Version classiqueVersion mobile

Naissance du journal révolutionnaire

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Chapitre II. Le journal et son public

Texte intégral

  • 1 Les actes du colloque international de Nimègue, organisé par H. Bots en juin 1987, ont paru sous c (...)

1L’étude du journal comme marchandise commercialisée à une plus ou moins grande échelle, auprès d’un public plus ou moins lointain et nombreux, fait souvent défaut dans les histoires de la presse révolutionnaire, pour une raison aisément compréhensible : les documents précis sur le tirage et la diffusion et sur les comptes d’entreprise sont extrêmement rares et lacunaires, et d’heureuses exceptions dans ce dénuement général autorisent des éclairages parfois vifs, mais très limités. Pour 1789, nous disposons seulement d’indices, sur lesquels ne peut se fonder aucune enquête solide, et dont ne peut se tirer aucune conclusion incontestable. Cependant les historiens de la presse ne semblent pas avoir exploité toutes les données que fournit le journal lui-même, et qui permettent d’esquisser, même sommairement, une étude des conditions matérielles de la communication périodique au début de la Révolution. Elles concernent non seulement la diffusion quantitative, c’est-à-dire le tirage et la consommation, mais les modes de la distribution, souscription et envoi par la poste, ou vente au numéro par colportage, enfin les modes de la réception et de la lecture. Les voies et les acteurs de la communication sont mal connus, difficiles à repérer ; mais s’ils opposent à tant d’égards un défi à la recherche, ils l’incitent aussi à mobiliser tous les moyens qu’elle a de faire parler les textes et les débris d’archives. Un colloque récent sur La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l’Ancien Régime1 a prouvé que l’on pouvait, sur un problème réputé ingrat, multiplier les angles de vue et réunir un savoir dispersé mais considérable.

Le commerce du journal : courants internationaux, diffusion

  • 2 Voir J. Sgard, « La multiplication des périodiques », dans Histoire de l’édition française, t. II, (...)

2Le commerce du périodique en France passe au XVIIIe siècle, surtout à partir de 1730, par une phase de croissance forte et soutenue2. Mais à la veille de la Révolution la structure du monde de la communication, en ce qui concerne du moins l’information politique et générale, reste inchangée, avec deux pôles complémentaires : celui de la presse parisienne privilégiée et strictement contrôlée, celui de la presse « étrangère » admise dans le royaume et tolérée. On ne peut évoquer la situation du journal ni par conséquent comprendre les grands mouvements qui l’affectent en 1789, sans se référer à cette bipartition et sans ouvrir l’espace international où circule l’information.

  • 3 Voir S. Tucoo-Chala, Ch-J. Panckoucke et la librairie française, Pau-Paris, 1977, dont les chiffre (...)
  • 4 Voir F. Acomb, Mallet du Pan (1749-1800). A career in political journalism, Durham, 1973, p. 172, (...)

3La presse d’information parisienne est dominée par deux grandes entreprises, celle de Panckoucke, constituée depuis les années 1770 par achats et fusions de journaux, et le Journal de Paris. Ni l’une ni l’autre ne paraissent souffrir de la Révolution. Dans le prospectus que Panckoucke adressait en mai à « Nosseigneurs des Etats Généraux », et dont nous avons déjà parlé, il se prévalait de plus de 20 000 souscripteurs pour le Mercure (avec sa partie politique le Journal de Bruxelles), le Journal de Genève et la Gazette de France réunis3. Malgré les attaques violentes et répétées des patriotes contre le Mercure et contre tout ce qu’édite son propriétaire, ce dernier annonce à la fin de l’année qu’il a gagné plus de 800 souscripteurs depuis la Révolution (Mercure, 19 déc., p. 116). D’après les contrats qu’il passe avec Mallet du Pan, auteur du Journal de Bruxelles, le journal semble avoir gagné de 1789 à août 1790 de 500 à 1 000 abonnés4.

  • 5 Palissot, Réclamation d’un homme de lettres in-4°, 6 p., AN AD VIII 38 ; Mlle de Keralio, Journal (...)
  • 6 Gazette de Cologne, no 66. 17 août ; Nouvelles politiques de Berne, no 80, 7 oct. ; no 87, 31 oct.

4Deux témoignages contemporains attribuent au Journal de Paris 11 000 à 14 800 abonnés5. Selon le Rôdeur français, Garat assure que depuis qu’il est rédacteur, le journal a acquis 800 nouveux abonnés (no 20, 23 janv. 1790). Tout prouve qu’il fait autorité, auprès d’un public provincial et européen ; ses comptes rendus de l’Assemblée Nationale sont réimprimés à Bordeaux de façon continue de mai 1789 à 1792, le libraire Tutot le réimprime à Liège à partir d’août sous le titre Journal de l’Assemblée Nationale de France avec des extraits d’autres journaux, et Gignou et Cie à Lausanne lancent à partir de novembre la souscription d’une Rédaction du Journal de Paris6. Les grands journaux anciennement « autorisés », loin de s’écrouler, comme le souhaitent ardemment leurs ennemis et nouveaux concurrents, résistent donc remarquablement à l’ébranlement révolutionnaire. On peut seulement imaginer que leurs entrepreneurs ont regretté de ne pas en profiter davantage, et de perdre, par la liberté de la presse, un énorme accroissement virtuel.

  • 7 R. Moulinas, L’Imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974, p (...)

5Les principales gazettes étrangères établies sur le pourtour du royaume font depuis longtemps partie du système d’information fort complexe de l’Ancien Régime : dans les limites que leur impose une nécessaire prudence, si elles ne veulent pas être interdites en France, elles apportent au lecteur français les nouvelles que la presse officielle ne peut diffuser. En 1789 les Nouvelles extraordinaires de divers endroits, appelées couramment Gazette de Leyde, sont à n’en pas douter, en France et en Europe, la plus autorisée et la plus lue ; les comptes rendus des Etats Généraux y sont, en mai et juin, remarquablement informés. Le Courrier de l’Europe publié à Londres par Théveneau de Morande occupe une place secondaire mais sans doute encore assez solide ; la Gazette d’Amsterdam, déchue de sa splendeur passée, et le Courrier du Bas-Rhin, publié à Clèves, ne doivent atteindre qu’une part marginale de la clientèle ; ils ne sont jamais cités dans la presse parisienne de 1789. Le Courrier d’Avignon qui, malgré la suppression du statut propre d’Avignon comme ville d’édition, garde la forme d’une gazette étrangère, tire à près de 6000 exemplaires en mai 17897, mais se diffuse surtout dans le midi de la France.

  • 8 Voir sur ce point la communication présentée à la Table Ronde de Vizille par J. Popkin sur « The R (...)
  • 9 Voir également Gazette de Paris. 13 nov., p. 40 ; Journal de l’Orléanais, Prospectus, dans Mercure (...)

6C’est ce secteur de l’information qui subit rapidement les conséquences de l’évolution du journal en France8. Une presse française libre et à périodicité fréquente déclasse des gazettes hebdomadaires dont le circuit éditorial et commercial devient trop lent. Les prospectus de journaux parisiens annoncent clairement l’intention de les suppléer et font appel à un vieil argument d’ordre économique. En février déjà, dans un mémoire adressé au garde des sceaux, les auteurs d’un projet de Gazettin national en vantaient ainsi l’intérêt : il « retiendra dans le royaume une partie de l’argent qu’en font sortir les gazettes étrangères » (AN V1 550, no 226). Selon le prospectus du Journal du Palais-Royal, à la fin août, « le Mercure ne paraît qu’une fois par semaine et le besoin de s’instruire introduit les gazettes étrangères, qui font sortir le numéraire du Royaume et qui, attendu le trajet, ne peuvent avoir le mérite de la nouveauté ». Les auteurs de la Gazette universelle, Boyer et Cerisier, qui ont travaillé pour la Gazette de Leyde, disent de leur journal qu’« il précède constamment les gazettes étrangères, notamment celle de Leyde, la plus répandue de toutes, et ne coûte pas plus cher, quoiqu’il paraisse tous les jours » (no XII, 12 déc.)9.

  • 10 Suite des nouvelles de Paris, 28 nov., p. 7 ; Servan, Troisième aux grands, p. 6 ; Chronique de Pa (...)

7En même temps, l’opinion commune que l’on avait de la presse française et de la presse étrangère se retourne. Les Annales patriotiques de Mercier veulent mettre leurs lecteurs « en état de se passer de certaines Gazettes qui, imprimées hors du Royaume, ont par cela même été regardées jusqu’à ce jour comme plus libres, plus curieuses et même plus fraîches que les nôtres » (Prospectus). Désormais la liberté appartient aux Français, et les gazettes étrangères semblent toutes plus ou moins asservies ou suspectes. L’inversion de la situation antérieure se traduit dans les attaques répétées contre la Gazette de Leyde ou le Courrier de l’Europe. Desmoulins considère la première comme un des « papiers de l’opposition » (Révolution de France et de Brabant, no 4, 19 déc., p. 149) et l’on accuse l’auteur de la seconde, Morande, d’avoir été vendu au ministère10. Les gazetiers, il est vrai, ont à l’égard de certains aspects de la Révolution une attitude très réservée ; celui de Leyde est très favorable à Mounier, et celui de Londres, comme nous le verrons, ne cesse de lancer des traits féroces à ses nouveaux confrères parisiens, et de dénoncer leurs excès.

