Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Premiere partie. Le plan d'organisation

Chapitre II. Les organismes d’action

Texte intégral

LE QUADRILLAGE CULTUREL

1Le quadrillage culturel est total. Il ne laisse échapper aucun domaine qui fonde une nation. Il se fait par le biais des "cadres spirituels et sociaux" qui animent la propagande et s’appuyent sur les commissions de propagande régionaliste instaurées par le pouvoir ; relayées à l’échelle nationale par Jeune France et sur le plan départemental par des structures telles que la Maison des Arts libéraux.

Les Commissions de propagande régionaliste

2Les commissions instituées dans tous les départements de la zone "libre", à la suite d’une circulaire ministérielle du 28 septembre 1940 afin...

  • 71 LAVAL P. – (A.N. F 41 266).

« d’intéresser l’opinion aux problèmes de la vie provinciale et aux réformes déjà accomplies ou prévues dans le cadre des départements et des régions »71.

  • 72 Pour la rédaction de ce chapitre nous nous sommes appuyés sur les archives (Dos. I et VIII) du Col (...)

3... sont sous la tutelle des préfets. L’exemple de la Haute-Garonne nous éclaire sur la fonction qui leur est dévolue72.

4Le 20 décembre 1940, J. Cheynaux de Leyritz, préfet, ouvre par une allocution solennelle, la première séance de la commission.

« Votre tâche est nettement définie :
– Connaître nos véritables intérêts, définir nos besoins, nos aspirations : d’où la nécessité d’enquêtes sérieusement conduites ;
– Réaliser l’unité parmi nous, créer un esprit régionaliste, éveiller notre province à la conscience et à la connaissance de soi, d’où la nécessité d’une propagande en profondeur.
Il faut agir et agir vite, tant que la pâte est encore molle, tant que l’opinion désorientée par le désastre n’est pas encore retombée dans l’ornière des anciennes routines ou ne s’est pas replongée dans une indifférence mortelle ».

5La commission comprend onze personnes, chacune choisit un domaine d’étude en fonction de ses aptitudes. La délimitation des futures provinces constitue le point central des travaux. Conjointement à ce travail d’enquête, les membres de la commission étudient les modalités de réalisation du programme de propagande. Ils prennent contact avec les services administratifs compétents, assistés par une sous-commission chargée de les aider dans l’accomplissement de leur mission. Pendant le premier semestre de l’année 1941, trois sous-commissions sont créées. En avril, le préfet et l’abbé Salvat décident de l’organisation d’un comité de propagande par la radiodiffusion. Cinq autres sont successivement mises en place :

  • Une sous-commission "d’architecture et d’esthétique régionales" par P. de Gorsse définit les constantes régionales et assure la protection des sites et monuments.
  • Un bureau d’étude du théâtre, musique et danse, dirigée par L. Chancerel.
  • Une sous-commission "des bibliothèques et des archives", présidée par le professeur Calmette.
  • Une sous-commission "des traditions et fêtes populaires", chargée du folklore local, sous la présidence d’A. Sallet, membre de la Société du folklore français, traite des problèmes de la vie paysanne (exode rural, enseignement post-scolaire, chômage, jeunesse, artisanat, retour à la terre...).
  • Une sous-commission à la jeunesse présidée par le délégué régional à la jeunesse, M. Lambert.

6Ces organismes ont un rôle prospectif ; le préfet seul, décide de l’exécution. La propagande se fait par voie de presse et de radio dont Toulouse-National qui rapporte au public les programmes élaborés par les instances officielles. M. Durand, responsable des questions industrielles élabore un cycle de conférences sur le rôle de la région dans l’économie des matières premières, et décide de la parution d’un bulletin de statistiques qui renseigne sur l’activité industrielle de la région. La commission est à l’origine de "journées de propagande régionaliste", qui se déroulent tous les deux mois dont certaines sont des manifestations de grande envergure. Les "journées de l’électricité", en mars 1941, permettent de présenter l’organisation économique de la région. Celles de "l’université", organisées en octobre, par le professeur Faucher, s’ouvrent à la Faculté des lettres de Toulouse. On pourrait citer aussi celles des "arts et des paysages méridionaux", du "livre occitan", de "l’agriculture"... La commission établit un fichier de l’information de 76 personnes réparties en trois secteurs, en fonction de leur aptitude professionnelle. Ce fichier met sur pied un réseau d’agents propagandistes tenus régulièrement au courant des activités de la commission. Elle intensifie l’activité des sociétés savantes et des associations locales, parraine des groupes folkloriques ou groupes félibréens, préside en mai 1942 à l’unification en deux fédérations des sociétés académiques et savantes du Languedoc-Pyrénées-Gascogne et des groupes folkloriques des mêmes régions. Elle crée des associations "traditionistes" parmi le personnel enseignant, organise des expositions : celle des terroirs régionaux et de la jeunesse inaugurée par M. Carcopino le 30 novembre 1941 ou l’exposition des "grands hommes méridionaux" du printemps 1943 ; met en place des concours de dessins d’enfants, d’histoire locale, de comptines..., des spectacles à Toulouse au Théâtre du Capitole et dans tout le Languedoc. Dans le domaine scientifique, elle suscite les congrès folkloriques interrégionaux : Congrès de linguistique et de phonétique occitanes, Congrès de musicologie populaire occitane, deuxième Congrès de l’enseignement de la langue d’oc, qui se tiennent en 1941, et en 1942 à Toulouse. Elle élabore aussi, en collaboration avec le Musée national des ATP, des questionnaires d’ethnographie folklorique qui sont distribués dans les différents cantons de la région et recueillis par le Bureau du régionalisme.

7La circulaire ministérielle de septembre 1940 ne prévoit que des commissions départementales sans organisme régional pour assurer la liaison. Pour pallier cette absence, la Commission de Haute-Garonne s’adjoint en février 1941 des correspondants, avec qui elle entretient des relations régulières dans les départements proches. Un événement de portée nationale accélère le processus. Le 22 avril 1941, le gouvernement annonce la division provisoire de la zone non occupée en six régions. La région de Toulouse s’étend à l’Ouest jusqu’à la ligne de démarcation ; à l’Est, les départements du Tarn, de l’Aude et des Pyrénées-orientales sont rattachés à la région de Montpellier. Cette décision contribue à propager les thèses régionalistes. La commission met au point un projet de coordination. Le rapport de P. de Gorsse sur l’habitat inaugure la concertation. Les "journées régionalistes", qui se tiennent à Toulouse en mai 1941, permettent à cette collaboration de se préciser. La liste, qui comprend les départements de l’Ariège, Aude, Lot, Pyrénées-Orientales, Gers, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne et Tarn, n’est pas définitive. Les régions ne sont fixées que provisoirement. Vichy attend les résultats de la commission d’enquête nationale. Après accord des différentes commissions de la région, une réunion a lieu à la Préfecture de la Haute-Garonne le 27 juin 1941, instituée Préfecture de région depuis peu. Elle a à l’ordre du jour :

  • L’architecture régionale.
  • La création de maisons de la région et des pays, l’amélioration des musées locaux, et la constitution d’un musée régionaliste (avec archives de la parole).
  • La collaboration avec les syndicats d’initiatives.
  • L’organisation régionale du théâtre.
  • Le régionalisme à l’école.
  • Les programmes de radiodiffusion.
  • La fédération des sociétés régionalistes.

8Cette séance aboutit à la création en août 1941, d’un Bureau du régionalisme de la région de Toulouse, placé sous la direction d’A. Varagnac. Ses liens avec les commissions des départements dépendants de sa circonscription ne sont pas aussi étroits qu’ils auraient pu l’être. Le Bureau reçoit peu d’informations des commissions qui travaillent isolément. Le préfet de région doit envoyer une lettre circulaire aux préfets pour qu’ils désignent un collaborateur qui répondrait aux demandes d’informations. Le nouveau Bureau entreprend une politique de grande envergure. Il organise des congrès inter-régionaux, des expositions, ouvre des musées de terroir, fonde des institutions, a l’initiative de conférences d’information linguistique, de concours, organise des spectacles à Toulouse et dans tout le Languedoc... Pour mener à bien son programme il continue de s’appuyer sur les sous-commissions spécialisées préexistantes, et en crée de nouvelles. Ses services poursuivent leur existence sans modification jusqu’à la Libération. Leur dissolution, le 26 août 1944, met fin à la politique régionaliste du régime de Vichy.

9L’exemple languedocien, donne la mesure des dispositions prises par Vichy. Ces commissions connaissent un succès et une activité importants bien qu’éphémères. Leur action est orientée vers des problèmes d’ordre culturel. La rénovation des arts et traditions populaires, privilégiée dans la politique artistique et culturelle de l’État français apparaît comme le point fort. Les enquêtes effectuées pour trouver de nouvelles circonscriptions territoriales restent sans lendemain par manque de temps ou de moyens. C’est le cas, nous le verrons, des projets établis pour rénover l’architecture traditionnelle par des organismes consultatifs, dont les vœux restent sans suite. Toutes les régions ne connaissent pas le même sort que la région languedocienne. Aux journées de synthèses régionalistes qui ont lieu à Montpellier en novembre 1942, un Bureau d’animation et de coordination à vocation inter-régionale sur le modèle de la région de Toulouse est réclamé. Bien que marqués de l’empreinte idéologique de Vichy, les travaux ouvrent la voie à une décentralisation qui ne sera pas forcément réprouvée par les régimes d’après-guerre.

Deux destins différents

10Une frange bien définie de la population s’inquiète de la renaissance spirituelle et morale de la France défaite. Des intellectuels, des artistes prennent conscience du rôle qu’ils ont à jouer. La voie avait été tracée, dès les années trente, par les associations catholiques où les problèmes humains et sociaux ont souvent supplanté les questions dogmatiques et de pratiques religieuses. La CFTC a été fondée en 1919, la JOC en 1925, la JEC en 1929, épaulée par des revues soucieuses de participer aux mutations structurelles et sociales. Jeune France se situe dans l’axe de la Vie intellectuelle (1928), Esprit (1932), Sept (1934). Élites privilégiées, ils se donnent pour mission de transformer profondément la conception de vie des couches populaires par l’éducation. Pour ce faire, ils ont à former une nouvelle élite capable de prendre en charge, à son tour, des structures plus légères, qui, comme la Maison des Arts libéraux en Haute-Loire, s’adressent aux populations rurales, plus lentes à assimiler.

Jeune France

  • 73 Je tiens à remercier B. Comte pour m’avoir communiqué un manuscrit inédit sur Jeune France.

11En novembre 1940, naît l’association Jeune France issue d’un groupe d’animateurs des émissions "Radio-Jeunesse"73. Elle souhaite rénover les arts populaires sous toutes leurs formes et sera jusqu’à sa dissolution par l’État français au mois de mars 1942, l’un des moteurs de la politique culturelle et artistique du gouvernement. Jeune France se fixe trois tâches :

  • Animer des groupes professionnels de jeunes artistes et intellectuels.
  • Grouper et former les animateurs de la jeunesse en matière d’art et de culture.
  • Assurer une fonction sociale en servant d’organe de liaison, entre ces artistes et leurs publics74.

12Le conseil d’administration désigne à sa présidence le poète Patrice de la Tour du Pin qui, prisonnier en Allemagne, est choisi par l’équipe fondatrice comme symbole de la France meurtrie. Un extrait de la lettre que le musicien P. Schaeffer, vice-président de l’Association lui adresse, en témoigne :

  • 75 Le Petit Dauphinois, Grenoble, 31.05.1941.

