Version classiqueVersion mobile

Naissance du journal révolutionnaire

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Chapitre I. La révolution du journal

Texte intégral

La fin de l’ancien régime de la presse

15 juillet 1788 : arrêt du Conseil du roi appelant toutes les personnes instruites à transmettre les mémoires et renseignements utiles en vue des Etats Généraux. Cet arrêt permet une relative liberté d’expression, dont la presse périodique ne bénéficie cependant en aucune façon.

216 avril 1789 : lettre de Maissemy, directeur général de la Librairie, au syndicat des libraires, pour arrêter la circulation du prospectus et la distribution du Patriote français de Brissot.

36 mai : arrêt du Conseil interdisant toute publication périodique à moins de permission expresse.

47 mai : arrêt supprimant les Etats-Généraux de Mirabeau (dont les deux livraisons paraissent les 6 et 7).

58 mai : arrêté des électeurs du Tiers-Etat de Paris, protestant contre les arrêts précédents et réclamant la liberté de la presse.

619 mai : lettre de Maissemy, au Journal de Paris, permettant aux journaux « autorisés » de rendre compte des Etats Généraux en se bornant aux faits, sans se permettre aucune réflexion.

7C’est là le dernier texte par lequel l’administration royale affirme sa volonté de contrôler la presse. Elle n’a pas encore totalement abdiqué : le 21 mai, sur ordre du lieutenant de police, a lieu une perquisition chez le libraire Le Jay pour y saisir la première Lettre du Comte de Mirabeau à ses commettants, qui faisait suite à ses Etats-Généraux interdits (Archives Nationales Y 11518 et 13318). Le Patriote français de Brissot dont un numéro avait paru le 7 mai avait été lui aussi brutalement interrompu, et le 12 mai une lettre aux souscripteurs les invitait à retirer leur souscription chez Buisson, comme ceux du journal de Mirabeau l’avaient retirée chez Le Jay.

8L’Ancien Régime tentait ainsi de relever le premier défi direct lancé aux règlements de la presse : la fondation de journaux libres, au grand jour, sans autorisation préalable ni privilège. On a trop souvent représenté les Lettres aux commettants comme l’invention géniale qui mettait Mirabeau hors d’atteinte et intimidait définitivement le système répressif. En réalité la situation est restée confuse et indécise jusqu’à la fin de juin. L’agonie du système est progressive. La phase terminale semble atteinte au début de juillet et la révolution parisienne emporte les dernières apparences de résistance. Brissot regrette que l’Assemblée Nationale n’ait pas demandé la liberté de la presse avant toute autre chose : « A qui devons-nous cette liberté de la Presse ? A la révolution de Paris, au courage de ce Peuple qui, en faisant prompte justice de quelques agents du despotisme, a effrayé les autres [...]. La Presse a été libre, parce que les satellites qui l’enchaînaient ont craint pour leur vie » (Patriote français, no X, 7 août). Mais, curieusement, quelques satellites restent en place : le défunt système mène encore une vie fantômale jusqu’à la fin de 1789 et même au delà. Il vaut la peine de s’arrêter un peu sur cet étrange spectacle, et d’enterrer l’ancien régime de la presse un peu moins vite qu’on ne l’a fait jusqu’à présent.

9La situation est totalement bloquée dans les premiers mois de 1789. De la part de l’administration prévaut une attitude d’attentisme et d’immobilisme qui répond aux intentions du pouvoir au plus haut niveau. Au rédacteur du Journal de Basse-Normandie qui demande quels ouvrages il est permis d’annoncer, Maissemy répond le 27 mars :

«Il serait sans doute à désirer qu’il y eût un cachet distinctif de ce qui est permis de ce qui ne l’est pas ; je croyais en avoir trouvé le moyen par un plan que j’avais proposé et qui substituait à une licence effrénée une liberté légale et très étendue, mais le Roi a jugé à propos de renvoyer cet objet à l’assemblée des états-généraux. Il faut donc se résoudre à vivre dans le désordre, et attendre avec résignation des temps plus heureux » (AN V1 550, no 272).

10Tous les projets de journaux et les demandes de privilèges adressés à la librairie dans le cadre de la réglementation sont donc refusés dans l’attente d’une décision des Etats Généraux sur la publication de leurs procès-verbaux et en général sur la presse : entre la fin de 1788 et juin 1789, douze projets de journaux de littérature, de sciences et d’arts, et, entre janvier et la fin mai, onze projets de journaux des Etats Généraux. « Encore un Journal des Etats Généraux », note avec impatience ou lassitude Maissemy, qui demande au garde des sceaux l’autorisation de

« faire la réponse accoutumée » (AN V1 549, no 727, 3 avril).

11La pression est forte, mais on peut constater que les sollicitations qui suivent la voie réglementaire viennent d’inconnus qui par la suite, sauf l’exception de Du Morier, ne tenteront pas leur chance dans la presse libérée. Leur naïveté, leur zèle en faveur de l’ordre établi, leur application sont touchants : beaux prospectus calligraphiés, humbles promesses de favoriser, sans qu’il y paraisse, les vues du gouvernement, d’être sage, circonspect, le tout souvent appuyé de bonnes lettres de recommandation. Le curé de Saint-Paul, l’abbé Barret, est un des solliciteurs les plus tenaces ; il compte verser le produit de son Journal des Etats Généraux à la communauté des filles ouvrières de la paroisse, jusqu’à concurrence de 60 000 livres (V1 549, no 718 et suiv., janv.-mars). Quant au sieur Jodot, apothicaire, moins charitable mais voyant aussi moins grand, il

« supplie Monseigneur d’accorder à son fils la permission de publier sous l’examen d’un Censeur un Journal des Etats-Généraux » (V1 549, no 731, 17 mai).

  • 1 Archives Nationales, V1 551, no 16, minute de la lettre circulaire ; le texte paraît d’abord dans l (...)
  • 2 Nous n’avons pas retrouvé ce prospectus ; le texte en est transcrit dans la collection BN 8° Lc2 22 (...)

12Maissemy note dans ce dernier dossier : « Je suis en effet tenté de croire que le mieux en ce moment est d’abandonner au Journal de Paris, au Journal général de France et au Mercure à publier ce que la prudence permettra d’autoriser ». Deux jours après, il donne cette permission et dans une lettre circulaire aux journalistes, leur enjoint de n’imprimer aucun article sur les Etats Généraux qui n’ait été approuvé1. On constate, dans la réponse des journaux autorisés, un certain flottement, puisque le Journal politique de Bruxelles ne publie la circulaire que dans son no 23 du 6 juin (p. 29), et que le Journal général de France, après avoir promis un « Journal exact » des Etats Généraux dans son no 63 du 26 mai, se tait brutalement et ne rouvre cette rubrique que dans le no 68 du 6 juin, en expliquant l’interruption par des « raisons particulières ». Entre temps, Panckoucke avait tenté de jouer la carte des Etats Généraux, mais avait échoué. Le 23 mai, la Chambre du Tiers repousse l’idée d’autoriser la publication du procès-verbal de ses séances, et le nom de Panckoucke soulève des « cris d’opposition » ; un prospectus en forme de lettre « A Nosseigneurs des Etats Généraux » circulait déjà, vantant l’intérêt de joindre aux trois journaux dont il était propriétaire, un supplément « de souscription très modéré », et même un journal trihebdomadaire consacré uniquement aux « opérations de l’Assemblée »2. L’éloge du Mercure, pour son « authenticité », et le rappel des sommes immenses versées en redevances au gouvernement, étaient destinés à séduire les députés. Le verdict fut sans appel, 387 voix contre 28. Panckoucke dut se contenter d’un modeste supplément à la Gazette de France, intitulé Etats-Généraux, dont le premier numéro paraît le 1er juin.

13Rien n’était donc dénoué au début de juin. Et pourtant, combien devaient piaffer d’impatience ! Car les Etats Généraux étaient une affaire en or. L’abbé Barret le savait, pour ses filles ouvrières ; Panckoucke, Mirabeau le savaient ; tout le monde le savait. On ne pouvait pas indéfiniment décevoir l’attente du public. Les comptes rendus des journaux autorisés, insipides, très en retard, largement censurés, offraient une maigre satisfaction. D’autant que la vigilance de la librairie et de la police s’exerce encore activement sur les périodiques jusqu’au début de juin. Ceux qui veulent conserver leur liberté d’expression proclament hautement leur refus de demander l’« odieuse exception » d’un privilège.

« Si notre Journal était privilégié, nous pourrions craindre la proscription des gens prévenus. Nous nous soumettrions peut-être à cette servilité qui, en dégradant l’Ecrivain, commande la louange de l’homme en place [...]. Mais nous sommes libres ».

14écrivait Mangourit dans son Héraut de la Nation, qui paraît depuis le début de janvier (t. I, no 1, p. 5 ; t. II, no 31, p. 487). Bonneville déclare dans la 2e livraison de son Tribun du peuple, parue à la fin de mai ou au début de juin :

« De grâce point de souscription ; point de livraisons périodiques ; point de censeurs royaux, point de journal [...]. Ainsi tout homme qui publie aujourd’hui un journal soumis à la censure ministérielle, est un mauvais citoyen. Celui qui l’encourage par ses souscriptions est un mauvais citoyen » (Lettre V, p. 18).

  • 3 Voir Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. IV, p. 22, et Histoire géné (...)
  • 4 Voir A. Tuetey, Répertoire général des sources manuscrites de Paris pendant la Révolution française (...)

15La presse non autorisée, clandestine et marginale, paraît dans des conditions très aléatoires, sans adresse, sous la menace des perquisitions policières. D’après le prospectus qui suit le no 36, le Héraut de la Nation semble avoir pu lancer une souscription vers la mi-mars. A-t-il été protégé par le gouvernement3 ? Certes, Mangourit exprime, et avec lyrisme, son amour du roi et son admiration pour Necker ; mais on sait qu’il subit des poursuites policières en février. La 3e livraison du Tribun du peuple est saisie au début de juin, et nous avons déjà évoqué la saisie de la première Lettre du Comte de Mirabeau à ses commettants les 21 et 22 mai4.

  • 5 Voir Journal général de France (8° Lc2 105), feuille clandestine, no VI, début juillet, à propos du(...)
  • 6 Voir, dans notre bibliographie des journaux de 1789, l’introduction, et les notices des journaux ci (...)

16La situation change progressivement dans le courant de juin, l’administration devenant de plus en plus impuissante. Le Journal des Etats Généraux de Le Hodey, qui parait à partir du 8 juin sous le simple titre Etats, ne semble pas avoir été inquiété, ni le Point du jour, qui commence le 19 juin5. Il est vrai qu’il s’agit de procès-verbaux froids et qui se veulent impassibles. Le 17 juin marque un tournant important dans la conquête de facto de la liberté de la presse : les occasionnels de l’Assemblée Nationale se mettent à pulluler, il se forme dans ce milieu de communication effervescent des séries d’où vont naître, plus ou moins vite, des journaux identifiables : la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu, le Courrier national, le Courrier français... On assiste, dans ce moment exceptionnel, à une véritable génération spontanée du périodique ; les changements de titre, l’apparition de la numérotation, de la pagination continue, signalent les métamorphoses et les adaptations nécessaires de ces organismes en mutation. Des créations plus rapides et plus aisées se multiplient au début de juillet6.

17La Librairie est dès lors paralysée. Les inspecteurs en province demandent qu’on sévisse, ou avouent leur incapacité de le faire. Celui de Nantes signale à Maissemy le 11 juillet que le libraire Malassis imprime sans permission la Correspondance de Nantes depuis quinze jours ; mais il ne l’en a pas instruit plus tôt parce que le journal imprimé à Rennes depuis plus de deux mois n’a pas été arrêté ; si le maire de Nantes, lieutenant général de police, ne s’est pas opposé à l’impression, « c’est qu’il ne voulait pas se faire assommer». Et l’inspecteur conclut :

« il serait très dangereux pour moi de paraître vouloir gêner cette publication, d’autant plus qu’on est convaincu dans ce pays que cela est juste et nécessaire. Le tout paraît rédigé par le Bureau de correspondance, et comme le sieur Malassis est un des membres de ce Bureau, il a eu la préférence de l’impression » (V1 552).

18Cette analyse très lucide prouve que la Librairie est déjà réellement dépossédée par les nouveaux pouvoirs.

19Le 14 juillet va donc seulement confirmer cette liberté qui s’est conquise ici et là sur une administration aux abois. Mais cette dernière ne disparaît pas totalement. Les pouvoirs de police ont été transférés aux municipalités. Mais aucune loi sur la presse n’étant adoptée par l’Assemblée, les règlements anciens subsistent en droit, mais sans effet. Le nouveau garde des sceaux, l’archevêque de Vienne, continue d’exercer le contrôle éminent de toutes les affaires de librairie. En marge des rapports que lui adresse Maissemy, il écrit plusieurs fois :

« Rien à faire » (V1 553, 3 pièces du 12 nov.).

  • 7 V1 553, 12 nov. ; voir deux autres demandes d’autorisation de journaux, du 17 nov., l’une d’un impr (...)

20Que faire en effet lorsque les auteurs provinciaux, habitués aux respects, annoncent la création d’un journal, mais ne demandent aucune permission ? Maissemy avoue sa gêne pour répondre à des hommages déplacés. Un substitut au Parlement de Toulouse, Le Corail de Sainte Foy, pousse l’inconscience jusqu’à solliciter une permission au début de novembre ; Maissemy propose de répondre que l’auteur obtiendra un privilège « s’il veut se soumettre aux Règlements, en attendant la promulgation d’une nouvelle Loi sur la presse ; on lui marquera simplement qu’il est le maître de former son entreprise en mettant exactement son nom et celui de son imprimeur au bas de chaque feuille »7.

