Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Deuxieme partie. Rénovation du domaine folklorique

Chapitre premier. La rénovation d’un cadre et mode de vie traditionnels

Texte intégral

RETOUR À UN CADRE PROVINCIAL

  • 1 Les romantiques ont joué un rôle important dans l’éveil de la conscience provinciale, de même que l (...)
  • 2 Je ne tracerai ici qu’un tableau rapide, cette étude étant traitée par BARRAL P., 1974, et BERGES M (...)

1Les théories régionalistes apparues dans le courant du XIXe siècle, et propagées depuis quarante ans par la Fédération régionaliste française1 sont consacrées à l’avènement de l’État français2. Objet d’une politique double et contradictoire, le régionalisme connaît un essor considérable dans la réalité régionale. Les notables des petites villes provinciales, en écho au gouvernement, le précédant même souvent, jouent un rôle décisif dans sa rénovation.

La question des provinces

2Le 11 juillet 1940, le maréchal Pétain annonce que son gouvernement entreprend une réforme des circonscriptions territoriales.

  • 3 PETAIN Ph. in ISORNI J. – Quatre années au pouvoir, Paris, Couronne litt. édit., 1949, 178 p.

« Des gouverneurs seront placés à la tête des grandes provinces françaises et ainsi l’administration sera concentrée et décentralisée »3.

3L’État français tire un trait sur le centralisme jacobin instauré par la Révolution française.

  • 4 CHARLES-BRUN J. – in, France 1941, La Révolution constructive un bilan et un programme, Paris, Al (...)

« Quand le Maréchal Pétain annonça son intention de "restaurer les provinces de France", je puis rendre témoignage, car beaucoup veulent bien me prendre pour confident, de la joie que cette promesse mit au cœur des régionalistes. Il y eut là un mouvement d’enthousiasme touchant. C’est que nous sentions bien, pour l’avoir depuis longtemps défendue, la vertu du mot "provinces" : nous savions tout ce dont il était chargé. En le prononçant, le Maréchal se tenait dans la ligne qu’il avait tracée à notre redressement. (...) La nouvelle devise de l’État : Travail, Famille, Patrie, était celle des partisans du renouveau de l’esprit provincial (...) »4.

4Le maréchal Pétain est accueilli partout avec la plus grande ferveur. À Toulouse, le 6 novembre 1940, les membres de l’Académie des Jeux Floraux regroupés autour du Comte de Pesquidoux, enthousiastes, déclarent :

  • 5 ADHEMAR (Comte d’) – in SALVAT J., "émission Radio-Toulouse", Toulouse, 07.05.1941, (A-CO Dos. IX).

« Ramener la France à ses traditions nationales, à sa foi, c’est lui rendre son âme, c’est la sauver ! Or, où retrouver ces traditions sinon dans nos provinces ? Pour avoir été longtemps oubliées, elles ne sont pas mortes »5.

  • 6 Le Conseil national créé par la loi du 22 janvier 1941 est composé de sept commissions s’occupant r (...)

5L’environnement maurassien du chef de l’État influe sur la réorganisation régionale. Le projet de Raphaël Allibert, ministre de la Justice, qui prévoit la création de vingt-six régions, la suppression des conseils généraux, ne remet pas en cause l’existence des départements. Π n’est pas retenu, mais le gouvernement en conserve plusieurs points, notamment le maintien de la structure départementale. Le 18 novembre, Philippe Pétain réaffirme dans un discours à la Chambre de commerce de Lyon sa volonté de créer des provinces regroupant cinq à six départements, où priorité sera donnée aux impératifs de la vie économique. L’État français annonce toutefois clairement qu’il ne reviendra pas au découpage provincial de la France d’Ancien Régime. Fin janvier 1941, il instaure au sein du Conseil national un Comité chargé de la "réorganisation administrative de la France (définition et délimitation des régions)". À caractère consultatif6, il a pour fonction de donner un avis sur les questions que le chef de l’État présente à son examen. La Commission présidée par L. Romier, chargé de mission auprès du maréchal Pétain, comprend vingt et un conseillers, grands notables pour la plupart, nommés par l’État français. A. Mallarmé, sénateur et professeur à la Faculté de droit d’Alger, et Costa de Beauregard, président de la Légion des combattants de Savoie, en assurent la vice-présidence ; l’historien M. Blanchard, recteur de l’Université de Grenoble en est le rapporteur. La Commission d’étude invite les collectivités économiques et les érudits de province à transmettre leurs suggestions. Une note publiée dans la presse précise :

  • 7 Bul. de l’Acad. des Sci. et Let. de Montpellier, Montpellier, années 1941-1942, pp. 224-227.

« Le but poursuivi dans cette organisation des provinces était de constituer des ensembles économiques équilibrés, de restaurer le rayonnement des capitales provinciales et de rétablir la valeur des grands courants historiques en les adaptant aux nécessités de la vie moderne »7.

  • 8 Les procès-verbaux des séances de travail sont conservés aux Archives nationales (AG. II 637).
  • 9 BARRAL P.– op. cit. p. 922.

6Des délégations de toutes les régions françaises affluent. La première session, qui va du 6 au 20 mai 1941, traite des délimitations régionales8. Le plan ne tient pas compte des divisions territoriales imposées par l’Allemagne, qu’il s’agisse de la ligne de démarcation ou des zones annexées. Il montre une volonté évidente d’éviter "systématiquement de constituer en unités distinctes les territoires menacés d’annexion"9. La deuxième session explicite le fonctionnement de ces futures provinces.

Plan de division de la France en provinces, établi par le Conseil national, (mai-août 1941), in BARRAL P., 1974.

Les Préfectures régionales (1941-1944) in BARRAL P., 1974.

La France par régions économiques. A.D. Haute-Loire. a.

La France éclatée, in Michel H., 1968 b.

  • 10 PETAIN Ph. – La Doctrine du Maréchal, Service d’information de l’État français édit., s.d., 115 p.

« La province sera un centre de coordination, d’information et d’action en vue de renforcer l’autorité de l’État, d’accélérer la décision et de susciter dans tous les domaines un renouveau de la vie régionale.
A la tête de la province, dont le rôle est ainsi défini, sera placé un Gouverneur, haut personnage représentant le Chef de l’État. C’est lui qui incarnera l’autorité. Son prestige sera incontesté. Le chef de la province doit gouverner plus qu’intervenir lui-même dans l’administration. (...)
Auprès du Gouverneur, un Conseil, nommé sur sa proposition, doit se faire l’écho des forces spirituelles, morales, intellectuelles et économiques de la Province. (...) Ainsi renaîtra dans le cadre de la province, et sous l’impulsion du Gouverneur, cette vie locale dont l’admirable diversité enrichira et élargira la vie nationale tout entière »10.

  • 11 Charles-Brun J. (Provence), François-Poncet A. (Dauphiné), Budes de Guébriant (Bretagne), Bardoux ( (...)
  • 12 BARRAL P. – op. cit., p. 926.

7Les personnalités pressenties pour occuper ce poste sont pour la plupart des grands notables peu informés des problèmes administratifs11. Devançant les travaux de la Commission, l’amiral Darlan élabore dès le mois de mars 1941 un projet de réorganisation administrative. La loi du 19 avril 1941 instaure les préfets de région. Elle procède d’une logique différente puisqu’elle renforce le pouvoir de l’État en faisant des préfets de région les intermédiaires directs de l’administration centrale. Comme le montre P. Barrai, il semble que le ministère de l’Intérieur, hostile aux théories régionalistes et favorable à un affermissement du pouvoir central cherche par cette loi à "infléchir la future réforme administrative et à créer un fait établi dans son sens"12. La centralisation amorcée par Vichy était annoncée dans le discours du 11 juillet 1940 au cours duquel le maréchal Pétain employa la formule ambiguë d’un pouvoir administratif à la fois concentré et décentralisé. Le découpage des préfectures régionales, contrairement à la carte que va fournir la Commission des provinces, prend en compte toutes les divisions territoriales imposées par les autorités allemandes. Les départements intégrés aux préfectures régionales ne subissent aucune modification territoriale. La zone "libre" divisée en six régions a pour capitales : Lyon, Marseille, Montpellier, Clermont-Ferrand, Limoges et Toulouse. D’autres décrets divisent postérieurement la zone Nord en onze régions.

  • 13 "Loi du 11 août 1941”, Journal Officiel, 12.08.1941.

8En août 1941 un deuxième texte de loi donne aux préfets de région le contrôle direct sur tous les responsables des services locaux qui dépendaient jusqu’ici des préfectures départementales13. Dès lors, les instances locales sont privées de toute représentativité réelle. Ces mesures n’entament pas l’euphorie régionaliste entretenue par les travaux de la Commission Romier. "La réforme provinciale se fera ! Les anciennes provinces, par la volonté du Maréchal vont renaître...". Le renforcement du centralisme n’est pas perçu de tous ; la loi du 19 avril est interprétée comme une étape.

  • 14 La Haute-Loire, Le Puy, 11.10.1941, p. 1.

« Ainsi est préparée la substitution d’une division du territoire établie sur des bases régionalistes à l’ancienne division par département »14.

  • 15 L’Illustration, Paris, 20.03.1943.

9Il est vrai que le maréchal Pétain continue à inviter les Français à remettre à l’honneur les particularismes. L’euphorie régionaliste qui caractérise les douze premiers mois du gouvernement de Vichy s’essouffle un peu mais la propagande n’en continue pas moins d’exister. Les visites du Maréchal dans les villes de province ravivent le culte des régions. J. Charles-Brun, membre de la Commission nationale des provinces et délégué général de la Fédération régionaliste française, entreprend une vaste tournée de propagande à travers toutes les villes françaises. Les détracteurs sont violemment fustigés. L. Reynaud auteur d’un article dans lequel il assimile le régionalisme au séparatisme15 soulève une vague de protestations à laquelle se rallient nombre de sociétés savantes ou associations languedociennes. Les commissions départementales, bureaux et centres régionaux d’études régionalistes... continuent d’œuvrer. La plupart des grands organismes vichyssois créent des sections internes, spécialisées dans ces questions. Le félibre majorai R. Farnier est nommé conseiller national pour le régionalisme de la Légion française des combattants. Plusieurs épisodes vont replacer la question des provinces à la une de l’actualité. En novembre 1941, Province, Mouvement national de décentralisation intellectuel créé à l’initiative de J. Charles-Brun et de plusieurs autres personnalités se donne pour objectif de :

  • "mettre en œuvre les ressources intellectuelles des provinces et du sol français ;

    • 16 Charles-Brun, J., de la Varende J., Lebesque P., Bourgeois C., Le comte de Pressac de la Chèze, Bug (...)

    l’instauration du "paysme""16.

  • 17 Journées de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon, (6-7 novembre 1942) Montpellier, imp. Causs (...)
  • 18 RIVAIN J. – Quatrième semaine de synthèse, 31 mai - 5 juin 1943. Les trois déclarations de Roc-Amad (...)

10En novembre 1942, un congrès du Centre d’action régionaliste de la préfecture de Montpellier, sous le patronage de la Xe Région économique réunit des universitaires, politiques, administratifs, pour effectuer une synthèse en Languedoc-Roussillon17. En 1943, l’Université Jeune France du Centre français de synthèse prépare une vaste enquête sur la formation des provinces. Elle a lieu dans toutes les villes qui peuvent revendiquer le statut de capitale régionale. Pour clore cette recherche, le sociologue et philosophe Jean Rivain, directeur de l’Université Jeune France, rassemble pendant l’été 1943 à Rocamadour des personnalités du monde des lettres, des arts, syndicalistes, politiques, notamment : J. Charles-Brun, A. Thérive, J. Camp, Bécheyras...18. L’Université Jeune France correspond à la section éducative du Centre français de synthèse créé en 1943 sous le patronage du chef de l’État. Constituée d’antennes dans les principales villes de la zone "libre". Elle affirme combattre :

« – dans l’ordre moral : l’individualisme, l’égocentrisme, l’égoïsme, l’amoralisme, le sensualisme, le laisser-aller, le juridisme, la nécessité ;
– dans l’ordre intellectuel : l’analyse, le criticisme, le négativisme, le verbalisme, la légèreté, le rationalisme, le scientisme, le narcissisme intellectuel ;
– dans l’ordre de l’action : le formalisme, l’automatisme, la primauté de la technique et la technocratie, le mécanisme, le dynamisme, le matérialisme et le capitalisme, le pragmatisme et le nombre ».

11En échange de quoi elle propose :

  • 19 RIVAIN J. – Vers un ordre nouveau, par un esprit nouveau, Vichy, Univ. Jeune France édit., s.d., 16 (...)

« – des mystiques primitives : le sens du naturel, le salut de la création, la magie du Dieu providence et de l’acte viril, la fidélité à la tribu et à la cité.
– des mystiques classiques : Christianisme, Chrétienté, féodalité et chevalerie, monarchie de l’État fort et la vigilance de Rome.
– des mystiques modernes : la nation, la démocratie, la science, le progrès rythmé, le dynamisme (secret de la force) et l’humanisme »19.

