Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Troisième Partie. Travaux et espaces des hommes et des femmes

Travaux et espaces des hommes et des femmes

Texte intégral

1La mémoire du Soleil est une mémoire de classe. Appartenance qui scande les récits non sous la forme d’un discours ou de références politiques, mais en posant le travail dans toutes ses dimensions comme réalité première de la culture ouvrière. Mais à l’intérieur de la classe ouvrière, tous distinguent rapidement des catégories professionnelles qui fondent une appartenance familiale et des groupes professionnels individualisés dans les espaces du quartier. La mine est présentée comme le pôle professionnel central du quartier, mais n’est qu’en troisième position dans une hiérarchie d’où émergent le « manuchard », ouvrier à statut, et le mécanicien du PLM, symbole de l’aristocratie ouvrière. Tout aussi remarquable est le silence général sur le travail des femmes, résultat d’une occultation dont nous essayons de dégager ici les principaux mécanismes.

2L’intérêt d’une étude sur l’espace est qu’elle permet une lisibilité certaine des rapports sociaux, en particulier dans le domaine du rapport des sexes, que nous avons envisagé dans les images du travail et des rôles (chapitre V), et dans leur projection dans les espaces et dans les temps du quartier (chapitre VI).

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search