21Tout devient comme irréel, dans cette maison désaffectée. Maissemy continue de porter son titre, mais n’exerce plus ses fonctions. En octobre, son nom figure dans une liste de proscrits ; Brissot lui rend justice, et affirme avoir été témoin de son zèle pour la liberté dans les assemblées municipales (Patriote français, no LXIX, 14 oct.). Mais, selon les Révolutions de Paris, personne n’eût douté de son civisme s’il avait renoncé à son poste : tant qu’il ne l’aura pas fait, on le regardera « comme un homme qui porte la livrée de l’aristocratie sous la toge civique » (no XIV, 10-17 oct., p. 21). Dans une lettre publiée dans le même journal, Maissemy répond qu’il s’est abstenu de remplir ses fonctions depuis le 12 juillet, et que sa conduite lui donne « quelques droits au titre de bon citoyen » ; il joint un témoignage du libraire Volland en sa faveur (no XV, 17-24 oct., p. 41-42). Tout prouve donc ici une conversion réussie, particulièrement remarquable de la part d’un satellite-en-chef de la censure ministérielle.

22On aimerait savoir ce que sont devenus les censeurs. Lors de la séance de l’Assemblée Nationale du 2 octobre, on donne lecture d’une lettre de Bérenger qui abdique son « vain titre de censeur royal » (Journal des Etats Généraux, t. IV, no 22). Mais d’autres répugnent à un aussi vertueux et ostensible dévouement, et entendent tenir ferme à leur fonction. Sélis, professeur au collège Louis-le-Grand, se plaint au garde des sceaux « de ce que sans être averti, prévenu ou accusé, il serait dépouillé de la censure du Mercure ». Il paraît d’abord difficile de lui donner une « consolation », puis on remarque que Panckoucke est disposé à lui continuer sa pension « jusqu’à ce qu’on ait statué sur les lois de la librairie » (V1 553, 9 sept, et 12 nov.).

  • 8 Voir l’Observateur, no 5, 13 août, p. 27-28 ; no 7, 23 août, p. 40 ; no 27, 10 oct., p. 211 ; no 37 (...)
  • 9 Voir Bibliothèque Nationale, Ms. fr. 21 978, no 2084, 26 juin, et no 2098, 6 mai 1790. Le Registre (...)

23Les bureaux de la Librairie ont dû continuer à travailler, ou à faire semblant. Thiébault, qui en est le chef, et dont la conduite est examinée de près par un journaliste patriote comme Feydel8, reçoit diverses plaintes ; on trouve encore une feuille de jugements du 17 septembre (V1 553), et, ce qui n’est pas le moins étonnant, le Registre des privilèges et permissions du sceau ne se termine que sur le « Travail du 6 mai 1790 ». Il est vrai que du 16 juin 1789 à cette date, il n’y eut que quinze « travaux ». La plupart des registres de la Librairie se terminent en juillet 17899.

  • 10 Conservent dans leur titre la mention « Avec approbation et privilège du Roi » : La Nature considér (...)
  • 11 Le texte est daté du 20 août et signé C.G.T.XX : il s’agit de Toustain-Richebourg, avec lequel Beff (...)

24L’approbation qui figurait à la fin de chaque livraison du Mercure de France disparaît à partir du 1er août, un Avertissement explique aux lecteurs, le 8 août, que la censure est supprimée, et la mention « Avec Approbation et Privilège du Roi » prend à partir du 5 septembre la forme réduite « Avec Privilège du Roi ». Dans l’effondrement du système, les journaux établis continuent d’afficher leur privilège comme une ultime marque de protection légale (vaine, sans doute, mais qui aurait songé à contrefaire alors le Journal des Savants ?) ou d’autorité traditionnelle10. « Le seul mot de Privilège exclusif est devenu un objet de proscription », écrit de Rozoi dans le Prospectus de la Gazette de Paris (18 sept.), ce qui est vrai avant tout des journaux politiques, car les journaux savants qui poursuivent en 1789 une vie marginale ne risquent guère d’indisposer les patriotes. Le Journal de Paris, ancien « privilégié » et objet d’une haine générale, se garde bien d’exhiber cette qualité, et son imprimeur, Quillau, dépouille à partir du 24 juillet son illustre titre d’«Imprimeur de S A S Mgr le Prince de Conty », comme le remarque le Journal politique-national avec une ironie amère (no 12, 6 août, p. 3). Il faut avoir le goût du paradoxe, et passablement d’audace pour donner, comme Beffroy de Reigny, la parole à son ancien censeur, et le laisser, en se retirant, exalter la « liberté que la sagesse de l’auteur, l’intérêt du lecteur, les principes du censeur et la douceur de l’administration procuraient depuis longtemps à ce journal » (Courrier des planètes, no 70, 16 sept.)11.

  • 12 Voir Journal de la ville, no LXXV, 14 déc. ; Gazette nationale, no 22, 15 déc.

25En dehors du bouleversement créé par la nouvelle presse périodique, née de la liberté, l’ancien paysage journalistique se transforme donc peu à peu, mais inégalement selon les secteurs. C’est à soi seul une petite révolution, passée inaperçue, que la parution de publicités ouvertes pour les Nouvelles ecclésiastiques12. Mais il semble que les gazettes et journaux étrangers ont continué de satisfaire aux obligations que leur imposait l’Ancien Régime pour circuler en France, en particulier au paiement de redevances. Cette situation ne pouvait déplaire aux libraires du royaume. D’après un rapport de Maissemy du 25 septembre, Weissenbruch, propriétaire du Journal encyclopédique, demande à être déchargé des pensions qu’il paie à l’ordre du Gouvernement, et le censeur Toustain trouve cette demande très juste :

« C’est à Monseigneur à voir, écrit Maissemy au garde des sceaux, si la liberté dont jouissent actuellement les journalistes en France, appartient également aux journalistes étrangers, tant pour la censure que pour la circulation ».

26La réponse, du 22 octobre, conclut à l’attente d’un nouveau règlement (V1 552, 3 pièces). De son côté Panckoucke, après avoir annoncé la suppression des pensions sur le Mercure, en promet la continuation grâce à une rénovation et à une relance du journal (Avis, 5 déc. p. 28). Le montage financier imaginé par l’Ancien Régime sur les bénéfices des journaux autorisés, soumis à de violentes critiques, subsiste donc en partie à l’état de vestige. La coupure de juillet n’est pas aussi nette qu’on la représente en général.

27En tout cas, avec l’effondrement de l’ancien appareil de contrôle, la contrefaçon fait rage en totale impunité et de nouvelles imprimeries commencent à se fonder en dépit des règlements. Quelques exemples que l’on peut citer d’après les archives de la Librairie ne révèlent qu’une part infime de ce phénomène, dont nous avons d’autres indices. Maissemy transmet le 25 septembre au garde des sceaux une demande de directives de la part de l’inspecteur de la librairie à Toulouse :

« Il annonce que les contrefaçons circulent librement ; que les imprimeurs nationaux paraissent disposés à ne plus respecter les privilèges ; que même des particuliers semblent vouloir se faire imprimeurs ou libraires à leur gré. Π pense que ces Entreprises peuvent facilement être arrêtées dans leur commencement » (V1 552).

28Le dossier ne contient aucune réponse. Une note du 12 décembre signale que ClaudeAndré Faucheux réimprime à Lyon tout ce qui sort de l’Imprimerie Royale, en inonde la ville et s’en vante (V1 553). Le libraire Cussac demande au garde des sceaux d’empêcher la circulation de contrefaçons du Point du jour (ibid., dossier «Librairie. M. Thiébault » 18 déc.). En ce qui concerne l’installation de nouvelles imprimeries, l’administration n’est, comme on peut l’imaginer, qu’exceptionnellement sollicitée et tente de réagir. Mlle de Keralio soumet au garde des sceaux le projet d’une « Imprimerie nationale du district des Filles-Saint-Thomas » ; on lui objecte les anciens règlements dans l’attente d’une loi (V1 553, 12 nov.). Mlle de Keralio était apparemment plus timide que plusieurs de ses confrères journalistes qui ignorent ces scrupules. En juin 1790, J.G. Treuttel, de Strasbourg, se heurtera, pour une demande analogue, au maire et aux officiers municipaux, et recevra les encouragements de Brissot à « aller en avant » (AN AD VIII 20, Mémoire imprimé). De la lutte qui oppose les anciens et les « nouveaux » imprimeurs, la vieille administration, ou ce qui en reste, ne peut être que spectatrice passive. Les nouveaux pouvoirs, de leur côté, n’ont ou ne veulent avoir la plupart du temps qu’une prise réduite sur l’anarchie régnante. Nous verrons plus loin dans quelle mesure ils ont cependant tenté de contrôler la publication et la circulation des journaux dans les premiers mois de la Révolution.

La création journalistique

29L’explosion quantitative du journal, à partir de juin et surtout de juillet 1789, constitue le phénomène majeur dont toutes les histoires de la presse rendent compte, mais dont elles prennent difficilement la mesure exacte. Toute statistique est aléatoire et dépend étroitement de la détermination des données. Celle que l’on a établie d’après le catalogue de Martin et Walter, et que l’on trouve par exemple dans l’Histoire générale de la presse, exploite simplement les tables chronologiques qu’ils ont annexées au catalogue : elle ne repose sur aucune analyse du corpus des titres qu’ils ont rassemblé à partir des collections de la Bibliothèque Nationale.

  • 13 Sur 140 périodiques, 138 peuvent être situés plus ou moins précisément à l’aide d’indices internes (...)

30Une étude précise et exhaustive des journaux créées à Paris en 1789 permet de suivre mensuellement la production par une datation aussi sûre que possible13. Les questions les plus épineuses concernent cependant la nature même du corpus, l’homogénéité et la pertinence de ses éléments.

31Les bibliographies de la presse révolutionnaire intègrent, et à juste titre, les pamphlets, brochures et occasionnels numérotés. Cette catégorie éditoriale entretient avec le journal proprement dit des relations étroites. Mais on ne saurait sans risque les confondre dans un comptage des titres. Le seul critère réel du journal est la périodicité annoncée ou avérée ; mais on ne doit pas l’appliquer aveuglément, et, dans une production aux formes complexes et voisines, il entre nécessairement en composition avec d’autres critères d’un maniement moins sûr.

  • 14 De la fin juillet, où ces règlements entrent en vigueur, à la fin septembre, 8 de ces brochures num (...)

32On classera sans conteste parmi les brochures ou pamphlets les publications qui ne mentionnent ni périodicité, ni souscription, et qui parfois les refusent expressément. Tel est le cas du Tribun du peuple de Bonneville (4 livraisons, mai-juin), ou de collections qui ont parfois duré assez longtemps : le Supplément au Point du jour, par exemple, 15 livraisons en juillet et août, ou C’est incroyable, 5 numéros de juillet à novembre. On remarquera qu’on bon nombre d’entre elles, surtout à partir d’octobre, ne portent aucun nom de libraire ni d’imprimeur : elles font partie de la nouvelle production clandestine et anonyme qui échappe aux règlements de l’Hôtel de Ville14.

33L’application du critère de la périodicité doit cependant être souple et tenir compte des cas d’espèce. Un pamphlet peut annoncer une périodicité fantaisiste et une souscription parodique (ainsi le Journal académique à la fin de septembre), ou ne prendre des engagements de publication régulière que dans son dernier numéro, au moment de disparaître (le Furet parisien, ou les Réflexions d’un fou). Jusqu’en avril les feuilles publiées sans autorisation de l’administration royale ne prévoient en général ni périodicité, ni souscription ; on se réfèrera donc à l’intention affichée dans le titre et l’on classera dans les journaux le Journal général de France (6 no, avril-juillet), ou en mai le Journal des provinces. Plus tard, il semble qu’on doive procéder de la même manière pour le Moniteur patriote de Marat (1 no, 11 août) ou pour le Petit journal du Palais-Royal (6 no, 15 sept.-nov.).

  • 15 Sur cette question, nous renvoyons à l’introduction de notre bibliographie critique des journaux de (...)

34Cette opération sélective reste dans plusieurs cas aléatoire : du moins permet-elle, autant que possible, de séparer les séries de type journalistique, et les séries du type de la brochure ou du pamphlet, qui ne se fixent aucune publication régulière. On ne peut dessiner clairement la frontière entre ces catégories, et, dans notre corpus de journaux, on trouve de véritables pamphlets, par exemple l'Ecouteur aux portes (2 no, 9-10 oct.), le Vrai bourgeois de Paris (3 no, fin déc.), et les Actes des apôtres, qui s’interdisent toute souscription et toute régularité, mais qu’il serait absurde de ne pas considérer comme un journal. Il reste donc à placer, dans une typologie du périodique, le journal-pamphlet (ou, au sens propre, le « pamphlet périodique »), qui est en continuité avec le simple pamphlet numéroté, lequel n’est qu’une part infime et arbirairement isolée de l’énorme production pamphlétaire15.

  • 16 Ed. Slatkine, 1984, p. 203.

35Une fois définies les limites du périodique, il est possible d’en analyser la production en 1789. Le Tableau I récapitule les comptages mensuels et en fonction de la longévité des journaux. Dans sa Bibliographie de la presse classique, J. Sgard considère comme « durables » ceux dont l’existence a atteint ou dépassé une année16. Mais le grand nombre de journaux qui, en 1789, ne parviennent pas à ce seuil exige une autre sélection qui permette de distinguer les éphémères et les entreprises relativement durables. Ce seuil intermédiaire ne doit pas être fixé trop haut dans une période de création effervescente. Nous considérerons donc comme journaux « de courte durée » ceux qui ont eu au moins 20 numéros, mais ne sont pas parvenus à la « longue durée » d’un an ou davantage.

  • 17 Ces comptes sont évidemment révisables ; l’inventaire de la presse provinciale de la Révolution auq (...)

