Version classiqueVersion mobile

Naissance du journal révolutionnaire

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Chapitre III. L’événement

Texte intégral

L’observateur, le témoin, l’analyste

1Témoins directs ou historiens, journalistes prudents ou engagés, hommes politiques : ceux qui ont vécu les époques de la Révolution en parlent comme d'événements vis-à-vis desquels il leur faut se situer. Préférant à celle du Palais-Royal la promenade des jardins du Roi où sont exposés tous les règnes de la nature, l’Abbé de Fontenai, auteur du Journal général de France, y rencontre « un philosophe pratique », homme de retraite, façon JJ. Rousseau qui lit peu d’ouvrages modernes, porte un regard sévère sur l’agitation des hommes et « vit isolé [...] dans une ignorance presque absolue des événements qui occupent si fort les gens du monde » (no du 1er janvier 1789). Plus de trente ans après, depuis Londres où il écrit durant Tété 1822, une page de ses Mémoires (livre VIII, chapitre 2), Chateaubriand se souvient d’un temps où, le long du cours de l’Ohio, l’enchantait la luxuriance de la nature d’Amérique.

« Quoi ! confesse-t-il, c’était pendant les heures de bouleversement de mon pays que je m’occupais de descriptions et de plantes, de papillons et de fleurs [...]. Combien d’hommes sont indifférents à ces événements ? De combien d’autres seront-ils ignorés ? ».

2Et repoussant l’horizon il esquisse une perspective de philosophie et d’histoire :

« l’individualité humaine sert à mesurer la petitesse des plus grands événements».

3Si ceux-là tentent de réduire l’événement, s’ils en prennent la mesure en essayant – ou en affectant – de prendre du champ, en n’y voyant que le mode du moment, légère ecchymose sur l’épiderme du temps, ou qu’une circonstance de passage s’abîmant dans la longue durée ou dans les grands cycles qui commandent la vie des espèces, d’autres en revanche s’y prennent si fort qu’ils ont la certitude ou l’illusion d’en vivre les secousses et d’en être les moments. Œil et oreille placés dans le mouvement des choses, ils tentent d’en épouser les modalités.

4Les journalistes de 1789 sont en effet plongés dans ce qu’ils appellent « l’événement le plus extraordinaire [...] le plus mémorable de notre histoire » (Annales parisiennes, historiques et critiques..., 1er avis et no 1, p. 12) au point qu’il n’est « guère possible de tout voir et de tout apprécier » (Gazette de Cologne, Supplément du 25 juillet) et qu’ils n’en peuvent donner d’abord que « l’aperçu le plus rapide » (Le Courrier de Gorsas, no IX, 15 juillet). « Mille plumes occupées d’en tracer les détails n’eussent pu suffire » avouent les Révolutions de Paris (no 11, 25 juillet) à restituer « l’innombrable multiplicité des événements arrivés depuis 8 jours dans cette capitale». A la différence de la littérature qui peut à distance et dans le silence s’élaborer à loisir comme œuvre unique, c’est ici d’une écriture pressée, immédiate et multipliée qu’il s’agira. Le journaliste le confie à ses lecteurs :

« Les événements se succèdent avec une rapidité qui permet à peine de reprendre haleine » (Gorsas, no XXVI, 2 août).

5Il sait aussi qu’il ne les gouverne pas mais qu’au contraire eux « seuls [...] ont commandé » et qu’il a « été forcé d’y obéir » (Gorsas, 20 octobre). L’homme de presse devient alors un homme d’écriture engagé dans la conjoncture au point d’en être le serviteur volontaire. La Révolution modifie les rapports entre les événements et les hommes, elle fait naître un journalisme d’action, déjà moderne, qui va se dévouer délibérément, passionnément et tragiquement aux événements. On peut comprendre déjà, avant l’heure, ce jugement de Volney, dans une lettre à Thibaudeau, en 1794 :

  • 1 J. Gaulmier, Un grand témoin de la Révolution et de l’Empire : Volney, Hachette 1959, p. 164.

« Il n’y a plus d’hommes en France, il n’y a que des événements »1.

  • 2 R. Bloch, préface à Soboul, La civilisation et la Révolution française, II, La Révolution français (...)

6Vu de si près et comme vécu de l’intérieur ce qui se passe alors ne s’offre pas au regard dans la simplicité des grandes perspectives mais plutôt, selon une phrase d’historien que ni Gorsas, ni Tournon n’auraient sans doute démentie : comme « l’extrême complexité d’années bourrées de tendances multiples, d’explosions subites et d’événements imprévus »2.

7C’est le temps, en effet, où l’événement commence à sortir de ses anciens logements : fêtes et foires, processions et concerts spirituels, Te Deum, entrées royales et rentrées solennelles, sièges, batailles, traités et faits divers (depuis les morts centenaires jusqu’aux incendies). Il se met à multiplier, transformant ses anciens lieux, en consacrant de nouveaux : les premières assemblées des Etats Généraux, l’Assemblée Nationale, celle de la commune de Paris, le Palais-Royal, les districts, le château de Versailles, les rues et les quartiers (les Invalides, le Champ-de-Mars, la Bastille, le faubourg Saint-Antoine) et puis les villes de la province et bientôt le Brabant. L’événement est partout, dans les débats des assemblées, dans les adresses et les motions venues de Paris et de province. On le trouve à la Grève, à Saint-Germain, en Alsace, en Franche-Comté, dans les campagnes (circulation des grains et incendies des châteaux), dans les églises (sermons de l’abbé Fauchet), dans les rumeurs, dans les déplacements des troupes, dans les échos de la presse étrangère. Ce vertige est une sorte de délire car tout alors peut faire événement : un discours à l’Assemblée comme l’arrivée d’une péniche chargée de poudre ou de farine ; l’interception d’une lettre sur un courrier, la découverte de ballots ou de brochures dans une charrette de foin comme une motion du Palais-Royal ou le licenciement d’un chantre. Incidents, bruits divers, réponses ou silences du Roi, départ d’un prince pour l’étranger, incendie des barrières, mandements d’archevêques, longs rapports de Necker, rareté ou cherté du pain. L’événement comme l’air du temps est omniprésent, diffus, sans limites : forme floue mais élémentaire de la communication et de l’information.

8Les journaux qui apparaissent en 1789 ne seront donc pas les fruits de projets éditoriaux minutieusement préparés, mais plutôt une sorte de génération spontanée qui procède des événements mêmes, manifeste leur multiplicité et leur contagion et leur confère une visibilité immédiate. La réalité de l’événement devient lisible dans la forme matérielle des journaux et dans la soudaine augmentation de leur production. Ce phénomène est tout à fait explicite dans le cas des quotidiens. Si le mois de mai en voit naître 2, juin en apportera 6, 16 autres sortiront en juillet, août en donnera encore 11 et les 4 derniers mois de l’année successivement 6, 8, 4 et 7. Une poussée fulgurante – puisque la quantité se trouve deux fois quadruplée – s’est donc produite de mai à juillet, en moins de 3 mois. Chacun sait ce qui s’est passé dans ce court intervalle : la réunion des Etats Généraux, leur transformation en Assemblée Nationale, les résistances opposées aux entreprises du Tiers-Etat et de ses alliés de la part de certains ministres du Roi, la mise en surveillance de Paris et de Versailles par les troupes royales et finalement l’éclatement des événements de juillet. C’est au cours de cette première suite d’événements qui forme la phase initiale de la Révolution que les quotidiens prennent leur essor et accèdent d’un seul coup à leur palier pour 1789 puisque de juillet à décembre leur nombre se maintiendra entre 20 et 30. La concordance entre la création des quotidiens et la déclaration des événements est statitiquement manifeste. L’événement apparaît comme un ensemble de contraintes qui impose la multiplication de ce type de journal.

  • 3 Celles aussi de certains analystes de la communication. Voir l’ouvrage de L. Sfez, Critique de la (...)

9Le journal de 1789 est une production événementielle particulière qui trouve sa raison d’être dans le mouvement de la conjoncture, naît au cœur de l’aléa et en propose un tracé presque immédiat, une figure provisoire. Il est l’une des premières mémoires de l’événement et en construit partiellement, partialement et quasi instantanément les premières formes. C’est un appareil qui, selon un tempo choisi (sa périodicité) tente de capter ses rythmes pour le faire entendre, voir et comprendre. De façon apparemment spontanée, il le décompose et le recompose, il « l’analyse » sur le tas et « à chaud » enregistrant et transformant cette réalité vivante et impersonnelle pour la former en une figure qui reste dans la mémoire. Il prend des relevés de l’événement qu’il inscrit dans ses trames : un dispositif éditorial, une forme matérielle, des textes et des modes d’énonciation et d’écriture (information, récits, discours). Tout en procédant lui-même du fond obscur et problématique de l’événement, il met en forme ses effets qu’il produit et dispose en un système de représentation et de mesures immédiat aux modalités variables. Par cette sorte de « méthode » fondée sur une économie instable des effets, l’événement s’auto-représente, s’auto-évalue et s’auto-interprète in vivo. Cet avantage, méthodologiquement exorbitant, explique qu’il puisse jouer bien des « tours » à la connaissance et à la mémoire et l’on comprend les réserves des historiens lorsqu’il s’agit d’utiliser la presse révolutionnaire comme archive3 ; même si l’on peut entendre le mot mesure autrement, percevoir aussi l’événement comme rythme, accent, rupture, écho et résonance ou comme séquence, suite et montage et considérer les journaux comme de petits claviers sommaires qui selon des clés différentes jouent les multiples partitions de l’événement.

  • 4 « Le retour de l’événement » in Faire de l’histoire, tome I, Gallimard, 1974, p. 224 : « Le déploi (...)

10Si ces soupçons stimulants demeurent, il reste cependant que prise dans la nébuleuse active de l’événement, la presse peut devenir un objet riche d’interrogations épistémologiques. On pourra donc ne plus la regarder seulement comme un ensemble de journaux à décrire ou de textes à commenter mais comme un objet investi de pouvoirs théoriques nouveaux et capable de nous initier à cette « phénoménologie formelle de l’événement » que P. Nora appelait naguère de ses vœux4. Convaincus des capacités instrumentales du périodique nous essaierons, à l’occasion, de nous souvenir aussi de ce qu’écrivait G. Bachelard :

  • 5 Le nouvel esprit scientifique, 1934, 14e édition, 1978, p. 16-17.

« les instruments ne sont que des théories matérialisées. Il en sort des phénomènes qui portent de toute part la marque théorique [...] La véritable phénoménologie scientifique est donc bien essentiellement une phénoménotechnique »5.

Trames, séries et symboles

11Admettons que l’événement puisse s’apercevoir comme un tout avec ses parties ou ses moments et que par une nécessité instrumentale propre à la communication, le périodique soit amené à le fragmenter et à en saisir les éclats selon un procès d’analyse spontané. Admettons aussi – hypothèse complémentaire – que le phénomène apparaisse au pluriel (des « événements »comme l’écrivent maintes feuilles de 1789), qu’il soit fait de la disperion de particules actives emportées dans un informe ou un multiforme nuage d’énergie et que le journal soit alors une pellicule sensible qui enregistre aléatoirement la trace de leur passage. Concevons même l’hybride de ces deux hypothèses : la présence conjointe, conflictuelle même dans ce qu’on nomme « événement(s) » d’un ensemble divisible et de modes de dispersion relativement nomades qui se séparent et se fomentent selon des modes que l’on voudrait tenter de décrire et dont on suppose que l’ombre, plus ou moins fidèle, serait, dans le mouvement de l’événement, portée sur le corps (texte et dispositif) du périodique. Selon ces hypothèses, le journal est à la fois producteur et propagateur d’indices et d’énoncés événementiels qu’il cueille à la fleur de l’état mouvant des choses alors qu’ils font encore partie de l’action et commencent à entrer dans les mots : éléments et moments à connaître et à reconnaître d’urgence, à enregistrer de façon presque réflexe, que le journal rassemble et dispose, jour après jour et semaine après semaine, en une moisson apparemment désordonnée.

  • 6 Journal général de France (abbé de Fontenai), Gazette de France, Journal de Paris.
  • 7 Gazette de Cologne, Gazette de Liège, Gazette des Pays-Bas, Nouvelles extraordinaires de divers en (...)
  • 8 Lettres du Comte de Mirabeau à ses commettants, Assemblée nationale, Journal des états généraux (L (...)
  • 9 Le Dénonciateur national, Tout ce qui me passe par la tête, La Première, la deuxième, la troisième (...)
  • 10 Journal général de France, Gazette de France, Gazette de Cologne, Le Véridique, Le Courrier (de Go (...)

12Avant de voir comment, à l’aide du vocabulaire, du récit, du discours ou de son dispositif propre, la presse de 1789 dispose des événements, regardons-la comme une bande enregistreuse à pistes multiples sur laquelle ils s’impriment et tentons très empiriquement de les lire comme un tableau en mouvement. Faute d’avoir systématiquement dépouillé tous les journaux de 1789, faute aussi de disposer d’une définition homogène et fiable de l’énoncé d’événement (annonce simple, narration brève, récit rétrospectif développé, détails subséquemment rapportés, rappels, allusions, analyse générale...) nous ne procéderons pas à un sondage extensif ni à un calcul statistique serré de la répartition de ces énoncés. Nous nous en tiendrons seulement aux enseignements que peut nous donner un échantillon inégal de plus de 30 journaux de types différents : trois feuilles d’Ancien Régime6, quatre gazettes étrangères7, quinze journaux parisiens dont deux éphémères8, six brochures ou pamphlets9. Certains de ces journaux n’ont été interrogés que partiellement sur des durées minimales d’une quinzaine ou d’un mois mais plus de dix d’entre eux ont fait l’objet de relevés plus prolongés (4 mois et plus)10.

  • 11 On pourra retrouver la trame des événements de 1789 en consultant la chronologie établie par P. Ré (...)

13Pour l’essentiel, nous retrouvons naturellement une répartition de l’information en usage sous l’Ancien Régime et divisée en deux secteurs encore significatifs : Versailles (Assemblée Nationale), Paris (Hôtel de Ville). Dans chacun de ces cantons l’échantillon consulté concentre ses énoncés sur certains moments événementiels fixant ainsi des sortes de repères qui jalonnent l’année, composent un mouvement concret du temps et des figures immédiates de mémoire et qui, pour la capitale et pour les 6 mois les plus critiques (d’avril à octobre), détachent une dizaine de moments forts11.

1. 27-28 avril : le sac de la maison Réveillon et la répression impitoyable de l’émeute.

2. 24juin : (Versailles) : « Emeute » ou « Tumulte » (selon la Suite des Nouvelles de Versailles) : insultes proférées contre l’Archevêque de Paris et lapidation du carrosse du prélat accusé d’avoir voulu influencer le Roi contre le Tiers-Etat.

3. 30 juin : investissement de la prison de l’Abbaye Saint-Germain par la foule du Palais-Royal pour libérer les gardes françaises emprisonnés pour désobéissance.

4. 12 au 17 juillet suite des événements de la grande semaine (renvoi de Necker, incendie des barrières, pillage de la maison des Lazaristes, enlèvement des armes aux Invalides, prise de la Bastille, mise à mort de Launay et de Flesselles, accueil à l’Hôtel de Ville d’une délégation de l’Assemblée et réception du Roi à Paris).

5. 17-18 juillet émeutes et incidents à Saint-Germain-en-Laye (décapitation du meunier Sauvage) et à Poissy (le fermier Thomassin est sauvé par un groupe de députés).

6. 22 juillet : pendaison de Foulon et de Bertier de Sauvigny en place de grève.

7. 29 et (Versailles) retour triomphal de Necker.
30 juillet (Paris).

8. août Septembre services funèbres en l’honneur des morts de la Bastille, Te Deum et bénédictions des drapeaux de la garde nationale (en particulier les 5 et 26 août et le 27 septembre).

9. 30 août : motions et agitation au Palais-Royal contre le projet d’accorder au roi un droit de veto absolu.

10. 5 et 6 octobre  -invasion de l’Hôtel de Ville et marche des femmes de: Paris, puis de la garde nationale commandée par La Fayette sur Versailles. Retour à Paris avec le Roi et la famille royale.

14On remarque déjà que ces dix « événements » peuvent, au premier abord, s’inscrire aisément dans la typologie générale de l’information d’Ancien Régime puisque huit d’entre eux participent encore de l’émeute, localisée ou généralisée, tanids que les deux autres conservent les traits de la cérémonie ou de la fête.

  • 12 Journal des Etats généraux (Le Hodey), 15 juillet au soir, p. 39 : « Cette séance durait depuis 60 (...)

15L’on n’était alors guère accoutumé aux débats libres et quotidiens d’une assemblée représentative. Il est donc plus malaisé de distinguer parmi ses séances, celles qui, plus que d’autres, revêtent le caractère d’un événement. Mais c’est parce que le Roi, les Ministres, les députés, les journalistes, le public et l’opinion avaient les yeux fixés sur cette assemblée d’un genre nouveau que l’événement pouvait, à tout instant, en surgir. La procession des Etats Généraux du 4 mai, les séances du 17 juin – quand l’assemblée du Tiers Etat prend le nom d’Assemblée Nationale – celles du 20 juin, lors du serment solennel des députés des Communes dans la Salle du Jeu de Paume, celle du 23 juin où les représentants du Tiers refusent de quitter la salle des séances, celle du 25 qui voit le ralliement d’une minorité de la noblesse à l’Assemblée des Communes, celles aussi des 1er et 2 décembre sur la question des colonies sont cependant, selon notre échantillon, parmi les plus marquantes. Mais c’est la suite des séances tendues et dramatiques des 13, 14 et 15 juillet (trois jours et deux nuits)12 et celle de la nuit du 4 au 5 août qui sont tenues pour les plus « mémorables ».

16Cette double suite d’événements suggère quelques réflexions.

17Si certains événements sont plus fortement soulignés que d’autres (prise à partie d’un archevêque, exécution de deux hauts responsables de l’administration monarchique), c’est qu’ils sont investis d’une très forte charge politique du fait qu’ils mettent directement en cause les figures tutélaires et les représentants immédiats de l’autorité religieuse, militaire et politique. Et si les événements de mai et de juin sont moins massivement relatés par la presse, c’est qu’il y a alors moins de journaux quotidiens et de journaux d’Assemblée que dans les mois qui suivront. C’est aussi sans doute, que les événements se précipitent en une nouvelle époque à partir de la grande semaine parisienne de juillet alors que l’Assemblée est devenue depuis quelques temps un forum national tandis que se multiplient les créations de journaux. Les événements semblent naître de la rencontre de processus politiques, éditoriaux et énonciatifs qui convergent et se cristallisent pour former une conjoncture spécifique. L’événement fomente un essaim de feuilles nouvelles. Ces feuilles multiplient des énoncés qui s’incorporent à l’événement. De là semble procéder une apparente inflation qui n’est rien d’autre sans doute que la capacité de l’événement à croître de lui-même, à s’auto-féconder au moyen de ses propres effets, à créer une nouvelle expérience de la durée, à procurer le vertige du nombre et de la multiplicité. On peut suivre cette progression d’intensité et de volume et mesurer ce surcroît de relief, en écoutant un extrait du compte rendu de trois séances importantes de l’Assemblée :

17 juin : « La constitution a été suivie d’un serment dont M. Target a rédigé la formulaire : Nous promettons et jurons à Dieu, à la Patrie et au Roi, de remplir avec zèle et fidélité les fonctions dont nous nous sommes chargés : On ne saurait peindre l’impression de cette sainte cérémonie sur tous les cœurs des personnes présentes : 582 bras étaient tendus vers le président ! La peinture n’oubliera pas, sans doute, de consacrer cette attitude patriotique ». Gazette de Cologne (Supplément du 26 juin).

20 juin : (serment du jeu de Paume) : « [...] dans l’instant toutes les mains se sont levées et toutes les bouches ont prononcé, nous le jurons. Ce noble essor du patriotisme a fait éclore le plus beau moment peut-être des Etats Généraux. Il semblait que l’amitié, la confiance rapprochait tous les députés pour défendre la liberté de l’Assemblée. Plus nous trouverons d’obstacles disaient-ils et plus notre courage se raffermira. Un silence tout à la fois touchant et majestueux régnait dans cette Assemblée. L’inquiétude, l’espérance, la crainte, la confiance agitaient les cœurs, la consternation était peinte sur quelques visages ; mais on peut ajouter que tous les membres semblaient avoir redoublé entr’eux d’estime et d’affection. Les ennemis du bien n’ont jamais imaginé de moyen plus sûr de cimenter l’union et la concorde dans les communes ». Assemblée Nationale (samedi 20 juin).

