Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Troisieme partie. La propagande folklorique

Chapitre I. L’enseignement du terroir

Texte intégral

1L’État, les Commissions de défense des langues dialectales, les régionalistes, n’ignorent pas le pouvoir de l’éducation, instrument fondamental de la continuité historique. Dans ce cas particulier, la question des conditions politiques de l’instauration d’une communication pédagogique se trouve posée et dissimule des rapports de forces aux connotations diverses. L’idéologie des valeurs morales à restaurer rejoint aussi bien les discours de Vichy que ceux des régionalistes, mais cette connivence est truquée puisque les buts sont différents : d’un côté un soutien et une approbation qui font diversion, de l’autre, une restauration signe d’autres pouvoirs à reconquérir.

2Ce moyen de transmission qu’est l’éducation à travers laquelle s’effectue la reproduction de l’arbitraire culturel, suscite toutes les convoitises. Elle a toujours été visée par les pouvoirs quels qu’ils fussent car de façon plus profonde et plus sûre que la coercition, la pédagogie inculque et perpétue les idéologies. C’est en ce sens que pendant la période étudiée, et plus que jamais, il fallait mettre la main sur une fraction de la société : la jeunesse, pour l’endoctriner, et préparer dans le long terme, l’Ordre Nouveau. Politique centralisatrice et usage de la langue sont au cœur de ce chapitre qui met en scène des intérêts multiples. La mise en place d’une législation, la confrontation de disciplines différentes, les échanges intellectuels permettent d’avancer rapidement dans l’établissement d’un enseignement, tremplin des idéologies agrariennes et régionalistes. La volonté que l’enfant "touche terre" se marque par un remaniement des programmes scolaires. (Le Gouvernement réhabilite les langues dialectales et les patois et promeut les cultures régionales par l’histoire, la géographie et le folklore. Les sanctions symboliques que sont les examens, concours, prix instaurés, en renforcent la légitimité. (Nous verrons cependant qu’il y a une disproportion notable entre les discours de l’État, l’écho dans les médias, les structures mises en place et la réalité. L’endoctrinement se poursuit par les mouvements de jeunesse et au travers des Musées. Les uns et les autres font appel au dynamisme : l’enseignement émet les consignes, les mouvements diffusent quant aux musées, ils mobilisent l’intérêt sur la culture locale.

UNE TENTATIVE DE REHABILITATION DES LANGUES DIALECTALES

3Elle n’est pas un fait nouveau. Depuis l’apparition du Félibrige, dans les dernières décennies du XIXe siècle, leur réhabilitation avait commencé. En 1875, deux chaires de provençal sont créées à l’École des Chartes et au Collège de France. En 1876, sur la demande du ministre Wallon, des chaires de langue romane sont ouvertes à Lyon et à Bordeaux. Trois ans plus tard, on enseigne la langue d’oc à l’Université de Montpellier et à l’Institut catholique de Toulouse. Aix et Toulouse suivent le mouvement. En 1900, le ministre de l’Instruction publique fait inscrire le provençal aux examens de licence dans les facultés du Midi de la France. En 1922, le Comité d’action des revendications du Midi réclame son introduction dans les écoles. En 1923, E. Ripert, professeur de littérature provençale à la Faculté d’Aix en Provence, ouvre une enquête sur l’opportunité de la langue d’oc au baccalauréat. La même année, J. Bonnafous et J. Anglade fondent dans le Lot une "Ligue pour la langue d’oc à l’école". Elle regroupe des membres des trois degrés de l’enseignement, établit un projet et lance un appel aux enseignants. Un an après, F. Albert, ministre de l’Instruction publique, autorise des conférences dans les établissements secondaires et dans les écoles normales du Midi.

4A la veille de la guerre, les langues régionales ne sont donc pas exclues des programmes. Toutefois, elles se cantonnent à l’enseignement supérieur où elles n’ont qu’un faible auditoire. Avec Vichy, leur insertion s’officialise. L’État français donne les moyens ou plutôt tente de mettre en place une infrastructure sur laquelle doivent s’appuyer les réformes. Elles gagnent alors tous les degrés de l’éducation et touchent un public de plus en plus vaste.

L’élaboration d’une infrastructure

5Sa première initiative est la circulaire que G. Ripert, alors secrétaire d’État à l’Instruction publique, envoie le 9 octobre 1940 aux recteurs d’académie.

  • 1 RIPERT G. – in, Études régionales pour l’enseignement, Toulouse, vol. ΙΠ, 1942, pp. 138-144.

« Je signale aux maîtres l’utilité que peut présenter pour eux l’étude du dialecte rural. Si, pour l’instant tout au moins, il n’a pas paru possible de faire enseigner ces dialectes dans les écoles primaires, je recommande aux maîtres de les étudier (...) Partout, il y a intérêt à ce que le maître, à propos de l’histoire locale, signale à ses élèves les noms des grands écrivains et des grands poètes de la région et leur explique la beauté de leur œuvre »1.

  • 2 Journal Officiel, Vichy, 27.12.1941.
  • 3 TERRACHER A. – in, Calendau, Montpellier, mai-juin 1942.

6Cette circulaire n’est qu’une première proposition puisqu’il a l’intention de transformer son essai par la formation des maîtres. La volonté de J. Carcopino qui lui succède, est au contraire d’entreprendre une réforme par le bas. Le 24 décembre 1941, un arrêté ministériel précise que les instituteurs peuvent donner des cours facultatifs de langue dialectale (flamand, breton, basque, provençal, y compris toutes les variétés de la langue d’oc) dont la durée n’excédera pas une heure et demie par semaine. Le morceau de chant des épreuves du certificat d’études primaires peut être emprunté au répertoire dialectal2. Pour faciliter sa mise en application, A. Terracher, secrétaire général de l’Instruction primaire, lance une enquête en vue de dresser une liste des instituteurs intéressés3. Le 18 juin 1942, un nouvel arrêté précise l’indemnité attribuée pour cet enseignement.]

  • 4 (A.N. F. 10 4962).
  • 5 Dossiers de documentation de la presse syndicale paysanne, 20.01.1942, (A.N. F. 10 5057)
  • 6 Terra d’oc, Albi-Toulouse, Sup. au no 14 de février 1941.
  • 7 Au comité provisoire : F. Mistral, Ch. Maurras, J. Rozès de Brousse, J. Charles-Brun, J. Loubet, E (...)

7L’État français charge le Comité d’études pour la France d’établir un rapport sur "la place de l’école dans la vie culturelle paysanne"4. Il reçoit le soutien moral de la Corporation nationale paysanne qui voit dans ces initiatives une opportunité de rénover la culture paysanne5. Mais, il cherche surtout à s’assurer l’aide des structures culturelles en place. En zone Sud, il collabore avec les félibres et occitanistes qui accueillent avec enthousiasme les thèses de Vichy. Dès son congrès d’Arles de septembre 1941, le mouvement félibréen propose d’y prendre une part active. Il se fixe plusieurs tâches : action auprès du gouvernement pour lui suggérer un statut de l’enseignement du provençal ; collaboration provisoire en attendant que les enseignants soient prêts à assurer un tel enseignement ; aide à la publication d’ouvrages de classe. Les félibres décident de compléter la formation scolaire par un programme culturel (maintien des costumes, fêtes, théâtre,...) dont les écoles félibréennes assureront la mise en œuvre. Ils prévoient la création d’une commission spécialisée qui entretiendra des rapports privilégiés avec le ministère de l’Éducation nationale. La circulaire Carcopino parue trois mois après le congrès, est bien reçu. Les félibres, toutefois, désirent donner à ces langues un rang officiel ; qu’elles deviennent matière d’examen à l’école, élément d’une licence à la faculté. La Société d’études occitanes partage ce point de vue. Ses liens avec Vichy sont cordiaux pendant toute l’Occupation6. Forte de son soutien, elle crée une section chargée de dégager un plan d’action. Constituée essentiellement d’enseignants du secondaire et du supérieur, elle est présidée par C. Camproux, chargé de cours de langue et de littérature languedocienne à la Faculté de Montpellier où elle tient son Congrès annuel le 15 novembre 1942. En mars 1943, elle adresse au ministre un mémoire dans lequel elle propose d’introduire officiellement la langue d’oc dans le secondaire et de la rendre obligatoire dans les diverses provinces languedociennes en la sanctionnant au baccalauréat par une épreuve facultative sur les grands classiques de la littérature occitane. L’apport du Félibrige et des occitanistes est donc déterminant. Leurs porte-parole font partie du Centre permanent de défense de la langue d’oc, créé en 1942 à Vichy7. Ils sont présents, voire initiateurs, des congrès sur l’enseignement de la langue d’oc qui se tiennent en zone Sud. Le premier siège à Arles les 26 et 27 septembre 1941, au Musée Arlaten. Des universitaires, des professeurs, des instituteurs, mais aussi de nombreux félibres y jettent les bases d’un plan d’organisation de l’enseignement. Le choix symbolique de F. Mistral, neveu et filleul du poète, capoulié du Félibrige, comme président est significatif. Ils proposent la création d’une chaire spécialisée dans toutes les facultés du Midi. Deux mois plus tard, A. Varagnac directeur du Bureau du régionalisme de Toulouse, organise du 30 novembre au 6 décembre 1941 des "Journées de linguistique et phonétique occitanes" à la Faculté de Toulouse. Placées sous la présidence d’E. Ripert, professeur de langue et de littérature méridionale à l’Université d’Aix-Marseille, elles sont ouvertes par une déclaration de J. Carcopino, qui, après avoir rendu hommage à F. Mistral, annonce ce qui va constituer l’essentiel de sa circulaire.

  • 8 CARCOPINO J. – in, L’Éclair, Montpellier, 30.11 et 01.12.1941.

« J’ai la charge de l’éducation et je ne peux omettre cette donnée de la pédagogie qu’il n’y a pas chez les enfants de meilleure formation que la pratique simultanée des deux langues. Ils y acquièrent, en participant aux richesses des deux vocabulaires, la propriété du terme en même temps que la souplesse et la force de l’expression. Sans introduire le dialecte occitan dans l’école, qui est celle de la France, Je conçois et je souhaite qu’on puisse faire de lui, près d’elle, dans des cours complémentaires et facultatifs et dans les formations de jeunesse une sorte de latin du peuple. Un latin qui bien loin d’être un obstacle à l’enseignement du français, le servira comme un frère (...) »8.

  • 9 Des vœux sont émis :
    – l’admission de cette langue pour un certificat de licence d’enseignement et, (...)

8Les médias régionaux qui suivent de près les modalités de la rencontre ne manquent pas d’en souligner l’opportunité9.

  • 10 SALVAT J. – Radio-Toulouse, 27.11.1941, (A. - C.O. Dos. IX).

« (...) Les journées occitanes entrent magnifiquement dans le cadre des initiatives propres à faire s’épanouir la vie régionale, prises par notre gouvernement de Révolution Nationale »10.

  • 11 Ils réclament :
    – la désignation de professeurs itinérants, chargés de préparer leurs collègues à l (...)
  • 12 Le premier congrès du Collège d’Occitanie à Rodez, (11-12.04.1942), Rodez, imp. P. Barrère, 1943, (...)

9Un an plus tard, le Bureau du régionalisme de Toulouse organise du 14 au 17 décembre 1942, un deuxième congrès interrégional d’enseignement de la langue d’oc, placé sous la présidence de J. Charles-Brun, assisté du professeur Lisop et de l’inspecteur d’académie Bataillon, qui réunit à nouveau de nombreuses personnalités. Les débats sont centrés sur l’importance sociale d’un tel enseignement11. Dans le même temps, le Collège d’Occitanie organise deux autres congrès. Le premier, avec le concours du Grelh Roergat et du Calelh del Rouergue, se tient à Rodez en avril 1942. C’est avant tout une rencontre entre pédagogues. Cent quarante-sept professeurs et instituteurs sont présents et dissertent sur les méthodes à employer, les résultats et les espoirs mis dans la nouvelle politique12. De larges extraits de l’allocution du président, l’inspecteur de l’académie de l’Aveyron, sont repris dans la presse.

  • 13 Journal de l’Aveyron, Rodez, 09.05.1942.

« Grâce à vous, Mesdames et Messieurs, l’enseignement de la langue occitane va prendre un plus vaste essor dans nos provinces. Comme inspecteur d’académie, je puis vous assurer que je ferai tout pour que dans le plus grand nombre d’écoles, on puisse lui assurer quelques heures d’études (...) »13.

10Le deuxième congrès les 3 et 4 avril 1943 à Montauban, au siège de l’Escola Carsinole, porte sur les mêmes points. Ils y ajoutent une demande de subvention pour le bulletin fondé par Henri Mouly : Escola e Terrador, et l’autorisation de prédication dans la langue du terroir. Ces congrès appuient l’orientation des décisions prises par le gouvernement ou les préfectures régionales. Ce travail de concertation se retrouve dans l’infrastructure d’information mis au service des enseignants.

  • 14 Dans le Tarn, plus de 40 enseignants sont contactés par le Bureau du régionalisme, (A. - C.O. Dos. (...)

11Les Bureaux de propagande régionaliste en relation avec les inspections académiques, aident les enseignants désireux de transmettre les langues dialectales. À Toulouse, la brochure établie par le professeur Gavel traite de la graphie à utiliser14. Les académies mettent des ouvrages à la disposition des instituteurs (Dans le Gers, par exemple : L’Anthologie des poètes gascons d’I. Girard, le Recueil des chansons gasconnes de Guillaumie et les Chansons languedociennes de Pradère). Une collaboration du corps enseignant avec les sociétés savantes, les érudits locaux, les groupements de jeunesse et les groupes folkloriques est engagée. Une association "traditionniste", initiative du Bureau du régionalisme procède, en Haute-Garonne, à des études scientifiques sur les traditions et contribue au maintien des cérémonies populaires dans les villages. Le préfet régional, Chéneaux de Leyritz, précise le 17 décembre 1942...

  • 15 L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943 ; des associations du même type sont crées dans d’autr (...)

« Nous avons des tâches impérieuses qui nous prennent à la gorge : pour retrouver l’espérance et la confiance patriotique, il suffit de considérer ce que l’âme populaire a amassé au cours des siècles (...)
Soyez convaincus du bienfait de cette propagande »15.

  • 16 Il envoie en janvier 1943 un questionnaire dans les académies dépendant de sa zone, (A. - C.O. Dos (...)

12M. Lignières, inspecteur dans le Tarn et Garonne, propose un "centre d’informations régionales pour l’enseignement", dans chaque chef-lieu de département. Ils seront munis d’une bibliothèque, d’une cinémathèque, d’une discothèque et d’une salle d’expositions et de conférences. À titre d’essai, il soumet la création d’un Centre d’informations à Montauban où les instituteurs trouveraient toute la documentation nécessaire pour l’étude du folklore, de la langue d’oc, de l’histoire et de la géographie locale. L’idée de M. Lignières fait son chemin puisque le Bureau du régionalisme de Haute-Garonne cherche, à partir de 1943, à créer des structures de ce type dans tous les départements dépendant de son autorité16. Plusieurs académies se dérobent faute de moyens. Celle du Tarn suggère de ne former qu’une filiale. En l’absence totale d’organismes capables d’assurer cette aide aux enseignants, les académies leur conseillent de se mettre en relation avec le Collège d’Occitanie. C’est le cas dans l’Aude et dans l’Hérault. Toutefois, dans certains départements, l’idée est retenue : une Commission permanente d’étude de la langue d’oc est constituée dans l’Aveyron. Elle regroupe des enseignants du secondaire ou du primaire, privé ou laïque. Placée sous la présidence de M. Defaut et de M. Séguret, institutrice à Rodez, elle se charge de l’étude des traditions locales et de leur vulgarisation. Le Comité universitaire de l’enseignement dialectal de Pau, dans les Basses-Pyrénées, répond aux mêmes préoccupations. Il centralise la documentation sur le Béarn, les Landes et le Pays Basque. Il est en relation non seulement avec A. Varagnac mais aussi avec les sociétés savantes, les archives départementales, la bibliothèque municipale, les érudits et chercheurs régionaux. Les enseignants peuvent consulter ses travaux, publiés en feuillets mensuels insérés au Bulletin national des instituteurs.

