Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Premiere partie. Le plan d'organisation

Chapitre I. Le musée national des arts et traditions populaires organisme de recherche et ses satellites

Texte intégral

  • 1 Sur cette notion voir les travaux de CERTEAU M. de, 1970, 1974, 1975, et de VEYNE P., 1974.

1L’approche historique et épistémologique de l’ethnologie est fondamentale pour comprendre comment l’homme en est venu à se constituer objet de science. Une étude de l’ethnologie du domaine français ne peut se faire sans tenir compte des rapports génétiques et dialectiques qu’elle a successivement entretenus avec les sociétés qui la modelèrent. L’analyse que M. de Certeau a effectué sur l’écriture historique comme produit d’un "lieu social"1 est également pertinente pour mieux comprendre les relations de production qui ont caractérisé la mise en place de la science ethnologique. La période de Vichy apparaît déterminante dans l’affirmation de cette science baptisée alors "ethnographie folklorique". La formation discursive qui la caractérise pendant ces années de crise décide dans une large mesure de l’élaboration de sa conceptualisation et, par induction, de ses choix théoriques, du choix de ses objets d’étude et du type d’analyse et de pratiques qu’elle leur fera subir.

LE CHEMINEMENT D’UNE PENSEE

L’héritage folklorique

  • 2 Cl. Lévy-Strauss, 1960, souligne l’importance qu’à la découverte du "nouveau monde" dans l’émergen (...)
  • 3 Voir Les travaux de Turgot, Condorcet...
  • 4 Voir les Voyages en France d’Arthur Young, le journal de Stevenson...
  • 5 BELMONT N. — "Folklore" in Encyclopœdia Universalis, pp. 95-101.

2L’ethnologie est née de la découverte des autres, acceptés ou non dans leur différence. Dans le monde islamique, des œuvres "para-ethnologiques" ou ethnologiques avant la lettre, apparaissent dès le XIVe siècle. On pourrait citer, pour mémoire, les études effectuées par Ibn Khaldoun sur les Berbères. En Europe occidentale, il faudra attendre la Renaissance pour qu’émergent les premières interrogations sur l’homme exotique2. Montaigne qui pratique l’enquête de "terrain" est certainement un des premiers à constituer une sorte de Musée ethnographique. La "réflexion ethnologique" prend forme au XVIIIe siècle avec la parution des récits de voyageurs relatant leurs périples, décrivant les mœurs, usages et coutumes des peuples "indigènes". Mais ce regard est encore exclusivement tourné vers l’exotisme et ne prend pas en compte le domaine français. Les théories évolutionnistes3 qui remettent en cause l’idée d’un temps cyclique et affirment un temps unilinéaire amènent la reconnaissance des théories et de la méthodologie comparatives. Le père Lafiteau entreprend une étude des mœurs des "sauvages" américains qu’il compare aux mœurs des temps originels. Cet intérêt pour les peuples récemment découverts et la diffusion de la notion d’exotisme qui lui est liée, conduisent le XVIIIe siècle à porter un œil nouveau sur la société. Le "peuple" apparaît pour la première fois comme un protagoniste de l’histoire. Cette prise de conscience fait éclore une "ethnographie" que l’on pourrait qualifier de "sauvage", constituée par des récits ou journaux de voyageurs sillonnant cette fois-ci les campagnes européennes4. Le courant pré-romantique contribue lui aussi à la pensée folklorique sous couvert de poésie populaire. En Angleterre, la mise en circulation en 1760 du faux poème d’Ossian provoque dans toutes les nations occidentales un engouement pour la culture populaire, ses croyances et coutumes. Mais, comme le note N. Belmont, ce n’est véritablement qu’à partir du dernier tiers du XVIIIe siècle que la "réflexion folklorique" se développe dans la plupart des pays européens5.

  • 6 Certeau M. de, Julia D. et Revel J., 1975, montrent combien cette enquête participa d’un "culte ca (...)
  • 7 VAN GENNEP A. — Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard édit., T. IIΙ, 1937, pp. 1 (...)
  • 8 Les mémoires de l’Académie celtique paraissent de 1807 à 1812. La Société des antiquaires de Franc (...)
  • 9 KARADY V. — 1982, p. 28.

3Les enquêtes qui voient le jour à la fin du XVIIIe sont les ancêtres des enquêtes ethnologiques d’aujourd’hui. L’année 1792 marque, dans une certaine mesure, l’acte de naissance de l’ethnographie française puisqu’elle donne lieu au Questionnaire relatif au patois et mœurs des gens de la campagne lancé par l’abbé Grégoire. Il aboutit en 1794 à un Rapport sur la nécessité d’anéantir les patois, du même auteur, et répond autant à la volonté politique gouvernementale d’acculturation qu’à un projet ethnographique de recensement et de conservation6. À la fin du XVIIIe siècle, s’opère donc un transfert d’intérêt que N. Belmont qualifie de « passage du "bon sauvage" au "bon peuple" ». A la distance spatiale se substitue un éloignement dans le temps, un exotisme de l’intérieur. Ce processus se confirme au début du XIXe siècle par la création en l’an VIII (1807) de l’Académie celtique. Ses travaux, qui font des Celtes le peuple fondateur de la nation française, correspondent à une phase importante de la tradition ethnographique française. L’inventaire qu’elle réalise et le questionnaire qu’elle établit, premier guide d’enquêtes ethnographiques du "terrain" français, seront partiellement repris par Van Gennep dans son Manuel du folklore français contemporain paru en 19377. L’Académie celtique, auteur d’une des premières collectes systématiques de ce qui allait s’appeler plus tard, "folklore", n’est qu’un phénomène éphémère8. L’engouement pour le folklore va à peu près disparaître pendant un demi-siècle. Ce courant d’études, rejeté par les milieux scientifiques pour l’irrationnel qu’il véhicule est repris par les romantiques. Ils découvrent et revalorisent le fond irrationnel des traditions populaires. L’éclipse du folklore comme objet de science est interprétée par V. Karady comme un refus des nouvelles élites bourgeoises pour les coutumes paysannes, et surtout comme un rejet des cultes porteurs de régionalisme et de superstitions, "en contradiction avec l’idéologie jacobine, progressiste, laïque et, somme toute, citadine des républicains"9. Elle perdure en France approximativement jusqu’au début des années soixante-dix.

  • 10 KARADY V. — op. cit., p. 27. Une chaire d’ethnographie est créée à l’université de Budapest en 188 (...)

4La recherche ethnographique française connaît un important retard face aux autres pays européens. Les grands centres de la réflexion ethnologique se situent en Angleterre (avec l’école anthropologique religieuse : Frazer, Lang et Marett), aux États-Unis (Boas), en Allemagne (Baumann, Frobenius) ou en Autriche (Schmidt). Dans ces pays apparaît alors pour la première fois une terminologie précise pour désigner ce que l’on appelait jusqu’ici "Littérature populaire". En 1846, l’archéologue William J. Thoms crée en Angleterre le terme de folklore "savoir du peuple". Les Allemands avec "Volkskunde" ou "Volkstum" (pensée et sentiment populaire constituant la foi commune d’un peuple) recouvrent à peu près les mêmes données. Dans ces pays nordiques, du Centre ou de l’Est européen, les nouvelles élites trouvent dans le fond traditionnel emprunté à la paysannerie, une légitimité à leurs vélléités nationalistes en dotant les nouvelles nations de références symboliques "authentiques" puisque traditionnelles. "Outrepassant ainsi toute censure universitaire, elle (l’exploitation du fond culturel traditionnel) a tôt fait d’imposer la légitimité institutionnelle de l’ethnographie nationale"10.

  • 11 CERTEAU M. de, JULIA D. et REVEL J. – 1980, p. 56.
  • 12 Le premier projet de Musée d’Arts et Traditions populaires apparaît en France dès 1854.

5Les dernières décennies du XIXe correspondent en France à un essor important des activités folkloriques. M. de Certeau, D. Julia et J. Revel ont pu y voir la "belle époque du folklore"11. Les académies régionales multiplient les collectes d’objets, coutumes, contes... On assiste à la création de plusieurs musées régionaux. En 1877, Henri Gaidoz et Eugène Roland fondent Mélusine, première revue française consacrée au folklore. Des publications du même type se multiplient pendant les dernières années de ce siècle. Parmi les plus importantes, la Revue des traditions populaires fondée par P. Sébillot et la Société des Traditions populaires en 1886. Le Musée d’Ethnographie au Palais du Trocadéro, construit à la suite de l’Exposition universelle de 1878, doit attendre 1888, pour que son conservateur Armand Landrin prenne l’initiative d’y créer une section spécialement consacrée au domaine français12.

  • 13 L’Institut d’anthropologie est fondé en 1911.

6Le premier congrès se tient en 1889 suivi d’un autre en 1900. L’essor des études françaises reste marqué de "l’hypothèse archaï-sante" liée à la théorie "des survivances" qui avait présidé à la naissance de la discipline et recourt toujours à un passé "mythique", ainsi qu’au paganisme gaulois ou celtique que leurs prédécesseurs de l’Académie celtique avaient revendiqué au début du siècle. Les auteurs, comme Sébillot, sont imprégnés de la sensibilité artistique mise à la mode par le courant romantique et les romans "paysans" du milieu du siècle. Les théories évolutionnistes et comparatistes ont encore cours dans les études anthropologiques qui apparaissent alors comme la "science des primitifs"13. Pour L. Morgan, les groupes sociaux ne font que passer par des stades de développement similaires. Les modes de vie témoignent d’un état ancien connu autrefois par les groupes avancés. Elles sont relayées par celles du diffusionnisme qui développent la notion d’emprunt culturel.

La salle de France au Musée d’ethnographie du Trocadéro en 1895. Paris, Musée de l’Homme.

  • 14 Van Gennep, qui introduit la notion de folklore vivant, élabore une méthode cartographique mettant (...)

