Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Conclusion

Texte intégral

1Au terme d’un parcours analytique de type monographique, à la fois quantitatif et qualitatif, avons-nous distingué un quartier et un comportement social spécifiques, en un mot une « identité de quartier » qui serait à la base du sentiment d’appartenance maintes fois exprimé par les témoins interrogés, confirmant là un thème historiographiquement bien établi à Saint-Etienne ? La réponse ne peut être que nuancée, et suppose que l’on redéfinisse et le quartier et l’identité sociale du groupe ouvrier tels qu’ils nous sont apparus lors de l’interprétation progressive des sources utilisées.

LE QUARTIER STEPHANOIS ET LE SENTIMENT D’APPARTENANCE

2Bien que peu éloigné du centre de Saint-Etienne, le Soleil est, au moins autant que les « barrières » turinoises, une réalité compacte, physiquement bien séparée de la ville. Dans une large mesure, des origines à nos jours, le Soleil apparaît comme un isolat topographique : cette dimension de géographie physique et économique n’a pu qu’ancrer dans l’espace certains éléments sociaux constitutifs du sentiment d’appartenance.

3Le quartier est essentiellement défini par les pratiques sociales et la mémoire partagée de ses habitants. En l’occurrence, mémoire ouvrière dans sa diversité : quelles qu’aient été la diversité et l’évolution de cette composante ouvrière, le fait qu’elle soit polarisée autour du groupe des mineurs, pour lequel espace de travail et espace de résidence sont confondus, fonde tendanciellement une identité de classe dans le quartier, et du quartier. L’exemple étudié confirme après nombre d’études comparables en Europe Occidentale, que l’identité de classe est certes fondée sur le travail et la place dans l’appareil productif, mais qu’elle se forme aussi dans l’espace de résidence : à travers des manières de vivre et d’habiter, à travers des attitudes culturelles, des systèmes de valeurs et de représentations qui sont partagés, à certaines périodes, par une majorité des membres du groupe. Et ceci par delà la diversité professionnelle qui fait l’originalité du Soleil et de quelques autres quartiers stéphanois. Elle rend à la fois complexe et fort riche l’approche des relations de ces groupes entre eux, de leurs rapports à l’espace urbain, et la définition de l’articulation d’identités professionnelles variées et de l’identité de classe.

4La faible mobilité professionnelle et résidentielle de nombre des familles installées au Soleil entre 1840 et 1914 nous paraît être un des éléments fondant le sentiment d’appartenance à un espace géographique et social que l’on peut appeler « le quartier vécu intergénérationnel». Cette notion ne devient lisible qu’à partir d’une analyse des rapports de parenté et de voisinage et des sociabilités à court et moyen rayon, souvent structurés en terme de réseaux coïncidant avec une fraction du quartier (l’immeuble, l’îlot, etc.). Le quartier vécu est alors une extension par analogie d’espaces restreints. Et la densité indéniable du quartier dans la mémoire individuelle et collective tient largement à la superposition quasi-permanente des activités, des fonctions et des rôles assignés au sein du groupe ouvrier, dans un espace qui est à la fois espace de résidence, espace du travail et du hors-travail. En même temps l’inscription des sociétés et associations dans le cadre territorial du quartier permet de comprendre pourquoi celui-ci est souvent perçu et présenté comme l’unité élémentaire de la vie sociale et politique urbaine, au moins autant que l’entreprise – le puits ou l’atelier.

