Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Première Partie. Origines et évolution d'une population ouvrière (xixe - xxe siècles)

Chapitre II. Une mobilité sociale réduite

Texte intégral

1La mobilité sociale est une problématique centrale dans les études récentes en histoire sociale et en histoire urbaine. Force est de reconnaître qu’à quelques exceptions près, l’approche en est souvent restrictive, fondée soit sur la seule mobilité professionnelle intra-générationnelle, soit sur la comparaison de deux générations masculines. D’autre part, la mobilité est souvent saisie à sens unique, en terme d’ascension sociale, de passage d’une classe à l’autre, éventuellement associée à une mobilité résidentielle ou géographique. Nous avons essayé de raisonner sur la plus longue durée, à travers une étude intergénérationnelle séculaire, et sur une définition à la fois plus large et plus polysémique de la mobilité sociale : celle-ci est comprise comme pouvant être ascendante et descendante, mais aussi comme mouvement de faible ampleur intra et intergénérationnel, lisible dans les changements objectifs de statut socio-professionnel, mais aussi dans les images de référence et dans la mémoire de la mobilité.

1 – Les mobilités professionnelles : continuités et rupture

2Nous avons défini les mobilités professionnelles comme la stabilité ou l’érosion de la carrière sectorielle des individus, ou comme les glissements intersectoriels intra-générationnels. Mais nous avons aussi envisagé ces glissements sous l’angle inter-générationnel, en comparant la carrière des individus à celle de leur père et, éventuellement, de leur(s) fils. La base de cette étude a été un corpus de 523 fiches de ménages reconstitués, traité en 3 coupes (annexe no 6) :

  • une coupe initiale dans la période de décollage du quartier (1830-1860) correspondant à une population active du milieu du XIXe siècle aux années 1890 ;
  • une coupe centrale (1875-1895) correspondant à des ménages apparaissant pendant les années de crise et de stagnation de la mine et de développement de la sidérurgie, actifs jusqu’à la Première Guerre au moins ;
  • une coupe terminale (1910-1930) qui est, au plan de l’hypothèse une coupe technologique et sociale dans une main-d’œuvre transformée par la Grande Guerre puis les années de crise économique.

3Les éléments de la mobilité professionnelle ont été mesurés à partir de la profession du chef de ménage comparée à celle du père et du beau-père, et à celle du ou des fils.

  • 1 Cf. en particulier La Vie souterraine de Louis Simonin, 1867.

4La permanence, sur plusieurs générations, du secteur d’activité et des emplois occupés est une évidence statistique : nous la qualifions, par commodité, « d’hérédité professionnelle ». La coupe initiale fait ainsi apparaître que la moitié environ des ouvriers ont la même profession que leur père, cette caractéristique étant beaucoup plus nette chez les métallurgistes (68,8 %) que chez les mineurs (45,1 %) : la métallurgie des « forgeurs » est une activité urbaine et péri-urbaine ancienne, mais la mine fonctionne déjà depuis plusieurs décennies. Parmi les ascendants, la composante agricole est importante : 41,7 % des ouvriers ont un père agriculteur, mais 64,7 % des journaliers et manœuvres, 50 % des mineurs, et seulement 6,3 % des forgeurs. La coupe centrale montre un renforcement de « l’hérédité » : 56,2 % des ouvriers ont alors la même profession que leur père. La transmission est particulièrement affirmée chez les mineurs : 70,7 % ont un père mineur ; l’origine agricole s’est atténuée (22 %). Les ménages de mineurs qui se forment dans cette période sont, dans leur majorité, de la deuxième sinon troisième génération à la mine : peut-être est-ce là la « race des mineurs » si abondamment décrite par la littérature consacrée à « la vie souterraine »1. Les évolutions les plus importantes peuvent être mesurées chez les métallurgistes : 38,4 % ont un père métallurgiste (– 30,4 %), et un cinquième ont un père agriculteur (+ 13 %). Les métallurgistes du Marais ou les armuriers de la « Manu » n’ont plus grand chose à voir avec les forgeurs, ouvriers-artisans qualifiés de la première moitié du siècle : la césure technologique est ici perceptible, dans cette période de restructuration industrielle. Pour l’ensemble des ouvriers, la part des pères agriculteurs a sensiblement diminué (24,7 %). La classe ouvrière du Soleil se forme donc, pendant cette période, par reproduction plus que par migration d’origine rurale. Reproduction qui est plus globale que professionnelle, et dans laquelle la mine pèse d’un poids particulier. La comparaison de la profession des fils entre les périodes et en fonction de la profession du père confirme que la mine est centrifuge, et fournit une partie de la main-d’œuvre de la métallurgie, alors que la réciproque n’est pas vérifiée : au contraire, la métallurgie est tendanciellement centripète, ce caractère s’affirmant très nettement au XXe siècle.

5La classe ouvrière est bel et bien en incessante recomposition interne, et celle-ci n’est pas seulement quantitative : les glissements de la campagne vers la ville, de l’agriculture vers l’industrie, de la mine vers la métallurgie sont autant d’éléments d’une évolution permanente dont les coupes ne permettent de saisir que des états provisoires. L’analyse des carrières et des itinéraires familiaux permet de pallier ce défaut inhérent à toute approche diachronique des évolutions sociales. Nous avons donc suivi sur 30 ans l’itinéraire professionnel des hommes chefs de ménage de chacune des trois coupes chronologiques : à partir de la profession indiquée à l’apparition du ménage (mariage ou première apparition sur les listes nominatives), nous avons relevé la profession indiquée, 5, 10, 15, 20 et 30 ans après. L’objectif principal est moins la mesure de l’évolution de la qualification que l’estimation des proportions de maintien dans un même secteur d’activité (« carrières sectorielles ») ou, au contraire, de glissements vers d’autres secteurs (« glissements intersectoriels ») : y a-t-il des « modèles de carrière » variables selon la période étudiée, et selon qu’on travaille à la mine, dans la métallurgie ou dans un autre secteur industriel ? La question est d’importance pour les mineurs, réputés pour leur instabilité et leur comportement gyrovague, ou, au contraire pour leur enracinement dans des « générations de mineurs ». L’érosion des carrières, c’est-à-dire le pourcentage d’ouvriers changeant de profession, varie selon les coupes chronologiques et selon la durée d’observation, (cf. annexe no 6/3 et 4). Dans la coupe initiale 66,6 % des ouvriers ont, après 30 ans, la même profession qu’à leur mariage ou qu’à leur apparition dans le quartier, et 69 % dans la coupe centrale. La coupe terminale se différencie fortement : l’érosion est du quart après 5 ans, et moins de la moitié des ouvriers ont gardé, après 30 ans, leur profession initiale. Si les ouvriers du long XIXe siècle (jusqu’en 1914) présentent une relative stabilité professionnelle, une forte instabilité caractérise l’échantillon ouvrier de la dernière coupe.