  • 17 MOULY H. – in, Escola e Terrador, Villefranche-de-Rouergue, 01.01.1942.

13Les revues régionalistes s’adressent aux enseignants. En Languedoc, Terra d’oc de la SEO fait paraître de façon régulière un cours à, l’usage des écoles primaires. L’auteur, Louis Alibert, ne manque pas de la relier à la circulaire Carcopino. Elle assure aussi à partir de 1942 un cours de catalan rédigé par Alfons Mias. En Gascogne, les instituteurs peuvent s’abonner à Reclams de l’école Gaston Phoebus. Dans l’Aveyron, H. Mouly fonde en 1942 Escola e Terrador, qui "Vise à être un trait d’union entre tous les membres de notre corporation. Et c’est grâce à vous qu’elle doit devenir une revue scolaire rouergate et vivante"17. L’année suivante, elle compte déjà plus de 300 abonnés dont 240 sont des enseignants. Bien qu’initialement centrée sur la langue d’oc, elle comprend des articles sur l’histoire, la géographie, la littérature occitane et le folklore local. Accompagnés de bibliographies sommaires, ils constituent des leçons types. La parution en 1941 de la revue Études régionales pour l’enseignement a une portée beaucoup plus large. Créée à l’instigation d’un groupe d’universitaires toulousains, avec à sa tête le professeur Calmette de l’Institut, elle a pour but de promouvoir la culture languedocienne. Son comité de rédaction s’adresse aux spécialistes et leur demande des études qui serviront de modèle pour les cours. On trouve notamment des explications de texte destinées aux enseignants du premier et même du second degré.

  • 18 LAMOUCHE L.,Grammaire languedocienne, Montpellier, édition du "Parage de Mount-Pellé, 1942, 139 p. (...)

14Publications et rééditions se succèdent18. Occitanistes et félibres profitent du contexte pour promouvoir leurs écoles grammaticales. La parution en 1943 de la Grammatica occitana de J. Salvat en est une bonne illustration. Il en avait rédigé dès 1924 une première version pour les élèves du petit séminaire de Castelnaudary. Après l’avoir publié par tranches, dans le Bulletin du Collège d’Occitanie, J. Salvat en remanie plusieurs fois le contenu. Ce n’est qu’en 1943 qu’elle paraît dans sa version intégrale. La sortie de l’ouvrage est accueillie avec ferveur, son opportunité soulignée. La préface rédigée par J. Carcopino est sans équivoque.

Éditions scolaires

Éditions scolaires

  • 19 CARCOPINO J. – in SALVAT J., op. cit., p. V-VI ; la préface est reprise par de nombreuses revues r (...)

« (...) Surtout, je suis touché, parce que j’imagine que vous avez voulu apporter, avec une charmante délicatesse, un témoignage durable de gratitude au Ministre du Maréchal qui était venu à Toulouse, à l’automne de 1941, annoncer la modeste réforme par laquelle, reconnaissant les droits que la langue d’oc s’est acquis, non seulement à la tendresse de ceux qui la parlent dans leurs familles, mais à la piété de tous les Français désireux de ne rien sacrifier de leurs trésors traditionnels, je me suis efforcé, par le moyen de cours complémentaires facultatifs, de lui ouvrir les portes des écoles du peuple (...) »19.

Des réalisations ponctuelles

  • 20 H. MOULY est connu pour ses pièces ou romans en langue d’oc. Certains sont destinés aux enfants de (...)

15Dans les écoles primaires, si l’on se limite aux régions de langue d’oc, les résultats sont inégaux. Dans le Gers, on ne signale, début 1943, que sept instituteurs abonnés aux publications du Bureau du régionalisme. Dans le Tarn-et-Garonne, la liste est encore plus réduite puisque seulement trois instituteurs assurent un enseignement dialectal dans les écoles de Saint-Antonin, de Cazals et de Castera-Bouzet. Au contraire, dans l’Hérault, des cours d’occitan sont donnés dans une trentaine d’écoles ; dans l’Aude, environ soixante instituteurs entreprennent, en 1942, des leçons de langue d’oc, soit dans des institutions privées comme l’école de filles de Sigean, où un cours fonctionne à partir de 1941, soit dans des établissements publics comme celui de Crucades. L’Aveyron est un département pilote à cet égard. Début 1943, 49 instituteurs enseignent le dialecte. Il semble qu’H. Mouly, instituteur à Villefranche-de-Rouergue, joue ici un rôle moteur20.

  • 21 Nous employons ici l’expression d’école normale par commodité. Il est en fait impropre puisque cel (...)
  • 22 Le Temps, Paris, 10.12.1941 ; La Croix, 7-8.03.1942 ; 8.04.1943.
  • 23 BERTHAUD P.L. – La Garonne, Toulouse, 03.02.1942.

16Si le gouvernement est impuissant à mettre en pratique sa politique dans le primaire, il cherche à combler ce handicap par la formation des futurs maîtres. À Limoges, la langue et la littérature d’oc sont enseignées à l’école normale par le Majorai René Farmer21 À Clermont-Ferrand, des cours et des conférences sont assurés à partir d’avril 1942 par le professeur Vidal dans les deux écoles normales de la ville. L’école normale de Rodez suit l’exemple. À Montauban, Carcassonne, Montpellier, le Collège d’Occitanie assure la formation. Les régionalistes souhaitent que ces futurs instituteurs soient mutés dans leur région d’origine afin qu’ils établissent une meilleure communication avec leurs élèves. Dans certaines communes, les instituteurs assurent des cours pour les adultes. (Le régionalisme à l’école primaire ne fait pas pour autant l’unanimité. Ses adversaires invoquent la surcharge des programmes, les difficultés dues aux variations dialectales, préjudiciables à un bon enseignement du français. Ils trouvent un soutien chez certains instituteurs pourtant connus pour leur adhésion aux thèses régionalistes. Dans le Lot, E. Lafon s’y oppose fermement dans le cadre de la controverse lancée par la Revue Quercy. L’argument le plus probant est le risque de séparatisme22. Cette thèse défendue par J. de Lacretelle dans Le Figaro du 24-25 janvier 1942, suscite de nombreuses réactions chez les tenants du régionalisme intégral qui n’y voient qu’une ‘‘Rossinante qui avait tant servi aux paladins du jacobinisme"23.

17Les choses sont plus faciles au niveau du secondaire. A partir de 1941, le lycée Ingres de Montauban, les lycées de Carcassonne et de Rodez, le collège moderne de garçons à Castres assurent des cours. Des conférences sur l’Occitanie et la langue d’oc sont données au lycée de Montpellier. Le collège de Perpignan réclame des cours de catalan. Dans certains lycées, comme celui de Nîmes ou le lycée Mignet d’Aix, ils restent réservés aux élèves de l’école normale ; Au collège Fabre de Rodez, l’institutrice poétesse Calelhon se charge à partir de 1941 des cours facultatifs de langue d’oc pour une trentaine d’élèves-maîtresses. Dans l’Aveyron, l’inspecteur d’académie exige une leçon hebdomadaire obligatoire au centre ménager des institutrices stagiaires A partir de l’année scolaire 1940-41, l’enseignement agricole ménager du Sud-Ouest, installé à Toulouse, et l’école d’Agriculture de Digne dispensent des cours de provençal.

18Dans l’enseignement supérieur, plusieurs universités : Aix, Bordeaux, Montpellier, Clermont-Ferrand et Toulouse, ouvrent des chaires de langue et de littérature occitanes. Les régionalistes revendiquent une licence de même valeur que les licences de langues étrangères.

  • 24 Félibre mainteneur, J. Séguy avait fondé avant-guerre une Société universitaire "Los Estudiants Ra (...)
  • 25 L’Escola Occitana fut fondée le 6 juillet 1919 au manoir d’Avignonnet. Elle marque un schisme dans (...)
  • 26 Le cours de J. Séguy complète l’enseignement donné à l’Institut d’études méridionales de l’Univers (...)

19L’établissement du cours de langue d’oc et de gascon moderne à la Faculté des Lettres de Toulouse nous servira d’exemple. La Préfecture propose ce cours en 1943 au secrétariat d’État à l’Éducation nationale. Le projet reçoit l’agrément du recteur de l’université qui le soumet à l’approbation du ministre de l’Éducation nationale. En novembre 1943, le Conseil d’université décide du poste à l’unanimité. L. Alibert, secrétaire général de la Société d’études occitanes propose ses services dès le mois de septembre. C’est finalement J. Séguy, professeur au lycée de Cahors qui en est chargé24. Secrétaire-adjoint de l’Escola-Occitana25, correcteur au Collège d’Occitanie et membre de l’Escolo deras Piréneos, Séguy est fortement soutenu pour sa nomination. Ce choix discrédite la SEO. La leçon inaugurale a lieu le 1er décembre 1943. Il enseigne les dialectes modernes pratiqués autour de Toulouse, le haut-languedocien de la rive droite de la Garonne, et le gascon de la rive gauche avec ses différents parlers. Un certificat libre de licence sanctionne ces études26. Le cours est accueilli avec enthousiasme par les médias. L’antenne toulousaine de la radio où J. Séguy est chargé depuis 1942 d’un cycle de conférences bimensuelles, lui consacre une émission le 2 décembre. La presse lui assure une large publicité à travers les articles du service de propagande de la préfecture. Malgré l’accueil chaleureux qui lui est réservé, les problèmes de subventions auxquels il est confronté, montrent qu’un tel enseignement n’est pas totalement admis. Pris en charge par le Bureau du régionalisme, il n’est toujours pas rétribué en mai 1944, et la demande d’une subvention départementale reste sans suite.

  • 27 Dès cette époque certains auteurs font le constat partiel d’un échec et d’une réussite de cette po (...)

20En définitive, les réformes qui visent à introduire les langues dialectales dans le système éducatif qu’il s’agisse de l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur, sont donc très inégalement, concrétisées27. Le problème de la rémunération se pose rapidement. Le financement provient dans certains cas de la commune. À Hyères (Var), la municipalité vote dès la rentrée scolaire de 1940, 5 000 francs pour l’enseignement du provençal. Dans des centres de moindre importance, comme à Védène dans le Vaucluse, elle se limite à fournir gratuitement les livres. Leur aide est parfois sollicitée officiellement. Dans le Vaucluse, le préfet adresse en mai 1942 aux maires de son département, une circulaire dans laquelle il demande leur appui.

  • 28 Préfet du Vaucluse in GRENIER P.L., Journal des débats, 26.06.1942, p. 3.

« Par l’étude de ces textes évocateurs de l’histoire de la Provence et des antiques traditions, on les rendra fiers (les enfants) de leur petite patrie, on remettra en honneur, suivant la pensée du Chef de l’État, ce régionalisme bien compris qui doit être une des assises les plus solides de la France rénovée »28.

  • 29 L’arrêté est reproduit dans les Bulletins de l’instruction primaire des départements concernés.
  • 30 A.D. Gard. Dos. 4 T. 3.

21De son côté, le Bulletin départemental de l’instruction primaire du mois de Mars précise les horaires à adopter et les livres à utiliser. Dans les Basses-Alpes, au début de 1942, le préfet et l’inspecteur d’académie envoient une invitation aux maires et des instructions aux instituteurs, pour l’organisation de cours de langue provençale, d’histoire et de géographie régionale. Le problème de l’indemnité est partiellement solutionné par l’arrêté ministériel du 18 juin 1942, qui fixe un taux de 600 francs l’heure-année pour le primaire. Elle est mandatée mensuellement aux intéressés sur le budget du département29. Le problème se pose toujours au niveau du secondaire et du supérieur, puisque les préfets gardent l’initiative des crédits. Dans le Gard, le préfet D.A. Papinot propose le 7 janvier 1944, de subventionner sur le crédit alloué à la propagande régionaliste les cours de provençal du lycée de garçons de Nîmes30. Aucune décision ministérielle ne prévoit le budget des écoles privées qui suivent les directives ministérielles.

  • 31 À Marseille, l’abbé Long enseigne le provençal aux enfants du patronage. Les prêtres font des serm (...)
  • 32 La Terre Française, Paris, 16.08.1941.

22La langue d’oc est admise à titre facultatif dans les petits séminaires de Gourdon (Lot), de Rodez et d’Espalion. L’expérience la plus significative est celle du grand séminaire de Rodez où un groupe étudie, à partir de 1941, la langue et la littérature occitanes. Ils effectuent des traductions d’ouvrages sacrés et de pièces régionalistes qu’ils destinent à la JAC. Dans l’Aveyron, une section d’étude et de langue d’oc, groupant une quarantaine d’écoliers, est placée sous la direction de l’abbé Fournier à l’Institution Sainte-Marie (collège libre de garçons) de Rodez. Il organise, à partir de l’année 1942-1943, un cours pour les jeunes élèves de l’Institution Saint-Paul, école normale d’institutrices libre du diocèse. Toujours dans l’Aveyron, les abbés Rigal et Serres créent en 1943 un cours à l’Institution Saint-Joseph de Villefranche-de-Rouergue, imités en cela par l’Abbé Valat au collège libre Saint-Gabriel de Saint-Affrique. Dans certains départements ces directives ne font qu’accroître un processus ancien. Dans les Basses-Pyrénées, l’évêque de Bayonne, Monseigneur Gieume, avait organisé dès 1923 un enseignement des dialectes et de l’histoire régionale dans les écoles privées de son diocèse. À Toulouse, où l’abbé Salvat, directeur du Collège d’Occitanie assure les cours de langue et de littérature occitanes à l’Institut catholique, cet enseignement est lui aussi antérieur à la guerre puisqu’il existait dans les années vingt au petit séminaire de Castelnaudary. En zone Sud, l’introduction des langues dialectales dans l’enseignement privé religieux reste facultatif. Ce n’est pas le cas dans toutes les régions puisque, l’évêque de Quimper, Monseigneur Duparc, décide fin 1942 que le breton, l’histoire et la géographie de Bretagne seront obligatoires dans toutes les écoles libres de son diocèse ; les maîtres et maîtresses doivent en outre, apprendre aux enfants le catéchisme en breton. Patronages, catéchisme, sermons dominicaux, messes, chants religieux sont parfois en provençal31. L’Archevêque de Bordeaux, Mgr Feltin, officie en langue d’oc à l’occasion de la "Journée de la terre", organisée à l’initiative de la Mission de restauration paysanne et ouvrière de la Guyenne en août 1941, à Landvias32.

  • 33 La Rampelada del Colege d’Occitania, Toulouse, juil.-oct. 1943.

