Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Projet culturel de Vichy

 | 
Christian Faure

Préface

Pascal Ory

Full text

1L’histoire culturelle vérifie encore trop souvent la règle de l’histoire politique : d’être plus volontiers attirée par les extrêmes que par les centres. Ainsi connaissons-nous bien aujourd’hui la culture de la Résistance et celle de la Collaboration, et fort peu cette culture de Vichy qui a pourtant tenu le haut du pavé, dans les institutions, et sans doute dans les esprits, pendant quatre ans. Le premier mérite des recherches de Christian Faure, commencées avec pertinence par une enquête sur l’une des figures les plus typiques de ce milieu, Henri Pourrai, et couronnées par ce travail est d’éclairer pour nous ce vaste pan de notre héritage. Le second est d’avoir choisi une voie d’accès royale, celle du discours et de la pratique folkloristes de l’État français.

2Car la culture vichyste, dont l’un des grands intérêts aux yeux du chercheur est l’extraordinaire volontarisme, a d’emblée joué son destin sur un pari, celui de la supériorité, de la vitalité et, si besoin était, de la restauration systématique des valeurs de la Tradition. On peut même raisonnablement soutenir que jamais ce pays n’a vécu une aussi radicale prise de pouvoir par une contre-culture (comme on dit contre-Révolution) : ni sous l’Ordre moral, ni sous l’Empire autoritaire, ni sans doute sous les deux Restaurations.

3Traditionalisme conscient et organisé, le vichysme privilégie les images d’une société rurale, corporative et religieuse. En termes esthétiques, ses préférences vont aux formes classiques, c’est-à-dire néo-classiques, celles-là mêmes à l’égard desquelles l’État républicain vient justement de prendre ses premières distances. Sur le plan structurel, enfin, une bonne part de ses raisonnements et de ses fonctionnements vont passer par l’échelon du "pays", de la province, de la "couleur locale". Ce dernier trait est d’ailleurs censé signifier sans conteste l’étendue de la rupture avec les théories et les pratiques antérieures et remonte, en effet, via Maurras et Barrès, à plus d’un siècle : non pas à un Ancien régime décentralisateur, phantasmatique, mais à l’émigration de l’intérieur légitimiste sous Louis Philippe.

4Bref, l’enjeu contemporain était de taille, et l’objet de cette étude, de grande importance stratégique.

5À y regarder de plus près, la nature même de l’objet en question présente plus d’une ambiguité. L’efficacité apparente d’une dictature se mesure aisément au nombre des institutions et des programmes mis en place sur ce terrain sensible : Comité national du folklore, comités d’action régionaliste, commissions départementales de propagande régionaliste, chantiers intellectuels, (toute cette terminologie compte)... Mais on ne construit pas tant ex nihilo. Si Vichy n’a manqué ni d’imagination ni de bonnes volontés, c’est qu’il n’avait qu’à puiser dans un vivier préexistant. Et celui-ci ne se réduit pas aux secteurs proprement "réactionnaires".

6Sans doute ceux-ci emboîtent-ils le pas avec enthousiasme. Le cas le plus net est celui des sociétés savantes qui, derrière leur façade de respectabilité, d’érudition et de désintéressement, arpégeaient souvent, depuis leurs origines, sur des thèmes de nostalgie et de refuge. Mais l’État français n’aurait pu mobiliser tant d’énergies s’il n’avait dû compter que sur une idéologie toute négative, moins ruraliste qu’anti-citadine, moins artisanale qu’anti-industrielle, moins religieuse qu’anti-libérale.

7Il en fut de la politique vichyste du folklore comme de la politique vichyste de l’architecture ou du cinéma : une partie des initiatives présentées comme "révolutionnaires" participent en fait de tendances générales qui portent toute l’époque ; mieux (ou pire, aux yeux des vichystes) : le régime républicain honni avait déjà mis plus que la main à l’entreprise ; enfin, comble du paradoxe (apparent, comme tous les paradoxes) : nous sommes sans doute ici sur le terrain où Vichy assure le plus nettement la continuité avec la politique culturelle du Front populaire.

