Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Quatrième Partie. L'entre-deux-guerres : une nouvelle classe ouvrière

Chapitre VII. « Étranges étrangers... »1

Texte intégral

1 – La grande guerre : un « âge d’or » pour le bassin industriel

  • 1 Titre choisi par M. Zancarini pour son recueil de documents sur L’immigration dans la Loire (ADL é (...)

1Le Soleil n’a jamais été un quartier mono-industriel, dans lequel la mine aurait assuré la totalité des emplois masculins. Jusqu’à la Première Guerre, la mine assure la majorité des emplois – entre 40 et 50 % de la population active –, même si la tendance sur la longue durée est à la baisse relative. A l’inverse, la part de la métallurgie est allée croissant, de moins de 5 % de la population active au milieu du XIXe siècle à 15 % en 1906 : résultat, essentiellement, du développement des entreprises sidérurgiques puis métallurgiques dans le quartier voisin du Marais, en particulier après la crise des années 80. Faisant du bassin de la Loire le principal arsenal français, la Grande Guerre donne un véritable coup de fouet à l’industrie extractive et aux usines d’armement, pour lesquelles on peut parler d’un véritable « âge d’or ». L’afflux de réfugiés et le recrutement d’une main-d’œuvre française et étrangère extérieure du bassin se traduisent par une croissance démographique très importante – Saint Etienne passe de 148 600 habitants en 1911 à 212 000 en 1918 –, et par un brassage de population de toutes origines dans les quartiers industriels. La fin du conflit s’accompagne de mouvements contradictoires, mais qui nous restent pratiquement inconnus faute de recensements partiels ou globaux avant 1921 : retour des soldats démobilisés, départ d’une partie des réfugiés et des contingents d’ouvriers étrangers, recrutement par les Houillères d’autres groupes étrangers, mobilité contrainte des ouvrières licenciées dès la fin de 1918, mouvements de main-d'œuvre liés à la reconversion des usines de guerre, etc. 1914 amorce donc de profonds changements dans la main-d’œuvre stéphanoise, dont les effets se continuent dans les années 20. Quelques chiffres permettent de situer l’ampleur des évolutions dans le quartier du Soleil, dont la population, de moins de 7 500 habitants en 1911 passe à peut-être 10 000 en 1917, et 8 500 environ dans l’entre-deux-guerres.

Évolution de la population active au Soleil (1911-1946)

Évolution de la population active au Soleil (1911-1946)

2L’augmentation de la population active de 1911 à 1931, puis son reflux jusqu’à la fin des années 30, s’accompagnent d’évolutions opposées quant à la place en valeur absolue et relative des différents secteurs de l’emploi : augmentation puis diminution brutale du nombre des salariés des Houillères, croissance continue du nombre et du pourcentage de métallurgistes et d’employés, arrivée d’un très important contingent d’ouvriers étrangers, qui représentent le quart de la population active en 1926, mais un dixième seulement de cette même population vingt ans plus tard.

2 – L’appel à la main-d’œuvre étrangère

  • 2 ADL, M2 0 34, Rapport du Commisaire Spécial, 15/2/1913.

3Les étrangers sont peu nombreux dans le bassin industriel de la Loire au début du XXe siècle : un peu plus de 5 000 en 1906 et en 1911, aux trois cinquièmes italiens, employés dans le bâtiment et les travaux publics, la métallurgie, les mines, les verreries de la vallée du Gier et quelques usines textiles. L’étude des recensements du Soleil ne permet de détacher que quelques familles de mineurs ou ouvriers du bâtiment piémontais, beaucoup plus rarement un chauffeur suisse, un armurier belge ou un métallurgiste bavarois : moins d’un pour cent des actifs jusqu’à la veille de la guerre. Un mouvement d’appel « au concours d’ouvriers étrangers » s’amorce cependant en 1913 dans les mines, à la suite du déficit de main-d’œuvre consécutif à la loi des Trois ans : un rapport de police signale que les Houillères de Saint-Etienne occupent au Soleil, aux puits Mars et Verpilleux, « en tout 65 ouvriers étrangers, dont plusieurs vivent en commun (...) et sont occupés au titre de manœuvre (...) Les ouvriers espagnols ont été recrutés à Barcelone notamment, et les ouvriers italiens dans le Piémont. Dès leur installation dans notre ville, des correspondances s’établissent entre eux et leurs compatriotes restés dans le pays, et c’est ainsi que se continue le recrutement de la main-d’œuvre étrangère »2.

4C’est donc la guerre qui entraîne un appel massif à la main d’œuvre étrangère, au Soleil comme dans le reste du bassin stéphanois qui se couvre de cantonnements kabyles, « chinois », marocains, grecs, espagnols, etc. S’ils sont 5 313 en 1911 et 18 961 en 1921, on peut estimer à 30 000 environ les étrangers travaillant dans la Loire au plus fort de la guerre, recrutés par le ministère de l’Armement (pour « la race blanche ») ou de la Guerre (pour les « indigènes », « exotiques », et autres « coloniaux »). Un tiers environ de cette main-d'œuvre repart à la fin du conflit et pendant la reconversion, puis le recrutement reprend de plus belle au début, des années 20 : 40 000 étrangers environ sont installés dans le département en 1927-28, quand s’amorce la crise des Charbonnages. Ils sont moins de 30 000 à la fin des années 30, dont plus des deux tiers à Saint-Etienne. La même évolution se lit au Soleil. Pendant la guerre arrivent nombreux et en groupes constitués des Espagnols, des Marocains, des Italiens, auxquels s’ajoutent plusieurs centaines de prisonniers «allemands », en réalité presque tous alsaciens-lorrains. Dans le quartier voisin du Marais sont cantonnés, à proximité des usines sidérurgiques, des « Chinois » (indochinois et chinois), des Kabyles, des Grecs, des Albanais et des Arméniens. Au Soleil, la principale vague d’immigration est postérieure à la guerre, entre 1919 et 1926 (Cf. annexe no 9). À cette date, les étrangers sont environ 1 500, et représentent le quart de la population active. Leur nombre diminue ensuite, est compris entre 1 000 et 1 200 personnes dans les années 30. La diminution s’accompagne d’évolutions internes dans la composition du groupe étranger, dominé par quatre nationalités : en nombre croissant, les Polonais (333 en 1921,560 en 1936) forment la communauté la plus importante (45 % des étrangers en moyenne) ; les Espagnols (30 % en moyenne) et les Italiens (10 %) sont surtout nombreux en 1926 ; les Marocains (10 %) sont les premiers licenciés et renvoyés dès la fin des années 20.