8Dans la redistribution de l’espace journalistique qui s’opère, les courants commerciaux s’inversent comme les valeurs. Aucun chiffre précis ne nous permet de mesurer le recul des gazettes et en général des journaux étrangers, mais il est certain qu’il s’amorce pour le moins en 1789. Selon un rapport de Maissemy du 25 septembre, le propriétaire du Journal encyclopédique, Weissenbruch, se plaint d’une diminution de ses souscripteurs et demande à être déchargé des pensions qu’il paie à l’ordre du gouvernement (AN V1 552). Le Courrier d’Avignon doit s’adapter en augmentant sa périodicité, et dénonce les concurrences locales. Au même moment le journal parisien, qui parfois se réimprime ou se copie en province, commence à conquérir les terres limitrophes, Liège, les Pays-Bas autrichiens, la Suisse, comme le prouvent les annonces parues dans la Gazette de Liège, l'Esprit des gazettes ou les Nouvelles politiques de Berne. A la fin de novembre la Société Typographique de Neuwied publie les deux premiers volumes des Révolutions de Paris en 1789, qui relancent auprès du public étranger les Révolutions de Prudhomme. La création journalistique de la révolution brabançonne imite celle de la révolution parisienne et s’en inspire. Paris non seulement attire sur lui l’attention de l’Europe, mais devient un centre de diffusion européenne de l’information.

9Il est malheureusement impossible de mesurer les tirages de cette nouvelle presse parisienne. On a avancé, pour les Révolutions de Paris, des chiffres énormes et fantaisistes. Les indications un peu précises que l’on trouve dans les journaux consistent soit en conjectures, soit en déclarations intéressées et suspectes de journalistes ou de libraires. Des correspondances et des mémoires privés permettent d’y ajouter quelques éléments relativement plus sûrs.

  • 11 Voir Etienne Dumont, Souvenirs sur Mirabeau, pp. J. Benetruy, 1951, p. 89 ; J. Benetruy, L’Atelier (...)

Etats-Généraux de Mirabeau

11 000 souscripteurs en 5 jours (Gazette de Leyde, 19 mai)
plus de 3 000 en 2 jours (Journal des provinces, no 1).

L’Observateur

10 000 (no 43, 13 nov.). 15 000 à 20 000 (Prospectus des Révolutions de France et de Brabant).

Journal Universel

12 000 lecteurs (no XXI).

Journal de la ville de Luchet

6 000 (Prospectus, début août)

Courrier de Provence

6 000 (début août) 800 (mars 1790)11.

Révolutions de France et de Brabant

moins de 3 000 (décembre, lettre de Desmoulins à son père du 31 déc.).

10Nous aimerions savoir ce qu’était le tirage de la Chronique de Paris, ou du Courrier de Gorsas, dont pouvaient se perdre 500 exemplaires dans Paris seul par la négligence de facteurs improvisés (t. VI, no 2, 15 nov.) et dont s’imprimaient plusieurs éditions simultanées. Les quelques chiffres cités, comparés aux tirages de journaux depuis longtemps installés, comme le Mercure, prouvent en tout cas que des nouveaux venus ont conquis rapidement une part très appréciable du marché. L'Observateur de Feydel, souvent cité et copié en 1789, offre un des beaux exemples de réussite. Mais le grand nombre d’exemplaires subsistants, les contrefaçons, les éditions concurrentes, les scissions entre libraires et journalistes acquérant leur autonomie, phénomènes évoqués au chapitre précédent, sont la preuve évidente du succès et de la belle vitalité d’entreprises dont nous ne savons d’ailleurs rien : songeons au Journal des Etats Généraux de Le Hodey, au Point du jour de Barère, aux Révolutions de Paris, pour ne prendre que de grands exemples. La plupart des journaux, surtout éphémères n’ont eu qu’une audience minime. Mais l’énorme expansion de la presse périodique, la multiplication des quotidiens et des tri ou bihebdomadaires, ne peuvent aller sans une forte croissance du marché parisien et national. La Révolution française a été aussi une énorme demande et une énorme production de nouvelles, et peut-être la première grande éruption moderne de l’information.

Publicité, souscription, coût

11Le journal se lance communément, ou se relance par le prospectus, qui constitue, dans la France d’Ancien Régime, une déclaration publique d’autorisation. Celui du Patriote français, en mars et en avril, faisait donc figure de défi et de revendication en acte d’une presse libre. La génération spontanée des journaux, de mai au début juillet, sans annonce, ni adresse, ni nom d’auteur, correspond à une situation exceptionnelle : aucun journaliste ne peut ni ne veut s’engager auprès de ses lecteurs. Mangourit au début de janvier, pour son Héraut de la Nation, Bonneville en mai pour son Tribun du peuple, refusent toute souscription, synonyme de servitude. Plus tard, lorsque la liberté est conquise, un tel refus signale le journal-pamphlet clandestin : par exemple le Petit journal du Palais Royal, dont l’auteur se dit recherché par la police et brave le district de Saint-Roch (no IV, oct.). C’est seulement dans le no 29 du 5 août de son Courrier que Gorsas annonce un prospectus qui semble n’avoir jamais paru. Le retour au prospectus de lancement et à l’offre préalable de souscription s’opère peu à peu, mais incomplètement : le Versailles et Paris de Perlet n’y a recours qu’une vingtaine de jours après le début de la publication, et l'Observateur de Feydel n’annonce une souscription qu’à partir du no 10. Seuls des journaux édités à l’étranger, semble-t-il, pratiquent la méthode de l’envoi d’un ou plusieurs numéros pour essai : ainsi la Révolution de France (Clèves) au début octobre, et le Phare politique et littéraire (Londres) à la fin du même mois.

  • 12 L’exemplaire BN du Phare politique et littéraire contient un Avis de Luneau de Boisjermain ; les A (...)

12Quelques chiffres isolés ne suffisent pas à nous renseigner sur les usages communs pour la diffusion de prospectus. Dans un mémoire adressé probablement en août au garde des sceaux, les auteurs du Journal des modes affirment avoir répandu dans toute l’Europe une « quantité prodigieuse de Prospectus, soixante mille », et ils soulignent ces derniers mots de deux traits. Si nous interprétons bien une délibération de l’administration des postes du 17 octobre 1788, le Courrier d’Avignon a diffusé alors presque 30 000 prospectus à Paris et en province (AN F90, 20304, fol. 27). En mars 1790, Du Roveray envoie 12 000 avis dans tout le royaume pour essayer de renflouer le Courrier de Provence. Il a recours au « Bureau d’abonnement littéraire » fondé en 1772 par Luneau de Boisjermain, dont nous ignorons l’activité en 1789, mais la rareté des traces qu’on en trouve la fait supposer assez limitée12.

13Les éditeurs ont ordinairement recours aux autres journaux pour assurer la publicité de leur entreprise. Mais, en 1789, les feuilles d’annonces générales ou spécialisées, les Affiches de Paris, le Journal général de France ou le Journal de la librairie ne font de place qu’à quelques journaux modérés ou anodins. La guerre entre les journaux anciennement « privilégiés » et les journaux nouveaux se livre également sur ce front. Selon la Chronique de Paris du 16 septembre, le Journal de Paris, dont les annonces sont nombreuses et assurées d’une vaste audience, a refusé un prospectus ; l’auteur des Révolutions nationales précise encore cette accusation : « Les Rédacteurs, Commis, etc. etc. etc. du Journal de Paris ne s’opposent point à la liberté de la presse, mais ils ne veulent plus faire circuler des Prospectus des autres journaux, ce qu’ils faisaient avant la conquête de notre liberté. Il faut bien en avertir le public, puisqu’ils ne le font pas eux-mêmes » (no 15, 23-26 sept., p. 265). L’examen des Suppléments du Journal de Paris révèle effectivement une politique très sélective et orientée.

14Nous verrons plus loin que les mentions et les prix de vente au numéro sont très rares : la souscription, signe essentiel du périodique, gage de permanence, même s’il s’agit d’un éphémère promis à une mort rapide, est le mode le plus habituel d’achat et par conséquent la trace la plus sûre du coût pour la clientèle. On sait en général que le journal est une denrée chère, mais un examen attentif des conditions d’abonnement permet seul d’analyser les coûts relatifs des différentes formes de presse.

15Le terme de l’abonnement offre un premier critère de différenciation. Le tableau VII distingue trois catégories et y classe les journaux selon leur périodicité et la date de leur création. Il s’agit de termes-seuils, en deçà desquels aucune durée inférieure n’est prévue ; car il est évident qu’au delà du seuil peuvent être proposés des abonnements de plus longue durée, dégressifs ou non.

Tableau VII : Terme de l’abonnement

Tableau VII : Terme de l’abonnement

16Sur les 9 abonnements à 1 mois en décembre, 3 sont en réalité des redoublements dus à des entreprises concurrentes.

17L’abonnement court, au mois, caractérise surtout les quotidiens en demi-feuilles ou feuilles in-8° lancés au début de la Révolution. Ce type qui n’est pas le moins cher (comme nous allons le constater), suppose un engagement financier moindre de la part du souscripteur. On comprend donc que beaucoup de feuilles de l’Assemblée Nationale ou de nouvelles aient attiré la clientèle en maintenant cette formule, plus lourde pour la gestion. On imagine les difficultés de traitement d’un abonnement en tout temps ; Gorsas décide de ne faire partir les abonnements que du début du mois, mais seulement à la fin d’octobre (Courrier, t. V, no X, 29 oct.) !