7Van Gennep (1873-1957), le premier, introduit une méthodologie scientifique rigoureuse dans le traitement de l’information ethnographique14. Le Manuel de folklore français contemporain, publié en 9 volumes de 1937 à 1958, est une œuvre charnière entre les travaux de la fin du XIXe et ceux d’aujourd’hui. L’ethnographie folklorique française s’affirme comme une science à part entière. La Société de folklore français, aboutissement d’un projet né en 1913 et fondée en 1929 par A. Varagnac, Van Gennep, Mauss, Lévy-Bruhl, Rivet et E. Nourry, dit Saintyves, (qui en prendra la présidence), fusionne en 1932 avec la Société française d’ethnographie donnant ainsi le jour à La Revue du Folklore Français et du Folklore colonial. Elle avait été précédée de la Revue du folklore français en 1930.

Une création du Front populaire

  • 15 Le Museon Arlaten est le siège des groupements félibréens.

8Alors que la plupart des pays européens possèdent depuis déjà longtemps des musées nationaux d’art et traditions populaires (Berlin, Stockholm, Léningrad, Moscou...), la France n’a, jusqu’en 1937, que quelques musées régionaux laissés le plus souvent aux initiatives privées comme le Musée Arlaten fondé à Arles par F. Mistral15.

  • 16 Le Musée national des ATP participe à l’exposition de 1937 avec un stand consacré à la maison rura (...)
  • 17 M. Maget est nommé le 22.10.1937 pour étudier les usages du métayage.

9Le Musée d’ethnographie du Trocadéro est réorganisé à partir de 1925 et fermé en 1935. L’Exposition internationale de 1937 transforme l’ancien Musée dirigé par le Dr Rivet en une nouvelle institution devenue "Musée de l’Homme"16 Il regroupe toutes les collections d’ethnologie et d’anthropologie générales consacrées aux cultures du monde entier (excepté la France). L’ethnographie folklorique y conserve son siège mais passe sous la tutelle des Musées Nationaux (Beaux-Arts, ministère de l’Éducation nationale), en vertu de la loi du 31 décembre 1936 et par décret en date du 1er mai 1937. La restructuration ne se limite pas à un simple réaménagement des structures existantes mais donne lieu à la création officielle d’un Musée national des Arts et Traditions populaires consacré à la France et aux cultures d’expression française, placé sous la direction de G.-H. Rivière, assisté d’un conservateur-adjoint, A. Varagnac, d’une attachée de recherche, A. Humbert, et de sept puis douze chargés de mission. Le Musée compte deux chercheurs, Guy Pison et Marcel Maget mandatés, l’un par le Service central de la recherche scientifique, l’autre par l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture17. Il dispose, de plus, d’une structure assez souple de correspondants provinciaux dont la mission est d’informer le Musée, de collaborer à ses enquêtes et d’enrichir ses collections. A la veille de la guerre, il s’appuie sur environ mille correspondants empruntés à la Société du folklore français, à la Commission des recherches collectives et aux divers organismes et groupements de type folklorique ou régionaliste.

Musée Nat. des ATP.

  • 18 RIVIERE G.-H. – Revue de folklore français et de folklore colonial, Paris, no 3, mai-juin 1936, pp (...)
  • 19 RIVIERE G.-H. – "Congrès international de folklore", Paris, 1937, Rapport préliminaire, Paris, 5 p (...)

10La muséographie et l’ethnographie folkloriques ont dès avant-guerre leurs objets, leur problématique et leur méthodologie spécifiques. Le "folklore" s’intéresse aux couches populaires des cultures occidentales, aux civilisations indiennes, chinoises... alors que l’on réserve le terme d’ethnographie aux civilisations et peuples dits primitifs tels que les Africains, maintenant ainsi une hiérarchie de valeur entre les peuples18. G.-H. Rivière prend en compte les traditions orales largement privilégiées par ses prédécesseurs du XIXe siècle et tous les objets utilitaires et artistiques. Il définit l’art "populaire", comme un art anonyme, spontané, traditionnel, opposé à l’art "savant", à caractère conscient et individualiste. Les chercheurs découvrent leurs emprunts réciproques. On parle de culture populaire mais aussi de "culture du peuple"19. On notera qu’à cette époque du Front populaire, la classe ouvrière n’est pas exclue du champ de l’ethnographie folklorique. On peut ainsi entendre des chorales ouvrières jouxtant des groupes paysans à l’occasion des cérémonies du Congrès de folklore de 1937. Appréhendée dans ses aspects sociaux, culturels, artistiques et matériels, l’ethnologie du domaine français, définie comme une science de synthèse, intègre les apports des autres sciences. L’aménagement des collections publiques du Musée ne se fera que bien plus tard, postérieurement à la guerre. Les galeries d’expositions, non aménagées, restent fermées au public. L’Office de documentation à vocation interdisciplinaire est le seul département qui fonctionne. Il met à la disposition des chercheurs, des enseignants, des artistes et des institutions les documents conservés au Musée. En 1939, sa bibliothèque est riche de 5 000 volumes et 10 000 clichés. Il élabore un catalogue des collections, met en service l’iconothèque et dispose des résultats des missions du Musée. Les conceptions de G.-H. Rivière et d’A. Varagnac synthétisent ce qui se fait sur le plan régional. Ils prévoient des espaces spécialisés - salles des milieux écologiques et biogéographiques, des techniques, coutumes et croyances... Les déterminants socioéconomiques sont passés sous silence. G.-H. Rivière entre dans son Musée avec ces précisions :

  • 20 RIVIERE G.-H. – in, Travaux du 1er Congrès international de folklore, (Paris, École du Louvre 23-2 (...)

« Passant du péristyle commun au Musée des monuments français et au nôtre, on accédera, par une série de marches, au vestibule d’honneur, dont l’atmosphère, à la fois solennelle et intime, sera créée par quelques statues ou images de Saints protecteurs des travaux des champs et métiers »20.

11Le premier Congrès international de folklore se tient à l’École du Louvre en août 1937, sous la présidence du professeur Rivet et la responsabilité de G.-H. Rivière et A. Varagnac. Patronné par différents ministères, il consacre la science folklorique. La France assure pendant deux ans le secrétariat général du Congrès. Un an après, une Commission nationale des arts et traditions populaires est créée par décret du 19 mai 1938 présidée à la fois par le directeur général des Beaux-Arts, J. Charles-Brun, délégué de la Fédération régionaliste française et par le Président de la Société du folklore français. Elle étend ses compétences à l’ensemble des groupes folkloriques encadrés et contrôlés par le Musée. La discipline reste marquée par une analyse diachronique qui tend à démontrer la pérennité des travaux populaires...

  • 21 RIVIERE G.-H. – Le Musée des ATP (discours prononcé à l’Assemblée générale de la Sté des amis du L (...)

« Ainsi notre maison, au moment même où le machinisme triomphant menace gravement tant aux champs qu’à la ville, des traditions et un outillage dont l’origine se perd dans la préhistoire, se devait-elle d’édifier leur maison au paysan et à l’artisan français »21.

  • 22 A. Varagnac sera nommé directeur du Bureau de propagande régionaliste de la région de Toulouse pen (...)

12... et liée aux théories régionalistes qui se sont développées en même temps. Certains scientifiques, comme A. Varagnac, mènent de front les deux activités22. Le "populaire" est assimilé au domaine du spontané, de l’enfance, du naturel. L’ethnographie englobe le folklore "descriptif" et le folklore "appliqué à vie sociale". Une collusion étroite existe entre l’approche scientifique et l’approche folklorique. Bien que confirmée par le Front populaire, cette triple caractéristique en fera un outil privilégié de légitimité des théories du régime de Vichy.

VICHY ET LA CONSECRATION DE L’ETHNOGRAPHIE FOLKLORIQUE

VICHY ET LA CONSECRATION DE L’ETHNOGRAPHIE FOLKLORIQUE

in, La Terre Française, 25.10.1941.

Des activités diversifiées

  • 23 L’article de G.H. Rivière, "La France, nation paysanne", in GIGNOUX C.J., RIVIERE G.-H., BAZIN G. (...)
  • 24 DESVALLEES A. – 1978. Le Musée ne reçoit son statut administratif permanent qu’en 1941.

13Dès la déclaration de guerre et jusqu’à l’Armistice, le Musée suspend ses activités. Il déplace une partie de ses collections en province, notamment à Toulouse23. Comme le note A. Desvallées24, bien que créée en plein Front populaire, cette institution trouve son premier épanouissement sous la bannière de l’État français. G.-H. Rivière l’envisage comme un instrument de recherche, d’enseignement et de documentation.

14Trois sections :

  • La première relève de l’organisation et de la coordination des enquêtes collectives, des missions, expositions, congrès et manifestations scientifiques, de l’enseignement ainsi que de ses liens avec le CNRS.
  • La deuxième englobe la conservation du patrimoine architectural et des objets folkloriques, les musées de plein-air ou musées de folklore, les liens avec les Monuments Historiques et les Musées Nationaux.
  • La troisième s’occupe de l’action et de la rénovation folkloriques dans la paysannerie, l’artisanat et la jeunesse, des groupes et fêtes folkloriques, des émissions radiophoniques ainsi que de la propagande régionaliste. Elle a à sa présidence P.L. Duchartre, chargé de mission du Service de l’artisanat et des musées nationaux, chargé de recherche au CNRS25.
  • 26 L. Bertrand, (1984, p. 78), indique que Pétain demande à G.-H. Rivière d’étudier la mise en place (...)

15Les salles d’expositions restent fermées au public. Le Musée en profite pour élargir le champ de ses relations avec l’extérieur. Il participe aux expositions artisanales à Paris et en province, à des expositions étrangères (Barcelone, Madrid), organise les rétrospectives du Salon de l’imagerie, multiplie ses rapports avec les musées régionaux, les sociétés savantes de province, les groupes de folklore, en établit avec le ministère de l’Agriculture, le Comité national Olivier de Serres, le Troisième Centenaire de Sully, le Service de l’artisanat, le Commissariat à la reconstruction, la Délégation générale à l’équipement national et les Monuments Historiques. Il effectue des recherches en liaisons avec la Société du folklore français, le CNRS, la Corporation nationale paysanne, le ministère de l’Agriculture et les Universités. Il devient le siège d’associations, de groupements ou organismes concernés par les folklores régionaux. G.-H. Rivière, P.L. Duchartre, A. Varagnac et J. Charles-Brun exercent également la fonction de conseillers scientifiques du Comité national du folklore (réorganisé après la défaite de juin 1940), à la suite du congrès qu’il tient à Nice en mai 1942. Si nous ne savons rien sur l’entretien que G.-H. Rivière a à Vichy avec M. Baudry, chargé de mission du cabinet civil du chef de l’État, et le maréchal Pétain26, nous pouvons néanmoins affirmer que les liens du Musée avec le Comité sont dans l’ensemble des liens stratégiques. G.-H. Rivière veut exercer un droit de regard sur ses activités et éviter la caricature dans la rénovation folklorique dont le Musée doit être l’agent central. Il lui assure ainsi une légitimité scientifique. Les comptes rendus du second congrès que le Comité tient à Nice en novembre 1942 font apparaître de profondes divergences entre les deux organismes.