5Topographiquement séparé de la ville, le quartier n’est pas pour autant un isolat économique et une enclave ethnique et sociale dans la ville, où se déroulerait la totalité de la vie ouvrière, il paraît difficile, sinon erroné, d’utiliser une notion comme « l’identité ouvrière de quartier », qui opposerait le quartier ouvrier à d’autres espaces de la ville correspondant à d’autres classes sociales. Saint-Etienne est une ville industrielle et ouvrière, et le quartier étudié n’est qu’un des quartiers ouvriers de la ville, inséré dans l’espace du bassin industriel. Dès l’origine, et de moins en moins à partir de la fin du XIXe siècle, les mobilités pendulaires du travail ne s’inscrivent pas tout entières entre le lieu d’habitation et les secteurs d’emploi dans le quartier ou son immédiate périphérie. L’analyse des familles reconstituées installées au Soleil au XIXe siècle a montré leur dispersion relative dans l’espace économique de la ville et de l’agglomération, sinon du bassin. Enfin, au plan syndical et politique, le quartier est largement lié à la ville et au bassin : ceci est particulièrement évident pour le syndicalisme, dans les deux secteurs-clés de la mine et de la métallurgie. Plus généralement, étant donnée la structure industrielle stéphanoise dans la période considérée, on ne peut réduire schématiquement la relation des ouvriers au patronat, de la classe ouvrière à la bourgeoisie, à l’antagonisme maintes fois souligné ailleurs, entre un « nous » ouvrier homogène sur tous les plans, et un « eux » (ou un « ils ») anonyme, qualifiant les classes dirigeantes. Si la mémoire des mineurs et de certains sidérurgistes révèle parfois une telle opposition caractéristique des communautés ouvrières prolétariennes, il est clair qu’une partie importante des ouvriers stéphanois, travaillant dans des structures industrielles mal dégagées de l’artisanat, n’envisagent pas un tel rapport antagonique : en témoignent nombre d’entretiens évoquant les pratiques paternalistes patronales et leur efficacité, la nature spécifique des rapports sociaux dans le travail, et la possibilité, pour un certain nombre d’ouvriers, de développer des stratégies de mobilité sociale permettant d’accéder au statut d’artisan ou de petit patron. La remarque veut pour la métallurgie, mais aussi pour le textile ; elle vaut pour une partie des ouvriers stéphanois jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre. Le quartier ne doit pas être un écran masquant la ville, pas plus que la stabilité sociale et géographique de nombre des familles étudiées sur la longue durée ne peut masquer l’existence de comportements instables.

6Les formes de la vie sociale ne sont pas principalement liées au cadre spatial du quartier, ou déterminées par son espace : celui-ci n’est qu’un élément parmi d’autres des pratiques sociales, même si celles-ci s’inscrivent nécessairement dans des espaces et des temps historiquement situés.

MEMOIRE, IDENTITE DE GROUPE ET IDENTITE DE CLASSE

7La mémoire est une source privilégiée pour l’historien qui peut, par le recoupement des récits individuels, repérer une mémoire collective, et les images dominantes du changement vécu. Les thèmes de l’âge d’or et de la communauté perdue sont parmi les principaux fils directeurs de cette mémoire collective, ouvrière et française dans l’exemple étudié. La mémoire individuelle, synthétisée par l’historien, est relativement stéréotypée, en ce qu’elle privilégie indubitablement les forces de cohésion du groupe. Il serait cependant déterministe de vouloir établir cette « norme sociale » comme « réalité moyenne » de l’identité ouvrière, masquant les tensions et les aspirations individuelles familiales et collectives. Même si l’identité sociale semble alors fuir devant le chercheur : derrière la mémoire de l’apparente unanimité se dessine un véritable jeu de découpage social, qui n’en finit jamais de fragmenter un milieu qui, a priori, offre pourtant de solides garanties d’homogénéité.

8Si la redondance de la mémoire risque de déboucher sur une typologie trompeuse, elle laisse aussi place aux différences, dans la mesure où il n’y a que rarement répétition à l’identique : c’est dans ces différences que l’on peut saisir les aspirations individuelles, familiales ou des petits groupes, et la diversité – relative, souvent – des images et des projets. Il est certain que, sur ce plan, l’articulation des histoires de vie, des itinéraires familiaux reconstitués et des discours sur le travail et les métiers dans leur relation à l’espace géoraphique et social urbain est fort riche. Il est permis d’en conclure que l’identité sociale n’existe que très rarement comme état stable : elle est le produit du développement des rapport sociaux, pris, à un moment donné, dans des processus de décomposition et recomposition. Le « temps long » apparent de la mémoire de l’identité n’est sans doute qu’une figure rhétorique d’occultation et de reconstruction du changement social et culturel, dans une classe ouvrière en permanente évolution.

