Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Troisième Partie. Travaux et espaces des hommes et des femmes

Chapitre V. Images du travail et des rôles

Texte intégral

1 – « Le peuple noir » : le monde de la mine

  • 1 Titres des principaux chapitres de R. Trempé. Les Mineurs de Carmaux (1848-1914). 1971.
  • 2 L. Murard et P. Zylbermann, « Le Petit Travailleur Infatigable ou le Prolétaire régénéré », Recher (...)
  • 3 Lancien D., « Les mineurs de Grande-Bretagne au XIXe siècle et au XXe siècle », Annales ESC no 6, (...)
  • 4 R. Harrison (éd), Independent Collier. The Coal Miner as Archetypal Proletarian Reconsidered, Stan (...)

1Les analyses historiques françaises et étrangères ont montré la diversité du « monde des mineurs » dans l’espace et le temps, que ce soit dans « l’histoire des entreprises », « l’origine des mineurs », « la politique de recrutement des compagnies », « le genre de vie des mineurs », ou « le mouvement revendicatif »...1. Si le Petit Travailleur Infatigable de Lion Murard et Patrick Zylbennann2 n’évoque à aucun moment le bassin de la Loire et ses mineurs, c’est peut-être bien parce qu’ils sont a priori l’antithèse du « prolétaire régénéré » de la cité minière du Nord-Pas-de-Calais. En effet, la majorité des mineurs de la Loire ont travaillé dans des compagnies qui n’ont pas eu de politique de logement comparable à celles des compagnies du Nord : seule la compagnie de Roche-la-Molière-Firminy a construit, avant 1914, des cités importantes à Roche-la-Molière et dans la vallée de l’Ondaine. Les autres compagnies n’ont construit que très modestement entre les deux guerres, et il faut attendre la nationalisation pour que des cités minières relativement importantes s’inscrivent dans le paysage stéphanois. Le bassin stéphanois est donc un terrain fructueux pour l’étude de la relation entre la mine, les mineurs et la ville : et ce d’autant plus que Saint-Etienne est la seule grande ville française grandie en milieu minier sans être née de la mine, l'impulsion lui ayant été donnée par l'armurerie et la rubanerie, industries préexistantes à la mine, et qui avaient déjà largement modelé l’espace urbain et social. Les ouvriers de la mine sont souvent analysés, en particulier dans les études anglaises,3 en terme de « communautés minières » non seulement pour la description de « villages miniers », mais aussi au sens subjectif, très puissant dans le groupe d’appartenance et d’identité vécues. Cette notion de communauté ouvrière pose cependant problème : elle tend à la fois à isoler les mineurs des autres groupes ouvriers, et à privilégier sans doute abusivement des « faits de culture » dans un long terme quasi immuable. Or la ségrégation spatiale ne caractérise pas tous les groupes d’ouvriers de la mine : dans certains bassins français (le bassin stéphanois) ou anglais (le bassin du Yorkshire)4, les mineurs se mêlent à d’autres groupes ouvriers du textile, du métal ou du verre ; le logement n’y est pas toujours d’origine patronale, mais a été l’initiative des classes moyennes et d’une partie de la classe ouvrière. Enfin, une perspective chronologique, souvent absente des approches de type ethnologique, permet de rendre compte de la diversité des attitudes et des évolutions, de dégager à la fois les constantes qui ont pu structurer une identité sociale sur le temps long, et les ruptures, les contradictions qui infléchissent ou remettent en cause ces constantes.

Identité virile et corps meurtris

2Le terme de « mineur » est un terme générique appliqué à tout ouvrier travaillant ou ayant travaillé à la mine, y ayant fait carrière et « touchant une retraite » des Houillères. Mais les témoins sont en fait d’accord, qui admettent que « le mineur » est celui qui travaille au fond, qui « fait du charbon », et dont l’activité est assez nettement distincte de celle des manœuvres du jour, des machinistes du plâtre ou des ouvriers des Ateliers : l’extension du terme à l’ensemble de « la corporation » s’explique par la volonté (plus ou moins consciente) de bénéficier de l’image, particulière et perçue comme valorisante, attachée au mineur de fond. Celui-ci est en effet le cœur de la mine, en particulier le piqueur qui abat le charbon sur le front de taille : il est la figure centrale de la production sans qui la mine n’existe pas. Cependant, quand cela est possible, certains saisissent l’occasion de se démarquer du mineur de fond, preuve s’il en est que l’on ne se fait guère d’illusions sur la réalité vécue au fond. Parmi les ouvriers interrogés, seuls les machinistes des plâtres en ont réellement la possibilité : ces machinistes, par les responsabilités qu’ils assument, et « la difficulté du travail », sont un peu le pendant, à la mine, des mécaniciens de route chez les cheminots. La majorité des ouvriers rencontrés n’ont pas eu cette chance : entrés à la mine et descendus au fond sans aucune formation professionnelle, ils en sont ressortis vingt ou trente ans plus tard sans qualification reconnue, comme O.S. pour le « travail de grosse cavalerie » aux Ateliers des Houillères. Pour sublimer la frustration professionnelle que représentent ces longues carrières de manœuvres, les témoins valorisent alors le « métier dur », le « métier de force » qui est celui du fond beaucoup plus que celui du jour. La source de dignité de ce travail qu’on n’a ni choisi, ni appris, est alors moins le savoir-faire - empirique et non reconnu –, que la pénibilité et le danger permanent. C’est là une constante relevée par de multiples travaux sur la mémoire et la culture ouvrières, mais qui apparaît particulièrement nette dans le cas des mineurs. Privilégiant la robustesse et « l’habitude du travail pénible », la mine est souvent présentée comme le débouché naturel de la migration saisonnière ou définitive, les témoins établissant une forme de continuité entre le travail agricole et le travail à la mine. Mais, en même temps, ils neutralisent en quelque sorte leur démonstration en reconnaissant que ces habitudes agricoles et rurales ne suffisaient pas à faire d’un paysan de « la montagne », un ouvrier de métier, ce que ne sont pas les mineurs. Le discours sur la mine est, de manière incessante, travaillé par des affirmations contradictoires. La définition même du « métier de mineur » imbrique une volonté de valorisation, de légitimation, et la reconnaissance implicite ou explicite que le travail à la mine est un emploi et non un métier, une cotte mal taillée entre le travail agricole et le travail ouvrier : une identité virile, mais qui est à la fois reconnaissance de la force physique et contrainte permanente sur le corps dont elle menace l’intégrité.

  • 5 Sur L’usure au travail cf. le numéro spécial du Mouvement Social no 124, juillet septembre 1983.

3Parler du travail au fond entraîne inexorablement l’évocation du danger, des accidents et des catastrophes. Selon la qualité du témoin – mineur occasionnel ou mineur de carrière, femme ou veuve de mineur, etc. – le sens des récits n’est pas exactement le même ; mis bout à bout, ils écrivent dans l’histoire familiale et du groupe ouvrier un véritable martyrologe. Rares sont les mineurs qui sont sortis physiquement indemnes d’une carrière au fond. Tous montrent à l’enquêteur les preuves, inscrites dans leur chair, du danger du travail : cicatrices, doigts ou membres amputés, blessures «nobles» que l’on peut montrer avec une certaine fierté, et qui sont en quelque sorte « officialisées » par la Mine sous la forme d’une pension d’invalidité. Mais c’est la silicose qui est, dans la mémoire ouvrière, le paradigme de l’usure au travail au fond. Même quand leur mari est présent, ce sont presque toujours les femmes qui en parlent longuement. Et pour cause : le mari est là, mais assis ou allongé, le souffle court, la respiration sifflante l’empêchant souvent d’intervenir dans la discussion. Combien de veuves de mineurs ont vu lentement mourir leur mari de la silicose, parfois après avoir vu mourir leur père de la même maladie identifiée seulement en 1915, et toujours difficilement reconnue par les médecins des Houillères ! Dans les récits, la silicose est doublement révoltante. Elle est insupportable parce que la mort qui est souvent au bout vient lentement, sans rémission possible. Elle est scandaleuse, parce que non reconnue au même titre qu’une blessure physique « franche », ce qui entraîne presque toujours de longs contentieux entre les Houillères et les intéressés, qui en appellent à leurs organisations professionnelles et aux sociétés mutuelles comme les « Mutilés du Travail »5. Usure au travail dont l’une des causes principales est la politique des sociétés exploitantes : la fatigue, les accidents et la silicose ne relèvent pas de la fatalité, car il y a une relation directe entre le développement de la silicose dans la première moitié du XXe siècle et l’évolution des techniques d’abattage. La substitution progressive des marteaux-piqueurs à air comprimé aux pics d’abattage, dans les années 30, est plusieurs fois évoquée, de même que les périodes de forte contrainte pour l’augmentation de la production et de la productivité : Première et Deuxième Guerre, mais surtout « Bataille du charbon », après la Libération. La souffrance au travail est engendrée par le choc entre l’histoire personnelle et l’organisation du travail au fond, et ne peut pas être réduite à une usure physique du corps. Elle débouche, sur la constitution d’une mémoire de la mort à la mine, et par la mine. Les généalogies orales sont ponctuées par ces morts au fond ou au jour : si les mineurs de carrière sont relativement discrets sur ce point – s’il en était autrement, comment justifier trente ans au fond autrement que par le refoulement quotidien de l’angoisse ? – les ouvriers qui n’ont fait qu’un passage au fond et ont quitté la mine, reconnaissent souvent l’avoir fait pour « ne pas y rester ». Ce sont sans doute les femmes, filles, épouses ou mères, qui, porteuses de la mémoire familiale, sont aussi porteuses de la mémoire la plus vive de la mort à la mine, et qui rappellent la part que tenaient les récits d’accidents ou de catastrophes dans les familles de mineurs. Le père de Madame Bonnand, née en 1911, était gouverneur à Côte-Chaude : « j’étais toute gamine, il y a eu un ouvrier qui s’est fait prendre dans un éboulement (...). On avait un lit à la cuisine, j’y couchais. Et on est venu chez moi, on parlait de l’accident : « le bois l’a coincé... ».