Nuit du 4 août : « Tous les membres de l’Assemblée ont crié Vive le Roi ! Je voyais, j’entendais ; mes larmes coulaient ; le sentiment pressait mon cœur, suspendait mes facultés ; je partageais l’ivresse générale avec cet enthousiasme indéfinissable qui s’empare subitement et magnifiquement de toute âme sensible. Quel jour sacré pour la nation ! Quel doux repos va succéder aux angoisses de la méfiance et de la haine ! Quel appareil de grandeur s’offre aux regards de la philosophie étonnée des prodiges qu’elle-même a créées. O Mably, Rousseau, Helvétius ! Que de regrets vous laissez aux bons citoyens de ne pouvoir vous rendre à la lumière, pour vous faire jouir de toute votre gloire et de notre reconnaissance éternelle ». Suite des nouvelles de Versailles· (5 août).

18Tels qu’ils sont relatés par les journaux, ces événements apparaissent comme un ensemble de relations concertées ou conflictuelles, souvent indécises, entre divers lieux sensibles ou pôles de pouvoir : le Roi et son entourage ministériel, l’Assembleé nationale, l’Assemblée de l’Hôtel de Ville, les districts de la capitale, la « foule » des faubourgs, celle du Palais-Royal. Ce que l’on craint de la part des ministres et des chefs militaires entretient la méfiance des assemblées et met les parisiens sur la défensive. Le renvoi de Necker provoque l’émotion et une suite d’émeutes qui culmineront dans la prise de la Bastille. Les réunions permanentes du Palais-Royal auront pour réponse les mesures de police prises par l’autorité municipale. Ce complexe de relations instables distribué en un réseau hypersensible de forces inégales où un incident produit dans un lieu déclenche presque immédiatement d’imprévisibles effets sur un plus vaste territoire définit le milieu-foyer de l’événement où il court sur son erre, propage son aléa, où ses énoncés cherchent leurs formes. Bien qu’ils continuent souvent, par l’organisation de leur contenu, à distribuer les événements en rubriques séparées, les journaux de 1789 doivent cependant tenir compte de l’alternance et du dialogue qui s’établissent alors entre les événements de Paris et ceux de Versailles. Cela apparaît parfois dans la structure de leur livraison, cela se lit aussi dans la chronologie des événements qu’ils rapportent. Ceux de mai et de juin qui manifestent les dissensions entre les projets du Roi, ceux du Tiers Etat et ceux de la majorité des deux premiers ordres fixent l’attention sur Versailles. La suite des événements de juillet projette Paris au premier plan. Avec l’extraordinaire nuit du 4 août, Versailles reprend la vedette tandis que les événements d’octobre nous conduisent d’abord de Paris à Versailles pour nous ramener le lendemain de Versailles à Paris. Il n’y a pas en fait des événements parisiens et des événements versaillais spécifiques. L’événement est à la fois de part et d’autre sans que l’on puisse dire que ce qui se passe ici est simplement complémentaire de ce qui se passe là, comme s’il s’agissait d’un événement indivisible qui emporte ces deux lieux dans une expérience historique inconnue en engendrant une nouvelle symbolique.

19Ainsi les événements qui ont le plus de volume, ceux qui sont le plus fréquemment et le plus longuement relatés par les journaux et qui sont déjà désignés comme « mémorables » seront-ils ceux qui, sur une durée prolongée, provoqueront entre Versailles et Paris une irrépressible interférence. Cela est manifeste pour les deux journées d’octobre puisque d’une part « la foule » pénètre dans l’Assemblée et dans l’enceinte du château royal tandis que la famille royale est accueillie aux barrières de la capitale et acclamée à l’Hôtel de Ville et aux Tuileries. Cela est sensible aussi dans les comptes rendus d’Assemblée produits par les journaux pour la grande semaine de juillet. On y voit les députés réagir vivement au départ de Necker et aux événements de la capitale et l’enthousiasme que déclenche la visite du Roi aux Etats Généraux (15 juillet) est une préfiguration de son entrée à Paris le surlendemain.

  • 13 « On peut voir dans les numéros XII (19 juillet) et XIII (20 juillet) la peinture que j’ai faite d (...)

20Si l’événement n’est pas seulement fait de la juxtaposition dans le temps de moments spécifiques, s’il ressemble aussi à une contagion fulgurante, à une réaction instantanée, à une sorte d’orage magnétique imprévu, s’il s’impose comme une totalité indivise et 97 porte ainsi le dispositif périodique aux limites de ses possibilités, il reste que ce dernier, considéré dans l’ensemble de sa production annuelle, parvient cependant, par son travail de collecte et de filtrage, à former au sein de cette nébuleuse active une trame de mémoire où se fixe le premier visage de 1789. S’y détachent quelques images fortes et quelques grandes scènes symboliques : le serment du jeu de paume, la prise de la Bastille, la nuit du 4 août, les journées d’octobre. Un des exemples de ce tissage est le fait que presque immédiatement les journaux parlent d’une Révolution continuée et « lisent » les événements comme une suite dynamique pour y découvrir une figure de sens. On le voit dans la façon de présenter les journées d’octobre. Selon la Gazette de Cologne du 12, il s’agit pour le peuple et la garde nationale de « confirmer la révolution ». Selon celle de Leyde (LXXXII, 16 octobre), ces événements sont « sinon une seconde révolution du moins le complètement (sic) de celle du mois de Juillet dernier », et son correspondant prie le ciel de préserver le royaume d’une « 3ème époque [...] qui pourrait amener la guerre civile ». Tout en découvrant dans ces journées les menées secrètes d’une contre-révolution Gorsas reconnaît dans le 6 octobre la répétition du 17 juillet13 et il place ses réflexions sur le complot (no XCIV, 10 octobre) sous la rubrique : « Suite de la révolution ».

  • 14 Paris ne tardera pas à absorber Versailles dès lors que le 19 octobre l’Assemblée y installera ses (...)

21Les journaux de 1789 attribuent aux événements un centre et une périphérie. Le centre, c’est évidemment le couple Paris-Versailles14 où les événements se concentrent en scènes et en moments que ces journaux – surtout parisiens il est vrai – valorisent et sélectionnent, et qui n’intéressent pas seulement le double théâtre où ils s’effectuent mais aussi la « nation », « les peuples » et même l’univers. La province et l’étranger (le Brabant) se retrouveront le plus souvent à la périphérie de cette figure. Ces espaces sont traversés par une diaspora d’incidents et d’événements de nature parfois semblable et qui peuvent s’entendre aussi comme de proches échos des scènes parisiennes : des accapareurs qu’on pend, des boulangers aussi, un maire parfois, comme à Vernon (Journal général de France, no 131, 31 octobre) ; un château qui saute (Quincey) et d’autres qui brûlent, des conflits entre milices bourgeoises et garnisons militaires, de sérieuses tensions dans le Cambraisis, l’Alsace, la Corse, l’Anjou, à Toulon ; des blés coupés dans le Soissonnais, des rumeurs, des pillages et aussi quelques actions exemplaires : un capitaine de la milice qui enlève « deux malheureux boulangers » des mains de la foule et ces « volontaires » d’Elbeuf qui s’opposent « avec intrépidité au pillage d’un bateau de blé destiné pour Paris » (Suite des nouvelles de Versailles, 5 août).

22En désignant certains moments comme des « époques », en marquant les événements du signe du « mémorable » la grille des périodiques de 1789 tisse, à sa façon, l’étoffe d’une scène générale. « Il serait difficile, écrit le Journal politique-national (no 11, p. 16), à propos du 17 juin, d’exprimer la sensation et les effets divers que produisit cette mémorable séance ». Dans le numéro XI de son Courrier (17 juillet), Gorsas revient sur la « mémorable journée » du mardi (14 juillet). La Suite des nouvelles de Versailles donne pour titre à son supplément du 20 juillet : « la semaine mémorable » et elle parle du 4 août (no du 6 août) comme d’une nuit mémorable » tandis que Le Véridique (no I) affirme : « cette séance sera l’une des plus mémorables époques de la révolution ». Le Patriote français de Brissot et les Annales patriotiques et littéraires de S. Mercier (no VI) qualifient conjointement le 6 octobre de « journée mémorable », alors que dans le même temps la Suite des nouvelles de Versailles désigne la séance du 5 octobre comme « l’une de celles qui feront époque dans l’Assemblée nationale » et qu’elle imprime en tête du sommaire de la feuille du 6 ce libellé explicite : « Détails des événements à jamais mémorables arrivés à Versailles ». Les mots « mémorable » et « époque » reviennent comme une rime et forment un paradigme actif, presque un stéréotype. A chacune de leurs occurrences, ils réinscrivent la frappe de l’événement dans le texte de la presse. Les journaux dessinent ainsi l’horizon élémentaire d’un paysage de mémoire dont on aperçoit déjà les paliers et les reliefs. Ils contribuent à composer un premier bouquet de représentations, le seul « trésor » peut-être qui résiste encore au travail de l’oubli.

23Tels qu’ils s’offrent à notre regard, deux siècles après, à travers la presse, ces événements pourraient de prime abord trouver effectivement leur place dans le tableau de l’information habituellement proposée dans les Mercures et les gazettes d’Ancien Régime. Cinq types d’événements au moins participent des modes traditionnels de l’événementialité : les événements militaires (mouvements des troupes autour de Paris et de Versailles, intervention des régiments royaux aux Champs-Elysées et aux Tuileries, prise de la Bastille) : les fêtes, les spectacles et les cérémonies (bien que par force les théâtres fassent relâche quelque temps, Tannée 1789 est fertile à Paris comme à Versailles en Te Deum, bénédictions de drapeaux, entrées solennelles ou royales, illuminations et feux d’artifices) ; les discours d’instances autorisées (le roi, le garde des sceaux, Necker, les députés) ; les émeutes (rarement consignées naguère dans les journaux français mais dont on trouvait quelque écho dans les feuilles étrangères) ; les anecdotes et les faits divers. Ces événements qui prenaient place sous les rubriques séparées de l’ancienne presse et pouvaient aussi faire l’objet de récits développés pour des suppléments occasionnels ont tendance en 1789 à échapper aux cadres de cette table canonique et contribuent à la transformer. Les émeutes pratiquement interdites de presse sous la vigilance de la censure, nombreuses désormais, presque quotidiennes, viennent au premier rang de l’information. Elles montrent souvent aussi l’invasion des lieux symboliques du pouvoir ou d’espaces jusqu’ici respectés : prisons, barrières, couvents, Invalides, châteaux et Bastille. Elles peuvent s’achever parfois en « scènes sanglantes ». L’action militaire n’offre plus le récit détaillé, parfois coloré des batailles et des forteresses investies dans les règles, elle s’en prend maintenant à l’émeute et le « siège » de la Bastille est un genre d’opération sans équivalent dont la portée n’est pas proprement militaire. Si les discours du Roi (détachés parfois sur certaines feuilles en caractères plus grands) et ceux de Necker sont souvent reproduits in extenso, les débats de l’Assemblée et les interventions des députés présentent en revanche des scénarios neufs avec des moments d’éloquence, des interruptions dramatiques, des querelles de procédure et aussi de grandes figures d’orateurs.

  • 15 S. Lupasco, « La logique de l’événement », Communication, no 18.

24Selon une loi qui semble régir l’ensemble des systèmes d’information périodique, ces événements peuvent être situés dans des perspectives sérielles juxtaposées, parallèles ou imbriquées qui contribuent à ordonner la communication politique. Les cérémonies et les fêtes, les mouvements populaires et les émeutes, les séances d’assemblées forment des séries anciennes et nouvelles, continues ou aléatoires. La Gazette de Cologne tend même à inscrire la scène sanglante dans ce processus. Deux échos successifs datés de Paris (21 et 22 juillet) annoncent dans la feuille du 27 l’arrestation de Bertier de Sauvigny. Le supplément du 28 donne un rapide récit des événements de Saint-Germain et de Poissy et relate la mise à mort de Foulon et de son gendre et le numéro du 30 revient encore sur l’événement. Le procédé des suites souvent interrompues adapte l’événement à plusieurs régimes d’énoncé : la classique évocation d’un triomphe ou d’une entrée royale, l’esquisse de la fresque monumentale (événements de juillet et d’octobre), la course d’un fil de tapisserie qui selon des intervalles variables resurgit d’une livraison à l’autre, le pointillé du fait divers ou la fugitive instantanéité de l’anecdote. En esquissant des « suites synergiques probabilitaires »15 ce procédé distingue dans le champ des événements deux grands types de séries. L’une minoritaire qui enrichit l’information d’éléments hétérogènes ; l’autre, dominante, gardienne et créatrice d’homogénéité. En 1789, et dès le début des événements, cette dernière série, structurante, procède surtout de la production jour après jour des comptes rendus de l’Assemblée. La suite des jours, celle des nombres, celle des séances des Etats Généraux et la succession périodique des feuilles réalisent conjointement un même procès dont le pouvoir intégrateur s’impose irrésistiblement, en associant dans la formation de l’événement comme dans la production et la réception de ses énoncés la référence aux cycles naturels et l’expérience d’une nouvelle institution politique.

25Le travail des séries contribue aussi à changer la teneur de l’événement. Elles manifestent, en effet, sa capacité de circulation, de multiplication, d’extension, sa pression et son urgence. En dépit parfois de leur nombre et à travers leurs traits typologiques propres les événements étaient autrefois présentés isolément comme des épisodes datés et séparés. Désormais ils occupent l’espace de la série non plus selon une économie classique de la juxtaposition mais plutôt selon une dynamique de la suite où ils s’accumulent pour former un flux. Les émeutes ne se limitent plus à un énoncé cursif de nouvelles, elles ne sont plus enfermées dans le médaillon d’une anecdote dramatique ou d’un récit sanglant, elles s’ajoutent, se mêlent, se forment en grappes et créent des tourbillons dans lesquels les journalistes sont plongés. Dès lors, et même si les occurrences du mot se multiplient dans le texte des journaux, elles ne sont plus seulement des émeutes. Changeant de nombre et de volume elles changent aussi de valeur et de sens et cette transformation fait apparaître sur le front de l’histoire un autre type d’événement. La mobilisation de séries traversées de courants dynamiques est alors le mode selon lequel s’inscrit dans la presse la genèse des nouveaux événements révolutionnaires.

  • 16 Voir les Actes du colloque à paraître aux éditions du C.N.R.S. et Les trente récits de la Journée (...)

26Ces séries ne restent pas toujours confinées dans leurs limites, il leur arrive de se mêler pour créer des hybrides nouveaux. Dans les récits de la prise de la Bastille, les modes de l’émeute et ceux de l’action militaire (rôle des détachements des gardes françaises) se conjuguent. Dans la présentation des événements des 13, 14 et 15 juillet les comptes rendus des débats de l’Assemblée interfèrent avec les récits d’émeutes parisiennes, les deux modes d’énoncés alternent ou s’enchevêtrent dans les livraisons des journaux. Lors des entrées du Roi à Paris le 17 juillet et le 6 octobre, l’émeute est encore apparente dans le désordre d’un défilé qui la contient mais elle s’y mue en spectacle. Réassignée sous l’espèce de la fête et de la cérémonie elle change de théâtre, perd sa première force et se déploie dans un nouvel espace symbolique. L’événement révolutionnaire se place au point où les séries dynamisées se rencontrent en une sorte de mêlée active. L’élément ou le moment événementiel (l’émeute simple par exemple) se trouve précipitée dans une suite où la multiplicité, la vitesse et la simultanéité lui font perdre ses limites et ce mouvement fait disparaître les classes habituelles de l’information et rend poreuses leurs frontières. Comme une goutte d’eau dans un océan, il est enveloppé dans un nuage d’activité dont l’énergie se distribue à la fois en émeutes, en spectacles militaires, en cérémonies et en fêtes, en séances d’Assemblée et en une floraison anarchique de feuilles périodiques engagées. Si la journée des tuiles, dans l’analyse qu’en a présentée J. Sgard au colloque de Vizille16 est comme un mélange détonant qui contient déjà tous les composants des explosions futures, si dans la diversité et la structure de ses énoncés elle apparaît comme un phénomène d’une complexité nouvelle, c’est qu’elle contribue à modifier le régime et qu’elle commence à passer les bornes de la série dont elle fait partie.

  • 17 Voir cependant les nombreuses pages consacrées par M. Delon au phénomène révolutionnaire dans L’Id (...)

27La mobilisation des suites, la mêlée des séries, la généralisation des interférences sont dans les choses, dans le langage et dans la communication humaine les trois modes d’une énergie dont la convergence permet la création du champ propre à l’événement révolutionnaire. Pour n’être pas digne d’entrer encore dans la grande histoire des idées puisque aussi bien la presse n’est évidemment pas la littérature17, ces phénomènes relevés au plus près d’une expérience socio-historique vécue ont pour toujours peut-être contribué à transformer le regard qu’à travers la culture et les arts l’humanité porte sur elle-même et sur ce qui l’environne. Il est bien clair désormais que ni Balzac ni Hugo ne pourront écrire comme Montesquieu ou comme Laclos.

  • 18 P. Nora, art. cit., p. 223.

28L’événement dont nous essayons de décrire les modes se présente donc comme un ensemble de procès pragmatiques, comme une réalité socio-historique et comme un phénomène symbolique qui, au moment où l’économie de marché et l’usage des symboles monétaires sont en quête d’une efficacité nouvelle, transforment les organisations en distinction en séries actives puis en flux et parfois même en nébuleuses, où les acteurs de l’histoire, roi et ministres, électeurs et députés, soldats et ouvriers, reine et poissardes, peuple et élites se rencontrent, s’affrontent et se mêlent dans la « fermentation » et le « tumulte ». La formation de suites accélérées et l’immersion des parties dans une totalité toujours réaffirmée et recommencée semblent être les modes majeurs de cette nouvelle « physique » des symboles et de cette genèse de concepts et de pratiques dont l’existence, le maintien, l’usure, le dépassement ou le refus constituent encore les enjeux de notre histoire actuelle. Le travail de création socio-symbolique ne s’est pas seulement accompli depuis, au cours du temps, grâce au développement du discours et de la science politiques et par l’institution de rites républicains. Il commence dès la naissance de l’événement et peut s’apercevoir dans les énoncés des premiers journaux. « Tout est donné d’un seul coup dans l’événement » écrit P. Nora18. Il apporte avec lui ses germes de développements futurs.

  • 19 « Une ville [Paris] où l’on se jette en gloussant sur tout événement comme un poulailler sur une g (...)

29De cette expansion rapide et presque explosive, la rumeur qui parcourt les journaux est peut être la figure la plus concrète et la plus pertinente. 11 ne s’agit plus de cette faim d’événements déjà présente dans la société mondaine d’Ancien Régime qui se nourrissait du petit bruit des « bagatelles »19 mais d’un phénomène extensif et contagieux où l’élément d’annonce (bruit vrai ou faux) se fond dans un mouvement général, où tout l’épars de l’événement se ramasse en un infatigable tourbillon ; où les nouvelles passent de Versailles à Paris, des provinces vers Versailles et de Versailles vers l’étranger et comme une parole sans fin courent sous le discours, enveloppent l’action et parfois la provoquent. Par sa physique propre, la rumeur épouse tous les traits de l’événement : à la fois diffuse, plurielle et unique, centrale et périphérique, presque gazeuse.

30Cette symbolique nouvelle adopte aussi la modalité du retournement. Au cours des grandes journées de juillet et d’octobre l’événement effectue sur lui-même une sorte de révolution. Il commence dans le tumulte, devient une émeute gigantesque, culmine dans l’horreur d’une scène sanglante, puis s’achève dans le rite processionnel d’une sorte de fête collective qui exprime la concorde et l’effusion unanime. A Versailles au soir du 5 octobre, alors que le premier groupe de manifestants a déjà investi l’Assemblée, on annonce que les gardes du Roi massacrent des citoyens, on entend des coups de canon, l’Assemblée est saisie d’effroi. Puis on apprend que les sabres sont tirés pour célébrer l’arrivée des troupes commandées par La Fayette. « La tristesse, écrit Le Véridique (no 50, 7 octobre), s’est alors transformée en joie, des cris tumultueux se sont faits entendre, le désordre allant toujours croissant, toutes les femmes nouvellement arrivées ont descendu des galeries et entré dans l’enceinte de l’Assemblée [...], la plupart d’entre elles ont embrassé les représentants de la nation sans même en excepter le vice-président l’évêque de Langres ». Au cœur de l’événement, l’enthousiasme succède à la consternation et l’embrassement général jouxte la scène de carnage. Dans son moment le plus fort ou le plus atroce les attributs du caractère national et les traits de l’humanité s’inversent. Relatant le supplice de Foulon et de Bertier l’auteur des Annales parisiennes, politiques et critiques (p. 61-65) écrit :

« Chacun était pénétré de saisissement ! On regardait dans un stupide silence [...]. O Français ! Nation douce et sensible ! [,..] non, les générations futures ne le croiront jamais [...], faire ainsi dans un moment du peuple le plus généreux de la terre un peuple de bourreaux dont rien ne peut assouvir la fureur ! Au moins que la réflexion vous ramène à votre caractère distinctif, qu’un peu de calme vous rende à la justice et à l’humanité ! ».

