. 307).

138 PELTIER – Lettre à SALVAT J., 03.01.1947, 1 p., (A. – C.O. D.A. 307).

139 Nouveau nom de la Société d’études occitanes.

140 FERRO M. – 1975, p. 5.

141 F. Courtade et P. Cadars (1972) notent la permanence des films mi-fiction, mi-documentaire consacrés à "la terre des aïeux" appuyés sur le slogan "Blut und Boden" (Le Sang et la Terre) dans la production cinématographique nationalsocialiste, de 1933 à la chute du régime. Blut un Boden, Ewiger Wald, Der Schimmerlreiter (Le Cavalier Blanc), Le Fleuve, Das Verlorene Tal (La vallée perdue), Das alte recht (Le droit ancien), Peer Gynt, Das Mädchen vorn Moorhof (La fille des marais) figurent parmi les plus connus.

142 On pourrait citer : Le Rouergue, Le Bourbonnais de (J.C. Bernard) ; Rouen, Le Jura, La Voie triomphale. Le Jardin de la France, Montmartre, La Lorraine (de Louis Cuny), Provincia, Terre d’Amour, Le Mont Saint-Michel, Versailles (de Maurice Cloche), Euskadi (de Le Henaff), Occitanie, Aude belle inconnue (J.K. Raymond-Millet), Le Béarn (H. Reynaud)...

143 Les statuts mis en place par un décret-loi du 27.08.1939 sont remaniés le 20.12.1941, puis par l’arrêté du 23.09.1942.

144 PLECY A. – Compagnons, Lyon, 14.12.1940, p. 3.

145 G. de Carmoy est déporté en 1942.

146 Parmi ceux-ci Films Pathé : La Cité ; Artisans d’Art : Rodin, La Pierre française, La Rue Bonaparte, Vieilles pièces de Paris ; Films de Cavaignac : L’École de Barbizon, Le Golfe latin ; Ciné-reportages : Cirques ; Films E. Lailier : Le Tonnelier ; Films de France : Orchestre symphonique, Paysages Lamartiniens, Port-Royal, André le Nôtre, Grenoble, La Crau, Le Froid, Une lettre voyage, Les Artisans du bijou ; Célia Films : Matins de France ; Films Jean Mineur : Au pays des orangers, Les Vrais pescadous ; Films Sirius : Nids d’aigle, Guides de montagne.

147 Voir la liste des films documentaires tournés en France de 1940 à 1942, in SICLIER J., 1981, pp. 439-442.

148 Jeunes en montagne, On demande des hommes. Le Chant du feu, Élixir de longue vie, Après l’orage, Équipe, Nourrir la France, Marine française, Manosque, Pays de Giono, La Grande Pastorale, Le Pain, Traditions, La Ronde des métiers, Symphonie du travail, La maison du soleil, Le Balars, Mémoire des maisons mortes, Les Surprises de la vie, Les Chevaux du Vercors, Cross country...

149 A.N. F. 44 35.

150 Il deviendra en 1944 le Centre des hautes études cinématographiques.

151 DUVIVIER P. – in, l’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1941, p. 10.

152 A.N. F. 44 266.

153 SALESSE-LAVERGNE A.– in, Corrèze, Tulle, déc. 1941-Janv. 1942, pp. 52-53.

154 GAULIEZ A.J. – in, L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, pp. 32-36.

155 Cet intérêt n’est pas nouveau. A quelques décennies, le film documentaire a été utilisé pour l’enseignement technique de l’agriculture. Le cinéma agricole né de la volonté de J. Queuille, ministre de l’Agriculture, concrétisa le dessein de H. Aicard et bénéficia de la loi organique du 5.04.1923 qui débloquait la situation par l’attribution de crédits pour le cinéma agricole, cinéma essentiellement éducatif. La cinémathèque du ministère de l’Agriculture possédait, en 1938, 545 films dans ce domaine particulier, conçus dans une perspective didactique, cf. HUBSCHER R., 1983.

156 A.N. F. 10 5127.

157 CROIZARD M. – in, Métiers de France, Paris, mai 1943, p. 6.

158 CHARLES J.J. – in, La Terre française, Paris, 1.05.1943, p. 2.

159 LEGROS P. – in, L’Echo des provinces, Nice, mai-juin 1942, p. 21.

160 Farrebique ne garde son titre initial qu’en sous-titre.

161 FERRO M. – 1975, p. 105.

162 Lallier et Rouquier ont déjà réalisé plusieurs films documentaires (Le Tonnelier, Le Charron, Alerte aux champs) où les rôles ne sont pas joués par des acteurs, mais tenus directement par des professionnels.

163 Jean Amblard, dessine en 1942 pour le compte du Musée national des ATP, le forgeron d’un village d’Auvergne, et en 1947-48, les mineurs de Denain.

164 Un métier d’art parisien. Les Artisans du bijou d’après un scénario de René Chavanne réalisé par Ed. Floury, Paris, 20.04.1942, 4 p. (A.N. F. 41 92) (Souligné par l’auteur).

165 Les films documentaires produits par le ministère de l’Information, pour la plupart destinés à un circuit non commercial, sont projetés un an après leur sortie dans les salles, dans les établissements d’enseignement public et dans les centres de jeunesse.

166 Des organismes mis en place pendant cette période, l’IDHEC, inauguré le 11 janvier 1944 par Marcel L’Herbier, apparaît comme le plus prestigieux. En projet avant la guerre, il doit sa naissance aux tractations de L.E. Galey qui réunit un jury pour décerner les grands prix du cinéma français.

167 GARÇON F.– 1984, p. 199.

168 Pour cette notion voir METZ C., 1968, pp. 13-25 et LEBEL J.P., 1971, p. 16.

169 MAYET J. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’Artisanat édit., 1942, pp. 73-88, p. 81.

170 En avril 1942, Albert Guyot présente le projet d’un film documentaire sur le papier et la papeterie artisanale, hommage aux moulins d’Auvergne alors remis en activité et qui se termine par : "Ne dédaignons pas les machines modernes, où tout est réglé avec précision, et qui égouttent, pressent, sèchent, dévident et découpent automatiquement. Elles sont la preuve du génie de l’homme. Mais le vieil artisan qui œuvre à l’ombre des moulins d’Auvergne en écoutant la chanson de l’eau nous donne une belle et grande leçon... Il nous apprend l’amour du métier et du travail bien fait. Certes la machine est plus rapide et plus féconde... Mais quelle joie, sinon quel orgueil, de contempler au soleil une de ces belles feuilles "faites à la forme", qui suffisent à faire aimer un métier, à travers ceux qui le pratiquent" : in les Films de France, "Projet de film documentaire sur le papier et la papeterie artisanale", Service du Cinéma, 22.04.1942 (A.N. F 41 92).
Ce chapitre fait l’objet d’un article à paraître dans Ethnologie Française.

Table des illustrations

Légende La fille du puisatier par Marcel Pagnol, 1940.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540