16Les liens entre l’ethnographie scientifique et l’action folklorique et régionaliste sont plus cordiaux, si l’on considère l’action qu’A. Varagnac, adjoint de G.-H. Rivière, a comme chargé de mission de la préfecture de Haute-Garonne où il est nommé directeur du Bureau du régionalisme. Mais c’est en fait dans l’État français que le Musée national des ATP trouve son interlocuteur privilégié pour mettre en œuvre un programme de recherche, puisque celui-ci va lui donner les moyens de réaliser de vastes enquêtes de terrain placées sous la tutelle de différents ministères.

Les chantiers intellectuels

  • 27 Le Musée de l’Homme abrite aussi plusieurs chantiers sous la direction de Griaule et du Docteur Va (...)

17L’État français joue le rôle capital de pourvoyeur de crédit, lorsque les trois enquêtes 1425 - 909 et 1810 sur l’habitat rural, le mobilier traditionnel et les arts et traditions populaires sont lancées. Elles sont selon les mots mêmes de G.-H. Rivière une "entreprise sans précédent dans l’histoire de l’ethnographie folklorique". Elles s’inscrivent dans la structure des Chantiers intellectuels et artistiques créés à l’instigation d’E. Humeau, dans le cadre du Commissariat à la lutte contre le chômage27.

  • 28 FALC’HUN, in Association G. Budé, Conférences universitaires de Bretagne, Paris, Belles Lettres éd (...)

18Dès 1937, le Musée national des ATP avait effectué des recherches sur le terrain. Parmi les plus importantes, celle de Sologne à caractère pluridisciplinaire et celle, plus spécialisée sur l’ethnomusicologie, de C. Marcel-Dubois, J. Auboyer, et l’Abbé Falc’hun en Basse-Bretagne (juillet-août 1939)28. Les expériences réalisées par le Musée de l’Homme dans le cadre des missions en pays tropicaux furent déterminantes. Les enquêtes de terrain définissaient préalablement les limites et les caractéristiques d’une région. Elles prévoyaient des équipes pluridisciplinaires prenant en compte les aspects sociaux, matériels, artistiques... le mode d’enquête permettait à l’ethnographie de s’affirmer comme une science de synthèse. Sur le plan méthodologique, elles établissaient un choix sélectif et didactique, resituaient les objets dans leur contexte par le biais de cartes, documents et se renouvelaient en tenant compte des progrès opérés.

  • 29 (A.N. F. 10 5055).

19Répondant aux vœux de l’État français, le Musée national des ATP, en liaison avec les Beaux-Arts, met au point une enquête-type sur "la maison traditionnelle des petites villes et des villages"29. Le document est adressé à toutes les écoles d’architecture dès décembre 1940, afin que leurs élèves mènent ces enquêtes. Il comprend un questionnaire qui établit des monographies descriptives dont le deuxième point doit montrer les caractères régionaux communs et constater les régressions ou évolutions de cet habitat. Enfin, les enquêteurs sont invités à prescrire une ordonnance : abandon radical des traditions, recours à des solutions purement rationnelles, copie intégrale du passé, ou proposition autre. Il est expressément recommandé de sélectionner les bâtiments à caractères permanents et dominants.

  • 30 Délég. Gén. à l’Equip. Nat., Service des Chantiers intellectuels et artistiques. Enquêtes sur l’ar (...)

20En 1941, une deuxième enquête est lancée sur la France entière. Elle a pour numéro de code : Chantier 1425. Elle est placée sous la direction d’U. Cassan, architecte du gouvernement, de P.L. Duchartre, de G.-H. Rivière et G. Pison, architecte DPLG, Chargé de mission du ministère de l’Agriculture et des Musées Nationaux. Vingt puis quarante architectes y travaillent sous les auspices de l’Équipement National. Les enquêteurs sont répartis en deux sections, la première en zone occupée, la deuxième en zone "libre", a son siège au Château d’O de Montpellier dans l’ancienne résidence de l’Evêché. Les rapports sont centralisés au Musée. L’enquête, publiée en 194130 reprend, avec plus de précisions, les grandes lignes de décembre 1940 : il s’agit d’étudier l’habitat rural traditionnel à l’exclusion des maisons construites après 1870 et des monuments à caractère historique ou archéologique, de dégager les caractères typiques des régions pour définir des "constantes". Le travail prend une forme et une rigueur scientifique. Une série de documents préparatoires et de documents définitifs permettent d’élaborer des monographies, sortes de synthèses imaginaires. Les architectes missionnés tiennent un journal de route qui enregistre leurs impressions premières ; un carnet de croquis et enfin, dans la mesure du possible, ils y ajoutent un support photographique. Toutes les informations retenues sont référencées qu’elle qu’en soit la source. Chaque description doit suivre un ordre rigoureux : informations générales sur le pays, la commune et la maison ; renseignements sur la position géographique de la maison, la forme du domaine, son plan de masse, les plans de ses bâtiments ; nature et caractéristiques des fondations et murs, des toitures, couvertures, baies, menuiseries extérieurs et systèmes de fermeture, les détails extérieurs et intérieurs, les matériaux ; définition de l’esthétique, son adaptation au genre de vie et son historique.

Monographie de maisons de jardinier (Chantier 1425 - ATP) in, Études agricoles d’Économie corporative, oct. déc. 1942.

  • 31 "L’enquête d’architecture rurale. La monographie de maison rurale (texte)", dédiée à la mémoire d’ (...)

21Dans les derniers mois de 1942, de nouvelles instructions sont consignées dans un texte daté de l’été 1943 et préfacé par G.-H. Rivière31. L’entrée de M. Maget, Chargé de mission de la Corporation nationale paysanne et Directeur du Service de civilisation paysanne, dans le Comité de l’enquête en 1943 explique en partie son évolution méthodologique. L’approche formelle est dès lors nettement distincte de l’approche fonctionnelle et sociale. (M. Bloch avait dès 1937 souligné l’importance d’une approche sociologique de l’habitat).

  • 32 BLOCH M. – in, Travaux du 1er Congrès international du folklore, 1938, op. cit., p. 71.

« Ce serait une erreur grave de parler de paysan avec un grand P. En fait la société paysanne comporte des classes sociales très distinctes (...) Ces oppositions se reflètent dans la maison rurale. Par suite, on ne saurait, sans beaucoup de réserves parlers de types régionaux. Dans le même village, des types différents, répondant à des conditions de vie différentes, cœxistent fréquemment »32.

  • 33 L’École française de géographie humaine issue de Vidal de la Blache se caractérise à ses débuts pa (...)

22Le Chantier 1425 est la première étude d’ensemble à caractère scientifique concernant l’habitat rural en France. Rattachée à l’ethnographie régionale française, elle est cependant un travail qui fait appel à des données d’ordre économique, social, historique, géographique, architectural... Ses responsables se placent dans l’héritage de géographes tels que Demangeon ou R. Dion33. Avant d’être envoyés sur le terrain, les enquêteurs architectes sont soumis à une formation accélérée au Musée national des ATP. Ils restent ensuite en contact étroit avec des professeurs de géographie des universités de Paris et de province.

  • 34 RIVIERE G.-H. & DUCHARTRE P.L. — "Étude du mobilier traditionnel dans les régions sinistrées, proj (...)
  • 35 RIVIERE G.-H. & DUCHARTRE P.L. — in, Métiers de France, Paris, 01.10.1941.

23Le Chantier 909, consacré au mobilier traditionnel, est placé sous la direction d’U. Cassan, P.L. Duchartre et G.-H. Rivière. Il est créé en avril 1941, et limité à une quinzaine de départements sinistrés, à l’exception notamment de l’Alsace et de la Lorraine. L’occupation de la zone "libre" en novembre 1942 permet son extension aux régions méridionales. Dix-huit, puis quarante chargés de mission, sortant d’écoles techniques telles que l’École Boulle, l’École des Arts décoratifs, l’École des Arts appliqués à l’Industrie effectuent les relevés. G.-H. Rivière et P.L. Duchartre, constatant un déclin du mobilier traditionnel régional qui s’apparente à d’"indignes pastiches des styles historiques au modernisme passe-partout"34 établissent un questionnaire type qui est remis aux enquêteurs. Il décrit précisément les aspects formels et techniques, le milieu social, économique, historique qui lui est lié, les auteurs, artisans, dont les ateliers sont soigneusement repérés en vue d’une renaissance de leur métier. Les documents d’investigation constituent une base "pour la recherche et la création de modèles nouveaux, en accord avec les traditions, les genres de vie, l’ambiance et les ressources de chaque région"35. En novembre 1942, près de 5 000 relevés, 6 000 photographies et 500 moulages de motifs de meubles sont réalisés et archivés. Au total cette enquête, qui s’achèvera en 1946, donnera lieu à 13420 monographies comprenant chacune un texte d’accompagnement, des photos et des croquis.

AMBLARD J., Chez le Maréchal Ferrant, 1944, Musée Nat. ATP.

24La troisième enquête organisée en relation avec le ministère de l’Agriculture, le Service de l’Artisanat et la Corporation nationale paysanne, concerne plus spécifiquement les artisans "folkloriques". Dans ce domaine, dès 1911, R. Guilleré et H. Clouzot avaient présenté un Rapport sur la rénovation des industries d’art provincial. Vers 1931, H. Clouzot réédite cette démarche. L’enquête, confiée aux inspecteurs d’académie et aux instituteurs se montra plus fructueuse. Enfin, la Commission nationale des Arts populaires aidée par la Société du folklore français, les conservateur de musées régionaux et la Fédération régionaliste française, avait, sous l’impulsion de P.L. Duchartre constitué un fichier sur les métiers traditionnels.

