Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Deuxième Partie. Manières d'habiter et identité sociale

Chapitre III. La question du logement

Texte intégral

1 – La construction d’un quartier ouvrier (1826-1914)

1Les cadastres de 1826 (Outre-Furan) et 1864 (Saint-Etienne) permettent de saisir le passage d’un espace rural et agricole en voie d’industrialisation à un quartier ouvrier cerné par les mines. En 1826, quatre familles de fabricants stéphanois d’armes et de rubans (Didier, Durand-Bréchignac, Neyron-Royet et Vincent), les Hospices de Saint-Etienne et deux « cultivateurs extracteurs de pierre et de charbon» se partagent la quasi-totalité des 43 arpents du Soleil (l’arpent stéphanois vaut un peu moins de 50 ares). Les autres propriétaires – cabaretiers, passementiers, charbonniers – n’occupent que des surfaces très réduites : « une maison avec jardin attenant ». La répartition du foncier est pratiquement stable jusqu’en 1846 puis, en une dizaine d’années, la situation est radicalement modifiée par la vente de la propriété bourgeoise : les propriétaires concessionnaires des mines depuis les années 1820, cèdent leurs droits fonciers à la Compagnie des Mines de la Loire, dite du « Monopole », constituée en 1845 par des banquiers régionaux – roannais, lyonnais et genevois – épaulés par des capitaux parisiens. Ce Monopole produit entre 1846 et 1854 – année de son fractionnement par Napoléon III – 85 % du charbon du bassin de la Loire. Les mutations foncières de 1846-1856 se font au profit quasi-exclusif du Monopole, et fixent pour 120 ans la répartition du sol jusqu’à la réaffectation ou la revente dans les années 1970, des terrains inutilisés des Houillères nationalisées. Le Soleil est une illustration de la stratégie foncière du Monopole, qui concentre la production sur une vingtaine de puits seulement, au plus près du chemin de fer. Cette politique d’acquisition et de concentration vise également à restreindre les revenus tréfonciers et les indemnités pour les innombrables dégâts de surface : il est significatif, à cet égard, que les clauses de revente de terrains des compagnies minières fassent mention de la renonciation, à perpétuité, des recours pour dégâts de surface. En revanche, les familles bourgeoises propriétaires, bien qu’ayant cédé leurs concessions, conservent en général les revenus tréfonciers en entrant dans le conseil d’administration du Monopole, puis des compagnies issues du fractionnement de 1854. La trame parcellaire actuelle montre bien le contraste, presque inchangé depuis le milieu du XIXe siècle, entre les grandes parcelles « gelées » par les Mines entre 1846 et 1970, et les petites parcelles bâties le long des rues du quartier, dans le quadrilatère place du Soleil - Vieux Soleil - Châteaucreux - Le Treyve (Cf. planche hors texte). Matériellement et symboliquement, l’année 1846 marque la véritable naissance du Soleil en tant que quartier de la mine.

  • 2 AMSE-OF, DCM du 8/4/1843.

2Entre 1826 et 1840, le bilan immobilier du Soleil évolue peu : quelques fermes de polyculture, quelques ateliers de passementiers ou de forgeurs. Mais l’espace du quartier participe à l’industrialisation rapide de la commune suburbaine d’Outre-Furan : installation de machines à vapeur sur les puits de mine, construction de fours à coke et d’ateliers de noir de fumée, fonderie d’acier. Parmi les entrepreneurs contrôlant ces industries et le Conseil Municipal, plusieurs sont propriétaires au Soleil, et ont intérêt au développement d’un quartier d’habitation, qui permettrait de fixer sur place une main-d’œuvre contrainte parfois à de longs cheminements quotidiens. Ainsi P. Neyron, maire d’Outre-Furan, multiplie-t-il les initiatives destinées à promouvoir, dès 1835-1840, le développement d’un quartier nouveau au Soleil, qui permettrait du même coup d’accroître le poids démographique de la commune face aux tentatives stéphanoises d’annexion : locaux provisoires d’église et d’écoles primaires au Vieux Soleil (1840), cimetière à Planterre (1840) ; cession d’un terrain de 8 000 m2 qui, « outre l’église et le presbytère, permet la construction de maisons particulières que l’on peut espérer voir s’établir bientôt et qui formeront, avant peu d’années, une agglomération de population et augmenteront l’importance et les ressources de la commune »2. Esprit d’entreprise et volonté d’urbanisation ne sont d’ailleurs pas particuliers au Soleil et à Outre Furan : on les retrouve dans les mêmes termes à Montaud, ou à Côte-Chaude, sur les terrains de la famille Palluat de Besset.

LE PARCELLAIRE DU QUARTIER DU SOLEIL EN 1984

3Lors du bombardement de mai 1944, le Soleil compte à peu près 330 bâtiments. Sur ce total, 305 au minimum (soit 92 %) ont été construits avant 1914. Entre 1826 et 1914, le mouvement de la construction neuve (305 maisons) et des accroissements de construction (105 opérations enregistrées) se décompose en trois phases : deux phases de forte croissance (1846-1865 et 1896-1914) encadrent une phase de croissance plus lente et irrégulière (cf. annexe 7/1).

4Jusqu’à la Première Guerre, la construction et la propriété immobilière dépendent entièrement de l’initiative individuelle privée, à l’exception de bâtiments rachetés par les Houillères pour loger quelques gardes ou employés des installations de surface :

Sociologie de la construction (neuve ou par accroissement) Entre 1865 et 1914

Catégorie

nombre de constructions

% du total de la construction

Ouvriers

205

50

Commerçants

103

25,1

Ouvriers commerçants

35

8,5

Bourgeois-rentiers

29

7,1

Employés

19

4,6

Cultivateurs

6

1,5

Inconnus

13

3,2

Total

410

100 %

(Source : Cadastre 1826 et 1864)