5La structure par âge et par sexe de la population étrangère contraste avec celle d’une population française vieillissante, dont le taux de masculinité est en baisse constante. À leur arrivée, les étrangers sont le plus souvent des hommes seuls, certains groupes étant exclusivement masculins (immigrés d’Afrique du nord). Une partie d’entre eux sont rejoints par leur famille quelques mois après (Polonais, Espagnols. Italiens) ; malgré cela, le taux de masculinité de la population étrangère reste globalement élevé (en général entre 55 et 60 %). Les pyramides des âges que l’on peut établir pour l’entre-deux-guerres transcrivent clairement les différences démographiques structurelles : sur masculinité, surreprésentation des cohortes masculines dans les tranches d’âge 1945 ans, forte fécondité des ménages polonais et espagnols, etc. En 1931, les deux tiers des étrangers ont ainsi moins de trente ans, et les neuf dixièmes, moins de quarante cinq ans. Éléments de vitalité contrastant avec l’atonie française : constatés, enregistrés, subis, ils sont autant de griefs fondant une xénophobie latente ou explicite, bien que différentielle.

Mineurs et manœuvres

  • 3 J.-Ch. Bonnet, Les Pouvoirs publics et l’immigration dans l'entre-deux-guerres, Lyon, 1976, 414 p.

6L’immigration au Soleil est une immigration du travail. Les ouvriers étrangers ont été recrutés pour travailler essentiellement à la mine, moins souvent dans la métallurgie, et selon des modalités diverses : recrutement direct par les entreprises par l’intermédiaire d’agents français ou de la nationalité correspondante (les «entrepreneurs»), puis autorecrutement dans un second temps avant la guerre ; recrutement par des agences gouvernementales pendant la guerre ; retour au recrutement direct après la guerre, quand l’administration se laisse dépouiller de son monopole de fait, au profit des entreprises puis de leur Société Générale d’immigration (SGI), créée en 19243. Main-d’œuvre masculine qui vient combler les vides de la Grande Guerre, la population étrangère a un taux d’activité très élevé : il atteint au début des années 1920, 75 %, soit le double du taux d’activité français. La décroissance de ce taux d’activité, qui apparaît dès le recensement de 1926, correspond en fait à l’arrivée des familles des ouvriers déjà sur place (Espagnols et Italiens), ou à l’arrivée d’ouvriers accompagnés de leur famille (Polonais). Jusqu’en 1930, le taux d’activité dépasse 55 %, chute très nettement ensuite sous l’effet de la crise (– 9 % entre 1931 et 1936). Il reste toutefois supérieur de 10 % au taux d’activité français. Les Houillères sont de loin le premier employeur des étrangers du Soleil : 75 % en moyenne entre les deux guerres, plus de 80 % dans les années 20. Les conséquences en sont de première importance pour le groupe des ouvriers français de la mine : dans la décennie qui suit la guerre, presque 40 % des mineurs de fond sont étrangers, et jusqu’à 76 % des manœuvres au jour ! Le « dégraissage des effectifs » par la crise touche essentiellement les ouvriers étrangers, mais leur nombre reste élevé : un tiers environ des mineurs de fond, plus de 40 % des manœuvres du jour. Le reste de la main-d’œuvre étrangère logée au Soleil est employé dans les ateliers métallurgiques du Marais. Sur l’ensemble de l’entre-deux-guerres, les ouvriers professionnels sont très peu nombreux : si l’on met à part un certain nombre de mineurs polonais recrutés comme piqueurs et qui accèdent assez rapidement à des postes de chefs d’équipe, la presque totalité des immigrés sont journaliers-manœuvres dans les années 30. Les emplois occupés diffèrent selon la nationalité. Les Polonais sont surtout mineurs de fond (à 93 % en 1926, à 72,2 % en 1936) ; les Espagnols sont manœuvres au jour (à 55,8 % en 1926) ou dans la métallurgie (à 34,8 % en 1936). Mineurs de fond en 1926 (à 66,2 %), les Italiens sont rapidement transférés vers la métallurgie et le bâtiment (en 1936, respectivement 74,3 % et 28,6 %). Les Marocains et Kabyles restent manœuvres au fond ou au jour (environ à 40 % et 50 % en 1926 et 1936). La main-d’œuvre étrangère employée au Soleil entre les deux guerres se caractérisent donc par sa faible qualification : manœuvres ou O.S., ils n’ont à vendre que leur force de travail. L’emploi est très concentré dans le secteur des mines et dans la métallurgie lourde du Marais : les immigrés sont les nouveaux prolétaires de la grande industrie traditionnelle.

Un courant migratoire ancien : la famille d’un mineur originaire de Haute-Loire. (Plaque du Photographqe des Ponts, vers 1920, tirage M. Muller)

