Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Deuxieme partie. Rénovation du domaine folklorique

Chapitre III. Les fêtes traditionnelles

Texte intégral

UNE CURE DE JOUVENCE : FETES AGRESTES ET REVOLUTION NATIONALE159

  • 159 FAURE C. – 1988.

1La rénovation des fêtes agrestes traditionnelles s’inscrit dans la politique culturelle à long terme du Gouvernement de Vichy. La sociabilité paysanne, celle qui instaure avec le plus d’éclat la conscience de communauté ethnique parce qu’elle participe du ludique, de l’imaginaire, de la fête, va être récupérée par Vichy. La Révolution nationale travestira dans cette tentative à la fois sa nature et sa fonction avec l’appui des notables et celui de la science.

2Les pratiques festives villageoises ont marqué pendant fort longtemps les temps forts du calendrier paysan. Fêtes des moissons, du vin et des vendanges, feux de la Saint-Jean, arbres de mai, cueillette du gui, se caractérisaient, à l’origine par un cérémonial ritualiste, respectueux à la fois d’un temps et d’un espace sacré. La pensée religieuse "archaïque" distinguait nettement le domaine de la religion, issue des relations de l’homme avec son milieu naturel, du domaine de la morale, né de ses relations avec ses semblables. Ces fêtes réactualisaient un événement sacré éternellement présent par le truchement des rites. La régénération par le retour aux temps originels intégrait l’homme dans l’atemporalité. Profondément liées aux cycles naturels, elles provoquaient et/ou rendaient hommage à la fécondité de la nature, s’assuraient de la protection divine, veillaient aux destinées de l’État. Les cultes furent progressivement assimilés par la religion chrétienne et le dogme catholique. C’est le cas des feux de la Saint-Jean allumés en l’honneur de saint Jean-Baptiste pour célébrer, par-delà les millénaires, le solstice d’été.

3En 1940, la plupart de ces fêtes ont disparu cependant, les avantages psychologiques et sociaux à attendre d’une rénovation apparaissent rapidement aux nouveaux gouvernants. Henri d’Amfreville responsable du Service artistique du secrétariat à la Jeunesse précise :

  • 160 AMFREVILLE d’H. – "Fêtes de la Terre", Les Cahiers français, Paris, no 5, pp. 37-44, p. 39.

« L’État pourra, s’il le veut, faire revivre pour la jeunesse (et les jeunes entraîneront leurs aînés) des fêtes de la terre. Voilà qui doit être inscrit dans le plan d’une Révolution nationale. Mais ne cherchons pas à trahir le sens profond de ces fêtes ni à leur ôter leur vitalité primitive »160.

  • 161 DUMEZIL G. – Mythes et Dieux des Germains, Paris, 1939, cité in GINZBURG C„ 1985, p. 697.

4Ses paroles s’éclairent singulièrement si l’on songe à l’étude des mythes germains que fit Dumézil en 1939 et qui montrent leur évolution vers la militarisation, et leur réactualisation à travers la création des sociétés ou associations masculines. L’observation de Dumézil est d’actualité : "Les "belles légendes" des Germains ont été non seulement repopularisées, mais remythifiées : elles sont devenues au sens strict, des mythes puisqu’elles justifient, soutiennent, provoquent des comportements individuels et collectifs qui ont tous les caractères du sacré"161. H. d’Amfreville opte pour une réactivation musclée des pratiques festives :

  • 162 AMFREVILLE d’H. – op. cit.

« Je dégage deux idées maîtresses : la notion de combat et d’effort, voire d’émulation ; et celle d’un rite sacré. Nous sommes loin des jeux d’enfants. Une mystique apparaît. En oubliant que celle-ci a présidé à toutes les grandes choses, on perd pied. Sans rites, que devient le Sacrement ? L’Église garde les siens, immuables ; la foi disparaîtrait si ceux-ci étaient supprimés.
Comment créer ces fêtes ?
D’abord, en faisant appel aux instincts et aux passions de la jeunesse »162.

  • 163 Il serait intéressant de connaître le rôle qu’à jouer J. Carcopino, Ministre de l’Éducation nation (...)

5Ses références se situent à Sparte, dans une société organisée militairement. Il est fort proche des idéologies fascisantes et de leur détermination à enrôler la jeunesse. Le secrétariat à la Jeunesse s’appuie sur l’ensemble des mouvements placés sous son contrôle direct, associant du même fait toute la jeunesse française à cette rénovation163. Les Compagnons de France, la JAC et la Jeunesse de France et d’Outre-Mer (JFOM) sont des partenaires actifs. Les notables qui représentent les pouvoirs politiques économiques, culturels et sociaux, participent aux réjouissances, leurs discours, leur présence, leur situation symbolique au sein des cérémonies apparaissent comme la clef de voûte de toutes ces manifestations, espaces privilégiés pour la mise en scène des pouvoirs régionaux et nationaux. Une organisation quasi militaire préside, qui ne doit rien au hasard. Il ne s’agit en aucun cas de manifestations spontanées. La fête du vin qui se déroule à Narbonne en octobre 1941 à l’initiative de la JAC, réunit tous ses membres, auxquels s’ajoutent les Louveteaux, les Compagnons de France, les Scouts de France, les Éclaireurs, les Unionistes, les Chantiers de Jeunesse, sans oublier les enfants des écoles conduits par leurs instituteurs. Les instances officielles : le préfet régional, l’intendant de police, le doyen de la Faculté des Lettres de Montpellier, les délégués régionaux et départementaux à la Jeunesse, le préfet de l’Aude, le maire de Lézignan, le commissaire régional au Travail, le délégué régional de la Mission de restauration paysanne, la Légion des combattants..., sont présents pour accueillir au son de la musique de l’armée de l’air, le représentant du maréchal Pétain G. Lamirand. La concentration de jeunes est telle qu’elle nécessite une lourde infrastructure pour assurer le transport et le logement. La fête des vendanges, organisée par les Compagnons de France à Montpellier en octobre 1941, réunit plus de 1 500 adolescents dont près de 700 sont originaires du Lyonnais, de la Provence, de l’Auvergne et de la Gascogne, 500 du Bitterois et environ 200 de Nîmes, de l’Aude et de l’Hérault.

in, Compagnons, 11.10.1941.