23Le Collège d’Occitanie, installé à Toulouse depuis 1939, voit son champ d’action s’élargir. Fondé à Castelnaudary en 1927, par les majoraux P. Estieu et J. Salvat, il donne presque exclusivement ses cours par correspondance. Des textes imprimés (versions et thèmes) sont expédiés chaque semaine aux élèves, répartis en trois sections : primaire, secondaire et supérieure. La section supérieure constitue la chaire de langue et de littérature occitanes de l’Institut catholique de Toulouse. Cet enseignement se double d’une leçon hebdomadaire au poste de Radio-Toulouse. Le Collège publie des ouvrages en langue d’oc : livres d’histoire et de littérature, grammaires, chansonniers, pièces de théâtre..., et un bulletin bimensuel bilingue, La Rampelada del Colege d’Occitania. Il organise des jeux scolaires qui groupent plusieurs centaines de concurrents. Encouragé par le courant ambiant, l’abbé J. Salvat rencontre J. Carcopino. Fort du soutien de l’État le Collège voit ses élèves ou "escolans" augmenter en nombre. Alors qu’il ne comptait que 15 inscrits en 1927, le Collège a plus de 400 élèves pendant l’année scolaire 1940-41. Selon J. Seguret, les cours sont suivis en 1942 par 780 élèves. Il semble toutefois plus prudent de se reporter aux chiffres publiés par le Collège lui-même, à savoir : 514 élèves dans la première section, 114 dans la deuxième et 17 dans la troisième, soit au total 645 élèves, ce qui représente malgré tout une augmentation sensible des effectifs33. Sur les 175 élèves inscrits à titre individuel, 33 sont des enseignants du primaire, 11 du secondaire et 11 des membres du clergé. Il faudrait ajouter les futurs enseignants du primaire qui sont nombreux à suivre les cours. Après son installation à Toulouse au début de la guerre, le collège essaime d’autres villes languedociennes. À Limoux, A. Peyre assure cours et corrections de devoirs. Il organise des conférences dans une salle offerte par la Mairie. L’école donne le 5 mars 1944 une séance de propagande scolaire et régionaliste que toutes les autorités de la ville cautionnent par leur présence. Ces écoles prennent de l’importance : le lycée de Montauban compte près de 50 inscrits dès sa troisième année de fonctionnement. Elles se situent pour la plupart dans l’Aveyron, mais on en trouve également dans l’Hérault, l’Ariège, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Tarn,... Dans certains départements comme les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse..., pourtant très marqués par la renaissance régionaliste, le Collège ne compte que quelques inscrits. Il se heurte à la concurrence du Félibrige encore très fort dans toute la Provence.

24Sollicités par le Bureau de propagande régionaliste de Toulouse, les académies organisent des concours d’occitan dans les écoles, notamment dans le Tarn, et les Alpes-Maritimes. Ils rencontrent un vif succès et mettent en compétition un nombre important de candidats. Dans les Basses-Alpes, à Digne, en 1943, 400 élèves d’environ 50 écoles primaires concourent sous le patronage de l’inspection d’académie et de l’école félibréenne de Bléaune. Dans l’enseignement secondaire, des prix sont créés. L’établissement Ferdinand Foch à Rodez, attribue un prix "rouergat". Les récompenses sont offertes par le "Grelh Rouergat". Parfois, comme à Hyères, l’initiative revient aux conseils municipaux. Enfin, dans certains départements comme dans l’Aude ou l’Ariège, des certificats de langue d’oc sont institués. Ces épreuves facultatives s’intègrent au certificat d’études primaires. Dans la plupart des départements, l’inspection académique laisse au Collège d’Occitanie le soin de cet examen. C’est ainsi que le 25 juin 1942, une trentaine d’écoliers de l’Aveyron passent pour la première fois en France, à Rodez, un certificat d’études de langue d’oc. Des épreuves similaires s’étendent les années suivantes à d’autres départements.

De la monographie locale à l’étude de la région

  • 34 cf. NORA P., 1962 ; OZOUF J., 1964 ; AMALVI C„ 1979.

25Les nouveaux programmes tendent à démontrer l’unité profonde qui avait façonné les provinces et permis l’émergence d’une conscience et d’une culture régionale. Ils font la démonstration de la cohérence sociale inhérente à toute communauté villageoise, galvanisent les patriotismes provinciaux et inculquent la "petite Patrie" ; c’est une façon de récupérer l’histoire et les lieux perdus, de reconquérir les terres, en rallumant la guerre des provinces. La compétition est au bout de cet enseignement. Profondément imprégnés de la notion de région "naturelle", où géographie physique, végétation, densité, architecture, vie économique, mentalités, traditions et histoire, procèdent de l’ordre de la nature, ces ouvrages révèlent la volonté de modeler l’inconscient collectif en reforgeant les mémoires. La France des provinces désigne le coupable, la République jacobine centralisatrice, et élabore un nouveau passé mythique. La France de Vichy met ainsi en place une légende des siècles, bâtie non seulement sur les héros traditionnels du Panthéon français expurgé, mais reposant également sur toutes les figures régionales, héros des petites patries, qui ont permis de cimenter la conscience régionale. L’école devient le tremplin d’une société nouvelle. Elle prend une revanche sur l’exaltation républicaine logée jusqu’alors dans les manuels scolaires34 (La Troisième République avait cherché à souder, à unifier les mémoires et à donner "une certaine idée de la France", la Révolution nationale tend, elle, à inculquer une certaine idée de la région basée sur une mémoire éclatée et parcellaire. Ces nouvelles mesures épurent la galerie des héros de l’histoire de France de ses figures laïques et républicaines et réhabilitent la société d’Ancien Régime, religieuse et monarchique.

  • 35 RIPERT G. – Circulaire du 09.10.1940.

26Le nouveau rapport au terroir et, d’une façon plus large, au cadre régional, s’établit par une approche différente de l’histoire, de la géographie et du folklore à l’école. La circulaire Ripert les met au programme du primaire dès le mois de décembre 194035. En décembre 1941, un deuxième arrêté les inscrit au certificat d’études et précise les activités auxquelles les instituteurs sont tenus pour mieux attacher les enfants "au pays natal". Ces textes sont confirmés par la circulaire de J. Carcopino du 5 mars 1942, qui complète la notion de local par celle de régional. Les nouveaux programmes suscitent une effervescence dans les milieux des érudits, sociétés savantes, pédagogues...

  • 36 Bul. nat. de l’enseignement primaire, Paris, juil.-sept. 1943, p. 37 ; oct. 1943, p. 40 ; mai 1943 (...)

27Toutes les académies éditent des monographies qui répondent aux consignes. Elles sont signalées dans les bulletins départementaux de l’enseignement primaire. Certaines sont reprises en feuilletons par les journaux régionaux où s’affrontent nationalismes ou chauvinismes provinciaux. Les auteurs sont sollicités par les municipalités ou instances préfectorales qui instituent des prix. Le Bulletin national de l’enseignement primaire invite à plusieurs reprises les instituteurs à s’intéresser aux activités de la Société du folklore français et à collaborer avec leurs élèves à ses recherches. Il publie les articles d’instituteurs de province, qui vantent les mérites de l’enseignement du folklore et expliquent les modalités de sa réalisation, leur expérience sur le terrain36. L’instituteur devient ainsi le folkloriste de sa commune, celui par qui s’opère le lien entre les générations, le greffier de la mémoire populaire. Une chronique régionaliste est ouverte en novembre 1943. Des revues pédagogiques, "nouvelles manière", exposent des études sur des points particuliers, des conseils de méthode et des renseignements bibliographiques. "Escola e Terrador", fondée par Mouly, publie des monographies folkloriques qui servent de modèles et doivent permettre in fine de créer un musée du terroir attenant à l’école. Le gouvernement à l’aval de certains historiens et érudits locaux, favorables aux thèses du régime, qui se mobilisent dès l’annonce de la circulaire Ripert. Ils organisent en décembre 1940, et à l’initiative de G. Boissy, un congrès des monographistes chaleureusement accueilli par les membres de l’Action française.

  • 37 BOISSY G. – in MAURRAS Ch., L’Action française, 13.12.1940, op. cit.

« Pour ce qui est de la vie française, par exemple, les monographistes nous permettent de marcher de surprise en surprise quant aux rapports réels entre le roi et ses sujets, entre seigneurs et vilains, entre ceux-ci et l’Église ou les monastères.
L’on s’aperçoit que nos paysans, non seulement avaient avec leurs prétendus bourreaux leur franc-parler, mais aussi leurs droits, leurs libertés et leurs franchises »37, déclare G. Boissy.

  • 38 Les Amitiés, Saint-Etienne, 10.05.1941, p. 4.
  • 39 A. Varagnac souligne à la réunion interrégionale de Marseille le 22.01.1943, le rôle intellectuel (...)

28P. Fortier-Beaulieu et G. Boissy décident de créer une Société française des historiens locaux dans le but de coordonner, provoquer, stimuler et diriger les recherches régionales et locales, et d’organiser des congrès. La société, déclarée le 14 décembre 1942, compte au printemps 43, plus de 150 membres. Elle s’organise en sections régionales rapidement opérationnelles : celle du Forez rassemble plus de soixante monographies au mois d’avril 1943. D’autres initiatives suivent. Le préfet de Seine-et-Oise crée un centre d’études historiques et archéologiques aux Archives départementales. Toutes les communes sont contactées, certaines restent à l’état de projet. Henri Dorgères, dans Le Cri du sol, demande la création d’un Institut paysan qui recueillerait tout ce qui se publie sur l’histoire de chaque village ou paroisse et ferait la promotion de nouvelles recherches38. Dans le domaine du folklore proprement dit, le Comité national du folklore étend son action au corps enseignant par l’intermédiaire des inspections académiques39. Dans l’Hérault, il se charge de la formation folklorique des instituteurs.

  • 40 BRISON M. – 1982, p. 229.

29Pour l’histoire et la géographie, les consignes ministérielles sont dans l’ensemble assez bien suivies dans les écoles, où les élèves sont initiés à leur terroir sous la forme d’un enseignement dogmatique, de lectures, ou encore de promenades. M. David, inspecteur d’académie, souligne aux journées de synthèse régionalistes de Montpellier que les instructions officielles sont scrupuleusement observées. Il semble toutefois qu’elles reçoivent surtout un écho favorable dans les régions rurales sensibilisées aux thèses régionalistes. Les grands centres urbains restent à l’écart de ce courant. Lyon, par exemple, les maîtres font quelques recherches, mais modifient peu leur programme40. Les succès que connaissent les nouveaux programmes s’expliquent par deux raisons contradictoires. Pour les uns, ils sont un vecteur d’éducation qui vise à démontrer la cohérence des entités régionales ; pour d’autres, particulièrement pour les instituteurs qui ne sont pas nécessairement solidaires du Nouveau Régime, l’enseignement du terroir leur apparaît au moins pendant un laps de temps, l’expression d’un patriotisme exacerbé. La mise en circulation rapide des manuels après les circulaires et les arrêtés de 1940 parfois moins d’un mois, montre qu’une part des enseignants et des sociétés savantes sont prêts à souscrire à ces consignes. Leurs motifs ne peuvent être mis en parallèle avec ceux des doctrinaires. (Cet enseignement qui suppose la continuité et l’enracinement, induit une société rustique unie autour de ses princes locaux et de l’Église. Il y a eu annihilation de la mémoire pour obéir à des impératifs dissimulés, et substitution d’une autre histoire, celle qui "touche", qui fait appel au sentimentalisme, comme au chauvinisme. Il ne s’agit pas ici d’une réécriture, mais d’une modification des sujets. L’intention des dirigeants n’est pas de créer une vacuité dans ce domaine de l’enseignement, mais d’opposer à l’histoire républicaine et à ses héros, une histoire plus proche, des héros "folkloriques" qui s’adressent immédiatement au cœur.

  • 41 Les instituteurs sont victimes en 1940 d’une épuration importante. Ceux qui restent sont soumis à (...)
  • 42 LEQUIN Y. – 1984, p. 133.

30La langue est le moyen de communication par excellence, mais elle est en même temps appropriation culturelle et politique du territoire. On ne saurait acquérir un langage sans acquérir un rapport au langage, autant qu’on ne saurait prendre conscience d’une histoire et d’un territoire sans établir un rapport avec cette histoire et ce territoire. Cet enseignement qui se veut exclusif d’un lieu, d’une langue, et les exalte, est la proposition d’une société qui rejette les autres cultures41. Le langage du terroir, son histoire, son folklore sont les manifestations tangibles et explicatives d’un lieu. Le repli et la mise en place de barrières linguistiques sont appréhendées comme le retour vers un passé glorieux, original. L’État n’a pas voulu rendre obligatoire un tel système éducatif, car s’il répond dans son optique au nationalisme qu’il exacerbe, il risque très rapidement de lui échapper dans le domaine de l’enseignement des dialectes. Cette tendance à l’autonomisation du système éducatif trouve dans le régionalisme les conditions sociales, idéologiques et politiques de son accomplissement, dans la mesure où il rencontre les intérêts des notables, de l’Église et des fractions intellectuelles. Les langues comme les sciences humaines sont des outils puissants qui assurent la manipulation des peuples. Elles contribuent à la reproduction de la structure sociale. L’enracinement des particularismes régionaux parmi les catégories les plus populaires de la société, propose ou suppose leur fidélité à des pratiques abandonnées par les élites, aidé en cela par les agents de l’Église qui veulent "se rapprocher du petit peuple chrétien", "aller à sa rencontre avec les langues qui sont les siennes"42, autant que "le souci de conserver l’emprise sur les populations", et "respecter leur identité". Cet enseignement s’oppose à celui de la IIIe République qui unifia la langue pour s’imposer. En 1794, l’enquête de l’abbé Grégoire avait été menée à cet effet ; en 1940 les revendications du pouvoir s’inversent.(La langue, l’histoire et la géographie sont utilisées à d’autres fins politiques. Ils doivent prendre en charge toute la symbolique révolutionnaire et redonner les territoires perdus, en même temps que forger d’autres mentalités, et remplir ainsi leur fonction idéologique et politique d’endoctrinement. Cet enseignement disparaît à la Libération, mais en 1950, la loi Deixonne amorce un retour à l’enseignement dialectal, qui prend toute son ampleur à partir des années soixante-dix dans le contexte plus général des revendications linguistiques et régionales.

MOUVEMENTS DE JEUNESSE ET EDUCATION FOLKLORIQUE

  • 43 Le 1.11.1940, il est rattaché à la Présidence du Conseil puis réintègre l’Instruction publique le (...)

31Les mouvements de jeunesse assurent à la Révolution nationale une mainmise sur la fraction de la population qui fera "La France de demain". La conjonction des intérêts de l’État, des folkloristes et des mouvements de jeunesse aboutit à une action concertée. Pour la première fois en France, l’État met en place, le 6 septembre 1940, un « secrétariat général à la Jeunesse, au sein du secrétariat d’État à l’Instruction publique confié à M. Ripert43. Les idéaux de Révolution nationale répondent à ceux des folkloristes. La Commission Jeunesse du Comité national du folklore se fixe comme objectif son enseignement. Les mouvements de jeunesse qui, de leur côté, ont la volonté de peser sur leur formation par l’encadrement et la création d’élites capables d’assurer la relève, voient dans le folklore matière d’étude et de promotion morale et spirituelle, possibilité d’une réflexion à l’échelle régionale et d’insertion dans la population active. Leurs options diffèrent mais tous participent à cet intérêt pour la tradition, qu’il s’agisse des Chantiers de jeunesse créés en 1940 pour suppléer au service militaire, de Jeune France qui veut revivifier la création artistique dans le terreau populaire, des Compagnons de France, des Jeunesses de France et d’Outre-mer, des scouts routiers, de la Jeunesse catholique (JAC, JOC, JEC), ou des écoles de cadres dont la plus importante est domiciliée à Uriage.