8On peut d’ailleurs rattacher le nouveau discours patrimonialiste des gauches non seulement à la prise de conscience par des exclus (les communistes), des opposants (les socialistes), des anticonformistes (les pacifistes) du contenu éventuellement critique, voire subversif, de la parole populaire, même folklorisée. C’est, par exemple, au début des années 30, la démarche d’un Yann Sohier, fondateur d’Ar Falz, mouvement sans précédent puisqu’à la fois breton, régionaliste et de gauche. Mais la détermination essentielle est à lier à la nouvelle conjoncture intellectuelle, qui transcende les frontières entre la gauche et la droite. Ce n’est pas par hasard que les historiens de l’art, à la suite d’artistes théoriciens de l’époque, parlent à propos des années 30 de "retour à l’ordre". Par une sorte de mouvement de balancier dont l’histoire culturelle est familière, la décennie 20, éminemment perturbatrice sur à peu près tous les champs de l’expression, paraît avoir suscité ainsi son mouvement contraire, non pur et simple "retour à" mais accent mis désormais sur la construction et la continuité.

9C’est ainsi qu’une histoire de l’architecture qui serait seulement préoccupée de la logique des "avant-gardes" aurait ample matière à gloser sur l’essor, dans les années qui précédèrent la seconde guerre mondiale, de tout un courant régionaliste, particulièrement dynamique en Bretagne et auquel l’Exposition de 1937 offrit un champ d’expérience idéal, avec son "Centre régional". La présence de ce dernier ensemble au cœur du dispositif officiel de l’Expo administre une preuve décisive de l’importance croissante accordée par le vieux régime lui-même, supposément jacobin, à un certain provincialisme, sans doute sans grande portée politique immédiate mais pas pourtant privé de signification idéologique. Allons plus loin : maintenant que l’on dispose, avec l’ouvrage qui suit, d’une première synthèse sur le folklorisme réactionnaire, il devient urgent de prendre de la hauteur, et de reconsidérer le demi-siècle antérieur à cette lumière : on sera étonné de découvrir la prégnance d’un provincialisme républicain, d’un folklorisme officiel, en particulier au niveau des collectivités locales, qui, qu’on le veuille ou non, relativise, sur ce plan comme sur tant d’autres, la rupture de l’An Quarante.

10Mais, de ce fait, quitte à être étonné, on le sera moins de trouver au sommet du système folklorique d’une dictature traditionaliste la principale création muséographique du Front populaire, le Musée national des "arts et traditions populaires". C’est au gouvernement Blum que cette terminologie doit son officialisation, tout comme celle d’"organisation des loisirs" : on voit assez combien elles sont toutes deux d’une redoutable polysémie. Jean Zay et Léo Lagrange en avaient conscience, qui tinrent souvent à insister sur le caractère de réponse démocratique au défi totalitaire que devait prendre, à leurs yeux, une telle politique. La polysémie n’en demeure pas moins, et Vichy ne se fera pas faute de récupérer à son profit jusqu’à Léo Lagrange, mort au combat en 1940.

11Or il est clair que les maréchalistes n’eurent pas à faire grand effort pour récupérer la pratique, voire le discours, des "ATP". Et Georges-Henri Rivière, jadis bras droit du socialiste Paul Rivet (le premier élu du Front populaire, aux élections municipales de 1935), naguère militant actif des organisations culturelles de gauche, met avec aisance ses talents d’animation et de relations publiques au service du nouveau régime. Parler dans ce cas précis d’opportunisme ne résoudrait rien, tout comme en déduire le caractère "pré" ou "crypto"-totalitaire de la IIIème finissante serait absurde. La réponse est bel et bien dans l’ambiguïté même des mouvements sociaux de vaste ampleur et de longue durée.

12Dans le cas particulier de Vichy l’ambiguïté risquait fort de se transformer en équivoque, dès lors que la logique propre à toute dictature croisait le discours traditionaliste. Christian Faure montre bien comment, à plusieurs reprises et suivant une courbe ascendante de 1940 à 1944, deux des attributs essentiels du régime, l’autoritarisme et le centralisme, ont perturbé ou annulé maintes virtualités provincialistes. Le retour au pouvoir de Laval, homme profondément étranger aux valeurs réactionnaires, et le poids croissant de l’Allemagne nazie, idéologie profondément étrangère aux valeurs décentralisatrices, ont fait le reste.

13Ce reste en question n’est-il que le résidu d’un échec ? Ici aussi, il faut se garder des conclusions hâtives et manichéennes. Même si elle fut imposée au Maréchal par certains de ses idéologues, la formule de la "révolution nationale" résume en soi et la nature de ce qui a échoué et la signification de ce qui est resté.