4Je revois cette scène, tous les hommes autour de la table, ma mère (...) avait mis le litre, ils avaient chacun leur verre, qui discutaient de cet accident. Je pouvais avoir sept ans... Ça m’est resté, cette affaire, parce que j’en ai trop entendu parler... ».

  • 6 AMSE, 1 I 112, Catastrophe Verpilleux, 1889.
  • 7 AMSE, 1 I 112 et ADL 24 M 1 à M 5 : Catastrophes du puits Jabin (1876), Verpilleux (1889), Manufac (...)

5L’accident « au quotidien » n’estompe pas l’impact des grandes catastrophes, qui agissent comme révélateur épisodique de l’atteinte quotidienne à l’intégrité individuelle et collective ; elles ressoudent périodiquement la communauté minière face aux compagnies, aux pouvoirs publics ; face aussi au reste de la classe ouvrière et à l’opinion publique nationale et internationale. Les archives écrites et la mémoire ouvrière gardent la trace de cinq catastrophes qui ont marqué l’histoire du quartier : le Puits Jabin en 1872 (75 morts) et 1876 (216 morts) ; le Puits Verpilleux en 1889 (210 morts) ; le Puits de la Manufacture en 1891 (59 morts) et le Puits des Flaches en 1911 (27 morts). Dans ces cinq cas, la catastrophe touche le quartier au cœur : il est peu de familles qui ne soient frappées par la mort de parents ou de voisins dont les corps – quand ils sont retrouvés – sont conduits à l’Hôpital des Houillères, au Vieux Soleil, puis à l’église du quartier, avant l’enterrement au cimetière de Planterre, mitoyen du puits Saint-Louis ; l’espace central du quartier est aussi l’épicentre des conséquences sociales des catastrophes. Images cent fois décrites, racontées, photographiées, filmées de la remontée des mineurs des puits voisins, de la foule des femmes et des enfants se pressant aux grilles des puits, de l’arrivée de la troupe et des « autorités civiles et militaires qui prennent toutes dispositions pour l’organisation des secours, le maintien de l’ordre public et l’organisation des funérailles ». Les catastrophes sont, pour la communauté minière, l’occasion tragique d’une reconnaissance ce son existence, en même temps qu’on la dessaisit de ses morts. Reconnaissance par l’arrivée des « autorités » puis des journalistes locaux puis parisiens, envoyés spéciaux de la presse à grand tirage qui publie des éditions spéciales, voire des numéros uniques comme « Le Grisou », publié le premier septembre 1889, après la catastrophe du Puits Verpilleux6. Dessaisissement lors des funérailles littéralement prises en mains par les autorités, ce qui provoque la colère ouvrière, en particulier lorsque sont prononcés les discours apaisants de circonstance, qui invoquent unanimement « la fatalité » et « le lourd tribut payé à la mine » : de Courrières (1906) à Liévin (1974), en passant par Oignies et Courrières (1946), formes et thèmes des discours changent peu. La catastrophe n’est pas close au lendemain des funérailles. Au deuil des familles s’ajoutent immédiatement les difficultés financières que ne comblent que partiellement les vastes souscriptions nationales : dons officiels et politiquement ostentatoires ; souscriptions organisées par les journaux parisiens, dans lesquels auteurs célèbres ou poètes inconnus cherchent la rime autour des clichés traditionnels attachés à la mine et aux mineurs, souscriptions patronales, ou d’origine ouvrière et syndicale, qui expriment alors, parfois du monde entier, « une solidarité professionnelle et de classe »7. La découverte épisodique d’ossements de victimes de catastrophes anciennes entretient de façon macabre la mémoire des disparus que les travaux de sauvetage n’avaient pu atteindre sur le moment. En 1903, un rapport de l’ingénieur des Mines du Soleil au Préfet rend ainsi compte de la découverte du « squelette d’une victime inconnue de la catastrophe du 3 juillet 1885. La victime était prise sous (une) benne, jusqu’à mi-corps, la tête en dehors et recouverte par du charbon menu (...). L’identification de ces restes humains n’a pu être établie. Six cadavres ont été retrouvés en 1891 ; en 1896, on avait rencontré trois squelettes dans le niveau Saint-Louis, et les 31 mars, 14 avril, 9 mai 1898 et 7 août 1899, quatre nouveaux squelettes (...). Leur identité n’a pu être établie (...). Depuis lors, six nouvelles victimes ont été découvertes, de sorte que le nombre de cadavres à retrouver encore doit être fixé à vingt ». Les accidents, les catastrophes et la mort structurent la mémoire d’une communauté minière. La résurgence constante de ces thèmes dans les récits est très significative de leur caractère de « noyau dur » de la mémoire de la mine. C’est à la fois une réalité vécue, une expérience personnelle et familiale, une mémoire transmise de génération en génération, au caractère banal dans sa répétition, et exceptionnel dans sa violence cyclique. Corollaires de la force virile et du courage qu’exige le travail au fond, les corps meurtris témoignent de l’exceptionnelle dureté de la mine, et entretiennent l’anxiété, la peur, l’envie de remonter au jour et de fuir la mine...

Le mineur de fond et son métier

6Le mineur aime-t-il son métier ? Question intempestive au regard d’une réponse que beaucoup ont voulu croire assurée depuis le début du XIXe siècle. Depuis 1848 peut-être, quand Lebret, régisseur-gérant de la puissante Compagnie d’Anzin écrivait : « Le m neur aime sa fosse comme le marin aime son navire ». À coup sûr depuis 1867, quand Louis Simonin, propagandiste à succès des Compagnies minières, célèbre, dans la Vie souterraine, « le soldat de l’abîme (...) et sa lutte de chaque jour contre la fatalité des événements». Mises en scène de l’effort et de la mort que reprendront les idéologues de tous bords, dans une geste politico-littéraire qui a culminé pendant la « Bataille du charbon ». Permanence séculaire d’une thématique qui est partie prenante de la stratégie et des tactiques d’encadrement idéologique et institutionnel, destinées à retenir à la mine et à fixer autour des puits une main-d’œuvre réticente. L’intériorisation par les mineurs de cette mythologie apparaît, plus ou moins nettement, dans une partie des témoignages enregistrés au Soleil : l’utilisation par quelques témoins de la comparaison mineur/marin n’en est qu’une traduction métaphorique. « L’attachement à la mine des vieux mineurs », revendiqué ou constaté à partir d’exemples familiaux ou non, mérite plus d’attention.

7Outre la mise en avant des qualités requises par le fond (force physique et courage), la « familiarité » et la solidarité sont les deux principales explications à cet attachement à la mine, avancées à la fois par les mineurs eux-mêmes, leur parenté et les ouvriers étrangers à la mine. Dans les récits, la familiarité est explicitement mise en relation avec le travail en équipes homogènes et « soudées » ; elle se concrétise par la solidarité au fond. « Solidarité de destin » dit un métallurgiste, qui ajoute : « le risque forge la solidarité ; le danger rapproche ». Un tel discours participe de la justification des longues « carrières au fond », il est fondé à la fois sur une réalité vécue – au moins partiellement-, et sur l’image officielle de la mine et des mineurs dont nous avons indiqué les principaux thèmes récurrents. Mais ce discours va de pair avec l’expression, plus discrète par nécessité, d’une attitude nettement plus critique et désabusée, qui démystifie à terme le « beau métier » célébré en son temps par Maurice Thorez. Ancrée dans une mémoire entretenue des grandes catastrophes, paroxysme du danger quotidien, l’anxiété est constitutive du rapport au fond. Inquiétude sourde pour les femmes, du départ pour le puits au retour du mari. Madame Perrin, clapeuse, femme de mineur : « Les mineurs, les familles (...), tout le monde l’avait, cette anxiété (...). Tout le monde savait qu’un jour ou l’autre... il y aurait des accidents (...). Dans les mineurs, dans toutes les familles, il y a eu des mineurs qui ont payé, dans toutes les familles, de près ou de loin ». Les conditions de travail dans une mine anthropophage sont à plusieurs reprises dénoncées par d’anciens mineurs, qu’ils aient ou non fait une carrière complète au fond : c’est le milieu souterrain lui-même qui est mis en cause, le manque d’air pur, de lumière, l’excès d’humidité ou de poussière, l’atmosphère viciée des chantiers faute d’un aérage insuffisant... ». « Un métier de bagnard » pour Francisque Poncet, né en 1902, fils de gouverneur, et qui quitte le fond au bout de quatre ans, après avoir vu mourir écrasés cinq de ses compagnons. « Un métier bon pour les rats » pour Isidora Martinez, fille et épouse de mineur... Remarques désabusées qu’accompagne le thème du métier qu’on n’a ni appris ni choisi : on descend à la mine par nécessité et le plus tôt possible, non par « acquis héréditaire » mais parce qu’« il faut travailler, que le père vous fait rentrer à la mine » et qu’il faut descendre le plus vite possible « avant de s’être vraiment rendu compte de ce que c’est le fond... Il fallait y rentrer quand on était jeune et puis il fallait être nécessiteux (...). On est fier de son métier quand on y travaille, mais franchement... » (Madame Perrin, clapeuse, femme de mineur). De même, c’est en « volontaires forcés » qu’on fait les heures supplémentaires imposées par les compagnies.