6Les évolutions sont, là encore, contrastées selon les secteurs d’activité. L’érosion est particulièrement forte chez les mineurs. Et c’est à la veille de la Première Guerre qu’un nette césure se dessine dans nombre de carrières de mineurs. L’enquête orale a permis de souligner l’explication règlementaire qui est sans doute à l’origine d’une partie des abandons : la possibilité (à partir de février 1914) de quitter la mine avec une demi-retraite après 15 années d’activité. Facteur qui est cependant loin d’expliquer l’importance de l’érosion des carrières dans la coupe terminale, à la fois brutale et rapide : après 5 ans, plus du quart des mineurs ont quitté la mine, et la moitié après 10 ans. Dans les fiches analysées, rares sont les mineurs qui font une carrière complète à la mine. Ces départs nombreux renvoient en fait à une multiplicité de comportements aux causes cumulées : certains ouvriers font des passages très courts à la mine – le temps d’un recensement –, ou quittent la mine peu après leur mariage après y avoir travaillé depuis l’âge de 13 ou 14 ans, le rôle des épouses n’étant sans doute pas indifférent à ce moment là ; d’autres encore nous ont expliqué avoir quitté la mine le jour même où ils ont « fini leur temps » de 15 années, comme on quitte la caserne ou la prison après avoir « fait son temps »... Ce fort pourcentage d’évasion des mineurs français renforce l’hypothèse de la remise en cause d’une certaine stabilité du groupe professionnel des mineurs dans cette dernière période, et de la dégradation de l’image sociale du travail à la mine. L’importance des glissements de la mine vers une métallurgie de plus en plus différenciée localement est un indice probant des évolutions qui traversent la main-d’œuvre du quartier dans le premier tiers du XXe siècle.

2 – Généalogies (1) : l’enracinement social dans le quartier

7La classe ouvrière a trop longtemps été l’objet de discours politiques réducteurs autant qu’antagonistes (allant de la négation même de son existence à son exaltation en tant que classe une et indivisible) pour que l’histoire sociale ne s’attache pas à développer une analyse plus fondée sur la réalité des comportements individuels, familiaux et collectifs. Nous avons choisi une approche de type généalogique permettant de mettre en relation itinéraires et champs familiaux, et espace social du quartier ouvrier. Nous avons pour cela reconstitué une cinquantaine de familles dans une démarche descendante (à partir de ménages apparaissant au Soleil dans les années 1830-1850), et dans une démarche ascendante (à partir essentiellement de l’enquête orale), estimant que la mobilité sociale pouvait se lire aussi par référence aux générations précédentes. À partir des ménages de départ, représentatifs de la variété des activités économiques du Soleil (mine, métallurgie, petit commerce...), nous avons dressé des généalogies, en réunissant tous les renseignements socio-professionnels disponibles. On ne peut toutefois éviter certains écueils inhérents aux sources et à la méthode : la généalogie historique est, par exemple, fondamentalement agnatique et privilégie l’homme par le patronyme et le statut social, économique et juridique. La reconstitution descendante peut difficilement prétendre à l’exhaustivité : l’érosion est inévitable. La démarche ascendante est plus gratifiante : elle permet de dessiner assez rapidement les contours de ce qu’on pourrait appeler la « famille utile », c’est-à-dire la parenté avec laquelle les témoins interrogés ont entretenu des relations suivies. Ceci a autorisé la définition d’un environnement professionnel familial, au-delà de la simple (non-) reproduction de la profession du père ou du beau-père, à laquelle réduisent par trop les coupes diachroniques. De facto, la « famille utile » présentée par le témoin, permettait de mettre à la fois de côté et en exergue, certains itinéraires individuels ne rentrant pas – d’après le récit – dans le « modèle familial » : on sort, du même coup, de l’approche strictement démographique pour entrer dans une approche socio-culturelle de l’environnement familial – par exemple l’échelle des valeurs attribuée aux différents métiers, ou à la ville par rapport à la campagne, etc. L’intérêt de la reconstitution – même lacunaire – est évident. Le traitement prosopographique des données permet, en effet, de repérer et de situer chronologiquement :

  • la mobilité structurelle, c’est-à-dire les glissements socioprofessionnels directement provoqués par les changements économiques (déclin de la mine, apparition de la sidérurgie,...) ;
  • ce qu’on pourrait appeler, avec les sociologues, la circulation, c’est-à-dire les évolutions internes spécifiques.

8D’une certaine manière, on peut donc lire sur ces généalogies le « destin de classe » et les stratégies individuelles et familiales.

9Les quinze familles reconstituées à partir d’autant de ménages installés au Soleil vers 1840-1850, peuvent toutes être suivies dans le quartier, par filiation unique ou multiple, au moins jusqu’à la Première et, dans la plupart des cas, jusqu’à la Deuxième Guerre : la durée d’observation, proche du siècle, correspond en général à quatre générations, sur lesquelles une proportion variable, mais qui peut être importante, des ménages descendants restent dans la même rue, dans le même îlot, voire dans le même immeuble ; et l’on retrouve une autre partie des ménages dans les limites du quartier. Nous ne sommes pas en mesure, à partir de quelques familles et de quelques centaines de ménages, d’apprécier statistiquement cette stabilité géographique, ni même d’affirmer que la stabilité est, à différentes périodes, le comportement d’une majorité ou d’une minorité des ménages installés au Soleil. Il nous paraît néanmoins possible, à partir de l’approche pragmatique des généalogies, et pendant la période étudiée (1840-1940), d’admettre l’hypothèse de l’existence d’un « noyau dur » de population stable dans le quartier, à partir de l’installation au Soleil. « Noyau dur » qui est, à notre avis, fondamental dans la structuration sociale et culturelle du quartier ouvrier, et qui a, sans doute, joué un rôle important dans la formation de la mémoire individuelle et collective, telle qu’elle a pu être analysée à partir de l’enquête orale.

10Dans les familles étudiées, pour lesquelles la stabilité géographique nous a paru importante, trois facteurs discriminants ont été dégagés qui nous semblent fonder, dans une large mesure, la permanence dans le quartier : la propriété, les caractères du métier exercé dans l’industrie, et l’activité commerciale. Le premier facteur – la propriété comme élément structurel « d’antinomadisme » – est classique : patronat et réformateurs sociaux du XIXe siècle paraissent avoir eu raison, qui répétaient que la propriété – foncière et immobilière – était un moyen important de stabilisation de la main-d’œuvre. Dans les familles étudiées par descendance, la propriété est un élément de la stabilité dans le quartier, et les maisons achetées ou construites au milieu du XIXe siècle sont presque toujours habitées par la même famille en 1914, et souvent encore en 1940.

Métiers traditionnels et propriétés

11Si la stabilité paraît liée à la propriété, la propriété ouvrière paraît, elle-même, devoir être mise en relation avec l’exercice et la transmission inter-générationnelle de « métiers » qualifiés, que ce soit dans les secteurs d’activité stéphanois traditionnels (travail de la soie et du métal) ou dans le secteur de la mine, en pleine expansion au milieu du XIXe siècle. Deux monographies permettent d’apprécier ces comportements sociaux sur la longue durée.