  • 164 Au total près de 12 000 jeunes, pour la plupart des chantiers de jeunesse, sont réquisitionnés pou (...)

6Cette armée de compagnons vendangeurs, mobilisée depuis plus d’un mois dans tout le Languedoc-Roussillon pour prêter main-forte aux travaux des vendanges164, est cantonnée dans l’ancienne caserne des Minimes de Montpellier. Ces regroupements exigent la mise en place d’importants services de transports. À Narbonne, des wagons supplémentaires sont ajoutés aux trains provenant de tout le Roussillon, afin de drainer le maximum de jeunes. L’inscription a lieu dans les communes principales ; des locaux sont prévus pour les réceptionner. Il est inutile de préciser que ces solennités n’ont qu’un rapport très lointain avec les débordements joyeux, traditionnels aux festivités des vendanges. La fête célébrée au Peyrou près de Montpellier le 4 octobre 1941, est inaugurée par un dépôt de gerbe aux monuments aux morts des deux guerres. Les défilés se succèdent :

  • 165 in, L’Éclair, Montpellier, 5-6.10.1941, p. 3.

« Un par un, au pas cadencé, les groupes défilent tandis que les garçons fixent pendant quelques secondes le chef qui leur rend le salut compagnon. Rassemblés sur l’esplanade (...), les Compagnons se mettent bientôt en route vers le Peyrou, au rythme de leurs chansons de marche »165.

7Levée des couleurs, Marseillaise, défilés, slogan sur le travail, ponctuent son déroulement, à peine interrompu par quelques chants empruntés aux répertoires traditionnels régionaux. La licence ou l’irrévérence sont absentes, bien sûr, de ces cérémonies dionysiaques dont pourtant elles se réclament. Les témoins sont unanimes pour reconnaître la discipline et l’ordre qui s’en dégagent.

  • 166 in. Compagnons, Lyon, 18.10.1941, p. 6.

« Un Compagnon doit être aussi gai que courageux. Et il est arrivé une des choses les plus belles du monde : le vieux folklore s’est épanoui. Les fêtes du vin se sont à nouveau déroulées sans la grossièreté bachique, mais avec les meilleures traditions françaises »166.

  • 167 A.D. Haute-Loire, 12 W 1140.

8L’exemple le plus significatif à cet égard est certainement celui des feux de la Saint-Jean en 1941. Sous le patronage du secrétariat général à la Jeunesse, Jeunesse de France et d’Outre-Mer organise dans la nuit du 24 au 25 juin, des feux dans toute la zone "libre". Pour assurer une meilleure coordination, il diffuse par voie préfectorale dans tous les départements, une circulaire qui précise les lieux et les horaires à respecter167. Répercutées par les délégués à la Propagande à la Jeunesse et l’inspecteur d’académie, les consignes sont adressées à tous les mouvements ou organismes politiques, culturels ou sociaux en contact avec la jeunesse. Les habitants sont prévenus par voie de presse pour contribuer à leur réussite. Les itinéraires au long desquels les feux doivent être allumés à une heure déterminée sont précisés, les lieux sélectionnés pour leur topographie, (points culminants) et pour leur symbolisme (lieux historiques). Aucune initiative n’est laissée aux acteurs. Leur durée, d’un quart d’heure, évite tout risque d’excès. Ils convergent dans l’espace et le temps vers Vichy. Les danses sont proscrites dans la majorité des cas. On leur préfère le chant choral ou les séances d’hébertisme beaucoup plus dynamisantes. L’ambiance pourrait être résumée dans ce conseil que le curé de Brécé (Mayenne) donne à ses jeunes paroissiens à l’occasion de la fête des moissons organisée par la JAC au mois d’août 1943 :

  • 168 in, Le Paysan de la Mayenne, Laval, 15.05.1943, pp. 1-2.

« Soyez forts, soyez actifs, mais ne soyez pas agités »168.

Jeux dramatiques pour la Jeunesse, Grenoble (Maîtrise Jeune France), 1942.

H. de Venel, La France renaissante, Pigeonnier édit., 1942.

in, Compagnons, 21.06.1941.

  • 169 Corporation nationale paysanne, "Propagande par le texte, la parole et l’image", Paris, 03.03.1943 (...)

9Les animations se résument à des spectacles de variétés (chants, danses populaires) et de théâtre. (La comédie paysanne, La Meule de Maître François est présentée à la fête des moissons de Brécé en août 1943). Une note émanant de la Corporation nationale paysanne confirme leur place dans les fêtes agrestes169. Lorsque les jeunes réalisent eux-mêmes leurs spectacles, les mises en scène leur sont fournies, et chacun y a une place et un rôle bien déterminés. L’adolescent n’est pas créateur, il se contente d’exécuter les consignes du "meneur de jeu" qui n’oublie pas de fixer les "limites du bon goût". D’une façon générale les organisateurs font en sorte d’utiliser les traditions régionales. Ce n’est pas un hasard si les Compagnons de France choisissent le Peyrou pour leur fête des vendanges. Ils retrouvent symboliquement les fêtes latines, au cours desquelles Frédéric Mistral lança l’ode à la race latine.