8La pratique des « doublages » ou des « doublades » n’est pas nouvelle : c’est une des conséquences des longues batailles menées par les mineurs, depuis le milieu du XIXe siècle, pour écourter le temps de travail. À chaque fois, et en particulier quand ont été ouvertes les discussions sur la journée de huit heures, le patronat minier a exigé – et finalement obtenu lors de la loi des huit heures votée en 1905 – des dérogations pour organiser le dépassement, en s’appuyant d’ailleurs sur « les usages locaux » qui voulaient que les mineurs acceptent « depuis toujours » de faire ces heures supplémentaires pendant les semaines précédant la Sainte-Barbe (fêtée le 4 décembre). Mais « à quoi bon travailler plus et gagner plus si c’était pour mourir avant d’arriver à la retraite écrasé ou silicosé ? » se demandent en substance plusieurs mineurs du Soleil. La fête de la Sainte-Barbe elle-même n’échappe pas aux remarques amères. Seule fête corporative massivement suivie dans le bassin stéphanois comme dans les autres bassins français, la Sainte-Barbe a fait l’objet de discours aussi iréniques qu’ambigus. Jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre, l’Église a joué sur la religiosité entourant le culte de la patronne des mineurs pour lutter contre la déchristanisation, en encadrant la fête corporative en accord étroit avec les Compagnies minières. De son côté le mouvement ouvrier, syndical d’abord, politique ensuite, laïcisait autant que possible la Sainte-Barbe pour en faire une journée de fête corporative, dénonçant pour cela «l’évidente collusion » de l’Église et du Patronat. Tous les témoins interrogés sur la fête de la Sainte-Barbe sont unanimes pour distinguer, entre 1900 et 1950, la cérémonie officielle et la fête professionnelle et familiale, et beaucoup disent avoir regardé la première et célébré la seconde. La hiérarchie du défilé (bannières, direction et ingénieurs, en tête, suivis des employés puis des mineurs) n’est pas le seul motif de non-participation. On retrouve lors de la traditionnelle distribution des brioches « la même injustice » que pour la distribution du charbon. Les réflexions de plusieurs ouvriers de la mine sur la brioche nous ont paru à peine dissimuler un discours de classe, critique métaphorique de l’alliance de l’Église et du patronat et d’une certaine trahison de la part des mineurs participant à la cérémonie. La remise des médailles du travail à cette occasion paraît un des rares motifs admissibles de participation. Au XXe siècle, la Sainte Barbe est plus une fête familiale et du groupe qu’une fête corporative officielle, occasion d’une consommation alimentaire exceptionnelle. Mais ce sont les « longues coupes » des semaines précédant la Sainte-Barbe qui permettent de financer les dépenses de la fête. Elles ne peuvent qu’accentuer les risques d’accidents, dont la relation avec les doubles ou triples journées est évidente, même s’ils sont attribués à une forme de fatalité de la Sainte-Barbe : « Je me rappelle qu’il y avait une coïncidence, les vieux disaient : « La Sainte-Barbe en appelle toutes les années ». Crainte superstitieuse et réalité d’expérience...

  • 8 C. Malva, Ma Nuit au jour le jour. Maspero. 1978, 205 p

9Si l’existence de dynasties de mineurs de fond est attestée par les généalogies professionnelles et l’enquête orale, elle ne peut masquer une autre réalité sociale qui sape en permanence cette «hérédité», souhaitée et organisée par les Compagnies, célébrée aussi par une partie du mouvement ouvrier et des mineurs eux-mêmes. Le refus ou, plus souvent semble-t-il, l’interdiction de descendre au fond sont deux facettes du même rejet de la mine. Constant Malva8 dit bien dans son récit la contradiction du mineur qui refuse la mine, mais qui pourtant se résigne et reste : « Quand on vient dans la mine, si l'on ne veut pas y rester toute sa vie, il faut avoir assez de sagesse pour partir tout de suite, à la première occasion. Parce que, si l’on tarde trop longtemps, on se laisse gagner par l’ambiance morbide, si ion veut... mais qui vous envoûte ; chaque jour qui passe est une nouvelle attache, une liane qui s’enroule autour de vous et vous retient de plus en plus... Alors on s’adapte, on s’y fait ; on dit tout le mal imaginable de la mine, mais on reste... » (...). Parmi les ouvriers que nous avons interrogés, certains sont restés : ils ont fait trente ou quarante ans à la mine ; d’autres ont tenu quinze ans, pour avoir droit à la demi-retraite et sont partis le jour même ; d’autres ont fait quatre ans ou dix ans, sont remontés au jour ou ont quitté la mine. Mais parmi ceux qui sont restés au fond par nécessité ou par « amour du métier », tous ont refusé, plus ou moins fermement, que leur fils descende à la mine, l’orientant « plutôt vers la métallurgie », vers l’apprentissage d’un « vrai métier ».

10Le temps n’est plus, entre les deux guerres, où « le destin social du fils » est d’accompagner son père, puis de lui succéder au fond du puits, comme cela a pu être le cas pour une large partie des deux générations précédentes. La familiarisation précoce avec le travail au fond, qui organisait un rythme spécifique de reproduction du savoir pratique du mineur, dans une forme d’endotechnie familiale, n’est plus un modèle de comportement majoritaire. Et du même coup, la représentation de l’avenir n’est plus la même : la rupture est de taille. « La mine, c’était leur vie » dit Madame Maire à propos de son père et de son mari. Il n’est pas surprenant que les « vieux mineurs » puissent difficilement remettre fondamentalement la mine en question car ce serait remettre en cause tout ce par quoi leur vie est valorisée. Mais la négation n’est pas toujours muette de l’image construite autour des mineurs, et qu’ils donnent à voir et à entendre dans un premier temps. Il nous semble qu’à travers leurs récits apparaissent mille filets d’un refus qui montrent que la mine est tout, sauf « le plus beau des métiers ». Et que les mineurs de fond sont bien des héros... malgré eux.

2 – Le travail occulte : travaux et métiers de femmes

  • 9 Cf. M. Ségalen, Mari et Femme dans la société paysanne, Flammarion, 1980, et Yvonne Verdier, Façon (...)
  • 10 Par exemple dans G. Noiriel, Les Ouvriers en France. XIXe-XXe siècles, Seuil, 1986.
  • 11 J. Revel, « Masculin/féminin : sur l’usage historiographique des rôles sexuels », in M. Perrot (di (...)

11La lisibilité du rapport des sexes est moins nette dans l’espace de la ville industrielle qui dans la société rurale traditionnelle, reposant sur une ségrégation claire des espaces masculins et féminins correspondant aux tâches, aux rôles et aux représentations attachés à chaque sexe9. L’histoire sociale urbaine – y compris l’histoire de la classe ouvrière – reste donc très unisexuée : le groupe social étudié (« les ouvriers ») est moins neutre que masculin10. À l’échelle du quartier ouvrier, nous avons essayé de prendre en considération, à part égale, le masculin et le féminin, autour de deux thèmes principaux : la place des ménagères, et le rapport travaux de femmes/travail dans les pratiques et les représentations. En effet, les ménagères sont statistiquement majoritaires parmi les femmes mariées et mères de famille : mais « femme au foyer » ne veut pas dire « à l’intérieur » et n’ayant d’activités que domestiques, même si les travaux du ménage doivent être entendus dans un sens très extensif. En ce qui concerne le rapport travaux de femmes/travail, nous rejoignons tout à fait Jacques Revel quand il écrit : « Nul doute que les travaux des femmes soient du travail, et il n’est pas inutile de le rappeler après qu’on ait, pendant les cent cinquante dernières années au moins, presque exclusivement valorisé le seul travail « productif » – entendons : le travail salarié et à l’extérieur, qui se trouvait être, bien sûr, majoritairement le travail masculin. Mais en même temps, pour rendre aux travaux des femmes le statut d’un travail comme un autre, il importerait de ne pas commencer par en marquer l’exceptionnalité ou le caractère irréductible. Il conviendrait, au contraire, de les confronter à toutes les formes du travail féminin, mais aussi avec le travail des hommes, pour mieux comprendre comment ces formes se hiérarchisent et s’articulent les unes par rapport aux autres, pour reconnaître des conflits, des concurrences, des solidarités, etc. »11. On peut d’ailleurs élargir cette réflexion à l’ensemble de l’analyse historique de la place des femmes et des rôles féminins dans les groupes sociaux et dans la ville. Même s’ils n’ont pas le même usage social des espaces et des temps de la ville industrielle, hommes et femmes sont indissolublement engagés dans un système de relations complexes, et pour que les pratiques féminines trouvent leur vraie signification, elles ne doivent être écrites comme une histoire à part. Le couple masculin/féminin risque d’être une catégorie d’analyse tautologique s’il ne débouche que sur l’affirmation d’un rapport de domination, ou d’autonomie, des deux univers. Nous essayerons donc à la fois de cerner les espaces sexués et, pour reprendre une formule de M. Perrot, « les zones indécises » du partage des rôles, des espaces et des temps.

Le travail occulté

  • 12 M. Perrot. « Travaux de Femmes », Le Mouvement Social no 105, oct.-déc. 1978, p. 3.

12Que « la valorisation abusive, mais signifiante, du travail « productif» au XIXe siècle (ait) érigé en seules « travailleuses » les salariés, et relégué dans l’ombre de l’auxilariat conjugal » les ménagères (mais aussi les ouvrières à domicile ou travaillant par intermittence) apparaît dans les discours ouvriers – masculins ou féminins – avec une particulière netteté12. La négation généralisée de la réalité du travail féminin est un leitmotiv qui érige en principe l’ancrage de l’existence des femmes dans la famille et « le mode de production domestique », et qui transcende la diversité des générations et des situations vécues. Les entretiens enregistrés donnent à l’évidence à entendre que le terme de « travail » ne peut s’appliquer qu’à l’activité masculine. A la femme est réservé le « mode de production domestique», qui lui assigne « la reproduction de la force de travail » : mettre au monde et élever les enfants, entretenir la famille, apporter éventuellement des ressources d’appoint, etc. Le tout drapé dans une idéologie très fortement structurée des rôles masculins et féminins, qui fait parfois du travail féminin (entendons par là le travail à domicile, ou à l’extérieur pour les femmes mariées) l’enjeu de conflits de pouvoir au sein du couple. Car la réalité des situations vécues qui apparaît dans les entretiens contredit vite l’affirmation péremptoire selon laquelle « les femmes ne travaillent pas ». Sur les vingt-six femmes interrogées, on peut considérer que six seulement ont été «ménagères à plein temps » après leur mariage. Toutes les autres ont eu une vie professionnelle continue (douze femmes) ou marquée par la discontinuité liée à la maternité et à la vie familiale.