5Deux groupes se partagent plus de 80 % de la construction et de la propriété : les commerçants, avec 25 % environ de la construction et les ouvriers et ouvriers-commerçants, avec plus de 58 %. La composante populaire et plus précisément ouvrière de la construction et de la propriété est l’une des caractéristiques fondamentales de l’immobilier du Soleil. Une analyse plus fine de la construction ouvrière permet une répartition en quatre groupes, en relation directe avec le statut et la qualification (cf. annexe 7/2). Chez les mineurs, les gouverneurs sont largement surreprésentés. Chez les métallurgistes, les forgeurs et armuriers, héritiers de la tradition stéphanoise, et souvent installés à leur compte dans l’atelier attenant à leur domicile, sont nombreux à être propriétaires ; soit qu’ils achètent des bâtiments agricoles et les transforment en bâtiments d’habitation, soit qu’ils fassent construire les bâtiments neufs. La part des ouvriers/artisans du bâtiment ou des carrières est logiquement forte, par rapport à leur importance relative dans la population active (2 à 5 % des actifs, plus de 8 % des constructions). Il faut également souligner la place des ouvriers-commerçants dans la propriété immobilière : s’ils sont 3 % de la population active entre 1846 et 1914, ils sont propriétaires de 8,5 % des immeubles du quartier. L’intérêt de la double activité est évident pour accéder à la propriété, au moins au début de la période étudiée : après 1880, les exemples sont de plus en plus rares d’accession à la propriété d’ouvriers-commerçants, ce qui témoigne d’une relative marginalisation économique de ce groupe. La propriété immobilière ne concerne donc que la frange de la classe ouvrière la plus proche de l’artisanat et du commerce : entre le milieu du XXe siècle et 1914, 90 % environ des ouvriers sont locataires, pourcentage qui atteint sans doute 95 % entre les deux guerres. Ces chiffres sont à comparer avec la propriété commerçante. Si, en 1872, 11 % des ouvriers/ouvriers-artisans sont propriétaires, le pourcentage est de 45 % chez les commerçants (non compris les ouvriers-commerçants) ; en 1911, les pourcentages respectifs sont de 12,5 % et 52 %. Les commerçants dominent nettement la construction neuve entre le milieu du XIXe siècle et 1914. Ils construisent en moyenne des bâtiments plus importants que les autres catégories socio-professionnelles (hormis les institutions et les entreprises, et le petit groupe des gouverneurs) : un indice rudimentaire comme le nombre des portes et fenêtres imposées permet de souligner la différence de taille des constructions. Entre 1846 et 1900, le nombre moyen d’ouvertures imposées est de 17,2 par immeuble du Soleil. La moyenne des immeubles ouvriers (toutes catégories confondues) est de 16,6 ; celle des forgeurs – le plus souvent artisans – est de 18,7 ; celle des commerçants est de 20,2 ; ceux-si sont à égalité avec les bourgeois-rentiers, et seulement dépassés par les gouverneurs des mines (25,8 ouvertures imposées). Nous sommes là en présence d’une des principales composantes infrastructurelle de la « question du logement » dans le quartier ouvrier.

  • 3 Sur les Batignolles, cf. F. Tomas, A.M. Autechaud, Le Problème des taudis, 166 p. dactylo, 1972 (B (...)

6La guerre brise brutalement le développement de la construction et, malgré l’augmentation importante de la population pendant la guerre et au début des années 1920, l’entre-deux-guerres est une période de stagnation de la construction neuve. Le changement est aussi qualitatif : l’initiative patronale (Houillères, PLM, Casino...) et publique (H.B.M. municipales, cités de relogement) l’emporte sur l’initiative privée, malgré les possibilités ouvertes par la loi Loucheur. Au Soleil sont aussi construits, dans les années 1920, plusieurs cantonnements pour travailleurs étrangers, une cité du PLM et quelques H.B.M. patronales ; et, au début des années 1930, les bâtiments municipaux dits « Cité des Batignolles »3. Pavillons Loucheur et immeubles locatifs représentent à peine une trentaine de bâtiments entre 1914 et 1944, chiffre dérisoire comparé à l’augmentation de la population. La « crise du logement » est une réalité statistique et sociale de l’entre-deux-guerres.

2 – L’importance de la construction par étapes

7Force est de reconnaître que les sources consultées (matrices cadastrales, archives judiciaires, quelques actes notariés, archives orales) n’ont guère permis de cerner précisément les modalités de financement des opérations immobilières. Elles permettent néanmoins d’avancer l’hypothèse, en ce qui concerne la classe ouvrière, d’une précarité certaine des moyens de financement du foncier et de l’immobilier, compte tenu de l’absence vérifiée de copropriété d’immeuble avant les années 1960-1970. Le capital initial paraît être le résultat du cumul d’une épargne du ménage et d’une épargne familiale : aux économies réalisées au sein du ménage (et qui sont proportionnelles souvent au nombre des revenus salariaux ou non salariaux qui peuvent être cumulés dans le ménage) s’ajoutent les dons ou prêts des ascendants et éventuellement des collatéraux. Les stratégies immobilières ouvrières doivent se lire sur un plan intergénérationnel, et sont caractérisées par leur grande sensibilité aux accidents : maladie ou décès du chef de famille, chômage. Ceux-ci entraînent rapidement le non-paiement des loyers – d’où « mises en demeure de payer » et échelonnement de la dette prononcé par le tribunal – et l’impossibilité de rembourser des sommes empruntées, ou de payer régulièrement les traites correspondant à l’achat d’un terrain ou à la construction d’une maison : la revente de l’immeuble est une conséquence logique de ces problèmes financiers, qui paraît fréquente, en particulier, chez les ouvriers mineurs dans la phase de « décollage » du quartier. Dans la plupart des cas, le rachat est le fait d’ouvriers qualifiés ou de commerçants. Ainsi, en 1854, Joseph Fayard (né en 1825), piqueur à la mine, transforme-t-il un « bâtiment rural » du Vieux Soleil en maison de cinq ouvertures où logent, en 1856, trois ménages : en 1864, alors simple journalier, il la revend à un autre ouvrier mineur ; or, l’année précédente, il avait été cité à comparaître à plusieurs reprises devant le tribunal de simple police, pour non-paiement de dettes auprès de deux marchands de vin du quartier.

8L’importance relative du petit capital est une autre constante. Dans les archives judiciaires, les prêteurs locaux engageant des poursuites pour non-remboursement sont très largement les commerçants du quartier : ils prêtent à court terme, et à des taux très usuraires, des sommes plus ou moins importantes selon la qualité des emprunteurs. Ce sont des opérations financières mal connues dans le détail : petites spéculations, modestes investissements d’exploitation, qui apparaissent au détour d’instances engagées pour non-remboursement de dettes contractées, oralement parfois, mais devant témoins, « aux fins d’acquérir un bien immeuble », ou « d’agrandir une construction existante ». Les commerçants et les petits entrepreneurs du bâtiment sont les seuls à lotir, dans la seconde moitié du XXe siècle, des parcelles relativement importantes. Les finalités de la construction sont toutefois différentes. Les entrepreneurs pratiquent en général la vente de l’immeuble dès qu’il est terminé. Les commerçants ont plutôt tendance à constituer, sur la longue durée, un patrimoine immobilier stable, comprenant, outre la maison principale sur rue, avec boutique au rez-de-chaussée, un immeuble de rapport au fond de la parcelle, loué à des ménages ouvriers. Aux bénéfices de l’activité commerciale s’ajoutent donc les revenus des locations, cumul qui permet d’engager ultérieurement les opérations de prêt à court terme signalées plus haut, parfois garanties par la prise d’hypothèques. On peut donc considérer, jusqu’à la Première Guerre, que la petite bourgeoisie joue un rôle important dans le domaine du logement, en réalisant la construction, en la finançant, et en étant propriétaire de logements. Et c’est sans doute sur ce plan, plus peut être que dans les relations commerçant/clientèle, que l’on peut situer l’un des clivages de séparation entre la classe ouvrière et la petite bourgeoisie : celle-ci est propriétaire et collecte des loyers, celle-là est locataire ; et les sources convergent, qui permettent de montrer que la question du logement, jusqu’à une période récente, est d’abord et avant tout la question du loyer.

  • 4 AMSE-OF.4 M 1, Ecoles du Soleil, dossier 1851 (3/6 et 24/7/1851).