« Aubouro - te raço latino
Sauto la capo dou Soulèn
Lou rasin bun boui dins la tino
Lou vin de Dièu gisclara leù »

10Leur évocation permet à l’État français de se rallier les régionalistes qui voient l’occasion de concrétiser la rénovation qu’ils réclament vainement depuis des décennies. La fête du vin nouveau de Narbonne en octobre 1941, comprend un défilé classique de chars, un défilé d’animaux symboliques entourés de danseurs, farandoleurs et musiciens. Le poulain de Pézenas réapparaît avec l’Ane de Gignac, qui au huitième siècle a prévenu les habitants de l’arrivée des Sarrazins, le Chameau de Béziers sur lequel Saint Aphrodise était monté quand il vint évangéliser les Bitterois, et enfin le Loup de Coupiau. L’inévitable groupe de jeunes Narbonnaises en costumes, des invités tels que Lou Farret d’Agde, l’Escolo Trancavel et la Tour de Sauvian de Béziers, accompagnent le spectacle. Plaquées sur les fêtes agrestes, ces démonstrations fournissent un cadre "folklorique", caution des traditions passées. La presse locale rappelle aux populations les origines et les significations de ces usages disparus et oubliés depuis plusieurs siècles. Cette restauration se fait en rapport avec des ethnologues, dont le savoir sert de caution. Les journaux édités par les mouvements de jeunesse se réfèrent à leurs travaux. Pour la région Languedoc, il faudrait évoquer le rôle d’A. Varagnac qui coordonne les fêtes de mai réalisées à Montauban en mai 1942 par les Compagnons de France. La fête du vin nouveau, organisée par le Cigalo Narbounneso, le 10 octobre 1943 à Narbonne, est, avant tout, une manifestation félibréenne. La messe célébrée en langue d’oc par l’abbé Salvat, majorai du félibrige, soutenue par les jeunes chanteurs du "Reviscol" rend hommage aux félibres décédés. La soirée est l’occasion d’une grande Vesprado suivie de plusieurs pièces et comédies régionales. La traditionnelle "Coupo Santo" clôture l’ensemble. Les folkloristes prennent parfois l’initiative de ces commémorations. Le Comité dauphinois de folklore en relation avec le Comité national dont il dépend, présente le 17 décembre 1941, la fête des laboureurs de Villars-Saint-Christophe dans le Dauphiné, pour clore une Semaine du Secours national.

11Les corporations occupent aussi le terrain. Un sondage effectué dans la presse corporatiste régionale confirme leur rôle. Les responsables de la Corporation paysanne décident d’une fête du vin à Gaillac le 28 septembre 1941 pour le regroupement des Jeunesses paysannes de la Fédération Languedoc-Gascogne. Ils sont à l’origine, dans le département de la Mayenne des fêtes des moissons, en collaboration avec la JAC ; c’est le cas notamment à Méral, à Laigné, à la Selle-Craonnaise, à Chemeré, à Simplé, à Thubœuf, à Saint-Georges-Buttavent ou à Brécé. Ces manifestations permettent à la Corporation de prendre contact avec les jeunes paysans et de les tenir au courant des dernières mesures prises par le Syndic régional. Bon nombre sont planifiées par le groupe de Jeunes Paysans qui, pourvu d’un service "folklore" assure aussi la tâche de conseiller scientifique et donne ses directives. Les viticulteurs peuvent y faire la démonstration de leur vitalité sur le plan régional, et national. Ils exposent leurs productions. Les négociants, cavistes et distilleries coopératives, industriels viticoles, les associations viticoles du Gard, de l’Hérault, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales y participent. Les cérémonies alentour n’offrent pas beaucoup d’intérêt pour ces professionnels de la vigne.

  • 170 in, Notre Province, Limoges, 1ère année, sept. 1942, p. 209.
  • 171 BARTHES R. – 1957, p. 74.
  • 172 HOMO J. – in, Compagnons, Lyon, 08.01.1944, p. 5.

12L’Église y collabore en mettant en place une cérémonie religieuse, où le prêtre associe étroitement les anciens objets de culte païen, blé, sarments de vigne..., au dogme catholique de la rédemption. En octobre 1941, au Plan-du-Castelet en Provence, à proximité de Bandol et d’Ollioule, un grand brasier de sarments bénis et chargés de prières demandant fécondité et protection pour la nouvelle récolte est allumé après la messe sur la place du village. Les cantiques et le chant du Coupo Santo, sont interprétés en provençal par l’Escolo de la Targo. Les autels, décorés en vue de ces "rituels agrestes", ornés de croix, gerbes, couronnes, calices, ostensoirs confectionnés avec des épis de blé (pour les fêtes des moissons), sont réalisés par les membres de la JAC ou offerts par la Corporation paysanne. Les pratiques, empruntées aux religions cosmiques ancestrales ne signifient pas l’abandon du dogme de la rédemption. Au contraire, il s’agit de racheter les fautes et de mériter le salut. Le récit du rallye de la fête des vendanges de Montpellier laisse apparaître que l’effort dans la souffrance est vitalisant. Le chef De Tournemire adresse à ses compagnons vendangeurs un hommage au travail qu’ils viennent de réaliser. Le protocole religieux est l’occasion de vibrant appel à l’union. Dans son homélie, l’évêque de Limoges, Monseigneur Rastouil rappelle à la fête des moissons de Saint-Germain-les-Belles, que tous et particulièrement les jeunes doivent "se retrouver en frères devant les principes de la devise : Travail – Famille – Patrie"170. L’esprit communautaire qui y règne accrédite l’idée "d’union nationale" entre le peuple de France, le maréchal Pétain et la jeunesse confiante dans le relèvement national. Chaque fête utilise un symbole différent qui s’ajoute à l’apport de l’esprit communautaire. Les feux de la Saint-Jean ont un impact psychologique certain. La lumière qui s’en dégage physiquement assure de la pureté, de la chaleur humaine, de la générosité. Quant à elles, les fêtes des vendanges et des moissons offrent des images conviviales du pain et du vin, signes de reconnaissance, d’appartenance ethnique et culturelle puisqu’elles sont nourritures spirituelles du chrétien et que le vin constitue une véritable "boisson totem, correspondant au lait de la vache hollandaise ou au thé absorbé cérémonieusement par la famille anglaise"171. Le thème de la fécondité n’est pas oublié. Associé à celui de la renaissance nationale, il apparaît comme l’un des motifs de la rénovation de la fête du gui, entreprise par les Compagnons de France. En décembre 1943, ils préparent une vaste campagne de propagande dans toutes les provinces de France, à laquelle s’associent tous les autres mouvements. Elle se traduit par une cueillette massive. Celle de Bourg-en-Bresse a lieu avec le concours du groupe folklorique local. Appuyés par la radio et la presse régionales, ils lancent en zone Sud des concours de vitrines parées de gui et illustrées de slogans sur l’espérance, des ventes de bouquets au profit du Secours national, des distributions aux malades des hôpitaux et aux prisonniers rapatriés. Les cartes de vœux reproduisant une touffe de gui, imprimées à cette occasion, portent "au-delà des zones et des frontières, à la foule des absents, un message d’espoir puisé parmi les plus belles traditions françaises"172. Cette plante associée depuis les Gaulois à la symbolique de la vie qui se prolonge en hiver, devient signe d’espérance et de confiance dans la Révolution nationale. Le glissement s’opère de la même façon lorsque le 1er mai, fête des travailleurs, est rattachée à la pratique des arbres de mai et est transformé par Vichy en une fête de la concorde sociale, vaste hommage en même temps à la Saint-Philippe. Définitivement vidée de son potentiel revendicatif ou subversif, elle célèbre les préceptes du nouveau régime. À Fleurac (Périgord), le Mai "du Maréchal" dressé à l’occasion du 1er mai 1941, sert de signe symbolique à cette journée. C’est à ses pieds que le maire, ancien combattant et président de la Légion fait son discours et que la foule reprend en chœur le "chant du Maréchal" alors que les couleurs sont montées au Mai dressé le matin même, par les Compagnons de France. À Montauban, A. Varagnac assure avec la collaboration des Compagnons la plantation d’un Mai "en l’honneur du travail urbain et agricole et du maréchal Pétain", devant l’Hôtel de Ville le 1er mai 1941.

