Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Les sources manuscrites, imprimées et orales

Texte intégral

1 – Les sources écrites

1Les listes nominatives des dix-neuf recensements de 1846 à 1946 (AMSE, série 1 F) ont fourni l’essentiel des données démographiques et sociales. Au-delà de la dimension démographique du Soleil, nous y avons relevé de la manière la plus exhaustive possible la composition de la population active et celle de la population des migrants pensionnaires (jusqu’en 1914), puis des étrangers. 5 391 fiches de ménages relevées entre 1846 et 1946 dans cinq rues du quartier (rue du Vieux-Soleil, de la Liberté, Beaunier, du Cros ; place du Soleil) ont ensuite permis de construire les 3/5 de notre corpus de 523 fiches de ménages reconstituées (1/5 du corpus a été construit à partir des listes électorales, 1/5 à partir des entretiens de l’enquête orale).

2Nous n’insisterons pas ici sur la nécessaire critique méthodologique de cette source quantitative classique en histoire sociale. Omissions (sur le travail des femmes ou les liens de parenté), imprécisions (sur les nationalités, le statut professionnel), incohérences involontaires ou non sont à la fois sources d’erreurs potentielles, et témoins des conditions de réalisation des enquêtes : la « vérité des chiffres » est d’abord une vérité sociale. Parmi les problèmes spécifiques à notre étude, nous soulignerons la toponymie fluctuante jusqu’à la fin du XIXe siècle (rues sans dénomination officielle jusqu’en 1886, quartier écartelé dans les registres) ; la très mauvaise qualité du recensement de 1881 (conservé seulement aux ADL : cahiers absents, ou en double ou triple exemplaires) ; les falsifications par gonflement artificiel de la population entre les deux guerres (particulièrement patentes en 1926) ; la valeur relative du recensement de 1946 au Soleil (le quartier ayant été bombardé en 1944, et la population n’étant pas toute revenue).

3Parmi les sources secondaires qui ont permis d’enrichir les fiches de ménages destinées à la reconstitution de généalogies familiales :

  • nous avons dépouillé de façon exhaustive les registres d’Etat civil de la commune d’Outre-Furan (1825-1855), puis utilisé prioritairement les actes de mariages de Saint-Etienne, après dépouillement des Tables décennales (jusqu’en 1880) et de Répertoires décennaux fort utiles (1860-1940, AMSE, série F.) ;

  • nous n’avons guère pu utiliser les listes électorales pour l’étude des mobilités. Leurs faiblesses sont majeures au regard de nos problématiques : enregistrement d’une partie seulement du corps électoral masculin ; absence de la « moitié du ciel », et des étrangers.

4Les sources annexes ont permis de développer certains thèmes de la recherche. Les archives fiscales (plans cadastraux de 1826 et 1864, et matrices : AMSE, série G) ont été complétées par les archives techniques municipales (AMSE, séries F, M, N, O, Q, R). Les archives de police et de justice (ADL, séries M et U ; AMSE, série I) sont d’une évidente richesse pour une appréciation des sociabilités formelles ou informelles, de la vie associative, et des problèmes de police générale. Les archives d’entreprises des ADL ont fait l’objet de sondages dans les cartons concernant leur politique foncière, immobilière et de patronage (ADL, série S et Houillères). Les archives du Service du Personnel de la Manufacture Française d’Armes et de Cycles (Manufrance) ont été consultées dans l’entreprise en 1983, lors d’une enquête collective sur l’industrie du cycle.

5L’enquête orale a été l’occasion d’accéder à des archives privées familiales (actes notariaux, livrets ouvriers, pièces comptables) ou associatives (archives de la Fraternité Protestante du Soleil). Parmi les sources imprimées, la presse locale n’a fait l’objet que de dépouillements précis autour d’événements exceptionnels (catastrophes minières, grèves) ou réguliers (fêtes de la Sainte-Barbe). Les archives de police du XIXe siècle contiennent des « revues de presse » sur les événements anciens, difficilement accessibles par ailleurs.

2 – Plans et iconographie

6Les nombreux plans conservés aux Archives Municipales (AMSE série 1 Fi) sont d’un intérêt inégal (petite échelle, imprécision des franges péri-urbaines) et dans un état parfois affligeant (plan cadastral de 1864, essentiel). Nous avons particulièrement utilisé les plans cadastraux de 1826 (Outre-Furan) et 1864 (Saint-Etienne), les plans à grande échelle, anciens ou récents, des cartons de voirie (AMSE, série O), et les plans au l/2000e, l/5000e et 1/10 000e de l’IGN.

7L’iconographie repose essentiellement, en l’absence de collection publique (voir cependant le fonds Léon Leponce, AMSE, et les archives du Musée de Saint-Etienne), sur des cartes postales et quelques-unes des 7 000 plaques de verre d’un photographe stéphanois ayant opéré de 1917 à 1950 (partiellement publiées par M. Muller et P.Y. Perrier, Le Photographe des Ponts-Archives d’un atelier de quartier à St-Etienne, St-Etienne, 1983, 152 p.).

8Les bobines de films d’actualités stéphanoises tournées entre les deux guerres, et partiellement présentées en 1983 et 1984 (Cinémathèque de St-Etienne) sont une source potentielle pour l’étude de la vie politique et sociale. De même que plusieurs bobines tournées entre 1947 et 1954 par l’abbé de la commune limitrophe de St-Jean-Bonnefonds : un regard presque ethnologique sur une population minière et passementière.