La mise en scène régionale du régionalisme

12Un regard sur la Haute-Loire appréhende le processus "régionaliste" de base. Sa petite taille et la faiblesse de son économie, essentiellement agricole, l’amène davantage à subir qu’à contrôler le sort qui lui est assigné dans le réaménagement des nouvelles provinces. Compte tenu de ce premier facteur, sa situation géographique charnière entre la 13e et la 17e Région économique qui en fait une région tournée à la fois vers Lyon et vers Clermont, permet de mieux cerner les raisons qui amènent Vichy à décider du rattachement des départements charnières dans une région plutôt que dans une autre. Enfin, ce département est intéressant par sa complexité "provinciale" puisqu’il se compose à la fois de l’ancien Velay (Le Puy - Yssingeaux), d’une partie de l’ancienne Auvergne, avec l’arrondissement de Brioude, et de quelques territoires empiétant sur le Gévaudan, le Vivarais et le Forez. Cette étude nous permet de constater l’émergence des notables et de voir dans quelle mesure la mise en place d’un "axiome" régional n’est que le support d’un concept politique et idéologique.

13Soumis à l’examen préalable de commissions régionales, les suggestions des notables doivent être regroupées et centralisées avant le 1er mai 1941 par la Commission Romier. Le préfet s’adresse à la Commission de propagande régionaliste mise en place en octobre 1940. Un comité placé sous la direction de P. Boudignon contacte les responsables des différents secteurs d’activité : Chambres de commerce et d’agriculture, Syndicat des liquides du Puy en Velay (liqueurs Pagès), Académie des sciences et des lettres, académies voisines, Maison des Arts libéraux (Maîtrise Jeune France), 13e et 17e Région économique (Clermont-Ferrand – Lyon), personnalités ecclésiastiques... Leur tâche se révèle simple, puisque la volonté affichée dès l’été 1940 de rénover les anciennes provinces françaises avait déclenché un vaste courant d’opinion qui ont amené les thèses régionalistes à l’avant-scène de la vie publique. En Haute-Loire, le projet de rénovation provinciale et la question de son rattachement éventuel à une province plus importante apparaît comme un des points clef dans l’information, (cela au moins jusqu’en octobre 1941). Il fait l’objet de nombreux débats à l’Académie du Puy dès l’automne 1940. Plusieurs solutions y sont envisagées :

  • Un retour à l’ancien Languedoc ;

  • Une fédération cévenole (Velay - Vivarais - Gévaudan) ;

  • Un rattachement à Clermont-Ferrand ;

  • ou à Lyon.

14L’unanimité est réalisée quant à l’annexion du Brivadois à Clermont-Ferrand, la presque unanimité (moins une voix) réclame par contre l’indépendance du Velay vis à vis de l’Auvergne.

  • 20 La Haute-Loire, Le Puy, 27.11.1940.

« Le caractère vellave ne saurait accepter de devenir le parent pauvre des auvergnats »20.

15Le Comité d’action régionaliste de Clermont-Ferrand (CARC), envoie son avis dès le 3 octobre 1940. Cette date confirme que la province précède l’État dans son projet de réforme. Ces notables, car il s’agit bien de notable, R. Giscard d’Estaing prend soin de le souligner...

  • 21 GISCARD D’ESTAING R. – "Projet de délimitation d’une région administrative dans le Massif Central", (...)

« L’opinion générale est bien que cette tâche ne saurait être confiée qu’à des groupements de "notables" – si le terme paraît désuet, il importe de le restaurer, car les personnalités subsistent. Ils seraient chargés des études et de la préparation d’un plan, le Gouvernement se réservant la décision »21.

16... voient dans la promesse du maréchal Pétain une possibilité de décentralisation des pouvoirs et, en conséquence, l’amélioration de leur propre statut. Le retour aux provinces leur donne l’occasion de retrouver les structures institutionnelles, sociales et morales qui caractérisaient la France rurale de la deuxième moitié du XIXe siècle, structures largement compromises par l’apparition du syndicalisme et de la lutte des classes dans les campagnes. Ils espèrent détourner la conscience sociale de la société rurale fondée sur un mode de travail et la remplacer par une conscience régionale exangue de tout conflit.

17Le rôle joué par les sociétés savantes et les érudits locaux est déterminant. Leur participation légitime l’existence de l’entité régionale. La presse quotidienne est envahie d’articles qui ne cachent pas leurs options régionalistes. Au même titre que l’histoire républicaine avait participé à la mise en place de l’État-Nation et de la République française, ces discours insistent sur les particularismes et montrent l’édification progressive de la région.

  • 22 SURREL – in, La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 01.01.1941.

« Les traditions historiques démontrent combien serait logique et souhaitable la réunion en un seul faisceau des pays du Velay, Vivarais et Gévaudan, qui, de 1362 à 1418 par une initiative hardie et spontanée formèrent une confédération pour défendre eux-mêmes leurs montagnes »22.

18On exalte les héros régionaux et les populations sont elles-mêmes élevées au statut d’entité héroïque. D’aucuns n’hésitent pas à plonger loin dans le temps. Le docteur Bachelier, fidèle de Maurras, invoque le passé celtique. La Révolution française est passée au crible, à l’origine de tous les maux : le principal est d’avoir aboli les provinces et accouché des départements. La géographie devient un élément de l’arsenal idéologique. Dans le rapport Brolles, géographie physique et structure géologique justifient l’union du Velay et du Vivarais. Les travaux d’avant-guerre, particulièrement ceux de Vidal de la Blache qui propose dès 1910 un découpage de la France en dix-sept provinces, deviennent des références. Il serait intéressant de voir dans quelle mesure l’essor de la géographie régionale ne se fit pas conjointement à la montée et à l’affirmation des idées régionalistes. Certains rapporteurs, comme M. Versepuy, directeur de la Maison des Arts libéraux, se consacrent à l’aspect folklorique.

  • 23 VERSEPUY M. – Rapport no 2, Le Puy, 1941 ; (A.D. – Haute-Loire 12 W 1143).

« C’est le domaine culturel de l’art régional qui devrait, à mon sens, servir de base et d’assise à la formule d’un régionalisme large et aéré »23.

  • 24 A.D. – Haute-Loire 562 W 184.

19L’histoire, la géographie, le folklore confirment la province comme communauté naturelle. Cette notion est fondamentale dans l’élaboration du mythe qu’elle sous-tend. En se ralliant au discours de la Révolution nationale les notables espèrent s’assurer une emprise tant morale qu’intellectuelle sur une clientèle populaire sensibilisée par la propagande omniprésente. Toutefois, s’ils sont unanimes et convaincus du rôle qu’ils ont à tenir, ils ne sont pas pour autant toujours du même avis sur les modalités à suivre. Au-delà d’un langage commun, les rapports remis à la Commission mettent à jour les oppositions profondes et les intérêts divergents. La majorité désire l’entrée de la Haute-Loire dans une région auvergnate, ralliant en cela les vœux émis par le CARC. Certains souhaitent un rattachement à une région lyonnaise. Les autres envisagent soit une formation Velay-Forez-Vivarais, soit une union Velay-Vivarais ou, enfin, le maintien du Velay dans ses limites historiques. L’argument provincial n’est souvent qu’un prétexte à satisfaire des intérêts particuliers : le président de la Chambre de commerce de Brioude propose une région Auvergne. L’industriel en spiritueux R. Julien-Pagès, redoute un rattachement à Saint-Etienne, concurrente potentielle de ses produits puisque beaucoup plus industrieuse que le Velay. A l’inverse, bien que se prévalant pourtant des mêmes arguments, le président de la Chambre de commerce de Saint-Etienne propose une région Forez-Velay-Vivarais avec pour noyau le département de la Loire et pour capitale Saint-Etienne. Les notables du Puy-en-Velay, représentés par P. Boudignon refusent la division du département qui risquerait d’évincer le Puy dans son rôle de capitale régionale. En définitive, la Haute-Loire est intégrée à la nouvelle région lyonnaise comportant le Rhône, la Loire, la Haute-Loire, l’Ain, la Savoie, la Haute-Savoie, l’Isère, la Saône et Loire et le Jura (soit 9 départements alors que l’ancienne région économique n’en comptait que 6). La décision dure peu puisqu’un décret du 26 septembre 1941 fera passer la Haute-Loire dans la région de Clermont-Ferrand avec le Puy-de-Dôme, le Cantal et la partie non occupée de l’Ailier. Les protestations de la Chambre de commerce de Saint-Etienne montrent l’enjeu économique de ces choix24. Avec ces nouvelles dispositions les personnalités locales sont confirmées dans le rôle qu’elles rêvaient de retrouver : celui d’une élite, en place pour conduire le peuple vers un renouveau moral et religieux – satisfaisant à la fois leurs intérêts et l’orgueil d’une caste désignée par une hérédité qu’il considèrent comme quasi divine ; ils peuvent ainsi remettre en place des hiérarchies qui leur furent ravies par des revendications sociales injustement écoutées – et s’assurer un pouvoir non contesté. Ils tablent sur la possibilité de gommer les conflits sociaux par leur seule autorité morale retrouvée et de rétablir un ordre social qui est dans "la nature des choses". Soucieux d’en retirer le maximum de bénéfice, ils se placent donc comme les principaux acteurs de la politique régionaliste.

De l’axiome régional au concept régionaliste

  • 25 BARTHES R. – 1957, p. 230.
  • 26 L’utilisation désordonnée du terme "province" est critiquée par J. Charles-Brun, "...la région n’es (...)

20Comme l’a montré R. Barthes "ce que le monde fournit au mythe, c’est un réel historique, défini, si loin qu’il faille remonter par la façon dont les hommes l’on produit ou utilisé : et ce que le mythe restitue, c’est une image naturelle de ce réel"25. En partant d’une réalité régionale fondée sur son économie, sa population, son histoire, sa culture, sa géographie, son folklore..., le discours régionaliste jette les bases d’un axiome dont la portée idéologique se situe non plus au niveau de la vie concrète des Français, mais dans celui de l’imaginaire collectif. Toute la réussite de la propagande vichyste, réside dans ce glissement qu’elle opère entre "régional" et "régionalisme". Le mot province est plus employé que celui de région, puisque chargé d’une dimension idéologique plus forte26.

  • 27 RIVAIN J. – in, L’Unité Française, Vichy, juil.-déc. 1943.

« Si nous parlons de provinces, c’est parce que le mot a plus de résonance populaire, plus de richesse intérieure et pour tout dire, plus d’âme que celui de région »27.

21Les régionalistes en parlant de provinces "naturelles", fruits de l’histoire et de la géographie, les font entrer dans l’atemporalité. Le fait régional se métamorphose en représentation mentale puis en concept.

  • 28 GAILLARD E. – in, Revue de Savoie, Chambéry, 1er trim. 1941.

« Ainsi donc, par son cerveau, son imagination, par toute son âme autant que par son sol et par les travaux de ses habitants, la Savoie clame sa vitalité, son droit à la vie, à la vie régionale »28.

22La propagande fait ainsi de la région une abstraction, un regard, un discours, une idéologie. Le glissement de la réalité au concept, permet de créer un processus d’identification sociale et individuelle et amène la confusion entre la notion de région et celle de communauté. On connaît l’attachement que Vichy montre à rénover toutes les communautés, symboles de l’unité des Français derrière leur Chef et Père, le maréchal Pétain. On a l’esprit régional, comme on a l’esprit de famille, de métier, de patrie... La province n’est qu’une étape, un relais dans cette hiérarchie des communautés qui constitue la base de la Révolution nationale. L’idéologie régionaliste opère une réification de l’espace rural et fait de cet espace, un lieu sacré où les paysans prennent la place des fidèles, les régionalistes, celle des prêtres. J. Charles-Brun est appelé le "Prince des Apôtres du régionalisme". Ne dit-on pas de lui qu’il a pris son bâton de pèlerin ? A. Seillan retraçant une de ses conférences déclare :

  • 29 in, La Petite Gironde, Bordeaux, 26.05.1942.

« M. Charles-Brun fait alors entendre un magnificat. Plus heureux que Moïse, il est arrivé dans la terre de l’espérance et, à l’instar du vieillard Siméon, dans la joie du rêve devenu réalité vivante, il chante son "nunc dimitis" »29.

  • 30 La Haute-Loire, Le Puy, 25.12.1940.

23Les chantres du mouvement sont apparentés à des prophètes bibliques : ceux par qui la France sera sauvée. La diffusion de ces idées permet au gouvernement d’occulter la défaite. En remplaçant la patrie perdue par un retour aux anciennes patries, ou "petites patries", un transfert s’opère qui permet aux Français de se réapproprier leur terre et de reporter sur elles les frustrations générées par l’occupation étrangère. La région devient le territoire clos où le patriotisme s’exprime dans un chauvinisme exacerbé. Le lyrisme prend des accents guerriers et revanchards. Il est même question d’"amputations nombreuses au profit de nos voisins (.) d’annexion de la Haute-Loire"30. Une véritable guerre des provinces se substitue subtilement à la défaite.

24Les théoriciens du régionalisme croient en leur heure de gloire, après la longue gestation du XIXe siècle. Vichy apparaît comme un moment privilégié dans la perception qu’en ont les contemporains. Toute la génération des idéologues ou praticiens du régionalisme du début de ce siècle voit alors la possibilité d’une éclosion pratique de ses idées. En fait, l’État français, poursuit deux politiques, l’une virtuelle, l’autre réelle : un discours permanent sur la rénovation des provinces et le renforcement de son pouvoir central par l’instauration des préfets régionaux. Ces deux politiques, plus que contradictoires, sont complémentaires, la première permettant d’occulter la seconde. Ces deux pratiques sont caractéristiques du dualisme propre à l’ensemble des pays totalitaires : un pouvoir idéologique, symbolisé par l’image du maréchal Pétain, et un pouvoir technocratique et centralisateur avec des hommes comme Darlan ou Laval. La province devient le vivier des doctrines régionalistes. La réorganisation du territoire français est un des principaux centres d’intérêts des radios et des journaux. On assiste à la mobilisation des sociétés savantes ou académies. Le renouveau provincial finit par apparaître réel. Les petites villes rurales et les préfectures jouent un rôle moteur dans la mise en scène de cette politique. Les notables en profitent pour redonner aux capitales régionales une partie des pouvoirs détenus par les grandes métropoles et plus particulièrement par Paris. Ils voient dans leur contribution la possibilité de s’affirmer et de retrouver les pouvoirs économiques et l’emprise qui tendaient à leur échapper depuis plusieurs décennies. L’instrument de mobilisation cristallise l’imaginaire collectif sur une conscience régionale. On a vu comment ce processus d’identifications permet de détourner les populations rurales de leurs préoccupations réelles, à savoir le dirigisme économique, la mainmise sur la production, la perte du territoire national et l’occupation toujours plus mal vécue. J. Charles-Brun ne croit pas si bien dire quand, à l’occasion des Journées d’Études Universitaires organisées à l’École des cadres de Chazeron, il déclare :

  • 31 CHARLES-BRUN J. – in, École des cadres de Chazeron, 12-14 août 1943, 1943, p. 142.