Le « cantomiement » des étrangers

7La question du logement des travailleurs étrangers est, pendant une quinzaine d’années (1914-1927 environ), étroitement dépendante de la politique patronale en la matière. Pendant la guerre, deux solutions « provisoires » sont adoptées pour une main-d’œuvre aux effectifs croissant de manière spectaculaire : la réquisition d’édifices publics (Bains-Douches municipaux, cinéma Lune) et la construction de cantonnements en matériaux légers. La principale caractéristique du provisoire étant de durer, ces cantonnements sont utilisés, pour certains d’entre eux, jusque dans les années 1950. Ils introduisent, dans l’espace du quartier, une ségrégation spatiale qui coïncide avec une ségrégation sociale. La répartition des étrangers dans le quartier, telle qu’elle apparaît dans le recensement de 1921, est d’une grande stabilité jusqu’à la fin des années 50, et l’arrivée des familles algériennes. Logeant au plus près des lieux de travail, Espagnols, Marocains, Algériens se répartissent entre le cantonnement de Méons, à proximité du Puits Verpilleux, et les îlots vétustes du Vieux Soleil. Plus de la moitié des étrangers sont concentrés dans le haut du quartier, où habitent d’ailleurs aussi la majorité des mineurs français. Seuls les Polonais sont au centre du Soleil, les Houillères ayant construit, pendant la guerre, au 71 de la rue du Soleil, une cité de trois bâtiments qui leur sont attribués. Les étrangers sont presque absents des îlots plus récents et plus confortables de l’entrée du quartier, où logent surtout cheminots, employés et métallurgistes. Cette répartition inégale, ségrégation dans le logement et dans le quartier qui réserve aux étrangers la partie la plus vétuste et la moins bien équipée du bâti, est autant la preuve que la cause d’une ségrégation sociale. Elle renforce la coupure qui s’esquisse progressivement, depuis l’avant-guerre, entre la partie la plus ancienne et la plus éloignée du centre ville – essentiellement peuplée de mineurs et de manœuvres – et une partie plus proche du centre, à peu de distance de la gare, où les immeubles, plus récents, abritent une population ouvrière plus aisée. Le cantonnement spatial et social est l’un des éléments de la division de la classe ouvrière au Soleil entre les deux guerres, mais est plus ou moins net selon les nationalités. Le caractère communautaire de fait de l’immigration polonaise est topographiquement inscrit dans « la cité du 71 » : 96 % des Polonais y logent en 1921, et encore 77,5 % en 1936, dans des logements d’une ou deux pièces. Les trois bâtiments, entourés de petits immeubles où logent mineurs et métallurgistes français, sont donc sous le regard constant des ouvriers français, qui peuvent ainsi apprécier et critiquer, en permanence, leurs manières de vivre et d’habiter. À partir du milieu des années 20, les Espagnols sont essentiellement logés rue de la Talaudière, dans des immeubles rapidement construits sur des terrains... inconstructibles à cause de leur instabilité. Ils se sont ensuite progressivement répartis dans la plupart des rues du haut du quartier, à la différence des Polonais, mais selon un processus qui est aussi celui des Italiens, d’abord logés à Méons par les Mines, mais qui essaiment très vite dans le quartier, en même temps d’ailleurs qu’ils abandonnent la mine pour la métallurgie et le bâtiment. Presque tous solitaires, sinon célibataires, entre les deux guerres, les ouvriers marocains et algériens ont initialement été logés dans un des cantonnements de Méons. Ils n’ont pas, ensuite, bénéficié d’un logement des Houillères. Très rarement locataires de logements, ils se retrouvent presque tous pensionnaires dans des garnis, immeubles vétustes et insalubres des impasses ou ruelles du centre ou des marges du Soleil : autant de petits ghettos appartenant à des « marchands de sommeil », ouvriers ou commerçants du quartier.

8Le sens spatial et architectural du logement des étrangers dans l’entre-deux-guerres correspond bien au terme très utilisé de «cantonnement». La localisation en cités ou en immeubles-ghettos prend des formes différentes selon les nationalités, mais traduit de fait un regroupement qui est un isolement imposé, mais peut être aussi, d’une certaine manière, revendiqué. Car la localisation imposée est à la fois produit d’un processus d’exclusion, et moyen de briser l’isolement dans la société d’accueil ; et de préparer – pour certains d’entre eux – une intégration ultérieure.

3 – « Étranges étrangers »... : la mémoire de l’arrivée

  • 4 P. Chapelon, Saint-Etienne pittoresque, St-Etienne, 1924, p. 248.

9Les témoins interrogés au Soleil, presque tous français, parlent beaucoup des étrangers dans l’entre-deux-guerres. Au-delà d’un discours sécuritaire anti-maghrébin très répandu, les récits permettent de dégager les traits principaux de l’image des étrangers dans la mémoire ouvrière : image au présent d’une époque où « on appelait déjà les Polonais les polaks, les Italiens les macaronis, les Espagnols les escargots, et les Arabes les bicots... » (Monsieur Buyer, métallurgiste). Image ? Plus exactement les images, car la xénophobie est différentielle. Selon les groupes étrangers auxquels elle s’applique, elle se situe à mi-chemin entre les vitupérations de l’extrême-droite et les discours lénifiants comme celui de Pierre Chapelon, chantre, dans les années 20, de « l’esprit stéphanois » dans ses quartiers : « Au Soleil habite une population de mineurs, depuis la guerre un peu cosmopolite. Pour conjurer la crise ouvrière, on dut recruter un grand nombre d’exotiques où tranchent les marocains à la mine bistrée sous le fez écarlate. Cependant les « sidis » ne sont pas les seuls, et on entend parler les dialectes les plus divers, on discerne les couleurs de visage les plus nuancées. L’affabilité native des stéphanois rend le séjour agréable à tous ces bons africains qui, le dimanche, déambulent joyeusement sous le pardessus européen, et profitent des distraction qui agrémentent ce quartier : cinéma, cafés, etc. »4.

10Les témoins les plus âgés, nés avant le siècle, se souviennent de l’arrivée des étrangers pendant la Première Guerre. Ils insistent sur les apparences vestimentaires et les manières de se comporter, mais aussi sur les conditions de recrutement et de la mise au travail. Madame Perrin, clapeuse, née en 1893 : « Il y a eu l’arrivée des étrangers ! D’abord les Espagnols, je me souviens encore quand ils sont arrivés tous ensemble à la fin de 1914, ils avaient des espadrilles, une petite veste bleue mince, un béret... Ils étaient misérables !... On les a installés dans un camp, à Méons, leurs familles sont venues après. Ils étaient dirigés par un nommé Ricardo, un marchand d’hommes ou d’esclaves, un malin qui allait lui-même les chercher en Espagne, et il s’est enrichi comme ça... ». Le récit de Monsieur Gibert, charpentier à la mine, né en 1900 est comparable : « Les Espagnols, c’était Ricardo qui les menait, c’était leur chef. Lui, il savait parler français ; ils savaient rien du tout parler, eux, avec leur petite blouse grise et puis leurs paniers et leurs savates : ils savaient pas parler français ! C’est comme les machins, les Algériens, c’est la même : c’était Mustapha qui les commandait, c’est lui qui prenait les ronds, et puis les autres, les pauvres diables, ils voyaient rien ! ». Précieux documents historiques, les clichés du photographe des Ponts ont fixé ces immigrés nord-africains, chinois ou indochinois du Soleil ou du Marais, vêtus à leur arrivée de vêtements disparates, engoncés dans de lourdes capotes militaires ou dans des manteaux acquis dans les friperies stéphanoises... Ces signes extérieurs de l’immigration ont leur importance, et, ont contribué à la constitution des images différentielles des nationalités dans la mémoire ouvrière française.