25Dans le cadre du Chantier 1810, l’enquête sur "les arts et traditions populaires de la paysannerie" utilise la méthode monographique qui précise pour chaque entreprise ou atelier artisanal le milieu géographique, les matières premières, les produits fabriqués, les lieux de travail, l’outillage, le personnel, le savoir-faire, le rythme de production, le contrat social et économique, une biographie des artisans, un relevé des coutumes ainsi qu’un historique du métier. L’étude du corpus disponible au Musée national des ATP montre une importante diversité : vanniers de Brière, batteurs et fondeurs de cuivre de Villedieu-les-Poêles, potiers de la Borne, artisans du bois de la forêt vendéenne et du vignoble nantais, chaudronniers de Durfort ou d’Aurillac, tailleurs de granit de la Crouzette...

26Le Musée complète sa documentation en faisant passer, par l’intermédiaire de l’École des hautes études artisanales, des questionnaires dans diverses corporations.

27Un quatrième chantier (1187) concernant les services techniques internes au Musée s’ouvre le 9 juillet 1941. Il prépare la recherche ethnographique en répertoriant les objets domestiques inventoriés ainsi que les ouvrages ou publications de l’Office de documentation folklorique et de la bibliothèque.

La consécration de l’objet d’étude

28L’argument majeur pour justifier ces enquêtes est le Service du travail obligatoire (STO)...

  • 36 TENEZE M.L. – oct., déc. 1955, pp. 332-333.

« Le Chantier 1425, créé en 1941 dans le cadre du Musée ATP, est une branche des chantiers intellectuels et artistiques institués durant l’occupation en vue de faire échapper de jeunes techniciens et artistes au service obligatoire du travail, tout en les attachant à des activités utiles au relèvement du pays »36.

29… reproduit à de nombreuses reprises…

  • 37 RIVIERE G.-H. – 1973, p. 9.

« L’organisation-mère, c’était le Service des chantiers intellectuels. Un noble poète le dirigeait, à l’étoffe d’organisateur, Edmond Humeau. Ce diable d’homme, comment a-t-il pu conduire cet esquif à bon port, à travers tant d’orages, au péril de sa propre vie ? Dieu le sait et avec lui tant de jeunes Français qu’il a su arracher au STO. L’honneur de l’idée lui revient, ainsi qu’à Urbain Cassan, architecte urbaniste. Il était particulièrement indiqué de priver l’ennemi du concours forcé d’étudiants architectes, pour la construction d’ouvrages défensifs »37.

30... ne reflète cependant pas la réalité. Il semble en effet difficile de justifier leur mise en place en 1941 pour cette raison puisque les premières réquisitions de main d’œuvre ne sont organisées qu’à partir du 2 septembre 1942 par la loi d’orientation de la main d’œuvre. Cette première "relève obligatoire" ne concerne d’ailleurs que du personnel ouvrier. Il faudra attendre la loi instituant le STO le 16 février 1943 pour que tous les jeunes des classes 40-41-42, intellectuels compris, soient réquisitionnés. La structure des chantiers pourra servir à partir de 1943 de structure d’accueil pour des jeunes menacés d’être requis, mais l’origine des enquêtes leur est antérieure. Leur création et le succès qu’elles connaissent s’expliquent à l’évidence par leurs objectifs qui entrent pleinement dans le cadre et les orientations du régime. Le choix du mot "Occupation" par M.L. Ténèze, qui évoque davantage une situation subie, la soumission des Français à une puissance étrangère, donne une connotation différente de celle suggérée par l’appellation "régime de Vichy" qui elle, au contraire, évoque la part active de l’État français. Le lien entre ce dernier et la création de ce vaste programme de recherche se fait à plusieurs niveaux.

31L’ethnologie du domaine français opère sous Vichy une discrimination de ses objets d’études. Il y a non seulement sélection, mais aussi célébration puisqu’ils sont auréolés du discours scientifique et universitaire. Quelles motivations idéologiques ont pu déterminer les choix et ainsi faire la part entre les facteurs mythiques et économiques qui les déterminèrent ? L’intérêt exclusif pour le monde rural et paysan s’intègre à l’idéologie de "retour à la terre".

  • 38 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., p. 9.

« Si, à propos des maisons des grandes villes, vous pouvez relever de précieuses indications d’ordre culturel et économique, vous n’oublierez pas que c’est surtout dans les domaines où la civilisation artisanale et paysanne a laissé sa plus forte empreinte que vous puiserez les meilleures leçons »38.

32G.-H. Rivière ne manque pas de rappeler la mission que la France nouvelle alloue à la paysannerie.

  • 39 RIVIERE G.-H. – "Les arts populaires des paysans français", cours École du Louvre, 24.01.1941, 28  (...)

« À présent qu’une catastrophe sans égale dans son passé a frappé la France, c’est sur la paysannerie que s’opère la reconstruction nationale »39.

33Les architectes enquêteurs travaillent en relation avec les services de la Corporation paysanne qui leur permettent de pénétrer plus facilement la société rurale. Plusieurs de ses membres, comme R. Goussault, collaborent à l’élaboration de la première enquête de décembre 1940. G.-H. Rivière lui adresse un exemplaire du texte.

  • 40 RIVIERE G.-H. – Lettre à GOUSSAULT R., Paris, 23.12.1940, (A.N. F 10 5055).

« (...) J’espère que la Corporation agricole dont vous êtes l’animateur appréciera cet effort de la Direction générale des Beaux-Arts en vue de contribuer au renouveau de la vie et des traditions paysannes »40.

  • 41 Études agricoles d’économie corporative, Paris, 2e année, oct.-nov.-déc. 1942, pp. 369-374.

34La première monographie publiée par le Musée national des ATP paraît dans la revue de la Corporation paysanne41.

  • 42 BOURDIEU P.-1977.

35La formation discursive de l’ethnographie folklorique sous Vichy ne peut se comprendre sans la reconnaissance préalable de la paysannerie par les corps sociaux, politiques et culturels. L’ethnologie comme discours savant et scientifique succède aux discours littéraires, artistiques, politiques et syndicaux. La France rurale devient un territoire ethnique à haut statut culturel. L’ethnographie folklorique rejoint implicitement et explicitement le paradigme vichyssois qui affirme la supériorité de la France rurale sur la France urbaine. La classe paysanne, qui depuis le second Empire était un enjeu politique important, facteur d’ordre et lieu de conservatisme, devient officiellement une "classe-objet" au sens où Bourdieu a pu la définir42. Le concept de civilisation rurale, dont les premiers jalons avaient été jetés dès le XIXe siècle par les poètes, romanciers et peintres, reçoit cette fois la caution scientifique des sciences sociales. L’ethnologie opère un rétrécissement de son champ d’étude en effectuant un glissement conceptuel du populaire au paysan. Cette conception était latente autant dans ses non-dits que dans ses assertions. Les espaces morts de l’ethnographie vichyste en disent long sur son approche des cultures populaires puisqu’ils apparaissent comme une critique indirecte des groupes sociaux "corrompus" par le progrès, stigmatisé par la vie citadine. Si l’on peut expliquer l’œuvre de l’Académie celtique comme un "rejet de la civilisation gréco-latine", l’ethnologie du domaine français se comprend alors comme le rejet d’une civilisation "faustienne" industrielle et urbaine.

36Les enquêtes sur le patrimoine mettent en évidence les caractéristiques régionales. Leurs résultats se font l’écho des velléités régionalistes du nouveau régime.

  • 43 PISON G. – "Perspectives sur l’enquête d’architecture rurale du Chantier 1425", causerie faite à l (...)

« Née de la nécessité de la reconstruction, l’enquête d’architecture fut placée à ses débuts sous le signe du régionalisme »43.

37Les enquêteurs prennent contact à la fin de chacune de leurs campagnes avec les bureaux de propagande régionaliste créés par Vichy, afin de leur soumettre leurs travaux. Ils sont chaleureusement accueillis lors de leur présentation par G.-H. Rivière aux journées "de synthèse régionaliste Languedoc-Roussillon", en novembre 1942 à Montpellier. Toujours à Montpellier, les enquêteurs des Chantiers 1425 et 909 rencontrent, les 15 et 16 mai 1943, les Escholiers du Languedoc, à la Faculté des Lettres où ils sont regroupés pour deux journées "provinciales". La presse régionale remarque la vocation régionaliste de ces chantiers. Le Roussillon, organe affilié à l’Action française, relate les recherches effectuées par R. Perreau, chargé de mission du Chantier 909 pour les provinces pyrénéennes.

  • 44 P.P. in, Le Roussillon, Perpignan, 10.06.1944.

« Ces reliques, il n’était que temps d’aller les chercher partout où on les retrouve encore, à la ville et aux champs, dans nos villages et nos mas les plus reculés, jusque dans les greniers où leur vétusté les a fait reléguer en attendant d’être un beau jour brisés et utilisés comme bois de chauffage, de les photographier, de les mesurer, d’en noter les détails techniques et d’essayer, grâce à eux, de provoquer la renaissance d’un style roussillonnais traditionnel, c’est-à-dire vrai et sincère, de rendre le sens de la qualité, du "travail bien fait" à nos artisans et, par la suite, au public »44.

  • 45 RIVIERE G.-H. – in, Études agricoles d’économie corporative, Paris, oct.-déc. 1942.

38Au-delà de l’affirmation de la diversité régionale, ces enquêtes mettent en valeur les points communs de ces traditions à l’intérieur d’une même culture nationale, et contribuent à "faire de notre pays un des plus fermement unis qui soient au monde"45.

  • 46 G.-H. Rivière était lié aux milieux artistiques. Neveu du Peintre Henri Rivière, sa carrière en et (...)
  • 47 cf. DUCHARTRE P.L. et RIVIERE G.-H., 28.02.1941, op. cit.

39L’ethnographie est encore fortement marquée par la sensibilité artistique qui sous-tendit les travaux des folkloristes du XIXe siècle46. Les consignes reviennent sans cesse sur la notion d’esthétique. On parle d’"erreurs de goût" pour le passé et de "faire revivre le bon goût" pour l’avenir47. Ce souci "plastique" explique la présence d’artistes au sein des chantiers et particulièrement dans le Chantier 1187, où ils sont chargés d’exécuter des séquences de dessins sur les activités et les loisirs des paysans et des artisans.