13Les fêtes connaissent un succès certain, au moins pendant l’été 1941. Elles sont un remède à l’angoisse latente. Les libations qu’elles supposent dans l’imaginaire collectif, les rassemblements et l’union qu’elles créent, occultent pendant un laps de temps les problèmes immédiats et plus larges auxquels les citoyens sont confrontés. Ils trouvent dans ces manifestations de culte public, l’expression d’un patriotisme civique qui les assure de l’existence même de l’entité France. Le régime, lui, qui s’appuie sur la dynamique de groupe les transforme en un vaste hommage de ferveur populaire envers le maréchal Pétain, le nouveau régime et l’idéologie de Révolution nationale. Ces fêtes permettent de communier avec le Chef. Profondément marquées par l’empreinte du Gouvernement de Vichy, reflet du pouvoir central autoritaire, et de sa mainmise sur la jeunesse, associée à la propagande agrarienne, à la mystique du Retour à la Terre, elles légitiment la politique paysanne et le discours régionaliste. Elles consacrent l’interdépendance de la morale et de la religion. Leur rénovation et la diversité de leur approche laisse apparaître la dichotomie que l’on retrouve finalement sous Vichy. Deux discours se côtoient et à l’intérieur de ces discours, d’autres convergences. Mythes guerriers germains et mythes naturistes, conjoints ou dissociés, se retrouvent dans les pratiques festives ; elles sont étroitement liées à la propagande dont l’espace spécifique est la paysannerie.

Et vive le 1er Mai ! Edition du Secrétariat Général de l’Information.

PELERINAGE OU MISE EN REPRESENTATION DE LA FERVEUR POPULAIRE

  • 173 LAURY S. – 1978, p. 352.
  • 174 LAURY S. – 1982, pp. 36, 42 et 38.

14Les périodes de crise, comme celle que la France traverse pendant l’Occupation, suscitent de véritables sursauts de pratique religieuse. S. Laury montre dans ses études sur la vie religieuse dans le Nord-Pas-de-Calais combien la déclaration de guerre apparaît comme un des moments forts du renouveau du culte marial dans tout le diocèse. Dans leur demande d’une intervention protectrice de la Vierge en faveur du salut de la France, les pèlerins rendent hommage à la "reine", à la "Mère" ou à la "Médiatrice" : "le premier réflexe fut la prière"173 et le demeurera jusqu’à la fin de la guerre. L’auteur souligne l’importance que prend alors la prière publique. "La foi est dans la rue"...". Une foi qui ose s’affirmer dans la rue et braver ce qu’à l’époque on nommait le respect humain, la peur du "qu’en dira-ton"". Il emploie même l’expression de "raz-de-marée"174 pour décrire cette vague pieuse qui persistera jusqu’à la Libération.

  • 175 FAURE C. – 1986.

15Le pèlerinage de la Jeunesse française, pour la fête de l’Assomption du 15 août 1942 au Puy-en-Velay (Haute-Loire)175, correspond à la résurgence d’une forme traditionnelle de ferveur populaire. Il réunit apparemment les éléments propres à ce type de religiosité : forme communautaire, anonymat, importance de la symbolique, du toucher, de la proximité physique... Mais il est en fait l’occasion d’une mise en représentation de la piété, certes réelle mais canalisée et orientée, afin de confirmer et d’affirmer les pouvoirs religieux et étatiques dans leur politique de reprise en main, tant morale que sociale, de la population française.

Un pèlerinage de pénitence et de miséricorde

in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.

in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.

  • 176 Les Grands Jours du Puy. Pèlerinage de la Jeunesse française 15 août 1942 et son anniversaire 15 a (...)
  • 177 Fondateur après la première Guerre Mondiale de la branche Route des Scouts de France.
  • 178 LAURY S. – 1982, op. cit., p. 29.
  • 179 La Haute-Loire, Le Puy, 06.08.1942.