« Vaincus, blessés ou prisonniers, il nous faut entreprendre la "quête de joie". Le malheur de notre pays vient d’abord de ce que nous avions perdu la joie d’en être des membres vivants. Il nous faut redevenir un peuple inspiré par des poètes et des artistes dignes de lui. Il faut que les jeunes apprennent les moyens de s’exprimer dans le grand langage de l’art populaire, chants et veillées, danses et coutumes, arts et métiers, des maisons, des camps. Il faut à nouveau que les cités et les villages connaissent les dimanches heureux, les fêtes nobles, les veillées fraternelles.
Et tout cela doit permettre aux Français de retrouver leur âme, de recréer leurs mœurs ».
« Tous les pays qui n’ont plus de légendes, seront condamnés à mourir de froid ».
« Vaincus, blessés et prisonniers, ces vers, plus que jamais vous appartiennent : nous vous demandons d’être à la tête de notre équipe. En attendant votre retour, sans perdre une minute nous travaillons ».
P. Schaeffer75

13Au côté de P. Schaeffer et parmi les principaux fondateurs, P. Flamand, qui assure le secrétariat du mouvement devient l’un de ses principaux animateurs en zone occupée ; A. Olivier, le comédien P. Barbier, M. Jacquemont (ancien comédien-routier, directeur de la troupe des "Quatre Saisons Provinciales" qui fait suite à la "Compagnie des Quatre Saisons" repliée en zone Sud), le musicien D. Lesur, H. Malvaux (directeur de l’école des arts professionnels de Mâcon) et enfin C. Roy, responsable des publications. Régie par la loi de 1901, et par conséquent autonome, Jeune France est vite dépendante du gouvernement. Elle ne doit son existence qu’aux subventions de l’État français, favorable, au moins dans un premier temps, à ses réalisations. Le premier conseil d’administration comprend trois membres du Secrétariat général à la Jeunesse : P. Schaeffer, chef du service "propagande pour le spectacle et la radio", P. Flamand, chef-adjoint, A. Olivier, rédacteur aux émissions de Radio-Jeunesse. L’Association assure dès sa création la décentralisation et la réhabilitation des techniques artistiques qui permettent l’expression collective : la danse folklorique, le chant choral, les jeux dramatiques, les fêtes locales ou les grandes célébrations.

  • 76 BONNAT Y. – Revue de Savoie, Chambéry, no°4, 1941.

« Née sous le signe de la décentralisation artistique et littéraire, l’association "Jeune France" n’a pas pour but d’apporter aux Provinces françaises des formes d’art nouvelles, mais bien plutôt de redécouvrir dans chaque région les "sources" d’art et de tradition plus ou moins négligées à cause de l’excessive attraction qu’exerçait la capitale sur le pays tout entier. Cette nouvelle mise en valeur du trésor artistique provincial ne peut être que l’œuvre d’une élite ou de collectivités attachés – sentimentalement et rationnellement – à la beauté de leur terre natale et à son passé. L’action de rénovation intellectuelle et artistique que "Jeune France" entreprend, avec l’aide de l’État Français, ne peut, elle aussi, avoir comme animateurs que des autochtones s’appuyant sur la tradition nationale et sur les règles les plus sûres des techniques françaises »76.

  • 77 Léon Chancerel fonde "Les Comédiens Routiers" en 1929. Il est également à l’origine du Théâtre de (...)

14Son souci pédagogique l’amène à créer un double organisme : les Centres nationaux d’Art populaire où elle forme ses propres animateurs et les Maîtrises régionales qui préparent les cadres de la jeunesse et de l’enseignement. L’Association travaille en zone Sud, avec les mouvements félibres et occitanistes et organise de nombreuses tournées pour faire pénétrer la création artistique dans les communes les plus isolées. Les centres d’action se tiennent à Paris, Lyon, Aix et Toulouse. Ils étudient les projets des jeunes auteurs ou artistes de disciplines diverses : théâtre, musique, architecture, peinture, ébénisterie, céramique, au sein d’une section d’enseignement. Les centres spécialisés comme celui de Lourmarin, dirigé par J.-P. Grenier, sont surtout des lieux de rencontre. Des correspondants locaux, dans toutes les agglomérations supérieures à 2 000 habitants, et un délégué sont nommés dans les départements, auprès du délégué régional à la jeunesse. Les activités limitées à la zone "libre" s’étendent à la zone occupée à partir de janvier 1941. Plusieurs maisons provinciales à Bordeaux, Caen, Rennes, le Mans et Nancy abritent de jeunes compagnies (La Compagnie du Bon Vouloir, la Compagnie d’Art dramatique, la Troupe de la saison nouvelle, ou Les Comédiens de la roulotte). L’Association encourage le chant populaire, publie un chansonnier et enregistre de nombreux disques de musiques folkloriques. Ses groupes de chant et de danse se manifestent à Paris ou en province et sa section d’art plastique organise des expositions ou des visites dans les musées parisiens. Jeune France s’intéresse à toutes les formes d’art dérivées de l’artisanat. Elle intègre, par exemple, en tant que Maîtrise régionale, sur les conseils d’H. Malvaux, le centre artisanal de poterie et arts plastiques de Mâcon, né avant-guerre, (Cercle d’éducation artistique) de la collaboration de lycéens, artisans et ouvriers désireux de rénover l’art populaire et l’artisanat. L’architecture, domaine privilégié du traditionalisme offre un champ d’étude qui ne manque pas d’être exploré. Le Service des ateliers et bâtisses charge une équipe d’étudiants en architecture et en décoration de Grenoble de l’exploration de l’habitat régional pendant leurs vacances. Les documents sont exposés pendant l’hiver 1941. Une collaboration plus étroite entre les architectes et les plasticiens est un des objectifs des journées de Lourmarin. Pour ce faire, Jeune France crée une Maîtrise régionale d’architecture formée par le groupe d’architectes d’Oppède. Le théâtre a un animateur infatigable, L. Chancerel, Directeur du groupe Jeune France pour le Languedoc77. Il entraîne les adolescents vers une forme populaire qui lui tient à coeur, et les dote d’un répertoire de tradition solide. La Compagnie Olivier Hussenot à les mêmes objectifs. Tous les opuscules de jeux, publiés par la Maîtrise d’Uriage précisent que les équipes dramatiques doivent s’appuyer sur les coutumes locales. La revue Maîtrise Jeune France, présente régulièrement des dossiers sur les fêtes populaires ; en mai 1942 un numéro est consacré aux coutumes de la Saint-Jean. Une bibliographie vient compléter cette documentation. Les arts populaires sont un instrument privilégié de sociabilité. À cet égard, le théâtre est l’expression artistique la plus significative. Jeune France œuvre avec ses groupes quasi professionnels, organise des cérémonies officielles, des animations artistiques et des veillées. Certaines troupes acquièrent une belle réputation : celle d’Olivier Hussenot, issue des Comédiens Routiers, qui s’installe à l’École des Cadres d’Uriage, celle des Comédiens Routiers, dirigée par L. Chancerel, repliée sur Toulouse ou encore, les compagnies du Théâtre des quatre saisons, et du Grand Soleil. Elles sillonnent la France et tout particulièrement la zone Sud. Les Comédiens Routiers donnent plus de quatre-vingts représentations de décembre 1940 à juin 1941. L’Association participe à la formation de la plupart des petites troupes affiliées ou non aux mouvements de jeunesse : Quatre saisons provinciales de M. Jacquemont, le Rideau Gris, la Compagnie du Chantier de Gervais, le Théâtre du temps de P. Valde, le Studio de M. Versepuy, la Nouvelle Compagnie de J. Vernier et G. Montera, la troupe du Chariot, ou le groupe d’art populaire des Compagnons de France. Le Secrétariat général à la Jeunesse la charge d’organiser en trois mois, en zone libre, quinze assemblées de la Jeunesse, qui groupent au total plus de cent mille spectateurs à Lyon, Montpellier, Aix en Provence et Grenoble pour accueillir G. Lamirand en visite officielle. La coordination et l’animation se font en collaboration avec les troupes théâtrales locales et l’appui des principales sociétés artistiques régionales. La Fête nationale de Jeanne d’Arc est l’occasion de représentations dramatiques. Plusieurs élèves de la Maîtrise de Lyon animent la veillée du ministère de l’Intérieur qui se tient à Vichy le 24 décembre 1941 et la Fête de l’Arbre de Noël du ministère de la Guerre, deux jours après. Les responsables dénoncent la vie artistique d’avant-guerre qui prenait essentiellement en compte les avant-gardes et négligeait la formation artistique des jeunes générations. Ils tentent de modifier ce courant par une pédagogie appropriée. L’Association se définit comme un mouvement éducatif et d’enseignement technique. Elle se met au service des adolescents. Ce souci de pédagogie en fait un mouvement de cadres beaucoup plus qu’un mouvement de masse, et participe des concepts de l’élitisme, fort en vogue qui s’opposent aux idées plus démocratiques de la IIIe République. Le mouvement s’oriente vers la formation de ses propres animateurs à l’intérieur de centres nationaux d’art populaire et vers celle des responsables ou animateurs des différents mouvements de jeunesse qu’ils rencontrent aux Maîtrises Jeune France à l’occasion de stages, sessions ou démonstrations. L’initiation artistique d’élèves envoyés par les écoles de cadres, varie en fonction du rôle qu’ils ont à jouer par la suite. L’enseignement se fait sous forme de stages de neuf mois assurés au sein des centres nationaux dont le principal se trouve à Lyon. Les étudiants sont insérés dans les équipes d’expression des Maîtrises régionales qui présentent leurs spectacles à l’occasion de tourner. La Compagnie Olivier Hussenot illustre bien ces formations où alternent stages et tournées. La maîtrise d’Uriage crée une section comprenant aussi bien la céramique que la gravure, la sculpture ou la fresque. En février 1942, elle reçoit plus de 250 élèves venus du scoutisme, de l’ACJF, des écoles de cadres, ainsi que des équipes d’expression des Chantiers de la Jeunesse. Elle est en outre chargée par l’École nationale des cadres de l’apprentissage artistique de ses élèves. Les Maîtrises régionales envoient également des stagiaires dans les organismes qui ont besoin de former sur place leurs animateurs. (JECF, Camarades de la route, Routiers, Eclaireurs, Guides de France ; la Maîtrise de Lyon délègue par exemple, deux de ses moniteurs dans un camp de la JOC à Pugnat dans le Puy de Dôme).

  • 78 A.D. Isère, Fonds Jeune France no 15, 100 M. 10.

15L’action de Jeune France s’étend à des secteurs touchant indirectement la jeunesse. Elle tisse des liens avec l’Armée française. Un groupe d’officiers de l’Armée de terre, futurs directeurs de foyers militaires, suit un stage à la Maîtrise de Lyon en 1941. Cette même Maîtrise crée un cours de chant choral au 153e régiment d’infanterie de Lyon et détache plusieurs moniteurs à l’école des cadres militaires d’Opme (Puy de Dôme), ainsi qu’un chef choriste à bord du croiseur Jean de Vienne. Elle prend en charge la formation d’un certain nombre de représentants du corps enseignant. Une série de conférences et un cours d’art dramatique au Cercle d’activité générale des instituteurs et institutrices de Lyon, s’ouvrent à Lyon. Les milieux populaires ne sont pas oubliés : le Centre régional Dauphine-Savoie, installé à Grenoble, projette de créer un Centre d’études sociales et d’éducation générale78. Limité aux organismes et aux établissements de la région dauphinoise, il est le prototype d’un projet qui peut par la suite, se réaliser ailleurs. Pour les cadres, Jeune France se borne à l’école d’assistantes sociales, aux écoles ménagères et à l’enseignement post-scolaire. Un programme régulier doit s’intégrer à l’ensemble de leur cycle d’étude. Elle s’adresse aux assistantes sociales, intendantes d’usines, personnel de maîtrise ou même dirigeants ou responsables de groupements ou associations ouvrières comme la JOC, par des conférences pédagogiques mensuelles qui s’accompagnent de travaux pratiques. Ces expériences doivent susciter chez les jeunes ouvriers le désir de devenir eux-mêmes meneurs de jeux. L’initiative porte quelquefois ses fruits, puisque des moniteurs Jeune France dirigent la célébration de Noël dans les usines de la firme Rhodiaceta, et est à l’origine de la chorale créée en février 1942 au sein de l’entreprise Calor.

La Maison des Arts libéraux

  • 79 Le maréchal Pétain lui remet personnellement 5 000 francs, cf. A.D. Haute-Loire 12 W 1143.