9L’auto-construction est, en particulier pour les ouvriers un moyen important de réduction des coûts salariaux de la construction : du milieu du XIXe siècle, (construction d’immeuble ou accroissement de construction « sans autorisation préalable », « en contravention des normes d’alignement »), au début du XXe siècle (pavillons ouvriers du père Volpette) aux années 30 (pavillons Loucheur) ou aux années 50 (maisons Castor), c’est une longue tradition populaire et ouvrière. La qualité s’en ressent bien évidemment. Ainsi, en 1850, un ouvrier-forgeur se charge de construire un bâtiment d’école commandé par la commune. L’architecte de la ville fait un rapport lors de la réception du bâtiment : « les écoles seront (...) peu éclairées et très froides en hiver, à cause de la légèreté de la construction. {...)Nous devons faire remarquer la manière toute particulière dont le sieur Laforge a construit : on y reconnaît de prime abord la recherche de vouloir faire beaucoup avec rien ou à peu près, ce qui entraîne forcément malfaçons et défaut de solidité (...) ; la légèreté de la charpente s’explique par l’utilisation de vieux bois extraits d'anciens bâtiments (...) Le sieur Laforge ayant voulu éviter d’acquérir la mitoyenneté du pignon de la maison du bureau de tabac, a séparé son bâtiment de celui-ci d’un simple galandage ; quant à la toiture, elle n’est supportée que par trois poteaux verticaux, et par plusieurs pièces reliées entre elles par de légers colliers en fer (...). Les murs sont en brique... »4. Le constructeur se justifie en en expliquant que le bâtiment ainsi construit n’est en rien différent, « sous le rapport de la solidité ou de la salubrité » des autres constructions du quartier, ce que l’architecte confirme dans un rapport complémentaire. Tout au long du siècle, les expertises pour dégâts de surface des travaux souterrains abondent en « minces galandages de plâtre » fissurés, en « parois de briques mal jontoyées », en «charpentes trop légères », en « murs aux fondations presque inexistantes » et autres « couvertures en tuiles de réemploi »...

10Confrontés à la faiblesse initiale de leurs moyens de financement, les ouvriers qui construisent ont également recours à la construction par étapes, qui permet d’étaler la dépense et d’augmenter la capacité de la maison en fonction de la taille de la famille ou du ménage, ou de l’importance de la demande locative, particulièrement forte à certaines périodes. La construction par étapes peut prendre différentes formes : exhaussement d’un ou deux étages du bâtiment initial ; construction sur cour postérieure à la construction sur rue ; augmentation du volume du bâtiment par ajouts divers en hauteur ou profondeur, aménagement des combles, etc. Les matrices cadastrales offrent de multiples exemples de ce mode de construction, tout au long de la période étudiée. En 1848, Jean Baptiste Reverchon, né en 1802, armurier, achète une parcelle : il y construit une maison de huit ouvertures ; en 1854, nouvelle construction d’une maison de onze ouvertures. En 1868, son héritage est partagé entre sa fille, « dévideuse-épicière » mariée à un mineur, et son fils Pierre, né en 1838, armurier : celui-ci hérite d’une maison de treize ouvertures, d’un sol et d’une cour. En 1871, il ajoute, sur la cour, une maison de cinq ouvertures et un atelier ; en 1880, il agrandit la maison sur la rue du Soleil d’un étage, soit quinze ouvertures ; en 1881, « accroissement de construction sur cour » (six ouvertures) : en trente-deux ans, sept constructions – nouvelles ou d’augmentation – se sont ajoutées sur la parcelle initiale.

Un habitat hétéroclite : maisons en planches construites fin XIXe siècle. (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle).

11Au-delà d’un désordre apparent, il est possible de dégager un modèle de construction des îlots vérifié sur la longue durée, et comprenant trois ou quatre étapes plus ou moins rapprochées les unes des autres (cf. planche page suivante).

3 – Structure et architecture des maisons ouvrières

12Les plans cadastraux et des services techniques municipaux, les photographies anciennes ou contemporaines et les relevés sur le terrain permettent de dégager les principales composantes de la structure et de l’architecture des bâtiments du Soleil. Elles découlent largement de la période et du mode de construction.

13Entre 1830 et 1860, une partie de l’habitat ouvrier est issue de la transformation de bâtiments agricoles. C’est essentiellement le cas du hameau du Vieux Soleil, avec la transformation progressive de « granges », « hangars », « remises », et autres « bâtiments d’exploitation agricole » en maisons d’habitation, à l’initiative des propriétaires qui sont, pour la plupart d’entre eux, agriculteurs - artisans (forgeurs, armuriers). Jusqu’au début du XXe siècle cohabitent, au Vieux Soleil, les familles des propriétaires – qui ont abandonné l’activité agricole mais continué l’activité industrielle –, et des ménages de mineurs ou ouvriers sans qualification ; le Vieux Soleil est également caractérisé, sur la longue durée, par une proportion importante de pensionnaires logés en chambres garnies ou en meublés. La fonction initiale des bâtiments et la qualité précaire des transformations ne sont sans doute pas indifférentes à la concentration, dans ces îlots, des ménages les plus pauvres du quartier : journaliers, mineurs et pensionnaires de Haute-Loire au XIXe siècle et jusqu’aux lendemains de la Première Guerre, travailleurs immigrés d’Afrique du Nord et espagnols entre les deux guerres. Il ne reste actuellement aucune trace du Vieux Soleil, écrasé par le bombardement de 1944.

La construction par étapes des îlots du Soleil (milieu XIXe s. – milieu XXe s.)

La construction par étapes des îlots du Soleil (milieu XIXe s. – milieu XXe s.)

Étape no 1 : construction du bâtiment principal sur rue : façade en pierres taillées ; couloir ou porte cochère d’accès à l’arrière-cour accès à l’étage par escalier et coursive extérieurs.

Étape no 2 : construction sur cour d’une deuxième maison d’habitation en matériaux légers (briques).

Étape no 3 : (mais peut précéder l’étape no 2) : construction d’ateliers, remises, dépendances diverses (bûcher, basse-cour, buanderie, « lieux d’aisance », etc.).

Étape no 4 : saturation de la surface au sol, accroissement éventuel des constructions en hauteur.

14Il ne subsiste non plus que peu d’exemples de maisons individuelles de petite taille construites au XIXe siècle par des propriétaires ouvriers, soit parce qu’elles ont été profondément transformées par réhaussement, soit parce qu’elles ont été détruites en 1944 ou lors d’opérations plus récentes de rénovation de l’habitat. Les caractéristiques de cet habitat doivent donc être déduites des sources fiscales et des recensements : maisons de petite taille (faible surface au sol, construction en rez-de-chaussée ou sur un niveau seulement) où ne logent qu’un ou deux ménages qui sont, en général, la famille du propriétaire. L’hypothèse de l’auto-construction ouvrière est la plus vraisemblable quant au mode de production, qu’étayent la médiocre qualité et le faible coût des matériaux utilisés pour la construction (bois, brique, mortier, pas de pierres de taille). Il en est ainsi pour un îlot de maisons en planches de la rue du Soleil utilisées, jusqu’à l’entre-deux-guerres, comme maisons d’habitation par des ménages ouvriers. Les sources consultées n’ont pas permis de déterminer le statut foncier et immobilier de cette parcelle : il paraît probable qu’il s’agit de la transformation en maisons d’habitation de cabanes de jardin, selon un processus bien connu dans la « zone » des « fortifs » parisiennes, et dont il subsiste de nombreux exemples à la périphérie des grandes villes françaises. Certains pavillons construits sur les jardins ouvriers du père Volpette, au début du XXe siècle, et la plupart des pavillons Loucheur construits sur les marges du quartier dans les années 1930, s’inscrivent dans la continuité de ce type de construction (ou d’auto-construction) ouvrière de maisons de petite taille.