« Faut-il admettre que la région, telle que la Fédération régionaliste française l’a définie, doit seulement jouer le rôle du mythe dont parlait en d’autres matières, Georges Sorel, que sa vision peut soutenir la foi des régionalistes, mais que la réalisation parfaite en est sans doute impossible »31.

25Quarante ans après, la question régionaliste est toujours objet de discours pour les hommes politiques, matière opérationnelle pour les techniciens, terrain de lutte, de mécontentement, mais aussi de convoitise et d’esthétisation.

LA PROMOTION DE DEUX MODES DE VIE TRADITIONNELLE : LA PAYSANNERIE ET L’ARTISANAT

in, La Terre Française, 4.10.1941

26L’agriculture française, déstabilisée par la mobilisation, puis par la campagne du printemps 1940, connaît une chute importante de production et se vide d’une partie de sa population active (55 000 morts et 500 000 prisonniers en Allemagne, soit à peu près 13 % de sa population active agricole). On assiste en même temps à un recul sensible des terres cultivées et du cheptel national... La France se trouve rapidement confrontée à des problèmes de pénurie alimentaire et à une nécessité de restructuration de son économie nationale. Le Gouvernement annonce un ralentissement de la production industrielle, voire un retour à des temps pré-industriels. Il prône un retour à l’atelier, à une agriculture traditionnelle de polyproduction de type autarcique. Le paysan et l’artisan deviennent des archétypes de l’homme de la nouvelle société.

  • 32 PETAIN Ph. – Discours du 20.04.1941", in, Corrèze, Tulle, sept.-nov. 1942.

« La France redeviendra ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une nation essentiellement agricole. Elle restaurera les antiques traditions artisanales »32.

in, Compagnons, 2.08.1941.

in, Compagnons, 31.05.1941.

in, Compagnons, 5.06.1943.

in, Compagnons, 25.01.1941.

in, Compagnons, 17.10.1942.

in, Compagnons, 2.08.1941.

27Cette politique réalise les idées agrariennes qui s’étaient développées pendant l’entre-deux-guerres. Elle est une réaction contre l’essor de la civilisation mécanique et industrielle, perçu comme une rupture fondamentale dans le développement historique des cultures traditionnelles.

  • 33 RIVIERE G.-H. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’artisanat édit., 1942, pp. 33-34, p.  (...)

« Car il s’agit bien d’un âge disparu : celui d’une civilisation artisanale et paysanne, dont on peut dire sans trop exagérer qu’elle est née lorsque nos lointains ancêtres, à l’aube des temps néolithiques, se sont fixés sur un sol pour le cultiver. (...) Entre la vie de notre fermière de 1800 et celle de sa descendance de 1942, une révolution s’est déroulée, une révolution plus radicale, plus implacable que la Révolution politique de 1789, la révolution industrielle »33.

  • 34 FAURE C. – 1988.

28La France rurale avait subi pendant l’entre-deux-guerres de profondes mutations qui prirent parfois la forme de crises : économique, démographique, technologique et enfin culturelle. Les paysans se sentaient les laissés pour compte de la société française. Face à cette situation, une conscience agrarienne se mit en place : elle réagissait devant le recul des traditions populaires que les folkloristes observaient dès les dernières décennies du XIXe siècle. Pour les notables ruraux, la paysannerie devait être garante de l’ordre social, s’opposer à la nouvelle culture populaire, ouvrière et citadine. Dès 1922, on assista à la création d’un Comité de retour à la terre sous la présidence du préfet et sous l’autorité du ministre de l’Agriculture. Les théories agrariennes prirent essentiellement la forme d’un syndicalisme agraire. L’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA), installée rue des Pyramides à Paris regroupe les grands propriétaires exploitants, d’idéologie de droite, anciennement liés à la Société des agriculteurs de France (SAF) de la rue d’Athènes. Rémy Goussault, Louis Salleron, Jacques Le Roy Ladurie et bien d’autres qui vont exercer des activités importantes pendant le régime de Vichy, au sein de la Corporation nationale paysanne et du ministère de l’Agriculture, étaient déjà connus pour leur attachement aux théories corporatistes. Ces théories qui s’appuyaient sur le mythe de l’unité paysanne et la fraternisation de classe s’opposaient à la fois au libéralisme et au socialisme et mettaient fin à cette société "moderne, décadente". La crise économique que la France connut de 1933 à 1936 contribua à leur développement et à leur pénétration dans les masses paysannes. La politique agricole était présentée comme un complot permanent, fomenté par les industriels et les ouvriers : la France trahissait ses paysans. Apparurent alors des mouvements comme les "chemises vertes", d’Henri Dorgères, partisan d’une action directe, ou le Parti agraire de Fleurant Agricola qui, lui, optait pour la revendication parlementaire. En avril 1934 fut créé le Front paysan qui voulait représenter les diverses organisations existantes. Le Front populaire, la peur de l’interventionisme étatique et des grèves ouvrières de 1936 ne firent que relancer l’hostilité des milieux agrariens de droite. La formulation littéraire ne resta pas en marge de ces mouvements mais vint au contraire en consolider la conscience. Des écrivains qui allaient s’adresser à un public beaucoup plus large que leurs prédécesseurs du XIXe siècle, donnèrent un cadre régional ou provincial à leur œuvre : A. de Chateaubriand, chantre de la Brière, H. Pourrat de l’Auvergne, M. Genevois de la Sologne, J. Giono de la Provence, H. Bosco de la vallée du Rhône et des Préalpes, J. de la Varende du Pays d’Auch, A. Chamson des Cévennes, J. Yole et E. Pérochon de l’Ouest vendéen, J. de Pesquidoux de l’Armagnac, H. Bordeaux de la Savoie, R. Bazin du Nivernais, E. Labat de la Gascogne,... sans parler d’écrivains étrangers de culture francophone tel le vaudois C.F. Ramuz. Les liens entre le roman rustique et l’idéologie agrarienne allaient trouver tout leur sens avec l’instauration de la politique de Retour à la Terre34.

29La France rurale se trouvait donc à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale prête à accueillir le message de la Révolution nationale, remède à tous ses maux. Cette forme de discours allait sortir la population française de la contingence historique inhérente à l’Occupation et au pouvoir totalitaire et centralisateur.

Une réalité paysanne et artisanale

30Déstructurée par la défaite, la France est confrontée aux problèmes de main d’oeuvre et de ravitaillement : production et rendement reviennent sans cesse dans les discours.

  • 35 PETAIN Ph. – "Message du 1.01.1941".

« Je m’adresse aux Paysans de France. Il faut qu’ils tirent de la terre tout ce qu’elle peut donner. Les rendements devront être augmentés en dépit de toutes les difficultés »35.

Brochure de propagande Aux Agriculteurs prisonniers de guerre libérés. Secrétariat général de l’information édit.

  • 36 GERVAIS M„ JOLLIVET Μ. & TAVERNIER Y. – 1976.
  • 37 BOUSSARD I. – 1984.
  • 38 La loi du 18.12.1942 supprime l’obligation.

31Le 30 mars 1941, le ministre de l’Agriculture lance à son tour un appel "aux énergie terriennes" pour développer la production malgré la pénurie de bras, de semences, d’engrais et de carburants. Priorité est donnée aux exploitations de type familial susceptibles de provoquer un retour à la terre et d’enrayer l’exode rural. Vichy organise l’agriculture autour de son métier en créant la Corporation nationale paysanne dont la mise en place révèle les tensions importantes entre les syndicalistes, qui souhaitent implanter l’organisation sur un plan régional, les occupants allemands, dont le but est "d’inféoder une France agricole au grand Reich industriel"36 et de mettre en place un système corporatiste par produit comme ils avaient pu le réaliser eux-mêmes, et enfin l’État français qui cherche à s’imposer aux syndicalistes par le biais de son ministère de l’Agriculture. La loi du 2 décembre 1940 décide de la naissance de la Commission nationale d’organisation corporative, "organe provisoire chargé de présider à l’unification en un seul organisme, ou à la création quand rien n’existe, d’unions régionales (lire "départementales") corporatives et de syndicats locaux à cadre communal ou intercommunal"37. En fait, la réforme de la Corporation en décembre 1942 augmente l’interventionisme du ministère dans les décisions d’une Corporation toujours plus bureaucratique. Les groupes spécialisés n’ont que peu de liens avec la Corporation et conservent leur autonomie. Les Chambres d’agriculture, elles, stoppent toute activité. L’artisanat rural dont le recul ne faisait que s’amplifier au fur et à mesure que les industries étendaient leur action jusqu’à l’exploitation agricole elle-même, tombe lui aussi sous le coup de cette organisation. La loi du 2 décembre 1940 prévoit pour les artisans une possibilité d’adhérer au syndicat local. Cette faculté est obligatoire s’ils appartiennent à une mutualité ou coopérative agricole38.

  • 39 BOUSSARD I. – 1984, op. cit.
  • 40 Loi du 27.08.1940, Journal Officiel, 30.08.1940.

32Parallèlement à la mise en place de cette structure corporative, le Gouvernement et son ministère prennent des mesures législatives pour promouvoir l’agriculture. I. Boussard distingue celles à long terme : lois sociales, foncières, enseignement... de celles à court terme concernant les impositions, la politique des prix, les problèmes de la main d’œuvre, des salaires39. Le Gouvernement crée une commission chargée de faire un inventaire des terres en friche. Il constitue une Mission de restauration paysanne qui doit assurer "la formation professionnelle et l’utilisation des équipes de jeunes gens dans l’agriculture"40. Pour trouver une solution à l’exode rural, le Conseil de restauration est chargé de légiférer la remise en culture des exploitations et des terres abandonnées, le remembrement et le développement de la propriété paysanne et familiale. Il inaugure par la loi du 21 novembre 1940 une série de mesures en faveur de l’habitat rural et instaure en mars 1941 un service civique destiné à faire participer les jeunes aux grands travaux agricoles. Peuvent être requis tous les jeunes gens du sexe masculin, âgés de 17 à 21 ans, sans emploi, sans qualification professionnelle ou jouissant de plus de 15 jours de congés. Le recrutement et l’utilisation de cette main d’œuvre de solidarité sont préparés dans chaque département par le préfet, assisté des services agricoles. L’État français instaure le 31 mai 1941, un "pécule de Retour à la terre", alloué aux familles ayant au moins un enfant à charge. Pour profiter de cette allocation, il faut être français, avoir plus de 25 ans et moins de 45 ans, avoir exercé jusque-là une profession industrielle ou commerciale en qualité de salarié, et s’engager à exercer pendant dix ans au moins une profession agricole. La loi du 12 mars 1943 permet même l’expropriation en cas de non utilisation de terre. Enfin, le Gouvernement de Vichy, par sa politique scolaire, cherche à enrayer l’hémorragie des campagnes en recréant une élite capable de rénover l’agriculture française. Il promulgue le 8 juillet 1941 une loi qui prévoit un enseignement agricole public postscolaire, devant élargir la culture générale et la formation pratique des jeunes gens se destinant à la profession, et établit des écoles saisonnières. Les instituteurs devront être pourvus d’un certificat d’aptitude à l’enseignement agricole. Cette loi ne tient pas compte du projet de création d’un baccalauréat rural sanctionnant l’enseignement secondaire. Des circulaires émanent des préfectures. En Haute-Loire, on demande aux instituteurs d’exalter pendant les leçons de morale "la noblesse du métier d’agriculteur", d’entretenir leur propre jardin afin qu’il puisse servir de modèle, d’organiser des rencontres entre leurs élèves et les personnalités régionales de la Corporation paysanne, de créer des champs d’expérimentations pour les élèves. La presse signale ces expériences. Des concours sont organisés dans les académies. Celle de Clermont-Ferrand crée près de 330 jardins scolaires sur l’initiative du Préfet. La Corporation est attentive à ces mesures, mais la politique du Gouvernement en matière de rénovation de la petite exploitation familiale reste contradictoire. La loi du 18 novembre 1940 étend l’allocation de la mère au foyer aux communes rurales ; celle du 15 février 1941 instaure un même taux d’allocations familiales pour les ouvriers agricoles ou citadins ; celle du 17 septembre 1941 crée un Centre national de la famille rurale. On peut noter également les lois du 20 juillet 1940, 9 novembre 1940 et 15 janvier 1943 qui limitent le morcellement des exploitations et, dans le domaine de la protection sociale, les lois du 5 avril 1941 ou du 8 février 1942. Dans le même temps, la pénurie amène le Gouvernement à établir une réglementation sévère, contraire aux traditions des paysans français en matière de prix et de ravitaillement, les liens entre la production proprement dite et les problèmes inhérents au ravitaillement ne sont pas clairs. En juillet 1941, P. Caziot déclare que les deux questions doivent rester distinctes :

  • 41 Bul. de la Commission nat. d’organisation corporative, Paris, juillet 1941, p. 761.