12La famille Chazet, illustre, sur quatre générations se succédant au Vieux Soleil, l’exercice du métier de forgeur, dont le savoir-faire permet de travailler aussi bien dans les activités de forge de type artisanal (maréchaux-ferrants, charrons, armuriers) qu’à la mine (cf. tableau généalogique hors-texte). Etienne Chazet est cultivateur au Vieux Soleil au début du XIXe siècle ; comme plusieurs de ses voisins, il est également forgeur, propriétaire de son atelier, intégré aux bâtiments de ferme. Ses deux fils, Jean-Baptiste I né en 1786 (?) et Antoine, né en 1790, sont, d’après le cadastre de 1826, propriétaire chacun d’une maison, qu’ils agrandissent par achats de terrains et « constructions nouvelles » ou « augmentation de la construction » en 1832, 1839, 1846, 1851, 1854, etc. Tous deux ont repris le métier paternel, mais l’exercent dans un cadre différent : Jean-Baptiste est, dans les recensements de 1846 à 1866, charron-forgeur ; Antoine est enregistré comme mineur en 1846, mais les recensements suivants et le cadastre de 1864 rétablissent son activité réelle : il est forgeur à la mine, travaillant sans doute à l’entretien des machines à vapeur qui se multiplient à cette époque et dont témoignent les noms des puits : la Pompe, la Machine, la Grande Machine, le Grand Treuil, etc. Leurs fils continuent à travailler le métal dans la seconde moitié du XIXe siècle :

  • Jean-Baptiste II, fils de Jean-Baptiste I, né en 1831, est forgeur au Vieux Soleil de 1861 à 1901 ; il est aussi, pour un temps au moins, cabaretier-logeur (entre 1866 et 1872).
  • Claude, fils aîné d’Antoine, né en 1825 est, comme son père, enregistré comme mineur dans le recensement de 1846 ; mais dans les trois recensements suivants, il est indiqué comme armurier.
  • Jean, fils cadet, né en 1827, épouse en 1852 la fille d’un mineur. Tourneur-armurier jusqu’au début du XXe siècle ; il est également épicier à partir de 1860 : tout laisse à penser que c’est sa femme Marguerite qui s’occupe de l’épicerie ; elle ne paraît plus exercer le métier d’ourdisseuse qu’elle déclare à son mariage en 1852. Ils n’ont pas d’enfants. Les trois garçons de la troisième génération sont propriétaires au Vieux Soleil : ils ont hérité, vers 1865, des immeubles paternels. La quatrième génération masculine travaille encore le métal jusqu’à l’entre-deux-guerres, période où cesse notre observation. Les trois fils de Jean-Baptiste II sont respectivement métallurgiste, tourneur aux Houillères, et cylindreur puis armurier à la Manufacture Nationale d’Armes. L’évolution de la terminologie professionnelle est significative de l’adaptation progressive de cette famille d’ouvriers du métal aux structures industrielles qui se mettent en place au Soleil ou au Marais dans la seconde moitié du XIXe siècle : on passe, en un siècle, du paysan-ouvrier d’un espace semi-rural (Etienne Chazet), aux ouvriers-artisans du milieu du siècle, puis aux ouvriers métallurgistes travaillant dans de grands ateliers (aux Houillères) ou en usine (à la Manufacture Nationale) au début du XXe siècle.

13Les familles Filliat et Gidon associent, sur quatre générations, la passementerie (jusqu’à la fin du XIXe siècle) et l’arme (cf. tableau généalogique hors-texte). Evolution familiale qui montre la relation entre deux secteurs artisanaux traditionnels, peu représentés au Soleil, mais qui jouent un rôle social important, dans la construction immobilière par exemple. Les deux familles font partie de la «préhistoire industrielle » du Soleil. Gabriel Filliat est né à Outre-Furan vers 1780 ; son acte de décès en 1820 l’enregistre comme cultivateur passementier, propriétaire dans la commune. Etienne Gidon est né en 1783 : il est forgeur-armurier à la Roche du Soleil jusqu’à son décès en 1855. Il a deux enfants :

  • Jean Gidon, né en 1828, se marie en 1857 avec une ourdisseuse. fille d’un journalier-mineur. Il continue le métier paternel – armurier à domicile – au moins jusqu’en 1866 ; à cette date, il paie déjà patente depuis plusieurs années pour une épicerie : là encore, c’est sa femme qui s’en occupe (elle se déclare « épicière rere-grattière» dans plusieurs recensements), y compris après la mort de son mari.
  • Annette Gidon est de quatre ans l’aînée de Jean : dévideuse, elle épouse en 1847, Philippe Filliat, fils de Gabriel, et passementier comme son père. Philippe exerce son activité au moins jusqu’en 1881. Après le mariage, Annette se déclare alternativement « passementière » ou « sans profession », incertitude significative de l’ambiguïté du statut social et économique de l’épouse du passementier. Les beaux-frères, Jean Gidon et Philippe Filliat, construisent ensemble, en 1860, une maison de 13 ouvertures sur la place du Soleil : emplacement de choix, et tardivement bâti, à la fois à cause du prix des terrains et du contrôle vraisemblable du statut social des bâtisseurs potentiels par la famille Neyron, qui a donné à la commune les terrains nécessaires à la construction de l’église et de la place du Soleil. Quatre ans plus tard, Jean Gidon construit, seul cette fois, une maison mitoyenne de 10 ouvertures : les beaux-frères sont donc les premiers à bâtir sur l’un des côtés de la place. Les deux fils de Jean Gidon, Barthélémy (né en 1859) et Jean-Marie (né en 1863), sont d’abord forgeurs dans les recensements de 1881 et 1886, puis respectivement armurier (« employé à la Manufacture Nationale») et tourneur au moins jusqu’à la Première Guerre. Ils sont la troisième génération d’armuriers de la famille Gidon.

14Philippe Filliat, passementier, a 7 enfants. Comme leur mère, ses 4 filles, Benoîte (née en 1855), Annette (1859) et Benoîte II (1865) sont ourdisseuses jusqu’à leur mariage. C’est le fils cadet Philippe II (né en 1863) qui reprend l’atelier de passementerie de son père : il est le dernier passementier du quartier au début du XXe siècle ; en 1906 il est signalé comme « veloutier à son compte » dans le recensement. Ses deux frères aînés se dirigent vers le travail du métal :

  • Jean né en 1852, est d’abord poêlier (1876-1881) puis armurier jusqu’en 1911 : l’absence d’indication dans la colonne «employeur» en 1906 et 1911 permet de supposer qu’il travaille à domicile.
  • Pierre, né en 1860, est mineur d’après le recensement de 1886 (conséquence de la crise économique ou erreur de transcription ?) puis armurier jusqu’en 1926, « à domicile », « à son compte» ou à la Manufacture Nationale. Il épouse, en 1887, une blanchisseuse, fille d’armurier, qui, un peu plus tard, paie patente comme « marchande de rouennerie ».

15La génération Filliat qui se marie dans les années 1880 est donc celle d’une réorientation professionnelle pour deux des trois garçons : transition d’un secteur traditionnel de l’industrie stéphanoise (la passementerie) vers le secteur tout aussi traditionnel de l’arme. Vers 1900, les deux frères et leurs deux cousins Gidon, sont armuriers. La génération suivante des fils de Pierre Filliat confirme la prépondérance absolue du métal : ils sont tourneur sur métaux, armurier ou ajusteur en atelier ou à la Manufacture Nationale. Les relations arme-passementerie que révèlent ici les filiations et les alliances nous paraissent significatives de stratégies familiales et matrimoniales tissant des liens entre ces deux secteurs industriels stéphanois : liens qui engagent des ouvriers qualifiés, au statut oscillant entre l’artisanat (« passementier à domicile », « armurier à son compte ») et le salariat (à la Manufacture d’Armes). Aristocratie ouvrière qui se distingue également par la propriété immobilière (la localisation précise du patrimoine immobilier des deux familles témoigne à l’évidence, au XIXe siècle, d’une certaine aisance financière), sans doute facilitée par l’élargissement de l’activité industrielle au petit commerce : jusqu’à la Première Guerre, lieu des femmes, il est aussi une des composantes de la stratégie économique familiale ouvrière.

16Le commerce est soit une activité complémentaire de l’activité industrielle, dans les familles ouvrières ; soit l’activité principale dans des dynasties de la boutique : dans ce cas, c’est un statut social et économique qui implique des stratégies matrimoniales et famiales de reproduction – la notion de stratégie étant ici entendue comme action intentionnelle, calculée.