15La forme incontestablement la plus répandue est « le type stéphanois non-passementier, auquel correspondent la majeure partie des constructions stéphanoises jusqu’en 1914, en dehors des immeubles du centre-ville. Les immeubles sont en façade sur rue, et ont une dizaine de mètres de largeur, occupant la totalité du petit côté de la parcelle foncière. Ils ont en général un ou deux niveaux sur rez-de-chaussée, et cave à charbon et à vin. Au rez-de-chaussée, un passage latéral (couloir ou porte cochère) permet d’accéder à l’arrière-cour ; dans les rues commerçantes, le rez-de-chaussée est occupé par une boutique, ailleurs par des logements de deux pièces en enfilade : dans les deux cas, l’accès se fait par une ou deux portes-fenêtres. L’accès aux étages se fait par la façade sur cour, par un escalier extérieur et des coursives : on entre dans les logements, d’une ou deux pièces, par une porte-fenêtre ; dans le cas, fréquent d’un logement de deux pièces, l’un est éclairée par la porte-fenêtre sur coursive, l’autre par une fenêtre en façade sur rue. Les immeubles étant le plus souvent mitoyens, l’escalier d’accès aux étages peut être intérieur, et commun à deux immeubles : l’entente des propriétaires permet alors d’économiser l’emplacement d’une cage d’escalier. Les façades sur rue sont toujours en pierres de taille (grès houiller d’origine locale) ; les murs de pignon et la façade sur cour en pierres, briques et ciment ; les cloisons intérieures en galandage (bois et plâtre) mince.

16Nous avons, par ailleurs, expliqué la chronologie de la construction par parcelle : l’analyse du bâti doit se faire à l’échelle de la parcelle ; la construction sur rue – et par étapes – est toujours doublée d’une construction sur cour, de taille en général plus réduite et pour laquelle la pierre de taille est rarement utilisée. Cette structure parcellaire n’est pas sans importance pour l’analyse des relations sociales : l’arrière-cour avec son escalier, ses coursives, son bûcher, ses cages à poules et à lapins, parfois son pigeonnier et la cabane du cochon, ses petits ateliers de forgeurs ou d’armuriers, est, autant que le seuil, le trottoir et la rue, un haut lieu des circulations et, partant, des sociabilités de voisinage surtout enfantines et féminines ; ici comme ailleurs, l’architecture a un sens social que l’enquête orale permet d’expliciter. Au Soleil, un comptage empirique permet d’estimer aux trois quarts du bâti la proportion d’immeubles du « type stéphanois » avant 1914, logeant une proportion équivalente de la population du quartier. A l’heure actuelle, ce type architectural représente encore entre la moitié et les deux tiers des immeubles du Soleil, essentiellement rue du Soleil et rue de la Liberté, rue Tiblier-Verne et place du Soleil.

  • 5 Sur le logement à St-Etienne de 1900 à 1940, voir J. Cellier, Le Logement à St Etienne, Thèse de d (...)

17Dans la dernière décennie du XIXe siècle apparaissent dans le quartier – et plus précisément dans la partie sud-ouest, la plus proche de la gare et de la ville – des immeubles de rapport dont les formes architecturales n’ont plus de spécificité locale, mais renvoient à des modèles fort répandus en France. Construits essentiellement par des entrepreneurs du bâtiment pour leur propre compte, par des commerçants aisés ou par des bourgeois – industriels, commerçants ou rentiers – résidant en ville, ces immeubles ont une composition sociale spécifique : les mineurs et manœuvres y sont très peu nombreux, au contraire des ouvriers métallurgistes (armuriers, ouvriers professionnels) et surtout des employés du PLM (mécaniciens, chauffeurs, ouvriers de métier ou employés) ou des employés de bureau ou de commerce ; ces deux derniers groupes sont largement représentés. Contemporains d’une amélioration des équipements du quartier (adduction d’eau, travaux de voirie, construction du tramway en 1907, des Bains-Douches en 1910, etc.), ces immeubles traduisent l’introduction d’une certaine modernité dans l’espace bâti du quartier, au même titre que les premiers logements sociaux. Entre 1914 et 1940, la construction d’initiative individuelle est de faible ampleur, essentiellement représentée par quelques dizaines de pavillons Loucheur et un nombre indéterminé d’augmentations de construction. L’essentiel des constructions est d’initiative patronale ou publique, sous la forme – nouvelle pour le quartier – d’HBM et de cités ouvrières, en quatre groupes d’immeubles5.

18A la veille de la Première Guerre, la Société des Logements Économiques de Saint-Etienne, société d’HBM constituée en 1896 construit trois bâtiments sur une parcelle appartenant aux Houillères, à la Roche-du-Soleil. Dès le début des années 20, le « 71 » rue du Soleil devient la « cité des Polonais », où logent jusqu’aux années 50 les ménages polonais recrutés par les Houillères : 500 personnes se partagent 68 appartements d’une pièce et 31 appartements de deux pièces, avec « eau et WC collectif » à l’étage. Les deux bâtiments construits par les Houillères, rue de la Talaudière, pour ses ouvriers espagnols, sont très comparables. Les « Bâtiments de la ville », ou «cité des Batignolles », sont construits à la fin des années 20 pour reloger une population ouvrière et sous-prolétaire, originaire des îlots Roannelle – Tarentaise, au centre-ville, démolis pour insalubrité. Les bâtiments sont édifiés sur un terrain vague entouré de hangars et d’installations des mines, sur le boulevard Jules Janin. Des images très fortes – et très péjoratives – sont restées attachées à cette cité des Batignolles. La compagnie du PLM a construit deux cités pour son personnel au Soleil : la cité du Monteil dans les années 1920 au Pont-de-l’Ane ; la cité Cordier, ou « cité des chefs de gare », construite à la même époque, et qui jouxte la gare de Châteaucreux. La dernière cité construite l’est rue du Puits-Thibaud, en 1930, par la Société Immobilière de Saint-Etienne, constituée en mars 1929 sous la houlette de Guichard et Perrachon (société Casino) : jusque dans les années 50, ils sont occupés par des ménages d’ouvriers et d’employés ayant au moins trois enfants. A chacune de ces cités correspond un groupe socio-professionnel précis : mineurs polonais au « 71 » ; ouvriers et sous-prolétaires relogés aux « Batignolles» ; ouvriers professionnels et maîtrise du PLM ; ouvriers et employés « bien notés » aux HBM. Autant de groupes bien individualisés dont les conditions de logement particulières ont, semble-t-il, suscité une certaine envie (surtout pour la cité PLM), sinon une animosité certaine (cité des Polonais, Batignolles) parmi la population ouvrière du Soleil, globalement beaucoup plus mal logée. Rappelons qu’à la veille de la Deuxième Guerre, ces différentes cités logent environ 1/10e des ménages du quartier : les ménages logés dans ces cités apparaissent comme « des privilégiés » choyés par un patronat local qui, jusqu’à la Première Guerre, n’avait engagé aucune politique immobilière au Soleil ou au Marais.