18L’abonnement pour une période d’au moins 2 mois, ou plus souvent 3 mois, caractérise surtout les hebdomadaires et les tri et bihebdomadaires, de volume parfois abondant, et qui supposent une mise de fonds plus importante au départ. Trois journaux qui avaient d’abord prévu un abonnement au mois passent à la formule à 3 mois en cours de route, le Véridique, la Chronique de Paris, le Courrier national ou rapport très exact..., ce dernier baissant alors son prix.

19Le terme exclusif de l’année concerne un tout petit nombre de périodiques, parmi lesquels on remarque deux in-quarto (le Journal de Versailles et la Gazette de Paris après novembre) et un in-folio (l'Union) ; la plupart se situent dans les trois derniers mois de l’année, lorsque s’installent les principaux organes d’information générale. Il est significatif que 5 journaux in-4° sur 9 prévoient un abonnement à long terme (3 mois ou l’année) ; mais, à l’inverse, plus significatif encore que la Gazette nationale de Panckoucke conserve l’abonnement mensuel, ceux de durée supérieure n’en étant que les multiples, à un prix qui n’excède pas celui de certaines petites feuilles in-8° (6 livres). On comprend mieux alors l’audace de l’entreprise et le défi qu’elle lance aux quotidiens concurrents.

20Le prix de l’abonnement est une part importante de la politique éditoriale et publicitaire du journal. Il reste stable dans la plupart des cas ; mais les baisses peuvent être considérables, de 16 % (le Nouvelliste universel) à 25 % (le Courrier de Paris, le Journal général en novembre). Un record : la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu qui passe de 5 livres à 4 livres en août, enfin à 3 livres en janvier 1790, soit une baisse globale de 40 %. Les tarifs dégressifs, à 3 mois ou à l’année, ne se pratiquent pas très souvent, mais se veulent parfois très attractifs : le gain par rapport au terme inférieur varie de 10 à 50 % (le Véridique à partir du 11 septembre), il est le plus souvent de 16 % (Chronique de Paris, Club des observateurs, Courrier national, politique et littéraire, Courrier national de Pussy).

  • 13 Voir Journal de la ville de Luchet, Journal d’Etat et du citoyen ; à la fin décembre, les Motions (...)

21Les éditeurs vantent, comme il convient, les efforts qu’ils consentent. Trois journaux se proclament les « moins chers de tous » : les Annales universelles et méthodiques, dont le système de souscription est trop complexe pour qu’on vérifie cette affirmation, le Courrier philanthrope, dont nous n’avons que le Prospectus, enfin le Mercure de France dans un avis du 5 décembre (p. 26), cette fois-ci avec assez de raison. Deux autres journaux annoncent, avec raison également, un prix « modique » (Gazette de Paris) ou « très modique » (Journal des décrets). On promet des suppléments « gratis » 13. Il arrive que, dans cette lutte pour le marché, ou pour la simple survie, on joue de la corde civique, mais sans grand résultat. L’abonnement au Journal national devient un « acte de patriotisme », puisque les bénéfices serviront à financer une « bibliothèque patriotique» pour les députés ; le journal n’a pas dépassé le 1er numéro. Les auteurs du Courrier national, politique et littéraire, suivant l’engouement du jour, annoncent le « don patriotique » de la moitié de leurs recettes et en présentent même l’offre à l’Assemblée Nationale ; leur journal disparaît moins de deux mois après cette démonstration vertueuse, qu’aucun effet ne semble avoir suivie.

22Le coût de l’abonnement, au premier abord très divers, oscille autour de sommes moyennes qui dépendent du format, du volume et de la périodicité. La plupart des quotidiens en demi-feuille in-8°, d’abord à 6 livres par mois, descendent à 4 livres (Courrier français, Suite des nouvelles de Versailles, à partir d’août). Quelques petits journaux vont jusqu’à 3 livres (Journal général, à partir de novembre, Courrier national, politique et littéraire). Le quotidien en feuille in-8° reste à 6 livres (Courrier de Gorsas) ou finit par y tendre (Journal des Etats Généraux en décembre). Les quotidiens de volume alternatif (8 ou 16 p.) coûtent 4 livres (Versailles et Paris) ou 6 livres (Bulletin de Maret) ; la différence du nombre de signes n’explique qu’en partie cette disparité, le premier est remarquablement bon marché, le second est plutôt cher.

23Les hebdomadaires in-8° de la série des Révolutions fixent en commun le prix de 7 livres 10 sols (ou un peu moins) pour 3 mois, avec des livraisons d’une cinquantaine de pages, et les quotidiens in-4° celui de 9 livres pour le même terme.

24La diversité de ces types de périodiques rend très difficile l’appréciation de leur coût relatif pour le souscripteur. Les situer sur une même échelle est une opération abstraite que le consommateur ne pouvait pas faire, tout l’effet étant pour lui dans la somme globale à payer ; mais elle seule nous permet de maîtriser les données éparses dont nous disposons. Nous prendrons donc pour référence commune la feuille d’impression, et en calculerons le coût pour le souscripteur parisien (nous utiliserons le prix de l’abonnement en province lorsque nous parlerons de la distribution postale). Pour les journaux en demi-feuille, in-8° ou in-4°, le coût du numéro représente la moitié de celui de la feuille, ci-dessous indiqué dans le Tableau VIII ; pour les hebdomadaires au contraire, c’est en général un multiple. Les journaux alternatifs, tantôt d’une demi-feuille et tantôt d’une feuille, sont signalés par l’astérisque. Dans les in-4°, tous quotidiens, nous plaçons la Gazette de France, bihebdomadaire, à titre comparatif. Le terme de l’abonnement, indication importante, suit le titre.

25Les résultats obtenus ne peuvent avoir qu’une valeur indicative ; mais ils permettent aussi de faire des observations de quelque intérêt. L’éventail des prix, toutes catégories confondues, est assez large, de moins de 3 sols à 12 sols, mais la plupart des journaux se situent dans la zone des 4 et 5 sols, ce qui correspond, pour le grand nombre de quotidiens en demi-feuille, à un numéro à 2 sols ou un peu plus ; c’est le domaine éminemment actif des « feuilles à 2 sous », c’est-à-dire de tant de petits pamphlets. Beaucoup de ces quotidiens in-8° prévoient une souscription au mois. Aux deux extrémités, on observe le prix relativement bas de certains hebdomadaires, le Journal des décrets, par exemple, qui signale au public cet avantage, mais aussi les Révolutions de Paris, dont la typographie est souvent très serrée. Inversement, les bi et trihebdomadaires sont souvent assez chers, et, contrairement à l’attente, les feuilles à sommaire, colportées (mais dont nous ignorons le prix de vente au numéro), telles que l'Observateur, offrent des conditions de souscription défavorables, pour un volume d’ailleurs assez léger.

26Le prix des quotidiens in-4° de 4 pages est dans l’ensemble très homogène. Le phénomène le plus remarquable, dans cette catégorie, est son alignement sur les in-8° les moins chers. Lorsqu’on confronte ce tableau et le tableau VI (nombre de signes à la feuille), la formule de l’in-4° sur 2 colonnes, avec le gain de papier qu’elle permet, se révèle extrêmement compétitive, puisque ce format permet un accroissement en signes d’environ un tiers par rapport à l’in-8°.

27L’in-folio réalise de loin la meilleure performance compte tenu de son volume. Un numéro de la Gazette Nationale, à 4 sols, contient pour un prix égal 4 fois plus de signes qu’un numéro du Courrier de Gorsas (pour prendre l’exemple d’un numéro équivalent, en feuille). L'Union est encore moins chère, mais ce journal, dont l’abonnement est à l’année, n’a pas eu une longue carrière, le pari de l’entrepreneur étant sans doute trop risqué.

28Un dernier mot, sur la prétention de Panckoucke, que le Mercure (avec le Journal politique de Bruxelles) est le moins cher des journaux. Seul journal politique en format in-12, il devrait coûter 3 sols la feuille s’in ne contenait que les 4 feuilles par numéro hebdomadaire promises ; avec les suppléments que les événements forcent l’éditeur à y ajouter, le prix descend à 2 sols 8 deniers, c’est-à-dire à peu près le prix de la Gazette de Paris (l’abonnement est annuel dans les deux cas). Panckoucke ne trompe pas sa clientèle.

TABLEAU VIII. Coût comparatif des abonnements parisiens par feuille d’impression

TABLEAU VIII. Coût comparatif des abonnements parisiens par feuille d’impression

La distribution postale

29Nous ne disposons pas d’une étude générale, pourtant indispensable, des conditions de la diffusion postale des périodiques à la fin de l’Ancien Régime. E. Vaillé annonçait au tome VI de son Histoire générale des postes françaises (1ère partie, 1953, p. 134) un chapitre sur la presse dans le Ville tome qui n’a jamais paru. Les travaux récents de G. Feyel ont, heureusement, mis en lumière quelques faits essentiels, et établi les tarifs postaux et les frais de diffusion pour les années 1790-1792.

  • 14 La Gazette en province à travers ses réimpressions, 1631-1752, APA - Holland University Press, Ams (...)
  • 15 Voir E. Vaillé, ibid. : le port du Mercure est abaissé de 8 sols à 3 sols par livraison de 8 feuil (...)