36Le chiffre global de 140 périodiques parisiens atteste l’extraordinaire croissance de la presse en 1789. Il suffit, pour en juger, de le confronter à ceux des années antérieures, qui se situent elles-mêmes dans une période de forte progression. D’après la Bibliographie de J. Sgard, les années record sont 1788 (37 créations), 1784 (29), 1778 et 1785 (25). Encore s’agit-il là de tous les journaux de langue française, publiés en France et à l’étranger. Il faudrait donc ajouter aux 140 journaux parisiens 28 journaux provinciaux et 21 journaux étrangers créés en 178917, soit 189 créations en tout, plus que pour la décennie 1770-1779 (173).

  • 18 Comptes ici encore problématiques. Nous excluons tous les annuels, les mémoires périodiques d’acadé (...)

37On constate en outre que ces créations excèdent très largement le stock disponible des journaux déjà installés, résultant d’une accumulation plus ou moins ancienne, mais qui peut remonter au XVIIe siècle18 :

  • 1 Les prospectus enregistrés ici n’ont pas été suivis par la création d’un journal en 1789.
    Les légère (...)

TABLEAU I. Créations à Paris en 17891

TABLEAU I. Créations à Paris en 17891

38Il est cependant difficile d’apprécier la relation réelle entre la création journalistique de l’année et le stock des journaux déjà sur le marché, entre la novation et la tradition. Il faudrait tenir compte des aires de diffusion qui découpent l’espace de la communication, dans lesquelles les journaux, effectivement présents, cessent d’être des unités abstraites et purement comptables. Parmi les gazettes étrangères de langue française, par exemple, combien pénètrent en France, quelles zones géographiques couvrent-elles ? Comment faire entrer dans un même compte des types de journaux que leur nature, leur destination et leur public ne rendent pas comparables ? Il faut donc raisonner sur des types semblables ou approchants. A Paris, l’énorme masse des journaux politiques créés en 1789 (137) doit être mise en regard du nombre infime des journaux d’information « autorisés » (6 en comptant très large) et de quelques gazettes étrangères (3 ou 4 ?). Le spectacle est alors celui d’un bouleversement radical. Mais il faut, pour le comprendre mieux encore, mettre en lumière l’effet cumultatif de la croissance. Le grand nombre d’éphémères, parfois sans datation précise, et de journaux de courte durée rend l’opération malaisée. Une indication sera à elle seule éloquente : le lecteur parisien disposait, au début de 1789, d’un seul quotidien d’information, le Journal de Paris ; dans les derniers jours de décembre, il dispose en outre de 23 quotidiens, auxquels s’ajoutent 8 trihebdomadaires, 8 bihebdomadaires et 7 hebdomadaires nouveaux. Le paysage journalistique s’en trouve profondément modifié : le système ancien de la presse politique, représenté surtout par la gazette bihebdomadaire et le journal hebdomadaire, est disqualifié par l’apparition d’une presse rapide, journalière et massivement matinale.

39La courbe de croissance mensuelle des créations parisiennes (Tableau II) reflète de façon assez prévisible la conjoncture, mais présente aussi quelques enseignements importants. Après une première poussée en mai et en juin, le sommet est atteint en juillet, grâce aux éphémères (58 % du total) mais aussi à une forte expansion des journaux durables. Août se situe encore à un niveau élevé, et se caractérise surtout par une étonnante croissance des journaux relativement durables (13 sur 20, soit 65 %). La chute de septembre correspond probablement à ce moment de « paralysie » de la presse qu’avait senti Michelet, et qui est dû en partie à la surveillance accrue de la municipalité après l’émeute du 30 août ; les journaux de courte et de longue durée ne représentent plus alors que 35 % du total. La remontée d’octobre s’opère surtout grâce aux éphémères (68 %, pourcentage le plus élevé de l’année) ; elle se confirme en novembre, cette fois-ci grâce à une nouvelle croissance des journaux de longue et de courte durée (60 %, presqu’autant qu’en août).

TABLEAU II. Croissance mensuelle des périodiques

TABLEAU II. Croissance mensuelle des périodiques

40Dans l’ensemble, la création se soutient remarquablement à partir de juillet ; la courbe des journaux de longue durée suit la tendance de la courbe générale, elle en efface seulement les sursauts les plus marqués. Elle est particulièrement intéressante dans la mesure où elle manifeste la fondation soutenue d’entreprises solides, qui répondent à un besoin d’informations régulières et sans doute à la demande d’un public élargi.

  • 19 Nous excluons du compte des journaux parisiens les journaux de musique, d’un caractère trop spécial (...)

41La périodicité, caractère essentiel du journal, exige un examen attentif. Le classement global selon ce critère (Tableau III) révèle une forte prépondérance des quotidiens ; si l’on y ajoute les tri et les bihebdomadaires, on constate qu’à 71 % le journal assure une couverture serrée de l’actualité. C’est là, nous l’avons déjà vu, un aspect majeur de la novation de 1789, qui éclate encore lorsqu’on compare à ce pourcentage ceux de journaux de même périodicité paraissant en 1789 mais fondés auparavant19 :

42Inversement, les journaux provinciaux créés en 1789, toujours dans les mêmes fréquences, sont en proportion semblable à celle des journaux parisiens (71 %) et les journaux étrangers dans une proportion seulement un peu moindre (65 %). La mutation est générale, et très fortement prononcée.

43L’analyse de la périodicité, pour être complète, doit tenir compte de la longévité des périodiques. Un nombre assez important d’éphémères, qui n’ont parfois pas dépassé le premier numéro, annoncent bravement une publication quotidienne. Les pourcentages globaux risquent donc d’être trompeurs. Or la répartition du tableau III manifeste que la proportion des quotidiens croît avec la permanence des entreprises : elle double presque de l’éphémère au journal de longue durée (de 31 à 59 %) ; avec des variations moindres, on remarque également une présence plus nombreuse des trihebdomadaires dans cette dernière catégorie. Partout le quotidien affirme une nette suprématie, inscrivant dans les réalisations le souci primordial de répondre à l’avidité d’information.

TABLEAU III. Périodicités

TABLEAU III. Périodicités
  • 20 Déclin du jour, juillet-août ; Nouvelles et anecdotes du Palais-Royal, juillet, lh. de l’après-midi (...)

44La plupart des quotidiens sont publiés le matin, beaucoup promettent une sortie aux premières heures, et une distribution rapide par la poste (dont nous reparlerons) ; quatre seulement sont publiés le soir, tous éphémères ou de courte durée20. Les trihebdomadaires paraissent en général les mardi, jeudi et samedi, d’autres les lundi, mercredi et vendredi ; les bihebdomadaires préférentiellement le jeudi et le dimanche, ou le mardi et le vendredi ; enfin les hebdomadaires les samedi, dimanche ou lundi.

Types

45L’analyse statistique de la production, de la périodicité et de la longévité permet de dégager quelques traits essentiels. Mais elle laisse entre parenthèses la nature même des objets qu’elle traite. Peut-on établir des traits distinctifs de ces objets, pour les classer par catégories, mettre de l’ordre dans la prolifération du journal, et dominer ainsi son extrême diversité ?

46Les historiens de la presse ont tenté deux solutions : Hatin, après une « statistique » sommaire, consacre l’essentiel des 4 volumes de son Histoire de la presse pour la période révolutionnaire à une monographie des grands titres, où l’auteur lui-même tient la première place ; il illustre ainsi la tendance romantique à la prosopographie, qui caractérise par exemple le chapitre sur les journaux de l'Histoire de la Révolution de Louis Blanc, avec un parti pris évident : l’histoire du journal se confond avec celle des journalistes et de leur combat politique. J. Godechot, dans l'Histoire générale de la presse, procède au contraire à un classement par tendances politiques, de la presse révolutionnaire à la presse contre-révolutionnaire. Les informations sur le journal ne sont certes pas absentes, mais elles restent subordonnées à un critère idéologique, et un choix sévère, et inévitable, exclut le plus grand nombre des journaux, en priviliégiant encore une fois les grands titres. Des études spécialisées, sur les journaux de « gauche » ou de « droite », s’inscrivent dans cette perspective globale, et abordent leur objet comme vecteur d’idées politiques. Les caractères proprement journalistiques, qui le définissent comme moyen de communication et comme texte, sont considérés comme secondaires.

  • 21 Pour un exposé général des difficultés que soulève cette tentative, voir Cl. Labrosse et P. Rétat, (...)

47Cette absorption du journal dans la sphère politique répond sans doute à une donnée fondamentale de l’époque révolutionnaire, sur laquelle il convient de s’interroger, comme nous tenterons de le faire dans le dernier chapitre. Mais elle donne lieu à un traitement excessivement sélectif et partiel. On doit donc essayer de classer l’intégralité du corpus de presse en fonction d’autres critères, formels, discursifs, référentiels. La coupe chronologique de 1789 nous permet de dominer encore les 140 journaux créés à Paris, ce qui serait sans doute plus difficile pour une période plus longue ; car elle offre déjà à l’observateur une gamme de combinaisons et de formes hybrides capable de décourager les efforts de classification, et qui de toute façon les rend très aléatoires21. Il est en outre nécessaire de garder en vue l’axe chronologique : les types ne se développent pas uniformément dans le temps, leur apparition est décalée et manifeste la mise en place de nouveaux modes d’information ou d’intervention. Enfin plusieurs caractères du journal déjà étudiés ou que nous étudierons plus loin, périodicité, format, volume, modes de diffusion, entrent en corrélation avec ceux que nous mettons ici en lumière.

  • 22 On trouvera en tête de chaque notice de notre bibliogrqphie la catégorie dans laquelle nous avons v (...)

48Le tableau IV répartit mensuellement les créations selon les types référentiels qui nous ont semblé finalement s’imposer à l’examen. On doit souvent, avec quelque arbitraire, privilégier le caractère dominant d’un journal pour parvenir à le classer, et lorsqu’il évolue, procéder au choix de la formule qui paraît la plus stable ou la plus représentative22.

49La catégorie reine, en 1789, qui regroupe le plus grand nombre de créations, souvent de longue durée, et surtout de mai à août, est celle des journaux consacrés à rendre compte des séances de l’Assemblée Nationale. Leur datation, au moins au début, se confond généralement avec celle des séances. Ils répondent à une avidité permanente du public, ils diffusent une information primordiale, journalière, et constituent le monument de la « Constitution » en train de se faire. Nous commenterons ultérieurement (dans les chapitres IV et V) ce phénomène central de l’opinion en 1789.

50Il faut distinguer, dans cette catégorie, les journaux dont la fonction se réduit, ou presque, au procès-verbal de l’Assemblée (par exemple le Journal des Etats Généraux de Le Hodey, le Point du jour de Barère, ou le Bulletin de Maret) et ceux qui ajoutent des nouvelles ou des commentaires développés, de façon plus ou moins subsidiaire. C’est pourquoi nous avons créé deux sous-catégories, AN et ANN. Dans la dernière, plusieurs cas sont simples, par exemple le Versailles et Paris, de Perlet. D’autres en revanche posent de délicats problèmes d’appréciation. Le Courrier de Gorsas est à la fois un journal de l’Assemblée et une chronique journalière des événements, et Gorsas confie souvent à ses lecteurs la difficulté qu’il éprouve à mener de front ces deux activités concurrentes. L'Ami du peuple de Marat affiche en tête de livraison la rubrique Versailles (puis Paris), Assemblée Nationale, et ce n’est que l’honnête et parfois ironique paravent d’une activité discursive et pamphlétaire violente ; mais il y aurait quelque danger à oublier cette rubrique ostensible. Le Patriote français répartit le contenu de la livraison entre les rubriques Assemblée Nationale et Paris, des analyses politiques, des Annonces de livres nouveaux. Ces journaux sont donc des formes intermédiaires, qui couvrent une zone d’information plus ou moins large, mais presque uniquement parisienne, et ne peuvent être considérés comme des organes d’information générale, ou comme de simples discours périodiques (dans le cas de Marat). Le Courrier français de Poncelin d’abord entièrement consacré à l’Assemblée, étend peu à peu ses ambitions, et donne régulièrement à partir de décembre des nouvelles de province et de l’étranger et un supplément bibliographique : en élargissant son plan, l’auteur répond à la concurrence des nouveaux quotidiens d’information générale, à un moment où l’intérêt est moins strictement centré sur l’Assemblée.

TABLEAU IV. Répartition mensuelle par catégories

TABLEAU IV. Répartition mensuelle par catégories

AN Assemblée Nationale
ANN Assemblée Nationale et nouvelles diverses ou discours
DP Discours, réflexions politiques
IG Information générale
JP Journal-pamphlet, brochure
JS Journal spécialisé
NS Nouvelles, souvent avec sommaire
RC Revue-chronique
RR Récit rétrospectif

51On constate que l’élan créateur de ce type de presse, très vif de mai à juillet, faiblit à partir d’août. Quelques grand quotidiens sont en possession du marché. Une reprise à la fin d’octobre correspond au transfert de l’Assemblée à Paris : l’occasion paraît bonne pour lancer de nouvelles entreprises, mais elles sont toutes éphémères, sauf le Journal des décrets de l’Assemblée Nationale pour les habitants des campagnes, qui présente des caractères assez particuliers, et, au début de novembre, le Courrier de Madon.

52La plupart des journaux paraissant en 1789, y compris des journaux anciennement établis et un bon nombre d’affiches de provinces, contiennent une rubrique Assemblée Nationale, qui s’y installe plus ou moins vite. Plusieurs, qui ne la prévoient pas au début, la font entrer à la demande des souscripteurs (ainsi les Révolutions de Paris). Elle fait obligatoirement partie des journaux d’information générale. Mais elle n’en constitue nullement un trait distinctif, et elle y est traitée parfois de façon très succincte : le journaliste ne prétend pas faire concurrence aux feuilles spécialisées ou semi-spécialisées dans le procès-verbal, même s’il lui donne lui-même une assez grande importance (songeons à la Gazette de Paris de de Rozoi ou à la Gazette nationale).