« Le ministre de l’Agriculture est chargé d’assurer la production ; le ministre du Ravitaillement a la mission de la répartir »41.

in, Compagnons, 4.07.1942.

in, Compagnons, août 1943.

33Mais dès son retour au pouvoir en avril 1942, P. Laval nomme M. Le Roy Ladurie ministre secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement. En fait, pendant toute l’Occupation le Gouvernement hésitera entre les deux solutions mais donnera l’avantage aux partisans d’une centralisation renforcée dans les mains du même ministère.

34L’État français prend des mesures propres à inciter la production dans des secteurs spécifiques. Il établit, entre autres, un nouveau régime forestier ; le même mois, la loi des jardins ouvriers annonce la mise en culture des terrains urbains disponibles. Il fait diversifier la production viticole du Midi, instaure les contrats de culture qui doivent garantir les prix. La production du pain et de la viande est prioritaire. Toutes ces mesures n’empêchent pas le développement croissant du marché noir, l’inflation des prix et la pénurie alimentaire dans les villes.

in, Compagnons, 24.05.1941.

35Les discours officiels sur le Retour à la Terre s’accompagnent d’une incitation à quitter l’usine pour retourner à l’atelier. L’État français inscrit dans son programme de Révolution nationale, la valorisation de l’artisanat.

Ouvrier, Manufacture des Gobelins, in, Métiers de France, août 1943.

  • 42 BOSSAVY L. – in, Métiers de France, Paris, 01.11.1941, p. 4.

« Dans ce pays aux ressources si nobles que celles qui animent notre Patrie, il serait inadmissible que seuls quelques détenteurs de la puissance industrielle s’attellent à l’œuvre de restauration nationale et négligent le concours (ou l’étouffent en l’étreignant trop fort) de tous ceux qui ont forgé leur vie, leurs habitudes à l’école du Travail »42.

36La volonté de rénover et de réorganiser les professions artisanales se concrétise par les textes législatifs qui jettent les bases d’une organisation corporative. La loi du 16 Août 1940 institue un groupement provisoire des professions selon leurs secteurs de production. Elle est mal reçue par les artisans qui lui reprochent une représentation insuffisante dans les comités directeurs. Pour pallier cet état de fait, l’État français crée les Groupes artisanaux professionnels. En 1941, les confédérations artisanales sont dissoutes et une politique de regroupement des artisans amorcée. Un Service de l’artisanat est créé auprès du ministère de la Production industrielle sous la direction de P. Loyer. La Charte du Travail, proclamée le 26 octobre 1941 en vue de restructurer la production industrielle prévoit l’intégration de l’artisanat au sein des confédérations syndicales ouvrières et patronales, ainsi que son organisation dans un cadre corporatiste.

  • 43 L’État français choisit la date symbolique de la Saint-Louis.

37Le 24 août 1943, la nouvelle Charte des métiers sort enfin43. Elle se rattache par deux dispositions à celle d’octobre 1941, puisqu’elle prévoit leur intégration dans les syndicats professionnels et leur organisation en corporations. Elle institue un brevet de maîtrise. Sa création entraîne une redéfinition du statut de l’artisan et de son entreprise : ne sont dès lors reconnus maître-artisans que les titulaires de ce brevet. Ce diplôme leur donne la possibilité de créer et de diriger une entreprise à caractère familial. Les professions dotées de ce brevet pourront se constituer en corporations. La loi précise leur organisation pyramidale, hiérarchisée ; elles doivent se composer de communautés de métiers à l’échelle départementale, de conseils corporatifs régionaux et d’un conseil national. Elles restent les seules associations officiellement reconnues et bénéficient des prestations économiques offertes par la Charte du 16 août 1940. Les communautés de métiers réunissent tous les artisans (maîtres, compagnons et apprentis) appartenant au même métier, dans une même circonscription (généralement le département). Elles sont chargées :

  • d’assurer leur représentation,

  • de veiller aux intérêts de leurs membres, et d’assurer l’exécution des décisions des organismes professionnels supérieurs auxquels elles se rattachent,

  • de veiller à la formation professionnelle, de contrôler les certificats ou brevets,

  • de gérer les différents, individuels et collectifs,

  • d’améliorer la qualité des fabrications, par la surveillance des labels,

  • de mettre à la disposition de leurs membres tous moyens de perfectionnement technique et pratique.

38Dirigée par un syndic, chaque communauté de métier comprend une section syndicale de maîtres et une section syndicale de compagnons qui n’ont qu’un rôle réduit. Les syndics peuvent prendre la plupart des décisions sans consulter préalablement le bureau de la communauté. Cette loi restructure les Chambres des métiers. Tous les artisans d’un même département sont regroupés au sein d’une Chambre, composée de représentants des communautés de métiers et des GAP, dans la proportion des deux tiers d’artisans maîtres et d’un tiers de compagnons. Leurs présidents, impartis de pouvoirs très importants deviennent les agents directs du Secrétariat d’état chargé du Service de l’artisanat qui peut accepter ou refuser les propositions faites à la base. Cette nouvelle loi constitue une arme efficace pour le Gouvernement.

  • 44 FAURE C. – 1984.

39Parallèlement, dès l’automne 1940, le maréchal Pétain accepte la proposition de J. Bernard, ancien artiste-peintre, compagnon tailleur de pierre de fraîche date, d’organiser le compagnonnage au sein d’une nouvelle structure : l’Association ouvrière des compagnons du Tour de France. Bien qu’elle se déclare représentative de l’ensemble des tendances, cet organisme donne la primauté aux anciens compagnons du Saint Devoir de Dieu. Les compagnons du Devoir de Liberté et de l’Union compagnonnique restent en majorité à l’écart de cette restructuration qu’ils perçoivent comme une déviation de l’esprit et de la tradition compagnonniques. Cette rénovation est sanctifiée par l’État français puisque le 1er mai 1941, journée symbolique de la classe ouvrière, transformée par Vichy en une fête du travail et de la paix sociale, le maréchal Pétain accorde une charte aux compagnons du Devoir du Tour de France44. Des expositions sont planifiées ; pour la seule année 1942, plus de 6 000 exposants attirent près d’un million de visiteurs. Ces manifestations ont lieu aux quatre coins de la France. Lyon regroupe la sélection nationale de la zone Sud tandis que Paris réunit celle de la zone Nord, au Musée des Arts décoratifs. La politique artisanale visée par le Gouvernement nécessite la mise en place d’organismes culturels. Ils sont tous significatifs d’une volonté d’établir une société corporatiste, éduquée et mise en condition. La tâche première consiste à recenser la production artisanale existante et c’est l’œuvre des chantiers 1810 et 909 du Musée national des ATP. Le savoir traditionnel pour se perpétuer officiellement est confié en novembre 1941 à une École des hautes études artisanales, première de ce type en France. Elle est intégrée à l’Institut d’études corporatives et sociales, fondé lui aussi sous le patronage du maréchal Pétain. Elle doit former le personnel administratif et préparer les futures autorités des métiers artisanaux. Au côté de cette structure pédagogique, le Service de l’artisanat réalise un catalogue-type de bibliothèque destiné aux diverses Chambres des métiers, qui comprend :

  • des études juridiques, historiques, sociales, doctrinales sur l’artisanat,

  • une série d’ouvrages sur les techniques de métiers,

  • une sélection importante de volumes d’histoire de l’art,

  • une sélection littéraire groupant des grands classiques français.

40Il lance par ailleurs en octobre 1941 une nouvelle revue Métiers de France destinée à :

  • 45 LOYER P. – Métiers de France, Paris, 1.11.1941, p. 7 ; Rivière G.-H., Loyer P. et Janneau G. consti (...)

« Diffuser dans les milieux de l’artisanat les principes de la Révolution nationale, à faire comprendre aux maîtres, aux compagnons et aux apprentis la grandeur de leur métier »45.

Des discours mythiques

  • 46 BARRAL P.– 1968, p. 256.

41L’idéologique prime sur l’économique. "On attendait des campagnes une rénovation éthique et politique"46. La paysannerie et l’artisanat, pivots de l’ordre social, constituent l’objet central du discours pétainiste. Milieux sociaux en crise, ne constituant qu’une part réduite de l’économie nationale, ils vont être placés au premier plan de la scène politique. C’est sur ce décalage que le régime de Vichy érige le mythe du retour à la terre ou à l’atelier. L’imaginaire collectif permet de transférer sur le plan symbolique les pulsions que nos sociétés modernes ne peuvent pas canaliser. Le discours pétainiste sur la paysannerie et l’artisanat participe d’un type de procédure cathartique.

42Paysannerie et artisanat sont étroitement associés à la notion de communauté. La famille, unité organique "naturelle", défendue pour ses vertus pratiques et économiques dans le cadre de l’exploitation ou de l’atelier familial, pour ses valeurs morales et sociales, constitue la cellule de base de la nouvelle société. Le petit domaine paysan doit être consolidé, développé, car...

  • 47 PETAIN Ph. – "Message du 11.10.1940".

« C’est l’agriculture familiale qui constitue la principale base économique et sociale de la France »47.

43L’idéologie vichyssoise réactualise les théories préconisées par Le Play au milieu du XIXe siècle : une famille où l’héritage passe au plus digne de perpétuer la lignée, et constitue le fondement de l’armature sociale. Ce sont également les idées de la Tour du Pin qui proposait un retour au droit d’aînesse assorti d’un remembrement destiné à la constitution de propriétés familiales viables. La cohésion familiale favorise le maintien des valeurs morales chrétiennes qui vont de pair avec l’amour de la terre, de la patrie, le maintien de la race et des traditions. La femme, vestale chargée d’entretenir la flamme du foyer, assure le maintien des valeurs traditionnelles ; elle incarne la mère, réceptacle de la fécondité dont dépend la solidité du foyer. Alimentant la politique nataliste, la famille rurale est étroitement liée à l’idée de nationalisme, puisqu’on associe la défaite à la baisse de natalité inscrite elle-même dans le recul général des campagnes. L’image de la maison souvent employée pour désigner la France n’est pas sans évoquer, par opposition nécessaire, la figure patriarcale du maréchal Pétain dans les médias. Le rêve des agrariens n’est-il pas de voir dans les paysans, une naïveté naturelle qui les tient distants de toute prise de conscience ? En contribuant au développement du mythe de la famille rurale, mythe de la stabilité, de l’unité, de la perpétuation de ses traditions, l’État la charge d’une part symbolique que l’on peut relier à l’image que la France vichyssoise cherche à donner d’elle-même. Berceau de la procréation et de l’éducation, module de base de la transmission de la culture et de l’ordre social, symbole de la solidarité entre ses membres et de l’unité du patrimoine immobilier, la famille paysanne et artisanale incarne l’image miniaturisée d’une nation française agricole, nataliste, patriarcale, hiérarchisée, stable, chrétienne et unie derrière son chef.

44À une plus petite échelle, le village devient lieu de sociabilité privilégié, modèle de vie collective et fraternelle. L’idéal d’autarcie autour du terroir, est opposé à la ville qui favorise l’individualisme et ne peut se suffire à elle-même.

  • 48 POURRAT H. – L’Homme à la bêche, histoire du paysan, Paris, Flammarion édit., 1940, 285 p., p. 104.

« Se passer de la cité de tout son cœur, le village, voilà leur chez eux. Chacun chez soi, chacun ayant son quant-à-soi, mais formant à tous communauté encore »48.

  • 49 BARRAL P. – 1966.

45Les journaux, revues, émissions radiophoniques, documentaires cinématographiques multiplient les reportages sur les artisans qui travaillent avec des matériaux le plus souvent locaux, à l’intention d’une clientèle locale, dont on montre combien ils en épousent les goûts, les habitudes jusqu’aux préjugés mêmes. L’artisan rural, instrument de la civilisation paysanne prolonge la vie de l’objet que la guerre ne permet plus de remplacer. Le paysan capable d’autosubsistance offre, dans le domaine essentiel de l’alimentation, l’exemple de l’autarcie nécessaire. Elle est le remède à l’angoisse des sociétés dévorées par le crédit ou les échanges commerciaux, responsables aux yeux des agrariens, des fluctuations économiques qui affectaient les nations modernes. P. Barral a montré la dimension affective et symbolique rattachée au terme même de "paysan" comme "homme du pays" dans l’idéologie agrarienne qui se développa pendant l’entre-deux-guerres, mettant ainsi fin à l’utilisation péjorative et méprisante qui lui était assignée jusque-là49. Le terme agriculteur peu usité pendant cette période signifiait "exploitation" et non faire-valoir. Le vocable "paysan" est définitivement consacré lorsque son syndicat corporatiste prend l’appellation de Corporation paysanne.

  • 50 LEVY B.H. – 1981, p. 123.