31Pour avoir la puissance du symbole l’événement va battre aux portes de la légende et trouve des repères dans la mémoire. On relève dans les journaux quelques allusions à l’histoire d’Angleterre et aux récents événements d’Amérique. Rapprochant deux époques de notre histoire Les Révolutions de Paris (no II, p. 13, 20 juillet) écrivent à propos de Necker :« On croit toujours voir arriver cet autre Sully, qui fut comme l’ami de Henri, sur le point d’être la victime des aristocrates, mais qui n’en sera aussi comme lui que le plus aimé de son Roi et le plus cher à la Nation ». Au moment où malgré la pression des districts, l’on semble tergiverser pour juger ou libérer le marquis de Saint-Huruge, emprisonné au Châtelet, ce même journal (II, p. 32) accuse ces mêmes aristocrates d’espérer le retour d’une atroce guerre civile :

« Veut-on attendre, écrit-il, que l’indignation montée à son comble fasse faire quelques coups de tête au parti patriote pour avoir le plaisir d’en égorger trois ou quatre mille ? On n’est pas encore bien sûr d’avoir fait oublier aux gardes françaises ce que le peuple a fait pour leurs camarades enfermés à l’Abbaye de Saint-Germain, on attend sans doute qu’ils soient disposés à une obéissance aveugle pour faire faire une petite Saint-Barthélemy pour les plaisirs de MM. les aristocrates anciens et modernes ».

32.C’est par le spectacle aussi que l’événement affirme son efficacité symbolique. Lors du retour triomphal de Necker à Paris, Tournon s’exclame dans son hebdomadaire (no III, 30) :

« Oh ! qui peindra les délicieux transports de cette fête ! [...] qui se représentera un peuple immense bordant les rues, les portes, les balcons, les fenêtres, les places, les quais, tout était plein ».

33La même sensation déjà l’avait envahi lors de l’entrée du Roi quelques jours plus tôt :

« Comment se représenter, écrivait-il (I, 32, 18 juillet) une multitude immense, placée dans les rues, sur les quais, les places, aux fenêtres des maisons, sur les toits [...], les rangs n’existaient plus, tous étaient égaux [...] ».

34Le spectacle réalise l’idéal de la révolution. Le témoin contemple l’égalité dans sa réalité immédiate et dans sa totale vérité, à l’instant où la force de l’événement incarne le principe révolutionnaire dans un moment privilégié. Le spectacle pourra donc proposer aussi une « terrible leçon » de politique. Devant la mort de Foulon et de Bertier, le même journaliste (II, 23) s’écrie :

« O spectacle terrible ! Bertier frémit [...]. Quelle horrible scène ! Tyrans jetez les yeux sur ce terrible et révoltant spectacle ! Frémissez [...] Despotes et ministres ; Quelles terrribles leçons [...] ! Votre règne est passé ! Tremblez ministres futurs si vous êtes iniques ! ».

35Le symbole est au sommet de sa force quand il passe les limites de la représentation et accède au comble de la plénitude où à l’excès de l’horreur.

  • 20 Même les événements de moindre ampleur sont pris dans cette alternance. La Suite des nouvelles de (...)

36La symbolique de ces événements semble opérer selon un schème de l’imaginaire collectif où deux types de scènes restent constamment affiliées et s’affrontent en une sorte de diptyque fondamental. Celles du haut avec un Roi, des ministres, des prélats et des princes, des dignitaires nouveaux ; celles du bas avec une « multitude » une « populace » et aussi des « brigands » et des « forcenés ». Mais aussi, selon une distribution moins verticale, celle de l’émeute et celle de la fête, celle de l’affrontement fratricide et celle des retrouvailles heureuses, celle du conflit et celle de l’accord ; le 23 et le 25 juin, le 14 et le 17 juillet, le 5 et 6 octobre20. En ses manifestations successives l’événement de 1789 semble suivre le trajet d’une séquence matrice : un déclenchement, une montée en puissance jusqu’au désordre et à l’excès, puis la scène se retourne, le mouvement s’apaise et la crise se dénoue provisoirement en un moment d’enthousiasme festif. Au cours de ces deux phases, ce sont les nervures profondes d’une société qui sont mises à l’épreuve. Elles sont en effet tantôt des lisières de catastrophes, des frontières explosives où court une sorte de cordeau Bickford que chaque incident peut allumer et tantôt aussi des plages de concorde génératrices d’harmonie. Le royaume, la société sombreront-ils dans le cataclysme ou seront-ils régénérés ? Les journaux de 1789 traduisent l’événement à l’ombre de cette double question.

Formes rompues, formes naissantes

37Si le journal peut contribuer à esquisser cette organisation symbolique, c’est parce qu’il se développe comme une surface sur laquelle l’événement inscrit ses marques et qu’il en est le produit concret. Il opère comme une membrane vivante qui sépare la partie convulsive de l’événement de son extériorité visible où commencent à apparaître la conjonction aléatoire de ses rythmes, ses coalitions d’intensités, ses tracés sériels. Cette frontière n’est pas un espace mort, c’est un véritable champ d’activité où le « tumulte » de l’événement se filtre en une frappe propre dans l’hésitation et la multiplicité des séries et où l’énoncé du journal commence – très maladroitement il est vrai – à faire corps avec son support.

  • 21 « Quelle que soit l’étendue que nous donnions au récit d’une Révolution qui captive à juste titre (...)
  • 22 Le Courrier de Corsas, par exemple, no XX, 27 juillet, (lundi) : « un événement des plus étranges (...)

38Ce partage entre ce qu’on pourrait appeler l’événement pur et la scène de son inscription contraint le journaliste à une pratique particulière de l’écart. Qu’il écrive pour une gazette confirmée ou pour une feuille nouvelle, il reconnaît les contraintes fondamentales de son entreprise : la distance entre les capacités d’une forme et la dynamique propre de l’événement. Il ne peut ni répondre à toute l’attente de l’opinion ni restituer la totalité du phénomène21. Le journal ne sait pas épouser étroitement le mouvement d’un événement qui bouleverse parfois la suite périodique et parvient occasionnellement à l’interrompre. « Pendant ces temps malheureux, écrit la Suite des nouvelles de Versailles du 17 juillet, les passages nous ont été interdits et nous n’avons pu jouir des imprimeurs ». « Cet ouvrage interrompu par la Révolution et les suites cruelles et perfides qu’elles ont eues pour l’auteur, annonce le Dénonciateur national (début no IV), va reprendre son cours et paraître régulièrement deux fois par semaine ». Le Courrier de Gorsas ne publie pas de feuille régulière le 7 octobre, mais on trouve à la fin de sa livraison du 8 une lettre paginée de 1 à 4 adressée par l’auteur à ses souscripteurs et très certainement diffusée la veille, où l’on peut lire : « Ce qui s’est passé ces deux jours dans la capitale est d’une nature si étrange qu’il n’est guère d’individus depuis le prince jusqu’au dernier des sujets qui ait beaucoup la tête à lui ; il nous a été impossible en conséquence de réunir aucun ouvrier pour l’impression du numéro de ce jour. C’est à une heure du matin seulement que nous trouvons le moyen de vous donner quelques nouvelles ». Les retards dans les livraisons sont aussi des accrocs dans la périodicité dont les journaux s’excusent assez souvent22.

39Si l’intervention de l’événement dans la production matérielle du journal peut se faire par l’interruption, c’est selon le même mode qu’elle affecte ses énoncés. L’événement étant multiple, ses moments sont souvent concurrents et ses occurrences simultanées tandis que les suites ne peuvent être que successives et juxtaposées. Sur l’espace de la page et dans le cours de la livraison elles disposent l’énoncé des événements selon des dissymétries fortuites ou des alternances inopinées qui marquent le remplacement soudain d’une série par une autre. Les traits concrets de discontinuité – parfois un blanc, un simple filet ou bien un intertitre ou une rubrique – sont les nervures d’interruption qu’une série impose à sa concurrente, inscrivant sur le corps visible du journal en un graphe sommaire et actif la figure physique de l’événement, l’incertaine métrique de son aléa. Ce phénomène s’observe alors pour toutes feuilles et surtout pour celles qui rendant compte des séances d’Assemblée doivent cependant donner aussi un récit des événements – et notamment des émeutes. Il est assez constant dans les journaux de 1789 pour qu’on puisse y voir l’un des traits typologiques de la presse des débuts de la Révolution. Nous n’en donnerons que quelques exemples. Dans son numéro du 25 juin, la Suite des nouvelles de Versailles, tout occupée à rendre compte des discussions de l’Assemblée sur la vérification des pouvoirs, réserve cependant un encart de plusieurs pages à la lapidation du carrosse de l’Archevêque de Paris. Relatant dans la feuille du 7 juillet la séance du 6 où se poursuivent débats et motions sur la disette, la circulation et l’exportation des grains et où l’Assemblée applaudit « l’éloquence pure » de Lally-Tolendal, le journaliste change soudain d’alinéa pour écrire (p. 6-7) :

« 34 électeurs sont arrivés de Paris pour annoncer à l’Assemblée que l’ordre était rétabli à Paris, enfin que sa Majesté avait fait grâce aux soldats [les gardes françaises] qui comme on le sait s’étaient constitués prisonniers ».

40Gorsas qui s’efforce de restituer scrupuleusement les débats de l’Assemblée interrompt à maintes reprises sa relation, s’en excuse et s’en explique, résume les séances négligées et relance au plus vite la série pour l’interrompre encore au risque d’enfreindre ses propres règles. Ainsi arrête-t-il (no XXVII, 8 août) son compte rendu pour apporter dans le détail et analyser l’affaire des poudres où le marquis de La Salle se trouve impliqué. Plus spectaculaire encore est dans le no XCI, du 6 octobre la rupture que provoque l’invasion de l’Hôtel de Ville dans la matinée du 5, par les femmes de Paris. Le compte rendu s’arrête, une autre écriture surgit, les phrases nominales se multiplient, les exclamations éclatent :

« Il est 7 heures du soir, les choses les plus étranges se sont passées pendant cette journée désastreuse. Notre Hôtel de Ville est pillé ! Le désordre ! la confusion ! des femmes armées ! le peuple soulevé contre le peuple ! le tocsin sonnant dans toutes les paroisses ! la terreur gagnant tous les esprits ! des figures pâles et tremblantes ! un soulèvement universel ! des milliers de citoyens armés incertains marchant sans avoir prévu qu’ils marcheraient ! L’ange exterminateur planant sur nos têtes : notre Roi peut-être enlevé à ses fidèles sujets ! A l’instant ! ce soir ! cette nuit ! demain ! Et la cruelle famine prête à assiéger la première ville du monde !... Telles sont les circonstances dans lesquelles j’écris et ce tableau n’est point chargé [...] ».

41Conscient d’avoir modifié l’ordinaire de sa feuille, Gorsas, incertain alors d’avoir affaire à un événement majeur auquel il consacrera 23 pages de sa prochaine livraison – (no XCII, 8 octobre) – reprend consciencieusement sa tâche :

42« Au milieu de tout ce bouleversement dont je rendrai compte s’il y a lieu, je me rappelle, dit-il, que j’ai contracté un engagement et que je dois le remplir » ; il ne peut cependant achever sa feuille sans « tranquilliser » ses lecteurs. Comme une sorte de flash, une brève annonce survient, sous un intertitre (« ce soir, minuit ») où se concentrent encore la force des circonstances, l’urgence de l’événement et qui dit l’occasion à l’état pur. Le Journal politique-national rapportant les faits avec un retard qui facilite la mise en cause de la révolution ne peut échapper à l’interruption. Dans son no 3 daté du 16 juillet, alors que sa rétrospective critique l’amène à la séance des Etats Généraux du 23 juin, deux filets horizontaux barrent soudain le milieu de la page 6 et c’est en italique que s’imprime ce qui suit :

« nous croyons devoir interrompre ici le résumé pour annoncer à nos lecteurs deux événements dont l’un quoique extraordinaire était prévu : c’est la retraite de M. Necker et dont l’autre quoique tout à fait extraordinaire était prévu depuis longtemps : c’est la révolution qui l’a suivie de près ».

43Il ne rendra compte des journées de juillet que dans son no VII (26 juillet).

44Ces intermèdes impromptus dans deux journaux fort différents d’inspiration et de méthode le montrent à l’évidence : l’interruption est un des modes d’entrée de l’événement dans l’énoncé et ces ruptures ne sont rien d’autre que la pression sur l’écriture et sur le dispositif de presse d’une soudaine éruption de circonstances.

45La fragmentation est un autre mode de rupture qui tient moins à l’impact immédiat ou à l’urgence qu’à l’inadéquation mutuelle de deux « logiques » : l’une aléatoire, propre à l’événement, l’autre sérielle et périodique constitutive du journal. L’énoncé de l’événement court dans le texte de presse comme un fil de tapisserie dont l’apparition, les résurgences, la disparition sont distribuées selon une loi d’incertitude commandée à la fois par la conjoncture et par l’ordonnance du dispositif. Sur l’espace du journal l’événement apparaît ainsi comme un chapelet désordonné de fragments inégaux.

  • 23 Voir notre article « Le récit d’événement dans la presse de 1789 », Dix-Huitième Siècle, no 20 (19 (...)

46Signalons quelques exemples d’un processus déjà observé23 et que nous examinerons de plus près quand nous nous pencherons sur le travail du récit. La Suite des nouvelles de Versailles revient 5 jours plus tard sur « l’épisode » du prélat lapidé pour signaler qu’on l’a « couronné de fleurs et [...] accablé de compliments » depuis qu’est effective la réunion des ordres. Les événements de Saint-Germain et de Poissy sont donnés par le même journal en deux temps : un premier récit et l’annonce de l’envoi sur place d’une délégation de l’Assemblée dans la feuille du 18 juillet ; la suite du récit, les échos de l’événement et le compte rendu de la délégation viennent deux jours plus tard (no du 20 juillet). L’explosion du château de Quincey arrive de même en cascade dans les numéros du 25 puis du 28 juillet. Le procédé est encore courant pour les gazettes. Celle de Cologne donne une première relation de la mort de Foulon et de Bertier dans son supplément du 28 juillet (lettre datée de Paris, le 24) qu’elle complète le 30 (lettre du 25). Il tient à l’économie de la communication : les correspondants et les courriers n’attendent pas que l’événement soit achevé pour en transmettre le récit. Ils l’annoncent dès ses débuts, puis, au fur et à mesure de son évolution, font parvenir par envois successifs le détail des épisodes. Les micro-intervalles aléatoires qui font le mouvement de l’événement et la fragmentation plus homogène du dispositif de presse qui le traduit en énoncés pour des milliers de lecteurs sont à la fois reliés et séparés par les pauses et les syncopes imposées par les contraintes techniques de la transmission. Le mode fragmenté de l’énoncé dépend donc à la fois de l’organisation périodique de la presse et d’un double état des choses : l’événement lui-même et les conditions concrètes de la communication.

47Ces ruptures de nature diverse contribuent à composer les livraisons des journaux. Elles tiennent aussi au fait que l’organisation de l’Assemblée est encore hésitante, qu’à chaque instant peuvent survenir des échos qui la font réagir et que le journal tente de restituer la simultanéité de l’événement. Succession de correspondances séparées et suite désordonnée d’échos : c’est un portrait un peu chaotique de l’événement qui apparaît dans la mise en page discontinue des journaux. Et c’est surtout, en fait, la multiplication et l’extension des scènes et des moments d’émeutes qui génère l’interruption. Maintenu autrefois à la lisière de l’information ce genre d’événement dès lors qu’il pénètre en nombre et en force dans l’énoncé de presse problématisé la communication et contribue à modifier les formes du périodique. La question devient irréversible début juillet quand monte la tension entre l’Assemblée et la monarchie. L’événementialité éclate et se fragmente en pléiades sporadiques, elle se forme en flux. Dans l’oreille du journal, l’écoute a changé.

  • 24 Voir P. Rétat et Cl. Labrosse, « La forme du journal en 1789 », Cahiers de textologie, no III, à p (...)
  • 25 Le Courrier de Corsas, no II. 6 juillet (à propos de la présidence de Bailly à l’Assemblée) : « so (...)
  • 26 Le Véridique, no 51, 7 octobre : « Jamais séances ne furent aussi fécondes en événements extraordi (...)
  • 27 Gazette de Leyde, no LXXXIII, 13 octobre (Lettre de Paris, 5 octobre) : « La Journée d’aujourd’hui (...)
  • 28 Gazette de Leyde, 24 juillet : « Jamais pourtant événements dans ce genre [les luttes de la libert (...)
  • 29 Le Courrier de Gorsas, no IX, 15 juillet : « dans cette crise des événements actuels...».
  • 30 Gazette de Leyde, no LXXXIII, 13 octobre (Paris, 5 octobre, 7 heures du soir) : « Nous voilà encor (...)

48Il y a une profondeur des surfaces. On peut explorer cette épaisseur en interrogeant les mots dans le texte, dans les rubriques et dans les sommaires24. Le journaliste qui écrit au jour le jour parle d’événements « grands » et « extraordinaires »25 dont les Assemblées sont « fécondes »26 et les journées « fertiles »27. « Eclatants »28, « rapides », « étonnants », ils se disent à l’intensif et au superlatif. Ils sont si riches de circonstances et de détails qu’on en est au premier abord presque ébloui et qu’on est contraint d’y revenir. « Mémorables », ils servent à « fixer les époques de notre histoire » (Annales parisiennes..., p. 12) et tout en faisant mémoire ils font aussi « crise »29 et se cristallisent en « moments critiques »30. Ils tendent à envahir et à saturer l’information. Encore accoutumé au calme des gazettes anciennes le public pourra en être assourdi et certains publicistes essaieront de se distinguer de leurs confrères en cherchant à filtrer les événements. « Les mille et une feuilles périodiques, écrit l’auteur des Vérités bonnes à dire (juillet) qui font gémir les presses nuit et jour, dont Pans fourmille, dont les provinces sont accablées et qui enrichissent les administrateurs des postes et les colporteurs ont bien parlé de la réunion des trois ordres ; mais ils ont laissé ignorer les événements intéressants qui l’ont précédée et suivie ». « Voudra-t-on bien me permettre, demande Gorsas, circonspect (Courrier, LXXXVII, 3 octobre, à propos de « l’orgie » de Versailles) de rendre compte à ceux qui accueillent les nouvelles intéressantes et patriotiques d’un événement qui vaut peut-être la peine d’être consigné dans ces feuilles ; je dis peut-être, car je ne suis pas trop sûr que mon récit ne sera pas considéré comme du remplissage ».

49Le texte des journaux ne manque pas de termes et d’expressions entières qui s’entendent comme des équivalents de la notion d’événement. Ce que le Roi dans son adresse à l’Assemblée, le 15 juillet, appelle les « malheurs de la capitale » peut s’inscrire aussi dans la rubrique de la mémoire ou de l’effroi :

« Les scènes sanglantes mais nécessaires qui dans ces jours à jamais mémorables ont effrayé la capitale et qui sans doute étonneront l’univers », Suite des nouvelles de Versailles, 18 juillet

50dans celle du spectacle exemplaire ou du déchaînement des éléments :

« [...] un spectacle douloureux et [...] terrible. Exemple mémorable de la fureur d’un peuple animé jusqu’à la rage de tous les sentiments de haine et de vengeance. Semblable au feu qui couve sous la cendre [...] », (la mort de Foulon et Bertier dans Annales parisiennes, p. 58)

51de l’épisode victorieux :

« le moment à jamais glorieux a singulièrement été remarqué par l’ordre étonnant qui a régné dans cette disposition [...]. D y avait ce jour-là sous les armes plus de 80 000 hommes qui se réunissaient pour la première fois » (les 16 et 17 juillet dans Annales parisiennes, p. 4245)

52de la causalité restreinte et immédiate :

« Les ordres sanguinaires dont on a vu les funestes effets dans la journée du mardi 14 juillet Suite des nouvelles de Versailles (16 juillet).

53d’un concours ou d’une « physique » spécifique de circonstances :

« [...] des circonstances fâcheuses et qui ont conduit l’état à sa ruine presque totale ont amené une si heureuse révolution », Journal général de France, no 1, 1er janvier (à propos de la reconnaissance des droits de la nation et de l’acceptation du doublement du Tiers).

« [...] Tel était l’état des choses, lorsqu’à minuit on entendit le son des tambours dans l’Avenue de Paris [...], Le Courrier de Corsas, no XCII, 8 octobre (le 5 octobre à Versailles).

  • 31 Journal politique-national, no 16 : « S’il existait sur la terre une espèce supérieure à l’homme, (...)

