Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Quatrième Partie. L'entre-deux-guerres : une nouvelle classe ouvrière

Chapitre VIII. Images et réalités des mutations sociales

Texte intégral

1Dans l’entre-deux-guerres, les métallurgistes sont de plus en plus nombreux au Soleil : évolution d’importance dans un quartier né de la mine, et qui se mesure à la fois dans les itinéraires individuels et familiaux et dans la mémoire ouvrière. Celle-ci tend à présenter le métallurgiste comme « ouvrier nouveau », par opposition à la classe ouvrière ancienne représentée par les mineurs et les manœuvres de la sidérurgie. Le « métallo » serait détenteur d’un « vrai métier », hérité et appris, lui permettant de maîtriser les techniques modernes de sa branche, et de faire une carrière ascendante. Enfin, ses manières de vivre et d’habiter seraient plus « urbaines », dans tous les sens du terme : parce qu’il travaille assez souvent « en ville », dans des secteurs modernisés ou nouveaux la mécanique ou le cycle, par exemple ; parce qu’un certaine aisance financière se traduit parfois par la possibilité d’accession à un confort accru du logement, que l’on cherche parfois à l’extérieur du quartier noir, etc. Ce sont là des thèmes qui tendent en fait à assimiler tous les « métallos » aux ouvriers professionnels de la métallurgie, dont le profil de carrière répond effectivement, dans de nombreux cas, à ces caractéristiques sociales et culturelles. Or, il est évident, dans une période de segmentation technologique de la classe ouvrière, constatée dans de nombreuses études récentes, que l’ouvrier professionnel n’est qu’une figure minoritaire dans l’ensemble des ouvriers d’une métallurgie profondément transformée par la guerre et les premières applications du taylorisme : une analyse de l’industrie du cycle nous a permis de confronter images et réalités, et de mieux comprendre d’évidents décalages.

1 – La mémoire des petites entreprises du cycle

2Les récits croisés de quatorze ouvriers et ouvrières du cycle mettent en relief une mémoire prégnante de la petite entreprise : tous ont essentiellement travaillé dans des ateliers dont les effectifs étaient compris entre 4 et 30 salariés, cadre ordinaire de travail du tiers des quelques 800 métallurgistes du Soleil dans les années 30. La définition des postes de travail occupés dans ces entreprises, et les jugements portés sur les « métiers du cycle » et les rapports sociaux dans le travail, permettent de souligner, pour une production nouvelle, l’absence de qualification d’une main-d’œuvre employée dans une structure industrielle héritée des traditions métallurgiques locales.

Monographie orale d’une fabrique du Soleil

  • 1 Le « montage en blanc » est la fabrication du cadre du vélo avant émaillage (assemblage, brasage o (...)

3L’origine des « Établissements Charles Grinand, fabrique de cadres en Soleil », est tout à fait comparable à celle de la plupart des petites entreprises de cycles comme Berger (ancien mineur devenu armurier puis vendeur de cycles en 1911, et monteur en 1924), Cizeron (ancien ajusteur, fabricant à partir de 1928), ou Valla (ancien ouvrier monteur en blanc)1. Né en 1890, Charles Grinand est d’abord ouvrier monteur en blanc chez Ravat, entreprise employant une cinquantaine de salariés avant 1914, et pour laquelle son pere était limeur de cadres « en fenêtre » (à domicile). En 1912, Charles Grinand s’installe à son compte dans un petit atelier sur cour de la rue de Saint-Chamond, proche du Soleil : il y fabrique ses propres cadres, avec quelques compagnons, et vend des vélos complets dans la boutique attenante à l’atelier. Profitant d’une conjoncture favorable au cycle, il s’installe en 1928 au Soleil, et passe du stade artisanal à celui de la petite entreprise, livrant des cadres en noir aux grossistes stéphanois. Pendant une quarantaine d’années, il va employer entre dix et quarante salariés, représentant « tous les métiers du cadre » qui se vendait en semi-montage, avec jeu de direction, de pédalier, manivelle et roulement. Le patron reste à la tête de son entreprise jusqu’en 1980 : il a alors 90 ans. Jusqu’au bout, il reste polyvalent, participant personnellement aussi bien à la fabrication qu’à la vente et à la livraison. Des facteurs internes limitent l’expansion potentielle : taille limitée de l’atelier, maintien de techniques traditionnelles, par crainte d’un endettement excessif pour l’équipement en machines modernes et par difficulté à s’adapter aux techniques de la grande série, une gestion rudimentaire. Le savoir-faire empirique reste privilégié, de même que la fierté de fabriquer du « beau cadre », « de la qualité », par opposition à la « série » fabriquée en usine. Opposition implicite ou explicite entre la petite entreprise et l’usine que l’on retrouve, dans les attitudes patronales et la mémoire ouvrière, dans le domaine des rapports sociaux dans l’entreprise.

4Dans cette fabrique de cadres, les relations salariales, sont, elles aussi, caractéristiques des petites entreprises familiales traditionnelles : primes irrégulières, de la main à la main, complétant un salaire aux pièces qui est la règle pour la majorité des ouvriers. Ont un salaire à l’heure les « gamins », certains émailleurs et, « avec un intéressement », les contremaîtres. Les salaires horaires étant très bas, tous les témoins expriment d’ailleurs leur préférence pour le travail aux pièces « pour mieux gagner ». Le salaire aux pièces est en quelque sorte revendiqué, et présenté comme une forme d’espace de liberté relative, dans lequel l’ouvrier aurait la possibilité de fixer lui-même le niveau de son salaire, en même temps que le rythme et la durée de son travail : privilège supposé de la « petite boîte », plusieurs fois rappelé. Quant aux primes, elles relèvent d’un paternalisme financier personnalisé dont on imagine mal l’équivalent à la Manufacture Française, de la même façon Etienne Mimard, fondateur de Manufrance, a supprimé peu après 1900 l’autonomie des contremaîtres d’atelier, alors que la pratique très ancienne du marchandage se maintient, au moins jusqu’à la Deuxième Guerre, dans certaines petites entreprises, sous la responsabilité des contremaîtres. La relative souplesse des horaires de travail dans la petite entreprise est également présentée comme un avantage appréciable. En contrepartie de la nécessité pour les ouvriers de s’adapter aux importantes fluctuations saisonnières qui caractérisent l’activité des ateliers de cycles, les patrons tolèrent couramment « les petites entorses » sur les horaires. « à condition que le travail soit fait, et qu’on en mette un coup en cas de presse ». Attitude particulièrement appréciée des ouvrières qui doivent concilier le travail en atelier et le travail domestique, comme nous l’avons montré par ailleurs. Dans la mémoire des ouvriers et ouvrières du cycle, les qualités spécifiques de la « petite boîte » renvoient, en quelque sorte, à celles du quartier ouvrier d’autrefois : les relations sociales y sont « familières », marquées par la proximité sociale et spatiale. L’origine sociale du patron « ancien ouvrier qui s’est monté à son compte », est souvent rappelée par les témoins. La proximité des origines sociales est d’ailleurs inscrite dans l’espace du quartier : le petit entrepreneur est présenté comme une figure familière, à la fois employeur et voisin, socialement mal distingué de la classe ouvrière, dont il est issu sans vraiment l’avoir quittée. Statut, relations et images qui font toute la différence entre être « chez le père Grinand » ou « chez le père Valla», et travailler « chez Mimard ». Même si « ça payait pas très bien », si la morte saison y est plus longue qu’à la manufacture, si la revendication est difficile à défendre et si le patron ne veut pas entendre parler de syndicat, si la grève y est très rare et courte, les témoins disent avoir « préféré la petite boîte à l’usine », dont ils ont presque tous, à un moment ou à un autre, fait l’expérience. L’usine – Manu franco et la Manufacture Nationale, Automoto, Mercier... – est un lieu de contraintes : contrainte de la production répétitive « en grande série et sur machines », contrainte du temps contrôlé (horaires d’entrée et de sortie, cadences, etc.), contrainte de la discipline d’atelier, de l’anonymat et d’une autorité patronale inaccessible. Quels que soient la période évoquée (les années 20 ou 60...) et le temps de présence réelle dans l’usine, les récits enregistrés se font écho. La critique des « horaires trop stricts » et de « l’ambiance dans l’usine » traduit surtout la surprise devant le machinisme et l’organisation extrêmement parcellisée du travail, et la difficulté à « tenir les cadences ». Que le petit atelier apparaisse comme le parangon survalorisé de l’anti-usine s’explique largement par l’expérience vécue des ouvriers interrogés. Mais ces témoignages, dans les faits comme dans les jugements de valeur formulés, rendent compte aussi d’une dimension sociale et économique non négligeable de la métallurgie stéphanoise qui juxtapose, sur la longue durée, petites entreprises proches de l’artisanat et quelques grandes manufactures ou usines. De ces structures industrielles imbriquées par un système complexe de sous traitance et de division du travail selon le type de production, découlent logiquement des comportements patronaux et ouvriers, des attitudes sociales et politiques spécifiques mais encore peu étudiés dans toutes leurs dimensions.