32Deux textes renseignent sur les objectifs de l’État et du Comité, le premier de R. André, Compagnon de France, le second de M. Provence, félibre réputé et responsable à la radio d’émissions sur le folklore. L’un et l’autre peuvent être considérés comme des manifestes. R. André s’exprime à l’échelle nationale et sur la politique du régime : son horizon est la Patrie, même s’il passe par la "petite patrie". L’État nouveau qui se met en place a besoin de citoyens à sa mesure, qui répondent à son idéologie (Les Compagnons de France est un mouvement officiel, porteur de la parole de l’État). Son discours est le reflet de la réalité officielle face au folklore.

  • 44 ANDRE R. – L’Écho des provinces, Nice, mars-Avril 1942.

« Il faut offrir aux jeunes quelque chose de concret : avons-nous mieux que les traditions folkloriques pour leur matérialiser la petite Patrie ? Pour qu’ils se sentent liés avec elle par des liens d’hérédité »44.

33Ce point de vue est opposé à celui de M. Provence. L’un voit dans le régionalisme un moyen d’éducation civique qui justifie le quadrillage des recherches, la centralisation pour une efficacité maximale, l’autre se situe à l’échelle régionale. C’est un militant dévoué à l’éducation de la région et de ses cadres. Dans son article "L’initiation de la jeunesse au folklore", il présente les réalisations, options et préceptes pour établir une action en profondeur et s’emparer des esprits dès la maternelle.

  • 45 PROVENCE M. – L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« (...) Un dernier mot. Disons-nous bien que nous n’arriverons à rien si nous n’avons pas la jeunesse en mains. Les dispositions officielles sont excellentes. Profitons-en. Il faut dès l’âge de cinq ans prendre l’enfant quand il est encore en formation dans la famille, quand il a été bercé par sa mère grand en chanson dialectale. Quand il n’a pas souvent entendu parler que le dialecte, et le conduire ainsi par le chant, la danse, le jeu, le récit, le théâtre, les traditions religieuses, les fêtes civiles de traditions, vers le chantier de jeunesse où s’achèvera la formation régionaliste. Si on échoue, il faudra penser que le jeune français est devenu un "robot" rendu gâteux par l’école, le journal quotidien, la radio, le sport professionnel, un être impersonnel. Dans tous les cas, comme la réforme provinciale. Mais elle ne doit pas échouer. La province de demain, doit, ses cadres rénovés, trouver un jeune Français, ayant une forte âme provinciale. La discussion est ouverte »45.

34Pour réaliser ce programme, tout doit être mis en œuvre : concours à l’école, éditions, instructions des éducateurs, fêtes où sont emmenés les enfants ; l’adolescence et les chantiers font l’objet d’une pédagogie différente qui doit forger les élites et, par eux, réconcilier les métiers et la terre.

Le rôle de l’État

35De par son essence, expression de la société artisanale et paysanne, le folklore est à incorporer à l’œuvre d’éducation qui doit faire une nation vraiment française. G. Lamirand est nommé le 25 septembre à la tête du secrétariat à la Jeunesse. Il y est secondé par L. Garonne qui, inspiré par le scoutisme, tient un rôle essentiel sur le plan de l’organisation. Quatre courants se côtoient et s’affrontent en son sein.

  • La tendance autoritaire, engagée dans la collaboration se propose d’engendrer un nouvel ordre européen à l’allemande (G. Pelorson, J. Maze, favorables à une jeunesse unifiée sont soutenus par Pucheu, Marion et l’Amiral Darlan).
  • Les maurassiens, intellectuels et individualistes souhaitent une rupture avec la France d’après 89. Ce courant représenté par H. Massis, conseiller au secrétariat général à la Jeunesse et du Maréchal pénètre peu les mouvements de jeunesse.
  • Les catholiques conservateurs ralliés massivement à la Révolution nationale sont nombreux sous l’influence du scoutisme ou des équipes sociales à participer au secrétariat, ce au moins jusqu’à la fin de 1942. Dès sa formation, le gouvernement fait appel à des dirigeants du scoutisme routier tels que Pierre Goulet, Pierre Schaeffer, ou le père Forestier qui est nommé aumônier national des Chantiers de Jeunesse, ainsi qu’à des membres de l’équipe de la Revue des jeunes qui comme Robert Garric, son directeur, ou G. Lamirand, vont avoir un rôle moteur, l’un à la tête du Secours national de zone Sud, l’autre à la direction du secrétariat à la Jeunesse. Parmi eux, des ecclésiastiques comme les pères Doncœur et Forestier souhaitent refaire la chrétienté et prônent une théologie de l’obéissance inspirée du thomisme. Cette tendance est soutenue par le général de la Porte du Theil, responsable des Chantiers.
  • Le tendance "critique" composée de laïcs ou d’individus originaires de la gauche : anciens éclaireurs de France, mouvements de jeunesse protestante (Fédération des étudiants chrétiens), se distingue par son refus du nazisme. Inscrits dans cette tendance progressiste, l’ACJF s’oppose à l’unification de la jeunesse, soutenue en cela par L. Garrone qui sera évincé en 1942.
  • 46 L’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1942, p. 9.

36Le Secrétariat met en place un service artistique sous la direction de H. d’Anfreville, qui fait confiance, en zone occupée, au Musée national des ATP et en zone Sud aux folkloristes46. La documentation scientifique sert de base à l’apprentissage du terroir et inculque, par le choix des modèles transmis, l’intérêt pour la région. Le Secrétariat est représenté dans toutes les manifestations régionalistes, et les commissions départementales de propagande régionaliste possèdent une section spécifique pour la jeunesse. Il apporte une aide matérielle aux études. Mais, n’ayant pas de structure définie pour l’enseignement, préfère s’appuyer sur les Maisons de jeunes, les chantiers, les écoles de cadres, et la documentation fournie par l’office de documentation du Musée national des ATP.

  • 47 (A. J.O.C. Dos. 137). Le gouvernement envisage de rendre obligatoire l’inscription des jeunes à ce (...)
  • 48 (A.N. F. 44 42).

37Il projette dès le printemps 1942 les Maisons de jeunes, foyers de la conscience communautaire, dont l’ouverture est soumise à l’autorisation des autorités d’occupation. Elles doivent être des organes décentralisés, subventionnés à la fois par les municipalités et le secrétariat à la Jeunesse. Des études locales", par l’histoire, la géographie, le tourisme et les traditions folkloriques sont inscrites à leur programme47. Point central de l’éducation de la jeunesse, elles doivent recouvrir toute la vie de l’adolescent : loisir, travail. À la demande du Secrétariat, M. Goron constitue un bureau d’étude chargé du folklore dans ces centres. Un plan est établi pour la région parisienne et l’Ile-de-France. Il porte sur le chant, la danse, l’architecture vernaculaire, l’artisanat, les sports locaux, la création de fichiers, l’instruction des chefs, la formation de groupes folkloriques et le projet de "semaines de la jeunesse"48. L’espace de ces organismes est défini par les adjectifs "provincial", "régional", "local". Chaque Maison est un microcosme d’une vie provinciale intense et doit diffuser un sens moral propre à la Révolution nationale. Les directives précisent qu’il faut utiliser les municipalités, les compétences des "anciens" qui conservent les traditions et des spécialistes (folkloristes) pour assurer la pénétration du concept régional. Dans les projets de 1941, elle a un rôle majeur dans l’éducation civique du citoyen, et supplée aux carences des milieux familiaux et scolaires. Elle doit inculquer l’esprit de groupe, de service, mais surtout être perçue par l’adolescent comme sa propre création, c’est-à-dire, offrir tous les caractères de la décentralisation, Les consignes sont formelles : créée dans le cadre de la corporation agricole, à l’échelle communale, elle doit permettre à un organisme officiel, porteur de la doctrine révolutionnaire, de pénétrer les localités. Elle sera le lieu du redressement national, par l’application directe de l’idéologie. La connotation affective suggérée par le terme "maison" jouxte l’idée de hiérarchie, de tradition, de formation du corps et de l’esprit d’une élite, et sous-tend l’idée d’une société corporatiste.

  • 49 VARAGNAC A. – Le Régionalisme, Toulouse, 31.10.1943, 10 p., p. 9, (A. – C.O. Dos. I).
  • 50 CROUZET P. – L’Écho des étudiants, Grenoble, 13-20.02.1943.

38Les Chantiers de jeunesse, institution de l’État français, tiennent en main la fraction des jeunes gens en âge de partir sous les drapeaux, et assurent en même temps une main d’œuvre nécessaire. En participant aux Journées de synthèse régionalistes (Montpellier, nov. 1942), ils montrent leur volonté d’adhérer à la réalité provinciale. H. Gaudin de Saint Rémy, commissaire en chef des Chantiers y explique comment les jeunes sont initiés au régionalisme à l’occasion de stages ou camps dans la nature. Dans une note du 31 décembre 1943, A. Varagnac souligne les relations de son Bureau et du Commissariat régional à la jeunesse. Nous y apprenons les activités déployées par les Chantiers, qui offrent des manifestations folkloriques "presque tous les dimanches"49. La population locale "bénéficie" des enseignements que prodiguent les Chantiers à travers les cours qu’ils offrent aux jeunes gens. Recrutés sur leur terroir, ils y restent, et connaissent leur région en profondeur. Les Chantiers opèrent dans les communes, relayés sur le terrain par des sections formées par les "anciens" et associés aux tâches d’intérêt générale La discipline y est stricte et les consignes soulignent l’importance de l’enracinement ; l’éducation, modulée selon les capacités. Une notation intéressante : l’idée de petite patrie s’adresse avant tout aux "esprits moyens" et montre ainsi que le nationalisme peut s’inculquer à petite échelle. Pour mettre en marche une France différente, l’État a besoin de former un encadrement que d’aucuns font quasi militaire ; d’autres forgent des élites morales qui voient dans l’enseignement des langues vernaculaires et des traditions qu’elles transmettent "un précieux instrument de liaison des classes populaires"50

  • 51 ANGLARET R. – Quercy, Cahors, oct.-nov. 1943.

« Nous avons besoin d’élites enracinées et ce qui compte avant tout c’est l’effet d’éducation, de civilisation »51.

  • 52 L’École des Cadres d’Uriage est dissoute en janvier 1943 par décret de Laval.

39G.-H. Rivière propose des stages pour former au folklore les enseignants et les cadres de la jeunesse. L’école d’Uriage est la plus importante et reçoit des conférenciers de haut niveau52. Au total, une dizaine d’écoles couvrent la zone Sud. Parmi celles-ci, Mercuès est un centre de civisme pour les élites, situé dans la plaine d’Olt

  • 53 BAUDICHON E. – in, Quercy, Cahors, oct.-nov. 1943, pp. 8-21, p. 9.

« Où se pressaient les moissonneurs actifs à leur besogne nourricière, et dans toutes les âmes, la même pensée : ceux-ci doivent conduire ceux-là, qu’ils les dirigent dans les voies de l’Amour et de la Sagesse »53.

  • 54 Le Centre de civisme de Mercuès est créé le 28.07.1941, à l’initiative de G. Lamirand qui souhaite (...)

40Ce discours d’E. Baudichon affirme les choix ou les nostalgies d’une structure étatique modèle. L’éclectisme apparent des stagiaires, transmet les justifications du nationalisme54. La présence de personnalités aussi différentes que Gustave Thibon, philosophe et conseiller du Maréchal, de Ch. Castany, agrégé au lycée de Marseille, de l’inspecteur d’académie, de M. Salle de la Mamère, adjoint au général de La porte du Theil..., signifie qu’ici le folklore prend tout son sens. Deux autres exemples :

  • L’École des Cadres de Provence organise une semaine d’initiation au folklore qui réunit tous les chefs de Provence (huit départements) qui en montrent le désir. Les cours sont donnés par MM. Castrains et Estrangui, M. Finand, spécialiste du chant dialectal, Mlle Valère Bernard, de la danse, l’abbé Guidel, de la musique régionale et le félibre M. Provence.
  • L’École des Cadres de Cugnaux reçoit entre autres, un cours sur Mistral et la révolution nationale en août 1942, donné par J. Salvat.

41Le secrétariat à la Jeunesse utilise les services de l’Office de documentation du Musée National des ATP.

  • 55 MARCEL-DUBOIS C. – in, Contact, (organe de liaison des cadres de la jeunesse), secrétariat à la Je (...)

« (...) La rubrique "folklore" du journal des cadres de jeunesse doit être un document folklorique dont l’application et l’utilisation dans les centres sont le principal but ; elle doit être aussi un nouveau et actif moyen de "contact" entre les jeunes à l’instar de l’objet même qui l’inspire : le folklore, trait d’union indissoluble entre chaque nouvelle génération, à travers la tradition du Pays, force de notre terre qui relie entre elles les molécules de notre société »55.

  • 56 cf. par exemple MARCEL-DUBOIS C., in, Documents pour les jeunes, (Commissariat général à la jeunes (...)

42Cette documentation diffère de celle élaborée par les mouvements. Contact Documentation, organe de liaison des cadres de la jeunesse publié par le Secrétariat, a une rubrique folklore qui procure des instruments de recherche. Elle comprend des notes sur les jeux, les jouets, le théâtre, l’art, la musique, la danse et les instruments de musique populaires, la littérature orale, les costumes régionaux, les coutumes correspondant aux différents âges de la vie, les communautés traditionnelles de jeunesse, l’architecture, le mobilier et les objets domestiques régionaux, les fêtes de métiers... complétés par une bibliographie thématique par régions. En alternance, Contact Documentation fournit l’actualité folklorique du mois. Document pour les jeunes publie elle aussi régulièrement des bibliographies relatives aux folklores régionaux56, et des articles en forme de fiches dossier sur une question. Éditée par le Commissariat à la Jeunesse, la rubrique "Art et Folklore" est un complément scientifique. Les adolescents sont invités à découper, classer, utiliser ces fiches, à devenir les agents d’un savoir en réserve.

Le rôle des folkloristes

  • 57 PROVENCE M. – Les Cahiers du chef, avril 1943, 150 p., p. 8.

43Le Comité national de folklore, qui a son siège parisien au Palais de Chaillot, prépare des documents sur les danses, costumes et coutumes régionaux, destinés aux enseignants et aux chefs de groupe. Les Comités départementaux lui fournissent des cours, forment des groupes, animent les fêtes et les réceptions officielles. Ils pénètrent les mouvements de jeunesse ainsi que le confirme R. André au Congrès de folklore de Nice. M. Provence assigne à la jeunesse, "qui conserve les plus radieux témoignages du folklore sacré de Provence"57, la tâche de faire revivre le folklore et de le transmettre. À travers elle, il assure la pérennité d’un état d’esprit. Encore faut-il s’en donner les moyens, par une éducation qui s’adresse à l’ensemble de la jeunesse.

  • 58 DUFRENE R. – in, Journées de synthèse régionaliste, 6-7 nov. 1942, Montpellier, Causse Graille et (...)