13L’âge de mise au travail des femmes interrogées dépend de plusieurs facteurs, qui renvoient principalement à la situation économique de la famille ouvrière. Une famille nombreuse, le travail non qualifié et mal payé du père, une mère veuve, sont autant d’éléments déterminants pour la génération des femmes nées dans la dernière décennie du XIXe siècle ou au tout début du XXe siècle (une quinzaine nées entre 1889 et 1905). Que la mise au travail soit «justifiée» par le refus de l’école (« J’aimais pas l’école », « J’étais pas faite pour les études », « C’est moi qui ait demandé à travailler... »), traduit certes la non-prise en compte de l’école comme possibilité de promotion sociale (si tant est que ce terme puisse être appliqué à cette génération), et la valorisation du travail qui est un élément fondamental de la culture ouvrière ; mais elle traduit plus encore le poids de la nécessité. Le travail des enfants – filles ou garçons – est une composante obligée de l’économie familiale ouvrière, au moins juqu’à la Première Guerre. Les attitudes par rapport au travail des enfants – et des filles en particulier – ne paraissent évoluer que dans l’entre-deux guerres, qui voit se multiplier les « formations professionnelles » après le Certificat d’Études (parmi les ouvrières ou ménagères les plus jeunes, plusieurs ont un brevet de secrétariat et/ou de sténo-dactylographie). Pour les femmes les plus âgées, c’est plus souvent le service domestique qui est la première initiation au travail et à une exploitation souvent féroce : apprentissage d’une violence physique qui continue parfois celle du père ; apprentissage de la faim - même, et peut-être surtout, dans la grande bourgeoisie, où elle est vécue comme d’autant plus révoltante ; apprentissage d’un travail qui n’est jamais fini, de l’aube à la nuit ; apprentissage des tâches qui sont celles de la bonne à tout faire, mais aussi qui préparent directement aux tâches de la ménagère ouvrière : « propre, en ordre ». Madame Favier, née en 1892 : « J’étais rue Tréfilerie, je portais le lait, mes deux cruches de lait ; pour 25 francs ; je montais tous les étages ; j’étais placée, comme on était nombreux (...). Je gagnais dix sous, et puis je faisais le travail. Quand j’arrivais, la patronne me disait comme ça : « Frotte les casseroles ! ». Il fallait pas qu’il y ait un peu de noir ! Elle me disait : « Dis donc, petite, tu les a mal frottées, recommence ! ». C’était chez Gauthier, rue Tréfilerie, une petite épicerie, alors je portais 25 francs de lait tous les matins, j’avais deux cruches, je montais les étages (...). Aussi maintenant je peux pas marcher, et je frottais les casseroles... ». Répétitions et intonations – en disent long, quatre-vingt-deux ans après, sur la violence du dressage du corps et de l’esprit ; elles expliquent, comme d’ailleurs certaines allusions au travail à domicile, qu’après de telles expériences l’atelier ait pu être vécu comme un espace de travail beaucoup plus « familier », y compris dans le rapport d’exploitation et de domination. Enfin, être bonne, statut qui marque le début de la vie active extra-familiale, est pour les jeunes filles d’origine paysanne, la découverte de la ville et, partant, une forme certaine d’acclimatation à la vie urbaine, pendant des migrations saisonnières masculines. Et pour peu que l’on tombe sur « de bons patrons », sur une maîtresse de maison qui ne souligne pas trop « la différence sociale entre celle qui sert et celle qui est servie », l’expérience de la grande ville ne laisse dans la mémoire que peu de regrets d’avoir quitté la pauvreté, sinon la misère, de la ferme familiale.

Travailler après le mariage, ou « faire la cheminote » ?

14Au Soleil, le mécanicien du chemin de fer apparaît comme la figure emblématique et quasi mythique de l’aristocratie ouvrière. Ouvrier à statut, « privilégié », figure virile parce que dominant de grosses machines et parce qu’investi de lourdes responsabilités – il est, pour cela, comparé au machiniste des mines –, il éclipse complètement le reste du personnel ouvrier du chemin de fer. De façon remarquable, la « femme du cheminot » apparaît, du côté des femmes, comme un « type social » aussi particulier que le mécanicien dans les récits masculins. À la différence des arguments expliquant le non-travail des femmes de mineurs ou de métallurgistes par le refus du mari, ou par les exigences des soins du ménage, seuls le statut et le salaire du mécanicien sont pris en considération pour expliquer le non-travail des cheminotes. À plusieurs reprises est utilisée l’expression « faire la cheminote », c’est-à-dire ne pas travailler, et profiter des avantages liés au métier du mari : salaire conséquent qui rend inutile le travail de l’épouse ; logement en cité PLM, qui permet d’avoir « un vrai intérieur », etc. Statut qui autorise aussi par exemple, à faire laver sa lessive, au lieu d’aller la laver soi-même à la buanderie : petit fait, mais qui est trop souvent rapporté pour n’être pas un signe social. Ainsi, après son mariage avec un mécanicien « grandes roues », en 1930, madame Faure, sage-femme, fille de sage-femme – donc exerçant un vrai métier –, se voit-elle conseiller d’arrêter : « Je continuais comme sage-femme : « Pourquoi continuez-vous à travailler ? Faites donc la cheminote »... La cheminote ne travaillait pas... c’était plutôt un peu des dames, plus élevées que les femmes de mineurs... ». Implicitement critiquées parce que « fières », les cheminotes n’existent socialement que par rapport à leur mari. Au-delà des clichés et des images, il nous semble que la « femme de mécanicien » est un peu le paradigme de la femme ouvrière... petite bourgeoise : le salaire du mari évite d’avoir à résoudre l’épineuse question du « salaire féminin d’appoint », et procure une aisance enviable par rapport aux normes ouvrières les mieux partagées. Appréciation qui a alors pu ériger la femme du mécanicien en modèle de la réussite sociale ouvrière, ne travaillant pas grâce au métier de son mari.

Un métier de femmes : la blanchisserie. Les laveuses de la rue Beaunier, posant vers 1920 pour le militant laïque et photographe Johannès Merlat (coll. Personnelle).

15Le travail féminin avant le mariage est une norme sociale, et une réalité statistique. C’est après le mariage que le travail devient un enjeu. La question n’est jamais formulée de manière théorique : l’arrêt ou la poursuite de l’activité sont le résultat de multiples contraintes s’exerçant de façon contradictoire, en particulier en fonction de la structure démographique et économique du ménage. Mais la taille du ménage – le nombre d’enfants – ne nous paraît pas toujours avoir été le facteur le plus déterminant chez les ouvrières interrogées, nées avec le siècle. On ne peut pas opposer schématiquement deux catégories d’ouvrières : les unes, « actives », n’ayant eu que peu d’enfants ; les autres, « inactives », en ayant élevé plusieurs. La nécessité et la possibilité de travailler à l’extérieur du domicile expliquent des attitudes antagoniques. Chez les ouvrières qui continuent leur activité professionnelle après le mariage, la nécessité a été, à l’évidence, déterminante : nées dans des familles pauvres, mises au travail très jeunes (régulièrement avant les 13 ans de la législation), mariées à des ouvriers aux salaires réduits et incertains, « il fallait travailler pour faire bouillir la marmite ». Relevé dans plusieurs cas, le veuvage précoce de la mère, qui acquiert brutalement le statut et les responsabilités économiques de « chef de famille» paraît, pour les femmes concernées, avoir été une expérience décisive : elles expriment la volonté, par leur travail, de ne plus connaître la pauvreté, voire la misère de leur enfance. Quant à la possibilité matérielle de travailler, nous ne pouvons que la constater : elles ont fait garder leur(s) enfant(s) dans le cadre familial ou par une voisine, et elles ont repris le travail le plus rapidement possible après l’accouchement. Chez les ménagères, la possibilité de travailler a, au contraire, été absente. Et d’abord parce que « (leur) mari n’a pas voulu » : ayant un travail qualifié, et donc un salaire « suffisant pour le ménage », la femme « n’avait pas besoin de travailler », « pouvait rester à la maison pour s’occuper de son ménage », rôles et place naturels de l’épouse. La signification sociale de cette attitude est claire. Le discours, masculin ou féminin, justifiant la place des femmes à la maison, n’est pas un discours a posteriori, destiné à l’enquêteur : les ménagères précisent toutes qu’il leur a été tenu dès leur mariage. Qu’il leur ait fallu ensuite s’occuper des enfants n’a bien sûr pu qu’apporter une justification supplémentaire à la division sexuelle des rôles et des espaces. Thèmes traditionnels dans la classe ouvrière, et dans une large partie du mouvement ouvrier français, au nom d’une rationalité sociale et morale (l’atelier mixte est un lieu d’amoralité), et économique (théorie du salaire d’appoint ; travail des femmes entraînant le chômage des hommes, etc.). Tous les témoignages féminins confirment le caractère très répandu de l’argumentation masculine de l’assignation. Parfois perce un certain ressentiment, dissimulé dans le récit derrière l’expression du regret de ne pouvoir parler à l’enquêteur d’un travail qu’on aurait peut-être aimé faire, mais que le mari a interdit. Ceci s’est traduit pour Madame Arnoud, née en 1902, placée dès l’âge de huit ans comme domestique de ferme en Haute-Loire, veuve d’un manœuvre ayant travaillé à la mine, dans la métallurgie et l’industrie alimentaire, par un sentiment d’isolement et de solitude, « enfermée chez (elle) » : « Je lavais un petit peu, je faisais du lavage, mais pas du matin au soir... J’ai jamais repris du métier après le mariage. Après, quand les enfants ont été mariés, j’ai travaillé quelque temps (...), je faisais deux heures de ménage par jour... Mon mari voulait pas. Il voulait pas. Il me disait : « T’as deux enfants, tu t’occupes de tes enfants ». Il voulait pas. Vous savez, on était un peu ignorants... Moi, venant de la campagne, j’étais un peu naïve ».