16Rattachée un moment à Jeune France, la Maison des Arts libéraux, née en décembre 1940 au Puy en Velay (Haute-Loire), constitue un autre exemple de l’infrastructure culturelle et artistique. Créée par la Commission de propagande régionaliste de la Haute-Loire, elle vise surtout la renaissance du florilège musical folklorique. Le projet date de plusieurs années, mais c’est encore une fois la conjoncture vichyssoise qui permet à son maître d’œuvre, le compositeur Mario Versepuy, de réaliser son idée et de la relier avec succès à la politique agrarienne et régionaliste du nouveau régime. L’action de la Maison des Arts libéraux, dont le sigle reprend la francisque gallique, emblème du maréchal Pétain, est encouragée par le gouvernement79. Organe départemental, elle constitue une Maîtrise régionale de Jeune France, mais n’en reçoit que des subventions épisodiques et insuffisantes. Elle ne doit sa survie qu’à l’appui de la préfecture ainsi qu’à l’engagement personnel de son fondateur. Opérationnelle dès le mois de janvier 1941, elle est officiellement inaugurée par G. Lamirand en février de la même année, à l’occasion de sa visite au Puy-en-Velay. Instituée pour coordonner, diriger et intensifier les activités culturelles et artistiques régionales, elle promeut tout ce qui peut favoriser la vie et le folklore provinciaux. Les éléments populaires, les jeunes et les ruraux sont particulièrement visés. Pour cela, elle divise son animation en action urbaine et action rurale.

  • 80 J’ai pu disposer du fonds d’archives de Monsieur Michel Versepuy que je remercie ici.

17La première distribue un enseignement général comprenant des leçons de chant, d’art plastique, de théâtre, des entretiens littéraires, des cours d’histoire de l’art, de grégorien, d’esthétique et d’harmonie, un enseignement régional, comprenant des cours d’instruments et danses populaires, des arts artisanaux, des conférences sur l’histoire locale et des visites commentées dans les musées et les monuments, une pratique du chant choral et l’organisation enfin de manifestations diverses (concerts, représentations, expositions, concours...). Pour la saison 42-43, on note pour le seul programme urbain, 45 cours hebdomadaires. En mars 1941, la Maison des Arts libéraux additionne 771 élèves au Puy-en-Velay, dont la majorité reçoivent une instruction musicale (458). Le nombre de ses adhérents augmente sensiblement jusqu’à la fin de 1942. Pour bénéficier des activités, il faut prendre un abonnement annuel. La population est tenue quotidiennement au courant par la presse. Une section théâtre, constituée par la troupe du Studio, avait été intégrée en mars 1939, sous l’impulsion de L. Jouvet, dans les Cahiers de la Jeunesse, qui groupaient à Paris 14 troupes de jeunes comédiens. Après la défaite de juin 1940, toujours dirigée par Michel Versepuy80, elle sert de modèle à toutes les petites troupes que la Maison des Arts libéraux crée ou développe dans les communes rurales.

  • 81 La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 23.03.1941 ; L’écho des Provinces, Nice, mars-avr. 1942.
  • 82 L. Chancerel contacte Michel Versepuy pour essayer de concerter leurs efforts.

18La Maison des Arts libéraux a une intense activité dans les campagnes de Haute-Loire. Elle met en place une propagande régionaliste et orchestre les activités artistiques et culturelles. Elle collabore avec les écoles, notamment les cours complémentaires et le clergé local qui possède encore une forte emprise sur la jeunesse. Elle s’appuye sur les groupes de jeunesse (jacistes, scouts...) préexistants à la guerre et, agent de liaison, tient la fonction d’organisme central. Les groupes choraux sont les plus nombreux. Ils reçoivent régulièrement des copies de chants populaires de la Maison des Arts libéraux, qui suit leur évolution et assure quelques-unes de leurs répétitions par un Maître de chant. Le répertoire est puisé intégralement dans le folklore régional, que l’on oppose aux chansons citadines "dégénérées". Mario Versepuy, musicien lui-même y voit un facteur de "renaissance de la France défaite"81. Sous sa houlette, les troupes de comédiens ruraux fleurissent82. Certaines, dont la Gerbe casadéenne de la Chaise Dieu, disposent de quelques possibilités matérielles, mais la plupart n’ont même pas de textes à leur disposition et se les procurent régulièrement à la Maison des Arts libéraux. Elle fournit des costumes ou des éléments de décors. Les farces, les mystères, les œuvres de caractère régional ou parfois Molière forment leur répertoire. La compagnie du Studio organise régulièrement des tournées dans tout le département. En mars 1941, la Maison des Arts libéraux contrôle des groupes artistiques dans plus de quarante communes rurales et touche plus de 1600 personnes. Elle envisage d’organiser des foyers artistiques pour présenter des expositions de peinture ou de littérature paysanne ; mais elle n’a pas le temps de concrétiser ses projets. Sa réalisation la plus originale est la création dans toutes les communes du département d’assemblées à caractère culturel et artistique, à vocation régionaliste, les "Assemblades", appuyées par la Préfecture et Jeune France. Il s’agit de réunions bimensuelles, publiques et gratuites auxquelles tous les habitants peuvent assister. Les écoles laïques ou privées, les mouvements de jeunesse, groupes sportifs,... sont cordialement invités à y prendre une part active. Le programme d’une heure un quart, envoyé aux maires, se compose d’histoire et folklore local, vies des hommes illustres de la région, florilège, poèmes et chansons du folklore. Les textes, toujours précédés d’un bref discours en hommage au maréchal Pétain, témoignent de leur attachement à l’idéal de Révolution nationale :

  • 83 RAYNAUD – "Entretien sur l’histoire locale du Velay", Le Puy, Assemblades de la Maison des Arts li (...)

« ...Aujourd’hui, la Haute-Loire se trouve placée devant l’effort de redressement exigé de tout le pays par le Maréchal, chef de l’État. Passé oblige. Comme à d’autres périodes de ce passé, les hommes de chez vous s’appliquent avec ténacité, avec abnégation à reconstruire. Qu’il me soit permis de vous dire que l’histoire de la Haute-Loire sera désormais votre œuvre : il dépend de vous qu’elle soit grande et belle »83.

19Il s’agit de retrouver la sociabilité villageoise perdue.

  • 84 VERSEPUY M. – Lettre à Toqueboeuf C., professeur à l’école libre de Lavoûte-Chilhac, Le Puy, 27.11 (...)

« Il faut vous dire que dans les buts de notre organisation d’Assemblades, nous pensons que de faire réunir les gens de chaque village, peut à la longue, faire disparaître cet espèce d’égoïsme qui faisait que chacun reste chez lui, et finit par regarder ses voisins comme des étrangers »84.

20Dès le mois de janvier 1941, elle lance un appel à tous les maires du département pour organiser des Assemblades. Le plus souvent, c’est le curé ou l’instituteur qui sont chargés de cette mission, parfois un représentant de la Légion, ou des responsables de la JAC. 60 communes sont rapidement concernées. Leur succès, malgré les comptes rendus élogieux de la presse régionale, est assez inégal. La plupart ne rassemblent que des écoliers ou des mouvements de jeunesse, les adultes présents faisant soit partie de l’encadrement, soit du corps enseignant. Beaucoup restent sans lendemain faute de monde, (dans la commune de Boisset, le maire se heurte à l’indifférence croissante et doit suspendre les Assemblades). L’éclatement de l’habitat en hameaux dispersés, distants très souvent de plusieurs kilomètres du bourg représente un obstacle autant que les facteurs climatiques (grands travaux agricoles de l’été, hivers rigoureux constituant de trop lourdes charge pour le chauffage et l’entretien de salle). Parfois encore, le curé s’oppose à l’action de la Maison des Arts libéraux, comme celui de Ste-Marie-des-Chazes, qui objecte le risque moral de promiscuité que de telles réunions peuvent générer chez les jeunes gens et jeunes filles de sa paroisse. Les conférences d’histoire locale, paraissent trop intellectuelles et pédagogiques. Les animations musicales et folkloriques, plus divertissantes, connaissent une meilleure fortune. Devant des conditions matérielles de plus en plus difficiles, et leur succès relatif, les Assemblades sont progressivement suspendues jusqu’à leur disparition dans les derniers mois de l’Occupation.

  • 85 L’Appel de la Haute-Loire, Le Puy, 09.12.1944.

21L’État français marque la Maison des Arts libéraux de son empreinte dès sa fondation puisqu’elle ne doit l’existence qu’à l’initiative de la Commission départementale de propagande régionaliste. Le CDL ne manque d’ailleurs pas de le lui reprocher et refuse de lui verser toute subvention après la Libération85. Elle constitue une tentative intéressante dans l’histoire de Vichy. Elle représente une réalisation significative sur le plan socio-culturel, puisque tant dans la ville du Puy que dans les communes rurales de ce département, elle a un impact sur environ 3 000 personnes vers l’automne 1941 dans près des deux tiers des communes de la Haute-Loire ; chiffres non négligeables si on se replace à l’échelle départementale. Son influence est d’autant plus déterminante que cette structure s’adresse essentiellement à des adolescents, voire souvent à des enfants, donc à une population sensible et perméable à toute propagande idéologique. Conscients de sa potentialité, les médias nationaux, presse et radio, lui consacrent de nombreux articles ou émissions où elle est présentée comme un organisme modèle, prototype pour le développement artistique de la France future. On peut enfin parler d’un certain succès, au niveau même de son organisation, puisque la Maison des Arts libéraux, un moment rattachée à Jeune France, survit à sa dissolution jusqu’à la Libération.

22Les initiatives de Jeune France ne participent pas de la rénovation d’un folklore périmé et figé comme peut l’entendre le régime, mais d’un art dynamique prouvant, par sa vitalité, les capacités créatrices des jeunes générations. Le groupe est déchiré pendant toute son existence entre sa volonté d’autonomie et de liberté et ses liens moraux et financiers avec le régime. Malgré ses ambiguïtés et ses contradictions, P. Schaeffer réussit à conserver pendant quelques mois un équilibre précaire. Jeune France connaît un essor très rapide, et le gouvernement espère, au moins pendant un temps, canaliser les activités du mouvement. Dissoute au mois de mars 1942, les raisons de cette disgrâce sont encore obscures. Certains auteurs comme B. Comte parlent de résistance et d’hostilité à la Révolution nationale. On ne peut en effet oublier que le régime de Vichy, en la personne de L. Garonne, directeur de la Formation au Secrétariat général à la Jeunesse, avait poussé P. Schaeffer à se séparer de Mounier qui faisait alors partie du conseil d’administration de Jeune France. Jeune France, à quelques mois d’intervalle, subit le sort de la revue Esprit, elle aussi à l’honneur dans les premiers temps du régime de Vichy. Le quadrillage culturel que tente Jeune France à l’échelle nationale se veut en dehors des courants et adhésions politiques. C’est, semble-t-il, ce qui fera sa perte et suscitera l’opposition du régime. En fait ce courant, issu de la gauche catholique, s’oppose fondamentalement aux traditionalistes. Leur tentative est brutalement stoppée, probablement dès que le rejet de Mounier éclaire les motivations gouvernementales. L’enseignement de la culture adaptée à la commune telle qu’elle est comprise et mise en application par la Maison des Arts libéraux est vouée fatalement à un autre sort. En effet, les particularismes locaux sont moins aux faits des réalités politiques, moins attentifs, moins soucieux et moins concernés que les instances dirigeantes de Jeune France, ce qui peut expliquer leurs sorts différents.

LE RALLIEMENT DES PROVINCIAUX

Des régionalistes

23Le régionalisme s’oppose à l’idéologie de la IIIe République. Après la première guerre mondiale, les diverses tendances politiques s’accordèrent à faire du français le ciment de l’unité nationale et l’enseignement de l’histoire, et de la géographie fut axé sur ce but. La position de force des radicaux laïcs au sein de la République renforça ce courant. L’Église, elle, s’accommodait du maintien des dialectes. L’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain, installe d’autres propositions territoriales, qui répondent aux vœux des divers mouvement autonomistes et régionalistes, grandis ici et là après la première guerre mondiale, encouragés par le courant philosophique qui aboutit à la création de la SDN et à la reconnaissance des droits des peuples minoritaires à parler, enseigner leurs langues et à voir respecter leurs traditions et leurs croyances. Dans son message du 11 juillet 1940, le Maréchal déclare

« Des gouverneurs seront placés à la tête des grandes provinces françaises et ainsi l’administration sera concentrée et décentralisée ».

24En 1941, le dossier est confié à une commission du Conseil national, que préside L. Romier. Elle découpe le territoire en dix-huit provinces et élabore un schéma d’institutions provinciales. Ce retour à un vocable d’Ancien Régime, réjouit les régionalistes.

  • 86 in, Revue de Savoie, Chambéry, 1941, p. 198.

« Tel est le vrai sens de la Province, née de la géographie et de l’histoire, fille d’une longue tradition, elle est essentiellement une patrie à la mesure de l’homme, non pas opposée à la Grande Patrie, mais sa racine, vivante au cœur du sol »86.