46Symbole mythique d’un regroupement "naturel des hommes" la terre devient l’expression d’un monde clos fermé à la différence. L’enracinement dans le terroir, la région ou la nation s’associe à une exaltation de la "race paysanne" dont les vertus sont héritées du passé. Ce courant d’idée répandu dans la droite traditionaliste accorde à la paysannerie des vertus multiples. Des auteurs comme Gobineau, Nietzsche, Bergson ou Barrès ont eu sans aucun doute une influence déterminante, depuis les années vingt la notion de race a évolué et pris un poids philosophique et culturel. Mais en 1940, la race est identifiée à nouveau à la patrie, à son peuple et à son génie. L’identité nationale trouve son origine dans la terre. Les hommes ne peuvent échapper à l’influence du sol, le peuple de France y puise sa force, les paysans constituent une race privilégiée et qui se pérennise. Les tombes authentifient l’origine et l’implantation de la lignée. La terre et les cimetières gardent les fondements de la race. B.-H. Lévy a parlé d’un "racisme des racines"50, d’une race entendue aux sens de souche et de tradition, voire de mémoire. L’antisémitisme prend statut de mythe. Ces positions doivent davantage être interprétées comme le reflet d’un conformisme culturel et xénophobe que comme une apologie de la race telle que l’Allemagne nazie ou les fascistes français la proclament.

  • 51 POURRAT H. – op. cit., p. 111.

« On est paysan de race, de nature, on ne devient pas paysan ; c’est même le seul état qu’on ne puisse prendre, il faut être né à la paysannerie »51.

47Ce point de vue présenté comme axiome conduit de nombreux chantres du retour à la terre à expliquer la condition citadine des juifs par le fait racial. Louis Salleron, théoricien du corporatisme agricole, écrit ainsi :

  • 52 SALLERON L. – La Terre et le Travail, Paris, Plon, 1941, 187 p., p. 5.

« Il est intéressant de noter que Ricardo et Marx sont, l’un et l’autre, juifs. Ce fait explique certainement, en partie, leur mépris de la terre - mépris qu’ils légueront à leur héritiers libéraux et communistes »52.

48L’écrivain regionaliste H. Pourrat se fait l’écho de ce racisme culturel.

  • 53 POURRAT H. – op. cit., op. 223-224 ; l’étude des manuscrits de L’homme à la bêche, montre que l’aut (...)

« D’un côté le paysan, l’homme de l’instinct : c’est-à-dire, pour Darre, le peuple germanique, de tous les grands peuples le plus profondément lié à la nature, de l’autre le banquier, l’homme de calcul, issu du peuple hébreu, peuple de citadins qui ne s’attache jamais à la terre même quand il habite la campagne. Oui le juif, le comble de l’intellectuel, de par sa race toujours à fond contre le paysan, et s’opposant à lui de tout son être, l’Allemand, le comble de l’homme naturel, et qui vit dans un rapport très particulier avec Dieu et le monde... Ainsi le national-socialisme possède sa philosophie paysanne »53.

  • 54 RICHARD L. – 1970, p. 146.

49Malgré certaines réticences l’écrivain à succès, couronné par le Goncourt en 1941, cautionne l’antisémitisme officiel puisqu’il accepte de publier ce texte mutilé, épuré de tout sens critique, ce qui déforme en partie sa pensée. En France, comme en Allemagne nazie, le pouvoir prône une littérature fidèle aux "valeurs éternelles" du peuple débarrassée de l’intellectualisme dégradant" (à la source duquel était l’élément "juif" et "marxiste") et qui prétend retourner à la "langue primitive des paysans"54. Aux côtés du "racisme des racines", l’État français et les partis collaborateurs développent une idée de la race paysanne qui ressemble fort à l’antisémitisme nazi.

  • 55 Retour à la Terre, Paris, Edit, de l’Europe Future, s.d., 30 p., p. 9.

« Il est évident qu’une race de tendance et d’esprit essentiellement nomades comme la race juive est, par définition, incapable de concevoir que l’attachement à la terre, et l’organisation économique fondée sur une vie agricole solide, constituent la base de la vie des autres races. La politique agricole du gouvernement national-socialiste est une réaction contre le libéralisme capitaliste, doctrine de l’égoïsme destructeur, et contre le nomadisme juif facteur de dégénérescence nationale et raciale »55.

50Les juifs sont revêtus à nouveau de la traditionnelle malédiction. Du pillage à l’usure, ils sont les ennemis jurés des paysans.

51L’ensemble de ces symboliques communautaires s’accompagne d’un système sémiologique second, la paix sociale, qui apparaît comme le mobile essentiel à la profération du mythe. L’association des deux termes paysannerie et famille, conforte le nouveau régime. Le trinôme Travail – Famille – Patrie en fait un des piliers de l’ordre social. La paysannerie se charge d’une dimension idéologique large. Elle incarne un "ordre naturel", un ordre social et moral, un ordre du ménage, par opposition à la société citadine qui favorise l’individualisme, le désordre, la licence, les divorces, la contestation sociale. Le mythe de l’unité paysanne et artisanale, que l’on oppose au mythe parallèle de l’unité ouvrière ou de la conscience de classe divulgué par les milieux de gauche pendant le Front populaire, alimente mais surtout normalise et cautionne la société hautement hiérarchisée que l’État français cherche à développer. Cette "unité", nécessaire pour mettre en place l’organisation corporatiste, substitue aux principes de luttes des classes, le principe de collaboration de classe. Cette dimension d’un groupe social homogène, exsangue de toutes disparités socio-économiques est entretenue par l’emploi, presque systémique, du singulier dans la nomination des paysans. On constate l’utilisation de cette forme dans le titre de certains ouvrages : Le Paysan français, L’Homme à la bêche, Le Paysan français à travers la littérature... et dans la plupart des discours politiques :

  • 56 PETAIN Ph.– "Discours aux savoyards", 22.09.1941.

« De ces miracles, chaque jour renouvelés, est sortie la France, nation laborieuse, économe, attachée à la liberté. C’est le paysan qui l’a forgée par son héroïque patience. C’est lui qui assure son équilibre économique et spirituel »56.

52L’atelier artisanal, "communauté de métiers" est lui aussi étroitement associé à la notion de paix sociale. L’harmonie qui y règne s’oppose aux luttes de l’usine, propres au monde industriel et urbain.

  • 57 COUSTENOBLE A. – in, Artistes et Artisans, 1942, op. cit., pp. 11-20, pp. 13-14.

« Le compagnon s’incline respectueux et souvent admiratif. Il n’a pas sous les yeux un patron, un monsieur qui commande, mais un travailleur rivé à la tâche aux mêmes heures que lui, souvent même avant et après son départ »57.

53L’idéologie de paix sociale n’est pas nouvelle dans les organisations artisanales. Déjà avant-guerre, elle était prônée par, entre autres, le Comité d’entente et d’action artisanale de France (CEAA), fondé en 1933, dont le programme substitue à la notion de classe, celle de métier, et au découpage social horizontal, une division verticale en secteurs économiques : agriculture, commerce, industrie, artisanat. Les vœux du CEAA, qui réclamait une réorganisation de l’économie sur la base corporative et proposait l’artisanat comme première étape de cette voie se réalisent. C’est en effet dans les mêmes termes que le maréchal Pétain s’adresse aux artisans de France le 1er mai 1942 :

« Mais l’artisanat est aussi un des plus solides soutiens de la paix sociale. Il n’y a pas de lutte de classe possible dans l’atelier artisanal. Le maître, le compagnon, l’apprenti travaillent au même établi, avec les mêmes outils. Tous ensembles ils transforment la matière en un produit beau et bienfait.
Unis dans le travail, ils le restent dans la vie sociale ».

54La Charte du travail se termine sur ces mots :

« La paix sociale est le but suprême ».

  • 58 MURAT A., Étude sur le statut de l’artisanat, Vichy, centre de doc. artisanale édit., s.d., 40 p., (...)

55Assise des futures corporations, elle entend concilier les nécessités des entreprises artisanales avec l’unité de la profession. La loi du 24 août 1943 officialise ce courant, puisqu’elle est destinée à "créer un ordre dont la tranquillité assurera la paix sociale »58.

56Pour mieux asseoir son discours sur le paysan et l’artisan, et, du même coup sur la dialectique sociale des forces de production qui leur est associée, le régime de Vichy recourt à un processus mémoriel qui lui permet d’occulter toute contingence.

  • 59 DORGERES H. – Révolution paysanne, Paris, coll. Terre de France, 1943, 128 p, p. 123.

57La France de Vichy est hantée par l’idée de retour. On parle de refaire, de rénover, de rétablir, de retrouver, de restaurer le passé pourvu de toutes les vertus sociales et morales. Le folklore est la valeur refuge. La volonté de redonner vie aux traditions "d’autrefois” conduit à évacuer la dimension chronologique et historique de la culture populaire. L’affirmation de l’immuabilité de l’histoire rurale légitime l’État français dans sa politique. L’enracinement dans le passé s’accompagne d’une identification de son chef le maréchal Pétain à ce peuple que l’on veut paysan. H. Dorgères, chargé de la propagande paysanne du Maréchal, aime utiliser l’expression de "Maréchal paysan"59 dont les racines cauchoises authentifient l’existence. Les médias exaltent ce trait.

Le nouveau billet de 100 F dessiné par L. Jonas, 1940.

CHIEZE J., Maximilien de Béthune, Duc de Sully 1559-1641, 1941, (Bois gravé à l’occasion de la commémoration officielle du Tricentenaire de la mort de Sully en 1941), Musée Nat. ATP.

  • 60 A.R. Le Figaro, Lyon, 23.12.1941.

« Comme Sully, le Maréchal lui aussi s’honore d’être issu d’une souche paysanne. Rivé à ce sol qu’il a défendu une première fois par les armes, il a entrepris de la sauver par l’ordre et le travail »60.

58Le maréchal Pétain avait abandonné la terre dès son plus jeune âge, mais ses origines en font l’incarnation des vertus attribuées à la paysannerie, vertus chrétiennes de travail et de résignation. Il devient l’héritier spirituel des monarques, décrits comme des "Chefs de Terre" ou "Monarques paysans". La commémoration du tricentenaire de la mort de Sully, en décembre 1941, signe la volonté de créer une nouvelle mémoire collective.

59Les héros célébrés ont cette aura paysanne. Charlemagne présenté sous la troisième République comme le précurseur de Jules Ferry est maintenant chef de grand domaine. Quant à Jeanne d’Arc, héroïne républicaine symbolisant les valeurs guerrières du "poilu" paysan de 1914, elle prend les traits d’une paysanne laborieuse, acharnée à l’ouvrage. La paysannerie, dans son ensemble, est la figure de proue du Panthéon pétainiste.

  • 61 DARLAN F. – in, L’Effort paysan, 16.04.1942.

« Lorsqu’un jour vos descendants questionneront les historiens pour savoir qui sauva la terre de France pendant la grande tourmente, il faut que l’histoire puisse répondre ; le Maréchal et ses paysans »61.

60Le discours sur l’artisanat est calqué sur celui de la paysannerie. La valeur héréditaire contenue dans la tradition des savoirs et techniques justifie leur noblesse. Là aussi, le recours à l’âge d’or de l’artisanat, contribue à mythifier la société. Le Moyen Age qui vit apparaître les corporations est magnifié.

  • 62 L’Express de l’Est, 27.07.1942.

« Au Moyen Age et, plus près de nous, jusqu’à la Révolution Française, on ne connaissait rien d’autre, dans le monde du travail, que les Corporations qui réunissaient dans leur sein tous les patrons, artisans et ouvriers d’une même profession, pour le plus grand bien de la paix sociale »62.

61Passé idéal, idéalisé, le système féodal est réhabilité en tant que société élaborée autour d’un consensus social, modèle pour toute civilisation paysanne, passée ou à venir. Les anciennes corporations sont évoquées dans la nouvelle revue Métiers de France, par la reprise d’une iconographie médiévale. La présence de ces documents, fournis par la Bibliothèque nationale ou le Musée national des ATP, ne se justifie pas uniquement par un souci esthétique mais authentifie la tradition.

  • 63 in CHARLES J.J., Métiers de France, Paris, 01.12.1941.

62Ainsi, dans un article consacré aux charpentiers et sabotiers, une photographie montrant le maniement de la cognée à blanchir jouxte une miniature extraite des Paraboles de Maistre Alain en François, de 1492. Le jeu de superposition accentue l’idée de pérennité63. L’objet artisanal lui aussi signe excentrique dans le temps, en permet l’élision pour n’en conserver que sa valeur signifiante de tradition.

in, Compagnons, 25.01.1941.

  • 64 BAUDRILLARD J. – 1968.

63Les chefs d’œuvre compagnonniques offerts aux regards lors des expositions artisanales apparaissent comme la caricature de ce type d’objets que Baudrillard a pu qualifier de mythologiques64. Sans fonction, ils ont une charge sémantique profonde. Un chroniqueur de Compagnonnage en parle dans ces termes, à l’occasion de la Foire de Lyon de 1941.

  • 65 Compagnonnage, Couzon-au-Mont d’Or, 7 au 22.10.1941.

« Cette description (...), ainsi que l’illustration ci-contre, feront comprendre au lecteur de quel admirable travail nos pères étaient capables. Mais ce qu’ils ne pourront voir, comme nous qui avons tenu dans nos mains l’inestimable pièce luisante d’une couche de graisse protectrice, c’est le fini extraordinaire et la perfection de l’exécution, menée à bien avec des outils primitifs, et toute entière taillée par une maîtresse main »65.

  • 66 MILLER G. 1973, p. 137.

64Paysans et artisans sont présentés comme vivant dans une symbiose totale avec la nature. Leurs travaux, leurs fêtes, leurs amours sont rythmés par elle. Pour reprendre l’expression de G. Miller "en 1940 ; la nature est pétainiste"66. Le paysan est assimilé à cette nature, il redevient végétal et minéral. Le discours sur la matière, permet au mythe vichyssois de s’alimenter et de se libérer de ses contingences. La terre, le bois, le fer ou la pierre sont chargés d’un potentiel affectif et moral. "Naturels" ils sont opposés aux matériaux artificiels.