53Dans la catégorie des feuilles de nouvelles (NS) nous regroupons les journaux, quotidiens ou trihebdomadaires en demi-feuille in-8°, qui spéculent avant tout sur l’anecdote, la rumeur, les révélations sensationnelles de complots, les nouvelles horribles du Brabant, et publient volontiers des lettres de dénonciation ; beaucoup sont colportés et s’ouvrent sur un sommaire destiné à la criée. Leur importance n’a pas été en général reconnue par les historiens de la presse ; les contemporains les méprisent le plus souvent, mais en redoutent l’action excitatrice, et les autorités municipales essaient d’en réfréner l’audace par des saisies ou par l’interdiction de la criée. On peut verser dans cette catégorie des éphémères proches de l’occasionnel, comme les Vérités bonnes à dire ou le Courrier nocturne. parus en juillet : il s’agit là, dans l’énorme production des brochures d’actualité, d’une frange étroite qui accède à la forme périodique ou y aspire. Mais c’est avec l'Observateur de Feydel, au début d’août, que cette production trouve une formule originale, et qui sera plusieurs fois reproduite. Le Journal général de Brune et Gautier, le Journal universel d’Audouin connaîtront un succès de longue durée. Cette presse n’offre pas un contenu ni n’obéit à une orientation politique uniformes. Le Rôdeur français se distingue par sa modération, sa distance critique et ironique ; le Consolateur, «consacré à publier des traits de vertu », s’adresse « aux amis de la paix, de la justice et d’une sage liberté » (no 1, 21 déc.) ; le Moniteur patriote et le Courrier de Brabant se spécialisent dans les nouvelles de la révolution brabançonne. Le sommaire attractif est un trait essentiel de ces journaux, bien que certains journalistes de l’Assemblée le pratiquent parfois dans un esprit un peu semblable (Beaulieu dans la Suite des nouvelles de Versailles).

54La revue-chronique hebdomadaire (RC) est un genre relativement peu représenté par le nombre des titres, mais qui a eu une vaste audience et joué un rôle important. Les Révolutions de Paris de Prudhomme sont à l’origine de presque toute la série, composée d’éditions concurrentes et d’imitations. Tournon, dans sa polémique avec Prudhomme, se dira en novembre l’« inventeur » de la formule, qui consiste à réunir, chaque semaine, le « détail » des journées qui la composent. Chaque livraison, assez volumineuse (plusieurs demi-feuilles in-8°, une cinquantaine de pages), est brochée et vendue sous une couverture de couleur. La chronique, qui en forme la plus grande part, s’enrichit progressivement de rubriques diverses (Assemblée Nationale, Extrait des papiers anglais...) ; à partir du no XIII, correspondant sans doute à l’intervention définitive et quasi exclusive de Loustallot, le journal de Prudhomme devient davantage une chronique politique (ce qu’il était d’ailleurs déjà) qu’une chronique des événements ; la tendance au discours continu s’y affirme. Les Révolutions ce France et de Brabant doivent être classées dans la même catégorie, bien qu’elles traitent l’actualité de façon différente, et éminemment originale : commentaires brefs et brillants, sketches comiques, interventions ludiques de l’auteur caractérisent la manière propre de Desmoulins.

55Le journal d’information général (IG) s’installe peu à peu à partir d’août. Lorsque sont passés les premiers ébranlements de la Révolution, que rien ne paraît plus menacer réellement l’Assemblée et le progrès de la Constitution, le besoin se fait sentir d’une presse nouvelle qui couvre l’ensemble de l’actualité, double le Journal politique de Bruxelles de Mallet du Pan, haï de tous les « patriotes », tienne lieu des gazettes étrangères (celle de Leyde, la plus lue en France, prend d’ailleurs, très tôt, une position critique à l’égard de la Révolution) et rende compte, plus vite et mieux que les journaux littéraires, des nouveautés de l’édition, surtout politique, et des spectacles. La Chronique de Paris en est un premier essai, encore centré sur la capitale (elle tente de concurrencer le Journal de Paris), riche en extraits de livres et en nouvelles de toutes sortes. A partir d’octobre apparaissent les grands quotidiens in-4° et in-folio, dont le système de rubriques est de plus en plus complet, et qui traitent assez largement de la politique internationale. Le chef d’œuvre du genre est la Gazette nationale ou le Moniteur universel, de Panckoucke, dont le format, le volume imprimé, la richesse d’information sont étonnants, et qui inaugure une nouvelle presse imitée des modèles britanniques. L’information qu’on peut qualifier de « générale » prend d’ailleurs des formes diverses et curieuses : les Annales universelles et méthodiques, par exemple, ont pour but de fournir aux « gens instruits », en parties séparées hebdomadaires ou trihebdomadaires, une information « universelle » en politique, dans les sciences et les arts, et de composer une « Encyclopédie annuelle et chronologique ». Le fait capital est en tout cas la naissance, en cette fin de 1789, d’un journal total, qui unit avec une grande liberté et renouvelle les traditions de la « gazette », du « journal » littéraire, et du Journal de Paris. A ce confluent, grâce à la destruction des privilèges, se crée une forme centrale de la presse moderne.

56Le journal pamphlet (JP) doit être clairement distingué, comme nous l’avons vu plus haut, du pamphlet numéroté, par sa périodicité ou à la rigueur son titre. Nous ne retenons donc dans cette catégorie qu’un petit nombre de journaux, qui en présentent réellement les caractères, mais sont proches du pamphlet par le contenu et l’intention. Tous, sauf les Actes des Apôtres, sont éphémères. La portée et le ton en sont divers : revue satirique des anciens ministres, assez anodine (Voyages de l’opinion), bouffonnerie, pot-pourri comique (Les Trois bossus, les Sottises de la semaine). violence dénonciatrice, trait mordant... ; certains sont « patriotes » et même libertaires (le Fouet national), d’autres franchement contre-révolutionnaires, dans l’ordre de la parodie, du sarcasme, ou du discours faussement débonnaire (les Actes des apôtres, le Vrai bourgeois de Paris). La parodie des Affiches, accumulant les petits avis satiriques, constitue à elle seule, à l’intérieur de cette catégorie, un genre. En devenant journal, le pamphlet prend de la consistance ; il imite et pervertit la feuille de nouvelles ou la chronique politique.

57Nous appelons journal-discours ou de réflexions politiques (DP), faute d’une meilleure désignation, la catégorie nombreuse des petits journaux presque tous éphémères qui par leur diversité tendent à échapper à toute classification, et par leur fugacité ou leur obscurité à l’analyse des historiens de la presse. Ils se caractérisent par la prépondérance d’un discours de ton souvent personnel, fait de commentaires, de projets, de dissertations, de visions, de dialogues, de bavardages... C’est là que la presse révolutionnaire est la plus libre, la plus insaisissable, la plus folle parfois, et qu’elle devient le lieu d’une prise de parole errante, incontrôlée, multiforme. Beaucoup de ces journaux annoncent avec confiance une périodicité, parfois rapide ; d’autres, non datés, difficilement situables, se contentent d’engagements vagues, conditionnels ou bizarres : l’auteur de Mon rêve ou la femme sans tête continuera son journal « toute [sa] vie », et lancera une souscription au plus bas prix, « si [son] journal plaît » ; 1'Objet du jour porte en sous-titre « Journal pour lequel on ne souscrit pas ». Plusieurs se disent « ouvrages périodiques » ou « essais ». On se trouve donc ici dans une zone marginale, proche de la brochure, mais parfois également du journal d’information : c’est la pratique générale de l’auteur qui nous permet par exemple de classer dans cette catégorie les Fastes de la liberté, dont le programme ambitieux embrasse la politique, toutes les sciences et la littérature, pour en faire des « annales générales » et une « bibliothèque universelle », mais qui consiste surtout en longues dissertations et en vastes projets financiers, agricoles, diplomatiques... Outil d’expression libre et personnelle, ce type de journal peut prendre la forme de l’adresse au peuple, de la discussion des principes politiques, de la réflexion mêlée de nouvelles et d’anecdotes, de motions réformatrices, de dialogues volontiers « populaires », de l’effusion ardente. Il faut y prêter d’autant plus d’attention qu’il est ignoré comme objet d’analyse par les historiens de la presse révolutionnaire, qui se contentent de citer quelques titres ou quelques textes étonnants, et qu’il forme une part importante, si l’on ne tient compte que du nombre des titres, de la création parisienne (17,5 %).

58Le Journal politique - national présente à lui seul, ou presque, un cas original, par sa conception et son écriture. Composé de « résumés » par périodes chronologiques, qui s’étendent sur plusieurs livraisons, il est presque uniquement un récit rétrospectif de la Révolution depuis l’ouverture des Etats Généraux, avec un retard de plusieurs mois sur l’événement ; il prétend juger les faits et les hommes du point de vue supérieur de l’« Histoire », et s’oppose aux journaux qui offrent « des nouvelles fraîches et des réflexions timides et usées » (no 7). Sa périodicité trihebdomadaire est d’ailleurs vite perturbée. Sous la forme d’un périodique, il n’est au fond qu’une longue réflexion explicative, déjà presque obsessionnelle, sur les causes de la Révolution. En octobre, les Annales parisiennes, politiques et critiques, annoncées comme mensuelles, mais dont un seul numéro a paru, sont un récit des journées de juillet, avec l’intention avouée d’opposer l’œuvre des « électeurs » à celle de la municipalité qui leur a succédé.

59Nous classons enfin dans les journaux spécialisés (JS) ceux qui par la fonction qu’ils se donnent ou le public qu’ils visent affirment une particularité : ainsi les Annales de chimie, seul journal savant fondé à Paris en 1789 (en avril), le Journal des enfants (en novembre, attesté mais non retrouvé), mais aussi le Journal de la municipalité consacré aux décrets et nouvelles de l’Hôtel de Ville et des districts. On voit que cette catégorie étroite n’échappe que partiellement à la domination de l’information politique et d’actualité, quasi exclusive dans les créations de 1789.

Formes

  • 23 Voir notre étude sur « La forme du journal en 1789 », à paraître dans Textologie du journal, no 3, (...)

60La forme du journal révolutionnaire a été très peu étudiée : quelques indications bibliographiques sommaires, la photographie d’une page de titre comme document visuel, ne permettent pas de se faire une idée générale de l’apparence du journal ancien, donc de situer telle ou telle réalisation dans l’ensemble formel dont elle relève. Le journal en 1789 reste typographiquement apparenté au livre ou à la brochure, dont il se distingue difficilement, mais peut-être aussi plus qu’on ne l’a dit23. La novation reste limitée et concerne surtout l’usage du grand format. Toute analyse du journal, de ce point de vue, a donc pour principal effet de le placer dans le contexte des pratiques typographiques qui régissent la production imprimée, et dans une évolution de très long terme où l’année 1789 ne marque nullement une rupture, même si l’on peut signaler quelques mutations.

61Le format in-8° domine presque intégralement la production du journal parisien créé en 1789, à 90 % (voir tableau V). Cette situation paraît plus remarquable encore lorsqu’on la compare à celle de la presse déjà installée avant 1789.

Paris

in-4°

7 journaux

31,8 %

in-8°

7 journaux

-

in-12°

8 journaux

36,4 %

Etranger

in-4°

22 journaux

66,7 %

in-8°

6 journaux

18,2 %

in-12°

5 journaux

15,1 %

62L’in-4°, format traditionnel des gazettes et des grands journaux savants, porte avec lui une image de sérieux et d’autorité dans la presse classique. Il est, à Paris, concurrencé par l’in-12 qui depuis longtemps appartient à un journalisme littéraire plus léger et plus à la mode (Mercure de France, Année littéraire). L’in-8°, qui a progressé depuis quelques décennies, occupe encore une place mitoyenne ou secondaire. L’urgence de la création révolutionnaire balaie certaines traditions typographiques qui tiennent au genre, elle impose l’in-8° comme le format le plus aisé à composer et à diffuser, format à tout faire, de l’occasionnel, de la brochure, comme du journal, en ce début de la Révolution.

Tableau V : Formats

Tableau V : Formats

63C’est aussi le format privilégié des éphémères, alors que l’in-4°, malgré le petit nombre de journaux de ce format, et l’in-folio caractérisent les entreprises les plus solides, qui visent à fournir une information générale de qualité : les chances de survie de l’in-4° sont infiniment supérieures dans sa catégorie à celles de l’in-8° dans la sienne (58 % contre 21 %).

64A partir d’octobre surtout le nouveau journal in-4° cherche de toute évidence à concurrencer les gazettes étrangères. Il permet de réaliser une substantielle économie de papier tout en fournissant une quantité supérieure d’information. De Rozoi annonce « un tiers de plus de matière » lorsqu’il adopte ce format (Gazette de Paris, no XX, 21 oct.) ; le calcul approximatif des signes ou espaces par numéro confirme le bien-fondé de cette promesse : le no de 8 pages in-8° contient 13 600 signes, celui de 4 pages in-4°, imprimées sur 2 colonnes, 19 500. Le point extrême de ce mouvement est atteint en novembre avec le lancement de deux quotidiens in-folio, l'Union et la Gazette nationale, imprimés le premier sur 4 colonnes et le second sur 3, et clairement inspirés du modèle anglais. Le « format d’Atlas », comme dit Panckoucke dans son Prospectus, a étonné les contemporains et reste impressionnant, puisqu’il est supérieur au petit tabloïd actuel. Il permet en outre une capacité d’impression encore largement accrue par rapport à l’in-4° (ce que la fiscalité avait fait comprendre depuis longtemps aux éditeurs anglais).