  • 48 BERNARD H. – 1984.

40Des peintres comme R. Perrot, J. Amblard, G. Dobignard, A. Jordan, salariés du Musée national des ATP, apportent leur contribution artistique aux enquêtes. En 1943, ces plasticiens décrivent "les travaux et les jours" des paysans d’Ile-de-France, de Provence et de Franche-Comté. En 1944, leur programme est centré sur le Massif central avec les études de R. Perrot sur le plateau de Millevaches, et celles de J. Amblard sur le Cantal. H. Bernard dans son analyse sur les dessins de J. Amblard a montré combien la mise en espace et les rapports entre les différents éléments du dessin déterminent une approche idéologique48. Dans L’atelier du forgeron la roue, fruit de son travail, mise en valeur par sa situation privilégiée au centre et à l’avant-plan de l’image valorise le labeur de l’artisan.

PERROT R., Taille de la vigne, 1943, Musée Nat. ATP.

PERROT R., Le coupeur de porc, 1943, Musée Nat. ATP.

AMBLARD J., Atelier de forgeron, 1944, Musée Nat. ATP.

  • 49 A nouveaux temps, nouveaux programmes puisqu’après la Libération en 1947, le Musée national des AT (...)

41L’esthétisation de l’objet implique indirectement une esthétisation du monde qui lui est lié. Elle modifie la perception que le spectateur peut en avoir. Dans le cas de J. Amblard, la contribution de cet artiste communiste, résistant dans les maquis d’Auvergne, qui ne peut occulter sa nostalgie affective pour un monde qui lui évoque son enfance, permet la valorisation et l’idéalisation de la société rurale dans ses travaux et ses rapports sociaux et familiaux49. Les responsables sont pleinement conscients des possibilités offertes par cette contribution.

  • 50 MAGET M. et RIVIERE G.-H. — "Chantier 1810", Paris, 18.02.1944, (A.N. F 10).

« L’expérience faite en 1943 a montré que la documentation artistique, œuvre de la sensibilité, complétait très heureusement les documents strictement scientifiques, œuvre de l’analyse intellectuelle. Pour la description de certains aspects de la vie familiale ou individuelle manifestant les sentiments profonds ou les croyances, l’œuvre d’art atteint une intensité qui est refusée à la description scientifique pure »50.

42Il est important de rappeler que ces dessins non seulement fixent une réalité ethnographique mais sont également destinés à être exposés et permettre au public du Musée de resituer les objets dans leur contexte.

43L’enseignement de l’ethnologie folklorique, non absent du champ éducatif depuis plusieurs décennies reste néanmoins marginal.

AMBLARD J., Joseph et Marie Natanson et leurs enfants, 1944, Musée Nat. ATI’.

  • 51 L’ethnologie est, comme le note V. Karady, 1982, op. cit., p. 17, une des dernières grandes unités (...)

44Pratiqué dès la fin du XIXe siècle dans certaines écoles privées supérieures : École des sciences politiques (1872), École d’Anthropologie (1876), École pratique des Hautes Études (1890), les premiers certificats d’ethnologie sont créés en 1926-1927, après la fondation en 1925 de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris. Ils n’étaient que des options facultatives rattachées au cursus de la licence de philosophie. Dans ce domaine, le projet en 1936 du Musée national des ATP marque une étape. En effet, sollicité par l’École du Louvre pour des conférences sur le thème de la muséologie, G.-H. Rivière assure avec son collaborateur M. Maget, à partir de janvier 1938 un cours à peu près régulier. Aucun crédit n’est alloué pour ce poste jusqu’à la création en 1941 d’une chaire des Arts et Traditions populaires au sein de cette grande institution parisienne. La légitimité universitaire est enfin accordée à cette discipline51.

Une ethnographie appliquée

45Rattachée au Commissariat technique à la reconstruction, l’enquête ethnographique n’est qu’une phase préparatoire à la reconstruction. G. Pison, dans un rapport fait à l’École du Louvre, le 16 décembre 1943 explique les conditions dans lesquelles le Chantier 1425 est né.

  • 52 PISON G. – 16.12.1943, op. cit., p. 1.

« ...elle est née d’un besoin : la reconstruction. Après les destructions de la guerre, le problème de la reconstruction se pose dans toute son acuité. Il s’agit de relever de leurs ruines nos villages détruits, de tisser à nouveau la trame de nos terroirs. Une telle œuvre ne peut être entreprise sans de sérieuses études, sans que soient précisées les conditions traditionnelles de l’habitation rurale et de son mode de groupement. Il faut donner à nos villages, à nos terroirs une image qui, tournée vers l’avenir, n’en soit pas moins en harmonie avec leur passé »52

46L’examen du texte introductif à l’enquête de décembre 1940 montre à l’évidence qu’il servit de support à l’élaboration de la Charte de l’architecte. Certains passages sont repris terme à terme.

« DU ROLE SPIRITUEL L’ARCHITECTE RECONSTRUCTEUR

réflexions préalables
Ou bien vous êtes originaire de la région dans laquelle vous allez travailler et vous serez particulièrement sensible aux quelques suggestions générales qui vont suivre, ou vous vous y installez spécialement en vue de la reconstruction ; il faut alors, pour vous garder de faire une architecture de déraciné ainsi qu’un démarquage banal et superficiel, vous pencher longuement sur le problème qui se posera à vous.
Songez que, depuis plus d’un demi-siècle, les petites villes, les campagnes s’enlaidissent, les caractères régionaux s’effacent. Pourtant jadis, l’œuvre des hommes faisait corps avec le paysage et avec eux-mêmes ; aujourd’hui elle tend à devenir uniforme d’une région à l’autre, disparate dans une même région et inhumaine.
Il faut donc, les causes du mal étant évidentes, chercher les moyens de les combattre dans les constructions futures. Pour cela n’hésitez pas à regarder les maisons traditionnelles des petites villes et des villages : chefs d’œuvre des artisans d’autrefois, elles sont l’expression parfaite des genres de vie de nos ancêtres. Certes ils ne sauraient être question, dans la reconstruction, de retourner à des formes et des dispositifs condamnés par la technique, l’hygiène et l’économie. Mais il faut, à la faveur d’une enquête attentive, rechercher tout le côté spirituel qui peut être sauvé de l’héritage et remis en valeur.

  • 53 Charte de l’architecte reconstructeur, Paris, Secrétariat d’État aux Communications, Commissariat (...)

prospections et recherches
Votre premier travail sera donc de vous pénétrer de l’esprit de la région dans laquelle vous allez créer. Il vous faut apprendre à la bien connaître mais aussi et surtout à l’aimer. Elle ne se livrera pas tout de suite, car si certains de ses caractères sont apparents, beaucoup d’autres sont cachés et exigent pour se révéler, de la sensibilité, de l’intuition et de la réflexion. Vous discernerez rapidement sa géographie, sa flore, ses cultures, sa géologie ; vous connaîtrez vite les produits extraits de son sol et les productions que certains facteurs y ont fait se développer. Un peu plus tard vous saurez ce qu’est son climat, son atmosphère, puis vous pénètrerez peu à peu ses habitants. Vous connaîtrez, avec leur histoire, leurs traditions et leurs coutumes.
De tout cela vous trouverez la marque profonde dans leurs maisons, quand vous les étudierez. Vous arriverez à discerner plusieurs types de ces maisons dont chacun correspond à un genre de vie commandé par le milieu (la géographie, le climat), par le métier (les cultures, l’artisanat, le commerce, l’industrie), par la condition sociale et économique (importance relative de la profession ou du métier) et enfin par la tradition et l’histoire. Essayez de graver dans votre esprit, ou au besoin de fixer sur le papier, le résultat de ces recherches, en dégageant les types essentiels.
Étudiez d’une façon plus approfondie, de préférence aux maisons d’aspect exceptionnel et fortement marquées par le style historique, celles qui présentent le maximum de caractères permanents, c’est-à-dire des caractères qui se concernent dans le temps »53.

47Dans l’introduction à l’enquête lancée en 1941, les références aux nécessités de la reconstruction sont sans équivoque.

  • 54 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., pp. 4-5.

« Des ruines recouvrent à nouveau des provinces naguère dévastées ; des provinces épargnées depuis des siècles ont été meurtries à leur tour. Cependant une France nouvelle veut retrouver sa route à la lumière des traditions, restaurer la paysannerie et sauver la santé physique et morale de ses enfants, par une politique de la maison. La tâche des architectes est, du même coup, nettement définie. (...) Mais l’accomplissement de cette tâche se heurte à un grave cas de conscience car le rôle que doit jouer l’architecte doit matériellement se traduire par la construction de maisons.
Cette construction doit-elle être une reconstruction intégrale du passé ? Tentative absurde : les bâtisseurs d’autrefois ont tous été modernes à leur époque parce qu’ils tenaient compte des facteurs du moment aussi bien dans les données du programme que dans les moyens techniques de l’exécution. Faut-il faire table rase de la tradition et s’inspirer d’un rationalisme intégral ? Ce serait gravement méconnaître l’orientation actuelle d’une France qui cherche à s’ancrer dans le sol et à s’appuyer sur la race ; ce serait appauvrir, alors qu’il s’agit de l’enrichir, un patrimoine de valeurs héréditaires qui est le gage de notre personnalité et de notre durée. La solution apparaît alors dans une synthèse qui respecte les traditions dignes de survivre, tout en donnant satisfaction aux besoins de la civilisation moderne.
C’est pourquoi, pour remplir leur tâche, tous les architectes appelés à bâtir en France doivent, avec un esprit résolument novateur, posséder une exacte et profonde connaissance de la France bâtie d’autrefois »54.

48Le Chantier 909 se fait dans le même esprit. Il donne aux artisans ébénistes des modèles.

  • 55 MAGET M. – Chantiers, Paris, 15.02.1942.

« Ce répertoire de formes, de décors et de procédés auxquels puiseront les créateurs de meubles de l’avenir pourra inspirer un nouvel art populaire français qu’auront préparé si efficacement les équipiers du Chantier 909 »55.

  • 56 DUCHARTRE P.L. et RIVIERE G.-H. - 28.02.1941, op. cit., p. 3.