4 – La taille du logement et la question du loyer

19Les synthèses quadriennales du Bulletin Municipal d'Hygiène établies par le Docteur Fleury entre 1884 et 1911 offrent nombre de tableaux statistiques sur le logement stéphanois : le découpage y est fait par cantons et ne coïncide donc pas exactement avec celui des quartiers. Le canton nord-est comprend le Soleil, le Marais, St-François, une partie des vieux quartiers du centre-ville (colline de Crêt-de-Roch) et quelques rues bourgeoises. Les logements d’une ou deux pièces y représentent plus des trois quarts des logements. Au Soleil, où les appartements de trois pièces ne se rencontrent que dans quelques immeubles de rapport, ou dans les cités de l’entre deux-guerres, le pourcentage de logements d’une ou deux pièces est très élevé : peut être 90 % du parc (dont 40 à 45 % de logement d’une pièce). Au début du XXe siècle, les logements d’une pièce sont occupés en moyenne par 2,6 personnes, et les logements de deux pièces par 3,5 personnes : ces taux d’occupation moyens sont nécessairement plus élevés entre les deux guerres, la construction n’ayant pas suivi l’augmentation de la population, et l’entassement des familles étrangères étant la règle dans les logements les plus petits, y compris dans les cités des Houillères. Ces statistiques n’ont cependant que peu de sens si elles ne sont pas rapportées à la superficie des pièces en mètres carrés. Au delà des normes réglementaires – qui tendent à définir comme « surpeuplés » la quasi-totalité des logements – les témoignages oraux insistent sur la taille « relativement importante » de la pièce unique – les surfaces citées sont comprises entre 25 et 35 m2 – permettant des « micro-stratégies » de l’intimité. Le cadre dans lequel se sont déroulés la plupart des entretiens de l’enquête orale, traduisait la permanence des petits logements dans les ménages ouvriers et donc la « valeur d’usage » qui leur est attribuée : la majorité des témoins interrogés – et en particulier les plus âgés – vivent encore dans des logements d’une ou deux pièces. Sur la trentaine d’entretiens au cours desquels la question du logement a été abordée, un seul l’a développée d’un point de vue hygiéniste, par référence aux normes de confort actuelles. Il s’agit du récit d’une des deux sages-femmes interrogées, qui souligne – pour la regretter d’un point de vue médical et « moral » – l’absence d’investissement dans le logement : « Le logement a toujours été quelque chose de négligé ; on aurait peut-être amélioré la table, mais non le logement !... Le logement n’intéressait pas précisément un foyer, il n’y avait pas d’allocation comme maintenant, au moins vous aviez de pièces, au moins vous payiez, donc c’était ça qui était intéressant, le prix ! (...). Dès l’instant que l’enfant pouvait courir, il était dehors... Le logement a toujours été passé au second plan... Les gens n’étaient pas gênés par le logement et moi, vu le nombre de clientes que j’ai accouchées, je n’ai jamais entendu aucune formule : « On, il en vient encore un, comme je suis petitement logée ! » Ça ne gênait pas, on le mettait dans une voiture, après entassés dans les lits. Surtout dans ma clientèle ouvrière, le logement ça n’entrait pas beaucoup en ligne de compte » (Mme Faure).

  • 6 M. Perrot, « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », in La Question du logement et l (...)
  • 7 Toutes citations extraites de ADL 8 U 32, Tribunal de Simple Police (3/12/1862) et 8 U 33, TSP (5/ (...)

20Dans les archives écrites comme dans les entretiens, la « question du logement » est en fait la « question du loyer » : c’est le loyer qui préoccupe les ouvriers au Soleil comme dans toutes les villes françaises et en particulier les « villes-champignons » de la révolution industrielle. Comme le fait remarquer Michelle Perrot : « durant une longue période, la revendication ouvrière concerne le loyer, non le logement : de celui-ci on parle en terme de coût, de poids dans le budget, non de confort ou d’espace »6. La kyrielle des plaintes de propriétaires auprès du tribunal de simple police pour non-paiement du loyer et/ou déménagement abusif en témoigne d’abondance au XIXe siècle. On peut dégager quatre composantes principales dans le « délits d’impayé » appelés au Tribunal : la résidence sur place des propriétaires est la règle ; le non-paiement concerne toutes les catégories ouvrières, mais plus particulièrement les groupes les moins aisés (journaliers, mineurs, veuves, etc.) ; l’endettement a un caractère cumulatif ; le déménagement « furtif », « à la cloche de bois » est le corollaire usuel du non-paiement. Les rôles du Tribunal enregistrent ainsi, en 1862, la plainte de Jean Lhoste, marchand de vin propriétaire, qui fait comparaître Louis Miot, chauffeur aux mines « pour 52 francs de fournitures impayées et non paiement de 20 francs de loyer, soit un terme trimestriel » ; ou, en 1880, celle de Martin Bomard, boulanger et propriétaire à la Roche du Soleil contre Claude Ailloux, ouvrier mineur « pour refus de reconnaître les tailles de fourniture de pain et non-paiement de deux termes de 15 francs ». En janvier 1871, Jean Girard, propriétaire au Soleil, fait citer Barthélémy Ogery, ouvrier mineur, rue du Soleil, pour 13 francs de loyer impayés (correspondant à une pièce en rez-de-chaussée) ; or « le cité a déménagé fin décembre sans donner congé et sans autorisation du propriétaire », et s’est relogé quelques maisons plus loin. Un mois plus tard, Pierre Laforge réclame 25 francs (soit deux termes) à François Tournade, « ouvrier journalier au Soleil, Quartier neuf, maison Neyret, suite au déménagement sans satisfaire le paiement à lui réclamé, et sans congé préalable (...), il a, de plus, laissé des vitres cassées ». Là encore, le locataire s’est réinstallé à proximité de son ancien domicile7.