25En fait, les regroupements régionaux, signifient l’institution de préfets régionaux, établis à titre provisoire par la loi du 19 avril 1941. Ils ont tout pouvoir et renforcent le centralisme. Ces nouvelles circonscriptions territoriales assurent la coordination de plusieurs départements pour l’ordre public et le ravitaillement.

26La Fédération régionaliste française a son apôtre, J. Charles-Brun, dont le rôle fut important non seulement dans la diffusion des idées régionalistes, mais aussi dans la rénovation folklorique qui lui était étroitement liée.

Le Félibrige

CHIEZEJ., bois gravé, Ed. du Pigeonnier, 1942.

  • 87 WEBER E. – 1983, p. 125.
  • 88 Le 24 mai 1942 Pierre Azéma, majorai du Félibrige, rappelle à Arles le Jour de la Sainte-Estelle l (...)

27Fondé à Font Ségune (Vaucluse) en mai 1854, le mouvement de renaissance culturelle lancé par F. Mistral avait connu un recul d’activité de 1900 à 1914. A la mort du poète le 25 mars 1914, le mouvement se solda par un échec apparent. Dès l’origine, la querelle linguistique commencée autour d’Antonin Perbosc qui revendiquait une graphie "occitane", valable pour toutes les régions de langue d’oc, allait générer des troubles qui restèrent sans solution. Dans les années qui suivirent, le groupe de jeunes poètes et intellectuels soucieux de préserver la langue et la littérature d’oc, fonda un almanach annuel, L’Armana prouvençau. La littérature devint la base de leur activité. Mais selon Weber, "le Félibrige semble avoir été une réaction politique initialement fort éloignée des gens du peuple et de leurs problèmes"87. Il s’appuyait sur une organisation hiérarchique très structurée. A la tête, un consistoire composé des sept fois sept majoraux et de F. Mistral, se basait sur des Maintenances sur le plan régional et des Escolo sur le plan local. Mouvement de notables, essentiellement littéraire, marginal, de tendance royaliste, il lorgna du côté de l’Action française88. Le mouvement fut rapidement taxé de séparatisme et d’opposition à la République centralisatrice. Fortement organisé dans toute la région toulousaine, structuré autour d’écoles félibréennes, il allait connaître pendant l’entre-deux-guerres un essor important sous l’impulsion de son capoulier Marius Jouveau.

28Avec l’arrivée du maréchal Pétain, qui parle de faire revivre les provinces françaises, les félibres voient la consécration d’une œuvre qu’ils tentaient de mettre sur pied depuis près de 100 ans. Leur première revendication est linguistique car la maintenance du dialecte doit contribuer, ave la promotion de la littérature, à attacher l’homme à sa terre. Le capoulier lui-même précise sa pensée dans un article intitulé "Li Tiro Aufo", (les Profiteurs) : le Maréchal met le régionalisme à la mode, on sera donc régionaliste. Dans cette perspective le capoulier Jouveau écrit le 5 juillet 1940 au ministre de l’Éducation nationale pour solliciter l’instauration d’un enseignement officiel :

  • 89 in JOUVEAU R. – 1977, p. 350.

« Au moment où l’on entreprend la révision des programmes scolaires, veuillez me permettre, comme président de la Société Lou Félibrige – dont le but essentiel est l’exaltation du patriotisme par l’attachement au sol natal – de demander qu’une place soit faite à l’enseignement de l’Histoire Locale, suivant une circulaire jamais révoquée du regretté Ministre Maurice Faure, et à celui des Langues Provinciales, qui ont été d’un si grand secours moral pour nombre de nos chers soldats »89.

  • 90 arrêté ministériel du 24.12.1942.

29Il n’y a pas de réponse nette du gouvernement, pas plus qu’à celles adressées directement au Maréchal. Jérôme Carcopino, après le congrès de phonétique et de philologie de Toulouse, prend toutefois position90. L’enseignement est autorisé mais non obligatoire et doit au contraire servir d’appui au français. L’amertume dans ce domaine se fait réellement jour, lorsque J. de Lacretelle déclare

  • 91 Le Figaro, 24-25.01.1942.

« pour attacher le Français à sa terre où il est né, on doit recourir à d’autres moyens que l’usage des dialectes »91.

30Le recours à la paysannerie, les éloges à la terre-mère nourricière répondent tout autant aux vœux des félibres. Non seulement ils souhaitent utiliser l’enseignement pour diffuser leurs conceptions, mais encore les nouveaux outils de communication mis à leur disposition. M. Jouveau fait ainsi une conférence sur "le vrai visage du Félibrige" sur Marseille-National le 4 octobre 1942. À la demande du capoulier, un groupe de félibres et de hautes personnalités méridionales envoient à peu près à la même date, au chef de l’État, une lettre analogue accompagnée d’une traduction française des pages essentielles du "Discours e Dicho" de Mistral, les félibres croient trouver la réponse dans le fameux message envoyé par le Maréchal pour le 110e anniversaire de la naissance du poète. Rédigé par R. Gillouin, et repris par l’ensemble de la presse félibréenne, il fait grand bruit et ancre l’idée d’un amalgame Pétain-Mistral.

« Je tiens à m’associer du plus profond de mon esprit et de mon cœur à la célébration qui ne fut jamais plus opportune de la mémoire de Frédéric Mistral, parce que je vois en lui l’évocateur de la France nouvelle que nous voulons instaurer, en même temps que de la France traditionnelle que nous voulons redresser ».

  • 92 LIZOP R. – Le Message de Mistral, Toulouse, Escolo deras Pireneos édit., 1941, 199 p. ; SOULAIROL (...)

31Ce message a une suite : la conception d’une affiche par le groupement nîmois de la Tour Magne présidé par G. Martin. Remise à chaque école de Provence, elle porte le texte du maréchal Pétain du 8 septembre à Maillane en hommage à Mistral et est surmontée des portraits conjoints du Maréchal et de Mistral. La commémoration de sa mort est aussi prétexte à des cérémonies et à d’innombrables conférences et articles sur le fondateur du Félibrige. Une requête est adressée à Pétain pour lui élever une statue à Arles. En 1941, les ouvrages sur le poète sont légion92. J. Salvat, directeur du Collège d’Occitanie, assure des cours et conférences. L’un d’entre eux sera présenté à l’École des cadres d’Oignaux le 31 août 1942. Le Collège d’Occitanie à Toulouse organise pour ses élèves ainsi que pour les abonnés à sa revue une dissertation portant sur "Mistral et Pétain". L’intitulé du sujet précise son orientation.

  • 93 La Rampelada del Colège d’Occitania, Toulouse, janv.-fév. 1941.

« D’après le message du maréchal Pétain à Madame Mistral du 8 septembre 1940, dégager dans l’œuvre de Mistral ce qui peut justifier l’admiration du chef de l’État et en quoi le poète de Maillane peut servir de modèle dans le redressement de la France »93.

  • 94 A.D. – Haute-Loire 562 W 165.
  • 95 Calendau, Montpellier, juil. 1940.

32Le mouvement félibre affecte surtout la Provence intérieure, rurale, qui n’est alors pas prête à accueillir l’ère industrielle. Fermé sur lui-même, il se complaît à des nostalgies alimentées par le poète dont les manifestes relevaient surtout d’une délectation culturelle, récupérée par les mouvements régionalistes. Les déclarations du poète sur la race n’avaient pas le sens qu’elles prennent au XXe siècle. Le concept de race au sens de racine ne signifiait pas supériorité d’un peuple, mais attachement à un sol. C’est celui que lui donna Mistral, permettant un amalgame que l’Action française ne manque pas d’exploiter. Charles Maurras se fait le pèlerin de cette association spécieuse dans toute la zone Sud, de décembre 1940 au mois de mars 1941. Un rapport de police, du 27 mai 1941, explique clairement l’utilisation tendancieuse, faite à partir des élégies de Mistral sur son pays. Dans ce texte, la philosophie maurrassienne prend ses thèses essentielles chez Mistral – confrontés aux messages du Maréchal94. Les textes à 75 ans de distance, ont des accents certains de "retour à la terre". C’est faire abstraction des mouvements romantiques qui exaltèrent la nature, la personnifièrent et s’adressèrent à elle en amoureux passionnés : "Que Dieus renda la terra als seuls fizels amans"95. Le terme ne souffre aucune équivoque mais il est occulté. Le glissement s’opère du concept de nature à celui du nationalisme. Comment expliquer un tel rapprochement ? La Révolution nationale est, effectivement, la mise sur pied d’initiatives fort diverses qui trouvent un écho chez les félibres : enseignement des langues dialectales, projet de réglementation de l’habitat rural, artisanat sous toutes ses formes ; sans compter l’utilisation des médias pour une propagande efficace. Le félibrige opposé au centralisme ne s’aperçoit pas de la manipulation dont il est l’objet. La Révolution nationale utilise les revendications linguistiques d’une élite, autant que l’attachement au terroir d’un peuple pour maintenir une région dans le consensus. Les félibres ont un chantre, qu’ils vénèrent. Ils avaient tenté souvent et pour de médiocres résultats de faire triompher leurs thèses. 1940 arriva. Pour le Gouvernement, une nécessité : faire oublier aux Français la défaite et l’occupation ; un but : installer l’idéologie d’un ordre nouveau. L’oubli de la défaite se résoud dans une mobilisation des esprits, dans leurs particularismes et le recours, pour ancrer les concepts, aux valeurs chantées à la fin du XIXe siècle, qui ne tiennent pas compte de l’évolution économique, et veulent maintenir le pays dans une société rurale dépassée. Pour ce faire, Vichy utilise le personnage de Mistral dont il est facile d’interpréter les textes. (Autant que l’est celui de Jeanne d’Arc qui pourtant "boutait l’occupant" hors de la France). Le maréchal Pétain, qui avait rencontré Mistral a le génie de susciter un rapprochement qui fait honneur aux félibres et sert la Révolution nationale.

Dessin de Léo Lelée, pour le programme de la Fête des Mères, organisée au Théâtre Antique par la Jeunesse de l’Enseignement secondaire d’Arles et dont le thème fut : Les Grandes Figures de l’Histoire de France.
in, La Revue d’Arles, juil.-sept. 1942.

La Société d’études occitanes

33Au lendemain de la première guerre mondiale se constituait autour de la gazette Oc un groupe décidé à mettre en place la renaissance intellectuelle des pays d’oc. Fondée en 1930, la Société d’études occitanes se divise en sections de :

  • Philologie, chargée de continuer la restauration de la langue commencée par F. Mistral, l’unification du vocabulaire et de la graphie, et doter l’occitan d’un vocabulaire scientifique et technique, rigoureusement commun à tous les dialectes ;
  • La "section des lettres" établit le répertoire de toutes les œuvres occitanes et réalise un programme éditorial ;
  • section de propagande.
  • 96 Plusieurs collections de la SEO sont réservées aux œuvres anciennes. Une Collection de "manuels sc (...)
  • 97 Terra d’Oc, Albi-Toulouse, déc. 1940.

34Les statuts déposés le 15 octobre 1940, font mention d’une société exclusivement culturelle. À un moment où le gouvernement met en place les organismes régionaux et permet un enseignement des dialectes, la SEO modifie son organisation et se donne les moyens de ses ambitions. L’ensemble de ses membres sont des intellectuels de haut niveau, qui croient à la régionalisation et à la rénovation de la culture d’Oc. Pour la mener à bien, il faut des outils pédagogiques. Les directives du Secrétariat d’État à l’Instruction Publique, les mettent dans l’obligation (morale) de préparer des éditions, d’être prêts pour aider à cet enseignement et le diffuser. La formation des lecteurs, des élites, des maîtres, se fait par la diffusion d’ouvrages conçus suivant les principes d’unification et d’épuration de la langue96. Les adhésions sont moins nombreuses que dans le Félibrige. La lecture des statuts apporte une précision : les sections d’études ne sont pas "populaires", elles relèvent d’un enseignement supérieur qui donne à ceux qui le pratiquent les outils de la transmission. Les universitaires qui dirigent la SEO, effectuent les nominations par cooptation, qui les met à l’abri des intrusions. Il ne s’agit pas de faire renaître un parler du peuple, mais de ressusciter une langue savante, issue du latin et que les aléas de la politique ont fait disparaître. Cette langue véhicule des concepts d’autant plus forts qu’ils se logent dans une forme de langage réservée à une élite qui manie la pensée. Leur volonté d’unifier la langue, de lui donner statut, de recréer les unités intellectuelles du Moyen Age, sont des tentatives de récupérer un pouvoir de pensée. Il semble que ce groupe composé de chercheurs voit l’occasion d’effectuer des travaux et de diffuser un enseignement comme jamais auparavant ils n’avaient pu le faire. Le texte d’Alibert (1940) ne mentionne à aucun moment la guerre, le désastre, seulement "des événements extérieurs et les crises économiques qui les ont accompagnés"97, et qui ont pour conséquence une pénurie de papier – "drame" pour celui qui écrit. Ils sont durement contingentés. C’est peut-être justement par leur position repliée, loin du peuple, qu’ils subissent un ostracisme, que le même Alibert dénoncera au Préfet en 1943. Coupés des contingences journalières, ils occultent les vrais raisons d’une liberté qui ne s’exerce que pour satisfaire à l’idéologie du moment. Vichy leur met en mains des jouets dont ils rêvaient, ce qui, là encore, assure le consensus.