44Toute la région du Languedoc a ses sociétés folkloriques de jeunesse. Elles triomphent dans cette période – les folkloristes notoires et les érudits sont sollicités pour enseigner soit aux Chantiers de Jeunesse, soit dans les Écoles de Cadres. Ils mettent sur pied des sections jeunesse qui se lancent à la découverte du passé. Ils prospectent ou suscitent les répertoires, et organisent des spectacles que la population accueille favorablement et qu’ils présentent aux mouvements de jeunesse. Quelques exemples confirmés par M. Dufrène montrent le dynamisme de ces groupes – et leurs pôles d’intérêts divers : les adolescents du Groupe folklorique de l’Aude font une étude sur les instruments de pêche et les outils. De jeunes réfugiés, se retrouvant dans un groupe folklorique de Perpignan, explorent les lieux, l’habitat, les traditions. L’un des plus importants est le groupe des "Escholiers du Languedoc" troupe d’étudiants qui se consacre à retrouver l’art dramatique et les jeux régionaux. Extrêmement actifs, ils créent entre 1941 et 1942, quatre groupes d’étude pour la Provence, le Languedoc, le Roussillon et le Rouergue. Ils organisent des foires pour se faire connaître, et leurs veillées sont consacrées à de "studieuses études régionales". La Fédération des groupes folkloriques de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, s’intéresse de près aux mouvements de jeunesse. Armand Praviel, président de la Fédération, met localement en rapport chaque société adhérente avec les groupements représentés par le chef de Castres, qui réclament aide et conseil en matière de chants et traditions à rénover. La Commission Jeunesse de la Fédération est ainsi chargée d’établir une bibliographie d’usage pratique afin de répondre au premier de ces besoins. A. Varagnac, en accord avec P. de Gorsse, secrétaire général de la Fédération, propose quant à lui que les revues et les bulletins des sociétés publient des articles à leur usage. Les Compagnons de France incorporent des groupes folkloriques : les Pastourelles de Campan (près de Bagnères-de-Bigorre), les Corne-muzeux du Berry. Les groupes reconstituent le passé sans appliquer toujours des méthodes rigoureuses. Certaines études sont laissées de côté et, il semble que leur rigueur ne corresponde pas toujours aux suggestions du gouvernement qui, lui, désire dégager les caractères permanents susceptibles d’être comparés à leur "équivalents dans les pays voisins"58.

in, Compagnons, 26.07.1941.

Les mouvements de jeunesse et le folklore

45Les mouvements font appel à la vitalité, au dynamisme et à la recherche des modèles qui caractérisent l’adolescence. Les directives gouvernementales viennent à point pour confirmer à leurs activités la légitimité dont ils ont besoin pour être valorisés. Les scouts, les routiers, aînés des mouvements, forment des groupes d’étude du folklore, dans toute la région Sud. Les Éclaireurs de France les ont devancés à Montpellier ; ils se font archéologues et publient le résultat de leurs investigations. Les Guides de France recherchent les origines historiques et géographiques des costumes. L’ensemble des mouvements animent les villages, participent aux veillées, organisent fêtes, danses, causeries sur les particularismes locaux et régionaux.

  • 59 L’association des Compagnons de France est déclarée à la sous-préfecture de Lapalisse le 26.07.194 (...)
  • 60 Le mouvement diffuse aussi pour ses cadres : Le Chef Compagnon qui est scindé en deux publications (...)

46En juillet 1940, Henri Dhavernas, formé à l’école du scoutisme propose au général Weygand, ministre de la Guerre, de constituer Les Compagnons de France, qui seront encadrés par des militaires. Décidé à Randan, le mouvement se limite à la zone Sud. Deux ans plus tard, ils s’y retrouvent pour une manifestation d’union réunissant environ 7 000 représentants59. Ils adoptent la province comme division administrative de base qu’ils subdivisent en baillages, pays et cités. Ils se répartissent en compagnies autonomes d’environ quarante jeunes garçons, le plus souvent au chômage, regroupés dans un chantier à proximité d’un village ou d’une ville, pour exercer une activité ; en compagnies qui s’adressent à des jeunes ayant un travail et en compagnies itinérantes composées de jeunes artisans passant de village en village pour proposer leurs services. Globalement, ce mouvement veut le redressement de la France. Dans les camps-écoles, les éducateurs s’initient à l’occasion de sessions à un instrument, à l’art du théâtre, du chant, à l’exploration et aux sports régionaux. Les chants locaux sont repris sur place, les insignes communaux arborés en fanion. Les déplacements ressemblent à des défilés militaires. À Nîmes, en avril 1941, un groupe de Compagnons de France, Coumpan de Ste-Estello, entreprend de se produire dans toute la Provence et le Languedoc, en "lengo nostro" et présentent leur manifeste en provençal. Le journal Compagnons, comprend une rubrique quotidienne de J.M. Guilcher sur les chants et les danses populaires des provinces françaises60. Chaque groupe a ses particularités, est plus ou moins discipliné, plus ou moins intellectuel, mais il en ressort que les fondateurs conservent les adolescents enracinés dans leurs lieux d’origine. Cette expérience, qui somme toute, n’aura pas le loisir de s’étendre sur le long terme, semble avoir eu des prolongements. D’autres générations reproduiront avec une autre philosophie, l’esprit communautaire de ces adolescents. Les lieux qu’ils apprennent s’enrichissent de leurs études, et l’émulation aidant, ils organisent eux-mêmes leurs enquêtes.

  • 61 BASDEVANT A. – 1964, p. 72.
  • 62 Jeunesse France, Uriage, 22.02.1941, p. 11. CHOMBART DE LAUWE P.H., Pour retrouver la France : enq (...)

47Jeune France a un service spécialisé dans les arts populaires et l’artisanat, dirigé à Paris par D. Apert et Maurice Delarue, et à Lyon par Maurice Martenot et Maurice Michaud (fondateur de la galerie Folklore). Parmi les futurs cadres beaucoup passent par l’École d’Uriage (fondée par Dunoyer de Segonzac). Ces écoles sont créées pour mettre en place une "génération d’hommes qui seront "les cadres" de la nation, porteurs d’idées politiques susceptibles d’en renouveler le visage"61. Leur organe, Jeunesse France, diffuse les idées maîtresses sur l’enseignement du folklore. Dans un extrait du fascicule de Paul-Henry Chombart de Lauwe Pour retrouver la France, tradition et folklore sont invoqués comme éléments de reconnaissance62. L’ouvrage de méthodologie invite à une analyse approfondie de la région – dans une vision nettement plus large – qui n’exclue pas la compréhension de l’étranger. Les méthodes de cadres n’enseignent pas seulement le folklore, mais l’étude du régionalisme est privilégiée pour des raisons où le rôle social, évoqué à propos de Mercuès, n’est qu’un trait secondaire. Il est l’enseignement de la Révolution nationale, et doit asseoir une civilisation où les élites retrouveront leur rôle, et où la connaissance approfondie du peuple, de sa psychologie, de ses coutumes, est nécessaire.

  • 63 DEFFONTAINES A. – Petit guide du voyageur actif, Issoudun, U.T.O. édit. ; Laboureur, 1938. Cet ouv (...)

48Les enquêtes transforment les adolescents en folkloristes. En effet, afin de mieux leur faire prendre conscience de la notion de terroir, les mouvements de jeunesse développent l’activité dite "d’exploration régionale". Ce type d’enquête s’inspire du Petit Guide du voyageur actif, rédigé avant-guerre par A. Desfontaines et mis en pratique, dès cette époque, par certains groupes scouts63. Elle devient une de leurs activités principales. Le chef d’équipe initie les jeunes, puis les divise en petits groupes de 10 à 20, avec pour mission d’étudier un point particulier de la vie régionale. La vie artistique, spirituelle et les traditions locales en constituent les points forts. Avant d’opérer sur le terrain, ils mettent sur pied une bibliographie et enquêtent auprès de personnalités compétentes, notamment les sociétés savantes locales. Les recherches préliminaires leur permettent d’élaborer un questionnaire qui les guide par la suite sur le terrain. Cette phase préparatoire s’appuie sur les méthodes éprouvées par les ethnographes dans leur travail de terrain (utilisation et étude des cartes d’état-major, des photos anciennes, élaboration de questionnaire). Paul Fortier Beaulieu, responsable de la propagande de la Société du folklore français, accorde beaucoup d’importance à l’enquête Desfontaines. Les résultats des travaux s’expriment dans des comptes-rendus, analysés et présentés à l’ensemble des jeunes du mouvement à l’occasion de séances d’études et de réflexion. L’École des Cadres d’Uriage complète cette méthode de terrain par l’ouvrage de Paul-Henry Chombart de Lauwe, instructeur à l’École nationale des Cadres. Ce petit manuel mis à la disposition des élèves, précise les points à couvrir dans l’enquête ethnographie folklorique. Ces activités facilitent les contacts entre les jeunes et les populations concernées. Les adolescents sont invités à s’intégrer à la vie de la commune en collaborant à l’organisation de jeux, fêtes, séances théâtrales au cours desquels on utilise le matériel folklorique recueilli. Les compagnons se doivent de montrer leurs réalisations.

  • 64 Compagnons, Lyon, 21.05.1941, p. 13.

« COMPAGNONS
Voulez-vous faire connaître à vos camarades du Mouvement et à tous nos lecteurs votre activité, celle de votre compagnie, votre cité, vos projets, vos réalisations ? Voulez-vous faire connaître en quoi votre compagnonnage a donné une vie nouvelle à votre province, à votre village, en quoi il a ressuscité ou donné une nouvelle force à des traditions, des coutumes locales ? Avez-vous découvert des légendes, des chants, des recettes caractéristiques de votre région ? Adressez-nous donc vite vos photos, textes, dessins, etc. Service des Pages Compagnons, 39, cours Morand, Lyon »64.

  • 65 La Dépêche, Toulouse, 19.07.1941.
  • 66 VARAGNAC A. – in, Rev. de folk, franç. et de folk, colonial, Paris, avr.-juin 1941, p. 111.
  • 67 VARAGNAC A. – Rev. de folk, franç. et de folk, colonial, Paris, juil.-sept. 1941, p. 172.

49Les enquêtes donnent lieu, dans certains cas, à des expositions, voire même à la création de musées de terroir. Les Compagnons, en 1941, visitent méthodiquement les artisans et paysans du Gers. Ils collectent des objets pour constituer les premiers éléments d’un musée folklorique de la région d’Auch65. Leur initiative, réalisée avec l’appui du Bureau du régionalisme et du Musée national des ATP permet de présenter une exposition à Montauban en juillet 1941. Les objets viennent compléter les collections du Musée, en dépôt à Montauban depuis l’automne 1940. L’intitulé "Exposition du terroir montalbanais et de la Révolution nationale" lie l’activité folkloriste de ces mouvements à l’idéologie du retour à la terre promue par le nouveau régime. Ce lien, souligné par A. Varagnac, dans un compte-rendu à la Société du folklore français66, se lit sur les panneaux documentaires qui mettent en parallèle leur contenu avec la politique régionaliste et agrarienne de Vichy. D’autres expositions lui succèdent à Auch en septembre-octobre 194167, ou encore à Toulouse en décembre 1941. Cette "Exposition des terroirs régionaux et de la jeunesse" organisée par A. Varagnac, est présentée aux "Journées régionalistes" et inaugurées par J. Carcopino dans les locaux du Musée des Augustins. Ces enquêtes s’enrichissent des causeries et des veillées. Elles ont l’avantage de dépolitiser les adolescents au sens strict, de les mobiliser, de les rendre systématiquement actifs. Tout objet, tout lieu devient source d’interrogation et établit l’idée de communauté régionale. Elles sont pour le secrétariat à la Jeunesse, le point de départ d’une autre société, ce, sur le long terme.

  • 68 BOUSSARD I. – 1980, p. 78.

50Le groupe des Jeunes Paysans de la Corporation nationale paysanne, créé le 1er octobre 1941 à l’initiative de M. de Guebriant, s’avère un peu différent. Il fait appel à M. Leroy pour prendre la tête du mouvement qui doit "dégager de futurs élites pour la corporation"68, et maintenir les Jeunes Paysans à la terre. Il dispose d’un service spécialisé dans l’organisation des sports régionaux, loisirs, fêtes paysannes et folkloriques, dirigé par Durand Saint-Léger. Ce dernier crée des "foyers ruraux" qui doivent contribuer à ce renouveau. Les jeunes paysans sont les "vivants du folklore", la population qui fait perdurer la société, le modèle... de la Révolution nationale. Dans les discours, les problèmes de l’exode rural, de l’industrialisation, de la production, sont occultés au profit du concept de la terre et d’une mise en spectacle des traditions.

Les loisirs

  • 69 Le commissariat général aux Sports, envoit un représentant au Congrès du Comité national du folklo (...)
  • 70 "Le Maréchal a dit", in dépliant. Maison des jeunes, Secrétariat général à la jeunesse édit., s.d. (...)
  • 71 in. Agenda de la France nouvelle, Toulouse, Paris, édition des Services d’information, 1941, p. 21 (...)
  • 72 Interview M. Bussac, sept. 1983.

51La conception des loisirs est importante pour l’acquisition de l’esprit communautaire, plus encore que l’étude. Les jeux partagés, les fêtes ou les veillées soudent plus que la recherche intellectuelle. Le type de distraction révèle les goûts, la capacité de sociabilité. Ils sont, autant que l’étude, soumis aux compétitions, à l’émulation. Leur organisation prolonge les temps plus austères de la réflexion. Dans ce domaine, le folklore prend sa place : retrouver les jeux anciens, en définir à nouveau les règles, les pratiques, fait partie des consignes du gouvernement, des folkloristes et des mouvements de jeunes69. Les uns y voient une saine occupation, les autres, la mise à la mode de pratiques traditionnelles. Les discours insistent sur l’idée de joie "qui rend fort et élève l’âme", sur le climat "de joie saine et de franche amitié"70. Les jeux de groupes, mais aussi les fêtes, participent à ces "saines distractions folkloriques". Les jeux sportifs retrouvent une certaine jeunesse dans L’Agenda de la France nouvelle, "le sport, comme l’art, a son folklore"71. Dans le groupe Compagnon de M. Bussac, l’initiation du rugby passe par la Soule72. Trente mille personnes assistent le 26 mars, au Parc des Princes à Paris à la finale du championnat de France de rugby, précédée d’un "gala" folklorique.

52Les mouvements de jeunesse sont réquisitionnés pour les manifestations des commissions de propagande régionaliste ; les sections artistiques, mises à contribution. Les chantiers de jeunesse pratiquent les jeux dramatiques. Le mouvement Compagnon, lui, crée un j groupe d’art appliqué et un Institut d’art populaire à Lyon, qui forment des animateurs, chargés de diriger les loisirs de la jeunesse. Le stage de musique, chant, danse, instruments populaires, jeux ; dramatiques et arts plastiques, dure de 6 à 9 mois. Le Centre d’art populaire est composé de neuf garçons et neuf filles. J.M. Guilcher dirige la compagnie de danse. Les veillées, autre forme d’encadrement, restaurent la sociabilité villageoise, bien entamée par le rythme de la vie moderne, l’information radiophonique, le cinéma,… Prétexte parfois à des réunions studieuses, elles se déroulent dans un climat chaleureux où dominent l’esprit communautaire et l’idée de responsabilité. Les "chefs" préparent les activités. Ils entrent dans les familles, comme dans cet exemple de Maurienne.