65On ne peut la mesurer que si l’on compte le nombre moyen de signes ou espaces typographiques à la feuille d’impression. Pour les journaux imprimés en demi-feuille, et très nombreux en 1789 (4 p. in-4°, 8 p. in-8°), une feuille représente deux numéros. Le Tableau VI révèle clairement la capacité typographique des divers formats, à la feuille. Celle de l’in-8°, par l’emploi de petits corps, peut atteindre plus de 30 000 signes, mais se situe généralement entre 18 et 25 000. Un même journal peut, selon les moments, passer presque du simple au double (ainsi le Bulletin de Maret, de la série Momoro à la série Knapen, ou la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu). La plupart des petits journaux à sommaire, pour colporteurs, ne dépassent pas 10 à 12 000 signes par numéro d’une demi-feuille. La capacité de l’in-4° se situe entre 34 et 43 000 signes : le gain moyen est donc de plus de 30 % par rapport à l’in-8°. Avec l’in-folio, il est de près de 50 % par rapport à l’in-4°, et de près de 70 % par rapport à l’in-8°. L’in-folio convenait donc parfaitement au grand journal d’information que Panckoucke voulait établir sur le marché, et qui exigeait des moyens financiers et techniques considérables que seul un grand éditeur ambitieux pouvait réunir. Mais il semble avoir contrarié les habitudes des lecteurs. L'Union change de format au début de 1790, et la Gazette nationale reste une exception dans la presse de l’époque.

Tableau VI. Estimation, pour quelques journaux représentatifs, du nombre de signes à la feuille d’impression, d’après le nombre de feuilles hebdomadaires

Tableau VI. Estimation, pour quelques journaux représentatifs, du nombre de signes à la feuille d’impression, d’après le nombre de feuilles hebdomadaires
  • 24 Dans l’étude citée à la note précédente.

66L’aspect général du journal, titre, composition typographique, mise en page, ne subit pas en 1789 de modification importante. Nous évoquerons seulement ici quelques particularités que nous avons analysées plus longuement ailleurs24. Le journal, en juillet, met parfois systématiquement en valeur l’annonce de l’événement, en rupture avec les habitudes de la presse classique : la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu se singularise au début par la conjugaison du titre permanent et des titres occasionnels, qui souvent précèdent et écrasent le premier. Par le relief typographique exceptionnel et la place qu’il donne à la nouvelle, le journal capte ainsi, pour le colporteur, la puissance d’attraction de la feuille volante. C’est encore pour le colporteur que les petits journaux à nouvelles font suivre leur titre d’un sommaire plus ou moins long, mais qui peut être typographiquement très soigné et contrasté, où se succèdent les annonces de « complots », les rumeurs, les faits divers sensationnels, bizarres, ou horribles. Feydel dans l'Observateur, Brune et Gautier dans le Journal général, ou l’auteur du Rôdeur français pratiquent consciemment cet art de l’annonce, et avouent qu’il est essentiel à la vente de leur feuille : elles concentrent ainsi les fonctions et l’effet de l’occasionnel, en régularisent le flux et en font entrer la matière première dans la forme périodique. Cette nouveauté journalistique, dont l’importance n’a guère été perçue, doit être mise en relation avec la diffusion par les colporteurs, dont nous parlerons plus loin.

67Le journal in-8° est composé, selon l’usage courant, en pleine page, la gazette in-4° sur deux colonnes. Avec l’in-folio imprimé sur trois, ou même quatre colonnes (ce qui est plus proche du modèle anglais) apparaît un nouveau type de page, qui suppose une autre vision et une autre forme de lecture. Selon le prospectus de l'Union le modèle anglais offre l’avantage de « présenter, sous un point de vue plus frappant, les diverses matières », ce qui prouve qu’on entendait bien, avec la nouveauté de ce format, assurer une meilleure lisibilité des rubriques et des titres internes.

68Ces derniers sont inégalement mis en relief dans le journal in-8°, mais y occupent parfois une place importante, et Gorsas par exemple, dans son Courrier, joue ainsi volontiers sur l’événement et la variété, de même que les auteurs des petites feuilles de nouvelles, qui reprennent en cours de numéro les annonces du sommaire par des titres en petits italiques ou en capitales. L’in-4o obéit à des pratiques diverses, qui vont de l’extrême sobriété (le Patriote français de Brissot) à la multiplication des titres internes et des filets séparateurs dans la Chronique de Paris ou les Annales patriotiques. Avec l’in-folio la répartition des rubriques et des titres se livre au regard dans un espace plus vaste, qui pour la première fois permet un rapide balayage visuel, en même temps que les contrastes typographiques favorisent une lecture sélective.

  • 25 Voir la notice de ce journal dans notre bibliographie.

69En ce qui concerne la nature même des rubriques, on remarque, à partir de la fin juillet, une tendance progressive à la diversification et à la stabilisation. La gamme fondamentale est assez étroite : Versailles et Paris, centres de l’information ; lieux du pouvoir (Assemblée Nationale, Hôtel de Ville, Districts), nouvelles de la capitale (Anecdotes, ou Variétés, ou Evénements). Les nouvelles de province sont plutôt rares, et s’installent seulement dans quelques journaux (le Véridique, le Journal d’Etat et du citoyen). On peut facilement suivre la constitution d’un jeu de rubriques dans un hebdomadaire comme les Révolutions de Paris25.

70La plupart des journaux d’information parisienne ou générale consacrent une rubrique aux ouvrages nouvellement parus (Extraits, Livres nouveaux) ; il s’agit généralement d’ouvrages politiques, et les journaux qui prétendent à la réflexion théorique comme le Journal d’Etat et du citoyen la placent en tête, de même que la Chronique de Paris. Mais la « littérature » est fort rarement présente ; cette rubrique, sous des formes diverses, apparaît dans les Lettres à Monsieur le Comte de B*** de Duplain de Sainte-Albine, dans les Fastes de la liberté, dans le Journal de la ville de Fontanes, dans les Révolutions de Paris de Tournon et la Gazette nationale (parfois aussi Littérature étrangère). Dans un moment où tout l’intérêt se porte sur la politique, où l’on constate de toutes parts un recul des beaux-arts, ces quelques exceptions sont révélatrices : Duplain est de ceux qui craignent une décadence des lettres, et qui voudraient arrêter la Révolution sur la pente fatale de la violence ; Tournon se dit volontiers homme de lettres ; le Journal de la ville et la Gazette nationale désirent offrir une image complète de l’actualité, et une chronique littéraire immédiate.

71L’apparition d’une rubrique consacrée aux nouvelles de l’étranger marque une étape significative : le journal révolutionnaire tend à occuper tout l’espace couvert par le système diversifié de l’ancienne presse. C’est surtout à partir d’octobre avec le Journal de la ville de Fontanes que cette partie s’impose sous divers noms : Nouvelles du dehors, Nouvelles politiques, ou Nouvelles étrangères ; la Gazette nationale innove en la plaçant en tête de livraion (Politique), et en lui donnant une forme qui imite l’ordre interne de la gazette mais vise à la concurrencer en la surpassant. Il en est de même de la Gazette universelle de Boyer et Cerisier, anciens collaborateurs de la Gazette de Leyde. Il est curieux de voir que de petits journaux, qu’on doit classer dans le genre satirique ou anecdotique, intègrent eux aussi ce type d’information : ainsi le Fouet national, à partir du no VIII, de novembre, à la demande de ses lecteurs, ou le Rôdeur français, lorsqu’il propose un « plan » qu’il ne suivra d’ailleurs que peu de temps (no 6). Desmoulins fait de la rubrique Brabant et autres royaumes [...] une des trois parties de ses Révolutions, mais, comme d’habitude, il y traite les nouvelles de façon fort sélective et personnelle.

  • 26 La Chronique de Paris, qui dans son Prospectus se dit modelée « sur le London’s Chronicle », publie (...)

72Très rares sont les journaux nouveaux qui contiennent des avis et annonces (biens à vendre, demandes d’emploi...). La Chronique de Paris, l’Union et la Gazette nationale en prévoient le prix ; la seconde ouvre même son premier numéro sur une publicité (de l’entrepreneur même du journal, Marshall) et, dans son prospectus, signale la nouveauté des annonces commerciales qu’elle publiera, à l’imitation des Anglais26. Waudin promet, dans le Prospectus de son Parisien nouvelliste, d’insérer rapidement et gratuitement les demandes, avis et annonces, toujours en retard dans les autres journaux, pour contribuer à « l’utilité publique ». Mais dans tous ces journaux la rubrique tend à se raréfier et à disparaître assez rapidement. Le journal révolutionnaire ne parvient donc pas en 1789 à installer le modèle anglais ni à faire concurrence aux « affiches » et au Journal de Paris.

  • 27 Voir M. Mouillaud, Formes et stratégies des énoncés de presse, thèse dactylographiée, Paris V, 1979 (...)

73Il faudrait faire aussi la part, qui est très importante, mais nous en reparlerons au chapitre IV, des lettres de lecteurs dans l’économie du journal. D’une façon générale, on ne saurait trop insister sur l’importance distributionnelle de la rubrique et du titre interne (auxquels il faut ajouter les marques typographiques de séparation), grâce auxquels le journal organise la recherche rapide de l’œil et la lecture. Si l’on veut traiter vraiment le journal ancien en moyen d’information, il faut leur prêter l’attention que les analystes du journal moderne prêtent au dispositif plus complexe et surtout plus visuel de la grande page, des titres et des photos27.

L’édition. Libraires et imprimeurs

74L’explosion du journal, du pamphlet, et de l’ensemble de la production imprimée liée à l’actualité politique, l’ébranlement du système réglementaire provoquent une transformation rapide et déjà profonde de l’ancienne librairie et des conditions de l’édition. Les moyens techniques restent inchangés pendant la Révolution. Mais l’afflux de la demande, la nécessité d’y répondre au plus vite, la revendication de la liberté d’imprimer, la paralysie de l’administration et l’absence d’une nouvelle législation modifient la vie des ateliers, les rapports de force et d’influence entre libraires. L’esquisse très rapide qui suit permettra de jeter quelque lumière sur l’édition du journal en 1789, et sur des luttes d’intérêt d’une âpreté extrême, que dans la plupart des cas nous pouvons seulement soupçonner.

75Le journal, à partir de la fin mai, est un immense territoire à conquérir. Les entrepreneurs, un moment intimidés par les arrêts du conseil des 6 et 7 mai, se mettent en mesure de l’investir en juin ; ils s’y engouffrent à partir de juillet. Quels sont-ils, dans quelle mesure de nouveaux libraires et de nouveaux imprimeurs apparaissent-ils à côté des privilégiés ? Quels sont apparemment les principaux bénéficiaires de la croissance du périodique ? C’est au journal lui-même que nous demanderons quelques réponses, nécessairement partielles, à ces questions.

76Après une phase de clandestinité ou de semi-clandestinité, le journal commence à se déclarer à partir de la fin juin et du début juillet. Des adresses apparaissent sans nom d’éditeur : « Rue de Hurepoix no 24 » pour la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu, à partir du 3 juillet, le nom de Lamy n’apparaissant que beaucoup plus tard, ou « Rue de la Huchette no 17 » à partir du 6 juillet pour la collection Assemblée Nationale (1-23 juillet) publiée par Vente. Quelques libraires dévoilent leur nom avant les autres, Gueffier junior dès le 30 juin pour le Courrier français, Letellier le 7 juillet pour le Déclin du jour, ou Momoro à la même date pour le Bulletin de l’Assemblée Nationale. Dès le 14 juillet, et surtout après l’arrêté de la Commune du 24 exigeant l’adresse de l’imprimeur ou du libraire, et l’institution des permis de circulation de l’Hôtel de Ville, la situation change totalement ; l’édition du journal paraît au grand jour, avec parfois le nom de l’auteur qui authentifie également l’imprimé (c’est le cas de Gorsas, qui par zèle « patriotique » obéit immédiatement à la Commune). Cette nouvelle situation ne régit pas toute la presse, et quelques éphémères satiriques, situés sur la frontière qui les sépare à peine du pamphlet, persistent dans l’anonymat ou affichent des adresses fantaisistes.

  • 28 Nous en avons relevé 6 de la fin juillet à la fin décembre, auxquels il faut ajouter deux journaux (...)

77Si l’on veut comprendre l’intervention des libraires parisiens dans la création des périodiques de 1789, il faut distinguer les entreprises selon leur longévité et le moment où elles apparaissent. Un petit nombre de libraires fondent des journaux durables et s’y installent solidement : en mai Le Jay (ceux de Mirabeau), en juin Devaux et Gattey (Journal des Etats Généraux que Devaux continue en concurrence avec Le Hodey à partir du 8 décembre, tandis que Gattey édite le Courrier de Madon à partir de novembre), Cussac (le Point du jour), Lamy (la Suite des nouvelles de Versailles), Gueffier jeune (le Courrier français), en juillet Prudhomme (les Révolutions de Paris), Maradan (les séries successives du Journal de la ville), en août Cuchet (Versailles et Paris), Knapen fils, qui prend le Bulletin de Maret à partir du 6 août, à la suite de Momoro, et fonde le Courrier de Brabant en novembre, en octobre A.-M. Lottin (Journal de la municipalité et des districts de Paris), Clousier (Journal des décrets de l’Assemblée Nationale pour les habitants des campagnes). On remarquera qu’un libraire privilégié comme Lottin, Imprimeur-libraire de la ville, ou un syndic de la compagnie comme Knapen interviennent tardivement. Inversement une place aussi enviable et inexpugnable que les Révolutions de Paris est prise très tôt par un nouveau venu, Prudhomme28.

  • 29 Voir Procès-verbal analytique et raisonné de la séance de l'Assemblée Nationale du 30 juin, p. 7 ; (...)