16Il s’inscrit dans les dix années de ce culte marial comprises entre la "Voie Ardente" de 1938 et le "Grand Retour" de 1948. À l’origine, un congrès marial était prévu, entériné par monseigneur Rousseau à Boulogne-sur-Mer. Il fut suspendu à cause de l’Occupation, de l’éclatement du territoire français en plusieurs zones et de la difficulté qui en résultait pour les congressistes à franchir la ligne de démarcation. Il est remplacé par un pèlerinage de jeunes dont les responsables sont les scouts routiers, animés par les RR.PP. Forestier, Doncoeur, et Ranson. Comme le culte marial du Nord-Pas-de-Calais, le pèlerinage du Puy se veut un acte de pénitence et de miséricorde. Il est réalisé en "union avec le Pape, le Maréchal, la hiérarchie, les frères séparés, les prisonniers et Marie"176. Bien qu’encadrés par les Scouts de France – dix mille pèlerins routiers y assistent – il réunit tous les mouvements rattachés à la Jeunesse d’action catholique française (JEC, JOC, JAC). Quelques quatre cents adolescents des Chantiers de Jeunesse viennent en délégation. Les pèlerins partent de la zone "libre" pour gagner par étapes successives le sanctuaire historique de Notre-Dame-du-Puy. Les cérémonies vont s’échelonner sur quatre journées du 12 au 16. Le 15 août constitue la date maîtresse. Les groupes des mouvements d’action catholique arrivent le 12 août, drapeaux et madones à l’épaule. Accueillis officiellement sur le rocher Corneille par le R.P. Forestier177, ils assistent à la cérémonie d’ouverture de J.M. Martin évêque du Puy. N.-D. du Port, de Boulogne et N.-D. de Strasbourg sont transportées en cortège. Pendant toute la journée du 13 les groupes défilent en une vaste procession qui les conduit jusqu’aux pieds de N.-D. du Puy pour une présentation des provinces et des délégations à Notre-Dame de la Cathédrale : avec notamment les groupes du Lyonnais, du Forez, du Languedoc, de Gascogne, d’Aquitaine, du Limousin, du Berry, du Bourbonnais, du Dauphiné, de la Provence, de la Savoie, d’Auvergne, d’Alsace, et même d’Afrique du Nord. À neuf heures, la statue de N.-D. de Boulogne, déjà promenée dans l’Est de la France où elle a connu un important succès, est portée de Saint-Laurent à la cathédrale. On notera au passage que la Vierge de Boulogne ne passe pas la ligne de démarcation le 16 juillet 1942 "camouflée dans un camion de légumes tandis que les hommes, le P. Ranson et ses routiers, se faufilent dans la campagne" comme l’écrit S. Laury178, mais tout à fait officiellement munie des autorisations réglementaires, avant d’être dirigée en camionnette vers Saint-Yan179. Deux veillées ont lieu le 13 j août. La première au camp routier, la seconde dans le camp de l’ACJF installé au pensionnat N.-D. de France. La journée suivante commence par deux messes célébrées respectivement dans ces deux camps de base. À celle du camp routier, en plein air, le maître-autel est adossé à une croix immense avec de chaque côté, six autels où officient douze autres prêtres. Pieds nus pour la plupart, les jeunes pèlerins vont du rocher Saint-Michel au Mont-Anis, psalmodiant à chaque station les litanies saintes et les suppliques reprises en chœur par une foule fervente. La veillée, ce jour-là, se tient sur la place du Breuil, principale place de la ville.

in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.

  • 180 LAURY S., oct. 1982, op. cit., p. 27, note que "l’année 1942 s’achève en apothéose avec la consécr (...)
  • 181 in, La Semaine religieuse, Le Puy, 28.08 et 04.09.1942, p. 544.

17Le 15 août commence par des messes de communion au camp routier et dans toutes les églises et chapelles de la ville, puis la messe pontificale est célébrée à la cathédrale par l’évêque de Lourdes Mgr Choquet, sous la présidence du cardinal Gerlier. Les autorités civiles et militaires et les prisonniers rapatriés sont invités. Simultanément, sur la place du Breuil, une cérémonie se déroule pour toute la jeunesse, animée par l’évêque de Clermont, Mgr Piguet. Ces deux liturgies sont précédées et suivies de messes basses sur les grands escaliers de la cathédrale. L’après-midi, la grande procession "traditionnelle" rétablie au Puy-en-Velay depuis 1933 est d’une exceptionnelle ampleur. Les chiffres cités vont de 20 000 à 6 000 personnes. Elle se clôt par un hommage aux Vierges de France à N.-D. du Puy et une longue allocution du cardinal Gerlier. On peut parler d’une manifestation nationale puisque ses organisateurs et particulièrement MJ. Martin, évêque du Puy, lui associent par "une intention commune" tous les Chrétiens de la zone occupée ainsi que tous les prisonniers en Allemagne. Les paroisses, les communautés religieuses de France et les villes de l’Empire sont conviées à prier en union avec les pèlerins du Puy. Les archevêques et évêques des deux zones envoient leurs messages. Ceux du cardinal Lienard archevêque de Lille, et du cardinal Suhard archevêque de Paris, sont les plus remarqués. Pie XII lui-même se manifeste par l’intermédiaire du cardinal Maglione180. Le pèlerinage a un retentissement dans toute la presse nationale et même internationale. Elle est unanime à se réjouir de cette manifestation qui replace la France sur "le vrai chemin de sa vocation chrétienne traditionnelle". Plusieurs émissions lui sont consacrées sur les ondes de la Radiodiffusion nationale. À l’étranger, l’Osservatore Romano y voit un "ardent retour à Dieu pour la paix et la rénovation de la patrie"181. De nombreux journaux espagnols, L’Ecclesia, Signo, Ya, Madrid, El Alcazar, Ideal, lui réservent leurs colonnes avec illustrations et gros titres.

Un recours à la tradition, gage de légitimité

  • 182 (A.D. Haute-Loire – 12 W 1040).
  • 183 in, La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 28.02.1941.

18Toutes les sources insistent sur le caractère coutumier de ce pèlerinage. Les jeunes à pied, renouent avec les pèlerins de jadis, recueillant en cours de route les intentions pieuses. Le recours à la tradition leur permet de redonner aux jeunes générations une cohérence de pensée, d’affirmer une permanence, un bon droit, d’opérer le refaçonnèrent du réel. Le voyage que le maréchal Pétain a effectué, un an auparavant, avait suscité le même discours. La presse avait rappelé alors les pèlerinages que Charlemagne, Louis le Débonnaire, Charles le Chauve, le Roi Eudes, le Roi Robert, Louis VII, Philippe Auguste, Saint Louis, Philippe III, Philippe IV, le Bel, Charles VI, Charles VII, Louis XI, Charles VIII et François 1er avaient jadis réalisés au Puy-en-Velay. Le chef de la France renoue, 408 ans après, avec la tradition qui avait fait du Puy-en-Velay la capitale religieuse où rois et reines, papes et dignitaires de l’Église, venaient officiellement s’agenouiller sur le parvis du sanctuaire de N.-D. du Puy182. Il commence d’ailleurs son allocution "comme Charles VII..."183, se rattache au passé en retrouvant les mêmes rituels, le recours aux images enfouies dans la mémoire collective lui permet d’ancrer son destin dans un passé mythique et de justifier son accession au pouvoir. L’héritage des anciens monarques lui donne une légitimité dynastique.