54Suivant le regard des journalistes, le traitement des « circonstances » peut conférer à l’événement une aura nouvelle et faire de « l’émeute » une « journée mémorable » – termes qu’emploie Brissot pour les journées d’octobre (Le Patriote français, no LXIV, 8 octobre) ou bien servir d’argumentaire à une dévalorisation du phénomène où l’homme perd sa figure de maître de choses. L’auteur du Journal politique-national utilise ce trait fondamental de l’événement. Résumant à sa façon l’épisode de la prise de la Bastille, il le réduit à de simples circonstances : « Peu de risques et beaucoup d’atrocités [...], écrit-il, une lourde imprévoyance de la part de M. Launay, ce ne fut en un mot qu’une prise de possession » (no 7, 26 juillet). A ce jeu l’homme n’est plus guère qu’un jouet dont l’événement s’amuse. « Observons, écrit le même journal, évoquant la journée du 17 juillet, combien l’Homme est l’ouvrage des circontances ; connu par un bon livre sur l’astronomie M. Bailly, destiné à finir ses jours dans le paisible fauteuil de l’Académie se trouve aujourd’hui lancé dans les orages d’une Révolution et chargé de la dépouille des marchands, il présente à son Roi les clés d’une capitale insurgente» (no 9, 30 juillet). L’événement ne prouve-t-il pas notre intrinsèque infirmité31 ? Il nous emporte dans sa vitesse et nous accable de ses effets, aliène ainsi notre raison et nous empêche de percevoir les causes, nous contraignant au regard court qu’entretient dans l’enthousiasme ou l’effroi la fureur immédiate des « circontances ».

55Ces groupes de mots, ces expressions équivalentes sont comme des concentrés partiels de l’événement, des résumés immédiats, des définitions « à chaud » qui en condensent à la fois l’aspect et l’effet. 11 semble que la désignation d’une rubrique soit ainsi en suspension dans le texte et que dans le mouvement et la structure du récit et du commentaire comme dans un secret atelier de médailles se prépare, en un énoncé sommaire, la frappe de l’effigie symbolique de l’événement. A l’horizon d’une histoire de l’écriture de presse qui reste à faire, la mise en titre de l’événement apparaît comme une extension nécessaire de son énoncé. Une nouvelle « politique » de l’intertitre, de la rubrique et du sommaire va pouvoir s’esquisser.

  • 32 Voir R. Favre, « Le fait divers en 1778 », dans L’Année 1778 à travers la presse traitée par ordin (...)
  • 33 Robert Favre compte 23 indications d’émeutes sur 159 occurrences pour 6 journaux de 1778, gazettes (...)
  • 34 Voir sa communication au colloque de Vizille (juin-juillet 1988), à paraître.
  • 35 Voir les remarques de R. Favre à propos des émeutes de Toulouse (ouv. cité., p. 127).

56Dans l’ancienne presse et bien qu’il n’y soit pas encore relevé sous ce titre, le fait divers, bref récit constitué d’un groupe isolé et original de circonstances, souvent traité sur le mode de la catastrophe, est sans doute la part de l’information la plus inséparable du détail événementiel. Et c’est peut-être parce qu’elle est ainsi le fruit d’une combinaison anomique de « points » singuliers qu’elle échappe à la classification. Il sera donc possible qu’à la faveur d’une transformation du champ de l’information un phénomène d’osmose puisse se produire entre le fait divers, l’anecdote et l’événement. Les analyses de faits divers dont nous disposons32 remarquent qu’ils ne sont pas sans rapport avec l’histoire et qu’ils contiennent aussi des émeutes33. On observe en feuilletant le Journal de Paris de 1777 que beaucoup d’occurrences de faits divers sont inscrites sous le titre d'anecdotes ou sous celui d'événements, qu’il s’agisse d’un homme dont on repêche le cadavre au pont de Neuilly, d’un assassinat à Marly, d’une maison qui s’effondre et de nombre d’incendies. Dans son analyse du fait divers en 1789, Ph. Roger34 constate qu’il a tendance à se muer en fait divers politique et à intégrer des incidents violents liés aux événements. Cet élément d’information cherche ainsi à échapper à l’isolement35, à sortir de sa « catégorie » pour créer une nouvelle dynamique.

57Dans les journaux de 1789, le terme « événement » peut aussi bien servir de titre à un fait divers qu’à un incident lié à l’actualité politique. C’est sous le terme « variété » que la Suite des nouvelles de Versailles du 10 octobre place cet écho :

« Tous les citoyens ont le plus grand intérêt à veiller sans cesse sur la sûreté commune. Des scélérats parcourent les rues de Paris et marquent les maisons. On en a surpris plusieurs. Maintenant on illumine toutes les fenêtres pour connaître les monstres répandus dans cette malheureuse ville ».

58Les « scélérats » et le marquage des maisons pourraient participer du fait divers mais tout le contexte est à l’évidence événementiel. Dans son no 14 (9-10 décembre) Le Véridique intitule « événement extraordinaire » l’assassinat à coup de couteau d’un élève en chirurgie dont le meurtrier a réussi à s’enfuir. C’est sous un titre semblable qu’à la fin du même mois (no 123, 30 décembre) il relate un attentat contre un factionnaire de la garde et la découverte sur les lieux du forfait d’un billet qui confirme l’existence d’un complot. Sous le même terme encore le Journal de Paris du 25 juillet publie la réfutation d’un écrit sur l’affaire Foulon et Bertier. Le Courrier national du 19 août utilise le même procédé pour relater le refus qu’oppose la garde nationale à l’entrée dans Paris d’un groupe de dragons. Et l’écho reviendra dès le lendemain sous le même vocable pour dire que ces dragons ont été finalement reçus par la municipalité qui leur a fait prêter serment. Le titre de rubrique qui servait naguère à réunir les faits divers permet aussi de mettre en suite des parcelles circonstanciées du grand « tumulte ».

59Dans la presse de 1789, l’événement avec sa pluie d’incidents et son explosion de circonstances a tendance à chasser le fait divers qui naguère tapissait le fond des gazettes anciennes. Une rubrique nouvelle apparaît qui ne contient pas vraiment de faits divers et qui n’est pas non plus franchement politique. C’est un espace intermédiaire où le bouleversement politique s’inscrit dans un détail, dans une scène remarquable, où l’événement adhère à quelque «circonstance piquante ». Entre l’anecdote intéressante et les grandes scènes politiques, l’événement, lui-même changeant et pluriel, aura peine à trouver au sein du journal un titrage qui lui convienne.

60Il sera désigné le plus souvent par un intertitre occasionnel ou par la simple expression de « détails du... » (voir les Révolutions de Paris). Gorsas se doute peut-être de ce qu’on pourrait faire d’autre lorsqu’il écrit en tête de son no LXXVI (1er août) :

« Quelques anecdotes intéressantes et auxquelles le moment ajoute un nouveau prix devraient commencer ce volume [...] ».

  • 36 Le 29 septembre, un pauvre étant décédé sur le territoire de cette paroisse, un litige s’élève ent (...)

61Il se demande s’il ne devrait pas mettre en tête de sa feuille l’aventure du mort de Saint-Jacques-de-la-Boucherie36. Plus audacieux et peut-être mieux adaptés à la conjoncture les auteurs du Véridique et de la Suite des nouvelles de Versailles (entre autres) placeront en tête de leurs livraisons des sommaires où les événements seront parfois annoncés en énoncés lapidaires :

Suite des nouvelles de Versailles

8 juillet : « MOTION INTERESSANTE DE M. LE COMTE DE MIRABEAU
20juillet : « CONDUITE SACRILEGE DE LA POPULACE DE SAINT-SAINT-GERMAIN».

Le Véridique

13 août : « PAQUET CACHETE TROUVE A SEV[R]ES »
24 septembre : « ARRIVEE DE NECKER A L’ASSEMBLEE ».

62Tout en étant parfois rappelé en intertitre, l’énoncé de l’événement n’est plus attaché au cloisonnement de la rubrique ou de l’alinéa, ce qui était généralement le cas pour le fait divers. Son titrage peut désormais occuper le fronton du journal. Il gagne ainsi en force typographique et en puissance symbolique. Il partage l’évidence et la dignité du titre. Détaché en une sorte d’affiche orale cet énoncé sera crié par les colporteurs. Abandonnant l’enclave de la rubrique interne, porté à force de voix par les rues et les places, l’événement par ses intitulés contribue à médiatiser le politique et l’histoire.

63En brisant les formes anciennes, ces modes de rupture (fragmentation d’une même série, dérèglement des suites sous l’effet de l’aléa, juxtaposition et imbrication de séries simultanées) permettent la recherche de nouveaux modes d’énoncés directement issus de l’irruption de l’événement. Ils obligent à repenser le dispositif de présentation et à concevoir l’espace du sommaire. En épuisant les ressources de l’ancien système ils contribuent à en générer un autre en suspension déjà dans l’énonciation immédiate de l’événement. Les énoncés de presse étaient auparavant composés comme les chapitres prédécoupés d’un livre. On voit s’esquisser maintenant dans le filigrane des journaux de 1789 un autre type de forme où ce n’est plus tant la juxtaposition et l’équilibre des parties qui comptent que la force, l’évidence, la pertinence d’un système souple de nervures, d’une résille aux alvéoles changeantes qui restitue, traduit et simule l’événement.

64La forme qui s’ébauche ainsi dans le phylum immédiat de l’histoire cherchera à généraliser une périodicité rapide et à restituer le détail le plus complet des événements. C’est à un quotidien de type généraliste que pense le rédacteur du Journal général de France (no 156, 27 décembre) « pour se mettre en mesure avec l’importance de l’événement ». Cette forme plus complexe, plus adaptable aux variations de l’environnement, incessamment travaillée par la conjoncture et susceptible d’en figurer le mouvement, devra tenter d’inventer de nouveaux modes de montages : organisation de suites fragmentées concurrentes, recherche d’articulations entre titre, sommaire, intertitres, typographie et format de telle sorte que l’événement ne soit plus seulement rapporté par les mots mais que son effet se marque aussi sur le corps du journal. Ces essais pour composer et « monter » les variations de l’état aléatoire des choses sont l’aube d’un nouvel art de la presse et de la communication qui voudrait réussir à inscrire les effractions de l’événement dans la structure stabilisée du journal, à créer un nouveau rapport entre l’anecdote et l’histoire, à traduire l’événement comme un spécifique effet de frappe qui peut aussi bien fragmeter que fonder une série.

65Ces transformations, cette sorte d’hypersensibilité nouvelle, désordonnée, parfois même un peu frénétique, du journal, c’est dans la société d’alors et à cet instant de l’histoire, la tentative de créer une nouvelle « membrane » plus attentive aux échos immédiats de la conjoncture, capable de la traduire en des compositions complexes (découpes, ellipses, reprises, variations), en des modalités plus spectaculaires, à lui conférer une résonance. Comme si dans son épaisseur propre s’élaborait aussi une autre expérience du temps et une nouvelle perception des choses. Les modalités catastrophiques de l’événement sont aussi des facteurs de morphogenèse.

Les épreuves du récit

  • 37 Ignorant sans doute qu’il formulait un principe de communication sociale, le comte de Bussy écriva (...)

66Inscrits dans la forme des journaux et lisibles dans l’ensemble de leur production, les événements investissent le langage. Ils sollicitent surtout le récit car la réalité qui les habite ne peut être appréhendée si elle n’est aussi racontée. C’est sous l’espèce du spectacle qu’ils ont, depuis longtemps coutume d’être rapportés37 :

« Une multitude immense s’est rendue à Versailles le 4 pour voir l’auguste procession des Etats Généraux, écrit la Gazette de Cologne (XXXV-III, 11 mai, de Paris, le 6 mai), le cortège de la Cour était magnifique, le Roi étant sorti du Château dans le carrosse du sacre, à 10 heures du matin. La Reine, les Princes et Princesses se sont montrés dans des voitures également superbes, sous les plus riches habits [...]. Le Tiers Etat marchait le premier, l’ordre de la noblesse le second et le clergé, le troisième [...]. Tout le monde a été édifié de ce spectacle. Le plus beau coup d’oeil pour l’aspect de cette procession était celui de la rue Satory, où les plus jolies femmes richement parées ornaient chaque croisée. Au retour de sa majesté au château les cris de Vive le Roi ont recommencé, mêlés au son éclatant des trompettes. 11 y a eu des moments où l’âme épanouie du monarque laissait entrevoir dans ses yeux trempés de larmes, l’excès de sa sensibilité [...] ».

67La perspective du défilé, le goût de l'ornement, le sens des distinctions, le trait de sensibilité : tous les caractères de l’événement-spectacle d’Ancien Régime se retrouvent ici. Bien qu’ils y paraissent moins marqués et que l’événement soit d’une inspiration différente, c’est selon un dessin semblable que s’ordonne le retour de Necker :

« Annoncer la marche de M. Necker sur les terres de France, écrit la Suite des nouvelles de Versailles (30 juillet, p. 6), c’est annoncer une marche triomphale. Les héros de Rome, les plus grands des Césars portant au Capitole les dépouilles des nations où ils avaient porté le ravage ont pu en imposer à l’univers par l’étonnant appareil d’un spectacle peut-être aussi barbare que pompeux ; mais jamais les Césars n’ont obtenu de distinctions aussi flatteuses que celles qu’a méritées et qui ont été prodiguées aujourd’hui à l’ami des français [...].
En sortant de Versailles, la milice de cette ville lui a servi d’escorte ; toute la route était garnie de piquets de dragons ou de milice bourgeoise, l’épée haute prête à lui porter les armes.
Plus de 5 000 hommes à cheval superbement montés sont allés au devant de lui et ont précédé ou suivi sa voiture dans le plus bel ordre. Les acclamations à son arrivée ont été inouïes.
C’est au milieu de ce peuple, aussi généreux dans son amour que terrible dans ses vengeances que M. Necker s’est rendu à l’hôtel de ville [...]. Des poissardes, au risque de se faire écraser par les chevaux, se sont précipitées à la portière de la voiture de Mme Necker, se sont saisies de ses mains pour les couvrir de baisers [...] ».

68Le 17 juillet et le 6 octobre, autres grands moments de 1789, développeront plus largement encore le modèle du défilé solennel et animé. La surface lisse d’une narration continue rehaussée de quelques harmoniques sensibles définit un mode d’accommodation relativement stabilisé où le récit, dans le tracé du spectacle, tient à distance proche un événement de caractère presque conventionnel. Dans les bouleversements de la Révolution le récit aura peine à tenir ses marques. Il devra faire la collecte des détails, engager le lecteur dans le procès de l’événement, donner au plus vite une information fiable, faire des comptes rendus vivants et précis, tracer des « tableaux », marquer « les époques », souligner le « mémorable », faire parler les témoins directs, esquisser des « enchaînements ». Il pourra successivement pressentir et annoncer l’événement, le raconter, en détails ou en suites, contribuer à l’analyse de ses effets et au bilan des situations. Il lui faudra aussi parler de points différents : Versailles et l’Assemblée, les correspondants parisiens des gazettes étrangères, l’instance narrative hebdomadaire des Révolutions de Paris. L’événement exige pratiquement tout du récit depuis le détail suggestif jusqu’à l’exactitude de la chronique. Il lui demande même de contribuer à une réflexion sur l’histoire immédiate. Il faudrait en somme que le récit soit comme un œil aux facettes innombrables, un diaphragme à l’ouverture perpétuelle, variable, sensible aussi bien à l’éclat soudain de l’aléa qu’à la lumière apaisée et recomposée de suites panoramiques.

69Vue de Versailles, la grande semaine de juillet (12 au 17) apparaît d’abord dans la presse comme un ensemble à la fois successif et simultané de courts récits. La Gazette de Cologne du 13 évoque la situation tendue de la semaine qui précède. Le no VIII du Courrier de Gorsas (13 juillet) relate les allées et venues du 11 au château de Versailles et la possibilité du départ de Necker. Dans cette même feuille une « dépêche » du 12 au matin confirme l’événement comme le fera la Gazette de Leyde dans son supplément du 21. Les réactions provoquées par la nouvelle : attroupements aux Champs-Elysées et au Palais-Royal, multiplication des cocardes, défilés des bustes (Orléans et Necker), échauffourées, rumeurs de l’enlèvement de Mirabeau sont relatées dans la même livraison du journal de Gorsas, dans la Gazette de Liège du 15, dans le supplément du 19 de celle de Cologne comme dans son numéro du 20 où l’on trouve aussi, ainsi que dans sa concurrente de Leyde (21 juillet) un coup d’œil sur la situation du 13. Déjà la feuille de Gorsas (no IX) du 15 et la Gazette de Cologne du 20 proposent de courts récapitulatifs du début des événements. Dans une correspondance datée du 17 la Gazette de Cologne (Supplément du 21) avait aussi fait le récit auquel elle ajoutait un bref compte rendu de la journée du 15 (délégation de l’Assemblée à Paris et Te Deum). La feuille de Liège du 23 donnait le détail de la journée du 16. Comme le no 15 du Courrier national et le Journal de Paris du 18, les gazettes de Liège et de Cologne (22 et 23) dans des correspondances de même date (18 juillet) racontent les événements du 17. Les journaux ne veulent rien manquer non plus de ce qui se passe à Versailles au même moment : pressions de l’Assemblée pour obtenir du Roi le retrait des troupes, retour de Necker, renvoi des nouveaux ministres et constitution d’une garde bourgeoise, récits des événements de la capitale rapportés par des membres de l’Assemblée ou par des délégations parisiennes. Les lecteurs peuvent en trouver les échos dans les numéros 12 et 14 du Courrier national, dans Assemblée Nationale du 13 et dans le Journal des Etats Généraux de Le Hodey du 15. Le Journal de Paris du 16 donne le récit du vicomte de Noailles que reproduit la Gazette des Pays-Bas et celle de Liège du 20 et que réutilisera largement le Moniteur pour reconstituer en 1794 son no 18. Le Journal de Paris du 17, Le Déclin du Jour du 15 (no VI), la Suite des nouvelles de Versailles du même jour, le Journal de Le Hodey racontent la visite du roi à l’Assemblée (15 juillet) et son retour au milieu d’un cercle ému de députés. Ce n’est qu’une dizaine de jours plus tard, le 20 juillet, que le Journal politique-national évoquera le départ du roi pour Paris (17 juillet). Dès son numéro IX Gorsas avait déjà ordonné les événements de Paris en une première « suite » (du 12 au 15). Il en poursuit le panorama dans sa XIIe feuille (19 juillet) et le prolonge dans la feuille suivante. La Gazette de Leyde du 24 propose un abrégé des événements du 11 au 17. Selon le procédé des gazettes, la Suite des nouvelles de Versailles publie le 20 juillet un supplément de 8 pages sous le titre : « récit de la semaine mémorable ». C’est le détail des 6 grandes journées (12-17) disposé en 6 récits juxtaposés que développent en une même narration les 36 pages de la première livraison des Révolutions de Paris (18 juillet). En contre-point et en contre-épreuve le Journal politique-national du 26 juillet condensera les mêmes événements en quelques pages de son no 7. Plus tard encore (octobre) les Annales parisiennes proposeront à leur tour une relation détaillée de ces journées en hommage à l’action sage et lucide des premiers représentants de la commune de Paris. Elles prolongeront leur récit jusqu’à la mort de Foulon et de Bertier. La Suite des nouvelles de Versailles du 18 juillet avait déjà présenté les événements de Poissy et de Saint-Germain et l’exécution des deux hautes personnalités comme la reproduction des « scènes sanglantes » de la semaine précédente.

70Dans les gazettes et les journaux d’Assemblée, le récit pour servir l’événement semble se mettre dans tous ses états et dans tous ses modes ; la simple annonce, l’écho fugitif, le récit fragmenté, la narration suivie, la chronique hebdomadaire, les additions de détails et les rappels subséquents. Il est aussi le soutien du discours. Transformé par les procès de la représentation narrative, l’événement passe ainsi du stade de l’information à celui de l’interprétation. Par une suite de transitions qui s’effectuent à la fois dans l’événement et dans les énoncés de presse, l’information s’agrège en récits, les récits se développent en suites où se déploie souvent une parole engagée et les suites ouvrent des perspectives sur le temps d’avant et sur celui d’après.

71Tout en rendant compte des séances de l’Assemblée Le Hodey place dans son Journal des Etats Généraux ces instantanés : : « Toujours des troupes et des troupes, des pandours, des Suisses, tout en fourmille [...]. Il y a des sentinelles sur le Pont-de-Sève [sic] : il y en a de tous les côtés à Saint-Cloud : où n’y en-a-t-il pas » (1er juillet) ?. « A tous moments [à Versailles] les gardes du corps montent à cheval, font eux-mêmes la patrouille, les Suisses environnent le château : les canons sont braqués de toutes parts et en tous lieux ; à tous moments l’on parle de rompre les ponts [...] » (9 juillet). Le récit restitue aussi l’état des esprits, le mouvement des rumeurs.

  • 38 Dans un « Extrait d’une lettre des Pays-Bas du 17 juillet », la même gazette (20 juillet) se fait (...)

« 5 régiments, écrit la Gazette de Cologne du 13 juillet dans une correspondance du 8, doivent aujourd’hui être campés dans le champ de Mars [...], il y en a un second dans la plaine de Grenelle et un 3e dans celle des Sablons [...], les camps sont défendus par une artillerie formidable [...]. Le ministre fait répandre que cet appareil de terreur est uniquement destiné à contenir cette tourbe tumultueuse qui n’a rien à perdre et tout à gagner dans un grand désordre. Les gens du bon ton regardent ces trois camps comme un joli spectacle dont les manœuvres leur promettent un nouveau plaisir [...]. M. Bergasse assurait hier que sous huitaine, il y aurait une nouvelle séance royale, confirmative de celle du 23 juin qui plaît beaucoup à la noblesse [...].L’on veut éluder les propos d’un seigneur à un aristocrate qui a eu l’impudence de le répéter : Différez la constitution jusqu’à nouvel ordre ; amusez le tapis par des sophismes éloquents ; incessamment on leur fermera la bouche »38.

