Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Introduction

Texte intégral

1La défaite de 1940 a été un désastre tel que, pour quelques mois au moins, la majorité des Français a vu dans le maréchal Pétain un sauveur. Pour appréhender l’état des esprits à l’avènement de la Révolution nationale, il faut se reporter aux crises et contradictions vécues pendant l’entre-deux-guerres. La France venait en deux décennies de vivre la guerre la plus terrible de l’histoire, une crise économique dont elle se remettait mal, le choc de 1934, le Front populaire, l’amertume de Munich. À bout de souffle, sa civilisation n’en finissait pas de basculer, incertaine des valeurs républicaines qui avaient fait sa politique sociale et culturelle. Les discours des droites et des gauches relevaient les nécessités sans donner les remèdes ; ses voisins : Allemagne, Italie, Espagne, triomphaient dans l’Ordre nouveau, avec leurs troupes disciplinées, leurs athlètes, leur bonne santé, insolemment exhibés et triomphants. Le redressement, cependant, était l’affaire de la France seule. Où pourrait-elle trouver ses forces, si ce n’est en rassemblant celles de son sol, en s’accrochant, tel Antée, à la terre ? Au vrai, pour l’ensemble de la population, qu’est donc la Révolution nationale ? Une réponse à la démocratie qui a aboli les valeurs morales et les hiérarchies, fait fi des consensus sociaux pour installer le désordre, l’amoralité, le laïcisme et les luttes de classe, préféré une économie urbaine et industrielle et conduit à l’humiliation. En 1939, la guerre puis la défaite, font disparaître de la scène publique les personnalités de plusieurs générations, prisonniers de guerre, politiques ou réfugiés sur d’autres terres. Ceux qui restent, décideurs politiques ou acteurs involontaires d’une tragédie, sont plutôt pendant un laps de temps à mesurer, portés à se resserrer autour de la tradition, à chercher le salut d’une France en débandade dans un Chef, un Père. Le courant des traditionalistes agrariens est en place depuis la fin du XIXe siècle. Il cohabite pendant l’entre-deux-guerres avec d’autres orientations, celles notamment des régionalistes. Mais à cet instant de l’histoire, il rejoint les vues de Vichy et balaie les tendances modernistes.

  • 1 BLOCH M. – L’Étrange défaite (témoignage écrit en 1940), Paris, A. Colin, 1957, 265 p.

2En mai 1940, Pétain devient vice-président du Conseil ; le 25 juin la France signe l’armistice à Rethondes. Le 11 juillet à Vichy, l’Assemblée donne les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, à l’effet de promulguer une nouvelle constitution qui doit garantir les droits du travail, de la famille, de la patrie. Il devient par actes constitutionnels, chef de l’État français. Ce qui est ainsi établi n’est pas le fruit d’une conspiration inéluctable mais glissement vers une adhésion qui est un soulagement. L’armistice, la paix doivent se conclure rapidement. Tels sont les souhaits des uns et des autres. L’Etat craint les troubles sociaux ; la population, les ravages sur sa terre même. Le Père, Ph. Pétain garantit le minimum, après l’humiliation de la défaite. La reconstruction est ainsi possible et les convergences certaines. La IIIe République avait, en perdant la guerre, perdu sa légitimité. En l’abolissant et en votant les pleins pouvoirs, les Français acceptent un changement de société, la transformation en profondeur de leur pays dans ses lois, ses services et son éducation. Missionnaire d’une société perdue, le Maréchal se présente plus comme le théoricien et praticien de la Révolution nationale que comme le politicien de la France occupée. Les mots-symboles témoignent des exorcismes mis en place. Les discours, plus de cinquante entre 1940 et 1941, reprennent les thèmes : "Travail - Famille - Patrie". Ils évoquent le paysan et la terre, objets privilégiés de Ph. Pétain. La transposition se fait sans heurt de région à province, de société rurale au symbolisme de la terre. De cette terre devenue doctrine d’État, s’élaborent les formes multiples de l’idéologie. Inspirés par la philosophie paysanne de Gustave Thibon, les discours portent le mot-étendard. Des analogies existent entre la pensée du philosophe (très en vogue à ce moment-là) et celle du maréchal Pétain, autant qu’entre celle de la terre et du folklore. Folklore et traditions sont omniprésents, au point que Marc Bloch parle d’une volonté de transformer la France en "vaste musée d’antiquaille"1.