78D’une façon générale la permanence d’un grand journal repose sur une maison fortement implantée à Paris, et qui dispose de grands moyens. Isolons trois cas qui témoignent de la volonté opiniâtre de grands libraires de se placer par le journal sur la scène révolutionnaire. Panckoucke, l’« Atlas de la librairie », propriétaire de la Gazette de France, du Mercure et de sa partie politique le Journal politique de Bruxelles, du Journal de Genève, tente en vain d’obtenir des Etats Généraux l’autorisation d’un journal officiel de leurs séances, comme nous l’avons vu. Considéré comme le parfait représentant de la presse « privilégiée » et asservie à l’ancien pouvoir, il se plaint d’être « victime de la révolution » (Mercure, 24 oct., p.104), calomnié et désigné comme « ennemi de la révolution actuelle » (Mercure, 21 nov., p. 80-84). Mais il ne se tient pas pour battu et lance le 24 novembre la Gazette nationale ou le moniteur universel, qui manifeste de vastes ambitions et connaîtra un bel avenir. Baudouin, de son côté, sait recueillir dès le début les fruits éditoriaux de la Révolution ; agréé libraire de l’Assemblée Nationale, il prête serment le 25 juin, et publiera dès lors une masse énorme de discours et de textes officiels. Le 30 juin il demande à l’Assemblée l’autorisation d’imprimer un journal des séances, que lui refuse le garde des sceaux29. Il semble qu’il ait dû attendre la seconde quinzaine de juillet pour lancer les appels de souscription de son Procès-verbal de l’Assemblée Nationale qui, malgré le retard initial de ses livraisons et certains traits qui le singularisent, doit être compté parmi les journaux importants de l’époque ; il y ajoute à partir du 29 août le Journal des débats et des décrets ; tout un dispositif officiel ou semi-officiel est ainsi mis en place, dont le Prospectus paru en novembre éclaire l’ampleur : Du procès-verbal de l’Assemblée Nationale, du Journal des débats et des décrets, et de l’Etat des pensions et traitements. Dernier cas révélateur, à un niveau de puissance moindre, celui de Buisson : ce libraire est le premier à lancer un défi au système réglementaire, en mars et avril, avec les deux prospectus du Patriote français de Brissot ; le journal, dont le premier numéro paraît le 7 mai, est suspendu par les arrêts du Conseil ; Buisson le reprend le 28 juillet jusqu’à la rupture avec Brissot en septembre ; dès le 3 octobre, il édite un autre journal, in-4° également, les Annales patriotiques et littéraires de la France, de Mercier et Carra. Tout se passe donc comme si un éditeur désireux de faire figure devait publier un grand journal d’information, quels que soient les hasards ou les difficultés qui peuvent le contrarier. Tous, certes, ne s’engagent pas, et il s’en faut, dans cette aventure, et il faudrait compter, en particulier au sommet de la hiérarchie, les absents : Mérigot le jeune, par exemple, syndic de la librairie depuis 1786.

  • 30 Plusieurs entreprises : Froullé (Courrier des provinces, Révolution de Paris de Tournon), Lagrange (...)

79D’autres libraires ont tenté des entreprises multiples, souvent de courte durée. A côté de libraires installés, on voit apparaître quelques nouveaux noms30. Il est plus difficile de dresser un état des imprimeurs qui travaillent pour le périodique : ils se succèdent souvent pour un même journal, et parfois alternent. Leur activité devrait être mesurée à la permanence de la mention qui en est faite, à la fréquence et à la diffusion du journal. Nous avons relevé sommairement le nombre de titres (en ne descendant pas au-dessous de 2) où leur intervention est attestée :

15. L.M. Cellot

8. Cailleau, Laporte.

7. Grangé, Vve Hérissant.

6. Jorry, Nyon.

5. Ballard, Couturier, Guillaume et Calixte Volland.

4. André, Baudouin, Girouard, Letellier et André, de Lormel, Seguy-Thiboust, Valleyre aîné, Valleyre jeune.

3. Demonville, Guillaume junior, Knapen fils, Momoro.

2. Carol, Desprez, Laurens junior, Rozé.

  • 31 Voir A.M. Lottin, Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris, depui (...)

80Plusieurs des noms qui apparaissent ici et que nous soulignons ne font pas partie de la liste des trente-six imprimeurs de Paris31. C’est un des premiers signes de bouleversement que va produire la Révolution dans l’imprimerie parisienne. Nous allons l’interpréter, en le plaçant parmi les phénomènes majeurs qui caractérisent l’édition du journal en 1789.

  • 32 Point du jour, no VIII, 26 juin ; Courrier national, 30 juillet ; Courrier français, no 174, 26 déc (...)

81Le journal doit répondre, avec la plus grande rapidité possible, à l’urgence journalière des séances de l’Assemblée et à la pression de l’événement. Pour publier le grand nombre des nouveaux quotidiens, presque tous matinaux, l’impression nocturne devient la règle dans les ateliers. Même les journaux de périodicité moins rapide y ont recours : trois « éditions » simultanées se font la nuit de l'Observateur trihebdomadaire de Feydel (no 43, 13 nov., p. 345), et les commentaires sur l’Assemblée Nationale, dans le Club des observateurs, bihedomadaire, sont imprimés in-extremis, « afin de donner des nouvelles fraîches » (no 4, 17 déc., 2e de couverture). Les avis de Gorsas dans son Courrier prouvent qu’il est, comme l'Observateur, imprimé sur des presses parallèles : les éditions, donc la composition de plusieurs formes simultanées du même texte, sont le seul moyen de répondre à la demande, avec des presses à faible rendement, dans le court laps de temps laissé à l’imprimeur. Les auteurs s’excusent de ne pouvoir relire les épreuves, et justifient souvent ainsi les fautes typographiques32. Selon le libraire Baudouin l’impression du Journal des débats est « toujours un ouvrage pressé et toujours un ouvrage de nuit, ce qui double ordinairement, et triple quelquefois la dépense» (Du Procès-verbal de l’Assemblée Nationale..., mi-nov.).

  • 33 Voir aussi Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu, 17 juillet ; Courrier national, Séances d (...)

82A cette contrainte impérieuse s’ajoute, dans les moments les plus intenses de la Révolution, la difficulté de trouver des ouvriers disponibles : le journal subit alors un retard d’un ou plusieurs jours. Maret s’en explique dans le no 10 de son Bulletin, daté du 16 juillet : « Les circonstances dans lesquelles on se trouve présentement, ont fait déserter les ouvriers de tous les ateliers, et à peine en trouve-t-on pour imprimer ce que nous donnons tous les jours »33. La même perturbation se reproduit en octobre : « Tout Paris était en combustion [...], les typographes, animés du plus pur patriotisme, ont été les premiers à prendre part à cet événement » (Journal des Etats Généraux, t. IV, no 24, p. 378). Certains journaux ont souffert durablement des troubles et leur périodicité en a été gravement altérée. La raison en paraît technique pour le Magasin des modes nouvelles, dont les auteurs allèguent les « circonstances trop fameuses et trop malheureuses où Paris s’est trouvé » (no 24, daté 21 juillet, p. 185 ; no 26, 11 août, p. 201). La raison est au contraire politique pour le Journal politique-national qui annonce, dans son no 6 daté du 23 juillet, paru en réalité en août, une « marche plus réglée et plus indépendante des troubles de la capitale » (p. 8). Les imprimeurs parisiens refusent de travailler pour un journal ouvertement contre-révolutionnaire (no 10, 2 août).

  • 34 Pour des conjectures détaillées, on se reportera aux articles suivants de notre bibliographie ; Ass (...)

83On peut imaginer, à la lumière de ces témoignages, le rythme intense et l’agitation du Paris typographique. La multiplication des journaux, le tirage important de quelques-uns d’entre eux supposent une croissance vigoureuse du marché, et par conséquent de l’activité destinée à le pourvoir. L’édition du journal devient, dans ces conditions, un objet de spéculation et d’âpre concurrence entre les libraires. Le succès d’un titre suscite les contrefaçons, les entreprises parallèles, les tentatives de captation, les démêlés entre libraires et auteurs. Contentons-nous de quelques exemples. A partir du 29 août les Nouvelles Révolutions de Paris, « par l’un des auteurs des premiers numéros », imitent celles de Prudhomme et s’en prétendent le « supplément ». Au début de novembre le premier collaborateur de Prudhomme, Tournon, exclu du journal mais s’en disant l’« inventeur » et le vrai propriétaire, crée avec le libraire Froullé une collection concurrente ; le comité de police de l’Hôtel de Ville doit intervenir pour régler le violent contentieux entre les deux « propriétaires » rivaux. Au début de décembre le libraire Devaux prétend à la «propriété exclusive » du Journal des Etats Généraux, et, arguant des plaintes des abonnés et de la « négligence » de la rédaction publie une édition concurrente du journal de Le Hodey (éd. Devaux, t. VI, no 21). Les scissions se multiplient donc à la fin de l’année : Brune et Gautier de Syonnet rompent leur association à la mi-décembre, et le Journal général de la cour et de la ville paraît en deux éditions concurrentes. Les diverses collections du Courrier national, du début juillet jusqu’en novembre, posent à l’historien de la presse le problème le plus épineux et le plus troublant : divers indices tendent à prouver que le premier auteur, de Pussy, a été évincé du journal en août, supplanté par un certain Beuvin qui publie le journal sous deux titres différents et reproduit le texte du journal de Perlet ; on soupçonne des ententes entre libraires d’abord pour capter un titre, puis pour multiplier sous des titres voisins un texte identique34. Marat se plaint d’une captation frauduleuse de son titre par Jourdain de Saint-Ferjeux, qui publie en octobre l'Ami du peuple ou le vrai citoyen (Ami du peuple, no XXIX, 5 nov.), alors que Sainthi l’imite de façon moins évidente, dans son Courrier de Paris ou le publiciste français..., à peu près au même moment. Le monde occulte des réimpressions et contrefaçons est plus difficile à connaître. Des plaintes d’auteurs ou de libraires, la multiplicité des impressions de tel journal (par exemple les Lettres de Mirabeau à ses commettants), des collections provinciales, nous avertissent de l’ampleur du phénomène.

  • 35 La Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu sort également « De l’Imprimerie du Rédacteur » à (...)

84On remarque à la fin de l’année une tendance à l’autonomie des entreprises journalistiques les plus prospères ; l’éditeur ou l’auteur achète des presses et les installe chez lui. L’intégration du bureau de gestion, de la rédaction et de l’imprimerie simplifie le circuit éditorial, et permet une souplesse et une rapidité accrues. On connaît bien l’exemple artisanal de Marat qui, après sa rupture avec son éditeur Dufour, fait sortir l'Ami du peuple « de l’imprimerie de Marat » (à partir du no LXXI, 19 déc.). A partir du no XXI (28 nov.-5 déc.) les Révolutions de Paris sont imprimées chez Prudhomme. Le Hodey monte pour son Journal des Etats Généraux une « Imprimerie du Rédacteur » après sa rupture avec Devaux au début de décembre35. Ce mouvement, qui s’amplifiera en 1790, rencontre des résistances : l’administration et les libraires-imprimeurs privilégiés tentent encore de faire appliquer les règlements, contre la revendication de l’impression libre que l’on tire de l’article de la Déclaration des droits sur la liberté de la presse ; les Révolutions de Paris affirment le droit de tout citoyen à posséder une presse chez lui, comme en Angleterre (no IV, p. 17 ;no XIX, p. 28).

  • 36 Selon l’Observateur, Thiébault, inspecteur de la librairie, était l’instigateur de cette démarche ( (...)

85Nous touchons ici de nouveau à la crise qui secoue la Librairie du royaume en 1789. Les privilèges des libraires et des imprimeurs, l’autorité de la chambre syndicale font partie de l’Ancien Régime, et sont ébranlés, avant d’être définitivement emportés, comme les autres institutions. Le journal est un des enjeux de la lutte entre anciens et nouveaux libraires et imprimeurs. Selon l’Observateur du 15 septembre (no 16, p. 114), Nyon est député par la chambre syndicale pour dénoncer au garde des sceaux les imprimeries formées sans autorisation ; il ne reçoit de lui, comme de Maissemy et de Thiébault, que la réponse « Je ne sais qu’y faire ». Le 6 novembre, nouvelle tentative, les imprimeurs nomment trois commissaires pour rédiger un mémoire à l’Assemblée Nationale, et l’auteur du Courrier national, politique et littéraire écrit à ce propos : « Le nombre des imprimeurs de la Liberté, qui le sont aussi un peu de la licence, s’augmente à tel point dans cette Capitale, que les Imprimeurs privilégiés se sont assemblés pour demander que leur nombre, qui est de 36, ne fût pas augmenté » (no XIII, 15 nov.)36.

  • 37 Un correspondant du Rôdeur en ayant fait la remarque ironique (no 9, 20 déc.), Momoro se justifie d (...)

86On commence donc à trouver dans la presse les noms de libraires qui se font imprimeurs, ou d’imprimeurs inconnus qui prennent les titres auxquels la Révolution leur donne droit. Le Véridique, à partir du no 66, du 27 octobre, sort « De l’Imprimerie patriotique de Laurens junior, Imprimeur-Libraire de la Liberté nationale », puis « De l’Imprimerie de la Nation » (no 69). Les Révolutions nationales signalaient au début septembre : « Le Sieur Momoro, libraire, vient de placer des Presses chez lui, et il les appelle les premières presses de la Liberté. C’est au Public éclairé à blâmer ou à louer ce titre » (no VIII, p. 37) ; Momoro se déclare « Premier Imprimeur de la Liberté nationale » dans le Moniteur patriote, ou nouvelles de France et de Brabant,, qui commence le 10 novembre37. La dernière « Veillée » de l'Espion des campagnes paraît chez Joseph Carol, «Imprimeur patriotique » (22 déc.), et le no XLVII du 20 décembre du Courrier national, politique et littéraire chez Rozé, « Imprimeur national » ; l’auteur du Furet parisien avoue que son virulent pamphlet s’imprimait chez ce même Rozé, qui travaillait dans une maison louée par le bourreau Sanson (no VIII, janv. 1790, p. 16).