21Au-delà d’une attitude indubitablement majoritaire qui appréhende la question du logement en terme de coût et non de confort ou d’espace, les récits d’itinéraires individuels et familiaux permettent de définir, dans la classe ouvrière, un clivage à la fois chronologique et socio-professionnel. Pour une classe ouvrière que nous qualifierons d’ancienne en ce qu’elle est apparue au Soleil au milieu du XIXe siècle autour de la mine puis de la métallurgie lourde, la location des logements d’une ou deux pièces est la seule solution envisageable matériellement et financièrement ; « l’indifférence » au confort du logement est une nécessité admise, au moins au niveau du discours. Elle ne paraît guère déterminante dans la stabilité ou la mobilité résidentielles : si la très forte rotation des ménages constatée d’un recensement à l’autre, laisse souvent l’impression d’une classe ouvrière quasi nomade, ou à tout le moins instable, la reconstitution de familles souligne souvent, au contraire, une remarquable stabilité inter-générationnelle à l’intérieur du quartier. Stabilité qui peut aller de pair avec une forte mobilité résidentielle à très court rayon, en fonction de paramètres démographiques et budgétaires. Madame Breuil, née en 1895, blanchisseuse, fille de mineur, évoque ainsi les déménagements de son enfance, avant 1914 ; le ménage est alors composé de sept personnes : « ma mère a eu des pensionnaires quand elle tenait son bistrot à l’angle de la rue de la Liberté et du Progrès... Après, plus de pensionnaires, on a été habiter au 44 de la rue du Soleil, puis rue Beaunier, et puis après rue Martin d’Aurec... Et après, on n’était pas riches, mon père était blessé de la mine, il s’était fait mal aux reins (...), on pouvait plus payer la location, on avait deux pièces. Un soir, elle a pris son centimètre, ma mère, elle a trouvé une grande pièce au 51 de la rue Louis Soulié (...) Elle a mesuré, elle a dit : « nos deux lits y rentrent », moi je couchais dans un lit pliant. Comme mon frère Joseph partait au régiment, que mon frère Jean-Baptiste venait de mourir, elle a pris son centimètre, elle a mis ses lits, sa table, ses chaises, et mon lit pliant ».

22L’étroitesse du logement est en quelque sorte compensée, dans les récits, par l’insistance sur la communauté minière et les relations de voisinage : autant que le logement comptent la cour, la rue, avec ses circulations et ses cafés, et « le quartier de mineurs ». Pour une classe ouvrière que nous qualifierons de moderne ou contemporaine, par opposition à la précédente, moyens, besoins et revendications sont autres : chez les ouvriers de la métallurgie différenciée – professionnels surtout –, chez les « manuchards » ou chez les ouvriers du PLM, la revendication de logements plus vastes et mieux équipés s’exprime assez souvent, et les possibilités d’accès sont financièrement et matériellement plus réelles. La concentration de ces groupes professionnels près de la gare, à l’entrée du quartier n’est pas seulement le résultat de la proximité du lieu de travail : c’est là aussi, nous l’avons montré plus haut, que sont situés les immeubles modernes du quartier, pour ne pas parler des cités de l’entre-deux-guerres. Soulignons que ce clivage professionnel est aussi une question de génération : les témoins de la classe ouvrière ancienne sont aussi les plus âgés de nos interlocuteurs, tous nés à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle ; mécaniciens ou «métallos modernes » sont plus jeunes, nés à la veille ou au lendemain de la Première Guerre : plusieurs n’habitent plus au Soleil, ayant choisi de quitter le quartier pour trouver des logements plus vastes et mieux équipés dans des immeubles neufs ou récents « en ville » ; d’autres habitent dans des petits immeubles ou pavillons bâtis pendant la reconstruction de l’après-guerre et bénéficiant de normes de confort inexistantes dans l’habitat ancien.

Façades d’immeubles du «type stéphanois» construits au milieu du XIXe siècle, et fréquemment rehaussés (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle)

5 – Vivre dans l’inconfort

Les stratégies de l’intimité

23Dans les pratiques d’usage de logement, les normes de l’inconfort sont une expérience commune à tous les témoins interrogés, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent. Les récits des sages-femmes sont ainsi particulièrement riches, qui par leur métier ont eu accès à des centaines d’intérieurs ouvriers du quartier pendant un demi-siècle. L’espace réduit du logement est l’objet d’un aménagement qui tend à définir des espaces séparés pour les parents et les enfants, pour les filles et les garçons. On est loin, dans les récits, de l’entassement apocalyptique et libidineux des enquêtes du XIXe siècle : en permanence apparaissent, au détour d’une phrase, d’un détail du mobilier, des stratégies minuscules de l’intimité, derrière lesquelles on perçoit la volonté de prouver à l’enquêteur la moralité des attitudes, une dignité ouvrière dans la pauvreté. La pièce unique, cadre de l’enfance d’un tiers des témoins environ, rend difficile cet aménagement. La solution la plus couramment utilisée pour « marquer les espaces » est de tendre des rideaux au milieu ou dans les angles de la pièce : « Quand c’était une seule pièce, elle était assez grande, on mettait des rideaux... Je me rappelle d’une dame qui avait une très grande pièce, il y avait deux armoires, une de chaque côté, et dans le milieu, on avait mis un rideau : d'un côté c’était la chambre avec deux lits, le reste une partie cuisine » (Madame Wojcek, sage-femme).

24Outre le rideau, les témoins évoquent aussi des paravents, voire plus simplement « la porte de l’armoire, ouverte le soir ». En cas d’exiguïté par trop évidente de la pièce unique, ou d’élargissement du ménage, certains recourent à la (sous)location d’une pièce dans un logement voisin, ou de combles aménagés dans la maison même : ce qui explique d’ailleurs que certains enfants – en général les garçons les plus âgés – soient parfois recensés comme « pensionnaires » dans les listes nominatives, à proximité immédiate du domicile parental. La question de l’intimité peut se poser quand, par choix ou par contrainte financière ou matérielle, un jeune couple cohabite avec les parents ou beaux-parents, situation qui, d’après les témoignages était « assez fréquente » dans les années 1920, période de pénurie aiguë de logements. Elle surgit également au moment de la toilette, en particulier dans les ménages de mineurs : pour les hommes, les « lavabos » sont installés dans les puits du quartier entre 1906 et 1914 ; encore ne sont-ils pas utilisés par tous les mineurs, habitués à la « benne » en bois posée au milieu de la cuisine. Mais pour les ouvrières de la mine, les lavabos ne sont obtenus qu’en 1936 : « C’était une des premières de nos revendications en 36... Avant les lavabos, on sortait toutes noires (...) on faisait notre toilette en rentrant, c’était pas drôle !... Prendre les cruches, chercher l’eau à la fontaine, allumer le feu, chauffer l’eau... Pour la toilette, comme on était cinq, on passait dehors, on s’est jamais lavé les unes devant les autres, jamais. C’était une méthode que ma mère aurait pas tolérée. Tout le monde faisait ça, il y avait la pudeur qu’il y a pas aujourd’hui (...) (Mme Perrin, clapeuse, femme de mineur).

25On peut donc pas, à l’évidence, réduire à l’approche statistique la question du logement ou celle des normes administratives. L’analyse des usages et des pratiques leur donne un sens autre que celui des jugements rétrospectifs. La capacité d’adaptation à la petite taille des logements, et la relativité de la notion de confort apparaissent souvent dans les discours ouvriers sur les espaces. Mais adaptation ne veut pas dire acceptation, et les normes du confort ont fait l’objet de revendications anciennes : ainsi pour l’eau, élément vital, mais dont la pénurie est un leitmotiv dans la ville industrielle et ses quartiers.

L’eau, au centre des revendications

  • 8 AMSE 1-0, Une cinquantaine de pétitions rédigées au Soleil entre 1855 et 1914 environ ont été anal (...)