72Dans les comptes rendus des débats de l’Assemblée l’événement surgit souvent en de très courts récits presque fulgurants qui rapportent ses effets ou citent les paroles d’un témoin. Assemblée Nationale du 13 juillet (p. 5) transcrit les propos de Gouy d’Arcy : « J’ai vu la foule se précipiter aux portes des spectacles et les faire fermer, j’ai vu les Français applaudir à cet acte de vigueur [...] ». Le même journal ajoute dans sa feuille du 15 :

« Des pleurs, des larmes, des gémissements, des plaintes et des sanglots ont signalé l’ouverture de cette séance. La ville de Paris en proie aux fureurs d’une guerre civile, les temples profanés, les vieillards tramés dans les rues, les femmes enceintes culbutées dans la foule immense, une famine affreuse allant être la suite des ordres indiscrets et tyranniques qui avaient été donnés pour intercepter la communication entre la capitale, Versailles et les provinces : tel était l’affreux tableau qui se présentait alors à l’esprit de tous les membres de l’Assemblée Nationale ».

  • 39 Gazette de Cologne, Supplément du 21 juillet, Paris, 15 juillet.
    Du 14 : « Il y a eu ce jour-là la (...)

73Les gazettes de Cologne et de Liège isolent la prise de la Bastille en un récit écrit sans doute de la même main et concentré sur l’après-midi du 1439. Il arrive que la narration de l’événement soit entrecoupéee d’un commentaire engagé qui s’y intègre comme la morale à la fable. A l’annonce de la démission du Maréchal de Broglie et du garde des sceaux l’auteur du Courrier national (no 15) confie ses réflexions : « l’ivresse et la joie de l’Assemblée a été inexprimable au récit de cet événement. Terrible et importante leçon pour ces agents de l’autorité qui abusent de la confiance du monarque pour faire le malheur des peuples ! C’est ainsi que ces ministres pervers se retirent avec la haine de la nation et le déshonneur qui les suivra jusqu’au tombeau ». Au cours de son récit, le correspondant de la Gazette de Cologne peut parler comme un patriote parisien. Dans sa relation des événements du 12, il évoque la « consternation, le dépit, le désespoir, les désordres » qui s’emparent de Paris et ajoute : « Sédition, banqueroute, dissolution de l’Assemblée Nationale, emprisonnements, exils, ordres arbitraires, vexations de toute espèce et par-dessus tout la misère la plus profonde, telle est donc la longue et amère coupe de malheurs qui est à nouveau préparée à la Nation française, et voilà donc encore toutes nos belles espérances anéanties». Il s’engage plus directement encore dans sa correspondance du 18 où il raconte la journée du 17 (no du 23 juillet). « Nous avons intérêt, écrit-il à continuer notre attitude menaçante et énergique afin que les provinces ne ralentissent pas leur zèle et qu’elles contribuent de toutes leurs forces et de toutes leurs facultés à nous soutenir dans notre noble et vigoureuse entreprise ».

74Les premiers récits faits, l’événement court encore dans le langage comme quelque chose qui échappe au regard et au jugement et qui se retrouve par la saisie rétrospective de circonstances spécifiques. Comme l’écrit la Gazette de Liège (22 juillet) il faut revenir sur l’événement « pour mieux connaître les détails ». Le Véridique voudra rapporter postérieurement la diversité des témoignages. « La prise de la bastille, écrit-il (n°4, 9 août, p. 5) cet événement passé devant tant de témoins éprouve chaque jour de nouvelles variations dans ses détails : voici ce qui se dit maintenant par des femmes mêmes qui semblent mériter créance [...] ». Ces retours fréquents, ce relevé permanent des traces de mémoire engagent insensiblement le récit dans le procès d’une histoire immédiate. L’événement passé est en fait toujours là. En l’enrichissant d’anecdotes, la narration le rappelle, le recycle, le réinscrit dans l’évolution de la conjoncture. Dans le climat de disette et de complot de la mi-septembre, Gorsas rapporte deux anecdotes (Courrier, no LXVII et LXVIII, 12 et 13 septembre) dont il a « les preuves les plus authentiques » et relatives au « projet infernal » d’une « conjuration contre la capitale » au moment des événements de juillet.

75Assez vite et aussi bien dans les nouveaux journaux que dans les gazettes traditionnelles, le récit prend de l’ampleur : suite des débats de l’Assemblée (voir la grande séance continue du 12 au 15), suite des événements parisiens. Gorsas, qui dans le no VIII de sa feuille procédait par correspondances successives ébauche dès le no suivant une première série chronologique : nuit du dimanche au lundi, journée du lundi, nuit du lundi au mardi, journée du mardi, nuit du mardi au mercredi, qu’il intitule « Nouvelles de Paris du dimanche soir 12 juillet au mercredi matin 15 ». Il tracera une courbe plus complète et plus suivie dans son no XII (19 juillet). La Gazette de Leyde du 24 propose à son tour en une « esquisse fort raccourcie » un « abrégé des événements successifs » qui les relate jour par jour.

  • 40 Voir l’organisation du no XXI des Révolutions de Paris (3 décembre) où la présentation de la semai (...)

76Constitués d’une succession d’unités découpables (journées, nuits, séances d’Assemblée) le récit du Courrier de Gorsas comme celui de la Gazette de Leyde forme un ensemble que précède une courte introduction éditoriale où l’événement est replacé dans une perspective générale. Le récit de presse semble obéir à deux logiques successives et souvent associées dans un même journal. Pour produire l’information immédiate, il dispose l’annonce de l’événement en une suite de brèves relations produites au gré des témoignages et des correspondances, nourries des bruits autorisés ou de la rumeur générale et scandées en une périodicité rapide. Pour construire le panorama de l’événement et en esquisser l’interprétation, il en recompose cursivement et rétrospectivement la suite qu’il fait précéder ou accompagne d’un commentaire réflexif. Il se développe alors en « suppléments », en résumés chronologiques partiels ou en une chronique organisée40.

77La nouvelle, la courte narration, l’organisation en fragments et en suites sont des modules propres au récit de presse. La recomposition d’une relation postérieure lui convient moins. Le Journal politique-national n’est pas vraiment périodique et le recul qu’il ménage (une quinzaine de jours environ) entre l’événement et le récit lui permet de façonner une relation qui corrige et réfute les récits lyriques, dégonfle le mythe naissant de la Révolution, découvre au cours des journées de juillet un Paris « inhabitable » livré au déchaînement des brigands et voit dans la prise de la Bastille la pitoyable conséquence de l’incompétence de son gouverneur. Le raccourci lyrique du Code de la Patrie (no 1, 30 juillet) qui paraît avec le même retard, bien que d’inspiration opposée, procède selon une stratégie semblable. Il oppose les « exécrables attentats » préparés par les ennemis « des droits des hommes [et des] nations » aux citoyens armés, aux « soldats généreux » qui « prennent en 3 heures [...] cette forteresse formidable ». « Ce n’étaient pas des hommes, c’étaient des Dieux qui lançaient la foudre sur cet horrible repaire de tous les crimes ». Mirabeau déjà dans sa 19e Lettre à ses commettants, résumant les événements du 9 au 24, laisse aux autres le détail du récit pour dégager en une éloquente méditation le sens politique de l’événement (p. 50). On peut alors apprécier la position originale intermédiaire d’un hebdomadaire comme les Révolutions de Paris. Les avatars et les difficultés de l’information y sont bien moins sensibles que dans les quotidiens. Le récit s’y impose de lui-même, stimulé par la précision et le flot du détail. Le narrateur se replace dans le mouvement de la durée. Le lecteur est retenu dans la vraisemblance d’une vraie suite (jour après jour, du matin au soir, parfois heure par heure) emporté par la vivacité d’une parole et d’un engagement politiques, convié à quelques graves réflexions et convaincu par un récit qui peut parfois donner ses sources (voir I, 12, une lettre de Besenval à Launay).

78Le récit ne reste proche de ses modes que dans la mesure où il porte l’information. Mais l’événement ne se réduit pas à la relation d’un faisceau complexe de circonstances. Il stimule aussi la force de la parole et la production du discours. Le récit est alors pris dans un champ d’interférences où il devient un des véhicules de l’éloquence et contribue à manifester le sens de l’événement. Celui qui, dans les Révolutions de Paris raconte les événements semaine après semaine veut que ses lecteurs ne s’en tiennent pas au plaisir de l’anecdote : « citoyens, apostrophe-t-il (XIII, p. 2, 3-10 octobre), c’est en vain que nous dévouons nos têtes aux haines les plus puissantes [...] si vous ne lisez que pour satisfaire une puérile curiosité ; si vous ne vous attachez pas à suivre le fil des événements, à en reconnaître les causes [...] ». Le temps vient en effet où les événements accumulés s’enchaînent en une courbure qui suscite la réflexion. « Les époques des révolutions, écrit le même publiciste, dans son no XXI (29 novembre, p. 1) ressemblent à celles des tempêtes, dans les unes et dans les autres, il y a des moments de calme où le philosophe et le pilote peuvent observer. Entraînés, frappés par les tableaux terribles et superbes qui maîtrisaient toutes nos sensations, nous n’avons pu jusqu’à présent que nous livrer à l’impulsion de sentir et de peindre ; maintenant nous pouvons juger [...] ». A travers chacun de ses épisodes le Journal politique-national ne cesse de convoquer la Révolution au tribunal de sa logique et de sa philosophie politiques. L’événement qui lors des journées de juillet mérite pour Mirabeau « une attention particulière » c’est une « Révolution singulière » qui se fait sans « soif de pillage » et met à bas en quelques heures «l’antique édifice, usé, vermoulu dans tous ses appuis, pourri dans tous ses liens » et fait place nette pour « construire sur un nouveau plan et affermir cette structure sur les bases immuables des droits éternels des peuples » (Lettre XIX à ses commettants, p. 28). Pour la Gazette de Cologne (20 juillet) les mêmes événements sont mis au compte de l’obstination et des intrigues d’une « faction puissante » qui a fait pression sur le Roi pour que soit concentrée autour de Paris « cette masse inusitée de forces militaires qui ont causé, dit-elle, tant d’inquiétude hélas et de si justement fondée ». Achevant son récit du 17 juillet, Gorsas (no XIII) y voit une « journée [...] dans laquelle a été cimenté à jamais un pacte inviolable d’union entre le Prince et ses sujets [...] dont la base est la liberté de la nation française». Inaugurant sa longue relation des journées d’octobre (no XCII) il met en cause « les trames odieuses » ourdies par les ennemis de la Nation qui en favorisant la disette des aliments et en répandant des « écrits incendiaires »-voulaient « opposer les citoyens aux citoyens [...] les forcer à s’égorger ». Pour Brissot aussi « cette émeute [a été] le fruit d’une conspiration » dont il fait la généalogie avant de procéder au récit des événements (Le Patriote français, no LXIV, 8 octobre). Marat dénonce plus ouvertement Necker et l’ensemble de l’appareil municipal. Rendant compte des observations de Devillers, il corrige sévèrement son diagnostic.

« S’il avait suivi la chaîne des événements, écrit-il dans le no XXVIII de l’Ami du peuple (7 octobre), s’il avait considéré que toutes les provinces, celles mêmes qui regorgent de grain [...] n’ont encore que des farines gâtées du gouvernement, s’il avait réfléchi à l’énorme exportation de nos grains dans les Pays-Bas autrichiens, s’il avait vu l’abondance renaître tout à coup dans la capitale après l’expédition glorieuse du 6 de ce mois et la qualité du pain changée comme par enchantement il aurait reconnu que les accapareurs, comme la plupart des administrateurs des municipalités ne sont que des instruments serviles dans la main du premier ministre des Finances qui lui seul est l’auteur de la disette que nous avons éprouvée si longtemps ».

  • 41 No XIII, 18 juillet : « L’apparence des plus grandes calamités a été souvent l’aurore du bonheur » (...)

79Sans doute va-t-il de soi que des écrits périodiques attribuent aux événements des causes immédiates et les aperçoivent dans une perspective passagère formée au gré des variations de la conjoncture. Il leur arrive cependant de porter plus loin leur regard et de proposer des réflexions plus détachées de la proximité des circonstances. Comme beaucoup de ses contemporains l’auteur d’Assemblée Nationale (26 juin) assiste à l’écroulement du vieux monde. «Insensiblement, écrit-il, le roc antique et sauvage de la féodalité se dissout par le choc de la raison. Il est sans doute très difficile d’en détacher des fragments, des siècles entiers ont consolidé cet édifice gothique, élevé par les mains de la tyrannie et de l’esclavage ». Attentive à ce genre d’événements « qui ont illustré ce siècle plus qu’un autre » et qu’elle appelle « luttes pour la liberté » la Gazette de Leyde (no LIX, 24 juillet) reconnaît aux « catastrophes » et aux « Révolutions » qui « se sont succédé [...] si rapidement en France » un caractère exceptionnel. Dans ses moments de réflexion, Gorsas esquisse une explication naturaliste, presque médicale : « les crises que fait la nature, confie-t-il (no IX, 15 juillet) pour rejeter de son sein un mal étranger qui a déjà pris quelques racines sont ordinairement violentes» et l’événement lui paraît composé de l’alternance indissociable de la « calamité » et du « bonheur » où la « sanglante journée » serait l’anticipation prophétique d’un monde nouveau41.

  • 42 La forme élémentaire du montage est la juxtaposition avec ses effets de décalage et d’enchevêtreme (...)
  • 43 Gazette de Cologne (Supplément du 23 juillet) : « Dans le trouble où nous étions, il n’était guère (...)

80Frère jumeau du discours, associé à la quête du sens, le récit, au moment où il se dépouille de ses modalités narratives, trouve une sorte de stabilité sémantique. Il s’arrête où l’événement semble se résoudre en une signification, enveloppé dans un énoncé de caractère universel qui le projette hors du champ versatile des circonstances et l’absorbe en totalité dans un éditorial permanent parfois truffé d’appels impératifs et de vérités péremptoires (voir L’Ami du peuple). Résultat du mixage de l’annonce informative, de la narration spectaculaire, du fragment et de la suite, de la greffe discursive et de l’irruption de la parole, il est comme le journal qui le porte soumis à la nécessité de la rupture et du montage42 Occupé, selon ses capacités et selon les circonstances à enregistrer les aléas, il est esclave de la division périodique de la ligne du temps. Il est aussi partagé en modes de tonalités différentes. Ce découpage à la fois horizontal et vertical compose un double montage qui donne au journal sa souplesse d’articulation et travaille à l’analyse et à la traduction permanente de l’événement. Si la fabrication d’une feuille relève des techniques du montage, le récit et l’événement lui-même en procèdent aussi. De même que l’événement associe, pour une conjoncture spécifique, un afflux inattendu de circonstances à l’effectuation concrète de principes fondamentaux ou de lois générales, le récit, de façon homologue, associe une frénétique dispersion de nouvelles à l’expression, sous forme de maximes, de vérités générales. Ces trois phénomènes (le journal, le récit, et l’événement) se ressemblent en ce qu’ils essayent conjointement de relier la physique des conjonctures et la métaphysique du sens. L’événement apparaît comme un phénomène indivis et original dont la dispersion et les fractures s’inscrivent sur la membrane des journaux. Le périodique et le récit le cristallisent en morceaux qui entrent dans des montages plus ou moins élaborés. Ces phénomènes sont indissociables. Pour savoir ce qu’est l’événement, il faut aller voir ce que font le périodique et le récit au plus près de la conjoncture. Par l’annonce et la succession désordonnée d’échos et d’instantanés, le récit traite l’actualité et construit l’événement au moyen de la collecte de l’information, de la fragmentation et du montage. Les « suites » de récit, les courtes fresques récapitulatives, les éditoriaux composent une perspective d’interprétation et des spectacles pour la mémoire. Le récit peut ainsi nous conduire des circonstances cueillies in media res dans le procès de la communication à l’esquisse d’un panorama général où l’on voit parfois poindre une philosophie de l’événement. Nous pouvons être à la fois dans et pour ainsi dire avec l’événement43 et en dehors ou tout au moins après, dans la saisie immédiate de ses effets. Le récit d’actualité et le récit d’histoire sont les deux bornes du champ narratif de la presse qui se développe entre l’événement pur et les premières formes de sa restitution historique, au moment où, par couches et moments successifs, il se communique dans l’urgence et au gré de la périodicité.

  • 44 A. Moles, Théorie structurale de la communication et société, Masson, 1986, p. 15.
  • 45 J.P. Faye, Théorie du récit, Hermann, 1972, p. 70-71.

81Plus que les journaux d’Ancien Régime, ceux de 1789 créent une communication rapprochée qu’ils entretiennent comme une sorte d’« Umwelt » nourri d’un afflux permanent de messages44. L’arrivée des nouvelles retient le journal au plus près de l’espace-temps singulier de l’événement, la fragmentation des récits et des échos place la presse dans la proximité de ses premiers effets et conserve la spécificité de sa vibration, les jugements immédiats font du journaliste le traducteur spontané des schèmes de la pensée et de l’imaginaire collectifs. Cette entrée réciproque de l’événement dans le journal et du journal dans l’événement fait naître de nouveaux rapports entre le temps, le récit et l’événement. Pour le raconter de l’intérieur, le récit rentre dans l’événement. Pour y pénétrer il se laisse envahir par un temps différent de celui de la narration historique plus fluide, plus rapide, plus animé. Ce temps ressemble au mouvement (nombre, vitesse, accélération) et le mouvement est du temps en action. Ils se marient selon des modes nouveaux secrétés par l’événement. Confusément, un temps nouveau, complexe et vivant, aux modalités diverses et concurrentes apparaît, concentré dans l’invisible épaisseur des récits : temps propre de l’événement pur, temps de son énonciation en récits, effets induits du temps sur la forme du journal (suites et ruptures). Le mouvement de ce temps se compose aussi de dynamiques associées : temps du récit, jeu animé des séquences d’images et des moments narrés qui forment l’événement en une sorte d’image-mouvement élémentaire, variations d’intensités introduites dans le récit par la force de l’éloquence et par les apostrophes, scènes sensibles où l’état des choses et les émotions se confondent. La création dans la communication sociale d’un « récitatif »45 permanent des événements, c’est aussi l’émergence d’une nouvelle temporalité et l’avénement d’un nouveau médium politique où le récit occupe une place centrale, imposant le vécu comme histoire et exposant l’histoire comme vécue : l’événement comme si nous y étions.

  • 46 Révolutions de Paris, I, 11-12 : « [Flesselles] promettait sans cesse de délivrer des armes et n’e (...)
  • 47 Révolutions de Paris, I, 29, restituant l’atmosphère du 19 juillet : « A chaque instant on arrêtai (...)

82Au plus près du texte des récits, l’événement se manifeste aussi dans le trajet qui va des mots aux formes générales de l’écriture. De grandes phrases en résille, rythmées par la distribution des points-virgules, tentent de peindre le moment conjoncturel comme une cristallisation originale de circonstances46. Le tempo de ces phrases qui courent parfois sur plusieurs dizaines de lignes presse les actions les unes contre les autres et fond le flux des détails dans le creuset d’une même scène. La multiplication des termes comme « tandis que, lorsque, cependant, dès lors, au même instant, à chaque instant, de tous côtés, déjà » associe vitesse et simultanéité et conjugue le nombre, la concurrence et la succession rapide47. Dans le mouvement de la narration le détail des circonstances se forme parfois en une image fugitive qui se détache sur la courbe du récit comme un instantané pittoresque et significatif. Ainsi la relation des scènes du 12 juillet au Palais-Royal par la Suite des nouvelles de Versailles du 20 : « La fermentation commence [...] ; un jeune homme fait rassembler le peuple, monte sur une chaise, expose avec énergie les malheurs, la ruine instante du royaume de France et tirant un pistolet de sa poche, il jure sur cette arme de verser tout son sang pour la patrie. Mille voix applaudissent, mille épées sont tirées ; avec le même serment ; aussitôt la foule se répand dans la ville... ». Ou celle de la réception du Roi à l’Hôtel de Ville, le 17 juillet, dans la Gazette de Cologne (23 juillet) : « Un canonier un peu ivre, s’était précipité au pied du trône ; il secouait un large sabre, qui effrayait S.M. qui a prié M. Bailly de faire retirer le menaçant militaire ; mais celui-ci a prétendu qu’on devait lui laisser le plaisir de voir le Roi : il a seulement déposé son arme à côté de lui ». Ou encore les courtes scènes parsemées dans le récit des événements d’octobre que Brissot écrit pour son Patriote français (no LXIV, 8 octobre) : l’armée des femmes « arrêta dans son chemin un particulier qui courait la poste, et comme il parut suspect, à cause de sa cocarde noire, on le pendit sans une autre formalité à la grille de Chaillot. Ce malheureux fut ensuite heureusement sauvé ». « [...] le Prince [s’adressant à la foule des femmes] leur parla en père et avec bonté, ces femmes en furent singulièrement touchées, celle d’entre elles qui portait la parole [...] remercia sa majesté, lui demanda la permission de lui baiser la main, sa majesté l’embrassa ».