« C’est à cette tâche élevée que vous êtes appelés à collaborer, en préparant la documentation qui servira de base à l’action que nous venons de définir et qui permettra notamment de constituer à Paris (Commissariat technique à la reconstruction, Musée national des Arts et Traditions populaires) et dans les provinces (services de la reconstruction, musées de terroir), les archives et les catalogues de modèles où les créateurs chercheront leurs inspirations »56.

49Cette enquête a elle aussi, pris corps avant la création des chantiers puisqu’en novembre 1940, le Commissariat à la lutte contre le chômage s’adresse à U. Cassan pour lancer un programme de fabrication destiné aux sinistrés des régions les plus touchées. Un comité se charge de l’étude. Il lui incombe aussi de retrouver certaines tendances générales. Ce corpus doit servir de documentation de base et de modèle normatif. Il s’agit de convaincre les Français de la richesse de leur patrimoine. L’esprit de l’époque qui remet à l’honneur le paysan se doit d’y joindre l’artisan :

  • 57 RIVIERE G.-H. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’artisanat édit., 1942, pp. 33-43, p. (...)

« (...) Car nous pensons en effet qu’une véritable restauration de la paysannerie, si la base en doit être économique, doit prendre aussi un sens culturel dont l’artisanat folklorique sera la cheville ouvrière »57.

50Dans ce but, le Chantier 1810 réunit une documentation scientifique sur le groupe social dont il faut relancer l’activité. P.L. Duchartre et G.-H. Rivière proposent plusieurs dispositions en faveur des artisans folkloriques :

  • Établissement d’un label accordé par la Commission nationale des ATP réorganisé par le Secrétariat général des Beaux-Arts.
  • Attribution d’un diplôme.
  • Leur regroupement au sein d’un organisme dépendant du Service de l’artisanat et de la Corporation nationale paysanne qui devra bénéficier d’avantages spéciaux : subventions, facilités d’approvisionnement en matières premières, commandes de l’État, places d’honneur dans les expositions.
  • 58 REMOND R. – in BOUSSARD I., 1980, p. 11.
  • 59 (A.N. F 10 5128).
  • 60 Études agricoles d’économie corporative, Paris, 2e année, oct.-déc. 1942.
  • 61 MAGET M. – Métiers de France, Paris, 01.12.1941 ; 01.03.1942.
  • 62 Le folklore est aussi inscrit au programme de l’École des cadres de la corporation paysanne.

51Le Musée national des ATP travaille en relation étroite avec le Service de civilisation paysanne créé en octobre 1941 par la Corporation nationale paysanne. Syndicat corporatiste de type unitaire mis en place par les lois du 2 décembre 1940 et de décembre 1942, elle est l’une des réalisations les plus caractéristiques et achevées de la politique vichyste. Comme le souligne R. Rémond, "De toutes les réformes conçues par l’État français, c’est sans doute celle qui exprime le plus exactement l’inspiration de la Révolution nationale comme l’ambition du maréchal Pétain de reconstruire la France sur des fondements traditionnels"58. Cet organisme est partagé entre une volonté techniciste, propre à développer l’économie agricole et son attachement viscéral aux traditions "d’autrefois", gage de paix sociale, d’unité et solution partielle à l’exode rural. Le Service de civilisation paysanne, placé sous la direction de M. Maget, a son siège au Musée. Co-directeur scientifique des Chantiers 1810 et 1187, il poursuit ses activités d’avant-guerre, puisqu’il avait été nommé en octobre 1937 par l’Assemblée permanente des présidents des Chambres d’agriculture, chargé de mission au Musée national des ATP. Ce service est rattaché au service d’études dirigé par A. Dollinger, lui-même en liaison directe avec la direction de l’organisation syndicale. La Corporation envisage la création d’une revue Le Paysan de France qu’elle se propose d’éditer avec la collaboration scientifique du Musée. Le premier numéro, prévu pour le mois de janvier 1942, reste au stade de maquette faute de moyens59. À défaut, elle fait paraître un numéro spécial "folklore paysan" dans ses Études agricoles d’économie corporative. G.-H. Rivière rédige une note importante, présentant plusieurs monographies des chantiers intellectuels60. M. Maget donne également quelques articles dans l’organe de la Corporation et dans Métiers de France, édité par le Service de l’artisanat. Les chargés de mission du Musée et de son Office de documentation rédigent des articles sur les métiers. Les idées les plus importantes qui s’en dégagent sont les liens étroits qui existent entre le travail, la tradition et l’Église ; le corporatisme et la valorisation de la société artisanale où règne une hiérarchie naturelle entre maîtres et apprentis. Ces concepts sont mis en évidence de façon différente, l’historique valorisant le métier se fait à travers l’histoire du saint patron. L’hagiographie passe avant la technique. L’illustration du texte comprend souvent deux représentations qui se juxtaposent. Une image du Moyen Age ou d’Épinal et une œuvre ou photographie contemporaine. Saint Eloi (image de préservation 1820) accompagne la photo du forgeron au travail. Saint Joseph, sur un manuscrit du XVIe siècle, se retrouve sur un bois gravé du XXe siècle61. La représentation en haut de page domine le texte. Là se dit le lien du travail à l’église et la tradition d’un métier, longue chaîne d’union et de solidarité où la hiérarchie est un lien et non une opposition devoirs et droits sont répartis. Le Service de civilisation paysanne met ses compétences au service d’autres organismes. Il réalise par exemple une série de conférences à l’Institut des Hautes études cinématographiques sur l’esthétique de la maison traditionnelle, l’art populaire et sur les significations de l’objet en ethnographie folklorique62. En avril 1944, il est rattaché à la Direction des études, dirigée par L. S aileron. Une de ses dernières activités (avant la dissolution de la Corporation nationale paysanne) sera sa participation en liaison avec le Musée aux Journées d’habitat rural organisées par la Société des agriculteurs de France en juin 1944. À cette date, l’apport de l’ethnographie n’implique plus de discours nostalgiques mais semble tout au contraire, induire un nouveau regard sur le monde rural et ses capacités d’adaptation aux normes modernes de l’agriculture. Nous concluerons pour mémoire sur les mots de G.-H. Rivière, qui, s’adressant aux paysans en janvier 1941 leur demandait, après avoir tracé un bref tableau d’ensemble du folklore français, d’être eux-mêmes les agents de cette rénovation permise et "désirée" par le nouveau régime.

  • 63 RIVIERE G.-H. – in, Syndicats paysans, Paris, 09.01.1941.

« Tel est – esquissé à grands traits – l’admirable patrimoine que les paysans français se sont constitué au cours des âges, depuis les temps lointains où des hommes forts et avisés se fixèrent au cœur des clairières chétives, sur notre sol. Patrimoine que les paysans français sauront préserver et qu’ils adapteront à leurs nouveaux besoins spirituels et matériels, dans cette reconstruction à laquelle les convie – sur la base de la corporation – le maréchal Pétain »63.

52De l’ethnographie folklorique à l’ethnologie du domaine français :

  • 64 RIVALS C. – 1975.
  • 65 RAULIN H. – 1973.
  • 66 CUISENIER J. – 1973.
  • 67 En 1947, il participe à la création de la Société d’ethnographie française dont il abrite le siège (...)
  • 68 Ces études permettent de mieux cerner l’anthropologie "tropicale" dans ses relations avec le pouvo (...)

53Les enquêtes lancées par le Musée national des Arts et Traditions Populaires à la demande de l’État français, constituent encore aujourd’hui une source majeure pour la recherche ethnologique. Celle du Chantier 909 reste avec les archives notariales, une des sources primordiales pour les études sur le mobilier traditionnel. L’enquête sur l’habitat apparaît comme la plus déterminante ; elle ne fut pas interrompue. Après la Libération, elle se prolongea malgré la dissolution des Chantiers intellectuels et artistiques jusqu’en mars 1948, sous le nom de Centre de formation d’architectes ruraux (CFAR). Son bilan représente une somme importante puisqu’elle donna lieu à 1634 monographies, dont 1481 sont accompagnées d’une partie iconographique. L’enquête toucha la presque totalité du territoire national (83 départements). Aujourd’hui, elle reste d’une importance primordiale dans la recherche ethnologique. L’équipe du Centre d’ethnologie française, dirigée par H. Raulin, continue de travailler sur le corpus initial. La publication de trente-quatre fascicules, bâtie en partie sur les résultats de ce travail, est prévue par le Musée. Toutefois, bien que ne négligeant pas l’information fournie par le Chantier 1425, les chercheurs actuels ont réactualisé l’enquête en la complétant par des informations concernant l’évolution récente de cet habitat. Ils se posent des questions d’ordre méthodologique qui les amènent à se dégager de certaines orientations, pour ne pas dire partis pris d’origine. À Toulouse, l’équipe de recherche constituée autour de C. Rivals, a mis au point en 1973, une nouvelle approche de l’espace de la maison en lançant un "questionnaire-guide d’observation et de recherche", qui devait permettre d’aborder cet habitat par une approche ethnologique et sociologique64. L’ethnologie actuelle remet en cause la représentativité même des maisons initialement choisies. H. Raulin montre que les monographies effectuées dans le cadre des Pyrénées-Orientales ne sont pas représentatives de toutes les sous-régions du département. Elles privilégient les zones montagneuses caractérisées par un système agropastoral traditionnel, par rapport à celles de mono-culture viticole ayant suivi de plus grandes mutations. "(...) Certes, on comprend aisément les raisons qui ont guidé les choix des points d’enquêtes du Chantier 1425 : (...) C’est donc en définitive leur ancienneté et leur beauté qui ont guidé, dans bien des cas, le choix des bâtiments relevés ; ces motifs, tout à fait justifiables et louables puisqu’ils ont permis des relevés d’une grande valeur pour l’étude de l’architecture dans notre région, doivent-ils demeurer les seuls défendables lorsqu’il s’agit d’étudier l’habitat rural dans tous ses aspects"65. J. Cuisenier, actuel conservateur en chef du Musée national des ATP, est lui aussi explicite sur cette évolution récente : "(...) en réalité il faut engager le débat et ouvrir une discussion, la plus large possible. Il faut s’interroger sur l’unité d’observation : la maison et ses alentours, mais jusqu’où, dans l’espace et dans le temps ? Il faut se demander comment former un échantillon de maison pour en donner les monographies : selon quels critères, en quel nombre, pour observer quoi ? Il faut aménager le concours des spécialistes : linguistes, archéologues, ethnologues, sociologues, architectes, mais comment ? Autour de quels problèmes ? Pour parvenir à quels types de résultats ? Il faut mettre au point la sélection des documents, leur présentation, leur normalisation, leur publication : mais pour quel usage, quel public, quelles exploitations ?"66. Ces questions ont-elles vraiment échappé à l’équipe responsable du Chantier 1425 ? L’ethnologie du domaine français prend ses distances avec les folkloristes, leur exaltation bucolique et sentimentale du paysan et du pays, ainsi qu’avec le régionalisme qui caractérisa ses années de formation. Elle opte pour la rigueur scientifique alliée à la "revendication régionale", entendues comme minorités culturelles. Cette rupture s’accompagne d’un renouveau méthodologique. Le cadre étroit de la monographie classique est dépassé par le traitement informatique des collections. Évolution dans les programmes de recherche puisque des études sont entreprises sur la mémoire ouvrière (Denain, Creusot...), sur les quartiers urbains. Le Musée national des ATP dont la construction fut remise à plus tard, resta l’agent et le coordinateur principal de la recherche67. L’ethnologie connut, après les années cinquante, un renouveau avec en particulier les travaux d’A. Leroi-Gourhan sur l’anthropologie matérielle et ceux de Cl. Lévy-Strauss sur l’anthropologie structurale. Ce renouveau théorique va l’amener à s’ouvrir davantage à la pluridisciplinarité. Il faudrait évoquer ici le rôle joué par V. Propp dans l’approche méthodologique du corpus des contes populaires, les travaux de P. Bourdieu ou de Baudrillard en sociologie, sans oublier le rapport que l’ethnologie établit avec l’histoire et l’équipe des Annales. De plus, la décolonisation va contribuer à une transposition partielle de l’anthropologie coloniale sur le domaine français. Un repli sur l’hexagone génère chez certains ethnologues ou autres scientifiques, une réflexion épistémologique nouvelle sur la fonction idéologique de l’ethnologie exotique68.