3Le folklore peut se réclamer de disciplines différentes : histoire, sociologie, ethnologie ; mais relève aussi de la mythologie puisqu’il fait partie d’un espace imaginaire, pourvoyeur des nostalgies du passé. La dérive vers le mythe, ici mise en pratique, donne à cette recherche une dimension particulière. Le point de regard n’est pas celui de l’ethnologie, mais de l’idéologie. Le folklore est ainsi analysé de sa conceptualisation à son application, de la doctrine à l’action.

  • 2 PAXTON R.O. – 1973, p. 197

4C’est dans la vraie nature de la Révolution nationale qu’il faut chercher son lien idéologique avec le folklore dont la doctrine est contenue dans les messages aux Français que Philippe Pétain fait entendre, surtout entre 1940 et 1941. L’Ordre nouveau dont il est question se fonde sur la reconstitution d’une société rurale anachronique. D’une philosophie réactionnaire et conservatrice, le Maréchal veut faire naître la France nouvelle, celle des provinces gardiennes des traditions. Ce qui est en jeu, c’est l’établissement d’un imaginaire qui répond aux concepts du régime. Le folklore pourrait n’être qu’un moyen de diversion à l’échelle régionale. Il satisferait ainsi les notables et les spécialistes locaux du folklore. Il n’aurait pas un intérêt si grand s’il n’était dans l’idéologie le nœud gordien, l’idée maîtresse, l’incarnation, la mise en représentation, le modèle d’une race, d’une ethnie et d’un mode de vie. En-celà, il a une force et une puissance que Vichy récupère. Il est le fond même de l’établissement du concept de Révolution nationale. En conséquence, la culture populaire reléguée généralement au statut de sous-produit, est érigée par le Gouvernement en modèle. La promotion du folklore en fait une réalité culturelle au sein de laquelle peut s’enraciner le mythe de la terre. Dans l’idéologie de Vichy il devient culture dominante. Cette manifestation "sentimentale" dont parle Paxton2, n’est pas et ne deviendra pas une force politique, mais elle est la réalité de l’idéologie.

  • 3 RIVIERE G.-H. – "Le folklore paysan : notes de doctrine et d’actions". Études agricoles d’économie (...)

5Au moment où le maréchal Pétain fait de la Révolution nationale sa raison d’être, où il exclut de son discours le drame de l’occupation, le folklore paysan "vivant" devient entre les mains des scientifiques un objet d’étude - les entités se juxtaposent : mystique de la terre, folklore paysan-. À ce niveau de réflexion, un texte a été déterminant dans le choix et l’orientation qu’a prise ma recherche. Il en a même dessiné le plan. Le téléscopage dans mon esprit de l’article de G.H. Rivière, alors conservateur en chef du Musée national des Arts et Traditions populaires, "Le folklore paysan" et de son sous-titre : "Notes de doctrine et d’action3", a éclairé d’un jour différent le terme folklore dans un sens particulier qui se rapprochait singulièrement de la doctrine de la Révolution nationale. A ces quelques mots, et à leur contenu s’accollait "la terre, elle, ne ment pas" du maréchal Pétain. Il fallait, pour être équitable, aller vérifier la part de coïncidence ou de collusion. L’intitulé de l’article montre le glissement opéré de la recherche scientifique à l’élaboration d’une doctrine dont la finalité est la rénovation (ou restauration) de l’objet pris en compte. Il s’agit bien d’une rencontre, dans un temps d’histoire, d’une idéologie de retour à la terre et d’une science, l’ethnologie folklorique qui trouve un terrain favorable à ses recherches. Folklore et Révolution nationale, quels rapports idéologiques ont entretenu ces deux concepts, durant cette période étrange de 1940-1944, où son démiurge lançait « la doctrine que par mes messages j’ai donnée au peuple français » ? Pour répondre à cette question, j’ai procédé à une analyse serrée de l’article de G.-H. Rivière et cherché son application, point par point, dans les textes, les mises en place et les discours. Cette analyse a engendré d’autres interrogations :

6Qui a étudié et restauré le folklore paysan ? Cette première partie traitera des organismes intéressés par le folklore, au premier chef, le Musée national des Arts et Traditions populaires, qui centre ses recherches sur le folklore "vivant", procède à des inventaires, parraine des congrès et des publications aidé par les instances régionales, et enfin suggère la mise en place d’un enseignement pratique et supérieur.