83Chaque détail se développe en anecdote et peut aussi faire scène, et chaque scène est un moment qui, dans sa brève concentration, donne la teneur et figure la totalité de l’événement. Ce que rappellent le plus souvent ces nombreux instantanés, c’est l’épisode sanglant de l’émeute et le moment sensible de l’harmonie retrouvée : les deux images cardinales qui veillent au fond des événements de 1789.

  • 48 Les livraisons du Fouet national offrent un exemple de cette écriture. Elles peuvent offrir à la f (...)

84L’écriture des récits ne s’en tient pas seulement à la phrase, au paragraphe ou à l’anecdote. Elle travaille à la fragmentation de la narration comme à ses recompositions postérieures, dessine les spectacles et rythme les suites, développe les « éditoriaux », court à la fois dans l’événement et hors de lui, associant l’information et l’analyse, la rumeur, l’histoire et le discours. Elle se trouve alors confrontée aux problèmes du montage. Les longues phrases en réseau sont « montées » par la juxtaposition rapide de propositions séparées. Certaines pages de gazettes décomposent et résument l’événement en une cascade de paragraphes qui à chaque alinéa introduit un nouvel élément d’information. Le récit des faits se partage et se distribue selon un dispositif que commandent à la fois l’aléa et la périodicité. Une succession de petites scènes conserve le détail piquant et trace la courbure générale de l’événement. Des sommaires à la typographie plus large ajoutent parfois au dispositif narratif l’évidence d’une façade et les courts « éditoriaux » ménagent des plages de réflexion dans le « récitatif » général. De la phrase au dispositif d’ensemble, l’écriture pour servir l’événement semble s’inspirer des possibilités du montage : montage en résumé pour le traitement immédiat de l’information, montages en rupture pour enregistrer les variations aléatoires, montages en compositions pour les scènes et les tableaux et aussi parfois montages « libres » dont on n’aperçoit pas le principe et qui relèveraient aussi bien de l’enchevêtrement que de la fantaisie critique et satirique et pourraient faire penser aux impacts imprévisibles des gouttes de pluie sur une eau agitée48.

  • 49 J. Lecuru et D. Masseau : « Reprends, hibou, ton vol ténébreux : Rétif et la Révolution», Le Franç (...)
  • 50 G. Deleuze, Logique du sens, 15e série, UGE, 1973, p. 137-146.

85Ces procédés n’étaient alors pas propres seulement aux énoncés de presse puisque Rétif au même moment composait ses Nuits au moyen de séquences disparates associant le reportage journalistique, les suites d’historiettes, le récit historique et le discours autobiographiques49. Mais cette écriture là était-elle encore celle de la littérature ? Les « mille plumes » auxquelles pense Tournon et qui auraient pu « tracer les détails » de « l’innombrable multiplicité de l’événement » ne se trouvent sans doute pas sur l’écritoire du romancier, du dramaturge ou du poète. Esclaves de l’événement, conquises par sa chaleur elles n’ont cure des lois de la poétique et des exigences formelles qui permettent l’exploration des arcanes de l’imaginaire, des labyrinthes de la mémoire et la création originale d’une parole subjective. L’auteur du Journal politique-national a, en ce sens, raison d’écrire qu’en voulant suivre ses variations, « les écrivains sont tous plus ou moins corrompus par l’événement ». Il exige en effet une autre mimésis où l’écriture ne serait plus seulement une matière symbolique produite par le travail des tropes et l’œuvre obscure de l’inconscient, où elle ne se confondrait pas avec l’indépendance de la phrase et l’autonomie du récit, mais où elle serait vouée au suspens des ruptures, à la convergence des séries et à la dispersion de l’aléa, à la permanente ébauche de montages souples et variables, à la combinaison des micro-récits et des cascades d’images dans le déploiement de fresques illimitées. Récit-mouvement, narration-émotion, montages intermittents, interférences de modes opposés, l’écriture d’événement est comme l’inscription fugitive, vivante, prolixe, saturante d’un processus diffus et omniprésent, d’une sorte d’éclatement, de rayonnement et de perte, d’une distribution imprévisible de singularités nomades50, qui ne sont pas seulement dans les fantasmes mais aussi et peut-être surtout dans les choses. Ces lignes de fuite, ces ascensions subites, ces abîmes soudains sont dans l’air du moment, dans le fond du temps, c’est le Hic et Nunc, l’être du lieu et de l’instant, immédiat, puissant, irrépressible comme la danse imprévue de l’aléatoire. Modérons cependant notre transport ou notre effroi, cette « chose » sans enveloppe et sans forme, polymorphe, multisémique, follement – dangereusement – plurielle n’est sans doute qu’une fulgurance idéale. Elle trouvera bien vite des corps, des corsets et des rites, elle nourrira des corpus, inspirera des monuments, suscitera des anniversaires, des discours et des langues de bois qui feront d’elle leur provende. L’écriture qui s’était essoufflée à poursuivre l’événement et s’était prostituée à l’immédiat s’efforcera de retrouver sa gouverne et son quant-à-soi. Elle pourra servir l’histoire sociale et politique et contribuer à fourbir les armes des futures batailles idéologiques. Dans la brève échancrure d’une révolution, le réel aura cependant fait irruption pour la surprendre et l’interroger un instant sur ses limites et sur ses pouvoirs. Il n’est pas certain qu’elle se soit jamais remise de ce singulier colloque avec l’événement.

Vitesse, mouvement, résonance

86Tel qu’on peut l’analyser dans ces séries de journaux, l’événement apparaît comme un ensemble d’opérations et de phénomènes à la fois concrets et symboliques dont les modes les plus remarquables sont la vitesse, le mouvement et la résonance.

  • 51 Annales parisiennes, politiques et critiques..., I, p. 6 : « La rapidité avec laquelle les événeme (...)

87« Nous sommes investis de tant de faits, de tant de nouvelles alarmantes que nous ne savons comment nous y prendre » dit la Suite des nouvelles de Versailles (10 octobre, p. 7). Saturées et dépassées, la presse et l’Assemblée courent souvent derrière des événements dont la célérité semble défier le calcul51. L’on s’empresse de transmettre la relation d’un fait sans prendre le temps d’en vérifier la véracité. Pour être immédiat le récit devient un mode de la vitesse. L’intensité et l’urgence de l’événement le commandent au point qu’il est souvent plus occupé à remplir les canaux de communication d’un flux de nouvelles qu’à examiner la réalité d’une conjoncture. Les modes de transmission des messages l’emportent ainsi sur l’exactitude de leurs contenus comme si le récit voulait être aussi rapide que la parole ou que l’esprit et imiter la vitesse « idéale » de la rumeur. L’événement ne peut pas apparaître dans l’immobilité. A l’instant où l’on tente d’en retenir les moments, il s’est déjà précipité en une suite (discontinuité, fragments, ruptures), en une inflation d’instants singuliers qui cherchent dans la presse un tissu de réception dont ils remplissent rapidement les alvéoles.

  • 52 Gazette de Leyde, LIV, 7 juillet : « Cependant tout était encore dans l’incertitude, l’on ignorait (...)

88L’impossibilité de saisir à la fois la figure et le mouvement de l’événement fait de l’incertitude l’un de ses traits phénoménologiques fondamentaux52. Aperçue à la fleur du texte, cette incertitude apparaît d’abord comme une donnée psychologique, un état des esprits. Elle est plus précisément la façon d’être dans les esprits de l’état des choses. Elle constitue le fond de l’opinion, la condition de la rumeur. Elle est aussi l’état réel de l’information elle-même : un ensemble de relations instables entre les possibilités de la communication et les variations qui font le mouvement des choses, où l’on retrouve la rumeur et la foule, ces deux phénomènes énigmatiques conjugués au cœur de l’événement.

  • 53 Voir ce qu’écrivent les Révolutions de Paris (I, 28) à propos des événements du 15 juillet : « La (...)

89Pris de vitesse et envloppé d’incertitude, tapissé d’incidents et d’anecdotes, l’événement pétrit en une sorte de pâte animée un afflux permanent de circonstances qui se regroupent en configurations narratives diverses et en des « nuages » instables où éclatent et se concentrent les intensités qui traversent l’état des choses. Dispersées et cristallisées en éruptions et en floraisons multiples, ces gerbes de circonstances, par une interférence propre à l’événement, trouvent leur écho dans le déploiement des maximes générales53. Une part du « corps » de l’événement pénètre dans les mots, investit la pensée et confère aux messages et aux discours une efficace nouvelle, comme si les paroles et les phrases pouvaient agir sur les choses, comme si les choses provoquaient une accélération des idées et sans leur enlever leur statut de propositions les transformaient en des vecteurs sociaux nouveaux en leur faisant prendre le « train » des circonstances et le visage de la conjoncture.

  • 54 Voir G. Deleuze, Cinéma I. l’image-mouvement, Editions de Minuit, 1983,p. 92-93.
  • 55 « Un événement est comme le hasard pour Cournot, la rencontre de plusieurs séries causales indépen (...)
  • 56 H. Bergson, La pensée et le mouvant, Alcan, 1934, p. 8-9.
  • 57 Annonces, affiches et avis divers, 3 janvier 1759, Avertissement.

90Des micro-intervalles qui peuplent l’état des choses procède un mouvement54 qui fait voir leur force, forme le premier tracé de l’événement et sous l’espèce d’une suite ou d’un buissonnement de circonstances donne naissance à l’information. Ces procès dégagent dans l’expérience de nouvelles strates. Ils diversifient les pratiques de la durée et créent de nouvelles associations dans la métrique du temps et surtout du temps court. Le paradigme de la journée s’enrichit. C’est un intervalle naturel de temps, c’est un moment repérable et détachable de l’activité d’une nouvelle instance politique (Assemblée Nationale), c’est, grâce au récit, une unité d’événement qui regroupe en un faisceau à la fois chronologique et simultané, un ensemble journalier de circonstances, c’est aussi, pour le quotidien un horaire et une unité de production (livraison). Au cœur de l’événement, le journal esquisse une nouvelle gestion du temps. Mais l’événement se manifeste aussi au carrefour des séries55 : série des nouvelles, série des comptes rendus d’Assemblée, série des récits, série du discours. La série qui plus que toute autre semble gouverner le système, c’est la série « Assemblée » qui associe le découpage naturel du temps à la périodicité du débat politique. Au plus fort de l’événement cependant, la conjonction des deux découpes (temps naturel et temps « politique ») se réalise difficilement. Le quotidien cherche à ordonner des unités plus courtes dans une succession plus rapide (voir les demi-journées du Courrier de Gorsas). Cette tendance produit sur le dispositif du journal des effets de rupture et de discontinuité, le croisement de la série des événements parisiens avec celle des comptes rendus d’Assemblée produit des interférences nouvelles et bouleverse l’horaire de restitution des séances. Certaines peuvent se prolonger la nuit ou se développer sur plusieurs jours. Unité simple pour organiser la durée et réunir les expressions diverses de l’actualité, la journée est souvent aussi inadaptée et dépassée par un événement qui subvertit les périodicités quotidiennes et hebdomadaires. S’il a des rythmes et des intensités, s’il est fait aussi de ruptures, il n’est pas proprement périodique. De la série hebdomadaire ou infra-hebdomadaire (bi, trihebdomadaire) à la série quotidienne, de la suite quotidienne à des écarts plus courts, les intervalles qui font l’armature de la presse ne sont pas ceux du temps événementiel. Il ne se développe pas en multiples ou en sous-multiples de la journée, il n’a pas d’unité de compte et déboute les modes de la divisibilité et du calcul parce qu’il n’est pas enfermé dans un espace fini. A partir d’une occurrence originale (le 14 juillet, par exemple) l’énonciation de l’événement remonte le temps (exposé de la situation de début juillet) et court aussi vers l’aval (scènes sanglantes de fin juillet). Nous ne sommes pas en présence d’un point, d’une succession de points, d’un segment de droite mais d’une suite extensive, d’un sillage où tout vient s’engouffrer pour faire événement. Cette double extension vers la multiplicité et la simultanéité des micro-instants et vers de larges perspectives générales sur l’avant et l’après ne peut pas s’enfermer dans la succession horlogère des jours. Le sillon se transforme en une aire de contagion indéfinie, en une nébuleuse active. Le temps déborde l’espace. Il est comme l’écrira Bergson « ce qui se fait et ce qui fait que tout se fait »56. C’est un temps qui échappe à la mesure, un temps réel pur et brut, un temps-mouvement : le corps énergétique de l’événement. Le journal cherche à l’épouser et ne peut que mimer son cours en disposant ses propres modules le long et à l’intérieur de la coulée événementielle (nouvelles, récits isolés, résumés, suppléments, rappels). Dans le périodique, l’événement n’occupe pas un moment du temps qui lui serait contemporain, il flue, s’étale, se gonfle, s’étoffe au fur et à mesure qu’apparaissent les énoncés. Qu’une presse d’information veuille « peindre en raccourci toutes les vicissitudes » des hommes et des choses, qu’elle soit attentive aux « contagions » et aux « fermentations », c’était déjà le vœu de Meunier de Querlon57. Sans doute s’agissait-il plutôt pour lui d’une image où les périodiques « se poussent comme les flots et les vagues qui s’effacent et s’engloutissent [...] ». Désormais il semble que par la force de l’événement la comparaison soit vraie. Comme un phénomène physique et naturel la « chose mouvementée » fait irruption et se produit dans le corps social. C’est la naissance d’un temps autre que celui auquel la scansion réglée des gazettes d’antan avait accoutumé les lecteurs.

  • 58 G. Deleuze, ouvr. cité, p. 17.

91Ce temps-flux n’est pas de simple surface. Son caractère labile et éphémère permet de préciser et probablement de fonder le phénomène de l’actualité qui dès son origine apparaît comme un concept complexe. « Le plus profond, c’est l’immédiat » pensaient déjà les stoïciens58. En effet tel qu’il est imparfaitement saisi et « travaillé » par le journal ce temps est la conjonction vivante de temporalités diverses : temps propre de l’événement avec ses échos, son espace, sa vitesse ; temps du récit : celui nécessaire à la constitution de la narration et celui figuré dans l’écriture ; temps de la communication qui commande la diffusion et la réception des messages, varie selon leur teneur et leur véhicule et en fonction des contingences d’un territoire ; temps de mémoire qui associe les temps précédents pour créer un champ de référence, des perspectives et un réseau de repérage où peuvent apparaître des suites et des fréquences, où l’événement peut être origine ou élément de série.

92Surimposition ou symbiose immédiate de modes différents le temps est ici à facettes et traversé de perspectives-gigognes, et c’est à la faveur de ces complexités que le récit pénètre dans l’événement tandis qu’il est lui-même envahi par le flot du temps. Ce nouveau temps, à la fois inchoatif, aléatoire, fragmenté, successif, simultané, synoptique et panoramique pourrait engendrer une poétique. Des montages adaptés à la conjoncture sociale, aux modes de la communication – et auxquels s’essaient maladroitement certains journaux – permettraient aussi d’approcher et peut-être de simuler sa nature multiface : une face tournée vers le réel, à l’écoute des échos qui viennent de l’état des choses, une autre vers la mesure et l’organisation périodique pour créer des tempi, permettre des repérages et créer les formes et les variations d’une mémoire immédiate, une enfin vers le tableau, l’esquisse générale, la représentation recomposée qui institue et maintient la fiction d’une histoire présente. Officiant incertain de ce temps-là, le journal est un acteur de l’événement, un multiplicateur du mouvement et le promoteur d’une visibilité immédiate du social. Il contribue à l’avènement d’une nouvelle phénoménologie de la durée où le temps n’est plus seulement une représentation abstraite et visuelle (un cadran d’horloge) mais où il participe de la nature des choses et devient une sorte d’être vivant fait d’espace, de vitesse, de mouvement, de transformation, de ruptures, d’instant et d’histoire, composante dynamique d’une nouvelle physis sociale. Commencerait-on à apprendre – expérimentalement – dans le bruit et la fureur et le nez sur l’événement que les sociétés ne sont pas faites que de fonctions, de hiérarchies et de rites et qu’elles peuvent aussi, comme la nature, être des milieux d’énergie et de dépense, des champs de forces et de conflits ?

  • 59 Gazette de Leyde, LXXXI, 13 octobre : « Le bruit est que la troupe des femmes arrivée jusqu’à l’As (...)
  • 60 Suite des nouvelles de Versailles (30 juillet) : « Ce matin le courrier de la poste aux lettres ar (...)
  • 61 Journal général de France (abbé de Fontenai. 1er janvier 1789) : « Si vous entrez dans un club, da (...)
  • 62 Sur les relations entre la dynamique de l’événement et celle de l’écho, voir déjà nos observations (...)

93L’événement se développe et s’appréhende aussi sur le mode de la résonance. L’esprit public est une chambre d’échos dont les journaux répercutent les bruits : effets produits par la distribution d’une « lettre incendiaire » annonçant l’arrestation des députés des communes (Gazette de Cologne, 9 juillet, Gazette de Liège du 10), nouvelles contradictoires à propos de l’arrivée des femmes à Versailles, le 5 octobre59, circulation orale de bribes d’information apportées par les courriers60. etc. Journaux nouveaux et gazettes essaient de tenir le registre de « ce qu’on dit », de « ce qu’on pense », de ce « qu’on prétend » et de ce qu’« on désapprouve ». Pour eux l’événement c’est aussi l’état et les réactions de l’opinion61. Et l’opinion est moins un ensemble de croyances, d’espoirs et de craintes, un faisceau de propositions contradictoires et enchevêtrées ou un discours redondant recueilli à la surface du social qu’un espace intermédiaire entre l’état des choses et les modes d’une pensée collective immédiate, un milieu contagieux et vibratoire où l’événement se forme et essaime. C’est une des originalités des journaux de 1789 que d’essayer de dire ce qui se passe sur cette frange de l’événement et de tenter d’en faire l’analyse. « La [...] fonction d’écrire les révolutions de la capitale, écrit en effet Tournon (Révolutions de Paris, IV, 2-8 août) nous fait [...] un devoir [...] de remonter à la source des faits, de découvrir la cause des changements qu’ils éprouvent passant par plusieurs bouches et de saisir les diverses nuances que prend chaque jour l’esprit public ». C’est un peu ce que fait Gorsas (Courrier, no VIII, 13 juillet) lorsqu’en annonçant le renvoi de Necker, il en anticipe les effets sur le public parisien et décrit la propagation de la nouvelle. Voulant suivre par le menu les faits qui conduisent les « motionnaires » du Palais-Royal à marcher sur Versailles, le 30 août, il esquisse une sorte de généalogie où l’événement apparaît comme une cascade, une accumulation d’effets de résonance qui se développent dans l’opinion (Courrier, no LVI, 1er septembre). Il commence par présenter un bref bilan de l’état des choses, en cette fin de mois où après la grande nuit du 4, l’Assemblée a poursuivi ses travaux sur la Constitution, discuté du problème des cultes et connaît depuis quelques jours de tumultueuses séances sur la question de la sanction royale (le veto). C’est dans cette situation tendue et instable que, le samedi 29 août, se répand dans Paris le bruit que Mirabeau a adressé une lettre aux districts confirmant l’existence, au sein de l’Assemblée Nationale, d’une coalition pour reconnaître au roi un droit de veto absolu. Les hypothèses sur les conséquences catastrophiques d’un complot qui depuis quelques temps déjà hante les esprits vont bon train, à mesure que court la rumeur. Dans cet état d’incertitude où l’appréhension du complot est déjà diffuse, c’est l’arrivée d’un bruit qui sert de rampe pour lancer l’événement. Tandis qu’il se propage un second survient dès le lendemain : la comtesse d’Artois va quitter Paris pour Turin. On prévoit déjà une coalition des monarques étrangers (deuxième complot) et on imagine la liberté anéantie et l’aristocratie triomphante ordonnant l’exécution des citoyens patriotes lorsqu’éclate un troisième bruit : Mirabeau serait mort, empoisonné. D’audacieuses motions sont proclamées au Palais-Royal. On demande des armes et. ce dimanche 30 août à 11 heures du soir un peuple nombreux se porte en direction de Versailles. L’intervention de la garde bourgeoise fait avorter l’entreprise. Nous assistons ainsi à la formation de l’événement. Le journaliste décrit une niche d’apparition, un processus de déclenchement fait de la rapide convergence de trois rumeurs et le résultat immédiat (motions et marche) sans doute accéléré par d’habiles propagateurs. Au sein de l’opinion la rumeur fait hypothèse et stimule les interprétations. Dans le creuset de l’événement, l’état de l’information spontanément interprétée se transforme en actions immédiates. Cette mutation soudaine qui s’effectue sans l’aide d’un appareil logique obéit à la loi irrépressible de l’urgence. Selon le texte du Courrier de Corsas, l’événement se confond avec le travail de l’opinion. L’analyser revient à décrire la propagation des nouvelles et des bruits dans l’esprit public et leurs cristallisations immédiates en gestes collectifs. Si son origine est une croyance incertaine ou une information erronée (Mirabeau n’est pas mort ; a-t-il écrit cette lettre ?) il se découvre et semble se définir, sous l’œil de Gorsas, comme la résonance des bruits qui le composent62.