Activités ménagères, travail à domicile et petit commerce

  • 13 Les exceptions sont si rares qu’elles sont l’objet de longs développements. Les hommes ne qualifie (...)

16Les discours masculins et féminins sur les travaux domestiques et le travail à domicile sont marqués par de multiples contradictions, et par une permanente ambiguïté. Les ouvriers travailleurs de force (mineurs, sidérurgistes...) insistent, dans leurs récits de vie, sur le travail à la fois comme réalité objective marquant et usant les corps, et comme valeur sociale fondamentale dans le groupe ouvrier. Mais tous affirment que les tâches du ménage, travaux féminins, ne peuvent être considérées ni comme un travail, ni même comme du travail : ces travaux sont alors définis comme des occupations correspondant à un rôle assigné. A l’opposé, les ouvrières définissent implicitement comme travail à plein temps le fait de s’occuper du ménage, et en particulier d’élever les enfants et d’entretenir le linge. Travail qui n’est pas quantifiable économiquement, mais qui se mesure en temps, en effort physique et en fatigue nerveuse. Jusqu’à la Deuxième Guerre, la quête de l’eau aux bornes-fontaines est l’une des contraintes les plus souvent évoquées, objet depuis toujours de pétitions féminines aux autorités municipales. L’entretien du linge est également une activité toujours recommencée, le temps qui lui est consacré étant proportionnel à la taille de la famille et aux métiers plus ou moins salissants exercés par le mari et les fils. Travaux ménagers auxquels les hommes ne participent jamais13, et qui ont été l’objet d’un apprentissage précoce par les filles dans le cadre familial, mais aussi lors des placements comme « bonne à tout faire », repérables dans nombre d’histoires de vies des femmes les plus âgées.

  • 14 La gestion du budget est majoritairement le fait des femmes : c’est là une des « zones indécises » (...)

17Les travaux ménagers ne sont qu’une des dimensions de la place de la femme dans l’économie de la famille ouvrière. Comptable de la gestion du quotidien14, chargée de discipliner la consommation familiale, elle doit à tout prix chercher à équilibrer un budget toujours précaire. L’appoint est parfois en nature : récupération des grésilles, morceaux de charbon qui ont échappé au triage, autour des plâtres ou sur les crassiers ; élevage de volaille et de lapins dans les arrières cours. Par contre, le jardin ouvrier est le domaine du « travail hors-travail» des seuls hommes. Mais les femmes apportent le plus souvent un appoint monétaire, par le travail à domicile. Il est l’objet l’enjeu - d’une occultation systématique dans tous les entretiens, de la part des hommes, mais aussi des femmes elles-mêmes. Nié par les hommes puisque, par définition, le travail n’a pas pour cadre le foyer, le logement, le travail à domicile n’est presque jamais reconnu explicitement comme travail par les femmes, tant il leur paraît intégré aux tâches ménagères dont il est, en quelque sorte, un prolongement à peine payé. On peut donc relever, d’une phrase à l’autre, une contradiction manifeste en réponse à la question : « Avez-vous (ou : votre femme a-t-elle, ou : votre mère a-t-elle) travaillé après le mariage ? ». Ainsi madame Brusq, née en 1908, ouvrière passementière, répond-elle à propos de sa mère : « Non, jamais. Elle restait toujours chez elle, mais elle raccommodait pour le monde, c’était une bonne raccommodeuse, elle faisait les fonds de culotte... c’est les sœurs qui lui avaient appris. On lui portait des paires de bas comme ça (geste large des mains), elle restait jamais sans travailler ». Oscillations fréquentes des discours : l’analyse des termes utilisés permet d’expliquer ce que l’on pourrait appeler les mécanismes du consentement dans l’occultation du travail à domicile. Celui-ci n’est pas déclaré dans toutes les acceptions du terme. Il n’est pas évoqué à l’extérieur du ménage pour une question d’honneur viril, le chef de famille pourvoyant officiellement seul aux besoins du ménage. Il est séduisant – Jules Simon le souligne déjà dans L’Ouvrière – parce qu’il permet de concilier les charges domestiques et la nécessité d’un appoint monétaire au budget familial. Il respecte les rôles et les espaces sexués, et permet de sauvegarder les apparences et les réalités du rapport de domination. Il n’est pas déclaré aux assurances sociales, à « la Caisse » (de maladie), au chômage, à la retraite, au fisc... Et, partant, il n’est pas dit à l’enquêteur, qu’il soit officier d’état civil, agent recenseur ou historien menant une enquête orale.

18Le type d’activité et les conditions du travail à domicile renvoient aux caractéristiques générales du travail industriel des femmes. L’absence de qualification reconnue est l’une des plus évidentes. Les multiples spécialités de l’aiguille, qui emploient la majorité des ouvrières à domicile – couturières, giletières, culottières, pompières, doubleuses, etc. – ont, dans la presque totalité des cas, été apprises ; ce n’est pas l’effet du hasard si les femmes utilisent couramment, pour en parler, le terme de « métier ». Leur savoir-faire, qui est aussi celui des blanchisseuses et des repasseuses, est le résultat d’un apprentissage, ayant pour cadre la famille (apprentissage par la mère, plus rarement la grand-mère), les patronages péri-scolaires, religieux ou laïques, et les petits ateliers dirigés par une patronne, où l’on devient « petite main » ayant « une spécialité ». Mais ce sont là des structures d’apprentissage qui ne sont socialement jamais mises sur le même plan que celles des garçons : les connaissances et les savoir-faire d’un apprentissage ayant pour cadres fréquents la famille et le logement sont attribués à la nature féminine, et à des aptitudes spécifiques autant qu’innées : dextérité, minutie, patience, rapidité etc. Qualités parfois soulignées avec une certaine forfanterie dissimulant mal les réalités vécues du « sweating system » : salaires aux pièces si faibles qu’ils imposent une durée du travail très longue « pour faire ressortir une journée » ; irrégularité des commandes du travail à façon, qui alterne chômes et périodes de presse, où la limitation effective de la durée du travail est alors celle de la résistance physique et nerveuse ; répétitivité d’un travail parcellisé à l’extrême, que soient ou non utilisées les petites mécaniques – machines à coudre ou à tricoter – qui ont introduit depuis longtemps à domicile les cadences de l’atelier. Le travail à domicile permet aussi de souligner une différence fondamentale entre hommes et femmes : le temps ouvrier masculin est nettement divisé en temps de travail et en temps hors-travail, qu’Eric Hobsbawm a appelé « le temps vide des hommes ». Cette coupure n’existe pas chez les femmes, et il faut attendre, chez les femmes interrogées, le veuvage et les retraites ouvrières pour qu’une telle notion de « temps libre » devienne relativement opérante. « Tout le monde y trouvait son compte », dit l’un des témoins interrogés sur le travail à domicile. Mais à analyser les conditions d’exercice de ce travail non reconnu, on comprend pourquoi certaines ouvrières disent lui avoir préféré « le bon temps de l’atelier », ou la tenue d’un petit commerce... Le commerce ouvrier est sans doute un moyen – peu efficace, semble-t-il, d’après les fiches de familles reconstituées – d’ascension sociale sans quitter un univers familier. Mais il nous semble qu’il peut être analysé aussi sous l’angle du travail féminin, dans la perspective de la relation entre travail ménager, travail à domicile, et travail à l’extérieur.

19Le cas de Léa Favier, née en 1892, est sans doute fort représentatif. À partir de 10 ans, elle est « bonne à tout faire » dans une épicerie du centre-ville, puis dans une famille bourgeoise. Elle est ensuite papetière jusqu’à la naissance de son fils unique, en 1917. Elle a épousé, en 1915, un ouvrier du cycle, monteur en noir. C’est lui qui l’encourage vivement, à la fin de la guerre, à devenir fileuse de cadres, à une époque où le métier est bien payé. Entre 1920 et 1930, Mme Favier gagne presque deux fois plus que son mari. En 1931, celui-ci lui impose pratiquement l’achat d’un café au Soleil : « Tu as assez travaillé ! tu serais mieux tranquille ! Ça a été vite fait (...) Je l’ai maudit, je sais pas combien de fois. Laisser ce métier pour prendre ce café... Ce que je l’ai maudit ! Je pleurais tous les jours. Dans le cycle, j’aimais le faire par goût, c’est drôle (...). Là au début, je gagnais moins. C’est souvent que j’ai dit à mon mari : « Qu’est-ce que tu as fait de me faire venir là ? ».

20Léa Favier revient lors de chaque entretien sur cette conversion forcée du métier du filet, exercé en ville, au petit commerce de quartier. Pour son mari, tout en « continuant à travailler », elle est au Soleil, et « chez elle » : le petit commerce est, dans ce cas, une forme d’élargissement du travail à domicile, qui permet de concilier travaux du ménage et revenu d’appoint. La boutique n’est que le prolongement du logement et, en l’occurrence, un « retour à la maison » mal vécu. Le cas n’est pas unique de telles décisions maritales : outre que la boutique est toujours enregistrée au nom du mari dans les registres de patente, c’est vraisemblablement lui qui, en dernière instance, prend la décision, pour des raisons économiques et idéologiques. Il est d’ailleurs significatif que, dans d’autres cas, la boutique vienne en remplacement d’un travail à domicile d’ouvrières ayant auparavant arrêté de travailler en atelier pour élever leurs enfants. En même temps qu’elle permet – provisoirement parfois – de sortir du « sweating system », la boutique permet de rétablir des relations sociales que l’enfermement du travail à domicile rendait très difficiles : la boutique a représenté une « bouffée d’air pur », la porte-fenêtre ouvrant sur la rue au sens le plus large et le plus social de la formule. Cette dimension sociale et l’ambiguïté du statut d’ouvrière commerçante peuvent d’ailleurs être illustrées a contrario par des cas manifestes de refus du mari d’accepter que leur femme, ouvrière à domicile, s’installe dans un petit commerce.