  • 67 Compagnonnage, Lyon, juin 1942, pp. 3-5.

« La pierre est un des nobles matériaux (...). La pierre a gardé fidèlement les images reçues de la main de l’homme. Elle n’a jamais trahi la conception des bâtisseurs qui ont créé, par elle, dans l’Espace, d’audacieux volumes. En général, quand on ne la dépayse pas, elle prend bien son âge. (...)
Le retour à la pierre s’impose, comme le retour à la terre »67.

65Les hiérarchies sociales et raciales ne sont que des truismes puisque inscrites dans l’ordre d’une nature inaltérable. L’artisan et le paysan sont non seulement façonnés par la nature, mais chargés d’une mission divine.

  • 68 GLEIZES A. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« Le métier manuel (...) est l’activité même qui rapproche l’homme du créateur ; c’est par lui qu’il est vraiment l’image de ce dernier. Car Dieu agit, travaille, est l’artisan de sa création »68.

66On espère que le maréchal Pétain renouera avec les valeurs religieuses, recréera une sorte d’Eden perdu, et mettra fin à cette civilisation décadente qui entraîne la mort du paysan. La nouvelle société sera une revanche sur la Révolution française et sur la troisième République sans dieu. En jetant les bases d’une métaphysique terrienne, Vichy se raccroche au symbolisme agreste du Christ bon pasteur et du jardin terrestre : le retour à la terre est inscrit dans le destin de l’homme depuis la Genèse puisque le paysan a pour mission d’entretenir et de parachever cette création. Le travail retrouve son acception biblique, de moyen de salut. Il s’intègre à l’idée de "Restauration nationale" qui invite les Français à faire pénitence et à se sauver dans l’effort et l’austérité, et recourt à la mythologie païenne dans sa symbolique de la fécondité, liée elle aussi à la notion de renaissance.

  • 69 PETAIN Ph. – Déclaration du 22.08.1940 à la presse américaine.

« La France de demain sera à la fois très nouvelle et très ancienne. Elle redeviendra ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, une nation essentiellement agricole. Comme le géant de la fable, elle retrouvera toutes ses forces en reprenant contact avec la terre »69.

  • 70 SARTRE J.P. 1948, p. 14.

67Ce discours repose sur une vision manichéenne du monde. Il oppose un espace rural synonyme d’équilibre "naturel" à un espace urbain en crise et contre nature, l’harmonie rurale à l’anomie urbaine. Omniprésent dans toute la propagande orchestrée par le Gouvernement, il est largement médiatisé sous des aspects plus subtils tels que la littérature ou la peinture. Pendant les "années noires", l’écrivain avait le sentiment d’exercer le rôle de directeur de conscience, et le poète s’était parfois senti la voix d’un prophète ; le public, semble-t-il, attendait de l’écrivain beaucoup plus que la "littérature : une morale, une politique, une philosophie"70. Les peintres, eux aussi, vont être sollicités. La création en 1941 du Salon de la paysannerie est à cet égard significative. Ce processus d’esthétisation gagne même l’appréhension scientifique.

  • 71 Jean GIONO qui déjà en 1931 dans son livre Le Grand Troupeau demandait aux paysans de refuser la gu (...)

68L’étude sémiologique permet de percevoir combien la valorisation de ces deux modes de vie est pour Vichy un moyen d’imposer son idéologie de paix sociale. En procédant au travestissement de la notion de tradition, réduite à une forme statique et immuable, sans dynamique sociale ni dialectique historique, l’État français abolit la temporalité et surtout occulte sa contingence historique. Paysannerie et artisanat deviennent le support concret du concept de stabilité. Le discours pétainiste peut dès lors être entendu comme un processus de compensation. Il fait oublier aux Français les mesures autoritaires et centralisatrices que le Gouvernement prend en matière de politique agricole et artisanale, et qui vont à l’encontre des revendications de la base et des déclarations officielles. Il légitime aussi l’attitude de soumission face à l’Allemagne nazie. Le pacifisme paysan, persécuté avant-guerre71 trouve enfin sa place dans la paix, ou "stabilité" pétainiste qui se nourrit de défaitisme et de résignation devant l’occupant.

POUR UNE ARCHITECTURE DE TRADITION

  • 72 LE COUEDIC D. – 1985.
  • 73 BIDART P. – 1985.

69Quel art, plus que l’architecture signe les pouvoirs ? L’idéologie nazie de l’Allemagne, fasciste de l’Italie, avaient montré l’exemple dans les décennies précédentes. Leurs réalisations en témoignent. La Révolution nationale qui prétend redresser le pays par une remise en cause des structures "amorales, fragiles et malsaines", qui avaient conduit à la défaite, profite de la déstabilisation pour mettre en place une politique architecturale et urbaine en réaction contre l’architecture moderniste et internationaliste qui caractérise l’entre-deux-guerres. Elle subissait en France, depuis la crise des années trente, les vives attaques de la frange traditionaliste de la profession. La politique de l’État français que l’on pourrait qualifié d’anachronique, fait la part belle à un courant architectural déjà ancien. En effet, avec l’essor de la civilisation industrielle se met en place une réflexion sur l’habitat, étroitement liée à des considérations philosophiques et politiques. Au XVIII0 siècle en Angleterre, des architectes comme J. Nash et J. Wyatville voulurent intégrer l’architecture dans un paysage présenté comme immuable puisque symbole de l’aristocratie foncière. Plus tard, J. Ruskin et Th. Carlyle renouent avec un Moyen Age mythique. Plus théoricien, W. Morris s’éloigne de ce "médiévisme" pour lui substituer une paysannerie idéalisée, symbole d’un socialisme primitif. Ce mouvement du "domestic revival" ou "vernacular revival" (renouveau vernaculaire), qui proposait la maison paysanne comme modèle, gagna progressivement depuis l’Angleterre, la Belgique, la Hollande, la France et l’Allemagne. Déjà à cette époque, la maison rurale traditionnelle était pensée non seulement comme un témoignage du passé, mais surtout comme le signe matériel d’une société dont on cherchait à rétablir les rapports sociaux "harmonieux" : "La forme, alors, n’est plus le simple habit de la fonction, une garniture ultérieure et inconséquente : au contraire, elle précède parfois la fonction devenue seulement prétexte"72. Ce mouvement eut en France des répercussions importantes. D. Le Couedic en a trouvé la trace chez de nombreux architectes bretons qui légitiment la culture promue par les régionalistes marqués par un fort conservatisme. P. Bidard a constaté le même processus dans le pays basque à la fin du XIXe siècle73.

70Toutes les questions qui avaient été débattues depuis la fin du XIXe siècle sur l’opportunité du modernisme ou du pastiche prennent sous Vichy, une dimension dramatique. Les principaux acteurs sont absents, ceux en tout cas qui préconisaient l’architecture dite "internationale" puisque l’ère industrielle avait élargi l’espace et exigé une nouvelle approche de l’habitat. L’État, après avoir neutralisé la corporation des hommes de l’art, impose sa politique de reconstruction définie par les adjectifs "national" et "français", où les idéologies régionaliste et agrarienne trouvent leur place.

Idéologie de la reconstruction

71Le patrimoine immobilier de Bretagne, Normandie, Nord, Nord-Pas-de-Calais, Ile-de-France, Val-de-Loire, Lorraine... est fortement endommagé après la défaite de 1940. Neuf départements sont particulièrement touchés : la Somme, le Nord, le Pas-de-Calais, l’Aisne, l’Oise, les Ardennes, la Marne, la Seine-inférieure, et la Meurthe-et-Moselle comptent chacun plus de 10 000 immeubles sinistrés au 22 juin 1940. Pour ne citer qu’un exemple, dans le département de l’Aisne, en Ile-de-France, environ 2 000 immeubles sont complètement détruits et plus de 12 000 endommagés ; 58 autres départements de l’Ouest, du Centre et du Sud-Est accusent également de nombreuses destructions :

  • d’entre eux, de 3 000 à 10 000 immeubles sinistrés.

  • 13 entre 1 000 et 3 000.

    • 74 cf. KOPP A., BOUCHER F. et PAULY D„ 1982, p. 38.

    36 moins de 1 00074.

  • 75 Deux amendements du 12.07.1941, et du 7.10.1942, complètent la loi. Le Commissariat comprend un ser (...)

72En 1940, le volume global des destructions est déjà supérieur à celui atteint à l’issue de la première guerre mondiale. Devant l’ampleur des dégâts, le Gouvernement de Vichy institue par la loi du 11 décembre 1940, un Commissariat à la reconstruction immobilière, assisté d’un Comité national de la reconstruction75. Cet organisme exerce tous les pouvoirs, attribués jusqu’alors aux représentants de l’État, des départements et des communes, dans les communes sinistrées.

73Dans les milieux d’architecture, le régionalisme est mis à la mode. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte : la conjoncture a éloigné les jeunes architectes, les premiers sites à reconstruire sont historiques (Beauvais, Amiens...) les traditionalistes ont le champ libre. Les problèmes fondamentaux de style : recours au pastiche, fidélité aux constantes locales ou régionales, adaptation aux nouveau matériaux et besoins en matière d’hygiène et de confort... soulèvent parmi les professionnels de l’architecture et les idéologues, artistes ou politiciens, de violents affrontements. Les uns s’élèvent contre le libéralisme qui avait détérioré l’architecture traditionnelle. Ils remettent en cause l’initiative privée et dénoncent les constructions officielles élaborées sous la troisième République.

in, Beaux-Arts, 10.08.1943.

  • 76 CHRISTOFLOUR R. – in, Maisons et Villages de France, Marseille, R. Laffont édit., 1943, pp. 15-42, (...)

« Faut-il ajouter que ce désordre anarchique, que ce dédain des règles les plus élémentaires du bon sens et de la mesure, ne sont pas l’apanage des particuliers, mais qu’ils défigurent tous les monuments publics de la troisième République »76.

74Toutefois, il n’y a pas unanimité autour de la politique architecturale du régime de Vichy. Les maximalistes du régionalisme et du retour à la terre, chantres des archaïsmes, se montrent critiques face aux réalisations ou projets des nouveaux organismes de reconstruction.

  • 77 CHRISTOFLOUR R. – op. cit., p. 21.

« Après l’âge anarchique et "petit bourgeois", celui des maisons standard et de l’architecture rationnelle. En apparence, ils s’opposent et semblent nés pour se combattre. En vérité ils se continuent »77.

75D’autres, à l’opposé, comme M. Roux-Spitz rédacteur en chef de l’Architecture française, n’hésitent pas à sonner l’alarme et à souligner les risques de cette nouvelle politique.

  • 78 L’Architecture française, dont le premier numéro parut en novembre 1940, se présente comme "l’organ (...)

« Il semble que tous ces jeunes architectes ont à ce jour suffisamment fait d’enquêtes provinciales, suffisamment dessiné, croqué, aquarellé, mesuré, relevé et noté. Ce stage leur a été salutaire, mais n’oublions pas qu’ils n’ont, pendant ce temps, réfléchi à aucun des problèmes humains, qui vont se poser devant eux »78.

76D’autres, enfin, cherchent à harmoniser traditionalisme, nouveaux matériaux, et techniques disponibles. Ils proposent d’utiliser les possibilités offertes par la taylorisation pour lancer des "séries régionales" et concilier l’art et le régionalisme avec l’économie moderne.

La victoire des traditionalistes

  • 79 Commissariat technique à la reconstruction, Charte de l’architecte reconstructeur, Paris imp. nat., (...)
  • 80 La loi du 31. 12. 1940 reçoit plusieurs amendements. Le décret du 9.03.1941 institue le Conseil sup (...)
  • 81 FLAVIGNY P. – "Textes relatifs à l’habitat rural" in, Textes de droit familial, paris, ESF édit., s (...)
  • 82 Des lois concernant la protection des sites étaient déjà en vigueur avant-guerre : (lois du 31.12.1 (...)

77Pour promouvoir les traditions architecturales, le Gouvernement et ses partisans usent de mesures coercitives et incitatives. La Charte de l’architecte reconstructeur publiée en 1941, établit officiellement, et sans équivoque, la primauté du régionalisme79. Ce retour aux traditions est bien accueilli par toute une frange de professionnels et particulièrement par les membres du Conseil de l’Ordre des architectes mis en place en décembre 194080. La loi du 21 novembre 1940 sur la restauration de l’habitat rural, destinée à faciliter les travaux d’aménagement et d’amélioration en matière d’hygiène et de confort, laisse entendre que les projets devront tenir compte des styles locaux. Les subventions accordées par les préfets, ne sont délivrées qu’au vue des propositions faites par les commissions chargées de la restauration de l’habitat81. Les partisans du régionalisme essayent de faire établir une codification des constantes locales dans les règlements d’urbanisme, ou d’architecture, par le biais des commissions de propagande régionaliste82. Le plus souvent, elles se limitent à un droit de regard sur les bâtiments officiels, écoles, mairies... C’est le cas en Savoie où, dès 1941, est décidé que tout projet concernant un bâtiment public doit être soumis à une commission restreinte. Après avoir jugé de la conformité ou non du projet à l’esthétique locale, elle l’adopte ou propose des modifications. On note par exemple, le projet élaboré par l’architecte Pantz, d’un Hôtel de Ville de style savoyard à Bourg-Saint-Maurice, où l’ancien Hôtel de Ville de la localité a été en partie détruit lors d’un bombardement aérien le 21 juin 1940.

  • 83 ALEX A. Le Petit Dauphinois, Grenoble, 13-03.1941.