30A la suite de la réforme des tarifs de 1759, les journaux ont fait l’objet d’un règlement spécial, du 13 novembre 1763, « véritable pierre angulaire de toute la réglementation postale ultérieure en matière de presse périodique », selon l’expression de G. Feyel14. Les « abonnements » ou « modérations » accordés jusqu’alors par la ferme générale des postes sont soumis à une « règle uniforme et constante ». E. Vaillé cite plusieurs « délibérations » postérieures prévoyant la diminution des taxes en fonction du nombre des exemplaires et du produit total (t. VI, 1ère partie, p. 135). La diffusion de journaux déjà fortement installés sur le marché était ainsi facilitée ; Morande remarque amèrement dans le Courrier de l’Europe (no 42, 24 nov.) que le Mercure et le Journal de Bruxelles paient seulement le quart des sommes dues, ce que confirme à peu près, pour une période antérieure, la délibération de la ferme du 14 août 177815. Certains sollicitent de l’administration royale des faveurs spéciales : Maquer, auteur du Journal de médecine, demande le 30 mars 1789 au garde des sceaux le port franc, ou une indemnité de 3 à 4000 francs par an (AN, V1 550, no 481-483).

31L’administration postale d’Ancien Régime reste en place jusqu’en 1791. L’extraordinaire multiplication des journaux, surtout des quotidiens, lui donne une importance capitale, et une activité nouvelle. Elle doit faire face à une situation sans précédent, et recruter du personnel : « Dans l’état de gêne où se trouve le service, à cause de l’immensité des feuilles périodiques, il est nécessaire d’augmenter le service de neuf facteurs extraordinaires à 1 livre 10 sols par jour » (AN F10 20 304, 8 oct., fol. 51, nouveau service de la Cour). Nous ne pouvons mesurer la part respective, dans la circulation générale du périodique, de ce qui vient de Paris et de ce qui s’imprime ou se réimprime en province ; mais il est certain qu’avec les événements révolutionnaires et les « opérations » journalières de l’Assemblée Nationale, un flux massif et continu d’information va de l’un vers l’autre, et accru dans des proportions considérables.

32La distribution du journal aux souscripteurs, à Paris par la « petite poste », en province par le « grande poste », devient pour les auteurs et les libraires un souci primordial. Ils annoncent l’heure, généralement très matinale, de sa sortie, 5h, 6h, ou 9h du matin, dans les prospectus, les avertissements, et parfois sous le titre même (ainsi la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu). Un des rares journaux du soir, le Journal de la ville, paraît à 7h. « à l’instar de l’Evening-post » à partir du 24 octobre, de façon à porter plus vite dans les provinces, par les courriers de nuit, les nouvelles de l’Assemblée Nationale et celles que donnent les « lettres qui se distribuent à Paris jusqu’à trois heures » (no XXIV, 24 oct.). Dans ce transfert extrêmement rapide de l’information, les journalistes demandent à la poste une promptitude égale à la leur, ils se plaignent à l’intendant des postes, le baron d’Ogny, des retards et des irrégularités. Gorsas prévient ses lecteurs le 17 août que son Courrier part au plus tard à la seconde levée de la petite poste, et souvent à la première, « et qu’on fait chaque jour les recommandations les plus instantes pour la célérité et l’exactitude » (t. II, no 41). Dans une « Supplique à MM. les Directeurs des Postes », il leur propose un abonnement à prix réduit, ou même la gratuité de son journal, pour obtenir l’assurance d’une distribution attentive et de « l’exactitude que la nature de nos Feuilles sollicite » (t. III, no 68, 13 sept.). Mais le 22 novembre il se plaint encore de retards, et le 9 décembre il accuse clairement l’administration et annonce qu’il indiquera chaque jour l’heure des envois de la veille. « Hier 8, remise des paquets à 7h pour Paris, à 11h pour la Province » (t. VI, no 26, 9 déc). Selon un « Avis essentiel » du Courrier français (no 134, 16 nov.), d’Ogny a promis de faire tous ses efforts pour assurer la régularité du journal ; Poncelin rappelle que les exemplaires sont à la poste à 10h du matin pour la province, à 6h pour Paris, et demande qu’on lui signale toutes les négligences en vue de la punition des coupables.

33La petite poste n’ayant pas le monopole de la distribution à Paris, certains ont tenté d’utiliser des facteurs particuliers. Nous ignorons si l’annonce du recours à ce moyen, à la fin de la 19e Lettre du comte de Mirabeau à ses commettants (fin juillet) et dans les Nouvelles éphémérides de l’Assemblée Nationale (no 3, 9 août) a jamais été suivie d’effet. Gorsas avoue son échec le 15 novembre :

« Le désir que nous ont témoigné un grand nombre de nos Souscripteurs de Paris de recevoir de meilleure heure les Numéros du Courrier, nous a engagés à nous servir de Facteurs particuliers, et il en est résulté que près de 500 n’ont pas été rendus », par le « défaut d’habitude des Facteurs», et par « un vice d’adresses » ne portant pas le numéro des maisons (t. VI, no 2).

  • 16 D’après G. Feyel, communication citée, n. 14, l’Ami du roi se diffuse ainsi à Paris dès l’automne (...)

34Il n’en sera plus jamais question jusqu’à la fin de l’année16.

35Les journalistes n’exigent pas seulement de la poste la rapidité et la régularité : ils tentent aussi d’en obtenir les meilleures conditions financières possibles, sans remettre en question le principe d’une négociation avec l’administration : très rares sont ceux qui élèvent la revendication d’une diminution générale, voire d’une suppression des coûts postaux. Malassis, éditeur du Journal de la correspondance de Nantes, avertit sa clientèle le 21 août qu’il a obtenu un rabais sur la taxe ordinaire (3e partie, no 30, p.332). Dans le prospectus du Journal historique et politique de constitution (fin décembre), l’auteur rappelle que « l’administration des Postes demande un abonnement à raison d’un sol la feuille pour la Province », mais espère en tirer « un meilleur parti » : il compte gagner ainsi 4 livres 8 sols par souscription, peut-être même plus, et ajoute :

« Il semble que l’établissement des Postes, qui est à la Nation comme tout ce qui existe [...] ne doit tendre, dans ce cas, qu’à l’indemnité de ses frais, d’autant mieux qu’il faudra bien l’y réduire dans la suite, pour la facilité, les communications et l’avantage du commerce ».

  • 17 Elle confirme le prix de l’envoi en province, 1 sou par feuille ; l’envoi de mille prospectus d’l/ (...)

36Dans des pages remarquables de son Journal d’Etat et du citoyen, Mlle de Keralio accumule les griefs contre l’administration des postes, l’insolence de ses agents, le prix « exorbitant » qu’ils exigent, les présents qu’on doit leur offrir17, les faux frais qu’occasionnent les pertes. Ces abus, « véritables entraves à la liberté du commerce, et à celle de la presse », doivent être dénoncés et poursuivis ; il ne faut plus « laisser rançonner le citoyen », mais au contraire obtenir, comme en Angleterre, le moindre prix, sinon, comme en Amérique, la gratuité pour la circulation des papiers publics (no 12, 15 oct., p. 190-192).

  • 18 Nous en avons vainement cherche dans la série AN F 20 000 et suiv. Un bureau des abonnements avait (...)

37Aucun document d’archive ne nous restituant les marchés établis entre la poste et les éditeurs18 l’examen des prix de souscription nous permet seul de mesurer, très grossièrement, le coût des expéditions postales en province. Les conclusions qu’on peut en tirer sont discutables, puisque l’éditeur répartissant à son gré les frais postaux, l’écart entre le prix parisien et le prix provincial ne reflète pas nécessairement le coût réel des envois. Certains journaux, à vrai dire minoritaires, unifient leur tarif quel que soit le lieu de souscription : tel est le cas, en particulier, de quelques grands journaux d’information, le Patriote français, le Journal de la ville de Fontanes, les Annales patriotiques et littéraires, la Gazette universelle, tous au même prix (9 livres par trimestre), mais aussi de l'Observateur (6 livres pour le même terme) ou de l’Ami du peuple (12 livres). Pour les autres, c’est-à-dire la plupart, le supplément que doit payer le provincial représente en général entre 15 et 20 % de la somme totale qu’il souscrit. Ce supplément ne constitue qu’un indice de la taxe postale que payait le journal ; mais, en fonction du nombre de feuilles distribuées dans la période de souscription, il permet de situer les journaux sur une échelle comparative. Nous n’avons retenu qu’un nombre limité d’exemples, qui suffisent à révéler les principales tendances mais aussi quelques disparités.

38On ne tire pas du tableau IX, ainsi dressé, des enseignements clairs sur la pratique des abonnements et des « modérations » consenties par l’administration. Deux tarifications dominantes se dégagent, le sol par feuille normale (ou 6 deniers la demi-feuille), et 8 deniers la feuille. Sauf exception, les journaux qui y sont soumis sont des quotidiens, et les grands formats, in-4° et in-folio, bénéficient de la seconde, mais sans exclusion de journaux in-8°. Les 8 deniers la feuille deviendront la norme générale au cours de l’année 1790. Cette réduction d’un tiers par rapport au sol la feuille semble déjà assez répandue ; on l’accorde au Procès-verbal de l’Assemblée Nationale à son début, avant que les administrateurs des postes, poussés par leur « zèle patriotique », en consentent la franchise à Baudouin, imprimeur officiel de l’Assemblée : le prix provincial s’aligne alors sur celui de Paris, 18 livres au lieu de 21 pour 90 feuilles (Prospectus, fin juillet).