  • 98 Oc, Toulouse, no 4, 1942.
  • 99 Ch. Camproux, M. Allier, L. Lacombe, N. Vesper, G. Deleuil, A. Conio, R. Lafont, R. Nelli, C. Galt (...)
  • 100 BARSOTIG., 1978.

35À la suite de l’assemblée générale de la SEO qui se tient à la Faculté des Lettres de Montpellier en 1942, une commission est chargée de présenter au ministre de l’Éducation nationale, un vœu demandant que "soit instituée, à l’oral du baccalauréat de l’enseignement secondaire (première partie), une épreuve facultative comptant pour l’établissement définitif de la moyenne, d’explication littéraire d’un texte de langue dialectale"98. La SEO s’affilie à la Fédération des sociétés savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne le 12 décembre 1942. Les problèmes de langue font naître des querelles d’écoles. Contrairement aux régions de Provence où l’unité linguistique avait été opérée, les régions du Sud-Ouest et le Nord des régions de Languedoc restent divisées sur ce plan. Les philologues les partagent en des zones bien distinctes : l’auvergnat, le catalan, le gascon, le languedocien, le limousin, dialectes souvent émiettés en sous-dialectes orthographiés sans règles communes. Il y a des démissions en 1943 dont les raisons n’apparaissent pas clairement. La SEO se rallie dans un premier temps au régime de Vichy. Puis certains de ses membres prennent leurs distances et choisissent la résistance99. La réalité n’est pas aussi manichéenne que le laisse entendre G. Barsoti qui fait des félibres des collaborateurs inconditionnels et des occitanistes des résistants tout aussi inconditionnels100. Quant à L. Alibert, les thèses de la Révolution nationale vont dans le sens de ses propres convictions. Il avait fait partie des Ligues d’Action française en qualité de sympathisant. Il a en compagnie de M. Blanc, comme secrétaire, fondé une section locale de la Légion des combattants à Montréal d’où il est exclu selon lui...

  • 101 ALIBERT L. – Lettre au préfet, Montréal, 04.09.1943, (A. - C.O. Dos. IV).

« Car j’étais en désaccord complet avec le président départemental Caillard, parce que je voulais faire de notre section une véritable association de combat et de défense de la Révolution nationale, ce qui est aujourd’hui la Milice »101.

36Il s’inscrit au groupe "Collaboration" en 1941. Le 7 décembre 1944, à la demande de G. Reboul, le Bureau de la maintenance de Provence adopte un manifeste condamnant la collaboration. Après la Libération, l’occitanisme continuera à se développer, souvent teinté de gauchisme, mais tout aussi intellectuel et élitiste qu’auparavant. Héritier de l’ancienne SEO, l’Institut d’études occitanes, créé sous les auspices de l’Université de Toulouse s’installera dans les anciens locaux du Bureau du régionalisme, dits "Hôtel du régionalisme". Il y aura comme président, Jean Cassou et comme secrétaire général, Ismaël Girard.

Le ralliement des folkloristes

  • 102 RIVIERE G.-H. – "Les groupes folkloriques en France, avant et depuis la guerre", 28.07.1942, 14 p. (...)

« L’actuelle conjoncture est plus que jamais, et à la fois, critique et favorable à un essor des groupes folkloriques. La conjoncture est critique car les profonds bouleversements que connaît notre temps peuvent consommer la ruine définitive de la civilisation artisanale déjà meurtrie par les révolutions agricoles et industrielles du XIXe siècle.
La conjoncture est favorable, car le nouvel état français et, avec lui, l’Europe toute entière, sentent le prix de valeurs héréditaires ainsi menacées et veulent en intégrer la substance la plus précieuse dans l’ordre nouveau qui s’engendre.
(...)
Il est donc nécessaire, dans le plan général d’inventaire et de renouveau de traditions auquel s’intéressent les pouvoirs publics, de concevoir et d’appliquer une politique des groupes folkloriques »102.

37Par cette déclaration, G.-H. Rivière atteste de sa confiance dans l’idéologie qui s’installe en France et par-delà, dans l’Europe toute entière. Le folklore, nourriture de l’ordre nouveau en gestation nécessite un nouveau regard. Tout est mis en œuvre pour vivifier des groupes qui avaient vécu sans bruit, pendant les dernières décennies.

38La Fédération des groupes folkloriques des provinces françaises fondée en 1935, était en liaison avec la Renaissance française (groupe parisien) animé par L. Armbruster, originaire d’Alsace. Elle était alors puissante. À ses côtés, la Fédération des associations régionales, créée à Nice en 1924, regroupait quarante amicales originaires des provinces de France et de l’Empire. Présidée par P. Pellat-Finet, elle avait pour commissaire général, l’avocat M. Finas-Duplan. La FAR bénéficiait de l’appui du maire de Nice dont elle recevait des subventions qui lui permettaient d’organiser depuis 1930, chaque année, à Nice, des fêtes des provinces françaises et du folklore international, réunissant plus d’une dizaine de pays européens sous le signe du folklore. Elle réalisait des tournées théâtrales en Hollande, Belgique, Tchécoslovaquie, Angleterre et surtout en Allemagne où elle entretenait des liens étroits avec l’organisation Travail et Loisirs, d’Hambourg.

39En août 1939, elle créait avec la Fédération des groupes folkloriques, un Comité national de propagande par le folklore (France et Empire) qui suscita des remous dans les milieux intéressés et disparut prématurément avec la déclaration de guerre. Le Comité réapparaît avec l’instauration du régime de Vichy.

  • 103 L’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1941.

« Aujourd’hui, après deux ans de sommeil, ce comité rénové se réveille à l’appel du Maréchal »103.

Voyage en Province, in, L’Écho des Provinces, sept.-oct. 1941.

40Il regroupe aussi bien des folkloristes que des historiens, linguistes, archéologues, collectionneurs, conservateurs de musées, peintres, archivistes, musiciens, rénovateurs de théâtre populaire et de l’artisanat... H. Labat, son président général, avocat et chargé de mission à l’Information, assure aussi la direction de la censure régionale de Nice. Le Comité, lyrique, s’installe dans la Révolution nationale. Tous les poncifs de Vichy émaillent l’article paru dans L’Écho des provinces d’octobre 1941.

« Aujourd’hui, la France renaît de la tourmente (...). Elle a soif de revivre à travers tous ses enfants épars, à travers leurs coutumes, leurs chants, leurs danses, leurs écrits, leur artisanat ; bref, fille de Jeanne d’Arc et de Pétain, elle veut à nouveau s’épanouir, fidèle à ceux qui, par deux fois, l’ont sauvée, mais, et c’est là la seule condition, en puisant désormais à la terre, même ses raisons essentielles de respirer. Oh ! Elle ne va pas chercher bien loin, puisqu’elle n’a qu’à se baisser pour trouver sur son propre sol, ses moyens d’existence maternelle et spirituelle. (...) »

41Il veut constituer un organisme consultatif destiné aux grandes administrations centrales : Conseil national, Éducation nationale, Colonies, Information, Jeunesse, Travail, Légion des combattants... Il souhaite collaborer à la nouvelle division administrative de la France, à l’établissement des programmes de la Radiodiffusion nationale, à la Mission de restauration paysanne, à l’éducation des jeunes réunis dans les camps, à la renaissance de l’artisanat... En fait, parmi les folkloristes affiliés au Comité, beaucoup ont des liens personnels avec ces divers organismes : conseillers nationaux, légionnaires, professeurs, instituteurs, conférenciers, journalistes. Il souhaite que le gouvernement accrédite officiellement auprès des Préfets et des commissions départementales de propagande régionaliste les présidents de ses comités provinciaux et départementaux. M. Chabrol reçoit personnellement à Vichy l’aval du Maréchal en 1941...

  • 104 in PELLAT-FINET P. – L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943.

« Vos groupes de folklore ont été les mainteneurs et les animateurs de cet esprit régionaliste, de cet attachement à la petite patrie, qui rendront vivantes et fortes les provinces que nous créons. Je vous demande instamment de persévérer dans votre action et de la développer. Passez cette consigne à vos collègues »104.

  • 105 Le comité est parrainé par M. Gillouin du cabinet du maréchal Pétain.

42... qui ne fait pas que des déclarations d’intention, puisque le Comité reçoit des subventions du maréchal Pétain qui permettent de couvrir les frais engendrés par la parution de sa revue, L’Écho des provinces105. Il reçoit aussi une aide importante du sénateur-maire de Nice Jean Médecin.

  • 106 Jean Médecin, in, L’Écho des provinces, janv.-fév. 1942.

« Et je vous encourage de toutes mes forces, persévérez avec ténacité, je vous aiderai, le folklore, c’est l’avenir, aussi soyez-en certain, vos travaux ne me laisseront pas indifférent : aujourd’hui le mouvement folklorique est devenu un des articles du programme de rénovation nationale ; il est intimement lié au régionalisme ; il est reconnu par l’État, il jouit de l’approbation et du haut appui du Maréchal, le vénéré Chef de l’État français »106.

À Vichy, les jeunes filles des groupes folkloriques acclament le Chef de l’État, in, L’Écho des Provinces, sept.-oct. 1941.

43Ses responsables sont en accord avec les visées gouvernementales. P. Pellat-Finet se rend à Vichy en juillet 1942 où il rencontre le Maréchal. Il est reçu par divers cabinets ministériels dont le Secrétariat d’État aux Colonies, le cabinet de l’amiral Platon, le cabinet du ministre du Travail et celui de l’Éducation nationale.

44Pour compléter cette mise en place en 1940, il faut évoquer la Fédération des groupes costumés des provinces françaises qui réunit à Paris les sociétés de Parisiens "originaires" et la Société des amis des Arts populaires dont la pédagogie "scientifique" ne réunit que peu d’adhérents.

45Pendant l’Occupation, l’activité des groupes folkloriques reste faible dans toute la zone occupée. En zone "libre", au contraire, les groupes profitent de la conjoncture, collaborent avec les organismes de jeunesse, participent aux cérémonies officielles et aux fêtes traditionnelles. Ils y ressuscitent un esprit de fête et de chansons qui ne peut qu’être approuvé par Vichy. On insiste sur l’obligation de ne pas mêler les genres. Le purisme est précisé par le Dr. Puech qui rejette toute collusion entre provinces.

  • 107 L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« En aucun cas les groupes ne peuvent se croire autorisés à interpréter un chant ou à copier les danses d’un autre groupe »107.

46Une anecdote témoigne de la "revendication scientifique" :

  • 108 L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, p. 48.

« Rendant dernièrement visite à notre éminent Conseiller scientifique M. André Varagnac, j’ai appris de celui-ci que, dernièrement, lorsque le Maréchal s’est rendu à Pau, on a osé lui présenter un groupe de prétendus danseurs béarnais qui était composé de jeunes filles ayant revêtu des costumes masculins et qui s’étaient orné le visage de moustaches faites avec des bouchons passés au noir de fumée. (Écho des provinces, numéro de novembre-décembre 1942, p. 6, col. 1 et 2). Notre éminent ami le Dr. Casadessus, président du groupe "lou Ceu de Pau" s’est ému de cette information et nous a écrit qu’elle était erronée. Le fait cité est rigoureusement exact et l’on possède des photographies de cette mascarade. Mais ce n’est pas à Pau qu’elle s’est produite, c’est dans une autre ville du Sud-Ouest. Il avait été signalé le 1er novembre, à 11 heures, par M. Varagnac à M. Deloncle sur le quai de la gare de Montauban. Est-ce un lapsus linguae de M. Varagnac, est-ce une erreur de M. Deloncle ? Peu importe quant à la matérialité du fait et quant au principe de la nécessité d’une discipline stricte des groupes folkloriques, principe que soutenait M. Deloncle dans ce passage de son rapport. Quant au bon renom scientifique des groupements folkloriques de la ville de Pau, nous sommes nous-mêmes très heureux que M. Casadessus nous ait, par sa lettre, donné l’occasion d’affirmer, qu’il doit demeurer au-dessus de toute critique »108.