21Si la fonction économique de la boutique dans la stratégie économique familiale n’est pas niable – nous avons montré, par exemple, le nombre relativement important d’ouvriers-commerçants qui deviennent propriétaires au tournant du siècle –, il nous semble aussi que la boutique peut être envisagée comme une demi-mesure : une forme de voie moyenne entre les travaux à domicile et le travail « à l’extérieur ». Quant à la durée des « carrières féminines» dans la boutique, elle est soumise à la même discontinuité que le travail féminin en général. La précarité est la règle, même si certaines ouvrières y font carrière, et expriment devant l’enquêteur un sentiment de réussite sociale et professionnelle à travers cette longévité : il y a sans doute là un élément objectif et subjectif infime qui participe de la définition de l’ascension sociale.

Des emplois dévalorisés

22Sur les vingt-six femmes interrogées, quinze ont été ouvrières en atelier, dans tous les secteurs de la production industrielle : textile (passementerie et tissage), métallurgie (cycle), chimie (parfumerie), alimentaire (chocolaterie) et même mine (triage). À travers la diversité des expériences professionnelles individuelles, il est possible de dégager un certain nombre de spécificités du travail féminin en atelier : la mémoire féminine rend compte de temps et de formes de travail et même, plus fondamentalement, d’un rapport au travail qui ne sont pas les mêmes que ceux des hommes. Si comme une bonne partie des ouvriers, les femmes valorisent le ou les métiers qu’elles ont excercé(s), elles soulignent beaucoup plus nettement qu’eux le non choix qui fonde leur « carrière », le poids – et l’efficacité – du paternalisme patronal, et le procès de déqualification qu’entraîne l’embauche des femmes dans des secteurs auparavant très féminisés. « J’ai tout fait » et « J’ai fait tout et n’importe quoi » sont les réponses de la plupart des ouvrières d’atelier à la question : « Quelle a été votre carrière ? ». Elles traduisent, de manière flagrante, l’absence de choix imposée et vécue, que masque difficilement le travail d’enjolivement exercé par la mémoire. Ces ouvrières ont travaillé, elles ont « eu des emplois », elles ont parfois « appris un métier », jamais reconnu et payé comme tel par les employeurs. L’absence de choix est évidemment celle des enfants – filles ou garçons – que les parents placent après l’école jusqu’au mariage (pour les filles) ou « jusqu’au régiment » (pour les garçons). Pour les filles, la mère paraît jouer un rôle déterminant dans le choix du métier, quand un apprentissage est envisagé, et sans que ce choix préjuge d’une « carrière » dans le métier en question. Madame Brusq, née en 1908, se définit comme « ouvrière » : (A douze ans) ma mère m’a placée, elle a voulu que j’apprenne un métier... la passementerie... Et j’ai appris le métier, trois ans d’apprentissage chez Giraudon. J’y ai resté douze ans (...). Et puis j’en ai fait des places, j’ai jamais resté sans travailler. J’ai tout fait : l’imprimerie, l’usine de fer, les produits chimiques, j’ai travaillé partout, je prenais où je trouvais, et quand on est jeune, on est habile, et puis j’ai repris mon métier dans la passementerie... »

23« La passementerie me plaisait » dit-elle mais elle n’a jamais réellement exercé ce métier : elle a été ouvrière dans des ateliers de tissage de coton, et manœuvre dans la plupart des industries du Marais ou des quartiers proches du Soleil. L’aliénation du choix est, pour presque toutes les ouvrières, une constante qui parcourt la vie professionnelle. En effet, après le mariage, aux choix parentaux (maternels surtout ?) se substituent les choix du mari, quand celui-ci accepte que sa femme continue à travailler à l’extérieur. Cela est apparu particulièrement évident chez les ouvrières du cycle interrogées qui, presque toutes, sont « entrées dans le cycle » parce que leur mari travaillait dans le cycle, et estimait qu’elles pouvaient y travailler. De même, quelques années plus tard, elles sont devenues ménagères, ouvrières à domicile ou cafetières parce que leur mari « estimait finalement préférable » qu’elles ne travaillent plus en atelier. Le retour à la maison ainsi décidé s’inscrit dans une logique qui était aussi celle des décisions parentales.

24Confrontées à cette absence de choix, les femmes interrogées tendent à valoriser dans les discours les qualités requises par leur « métier », qualités spécifiquement féminines « recherchées par les patrons ». Ce procès de valorisation transforme en facteurs positifs les contraintes spécifiques du travail féminin. Ainsi, par exemple, l’absence de qualification – toutes les ouvrières interrogées, sans exception, ont été manœuvres et/ou ouvrières spécialisées – est-elle présentée comme une capacité d’adaptation rapide à « n’importe quel emploi ». Quelle que soit la branche où l’on travaille, « le métier est vite appris » : quelques jours ou quelques semaines pour s’habituer aux postes de travail et aux machines, courte période d’adaptation au travail parcellisé, mais qui est présenté souvent comme l’aptitude à suivre « un vrai apprentissage ». Certaines insistent sur la précision indispensable des gestes, et le caractère répétitif du travail qui font que « seules les femmes » peuvent faire « ces métiers énervants », qui valorisent les « qualités féminines ». De même, c’est le rythme spécifique du travail féminin qui est valorisé : travail souvent intermittent, rythmé par le statut matrimonial et la taille du ménage, par le salaire du mari et les besoins du ménage. Les temps de l’activité féminine sont largement présentés, dans les discours, comme une preuve de la capacité des femmes « à s’adapter », à organiser harmonieusement leur temps de travail ménager et leur temps de travail à domicile et en atelier, dans un continuum effectivement très spécifique aux femmes, et qui ne distingue pas, comme chez les hommes, travail (en atelier ou au puits) et hors-travail. Le procès de valorisation est particulièrement lisible dans le discours des ouvrières les moins qualifiées qui, manœuvres, ont occupé pendant de longues années des postes de travail particulièrement rebutants, salissants et mal payés. Le cas limite est sans doute dans notre échantillon, celui des clapeuses, trieuses de charbon sur les plâtres du quartier. Il ne fait aucun doute que le métier de clapeuses était l’un des plus dévalorisés qui soient : « Ma mère était clapeuse, elle triait les pierres... Mais on n’ose pas le dire aujourd’hui (...) Quand une fille triait les pierres, ça faisait un petit peu... vous savez... Moi je le disais pas que ma mère triait les pierres : je disais : « Ma mère elle est dévideuse », je voulais pas le dire... C’était trop ordinaire... Ma mère disait qu’on les appelait les « culs noirs » (...), une bande de femmes que j’ai connues, des femmes très bien, mais... » (Madame Maire, née en 1908).

25La valorisation actuelle du travail des clapeuses par les intéressées elles-mêmes est inversement proportionnelle au mépris dont elles étaient l’objet autrefois. Leur discours tend à établir le triage comme « véritable métier », à la fois comparable à celui des hommes, et « adapté aux femmes » : il était proche du domicile, soumis à une surveillance parentale plus facile que dans les ateliers textiles « en ville » ; il permettait de concilier, par le système des postes du matin ou du soir, travaux ménagers et travail salarié... : « J’aimais mieux la mine, j’aimais pas ces usines fermées. Et puis là, j’étais à côté, le puits était complètement à côté. Vous savez, c’était un métier ; on pouvait qu’être honnête dans un sens, parce qu’on était connues comme le loup blanc (...). D’une certaine manière, madame Perrin, née en 1892, clapeuse de 1906 à 1940, puis femme de ménage à la mine, résume l’ensemble des arguments quand elle affirme, en nous faisant admirer à la fois sa Médaille du Travail (« 40 ans de mine »), et la plaque étincelante de sa cuisinière à charbon : « On vivait dans la poussière, forcément, on était à côté du puits, mais j’ai toujours été très fière de mon intérieur... et j’ai une retraite complète de la mine ! ». Gestes et phrase qui en disent long sur les images contradictoires qui s’attachent au travail féminin au puits, dans des « métiers » considérés comme non féminins par nature.

« A la femme les tissus » : les ouvrières du textile

26L’image du travail dans les ateliers textiles, employant très majoritairement des femmes, est sensiblement différente : travaux et métiers n’y entament pas l’identité sexuelle. La mémoire féminine valorise alors un certain nombre de spécificités concernant, en particulier, les rapports de domination de type paternaliste établis par le patronat local sur une main-d’œuvre divisée : selon les âges et les statuts matrimoniaux, les emplois occupés dans les ateliers, et les formes précises de domination et de soumission varient.