Les métiers du cycle : des emplois non qualifiés

5La mémoire ouvrière des emplois du cycle se rattache essentiellement à la fabrication des cadres, étape centrale de la production, qui se décompose en montage en blanc, émaillage et décoration, montage en noir du cadre émaillé. Les récits permettent d’esquisser la définition d’emplois bien différenciés mais qui, à de rares exceptions près n’apparaissent jamais comme des « métiers » qualifiés reconnus comme tels par le niveau des salaires ou, à partir de 1936, par les contrats collectifs. Dans notre échantillon, « l’hérédité professionnelle» est inexistante : on commence à travailler dans le cycle, dans les années 20, « parce que ça marchait bien à l’époque » (Albert Layes, né en 1907, fils de paysan-passementier, usineur avant de devenir braseur chez Automoto en 1925), « parce que ça payait bien, en tout cas mieux que la mine » (F. Poncet, né en 1902, fils de mineur mineur de fond lui-même de 1915 à 1920) ou « mieux que la métallurgie » (Mathieu Jay, né en 1903, fils de mineur, usineur chez Belmont de 1916 à 1921). La formation « sur le tas » est rapide, preuve s’il en est du peu de qualification des postes occupés. Après avoir été « gamins » pendant quelques mois, les jeunes ouvriers sont « dressés » (terme employé par trois interlocuteurs : glissement du terme technique de dressage du cadre vers un sens « disciplinaire » ?) par des compagnons plus âgés : l’initiation du nouvel arrivant à quelques gestes simples avec ou sans machines-outils, au « coup de main » indispensable – est, au plan technique, « vite fait ».

6Les monteurs en blanc, qui assemblent les tubes formant le cadre se définissent comme « ouvriers complets » : appellation qui peut prêter à confusion et suggérer la maîtrise d’une qualification dans le procès du travail. En réalité, les monteurs « complets » se situent ainsi dans la division plus ou moins poussée du travail. Dans les petits ateliers, le monteur complet s’occupe à la fois de l’assemblage à froid des tubes et du brasage, procédé de soudure consistant à interposer, entre les pièces à souder, un alliage fusible : les deux termes de « braseur » et de monteur en blanc sont d’ailleurs couramment utilisés comme synonymes. Dans les entreprises plus importantes, comme Mercier ou Manufrance, la division du travail est plus nette : les postes de monteur en blanc et de braseur sont distingués, et l’on introduit même, dans l’entre-deux-guerres, une distinction entre les monteurs du cadre avant et ceux du cadre arrière. À l’intérieur du groupe des O.S. monteurs en blanc, la division accrue du travail introduit des évolutions perceptibles : « l’ouvrier complet » disparaît progressivement, sauf dans les tous petits ateliers et, indice très significatif d’une forme de déqualification technique et sociale aux yeux des ouvriers monteurs, quelques femmes, auparavant soudeuses d'attaches, deviennent soudeuses de cadres à la fin des années 40. Avant l’émaillage, le cadre brasé ou soudé passe à l’ébarbage, emploi occupé par le groupe des « limeurs de cadre », manœuvres payés – très mal – à la pièce. Souvent « en fenêtre » jusqu’au début des années 30, ils sont progressivement intégrés dans les ateliers de montage tout en continuant à travailler comme ambulants à façon. Le travail de manœuvre à la lime, précaire, mal payé, est placé, dans les récits, un peu « à part », entre autre parce que les limeurs ne sont pas toujours attachés en permanence à l’atelier : « Les limeurs, c’était dur, c’était un peu comme les mineurs... et comme c’était tiré par les cheveux, les prix, fallait limer, comme on dit ! les limeurs, c’était des durs, et ils couraient un peu de partout, alors ils aimaient pas qu’on les embête... C’est assez souvent qu’ils s’attrapaient avec le directeur ou les contremaîtres » (F. Poncet, fileur). Les limeurs de cadres – « la catégorie la plus défavorisée du cycle» dit un monteur – disparaissent progressivement avec l’évolution des techniques de brasage puis de soudure : la précision de celle-ci rend inutile le limage, remplacé par le sablage au jet pneumatique, emploi pénible et dévalorisé, toujours occupé par des «gamins», des immigrés et parfois par des femmes. Jusqu’à la Deuxième Guerre, le cadre « blanc de lime » et décapé (« dérouillé »), est presque toujours émaillé en noir. La technique reste longtemps rudimentaire : le cadre est enduit, au-dessus d’un grand bac, avec « la préparation de noir » puis, après égouttage, passé au four. Les évolutions techniques sont limitées dans la période étudiée : au pinceau succède le pistolet, d’abord à air comprimé puis, plus tard, électrostatique. Au four simple succède le four tournant, puis le four-tunnel. Dans le contrat collectif de la métallurgie de 1936, les émailleurs et émailleuses (ou « émailleurs-manchonneurs ») sont classés, selon leur entraînement, comme « manœuvres adaptés » ou « ouvriers spécialisés » : il s’agit, là encore, d’un métier non qualifié. Paradoxalement, l’évolution des goûts de la clientèle a favorisé, dans le cadre de la division du travail, une séparation des ateliers d’émaillage des fabriques de cadres, et l’installation « à leur compte » de nombre d’émailleurs pendant deux décennies environ, à partir du début des années 40. Les petites entreprises de cadres, ne produisant pas assez pour rentabiliser un émaillage en couleur, sous-traitent l’opération à des ateliers installés par des émailleurs s’insérant, comme les ouvriers ambulants et les ouvriers à domicile, dans un mode de production dispersé. Ces entreprises individuelles d’émaillage et de décoration sont un exemple, relativement tardif, d’une propension des entreprises métallurgiques stéphanoises traditionnelles à se reproduire par essaimage, et installation à leur compte d’ouvriers salariés : le cycle, mais aussi l’arme et la mécanique, offrent de très nombreux exemples de ces installations ouvrières artisanales, constituées souvent en association (deux, plus rarement trois ouvriers), reposant sur un capital réduit souvent au « savoir faire » acquis sur le tas, et sur un travail familial (travail en couple, dans le cas de l’émaillage décoration), et l’emploi de salariés « « occasionnels ». Entreprise souvent précaire parce que très sensible aux renversements de conjoncture (la plupart des ateliers d’émaillage « coulent » dans la crise des années 60), et qui ne garantit donc pas la réussite du projet d’ascension sociale qui la sous-tend. L’autonomie de « l’ouvrier qui se monte patron » est à la fois illusoire (la sous-traitance est-elle vraiment autre chose qu’une forme de salariat indirect, dans laquelle une large partie des risques économiques repose sur le sous-traitant ?) et éphémère.

7Le montage en noir est la dernière opération majeure dans la fabrication du cycle : le « monteur en noir », ou « monteur mécanicien», équipe le cadre émaillé. Là encore, l’appellation de «mécanicien» est trompeuse : ce qui compte chez le monteur, « c’est l’adresse et le coup d’œil du bonhomme », dit Albert Layes, braseur. Deux qualités qui, comme pour le monteur en blanc, ne suffisent pas à donner une qualification reconnue, par exemple dans les grilles de classification de 1936. Par sa structure, le cycle laissait une marge de manœuvre apparente à des ouvriers peu qualifiés, qui ont pu caresser, à travers le modèle de la petite entreprise, un certain espoir d’indépendance professionnelle et personnelle. L’analyse de l’évolution des métiers du cycle entre 1920 et 1950 montre à la fois les formes concrètes prises par cet espoir, et les limites de ce qui n’était sans doute qu’une illusion : le procès de déqualification du métier du filet déjà évoqué, en est une remarquable illustration.

2 – Les métallurgistes dans la manufacture taylorisée : Manufrance

  • 2 M. Zancarini, « Une Nouvelle Usine pour une nouvelle classe ouvrière : idéologie et pratiques patr (...)
  • 3 Extrait de son Rapport Officiel de l’Exposition de Saint-Louis, 8 juin 1905, cité par M. Zancarini (...)

8Cofondateur de l’entreprise en 1885, Etienne Milliard a dirigé pendant soixante ans la Manufacture Française d'Armes et de Cycles de Saint-Etienne, plus connue sous l’appellation commerciale de « Manufrance ». Entreprise originale à plus d’un titre, en associant une activité industrielle (l’arme, puis le cycle à partir de 1894) et une activité commerciale appuyée sur le célèbre « tarif-album », et en étant organisée très tôt selon des principes tayloriens. En effet E. Mimard se rattache directement au courant de la rationalisation industrielle présent depuis 1880 chez certains ingénieurs et patrons français. Il prend connaissance des principes de Taylor lors d’une longue visite aux États-Unis en 19042. De ce voyage américain, qui précède de sept ans celui, beaucoup plus connu, de Louis Renault, il dégage les éléments caractéristiques de l’industrie américaine « dans la fabrication en grande série par (...) la division du travail, qui permet l’embauche d’ouvriers spécialisés que l’on forme en une quinzaine de jours d’apprentissage à un type d’opération précis »3. Les idées de Taylor et de ses épigones européens sont décisives dans la réorganisation de la Manufacture entre 1906 et 1911, puis entre 1921 et 1925. Entre 1906 et 1911, elle concerne principalement l’administration de l’usine et de la partie commerciale, établissant une stricte unité de commandement et de direction, et une hiérarchie rigoureuse dont témoignent en particulier des règlements d’atelier de plus en plus précis. Largement amorcée à la veille de la Première Guerre, et accélérée par celle-ci, qui se traduit par une forte croissance des effectifs salariés (553 ouvriers en 1913, 4 031 en novembre 1917) et des « bénéfices extraordinaires », la réorganisation taylorienne de la production est menée surtout en 1921 et 1928 : construction de bâtiments « à l’américaine », rue Lassaigne, spécialisation accrue des ateliers, division du travail accentuée et généralisation du salaire « aux pièces et à la prime » (en 1924), amorce de comptabilité analytique, développement d’une « gestion sociale » du personnel inaugurée dès la fin du XIXe siècle. Autant d’éléments d’intégration à l’entreprise fondant un paternalisme rationnel différent - sinon dans ses effets, du moins dans ses structures –, du paternalisme catholique conservateur du patronat rubanier stéphanois, employant pour partie la même main-d’œuvre, mais en faisant plutôt fleurir des oratoires d’atelier et chanter des cantiques...