26Alors qu’aucune revendication explicite ne porte, dans les archives consultées, sur le logement – sinon sur le loyer —, la pression des habitants est constante, sur la longue durée, pour obtenir l’aménagement de l’espace urbain à travers la voirie (pavage des rues, trottoirs, etc.) et surtout les adductions d’eau. Classées par rue, les archives de voirie contiennent une multitude de pétitions d’usagers sur les équipements urbains8. Elles permettent d apprécier et 1'état de ces équipements, et les attitudes ouvrières au regard du sous équipement. Ce sont les seules revendications ouvrières sur le quartier dont nous disposons, qui ont pour objet les éléments de la vie quotidienne et des manières d’habiter : jusqu’à une période très récente, « l’urbain », comme objet de revendication, n’a guère de sens autre que cette amélioration des circulations et des adductions. Le nombre de pétitions et de signatures n’est en aucun cas proportionnel à l’importance de la voie considérée, les axes principaux (en particulier la rue du Soleil) étant relativement bien équipés dès les années 1880 ; ce sont donc essentiellement les habitants des petites rues du centre ou de la périphérie du quartier qui sont mécontents du non-équipement. Les propriétaires paraissent être souvent à l’initiative des pétitions, dont la rédaction est parfois assurée par un homme de l’art : l’argumentaire de certains textes ne peut émaner que d’un instituteur ou d’un employé aux écritures, ce dont témoigne également la calligraphie. La majorité des textes est cependant directement d’origine populaire et ouvrière ; les femmes y jouent un rôle majeur, en particulier pour les questions d’eau : leur nom est presque toujours suivi de la mention « ménagère » ou « ouvrière », complétée par le nombre d’enfants, dont on précise qu’ils sont « en bas âge ». Il paraît incontestable que les pétitions témoignent d’une action collective des femmes sur des revendications concernant des espaces et des pratiques dont elles sont maîtresses.

  • 9 AMSE, 1-0-216 (Pétitions, 1876).
  • 10 AMSE, 1-0, rue du Soleil (mai 1887, 8/9/1904, 3/11/1909).

27Les bornes-fontaines et le débit d’eau sont au centre des revendications des pétitionnaires. Si, dès le milieu du XIXe siècle, des services concessionnaires proposent dans tous les quartiers de la ville la concession de robinets individuels sur l’évier de la cuisine, de robinets sur cour, ou de robinets « à la jauge », la majorité de la population du Soleil dépend des bornes-fontaines municipales pour son ravitaillement en eau, et ce au moins jusqu’à la Première Guerre. La question de l’adduction d’eau se pose avec une particulière acuité sous le Second Empire et au début de la IIIe République, dans la phase de forte croissance démographique de la ville et du quartier. Les plaintes et revendications sont innombrables. Individuelles ou collectives elles motivent des refus de paiement du loyer, et dénoncent l’insuffisance du débit qu’aggrave la rareté des bornes-fontaines : en 1876, vingt-cinq habitants de la place du Soleil - dont le curé, premier signataire – se plaignent de la basse pression de l’eau absorbée par les dégâts de la conduite, les voituriers qui se servent à pleins tonneaux et les deux lavoirs. Ils sont donc « obligés d’attendre des heures entières pour en avoir une très petite quantité pour l’usage ordinaire du ménage »9. Au déficit structurel qui dure, à Saint-Etienne, jusqu’à la construction de barrages et réservoirs sur le versant nord du massif du Pilat s’ajoutent, au Soleil, « les ruptures fréquentes de canalisation résultant des travaux des mines et des vibrations et tassements qu’entraîne le passage incessant de voitures de charbon, bois, rochers, etc... Les conduites en fonte de diamètre faible et de basse pression forment un réseau insuffisant pour une population ouvrière croissante ». Le terme de « guérilla » pourrait s’appliquer aux relations entre les pétitionnaires du Soleil et les ingénieurs de la voirie de la ville : si les plaintes des habitants se suivent et se ressemblent sur trois quarts de siècle, les arguments avancés par les ingénieurs dans leurs notes au maire ou aux conseillers municipaux sont également très constants. Un rapport de 1904 les résume, qui pourrait aussi bien avoir été rédigé cinquante ans plus tôt : « Le quartier n’est pas si mal desservi (...) Sans doute, si l’on considère l’importance de la population, on pourrait admettre que la demande des pétitionnaires est justifiée ; mais, d’autre part, si on envisage combien sont précaires nos réserves en eau, on est bien obligé de convenir qu’il ne faut pas augmenter, sans des motifs absolument sérieux, le nombre des bornes-fontaines qui donnent lieu souvent à des gaspillages d’eau par les enfants ou pour l’arrosage des jardins ouvriers ». Les ingénieurs se plaignent également – et cela traduit une attitude constante du pouvoir municipal, politique ou technique, par rapport aux quartiers ouvriers périphériques, au moins jusqu’à l’entre-deux-guerres – d’être obligés de ravitailler « les particuliers qui vont s’établir sur des petits chemins en dehors des voies classées, et ne peuvent songer à jouir de tous les avantages des habitants des rues et chemins d’une certaine importance »10. Il s’agissait, en l’occurrence des habitants des pavillons Volpette construits au-delà du cimetière, à plus de 250 mètres de la première borne-fontaine. Les contreparties de la petite propriété ouvrière sont les mêmes dans la banlieue parisienne et dans la « banlieue » d’un quartier périphérique de Saint-Etienne, problèmes de transport en moins, mais dégâts des mines en plus...

28Logis plus que logement, lieu de rassemblement temporaire et étroit d’une famille qui vit largement dehors (sur le palier, sur la coursive, dans la cour, dans la rue, à l’école ou à l’usine...), le logement ouvrier fixe le cadre et les formes de la vie domestique de la classe ouvrière. D’une certaine façon, il la fixe comme classe, et par là même la constitue comme telle. La question du logement est un élément de l’identité sociale du groupe ouvrier, à la fois par les contraintes qu’elle impose et par les sociabilités qu’elle suscite. Il en est de même, à l’échelle du quartier et de la ville, de l’environnement et des pollutions industrielles.

Les bruits et les odeurs, 1830-1950

  • 11 AMSE - OF, Registres des délibérations du Conseil Municipal d’Outre-Furan, 1820-1855, pour toutes (...)
  • 12 ADL C 218/38, Arrêté du maire de St-Etienne, Heurtier, sur Le transport de houille dans la ville, (...)