27La distance sociale est un ensemble d’attitudes, de symboles et de « signes extérieurs » de richesse et d’autorité qui établissent le pouvoir des dynasties de fabricants stéphanois sur leur « personnel ouvrier et employé », dans les petits ateliers comme dans les grandes usines. Elle suscite, pour la période considérée, un discours métaphorique qui assimile les rapports sociaux dans l’entreprise aux relations du seigneur et de ses sujets sous l’Ancien Régime, et ce le plus souvent sans intention péjorative. Mais, dans ces ateliers textiles où l’on est très souvent embauchée sur recommandation du curé de la paroisse ou des religieuses enseignantes, c’est surtout la dimension religieuse du paternalisme qui parcourt tous les récits sans exceptin. Il n’est guère d’ouvrières du textile qui ne rappellent la présence, dans les ateliers, d’une statue de la Vierge ou d’un petit oratoire régulièrement fleuris, les prières en général quotidiennes avant le travail, la récitation du chapelet et les cantiques pendant le mois de Marie. Ainsi dans l’importante et ancienne Manufacture de Velours Giron Frères de la rue Richelandière, près du centre-ville : « Chez Giron, il y avait des chapelles partout, sauf au rasage, à cause de la poussière... On avait une heure, le huit décembre pour visiter les chapelles des autres ateliers ; et au mois de mai, on faisait dire le chapelet aux jeunes, chacune son tour (...). Fallait savoir si on était catholique pratiquante... » (Madame Joly, née en 1914, raseuse de velours pendant 28 ans chez Giron). L’unanimité des témoignages montre, à l’évidence, que les ateliers textiles stéphanois restent proches, jusque dans les années 50, des ouvroirs des deux siècles précédents, et des usines-internats rurales chères à Louis Reybaud et à l’abbé Meyzonnier. S’ils restent flous sur la chronologie de l’évolution des pratiques du paternalisme religieux, les récits insistent cependant sur les variables qui interviennent quant à leur intensité. Sont principalement concernées les jeunes filles et les célibataires largement majoritaires dans les ateliers situés en amont (ourdissage, échantillonnage...) et en aval (émouchetage, aunage...) du tissage proprement dit. Les travaux exercés dans ces ateliers – travaux de main-d’œuvre, absence de métiers bruyants - facilitent les pratiques rappelées par les témoins : prière du matin, chapelet dit à haute voix en mai, tournée des oratoires d’atelier, etc. Le statut matrimonial recoupe donc les éléments de division technique du travail, qui concentre effectivement, dans certains ateliers et dans certaines fonctions, ouvrières célibataires ou ouvrières mariées. Chez Giron, monsieur Guichard, électricien d’entretien avant 1940, rappelle qu’il y avait : « des ateliers plus conservateurs que d’autres, avec beaucoup de vieilles filles, des célibataires... comme l'émouchetage, un petit travail qu’on faisait avec des pinces, des petites demoiselles, des espèces de souris qui voulaient pas lever la tête. Et puis vous aviez certaines ouvrières aux canuts, qui tissaient les grandes largeurs, c’était des ouvrières moins qualifiées, où le rendement était beaucoup plus dur... Elles tenaient quelquefois deux métiers, c’était des femmes mariées, ou des femmes plus jeunes (...) c’était pas la même catégorie... c’était plus revendicatif ».

28Au-delà du vocabulaire, et de l’importance significative accordée à la tenue et à la position des femmes, assises, les yeux baissés sur leur ouvrage, les récits soulignent la spécificité des célibataires, qui font fréquemment « une carrière » dans l’usine : à l’opposé, les ouvrières mariées sont considérées comme « plus instables », susceptibles d’arrêter de travailler à tout moment. Le célibat est donc une condition sine qua non, vérifiée dans les carrières reconstituées, pour accéder à la fonction de « maîtresse » d’atelier ou de magasin de la Fabrique : « Pour diriger quelque part, une célibataire se donne tout entière à son métier... c’est sa promotion, elle s’affirme dans un métier » (Mme Bonnand, ouvrière passementière). La carrière de mademoiselle Bufferne, née en 1908, fille d’un mineur et d’une passementière, est un exemple caractéristique de ces maîtresses, à la fois critiquées parce que dévouées au patronat, et enviées pour leur réussite professionnelle {« Les maîtresses, elles étaient considérées» ; « dans un quartier, une maîtresse ourdisseuse ou une maîtresse plieuse, c’était quelqu’un ! »). Après un an d’apprentissage au canetage et au dévidage, puis deux ans au tissage chez Forest, Jeanne Bufferne entre en 1924 chez Staron. Elle y est ourdisseuse pendant une quinzaine d’années, avec une vingtaine d’autres femmes, presque toutes célibataires. Après un bref passage comme usineuse à la Manufacture Nationale d’Armes en 1939-1940, elle revient chez Staron, et est promue maîtresse ourdisseuse dans son atelier en 1942, à la mort de la maîtresse qui l’avait formée, elle aussi célibataire : elle y reste jusqu’en 1973. Le célibat féminin est donc clairement caractérisé par des itinéraires professionnels très spécifiques, mis en parallèle avec des attitudes sociales et religieuses nettement distinguées, dans la mémoire ouvrière, de celles des femmes mariées. Celles-ci, ouvrières par intermittence, se définissent d’abord et avant tout par leur statut d’épouses et de mères ; celles-là s’affirment par le travail, l’exercice de métiers stables, et le dévouement au patron, qui se mesure à la participation/soumission au paternalisme religieux. Qualités qui permettent d’accéder parfois aux postes les plus qualifiés – ou les moins déqualifiés si l’on s’en tient au niveau du salaire et aux conditions de travail dans les usines textiles. Qualités qui conditionnent aussi d’éventuelles promotions, mais qui ne sont pas suffisantes pour compenser, dans la mémoire ouvrière, l’anormalité du statut de femme célibataire, synonyme d’isolement relatif dans le groupe social. Signalons enfin que le textile n’est pas la seule industrie stéphanoise où le paternalisme s’exerce sur les ouvrières et que le jugement porté sur ce paternalisme, religieux dans le textile, laïque dans d’autres entreprises comme Manufrance, est « globalement positif » dans la majorité des témoignages féminins surtout, mais aussi masculins. Double résultat de l’efficacité de ces pratiques, et du travail de la mémoire chez des témoins âgés.

Féminisation = déqualification : les ouvrières du cycle

  • 15 Cf. L’Industrie du cycle à St-Etienne, mythes et réalités. Aspects économiques, techniques, cultur (...)

29La période de plus grande prospérité de l’industrie du cycle à Saint-Etienne s’étend à peu près de 1920 à 195015. Très minoritaires, les femmes sont cependant présentes dans les centaines de petits ateliers de quartier, comme dans la demi-douzaine de manufactures qui dépassent le stade de la production artisanale. Les postes de travail occupés par les femmes peuvent être définis avec une relative précision. Les ouvrières sont nombreuses dans les fabriques d’équipements, qui produisent des pièces détachées (boulons, rayons, plateaux, etc.), dans des ateliers d’usinage et de polissage-nickelage. Pour ces tâches répétitives, morcellées et rapides (« les longues séries»), les femmes sont usineuses, « manœuvres adaptées », « manœuvres sur machines » ou « ouvrières spécialisées ». Dans les ateliers de fabrication du cadre « en blanc » (c’est-à-dire avant émaillage), elles occupent des postes de manœuvres, également attribués aux « gamins », et plus tard aux immigrés ; postes particulièrement malsains et salissants, comme ceux des « préparatrices pour le braseur », plus couramment appelées « barbouilleuses », ou des polisseuses ou décapeuses de cadres à la toile émeri ou au bain d’acide. Dans les ateliers de montage « en noir » (après émaillage), les femmes sont monteuses d’équipements (freins, éclairage, etc.), monteuses et centreuses de roues : là encore, travaux d’O.S., au caractère essentiellement répétitif, et toujours payés à la pièce.

30On ne peut guère parler de « carrières féminines » dans le cycle : ces femmes sont fondamentalement des usineuses de la métallurgie passant, par exemple chez Manufrance, du cycle à l’arme ou à la machine à coudre, après avoir été – ou avant d’être – couturières à domicile ou en atelier, tisseuses, ouvrières du cuir ou de la chimie, voire secrétaires ou dactylos. L’apprentissage est toujours des plus rapides grâce la « la capacité d’adaptation des femmes » à des travaux variés. Ainsi pour madame Nouvet, monteuse de roues : « Dans le vélo, le plus féminin c’est le montage des roues (...). La femme va bien plus vite que l’homme ; c’est pas un travail d’homme de monter les roues, c’est un travail de femmes ; c’est minutieux, c’est les petites mains, l’homme a de plus grosses mains ». Le terme de « petites mains », comparaison sémantique avec la couture, renvoie à une dextérité spécifique, à la fois exigée des ouvrières et non reconnue dans les classifications. Madame Barrot, emballeuse de cycles, manœuvre sans spécialité pendant trente ans, n’est pas la seule à affirmer : « J’étais bien habile parce que j’avais travaillé dans la couture : il n’y a rien de tel pour être habile de ses mains ». De ce point de vue, l’industrie électronique, bretonne ou asiatique, n’a rien inventé... De l’analyse des postes occupés et des discours féminins, on est tenté d’inverser les termes de ce qui est généralement dit pour justifier la position des femmes au bas des échelles de classification, par exemple lors de la négociation des contrats collectifs de la métallurgie stéphanoise, en 1936-1937. Les ouvrières n’ont pas une formation nulle, et ne correspondant pas aux exigences des postes qu’elles occupent. Au contraire, elles sont parfaitement « adaptées » à ces postes de travail grâce, très souvent, à une formation acquise antérieurement par apprentissage social au sein de la famille ou en atelier.

31L’adaptation s’étend même aux rythmes du travail, caractérisés dans le cycle par d’importantes fluctuations saisonnières d’activité. La main-d’œuvre féminine y est particulièrement appréciée pour sa fluidité en tenue de rythme saisonnier. « Vous êtes mariée, vous chômez, ça vous arrange... Vous rangez la maison... Quand je chômais, mon mari travaillait, ça m’arrangeait, ça me permettait de faire mon travail » : madame Berne, plieuse de cadres en atelier affirme ainsi le télescopage, y compris au plan du vocabulaire, entre temps du travail en atelier et temps du travail domestique. Au début des années 30, pendant la morte-saison, elle est même « employée de maison» chez son patron, tout en continuant à pointer à l’usine... Osmose entre les temps et les fonctions que l’on retrouve dans d’autres cas : le travail domestique déteint sur le travail en atelier, et réciproquement ; et les exemples étudiés, dans les petites unités comme dans les manufactures, ont montré qu’à l’évidence, dans la première moitié du XXe siècle, les notions de flexibilité du temps de travail, de travail à temps partiel ou à mi-temps, sont déjà opérantes, « à la satisfaction des parties concernées ».