  • 5 ADL M 2034. Rapport du Commissaire du Chambon-Feugerolles, 8/10/1913.

11De même qu’est resté gravé, soixante-dix ans après, le nom des « entrepreneurs » étrangers, sergents recruteurs du grand capital qui sous-traitait le regroupement et l’acheminement de la main-d’œuvre italienne, espagnole, marocaine et algérienne. Les rapports de police soulignent à la fois leur fonction d’interprète – indispensable pour « la saine gestion » de certains groupes - et les avantages exorbitants qu’ils en tirent, en particulier comme « intermédiaires financiers peu scrupuleux (...) et qui n’hésitent pas à pressurer leurs compatriotes»5. Globalement, les témoins interrogés sur l’arrivée des premiers immigrés portent une appréciation réprobatrice sur les modalités de recrutement et d’installation des « pauvres diables » troupes misérables soumises aux « marchands d’esclaves » se réservant le versement d’un salaire amputé de frais de cantine gonflés et d’un pourcentage « pour services rendus ». Ils expriment donc une certaine commisération, qui ne va cependant pas jusqu’à la solidarité. En effet, la focalisation des critiques sur Ricardo ou Mustapha, les plus connus des entrepreneurs du Soleil, évacue de facto le rôle des employeurs les grandes compagnies françaises-, et renvoie finalement les critiques sur l’ensemble des étrangers « incapables de régler leur compte avec les recruteurs » : la formule employée par un témoin laisse voir l’ambiguïté de la critique. De même qu’à trop souligner la misère des apparences, qui n’a qu’un temps, on établit en réalité une distinction qui va bien au-delà du simple costume.

4 – Dieu, travail, famille, patrie : le sens des qualités polonaises

12Dans l’entre-deux-guerres, les deux principaux groupes polonais du bassin de la Loire sont installés l’un à Roche-la-Molière et La Ricamarie, l’autre au Soleil et au Marais. Les Polonais sont arrivés en deux temps. Certains arrivent pendant la guerre, seuls ou en famille, du nord de la France : travaillant avant l’invasion allemande dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, ils ont été évacués vers les bassins du Centre et du Midi, où se trouvaient parfois déjà des mineurs polonais. Un quart environ des Polonais du Soleil ont suivi cet itinéraire, repérable par les communes et dates de naissance des enfants. Les autres sont recrutés après la guerre, avec femmes, enfants, institutrices et prêtres, par les agents des Houillères puis de la Société Générale d’immigration, dans les bassins miniers de Silésie allemande ou de Westphalie : comme sa femme Catherine (née en 1891), Thomas Z. est né (en 1889) à Chropaczow, en Silésie allemande ; leur fille Janna est née à Grodzice, dans le bassin silésien, en 1914, mais Mitchvoka (en 1920) et Sabina (en 1922) naissent à Albi : la famille est recensée au Soleil en 1926. Le cas de Jean N. illustre la grande migration vers l’ouest des populations du Reich wilhelminien : il est né à Holtzhausen, dans le bassin minier de Sarre, en 1888, comme sa femme Amélie et son premier fils Wladislas, en 1913. Le deuxième fils, Edmond, naît à Saint-Etienne en 1924. Ces quelques itinéraires individuels et familiaux sont, en fait, ceux de groupes professionnels liés à la mine : les deux tiers des Polonais du Soleil sont originaires du bassin silésien, et un quart d’entre eux environ viennent des bassins miniers allemands (Ruhr, Saxe, Sarre). Ils arrivent donc en groupes souvent déjà structurés par des liens familiaux, religieux et culturels qui les font apparaître comme une communauté bien caractérisée. Nous ne voulons pas dire par là que les contradictions idéologiques et politiques sont absentes de ce groupe - nous montrons plus loin qu’il n’en est rien —, mais un certain nombre d’attitudes, de manières de vivre et d’habiter, fondent une homogénéité socio-culturelle très remarquée, soigneusement entretenue par la houlette attentive du patronat français qui fait tout pour fixer et conserver cette main-d'œuvre.

Une communauté fortement structuré : les Polonais de l’entre-deux-guerres (Plaque du Photographes des Ponts, vers 1925 – Tirage M. Muller)

13La conservation des formes culturelles - au premier rang desquelles la langue polonaise – passe largement par un encadrement religieux dans lequel le patronat joue un rôle indirect mais patent. Localement, les Houillères et le Comité des Forges en sont les maîtres d’œuvre. Dès 1920, il y a un prêtre polonais à Roche, un au Soleil, où il est secondé par une ou deux religieuses, et une institutrice. Celles-ci s’occupent, à l’école catholique du Soleil, d’une classe de garderie et d’une classe maternelle : 110 enfants sont concernés en 1930, pour lesquels alternent les cours en polonais et les cours en français.

  • 6 ADL Houillères, liasses 2290 et 2343. ADL 15 J 361, Comité des Forges ADL M 489 tr. 438/1 et 508/1 (...)
  • 7 Le Mémorial, 15/9/1926 et 19/1/1931.

14Dans les années 20 et 30, plusieurs réunions patronales sont organisées pour évoquer la situation de l’encadrement religieux de la communauté polonaise, ou la possibilité d’embaucher un aumônier supplémentaire « pour le service religieux des ouvriers occupés par les Mines de la Loire (460), les Houillères de Saint-Etienne (309), les Mines de la Chazotte (150), les Aciéries de Saint-Etienne (246), les Aciéries de la Marine (120). Bedel & Cie (30), la Chaléassière (30) et, éventuellement d’autres usines qui accepteraient de contribuer à cette organisation (...). Le Comité des Forges de la Loire se chargera de réunir les subventions »6. L’aumônerie polonaise s’installe rue Scheurer-Kestner, à la limite du Marais et du Soleil, en 1931. En 1935, les Minoteries Stéphanoises financent la fondation d’un « Foyer polonais » au Marais, où est posée, en 1942, la première pierre de l’église Saint-Eloi, centre de la vie religieuse polonaise jusque dans les années 1970. Autant de subventions et d’initiatives qui permettent à J.-Ch. Bonnet de parler, pour l’entre-deux-guerres, d’un « encadrement religieux exceptionnel » : un prêtre pour 3 500 Polonais, un pour 12 500 Italiens. La presse de droite et la presse catholique ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui célèbrent « les Polonais dociles et travailleurs », « enfants chéris de l’immigration »7.