  • 69 CUISENIER J. – 1980, p. 13.

54Bien que la création du Musée national des ATP remonte à 1937, l’ethnologie du domaine français ne prend véritablement son essor que grâce à la mise en place des enquêtes organisées sous le patronage de l’État français. Période charnière, elle consacre un héritage folkloriste imprégné de "paysanisme" régionaliste et d’esthétisme. Le succès des enquêtes réalisées dans le cadre des Chantiers 1425, 909 et 1810, marque la consécration de la démarche empirique fondée sur l’enquête de terrain telle que le Musée avait pu en organiser dès 1939 pour l’ethnomusicologie en Basse-Bretagne, et établit une ethnologie appliquée en rupture avec la science "désintéressée" (non appliquée) promue par la tradition lettrée pendant tout le XIXe siècle. Période charnière enfin, puisque, bien que déterminant encore partiellement les recherches actuelles, ces années prospères de l’ethnologie permirent, après la Libération, une prise de conscience et une réaction face à la rusticophilie ou au mysticisme passéiste qui la caractérisa jusque-là. L’étude de l’ethnographie folklorique pendant le régime de Vichy nous confirme le rôle déterminant que peuvent jouer les enquêtes dans le champ de la recherche scientifique, puisque de la documentation découle l’interprétation. Ces enquêtes posent en effet le problème de la fiabilité des documents inventoriés dont le choix préalable peut se montrer spécieux. Elles nous ramènent à l’irréductibilité du parti pris conceptuel inhérent à toute démarche scientifique, empirique ou non. L’approche phénoménologique des motivations ayant conduit à leur choix préalable, définissant des unités de compréhension (habitat rural, mobilier traditionnel, artisanat folklorique) nous éclaire sur la détermination des recherches qui en découlèrent. En délimitant leur sujet d’étude, et en orientant leur approche dans le cadre d’une grille définie par les questionnaires-types, elles posent, en définitive, la question essentielle des rapports entre conceptualisation - documentation - interprétation. Si l’ethnologie actuelle est pleinement consciente de ces rapports... "Faute de théorie, toute stratégie tendant à conserver et mettre en valeur le patrimoine ethnographique est vouée à la paralysie. Il n’y a, pour échapper au paradoxe, qu’une seule issue : soumettre à une nouvelle élaboration les concepts directeurs de la pratique relative au patrimoine ethnographique, et les réintroduire dans l’histoire sociale de la culture"69. L’ethnologie "vichyssoise" ne semble pas en avoir eu une maîtrise totale puisque l’outil intellectuel qui la caractérisait alors était étroitement lié au système culturel prôné par le régime. Sans s’arrêter sur la contradiction de l’emploi simultané des mots "modernité" et "tradition" que l’on peut noter dans les textes datant de la période de Vichy,...

  • 70 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., p. 5.

« La solution apparaît alors dans une synthèse qui respecte les traditions dignes de survivre, tout en donnant satisfaction aux besoins de la civilisation moderne.
C’est pourquoi, pour remplir leur tâche, tous les architectes appelés à bâtir en France doivent, avec un esprit résolument novateur, posséder une exacte et profonde connaissance de la France bâtie d’autrefois »70.

55... et qui peut créer une ambiguïté dans l’interprétation de ses motivations et objectifs, nous devons réaliser qu’elles avaient pour objet la création de modèles normatifs. Dans le cas du Chantier 1425, toute structure d’habitation correspond à un mode de vie. le champ architectural n’est pas un espace neutre. On pourrait même parler d’une logique sociale de l’espace bâti. Créer un modèle et privilégier un type d’habitat à caractéristiques traditionnelles, implique la perpétuation d’un mode de vie. Cette enquête programmée dans le contexte vichyssois de reconstruction immobilière, menée parallèlement à une politique régionaliste et agrarienne de retour à la terre, nous éclaire sur ses motivations et exploitations. La maison vernaculaire est en effet un signe de la survivance d’un ordre traditionnel. Signe excentrique dans le temps, il en permet l’élision pour n’en conserver que sa valeur signifiante. L’environnement architectural, miroir opaque d’une structure humaine réifiée, devient symbole de permanence et d’introjection du temps. Cette double relation entre la valeur symbolique et la valeur d’usage d’un objet ethnographique tel que l’habitat confirme le rôle idéologique et la fonction mythificatrice que l’ethnologie a sous Vichy. Conscience critique du présent, elle ne se contente pas d’étudier la tradition, de dégager la forme, le mode et le mécanisme de sa transmission, mais devient elle-même un facteur ou un véhicule de sa perpétuation, voire de sa restauration. Elle fait pénétrer le folklore dans un mode de transmission savant. Elle accrédite dans la conscience des Français une tradition, gage de légitimité au présent. Ceci est d’autant plus important qu’elle s’inscrit dans une période où le discours mythique du pouvoir tend à occulter la dimension temporelle pour faire de l’homme, et tout particulièrement du "paysan français", un homme "éternel".

Notes

1 Sur cette notion voir les travaux de CERTEAU M. de, 1970, 1974, 1975, et de VEYNE P., 1974.

2 Cl. Lévy-Strauss, 1960, souligne l’importance qu’à la découverte du "nouveau monde" dans l’émergence de la réflexion ethnologique.

3 Voir Les travaux de Turgot, Condorcet...

4 Voir les Voyages en France d’Arthur Young, le journal de Stevenson...

5 BELMONT N. — "Folklore" in Encyclopœdia Universalis, pp. 95-101.

6 Certeau M. de, Julia D. et Revel J., 1975, montrent combien cette enquête participa d’un "culte castrateur" puisqu’elle avait pour finalité la destruction du droit coutumier, et des patois perçus comme une gêne pour les velléités hégémoniques et unitaires de la toute jeune République. Tous les rapports de préfets ou autres "missionnaires" de la République rapportent cette lutte contre les cultures populaires. Il faudrait évoquer aussi le rôle joué par le Code civil ainsi que celui tenu par l’enquête de Nisard pendant la Monarchie de juillet.

7 VAN GENNEP A. — Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard édit., T. IIΙ, 1937, pp. 12-18. On peut y voir aussi un ancêtre à l’histoire des peuples "sans histoires".

8 Les mémoires de l’Académie celtique paraissent de 1807 à 1812. La Société des antiquaires de France lui succède en 1813.

9 KARADY V. — 1982, p. 28.

10 KARADY V. — op. cit., p. 27. Une chaire d’ethnographie est créée à l’université de Budapest en 1885. En 1890 paraît en Angleterre la première version du Rameau d’Or de J.G. Frazer. Parallèlement ces pays voient émerger tout un mouvement littéraire qui, avec des auteurs comme Asbjornsen en Norvège, les frères Grimm en Allemagne, Andersen au Danemark, vise à la reconquête d’une intégrité culturelle et linguistique. Cl. Karnoouh (1981, 1982) montre combien dans les pays de l’Est, les études folkloriques ont été et sont encore imprégnées des présupposés nationalistes, de leurs postulats premiers, se désintéressant du même fait des phénomènes culturels et cultuels qui contredisent l’homogénéité ethnique qu’ils revendiquent, et participent ainsi à une légitimation folklorique et populaire de l’idée d’État Nation.

11 CERTEAU M. de, JULIA D. et REVEL J. – 1980, p. 56.

12 Le premier projet de Musée d’Arts et Traditions populaires apparaît en France dès 1854.

13 L’Institut d’anthropologie est fondé en 1911.

14 Van Gennep, qui introduit la notion de folklore vivant, élabore une méthode cartographique mettant en évidence la notion de "zones folkloriques".

15 Le Museon Arlaten est le siège des groupements félibréens.

16 Le Musée national des ATP participe à l’exposition de 1937 avec un stand consacré à la maison rurale et un autre au Musée de terroir de Romenay en Bresse.