« (...) N’est-il pas très "couleur du bon vieux temps" ce bijou de notre architecture régionale ? Voyez comme les lignes simples, rustiques même du bâtiment, respirent la robustesse, la franche bonhomie de nos maisons savoyardes. Admirez que l’on y ait placé ces arcades, si caractéristiques d’un style qui les a prodiguées dans la plupart de nos agglomérations urbaines : Chambéry, Annecy, Saint-Jean-de-Maurienne, Thônes, etc... Convenez qu’il est des mieux venus, ce beffroi pointant dans l’azur sa coiffe calquée sur les lignes sobres de nos paisibles clochers tarins (,..)83 ».

  • 84 C’est dans le Lot qu’est créée en décembre 1940 la première commission d’architecture en vue de sau (...)
  • 85 L’architecture française, Paris, nov. 1941.

78Dans certains départements, les commissions visent tous les projets de construction, voire même de modification de bâtiment. Ainsi, la préfecture du Lot prend un arrêté en date du 7 juin 1941, qui interdit d’édifier ou de modifier de façon importante toute construction sans avoir au préalable obtenu un permis de bâtir du maire84. L’arrêté et l’instruction qui y est joint obligent tous les maires à subordonner l’autorisation à un avis favorable de la commission qui siège à Cahors. Ces mesures sont en contradiction avec celles générales de planification prises dans le domaine de l’urbanisme et de l’architecture. Pour la première fois en France, une administration est chargée d’une politique nationale d’urbanisme. La Direction de l’urbanisme et de la construction immobilière est animée par A. Prothin et placée sous la tutelle de la Délégation générale à l’équipement national. Le Commissariat à la reconstruction immobilière décide à l’automne 1941 l’ouverture d’un vaste "Concours d’études provinciales". Il comprend deux sections : l’une rurale qui a pour objet la ferme française et la maison de l’ouvrier agricole ; l’autre urbaine, centrée sur les cités provinciales. L’espace régional retenu est la Flandre, la Bretagne, l’Artois, la Picardie, la Normandie, l’Ile-de-France, la Champagne, la Lorraine, et le Val-de-Loire. Les directives mettent l’accent sur la fidélité aux traditions régionales85. Le concours connaît un très gros succès. En Bretagne, 162 projets sont présentés. Dans le Val-de-Loire, on compte 60 concurrents pour l’architecture rurale et 31 pour l’architecture urbaine... La plupart des études répondent aux vœux du Commissariat à la reconstruction. Le Matin en salue la portée régionaliste.

  • 86 ROYER L.C. – in, Le Matin, Paris, 15.07.1942.

« Règlement impératif du concours : le régionalisme doit être observé. Les collaborateurs du Maréchal tiennent à ce que la France conserve – on pourrait dire retrouve – son vrai visage. Les envois qui ont déjà été reçus au Commissariat témoignent que nos architectes – qui n’ont pas moins de goût que nos peintres – ont parfaitement compris. Fermes picardes ou tourangelles, échoppes champenoises et normandes, toutes leurs maquettes ont un parfum de terroir très prononcé »86.

  • 87 CATHALA P. – Prix Sully d’architecture rurale : arrêté rectificatif pour l’année 1944, Paris, minis (...)

79La presse provinciale publie et commente les résultats. Les œuvres sont présentées à l’occasion d’expositions régionales. J. Le Roy Ladurie, ministre secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement institue, par arrêté du 12 août 1942, un prix "Sully" d’architecture rurale doté d’une somme de 25 000 francs. Il s’inscrit avec d’autres (littérature, famille,...) dans le cadre du Tricentenaire de la mort de Sully, précurseur par sa devise "Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France", de la politique de retour à la terre du maréchal Pétain. Les réalisations doivent être en harmonie avec le milieu social et culturel propre aux données folkloriques de la région. G.-H. Rivière, U. Cassan, G. Pison et A. Dauzat font partie du jury87. Le règlement stipule que les concurrents peuvent s’adresser au conservateur du Musée national des ATP ainsi qu’aux musées régionaux, des concours identiques sont organisés au niveau régional et départemental.

L’enquête ethnographique à l’appui de la reconstruction

80Pour asseoir sa politique de reconstruction, le gouvernement lance plusieurs programmes d’études dont une vaste enquête de type ethnographique. Le problème de l’habitat rural est soulevé par le Comité d’études pour la France. Une Commission d’amélioration de la vie paysanne, vise à maintenir les gens à la terre, voire à inverser le processus d’exode rural. Ses conclusions en 1941 prévoient :

81– Une réforme générale de la législation sur la propriété :

  • 88 GOUSSAULT R. – Rapport sur l’habitat rural présenté au Comité d’études pour la France le 27.05.1941 (...)

« Ce nouveau code doit avoir pour base fondamentale La subordination du droit de jouir de la chose possédée, à l’accomplissement des devoirs de chacun, à l’égard de la vie communautaire du petit territoire »88.

82– La mise en place d’un plan sur 10 ans, projet de "colonisation intérieure" qui traduit une volonté de planification et d’aménagement à tous les niveaux du territoire ;

83– La création d’un instrument d’application dans lequel la Corporation nationale paysanne aura un rôle déterminant, et d’une structure dont le rôle sera d’animer et de contrôler l’exécution des lois.

  • 89 RIVIERE G.-H. – "Le logement rural en France", Étude, no 69, 24.06.1943, (A. ATP).

84Au plan national, l’autorité responsable s’appuie sur un Conseil composé de représentants des administrations, de professionnels, et d’usagers. Les problèmes de culture régionale dépendent de spécialistes en arts et traditions populaires. Au niveau régional, cette organisation comprend un centre de documentation avec plusieurs sections : économie, architecture locale, folklore et artisanat. G.-H. Rivière participe aux travaux du Comité d’études pour la France, sur l’habitat rural89.

85Dans la plupart des départements méridionaux, des enquêtes sont réalisées à l’initiative des commissions de propagande régionaliste. Les résultats donnent lieu en accord avec le Génie rural, à des expositions qui servent de base aux projets de construction et d’amélioration de l’habitat rural. L’enquête la plus vaste, lancée par le Musée national des ATP dès le mois de décembre 1940, reprise en 1941 par la structure des chantiers intellectuels, connaît un essor considérable grâce à l’appui de l’État. Il s’agit d’accumuler des données afin de pourvoir le Commissariat à la reconstruction en modèles normatifs. La Charte de l’architecte est d’ailleurs, comme on a pu le voir, fortement influencée par le contenu même de cette enquête ethnologique. L’investigation ne prend pas en compte les bâtiments relevant de l’archéologie ou de l’histoire de l’art, mais les maisons "des petites villes et des villages", c’est ainsi qu’une quarantaine d’enquêteurs, architectes de formation, parcourent les campagnes françaises (Au total 83 départements) afin d’établir des monographies d’architecture rurale traditionnelle.

86La Société des agriculteurs de France (SAF) organise du 13 au 17 juin 1944 à Paris, sous le patronage de la Corporation paysanne, des "Journées d’études de l’habitat rural". Elles sont suivies de rapports sur l’ensemble du cadre matériel, ainsi que sur les problèmes plus généraux d’aménagement des campagnes ; le terme "habitat rural" est pris dans un sens large. Il s’étend à la famille, à la ferme, aux champs et au village. Les travaux réunissent 24 équipes, au total plus de 300 personnes et environ 70 institutions y apportent leur collaboration. Une exposition installée dans les salons de la SAF présente des plans, graphiques, photographies, notices... L’ethnologie et le folklore ne sont pas absents puisque G.-H. Rivière et M. Maget sont invités à y participer. Leur rapport est basé en partie sur les résultats des travaux poursuivis dès avant-guerre par G. Pison, mais surtout sur les apports du Chantier 1425. En vue de ces journées, un questionnaire a été adressé aux trente-six enquêteurs que le chantier compte à ce moment-là. Leur contribution à ce colloque proche de la Libération marque un tournant dans l’approche de l’habitat rural. Après avoir constaté que dans le passé la construction s’était fait en plein accord avec le milieu et les fonctions qui lui étaient liées, en harmonie avec les données techniques, économiques, sociales et spirituelles qui caractérisent le milieu rural, les ethnologues insistent sur son évolution nécessaire et son adaptation aux contraintes contemporaines. Ils s’aperçoivent que la maison traditionnelle n’est plus adaptée aux besoins nouveaux de l’économie rurale et qu’un profond décalage existe entre cet habitat et les fonctions récentes que l’agriculture tend à lui assigner.

  • 90 RIVIERE G.-H. et MAGET M. – in, Journées d’études de l’habitat rural du 13 au 17.06.1944, Sté Indus (...)

« Il n’a plus, comme disent les architectes, concordance harmonieuse du parti et du programme »90.

87Fonctions nouvelles, mais aussi mœurs et mentalités en rupture puisque M. Maget et G.-H. Rivière insistent sur les notions d’hygiène et de confort qui ont trop souvent été négligées. Ils proposent une planification de l’économie agricole qui doit générer une conception différente de l’habitat. Ils veulent préserver certains témoins, parmi les plus caractéristiques, de l’ancienne civilisation paysanne, par une politique de protection et de classement, mais souhaitent l’adaptation d’une grande partie du patrimoine aux nouvelles exigences économiques, fonctionnelles et esthétiques du monde agricole. Leur rapport présente un monde paysan en évolution et soumis à des modifications ou révolutions profondes. À cette date, l’ethnologie n’apparaît donc plus comme le garde-fou de la tradition mais semble au contraire induire une analyse presque exclusivement tournée vers le présent, voire le futur. Ce rapport rédigé, il est important de le rappeler, à la veille de la Libération, marque un changement d’orientation dans les applications que l’enquête ethnographique peut avoir. Il ne s’agit plus de perpétuer mais de montrer au contraire, toujours au nom de la tradition, que des mutations sont nécessaires pour une adéquation aux nouvelles structures économiques et sociales de l’agriculture. Un certain opportunisme règne, le ton n’est plus à la glorification d’une société rurale figée.

  • 91 Le Corbusier consacre un long développement au folklore dans le texte qu’il adresse aux étudiants d (...)

88La période de guerre éclaire le rapport des réalisations architecturales à l’histoire. Dans ces temps critiques s’affrontent les idéologies des professionnels, le traditionalisme et le dirigisme étatique. Les discours qui s’élaborent autour de la reconstruction s’appuient sur l’appareil scientifique que représente le Chantier 1425 ATP, confortés par la réorganisation sur une base corporatiste de la profession des architectes. L’État français impose alors la négation du courant internationaliste qui tendait à créer dans tous les pays des conditions de civilisation et de vie semblables et renonce, par là même, à toute détermination formelle. Le Corbusier voulut amener le régime de Vichy à prendre des mesures administratives et législatives, mais il n’est pas écouté par le gouvernement qui lui préfère le ruralisme de Gaston Bardet91. Le nationalisme qui suinte partout est ici au cœur de la pierre :

  • 92 HOURTICQ L. – La Pierre de France, Paris, 1943.

« Le Français... s’il renonçait à utiliser la pierre de son sol, ne pourrait qu’oublier les qualités fondamentales de son génie ethnique »92.

  • 93 Fermés officiellement en avril 1933, les locaux du Bauhaus sont affectés à une organisation nazie. (...)

89Les Perret, Le Corbusier sont face à un Ordre d’architectes fraîchement créé qui valorise le profession. La position de Vichy est pourtant ambiguë. Sous le couvert de l’organisation de la reconstruction, l’État met en place des structures extrêmement dirigistes et hiérarchisées que les architectes, que leur nouveau statut fait accéder au rang de profession libérale, acceptent. Ils entrent dans l’Ordre, retrouvent des relations traditionnelles avec le pouvoir, en même temps que l’État s’assure de leur appui. Le nazisme avait démantelé l’École du Bauhaus93 ; le fascisme italien et le nazisme allemand avaient combattu le rationalisme architectonique ; le pétainisme refuse le modernisme au profit d’options régionalistes et ruralistes. En des temps plus sereins, l’appareil administratif contraignant mis en place par l’État aurait suscité des revendications. L’habileté du régime a été de substituer les raisons profondes à des prétextes ponctuels (la reconstruction), de laisser la part belle apparemment aux traditionalistes et d’obtenir ainsi un consensus alors qu’il s’agissait de la mise en place, jusque dans ses structures architecturales, de l’idéologie de Révolution nationale qui devait perdurer. En effet, bien que les travaux à proprement parler de construction ou de reconstruction immobilière soient assez peu nombreux pendant l’Occupation, cette période se caractérise par la mise en place d’une infrastructure législative et scientifique importante. Elle est d’autant plus déterminante qu’elle sera reconduite pour l’essentiel après la Libération, que ce soit dans le domaine de la reconstruction et de l’urbanisme où l’ordre des architectes continuera à avoir un rôle majeur, ou dans son appréhension scientifique puisque les travaux actuels sur l’ethnologie de l’habitat sont encore, malgré les nombreuses modifications apportées, tributaires pour une large part, des enquêtes initiales lancées pendant la guerre. Vichy marque donc une double rupture dans l’histoire de l’architecture. Elle correspond à un repli qui fait suite à l’essor des internationalistes de l’entre-deux-guerres, et aura des répercussions jusqu’au début des années cinquante. A l’opposé, elle installe les premiers jalons d’un centralisme urbanistique maintenu jusqu’à aujourd’hui. Elle peut peut-être nous éclairer sur une histoire plus récente du bâti puisque l’architecture vernaculaire connaît depuis les années soixante un renouveau témoignant, lui aussi, d’un processus identique de fascination et de nostalgie qui coïncide avec l’essor de l’idéologie néo-ruraliste.