17Chez la plupart des ouvriers, le commerce s’intègre à une carrière professionnelle masculine comme activité d’appoint, en réalité exercée par l’épouse : jusqu’à la fin de sa vie active, l’époux garde son métier d’ouvrier, et le commerce peut n’être tenu que pour une période brève, même s’il arrive parfois que le mari reprenne la boutique à sa retraite. La motivation semble essentiellement économique et conjoncturelle, facilitée par la propriété immobilière (et réciproquement), ou plus simplement par la location d’un logement au rez-de-chaussée (rappelons que les logements stéphanois traditionnels ouvrent toujours, au rez-de-chaussée, directement sur la rue par une porte-fenêtre). Dans ce type de commerce, il ne semble pas y avoir de projet intergénérationnel de promotion sociale par la boutique. Dans d’autres cas, moins nombreux, l’activité commerciale associée à la première génération, au travail ouvrier, devient l’activité principale ou unique à la génération suivante : la boutique apparaît alors comme moyen et but d’une promotion sociale intergénérationnelle. La famille Marchand permet d’apprécier cette transition de la classe ouvrière à une petite bourgeoisie boutiquière qui reste proche de ses origines sociales : il faut deux générations d’ouvriers-commerçants pour accéder au commerce seul, et une partie des fils restent ouvriers. Né en 1825 à St-Front (Haute-Loire) où son père est agriculteur, Claude Marchand est marié quand il arrive au Soleil vers 1850. Il y est mineur pendant vingt ans ; à partir de 1860, il paie patente pour sa femme, « épicière regrattière » jusqu’en 1881. L’association mine/boutique se retrouve à la génération suivante pour deux des trois fils : seul l’aîné, Lucien (né en 1852) est mineur sans autre activité ; il meurt en 1889 dans la catastrophe du Puits Verpilleux. Jean-François Marchand, né en 1856, travaille à la mine jusqu’en 1891. Mais, après une quinzaine d’années à la mine, il prend un débit de boissons, tenu par sa femme qui n’exerce plus le métier de dévideuse déclaré à son mariage. À partir de 1901 – il a alors 45 ans – Jean-François est marchand de vin, rue Beaunier. En 1904, il fait construire une maison d’habitation et un magasin dans cette rue qui compte une demi-douzaine d’entrepôts de marchands de vin : il y a donc incontestablement mobilité sociale ascendante, de la mine au commerce, dans le cas de Jean-François. Son frère Auguste, né en 1858, reste ouvrier, même s’il ajoute à son travail à la mine une activité commerciale : mineur en 1872, il indique encore cette profession en 1931. De 1906 à 1926, il est aussi épicier rue Beaunier : c’est sa femme qui tient la boutique. Auguste reste donc ouvrier commerçant : l’activité commerciale, féminine, vient en complément au salaire masculin, et ne se traduit pas par un passage vers la petite bourgeoisie boutiquière. La boutique n’est instrument et but de la mobilité sociale ouvrière que pour autant qu’elle est gérée par le mari, et qu’elle devient son activité principale. Mais elle peut favoriser l’accès à la propriété immobilière, et favoriser une mobilité professionnelle interne à la classe ouvrière. Celle-ci est lisible dans la troisième génération de la famille Marchand entre 1880 et 1950. Nous avons pu suivre l’itinéraire de quatre des cinq fils de Jean-François Marchand : deux s’installent à leur compte comme marchands de vin (l’un en gros, l’autre au détail) ; deux sont ouvriers : l’un est armurier-ajusteur, ouvrier très qualifié ; l’autre est mécanicien-tourneur, également ouvrier professionnel. La famille Marchand est donc un exemple de transition partielle de l’industrie vers le petit commerce, sans qu’il y ait coupure avec la classe ouvrière : on passe, en trois générations, du mineur-épicier né dans une ferme de Haute-Loire, aux marchands de vin et aux métallurgistes qualifiés, bien installés au Soleil où ils sont propriétaires, et dont les enfants sont, un peu plus tard, employés de commerce ou de bureau.

18Dans les familles qui sont déjà « dans le commerce » lors de leur installation au Soleil, au milieu du XIXe siècle, le statut social et économique commerçant n’est pas nécessairement garanti : il peut exiger, pour être maintenu, un passage (ou un retour) préalable dans le salariat industriel ; mais, dans tous les cas, il se caractérise par d’évidentes stratégies matrimoniales. Sur quatre générations la famille Fauriel présente une remarquable homogénéité professionnelle, accompagnée et confortée par un véritable système d’alliances (cf. tableau hors texte).

19Né en 1798 à Rive-de-Gier, fils de « propriétaire », marié à Rive-de-Gier en 1817, Antoine Fauriel apparaît au Soleil en 1843 : il y est boucher, propriétaire d’une maison et d’un pré rue du Soleil. Tous trois nés à Rive-de-Gier, Pierre-Clément (né en 1817), Antoine (1827 ?) et Hyacinthe (1830) sont bouchers comme leur père. Mais leur installation dans la boutique n’est pas immédiate, et tous trois passent quelques années dans l’industrie : Antoine est mineur en 1846 et 1851, Hyacinthe est d’abord ouvrier-passementier jusqu’en 1853. Pierre-Clément, fils aîné d’Antoine Fauriel se marie en 1844. Devant l’officier d’état civil, et dans tous les recensements jusqu’en 1866, Pierre-Clément se déclare « machiniste aux mines ». En 1846, il construit une maison à la Roche du Soleil, qu’il agrandit à plusieurs reprises (1859, 1864) et qu’il transmet en héritage à son fils Pierre en 1874. En 1872, il prend un commerce de boucherie, retrouvant le métier paternel après une carrière à la mine ; activité de courte durée, puisqu’en 1876, deux ans avant son décès, il se déclare rentier et paie patente pour un cabaret. On peut donc le considérer plus comme ouvrier-commerçant que comme commerçant faisant un passage relativement bref dans l’industrie, comme ses deux frères.

UNE DYNASTIE BOUCHERE

20L’hérédité professionnelle et l’endogamie deviennent générales à la génération suivante, qui se marie entre 1870 et 1880 : les deux fils de Pierre-Clément, Jean (né en 1850) et Pierre (1857) sont bouchers sans avoir exercé d’autres métiers préalablement. Jean termine à la veille de la Première Guerre comme marchand de vin, ce qui le place dans la catégorie la plus aisée des commerçants du quartier. Le mariage de Pierre est, en 1880, un exemple de stratégie matrimoniale et d’endogamie... bouchère. Pierre épouse Marie Rascle, née à Saint-Etienne en 1857 ; sur quatre témoins, trois sont bouchers : deux cousins de l’époux (fils d’un de ses oncles bouchers), et un beau-frère (Julien Thavel, qui est aussi le père du mari d’une sœur de son épouse) ; le quatrième témoin est meunier. L’alliance de Pierre Fauriel et de Marie Rascle est en fait l’alliance de trois dynasties de bouchers : les familles Fauriel, Rascle et Thavel. La famille de Marie Rascle est tout entière « dans la boucherie » :