32Il est finalement, dans l’industrie du cycle, un seul poste de travail, majoritairement occupé par des femmes, qui soit défini comme un métier : le filet. Métier qui mérite qu’on y prête attention, en ce qu’il illustre de façon remarquable le procès de dé-qualififcation qui accompagne la féminisation d’une activité, et la non-reconnaissance, dans les classifications, « d’éléments objectifs » de qualification. Le travail des fileurs et fileuses consiste à tracer des filets de peinture sur les tubes du cadre émaillé, avec des pinceaux fins, à main-levée. Le matériel requis est des plus réduits : un pied stable pour fixer le cadre, des pots de couleurs et des pinceaux de taille variable. Le filet exige surtout une grande dextérité et une main ferme, deux qualités qui font la valeur du métier. L’apprentissage est généralement très bref, si on a « le coup de main », l’habileté et la rapidité se confirmant par la pratique. Les bons ouvriers sont très recherchés dans les années 20, quand la décoration des cadres, jusque là entièrement noirs, devient habituelle. C’est alors « un des meilleurs métiers du cycle », permettant d’obtenir des salaires « confortables » : les fileurs sont parfois simultanément salariés en atelier, « ambulants » passant d’une usine à une autre, et installés à leur compte. En 1935, la Chambre syndicale du Cycle essaie d’organiser une école d’apprentissage du filet, pour ne pas être gênée par la pénurie de fileurs, et faire pression à la baisse sur les salaires. Projet abandonné à la suite d’une grève des fileurs stéphanois, pourtant fort peu syndiqués. Mais les patrons trouvent la parade en recrutant massivement des femmes comme fileuses : elles deviennent vite majoritaires, et font sauter le « goulot d’étranglement » du filet. La convention collective de 1935 ne mentionne d’ailleurs, comme « ouvriers très qualifiés du filet » que... les fileuses, « capable(s) d’exécuter tous travaux de décoration (...) (et) dont les salaires effectifs sont très supérieurs à ceux de la catégorie professionnelle la plus élevée du contrat collectif ». En réalité l’embauche de fileuses s’est accompagnée d’une déqualification immédiate du métier, et d’une baisse très importante du salaire à la pièce : chez Manufrance, les fileuses sont classées, en 1936, comme « décoratrices de série », manœuvres ordinaires ou manœuvre adaptées, avec le même salaire que les aides-magasinières, et que les « femmes de peine ».

33Cet exemple de travail déqualifié parce que féminisé montre que les critères sur lesquels les employeurs « jugent » les ouvriers pour les classer ne sont jamais totalement explicites : la grille de classification renvoie aussi à une hiérarchisation idéologique qui dévalorise, en particulier, le travail des femmes. Ainsi pour les fileuses, pour lesquelles on ne reconnaît plus comme éléments de qualification ce qui rend précisément cette main-d’œuvre précieuse aux yeux du patronat : agilité, dextérité, rapidité, précision. Il ne s’agit donc pas, là comme ailleurs, d’une non-qualification intrinsèque, mais d’une position statutaire dans une classification beaucoup moins aléatoire qu’il y paraît à première vue. La réaction des fi leurs est également intéressante à analyser : cinquante ans après la féminisation massive de la profession, ils déplorent encore le « mauvais coup » des patrons du cycle ; ils regrettent de n’avoir pu s’y opposer réellement, tel monsieur Poncet, qui, contremaître, a essayé à l’époque de « limiter les dégâts » : « Moi, j’ai embauché des hommes au filet, j’aimais mieux (...) j'étais chef alors évidemment, quand elles étaient mariées, quand il arrivait une petite baisse, c’était les premières que je mettais au chômage, les femmes... ». À aucun moment, dans leurs récits, les fileurs ne considèrent les fileuses comme des ouvrières à part entière, avec lesquelles ils auraient pu avoir des intérêts communs à défendre. La stratégie patronale de mise en concurrence des hommes et des femmes n’a dès lors rencontré, du côté des fileurs, qu’un malthusianisme misogyne affirmant la nécessité « naturelle » d’espaces de travail et de métiers distincts pour les hommes et pour les femmes. Attitude qui ne pouvait que conduire à l’impuissance face à une déqualification du métier par l’embauche massive des femmes.

*****

34La mémoire est une permanente réinterprétation et réévaluation du passé à partir du présent. Dans la mémoire des ouvrières, le discours sur le travail n’est pas séparé du discours sur la famille, sur le rapport des sexes et leurs rôles sociaux. Ceci est particulièrement clair pour les femmes mariées, dans le discours desquelles on peut relever tout à la fois, découlant des rôles et des espaces assignés :

  • l’occultation fréquente de la réalité même du travail à domicile, dissimulé derrière les travaux ménagers ;
  • la volonté de justifier, essentiellement par la nécessité économique, le fait d’avoir travaillé après le mariage – en soulignant cependant le choix des métiers compatibles avec le statut et la place d’une mère de famille (travaux d’aiguille à domicile, par exemple) ;
  • l’inscription du travail dans des cycles de vie balisés par l’évolution du statut matrimonial et de la taille de la famille.

35Après ce passage initial obligé, et l’expression fréquente du sentiment d’avoir été écartelées entre la multiplicité des tâches, les femmes parlent de leurs travaux : elles en parlent comme d’un vrai travail, exigeant des qualités spécifiques et apprises dès l’enfance, et grâce auxquelles certains emplois auraient mérité d’être définis comme « métiers » apportant une reconnaissance sociale qui n’a jamais eu lieu. Les ouvrières expriment aussi une certaine fierté d’avoir travaillé, surtout quand cette activité a été assez continue après le mariage, au point de pouvoir être considérées comme une « carrière » rémunérée. Avoir pu concilier une double activité de ménagère et d’ouvrière, avoir eu des emplois, même déqualifiés, est valorisant à leurs propres yeux, parce que condition d’une autonomie relative dans le ménage, même si cette autonomie est celle du salaire d’appoint : la monétarisation du travail équivaut à sa reconnaissance. Le travail est également un moyen d’acquérir une certaine identité sociale, moins autour de la relation au travail-institution comme valeur masculine, que dans la relation à l’activité extra-ménagère. C’est dans ce cadre qu’il faut sans doute inscrire certains regrets, exprimés à l’heure actuelle, de n’avoir pu continuer à travailler après le mariage, ou reprendre une activité salariée après que les enfants ont grandi. Il est certain que ces activités extra-ménagères définissent un certain nombre de relations sociales, dans le quartier ou dans l’atelier, qui ont un sens et une valeur : c’est le cas des sociabilités d’atelier. L’accent mis dans notre analyse sur les stratégies d’encadrement visant « le corps et l’âme », ou sur le procès permanent de déqualification, ne peut suffire à cerner la totalité des situations vécues. On aurait tort, par exemple, de négliger les notations ténues, mais persistantes, sur la « familiarité de l’atelier », au motif que cela n’entrerait pas dans le schéma du « rapport d’exploitation et de domination ». Les sociabilités ouvrières féminines ont, elles aussi, existé, et méritent qu’on s’y intéresse, au même titre que les « zones indécises » du partage entre masculin et féminin.

Notes

1 Titres des principaux chapitres de R. Trempé. Les Mineurs de Carmaux (1848-1914). 1971.

2 L. Murard et P. Zylbermann, « Le Petit Travailleur Infatigable ou le Prolétaire régénéré », Recherches, no 25, nov. 1976, 295 p.

3 Lancien D., « Les mineurs de Grande-Bretagne au XIXe siècle et au XXe siècle », Annales ESC no 6, novembre 1981, p. 1111-1137.

4 R. Harrison (éd), Independent Collier. The Coal Miner as Archetypal Proletarian Reconsidered, Standford, Harvester Press, 1978, 276 p.

5 Sur L’usure au travail cf. le numéro spécial du Mouvement Social no 124, juillet septembre 1983.

6 AMSE, 1 I 112, Catastrophe Verpilleux, 1889.

7 AMSE, 1 I 112 et ADL 24 M 1 à M 5 : Catastrophes du puits Jabin (1876), Verpilleux (1889), Manufacture (1891), etc.

8 C. Malva, Ma Nuit au jour le jour. Maspero. 1978, 205 p

9 Cf. M. Ségalen, Mari et Femme dans la société paysanne, Flammarion, 1980, et Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.

10 Par exemple dans G. Noiriel, Les Ouvriers en France. XIXe-XXe siècles, Seuil, 1986.

11 J. Revel, « Masculin/féminin : sur l’usage historiographique des rôles sexuels », in M. Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, 1984, p. 128.

12 M. Perrot. « Travaux de Femmes », Le Mouvement Social no 105, oct.-déc. 1978, p. 3.

13 Les exceptions sont si rares qu’elles sont l’objet de longs développements. Les hommes ne qualifient pas ces « activités féminines » de travail entre autres parce qu’elles n’exigent « pas d’apprentissage ». Mais ils justifient leur non-participation par leur incapacité à « faire des choses qu’on n’a pas apprises... ».

14 La gestion du budget est majoritairement le fait des femmes : c’est là une des « zones indécises » du partage de l’autorité au sein du ménage.

15 Cf. L’Industrie du cycle à St-Etienne, mythes et réalités. Aspects économiques, techniques, culturels et sociaux, Saint-Etienne, avril 1984, 318 p.

Table des illustrations

Légende Un métier de femmes : la blanchisserie. Les laveuses de la rue Beaunier, posant vers 1920 pour le militant laïque et photographe Johannès Merlat (coll. Personnelle).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search