  • 73 MORET G. – Compagnons, Lyon, 14.03.1942, p. 12.

« Ce soir-là, la veillée devait se faire chez Léard, grand ami des Compagnons, du village de Notre-Dame de la commune de Jarrier.
(...) Les Compagnons tous rassemblés en un coin, entonnèrent un chant (...).
Puis défilèrent tous les vieux chants savoyards (...).
Les vieux dans leur coin en entendant ces airs d’autrefois, songent aux anciennes veillées qui les réunissaient dans leur jeunesse et un sourire leur vient aux lèvres.
(...) On passe ensuite à des jeux comme le furet et à des chants mimés (...).
Puis ce sont les danses : la polka, la badoise, la chaise des dames, la polka piquée.
(...). Ainsi les Compagnons ont apporté à ceux de Notre-Dame, une joie sereine et franche puisée aux sources mêmes des traditions du vieux pays de France »73.

53Par les Fêtes de la St-Jean, Arbres de Mai, fêtes du gui et des vendanges ressuscitées, la population retrouve une chaleur oubliée.

54Un groupe restreint, les Compagnons de la Musique, expression des Compagnons de France mobilise un public de plus en plus important. Dès l’origine, ils utilisent le patrimoine folklorique. Ni moralistes, ni dirigistes, un peu démagogues, ils sont dans l’esprit de l’époque. Ils chantent le terroir, dirions-nous. Nés à Lyon en septembre 1941, les Compagnons de la Musique sont dus à l’initiative de Louis Liébard, maître de chapelle à la collégiale de Dijon. Leur mise en scène de la chanson populaire est nouvelle, personnelle. Ils sont issus pour la plupart de Jeune France qui se réunit à Lyon, montée des Carmélites, dirigés pour la danse par M. Pledge (Miss Pledge) et J.M. Guilcher et pour le chant par maître Liébard. D’abord composée d’un petit groupe de musiciens, l’équipe s’augmente d’éléments venus de tous les coins de France. La plupart sont sans formation musicale. Les premiers mois sont consacrés à un travail qui permet à l’équipe d’être sur pied au début de 1942. Plusieurs filles les rejoignent pour former un groupe de danse. Ils animent les soirées avec "l’illustre Théâtre", issu lui aussi de Jeune France. Ils organisent une tournée commune en septembre 1941 à Lyon, puis dans presque toutes les villes de la zone non occupée. Ils prennent la suite de la Compagnie d’Arts populaires. Dès le 5 septembre 1941, ils débutent à Courpière dans le Puy-de-Dôme, au camp national des scouts de France et le 13 sur la place publique de Thiers. Mais les tournées ne commencent véritablement qu’à partir de 1942 en Provence, dans le Lyonnais pendant l’hiver, puis en Auvergne en mai, dans le Beaujolais en juin, le Dauphiné et la Savoie en juillet. Le 27 juillet, ils participent aux fêtes du mouvement à Randan. Cette première tournée, achevée en août 1942, constitue environ 70 spectacles. Elle continue pendant l’hiver 1942 (Lyonnais,

in, Compagnons, 17.07.1941.

in, Compagnons, 13.06.1942.

  • 74 Compagnons, Lyon, 25.09.1943, p. 4.
  • 75 Le mouvement est dissous par décret du ministre de l’Intérieur le 15.01.1944.
  • 76 Il faut citer : les frères Jacques, les Quatre Barbus, Jacques Hélian et son orchestre, les sœurs (...)

55Auvergne, Languedoc-Roussillon, Dauphiné, Corrèze, Périgord, Ardèche et Savoie), réalisant plus de cent soirées74. Ils accèdent ainsi à la notoriété du grand public. En mai 1943, le groupe fait à Paris une première démonstration privée, couronnée de succès. En mars 1944, ils donnent un gala à la Comédie-Française, suivi d’engagements dans tous les music-halls. Après la dissolution des Compagnons de France75, ils poursuivent leurs activités. En janvier 1945, ils vont, dans le cadre de la 14ème région militaire, distraire les soldats sur le front des Alpes, puis en mai 1945, en Allemagne, sont reçus par le général de Lattre de Tassigny. Ils deviennent en mars 1946 les célèbres Compagnons de la Chanson. Ils ont utilisé, en une interprétation astucieuse, la technique des Comédiens routiers adaptée à la chanson, suivi la ligne "obligée" de cette période, montré les joies de la communauté, la gaieté simple du terroir. Leurs chansons "animées" ont de plus en plus de succès, ils fonderont une mode76.

Les compagnons de la musique – Chansons mimées, in, Compagnons, 10.10.1942.

Les Compagnons de la musique – chansons mimées, in. Compagnons, 10.10.1942.

56Les loisirs des adolescents ne sont "folkloriques" que par la volonté des dirigeants adultes et ne touchent que les adolescents encadrés. Le "Bilan" de mars 1943, présenté par Maureille, dans Quercy montre l’indifférence aux sollicitations officielles. L’appel lancé par cette revue dans les mois précédents, reste sans écho.

  • 77 MAUREILLE J.H. – in, Quercy, Cahors, févr.-mars 1943.

« Oh ! Nous ne nous décourageons pas pour cela ! Nous reprendrons cette enquête et nous la mènerons à bonne fin. Nos colonnes restent toujours ouvertes aux jeunes »77

57Les différentes instances ont cherché à séduire les jeunes gens qui, en d’autres temps auraient été sous les drapeaux. Chacune a des raisons majeures et légèrement divergentes à ces sollicitations. Le secrétariat à la Jeunesse les incorpore à son programme d’éducation civique. Le Comité national du folklore voit en eux, le relais et la possibilité de donner à voir leur région. Le monde clos des adolescents est ainsi récupéré, éduqué pour des idéologies différentes.

DES CREATIONS DE MUSEES78

  • 78 FAURE C. – 1987.
  • 79 GOURARIER Z., 1984, p. 68.

58La création des musées a donné lieu à nombre d’études qui ont analysé les fondements même des musées du patrimoine, c’est-à-dire, les intérêts plastiques, scientifiques et symboliques. Selon Zeer Gourarier79, le rôle du musée est de "concrétiser un lien entre le musée et la société", et "la formation des collections... en dernier ressort, dépend du contexte social et en reflète l’histoire". Il répond en fait, aux lois de l’offre et de la demande et les années de guerre réalisent un courant en germe dès les années trente. Dans cette perspective, réduire les choix au contexte social serait faire abstraction de la réalité politique qui enserre la vie sociale. Le Front populaire en 1937, avec la création des ATP, matérialise son idéologie en montrant un intérêt pour ce qui émane du peuple ; la Révolution nationale, pour un mode de vie, paysan et rural ; l’un et l’autre se sont justifiés par la science. Le peuple entre comme valeur noble dans le patrimoine et devient objet d’étude.

  • 80 BOURDIEU P. – 1982, p. 88.
  • 81 MARTINET C. – 1983.
  • 82 Ibidem souligné dans le texte.

59La finalité des musées a évolué d’institutions gouvernementales qui se rendent hommage à elles-mêmes, à celles de régionales, comme lieux de mémoire. Il est bien évident que, dès le XVIIIe et XIXe siècles, des facteurs convergents ont porté leurs intérêts sur la paysannerie et érigé en objet d’art l’environnement d’un groupe social. La justification ultime, analysée par P. Bourdieu80, de la symbolique, c’est-à-dire du rapport de l’objet à la mort, relève d’une approche évolutive dans le temps, et est tout aussi valable que les assertions précédentes. Chantal Martinet complète cependant cette argumentation au nom de l’affirmation qu’"un musée c’est d’abord des collections"81. Le choix de l’objet signifie, car il est mis au service de la pensée scientifique. Elle définit le musée ethnographique comme "La folklorisation du paysan, c’est-à-dire la folklorisation d’une classe sociale"82 le but est d’offrir "une image de la société autre que celle qu’elle vit, dans une finalité de protection, de justification, voire de construction", et qui pourrait être soumis à une analyse des conditions de productions de ces discours, et à l’analyse sociologique des actants. Chantal Martinet approche l’analyse que je me propose d’engager, qui confirme, s’il en était besoin, une convergence entre la mise en place de ces structures de conservation, d’éducation et l’idéologie révolutionnaire.

60L’évolution que l’on constate dans la muséologie, remarquable surtout par la proposition d’exemplarité de certains dans une technique particulière (et artisanale), montre à l’évidence la volonté du pouvoir de créer des modèles et celles des scientifiques de profiter de la conjoncture pour réaliser un vieux rêve : pouvoir confondre enfin concept et pratique. Pour les uns, le musée régional sera un territoire reconquis, pour les autres, un lieu de pouvoir où s’exprime l’idéologie de la terre, pour le public, l’espace du repli et de la chaleur des ancêtres, pour tous, l’expression d’un moment d’histoire particulièrement brûlant où ces lieux ont à voir avec la possession, la perte, la nostalgie.

Infrastructure et structure muséographique régionale

61L’essor du Musée national des ATP pendant l’Occupation, se traduit sur le plan régional par un regain d’intérêt pour les musées du même type.

  • 83 BORIAS G.R. – in, l’Effort, Lyon, 22.12.1943.

« (...) Vint la guerre... notre défaite, et l’arrêt de cet élan... Nos regards se tournent cependant vers le passé, vers cette terre qui toujours nous a nourris, et qui, elle, ne "ment pas", nous nous tournons avec reconnaissance vers le folklore, vers nos traditions de race, espérant y trouver encore le parfum vivifiant qui les entourait. Il est donc l’heure de repartir et de réunir à nouveau les documents épars qui doivent former le musée communal »83.

  • 84 Commune située près de Nevers, inauguré en octobre 1938 dans l’école primaire communale.

62En 1899, F. Mistral fondait le Museon Arlaten au Palais Castellane ; de 1922 à 1924, un Musée Basque était également créé à Bayonne. L’idée en vogue, dès 1885, de musées plus spécifiquement communaux ou musées de terroir, abandonnée pendant plusieurs décennies, était reprise en 1937 à l’Exposition internationale de Paris par des instituteurs qui y présentèrent un musée "scolaire", premier essai de musée du terroir, au Centre rural de l’Exposition. Dès 1936-37, G.-H. Rivière et A. Varagnac jouèrent un rôle important dans leur promotion. Le gouvernement leur avait demandé des projets d’étude de "musées de plein air" sur le modèle Scandinave où des bâtiments spécifiques, (fermes, moulins, ateliers) replaçaient les objets conservés et exposés dans leur contexte, et différaient en cela des musées du terroir. Le premier Congrès international de folklore de 1937 évoqua longuement la création et le fonctionnement de ces divers lieux de conservation. Le musée de Romenay en Bresse, le musée Agathois, le "Musée de village" de Marzy84, étaient cités en exemples, autant que le Musée du Vin inauguré à Béziers en 1939. Dès cette époque, les projets étaient en germe, ou fortement avancés. A. Taverne préparait son musée de folklore forézien. Les premiers matériaux du Musée de Beaujeu (Rhône) réunis par M. Audin étaient entreposés dans une salle de l’Hôtel de Ville, prêtée par la municipalité depuis 1938.

  • 85 Journal Officiel du 29.11.1941.

63En 1940, l’État français confirme ce courant. Les défenseurs de ces musées ne manquent d’ailleurs pas d’évoquer leurs antécédents et de les présenter comme des modèles du genre. On rend tout particulièrement hommage à F. Mistral, précurseur en la matière. Afin de concrétiser sa nouvelle politique culturelle, l’État français réorganise par un nouveau texte de loi du 10 août 1941, le régime des musées de province85. Le secrétariat d’état à l’Éducation nationale transforme les musées départementaux en musées nationaux, classés et contrôlés. Les premiers sont dorénavant assurés de l’aide de l’État et leurs conservateurs deviennent des fonctionnaires du Gouvernement. Les seconds correspondent, quant à eux, aux musées locaux. L’ensemble des musées de province passe sous le contrôle des Musées nationaux et des Monuments Historiques. Devant ces mesures, les régionalistes sont partagés : pour les uns il s’agit d’un renouveau régional, pour les autres, d’une atteinte à la liberté et à l’autonomie provinciale. Les conservateurs de musées régionaux demandent un Bureau des musées d’Art et d’Histoire régionaux (folklore compris) au ministère des Beaux-Arts, qui ainsi, recevrait les suggestions, faciliterait les échanges ou les translations, les prêts de musée à musée, activerait les recherches, signalerait la documentation par province, et les acquisitions intéressantes. Là encore, les avis sont partagés. Les fervents du régionalisme "intégral" craignent ces rapports avec l’État central.

  • 86 Dos. de doc. de la Presse syndicale paysanne, Dos. no 51, 28.04.1942, (A.N. F 10 5057).
  • 87 La Dépêche, Toulouse, 15.08.1941.
  • 88 Les Amitiés, St Etienne, 30.10.1943.
  • 89 L’Indépendant, Perpignan, 19.05.1941 ; 20.05.1941.
  • 90 L’Ohuc, Espalion, no 23, Noël 1940 ; Journal de l’Aveyron, Rodez, 05. 01.1941.

64Concrètement, un important courant se montre favorable à la mise en place, sur le plan régional, de musées d’art et traditions populaires du type d’Arlaten, et, sur le plan communal, d’un réseau de petits musées locaux ou de terroir de plus faible envergure. Ce courant répond aux vœux de la Corporation nationale paysanne. Ces structures sont censées redonner vie aux communes menacées par l’exode rural. La presse corporatiste se fait l’écho de cette campagne de promotion86... autant que le ministère de l’Éducation nationale. Ces initiatives, limitées dans un premier temps à une collection d’objets disparates accumulés par les écoliers, aboutissent parfois à un musée du terroir. Les gens de la commune ou de la région sont mis à contribution pour réunir les collections. D’aucuns proposent, complétant les musées de terroir, des camions-musées qui sillonneront les campagnes les plus reculées et grâce auxquels les populations, tenues ordinairement à l’écart des politiques artistiques et culturelles visionneront des films et écouteront des disques de folklores régionaux87. Une pléiade de musées vont ainsi être créés, ou élaborés, en zone "libre" ou en zone occupée. Cependant, les difficultés, économiques surtout, ne permettent pas toujours leur création ou en retardent l’ouverture. L’essentiel des collections du musée de folklore forézien est constitué, et la conservatrice n’attend plus qu’un local pour les présenter au public88. D’autres projets sont à l’étude : un Centre de documentation du vin et de la pierre, en liaison avec le Musée national des ATP, le Musée des Monuments français, l’Office des Matériaux des Monuments Historiques et le Ministère de l’Agriculture, à Beaune (Côte d’or), un Musée des Arts et Traditions cévenoles dans le Château de Roquedol à Meyruès (Lozère), des musées folkloriques ou du terroir dans les communes des Gets en Haute-Savoie, de Luchon et de Revel en Haute-Garonne, un musée régional à Millau, ou enfin de folklore à Lille. On se limite parfois à ouvrir des salles, mais le plus souvent, on assiste à des créations ex nihilo. L’initiative en revient à des particuliers, régionalistes ou folkloristes notoires. Un Musée catalan ou Musée du Roussillon, sur l’instigation d’Horace Chauvet, ouvre ses portes en mai 1941 dans les locaux du Castillet de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Son inauguration, le même jour que la réunion de la Maintenance du Félibrige, a un large écho dans les milieux régionalistes89. Dans le Rouergue, le folkloriste et félibre Joseph Vaylet lance un appel par voie de presse, afin de recueillir un maximum d’objets ou d’ouvrages pour les collections d’un musée local à Espalion (Aveyron)90. Un Musée camarguais aux Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône) date de 1942. En Eure-et-Loir, A. Sidoisne fonde en 1943 un Musée bonnevallais à Bonneval ; un musée similaire est créé la même année, dans le Tarn-et-Garonne à St-Antonin-Noble-Val. À l’issue du Congrès de Montauban en avril 1943, a lieu sur l’invitation de l’Escola Carsinois et sous la direction de son conservateur, l’inauguration d’un Musée du Terroir. Ces lieux de conservation sont parfois l’œuvre d’associations culturelles : Le Musée Ciotaden en 1942, par les Amis du Vieux La Ciotat (Bouches-du-Rhône), le Musée du papier, près d’Ambert (Puy-de-Dôme) par La Feuille Blanche en 1943. En 1942, à la suite d’une donation, la Société des amis de Pézenas abrite les nombreuses collections d’ethnologie régionale au Musée Vulliod de St-Germain.