15L’encadrement religieux et la pratique massive qui caractérisent la communauté polonaise n’ont pas peu contribué à la formation de l’image des Polonais dans la population française, à laquelle n’a pas échappé non plus le nationalisme : élément essentiel de conservation de la cohésion du groupe, il est indissolublement lié à toutes les manifestations religieuses, musicales, sportives, culturelles, etc. Les plaques de verre du photographe des Ponts ont fixé les groupes en costume national lors des communions, processions, enterrements et autres cortèges, où tous et toutes portent à la boutonnière les couleurs nationales. Les archives de police enregistrent ces manifestations nationalistes quand elles sont « susceptibles de troubler l’ordre public par leur ampleur », comme en mai 1922, écho à peine assourdi du soulèvement silésien de 1921 contre l’occupation allemande. Elles enregistrent aussi, au début des années 1930, les contradictions qui s’aiguisent entre le nationalisme catholique et le communisme : en janvier 1931, quand le Comte de Chlapowski, ambassadeur à Paris, rend visite aux Polonais du Soleil, un tract virulent le qualifie de « chien enchaîné fasciste de Pilsudski, petit valet du capital français», et dénonce tout à la fois le régime polonais, ses agressions contre la Patrie du Socialisme, la collusion des patrons et des gouvernements français et polonais, et la misère des ouvriers soumis au chômage partiel dans les mines. Les ferments de division sont là bien présents, contredisant une image extérieure très unanimiste.

16La prolixité des témoins enregistrés sur le groupe polonais traduit son importance sociale au Soleil pendant plusieurs décennies. Des qualités polonaises spécifiques – « propreté », « tenue », « ardeur au travail », la première est sans conteste la plus fréquemment mise en avant, au point de constituer un étonnant leitmotiv : « une clientèle propre, qui tenait les lieux propres » (Madame Faure, sagefemme) ; « une race qui était propre (...) ils sont propres, les Polonais» (Madame Favier, cafetière). La propreté polonaise s’apprécie dans l’apparence (propreté corporelle et vestimentaire) et dans les manières d’habiter (la tenue du logement). Sans que l’on sache précisément s’il s’agit des vêtements du dimanche ou des « vêtements de tous les jours », les Polonais « se distinguent », par le soin apporté à leur tenue vestimentaire, des autres étrangers, mais aussi des Français. La coquetterie des filles et des femmes est mise en valeur par leurs corsages blancs, leurs tabliers brodés, les coiffes et les rubans... L’habit fait ici le moine, au point que cette propreté des apparences va jusqu’à être proposée en modèle à certains enfants français dans les années 30 : « Je me rappelle, étant gosse, on me donnait les Polonais comme exemple pour la propreté, ce qui était quelque chose, pour vous donner un étranger en exemple ! ! » (Monsieur Andrieu, ajusteur). Quant aux logements, ils sont réputés être « tenus de façon impeccable », avec des « petits napperons de dentelle » et « des petits rideaux aux fenêtres ».

17Si la propreté des intérieurs est – division des rôles oblige – particulièrement mise en valeur par les femmes, qui portent là un regard de ménagère, la deuxième qualité se retrouve également chez les hommes et chez les femmes. Les Polonais sont « réservés », « ils ont de la tenue », « ils sont disciplinés », dans une forme de «propreté» morale et sociale. La discipline s’articule autour de quelques points d’ancrage : le regroupement topographique, « le sens de la famille », la pratique religieuse, et « leur culture à eux ». Tous éléments qui fondent une vie communautaire qui se tient « à l’écart », « sur la réserve », tout en se manifestant de temps en temps d’une manière impressionnante dans l’espace du quartier : « Au moment des fêtes religieuses, les Polonais avaient des fêtes à eux, et même une messe exprès chaque semaine pour eux (...) leurs processions, leurs aumôniers, ils faisaient des réunions entre eux, ils ont monté des groupes culturels et artistiques (...). Dans le quartier, ça marquait : la procession des Polonais du Soleil, avec leurs bannières et leurs costumes, c’était quelque chose à voir ! » (Monsieur Maitre, ajusteur). Particularisme un peu ostentatoire, qui est d’abord perçu comme une qualité : il est l’expression, l’affirmation, d’une dignité collective. Dans un deuxième temps, mais de façon atténuée, il est aussi perçu comme une certaine volonté d’isolement un peu sectaire, et partant, critiquable. Il en est de même de l’ardeur au travail, troisième qualité polonaise, qui se conjugue avec le fait que tous les hommes travaillent à la mine, activité qui valorise particulièrement le courage et la force physique : les Polonais sont « des bûcheurs», au fond comme dans le jardin ouvrier.

18Le sens des qualités ne va cependant jamais sans une certaine ambiguïté, et dans ce domaine du travail qui fonde largement l’identité sociale ouvrière plus encore que dans d’autres. On perçoit derrière la phrase : « les patrons les recherchaient beaucoup », l’amorce d’une critique fondamentale : « ceux qui étaient peut être plus mal vus, c’était les Polonais. Parce qu’ils étaient venus (...) pour gagner de l’argent, et ils sont autoritaires. Alors dans les mines, rapidement, on en avait mis comme chefs, et ils étaient pas commodes, on les accusait un peu de mouchardage pour être arrivés... (...) Et dans leur accoutrement, dans leur prestance (...) on les appelait quelquefois : « le Polonais, l’Alboche... » (M. Buyer, tourneur). Ce témoignage fournit en clair quelques clés pour la relecture des qualités attribuées aux Polonais, au premier rang desquelles l’ardeur au travail. Travailleurs, les Polonais, mais ils ont spécialement été recrutés pour cela ; et ils ont fait plus que de venir combler le déficit de la main-d’œuvre française, chose admise dans les années de guerre ou au début des années 20 : connaissant la mine – et pour certains des mines allemandes techniquement très en avance sur les mines françaises –, ils ont été placés aux postes les plus importants du fond (piqueurs et boiseurs), et ont accédé à des fonctions d’encadrement. Certains sont devenus chefs d’équipe, sous-gouverneurs, voire gouverneurs : promotions jugées bien rapides par une partie des ouvriers français de la mine, se retrouvant « sous les ordres d’étrangers ». Briseurs de cadence, sinon briseurs potentiels de grèves, les Polonais sont accusés de trop vouloir en faire, et d’aggraver les conditions de travail au fond : « Les Polonais en faisaient trop : il y a eu beaucoup d’accidents, et de silicose. Parfois le gouverneur nous disait, aux Français : « Vous n’avez fait que ça ? Regardez les Polonais ! ». Je répondais : « Oui, mais on n’a pas avancé plus vite parce que le toit tremble, et ça va tomber ! ». La réaction française s’explique d’autant mieux que l’arrivée des Polonais est concomitante de la nouvelle organisation du travail dans les mines françaises : système Bedeaux de travail individuel et de salaire au rendement, concurrence accrue entre des équipes instables, etc. Dans ce contexte, le recours systématique à l’immigration, dont une fraction reçoit un rôle central dans le processus productif, ne peut qu’exacerber les antagonismes et les ressentiments. Ceux-ci se traduisent, dans les années de crise, par les accusations de « voler le pain » (ou le travail) des Français auxquelles les Polonais n’échappent pas plus que les autres : leur statut particulier dans l’immigration, que le paternalisme patronal rend évident, ne peut, au contraire, que renforcer les critiques.