Une mise en représentation de la ferveur populaire

19Deux aspects se dégagent de ce pèlerinage : la mise en représentation des pouvoirs civils et religieux, liée à la notion d’élite ; la mise en scène de la ferveur populaire qui s’appuie à l’inverse, sur l’idée de masse. La procession effectuée le 15 août comprend non seulement les routiers pèlerins, mais aussi les jeunes des divers mouvements d’Action catholique, les enfants des colonies, des écoles, des congrégations de jeunes filles, des réfugiés, des rapatriés, des pénitents, le clergé, des jeunes de l’ACJF et des séminaristes du Puy aux Chantiers. Derrière la Vierge Noire, très applaudie, viennent les représentants du Souverain Pontife et de l’épiscopat de France. Un détachement de légionnaires expressément invités par l’évêque du Puy et par leur chef départemental J. Merle, contribue à donner à cet événement l’allure de défilé patriotique en hommage au nouveau régime et à son chef le maréchal Pétain. Les photographies qui en restent confirment l’aspect théâtral des manifestations : l’entrée des groupes les uns après les autres, avec leur signe distinctif, la profusion des emblèmes symboliques, (fanions, drapeaux...), les chants et prières repris en chœur. De la place du Breuil, la foule écoute les messages de Pie XII, du cardinal évêque de Lille, du cardinal archevêque de Paris et les réponses des pèlerins au Souverain Pontife et au chef de l’État, lues par l’évêque du Puy.

20La double articulation élite-masse repose sur une opposition espace intérieur-espace extérieur. C’est en effet dans l’enceinte de l’église-cathédrale qu’a lieu la messe pontificale, réunissant toutes les autorités civiles, militaires et ecclésiastiques, avec notamment les représentants du Maréchal et de l’amiral Darlan, le préfet de la Haute-Loire, G. Lamirand, le commandant militaire du département, le chef départemental de la Légion, le général Lafond, le commissaire général des Scouts, le chef Tournemire des Compagnons de France, ainsi qu’un nombre impressionnant de prélats. La liturgie se déroule en grande pompe. Mgr Choquet, évêque de Lourdes officie au faldistoire tandis que le cardinal Gerlier, primat et évêque de Lyon, l’assiste entouré d’une pléiade d’archevêques, évêques, abbés et prélats. Alors que la cérémonie s’écoule à l’abri des murs clos de la cathédrale, la messe des jeunes est célébrée dans un espace ouvert permettant de recevoir la foule et de la mettre en représentation publique. Sur la place du Breuil les 10 000 jeunes, peut-être même 15 000, à qui on a réservé l’espace central, s’organisent et se répartissent avec une discipline quasi militaire, selon un plan préétabli. Une estrade monumentale est dressée pour l’office. Derrière l’autel, entouré d’une garde d’honneur, des scouts marins se tiennent au garde à vous. Une forêt multicolore de fanions, étendards, bannières et drapeaux encadre le retable. Avant leur dispersion, les routiers, scouts, et jeunesse catholique défilent devant le drapeau des gardes de Rabat et les autorités revenues entre temps de la cathédrale, rendant ainsi hommage et allégeance au pouvoir et à la hiérarchie. Le choix d’un tel lieu ne répond pas qu’à des simples impératifs pratiques. Les espaces ouverts, comme les grandes places sont utilisés pour générer un esprit de communion, où la foule se célèbre elle-même en se rassemblant autour de ses porte-parole. On sait combien ce phénomène de masse exacerbe les émotions et suscite des mouvements affectifs extrêmes. L’aspect communautaire du pèlerinage galvanise les énergies en faisant fusionner les individus dans un même esprit. Il permet de passer d’un univers de raison à un univers d’imagination, mais doit surtout médiatiser une émotion identique dont le but est de réunir adolescents et adultes au sein d’une même collectivité. Ce rassemblement signe d’une fois commune conforte le pouvoir dans sa maîtrise des consciences, particulièrement celles des jeunes générations, l’atmosphère exaltée élimine les doutes et les divergences. Les veillées organisées le soir aux camps de base des scouts routiers ou sur la place du Breuil, soutenues par des feux, symboles de la convivialité et de la ferveur retrouvée, sont un temps fort de cette euphorie communautaire. À l’utilisation des espaces, il faudrait ajouter celle des chants et des prières qui, éléments moteurs de la mystique communautaire, tautologiques, répétitifs, repris à l’unisson, plongent les foules dans un état hypnotique. Cette grammaire de la persuasion à une place prépondérante dans la liturgie. Soigneusement orchestrée par les organisateurs, elle est ciment, biais privilégié de socialisation politique et morale. Les jeunes reprennent en chœur les paroles des officiants. La prière devient slogan. A ce détournement des préoccupations individuelles vers un intérêt collectif s’ajoute la possibilité narcissique d’une identification à des personnalités politiques ou religieuses.

Le charisme des meneurs et le processus d’identification

21Les figures du maréchal Pétain, de Marie et du Pape... permettent à chacun des participants, fondu dans la masse, de retrouver son individualité. Il est important de rappeler qu’à l’issue de la messe pontificale, la foule écoute avec vénération le message du Maréchal aux jeunes pèlerins, diffusé à l’aide de hauts parleurs sur toute la place et sur les antennes de la radiodiffusion nationale. Il y a fusion entre son destin individuel et celui de la foule puisqu’il évoque l’idée chrétienne du "don de soi" et se présente comme l’incarnation du peuple français. Ce processus d’identification et d’utilisation d’associations stéréotypées ne se fait pas uniquement à travers lui. La Passion du Christ devient l’image symbolique de la France défaite et sa résurrection, celle de la France rénovée. Le chemin de croix a pour finalité d’intercéder en faveur des prisonniers en Allemagne et des Français de la zone occupée. Chaque station établit un lien entre la Passion et la destinée de la France. La France anticléricale, tiède ou agnostique, implore à la première station où le Christ est condamné à mort, flagellé, couronné d’épines, son pardon et la miséricorde divine. La deuxième station où le Christ est chargé de sa croix évoque la défaite.