  • 4 296 dossiers dépouillés dont 66 d’employés, 118 d’ouvriers, et 112 d’ouvrières ; chaque dossier co (...)
  • 5 Contrat Collectif de Travail entre l’Association des Syndicats Métallurgiques patronaux de la Loir (...)

9C’est dans ce contexte taylorien que nous avons analysé la structure de la main-d’œuvre employée entre 1910 et 1940, partiellement originaire du Soleil, à travers 296 des très riches « dossiers individuels du Service du Personnel »4. La Convention collective de la métallurgie stéphanoise5, ratifiée en application des accords de Matignon le 12 septembre 1936, concerne la majorité du personnel ouvrier de la Manufacture Française (75 à 80 %) et plus des deux tiers de notre échantillon. Elle classe en trois groupes les catégories professionnelles :

  • les ouvriers qualifiés (OP) qui sont Professionnels d’Outillage et de Précision (POP), ou Professionnels de Fabrication (PF) ;
  • les ouvriers spécialisés (OS) ;
  • les manœuvres adaptés ou à chaud (MA), ou manœuvres ordinaires (MO).

10Les définitions respectives – et quelque peu laborieuses – d’« OS » et de « MA » permettent en fait de regrouper statistiquement les deux catégories : « les MA sont les manœuvres occupés à des travaux simples n’exigeant aucune préparation professionnelle Ces manœuvres appliquant leur activité à des travaux d’un autre ordre que ceux auxquels sont affectés les MO sont classés pour cette raison dans une catégorie intermédiaire entre le MO et l’OS ». Les MA sont particulièrement nombreux à la Manufacture Française : entre la moitié et les deux tiers des « ouvriers aux machines » ou « usineurs » sont classés dans ce groupe en novembre 1936. Seule l’ancienneté à la Manufacture permet d’être classé dans la catégorie OS : ceux-ci n’étant que « des MA entraînés ». Dans la pratique – nous n’avons pas trouvé les décisions de la Direction concernant les classifications –, il semble que la répartition entre MA et OS ait été faite sur la base d’une certaine parité : parmi les ouvriers non qualifiés, 52,9 % sont classés comme OS (54,4 % des hommes, 51,8 % des femmes) et 46,1 % sont M.A. Nous avons donc regroupé les deux catégories OS et, MA, d’autant que le classement varie en fonction des changement d’ateliers ou de postes de travail, qui se traduisent souvent par l’incapacité initiale à réaliser le salaire minimum de la catégorie OS. Le cas de Victorine C., usineuse, est un exemple parmi de nombreux autres (masculins et féminins), de cette instabilité de classification et de salaires :

Victorine C., Usineuse chez Mimard

Victorine C., Usineuse chez Mimard

11Employée dans une entreprise où la division rationnelle du travail est très poussée (entre 50 et 100 postes de travail possibles pour la fabrication d’une arme ou d’un cycle), la main-d’œuvre ouvrière de la Manufacture Française est, très majoritairement, sans qualification. Notre échantillon permet de cerner des proportions : moins du tiers des ouvriers sont OP, et aucune femme ; les OS et MA l’emportent largement (3/5 des hommes, 3/4 des femmes), ce qui remet une fois de plus en cause l’image de métiers qualifiés qui reste attachée, aussi bien dans certains discours syndicaux que dans des publications récentes, à la fabrication des armes et des cycles à Saint-Etienne. À l’exception de petites entreprises spécialisées dans la production de luxe en petites séries ou à l’unité, petites, moyennes, et grandes entreprises, regroupant ou non toutes les étapes de la fabrication, utilisant ou non un parc de machines important, emploient une main-d’œuvre majoritairement composée de manœuvres et d’OS.

12Les ouvriers professionnels de notre échantillon travaillent essentiellement à l’Atelier Central de Mécanique comme outilleurs, régleurs et ajusteurs de précision. Ils sont alors « chargés de l’équipement des machines-outils, du réglage des opérations pour obtenir des pièces « aux mesures », de faire l’éducation du personnel non spécialisé pour exécuter ces opérations en fabriquant eux-mêmes quelques pièces modèles ». Les OP sont aussi armuriers : dresseurs ou acheveurs de canons fins, équipeurs-basculeurs maîtrisant le montage complet et le réglage des fusils de « haut de gamme », ou encore graveurs sur armes. Le temps de présence moyen par emploi à la Manufacture Française a été calculé à partir des fiches d’embauche de 228 dossiers. Les ouvriers professionnels ont un temps de présence moyen par emploi de 4 ans et 1 mois, et à la Manufacture de 9 ans et 3 mois : ces temps sont assez nettement supérieurs à ceux des OS-MA (respectivement 3 ans et 6 mois, et 7 ans et 10 mois). Dans une entreprise réputée pour ne pas bien payer son personnel, le « salaire insuffisant » apparaît nettement comme le motif de départ le plus fréquent chez les OP (55 % des motifs), avancé comme argument cinq fois plus souvent que la mise au chômage dans une période pourtant marquée par la grande crise. En cela, les OP se distinguent nettement des OS-MA qui mettent à égalité l’insuffisance du salaire (36,4 %) et la mise au chômage (35,1 %). Il ressort des dossiers d’OP que ceux-ci négocient leur qualification auprès des employeurs, et n’hésitent guère à quitter leur emploi immédiatement quand un salaire supérieur leur est offert. Ainsi Jean Marie V., tourneur-outilleur-rectifieur (classé POP en 1936), est-il embauché en 1926 à la Manufacture Française malgré des renseignements « politiques » peu favorables. Il part en 1928 « pour insuffisance de salaire » revient en 1929, et repart moins d’un an après : « prend son compte tout de suite parce qu’il a trouvé à gagner 5,75 F, alors que son salaire actuel est de 4,80 F ». « L’hérédité professionnelle» a certainement une part dans cette habitude de négocier le métier, la majorité des OP étudiés étant fils de professionnels ou d’artisans habitués à faire valoir leur habileté. Motivés par la possibilité de trouver « une situation plus intéressante » quelques OP ont ainsi une très grande mobilité professionnelle, et « circulent » en permanence « d’une boîte à l’autre ».

13Le temps de présence par emploi (3 ans et 6 mois) et à la Manufacture Française (7 ans et 10 mois) des OS-MA (hommes) pourrait suggérer une mobilité moyenne plus forte que celle des OP. Une analyse plus fine montre que, si les OP de notre échantillon ont des profils de carrière assez comparables, les OS-MA sont nombreux aux deux pôles de la mobilité : carrières très longues et stables, présences brèves et très grande mobilité. A des vies d’OS « chez Mimard », comme celle de Denis S., embauché comme fraiseur le 2 juin 1903, et qui quitte la Manufacture 44 ans après, le 7 juillet 1944, comme « fraiseur régleur classé OS », on peut facilement opposer des passages très courts à la Manufacture, avec des itinéraires professionnels très hachés. Cette double composante caractérisant les OS-MA peut s’expliquer par la définition même de ces catégories : ouvriers sans qualification qu’il est facile « d’adapter » aux besoins conjoncturels, ils ne demandent lors de l’embauche qu’un emploi (« n’importe lequel », « celui que vous jugerez bon », « ouvrier dans une partie quelconque »), et non un poste qualifié comme les OP ; ils sont, au gré des besoins, affectés aux postes vacants, y compris des emplois de manœuvres ordinaires : on les garde longtemps, ou on les licencie pour cause de « compression du personnel » ou de « réduction des frais généraux ». Le chômage est un risque qui pèse lourdement sur les carrières d’OS, en particulier dans les années 30. Aucun cas de passage dans la catégorie des ouvriers professionnels n’a été relevé dans les 118 dossiers masculins étudiés : la promotion professionnelle est une notion absente des carrières d’OS.

14Les ouvrières spécialisées et manœuvres adaptées travaillent dans les secteurs traditionnellement féminins (confection, cuir, papier) mais surtout les ateliers d’armes (usineuses de pièces, foreuses de canons, quadrilleuses ou vernisseuses de crosses, etc.), de cycles (usineuses, ponceuses-émailleuses, monteuses de moyeux, pédales, et autres accessoires, centreuses de roues, etc.), de machines à coudre et à écrire ; le contrôle des pièces est assuré, dans tous les ateliers, par des femmes, « vérificatrices de série avec calibres », auxquelles la Direction fait d’ailleurs peu confiance.