14Dès lors qu’il s’agissait de lutter contre une "décadence" par le recours à une "jeunesse" - démarche classique à tous les régimes autoritaires et totalitaires du XXe siècle-, Vichy ouvrait la boîte de Pandore. Le destin paradoxal de L’École d’Uriage est la métaphore extrême de ce processus mais l’exemple, étudié de près par Christian Faure, de l’association Jeune France est tout aussi éclairant : il y a toujours quel qu’ingénuité de doctrinaire à croire qu’on peut donner à de jeunes (bons) esprits carrière à reconstruire le monde sans danger pour l’ordre établi. Et Jeune France fut dissous. L’échec de la politique culturelle de Vichy, et particulièrement de sa politique folkloriste, se repère ainsi dès avant la Libération.

15On ne peut donc incriminer seulement le manque de moyens, et le manque de temps. La politique suggérée n’était pas des plus coûteuses et l’urgence des temps pouvait être un excellent aiguillon. Comme toujours, la vraie difficulté gisait au cœur même des principes, dans une contradiction initiale : vouloir faire du neuf avec du vieux, et du vieux avec du neuf.

16En matière culturelle plus qu’ailleurs un bilan ne se tire pas sur le court terme, plutôt sur le moyen terme d’une ou deux décennies et toujours sur le long terme d’une génération. On ferait donc une grave erreur à n’envisager l’héritage vichyste qu’en se situant par l’esprit à l’automne 1944 ou, plus précisément, aux débuts de la IVème République, puisque c’est à ce moment seulement que se situèrent les dernières liquidations, celle, par exemple, de la Direction des mouvements de jeunesse ou de l’organisation, régionalisée, des bibliothèques publiques, pourtant proposée par le résistant Julien Cain. Or à la même époque, à Toulouse, Christian Faure nous l’apprend, le très résistant Jean Cassou accepte la présidence de l’Institut d’études occitanes, successeur d’une Société d’études née en 1940 : "folklore” ou "ethnographie", le régionalisme culturel est comme la langue d’Esope.

17On arrive ainsi à une typologie assez simple, qui distingue trois cas de figure, trois degrés dans l’enracinement du projet vichyste.

18Là où Vichy a échoué, c’est en fait là où le régime avait mis le plus de lui-même : dans la Réaction. L’imagerie traditionnelle n’a pas repris dans la société et dans l’art les places qu’elle y occupait sous Charles X, et le grand Chantier 1425, aujourd’hui critiqué sur le plan scientifique pour ses arrière-pensées bucoliques et conservatrices, n’a pas annoncé la renaissance architecturale espérée. Ce sont de ces dures réalités auxquelles se heurtent depuis toujours les volontarismes, de quelque couleur qu’ils soient.

19Quand le projet daté de 1940 s’est situé, qu’il l’ait voulu ou non, dans la continuité du mouvement général des sociétés modernes vers toujours plus d’organisation culturelle, du corporatisme à l’étatisme, ses initiatives ont pu être relayées, un peu plus tôt un peu plus tard, par les régimes successeurs. Le Musée national des arts et traditions populaires n’est, à cet égard, que l’exemple le plus prestigieux d’une politique diffuse d’encouragement à la pratique des "arts" (folklorisme) et à l’étude des "traditions" (ethnographie). Au-delà, on ne peut raisonnablement imputer à un quelconque héritage vichyste la conception restrictive de "l’ethnologie française" comprise implicitement comme ethnologie du seul milieu rural, qui a prévalu jusqu’à une date récente : ce choix rousseauiste est inhérent à la discipline.

20La vraie fécondité réside ainsi partout où, malgré lui, le traditionalisme a accouché d’une nouveauté radicale, mais force lui est alors de reconnaître que, dans tous ces cas, la gauche l’avait précédé, et l’a par la suite éclipsé. Le meilleur exemple, et l’un des plus riches de l’histoire récente des politiques culturelles, est celui de la "décentralisation théâtrale". Sans doute est-ce sous Vichy que Jean Vilar, via la troupe de La roulotte, expérimente les techniques de l’"action culturelle", promises à un bel avenir, mais c’est sous le Front populaire que s’est constitué le premier réseau des "jeunes compagnies", comme c’est dans la Résistance que se fonde le mouvement Peuple et culture, laboratoire intellectuel de la décentralisation, fort éloigné, au reste, de tout régionalisme.

21On peut dire les choses encore plus simplement : une politique n’a de sens au regard de l’histoire que si elle va dans son sens. Une telle proposition eût passé pour une lapalissade il y a cent ans, où l’orientation des civilisations ne faisait aucun doute. Elle peut paraître bien obsolète aujourd’hui, où la notion même de sens de l’histoire” fait sourire, à moins qu’elle ne fasse peur. Il suffit pourtant d’interroger Vichy pour savoir que c’est un fait d’expérience.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site