  • 184 in, Les Grands Jours du Puy, op. cit.

« Vous êtes à genoux. Courbez-vous pour recevoir la croix de toutes les souffrances de notre peuple. (...) Nous avions trop oublié qu’elles étaient la croix de la rédemption de la France. Prenez cette croix comme le Christ prit la sienne pour le rachat de notre peuple »184.

22La Vierge Marie est assimilée à toutes les femmes de France.

Des motivations idéologiques

  • 185 Environ 25 000 consécrations "au cœur immaculé de Marie" sont enregistrées. La procession du 15 ao (...)

23Ce pèlerinage confirme la place privilégiée que le régime de Vichy accorde à la jeunesse, et l’adhésion de la plupart de ces mouvements au nouveau régime sous le couvert du secrétariat général à la Jeunesse. Les textes relatant ce pèlerinage sont souvent une apologie de la jeunesse, base de la reconstruction nationale. Les comptes-rendus font état des marches, pieds nus sur le goudron chauffé par le soleil ou sur le gravier des chemins, du poids des statues, (celle de N.D. d’Aquitaine pesant 60 kg est portée pendant 135 km). Les commentaires sont parfois si ambigus qu’il est difficile de distinguer mortification ou apologie de la force virile, endurance et ferveur religieuse. Un "pèlerinage souvenir de la jeunesse" est organisé le 15 août 1943, toujours au Puy-en-Velay. Bien que de moindre envergure, (environ 2 000 jeunes routiers ou délégués des Chantiers de jeunesse), il marque la clôture officielle de l’année de prière mariale diocésaine commencée un an plus tôt185 Il est également pour l’Église catholique et les hautes autorités ecclésiastiques une contribution au "redressement chrétien" de la France, tant désiré par les forces conservatrices du pays qui redoutent un retour offensif du laïcisme. Les pèlerins évoquent un avenir radieux en rupture avec le passé proche. Le régime de Vichy se veut la riposte à la Troisième République sans Dieu, une barrière face aux idéologies matérialistes dont le communisme constitue le principal bastion.

  • 186 MARTIN J.M. – in, Les Grands Jours du Puy, op. cit.

« Vous direz, Excellence, au Souverain Pontife s’il vous plaît, que ce redressement de la France est commencé ».
« Oui, il est commencé – "Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal" parce que le Chef de la France a reconnu et proclamé la faute des erreurs passées ».
« Oui, il est commencé – Un peuple qui sait s’unir est un peuple qui se relève – parce que les autorités de la France sont unies. Voyez Excellence, le spectacle d’union sacrée que vous avez aujourd’hui, une fois de plus sous les yeux. Devant vous, Messieurs, je m’incline avec respect et reconnaissance. Vous direz à M. le Maréchal, commandant, qu’en Haute-Loire on s’entend bien, dans une volonté commune de travailler chacun à sa place d’un même cœur et de toutes ses forces au salut de la France »186.

24L’idée revient dans les messages envoyés aux pèlerins par les évêques de la zone occupée.

  • 187 SUHARD – in, ibid.

« Ce vaste rassemblement portera des fruits.
Puisse-t-il, à cette fin, exprimer la résolution de tous ! La résolution de substituer au matérialisme déprimant et ruineux qui a perdu le monde, l’immense effort de spiritualité chrétienne qui le sauvera »187.

25La jeunesse française est investie d’une mission. Force messianique, elle part en croisade contre l’athéisme. Manifestation d’union, le pèlerinage permet une réorchestration de la France autour de son Leader. Le problème majeur de tout gouvernement totalitaire est d’imposer un consensus autour du modèle. Le culte marial apporte sa contribution au culte de la personnalité qui entoure la figure charismatique du chef de l’État français ; le pèlerinage peut alors être interprété et ressenti comme une forme ou un travestissement de plébiscite.

  • 188 JULIA D. – 1974, p. 149.
  • 189 LAURY S. – 1982, op. cit., p. 42.

26Le succès des pèlerinages, comme celui du Puy-en-Velay, correspond sans aucun doute à un renouveau de ferveur propre aux périodes de crise. La seule circonscription religieuse de Lyon compte trente-cinq vocations sacerdotales ou religieuses chez les scouts routiers depuis le 15 août 1942. Le pèlerinage de N.-D. de Boulogne, qui ne s’achèvera qu’en 1948, et le succès qu’il rencontre tout au long des 16 000 paroisses qu’il traverse participe de la même logique. Pour certains chrétiens, cette piété exacerbée exprime un (patriotisme religieux : la libération de la France doit s’obtenir par la souffrance rédemptrice et la pénitence. D’aucuns voient dans cette expression collective une possibilité de retrouver l’union dans la foi, voire un retour à l’esprit communautaire de l’Église primitive. La religion peut en effet "dans la mesure où elle fournit à une société en voie de dislocation une symbolisation globale de sa détresse, lui permettre de prendre conscience de son unité et lui donner par ses éléments surhumains, un instrument suffisamment efficace pour résorber la crise (interne ou externe) dont elle souffre"188. Toutefois, l’analyse de ce pèlerinage montre que l’on ne peut pas parler véritablement d’un phénomène de piété populaire, puisqu’en l’occurrence, la religion de masse rencontre ici celle de l’élite. Il est possible de dégager des interpénétrations constantes du populaire et de l’officiel. Les motivations idéologiques qui sous-tendent son organisation sont un moyen pour les autorités civiles et religieuses d’accroître leur main-mise sur les jeunes générations. Il y a cohésion entre le pouvoir et la religion. Le pèlerinage du Puy apparaît plus qu’un simple "moyen pédagogique pour l’édification chrétienne des masses qu’on n’avait pas l’occasion d’évangéliser autrement"189. Pour Pétain qui] est agnostique, la religion est avant tout un facteur d’ordre utilisé pour préserver l’ordre établi, un outil pour mettre en place sa propagande et confirmer son pouvoir, un catalyseur pour mobiliser les foules. Ces manifestations assurent la fusion des énergies mais surtout la soumission à la volonté collective en créant une atmosphère de drame et d’exaltation. Revivifier ces pratiques permet d’imposer une volonté collective aux idéaux des autorités religieuses et étatiques et d’étouffer les volontés individuelles. La religion prend la forme rationnelle de la politique afin de mieux exploiter le fond irrationnel des masses.