Tableau IX. Taxe postale à la feuille pour la province d’après la différence des prix de souscription

Tableau IX. Taxe postale à la feuille pour la province d’après la différence des prix de souscription

Lecture des indications qui suivent les titres : (tableau IX) H, 8o, 16 p. (Sup.), 2.8/3, mois, 6,5 f se lit ainsi : hebdomadaire (Q quotidien, Bh bihebdo., Th trihebdo.), format in-8o, 16 p. par livraison, il y a des suppléments, souscription 2 livres 8 sols à Paris, 3 livres en province, terme d’un mois, 6 feuilles et demie d’impression dans le terme de la souscription. Lorsqu’il y a plusieurs conditions de souscription successives, la date est entre parenthèses.

39La tarification des hebdomadaires, bi et trihebdomadaires, sans être homogène, est cependant dans l’ensemble plus élevée que celle des quotidiens : la périodicité paraît donc, plus nettement que le format, entrer dans les normes de la taxation. On interprète difficilement les exemples extrêmes de dépassement de la normale, Le Journal de la municipalité et des districts de Paris, déjà cher à Paris, comme le reconnaît l’auteur, le devient plus encore en province. Pourquoi Mlle de Keralio fait-elle payer 1 sol 10 deniers l’envoi de son Journal d’Etat et du citoyen ? Le texte cité plus haut exprime de sa part les plus vives rancœurs à l’égard de la poste ; elle y rappelle les « difficultés », les « remises », les « examens » qu’elle a dû essuyer pour la publication de son journal (no 12, 15 oct., p. 191). On peut supposer qu’un hebdomadaire d’une seule feuille offrait un objet de commerce particulièrement peu intéressant pour l’administration, et devait rencontrer les conditions les plus désavantageuses. Les Révolutions de Paris, avec trois feuilles par numéro, (et parfois plus) et une diffusion sans doute très large, font un marché bien meilleur.

  • 19 Le Mercure bénéficiait en 1778 d’une réduction de plus de 60 %, mais à condition que le produit at (...)

40A l’autre extrémité du tableau on remarque des réductions anormales qui excèdent 50 ou même 60 %, et qu’on ne peut expliquer que par la volonté de l’éditeur de favoriser le lectorat provincial, en diminuant artificiellement l’écart du prix. Camille Desmoulins, dans les lettres à son père, se félicite du succès de ses Révolutions à Marseille ou à Dunkerque. L’abonnement trimestriel à la Chronique de Paris est relativement encore plus intéressant pour le provincial que l’abonnement mensuel19. Le Club des observateurs ou le Journal général de Brune en décembre présentent également des variations en baisse pour les souscriptions de longue durée.

  • 20 Claude-François-Marie Rigoley d’Ogny, Intendant général de la poste après la disgrâce de Turgot, s (...)

41L’explosion du journal a été assurément une bonne affaire pour la ferme des postes. Sauf exception, les journalistes ne se plaignent pas du système de la tarification. Mais ce qui suscite leur vigilance inquiète, outre les inexactitudes et les retards, c’est la fidélité du service. On avait, depuis longtemps, dénoncé le scandale de l’inquisition secrète du courrier. L’administration est donc placée sous haute surveillance. Rigoley d’Ogny, fils de l’intendant général des postes du même nom20, apprenant que le district des Cordeliers a pris un arrêté pour prévenir l’abus de confiance de la poste, s’y précipite « pour y supplier l’Assemblée de l’instruire des raisons qui avaient pu la déterminer à prendre cet arrêté, qui pouvait, disait-il, altérer la confiance publique dont même sous l’ancien régime les Administrateurs des Postes n’avaient jamais abusé ». Ce « citoyen estimable, qui s’est très bien conduit dans la révolution présente », ne convainc pas totalement, puisque se font entendre des « réclamations très vives » (Journal général, no 56, 13 nov.). Enjeu important du combat pour la liberté de la presse, la poste fait l’objet des menaces les plus claires, au cas où elle ne remplirait pas sa mission de service public. Brissot écrit à propos de la disparition de numéros du Patriote français, dont se plaignent les abonnés :

« Quiconque viole donc cette circulation commet un délit public, et doit être poursuivi » (no 32, 2 sept.).

42Un « Avis du libraire » des Annales partriotiques et littéraires déplore les mêmes irrégularités :

« Le service public est sacré, et ne peut souffrir nul retard quelconque » (no 55, 26 nov.).

43Et Marat, plus solennellement :

« Cet Ecrit étant destiné à défendre les droits sacrés du Peuple et des Citoyens, est sous la sauvegarde de la Nation ; je déclare que je poursuivrai comme criminel d’Etat tout téméraire qui entreprendrait d’en arrêter la libre circulation » (Ami du peuple, no 24, 4 oct., p. 209).

La vente au numéro, le colportage

  • 21 Autres mentions : Chronique de Paris, 3 sols le no ; Gazette universelle, 3 s. ; Annales parisienn (...)

44La souscription reste si intimement liée au statut du journal, comme gage de son sérieux et de sa permanence, que la mention de la vente au numéro est rare, et se trouve en évidence dans les journaux qui précisément ne se vendent pas de cette façon, mais imitent sur ce point le modèle anglais : l'Union (qui très vite abandonne ce mode de distribution), 9 sols, la Gazette nationale, 6 sols21. En 75 désignant l’Observateur comme un « journal qui se vend dans les rues par numéros », la Chronique de Paris (no 3, 26 août) signale à ses lecteurs un trait distinctif, mais ce type de remarque reste isolé, comme si quelque mépris ou quelque ignorance pudique entourait cette pratique qu’attestent seulement des témoignages obliques. L'Observateur figure encore dans des étalages hétéroclites et étonnants : « Depuis six mois on ne voit plus que des marchands de Brochures. Aux Tuileries, des pamphlets sont étalés avec des bas, plus loin, des pièces de volaille et de gibier, avec l'Observateur et la Confession du Comte d’Artois » (Révolutions nationales, no 21, 14 août, p. 43). Nous pénétrons ici dans un secteur obscur, agité, du commerce du journal. La diffusion au numéro, par colporteur, est sans doute un des faits capitaux de la révolution de la presse en 1789, que de nombreux textes nous permettent d’évoquer sous ses aspects les plus pittoresques. Encore faut-il en discerner autant que possible les limites, et en caractériser les manifestations à l’intérieur de l’ensemble de la presse.

45Le cri du colporteur contribue au premier chef à l’animation du Paris révolutionnaire. Dans l’esquisse d’un de ses nouveaux « tableaux », L.-S. Mercier n’oublie pas « la vocifération matinale des pamphlets, dont le nombre prodigieux ne rassasie pas encore l’intérêt public toujours éveillé » (Annales patriotiques, no 51, 22 nov.). Ce cri indispensable, selon Marat, à la publication de la vérité (Ami du peuple, no 77, 25 déc., p. 6), certains nous le font entendre, Dinocheau, dans un numéro du Courrier de Madon (no 21, 25 nov.) où il accuse l’« agiotage » des libraires et l’extravagance intéressée des « folliculaires », ou l’auteur anonyme du Petit journal du Palais Royal (no 5, p. 56), qui entend des voix rauques lancer les « mensonges à 4 sols » sortis du quai des Augustins : « Du nouveau donné tout à l’heure ». Dans une lettre au Patriote français, Manuel craint la ruine infaillible du commerce si l’on ne règle pas la licence de la presse :

« Vous avez entendu, Monsieur, crier toute la nuit la Relation d’un événement épouvantable qui a fait sauter en l'air une partie de la Ville de Sentis. Mort tragique d’environ quatre mille hommes, femmes, enfants, vieillards victimes de cet affreux complot » (no 132, 18 déc.).

  • 22 Voir aussi Gorsas, Courrier, no 17, 6 nov., p. 279.

46On n’évoque généralement le colporteur que dans sa relation funeste avec le « folliculaire », et dans une activité violente qui suscite l’inquiétude ou le dégoût. Duplain de Sainte-Albine, dans ses Lettres à M. le Comte de B***, dénonce les journaux qui « arrivent le matin à pleins tombereaux [...], ces oiseaux chouettes que dix heures de nuit voient naître et que mille bouches écumantes, se disputant la place avec les réveil-matin, viennent vomir dans tous les coins de Paris » (t. I, no 2, 7 sept., p. 128)22.

  • 23 Voir plus haut, Chap. I, « Types ».

47Ces témoignages souvent passionnés font allusion à la vente des pamphlets comme des « gazettes éphémères ». Dans cette zone de l’information, il n’y a pas de dissociation possible entre les brochures occasionnelles et le petit journal à sensation, condensé régulier des nouvelles qui alimentent les premières. Manuel, qui entend crier toute la nuit la catastrophe de Senlis, cite le Courrier national, politique et littéraire, parfait représentant de cette catégorie de feuilles23. Le sommaire en est un élément constitutif essentiel ; Feydel avoue dans l'Observateur qu’il le compose pour la criée :

« Les sommaires surtout sont de première nécessité, quelque peu de rapport qu’ils aient avec le texte. Les cinq cents bouches de la renommée de qui dépend la réputation de l’Observateur, ne s’accommoderaient ni du molle atque facetum d’Horace, ni des convenances d’Aristote» (no 6, 21 août, p. 36).

48L’auteur du Rôdeur français le redit avec plus d’éclat encore :

« Comme les Colporteurs peuvent seuls faire la réussite d’un Journal, et qu’ils ont désiré qu’on mît une Table des matières à la tête de chaque numéro du Rôdeur, il a bien fallu céder aux désirs de MM. les Crieurs jurés de la révolution, et imiter en cela les Feuillistes de la Capitale» (no 5, 6 déc.).