  • 91 AUDIN M. – Le Musée folklorique de Beaujeu, Villefranche, éditions du Cuvier, 1945, 28 p.
  • 92 AUDIN M. – "Allocution prononcée à l’inauguration du Musée de Beaujeu (Rhône)", 27.09.1943, 9 p. ( (...)

65Installés le plus souvent dans des locaux municipaux (Mairies, écoles, châteaux...), ils sont consacrés à tout ce qui, d’une façon générale, peut se rattacher à la vie locale ou régionale : documents sur l’histoire de la commune, sur la production agricole, les facteurs naturels, les sols, les plantes, les insectes, les animaux, l’évolution des cultures, le matériel agricole, les arts locaux, les travaux d’artisans, la culture régionale, l’habitat et le mobilier rural. Le Musée de Beaujeu (Rhône), dans l’ancien Hôtel de Ville, est assez représentatif de ce type de musée91. Son fondateur, Marius Audin, imprimeur à Lyon, en avait prévu l’ouverture dès avant-guerre, mais les événements de 1940 l’avaient empêché. Ce n’est qu’en septembre 1943 qu’il est inauguré en présence de G.-H. Rivière, délégué par le ministère des Beaux-Arts92. Bien que Marius Audin porte surtout ses efforts sur le matériel agricole et artisanal ayant trait à la viticulture en Beaujolais, ce bâtiment, qui comprend 11 salles, renferme des objets ou documents très hétéroclites. Au nombre d’environ un millier, ils sont classés par catégories ou par thèmes, censés illustrer la vie locale. Restés dans les cartons à l’état de projets ou au contraire réalisés, ces musées répondent aux consignes gouvernementales qui tendent à polariser les individus sur un mode de vie paysanne, où l’artisanat a sa place dans le cadre replié de son terroir.

Muséographie et Révolution nationale

66Le programme muséographique répond aux options régionalistes. Aux Journées de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon de Montpellier, en novembre 1942, le conservateur du Musée du Vieux Béziers et du vin, déclare :

  • 93 BISCAYE – in, Journées de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon, 1943, op. cit., pp. 87-93.

« Si les pouvoirs publics veulent véritablement faire du régionalisme, il faut sortir de l’ombre, développer, soutenir, enrichir tous les petits musées régionaux, qui, réunis, sont l’âme de la France »93.

  • 94 A.N. F. 41 266.
  • 95 A.N. F. 10 5098.

67Il ne manque d’ailleurs pas, à cette occasion, de critiquer la concurrence déloyale que le Musée national des ATP fait à ces petits musées. Cette méfiance est sensible à l’échelle régionale où certains conservateurs se montrent hostiles à des créations, dont les musées locaux pourraient souffrir. Les Journées de linguistique et de phonétique occitanes de Toulouse en décembre 1941, sont l’occasion d’évoquer les problèmes de muséographie. E. Lafont prévoit notamment une phonothèque où seraient enregistrées et conservées les voix du terroir. A. Varagnac montre, quant à lui, le fonctionnement des musées. L’idée essentielle est de dépasser la structure muséographique et de devenir des "centres actifs" propres à développer les idéaux de la Révolution nationale. Ainsi, la Commission de propagande régionaliste de la Corrèze suggère une vaste "maison régionaliste" ou "Centre corrézien d’études régional" dans un local mis à disposition par la municipalité de Tulle94. Dans ce centre culturel la Commission prévoit un certain nombre de salles, où auront lieu des conférences, cours, projections et spectacles sur la vie et les activités régionales, et plusieurs ateliers pour le travail de la dentelle, du tissage, du cuir, de la sculpture au couteau, de la vannerie. Ces ateliers de fabrication, centres de recherches, permettront aux artisans de parfaire leur formation professionnelle. Dans le Lot, l’inspecteur d’académie propose à la Commission de propagande régionaliste le projet similaire d’une "Maison Quercynoise", à la fois hôtel et musée. La Corporation nationale paysanne parle d’acheter en 1941 le château de Sully à Sully-sur-Loire afin d’en faire un musée de la paysannerie, centre symbolique de la France rurale et paysanne. Elle veut un "musée vivant", centre d’animation culturelle et lieu de recontre pour les assises de la Corporation de grandes fêtes à caractère folklorique seront données dans l’enceinte du château qui deviendra ainsi le centre d’un "compagnonnage paysan"95.

  • 96 Les statuts de l’Association enregistrés le 1er août 1941 sont publiés au Journal Officiel le 28.1 (...)

68La création du Musée du Papier au Moulin Richard-de-Bas près d’Ambert (Puy-de-Dôme) relève des mêmes préoccupations. Le maître d’œuvre, Marius A. Péraudeau, a racheté le moulin à papier du Val-de-Laga après l’exode de juin 1940. Il en relance l’activité, installe un musée du papier qui n’a pas son équivalent en France, et fonde la Feuille Blanche, association, des "Amis du Papier, des Arts et des Industries Graphiques", au printemps 194196. Elle emprunte son nom à une chanson de papetier et se propose de fabriquer du papier à la main et à la forme selon les procédés des anciens maîtres papetiers.

in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.

in, Le Petit Dauphinois, 18.08.1941.

in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.

  • 97 Les Amitiés, St Etienne, 21.06.1941.
  • 98 La Feuille Blanche, Ambert, juil.-oct. 1943, les diverses allocutions n’y sont malheureusement pas (...)
  • 99 Métiers de France, Paris, no 30, mars 1944, pp. 5-6.
  • 100 Les Amitiés, St-Etienne, 08.08.1942.
  • 101 RIVIERE G.-H. – Traditions populaires du papier et de l’imprimerie, conférence faite à Paris le 14 (...)

69Un bureau provisoire est constitué le 20 décembre 1941. Jean Banière, avocat à Thiers, alors prisonnier en Allemagne en assure la présidence. Henri Pourrai, écrivain régionaliste auvergnat et Maurice Lécole, fabricant de papier de chiffon à Docelles (Vosges), sont nommés vice-présidents. Marius Péraudeau, agent de fabriques de papiers à Paris, assure à la fois le secrétariat et la trésorerie. Un Comité de personnalités parisiennes et provinciales les seconde. Des professionnels du papier mais aussi des artistes comme Sylvain Sauvage, François Angeli, des folkloristes comme G.-H. Rivière, des écrivains comme Jean Paulhan, Marguerite Soleillant en font partie. L’Association restaure le moulin et l’ancien appareil de bois du pilonnage des chiffons. La pièce principale du futur musée est le moulin en activité97. Dès octobre 1942, la fabrication du papier à la main, séché à l’air, reprend, l’inauguration a lieu le 3 juillet 1943, conduite par Hippolyte Luc, directeur général de l’enseignement technique, et G.-H. Rivière. L’Association qui publie une revue trimestrielle consacre un numéro spécial à cette journée98. Dans ce musée, le premier du genre en France, sont réunis les appareils et les textes propres à illustrer l’histoire du papier. La Feuille Blanche et les pouvoirs publics espèrent relancer une forme d’artisanat qui expire, transformer le lieu en centre actif où l’on ne se contente pas d’exposer des techniques fossiles mais où l’on fait la démonstration d’un savoir-faire99. L’approche muséologique ne se limite pas à cette initiative. La Feuille Blanche crée un "village des Arts graphiques" avec cinq ateliers d’art du livre dans des vieux moulins à papier situés à proximité du Musée. Dès juin 1942, l’Association ouvre un centre de vacances pour les jeunes de 14 à 21 ans, apprentis des industries graphiques et papetières. René Tachoires, sorti de l’école des cadres de Villepreux est chargé par le secrétariat à la Jeunesse de l’encadrement des "jeunes compagnons". Une vingtaine d’apprentis imprimeurs, lithographes, photograveurs, artistes relieurs ou illustrateurs... se succèdent de quinzaine en quinzaine pendant l’été 1942. Le camp tient lieu de centre de jeunesse et d’école professionnelle100. Dès sa première année de fonctionnement, 125 ouvriers apprentis sont ainsi regroupés. Trois artistes : André Jordan illustrateur, Maurice Albe graveur sur bois, et Raymond Haasen, graveur et imprimeur en taille douce, y résident, pour enseigner les techniques. La Feuille Blanche organise à dates régulières des tables rondes et des expositions. À Paris, des conférences historiques ou de vulgarisation technique ont lieu du mois d’avril au mois de juillet 1942 ; plus de 2 200 personnes y assistent. G.-H. Rivière y présente les traditions des métiers du papier en octobre 1942101. Les adhérents : fabricants ou négociants en papier, transformateurs, rotograveurs, coloristes, phototypeurs, éditeurs, libraires, papetiers, relieurs, journaux et journalistes, écrivains, bibliophiles... sont 660 dès la première assemblée générale de l’Association, tenue le 6 juillet 1942. À la fin de ce même mois, leur nombre atteint 800, dont 200 membres fondateurs et 600 membres titulaires ; en 1944, on en compte plus de 1 500. L’Association s’étend à Clermont-Ferrand, Lisieux, Grenoble, Arras, Toulouse, villes où elle projette le film de Charles Guyot "La Feuille Blanche". La première fête des Jeunes Compagnons se déroule à Paris le 2 mai 1943. Elle participe également aux principales foires artisanales : à Paris en septembre 1941, à Lyon en octobre de la même année.

Image du Secours National.

in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.

ANGELI F., La presse, 1942.

in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.

70La période est propice à l’essor de la muséographie folklorique française. Si l’on compare avec certains autres pays européens, cette science ne s’est développée en effet qu’assez tardivement dans notre pays. Dans les pays Scandinaves les musées de folklore s’étaient multipliés dès le début du XIXe siècle : au Danemark dès 1807, en Norvège le Musée de Bergen date de 1828, celui de Helsingfors en Finlande de 1849. La Belgique en comptait, en 1940, un très grand nombre. En France, à la même date, ces musées relevaient rarement d’une initiative de l’État ou des pouvoirs locaux. Comme le Museon Arlaten, celui du Pays basque ne reçut aucune subvention de l’État et ne dut son ouverture qu’à des dons de particuliers. Le retard de la muséologie folklorique française s’explique par leur fonction. Au-delà de leur rôle d’agrément et de leurs buts éducatif et scientifique, ils ont par leur valeur patrimoniale, un rôle idéologique, puisqu’ils valorisent un domaine spécifique de la vie culturelle d’un pays. En Scandinavie, leur essor correspond à une période où le contexte idéologique et politique était propice à une réhabilitation des cultures régionales populaires. En France, l’ouverture de musées comme celui de Versailles en 1833, où celui de Saint-Germain en 1862, correspondait au contraire à une volonté de glorifier le passé national. La muséologie folklorique allait à contre-courant de la politique centralisatrice de la république jacobine. Le Musée national des ATP inauguré tardivement, pendant le Front populaire, se fit plus sur l’aspect populaire du folklore que sur sa dimension régionaliste. Né à Paris, il centralisait les différentes cultures régionales et confirmait la méfiance de l’État républicain face aux particularismes régionaux.

  • 102 Le premier cours de muséologie avait été donné à l’École du Louvre en 1927.
  • 103 DAGOGNET F. – 1984, p. 12.

71Le Gouvernement de Vichy marque donc un tournant majeur dans la politique muséographique puisqu’il met en place une infrastructure qui facilite l’essor des musées de province. Ce ne sont d’ailleurs pas à proprement dit des musées de folklore, mais plutôt des musées de terroir ou des musées régionaux dont il s’agit. Ces musées, privilégiant la vie paysanne et le travail artisanal, relèvent d’une même logique puisqu’ils valorisent l’éthique et la propagande du Nouveau Régime. La muséologie, science encore récente, datant à peine des années vingt, cherche à préciser sa méthodologie102. Au Congrès de 1937, G.-H. Rivière avait insisté sur cet aspect. La sélection des objets devait être significative et s’accompagner de documents photographiques ou autres, qui en permettent la compréhension. Un renouvellement constant des objets présentés était assuré par des collections en réserve. A la veille de la guerre, la muséologie française était essentiellement préoccupée de sa fonction didactique, et étroitement liée à la recherche scientifique. Si Vichy apparaît comme la continuation d’idées ou méthodes mises au point avant-guerre, on assiste, à partir de 1940 à l’affirmation d’idées nouvelles, à savoir l’utilisation du musée non seulement comme lieu de conservation et d’étude, mais aussi comme centre actif et moteur de la politique gouvernementale. À la notion didactique s’ajoute une dimension pratique qui participe à la "renaissance nationale". Les mises en place de cette période contribuent à "revivifier ces lieux trop verrouillés"103. Le terme "conservé" est porteur d’une image assez sinistre de décomposition qui s’inverse et se transforme. Une telle forme de muséographie permet d’appréhender le comment de la réalisation, le prix du travail, la patience, l’ingéniosité et le savoir-faire qui lui sont nécessaires. En un mot, elle permet au visiteur de saisir globalement un processus de production et de création, in vivo et in situ. Elle annonce la formule des écomusées qui prendra en compte l’objet et son environnement, les techniques et les hommes. Ce type de muséographie marque une approche nouvelle dans la coupure épistémologique entretenue jusqu’alors entre "patrimoine" et "création", le patrimoine représente le passé, la création le présent.

72Les musées, lieux des discours politiques, sont particulièrement révélateurs de l’idéologie de la Révolution nationale. Les objets et les lieux ne sont pas libres, ils sont le résultat d’une sélection concertée. En cela, leur fonction conservatrice et éducative est pleinement assurée. Elle fait le jeu des intérêts locaux et régionaux, dont le regard ne s’élève pas plus loin que les particularismes, et celui du pouvoir central qui tient à polariser les esprits sur d’autres lieux qu’une France défaite. Dans l’esprit du public, ces initiatives ne peuvent être reçues que favorablement, puisque la conservation des œuvres est appréhendée comme une forme de prolongement de l’existence ; elle est négation de la mort et de la destruction. La pérennité est ainsi assurée par un sentiment légitime d’immobilisation du temps. Le présent et le passé se confondent dans un environnement familier qui atteste de l’éternité.

Notes

1 RIPERT G. – in, Études régionales pour l’enseignement, Toulouse, vol. ΙΠ, 1942, pp. 138-144.

2 Journal Officiel, Vichy, 27.12.1941.

3 TERRACHER A. – in, Calendau, Montpellier, mai-juin 1942.

4 (A.N. F. 10 4962).