15Plus des deux tiers des ouvrières de Manufrance sont donc, entre les deux guerres, ouvrières de la métallurgie. Même si elles restent parfois assez longtemps dans une « spécialité » (quadrilleuses de crosses ou monteuses de roues, par exemple), la plupart d’entre elles travaillent successivement dans les différents ateliers et sur tous les types de production : elles ne peuvent donc, pas plus que les ouvriers OS-MA, être qualifiées d’ouvrières « du cycle » de « l’arme » ou de « la mécanique ». Nous avons cherché à préciser si leur présence à la Manufacture était une étape d’une « carrière métallurgique », ou si elles traduisaient une réorientation, provisoire ou non, à partir d’un autre secteur. Sur 60 usineuses, 30 n’ont travaillé précédemment que dans la métallurgie (50 %) ; 14 (23,3 %) ont travaillé essentiellement dans le textile à domicile ou en atelier ; 10 ont occupé des emplois industriels divers (papetières, chocolatières, etc.). Plus d’une usineuse sur trois, si l’on additionne les différents emplois utilisant des machines à coudre ou à piquer (confection, mécaniciennes sur cuir, papetières piqueuses), a donc une carrière professionnelle qui voit se succéder, et parfois s’interpénétrer, le travail du textile et du cuir, et le travail des métaux. Ainsi pour Rose D., née en 1902 :

EMPLOYEUR

EMPLOI

ENTREE

SORTIE

Manufrance

Petite main confection

1914

1915

Ferriol (métall.)

Contrôleuse

1915

1916

Manufrance

Visiteuse armes

1916

1917

Automoto. Manufrance

Décolleteuse

1921

1929

Chevallier, etc.

Usineuse

Gunther puis

Confection

1932

1933

Manufrance

Culottière

Ravat, Automoto Ledin, etc.

Usineuse, armes et cycles

1933

1939

Manufrance

Usineuse armes

1940

?

16Les ouvrières OS-MA se distinguent des ouvriers par un temps de présence à la Manufacture Française plus court : 5 ans et 7 mois, contre 7 ans et 10 mois. Cet écart correspond dans la plupart des cas, à une période d’interruption du travail en usine après une grossesse. Les ouvrières sont plus touchées par les « licenciements économiques » que les ouvriers, et la conception du salaire féminin comme salaire d’appoint du salaire principal masculin interfère avec les motifs « purement économiques » du licenciement : les ouvrières sont certes renvoyées en période de crise économique (dans le textile, en 1928-1929) ou politique (1914, 1939), mais aussi quand le mari revient prendre son poste à l’usine, démobilisé (1919, 1940) ou libéré de captivité (1940-1941, 1945), ou quand son salaire (ou celui du père) paraît subvenir aux besoins du ménage).

17Par son organisation d’inspiration taylorienne, par ses activités et par sa célébrité, la Manufacture Française est bien « à cent lieues des autres fabriques de cycles » de Saint-Etienne. Mais par la main d’œuvre ouvrière qu’elle emploie entre les deux guerres, elle s’en distingue finalement peu. Dans les ateliers métallurgiques stéphanois, « l’ouvrier nouveau », figure antithétique du mineur dans la mémoire ouvrière est bien moins souvent l’ouvrier professionnel que l’ouvrier (ou l’ouvrière) spécialisé(e), dans ses différentes appellations : usineur manœuvre adapté, ouvrier spécialisé, manœuvre sur machines, ouvrier d’usine. Ouvrier sans qualification reconnue : si son statut est clairement défini dans la Manufacture taylorisée, il est beaucoup plus flou dans les ateliers dont la petite taille et la dispersion les rattachent à l’espace traditionnel de la métallurgie stéphanoise. Les OS s’accrochent alors aux illusions de liberté que leur laisse ce mode d’organisation de la production : « liberté » des horaires, du salaire aux pièces, de travailler à domicile ou de « se monter à leur compte ». Ces OS sont essentiellement confrontés à une absence d’identité claire : peut-être peut-on considérer les classifications négociées en 1936 comme la première définition sans ambiguïté d’un statut en gestation depuis le début du siècle, et plus particulièrement depuis la Première Guerre ; on comprendrait alors mieux que l’OP soit, dans la mémoire ouvrière, une figure de référence occupant une place bien plus importante que celle qu’il a statistiquement dans l’espace de l’atelier, au milieu d’une armée d’usineurs et de monteurs travaillant sans « métier ».

3 – Les mineurs français, ou la peau de chagrin

18La mémoire de la mine reste étrangement floue en ce qui concerne l’entre-deux-guerres : les discours abondants et ambigus dont elle est l’objet paraissent souvent aussi intemporels que le discours sur « le quartier autrefois ». L’hypothèse d’une crise d’identité sociale des mineurs français nous paraît offrir une grille de lecture pertinente de la mémoire ouvrière de la mine, et pouvoir être vérifiée à travers un faisceau d’indices convergents, qui tiennent à la fois au « métier » et à son image, et à la place des mineurs dans le quartier ouvrier.

La dépossession du « métier »

19La mine évoquée est largement celle du début du XXe siècle : la main-d’œuvre, au fond comme au jour, y est exclusivement française ; les ouvriers du fond sont essentiellement recrutés dans des « dynasties minières » que l’on peut suivre à la mine sur deux ou trois générations, même s’ils sont concurrencés, de façon saisonnière, par les « blancs ». Ils sont détenteurs d’un « métier » à la fois hérité et acquis par un apprentissage de la mine par étapes (manœuvre au jour, « gamin au fond » dans l’équipe du père, boiseur puis piqueur, etc.) ; le travail de force, très peu mécanisé, y est un travail d’équipe, dont la rémunération est largement collective et dépend donc de la bonne entente et de l’efficacité d’un collectif de travail relativement stable dans le temps, et qui dispose d’une certaine autonomie ; enfin, les mineurs sont une « communauté », socialement hégémonique dans un quartier qui vit à son rythme. Autant d’images qui correspondent plus ou moins aux réalités statistiques antérieures à la Première Guerre, mais qui occultent de facto la restructuration profonde de la main-d’œuvre à partir de 1914. L’embauche massive d’ouvriers étrangers pendant et après la Première Guerre remet doublement en question l’image du mineur français « traditionnel », et celle du «métier de mineur ». Du jour au lendemain, des centaines d’ouvriers espagnols, italiens, marocains ou kabyles se retrouvent au fond, à faire le même travail que les mineurs français revendiquant leur appartenance à des « dynasties de mineurs ». Or ces ouvriers étrangers, embauchés comme manœuvres dans des zones rurales n’ont, pour la plupart d’entre eux, aucune expérience du travail à la mine. Au-delà des preuves, vite dénoncées, de leur ignorance du métier (le fait, souvent rapporté, qu’ils descendent avec un briquet et du tabac, par exemple), leur présence au fond montre à l’évidence que « n’importe qui pouvait être mineur ». Le cas des Polonais est différent, mais sape tout autant l’image du mineur français : l’insistance des discours recueillis à souligner que « les Polonais arrivaient souvent des mines allemandes », « qu’ils en faisaient trop » dans l’abattage. « qu’on leur a confié des postes de piqueurs, de chefs d’équipe ou de sous-gouverneurs » sont autant de critiques non voilées. Dans les deux cas – immigrés étrangers à la mine ou piqueur polonais – les mineurs français ne peuvent vivre cette arrivée des étrangers que comme un élément de dévalorisation profonde de leur « métier » et de son image. Tant qu’il apparaît que leur recrutement correspond à un déficit réel de main-d’œuvre, pendant la guerre et au début des années 20. les critiques se focalisent sur leur malpropreté, leur inexpérience et leur méconnaissance des usages du travail au fond. Dès que la crise menace, en plus, l’emploi au fond et au jour, la coexistence pacifique et critique se transforme en rejet plus ou moins violent.

20L’entre-deux-guerres est également – et cela correspond en partie à la nouvelle main-d’œuvre employée au fond et au jour – une période de réorganisation du travail et du mode de rémunération. Les allusions sont relativement rares à la mécanisation progressive (utilisation de marteaux pneumatiques, gros générateurs de poussière sur les fronts de taille non arrosés) ou au système Bedeaux de chronométrage et de calcul d’un salaire individuel au rendement. Elles permettent cependant de comprendre que cette réorganisation du travail, qui n’est d’ailleurs pas spécifique au bassin de la Loire, a été vécue comme élément de déqualification du travail – si tant est cependant que l’on puisse utiliser cette formule pour un « métier » qui n’en est pas un dans la majorité des postes occupés, au fond comme au jour. La crise économique précipite ces évolutions, entraîne chomage partiel puis licenciements massifs, et augmentation du rendement calculé par poste de travail. La crise commence dès 1927 par une baisse des cours du charbon qui entraîne la liquidation de plusieurs compagnies stéphanoises (Compagnie de Villebœuf en août 1927, Houillères de la Loire en janvier 1929), et une diminution importante des salaires ; le chômage partiel puis les licenciements concernent un nombre croissant de salariés, parallèlement à une augmentation de la productivité.

  • 6 M. Zancarini, La Mine et les Mineurs (1981), La Crise économique dans la Loire (s.d.).