19En regard des critiques portant sur le travail et la place des Polonais dans la mine, l’hostilité fondée sur leur origine allemande nous paraît d’une portée moindre. Elle est néanmoins significative d’un chauvinisme antigermanique latent qui, en ce qui concerne les Polonais, resurgit avec vigueur dans les années de crise. « Enfants chéris de l’immigration » pour le patronat, les Polonais sont, dans la mémoire des ouvriers français du Soleil, « de bons étrangers » (Monsieur Ruffon, né en 1897, ouvrier au jour puis manuchard) dont l’image est globalement positive, et repose sur un certain nombre de qualités unanimement soulignées. Mais à y bien regarder, « l’assimilation » n’a sans doute pas été aussi facile qu’il est dit pour l’entre-deux-guerres, et la mémoire positive est assez souvent marquée du sceau de l’ambiguïté, sinon de l’ambivalence. La question du travail s’étant nettement révélée, dans les entretiens enregistrés, comme tout à fait centrale dans la constitution de cette ambiguïté. L’intégration des Polonais n’a sans doute été effective qu’avec la multiplication des mariages mixtes après la Deuxième Guerre.

5 – Les espagnols, « des immigrés du sud »

20A peine amorcé avant la guerre, le mouvement migratoire espagnol vers le bassin de la Loire est, pendant et après la guerre, à la fois organisé par les entreprises et individuel, les immigrants arrivant alors sans contrat de travail. Au Soleil et dans l’entre-deux-guerres, les Espagnols sont le deuxième groupe étranger après les Polonais, et représentent environ le tiers des étrangers installés dans le quartier. Selon qu’ils ont ou non été recrutés en Espagne par des agents « entrepreneurs » des compagnies minières, les Espagnols du Soleil ont connu deux types d’itinéraires vers Saint-Etienne. L’itinéraire direct, sans étapes intermédiaires entre le lieu d’origine et Saint-Etienne, correspond au recrutement organisé par contrat. C’est, par exemple, celui du père de Monsieur Martinez : « Mon père était mineur espagnol, il est né à Almeira (en 1899). Je suis arrivé en France à deux ans, d’Almeira. Il est venu embauché par les Mines ; il est venu avant nous, il est reparti en Espagne et on est revenu en 22. On habitait aux cités de Méons, la cité espagnole. Il est resté mineur (...) jusqu’à la retraite. Il a commencé comme mineur en Espagne (...) à l’âge de huit ans (dans) des mines de fer tenues par des sociétés anglaises ». Quelques-uns des mineurs espagnols du Soleil ont cependant transité par d’autres bassins français où ils avaient été embauchés par contrat à la veille de la guerre (bassins du Centre et du Midi) : leur itinéraire est alors comparable à celui des Polonais travaillant dans le Nord-Pas-de-Calais avant 1914. Une autre partie des Espagnols (un tiers environ du groupe installé au Soleil) est arrivée à Saint-Etienne avec des étapes intermédiaires, itinéraire qui correspond, le plus souvent, à une immigration sans contrat préalable. C’est, par exemple celui de Francesco D., mineur, né en 1876 à La Union, dans la province de Murcie. Les lieux et dates de naissance de ses enfants permettent de le repérer à Carthagène en 1905 et 1909, à Marseille en 1913 et 1914, puis à Montceau-les Mines en 1918. Son sixième et dernier enfant naît à Saint-Etienne en 1920. C’est aussi l’itinéraire du père de Madame Martinez : « Quand on est venu ici en France, en 23, en juin, on est parti à Carmaux, dans le Tarn. Là-bas mon frère aîné a travaillé verrier, et mon père est rentré dans la mine de Carmaux... mais mon papa, il disait que la mine, c’était bon pour les rats (...), alors il est entré aussi à la verrerie. Après, la verrerie a fermé... la crise... alors on est parti à Vénissieux, à Lyon, ils ont travaillé chez Berliet. Ça a été pareil, il y a eu compression de personnel, et les premiers qu’on renvoyait, c’était les étrangers. Alors on l’a foutu dehors, on est venu à Saint-Etienne... Là, ils sont rentrés aux Ateliers du Furan. On leur avait dit : « Va là-bas, il y a du travail ». Itinéraires et témoignages confirment, s’il en était encore besoin, que les itinéraires de l’immigration individuelle, « hors contrat », sont en réalité balisés, jalonnés par la présence de parents, de voisins, de « pays » qui signalent les opportunités organisent l’hébergement provisoire et souvent l’embauche et dans tous les cas facilitent l’intégration dans la communauté étrangère du lieu d’arrivée. L’immigration a ici toujours une dimension familiale, qui engage plusieurs générations et la parenté par alliance (souvent les beaux-frères). La cartographie des origines géographiques précises des Espagnols du Soleil est relativement aisée : elle met en évidence quelques pôles majeurs de l’émigration. Sur 287 lieux de naissance localisés (sur un total de 350 personnes en 1931), 216 sont originaires de la région côtière des provinces de Murcie et d’Almeira, et 53 de communes méridionales de l’Espagne. Les Espagnols originaires de Catalogne et des Asturies, mentionnés dans les rapports de police en 1913, ont déjà quitté le quartier lors du recensement de 1921. Entre les deux guerres, la coïncidence de notre carte avec celles de Philippe Videlier pour les Espagnols de Vénissieux, est remarquable. Elles apportent une preuve supplémentaire de la dimension collective de l’émigration. Cela ne veut pas dire que tous les émigrants partent ensemble et en même temps, mais que tous les départs, même quand ils paraissent individuels ou familiaux, s’inscrivent en réalité dans un flux migratoire, lequel a une origine précise et collective, et une ou des destinations plus ou moins précises mais qui, à terme, sont collectives. Au Soleil, le groupe espagnol s’appuie sur une communauté des origines géographiques. Il ne représente pas le même enjeu que la main-d’œuvre polonaise : l’intervention patronale porte essentiellement sur le logement (cité de Méons, immeubles de la rue de la Talaudière), et est réduite en ce qui concerne l’encadrement religieux ou idéologique. En 1926, pourtant plus nombreux que les Polonais, les Espagnols n’ont pas de prêtre au Marais. Une seule religieuse de Saint-Joseph s’occupe des enfants espagnols au sein du patronage libre, et rend visite à certaines familles catholiques qui le demandent.