9L’étude du quartier du Soleil, fragment de l’espace urbain stéphanois, a permis de définir les contours d’un groupe ouvrier spécifique, et nous paraît ouvrir des perspectives de recherche pour l’ensemble de la ville. Jusqu’au début du XXe siècle, l’identité sociale est polarisée autour de la mine et des mineurs : par leur importance dans l’espace économique et social, par les images qui s’attachent depuis des décennies au travail au fond, par leurs manières de vivre et d’habiter, par leur place aussi dans le mouvement ouvrier, les mineurs apparaissent comme un groupe hégémonique au sens gramscien du terme. La tentation est grande alors de souscrire à la thèse ancienne de la « race des mineurs » : la mémoire ouvrière ne s’en prive pas dans un premier temps. Mais ce groupe ouvrier ancien n’a jamais été seul dans le quartier. Dès l’origine, il a coexisté avec des groupes ouvriers appartenant, eux aussi, à la « Première révolution industrielle» : ouvriers du métal – forgeurs et armuriers –, ouvriers du textile – passementiers et veloutiers à domicile, etc. La fin du XIXe siècle, puis la Première Guerre, voient le développement de nouveaux groupes ouvriers au premier rang desquels les « métallurgistes » dont le poids croissant agit comme une force centrifuge sur l’identité socio-professionnelle ancienne. Les éléments d’érosion, voire de désagrégation de cette identité se multiplient entre les deux guerres. Le groupe des mineurs est, sans conteste, celui qui a été le plus atteint par ces éléments d’érosion, parmi lesquels l’analyse des récits a permis de souligner l’importance du recrutement massif d’ouvriers étrangers, puis la réorganisation du travail au fond qui parcellise les solidarités d’équipe anciennes. Ceci s’accompagne d’une dégradation rapide de l’image de la mine dans la mémoire ouvrière, et de la valorisation parallèle des « métiers » de la métallurgie, pourtant très majoritairement non qualifiés, mais parés des vertus de la structure semi-artisanale de la métallurgie stéphanoise ancienne. Dans les deux cas, la mémoire renvoie assez directement à un certain désarroi des groupes professionnels les plus importants, confrontés à des changements économiques et sociaux dont l’une des principales dimensions vécues est, semble-t-il, une perte accentuée de l’autonomie ouvrière dans le travail, qu’il s’agisse des mineurs de fond, ou des O.S. des ateliers métallurgiques. L’insistance à convoquer, comme figures de référence, les ouvriers à statut – « manuchards » de la Manufacture Nationale ou « grandes roues » du PLM –, et les ouvriers professionnels du métal traduit l’espoir, rarement réalisé, d’échapper à cette incertitude dans le travail caractéristique de l’entre-deux-guerres. Mais il semble bien, parallèlement, que l’identité du groupe ouvrier dans le quartier, fortement remise en cause à partir de 1914, soit progressivement reformulée par une partie du mouvement ouvrier, et principalement par le Parti communiste. Son implantation dans une classe ouvrière largement renouvelée oblige à considérer qu’il a apporté des réponses adaptées aux problèmes posés par ce renouvellement : réorganisation et déqualification accrue du travail, machinisme et taylorisme, arrivée d’ouvriers étrangers, etc. Le Parti communiste, plus sans doute que le Parti socialiste, a offert une certaine identité et des valeurs fondées sur une base de classe, et s’inscrivant à la fois dans les traditions ouvrières et dans un projet de société nouvelle. Dans l’exemple étudié, l’implantation particulièrement importante du Parti communiste chez les mineurs, directement ou par le biais syndical, montre comment un discours politique peut devenir me signe connoteur d’une appartenance sociale, sous-tendant un mécanisme de construction et d’apprentissage social des rôles et des images. On sait le rôle du Parti communiste dans la (re)constitution d’une image de la mine et des mineurs, autour de la figure mythologique du mineur, prolétaire à la fois « particulier » et « exemplaire », forgeant son identité dans les luttes successives du Front populaire, de la Résistance, de la Libération et des combats de 1947-1948, maintes fois évoqués par les témoins interrogés.

10Il reste qu’on peut s’interroger sur le devenir d’une identité apparemment retrouvée, mais fondée au moins autant sur des images (qui tiennent à la fois d’une tradition séculaire et des errements du stalinisme, soviétique et français) que sur le Statut de 1946, clé de voûte de la « Bataille du charbon ». Passés celle-ci et les échecs de 1947 et 1948, les mineurs français, qui ont en quelque sorte accédé au statut de « groupe ouvrier garanti », se retrouvent confrontés à une deuxième phase de recrutement de travailleurs étrangers, «groupe ouvrier précaire » essentiellement nord-africain, puis au déclin rapide du bassin de la Loire, que la résistance syndicale et politique ne réussit qu’à ralentir. Il serait intéressant de pouvoir apprécier l’articulation entre la logique du refus, impulsée par les organisations du mouvement communiste, et le changement économique et social vécu alors par les mineurs français et étrangers.

11La question des attitudes individuelles et collectives face au changement ne vaut d’ailleurs pas seulement pour les mineurs stéphanois des années 50 et 60. Elle est d’une cruelle actualité pour nombre de groupes ouvriers des bastions industriels démantelés pour les restructurations actuelles, en face desquelles l’impuissance des organisations ouvrières apparaît souvent comme la conséquence d’une logique sociale et politique reposant sur des ambiguïtés fondamentales, historiquement bien repérables.

12À Saint-Etienne, la mine est fermée, et les mineurs sont retraités ; mais les images de la mine et des mineurs ont la vie dure dans la mémoire individuelle et collective : celle de la « ville noire » et de ses « quartiers rouges ».

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search