29Il n’est guère d’industries qui marquent aussi fortement un paysage que l’extraction de la houille, qui lui imposent une métamorphose aussi radicale, et qui modifient aussi profondément l’environnement. Terme très contemporain mais qui renvoie à des problèmes anciens : la pollution de l’air et des eaux, les bruits et les odeurs, à la fois rappelés par les témoins et assumés en valeurs positives parce que constructifs, à leurs yeux, de la vie quotidienne dans le quartier minier d’autrefois. Éléments littéralement palpables de l’activité industrielle qui pénètrent tous les instants et tous les lieux du Soleil... La pollution - de l’air essentiellement – n’est pas un fait nouveau : André Vant a montré comment le développement de la mine et de la métallurgie a fait l’objet, dès le premier tiers du XIXe siècle, de multiples campagnes menées essentiellement par la Fabrique, sur le thème de la pollution menaçant l’existence même de la soierie et de la passementerie. Protestations qui aboutissent à la fois à la constitution de l’imagerie de la « ville noire », et à des projets nombreux de cantonnement industriel, tendant à délimiter les espaces respectifs de la Fabrique (le centre-ville et les hauteurs) et de la mine, puis de la métallurgie lourde. Au Soleil, le problème est vite réglé : il n’est pratiquement pas de conseils municipaux d’Outre-Furan qui, entre 1820 et 1855, n’autorisent l’installation « d’établissements insalubres » ou de « machines mécaniques », malgré les plaintes répétées des habitants. La pollution est l’objet à Saint-Etienne, dès les années 1830, de débats d’une étonnante modernité, où l’on met en balance la santé des hommes et de la végétation, menacée par « les émanations délétères et les atmosphères viciées », et la nécessité de créer et de défendre les emplois industriels « qui attirent une population laborieuse nombreuse » : « il est des inconvénients qu’il faut supporter, en considération des avantages attachés à leur existence et du bien-être dont nos classes ouvrières leur sont redevables »11. Il y a là matière à une approche historique de l’air et des odeurs. Ainsi en va-t-il de la poussière produite à toutes les étapes de l’activité industrielle, telle celle produite par « une masse de charbon continuellement en circulation sur des voitures mal jointes (...), principal obstacle à ce que la voie urbaine soit maintenue dans un état de propreté convenable (...). Poussière noire chassée par le moindre vent dans les magasins, dans les fabriques de rubans, en même temps qu’elle vicie l’air respirable »12. Plus encore que le centre ville, les quartiers périphériques sont infiltrés dans leurs moindres interstices par la poussière des mines, de la sidérurgie et des locomotives, et par « le goût du charbon ». Élément historiquement bien décelable dans les archives, la poussière est, de la part des témoins, l’objet d’évocations qui l’établissent comme élément structurel, mais à connotation positive, du quartier d’autrefois : tentative évidente de modification ou d’inversion de l’image négative du quartier noir. Poussière grasse, collante, qui imprègne tout et que traquent les femmes... Poussière qui transforme les couleurs, qui est une couleur, et une odeur aussi : « un air », « un goût ». Il est, parmi les éléments de la vie quotidienne et des manières d’habiter, des odeurs et des bruits difficiles à restituer et à saisir dans leur matérialité, tant ils sont à la fois omniprésents et habituels. La poussière et l’odeur du charbon sont de ceux-là : odeur fuligineuse de la mine, indéfinissable, âcre et fade à la fois.

30Mémoire olfactive qu’il faudrait étudier de plus près, comme d’ailleurs la mémoire auditive du bruit, des bruits industriels, à la fois quotidiens et insignifiants : si le silence est chose rare aujourd’hui, il l’était plus encore autrefois. On peut même douter qu’il ait pu exister dans des espaces rythmés par les bruits de l’ancien régime industriel. Bruits que l’on devine sur les photographies du début du siècle, que l’on entend en arrière-plan des récits : ceux de la vie quotidienne dans le logement, dans la rue, tout autour du quartier. Bruits familiers de l’industrie : « On entendait corner les puits, on disait : « Tiens, c’est (tel ou tel) puits ! ». Il y avait aussi des sirènes pour chaque usine. Il y avait la sortie des ateliers : on entendait la corne du dépôt (des locomotives) qui fermait, la corne de la Manufacture... ». Bruits – vacarmes parfois – si habituels qu’on ne les entend plus autrement que comme des signes du travail. Ainsi les témoins se plaignent-ils du bruit des voitures, le soir, dans leur rue, eux qui habitaient il y a quelques décennies à proximité des puits ou du dépôt. Telle cette sage-femme dont les fenêtres ouvraient directement sur un puits : « La machine marchait continuellement ; jour et nuit on avait le bruit de la machine, du treuil, jour et nuit... Mais on était bien aéré, et on n’avait pas de bruit... ». Cette dernière assertion est très significative : les bruits du quotidien, du voisinage ou du travail, sont autant de signaux, une communication non linguistique, des codes non écrits qui ont disparu, ou ont été profondément altérés au point de disparaître dans leur signification. Si la fin de la mine est symboliquement figurée par le chevalement qu’on abat, et celle de l’usine par la cheminée qu’on foudroie, le silence qui accompagne leur fermeture est, sans doute aucun, socialement et psychologiquement tout aussi important. Le changement social et culturel se mesure aussi à l’oreille.

Notes

2 AMSE-OF, DCM du 8/4/1843.

3 Sur les Batignolles, cf. F. Tomas, A.M. Autechaud, Le Problème des taudis, 166 p. dactylo, 1972 (BMSE).

4 AMSE-OF.4 M 1, Ecoles du Soleil, dossier 1851 (3/6 et 24/7/1851).

5 Sur le logement à St-Etienne de 1900 à 1940, voir J. Cellier, Le Logement à St Etienne, Thèse de droit, Grenoble 1949, 296 p. dactyl. (AMSE).

6 M. Perrot, « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », in La Question du logement et le mouvement ouvrier français, Paris, 1981, p. 20.

7 Toutes citations extraites de ADL 8 U 32, Tribunal de Simple Police (3/12/1862) et 8 U 33, TSP (5/2/1880 ; 18/1/1871 ; 18/2/1871).

8 AMSE 1-0, Une cinquantaine de pétitions rédigées au Soleil entre 1855 et 1914 environ ont été analysées.

9 AMSE, 1-0-216 (Pétitions, 1876).

10 AMSE, 1-0, rue du Soleil (mai 1887, 8/9/1904, 3/11/1909).

11 AMSE - OF, Registres des délibérations du Conseil Municipal d’Outre-Furan, 1820-1855, pour toutes les citations.

12 ADL C 218/38, Arrêté du maire de St-Etienne, Heurtier, sur Le transport de houille dans la ville, 1/10/1851.

Table des illustrations

Légende LE PARCELLAIRE DU QUARTIER DU SOLEIL EN 1984
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Un habitat hétéroclite : maisons en planches construites fin XIXe siècle. (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre La construction par étapes des îlots du Soleil (milieu XIXe s. – milieu XXe s.)
Légende Étape no 1 : construction du bâtiment principal sur rue : façade en pierres taillées ; couloir ou porte cochère d’accès à l’arrière-cour accès à l’étage par escalier et coursive extérieurs.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Étape no 2 : construction sur cour d’une deuxième maison d’habitation en matériaux légers (briques).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Étape no 3 : (mais peut précéder l’étape no 2) : construction d’ateliers, remises, dépendances diverses (bûcher, basse-cour, buanderie, « lieux d’aisance », etc.).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Étape no 4 : saturation de la surface au sol, accroissement éventuel des constructions en hauteur.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Façades d’immeubles du «type stéphanois» construits au milieu du XIXe siècle, et fréquemment rehaussés (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 482k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search