  • 63 Journal politique-national, no 2 (Séance du 17 juin) : « Il serait difficile d’exprimer la sensati (...)
  • 64 Le retour de Necker : « Quand on l’a annoncé à l’Assemblée Nationale, le plaisir dont tout le mond (...)
  • 65 Voir les Révolutions de Paris, VIII, 13-18, à propos des événements du 30 octobre et du 1er septem (...)

94Cette « acoustique » particulière mobilise l’espace. La chambre de résonance la plus efficace, celle par laquelle presque tous les événements passent est alors l’Assemblée Nationale. Ils peuvent naître en son sein et y trouver immédiatement leur écho63 ou venir de l’extérieur et y développer spectaculairement leurs effets64. A chaque séance, adresses et motions y sont lues et provoquent des réactions. Une masse d’informations par ailleurs sporadiques et localisées trouvent là un espace commun et un volume nouveau. Les échos des débats de Versailles peuvent répondre à ceux de l’Assemblée de Paris comme à ceux venus des comités de districts ou des réunions informelles du Palais-Royal. L’événement se présente alors comme une vaste interférence, multiple et fluctuante65. Parcourant l’espace la résonance fait boucle et vient stimuler son origine. Partie de Versailles au matin du 5 août, avec les nouvelles, une traînée d’enthousiasme passe dans les provinces, et du Sud et de l’Est remonte vers l’Assemblée en une avalanche d’adresses (voir la Suite des nouvelles de Versailles du 14 août). Assemblée des Electeurs de Paris, districts, Palais-Royal, Assemblée Nationale, périodiques divers, opinion publique, province et étranger, la multiplication des espaces de résonance, la création en nombre de nouveau modes de médiation (journaux et bureaux de correspondance) comme les cordes d’un immense instrument font l’armature concrète de ces nouveaux phénomènes de résonance. Ce qui se passe en A trouve écho en B puis ou simultanément en C et en D et vice versa. Avant que Paris ne devienne le centre exclusif, la « tour de contrôle » des cercles de résonance, tout espace semblait pouvoir être à la fois centre et milieu. L’espace politique et symbolique qui naissait ainsi se composait comme un territoire-écho. Suite d’effets et de contre-effets, d’échos, de retours de l’écho retransmis et parfois concertants, l’événement est un espace-temps en action, un territoire aux replis vibratoires multiples. Dans le filigrane de l’événement, cette marée de rumeurs, de nouvelles et d’actions tisse une sorte d’étoffe commune où commence à se découper la forme d’une nouvelle création historique : la nation.

  • 66 « Dans l’hologramme chacune des parties (du tout) contient une image de l’objet entier. La partie (...)

95La résonance s’effectue aussi dans l’organisation des énoncés. Comme de petits instruments dans un grand orchestre, les petites formes (anecdotes et faits divers) s’emboîtent et s’intègrent dans la grande forme (le récitatif général). Dans le tissage du texte, les petits composés de circonstances, les brefs messages placés au plus près du mouvement événementiel répondent aux grandes suites narratives et interprétatives. La description micro-conjoncturelle fait écho à la série générale, l’ouvrant aux variations de l’aléatoire. La résonance n’est pas seulement faite du parcours qu’un son ou un message peut effectuer dans l’espace, elle se forme aussi dans la structure générale de l’énoncé de presse. Cette « vibration intérieure » n’obéit pas vraiment à un corps de règles (rhétoriques par exemple), elle frappe cependant l’oreille et passionne la mémoire. Elle est l’emblème acoustique propre, le timbre singulier de l’événement. De petites scènes, des anecdotes, de brèves relations d’incidents apparaissent comme des doubles ou des répliques concentrées du récit du grand événement dans lequel chacun est emporté. L’événement montre sa multiplicité, fomente son mouvement et répète sa structure dans le miroir immédiat de petites actions, de vignettes ou d’allusions qui ne cessent de le reproduire en réduction. A Angers aussi on prend la citadelle et l’émeute y est « semblable à celle de la ville de Paris » (Suite des nouvelles de Versailles, 22 juillet). La micro-société enfantine reproduit en son sein les gestes des grands : attroupements « dans les rues avec de petits tambours, des sabres de bois très aigus, des piques armées de fer-blanc » (Révolution de Paris, V, 12) ou ce « supplice de la corde que de malheureux enfants figurant des patrouilles allaient infliger à un de leur camarade qui ne s’acquitait pas bien du devoir » (Courrier national, no 40, p. 8, 19 août). Ainsi l’événement résonnait-il en lui-même par ses modes d’expression et par ces rapports intermittents de ressemblance et d’interférence entre ses parties et son tout. On pourra, pour nommer cette propriété, penser sans doute à un processus métonymique, considérer l’événement comme une image, un trope, une figure de sens, s’offrir la petite volupté de voir vibrer la matière de l’imaginaire, et s’évader un instant, vers les espaces sécurisants de la symbolique. Nous en voudra-ton de préférer y voir un phénomène proche de l’hologramme66, une relation inscrite à la fois dans la matière de l’information et dans le travail de la perception (la mémoire), un des modes de conjonction entre la pensée et la toujours étonnante – bien que souvent imperceptible – trépidation des choses ?

Problèmes et perspectives

96L’événement-révolution esquisse une ouverture – ou fait une brèche – dans le modèle relativement fermé de l’information ancienne. 11 inaugure de nouveaux dispositifs, liés à la mobilité imprévisible des conjonctures, à la nature diversifiée de la matière communiquée, à la relativité de l’espace-temps. La durée et l’étendue qui jusqu’ici étaient plutôt conçues comme séparées vont procéder d’une même complexité faite de discontinuités, de ruptures, de vitesse, de résonance. Dans l’expérience socio-historique collective qui commence en 1789, cette proximité contribue à l’émergence d’un nouveau réel. De même que s’estompe la lisière entre espace et temps celle qui court entre les données circonstancielles d’une conjoncture et la forme démonstrative ou la puissance impérative des grandes maximes tend à devenir incertaine. Les propositions générales du discours politique et philosophique ne sont plus seulement « réfléchies » ou placées dans la distance d’une perspective historique (Rousseau, Montesquieu) elles semblent s’effectuer hic et nunc dans une sorte de vérité immédiate placée à portée de main, de regard et de voix. La chaleur, « l’émotion » de l’événement naît de cette rencontre passionnée entre les grands principes (philosophiques, éthiques, politiques) et la poussée d’une conjoncture en mouvement. La maxime rentre dans les faits, les faits adhèrent à la maxime. Cette symbiose rend possible de nouveaux énoncés politique où la proposition sera un mode de l’action ou un effet de l’urgence moins proprement théoriques et déjà, comme on le dira plus tard, idéologiques. Mais cette interférence entre le physique et le métaphysique qui fait l’événement révolutionnaire bouscule aussi la barrière qui partage les mots des choses. Voilà que le langage ne se suffit plus d’être l’enregistreur de l’information, le refuge du concept ou de la fiction, le nid des fantasmes et le laboratoire des images, qu’il prétend agir ou faire agir, se mêler aux circonstances, suivre le pli des conjonctures et entrer un peu dans les choses. S’agit-il d’un égarement, d’une perversion, d’une maladie ou d’une invention ? Les conceptions « littéraires » du langage ont tendance à dire et à croire que le langage et l’écrivain se fourvoient dès lors qu’ils s’acoquinent à l’événement. La littérature conserverait ses trésors en fermant ses territoires. Congénitalement séparée, elle s’échapperait vers d’autres êtres (chimères, fictions ou essences) et se « sauverait » en accédant à la « vraie vie » dès lors que les choses réelles deviendraient sérieuses. La question ne saurait être tranchée, il s’agit là d’un problème consubstantiel à l’événement qui fait vaciller la frontière entre le monde et le langage.

97Le décloisonnement des énoncés, le processus de désenclavement du territoire, une éclosion continue d’interférences et de simultanéités, l’avènement de la nation comme concept fondateur et comme mode concret du devenir historique font que l’événement révolution est moins une coupure linéaire, une rupture entre un avant et un après qu’une époque où une couche et des modes de réel jusqu’ici inaperçues ou malaisément appréhendés imposent leur évidence. On retrouvera là l’un des souhaits de la pensée des Lumières qui rêvait d’une humanité libérée de ses erreurs et de ses préjugés et qui sache maîtriser ses pulsions et ses fables pour instaurer la justice, conquérir la vérité et faire l’apprentissage des choses. Les événements de 1789, à travers ce qu’en dit la presse, peuvent apparaître comme le moment où une suite de lentes transformations et de dérèglements sociaux achève sa période en une sorte de séisme qui apprend à la conscience collective que les temps ont changé, que l’ancienne monarchie est révolue, qu’il faut construire un nouveau régime. L’événement est certes largement symbolique, il procure la certitude de l’accompli et réunit dans une cristallisation soudaine et dans une constellation puissante un fulgurant résumé du passé, la fondation d’un temps nouveau et une archive ou un monument de mémoire qui servira de repère pour l’histoire universelle. Dira-ton que cette « découverte » rétrospective, un peu naïve peut-être, mais riche d’inventions futures n’est qu’une illusion lyrique ? et que les insurgés de Paris ont abattu un tigre de papier ? Mieux vaudrait sans doute s’aviser de la façon dont l’événement traduit, déforme, transforme et exploite pour la connaissance collective l’énergie et les forces qui ont sourdement travaillé au cours du temps long. L’événement ici n’est pas qu’une passagère onde de surface. De la période aux circonstances et de la conjoncture aux cycles, il construit des médiations entre différents niveaux et modes d’expérience.

98De l’attentat à l’émeute, de l’entrée solennelle aux foires périodiques, des somptueuses funérailles des princes aux sièges et aux batailles, les événements pouvaient se distribuer en une typologie simple. Le geste de Damiens prolongeait la série des régicides. 11 trouvait dans la mémoire collective une structure d’accueil comme si existait déjà un lien de pertinence entre ce qui survient et un maillage préalable, des modes d’analyse et des types d’énoncé correspondants. Ce mode de reconnaissance existe en 1789, pour des parties ou des modes de l’événement (émeute, entrée solennelle, Etats Généraux...) mais rien ne préexiste vraiment qui apparaisse comme le modèle de sa totalité spécifique. Les révolutions d’Angleterre et d’Amérique ne sont alors sous la plume des journalistes qu’un pointillé d’allusion sur l’horizon de la mémoire. L’événement-révolution apparaît donc comme fondateur. Il commence une série qui va parcourir l’Europe et les autres continents au cours des siècles à venir (1789, 1830, 1848, etc.) inaugurant spectaculairement ce qu’on a appelé « l’ère des révolutions ». Cette position de « tête de série » définit un nouveau type d’événements. Non plus celui qui peut se développer, se comprendre et se décrire par référence à un programme antérieur ou à un pli déjà formé dans l’état des choses et qui se redéploierait dans un nouveau dispositif de circonstances. Mais à l’inverse celui qui servira de point d’origine et de grille d’analyse à des « rééditions » ultérieures, qui se déplie dans ses suites et dans ses effets, qui s’articule, s’expose et s’accomplit en un ensemble d’effectuations différées dans le cours ultérieur du temps et prend figure et sens par ses modes de devenir dans les choses et dans la mémoire (voir la série très tôt commencée des commémorations et des anniversaires). Ce retournement de la perspective du temps qui projette l’événement vers le futur fait partie d’une révolution qui pourrait aussi s’accomplir dans les conditions et les modes de la connaissance, où l’événement ne serait plus seulement ordonné linéairement par une succession de causes et déroulé en une chronologie simple qui va du passé au présent puis au futur, mais où il serait plutôt formé par le double mouvement qui traverse le présent et va à la fois du passé vers le futur et du futur vers le passé. Il revient sur lui-même, se fomente et se comprend dans les boucles de ses effets et sa restitution suppose une transformation, un enrichissement, un dépassement de la notion habituelle de causalité.

  • 67 Voir en particulier les ouvrages de R. Thom, G. Deleuze, E. Morin, H. Reeves...
  • 68 H. Reeves. L'heure de s’enivrer, Seuil, 1986, p. 123.
  • 69 Voir L. Sfez, Critique de la communication. Seuil, 1988.
  • 70 « [L’événement] n’a d’autre existence scientifique que de provoquer une multiplicité d’interprétat (...)
  • 71 P. Nora, ouvr. cité. p. 211.

99Observée dans sa presse, la Révolution pousse le chercheur vers une problématique ouverte de l’événement que mathématiciens, philosophes, astrophysiciens, sémioticiens, ethnologues et historiens ont commencé à formuler et à vulgariser67. Les journaux de 1789 sont une archive et un matériau qui peuvent contribuer à prolonger – éventuellement à modifier – les sentiers expérimentaux et les allées théoriques déjà tracées. Sans revenir au schéma circonstanciel élémentaire (qui, quoi, où, quand, comment...) qui fait, dit-on, le rudiment du journalisme et sans oublier le très problématique article de l'Encyclopédie (« Evénement ») qui lie l’idée d’événement à la possibilité et aux limites de tout système définitionnel (le dictionnaire lui-même), on retrouve en effet dans cette archive de quoi nourrir une théorie des séries, des flux, des singularités et du point aléatoire (Deleuze), une topologie des membranes et des plis (Simondon, Deleuze), une conception des catastrophes et de la morphogénèse (R. Thom, E. Morin). On y rencontre des phénomènes comparables au processus de surfusion ou de cristallisation immédiate qui, un jour d’hiver 1942 transforma soudain les chevaux du lac Ladoga en sculpture de glace68. Face à un événement qui apparaît à la fois comme un avant et un après, un dedans et un dehors, un immédiat et un lointain, un discours abstrait et une pure circonstance, une unité indivisible et une fragmentation permanente, l’observateur peut alimenter sa réflexion sur l’unité paradoxale du réel. En fait la richesse d’un corpus de presse original lui présente pratiquement toutes les composantes (philosophiques, politiques, sociologiques, sémiotiques, technologiques même) des théories locales ou générales de la communication69. Est-ce assez dire que l’événement-révolution est un champ de questions, un écheveau de problèmes épistémologiques ? Pour le comprendre se réfèrera-t-on à la nature, aux hommes (actions et idées) ou aux systèmes de communications ? Si l’événement se forme et se mesure par ses effets, comment observer scientifiquement un phénomène qui aurait le pouvoir de s’auto-évaluer et dont la réalité ne serait que celle de son archive70 ? Comment parvenir à l’isoler s’il est inséparable d’un tissu conjonctif de circonstances instables, s’il se confond avec la diversité et la variabilité de ses états ? L’incertitude est la compagne du chercheur, elle nourrit son inquiétude et commande ses gestes. N’est-ce pas le propre de toute science sociale et humaine et même de l’histoire que de partir du dehors de l’événement pour venir l’observer du dedans et inversement d’en sortir pour le soumettre à l’interprétation et à des procédures d’évaluation éprouvées ? Si le journaliste et l’historien occupent les pôles du système, ils ne sont pas sédentaires au point de ne jamais échanger leurs itinéraires. Le succès médiatique de l’histoire le prouve. Aussi a-t-on peine à concevoir que l’événement puisse disparaître du menu de l’historien. 11 a même quelques raisons de devenir pour lui un morceau de choix. Non seulement comme objet de récit ou de mise en scène mais aussi comme ensemble de phénomènes sériels. Le corpus de la presse d’information constitue en séries l’une des archives sociales de l’événement. Et, saisi à ce niveau, l’événement oblige à problématiser l’usage des séries puisqu’elles apparaissent à la fois comme homogènes et instables, concurrentes et conflictuelles. Il s’agira moins alors de décrire ou d’expliquer tel ou tel événement que d’analyser l’événementialité comme un processus socio-historique spécifique et un ensemble de formes et de phénomènes dynamiques inséparables de la production de l’information et de l’évolution des opinions. Le caractère propre d’une société et d’une époque apparaît sans doute aussi dans sa manière de secréter, de percevoir, de transmettre, d’approprier, d’interpréter ses événements. Faire l’histoire des modes, des fonctions et des stratégies de l’événement est sans doute indispensable pour construire une anthropologie de notre mémoire sociale. « Cette histoire attend son Clausewitz »71.

100Sera-t-on accusé de contribuer, par de telles entreprises, à aseptiser l’événement-révolution et à le priver de son énergie originelle ? A l’écart des fêtes de mémoire où le spectacle a souvent un parfum de funérailles, où l’événement dort sous l’oripeau comme momie sous bandelettes et où par une sorte d’antiphrase inconsciente la cérémonie semble proclamer que les révolutions sont accomplies, ces perspectives, parmi d’autres, permettront peut-être de trouver dans l’événement un gisement de travaux inédits et un foyer d’apprentissages nouveaux.

Notes

1 J. Gaulmier, Un grand témoin de la Révolution et de l’Empire : Volney, Hachette 1959, p. 164.

2 R. Bloch, préface à Soboul, La civilisation et la Révolution française, II, La Révolution française, Artaud, 1982, p. 13.

3 Celles aussi de certains analystes de la communication. Voir l’ouvrage de L. Sfez, Critique de la communication, Seuil, 1988. En particulier 1ère partie, 2, « Naissance du tautisme», p. 81-117 : « J’ai l’illusion d’y être, d’en être, alors qu’il n’y a que découpages et choix préalables à mon regard ».

4 « Le retour de l’événement » in Faire de l’histoire, tome I, Gallimard, 1974, p. 224 : « Le déploiement d’un événement n’a rien d’arbitraire. Si ce n’est son apparition, du moins son surgissement, son volume, son rythme, ses enchaînements, sa place relative, ses séquelles, ses rebondissements obéissent à des régularités qui donnent aux phénomènes les plus lointains en apparence une parenté certaine »...

5 Le nouvel esprit scientifique, 1934, 14e édition, 1978, p. 16-17.

6 Journal général de France (abbé de Fontenai), Gazette de France, Journal de Paris.

7 Gazette de Cologne, Gazette de Liège, Gazette des Pays-Bas, Nouvelles extraordinaires de divers endroits (Gazette de Leyde).

8 Lettres du Comte de Mirabeau à ses commettants, Assemblée nationale, Journal des états généraux (Le Hodey), Suite des nouvelles de Versailles, Le Courrier de Versailles à Paris et de Paris à Versailles, Le Déclin du jour, Révolutions de Paris, Journal politique national, Le Véridique ou le courrier patriote, L’Ami du peuple, Le Fouet national, Annales politiques et littéraires de la France, Le Patriote français, Journal de la ville, Vérités bonnes à dire.

9 Le Dénonciateur national, Tout ce qui me passe par la tête, La Première, la deuxième, la troisième... aux grands, Code de la Patrie, Annales parisiennes, politiques et critiques mais véritables, Le Tribun du peuple.

10 Journal général de France, Gazette de France, Gazette de Cologne, Le Véridique, Le Courrier (de Gorsas), Révolutions de Paris, Suite des nouvelles de Versailles, Journal politique-national, Assemblée nationale, Le Dénonciateur national, L’Ami du peuple.

11 On pourra retrouver la trame des événements de 1789 en consultant la chronologie établie par P. Rétat pour le no 20 (1988), de la revue Dix-Huitième Siècle, p. 9-32.

12 Journal des Etats généraux (Le Hodey), 15 juillet au soir, p. 39 : « Cette séance durait depuis 60 heures, c’est-à-dire depuis lundi 9 heures [12 juillet] jusqu’au mercredi [l5 juillet] 10 heures du soir ; il était temps qu’elle se termina » [sic].
Courrier national, no 13 (14 juillet) : « la séance d’hier [l3] n’a point discontinué toute la nuit, l’inquiétude de l’assemblée a fait rester la majeure partie de ses membres ». No 14 (séances du 14 juillet au soir et du 15) : « L’assemblée ne s’est point séparée de la nuit ».
Suite des nouvelles de Versailles, no IX, 15 juillet : « Nous reviendrons particulièrement sur la mémorable séance des Etats généraux du 13 ainsi que sur celle d’hier » [14].

13 « On peut voir dans les numéros XII (19 juillet) et XIII (20 juillet) la peinture que j’ai faite de l’entrée [du roi] lors de la première Révolution » (Courrier, no XCII, 8 octobre.

14 Paris ne tardera pas à absorber Versailles dès lors que le 19 octobre l’Assemblée y installera ses séances. A elle seule la capitale résumera la France. Brissot le laisse entendre à sa manière : « Paris est l’œil de la France. Il n’est pas un seul citoyen qui n’y veille sur les intrigues de nos ennemis, qui ne soit prêt à périr pour elle » (Le Patriote français, no LXII, 6 octobre).