Une présence de très courte durée : un « indigène » indochinois à la fin de la Première Guerre Mondiale (Plaque du Photographe des Ponts - Tirage M. Muller)

21Au contraire des Polonais (« toujours bien habillés ») et des Français (« on était vêtu simplement mais proprement »), les Espagnols sont « sales », « fagotés », « toujours en vêtements de travail », « des espadrilles aux pieds », « sans compter que les Espagnols, les femmes portaient leur panier sur la tête ». Dans le même sens, la taille des familles espagnoles est fréquemment jugée excessive ; le terme de « grouillement » est utilisé à plusieurs reprises. De même que le reproche d’avoir bénéficié de logements patronaux, qui traduit plus l’existence d’une « question de logement » chez les ouvriers français, même s’ils s’en défendent, que la réalité des conditions de logement des étrangers dans les cités des Houillères. La pièce unique ou les deux pièces y sont la règle, même si certaines familles très nombreuses obtiennent des logements de trois pièces. Il semble, en fait, que le « grouillement » évoqué tienne moins à la démographie qu’aux manières de vivre et d’habiter, puisqu’à nombre d’enfants comparable, les Espagnols « grouillent », mais pas les Polonais... La localisation précise des Espagnols et des Polonais dans le quartier n’est qu’un élément d’explication : la cité polonaise du 71, bien qu’entourée de bâtiments habités par des Français, est légèrement en retrait de la rue du Soleil ; les immeubles espagnols s’alignent le long de la côte Saint-Louis, empruntée chaque jour par des centaines de mineurs : on voit donc plus les enfants espagnols sur les trottoirs de la rue de la Talaudière que les enfants polonais dans la cour de la cité du 71. Mais ce sont les habitudes culturelles qui, derrière l’argument topographique, sont en cause : « Les enfants polonais sont plus tenus » : « les Espagnols traînaient sur le trottoir », « ils avaient des lessives énormes aux fenêtres », « ils faisaient beaucoup de bruit ». Ce sont les manières d’habiter la rue et dans la rue que l’on déclare ne pas avoir admis chez les Espagnols. Singulière intolérance d’une mémoire qui exalte parallèlement les sociabilités du quartier ouvrier d’antan français il est vrai.

6 – Berbères et Kabyles : le mépris et la crainte

22Significatives de leur statut juridique et de leur image dans la société française, de multiples appellations sont appliquées aux travailleurs nord-africains, arrivés dans le quartier pendant la Première Guerre et dans les années 20 : dans la colonne « nationalité » des recensements – quand elle n’est pas vide – ils sont parfois «indigènes» (en 1921, surtout), assez souvent « français », quelquefois « marocains » ou « algériens », quelquefois encore « français (Maroc) », trois fois « arabes » (des Marocains en 1926), et deux fois « kabyles » (deux Algériens, en 1931). Dans la mémoire ouvrière enregistrée par l’enquête orale, ils sont assez unaniment désignés sous l’appellation « arabes », terme générique auquel on substitue fréquemment, avec une connotation très péjorative, celui de « maghrebins ».

23Presque seuls travailleurs nord-africains au Soleil dans les années 20 – sous réserve du passage de groupes kabyles pendant la guerre —, les Marocains restent majoritaires jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre. Nous avons pu relever en 1931, l’origine de 63 des 75 Marocains du Soleil : 52 sont originaires du Souss, vallée qui s’étire entre le Haut-Atlas et l’Anti-Atlas, et s’élargit en amont d’Agadir. Le recrutement collectif par les Houillères, à une date indéterminée ne fait aucun doute : aux trois quarts originaires du même petit bassin méridional, ils sont logés ensemble à Méons au début des années 20, avant de se disperser dans les garnis du Vieux Soleil. Généralement recensés comme « français », les ouvriers algé¬ riens précisent rarement leur lieu de naissance au-delà de la vague mention « Alger » ou « Constantine ». Le registre d’un garni du Vieux Soleil, couvrant la période 1928-1944, et qui nous a été prêté par un des témoins, nous a permis une cartographie plus précise de l’origine de 85 Algériens du Soleil. L’origine très largement kabyle du groupe algérien est manifeste : 26 sont originaires du massif du Djurjura et 40 de quelques douars de la région de Sétif, en Petite Kabylie. Ces éléments géographiques sont à rapprocher des données, très lacunaires, qui concernent les centaines d’ouvriers kabyles cantonnés dans une demi-douzaine de camps spécifiques, à proximité des grandes usines métallurgiques du bassin stéphanois pendant la guerre : le « camp kabyle » le plus connu étant alors celui de l’usine Verdié, à Firminy, où une rixe entre Kabyles et Chinois fait trois morts et plusieurs blessés graves le 1er mai 1917. De manière significative, le Commissaire Central de Saint-Etienne, qui récapitule, en décembre 1917, les différentes catégories de salariés travaillant directement pour la Défense Nationale, distingue les Algériens (au nombre de 325) des Kabyles, deux fois plus nombreux (669) ; distinction qui est plus qu’administrative dans la réalité, et dont on connaît les formes d’expression actuelles.

  • 8 in Banlieue Sud : Vénissieux entre les deux guerres (1912-1931), p. 500.