La crise dans les mines de la Loire (1929-1935)6

Production de houille (Mt)

Effectifs des mineurs

dont % d’étrangers

Rendement quotidien en kg par poste

1929

3,7

22 945

31,5 %

613

1935

3,3

16 657

28 %

776

21À l’échelle du quartier du Soleil, les conséquences de la crise, telles qu’elles peuvent être appréciées dans la mémoire ouvrière, sont triples. Le chômage partiel puis les licenciements ont été vécus par les intéressés comme la fin d’une certaine « garantie d’emploi à vie » à la mine. Tous les récits insistent sur la facilité, « autrefois », à s’embaucher à la mine : « On y trouvait de l’emploi comme on voulait », « on sortait par une porte, on rentrait par une autre ». Autant de formules qualifiant un « âge d’or » de l’emploi à la mine qui n’est jamais situé avec précision chronologiquement, mais que Ton devine correspondre à la fin du XIXe et au premier quart du XXe siècle (17 000 mineurs environ en 1890. 25 à 26 000 entre 1918 et 1927). S’inscrivant dans le cadre d’une réorganisation du travail synonyme de déqualification et de dévalorisation du «métier», la déflation des effectifs et la remise en cause d’une certaine sécurité de l’emploi n’ont pu que contribuer, par comparaison avec d’autres secteurs industriels moins touchés, comme la métallurgie, à affecter encore plus nettement l’image de la mine et des mineurs. La crise fait la quasi unanimité contre la main-d’œuvre étrangère. Sur ce point la mémoire ouvrière française est très défaillante : autant la prolixité est grande sur le chômage partiel (« on travaillait trois jours par semaine ») et le licenciement d’ouvriers français (« c’était la première fois que la mine débauchait »), autant le silence est général sur le renvoi des ouvriers étrangers, concernés au premier chef, et dont les recensements comme les archives de police rendent compte : si les Polonais et, dans une moindre mesure, les Italiens sont relativement protégés du licenciement par les conventions signées avec leur gouvernement, les Espagnols et les Nord-africains sont massivement licenciés, et exclus du bénéfice des allocations chômage. La troisième conséquence est l’importance statistique et sociale des reconversions de la mine vers la métallurgie, déjà amorcées, d’ailleurs dès le lendemain de la guerre. Dans une population active stable ou en régression, l’augmentation du nombre des métallurgistes renvoie pour partie à un transfert de main-d’œuvre de la mine vers la métallurgie : plusieurs de nos interlocuteurs, mineurs ou ouvriers au jour dans les années 20, sont devenus usineurs dans la métallurgie pendant la crise, la Manufacture Nationale étant, grâce aux programmes de réarmement du milieu des années 30, l’une des entreprises proches du Soleil offrant le plus d’embauche.

22L’hypothèse d’une déqualification et d’une dévalorisation relatives du travail à la mine, entre les deux guerres, découlant de l’embauche massive d’ouvriers étrangers, de la réorganisation du travail et de la crise précoce, permet de mieux comprendre l’ambiguïté relevée plus haut des récits concernant le travail à la mine, et venant des mineurs eux-mêmes ou de leur parenté. Elle permet aussi d’expliquer pour partie la fin de la continuité familiale, analysée aussi bien au plan statistique que dans les reconstitutions d’itinéraires individuels et familiaux. M. Buyer, né en 1912, tourneur, fils d’un aide-machiniste : « déjà avant la (Deuxième) Guerre, on disait : « Tu vas pas aller t’abrutir à la mine ! »... Quand on disait : « Oh, c’est un mineur », ça voulait dire un peu qu’il avait pas pu faire autre chose (...) parce que c’était un travail pas qualifié, sale, mal payé (...) ». La dévalorisation s’étend d’ailleurs à toutes les activités liées à la mine, et pas seulement au fond. Même un O.S. de la métallurgie comme Jean Ruffon, né en 1897, usineur dans l’arme et dans la mécanique, tient à distinguer « le travail d’usine » de la « grosse cavalerie » des Ateliers des Houillères. Et quand on reconnaît des avantages au travail à la mine il s’agit en général de ceux obtenus après 1945 : le Statut, les salaires, les avantages en nature (logement en cité et allocation chauffage). Dans ce domaine des avantages acquis, la référence est cependant moins la mine que la Manufacture Nationale, la SNCF ou l’EDF, tous bastions de ce que Jean Chesneaux appelle « la classe ouvrière garantie ». Comme à la mine, mais avec les risques du métier en moins...

La dépossession de l’espace et du temps

23De 1840 aux années 1920, l’activité minière domine l’espace et les temps d’un quartier encerclé par les puits et les emprises au sol des Houillères, rythmé au quotidien et dans ses temps exceptionnels par la mine et les mineurs. Il est donc logique que le déclin de la mine, dans l’espace économique et social du Soleil, s’inscrive aussi dans l’espace géographique et les temps du quartier.

  • 7 AMSE 1-0 (rue de la Talaudière 10/1/1894).

24Jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre, les mineurs marquent indubitablement, par leur nombre, l’espace et le temps du quartier. Majoritaires chez les actifs, travaillant en deux équipes (une de jour, une de nuit), les mineurs sillonnent littéralement le quartier pendant un siècle. Pétitions d’habitants et archives de voirie rappellent, en permanence, l’importance de leurs déplacements « à des heures très matinales », « même pendant la nuit », « nuit et jour et par tous les temps ». Ainsi, en 1894, l’Ingénieur directeur de la voirie constate-t-il que « la circulation dans les rues est ininterrompue, car les 1000 à 1200 mineurs habitant le quartier, occupés dans les puits Saint-Louis, Verpilleux, Mars, et dans les usines de coke et d’agglomérés (...) y circulent la nuit comme le jour pour se rendre à leur travail »7. Mais les coupes diachroniques rendent compte de la perte d’importance relative des mineurs dans le quartier, et de leurs faibles relations avec la ville, au contraire des autres groupes professionnels.

25En 1876, la multiplicité des puits, des galeries horizontales, des dépôts de charbon et autres fours à coke, impose de dessiner une véritable grille des circulations minières, qui enserre tout le quartier et ses pourtours. En regard, cheminots, métallurgistes et ouvrières du textile, qui travaillent près du Soleil ou en ville, pèsent de peu de poids : un actif sur sept seulement va quotidiennement travailler « en ville ». En 1906, les mineurs (40 % des actifs) suivent la rue principale du Soleil en direction du nord-est, vers les trois puits où l’extraction du charbon a été regroupée après la crise des années 1880. Ils tournent ainsi nettement le dos à la ville, au contraire des métallurgistes, de plus en plus nombreux, employés dans des entreprises du centre-ville, ou du nord de la ville. Ils tendent à affirmer, en particulier à l’entrée du quartier, un rythme différent de celui des mineurs : embauche souvent à sept heures le matin ; sortie entre cinq et sept heures le soir (ces horaires étant cependant plus irréguliers pour les fondeurs, qui dépendent des coulées des hauts fourneaux). Ce rythme diurne tend à devenir celui de la majorité des actifs, puisqu’il est aussi celui des ouvriers des Ateliers des Houillères, d’une partie des cheminots du dépôt des locomotives, de la totalité des tisseuses et du groupe nouveau des employés. Enfin, une part croissante des salariés travaille au centre-ville : un salarié sur quatre, pour moitié des femmes. Sur ce point, le quartier périphérique s’ouvre indiscutablement vers la ville. En 1936 enfin, les flux, très comparables dans leurs directions à ceux de 1906, s’en distinguent cependant au plan quantitatif. L’espace du travail des mineurs s’est encore resserré autour des trois puits déjà évoqués. L’installation des ouvriers étrangers recrutés par les Houillères dans le haut du quartier, a encore accru la polarisation des mineurs au plus loin de la ville, dans les îlots vétustes. Désormais aussi nombreux que les mineurs, les métallurgistes suivent les mêmes itinéraires qu’au début du siècle. Comme les ouvrières du textile, comme la majorité des employé(e)s, ils sont de plus en plus à travailler en ville : un salarié sur trois. Pour une partie croissante des habitants du Soleil, le lieu de travail se distingue de plus en plus du lieu de résidence, et cet écart tend à intégrer le quartier à la ville. Au même titre que le développement des équipements collectifs (gaz, tramway), très net à partir du début du siècle. C’est là un indice significatif que, de « banlieue minière » relativement isolée, le Soleil devient quartier à part entière de la ville industrielle.

26Au total, ces circulations du travail multiples et divergentes ont une signification sociale qui dépasse la simple mesure quantitative ou cartographique des flux ou des rythmes de travail spécifiques à chaque métier (et qui déterminent, par exemple, les heures d’ouverture de certains commerces comme les cafés) : elles participent à la définition même du quartier industriel et ouvrier. Elles traduisent, pour chacun des groupes professionnels, une forme de marquage du territoire. Partant, leur évolution traduit, d’une certaine manière, l’évolution de la place de chacun des groupes dans l’espace géographique et social du quartier. En l’occurrence, le recul progressif des mineurs, qui tend à les isoler encore un peu plus – ils le sont déjà par l’image très négative du travail à la mine : ils apparaissent de plus en plus comme les perdants de l’évolution industrielle, au profit d’une classe ouvrière plus moderne, plus qualifiée aussi, et qui a des rapports autres à la ville. Une analyse de microtopographie sociale c’est à-dire de la composition socio-professionnelle précise de différents îlots témoins, choisis dans différentes rues du quartier – a permis de confirmer l’accentuation progressive, à partir de la fin du XIXe siècle, d’une certaine dichotomie sociale dans l’espace d’un quartier apparemment très homogène, puisqu’exclusivement ouvrier : les mineurs, français et étrangers tournent le dos à la ville, dans tous les sens du terme ; les autres groupes ouvriers sont nettement plus urbains, également dans tous les sens du terme.

27Nous ne cherchons absolument pas à définir, par ces remarques, un déterminisme de l’espace sur le groupe social. Il nous semble simplement que la place d’un groupe professionnel et/ou social peut aussi se mesurer dans la maîtrise qu’il a de l’espace dans un quartier ou dans une ville. Il n’est sans doute pas indifférent que le « Soleil Noir », quartier né de la mine et dominé par elle pendant un siècle, soit de moins en moins le quartier des mineurs : la remarque valant pour l’ensemble de la ville...