5 Dossiers de documentation de la presse syndicale paysanne, 20.01.1942, (A.N. F. 10 5057)

6 Terra d’oc, Albi-Toulouse, Sup. au no 14 de février 1941.

7 Au comité provisoire : F. Mistral, Ch. Maurras, J. Rozès de Brousse, J. Charles-Brun, J. Loubet, E. Ripert, G. Guillaumie, J. Bourciez, H. Gavel, J. Salvat, A.J. Boussac et J. Bonnafous.

8 CARCOPINO J. – in, L’Éclair, Montpellier, 30.11 et 01.12.1941.

9 Des vœux sont émis :
– l’admission de cette langue pour un certificat de licence d’enseignement et, à titre facultatif, au baccalauréat et au certificat d’études,
– l’organisation de cet enseignement par des enseignants qualifiés et rétribués dans les écoles et formations de jeunesse,
– le dépôt légal pour tous les livres occitans dans les bibliothèques municipales,
– la diffusion des chants régionaux dans les conservatoires des villes méridionales,
– la création de centres d’enregistrements phonétiques dans tous les chefs-lieux,
– l’organisation de concours pour l’établissement de bibliographies locales,
– l’édition du "Libre de Memori de Sevals" découvert par A. Perbosc ; le respect des archives antérieures à 1850.

10 SALVAT J. – Radio-Toulouse, 27.11.1941, (A. - C.O. Dos. IX).

11 Ils réclament :
– la désignation de professeurs itinérants, chargés de préparer leurs collègues à l’enseignement de la langue d’oc,
– la création pour le personnel enseignant, de centres d’informations régionalistes,
– la reconnaissance de l’action de Radio-Toulouse,
– l’établissement d’une épreuve facultative au certificat d’études primaires ainsi qu’au concours d’entrée dans les écoles normales.

12 Le premier congrès du Collège d’Occitanie à Rodez, (11-12.04.1942), Rodez, imp. P. Barrère, 1943, 78 p.

13 Journal de l’Aveyron, Rodez, 09.05.1942.

14 Dans le Tarn, plus de 40 enseignants sont contactés par le Bureau du régionalisme, (A. - C.O. Dos. I).

15 L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943 ; des associations du même type sont crées dans d’autres départements.

16 Il envoie en janvier 1943 un questionnaire dans les académies dépendant de sa zone, (A. - C.O. Dos. I).

17 MOULY H. – in, Escola e Terrador, Villefranche-de-Rouergue, 01.01.1942.

18 LAMOUCHE L.,Grammaire languedocienne, Montpellier, édition du "Parage de Mount-Pellé, 1942, 139 p. (1ère édition 1902) ; FABRA P., Grammaire catalane, Paris, les Belles Lettres édit., 1941, 132 p. ; JOUVEAU M., Grammaire provençale, Aix-en-Provence, édit, du Porto Algo, coll. Essais de pédagogie régionale, 1942, 4 vol. ; ROLLAND V., Petite Grammaire provençale, S.I. Maintenance de Provence édit., 1942, 75 p. ; FOURVIERE de (X.), Grammaire provençale suivie d’un guide de conversation, Avignon, Maison Aubanel édit., 1941, 199 p. ; SALVAT J., Grammaire occitana, Toulouse, E. Privat édit., 1943, 177 p. On annonce aussi la proche parution d’un Manuel scolaire d’oc de Mouly, du Livre d’Oc de L. CAMPROUX, d’un Manuel scolaire d’oc de L. Alibert et Larrier et d’une Grammaire occitane simplifiée de L. Alibert.

19 CARCOPINO J. – in SALVAT J., op. cit., p. V-VI ; la préface est reprise par de nombreuses revues régionalistes.

20 H. MOULY est connu pour ses pièces ou romans en langue d’oc. Certains sont destinés aux enfants des écoles, cf. : par exemple MOULY H., Teatre escolari, Villefranche de Rouergue, C. Salingardes édit., 1942, 140 p. Son ouvrage Mas Espingados fait l’objet d’un cours par E. Ripert à la Faculté des Lettres d’Aix.

21 Nous employons ici l’expression d’école normale par commodité. Il est en fait impropre puisque celles-ci sont supprimées par le Régime de Vichy du fait de leur adhésion aux thèses républicaines et laïques, (loi du 18.09.1940 parue au Journal Officiel du 6.10.1940. Les élèves-maîtres sont dès lors inscrits en tant que boursiers d’internat dans les classes de seconde des lycées et collèges.

22 Le Temps, Paris, 10.12.1941 ; La Croix, 7-8.03.1942 ; 8.04.1943.

23 BERTHAUD P.L. – La Garonne, Toulouse, 03.02.1942.

24 Félibre mainteneur, J. Séguy avait fondé avant-guerre une Société universitaire "Los Estudiants Ramondenes".

25 L’Escola Occitana fut fondée le 6 juillet 1919 au manoir d’Avignonnet. Elle marque un schisme dans l’histoire du félibrige. Voir BARRIS M., 1978., p. 74.

26 Le cours de J. Séguy complète l’enseignement donné à l’Institut d’études méridionales de l’Université de Toulouse, ainsi que le cours d’ancien provençal assuré par le professeur Gavel à la Faculté des Lettres de Toulouse.

27 Dès cette époque certains auteurs font le constat partiel d’un échec et d’une réussite de cette politique. Cf. Escola e Terrador, Villefranche-de-Rouergue, 1943, p. 1.

28 Préfet du Vaucluse in GRENIER P.L., Journal des débats, 26.06.1942, p. 3.

29 L’arrêté est reproduit dans les Bulletins de l’instruction primaire des départements concernés.

30 A.D. Gard. Dos. 4 T. 3.

31 À Marseille, l’abbé Long enseigne le provençal aux enfants du patronage. Les prêtres font des sermons dominicaux dans la langue régionale ou participent à des fêtes régionalistes en y apportant la consécration religieuse. Ainsi, le congrès d’Arles en septembre 1941, se termine par une messe en provençal célébrée par l’archevêque dans l’église de St-Trophime.

32 La Terre Française, Paris, 16.08.1941.

33 La Rampelada del Colege d’Occitania, Toulouse, juil.-oct. 1943.

34 cf. NORA P., 1962 ; OZOUF J., 1964 ; AMALVI C„ 1979.

35 RIPERT G. – Circulaire du 09.10.1940.

36 Bul. nat. de l’enseignement primaire, Paris, juil.-sept. 1943, p. 37 ; oct. 1943, p. 40 ; mai 1943, pp. 14-16 ; déc. 1943, pp. 18-20.

37 BOISSY G. – in MAURRAS Ch., L’Action française, 13.12.1940, op. cit.

38 Les Amitiés, Saint-Etienne, 10.05.1941, p. 4.

39 A. Varagnac souligne à la réunion interrégionale de Marseille le 22.01.1943, le rôle intellectuel et social que doivent jouer les instituteurs dans la rénovation des folklores régionaux, cf. L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, pp. 30-32.

40 BRISON M. – 1982, p. 229.

41 Les instituteurs sont victimes en 1940 d’une épuration importante. Ceux qui restent sont soumis à un strict contrôle. Ils doivent véhiculer la morale de la Révolution nationale.

42 LEQUIN Y. – 1984, p. 133.

43 Le 1.11.1940, il est rattaché à la Présidence du Conseil puis réintègre l’Instruction publique le 8.01.1941. La loi du 30.01.1942 l’associe au commissariat général à l’Éducation générale et aux Sports et au commissariat général aux Chantiers de Jeunesse. Pour une vue d’ensemble de la politique vichyste en direction de la jeunesse, voir : Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, Paris, oct. 1964, COUTROT A., 1972 ; HALLS W.D., 1981.

44 ANDRE R. – L’Écho des provinces, Nice, mars-Avril 1942.

45 PROVENCE M. – L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

46 L’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1942, p. 9.

47 (A. J.O.C. Dos. 137). Le gouvernement envisage de rendre obligatoire l’inscription des jeunes à ces maisons.

48 (A.N. F. 44 42).

49 VARAGNAC A. – Le Régionalisme, Toulouse, 31.10.1943, 10 p., p. 9, (A. – C.O. Dos. I).

50 CROUZET P. – L’Écho des étudiants, Grenoble, 13-20.02.1943.

51 ANGLARET R. – Quercy, Cahors, oct.-nov. 1943.

52 L’École des Cadres d’Uriage est dissoute en janvier 1943 par décret de Laval.

53 BAUDICHON E. – in, Quercy, Cahors, oct.-nov. 1943, pp. 8-21, p. 9.

54 Le Centre de civisme de Mercuès est créé le 28.07.1941, à l’initiative de G. Lamirand qui souhaite créer dans le Lot un lieu de "retraite, d’élévation civique et morale", cf. LABORIE P., 1980.

55 MARCEL-DUBOIS C. – in, Contact, (organe de liaison des cadres de la jeunesse), secrétariat à la Jeunesse, suppl. Docum. 1942, pp. 53-56.

56 cf. par exemple MARCEL-DUBOIS C., in, Documents pour les jeunes, (Commissariat général à la jeunesse édit.), no 15, mars 1944, pp. 19-20.

57 PROVENCE M. – Les Cahiers du chef, avril 1943, 150 p., p. 8.

58 DUFRENE R. – in, Journées de synthèse régionaliste, 6-7 nov. 1942, Montpellier, Causse Graille et Castelnau édit., 1943, p. 60.

59 L’association des Compagnons de France est déclarée à la sous-préfecture de Lapalisse le 26.07.1940 (J.O. du 14 août 1940) puis à la préfecture du Rhône le 02.09.1941 (J.O. du 21.09.1941). Ils comptent 30 000 adhérents environ en 1942.
Leurs activités sont de plusieurs ordres.
– physique : marches, camps, séances d’hébertisme.
– moral, par la pratique de l’esprit d’équipe.
– intellectuel, par des "cercles d’études" sur les questions du moment : "problème colonial, évolution européenne, communauté naturelle, charte du travail..."
– artistique.

60 Le mouvement diffuse aussi pour ses cadres : Le Chef Compagnon qui est scindé en deux publications Métiers de chef, adressé aux chefs d’équipe et Compagnonnage, organe de propagande et de doctrine.

61 BASDEVANT A. – 1964, p. 72.

62 Jeunesse France, Uriage, 22.02.1941, p. 11. CHOMBART DE LAUWE P.H., Pour retrouver la France : enquêtes sociales en équipes, Uriage, École nationale des cadres d’Uriage édit., 81 p.

63 DEFFONTAINES A. – Petit guide du voyageur actif, Issoudun, U.T.O. édit. ; Laboureur, 1938. Cet ouvrage fait l’objet d’une réédition en 1941 aux éditions sociales de France de Clermont-Ferrand. Le mouvement scout avait lui-même élaboré un manuel d’exploration régionale, cf. BOUCHET et FAUVEL, Questionnaire d’exploration régionale, Lyon, (publication des scouts de France), Librairie de la Hutte édit.

64 Compagnons, Lyon, 21.05.1941, p. 13.

65 La Dépêche, Toulouse, 19.07.1941.

66 VARAGNAC A. – in, Rev. de folk, franç. et de folk, colonial, Paris, avr.-juin 1941, p. 111.

67 VARAGNAC A. – Rev. de folk, franç. et de folk, colonial, Paris, juil.-sept. 1941, p. 172.

68 BOUSSARD I. – 1980, p. 78.

69 Le commissariat général aux Sports, envoit un représentant au Congrès du Comité national du folklore organisé à Nice en mai 1942 ; (A.N. F. 44 42).

70 "Le Maréchal a dit", in dépliant. Maison des jeunes, Secrétariat général à la jeunesse édit., s.d., 4 p. (IHTP – RF 32).

71 in. Agenda de la France nouvelle, Toulouse, Paris, édition des Services d’information, 1941, p. 215.

72 Interview M. Bussac, sept. 1983.

73 MORET G. – Compagnons, Lyon, 14.03.1942, p. 12.

74 Compagnons, Lyon, 25.09.1943, p. 4.

75 Le mouvement est dissous par décret du ministre de l’Intérieur le 15.01.1944.

76 Il faut citer : les frères Jacques, les Quatre Barbus, Jacques Hélian et son orchestre, les sœurs Etienne,...

77 MAUREILLE J.H. – in, Quercy, Cahors, févr.-mars 1943.

78 FAURE C. – 1987.

79 GOURARIER Z., 1984, p. 68.

80 BOURDIEU P. – 1982, p. 88.

81 MARTINET C. – 1983.

82 Ibidem souligné dans le texte.

83 BORIAS G.R. – in, l’Effort, Lyon, 22.12.1943.

84 Commune située près de Nevers, inauguré en octobre 1938 dans l’école primaire communale.

85 Journal Officiel du 29.11.1941.

86 Dos. de doc. de la Presse syndicale paysanne, Dos. no 51, 28.04.1942, (A.N. F 10 5057).

87 La Dépêche, Toulouse, 15.08.1941.

88 Les Amitiés, St Etienne, 30.10.1943.

89 L’Indépendant, Perpignan, 19.05.1941 ; 20.05.1941.

90 L’Ohuc, Espalion, no 23, Noël 1940 ; Journal de l’Aveyron, Rodez, 05. 01.1941.

91 AUDIN M. – Le Musée folklorique de Beaujeu, Villefranche, éditions du Cuvier, 1945, 28 p.

92 AUDIN M. – "Allocution prononcée à l’inauguration du Musée de Beaujeu (Rhône)", 27.09.1943, 9 p. (A. ATP) ; Études rhodaniennes, Lyon, t. 18, 1943, pp. 203-204.

93 BISCAYE – in, Journées de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon, 1943, op. cit., pp. 87-93.

94 A.N. F. 41 266.

95 A.N. F. 10 5098.

96 Les statuts de l’Association enregistrés le 1er août 1941 sont publiés au Journal Officiel le 28.10.1941. L’Association imprime un petit fascicule expliquant ses projets. PERAUDEAU M., La Feuille Blanche, association des amis de la papeterie française, Ambert, la Feuille Blanche édit., s.d. 11p.

97 Les Amitiés, St Etienne, 21.06.1941.

98 La Feuille Blanche, Ambert, juil.-oct. 1943, les diverses allocutions n’y sont malheureusement pas reproduites. La date tardive, postérieure à la Libération (le numéro daté d’octobre 1943 ne paraît en fait qu’à l’automne 1944) explique peut-être cette absence.

99 Métiers de France, Paris, no 30, mars 1944, pp. 5-6.

100 Les Amitiés, St-Etienne, 08.08.1942.

101 RIVIERE G.-H. – Traditions populaires du papier et de l’imprimerie, conférence faite à Paris le 14 octobre 1942, pour La Feuille Blanche, 5.07.1942, 8 p., (A. ATP MS B.17 578-585).

102 Le premier cours de muséologie avait été donné à l’École du Louvre en 1927.

103 DAGOGNET F. – 1984, p. 12.

Table des illustrations

Légende Éditions scolaires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Éditions scolaires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende in, Compagnons, 26.07.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende in, Compagnons, 17.07.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende in, Compagnons, 13.06.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Les compagnons de la musique – Chansons mimées, in, Compagnons, 10.10.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Les Compagnons de la musique – chansons mimées, in. Compagnons, 10.10.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende in, Le Petit Dauphinois, 18.08.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Image du Secours National.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende ANGELI F., La presse, 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende in, Les Beaux-Arts, 30.08.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15755/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540