  • son père Pierre I, né en 1834 à Bains (Haute-Loire), fils d’un maréchal-ferrant, a épousé en 1855 la fille d’un boucher installé à la Verrerie, quartier industriel proche du Soleil. Le recensement de 1856 l’indique comme machiniste aux mines (exactement au même moment que Pierre-Clément Fauriel). Il est ensuite boucher rue du Soleil, jusqu’en 1886 au moins ; à cette date, il paie aussi patente pour une buanderie. S’il n’est pas fils de boucher, Pierre Rascle est gendre de boucher (les deux témoins de son mariage, en 1855 sont un marchand de porcs et un marchand de peaux), père de boucher (Pierre Rascle II), beau-père de bouchers (Pierre Fauriel et Pierre Thavel), grand-père de bouchers (ses petits-fils Pierre et Paul Rascle) !
  • son frère Pierre Rascle II, né en 1869, épouse, en 1897, la fille d’un forgeur du Soleil : deux des témoins sont bouchers. Lui-même est boucher, rue du Soleil au moins jusqu’en 1926. Ses deux fils Pierre (né en 1894) et Paul (né en 1897) sont, entre les deux guerres, garçons-bouchers chez leur père ;
  • sa sœur Marguerite (née en 1866), épouse en 1891 Pierre Thavel, boucher jusqu’en 1931. Les quatre témoins sont un charcutier, un marchand de vin, un épicier et un armurier oncle de l’épouse. La boutique est d’autant plus présente dans cette alliance que Pierre Thavel est fils de boucher (Julien Thavel, rue du Soleil), et que sa mère Marie Fauriel, est fille de Pierre-Clément Fauriel. Avant même son mariage, Pierre Thavel est déjà apparenté à la famille de son épouse : dans ce cas précis, l’endogamie ne fait que renforcer les liens de cousinage.

21Étonnante imbrication de trois familles de bouchers dont la généalogie est pourtant incomplète pour la quatrième génération.

22Imbrication qui permet d’affirmer qu’entre 1880 et 1914, la majorité absolue des bouchers du Soleil (ils sont 11 en 1895 et 15 en 1905) sont apparentés, par un réseau complexe d’alliances contractées sur deux générations. La transmission du métier s’étend, quant à elle sur quatre générations, même si elle n’est pas exclusive de passages plus ou moins longs dans l’industrie, en particulier à la deuxième génération qui se marie au milieu du XIXe siècle : comportement que nous avons déjà relevé dans d’autres ménages à la même époque. Petits commerçants, tous ces bouchers sont propriétaires de leur maison, et parfois de plusieurs immeubles : ils achètent des terrains et font bâtir, agrandissent les maisons, les partagent, les transmettent en héritage ou en dot, comme nous l’ont montré quelques actes notariés prêtés par un des témoins interrogés, et concernant la période 1870-1914. Endogamie, liens de parenté multiples, propriété, métier... Autant d’explications à la stabilité et aux stratégies développées par ces dynasties commerçantes dans le quartier : l’exemple des familles Fauriel-Rascle-Thavel, centré sur la boucherie, a été confirmé par plusieurs esquisses d’autres généalogies commerçantes. Le comportement social de ces familles petites bourgeoises, numériquement peu nombreuses au Soleil, paraît ainsi très homogène.

3 – Généalogies (2) : les dynasties ouvrières

23L’approche généalogique et prosopographique permet d’articuler stratégies individuelles et comportements collectifs, et de mieux comprendre les phénomènes de reproduction professionnelle et de mobilité intersectorielle qui caractérisent l’échantillon ouvrier étudié.

« Mineurs, de père en fils... »

24Toutes les généalogies font apparaître la présence stable, au Soleil, de familles ouvrières pour lesquelles n’interviennent ni propriété, ni « métier », ni activité commerciale : le fil directeur paraît, surtout être la permanence intergénérationnelle de l’activité dans le même secteur industriel, et en particulier la fidélité à la mine. L’appartenance de la famille Bonche à la mine remonte au début du XIXe siècle (cf. tableau hors texte). Quand Antoine Bonche, né en 1808 à Roche-la-Molière (commune limitrophe de Saint-Etienne) épouse en 1837 Anne Berne, ouvrière passementière et fille de mineur, son père est décédé depuis 1828 à Roche, où il était mineur. Antoine habite au Vieux Soleil avec sa mère, dévideuse ; ses trois frères aînés, témoins à son mariage, s’installent « en ville » : Pierre est « dessinateur en soierie », Joseph est liseur sur métier à tisser, Jean est « commis de mine », employé aux écritures. On peut donc considérer qu’Antoine, le cadet, a la profession la moins qualifiée : il est mineur de fond, « piqueur », jusqu’à la fin des années 1850 ; il est aussi le seul à reprendre le métier paternel. Du mariage naissent sept enfants. Des quatre filles, deux au moins sont dévideuses avant leur mariage ; les trois fils sont mineurs jusqu’à la fin du XIXe siècle : Vital et Vidal quittent le Soleil entre 1870 et 1880 et s’installent l’un à Montaud, l’autre à Tardy, deux quartiers du centre-ville mais où les mineurs sont nombreux. L’aîné, Noël, né en 1837, reste au Vieux Soleil : mineur de fond, il est l’une des nombreuses victimes de la catastrophe du Puits Verpilleux, en 1889, où meurt également un de ses fils, Vidal, âgé de 18 ans. Noël avait épousé, en 1865, Annette Renard, dévideuse ; son père, Pierre Renard, né en 1807 dans une ferme de Thueyts, en Ardèche, est mineur au Soleil de 1833 à 1872 ; gouverneur des mines, il est propriétaire d’une maison à la Roche du Soleil ; sa mère, Catherine Barlet est dévideuse, et née à Roche-la-Molière en 1820, dans une famille de mineurs. Comme sa mère et sa belle-mère, Annette Renard ne déclare plus d’activité après son mariage : les charges du ménage sont importantes, avec six enfants.

25Quatre des cinq fils travaillent à la mine : deux au fond (Antoine, et Vidal qui est tué au Puits Verpilleux en 1889), un au jour (Georges, « forgeur » à la mine) ; le dernier, Vital, est « employé aux mines », mais nous n’avons pu déterminer s’il était manœuvre ou employé de bureau. Ils sont donc la quatrième génération de mineurs et ouvriers de la mine, comme leur père, leur grand-père, leur arrière-grand-père et tous leurs oncles. L’environnement familial professionnel masculin est entièrement lié à la mine, par parenté directe ou par alliance. C’est cependant à cette génération, encore active à la veille de la Première Guerre, que se dessine une évolution caractéristique du fond vers le jour (deux frères au fond, mais aussi deux au jour). Le passage au jour – en particulier dans le cas de Georges, forgeur – ne peut que faciliter un glissement ultérieur vers un autre secteur industriel comme la métallurgie. Exemple qui confirme l’importance des glissements intersectoriels relevés dans la dernière coupe chronologique, et que l’on retrouve dans la plupart des familles de mineurs français. Pour les femmes, le secteur d’activité paraît limité, sur quatre générations, à l’industrie de la soie : elles sont presque toutes dévideuses ou passementières, professions qui ne sont, en général, plus exercées après le mariage ou la première naissance.

