Version classiqueVersion mobile

Naissance du journal révolutionnaire

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Conclusion

Texte intégral

1Cette exploration d’un moment original et exceptionnel dans l’histoire de la communication imprimée pourra paraître un peu courte, limitée qu’elle est à l’année 1789 et à la seule presse parisienne. Le panorama aurait certes été plus riche et plus contrasté encore si au massif diversifié des journaux de la capitale on avait adjoint la presse de province et la presse étrangère, si l’on avait pu scruter aussi les années 1790 et 1791 pour étudier l’évolution des journaux de la Révolution et commencer à suivre à travers les mouvements de l’opinion et les luttes politiques les débats sur la liberté de la presse. Mais si la limitation du champ chronologique se trouve déjà justifiée du fait que cette année-là correspond spécifiquement à une première phase de la Révolution, elle se comprend plus encore en méthode puisqu’elle permet de mobiliser avec plus de précision une information plus riche et souvent nouvelle et qu’elle invite à observer les phénomènes d’un regard plus aigu. Au terme de cette tentative les observateurs peuvent cependant prendre un peu de champ pour découvrir une vue d’ensemble sans être toutefois certains que les grandes idées synthétiques soient toujours aussi stimulantes que le détail inédit.

2La Révolution apparaît souvent comme une relation dialectique entre l’ancien et le nouveau, la continuité et la rupture. L’ancien régime de la presse disparaît mais des réflexes, des méthodes se maintiennent. La forme du journal est encore rivée à celle du livre, la diffusion continue à s’appuyer sur le système de l’abonnement et de la souscription. Le travail typographique ne varie pas, il est même moins soigné qu’auparavant du fait de la nécessité de produire plus vite et depuis longtemps déjà le public est friand de pathétique, d’éloquence sensible et de spectacles.

3La nouveauté c’est alors l’irruption massive des quotidiens, l’hégémonie soudaine de l’in-8°, la création des sommaires, un éventail exceptionnel de types, depuis la feuille-brochure et le journal-pamphlet jusqu’au grand format qui voudrait recueillir une information universelle, la tentative quotidienne d’inventer l’actualité, l’apparition d’une presse parlementaire, une transformation et un enrichissement des fonctions du journalisme. Le champ de la révolution est un laboratoire où naissent et s’expérimentent des formes sous l’action de forces nouvelles ou simplement endormies qui se lèvent et se mettent en marche dans les hommes, les groupes, le dispositif de la presse, dans l’écriture et dans le discours. Ce travail ne semble rompre qu’avec le plus proche et va parfois prendre appui sur d’anciens substrats de la culture. C’est le retour vers l’oral : débats d’Assemblées et criée de journaux, lectures publiques à haute voix, écritures traversées d’une éloquence immédiate, périodiques ou la voix s’essouffle à suivre l’événement et où bat le ressac de la rumeur. Retour aussi à la brochure fugitive, à l’occasionnel intempestif comme au temps où la presse n’était pas encore une production périodique organisée. Le processus de communication se régénère en retrouvant ses aubes, il remonte à ses origines pour se transformer. Rupture et retour se conjugent dans la mutation révolutionnaire. L’humanité reprend des formules élémentaires et reconnaît des lois fondamentales qu’elle dit d’ailleurs « naturelles » pour s’édifier ou se construire. Illusion ? Du moins la croyance a-t-elle alors quelque connivence avec les faits.

4L’on sait depuis bien des lustres réduire la Révolution à ses discours. Peut-être même n’apparaîtra-t-elle bientôt que comme un somptueux chapitre de l’histoire vivante de la rhétorique. Et cependant ce discours n’est plus seulement un discours parmi les discours. Lui aussi change de régime. Dans les textes de presse l’éloquence n’est pas seulement plus vive que naguère. Elle trouve d’autres chutes, elle frappe autrement. L’émotion n’est pas seulement dans la coulée de la phrase ou dans la vibration des mots. Elle procède de nouvelles noces entre le verbe et l’action. Le texte ne se suffit plus de peindre le mouvement, il en devient le mode. En dépit de leurs cruautés, les controverses d’ancien régime étaient encore des cérémonies de civilité, des échanges ironiques de révérences. Désormais la polémique, l’invective, la dénonciation, l’apostrophe veulent effectuer sur le champ ce qu’elles disent. La plume est une arme, les mots tirent à vue, l’énoncé s’affiche en cocarde, les titres commencet à claquer comme des oriflammes. Se rapprochant des choses, les mots se chargent comme des projectiles et se déploient comme des forces. Et plus encore que leurs aînés ceux qui ont ou qui découvrent le ministère de la parole se persuadent que le destin des hommes peut être modelé par leurs discours. Ce qui fait leur nouvelle force c’est précisément qu’ils ne sont plus seulement des discours. Ils sortent de leur condition exclusivement et intrinsèquement rhétorique pour passer dans les registres de l’action. Et l’action travaille les formes. Elle en fait naître d’autres : politiques et éditoriales, une conjugaison permanente d’assemblées et de journaux. Une nouvelle pragmatique s’élabore où les discours, les actes et les dispositifs collectifs collaborent et interfèrent. L’idéologie pourra bientôt cimenter l’esprit public et l’action politique.

5Un massif jusqu’ici imparfaitement répertorié et exploré surtout pour les besoins de l’histoire politique révèle ses complexités et ses richesses. La presse de ce temps n’est pas seulement le reflet du débat révolutionnaire. Elle offre une archive exceptionnelle pour une science de l’événement social et historique et pour étudier les rapports entre le temps, l’événement, les récits, les discours et la mémoire. Elle est au centre d’approches, de méthodes et de visées différentes : stratégies éditoriales, sémiologie des formes, théorie de l’opinion, analyse des systèmes d’information, naissance des énoncés idéologiques, problématique de l’événement. C’est le lieu où les savoir peuvent se décloisonner et commencer à communiquer et à se comprendre. Tenue auparavant en marge comme auxiliaire de l’archive historique, la presse, dès lors que sont constitués les outils de travail et les instruments documentaires, peut être à l’origine d’une nouvelle diaspora de méthodes et d’entreprises intellectuelles. Ces nouveaux savoirs pourront nous aider à mieux comprendre et peut-être à maîtriser un âge de la communication dans lequel nous nous enfonçons si vite qu’il nous semble encore échapper à nos prises.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search