3 – Les sources orales

9Les sources orales ont été constituées lors d’une enquête de dix-huit mois (1982-1983) et soumises, au même titre que les sources « classiques », aux règles méthodologiques de la critique historique. Résultat d’un travail de reconstruction du passé à partir du présent selon des mécanismes psychologiques complexes, la mémoire enregistrée doit, en effet, être analysée autant comme un discours sélectif avec ses silences, ses « erreurs », ses images, etc., que comme récit des événements et des pratiques, pourvoyeur de données factuelles Confrontés en permanence aux sources écrites, les entretiens permettent d’enrichir considérablement l’approche anthropologique et généalogique en histoire sociale.

10Une centaine d’heures d’entretien, dont quatre-vingt environ enregistrés sur cassettes de 90 minutes, ont été transcrites pour analyse (environ 600 pages manuscrites). Quarante-deux personnes ont été interrogées, dont vingt-six femmes : cette proportion, résultat du hasard des renvois et de la structure par sexe des tranches d’âge élevées, a permis de dépasser le clivage sexuel habituellement constaté dans de nombreuses enquêtes orales. Les entretiens ont été menés avec des personnes seules, une seule personne dans un couple, ou les deux membres d’un couple. L’expérience a largement infirmé le postulat de « la présence muette de l’épouse » dans les cas d’entretiens avec des couples : tout dépend, en réalité, de la manière dont les contacts sont pris, et des conditions dans lesquelles les entretiens sont menés (horaire, nature du questionnaire).

11L’âge moyen du groupe est élevé : 75 ans pour les hommes, 78 ans pour les femmes. Treize témoins sont entrés dans la vie active avant 1914. Cet âge élevé a permis de reconstituer des généalogies familiales remontant fréquemment aux débuts de la IIIe République. Le corpus est professionnellement diversifié, mais essentiellement ouvrier, et largement caractérisé par des carrières de manœuvres ou ouvriers spécialisés. Les hommes interrogés étaient mineurs (4), métallurgistes (9) ou ouvriers dans d’autres branches (3). Les femmes étaient « ménagères » (n’ayant « jamais travaillé » après leur mariage : 4), ouvrières (19, au travail souvent intermittent), sages-femmes (2) ou employées de bureau (1).

12Il ne s’agit pas là d’un échantillon systématique et statistique reflétant la composition sociale et professionnelle du quartier. Le corpus s’est constitué progressivement, au gré des renvois individuels. Les témoins n’ont jamais été rencontrés à partir d’un groupe ou d’une autorité (mairie, association, syndicat, etc.). Il s’agit donc d’un ensemble de témoins non militants syndicaux ou politiques, même si nombre d’ouvriers ont eu des cartes syndicales, et participé à des activités associatives. L’analyse des relations entre témoins permet de dégager trois sous-ensembles principaux :

  • un groupe de dix ouvriers et ouvrières du cycle ;

  • un groupe de dix habitants du centre du quartier (place du Soleil, Vieux Soleil) ;

  • un groupe de huit octogénaires, le seul à former un petit réseau structuré par une très longue présence dans le quartier et des activités professionnelles et sociales communes (mine, lavoir...).

13La majorité des entretiens ont été menés en une séance (16) ou deux séances (10). La durée moyenne d’une séance était de 1 h 30 à 2 h. Une dizaine d’entretiens ont été menés en plus de 2 séances, et ont duré jusqu’à dix heures, permettant ainsi une approche approfondie des itinéraires individuels et familiaux, et de cerner les contours d’une mémoire collective du groupe ouvrier.

14Une connaissance préalable précise du « terrain d’enquête » conditionne l’élaboration d’un questionnaire adapté, et l’évolution des relation ultérieures avec les témoins. Les entretiens ont été menés sur le mode semi-directif à partir d’un canevas souple laissant les témoins, libres de leur discours autour des quatre thèmes proposés : itinéraire individuel et généalogie socio-professionnelle de la famille proche ; carrière du témoin insistant sur les passages (école-travail, par exemple) et les temps forts de l’existence ; définition du quartier et des pratiques des espaces et des temps ; vie du quartier, vie de quartier, et perception du changement vécu. L’analyse des transcriptions a ensuite été thématique, après repérage des thèmes abordés au tout début des entretiens, tout aussi lourds de sens que certains silences implicites ou explicites (sur la « politique », ou certains moments de la vie privée, par exemple).

LES 42 TÉMOINS INTERROGÉS EN 1982-1983 (classés en fonction de leur date de naissance)

LES 42 TÉMOINS INTERROGÉS EN 1982-1983 (classés en fonction de leur date de naissance)

LES TÉMOINS... (2)

LES TÉMOINS... (2)

LES TÉMOINS... (3)

LES TÉMOINS... (3)

LES TÉMOINS... (4)

LES TÉMOINS... (4)

Table des illustrations

Titre LES 42 TÉMOINS INTERROGÉS EN 1982-1983 (classés en fonction de leur date de naissance)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre LES TÉMOINS... (2)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre LES TÉMOINS... (3)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre LES TÉMOINS... (4)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15636/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search