47Revenons au texte du docteur Puech. Sa communication mérite l’attention sur bien des points. Véritable manifeste, il doit servir de base à tous les groupes déjà créés ou en cours de création.

  • 109 PUECH – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« Un groupe folklorique de France est une société qui entretient la tradition chantante et dansante de la Province ou du petit pays sur le terroir même dont elle est issue ; qui fait revivre pour la joie des yeux et du cœur et pour l’amour de la Petite Patrie, ses anciennes coutumes et légendes du passé sous le pittoresque costume des ancêtres. Ce groupe doit avoir une existence légale et en conséquence, conformément à la loi, être déclaré à la Préfecture de son Département. Il doit avoir son Siège Social et exercer une "activité permanente" dans la région dont il est issu et qu’il représente »109.

48Deux groupes sont particulièrement représentatifs : La "Couqueto" de Marseille qui date de 1925 et "La Capello" d’Arles, de décembre 1940. Leur confrontation fait apparaître l’évolution de l’un, comme les déterminations de l’autre. Le premier ne doit rien à Vichy, alors que l’autre, s’est constitué pour rendre hommage au maréchal Pétain.

in, Compagnons, 8.08.1942.

  • 110 La Couqueto désigne une coiffe à brides croisées.

49La Couqueto110, animé par Camille Bourdillon, présidente de 1925 à 1942, était exclusivement féminine à sa fondation. Il aidait à la renaissance des costumes de Basse-Provence, rappel discret de l’identité culturelle de cette région maritime cosmopolite. Au fil des ans, Camille Bourdillon homogénéisa le costume, l’allégea, le rendit attrayant pour attirer les jeunes Marseillaises, il anima les fêtes, affirma son rôle dans la communication naturelle entre les sexes, dans la sociabilité en général et favorisa les côtoiements entre classes sociales.

  • 111 CASTAING C. – Sources, Châtel-Guyon, août 1942.

« Ce fond populaire de la plupart des garçons y a gagné une certaine finesse. Les jeunes filles ont probablement acquis un sens social et appréhendent moins les rencontres avec des publics populaires »111.

50Bien qu’écrites en 1942, ces lignes reflètent l’atmosphère des années trente où les problèmes de classe sont posés et résolus de façons diverses (JAC-JOC...). L’individu s’efface au profit du groupe dans une approche "sociale". Le destin du groupe fut brillant ; il se produisit à partir de 1930, où la radio fit appel à lui, dans l’Europe entière, comme une troupe de théâtre. Il était considéré comme tel, avec un répertoire riche et une évolution de la mise en scène. La Couqueto, en 1942, amorce une évolution. Elle se politise dans le sens particulier que lui assigne Vichy : "éducation" des ruraux, des jeunes ouvriers (souligné dans le texte) ou encore des cadres JFF du Lavandou ou de Sainte-Anne près de Marseille. Ce qui était théâtre et mise en scène, devient à partir de 1941 un "état" que les participants acquièrent. Ils deviennent, élément vivant, insérés dans la réalité.

in, La Revue d’Arles, nov. 1941.

51Aux côtés de la Couqueto, la Capello. Sa naissance est programmée le jour de la visite du maréchal Pétain à Arles le 3 décembre 1940. Elle existe d’abord par ce qui motive sa fondation : le renouveau du costume arlésien.

in, La Revue d’Arles, déc. 1941.

Couverture La Revue d’Arles, déc. 1941.

52Ce groupe est soutenu par une chronique mensuelle dans La Revue d’Arles, organe de l’Académie. Le premier numéro insère un article construit comme un tract publicitaire. Il justifie le port du costume pour des raisons économiques en ces temps de pénurie. (Le costume existe déjà dans les malles des grands-mères). Il appâte avec des concours, des cours de coiffe, des billets de spectacle à prix réduit. Il précise un trait intéressant : les fonctionnaires des musées le porteront. Le Comité fait appel au mimétisme qui incite les femmes à suivre la mode. La Maréchale fait au groupe l’honneur de le parrainer. La chronique de "La Capello d’Arles" illustre au long des mois les progrès de l’intoxication par l’exemple et le discours

  • 112 La Revue d’Arles, Arles, avril 1941.

« Nous pouvons suivre ce fameux costume : il apparaît dans la vie quotidienne du village »112.

  • 113 La Revue d’Arles, Arles, mai 1941, le même article paraît dans le Temps.

53et sous la plume d’E. Henriot, il confère aux femmes les vertus d’une race113. Les Artésiennes de la Capello, présentes aux manifestations officielles de tous ordres, deviennent le décor des mises en scène dont le Maréchal est la star. Élisabeth Jossier montre les progrès de recrutement qui se fait par le système des correspondantes.

  • 114 La Revue d’Arles, Arles, oct. 1941.

« Nous avons recruté dans Arles une soixantaine d’adhérentes... Le mouvement va chercher une base campagnarde »114.

54L’Église est une caution importante. Toutes les cérémonies donnent lieu à une messe où se rendent les cortèges officiels. Élément du décor, le groupe y assiste. La fonction idéologique des groupes folkloriques est révélée par le costume, signe essentiel.

55Il devient au cours d’une année de chronique, une tenue à la mode. Il est présenté comme élément de séduction et possède suffisamment d’attrait pour susciter le désir. L’image nous livre un certain nombre d’informations : les personnages sont indéterminés (seulement les contours du visage), le costume peut être porté par toutes les femmes. Le mouvement de marche ou de danse suggère la mobilité, la gaieté, la grâce, voire l’insouciance. Les silhouettes sont offertes dans un miroir, c’est-à-dire telle que la femme pourra s’imaginer. Le texte corrobore ces notations d’où la sexualité n’est pas du tout exclue.

56La propagande s’adapte au groupe d’individus visés. La stratégie de la Capello est simple. Elle utilise habilement les poncifs de l’époque sur la femme, sa féminité, sa grâce, fait appel à la coquetterie, plus qu’à des justificatifs austères pour imposer le port d’une tenue. Le vocabulaire est franchement lyrique. Son regard, posé sur les femmes les confirme dans leur rôle de séductrices. La Capello avance une autre idée, tout aussi séduisante : "aucune distinction de milieu, ni de classe n’existe à la Capello". Le costume abolit tout élément qui peut susciter la division. Il s’oppose à la mode citadine qui éclaire brutalement les différences sociales, puisque la confection n’est plus qu’un pâle reflet des luxueuses créations des couturiers. Le Bureau artistique du Secrétariat à la Jeunesse envisage la création d’un costume type, rappelant selon les régions, le costume traditionnel, expression de la "personnalité des communautés rurales". Dans le sens vichyste, il confère la dignité d’un état. Une transmutation s’opère chez celui qui le revêt, puisqu’il est signe d’une terre particulière avec ses lois et ses coutumes. Le costume, ne révèle pas l’identité culturelle de l’individu mais le transforme en parcelle même de terroir.

  • 115 PUECH – op. cit.

« En prenant le costume d’une province, on doit en prendre l’âme »115.

57Toute individualité disparaît au profit de la communauté provinciale.

  • 116 id., ibid.

« Ces collections pourraient être faites sur un modèle unique pour toutes les Provinces à l’exemple de l’effort fait par la Vertugade »116.

  • 117 id., ibid.

58À l’origine, les costumes d’une région étaient le fruit d’une communication restreinte. La Révolution nationale en fait un uniforme où toute différence de classe est abolie. La province devient un lieu de paix sociale. Ainsi préparé, devenu parcelle du terroir, l’individu entre dans un ordre pour que se déroule "le culte traditionnel"117. Cette mise au pas dans un cadre qui acquiert une dimension religieuse, donne à la province statut d’espace divin, où les acteurs et le Maréchal, essentiellement, sont les divinités qui officient dans le décor spécifique représenté par les costumes. La Couqueto et la Capello d’Arles révèlent des fonctions différentes : l’un se produit et participe du ludique, l’autre devient le décor des diverses cérémonies. Les promoteurs de ces groupes ont mis en avant un élément du folklore régional : le costume. Il devient l’essence d’une région et en en suscitant le port, dans la vie quotidienne, les folkloristes espèrent qu’il sera perçu comme élément de la culture de masse. Porté couramment, il représente alors à son tour un mode de vie, exerce son influence, fait partie de l’éducation.

  • 118 LAB AT H. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« Il faut également que dès leur jeune âge les enfants s’attachent à conserver le costume de la région où ils sont nés et qu’ils ne trouvent plus dans les collèges, les magasins de nouveautés des grandes villes, l’occasion de renier ce qui était beau pour se précipiter sur ce qui ne l’est pas. Nous rattacherons l’enfant à son terroir, car le provincial doit être fier du costume qu’il porte »118.

59Les groupes folkloriques véhiculent le savoir d’une élite, outre la valeur éducative incontestée et d’ailleurs exprimée du côtoiement communautaire. Ils font œuvre de rééducation nationale, mobilisent la jeunesse, l’attachent à sa terre. Leur fonction idéologique à long terme est sous-jacente. Le groupe, signifié par le costume, est le terroir lui-même. Il en prend l’âme.

Les sociétés savantes

  • 119 LEQUINY. – 1984, p. 152.

60Les sociétés savantes de province autant que les groupements régionalistes et folkloriques participent à la rénovation "morale et spirituelle" du pays. Elles font appel à un autre idéal : le savoir. Leur programme n’est pas aux réjouissances mais à l’étude. "Substituts que l’on peut à distance, trouver bien minces à l’absence de mandats électifs et à la mise à l’écart des décisions en leur centre"119. Cercles étroits d’une bourgeoisie érudite, de "l’élite provinciale", pour reprendre un terme qui leur est cher, elles jouent un rôle important dans la mobilisation des esprits que suscite le Nouveau Régime. Souvent mises à l’écart de la vie publique dans les décennies précédant le deuxième conflit mondial, ces intellectuels notables en perte de pouvoir, voient dans la Révolution nationale une occasion de redorer leurs blasons et surtout de retrouver une place dans la vie sociale et politique de la province. Les propos tenus par Henri Labat, au Congrès du folklore à Nice en mai 1942, nous confirment cette volonté de mobiliser les "intelligences" au service du pays.

  • 120 L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

« Nos commissions doivent pratiquement mettre à l’honneur tous ces cerveaux splendides, ignorés dans le fond de nos provinces ou des campagnes et qui ne peuvent faire connaître les veines de la France et de son esprit »120.

61Les sociétés savantes se prévalent d’une mission, morale et spirituelle, et se donnent comme tâche l’inventaire des ressources matérielles et intellectuelles. L’État français et ses agents préfectoraux deviennent leurs interlocuteurs directs. Dans toute la zone Sud, elles connaissent malgré les difficultés du moment un regain d’intérêt de la part des préfets qui cherchent leur appui pour asseoir leur propagande régionaliste. Elles obtiennent lors des journées régionalistes de mai 1941 à Toulouse des locaux et des subventions pour leurs publications. La préfecture du Gard inscrit pour l’année 1942, l’attribution de budget pour les sociétés littéraires, scientifiques ou artistiques. Les rapports des municipalités précisent la tâche des sociétés qui, par leur activité, veulent servir la culture du sentiment régionaliste et national, sous les directives du Gouvernement du Maréchal.

  • 121 Maire d’Alès, lettre au préfet du Gard, Alès, 12.12.1941, 2 p. (A.D. Gard, 4 T.3).

« Votre aide, Monsieur le Préfet, viendrait opportunément secourir ces saines énergies locales dans le sens salutaire de la décentralisation artistique et de l’intensité renaissante de la vie locale qui sont les assises nécessaires de la France révolutionnaire »121.

  • 122 (A.D. Gard 4 T.3).
  • 123 La région toulousaine renferme de nombreuses sociétés savantes. Au total nous avons pu en recenser (...)
  • 124 Les jeux Floraux furent fondés en 1323 par le groupe dit des Sept Troubadours ou Collège "du gai S (...)
  • 125 M. Baudouin est alors ministre, secrétaire d’État à la présidence du Conseil, M. Peyrouton, minist (...)