4 – Les employés : l’émergence d’une nouvelle petite bourgeoisie

28Les employés sont très peu nombreux au Soleil jusqu’au début du XXe siècle : 20 à 50 personnes, soit 1 à 2 % de la population active entre 1846 et 1896. Il s’agit de quelques fonctionnaires municipaux, d’employés aux écritures des entreprises du quartier (au premier rang desquelles les Houillères) ou du Marais ; (entreprises métallurgiques), et d’employés de commerce travaillant sur place (chez les marchands de vin), ou en ville (magasins de la Fabrique, commerces de tissus, etc.). Quant aux « employés du PLM », presque tous sont ouvriers. La lente émergence des employés modernes s’esquisse à la fin du XIXe siècle, s’affirme nettement à la veille de la Première Guerre pour ne ralentir qu’à la fin des années 1920 : ils sont 5 % des actifs en 1906, 10,4 % en 1926 et 12 % en 1936. L’augmentation du nombre des employés est largement celle des femmes : elles forment le quart de la catégorie en 1896, le tiers dix ans plus tard, un peu plus de la moitié après la Première Guerre ; leur part diminue ensuite légèrement pour se stabiliser pendant une vingtaine d’années autour de 45 % du total. L’origine socio-professionnelle de 87 employés et 117 employées du Soleil entre les deux guerres, mesurée à partir de la profession du père met en évidence les racines ouvrières des employé(e)s. Dans 178 cas (soit 87,2 %) le père est ouvrier, dans 26 cas le père est, à égalité, employé (6,4 %) ou commerçant (6,4 %). Dans les familles ouvrières, les pères sont plus souvent métallurgistes et cheminots que mineurs. Mais l’interprétation des pourcentages est délicate, car l’enquête orale et certains dossiers de Manufrance imposent de s’interroger sur l’image de l’employé dans la classe ouvrière. Le fait qu’une fille devienne secrétaire ou sténo-dactylo ne pose sans doute pas problème, la question du travail étant, de toute façon, reconsidérée au moment du mariage, puis de la première naissance. Les « carrières féminines » étudiées au Soleil ou à la Manufacture Française montrent que le statut d’employée est précaire, et peut n’être qu’une parenthèse dans une vie d’ouvrière. Aussi bien pour les employées de bureau que pour les employées de commerce, il faut attendre la Deuxième Guerre pour que s’affirment des carrières continues. En ce qui concerne les hommes, tout au plus peut-on constater que le discours sur le métier, si permanent dans la mémoire ouvrière, ne s’applique qu’à l’industrie, et qu’un employé a un travail et parfois un statut (s'il est fonctionnaire), mais n’a pas « un vrai métier » (« savoir-faire » technique et activité manuelle productrice) : là encore, l’ouvrier « de métier » est la référence centrale, qui ne laisse guère de place pour l’image de l’employé.

29Un certain nombre d’indices suggèrent une certaine spécificité des employés dans les manières de vivre et d’habiter, qui se mesure, par exemple, dans une micro-topographie sociale. Le déséquilibre est constant entre la concentration des employés à l’entrée du quartier et leur petit nombre près de l’église. Cette répartition correspond à une différence de nature dans l’habitat, l’îlot « entrée du quartier» étant, pour l’essentiel, composé d’immeubles de rapport récents et d’un confort supérieur à la moyenne. A l’inverse, l’îlot « haut du quartier » correspond largement à un habitat vétuste et de médiocre qualité. Il nous paraît possible que la qualité de l’habitat soit un facteur discriminatoire dans le logement des employés, et que ceux-ci, comme d’ailleurs une partie des ouvriers qualifiés, ne se satisfassent pas des logements du Vieux Soleil, alors que d’autres possibilités s’offrent ailleurs dans le quartier, voire à l’extérieur du quartier – en particulier avec la construction de cités HBM à Solaure et Valbenoîte. On peut donc émettre l’hypothèse d’une valeur d’usage différente attribuée au logement par les employés (comme ailleurs par certains groupes ouvriers, tels les cheminots logés en cité) : les manières de vivre et d’habiter sont en voie de différenciation dans le quartier ouvrier à partir de la Première Guerre. Différenciation dont les employés ne sont qu’une des parties prenantes, leurs manières de vivre et d’habiter se distinguant peut-être moins de celles d’une partie des ouvriers professionnels, que les manières de vivre et d’habiter des OP ne se distinguent de celles des OS, manœuvres ou mineurs. Les éléments qui rendent sensibles au quotidien les clivages sociaux internes au quartier restent cependant difficiles à mesurer à partir des sources que nous avons utilisées.

*****

30La structure socio-professionnelle du quartier est beaucoup moins stable qu’il y paraît dans les récits enregistrés. Preuve, sans doute, que la recomposition de la main-d’œuvre a été beaucoup plus subie qu’assumée : rapport contraint au changement qui explique son occultation, et celle de la crise d’identité d’une partie du groupe ouvrier. Car il ne fait aucun doute que l’entre-deux-guerres est une période d’émergence d’une nouvelle classe ouvrière, et de nouveaux groupes sociaux qui, pour minoritaires qu’ils soient, contribuent à l’évolution du paysage idéologique et politique du quartier.

5 – Les évolutions religieuses, idéologiques et politiques (fin XIXe - 1940)

31Les archives écrites et orales, bien que discontinues et lacunaires, mettent en évidence l’existence de trois processus d’insertion des individus dans le cadre de sociabilités formelles nettement définies. En cela, le Soleil se distingue des autres quartiers stéphanois dominés, dès la fin du XIXe siècle, par la structure bipolaire classique paroisse/amicale laïque. Le quartier apparaît alors comme une référence idéologique multiple, dont les contradictions et les antagonismes traversent le corps social.

Le troisième pôle : la Fraternité Protestante8

  • 8 L’analyse repose sur quelques témoignages, et surtout sur les archives privées de la Fraternité Pr (...)

32L’originalité que représente, dans l’espace d’un quartier stéphanoise l’existence d’une « troisième force » justifie que nous commencions par elle notre mise en perspective des forces religieuses et idéologiques.

  • 9 Une dizaine de protestants parmi les témoins interrogés.

33La forte croissance des migrations originaires de la Haute-Loire explique que le Soleil devienne, sous le Second Empire, le principal quartier protestant de la ville. La reconstitution de familles a permis de cerner les origines géographiques, et l’endogamie spécifique d’une communauté qui ne se distingue en rien, socialement, du reste du groupe ouvrier, mais dans laquelle il nous semble avoir perçu, à travers les entretiens, une conscience historique de ses origines et de son statut de minorité religieuse tout à fait spécifique9.

  • 10 Cf. J. Baubérot, « L’évangélisation protestante et la classe ouvrière : les solidarités » in « Chr (...)
  • 11 Cf. E. Gounelle, La Vie et l’Œuvre de Louis Comte (1857-1926), St-Etienne, 1927.

34C’est à la fin du siècle que le protestantisme du Soleil apparaît organisé sous l’influence du « christianisme social » du mouvement des « Solidarités »10. Celui-ci part d’une analyse quasiment sociologique de « la question ouvrière » pour développer de nouvelles formes d’intervention pastorale dans la classe ouvrière, et particulièrement chez les mineurs, d’abord dans le nord de la France, puis dans le bassin de la Loire. Cette démarche se concrétise, par la création de « maisons du peuple chrétiennes et sociales » sorte de maisons de paroisse qui se veulent centres missionnaires, regroupant activités d’évangélisation et d’intervention sociale. Au Soleil, la Fraternité Protestante est fondée en 1895 par le pasteur Louis Comte11, forte personnalité locale, qui a créé en 1893 « l’Œuvre des Enfants à la Montagne », participe en 1899 à la fondation de la Tribune Républicaine, et intervient publiquement pour soutenir les mineurs grévistes en 1899 et 1900, et les tisseurs la même année. Les activités de la Fraternité sont à la fois multiples et classiques : patronages parascolaires, catéchisme, cercle ouvrier, Croix Bleue, conférences et cultes, etc.

  • 12 AFP, L'illustré protestant, mars 1955.

35La première Fraternité, fort active pendant une dizaine d’années, est mise en veilleuse à partir de 1906-1907, et jusqu’à la fin de la guerre : les difficultés financières et religieuses locales s’inscrivent dans la division en deux branches du protestantisme français, et la multiplication des groupes pentecôtistes, darbystes, etc. Le relais est pris après la guerre par le pasteur Elie Gounelle, figure marquante du christianisme social dans le Nord-Pas-de-Calais. En 1921 la communauté protestante rachète, à l’entrée du quartier le « Café dansant du Soleil », « bouge des plus mal famés, terrain de bagarres sanglantes ». C’est l’origine de la seconde Fraternité, et « la victoire de la Lumière sur les Ténèbres »12. Là encore, les activités proposées sont proches de celles des pôles catholiques ou laïques : patronage du jeudi, services religieux et conférences dominicales, Union chrétienne de Jeunes gens et de Jeunes filles, bibliothèque, buvette, etc. La Fraternité constitue bel et bien un troisième pôle dans le quartier, dont il est cependant difficile de juger l’impact réel sur l’ensemble des protestants du Soleil. Les rapports d’activité témoignent de fortes fluctuations dans la fréquentation entre 1920 et l’actuelle décennie, qui tiennent à l’évolution interne du protestantisme français (réunification de 1938), à la conjoncture locale (reconstruction après le bombardement de 1944), à la personnalité des pasteurs, et aux activités proposées. Nous en retiendrons, pour l’entre-deux-guerres, que la Fraternité est nettement plus proche du pôle laïque, puis du Front populaire, que du pôle catholique.