87La fin de 1789 est donc une période intermédiaire de mutation, où les libraires et les imprimeurs installés dominent encore la production, mais où des menaces pèsent de plus en plus sur leurs anciens privilèges.

  • 38 Voir l’étude de G. Feyel citée plus haut, n. 32, sur les comptes de la Gazette de Paris et de 1'Ami (...)

88Resterait à apprécier le bénéfice que le journal a pu leur procurer, et à préciser les aspects financiers de l’entreprise de presse. Aucun document comptable n’a été retrouvé pour 1789, qui permette d’établir un bilan précis d’exploitation38. Il est certain en tout cas que pour les entreprises prospères le bénéfice est très substantiel. Tournon affirme en novembre que, depuis trois mois, il a fait gagner à Prudhomme, avec les Révolutions de Paris, 60 000 livres, et que le premier numéro, à lui seul, a rapporté plus que six autres (Révolutions de Paris de Tournon, no XVII, p. 9, 15 ; no XX, p. 2). Mais, en dehors de ces allégations polémiques, les auteurs et les libraires sont, comme on peut le penser, extrêmement discrets.

Le nouveau régime de la presse

  • 39 Le Régime de la presse pendant la Révolution française, t. I, 1900, p. 41-217.

89Les tentatives timides, et dont la réitération révèle l’échec, pour réglementer la presse à Paris ont fait l’objet de plusieurs études sérieuses et documentées. A. Söderhjelm, en particulier, a procédé à une bonne mise au point en consultant les Actes de la Commune de Paris de S. Lacroix 39. Mais aucun historien n’a essayé de vérifier l’effet des interventions réglementaires dans les journaux eux-mêmes, au début de la Révolution.

90Il faut d’abord rappeler quelques dates.

9124 juillet : arrêté du comité provisoire de l’Hôtel de Ville, menaçant de la prison les colporteurs ou distributeurs d’imprimés sans nom d’imprimeur, en attendant le règlement de l’Assemblée Nationale sur la liberté de la presse (Journal de Paris, no 206, 25 juillet).

9226 juillet : arrêté du même comité, «toutes les permissions vraies ou supposées, que l’on met au bas de divers imprimés, demeureront supprimées», et «les imprimeurs seront tenus seulement d’y mettre leurs noms» (Journal de Paris, no 209, 28 juillet).

932 août : arrêté du Comité de police qui fait défense de publier les écrits ne portant pas de noms d’auteur ni de libraire, et enjoint de déposer à la chambre syndicale et au comité un exemplaire paraphé ; défend à l’administration des postes de se charger du transport d’imprimés non revêtus du visa et de l’autorisation du comité.

941er septembre : arrêté de l’assemblée des représentants de la Commune, interdisant aux colporteurs de proclamer dans la rue d’autres écrits que les actes publics, décrets, ordonnances (réitéré les 8 et 27 oct. et le 20 déc.).

  • 40 D’après les Révolutions de Paris, no XII, p. 20, Bailly écrit dès le 28 septembre à 1’intendant des (...)

9530 septembre : «MM. de la Commune, voulant faire cesser les soupçons que le peuple pourrait avoir sur les laissez passer par la Poste, que les Imprimeurs mettent au bas des journaux, et considérant qu’il est fort utile de détromper ceux qui pensent qu’il existe encore une espèce de censure, et que la Ville donne des permissions d’imprimer, fait défense aux imprimeurs de faire usage à l’avenir des Laissez passer etc. au bas des journaux ; et n’entendant, MM. De l’Hôtel de Ville, gêner en aucune manière la liberté de la Presse, et n’astreignant les papiers imprimés à d’autres formalités qu’à celles prescrites par les précédents Règlements, qui consistent dans les noms de Libraires, d’Auteurs ou d’imprimeurs, mis au bas des brochures »... (Journal général, no 16, 4 oct.)40.

9620 décembre : Règlement du département de police limitant le nombre des colporteurs et des afficheurs, et défendant de crier aucun journal, même ceux qui portent le tire d’Assemblée Nationale.

97La nouvelle administration parisienne, on le voit, a tenté de contrôler l’imprimé et en particulier le journal de deux façons : en surveillant sa circulation par le permis soit général (du 14 au 26 juillet), soit pour la poste (2 août-30 septembre), et en prohibant strictement sa proclamation publique par les colporteurs (1er sept., etc.). Elle a soulevé contre elle de virulentes attaques de la part des journalistes, et la fin de décembre retentit de défenses éloquentes des pauvres colporteurs que l’Hôtel de Ville veut affamer. En ce qui concerne les permissions, le comité de police était d’autant plus mal à l’aise qu’il ne voulait pas paraître réintroduire une censure sous quelque forme que ce fût. Le régime des laissez-passer a été éphémère.

98Il est difficile de juger de l’efficacité des règlements ; on peut du moins établir la proportion approximative des journaux qui s’y sont soumis. Encore ne faut-il prendre en compte que ceux qui étaient susceptibles de s’y soumettre : ceux qui paraissaient au grand jour, avec un nom de libraire et/ou d’imprimeur, ceux qui n’avaient pas déjà bénéficié d’une permission de l’ancienne administration (le Journal de Versailles, portant un permis du 30 mai, signé Decrosne, est le dernier de ce genre), et pour le permis de circulation par la poste, ceux qui prévoyaient des conditions de souscription en province. 47 journaux, créés entre mai et fin septembre, et qui paraissent dans les périodes des 14-26 juillet et 2 août-30 septembre, répondent à ces conditions ; on y relève 30 permis, 7 laissez-passer généraux du Comité provisoire (pour 6 journaux), du 14 au 22 juillet, 23 permis de circulation par la poste (pour 21 journaux) du 26 juillet au 30 septembre.

99Des journaux importants, créés à la fin de juin, s’empressent d’exhiber la permission de l’Hôtel de Ville : la Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu dès le 14 juillet, le Courrier français le 16 juillet ; le Bulletin de Maret et le Déclin du jour présentent une variante assez remarquable par rapport aux autres, qui révèle le scrupule que le Comité permanent des Electeurs éprouvait à paraître contrôler ainsi la presse : « Permis d’imprimer et distribuer, sans néanmoins entendre astreindre à aucune permission l’usage de la presse, que le Comité entend au contraire faciliter dans la circonstance présente » (permis des 16 et 20 juillet). Ces permis ont été éphémères, on ne les trouve que dans un nombre réduit de journaux. Ils ont été accordés, ou sollicités, dans un moment d’improvisation, et les électeurs ont vite compris la nécessité de les supprimer. L’arrêté du 26 juillet laisse d’ailleurs entendre qu’il y en eut de « supposés » par les journalistes, apparemment pour donner quelque autorité à leur feuille.

100Les permis de circulation par la poste ont duré plus longtemps et semblent avoir été plus systématiquement imposés, du 26 juillet (Journal de la ville) au 29 septembre (Journal de la municipalité et des districts de Paris). Cependant seuls 21 journaux sur 40 en cours de publication en sont revêtus. On comprend qu’un journal resté éphémère et dont la diffusion était des plus étroites, n’ait eu ni le temps ni l’obligation de s’en pourvoir. On comprend également que Baudouin, par sa seule qualité d’imprimeur de l’Assemblée Nationale, n’en ait pas eu besoin pour ses journaux. Mais pourquoi le Courrier de Provence, le Journal des Etats Généraux, le Patriote français, la Chronique de Paris, pour ne prendre que quelques grands exemples, n’en ont-ils jamais eu, ou en tout cas n’en ont-ils jamais imprimé ? Des feuilles moins brillantes, et dont l’auteur est inconnu, y échappent également. Nous devons renoncer à éclairer une situation apparemment anarchique, faute de posséder des registres qui ont dû exister, et disparaître dans l’incendie des archives de l’Hôtel de Ville.

101Les permis de circuler par la poste formulent le plus souvent la condition requise, c’est-à-dire la mention sur chaque exemplaire du nom de l’imprimeur et/ou du libraire (les deux versions se trouvent). C’était la stipulation essentielle de l’arrêté du 2 août, mais le système s’est mis en place auparavant, puisque 4 journaux obtiennent ce genre de permis entre le 26 juillet et le 1er août (Journal de la ville, Point du jour, Courrier national, Suite des nouvelles de Versailles). Celui du Courrier national, unique en son genre, et très curieux, révèle un essai de continuité entre l’ancienne administration et la nouvelle :

« M. de Maissemy, directeur-général de la librairie, auquel le Comité provisoire de l’Hôtel de Ville s’en rapporte pour autoriser l’envoi en Province, par la poste, des feuilles et brochures, a prié M. le baron d’Ogny de laisser circuler l’ouvrage périodique ayant pour titre [...] », daté 29 juillet, no du 1er août).

102A la mi-septembre, deux permis portent la trace de la préoccupation de la municipalité à l’égard des colporteurs : « Permis de faire circuler par la poste le Parisien nouvelliste, en se conformant au Règlement de Police qui défend de faire crier aucuns écrits dans les rues » (permis du 18 sept., Prospectus et no 1 du 29 sept.). Le permis du 16 septembre de la Voix du peuple, ou les anecdotes politiques du bonhomme Richard, est semblable.

  • 41 Voir G. Walter,Marat, Paris, 1933, p. 88-89 ; Marat fut arrêté à la suite d’une altercation à ce pr (...)

103La suppression des permis le 30 septembre et l’interdiction d’en imprimer désormais aucun ne les a pas fait disparaître totalement de la presse. Il semble au contraire que certains éditeurs se soient plu à en perpétuer la présence pour conserver une caution officielle qui autorisât leur journal. Des éditions concurrentes les arborent comme le signe de leur droit. Tournon, lançant ses propres Révolutions de Paris, reprend le permis du 8 août dans son no XVI du 2 novembre, et premier de la série, tandis que Prudhomme continue de publier ce permis jusqu’au no XX de ses propres Révolutions (apparu au no IV, le permis ne manque qu’au no XII). Le libraire Dufour, qui publie à partir du 9 décembre une édition concurrente du journal de Perlet sous le même titre, Assemblée Nationale et Commune de Paris, reprend sans vergogne le permis du 3 septembre accordé au titre qu’il pirate. La conduite de Marat est remarquable : le permis du 8 septembre est imprimé à la fin du Prospectus du Publiciste parisien, puis accompagne la plupart des livraisons de l'Ami du peuple jusqu’au 23 décembre. Marat, qui en août avait violemment et vainement demandé une autorisation officielle de publications41, affirme ainsi ostensiblement la légalité de son journal, qui va de pair avec son apparence rassurante de compte rendu de l’Assemblée et avec la fonction publique qu’il se donne.

104Maret a bénéficié d’un traitement de faveur et d’une permission d’un genre unique : « Le Comité permet aux Colporteurs la publication d’une feuille intitulée Bulletin de l’Assemblée Nationale, dont l’authenticité est garantie par la signature du Membre de l’Assemblée Nationale, qui en est l’auteur, laquelle est restée déposée au Comité de Police » (2 septembre) ; un second permis du 20 octobre renouvelle « la permission donnée le 2 septembre par voie d’exception ». Cette « exception » paraît singulière lorsqu’on sait avec quelle constance le comité de police a tenté, après le 1er septembre, d’interdire la criée de tous les journaux et brochures. Est-ce Maret, qui n’était pas député, mais pouvait par sa présence assidue faire figure de « membre de l’Assemblée Nationale », ou son éditeur Knapen, syndic de la librairie, qui avait obtenu cette dérogation pour un journal qui se voulait un procès-verbal impassible et exact des séances ? Elle suscita en tout cas, et avec raison, quelques remarques critiques dans la presse.

  • 42 Jourdain de Saint-Ferjeux imprime à la fin des no VI-VII de son Ami du peuple, en guise de permissi (...)
  • 43 Les témoignages sur les saisies abondent dans les journaux. Les muncipalités de province ont adopté (...)

105On peut dire dans l’ensemble que le régime des permissions, sous ses deux formes, semble avoir été inégalement imposé, se ressent des conditions d’improvisation dans lesquelles il s’est exercé (aucune permission n’est exactement semblable à une autre, on ne s’est jamais arrêté à une formule type) et a été rapidement supprimé à cause des difficultés d’application. On considérait la liberté de la presse comme une conquête trop précieuse, les électeurs, Bailly42, et l’Assemblée Nationale l’avaient proclamée avec trop d’éclat pour qu’on pût sembler la limiter. Faute d’une législation de la presse, la municipalité et les districts se sont contentés de prendre quelques mesures timides et temporaires, et de lutter, avec peu d’efficacité, par des saisies, contre l’audace des colporteurs et les journaux et brochures anonymes et sans adresse43.

Notes

1 Archives Nationales, V1 551, no 16, minute de la lettre circulaire ; le texte paraît d’abord dans le Journal de Paris, no 140, 20 mai, puis dans divers journaux provinciaux (voir par ex. Journal de Provence, t. 25, no 12, 28 mai, et la note annonçant l'intention de se conformer aux « règles prescrites par S.M. »). Soulavie, dans son Journal des provinces, raconte avec ironie l’« anecdote peu connue » qui expliquerait cette décision : Suard ayant laissé passer dans le Journal de Paris un article qui avait déplu à Necker, la censure lui est enlevée, et attribuée à Maissemy avec des honoraires doublés (24 000 livres) ; le privilège exclusif de rendre compte des Etats est alors attribué au journal pour augmenter ses souscripteurs et le dédommager de cette charge accrue (5e cahier, début juin, p. 118-120).