62Certaines soupçonnées d’un rattachement aux idéaux de la Troisième République et proches du Front populaire, sont tenues à l’écart122. L’Académie des Jeux Floraux et l’Association de la renaissance de la province de Toulouse sont particulièrement intéressantes à suivre. La première constitue la société savante la plus prestigieuse et la plus ancienne de la région toulousaine123. La seconde, créée le 3 novembre 1940, illustre les directives du gouvernement de Vichy en matière de propagande régionaliste. L’Académie littéraire des Jeux Floraux124 n’interrompt à aucun moment ses travaux. Le 14 juin 1940, elle procède à l’élection du poète Touny-Lérys. Pendant toute l’occupation elle poursuit l’examen de ses concours de poésies et de prose, exaltant les valeurs intellectuelles et morales d’une élite attachée à défendre la doctrine de Révolution nationale. Le 6 novembre 1940, elle reçoit le maréchal Pétain, en visite dans les grandes villes de la zone "libre". Sa réception à l’Hôtel d’Assézat, siège de l’Académie, par E.H. Perreau entouré de ses collègues, se fait selon l’habituel scénario. Les jeunes félibresses du Castet de Garona de Mares, offrent les violettes de Toulouse, chantent le "Coupo Santo" et la "Respelido" de Mistral. Le maréchal Pétain, accompagné de deux ministres, Peyrouton et Baudoin125 est ensuite accueilli dans les salons par les membres sociétaires réunis autour du comte de Pesquidoux. L’amiral comte d’Adhémar, secrétaire perpétuel de l’académie, invite le chef de l’État à protéger son œuvre.

  • 126 Recueil de l’académie des jeux floraux, Toulouse, 1941.

« Votre visite à notre Académie est un acte de foi dans la force vivifiante du régionalisme. Elle s’inspire du même sentiment qui dicta votre admirable lettre à la veuve de Mistral.
Sans se lasser, elle exalte tout ce qui est saint, tout ce qui est pur, tout ce qui est grand, tout ce qui élève, tout ce qui unit, tout ce qui console. La France sait que nous restons fidèles à cet idéal. Votre présence au milieu de nous, aujourd’hui, nous en apporte un précieux témoignage. Soyez assuré que nous sentons tout le prix de cette marque de confiance et que nous nous efforcerons d’y répondre avec tout notre dévouement »126.

63L’exemple de l’Association de la renaissance de la province de Toulouse est lui aussi éloquent, cette toute jeune société annonce ses visées politiques et idéologiques. Elle diffère en cela de la plupart des autres sociétés qui offrent les résultats de leurs travaux, sans pour autant prétendre formuler une idéologie. Constituée dans le cadre de la loi 1901, elle prétend dès sa création en novembre 1940, renouer avec "les valeurs spirituelles, morales et sociales" dans le cadre d’une province reconstituée. Son but : procéder à une récapitulation des ressources "provinciales". Elle organise des conférences sur la vie régionale dans ses aspects culturels, moraux, économiques, intellectuels, sociaux et financiers, fait appel à des spécialistes et à des technocrates. Les mises en place qu’elle propose, plus économiques et politiques que culturelles, confirment ses prétentions idéologiques. Regroupant les "élites régionales", il ne fait pas de doute que son but est de restaurer les structures d’ancien régime.

  • 127 PALAMINY DE – Association de la renaissance de la province de Toulouse, Toulouse, imp. du Sud-Oues (...)

« La restauration de la justice et de la charité dans l’ordre social par la suppression des antagonismes de classe, grâce à des ententes corporatives comprises selon les lumières de la prudence et de la sagesse chrétienne, en respectant la liberté et la dignité humaine, dans une société hiérarchisée et bien gouvernée »127.

64Elle se place en partenaire directe du Bureau du régionalisme qui s’est fixé à peu près les mêmes buts.

65Pendant cette période, de nouvelles académies régionales sont créées : celle du Limousin en 1942, ou l’Académie d’Arles en 1941 au Musée Arlaten. Cette dernière fondée en 1666, disparue en 1721, renaît de ses cendres sous la présidence d’honneur de Mme Frédéric Mistral, de Jean des Vallières (sous-préfet d’Arles) et de Pierre du Lac (maire d’Arles). À la différence de son ancêtre, elle n’est plus exclusivement littéraire et savante, mais comprend :

  • une section économique et sociale attachée à la vie agricole
  • une section dite des sciences, des lettres et des arts qui inventorie la documentation et assure l’enseignement des dites matières. Elle se charge également de la publication de la Revue d’Arles, organe de l’Académie.
  • la troisième section "de l’artisanat et des métiers du terroir" s’attache à remettre en vigueur les anciens métiers de la ville et de la campagne, à restaurer les corporations de métiers et à remettre en usage les bannières, insignes et fêtes corporatives.
  • une section poursuit l’œuvre de Mistral en assurant le maintien ou la restauration des traditions félibréennes et des fêtes locales. Elle organise l’enseignement du provençal, crée des prix pour encourager les sociétés de chants et de danses du pays, fonde le groupe de la "Capello d’Arles", milite en faveur des courses de taureaux et jeux à cheval et cherche enfin à rétablir les anciens saints, les cérémonies et les pèlerinages régionaux.
  • une section tourisme et de la protection des sites propose des circuits touristiques, édite un guide et des monographies locales. Elle planifie toute une série d’expositions, dont la première, au printemps 1941, porte sur l’imagerie et les santons. Chargée également de la propagande, elle multiplie les contacts avec la presse, la radio et le cinéma. Sous son impulsion, plusieurs films documentaires sont réalisés dont un sur le centenaire d’Alphonse Daudet, un autre sur "les miracles de l’eau en Crau" et un sur l’artisanat régional.

Un processus de coordination

66Les organismes de regroupement caractéristiques de cette période supposent une volonté de coordination et d’uniformisation des structures qui en facilitent la gestion, le contrôle et l’efficacité. À l’intérieur de ce cadre, il faut gérer les échanges qui se font par les congrès. Ils permettent de confronter les points de vue et de se concerter pour une action de longue haleine.

67Le Comité national du folklore refait surface à l’automne 1941. Ses options, par trop extrémistes qui l’avaient fait disparaître de la scène, ne sont plus gênantes à cette date. Il fait patte blanche en éliminant de son appellation le terme propagande. Le mot, encore supportable en 1938, dans cette période de montée des périls, devient gênant, appliqué à un organisme qui, somme toute, pour la population, ne doit pas être politique. La première commission qu’il met en place est cependant celle de propagande. La Fédération des groupements folkloriques des provinces françaises, et la Fédération des associations régionales se mettent sous sa tutelle et groupent leur activité. Le Comité reconstitue son réseau de correspondants et décide, en zone Sud, de créer huit commissions à partir de l’automne 1941. La première est réservée à la propagande folklorique en France, dans l’Empire et à l’étranger. Les autres sont plus spécialement consacrées aux groupes folkloriques, au théâtre et à la musique, aux beaux-arts, aux lettres et à la presse, à la radio et au cinéma, et enfin au tourisme. La plus importante a comme tâche la rénovation de l’artisanat.

68En 1942, M. Labat met sur pied, à Paris, en relation avec le Musée national des ATP, une structure semblable pour la zone occupée. Le plan d’ensemble présenté au gouvernement est signé par les responsables de la recherche et les représentants du Comité.

  • 128 PELLAT-FINET P. – in, L’Écho des provinces, Nice, avril-nov. 1943.

« En résumé, c’est vers une sorte de Corporation nationale du folklore que nous nous acheminons, vers un organisme qui, avec autant de souplesse que de tact, coordonnera toutes les initiatives privées en matière de folklore, respectera leur indépendance, loin de chercher à l’asservir, soutiendra ces initiatives et en suscitera de nouvelles, grâce aux moyens matériels et moraux dont il pourra disposer »128.

  • 129 Études agricoles d’économie corporative, Paris, oct.-nov.-déc.1942, p. 316.

69G.-H. Rivière veut, selon ses propres mots, faire du Comité "la véritable corporation nationale du folklore"129, organisme privé face aux organismes officiels. Il ressort de ce projet que le Comité se donne les moyens de recherches, d’implantation, de diffusion correspondant à ses vastes ambitions. Il bénéficie de l’appui de l’État et utilise, comme lui, les ressources de ceux qui possèdent les compétences, ce qui assure l’efficacité de son travail. Rationalité, fonctionnalité sont mises au service d’idéologies proches du Gouvernement. Le regroupement assure un rendement maximum ; il évite les pertes d’énergie. Les travaux des commissions sont rapidement fonctionnels. Ils s’adressent aux catégories qu’il faut tenir en mains et conforter dans leur rôle : les paysans et artisans, la jeunesse, les enseignants, les institutions privées. La politique, bien sûr, consiste en une valorisation constante des rôles et des catégories particulières. Elle vise à satisfaire par l’idéalisation. Ses moyens, elle les trouve dans les systèmes de correspondants et l’utilisation des médias. Il n’y a pas de relâchement possible, puisque les instants de loisirs sont occupés. Ils seraient intéressant d’étudier l’impact sur les générations postérieures que ces ensembles culturels ont asséné quotidiennement, à la jeunesse surtout. La personnalité légendaire, débonnaire et rassurante du Maréchal, apparaît comme le démiurge de telles associations, dont le but est la refonte des mentalités par un travail en profondeur.

  • 130 VARAGNAC A. – Revue de folklore français et de folklore colonial, Paris, janv.-mars 1942, pp. 20-2 (...)
  • 131 in, Bureau du régionalisme, "Assemblée générale constitutive de la Fédération régionale des groupe (...)

70Le renouveau "régionaliste" s’accompagne d’un processus de regroupement que l’on peut suivre pour la région languedocienne. Au Congrès de Toulouse de mai 1941, le Bureau du régionalisme suggère de fédérer les sociétés savantes et les groupes folkloriques. L’idée est retenue et aboutit le 25 mai 1942 à l’Association "Languedoc-Pyrénées-Gascogne", créée dans le cadre de la loi 1901 sous les auspices de la préfecture régionale. Elle regroupe quarante-trois sociétés et siège à la Faculté de Toulouse, qui en devient l’épicentre. Les groupes folkloriques des mêmes régions se fédèrent sous la présidence d’A. Praviel et adoptent le même statut130. Dès cette date, ils établissent des contacts avec le Comité national du folklore représenté par H. Labat et décident, soutenus par A. Varagnac et G.-H. Rivière, de collaborer afin "de sauvegarder le sérieux, la dignité et l’authenticité des cérémonies populaires"131. Les deux fédérations siègent en décembre 1942 à Toulouse en même temps que le deuxième Congrès inter-régional de l’enseignement de la langue d’oc et l’assemblée générale de l’Association traditionniste de Haute-Garonne. Le préfet régional, par la voix de A. Varagnac rappelle aux congressistes l’importance de leur adhésion au programme régionaliste mené par les pouvoirs publics. Les sciences humaines sont directement concernées.

  • 132 CHENEAUX DE LEYRITZ J. – in, L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, p. 6.

« ... En poursuivant ces travaux d’archéologie, d’histoire, de géographie humaine, de folklore ou d’autres sciences connexes, vous remplirez cette seconde tâche du régionalisme (...) »132.

71Le même processus de regroupement s’opère dans d’autres régions, sous les mêmes conditions ; témoins les Centres d’étude et d’action régionaliste autour de Montpellier, de Limoges...