49C’est dans cette partie de la première page, composée pour diriger le regard et dicter le volume de la voix, que se succèdent les titres accrocheurs, terrifiants ou bizarres. Les journalistes ont parfaitement conscience de leur importance, en vue de la vente dans la rue. En décembre, Brune annonce deux éditions du Journal général, l’une pour la criée, l’autre pour les souscripteurs, qui auront « les numéros débarrassés des titres nécessaires à ceux des Colporteurs » (no 89, 16 déc.). Audouin, dans le Journal universel, répond à la réclamation de lecteurs, qui voudraient une première page plus « intéressante », qu’il est obligé « de bâtir un sommaire pour la satisfaction des Colporteurs, et d’un grand nombre de Personnes, qui n’achètent l’Ouvrage que d’après le titre qu’on lui a donné » (no 37, 29 déc.). On ne peut exposer plus clairement le fonctionnement à la fois commercial et discursif de ce type de journal. Un texte remarquable de la Chronique de Paris évoque la surenchère à laquelle se livrent les journalistes pour attirer et capter la clientèle, et qui, selon l’auteur, doit se dissiper rapidement :

« Un usage s’est introduit dans la capitale, celui de colporter, de crier et de vendre dans les rues des brochures, des papiers-nouvelles et des pamphlets. Le faux circulait avec le vrai, le peuple était quelquefois trompé. Des titres singuliers exaltaient l’imagination. L’inconvénient était sensible ; mais par lui-même il ne pouvait durer, car la singularité qui se répète chaque jour, chaque jour perd de son empire. Le peuple s’accoutume à tout, les imaginations se calment [...]. Direz-vous que la magie des titres exalte l’imagination, et fait fermenter les têtes ? Vous ne pouvez ignorer qu’il est dans les destinées de toutes les magies possibles d’être de courte durée. Π faut avoir été trompé pour ne plus l’être. Permettez donc aux auteurs d’user d’un artifice qui ne peut en imposer longtemps ; laissez-leur la liberté de parer leur marchandise » (no 26, 18 sept., p. 102-103).

  • 24 Journal politique de Bruxelles, 17 oct., p. 173 ; 12 déc., p. 109-110 ; 19 déc., p. 199 ; Courrier(...)

50Ce pronostic bienveillant et rassurant semble être démenti par les faits : les feuilles à sommaire se multiplient et s’enhardissent après septembre ; la « magie » des titres continue d’opérer, et les journalistes modérés, ironiques ou inquiets, en admirent le merveilleux ou en redoutent le danger. Un correspondant du Journal de la ville se moque allègrement des bruits de « conspiration », et du « merveilleux », des « grandes machines » dont on abuse ; il ajoute : « je ne doute pas que tous les folliculaires ne me dénoncent comme un mauvais citoyen, parce que je n’ai pas peur [...]. Je porte la sécurité si loin, que l’autre jour je n’interrompis pas mon sommeil quoiqu’on publiât sous mes fenêtres que le faubourg Saint-Germain allait sauter. Jugez à ce trait de mon apathie ; j’habite ce faubourg, et rien n’est plus facile que de le faire sauter, comme chacun sait » (no 25, 25 oct., p. 98). A la fin de l’année, Mallet du Pan, dans 1e Journal de Bruxelles, mais aussi des patriotes comme Gorsas, Dinocheau ou Poncelin se plaignent des « contes », des « romans » que débitent sans cesse les feuilles à sensations24. L’imagination sombre de de Rozoi, qui cite lui aussi le Courrier national, politique et littéraire, voit déjà le sang couler par la frénésie des folliculaires (Gazette de Paris, no 6, 6 oct.).

51La nouvelle criée par le colporteur est donc perçue comme une drogue ou une incitation redoutable, elle entretient une « fermentation » contraire à la paix civile et à la liberté. Toutes les feuilles à sommaire n’obéissent sans doute pas au même modèle : on criait aussi dans les rues des journaux qui relataient simplement les débats de l’Assemblée Nationale, le Bulletin de Maret qui, nous l’avons vu, avait acquis un droit dérogatoire à être proclamé, le Courrier français ou Versailles et Paris ; la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu, et le Véridique à partir du no 9, aiment faire dans leurs titres du sensationnel avec les décrets de l’Assemblée Nationale. Il faut en tout cas insister, plus qu’on ne l’a fait généralement, sur la fonction mobilisatrice de la diffusion au numéro d’une forme périodique proche de l’occasionnel et du pamphlet.

  • 25 Question annexe, combien gagne le colporteur ? Gautier parle d’un sou par exemplaire vendu, ce qui (...)
  • 26 Voir Courrier de Gorsas, no 17, 16 nov., p. 279 ; Gazette nationale, no 9, 2 déc. Déjà à la mi-nov (...)

52Combien pouvait-il y avoir de colporteurs dans Paris ? D’après la « Motion d’un colporteur » publiée dans le Journal général de Gautier, 1200 (no 97, 24 déc.) ; la « Petite motion de Babouc en faveur des distributeurs de feuilles publiques », dans l'Assemblée Nationale et commune de Paris de Perlet, fait état de « plus de mille » (no 144, 26 déc.) ; l’auteur de la Correspondance secrète éditée par Lescure évoque les « hurlements fatigants de près de 2000 colporteurs de pamphlets » (t. II, 14 août, p. 379-380)25. Ils composent de toute façon une armée considérable, et dont l’agitation multiplie la présence. Feydel les montre, dans une page pittoresque de son Observateur, assiégeant le guichet de son imprimeur et même enfonçant la porte pour y prendre livraison de la marchandise (no 48, 21 nov., p. 385). Lorsque la Commune, à la fin de décembre, essaie d’en limiter le nombre à 300, de leur imposer le port d’une plaque, et de réglementer plus sévèrement leur activité, ils réagissent violemment crient à l'usurpation et dénoncent dans ces mesures un retour à l'Ancien Régime. Comme l’écrit Brune, qui raconte une rixe entre les « colporteurs emmédaillés et ceux qui ne l’étaient pas », « cette légion de Libraires ambulants réclame avec ardeur le plein effet de ses droits » (Journal général, no 103, 25 déc.). Dans l’atmosphère du Paris révolutionnaire, il était impossible de leur imposer silence, et la Commune l’avait tenté en vain. La liberté totale de colportage fait partie des questions chaudes sur lesquelles, à la fin de 1789, s’opposent des tendances de l’opinion. Entre les modérés qui demandent avec insistance une législation sur la presse pour vider Paris de « ce fumier politique qui court les quais, les rues, les passages» (Journal de la ville, no 60, 29 nov.), et les journalistes qui défendent avec éloquence les pauvres gens que la Commune écrase (en particulier, comme il se doit, les auteurs des feuilles à sommaire), on voit d’authentiques défenseurs de la liberté de la presse, comme Brissot ou Corsas, prendre un parti moyen et justifier la politique de la Commune. « On se plaignait, et avec raison, du commerce que les colporteurs faisaient de la frayeur publique, en travestissant, avec leur voix lamentable, les faits les plus simples sous les mots les plus alarmants » (Patriote français, no 137, 23 déc., p. 4)26. Que l’on ait fait de la cause des colporteurs celle de la liberté même de la presse, que se révèlent à leur sujet des divergences politiques profondes, prouve qu’ils sont placés à un centre névralgique de la diffusion de l’information.

La lecture

  • 27 Voir Laurence Coudart, « Les lecteurs de la Gazette de Paris », dans Les Résistances à la Révoluti (...)

53On aimerait parvenir jusqu’au bout de la chaîne de la communication, savoir où aboutit le journal, et comment, une fois acheté, il est finalement consommé. Sur la première question, celle du ou des lectorats, nous ne possédons aucun des documents, tels que des listes d’abonnés, qui autorisent des sondages limités mais précis. Les indices qui permettraient de répondre à la seconde, pourtant d’une importance capitale, sont rares et dispersés. Nous devons donc nous résigner à ignorer presque totalement la façon dont le journal a atteint réellement son public et en a été reçu. On a parfois utilisé les lettres de lecteurs, lorsqu’on en a retrouvé dans les archives Lorsqu’elles sont publiées dans le journal, elles font partie de sa stratégie éditoriale, et c’est pourquoi nous en parlerons dans le chapitre IV consacré aux fonctions qu’il exerce. Leur abondance atteste en tout cas une relation extrêmement active entre certains journaux et leur public, relation que les journalistes ont de tout temps essayé de susciter, mais qui semble se nouer et se perpétuer spontanément et intensément en 1789. Il ne sera pas non plus question ici du lecteur fictif avec lequel certains auteurs (Dinocheau, Desmoulins) se plaisent à dialoguer : cette création d’écriture n’entretient aucun rapport avec le lecteur « réel », dans la mesure où l’on peut l’entrevoir27.

54On connaît l’importance des cabinets de lecture, fondés par des libraires ou des sociétés littéraires et le remarquable essor qu’ils ont pris surtout à partir des années 1770, même si nous ne disposons encore que d’enquêtes partielles. Nous n’avons trouvé de publicité pour des cabinets de ce genre que dans les journaux suisses (mais nous n’avons pas dépouillé, sauf exceptions, la presse provinciale française). Le libraire Lacombe annonce dans le Journal de Lausanne la continuation du Café littéraire de son frère :

« Je vais prendre constamment des précautions pour être pourvu constamment de papiers publics les plus intéressants, surtout dans les circonstances actuelles » (no 47, 21 nov.).