90Tous les peuples ressentent leur organisation spatiale comme garante de leur identité sociale et culturelle. Elle est fondement de la mémoire. Le gouvernement de Vichy utilise ce rapport de l’homme à l’espace pour opérer une rétraction du champ de perception et de compréhension de la population. Il socialise ainsi l’espace régional et la fonction du paysan et les transforme en modèle. L’architecture rurale traditionnelle devient le signe de l’un et de l’autre.

Notes

1 Les romantiques ont joué un rôle important dans l’éveil de la conscience provinciale, de même que les diverses fractions de l’opposition au Second Empire qui se regroupèrent autour du Programme de Nancy. La Fédération régionaliste de France fut créée en 1900, cf. FLORY T., 1966.

2 Je ne tracerai ici qu’un tableau rapide, cette étude étant traitée par BARRAL P., 1974, et BERGES M„ 1982.

3 PETAIN Ph. in ISORNI J. – Quatre années au pouvoir, Paris, Couronne litt. édit., 1949, 178 p.

4 CHARLES-BRUN J. – in, France 1941, La Révolution constructive un bilan et un programme, Paris, Alsatia édit., 1941, pp. 126-145.

5 ADHEMAR (Comte d’) – in SALVAT J., "émission Radio-Toulouse", Toulouse, 07.05.1941, (A-CO Dos. IX).

6 Le Conseil national créé par la loi du 22 janvier 1941 est composé de sept commissions s’occupant respectivement de "la réorganisation administrative" de "La loi municipale", de "l’étude de la constitution", de "l’information générale", de "l’organisation économique", de "la région parisienne", et des "questions de jeunesse".

7 Bul. de l’Acad. des Sci. et Let. de Montpellier, Montpellier, années 1941-1942, pp. 224-227.

8 Les procès-verbaux des séances de travail sont conservés aux Archives nationales (AG. II 637).

9 BARRAL P.– op. cit. p. 922.

10 PETAIN Ph. – La Doctrine du Maréchal, Service d’information de l’État français édit., s.d., 115 p.

11 Charles-Brun J. (Provence), François-Poncet A. (Dauphiné), Budes de Guébriant (Bretagne), Bardoux (Auvergne), Noël L. (Bourgogne), Caziot (Berry), Fernet (Ile-de-France), Mauriac P. (Guyenne), Surleau (Limousin), Terracher (Alsace), Fourcade (Gascogne), Mistier (Languedoc), Balvin-Champeaux (Normandie).

12 BARRAL P. – op. cit., p. 926.

13 "Loi du 11 août 1941”, Journal Officiel, 12.08.1941.

14 La Haute-Loire, Le Puy, 11.10.1941, p. 1.

15 L’Illustration, Paris, 20.03.1943.

16 Charles-Brun, J., de la Varende J., Lebesque P., Bourgeois C., Le comte de Pressac de la Chèze, Bugat J.M. et Colinon M. constituent l’équipe dirigeante du Mouvement.

17 Journées de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon, (6-7 novembre 1942) Montpellier, imp. Causse, Graille de Castelnau, 1943.

18 RIVAIN J. – Quatrième semaine de synthèse, 31 mai - 5 juin 1943. Les trois déclarations de Roc-Amadour, Paris, Centre français de synthèse édit., 1943, 4 p.

19 RIVAIN J. – Vers un ordre nouveau, par un esprit nouveau, Vichy, Univ. Jeune France édit., s.d., 16 p. ; Rivière G.-H. fait partie de la Commission de contrôle de l’enquête sur "La formation des provinces" lancée par le Centre français de synthèse, cf. L’Unité française, Vichy, avril-juin 1943, p. 128.

20 La Haute-Loire, Le Puy, 27.11.1940.

21 GISCARD D’ESTAING R. – "Projet de délimitation d’une région administrative dans le Massif Central", 03.12.1940, 14 p. ; (A.D. – Haute-Loire 12 W 1143).

22 SURREL – in, La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 01.01.1941.

23 VERSEPUY M. – Rapport no 2, Le Puy, 1941 ; (A.D. – Haute-Loire 12 W 1143).

24 A.D. – Haute-Loire 562 W 184.

25 BARTHES R. – 1957, p. 230.

26 L’utilisation désordonnée du terme "province" est critiquée par J. Charles-Brun, "...la région n’est pas la province et que l’on a tort comme on le fait trop souvent, surtout depuis les déclarations du Maréchal, Chef de l’État, d’employer indifféremment un terme ou l’autre", in, Journée de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon, op. cit., p. 5.

27 RIVAIN J. – in, L’Unité Française, Vichy, juil.-déc. 1943.

28 GAILLARD E. – in, Revue de Savoie, Chambéry, 1er trim. 1941.

29 in, La Petite Gironde, Bordeaux, 26.05.1942.

30 La Haute-Loire, Le Puy, 25.12.1940.

31 CHARLES-BRUN J. – in, École des cadres de Chazeron, 12-14 août 1943, 1943, p. 142.

32 PETAIN Ph. – Discours du 20.04.1941", in, Corrèze, Tulle, sept.-nov. 1942.

33 RIVIERE G.-H. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’artisanat édit., 1942, pp. 33-34, p. 35.

34 FAURE C. – 1988.

35 PETAIN Ph. – "Message du 1.01.1941".

36 GERVAIS M„ JOLLIVET Μ. & TAVERNIER Y. – 1976.

37 BOUSSARD I. – 1984.

38 La loi du 18.12.1942 supprime l’obligation.

39 BOUSSARD I. – 1984, op. cit.

40 Loi du 27.08.1940, Journal Officiel, 30.08.1940.

41 Bul. de la Commission nat. d’organisation corporative, Paris, juillet 1941, p. 761.

42 BOSSAVY L. – in, Métiers de France, Paris, 01.11.1941, p. 4.

43 L’État français choisit la date symbolique de la Saint-Louis.

44 FAURE C. – 1984.

45 LOYER P. – Métiers de France, Paris, 1.11.1941, p. 7 ; Rivière G.-H., Loyer P. et Janneau G. constituent le comité de rédaction de la revue. Cette période est prolixe en matière d’ouvrages sur l’artisanat.

46 BARRAL P.– 1968, p. 256.

47 PETAIN Ph. – "Message du 11.10.1940".

48 POURRAT H. – L’Homme à la bêche, histoire du paysan, Paris, Flammarion édit., 1940, 285 p., p. 104.

49 BARRAL P. – 1966.

50 LEVY B.H. – 1981, p. 123.

51 POURRAT H. – op. cit., p. 111.

52 SALLERON L. – La Terre et le Travail, Paris, Plon, 1941, 187 p., p. 5.

53 POURRAT H. – op. cit., op. 223-224 ; l’étude des manuscrits de L’homme à la bêche, montre que l’auteur reste malgré tout vigilant face au national-socialisme ; la censure enlève l’ensemble de son analyse sur l’État d’Israël et modifie celle sur la politique paysanne de Darré, ministre de l’Agriculture d’Hitler. Ces passages seront repris dans l’édition d’après-guerre.

54 RICHARD L. – 1970, p. 146.

55 Retour à la Terre, Paris, Edit, de l’Europe Future, s.d., 30 p., p. 9.

56 PETAIN Ph.– "Discours aux savoyards", 22.09.1941.

57 COUSTENOBLE A. – in, Artistes et Artisans, 1942, op. cit., pp. 11-20, pp. 13-14.

58 MURAT A., Étude sur le statut de l’artisanat, Vichy, centre de doc. artisanale édit., s.d., 40 p., p. 6.

59 DORGERES H. – Révolution paysanne, Paris, coll. Terre de France, 1943, 128 p, p. 123.

60 A.R. Le Figaro, Lyon, 23.12.1941.

61 DARLAN F. – in, L’Effort paysan, 16.04.1942.

62 L’Express de l’Est, 27.07.1942.

63 in CHARLES J.J., Métiers de France, Paris, 01.12.1941.

64 BAUDRILLARD J. – 1968.

65 Compagnonnage, Couzon-au-Mont d’Or, 7 au 22.10.1941.

66 MILLER G. 1973, p. 137.

67 Compagnonnage, Lyon, juin 1942, pp. 3-5.

68 GLEIZES A. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

69 PETAIN Ph. – Déclaration du 22.08.1940 à la presse américaine.

70 SARTRE J.P. 1948, p. 14.

71 Jean GIONO qui déjà en 1931 dans son livre Le Grand Troupeau demandait aux paysans de refuser la guerre, est emprisonné au début de la guerre pour ses écrits sur le pacifisme paysan.

72 LE COUEDIC D. – 1985.

73 BIDART P. – 1985.

74 cf. KOPP A., BOUCHER F. et PAULY D„ 1982, p. 38.

75 Deux amendements du 12.07.1941, et du 7.10.1942, complètent la loi. Le Commissariat comprend un service central à Paris et des services régionaux dont la zone d’action est le département.

76 CHRISTOFLOUR R. – in, Maisons et Villages de France, Marseille, R. Laffont édit., 1943, pp. 15-42, p. 18-19. De nombreux écrivains ruralistes collaborent à cet ouvrage.

77 CHRISTOFLOUR R. – op. cit., p. 21.

78 L’Architecture française, dont le premier numéro parut en novembre 1940, se présente comme "l’organe de la reconstruction française". ROUX-SPITZ M. – in, Architecture française, Paris, février 1943.

79 Commissariat technique à la reconstruction, Charte de l’architecte reconstructeur, Paris imp. nat., 1941, 27 p. Elle sera remplacée après la Libération, cf. DAUTRY R., Charte de l’architecte, Paris, ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme édit., imp. nat., 1945, 21 p.

80 La loi du 31. 12. 1940 reçoit plusieurs amendements. Le décret du 9.03.1941 institue le Conseil supérieur de l’Ordre et un décret du 24.09.1941 réglemente la profession "en ce qui concerne les Juifs".

81 FLAVIGNY P. – "Textes relatifs à l’habitat rural" in, Textes de droit familial, paris, ESF édit., s.d., 14 p„ (A.N. F. 10 5055).

82 Des lois concernant la protection des sites étaient déjà en vigueur avant-guerre : (lois du 31.12.1913 sur les monuments historiques, et du 02.05.1930 sur les sites). Le gouvernement de Vichy est le premier régime ayant pris réellement conscience de ces problèmes de protection des sites régionaux.

83 ALEX A. Le Petit Dauphinois, Grenoble, 13-03.1941.

84 C’est dans le Lot qu’est créée en décembre 1940 la première commission d’architecture en vue de sauvegarder et d’enrichir le patrimoine architectural régional.

85 L’architecture française, Paris, nov. 1941.

86 ROYER L.C. – in, Le Matin, Paris, 15.07.1942.

87 CATHALA P. – Prix Sully d’architecture rurale : arrêté rectificatif pour l’année 1944, Paris, ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement édit., 1944, 5 p.

88 GOUSSAULT R. – Rapport sur l’habitat rural présenté au Comité d’études pour la France le 27.05.1941, (A.N. F 10 5055), (en majuscules dans le texte).

89 RIVIERE G.-H. – "Le logement rural en France", Étude, no 69, 24.06.1943, (A. ATP).

90 RIVIERE G.-H. et MAGET M. – in, Journées d’études de l’habitat rural du 13 au 17.06.1944, Sté Indust. d’Imp. Levallois, 1944, 9 p., p. 1.

91 Le Corbusier consacre un long développement au folklore dans le texte qu’il adresse aux étudiants des Écoles d’architecture le 17.10.1942. cf Le Corbusier, La Charte d’Athènes, Paris Éditions de Minuit, coll. Points, 1957, 190 p., pp. 167-169.

92 HOURTICQ L. – La Pierre de France, Paris, 1943.

93 Fermés officiellement en avril 1933, les locaux du Bauhaus sont affectés à une organisation nazie. "On en arrive même, selon "la tradition nationale allemande", à rajouter une toiture inclinée qui venait retomber sur les couvertures planes de l’édifice de Gropius. On voulait ainsi effacer jusqu’à la trace de l’abominable "internationalisme" du Bauhaus". cf ARGAN G.C., 1979, p. 49.

Table des illustrations

Légende Plan de division de la France en provinces, établi par le Conseil national, (mai-août 1941), in BARRAL P., 1974.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Les Préfectures régionales (1941-1944) in BARRAL P., 1974.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende La France par régions économiques. A.D. Haute-Loire. a.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende La France éclatée, in Michel H., 1968 b.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits in, La Terre Française, 4.10.1941
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende in, Compagnons, 2.08.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende in, Compagnons, 31.05.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende in, Compagnons, 5.06.1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende in, Compagnons, 25.01.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende in, Compagnons, 17.10.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende in, Compagnons, 2.08.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Brochure de propagande Aux Agriculteurs prisonniers de guerre libérés. Secrétariat général de l’information édit.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende in, Compagnons, 4.07.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende in, Compagnons, août 1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende in, Compagnons, 24.05.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Ouvrier, Manufacture des Gobelins, in, Métiers de France, août 1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Le nouveau billet de 100 F dessiné par L. Jonas, 1940.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende CHIEZE J., Maximilien de Béthune, Duc de Sully 1559-1641, 1941, (Bois gravé à l’occasion de la commémoration officielle du Tricentenaire de la mort de Sully en 1941), Musée Nat. ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende in, Compagnons, 25.01.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende in, Beaux-Arts, 10.08.1943.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15740/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540