24Il est pratiquement impossible de cerner une image historiquement située des travailleurs d’Afrique du nord présents au Soleil entre les deux guerres, tant la passion l’emporte dans la majorité des récits des témoins enregistrés : à plusieurs reprises sont évoqués « les Algériens aux familles nombreuses » des années 30, alors qu’ils sont tous solitaires, sinon célibataires, jusqu’à la fin des années 50. L’isolement des immigrés nord-africains paraît quasi absolu. Isolement dans l’espace du quartier, tout d’abord : les garnis et immeubles occupés par les marocains et algériens constituent de véritables ghettos. Isolement social ensuite, les relations minimales étant réservées au lieu de travail, et les attitudes culturelles (la religion, par exemple) étant posées comme antagoniques et insurmontables. La « crainte » assez généralement exprimée par les témoins renvoie essentiellement, semble-t-il, à leur statut matrimonial, beaucoup plus qu’à leur propension supposée à « jouer du rasoir ». Nous rejoignons tout à fait Philippe Videlier, quand il écrit que, « de tous les critères qui permettent de situer une nationalité dans la société (...), ceux ayant trait à la famille (sexe et situation familiale) sont les plus importants»8. Tous les témoins soulignent que, jeunes hommes «célibataires », les immigrés nord-africains sont une « menace » pour les femmes et les filles du quartier : « les Polonais sont vernis en famille, les Espagnols sont venus en famille, tandis que les Algériens, les Arabes, sont venus seuls, alors... » (Madame Maitre, couturière). Il nous paraît évident que le célibat est le critère principal de la différence entre les immigrés nord-africains et les autres étrangers de la première immigration au Soleil. Alors qu’on leur reproche actuellement des familles trop nombreuses : les vertus familiales s’appliquant de manière différente, dans le discours, en fonction de la chronologie et de la nationalité de la famille.

*****

25De l’analyse des formes et des images de l’immigration - des immigrations serait sans doute plus exact peuvent être dégagées plusieurs remarques.

26Sur la longue durée, il y a une certaine permanence du discours ouvrier sur « l’autre », sur l’étranger qui vient travailler au Soleil et s’y installe temporairement ou, plus souvent, définitivement. Il n’est pas besoin de venir de très loin pour être « l’étranger » qui vient menacer l’emploi, la sécurité et la cohésion sociale du groupe : jusqu’en 1914, être « blanc », c’est déjà être « l’étranger ». La distance sociale est pourtant aussi réduite que la distance géographique puisqu’une partie relativement importante de la population du bassin stéphanois est issue de cette immigration de proximité. La question est donc clairement celle des processus d’intégration ou de ségrégation des différentes composantes des flux migratoires. Processus qui tiennent à la fois aux conditions d’organisation de l’immigration par le patronat et les autorités administratives ; à la conjoncture politique et économique dans laquelle s’inscrit le phénomène migratoire ; à la structure interne des groupes immigrés et à leur comportement - choisi ou imposé dans la société d’accueil ; à la perception enfin qu’on ont les membres de cette société. Perception discriminatrice qui, induite par la division d’une classe ouvrière déjà stratifiée, oscille, dans le cadre global d’une xénophobie latente, entre la reconnaissance ambiguë, la méfiance méprisante, et le rejet caractérisé.

27L’approche des phénomènes migratoire doit être attentive à la chronologie : l’inscription des attitudes collectives dans la longue durée est utile, mais ne doit pas dissimuler les évolutions dans le court terme.

28Dans l’exemple étudié, l’analyse permet d’apprécier une double dimension chronologique : la mémoire des étrangers n’est pas la même selon qu’elle se rapporte à une période de plein emploi ou à une période de crise économique et de chômage ; elle n’est pas non plus la même selon la génération qui parle (un ouvrier tourneur né en 1925 ne tient pas le même discours sur les Polonais qu’un mineur né en 1900), et celle dont on parle (les Polonais « s’assimilant bien » sont plus ceux de la deuxième génération que ceux qui sont arrivés adultes, en 1920, avec, peut-être, l’espoir d’un retour au pays). Les premiers mariages mixtes peuvent être considérés comme les signes tangibles de l’adaptation – réciproque – à la société d’accueil. Ce qui, tous les témoignages le laissent entendre, n’a pas toujours été facile, même pour les groupes étrangers avec lesquels « le voisinage pacifique » s’est progressivement établi, et avec lesquels « on a commencé à parler ensemble » (Monsieur Oriol, ouvrier électricien). Mais, historiquement, il y a des étrangers moins étrangers que d’autres...

Notes

1 Titre choisi par M. Zancarini pour son recueil de documents sur L’immigration dans la Loire (ADL éd., 1983), et extrait d’un poème de J. Prévert : « Grand bal du printemps» : « Étranges étrangers/Vous êtes de la ville/ Vous êtes de sa vie/ Même si mal en vivez/ Même si vous en mourez ».

2 ADL, M2 0 34, Rapport du Commisaire Spécial, 15/2/1913.

3 J.-Ch. Bonnet, Les Pouvoirs publics et l’immigration dans l'entre-deux-guerres, Lyon, 1976, 414 p.

4 P. Chapelon, Saint-Etienne pittoresque, St-Etienne, 1924, p. 248.

5 ADL M 2034. Rapport du Commissaire du Chambon-Feugerolles, 8/10/1913.

6 ADL Houillères, liasses 2290 et 2343. ADL 15 J 361, Comité des Forges ADL M 489 tr. 438/1 et 508/1, Sociétés polonaises, et J.-Ch. Bonnet, « La vie religieuse des Polonais du bassin stéphanois », Bulletin du CHRSE, no 1/1977.

7 Le Mémorial, 15/9/1926 et 19/1/1931.

8 in Banlieue Sud : Vénissieux entre les deux guerres (1912-1931), p. 500.

Table des illustrations

Titre Évolution de la population active au Soleil (1911-1946)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Un courant migratoire ancien : la famille d’un mineur originaire de Haute-Loire. (Plaque du Photographqe des Ponts, vers 1920, tirage M. Muller)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Une communauté fortement structuré : les Polonais de l’entre-deux-guerres (Plaque du Photographes des Ponts, vers 1925 – Tirage M. Muller)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Une présence de très courte durée : un « indigène » indochinois à la fin de la Première Guerre Mondiale (Plaque du Photographe des Ponts - Tirage M. Muller)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search