26Industrie de main-d’œuvre, la mine doit constamment recruter, et parfois non sans difficultés. Il n’y a aucun exemple, dans toutes les fiches étudiées, de mineurs de fond originaires de familles d’ouvriers de métier du métal (forgeurs, armuriers) ou de la soie (passementerie). La mine recrute de père en fils, elle recrute des travailleurs saisonniers descendus de « la montagne », elle cherche à retenir les migrants définitifs qui s’installent à Saint-Etienne. En dernière instance, les familles reconstituées confirment l’origine rurale ou semi-rurale des mineurs du Soleil : la transition de la campagne plus ou moins lointaine vers le quartier péri-urbain minier apparaît sur presque tous les tableaux généalogiques. La mine est grande consommatrice de main-d’œuvre. Au XIXe siècle, elle réussit à en fixer une partie, et à façonner des dynasties de mineurs : sur deux, trois, voire quatre générations, la majorité des hommes sont engagés dans le travail d’extraction du charbon. Mais à partir du début du XXe siècle, la force centrifuge exercée depuis toujours par le travail au fond sur une partie de la main-d’œuvre des Houillères – qui se traduit par une forte rotation de main-d’œuvre soulignée dans toutes les études anciennes ou récentes –, s’étend aux dynasties minières elles-mêmes. Force centrifuge nettement perceptible dans la coupe chronologique 1910-1930 présentée plus haut, et que confirment toutes les généalogies de familles de mineurs étudiées au Soleil qui montrent, en particulier, le glissement vers la métallurgie, d’autres secteurs industriels, ou les emplois du secteur tertiaire. La rupture avec la mine n’est pas nécessairement brutale ; elle peut s’étaler sur deux générations, une partie des fils quittant la mine à la première génération, et la quasi-totalité à la génération suivante. La transition se fait dans le cadre même des Houillères pour nombre de mineurs français de l’entre-deux-guerres qui passent de l’abattage à l’encadrement d’ouvriers étrangers, du fond au jour, au plâtre de la mine ou aux Ateliers Centraux, des multiples dépôts et magasins aux salles des machines et au service des Domaines... Le mineur est de moins en moins mineur, de plus en plus ouvrier à la mine, « employé des Houillères » où il bénéficie d’avantages sociaux spécifiques qui justifient qu’on y fasse « ses quinze ans » ou « ses trente ans ».

27L’intérêt des généalogies de mineurs est évident, qui prouvent l’existence de véritables dynasties minières au XIXe siècle, caractérisées par l’hégémonie de la mine sur l’emploi des hommes, et une stabilité géographique qui permet de suivre les ménages pendant cinq à dix décennies soit dans le même quartier, soit dans la même « mouvance minière » (le canton nord-est de Saint-Etienne et quelques communes limitrophes). La mine définit un environnement familial et social, puisqu’y travaillent les ascendants, les descendants, les collatéraux, les alliés, et... les voisins chez qui l’on trouve le promis ou la fiancée. Mais les généalogies font aussi apparaître l’importance d’une coupure chronologique, dont le temps fort est la Première Guerre : ces dynasties minières, plus ou moins longues s’interrompent dans le premier quart du XXe siècle ; période de structuration de nouvelles mobilités intergénérationnelles (rupture professionnelle père-fils) et intersectorielles chez les mineurs français. On comprend alors mieux les problèmes d’identité sociale qui apparaissent à cette époque de transition dans le quartier, et dont rendent compte de nombreux témoins liés à la mine et interrogés lors de l’enquête orale.

Des générations d’ouvriers non qualifiés

28La reconstitution des familles ouvrières stables au Soleil et qui ne sont pas des « dynasties minières » fait apparaître l’existence de nombreux itinéraires familiaux caractérisés, sur la longue durée (milieu XIXe - milieu XXe siècle), par l’absence de promotion professionnelle. Ainsi pour la famille Courbet, qui peut être suivie de 1850 à 1940, de Haute-Loire au Creusot et au Soleil, de l’agriculture à la mine et à la métallurgie (cf. tableau hors texte). André Courbet I est né en 1806, en Haute-Loire, près du Puy : il est cultivateur à Ours-Mons jusqu’en 1849. Ses trois fils y sont nés : Jean-François-Régis, en 1836, André II en 1840, Pierre en 1848. Sa femme Rose Aymard meurt quelques semaines après la naissance de Pierre : la décision de quitter Ours-Mons suit de très près le décès de Rose car en 1850, André est journalier à Saint-Etienne, dans la métallurgie. Il meurt en octobre 1857 à l’hôpital de la ville. Dans cette décennie 1850, la trajectoire de ses trois fils ne nous est pas connue, mais en 1863 tous trois habitent au Creusot, où ils travaillent pendant une vingtaine d’années : Jean-François-Régis et André II sont « pilonniers », et Pierre « journalier-manœuvre », tous employés chez Schneider, comme leurs belles-familles et tous les témoins de leur mariage. L’année 1880 marque une rupture dans l’itinéraire familial : en effet, si l’aîné Jean-François-Régis reste au Creusot, André II et Pierre déménagent au Soleil, où ils apparaissent dans le recensement de 1881. Ils s’installent ensemble au Vieux Soleil, dans la même maison et s’embauchent à la mine, comme journaliers-manœuvres : Pierre y travaille jusqu’à son décès accidentel en 1886, et André au moins jusqu’en 1911. Aucun élément concret n’est apparu pour expliquer le déplacement du Creusot au Soleil, que l’on peut cependant peut-être mettre en relation avec la crise économique : quittant le Creusot, les deux frères quittent aussi la métallurgie pour la mine, mais restent manœuvres. Au Soleil, la troisième génération Courbet travaille pour partie à la mine, mais se dirige majoritairement vers la métallurgie. Tous restent dans le quartier, où ils peuvent être suivis jusqu’à la Deuxième Guerre. Des deux enfants de Pierre, l’un est mineur, l’autre charpentier en fer aux Houillères. Sur les dix enfants d’André Courbet et de Marie Vincenot, deux sont mineurs, un est manœuvre à la mine ou chez Barroin, un est tourneur. Philippe-André, l’aîné des enfants (né au Creusot en 1866) est métallurgiste aux Houillères de 1886 à 1919 ; son fils aîné est, pendant l’entre-deux-guerres, métallurgiste chez Barroin ; le cadet est employé d’octroi, une de ses filles est dévideuse, l’autre couturière. Professions qui sont celles de leurs tantes, filles d’André Courbet : Louise est pompière ; Elisabeth ourdisseuse chez Giron, Marie-Thérèse couturière à domicile, et Eugénie employée aux Docks Foréziens puis dactylo à la Manufacture Nationale. Elisabeth, Marie-Thérèse, et Eugénie restent célibataires, et habitent ensemble place du Soleil de 1896 à 1936. Pendant un siècle, les hommes de la famille Courbet, journaliers, manœuvres, ouvriers spécialisés, oscillent entre la métallurgie et la mine : métallurgistes au Creusot, ils se dirigent plutôt vers la mine à leur arrivée au Soleil, et mêlent les deux secteurs au début du XXe siècle ; certains sont alors mineurs de fond, d’autres ouvriers des Houillères, d’autres métallurgistes au Marais. Mobilité intersectorielle qui, en aucun cas, ne se traduit par l’acquisition d’un « métier » qualifié dans l’un ou l’autre secteur, et ce au moins jusqu’à la Deuxième Guerre. Nombre de monographies comparables rappellent que les différentes phases de l’industrialisation du « long XIXe siècle » ont exigé une masse croissante de prolétaires sans qualification sinon sans qualité, que la mécanisation n’a jamais supprimée. Main-d’œuvre d’origine souvent rurale et agricole, mais aussi issue de la reproduction sociale : on est, au début du XXe siècle, manœuvre ou usineur au Soleil parce que l’on est fils d’agriculteur descendu à la ville, ou fils (ou petit-fils) de mineur ou de manœuvre. C’est là un groupe ouvrier nombreux au Soleil et au Marais, qui ne se confond guère socialement avec le groupe voisin (au sens topographique du terme) des ouvriers professionnels, dont l’homogénéité se fait autour du « métier » hérité ou transmis.