15 S. Lupasco, « La logique de l’événement », Communication, no 18.

16 Voir les Actes du colloque à paraître aux éditions du C.N.R.S. et Les trente récits de la Journée des tuiles, Presses universitaires de Grenoble, 1988.

17 Voir cependant les nombreuses pages consacrées par M. Delon au phénomène révolutionnaire dans L’Idée d’énergie au tournant des lumières (1770-1820), PUF, 1988.

18 P. Nora, art. cit., p. 223.

19 « Une ville [Paris] où l’on se jette en gloussant sur tout événement comme un poulailler sur une grain de raisin », Horace Walpole, Lettre à Lady Henry, 15 janvier 1766, in Lettres d’H. W., Paris, Perrin, 1872.

20 Même les événements de moindre ampleur sont pris dans cette alternance. La Suite des nouvelles de Versailles, dans son no du 31 juillet, reconnaît qu’« après avoir eu la douleur d’annoncer à [ses] lecteurs les scènes affligeantes qui se sont renouvelées dans les différentes parties du Royaume, il est bien doux [...] de pouvoir annoncer une fête qui honore à jamais les généreux français qui l’ont donnée.
La ville d’Evreux pour célébrer ces heureux événements qui ont suivi nos désastres s’est formée en milice bourgeoise composée de cavalerie et d’infanterie, a délivré des prisonniers qui pouvaient l’être sans blesser la loi et a fait allumer un feu de joie par la main de ces infortunés ».

21 « Quelle que soit l’étendue que nous donnions au récit d’une Révolution qui captive à juste titre l’attention générale il nous est impossible, par les bornes nécessaires de notre feuille, de satisfaire à tous égards sur le champ la curiosité du public », Gazette de Leyde, (7 juillet).

22 Le Courrier de Corsas, par exemple, no XX, 27 juillet, (lundi) : « un événement des plus étranges a retardé ce numéro, retardera sans doute le numéro de demain. Celui de Mercredi [29] paraîtra à l'heure ordinaire ».

23 Voir notre article « Le récit d’événement dans la presse de 1789 », Dix-Huitième Siècle, no 20 (1988), pp. 103-106, et « Le récit des gazettes », in L’Attentat de Damiens... CNRS/PUL, 1979.

24 Voir P. Rétat et Cl. Labrosse, « La forme du journal en 1789 », Cahiers de textologie, no III, à paraître. Voir aussi les travaux de J. Guilhaumou.

25 Le Courrier de Corsas, no II. 6 juillet (à propos de la présidence de Bailly à l’Assemblée) : « sous cette présidence les grands événements préparés sous l’administration précédente sont sur le point de se réaliser ». Annales parisiennes, politiques et critiques... (1er avis) : « l’événement le plus extraordinaire dont l’histoire puisse parler ».

26 Le Véridique, no 51, 7 octobre : « Jamais séances ne furent aussi fécondes en événements extraordinaires que celles dont nous avons à rendre compte ».

27 Gazette de Leyde, no LXXXIII, 13 octobre (Lettre de Paris, 5 octobre) : « La Journée d’aujourd’hui a été fertile en événements [...] ».

28 Gazette de Leyde, 24 juillet : « Jamais pourtant événements dans ce genre [les luttes de la liberté] ne furent plus éclatants, plus rapides, plus étonnants dans toutes leurs circonstances [...] ».

29 Le Courrier de Gorsas, no IX, 15 juillet : « dans cette crise des événements actuels...».

30 Gazette de Leyde, no LXXXIII, 13 octobre (Paris, 5 octobre, 7 heures du soir) : « Nous voilà encore à un moment critique, plus critique peut-être que tous ceux que nous avons déjà passés ».

31 Journal politique-national, no 16 : « S’il existait sur la terre une espèce supérieure à l’homme, elle admirerait quelquefois notre instinct ; mais elle se moquerait souvent de notre raison. C’est surtout dans les grands événements que nos efforts suivis de tant de faiblesse et nos projets accompagnés de tant d’imprévoyance exciteraient la pitié ».

32 Voir R. Favre, « Le fait divers en 1778 », dans L’Année 1778 à travers la presse traitée par ordinateur, PUF, 1982, p. 113-136, et R. Favre et J. Sgard, « Le fait divers », dans Presse et Histoire au XVIIIe siècle, Vannée 1734, p. 199-225.

33 Robert Favre compte 23 indications d’émeutes sur 159 occurrences pour 6 journaux de 1778, gazettes étrangères pour la plupart, art. cit., p. 115-116.

34 Voir sa communication au colloque de Vizille (juin-juillet 1988), à paraître.

35 Voir les remarques de R. Favre à propos des émeutes de Toulouse (ouv. cité., p. 127).

36 Le 29 septembre, un pauvre étant décédé sur le territoire de cette paroisse, un litige s’élève entre le pasteur et les parents du défunt au sujet des honoraires. Les femmes du quartier s’emparent du cadavre et font procéder en cortège à l’inhumation. La population assemblée commençant à faire des motions la garde doit se montrer pour que le calme revienne (voir la Gazette de Liège, du 7 octobre).

37 Ignorant sans doute qu’il formulait un principe de communication sociale, le comte de Bussy écrivait le 23 mai 1672 à Mme de Sévigné : « Quand on n’est que spectateur, on aime les événements », Lettres de Messire R. de Rabutin, Comte de Bussy, Paris, de Laulne, 1697.

38 Dans un « Extrait d’une lettre des Pays-Bas du 17 juillet », la même gazette (20 juillet) se fait encore l’écho de la rumeur : « Depuis le renvoi de Necker, toutes les nouvelles de Paris n’annoncent que des désastres : tout y est bouleversé. On dit qu’à cette date, il y a plus de 10 000 personnes tuées. Royal Allemand qui a été le premier à faire feu sur le peuple, a dit-on, été totalement détruit et dispersé. Le Prince de Lambesc colonel de ce régiment, avait eu des propos insultants pour les gardes françaises et pour le peuple ; dans la bagarre on s’est rué sur une personne que l’on a prise pour ce colonel et on a percé cette malheureuse victime de plus de 200 coups d’épée. On dit encore que le Roi voulait quitter Versailles etc. ; mais qu’on l’en a dissuadé. Enfin le chapitre des on dit n’a jamais été aussi étonnant ; il est permis, même sensé d’être en réserve sur le degré de croyance qu’on doit y donner, mais au total la fermentation est extrême ».

39 Gazette de Cologne, Supplément du 21 juillet, Paris, 15 juillet.
Du 14 : « Il y a eu ce jour-là la plus incroyable énergie dans la nation. Les patrouilles les plus nombreuses et les mieux ordonnées parcouraient les rues. L’ordre public rétabli aurait dû favoriser l’ouverture des boutiques si la crainte n’avait pas été le partage des marchands. Les Electeurs ont reçu une députation de 60 honorables membres de l’Assemblée nationale. Ceux-ci ont promis d’employer tous leurs bons offices pour ramener le calme et la paix en faisant éloigner les troupes répandues entre la capitale et Versailles. Vers les 2 heures de l’après-midi, il y eut la plus grande rumeur du côté de la Bastille. L’indignation s’était emparée de tous les esprits, en ce que, sur la parole de Mr de Flesselles, nouveau prévôt des marchands, une compagnie bourgeoise, très nombreuse, s’était transportée à la Bastille pour y avoir des armes et des munitions de guerre. Qu’a fait le gouverneur ? Il a laissé entrer dans la cour du château cette garde bourgeoise ; puis il a fait lever le premier pont-levis de manière que nos malheureux citoyens ne pouvant plus sortir par aucun côté, ont été massacrés à mitraille. La déloyauté d’un pareil procédé a mis les armes à la main parmi les plus braves de Paris qui se sont rendus avec les gardes françaises devant la Bastille, vers les 4 heures du soir. Rien de plus rapide que cette expédition ; les soldats nationaux et les bourgeois, ont donné les preuves du plus grand courage ; ils sont parvenus à s’emparer de cette forteresse en moins de deux heures, non sans avoir répandu beaucoup de sang ; c’est la bombe qui a emporté la victoire encore plus que le canon : enfin vers les 6 heures les ponts-levis et les portes ont été brisés ; les bourgeois et les soldats, l’épée à la main, ont enlevé le fort ; tout a capitulé ; mais les Français n’ont pas cru devoir pardonner la déloyale conduite du gouverneur nommé le Chevalier de Launay ; ils ont enveloppé dans la même proscription le sous-gouverneur. Ces deux hommes ont été conduits à la place de Grève et là, on leur a tranché la tête. Puis ces têtes sanglantes placées chacune au haut d’une pique au milieu des vainqueurs, ont été promenées dans Paris et au Palais-Royal. On a détruit un grand nombre de canoniers invalides, en leur brûlant la cervelle ; on en a vu deux pendus au coin de la rue de la Vannerie ; mais incontinent s’ouvre une autre scène d’horreur : on s’aperçoit que le prévôt des marchands lui-même trahissait ; on enlève ce magistrat du sein des électeurs, il est traîné sur la place de grève et là on l’oblige à se mettre à genoux ; on lui casse la tête, on la lui coupe ensuite ; on la place au haut d’une pique ; et l’on porte ce trophée sanglant dans toute la ville. La nuit est venue ; une énergie sombre animait tous les cœurs, chacun s’encourageait : l’Amour de la patrie réunissait tous les individus, pénétrés du charme de la liberté et prêts à mourir plutôt que d’en abandonner la conquête. Toutes les rues étaient illuminées, et l’on voyait avec plaisir tous les Parisiens bien disposés à faire bonne contenance, si l’armée royale avait voulu tenter une entrée dans Paris ».

40 Voir l’organisation du no XXI des Révolutions de Paris (3 décembre) où la présentation de la semaine trouve son sens dans un éditorial liminaire suivi du récit des événements et du compte rendu des séances de l’Assemblée.

41 No XIII, 18 juillet : « L’apparence des plus grandes calamités a été souvent l’aurore du bonheur ». N ° XII, 17 juillet : « Nous avons ajouté dans notre no 9 [...] que la sanglante journée du mardi préparait les plus grandes et les plus heureuses révolutions ».

42 La forme élémentaire du montage est la juxtaposition avec ses effets de décalage et d’enchevêtrement. Voir la fragmentation de l’énoncé dans les livraisons du Fouet national, voir la succession des paragraphes séparés de la Gazette de Cologne du 21 juillet qui enregistrent chacun un item événementiel différent, voir aussi les no VII, IX, XIII et XIV du Courrier de Corsas où alternent récits d’événements et comptes rendus d’Assemblée.

43 Gazette de Cologne (Supplément du 23 juillet) : « Dans le trouble où nous étions, il n’était guère possible de tout voir et de tout apprécier [...] ». Courrier de Gorsas, no XCI, 6 octobre : « Telles sont les circonstances dans lesquelles j’écris [...] ». Suite des nouvelles de Versailles, 5 octobre, p. 7, sous la rubrique « Variétés » : « A l’heure où nous écrivons ceci un peuple immense composé d’hommes, de femmes armées de picques, d’épées, de fusils mêmes, sorti des murs de Paris, vient de se porter à Versailles [...], à l’heure actuelle on demande des canons [...]. Il fait un temps affreux. Tout est dans la plus grande consternation ».

44 A. Moles, Théorie structurale de la communication et société, Masson, 1986, p. 15.

45 J.P. Faye, Théorie du récit, Hermann, 1972, p. 70-71.

46 Révolutions de Paris, I, 11-12 : « [Flesselles] promettait sans cesse de délivrer des armes et n’en délivrait point, lorsqu’enfin on se décide de marcher aux Invalides ; MM. de la Basoche, accompagnés d’une foule de personnes s’y présentèrent : déjà on escaladait les fossés et les murs lorsque les canoniers et les soldats invalides voyant que la résistance eût été vaine ouvrirent les portes ; on courut aux magasins d’armes ; on en découvrit des quantités innombrables ; on s’empara des canons ; le respectable curé de Saint-Etienne du Mont s’y rendit avec sa milice ; des citoyens accoururent en foule ; on prit les fusils avec acharnement depuis dix-heures du matin jusqu’au soir ; enfin il nous est impossible de dire quel est le nombre immense des armes enlevées ; quelques personnes les font monter à 26 mille sans y comprendre les pistolets, les sabres et les bayonnettes ». Voir d’autres exemples dans « Le récit d’événement… », Dix-Huitième Siècle, no 20, p. 109.

47 Révolutions de Paris, I, 29, restituant l’atmosphère du 19 juillet : « A chaque instant on arrêtait des convois ou des messages qui découvraient de nouvelles perfidies ; celui-ci avalait un billet dont il était porteur, cet autre était un hussard déguisé ; ensuite c’était une laitière ayant son pot au lait plein d’or, plus loin c’était un seigneur travesti en cocher [...] ».

48 Les livraisons du Fouet national offrent un exemple de cette écriture. Elles peuvent offrir à la fois une analyse de la situation générale, un récit extensif des événements parisiens mais aussi de brèves informations séparées par des blancs ou des filets :
III, 24 (6 octobre) : « Un convoi de 200 chariots de farine est pillé. Les jeunes gens de la Basoche qui l’escortaient ne reparaissent pas. On ne sait pas ce qu’ils sont devenus.
« On promène dans toute la ville, les têtes de deux gardes du corps au bout d’une pique ».
Ou encore proposer une série de courts-circuits soudains entre une information et une réaction critique :
Ibid (27 septembre) : « La bénédiction des drapeaux de 60 bataillons de la troupe nationale parisienne s’est faite à la cathédrale avec toute la pompe ecclésiastique et militaire. Ces drapeaux de la liberté naissante pourraient fort bien, par cette bénédiction devenir ceux de l’aristocratie. Tenez-vous sur vos gardes, bons parisiens [...].Ne vous laissez pas endormir par toutes ces belles cérémonies.
« Le comité des subsistances a envoyé en Hollande et en Angleterre des députés pour y acheter des farines. Pourquoi avoir recours à l’étranger ? N’y a-t-il pas [...] assez de grain en France ? Les routes ne sont-elles pas libres, les moulins ne peuvent-ils pas moudre ? Notre numéraire nous embarrasse ? ».

49 J. Lecuru et D. Masseau : « Reprends, hibou, ton vol ténébreux : Rétif et la Révolution», Le Français aujourd’hui, no 82, Lire la Révolution, p. 77.

50 G. Deleuze, Logique du sens, 15e série, UGE, 1973, p. 137-146.

51 Annales parisiennes, politiques et critiques..., I, p. 6 : « La rapidité avec laquelle les événements se sont succédé depuis le 1er juillet dernier semblerait d’abord annoncer qu’ils n’avaient jamais pu être calculés [...] ».

52 Gazette de Leyde, LIV, 7 juillet : « Cependant tout était encore dans l’incertitude, l’on ignorait si le Roi persisterait dans les résolutions [...]. L’incertitude où l’on était il y a 15 jours sur l’issue qu’aurait la désunion des ordres [...] ».
Ibid., Supplément, no LVIII, 21 juillet (Paris le 12 juillet au soir) : « Je reviens, en ce moment de Versailles, où tout est dans la perplexité et l’incertitude ».
Suite des nouvelles de Versailles, 5 août : « La portion sage du public qui pressent le plus surement ce que le frottement des opinions peut produire aura encore beaucoup de peine à croire un événement qui rend incertain tout calcul politique ».

53 Voir ce qu’écrivent les Révolutions de Paris (I, 28) à propos des événements du 15 juillet : « La bonté d’un prince ne suffit point à l’exempter d’erreur ; le flambeau de l’expérience rarement éclaire l’entendement des Rois. A chaque instant on arrêtait des convois [...] », et p. 29-20 : « il ne sait pas [...] ce politique si grand [le Comte de Mercy dont l’hôtel est investi par la foule] que le génie et les lumières des peuples déterminent les lois et non les rêves [...J de ceux qui se disent les maîtres de la terre » !

54 Voir G. Deleuze, Cinéma I. l’image-mouvement, Editions de Minuit, 1983,p. 92-93.

55 « Un événement est comme le hasard pour Cournot, la rencontre de plusieurs séries causales indépendantes », P. Nora, « Le retour de l’événement », ouvr. cité, p. 229.

56 H. Bergson, La pensée et le mouvant, Alcan, 1934, p. 8-9.

57 Annonces, affiches et avis divers, 3 janvier 1759, Avertissement.

58 G. Deleuze, ouvr. cité, p. 17.

59 Gazette de Leyde, LXXXI, 13 octobre : « Le bruit est que la troupe des femmes arrivée jusqu’à l’Assemblée nationale a voulu y entrer mais qu’on l’en a empêchée : d’autres disent que quelques autres y ont été admis ».

60 Suite des nouvelles de Versailles (30 juillet) : « Ce matin le courrier de la poste aux lettres arrivant à Versailles a dit en notre présence que M. le Prince de Lambesc avait été arrêté près de Metz par une patrouille bourgeoise de 27 personnes. Mais bientôt a ajouté ce courrier plus de 4 000 personnes se sont réunies et c’est sous cette escorte que M. de Lambesc a été conduit [...], le courrier pressé de continuer sa route n’a pas pu en savoir davantage ».

61 Journal général de France (abbé de Fontenai. 1er janvier 1789) : « Si vous entrez dans un club, dans un café, ce mot [Etats généraux] serait le premier qui frapperait votre oreille, dans une maison de même. Les bouches de nos jolies dames ne s’ouvrent plus que pour prononcer ce mot et pour étaler sur ce sujet des raisonnements à perte de vue. Les jeunes gens les imitent [....]. Enfin tous les gens sensés font aussi leur principe et même leur seule occupation des Etats généraux ».

62 Sur les relations entre la dynamique de l’événement et celle de l’écho, voir déjà nos observations dans L’Attentat de Damiens, p. 37-42.

63 Journal politique-national, no 2 (Séance du 17 juin) : « Il serait difficile d’exprimer la sensation et les effets divers que produisit cette mémorable séance. D’un côté on versait des larmes de joie ; on applaudissait avec ivresse. Un seul jour disait-on a détruit 800 ans de préjugés et d’esclavage, la nation a repris ses droits et la raison est entrée dans les siens. Le clergé et la noblesse pâlissaient, disparaissaient à tous les yeux et le Tiers-Etat était devenu la nation ». Suite des nouvelles de Versailles, 11 août (acceptation de l’extinction de la dîme) : « Les battements de mains, les cris de joie, les bravos ont succédé : la main du clergé était immobile, incertaine du parti qu’elle allait prendre. Tout à coup l’enthousiasme se communique, on se lève à droite, à gauche, on crie : vos noms au bureau. 500 voix transmettent ce vœu ; les cœurs s’amolissent, les figures prennent un caractère de noblesse, d’élévation : tout le clergé est debout, on se presse, on se pousse [...] ».

64 Le retour de Necker : « Quand on l’a annoncé à l’Assemblée Nationale, le plaisir dont tout le monde était saisi a suspendu la respiration ; le silence le plus général s’est fait aussitôt, les mains seules ne pouvaient pas se taire. Mais à peine a-t-on aperçu l’ombre de son habit que des battements de main inouis ont fait retentir toute la salle ; nous n’avons pas aperçu une personne et dans la salle et dans les tribunes qui ne participât à cette fête [...] », Suite des nouvelles de Versailles, 29 juillet.
La prise de la Bastille : « Il est facile d’imaginer l’effet que produisit le récit de ces événements funestes sur l’Assemblée [...]. Les tristes événements dont Paris était le théâtre avaient fait la plus profonde impression sur toute l'Assemblée », Journal général de France, no 85, 16 juillet.
Les journées d’octobre : « Plus de 4 000 femmes armées de toutes sortes d’instruments et placées dans les galeries criaient sans cesse à la diminution du pain », Le Véridique, no 51. 7 octobre.

65 Voir les Révolutions de Paris, VIII, 13-18, à propos des événements du 30 octobre et du 1er septembre.

66 « Dans l’hologramme chacune des parties (du tout) contient une image de l’objet entier. La partie contient le tout et chaque partie le contient », Pinson, Demailly, Favre, La Pensée, approche hologrammatique, PUL, 1985, p. 58. J. Sgard donne de ce phénomène une illustration éclairante lorsqu’il écrit à la fin de son livre sur la journée des Tuiles : « Elle offre dans sa rapide improvisation, dans la succession de quelques scènes symboliques une sorte d’image réduite de la Révolution », Les Trente récits de la journée des Tuiles, Presses Universitaires de Grenoble, 1988, p. 137.

67 Voir en particulier les ouvrages de R. Thom, G. Deleuze, E. Morin, H. Reeves...

68 H. Reeves. L'heure de s’enivrer, Seuil, 1986, p. 123.

69 Voir L. Sfez, Critique de la communication. Seuil, 1988.

70 « [L’événement] n’a d’autre existence scientifique que de provoquer une multiplicité d’interprétations qui dans leur totalité constituent le corpus d’information utilisable », J. Guiart, Clés pour l’ethnologie, Seghers, 1971, p. 10-11.

71 P. Nora, ouvr. cité. p. 211.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search