Sous le patronage de Sainte-Barbe : les sociétés paroissiales

  • 13 Rapports d’enquêtes pastorales. Archives de l'Archevêché de Lyon.

36Au XIXe siècle, un grand nombre de sociétés trouvent leur origine dans la paroisse : fanfares, sociétés de gymnastique, cercles ouvriers et autres patronages définissent les contours d’une sociabilité paroissiale dont les liens avec le patronat, étroits pendant toute la période étudiée, sont à la fois une force et une faiblesse. La «question religieuse » et la « question sociale » sont, là encore, étroitement liées, sous le patronage significatif de Sainte-Barbe. Bien que la paroisse Sainte-Barbe du Soleil dispose, dès l’origine d’un encadrement relativement important, (un curé prédicateur, trois ou quatre vicaires, les religieuses enseignantes de Saint-Charles, et les sœurs hospitalières de Saint-Vincent-de-Paul), la « déchristianisation du prolétariat » est au centre des rapports des visites canoniques, dans la paroisse du Soleil comme dans toutes les paroisses ouvrières de la Loire13. Difficile à mesurer dans le détail, elle paraît incontestable, même si les comportements varient selon les groupes sociaux et le sexe. Elle résulte à la fois d’éléments internes à l’institution ecclésiale, et de facteurs externes (mouvement laïque militant, mouvement ouvrier, etc.) La volonté de limiter cette déchristianisation paraît cependant constante : elle se mesure, entre autres, par la création de « sociétés ouvrières ».

  • 14 ADL 30 M 2 et 3, Sociétés musicales, et ADL 27 M 2, Cercles catholiques.
  • 15 Cf. Christianisme et monde ouvrier, op. cit., Introduction.

37Localement, au-delà de « l’action sociale » des prêtres et religieuses, de leur rôle pour l’embauche à la Mine ou dans d’autres entreprises, archives écrites et témoignages oraux soulignent les liens entre l’Église, les clercs et le patronat local, en particulier dans la multiplicité des structures d’encadrement organisées dans la paroisse. La chorale-fanfare du Soleil organisée en 1867 est la plus ancienne des œuvres non directement religieuses, mais inspirées par la volonté conjointe des prêtres, des fabricants et du patronat des Mines « de moraliser un peu la population éminemment ouvrière confiée aux soins de la paroisse »14. Sous différents avatars, la chorale-fanfare existe jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre (Fanfare des Enfants du Soleil en 1885, Fanfare des Houillères en 1897, etc.). Le Cercle Catholique d’Ouvriers du Soleil, autorisé en 1877 perd rapidement son originalité qui est celle du mouvement des Cercles d’Ouvriers15, pour devenir un cercle paroissial offrant activités de patronage, buvette, billards et jeux divers, activités musicales, etc. Au Soleil, comme ailleurs, les activités de patronage para-scolaire sont les plus fréquentées, mais le Cercle est essentiellement un lieu masculin hors-travail, remplissant les mêmes fonctions que l’Amicale laïque à la même époque : la dimension religieuse y reste discrète dans la plupart des activités.

38La « Société amicale et sportive Sainte-Barbe du Soleil » plus connue sous l’appellation « la Sainte-Barbe », est fondée en 1908. Comme les sociétés gymniques et sportives créées dans d’autres quartiers stéphanois au même moment (telle « L’Alerte » de Valbenoîte, en juin 1912), elle comprend des sections de « bâtonnets, tambours, clairons », et des sections de gymnastique. Elle recrute des jeunes garçons à partir de 10 ans, encadrés par des moniteurs, sous l’autorité morale des prêtres de la paroisse et de laïcs du Cercle Paroissial, La Grande Guerre entraîne sa mise en sommeil. Elle est reconstituée en 1919 et atteint son apogée, sportive et musicale, au début des années 20 : elle regroupe alors 100 à 200 adhérents. À partir de 1927-1928, son déclin est à mettre en relation avec la crise économique (le financement par les Houillères diminue très fortement) et la concurrence de l’Amicale laïque. Elle ne subsiste que dans ses activités sportives (Club Sportif du Soleil) et ne réapparaît qu’en 1940, après la dissolution par Vichy des amicales laïques. Ses activités se maintiennent jusqu’à la fin des années 50, subventionnées par les Houillères nationalisées.

39À partir de ce recensement volontairement très bref et sans doute lacunaire, il faut souligner que l’idée reçue selon laquelle l’Église n’a pas voulu ou su toucher le monde ouvrier demande à tout le moins à être vérifiée. Au-delà du discrédit relatif d’initiatives taxées de paternalistes, antilaïques et antisocialistes, il est à peu près certain que ces œuvres ont permis à l’Église de continuer à exercer une influence sur des franges, plus considérables qu’on ne le dit souvent, du monde ouvrier, et ont contribué à jeter les bases du catholicisme social et du syndicalisme chrétien de l’entre-deux-guerres.

L’ouvrier et la République : de l’école à l'amicale laïque

  • 16 Pour toutes ces sociétés, ADL série M classée ou non classée (p. ex. M 521 tr. 458/2).

40Les prémices diffuses d’activités laïques peuvent se repérer dès la fin du Second Empire dans un certain nombre de sociétés ouvrières « républicaines et laïques » : le Cercle Littéraire du Soleil, formé en juin 1870 ; le Cercle de la Concorde du Soleil en 1879, qui entend répondre au Cercle paroissial, etc. La création de la Bibliothèque Populaire du Soleil, en 1881, s’inscrit dans un mouvement d’installation de bibliothèques qui accompagne les lois sur l’école laïque. La même année, la Société de tir à la carabine du Soleil, société plus populaire qu’ouvrière (même si les armuriers y sont nombreux), s’affirme clairement républicaine et laïque, et est liée aux bataillons scolaires de l’école laïque16.

41En 1907, est fondée « l’Association amicale et philanthropique des anciens élèves des écoles laïques du Marais, du Soleil et du Treyve » fusion logique des deux amicales du Treyve (1897) et du Soleil (1898). D’abord installé rue de l’École – assez loin du pôle paroissial –, et utilisant la salle de gymnase des Bains-Douches municipaux (1910), l’Amicale laïque du Soleil s’installe « dans ses meubles», rue Beaunier, en 1926 : elle y dispose d’un vaste terrain et d’un bâtiment plusieurs fois agrandi. De 1897 à la Deuxième Guerre l’en-tête des courriers de l’Amicale montre la permanence des activités proposées, « éducatives et récréatives » :

  • « Éducation sociale : conférences, bibliothèque, groupe théâtral ;
  • éducation physique : gymnastique, sports ;
  • musicale : solfège, chorale, fifres, tambours, clairons, fanfare ;
  • post-scolaires : patronage ».

42Faute d’un accès direct aux archives, qui aurait permis de préciser la chronologie et l’évolution de ses activités, ainsi peut-être que les effectifs touchés, et leur sociographie, nous soulignerons seulement ici que l’Amicale laïque apparaît comme une société essentiellement masculine, ouvrière et territorialisée. Elle est installée hors de toute référence explicite à l’espace de travail, mais son inscription dans l’espace du quartier équivaut à l’insertion de fait dans un espace défini de travail. L’adhésion à l’amicale permet d’être hors du réseau paroissial d’abord, de la sociabilité informelle des cafés et des sociétés qui y ont leur siège, ensuite. Et il ne fait pas de doute que l’ouvrier y est plus citoyen laïque et républicain que prolétaire au sens politique classique du terme, au moins jusqu’aux années 20.

43Il faut, d’autre part, insister sur le parallélisme des structures paroissiales et laïques, très nette au plan chronologique (par exemple en 1907-1908, avec le développement symétrique de l’Amicale Sainte Barbe et de l’Amicale laïque), mais aussi au niveau des initiatives, des équipements, et des activités sociales proposées. Dans les deux cas, les textes fondateurs comme l’analyse des pratiques et des témoignages, établissent clairement la volonté parallèle d’intervenir sur le corps et l’âme (ou l’esprit...), et « d’occuper le terrain » au sens social et géographique de l’expression. Il s’agit véritablement, ici comme ailleurs, de former des pôles d’activité engendrant des circulations et des défilés concurrents : nombreux sont les témoins évoquant les fanfares ou les sections gymniques qui « défilaient (...) et se suivaient de peu le même jour, et au même endroit » (Madame Carrot, ouvrière-épicière). Rivalité sociale et spatiale dont la mémoire ouvrière est floue, comme chaque fois que sont évoqués les antagonismes parcourant le groupe ouvrier : l’affirmation d’une absence d’enjeu vécu est générale : étant donnée « l’indifférence du plus grand nombre » (Monsieur Guichard, ouvrier du cycle), l’appartenance à l’un ou l’autre « clan » – à moins qu’il ne s’agisse d’une appartenance militante et prosélyte – intervient peu dans les relations quotidiennes. La familiarité de voisinage et les solidarités de métier transcendent, en quelque sorte, les différences. Les exemples donnés semblent effectivement montrer que le réseau paroissial et le réseau laïque ne se substituent pas au réseau familial, au réseau de voisinage et aux relations professionnelles, et se situent dans une dimension autre, et double : l’appartenance est à la fois du strict domaine privé et individuel (« chacun ses opinions ou ses croyances ») et du domaine public, dépassant largement l’individu ou le petit groupe. D’autre part, étant profondément liées, dans le contenu et la forme de nombre de leurs activités, aux sociabilités ouvrières traditionnelles hors-travail, et les ouvriers y étant très largement majoritaires, on peut considérer que les sociétés paroissiales et laïques participent, à leur manière, à la définition de l’identité sociale. D’autant que les évolutions des années 30, du côté de l’Amicale laïque mais aussi du côté paroissial, ont nettement accentué cette dimension « de classe » des deux pôles.