LA FAMILLE COURBET : entre la mine et la métallurgie

L’importance de la reproduction sociale par le métier

29Les ouvriers professionnels du milieu du XXe siècle qui composent notre échantillon se partagent en deux groupes d’importance sensiblement égale : soit ils sont héritiers de lignages d’ouvriers de métier ; soit le statut des ascendants ou le passage par l’enseignement professionnel sont à l’origine de leur qualification. Deux généalogies présentées dans le paragraphe précédent sont significatives de la première catégorie : la famille Chazet est caractérisée par la constance du travail du métal sur quatre générations, avec une transition du métier de forgeur proche de l’artisanat au milieu du XIXe siècle aux métiers qualifiés de l’arme (armuriers-tourneurs, armuriers cylindreurs à domicile ou à la Manufacture Nationale) et de la métallurgie (tourneurs-ajusteurs, mécaniciens) au XXe siècle ; métiers associés à la propriété immobilière et, au XIXe siècle, à une activité commerciale annexe. De même la famille Filliat, elle aussi caractérisée par l’importance constante du travail du métal (en particulier dans l’arme, et également à domicile, en atelier ou à la Manufacture Nationale) associée, au XIXe siècle, à la passementerie, à la propriété immobilière et, épisodiquement, à la boutique. Dans ces deux cas, nous sommes en présence de lignages d’ouvriers de métier, dans des secteurs industriels stéphanois traditionnels : passementerie et arme. Deux secteurs que l’on retrouve associés, par exemple, dans la famille Favier : Gilbert Favier, né en 1895, mécanicien dans le cycle est fils et petit-fils de passementiers de la rue Royet, au Crêt de Roch, gendre d’un tailleur d’habits. Il ne s’agit donc pas là de la transmission d’un métier – fils unique, Gilbert Favier choisit le métal de préférence au métier paternel qui ne le passionne pas – mais d’une « culture technique mécanicienne » qui l’a fait s’intéresser précocement au fonctionnement et au garage des métiers paternels. On peut remarquer que la mine n’apparaît pratiquement jamais dans ces généalogies, sinon parfois, au XXe siècle, pour un métallurgiste travaillant dans les ateliers du jour (par exemple, le frère d’André Chazet, tourneur aux Ateliers Centraux du Soleil), ou un employé des bureaux (par exemple Louis Favier, comptable aux Houillères après la Deuxième Guerre). Quand les ouvriers professionnels s’embauchent à la mine, c’est pour y exercer le métier paternel. Ces familles d’ouvriers de métier sont caractérisées par l’imbrication d’éléments qui permettent de définir assez précisément le groupe : qualification revendiquée et reconnue, que ce soit dans l’exercice artisanal ou dans l’exercice salarié du métier ; alliances matrimoniales qui renforcent l’homogénéité du groupe ; présence fréquente de la propriété immobilière qui renforce l’assise et la stabilité dans le quartier. Ainsi dans la famille de Nicolas Oriol, né en 1913, électricien diplômé d’une École Supérieure de Travaux Publics, successivement chef d’équipe, chef de travaux, technicien puis responsable du service commercial de la Compagnie Électrique Loire et Centre. Sa carrière s’inscrit dans une tradition familiale masculine de travail qualifié sur au moins trois générations : la généalogie professionnelle permet de souligner l’importance des activités artisanales ou semi-artisanales (travail à domicile ou en atelier familial), les passerelles entre secteurs (travail du bois, dans l’imprimerie ou l’arme), la possibilité précoce d’accéder au secteur tertiaire (un employé de banque au début du XXe siècle). Dans tous les cas, les ménages sont propriétaires immobiliers au Soleil ou au centre-ville. La mine est totalement absente de la famille.

30Le père de Nicolas, Jean Oriol, est artisan-menuisier, ainsi que son beau-père Jean Pichon ; son grand-père Claude Oriol est graveur sur armes, comme le grand-père de sa femme Pierre Pichon, qui a d’abord été graveur-lithographe : parenté urbaine, qualifiée et propriétaire, au Soleil ou en ville. L’alliance de 1946 s’inscrit dans le cadre d’une stratégie matrimoniale : Nicolas hérite d’un petit immeuble au Soleil, Marie est propriétaire du tiers d’un immeuble de rapport construit par son père et un de ses oncles à la Roche du Soleil, au début du siècle ; les pères respectifs sont tous deux artisans menuisiers, et, à l’occasion, travaillent sur les mêmes chantiers. Les oncles de l’épouse, tous propriétaires au Soleil ou au centre-ville ont largement repris le métier paternel : sur les six fils de Pierre Pichon, deux sont artisans-menuisiers, un ébéniste, un ouvrier lithographe ; deux ne travaillent pas le bois : l’un est artisan-serrurier, l’autre employé au Crédit Lyonnais.

31Les familles Oriol et Pichon sont proches des familles commerçantes étudiées plus haut : reproduction du métier sur plusieurs générations masculines et par « endotechnie » ; alliances matrimoniales qui renforcent l’homogénéité socio-professionnelle et le patrimoine ; stabilité géographique liée à la propriété immobilière. Dans ces familles d’ouvriers qualifiés, la mobilité sociale peut essentiellement être définie par la reproduction. Celle-ci concerne partiellement le secteur d’activité : si la passementerie disparaît du Soleil à la fin du XIXe siècle, le travail du fer, l’arme et le bois se retrouvent sur trois ou quatre générations, en milieu urbain en général. Les glissements sont possibles entre ces secteurs : dans les exemples étudiés, ils se font essentiellement vers le travail du métal, en particulier l’arme mais aussi, au XXe siècle, vers le cycle. Mais la reproduction se mesure essentiellement dans la transmission inter-générationnelle de ce qu’il faut bien appeler la maîtrise d’un métier qualifié : il n’y a jamais « déchéance » vers la mine, même si certains vont travailler aux ateliers d’entretien des Houillères comme ouvriers d’état ; il peut y avoir glissement tendanciel vers le salariat manufacturier, mais il préserve et reconnaît la culture technique acquise par un apprentissage familial endotechnique. D’autre part, ce glissement n’est pas irréversible, et le salariat peut n’être qu’une période transitoire vers l’installation (ou la réinstallation) à son compte, vieille aspiration de la classe ouvrière française qu’une partie de l’espace stéphanois du travail rend possible au moins jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre. La mobilité paraît limitée entre ce groupe d’ouvriers qualifiés et celui des ouvriers non qualifiés, même si l’exclusion ne peut être posée en règle absolue, en particulier à cause de l’incertitude déjà exposée qui entoure certaines dénominations professionnelles.

32Chez les ouvriers professionnels qui ne sont pas des « héritiers » les processus de mobilité ascendante sont parfois liés à l’activité commerciale des générations précédentes. La famille Marchand a été présentée plus haut comme exemple de stabilité résidentielle et de mobilité sociale de la classe ouvrière vers la petite bourgeoisie commerçante. La boutique est à la fois le moyen et le but de la mobilité sociale ; elle est associée au travail à la mine dès l’arrivée au Soleil, en 1850 environ, et se retrouve à la génération suivante chez deux des trois fils de Claude Marchand. A la troisième génération, née en 1879 et 1898, deux orientations divergentes se dessinent : les deux aînés, Julien (né en 1878) et Jean-Claude (né en 1879) sont commerçants, marchands de vin ; les deux cadets, Jean (né en 1883) et Henri (né en 1898) sont ouvriers qualifiés du métal, respectivement armurier-ajusteur (jusqu’en 1940) et tourneur-mécanicien (jusqu’en 1946).