  • 190 FABRE D. & CAMBREROQUE C. – 1977, p. 14.

27Expression symbolique du renouveau, les fêtes mobilisent la jeunesse. Les deux formes jouent sur le phénomène d’entraînement des masses disciplinées. Les manifestations qui ont un rapport avec le travail sont favorisées alors que le carnaval est interdit. La célébration du renouveau printanier, et le bal populaire, renaîtront avec la Libération. Ils en deviendront même l’image190. L’État prend appui sur la force morale que représente l’Église en donnant un éclat particulier aux Noëls, Pâques et jours des Morts. Il pense s’assurer la caution de la hiérarchie cléricale. Les fêtes se déroulent comme un spectacle dont la mise en scène et la finalité échappent aux acteurs, pour devenir culte et hommage rendu au Nouveau Régime.

28La rénovation du domaine folklorique relève de deux procédures : un discours et une réalité. Le discours appartient au domaine politique et économique. Les réalisations concernent le culturel et les phénomènes de civilisation. L’installation à la tête des régions de préfets, l’élaboration d’une planification de l’urbanisme, de la politique agricole dans le cadre de la Corporation qui laisse peu d’initiative à la base départementale, affirme l’omniprésence du pouvoir centralisateur, et s’oppose aux discours sur la province. Il n’y a à aucun moment transfert des pouvoirs mais volonté de faire diversion et d’obtenir un consensus. Le folklore est le lien qui polarise les intentions culturelles, il a pour fonction de modifier les sensibilités, de modeler les mentalités, de les imprégner d’un esprit communautaire où l’individu perd son identité au profit d’une reconnaissance régionale. Les arts et traditions populaires ont effectivement connu un renouveau. Mais ils ont subi une modification de leur sens, un travestissement de leur forme. Ils ne furent plus l’expression d’une sensibilité populaire mais le support de la propagande révolutionnaire. Pour être appréhendé comme tel, le pouvoir a joué sur le phénomène des répétitions et a utilisé des schémas très simples, qui permettaient aux messages d’être lisibles à tous. Le folklore a perdu son sens et sa forme mais a été immédiatement réinvesti à des fins idéologiques par les pouvoirs. Il a subi une récréation provoquée et perdu sa spontanéité. Il est devenu le décor de la mise en scène de la Révolution nationale.

Notes

159 FAURE C. – 1988.

160 AMFREVILLE d’H. – "Fêtes de la Terre", Les Cahiers français, Paris, no 5, pp. 37-44, p. 39.

161 DUMEZIL G. – Mythes et Dieux des Germains, Paris, 1939, cité in GINZBURG C„ 1985, p. 697.

162 AMFREVILLE d’H. – op. cit.

163 Il serait intéressant de connaître le rôle qu’à jouer J. Carcopino, Ministre de l’Éducation nationale, mais aussi spécialiste d’histoire antique, dans la rénovation des fêtes agrestes.

164 Au total près de 12 000 jeunes, pour la plupart des chantiers de jeunesse, sont réquisitionnés pour aider aux vendanges de 1941 dans le Midi de la France.

165 in, L’Éclair, Montpellier, 5-6.10.1941, p. 3.

166 in. Compagnons, Lyon, 18.10.1941, p. 6.

167 A.D. Haute-Loire, 12 W 1140.

168 in, Le Paysan de la Mayenne, Laval, 15.05.1943, pp. 1-2.

169 Corporation nationale paysanne, "Propagande par le texte, la parole et l’image", Paris, 03.03.1943, 11 p., p. 7, (A.N. F. 10 5084).

170 in, Notre Province, Limoges, 1ère année, sept. 1942, p. 209.

171 BARTHES R. – 1957, p. 74.

172 HOMO J. – in, Compagnons, Lyon, 08.01.1944, p. 5.

173 LAURY S. – 1978, p. 352.

174 LAURY S. – 1982, pp. 36, 42 et 38.

175 FAURE C. – 1986.

176 Les Grands Jours du Puy. Pèlerinage de la Jeunesse française 15 août 1942 et son anniversaire 15 août 1943, Le Puy, Imp. J. D’Arc, 1943, 115 p., 77 ph. h. t.

177 Fondateur après la première Guerre Mondiale de la branche Route des Scouts de France.

178 LAURY S. – 1982, op. cit., p. 29.

179 La Haute-Loire, Le Puy, 06.08.1942.

180 LAURY S., oct. 1982, op. cit., p. 27, note que "l’année 1942 s’achève en apothéose avec la consécration du monde au cœur immaculé de Marie annoncée le 31 octobre 1942 par le Pape Pie XII".

181 in, La Semaine religieuse, Le Puy, 28.08 et 04.09.1942, p. 544.

182 (A.D. Haute-Loire – 12 W 1040).

183 in, La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 28.02.1941.

184 in, Les Grands Jours du Puy, op. cit.

185 Environ 25 000 consécrations "au cœur immaculé de Marie" sont enregistrées. La procession du 15 août 1943 réunit près de 6 000 personnes.

186 MARTIN J.M. – in, Les Grands Jours du Puy, op. cit.

187 SUHARD – in, ibid.

188 JULIA D. – 1974, p. 149.

189 LAURY S. – 1982, op. cit., p. 42.

190 FABRE D. & CAMBREROQUE C. – 1977, p. 14.

Table des illustrations

Légende in, Compagnons, 11.10.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Jeux dramatiques pour la Jeunesse, Grenoble (Maîtrise Jeune France), 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende H. de Venel, La France renaissante, Pigeonnier édit., 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende in, Compagnons, 21.06.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Et vive le 1er Mai ! Edition du Secrétariat Général de l’Information.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende in, Les grands jours du Puy, Le Puy, 1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540