Évolutions idéologique et politique de l’entre-deux-guerres

44Les années 30 se traduisent, au Soleil comme ailleurs, par le passage d’un antagonisme parfois virulent à des relations moins conflictuelles, puis à une reconnaissance mutuelle pendant le Front Populaire. C’est essentiellement lors des mouvements revendicatifs que les prises de position de certains prêtres traduisent des engagements nouveaux de soutien aux grévistes, et correspondent, chronologiquement, à l’émergence laborieuse de la CFTC, dans une classe ouvrière localement influencée par un mouvement syndical très actif et très anticlérical. Les exemples cités sont la grève générale de la métallurgie stéphanoise, au printemps 1924, ou les conflits lancés entre passementiers et fabricants sur le tarif, l’année suivante. Cette évolution s’affirme au début des années 30. La CFTC y a sans doute joué, localement, un rôle moins important et moins porteur de changement profond que la JOC : on sait que la Loire a été l’un des premiers centres de développement de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, et que Saint-Etienne a fourni un nombre important de cadres au mouvement avant et après la guerre. Organisée en 1929, la section JOC du Soleil est largement née du patronage paroissial, structure relativement statique dans les années 20, mais dont le recrutement ouvert sur le quartier permettait de n’éliminer personne, à la différence de mouvements catholiques plus exigeants et, partant, beaucoup moins accessibles aux ouvriers. A la veille du Front populaire, l’assemblée mensuelle de la JOC réunit 30 et 50 jeunes ouvriers, ce qui est très honorable pour une organisation récente qui inquiète une partie des catholiques et des prêtres de la paroisse, et est l’objet d’attaques souvent virulentes de la gauche socialiste (au nom surtout de l’esprit laïque) et du Parti Communiste jusqu’en 1934 (au nom de la lutte des classes). Le Front Populaire atténue les antagonismes ; les grèves du printemps 36 et les occupations d’usines, auxquelles participent la JOC et la CFTC, débloquent quelque peu la situation.

45L’évolution des rapports n’est cependant pas linéaire ; elle est marquée par des convergences ponctuelles, qui estompent mal des décennies d’affrontement idéologique, et d’anticléricalisme ouvrier et du mouvement ouvrier : il apparaît assez nettement que les convergences ont plus pour cadre l’atelier et le travail que le quartier. Il faut attendre les combats communs de la Résistance, dans lesquels les prêtres et les militants catholiques s’engagent massivement au Soleil, pour que les dernières réticences soient levées, et que les catholiques sociaux et les militants ouvriers chrétiens ne soient plus seulement « les poissons rouges dans le bénitier » stigmatisés par la CGT, pendant la grève de 1924...

  • 17 Voir AMSE 1 I 45, Fête au Soleil (1938) ; 1 M 197, Bains-Douches.

46Alors que les sociétés paroissiales connaissent une période de stagnation, voire de repli, entre les deux guerres, l’Amicale laïque a, sans conteste, le vent en poupe. Il est difficile de hiérarchiser les facteurs internes et externes qui, localement, expliquent cette croissance : soutien multiforme et quasiment constant des municipalités stéphanoises de 1900 (année de l’élection à la mairie du passementier syndicaliste Jules Ledin) à 1939 (année du décès du maire socialiste indépendant Louis Soulié) ; affaiblissement et divisions du « camp paroissial » ; dynamique politique aussi pendant le Front Populaire, période faste pour le quartier du Soleil, littéralement choyé par la municipalité : les fêtes du Cinquantenaire de l’École publique (en 1931), du Trentenaire de l’Amicale (en 1937), de l’Inauguration d’une crèche, d’un lavoir public et de quatre nouvelles classes primaires (en 1938) sont autant d’occasions de défilés quadrillant l’espace social et politique du quartier « tambours et clairons en tête », de « grands banquets laïcs et démocratiques », et de « grands bals populaires des familles »17. L’Amicale laïque est alors au centre de l’organisation de ces festivités qui sont autant de manifestations politiques laïques et républicaines d’abord, de plus en plus « démo cratiques et antifascistes » ensuite. L’Amicale est indiscutablement le pôle politique et social structurant la vie de quartier et écrasant, par son dynamisme, des sociétés paroissiales qui attendent des jours meilleurs. Pour les partis de gauche elle est à la fois lieu d’investissement et de recrutement de militants, et infrastructure permettant de développer leur influence politique dans le quartier. Les années de crise sont à cet égard symptomatiques, qui voient les chômeurs pointer à l’Amicale laïque, où se tient aussi la Soupe populaire : nombreux sont les témoignages qui appliquent à l’Amicale l’adjectif « prolétaire », et la mettent en parallèle, au plan de sa fonction politique, avec les syndicats.

  • 18 Résultats électoraux dans AMSE, série K, bureaux de vote du Soleil et du Treyve.

47L’évolution des rapports de forces politiques dans le quartier sont d’ailleurs significatifs (cf. annexe no 10). « Ancré à gauche » dès le début du siècle, le Soleil accorde en permanence des majorités absolues puis relatives aux coalitions radicales-socialistes et de centre-gauche, et des pourcentages de plus en plus importants au Parti communiste : de 8,2 % des suffrages en 1925, il passe à 32,9 % en 1936 et 60,3 % en avril 1945 ! L’hégémonie du Parti Communiste, sortie renforcée du Front populaire, de la Résistance et de la Libération, devient une donnée structurelle dans l’espace politique du Soleil. Elle ne se démentira pas pendant plusieurs décennies, jusqu’à la disparition des bastions industriels et ouvriers sur lesquels elle s’appuyait18. Le Soleil noir est devenu un « quartier rouge ».

Notes

1 Le « montage en blanc » est la fabrication du cadre du vélo avant émaillage (assemblage, brasage ou soudure, limage, ébarbage, etc.) ; le « montage en noir » est celui du cadre émaillé (décoration, équipement, montage des roues, finition, etc.).

2 M. Zancarini, « Une Nouvelle Usine pour une nouvelle classe ouvrière : idéologie et pratiques patronales à la M.F.A.C. de St-Etienne », pp. 224-240 ; J.P. Burdy, « Ouvriers, ouvrières et employées de la M.F.A.C. entre-les-deux-guerres », pp. 241-274, in L’Industrie du cycle..., op. cit

3 Extrait de son Rapport Officiel de l’Exposition de Saint-Louis, 8 juin 1905, cité par M. Zancarini. Cf. également la brochure polycopiée Notes sur mon voyage aux États-Unis, 1904-1905.

4 296 dossiers dépouillés dont 66 d’employés, 118 d’ouvriers, et 112 d’ouvrières ; chaque dossier comprend entre 30 et 50 pièces permettant la reconstitution d’itinéraires socio-professionnels très complets. Un dizième des dossiers concernant des salariés au Soleil.

5 Contrat Collectif de Travail entre l’Association des Syndicats Métallurgiques patronaux de la Loire et les Ouvriers sur Métaux, représentés par les Syndicats Ouvriers des Métaux de la Région de Saint-Etienne, adhérents à la CGT. Brochure, Saint-Etienne et Application du Contrat Collectif du Travail (...), Brochure, Saint-Etienne, nov. 1936, 40 p.

6 M. Zancarini, La Mine et les Mineurs (1981), La Crise économique dans la Loire (s.d.).

7 AMSE 1-0 (rue de la Talaudière 10/1/1894).

8 L’analyse repose sur quelques témoignages, et surtout sur les archives privées de la Fraternité Protestante (AFP).

9 Une dizaine de protestants parmi les témoins interrogés.

10 Cf. J. Baubérot, « L’évangélisation protestante et la classe ouvrière : les solidarités » in « Christianisme et monde ouvrier », Les Cahiers du Mouvement Social, 1975, pp. 158-184.

11 Cf. E. Gounelle, La Vie et l’Œuvre de Louis Comte (1857-1926), St-Etienne, 1927.

12 AFP, L'illustré protestant, mars 1955.

13 Rapports d’enquêtes pastorales. Archives de l'Archevêché de Lyon.

14 ADL 30 M 2 et 3, Sociétés musicales, et ADL 27 M 2, Cercles catholiques.

15 Cf. Christianisme et monde ouvrier, op. cit., Introduction.

16 Pour toutes ces sociétés, ADL série M classée ou non classée (p. ex. M 521 tr. 458/2).

17 Voir AMSE 1 I 45, Fête au Soleil (1938) ; 1 M 197, Bains-Douches.

18 Résultats électoraux dans AMSE, série K, bureaux de vote du Soleil et du Treyve.

Table des illustrations

Titre Victorine C., Usineuse chez Mimard
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search