33On peut considérer que l’itinéraire socio-professionnel sur trois générations n’est pas indifférent à la possibilité d’être O.P. pour Jean et Henri Marchand : la qualification qu’ils acquièrent peut être considérée comme l’équivalent de la promotion sociale de leurs aînés qui s’installent dans le commerce, « à leur compte », après deux générations d’ouvriers-commerçants. La stratégie familiale de la promotion sociale est ici clairement lisible, qui permet au début du siècle aux quatre fils d’un mineur-marchand de vin de devenir marchands de vin ou ouvriers qualifiés. Elle rejoint, d’une certaine manière, celle des dynasties d’ouvriers qualifiés qui ont été étudiées par ailleurs, et dont la logique sociale est celle de la reproduction d’un statut socio-professionnel relativement privilégié – et minoritaire – au sein de la classe ouvrière du quartier.

  • 2 G. Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, XIXe - XXe siècles, Seuil, 1986, chap. 6.

34Les facteurs externes permettant de devenir O.P. à partir des années 1920 n’ont rien de spécifique à St-Etienne et à son bassin, sinon peut être dans la chronologie, qui reste à établir, du développement de l’enseignement professionnel moderne. Fils de mineurs ou d’ouvriers non qualifiés, la moitié environ des ouvriers professionnels interrogés, nés entre 1900 et 1920, sont passés par des écoles professionnelles, alternant enseignement théorique et stages en atelier ou en entreprise. Cette formation initiale moderne leur a permis d’acquérir des bases techniques laissant possible une promotion professionnelle dans leur carrière. Nous avons longuement interrogé une dizaine de ces ouvriers professionnels sortis de l’enseignement technique entre les deux guerres, et ayant terminé il y a une dizaine d’années des carrières souvent comparables. En relisant les entretiens et en particulier les réflexions sur le travail et les carrières, nous avons eu le sentiment très net d’avoir rencontré un groupe ouvrier finalement très homogène, par delà la diversité des origines familiales. Homogénéité qui tient à de multiples facteurs, parmi lesquels le passage initial par l’enseignement professionnel confessionnel (École Sainte-Barbe, Centre d’Apprentissage du Marais) ou laïque (École Nationale Professionnelle Etienne Mimard, par exemple). Passage dans un contexte politique économique et social – le Front populaire, la guerre et la Reconstruction, les « Trente Glorieuses » – qui semble effectivement avoir structuré ce que Gérard Noiriel appelle « une génération singulière du cycle héroïque »2.

*****

35Les coupes chronologiques et la reconstitution de familles dessinent les dimensions et les limites de la mobilité sociale dans un quartier ouvrier. Elles font apparaître, tout d’abord, qu’une fois installées dans le quartier – que ce soit dans la première moitié, au milieu ou à la fin du XIXe siècle – un certain nombre de familles sont remarquablement stables géographiquement, au moins jusqu’à la Deuxième Guerre, sinon jusqu’à la décennie actuelle. Cette stabilité géographique renvoie, sur plusieurs générations, à une relative « immobilité sociale », qui permet de définir des « dynasties ouvrières » à la fois caractérisées par la reproduction du secteur d’activité des hommes (dynasties de mineurs, d armuriers, etc.) et par la reproduction d’une absence de qualification ou, au contraire, de métiers qualifiés (dynasties d’ouvriers mineurs, ou de forgeurs-armuriers, par exemple). Dans la plupart des cas étudiés, il y a cohabitation ou juxtaposition de ces catégories ouvrières au moins jusqu’à l’entre-deux-guerres, sans que les passages de l’une à, l’autre catégorie paraissent nombreux ; en effet, les alliances semblent renforcer assez souvent – et en particulier chez les ouvriers de métier – la reproduction sociale et professionnelle, et contribuent largement à définir, dans la plupart des familles, un « environnement professionnel familial». Les généalogies permettent ainsi d’expliquer pourquoi la majorité des témoins interrogés – hommes et femmes – se définissent par une appartenance professionnelle familiale : on est « d’une famille de mineurs », « d’une famille d’armuriers » ou « d’une famille de passementiers »...

36À l’intérieur de cette tendance générale à « l’immobilité sociale » sont cependant lisibles des phénomènes de mobilité relative interne à la classe ouvrière. S’il est clair que la stabilité géographique caractérise certaines familles, il est tout aussi évident qu’une partie de la population est géographiquement instable ; mais les sources et la démarche utilisée ne nous ont pas permis de mesurer d’une part l’ampleur dans l’espace de cette mobilité, d’autre part l’importance respective de la population stable et de la population « nomade » à une période donnée, et sur la longue durée. Ces interrogations sont de taille, et les méthodologies qui permettraient d’y répondre restent à définir... Dans les familles étudiées, les phénomènes de mobilité relative sont de nature différente selon les cas. Les coupes chronologiques ont permis de souligner les glissements intersectoriels, qui concernent essentiellement les mineurs, en particulier au XXe siècle, ils quittent le fond pour le jour, et la mine pour la métallurgie : la Première Guerre parait constituer une césure importante à cet égard dans le groupe des mineurs. Au sein de la classe ouvrière, la boutique est à la fois moyen et but d’une certaine ascension sociale, par un processus qui peut s’étendre sur plusieurs générations d’association salariat-commerce, mais ne garantit pas nécessairement l’accession à la petite bourgeoisie commerçante : l’installation dans la boutique peut être aussi éphémère que l’installation en atelier « à son compte », mais elle peut être aussi un moyen parmi d’autres de devenir ouvrier qualifié. Enfin, les phénomènes d’immobilité ou de mobilité doivent être interprétés en fonction de la chronologie : l’entre-deux-guerres voit s’esquisser une mobilité intra-et intergénérationnelle plus importante que pendant le long XIXe siècle, sous l’influence de facteurs multiples comme le développement de l’enseignement professionnel, des emplois de techniciens et de cadres dans les entreprises industrielles, des emplois du secteur tertiaire, etc. Transformations de la structure de la société française accélérée pendant les « Trente Glorieuses » et qui concernent, dans les généalogies, essentiellement les descendants des ouvriers et ouvrières interrogés, ceux-ci paraissant appartenir à une période de transition économique et sociale. Évolutions structurelles qui n’impliquent pas que la «fluidité» sociale soit très forte, ou que la « distance » entre catégories sociales ait beaucoup changé...

37Il faut enfin se garder de la tentation de construire, à partir de l’observation des phénomènes de mobilité sociale, un modèle déterministe qui attribuerait un « destin social » (et politique) à la classe ouvrière : les « mécanismes sociaux » – comme la reproduction professionnelle et sociale – ont à la fois un caractère statistique incontestable, et des limites objectives et subjectives qui sont celles des projets personnels, des stratégies individuelles ou familiales. C’est l’un des principaux intérêts de l’enquête orale de mettre en lumière l’articulation entre « destin de classe » et histoire individuelle, et les contradictions inévitables qui en découlent, à travers une mise en scène qui tend à reconstruire le passé vécu, et à occulter les espoirs déçus.

Notes

1 Cf. en particulier La Vie souterraine de Louis Simonin, 1867.

2 G. Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, XIXe - XXe siècles, Seuil, 1986, chap. 6.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende UNE DYNASTIE BOUCHERE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende LA FAMILLE COURBET : entre la mine et la métallurgie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search