7Sur quels espaces se sont fixées ces études et quels ont été les projets de conservation ? Le champ folklorique est large, et une fois encore désigné dans le programme de "Doctrine et action". Il comprend les cadres et modes de vie, l’habitat, le mobilier, les costumes et l’environnement culturel : musique, théâtre et langue, fêtes agrestes, pèlerinages... Cette partie, après avoir défini les domaines du folklore, confrontera les mesures prises et leurs applications pratiques, les discours dont ils sont l’objet et la réalité de cette rénovation.

8Dans un troisième point, je verrai par quel moyen le régime de Vichy a assuré la propagande, pour le faire passer de culture dominée à culture dominante. Dans quelle mesure y a-t-il réussi ? Quelles différences entre le discours et la praxis ? Radio, cinéma, presse, éducation, jeunesse, tous les médias possibles ont été concernés.

9Le choix de la zone Sud ne procédait pas seulement du besoin de circonscrire ma recherche, mais tenait à une raison plus profonde qui l’avait précédé : le pouvoir a disposé jusqu’en 1942 d’une très grande latitude. Paxton est clair à ce sujet, autant que d’autres historiens. Vichy a été préoccupé d’abord d’instaurer un Ordre nouveau et ses objectifs n’offrent pas beaucoup d’analogie avec ceux des collaborateurs parisiens. D’ailleurs, l’équation manichéenne Résistants/Collaborateurs est de courte vue, et j’avais ainsi l’occasion de vérifier que Vichy a voulu, élaboré, édicté la Révolution nationale et que ses mesures ont été prises, non pas sous la botte allemande, mais avec une marge d’indépendance étonnante pour un pays vaincu et occupé en partie. La date relève d’un constat déjà évoqué : cette période est pour le folklore le passage de la marginalité à l’état d’objet d’étude, non plus "regardé" mais "existant". Étrange glissement opéré par qui ? À quelles fins ? Les liens avec Paris ne sont d’ailleurs pas exclus puisqu’ils se font à travers le Musée national des ATP et son programme de recherche.

10L’évolution du concept de folklore a été aussi source d’interrogation. En 1935, il n’était pas limité à la paysannerie, mais prenait en compte l’ensemble des savoirs populaires. En 1942, date du texte de son spécialiste le plus éminent, ne relève plus du folklore que ce qui est paysan. À cette réduction des sociétés concernées correspond un élargissement du concept qui implique maintenant une société, un mode de vie et un habitat, définit une économie, suppose une politique culturelle et régionaliste, en même temps qu’une structure étatique hautement dirigiste.

11Cette recherche prend en compte un sujet réputé apolitique et innocent, dans lequel réalisations, discours et projets ont une valeur significative aussi grande. Le projet, en effet, fonde les intentions autant que la réalité. D’un premier niveau d’analyse du discours scientifique, d’une mise en scène ou d’un documentaire, nous passons à un champ sémantique autre ; c’est, pour le folklore, la proposition d’une lecture différente. Cette recherche devrait affiner la compréhension du régime de Vichy et dégager un des éléments-clés de l’idéologie de la Révolution nationale. L’approche historique des idéologies est essentielle car elles façonnent les comportements ; celle de la Révolution nationale, dans sa période d’élaboration et de mise en place, l’est particulièrement pour rendre intelligibles les courants des décennies suivantes.

Notes

1 BLOCH M. – L’Étrange défaite (témoignage écrit en 1940), Paris, A. Colin, 1957, 265 p.

2 PAXTON R.O. – 1973, p. 197

3 RIVIERE G.-H. – "Le folklore paysan : notes de doctrine et d’actions". Études agricoles d’économie corporative, Paris, 2e année, no 4, oct.-déc. 1942, pp. 291-316. Cette revue s’adresse à l’élite de la Corporation nationale paysanne, cf. BOUSSARD I., 1980, p. 100.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540