2 Nous n’avons pas retrouvé ce prospectus ; le texte en est transcrit dans la collection BN 8° Lc2 2235, Du 23 mai, qui contient un récit sûr de cette séance ; celui qui est reconstitué par le Moniteur est très différent, et l’on en comprend aisément la raison. Voir, sur la séance du 23, les commentaires de Mirabeau dans sa 5e Lettre à ses commettants, p. 1-6.

3 Voir Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. IV, p. 22, et Histoire générale de la presse française, t. I, p. 41 2-413.

4 Voir A. Tuetey, Répertoire général des sources manuscrites de Paris pendant la Révolution française, no 3602 (Héraut de la nation), no 2909 (Tribun du peuple), et en général, pour la période janv.-juin 1789, no 2903-2909 et 3597-3609. Quelques périodiques parviennent à se créer et à durer en mai, mais leur extrême rareté dans les fonds publics prouve une diffusion très limitée : ainsi la collection 8° Lc2 2235, dont le titre et la forme sont des plus sommaires (Du 8 mai, etc.) ou le Journal des provinces attribué à Soulavie.

5 Voir Journal général de France (8° Lc2 105), feuille clandestine, no VI, début juillet, à propos du Point du jour : « Cette feuille n’est pas privilégiée, elle ne passe point à la censure des nobles, afin de mieux tromper les communes des provinces ».

6 Voir, dans notre bibliographie des journaux de 1789, l’introduction, et les notices des journaux cités.

7 V1 553, 12 nov. ; voir deux autres demandes d’autorisation de journaux, du 17 nov., l’une d’un imprimeur de Nîmes, Beaume, l’autre de l’abbé Duvière de Marseille.

8 Voir l’Observateur, no 5, 13 août, p. 27-28 ; no 7, 23 août, p. 40 ; no 27, 10 oct., p. 211 ; no 37, 3 nov., p. 299-300.

9 Voir Bibliothèque Nationale, Ms. fr. 21 978, no 2084, 26 juin, et no 2098, 6 mai 1790. Le Registre des ouvrages entrés par la chambre syndicale, BN Ms. fr. 21 935, se termine le 7 juillet ; on peut consulter les tableaux établis par R. Estivals, La Statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIe siècle, Paris, 1965.

10 Conservent dans leur titre la mention « Avec approbation et privilège du Roi » : La Nature considérée sous ses différents aspects, ou Journal d’histoire naturelle ; Journal de médecine ; Bibliothèque physico-économique ; l'Esprit des journaux (mais l’approbation finale disparaît dès le t. IV, avril) ; « Avec privilège du Roi » : Journal des savants. Observations sur la physique (l'approbation finale d’un censeur ne disparaît qu’en septembre).

11 Le texte est daté du 20 août et signé C.G.T.XX : il s’agit de Toustain-Richebourg, avec lequel Beffroy s’entendait parfaitement (voir no 57, 1er mars, p. 65). Ce même Toustain est souvent à l’honneur dans le Journal encyclopédique dont il était le censeur.

12 Voir Journal de la ville, no LXXV, 14 déc. ; Gazette nationale, no 22, 15 déc.

13 Sur 140 périodiques, 138 peuvent être situés plus ou moins précisément à l’aide d’indices internes ou externes.

14 De la fin juillet, où ces règlements entrent en vigueur, à la fin septembre, 8 de ces brochures numérotées y obéissent, contre 2 qui ne portent aucune adresse ; à partir d’octobre, on trouve un nombre égal dans les deux catégories (6).

15 Sur cette question, nous renvoyons à l’introduction de notre bibliographie critique des journaux de 1789, et à notre communication présentée au colloque de Haïfa, 16-18 mai 1988 : « Pamphlet numéroté et journal en 1789 », à paraître.

16 Ed. Slatkine, 1984, p. 203.

17 Ces comptes sont évidemment révisables ; l’inventaire de la presse provinciale de la Révolution auquel procède l’Institut Français de Presse corrigera probablement en hausse celui de la province, et nous ne sommes pas sûr d’avoir repéré tous les journaux fondés à Liège et dans les Pays-Bas autrichiens. Nous distinguons là aussi les périodiques proprement dits et les brochures numérotées ; l’existence de certains journaux étrangers est problématique.

18 Comptes ici encore problématiques. Nous excluons tous les annuels, les mémoires périodiques d’académies, les bibliothèques... (voir notre bibliographie).

19 Nous excluons du compte des journaux parisiens les journaux de musique, d’un caractère trop spécialisé.

20 Déclin du jour, juillet-août ; Nouvelles et anecdotes du Palais-Royal, juillet, lh. de l’après-midi ; Journal de la ville de Fontanes à partir du 24 oct., 7h du soir.

21 Pour un exposé général des difficultés que soulève cette tentative, voir Cl. Labrosse et P. Rétat, « Essais de typologie de la presse révolutionnaire (1789) », communication présentée à la Table Ronde de Vizille (30 juin - 2 juillet 1988), à paraître.

22 On trouvera en tête de chaque notice de notre bibliogrqphie la catégorie dans laquelle nous avons versé le journal qui en est l’objet, et, à la fin, une table des titres par catégories.

23 Voir notre étude sur « La forme du journal en 1789 », à paraître dans Textologie du journal, no 3, des Cahiers de Textologie, chez Minard.

24 Dans l’étude citée à la note précédente.

25 Voir la notice de ce journal dans notre bibliographie.

26 La Chronique de Paris, qui dans son Prospectus se dit modelée « sur le London’s Chronicle », publie une demande de mariage « comme dans les papiers anglais » (no 83, 14 nov. ; voir no 79, 31 oct. et no 90, 21 nov.). Un lecteur suggère au rédacteur de la Gazette nationale de commencer les livraisons par les spectacles et les avis divers, comme les journaux anglais (no 8, 1er déc., ce texte n’est pas dans les réimpressions du Moniteur). Parmi les journaux déjà installés, outre les affiches, le Journal de Paris publie beaucoup d’avis dans ses Suppléments et semble vouloir accroître cette activité en 1789 (voir no 312, 8 nov. Supplément).

27 Voir M. Mouillaud, Formes et stratégies des énoncés de presse, thèse dactylographiée, Paris V, 1979 ; J.F. Tétu, Le Discours du journal. Contribution à l’étude des formes de la presse quotidienne, thèse dactylographiée, Lyon II, 1982. De ces deux auteurs vient de paraître Le Journal quotidien, Lyon, PUL, 1989.

28 Nous en avons relevé 6 de la fin juillet à la fin décembre, auxquels il faut ajouter deux journaux plus durables, le Fouet national et les Actes des apôtres.

29 Voir Procès-verbal analytique et raisonné de la séance de l'Assemblée Nationale du 30 juin, p. 7 ; des députés lui reprochent cette demande, qu’ils considèrent comme « intéressée ».

30 Plusieurs entreprises : Froullé (Courrier des provinces, Révolution de Paris de Tournon), Lagrange (Censeur politique, Voyages de l’opinion, Chronique de Paris jusqu’au 15 sept., Voix du peuple), Letellier (Déclin du jour, Secrétaire de l’Assemblée Nationale), Poinçot fils (le Spectateur, Révolutions nationales), Mlle Vente (Assemblée Nationale en juillet, Club des observateurs), Volland (Censeur patriote, l'Observateur, du 8 août à oct.). Deux nouveaux venus qui ne figurent pas dans la liste des libraires et des libraires-imprimeurs exerçant à Paris en 1788, d’après Lottin, dans Delalain, l’Imprimerie et la librairie à Paris de 1789 à 1813, Paris, s.d., p. LI et suiv. : Garnery, dont l’essor est tardif mais prometteur (l’Ami des honnêtes gens, l'Observateur à partir d’octobre, les Révolutions de France et de Brabant) et Dufour, très actif à partir de septembre (l'Ami du peuple jusqu’à la rupture avec Marat au début de décembre, le Courrier de Bordeaux, enfin une éd. concurrente du journal de Perlet à partir du 9 déc.).
Entreprises uniques en général éphémères : Belin junior, Debray, Désauges, Mme Dubois, Gastelier, Veuve Guillaume, Lallemant, Laporte (qui prend pourtant la Chronique de Paris à partir de sept.), Le Boucher, Lefèvre, Royez, Valleyre aîné ; ne figurent pas dans la liste de Delalain, Bossange et Cie, Cressonnier, Laurens junior, Rivaud et Cie, Mme Vaufleury ; enfin un nom qui apparaît au début de 1790 sur des éphémères d’abord sans adresse, Pain.

31 Voir A.M. Lottin, Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris, depuis l’an 1470... Paris, 1789, p. 215. On se reportera à la table des imprimeurs à la fin de notre bibliographie des journaux de 1789.

32 Point du jour, no VIII, 26 juin ; Courrier national, 30 juillet ; Courrier français, no 174, 26 déc. Sur les éditions parallèles des journaux révolutionnaires et les conditions de l’impression, voir la remarquable mise au point de G. Feyel, « Les frais d’impression et de diffusion de la presse parisienne entre 1789 et 1792 », communication présentée à la Table Ronde de Vizille, 30 juin - 2 juillet 1988.

33 Voir aussi Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu, 17 juillet ; Courrier national, Séances du mercredi 15 au soir [...].

34 Pour des conjectures détaillées, on se reportera aux articles suivants de notre bibliographie ; Assemblée Nationale puis Courrier national, 25 juin - 14 août ; Suite des nouvelles de Versailles [...], Courrier national, 1er juillet 1789 - 1er janvier 1790 ; Courrier national ou rapport très-exact [...], 18 août 1789 - janv. 1790. Courrier national de Pussy, 23 sept. - 12 nov.

35 La Suite des nouvelles de Versailles de Beaulieu sort également « De l’Imprimerie du Rédacteur » à partir du 30 déc., et le Journal général de Brune de l'« Imprimerie du Journal général » à partir du 16 déc.

36 Selon l’Observateur, Thiébault, inspecteur de la librairie, était l’instigateur de cette démarche (no 42, 11 nov., p. 341-342). Est-ce un signe ? Les « Livres nouveaux », en lin de livraison de la Gazette de France, ne portent plus la mention « Chambre syndicale » à partir du no 38, 3 nov. Le Petit Journal du Palais-Royal attaque violemment la chambre syndicale, Cailleau, Knapen, Mérigot, Nyon, « ces quatre tyrans des pauvres libraires » (no 11, 2 oct., p. 10 ; voir p. 19 contre Poinçot, Anisson et Prault). Les Révolutions nationales relatent une mésaventure survenue à Prault (no 22, 17-21 oct., p. 71).

37 Un correspondant du Rôdeur en ayant fait la remarque ironique (no 9, 20 déc.), Momoro se justifie dans son Moniteur patriote (no XXIV, fin déc., p. 7-8) et dans une lettre que publie le Rôdeur (no 12, 31 déc.).

38 Voir l’étude de G. Feyel citée plus haut, n. 32, sur les comptes de la Gazette de Paris et de 1'Ami du Roi. Sur le coût du journal à la fabrication, signalons ce témoignage de la Chronique de Paris (no 103, 4 déc., Supplément) à propos du prix des annonces : « Le prix d’impression, papier et distribution de la feuille de 4 p. ou 8 colonnes est de 200 livres, et 100 livres pour 2 p. ou 4 colonnes ».

39 Le Régime de la presse pendant la Révolution française, t. I, 1900, p. 41-217.

40 D’après les Révolutions de Paris, no XII, p. 20, Bailly écrit dès le 28 septembre à 1’intendant des postes pour qu’il cesse d’exiger le permis. D’après A. Söderhjelm, la résolution de la Commune date du 30 sept., et le décret du 1er oct. Voir Tourneux, Bibliographie..., no 5 632.

41 Voir G. Walter,Marat, Paris, 1933, p. 88-89 ; Marat fut arrêté à la suite d’une altercation à ce propos et comparut devant l’assemblée de la Commune le 13 août.

42 Jourdain de Saint-Ferjeux imprime à la fin des no VI-VII de son Ami du peuple, en guise de permission, la proclamation faite par Bailly le 13 juillet : « La liberté est la sauvegarde du peuple ». Plusieurs journaux prennent pour épigraphe l’article de la Déclaration des droits sur la liberté de la presse.

43 Les témoignages sur les saisies abondent dans les journaux. Les muncipalités de province ont adopté une attitude semblable à celle de Paris. Le Conseil des trois ordres de la ville de Marseille a, par exemple, dès la fin d’août, tenté de réglementer l’activité des « colporteurs sans mission qui courent les rues et assiègent les cafés, vendant publiquement les écrits les plus condamnables, des pamphlets contenant des faussetés, des feuilles sans nom d'auteur ou des citoyens intègres sont souvent compromis », en prévoyant leur inscription sur un registre de police, l’attribution d’une plaque numérotée aux armes de la ville, et 1'interdiction de vendre des ouvrages sans nom d’imprimeur (Journal de Provence t. 25, Troisième supplément, 22 août, p. 4-5).

Notes de fin

1 Les prospectus enregistrés ici n’ont pas été suivis par la création d’un journal en 1789.
Les légères variations du nombre des journaux, dans la seconde partie de ce tableau et dans les suivants, s’expliquent par l’absence des données prises en compte dans les différents classements.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Créations à Paris en 17891
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU II. Croissance mensuelle des périodiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU III. Périodicités
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU IV. Répartition mensuelle par catégories
Légende AN Assemblée NationaleANN Assemblée Nationale et nouvelles diverses ou discoursDP Discours, réflexions politiquesIG Information généraleJP Journal-pamphlet, brochureJS Journal spécialiséNS Nouvelles, souvent avec sommaireRC Revue-chroniqueRR Récit rétrospectif
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau V : Formats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau VI. Estimation, pour quelques journaux représentatifs, du nombre de signes à la feuille d’impression, d’après le nombre de feuilles hebdomadaires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1559/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search