17 M. Maget est nommé le 22.10.1937 pour étudier les usages du métayage.

18 RIVIERE G.-H. – Revue de folklore français et de folklore colonial, Paris, no 3, mai-juin 1936, pp. 58-71.

19 RIVIERE G.-H. – "Congrès international de folklore", Paris, 1937, Rapport préliminaire, Paris, 5 p. (A. - ATP).

20 RIVIERE G.-H. – in, Travaux du 1er Congrès international de folklore, (Paris, École du Louvre 23-28 août 1937), Paris, Publications du Départ, et du Musée nat. des ATP, 1938, 448 p., pp. 295-302, p. 300.

21 RIVIERE G.-H. – Le Musée des ATP (discours prononcé à l’Assemblée générale de la Sté des amis du Louvre le 5 mai 1937, 1937, Sté des amis du Louvre édit., 1937, 8 p., p. 4.

22 A. Varagnac sera nommé directeur du Bureau de propagande régionaliste de la région de Toulouse pendant le régime de Vichy.

23 L’article de G.H. Rivière, "La France, nation paysanne", in GIGNOUX C.J., RIVIERE G.-H., BAZIN G. et CHAMPIGNEULLE B., La France en guerre, Paris, Centre d’informations documentaires, 1940, 317 p. pp. 27-84, (achevé d’imprimé le 19.04.1940), est assorti d’un fort accent nationaliste.

24 DESVALLEES A. – 1978. Le Musée ne reçoit son statut administratif permanent qu’en 1941.

25 La plupart des membres de cette troisième section sont rattachés au Comité national du folklore ou à la Fédération des groupes régionalistes. On pourrait citer MM. Bernard, Canteloube, Cassan, Chabrol, Chesnais, Delarrue, Gasquet, Hemon, Labat, Lafarge, La Paire, Lecotté, Maget, Marcel-Dubois, Morgant, Palay, PellatFinet, Provence, Mottheau... Une place est réservée à un représentant "actif et folklorisant" des mouvements de jeunesse.

26 L. Bertrand, (1984, p. 78), indique que Pétain demande à G.-H. Rivière d’étudier la mise en place d’"un monument à la tradition" dans chaque commune.

27 Le Musée de l’Homme abrite aussi plusieurs chantiers sous la direction de Griaule et du Docteur Vallois. Ils sont assez marginaux dans la structure globale des chantiers, pour la plupart réservés à des tâches manuelles de gros-œuvre. Pour avoir une vue d’ensemble de leurs activités, voir Chantiers dont le premier numéro paraît le 1.06.1941.

28 FALC’HUN, in Association G. Budé, Conférences universitaires de Bretagne, Paris, Belles Lettres édit., 1943. La Commission des recherches collectives présidée par L. Febvre et A. Varagnac avait réalisé plusieurs enquêtes folkloriques dès 1935.

29 (A.N. F. 10 5055).

30 Délég. Gén. à l’Equip. Nat., Service des Chantiers intellectuels et artistiques. Enquêtes sur l’architecture régionale, instructions pour les enquêteurs du chantier 1425, Paris, Bernard Frères édit., 1941, 29 p.

31 "L’enquête d’architecture rurale. La monographie de maison rurale (texte)", dédiée à la mémoire d’Albert Demangeon et aux architectes enquêteurs des chantiers 1425 et 1810. Montpellier, Paris, 30.07-20.09.1943, 28 p. (archives G.-H. RIVIERE - ICOM). Ce texte est édité in RAULIN H., 1973. Il en a été enlevé une seule ligne indiquant les titres et fonctions de M. Maget : "Chef du service de civilisation paysanne de la Corporation nationale paysanne".

32 BLOCH M. – in, Travaux du 1er Congrès international du folklore, 1938, op. cit., p. 71.

33 L’École française de géographie humaine issue de Vidal de la Blache se caractérise à ses débuts par une analyse déterministe fortement influencée par les théories positivistes et l’essor des sciences naturelles. Demangeon est le premier, dans les années vingt, à mettre la maison dans sa perspective agricole comme outil fonctionnel et ce n’est que vers 1935 que l’habitat trouve sa place dans la notion de région. La géographie française occulte alors totalement pour des raisons philosophiques et politiques les travaux d’E. Reclus. L’équipe du Chantier 1425 s’appuie aussi sur la mission entreprise avant-guerre en Sologne par le Musée des ATP sous la direction de G. Pison ; sur les renseignements fournis par l’enquête agricole de 1929, et par l’enquête des chambres d’agriculture.

34 RIVIERE G.-H. & DUCHARTRE P.L. — "Étude du mobilier traditionnel dans les régions sinistrées, projet d’instructions au chargé de mission du Commissariat technique à la reconstruction immobilière", Paris, 28.02.1941, 8 p., (A.N. F. 10 5055)

35 RIVIERE G.-H. & DUCHARTRE P.L. — in, Métiers de France, Paris, 01.10.1941.

36 TENEZE M.L. – oct., déc. 1955, pp. 332-333.

37 RIVIERE G.-H. – 1973, p. 9.

38 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., p. 9.

39 RIVIERE G.-H. – "Les arts populaires des paysans français", cours École du Louvre, 24.01.1941, 28 p., p. 21, (A. – ATP).

40 RIVIERE G.-H. – Lettre à GOUSSAULT R., Paris, 23.12.1940, (A.N. F 10 5055).

41 Études agricoles d’économie corporative, Paris, 2e année, oct.-nov.-déc. 1942, pp. 369-374.

42 BOURDIEU P.-1977.

43 PISON G. – "Perspectives sur l’enquête d’architecture rurale du Chantier 1425", causerie faite à l’École du Louvre le 16.12.1943, 23 p., (A. - ATP).

44 P.P. in, Le Roussillon, Perpignan, 10.06.1944.

45 RIVIERE G.-H. – in, Études agricoles d’économie corporative, Paris, oct.-déc. 1942.

46 G.-H. Rivière était lié aux milieux artistiques. Neveu du Peintre Henri Rivière, sa carrière en ethnologie fut tardive puisqu’il avait envisagé une carrière musicale. Ami des surréalistes, il entra en 1925 sur les conseils de Georges Salle à l’École du Louvre, mettant ainsi un terme à sa carrière artistique. Il y rencontre P. Rivet, avec qui il va travailler à partir de 1928.

47 cf. DUCHARTRE P.L. et RIVIERE G.-H., 28.02.1941, op. cit.

48 BERNARD H. – 1984.

49 A nouveaux temps, nouveaux programmes puisqu’après la Libération en 1947, le Musée national des ATP découvre le monde ouvrier et emploie les services de Jean Amblard et de Boris Taslitsky pour des dessins sur les mines et aciéries de Denain.

50 MAGET M. et RIVIERE G.-H. — "Chantier 1810", Paris, 18.02.1944, (A.N. F 10).

51 L’ethnologie est, comme le note V. Karady, 1982, op. cit., p. 17, une des dernières grandes unités disciplinaires (peut être avec la linguistique générale) à avoir pénétré le champ universitaire "littéraire" en France. La première chaire universitaire d’ethnologie générale est créée à la Sorbonne en 1943 avec la nomination de M. Griaule. En 1968 le premier cursus complet d’ethnologie est institué.

52 PISON G. – 16.12.1943, op. cit., p. 1.

53 Charte de l’architecte reconstructeur, Paris, Secrétariat d’État aux Communications, Commissariat technique à la reconstruction immobilière édit., Imp. nat., 1941, 27 p.

54 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., pp. 4-5.

55 MAGET M. – Chantiers, Paris, 15.02.1942.

56 DUCHARTRE P.L. et RIVIERE G.-H. - 28.02.1941, op. cit., p. 3.

57 RIVIERE G.-H. – in, Artistes et Artisans, Paris, Service de l’artisanat édit., 1942, pp. 33-43, p. 42.

58 REMOND R. – in BOUSSARD I., 1980, p. 11.

59 (A.N. F 10 5128).

60 Études agricoles d’économie corporative, Paris, 2e année, oct.-déc. 1942.

61 MAGET M. – Métiers de France, Paris, 01.12.1941 ; 01.03.1942.

62 Le folklore est aussi inscrit au programme de l’École des cadres de la corporation paysanne.

63 RIVIERE G.-H. – in, Syndicats paysans, Paris, 09.01.1941.

64 RIVALS C. – 1975.

65 RAULIN H. – 1973.

66 CUISENIER J. – 1973.

67 En 1947, il participe à la création de la Société d’ethnographie française dont il abrite le siège. Sans locaux suffisants pour ouvrir une galerie d’expositions permanentes, le musée organise des expositions temporaires (une vingtaine de 1951 à 1964) et collabore à des expositions extérieures. Il concourt au développement de plusieurs musées régionaux d’histoire et d’ethnographie. Les installations scientifiques et techniques sont inaugurées le 12.12.1969, celles de la galerie d’étude, le 01.02.1972, celles de la galerie culturelle, le 10.06.1975. En 1954, après plusieurs projets, la construction d’un Musée national des ATP au bois de Boulogne est acceptée. Il faut plusieurs années pour que cette réalisation se concrétise avec la construction du Musée actuel qui sert aussi de siège à la Société internationale d’ethnologie européenne et de folklore. (Le premier Congrès international d’ethnologie européenne se tint à Paris en 1971).

68 Ces études permettent de mieux cerner l’anthropologie "tropicale" dans ses relations avec le pouvoir colonial, cf. LEIRIS M. 1972, LECLERC G. 1972, COPANS J. 1975.

69 CUISENIER J. – 1980, p. 13.

70 Enquête sur l’architecture régionale, 1941, op. cit., p. 5.

Table des illustrations

Légende La salle de France au Musée d’ethnographie du Trocadéro en 1895. Paris, Musée de l’Homme.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Musée Nat. des ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre VICHY ET LA CONSECRATION DE L’ETHNOGRAPHIE FOLKLORIQUE
Légende in, La Terre Française, 25.10.1941.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Monographie de maisons de jardinier (Chantier 1425 - ATP) in, Études agricoles d’Économie corporative, oct. déc. 1942.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende AMBLARD J., Chez le Maréchal Ferrant, 1944, Musée Nat. ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende PERROT R., Taille de la vigne, 1943, Musée Nat. ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende PERROT R., Le coupeur de porc, 1943, Musée Nat. ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende AMBLARD J., Atelier de forgeron, 1944, Musée Nat. ATP.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende AMBLARD J., Joseph et Marie Natanson et leurs enfants, 1944, Musée Nat. ATI’.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15728/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540