55J.A. Fischer, libraire à Lausanne, signale au public l’existence de son « cabinet littéraire » dans les Nouvelles politiques de Berne (no 72, 9 sept. ; no 104, 30 déc.). Un petit journal parisien, les Trois bossus, fait allusions au « cabinet de lecture de la dame Vaufleury » dans son pavillon du Palais-Royal (no 1, 24 déc.), et, d’après une lettre qu’elles publient, les Révolutions de Paris de Prudhomme sont lues dans une « Société littéraire », et forment « un des principaux piliers du cabinet » (no XIX, 14-21 nov., p. 44). On ne peut, de la rareté de ces mentions, tirer aucune conclusion sur le nombre de ces sociétés ni sur leur fonction de diffusion. Dans les premiers mois de la Révolution des modes de communication sociale se sont sans doute créés autour de la lecture du journal et du pamphlet ; les commissaires d’« une société nombreuse de patriotes, tous abonnés aux révolutions de Paris » écrivent aux auteurs du journal pour les féliciter de leur courage et les informer de leurs discussions lors d’un « dîner patriotique » (no XVIII, 7-14 nov., p. 30-31). D’après les Révolutions nationales un ancien mouchard, « rogomiste », qui vendait « de l’eau-de-vie et les écrits les plus licencieux », a été conduit au Châtelet : « sa boutique était devenue un clubs [sic] politique » (no 21, 14-17 oct., p. 43).

  • 28 Pour le Journal des débats, voir F. Mège, Gaultier de Biauzat, député du Tiers-Etat aux Etats Géné (...)

56La lecture à haute voix, dans un lieu public, des correspondances des députés aux Etats Généraux a été largement pratiquée en province à partir de mai. Sur ce phénomène remarquable, on possède de nombreux témoignages. Plusieurs périodiques, surtout en Bretagne, ou encore le Journal des débats en août, sont nés de ces correspondances d’abord manuscrites28. Il paraît certain que cette diffusion orale, parmi des groupes d’auditeurs plus ou moins nombreux, s’est réalisée en d’autres lieux et a concerné d’autres formes de relation périodique. A la fin juin et au début juillet, lorsque l’attente des nouvelles est des plus intenses, le bruit court « que des Courriers sont établis par des souscripteurs nombreux [au Palais-Royal] pour les instruire continuellement de ce qui se passe à Versailles » (Vérités bonnes à dire, p. 7) : étonnant retour aux origines de la presse, où le « courrier » reprend son sens propre et vient informer régulièrement ses commanditaires. Selon les Nouvelles politiques de Berne (no 53, 4 juillet, Supplément) et la Gazette de Leyde (no 54, 7 juillet, Supplément) l’agitation est extrême au Palais-Royal après la séance royale du 23 juin : « 10 mille personnes furent occupées à entendre la lecture de prétendus bulletins, qui arrivaient de Versailles ; approuvant, ou désapprouvant avec des cris tumultueux, ce qui leur paraissait le mériter ». Au début de septembre, le Courrier de Gorsas est lu tout haut au café de Foi, et le lecteur arrêté par une patrouille : les Révolutions de Paris, qui rapportent le fait, s’indignent de cette intervention illégale de la garde nationale (no IX, 5-11 sept., p. 34). En octobre, Mallet du Pan fait allusion aux « lecteurs en place publique, harangueurs de cafés » (Journal de Bruxelles, 24 oct., p. 315). Dans une des lettres savoureuses où il multiplie les croquis du Paris révolutionnaire, l’« Argus patriotique » écrit dans le Rôdeur français :

« J’ai vu maint savetier lire, sous son auvent, les feuilles du jour, à un groupe de commères qui étaient dans l’extase » (no 5, 6 déc., p. 79).

57En ce qui concerne la province, les Annales patriotiques et littéraires ne font sans doute allusion qu’à la lecture d’une correspondance de députés, lorsqu’elles saluent l’« usage très patriotique établi à Romans » par la municipalité, d’y lire aux citoyens assemblés les nouvelles de l’Assemblée Nationale dès qu’elles arrivent (no 38, 9 nov., p. 2) ; mais la Chronique de Paris, peut-être avec quelque exagération, désigne de façon claire la lecture des journaux :

  • 29 Voir également no 77, 8 nov. : « Il y a peu de villages en Alsace qui ne reçoivent les papiers fra (...)

« Ceux qui veulent empêcher les progrès de la révolution connaîtront l’impuissance de leurs efforts, quand ils sauront qu’il n’y a pas de petit village en France où l’on ne reçoive quelques-uns de nos papiers publics, et où l’on ne se réunisse pour en faire des lectures. Qui pourrait ravir la liberté à un peuple chez qui la presse est devenue libre » (no 46, 8 oct.) ?29.

58Des fonctions essentielles du journal révolutionnaire, l’instruction et la surveillance, s’exercent ainsi dans la profondeur du territoire et du peuple. La lecture publique est un acte de liberté, qui s’y communique ainsi indéfiniment.

59L’auteur du Journal politique-national écrivait en août avec la lucidité et la vigueur qui le caractérisent :

« On doit presque tout à la liberté de la presse [...]. L’imprimerie est l’artillerie de la pensée. Il n’est pas permis de parler en public, mais il est permis de tout écrire, et si on ne peut avoir une armée d’auditeurs, on peut avoir une armée de lecteurs » (no 11,4 août, p. 7-8).

60Camille Desmoulins confirme à la fois cette séparation de la parole et de l’écrit et l’extraordinaire puissance de substitution du second, lorsqu’il écrit dans la France libre :

« Nous n’avons plus de tribuns, et c’est par des discours imprimés qu’on parle aujourd’hui à une nation » (Oeuvres, éd. 1874, t, I, p. 78).

61Il serait tout à fait indu d’expliquer les effets de discours, dans l’écrit, par l’intention ou seulement la supposition d’une oralité réelle. Les traditions rhétoriques de l’éloquence ont tendu, de tout temps, à se développer dans les strictes limites de l’écrit. On peut se demander pourtant si la percée obsédante de la parole, de l’adresse, de l’apostrophe dans le texte de tant de journaux ne répond pas à une situation exceptionnelle où la parole redevient possible, où elle explose de toutes parts, et si par conséquent le journal n’est pas parfois, virtuellement et par une obscure volonté, écrit pour être lu à haute voix. Le secrétaire de la société littéraire qui adresse aux Révolutions de Paris la lettre déjà citée plus haut, en est aussi le « lecteur », et affirme qu’il lui « fait lecture » des numéros du journal « au fur et à mesure qu’[il] les reçoi[t] » (no XIX, p. 44). N’exagérons pas la valeur de ce témoignage. Il nous invite cependant à imaginer, dans l’accord avec son public, la résonance de la voix tribunicienne qui parle dans le journal. De Rozoi suppose un « énergumène à la voix de stentor, à l’œil farouche et embrasé », lisant une feuille « incendiaire » au Palais-Royal : il soulève la fureur du peuple, on court aux armes, et la tête du journaliste se remplit d’« idées funèbres », il voit déjà le sang couler (Gazette de Paris, no 6, 6 oct.).

62Ce n’est là encore qu’une fiction sombre. Mais que la lecture du journal puisse avoir des effets immédiats et provoque des réactions violentes, nous le savons par plusieurs anecdotes significatives et curieuses. En écrivant dans 1e Journal de la ville que le pain contenait de la chaux, le marquis de Luchet ne pensait pas qu’il mettrait fin prématurément à sa carrière de journaliste en 1789 : la nouvelle provoque une véritable émeute de boulangers qui portent un tonneau de farine chez l’auteur, veulent conduire à l’Hôtel de Ville un commis, faute du libraire absent : « on craignait un soulèvement général ; des détachements de gardes sont accourus, et enfin l’auteur s’est transporté au district des Cordeliers, où il est convenu de sa méprise » (Révolutions de Paris, no X, 12-20 sept., p. 29-30). Une brochure sur le Mont-de-Piété pousse le peuple à s’y porter en foule (Journal général, no 7, 25 sept.)· Le plus mince incident fait soupçonner encore les virtualités dynamiques de la lecture. Le 30 novembre, un compagnon imprimeur, Joseph Teissier, déjeûnant chez un limonadier de la rue Neuve de Richelieu, tire de sa poche le no 2 du Rôdeur français, et le laisse lire à un voisin ; un pugilat s’ensuit. Le prêteur déposera au Comité permanent du district que son adversaire « lui a dit qu’il n’y avait que des polissons et des gredins qui pouvaient écrire de pareilles choses, qu’il a répondu que c’était lui qui était un polisson, que ce particulier s’est jeté sur lui, lui a donné un coup de poing, qu’il le lui a rendu, et que tous les deux se sont pris aux cheveux »... Les commissaires du district défendent à Teissier « de plus à l’avenir colporter dans les endroits publics des écrits ou journaux du genre de ceux tendant à répandre les alarmes ou à porter l’incendie », et recommandent au limonadier « de ne point permettre dans sa boutique la lecture de pareils écrits » (BN N.a. fr. 2696, fol. 121-122). L’occasion du délit, le numéro du Rôdeur, accompagne le procès-verbal ; l’auteur du journal raconte lui-même l’affaire dans son no 8 du 17 décembre (p. 143-144), avec des circonstances d’ailleurs fort altérées. On voit donc ici un texte circuler, dans la proximité des tables d’un café, créer la chance, ou le danger, d’un échange verbal, que suivent des échanges plus violents. A la faveur de cette querelle, le journal se met à revivre, il retrouve un peu de sa fraîcheur première, et de sa capacité de susciter la passion des lecteurs.