72Le premier Congrès international de folklore avait eu lieu à Paris en 1937. La division qui existait entre recherche et application se retrouve sous Vichy, mais à cette date, les questions obtiennent des réponses gouvernementales. Carcopino, ministre de l’Instruction publique, présent au Congrès de linguistique de Toulouse en 1941, prépare la circulaire sur l’enseignement des dialectes à l’école. Les problèmes linguistiques suscitent cinq congrès. Les sociétés savantes jusqu’alors dans l’ombre, sont propulsées à l’avant-scène de l’information pour satisfaire les notables qui ont une identité culturelle à reconquérir et les délégués gouvernementaux qui structurent la Révolution nationale. Les uns et les autres tirent bénéfice des travaux de longue haleine que ces sociétés locales ont amassés. Ces derniers protagonistes ont tout intérêt à mobiliser les médias pour les mettre en avant. La presse et la radio interviennent de façon unanime : la population est tenue au courant des travaux des congrès au jour le jour par les comptes-rendus de L’Éclair, La Dépêche, La Garonne, L’Écho de Montpellier. L’information gonflée de pacotille régionaliste permet "d’oublier" la guerre, les problèmes très matériels qui font, eux, la réalité quotidienne. La désinformation politique et économique règne, et la France subit l’assaut d’un culturel propre à redresser son territoire mental. Les organismes préfectoraux et régionaux suscitent les rencontres. Le dirigisme provoque la réflexion et les rapports d’application, permettent aux instances gouvernementales d’être fonctionnelles. Il leur importe de faire poids sur l’éducation. Le Congrès de musicologie occitane à Toulouse, en mai 1942, est l’occasion pour les responsables des mouvements de jeunesse de confronter leurs besoins avec les chercheurs et membres du corps enseignant. Les congrès déclenchent des tables rondes de moindre envergure comme celle de St-Germain d’Ambron. Leurs efforts ne sont pas à la mesure des propositions. Il faut remarquer qu’ils se tiennent pour la plupart sur deux ans (1941-1942). On retrouve ici la chronologie classique, mise en évidence par les études antérieures sur le gouvernement de Vichy. Un dernier point de remarque : A. Varagnac, co-organisateur avec G.-H. Rivière du congrès de 1937, devenu sous Vichy, directeur du Bureau du régionalisme de la région de Toulouse, apparaît comme le principal promoteur de ces colloques en zone "libre". Scientifique, ayant suivi la décentralisation obligée des institutions parisiennes, il fait le lien entre le Musée national des ATP et tous les appareils scientifiques ou folkloriques sollicités.

Vers une Corporation nationale du folklore

73La vocation de conseiller technique et de coordination du Musée national des ATP était déjà évidente avant-guerre. Les outils étaient en place : réseau de correspondants locaux, Office de documentation folklorique. Son influence était croissante sur la Fédération des groupes folkloriques des provinces françaises et le Comité national de propagande par le folklore. Le Musée avait servi de cadre au quatrième congrès de la Fédération en mars 1938 et G.-H. Rivière avait assisté, en tant qu’observateur et conseiller scientifique, à son congrès à Grenoble en 1939.

  • 133 L’Écho des provinces, Nice, avril-nov. 1943.

74La période de guerre confirme ces fonctions. L’Office de documentation, mis en valeur à partir du mois de juillet 1941 par le Chantier 1187, joue un rôle déterminant dans ce domaine relationnel puisqu’il collecte les informations, les centralise et les redistribue aux organismes intéressés. Il faut rappeler que le régime de Vichy donne au Musée les moyens matériels de son expansion et facilite du même fait sa vocation de coordinateur. Les liens établis de 1940 à 1942 aboutissent à une mise au point en 1943. En avril de cette année, à Paris, le président et le secrétaire général du Comité national du folklore (H. Labat et Pellat-Finet) rencontrent G.-H. Rivière et J. Charles-Brun, tous deux conseillers techniques du Comité, pour mettre en place les grandes lignes d’une organisation générale du folklore français. Cet entretien se matérialise par le plan d’une Corporation nationale de folklore133, qui coordonnerait toutes les initiatives publiques et privées. Approuvé et signé par les responsables de la recherche et par les représentants du Comité, il reçoit un accueil favorable du gouvernement. Il scinde en deux parties son organisation. La recherche scientifique propre à l’ethnographie folklorique revient au Musée national des ATP, à la Société du folklore français, aux Chantiers intellectuels ainsi qu’à l’école du Louvre. L’action folklorique, qui doit permettre de préserver et de promouvoir en France le respect et le développement des arts et traditions populaires, incombe au Comité qui prend alors le nom de Comité national d’action folklorique afin de dissiper toute équivoque possible entre son action pratique et celle scientifique poursuivie par les organismes de recherche. On constate à tous les niveaux : national, régional, départemental, communal, un courant de bonne volonté pour un inventaire des richesses folkloriques en prévision d’une action concertée ; études appliquées qui répondent à des intentions politiques différentes. Le Musée des ATP sert de caution, de structure encadrante, de lien, de partenaire, mais ne répond pas toujours aux vœux des organismes de base, dont la déception croît au fil des mois. L’idée d’autonomie que recouvre le régionalisme est paradoxalement annihilée par un processus de regroupement, révélateur d’une volonté planificatrice, qui utilise les potentialités et les dispositions locales, régionales, à son profit pour mieux en augmenter l’efficacité et surtout pour mieux en canaliser les forces. On constate donc à partir de 1942 un décalage croissant entre les espoirs, les projets et les réalisations. L’État ne répond plus aux préoccupations de la base et révèle un centralisme toujours plus accusé.

Notes

71 LAVAL P. – (A.N. F 41 266).

72 Pour la rédaction de ce chapitre nous nous sommes appuyés sur les archives (Dos. I et VIII) du Collège d’Occitanie à Toulouse.

73 Je tiens à remercier B. Comte pour m’avoir communiqué un manuscrit inédit sur Jeune France.

74 Jeune France, principes, directions, esprit, M. Audin imp. à Lyon, s.d., 24 p., (ce manifeste est probablement rédigé par P. Schaeffer pendant l’été 1941).

75 Le Petit Dauphinois, Grenoble, 31.05.1941.

76 BONNAT Y. – Revue de Savoie, Chambéry, no°4, 1941.

77 Léon Chancerel fonde "Les Comédiens Routiers" en 1929. Il est également à l’origine du Théâtre de l’Oncle Sébastien" et du "Centre d’études et de représentations dramatiques" de Paris.

78 A.D. Isère, Fonds Jeune France no 15, 100 M. 10.

79 Le maréchal Pétain lui remet personnellement 5 000 francs, cf. A.D. Haute-Loire 12 W 1143.

80 J’ai pu disposer du fonds d’archives de Monsieur Michel Versepuy que je remercie ici.

81 La Liberté de la Haute-Loire, Le Puy, 23.03.1941 ; L’écho des Provinces, Nice, mars-avr. 1942.

82 L. Chancerel contacte Michel Versepuy pour essayer de concerter leurs efforts.

83 RAYNAUD – "Entretien sur l’histoire locale du Velay", Le Puy, Assemblades de la Maison des Arts libéraux, in, fasc. A. 1, s.d., 4 p. (Archives M. Versepuy).

84 VERSEPUY M. – Lettre à Toqueboeuf C., professeur à l’école libre de Lavoûte-Chilhac, Le Puy, 27.11.1941, 2p., (Archives M. Versepuy).

85 L’Appel de la Haute-Loire, Le Puy, 09.12.1944.

86 in, Revue de Savoie, Chambéry, 1941, p. 198.

87 WEBER E. – 1983, p. 125.

88 Le 24 mai 1942 Pierre Azéma, majorai du Félibrige, rappelle à Arles le Jour de la Sainte-Estelle la "Déclaration des félibres fédéralistes", proclamée cinquante ans auparavant par F. Amouretti et Ch. Maurras. Ce texte est réimprimé en 1942 par les éditions du Pigeonnier.

89 in JOUVEAU R. – 1977, p. 350.

90 arrêté ministériel du 24.12.1942.

91 Le Figaro, 24-25.01.1942.

92 LIZOP R. – Le Message de Mistral, Toulouse, Escolo deras Pireneos édit., 1941, 199 p. ; SOULAIROL J. – Humanité de Mistral, Paris, Renard édit., 1941, 247 p. ; MISTRAL F. – Discours de Mistral, Aix-en-Provence, Lou Félibrige édit., 1941, 269 p. etc...

93 La Rampelada del Colège d’Occitania, Toulouse, janv.-fév. 1941.

94 A.D. – Haute-Loire 562 W 165.

95 Calendau, Montpellier, juil. 1940.

96 Plusieurs collections de la SEO sont réservées aux œuvres anciennes. Une Collection de "manuels scolaires SEO" et une "Bibliothèque occitane" sont publiées dans un format pratique pour répondre aux besoins de l’enseignement.

97 Terra d’Oc, Albi-Toulouse, déc. 1940.

98 Oc, Toulouse, no 4, 1942.

99 Ch. Camproux, M. Allier, L. Lacombe, N. Vesper, G. Deleuil, A. Conio, R. Lafont, R. Nelli, C. Galtier...

100 BARSOTIG., 1978.

101 ALIBERT L. – Lettre au préfet, Montréal, 04.09.1943, (A. - C.O. Dos. IV).

102 RIVIERE G.-H. – "Les groupes folkloriques en France, avant et depuis la guerre", 28.07.1942, 14 p. (A. - ATP).

103 L’Écho des provinces, Nice, nov.-déc. 1941.

104 in PELLAT-FINET P. – L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943.

105 Le comité est parrainé par M. Gillouin du cabinet du maréchal Pétain.

106 Jean Médecin, in, L’Écho des provinces, janv.-fév. 1942.

107 L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

108 L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, p. 48.

109 PUECH – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

110 La Couqueto désigne une coiffe à brides croisées.

111 CASTAING C. – Sources, Châtel-Guyon, août 1942.

112 La Revue d’Arles, Arles, avril 1941.

113 La Revue d’Arles, Arles, mai 1941, le même article paraît dans le Temps.

114 La Revue d’Arles, Arles, oct. 1941.

115 PUECH – op. cit.

116 id., ibid.

117 id., ibid.

118 LAB AT H. – in, L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

119 LEQUINY. – 1984, p. 152.

120 L’Écho des provinces, Nice, mai-juin 1942.

121 Maire d’Alès, lettre au préfet du Gard, Alès, 12.12.1941, 2 p. (A.D. Gard, 4 T.3).

122 (A.D. Gard 4 T.3).

123 La région toulousaine renferme de nombreuses sociétés savantes. Au total nous avons pu en recenser une trentaine.

124 Les jeux Floraux furent fondés en 1323 par le groupe dit des Sept Troubadours ou Collège "du gai Savoir" qui avait pour but de maintenir le parler roman dans sa forme primitive et de créer un code littéraire et poétique propre à la langue d’oc. Son nom vient de ce que le Collège accordait une violette ou un violier d’or fin au poète qu’il récompensait. C’est en 1694 que, sous la protection royale, cette compagnie d’hommes de lettres prit le titre d’académie des jeux Floraux. En 1895 elle décida d’inscrire dans son programme les œuvres en langue d’oc, encouragée en cela par l’ensemble du Félibrige et des auteurs occitans.

125 M. Baudouin est alors ministre, secrétaire d’État à la présidence du Conseil, M. Peyrouton, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur.

126 Recueil de l’académie des jeux floraux, Toulouse, 1941.

127 PALAMINY DE – Association de la renaissance de la province de Toulouse, Toulouse, imp. du Sud-Ouest, 1941, 4 p.

128 PELLAT-FINET P. – in, L’Écho des provinces, Nice, avril-nov. 1943.

129 Études agricoles d’économie corporative, Paris, oct.-nov.-déc.1942, p. 316.

130 VARAGNAC A. – Revue de folklore français et de folklore colonial, Paris, janv.-mars 1942, pp. 20-21.

131 in, Bureau du régionalisme, "Assemblée générale constitutive de la Fédération régionale des groupes folkloriques de Languedoc-Pyrénées-Gascogne", Toulouse, 28.05.1942, (A. – C.O. Dos. VIII).

132 CHENEAUX DE LEYRITZ J. – in, L’Écho des provinces, Nice, janv.-mars 1943, p. 6.

133 L’Écho des provinces, Nice, avril-nov. 1943.

Table des illustrations

Légende CHIEZEJ., bois gravé, Ed. du Pigeonnier, 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Dessin de Léo Lelée, pour le programme de la Fête des Mères, organisée au Théâtre Antique par la Jeunesse de l’Enseignement secondaire d’Arles et dont le thème fut : Les Grandes Figures de l’Histoire de France.in, La Revue d’Arles, juil.-sept. 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Voyage en Province, in, L’Écho des Provinces, sept.-oct. 1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende À Vichy, les jeunes filles des groupes folkloriques acclament le Chef de l’État, in, L’Écho des Provinces, sept.-oct. 1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende in, Compagnons, 8.08.1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende in, La Revue d’Arles, nov. 1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende in, La Revue d’Arles, déc. 1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Couverture La Revue d’Arles, déc. 1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15731/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540