Notes

1 Les actes du colloque international de Nimègue, organisé par H. Bots en juin 1987, ont paru sous ce titre, Amsterdam et Maarssen, APA - Holland University Press, 1988.

2 Voir J. Sgard, « La multiplication des périodiques », dans Histoire de l’édition française, t. II, 1984, p. 198-205.

3 Voir S. Tucoo-Chala, Ch-J. Panckoucke et la librairie française, Pau-Paris, 1977, dont les chiffres varient, pour le même ensemble de journaux, de 23 à 24 000 (p. 231-245) ; le Journal de Genève est une édition séparée du Journal de Bruxelles, pour ceux qui ne sont pas abonnés au Mercure. On trouvera, pour tout ce qui concerne les tirages, des précisions supplémentaires dans notre communication au colloque de Nimègue, « La diffusion du journal en France en 1789 », ouv. cité n. 1, p. 117-128.

4 Voir F. Acomb, Mallet du Pan (1749-1800). A career in political journalism, Durham, 1973, p. 172, 230-231 : le Mercure aurait alors de 11 500 à 12 000 abonnés.

5 Palissot, Réclamation d’un homme de lettres in-4°, 6 p., AN AD VIII 38 ; Mlle de Keralio, Journal d’Etat et du citoyen. no VIII, 10 déc., p. 373.

6 Gazette de Cologne, no 66. 17 août ; Nouvelles politiques de Berne, no 80, 7 oct. ; no 87, 31 oct.

7 R. Moulinas, L’Imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974, p. 353.

8 Voir sur ce point la communication présentée à la Table Ronde de Vizille par J. Popkin sur « The Revolutionary Paris in the European system of information ». Sur la Gazette de Leyde, il faut consulter les travaux de J. Popkin, qui renouvellent complètement la connaissance qu’on en avait, en attendant l’ouvrage qu’il lui consacre et qui doit paraître à la Cornell University Press en septembre 1989, sous le titre : Politics in the age of Revolution : Jean Luzac’s « Gazette de Leyde ».

9 Voir également Gazette de Paris. 13 nov., p. 40 ; Journal de l’Orléanais, Prospectus, dans Mercure, 26 déc., Supplément, p. 4. On remarque que le « Supplément à l’article de Paris, composé de nouvelles tirées des gazettes et journaux qui entrent en France », disparaît du Journal politique de Bruxelles à partir du 8 août.

10 Suite des nouvelles de Paris, 28 nov., p. 7 ; Servan, Troisième aux grands, p. 6 ; Chronique de Paris, no 35, 27 sept. ; Desmoulins, Révolutions..., no 1, p. 26. Contre la Gazette de Leyde, voir aussi Patriote français, no 25, 25 août et Révolutions de Paris, no III, p. 17 et no IX, p. 1 7.

11 Voir Etienne Dumont, Souvenirs sur Mirabeau, pp. J. Benetruy, 1951, p. 89 ; J. Benetruy, L’Atelier de Mirabeau, 1962, p. 273.

12 L’exemplaire BN du Phare politique et littéraire contient un Avis de Luneau de Boisjermain ; les Annales patriotiques font mention d’une agence d’abonnement aux journaux, chez Mme de La Planche (no 66, 7 déc.).

13 Voir Journal de la ville de Luchet, Journal d’Etat et du citoyen ; à la fin décembre, les Motions de Babouc sont un supplément gratis pour les souscripteurs du journal de Perlet ; le Secrétaire de l’Assemblée Nationale promet une « Table gratis » pour les souscripteurs à 3 mois.

14 La Gazette en province à travers ses réimpressions, 1631-1752, APA - Holland University Press, Amsterdam et Maarssen, 1982, note 275, p. 222 ; voir aussi, du même auteur, « Les frais d’impression et de diffusion de la presse parisienne entre 1789 et 1792 », communication présentée à la Table Ronde de Vizille, 19 juin - 2 juillet 1988, à paraître.

15 Voir E. Vaillé, ibid. : le port du Mercure est abaissé de 8 sols à 3 sols par livraison de 8 feuilles in-12, à condition que le produit atteigne 17 000 livres.

16 D’après G. Feyel, communication citée, n. 14, l’Ami du roi se diffuse ainsi à Paris dès l’automne 1790, le coût est de 5 deniers l’exemplaire.

17 Elle confirme le prix de l’envoi en province, 1 sou par feuille ; l’envoi de mille prospectus d’l/8° de feuille coûte 10 francs. Les présents sont de 20 exemplaires, et 20 louis sur une gazette d’un louis d’abonnement ; l’auteur de la Correspondance du Palais-Royal se plaint d’un « impôt » de 19 exemplaires (no XII, 15 août) ; la délibération du conseil des postes du 13 nov. 1763 sur la diffusion des ouvrages périodiques prévoyait le don d’un exemplaire gratis à l’Intendant général des postes et à chacun des administrateurs (AN F90 20 0002, p. 127).

18 Nous en avons vainement cherche dans la série AN F 20 000 et suiv. Un bureau des abonnements avait été créé le 13 mars 1772 (F90 20 0004, p. 285).

19 Le Mercure bénéficiait en 1778 d’une réduction de plus de 60 %, mais à condition que le produit atteignît 17 000 livres par an. Le Journal des Etats Généraux et la Chronique de Paris n’atteignaient sans doute pas le tirage ni l’audience provinciale du Mercure.

20 Claude-François-Marie Rigoley d’Ogny, Intendant général de la poste après la disgrâce de Turgot, se fit adjoindre son fils le 10 février 1780 pour s’occuper des affaires secrètes du département ; d’après le Livre rouge publié en 1790, son traitement était de 140 000 livres (E. Vaillé, ouv. cit., t. VI, 1ère partie, p. 12).

21 Autres mentions : Chronique de Paris, 3 sols le no ; Gazette universelle, 3 s. ; Annales parisiennes, 1 1.4 s. ; La Voix du peuple, 15 s. ; Voyages de l’opinion, 8 s.

22 Voir aussi Gorsas, Courrier, no 17, 6 nov., p. 279.

23 Voir plus haut, Chap. I, « Types ».

24 Journal politique de Bruxelles, 17 oct., p. 173 ; 12 déc., p. 109-110 ; 19 déc., p. 199 ; Courrier de Gorsas, t. VI, no 19, 2 déc., p. 282 ; Courrier de Madon, no 21,25 nov. (on fait « commerce de vos terreurs ») ; Courrier français, no 176, 20 déc., sur les folliculaires qui « sonnent le tocsin » ; Rôdeur français, no 11, 27 déc., p. 181, sur l’annonce de la mort du vicomte de Mirabeau par une foule de colporteurs.

25 Question annexe, combien gagne le colporteur ? Gautier parle d’un sou par exemplaire vendu, ce qui paraît énorme (Journal général, no 97, 24 déc.). Il est certain en tout cas que la diffusion par colportage est chère, et que la vente au numéro entraîne des risques de perte par l’inégalité du marché. Ont donc recours à ce mode de distribution surtout les petits journaux en demi-feuilles in-8°, à faible prix de revient, et à diffusion très faible ou au contraire assez importante.

26 Voir Courrier de Gorsas, no 17, 16 nov., p. 279 ; Gazette nationale, no 9, 2 déc. Déjà à la mi-novembre, les Révolutions de Paris, avaient réagi violemment contre les tentations de répression de la Commune, dénoncé l’« esprit d’inquisition » qui animait Brissot, et proclamé que la presse n’était plus libre à Paris (no XVIII, 7-14 nov., p. 2-13).

27 Voir Laurence Coudart, « Les lecteurs de la Gazette de Paris », dans Les Résistances à la Révolution, sous la direction de Fr. Lebrun et R. Dupuy, Paris, 1985, p.211-221 (lettres et registres d’abonnement de 1791-1792). Pour une étude du lectorat à partir de souscriptions, voir J. Popkin, The Right-Wing Press in France, 1792-1800, University of California Press, 1980. p. 54-83.

28 Pour le Journal des débats, voir F. Mège, Gaultier de Biauzat, député du Tiers-Etat aux Etats Généraux de 1789. Sa vie et sa correspondance, Paris, 1890, 2 vol. ; et, pour la question d’ensemble, E. Lemay, « Ecouter et renseigner : le journalisme du député-constituant, 1789-1791 », communication à la Table Ronde de Vizille, 1988, à paraître.

29 Voir également no 77, 8 nov. : « Il y a peu de villages en Alsace qui ne reçoivent les papiers français. Comme bien peu sont en état de les entendre, parce que leur langue est l’allemand, ils se les font traduire ou expliquer par un Français, dans chaque canton ».

Table des illustrations

Titre Tableau VII : Terme de l’abonnement
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre TABLEAU VIII. Coût comparatif des abonnements parisiens par feuille d’impression
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau IX. Taxe postale à la feuille pour la province d’après la différence des prix de souscription
Légende Lecture des indications qui suivent les titres : (tableau IX) H, 8o, 16 p. (Sup.), 2.8/3, mois, 6,5 f se lit ainsi : hebdomadaire (Q quotidien, Bh bihebdo., Th trihebdo.), format in-8o, 16 p. par livraison, il y a des suppléments, souscription 2 livres 8 sols à Paris, 3 livres en province, terme d’un mois, 6 feuilles et demie d’impression dans le terme de la souscription. Lorsqu’il y a plusieurs conditions de souscription successives, la date est entre parenthèses.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 362k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search