Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Première Partie. Origines et évolution d'une population ouvrière (xixe - xxe siècles)

Chapitre I. La formation de la population

Texte intégral

1 – Une croissance rapide, mais irrégulière (1846-1946)

1Nous avons retenu, pour l’analyse démographique, une quinzaine de rues et places qui correspondent, jusqu’à la Deuxième Guerre, à la quasi-totalité de l’habitat du quartier, et donc de sa population. Au XIXe siècle, cette aire d’analyse, délimitée par l’enceinte ferroviaire déjà évoquée, correspond aux toponymes : le Soleil, le Vieux Soleil, la Roche du Soleil, le Monteil, le Bardot, le Bessard, Planterre et le Treyve. De 579 habitants dans le recensement de 1846, le Soleil passe à 8 500 entre les deux guerres : la population est multipliée par 15 en 90 ans. Dans la même période, la ville de Saint-Etienne (y compris les communes annexées en 1855) passe de 67 962 à 170 000 habitants environ, et est donc multipliée par 2,5 (cf. annexe no 1).

2Les rythmes d’accroissement de la population du quartier sont très comparables aux rythmes stéphanois. Après le décollage dans les années 1840 et une forte croissance pendant un long « Second Empire économique », on relève une quinzaine d’années de stagnation et de régression. Celle-ci est malaisée à chiffrer, le recensement de 1881 étant très lacunaire. Après la crise des années 1880, si les fluctuations tendancielles coïncident, la croissance du Soleil est plus rapide que celle de l’ensemble de la ville. Elle s’explique par la situation périphérique du quartier – d’où le moindre coût du foncier –, et sa proximité d’entreprises en forte croissance. La Première Guerre entraîne un afflux de population dans le quartier, où il y a peut-être 10 000 habitants en 1917. La population continue à croître au début des années 20, période marquée par l’installation de nombreux travailleurs étrangers recrutés par les Houillères. La stagnation ne s’affirme qu’après 1926, autour de 8 500 habitants (soit 4,4 % de la ville), sur un territoire très étroit (un rectangle d’environ 1000 m x 300 m, pour l’essentiel de l’habitat).

  • 1 Cf. ses topographies médicales hygiénistes, AMSE 51 et 9C (1888-1911).

3L’analyse des fiches de ménages relevées dans les recensements permet de dégager quelques composantes démographiques structurelles, qui peuvent être mises en relation directe avec les conséquences de la conjoncture économique dans l’espace industriel. Nous soulignerons, avec le Docteur Fleury, directeur du Service municipal d’hygiène pendant une quarantaine d’années1, la forte natalité au Soleil jusqu’au début du XXe siècle, comparé à l’ensemble de la ville et à la plupart des quartiers stéphanois ; la surreprésentation des tranches d’âges 19-39 ans sur les pyramides des âges du quartier ; la sur-masculinité, particulièrement forte dans les phases de forte croissance. Autant d’éléments caractéristiques d’un quartier ouvrier, étape ou terminus migratoires de jeunes hommes venant travailler essentiellement à la mine ou dans la sidérurgie. Comme dans toutes les villes industrielles du XIXe siècle, « la femme est rare » : déséquilibre sexuel sur lequel hygiénistes et réformateurs sociaux ont beaucoup écrit dans leurs enquêtes sur les classes dangereuses et la prostitution.

4Mais cette population enregistre aussi, avec un décalage chronologique d’une ou deux décennies, les mutations structurelles de la démographie nationale : baisse de la natalité et de l’accroissement naturel, lent vieillissement, mesuré par l’augmentation de l’âge moyen des chefs de ménage (dans les ménages de mineurs : 37,5 ans en 1851 ; 39,5 ans en 1881 ; 44,1 ans en 1911) ; diminution de la taille moyenne des ménages nucléaires, et du nombre et du poids relatif des familles nombreuses. Ces nouvelles composantes démographiques françaises se distinguent nettement de celles des groupes étrangers qui s’installent entre 1914 et 1925 : groupes jeunes, exclusivement masculins pour certains (Marocains, Kabyles), familiaux et à forte fécondité pour d’autres (Polonais et Espagnols surtout), avec un taux d’activité très élevé jusqu’à la crise économique. La mémoire ouvrière française rend encore très largement compte de la différence vécue dans ce domaine, non d’ailleurs sans d’étranges anachronismes.

  • 2 J. Schnetzler, in Saint-Etienne, Notes et Etudes Documentaires, no 4030-32, la Documentation Franç (...)

5Mesurées par deux coupes chronologiques (1840-1860 et 1900-1914) dans un échantillon représentatif, les origines géographiques de la population du Soleil se distinguent peu de celles de la population stéphanoise dans son ensemble (cf. annexe no 2/1). Au milieu du XIXe siècle la Loire est le département d’origine de 60 % de la population du Soleil. Les très courtes distances dominent : 28 % des individus sont nés à Saint-Etienne, et 14,8 % dans quatre communes limitrophes du nord-nord-est de la ville (St-Jean-Bonnefonds, La-Tour-en-Jarez, Villars, St-Genest-Lerpt). Pour le reste du département (17,6 %) c’est la plaine du Forez (cantons d’Andrézieux, Montbrison et Feurs) à 20 ou 30 km au nord de Saint-Etienne, qui fournit la plupart des communes d’origine, les vallées du bassin industriel (Ondaine et Gier) étant peu représentées, non plus que les communes proches de la ville dans le massif du Pilat (Rochetaillée, St-GenestMalifaux...). La Haute-Loire fournit 23,6 % des immigrants, qui viennent presque tous de quatre cantons de l’Yssingelais : Yssingeaux. Tence Le-Chambon-de-Tence, Faÿ-le-Froid. 10 % viennent d’Ardèche et du Puy-de-Dôme, les autres départements limitrophes n’étant pratiquement pas représentés (aucun immigrant de Saône-et-Loire, quelques-uns venant des contours sud des Monts du Lyonnais, communes du Rhône les plus proches de Saint-Etienne). 6 % enfin viennent d’autres départements, dont la Creuse, qui a le monopole des tailleurs de pierres des carrières du Soleil. La comparaison des origines selon le sexe montre que les femmes viennent de moins loin, essentiellement par une moindre part de la Haute-Loire. La population qui s’installe au Soleil au moment du décollage a donc des origines géographiques proches, voire de proximité immédiate. Un demi-siècle plus tard, les évolutions sont de faible ampleur en volume. Pour l’ensemble du quartier, la Loire est passée à 64,7 % des origines (+ 5 %), essentiellement par le nombre plus important d’habitants du Soleil nés à Saint-Etienne (37 %, soit + 9 % par rapport à la première coupe), alors que les communes limitrophes sont stables (+ 0,5 %) et que le reste du département diminue (– 4,4 %) : la ville – en particulier le quartier lui-même – fournit donc une part plus importante de la population, et l’on trouve au Soleil les enfants ou petits-enfants des couples qui s’y sont installés au milieu du XIXe siècle. La part de la Haute-Loire a légèrement fléchi (–2,3 %), les mêmes cantons continuant à alimenter un courant migratoire assez régulier. Ces chiffres traduisent une permanence certaine des origines géographiques, avec toutefois un rôle diminué des apports extérieurs à l’agglomération (48 % environ, contre 57 % dans la première coupe). Les écarts entre hommes et femmes se sont atténués, l’origine des hommes se rapprochant de celle des femmes. L’exemple du Soleil, et plus largement l’exemple stéphanois, confirment, au milieu du XIXe siècle comme au début du XXe siècle, que la formation d’une population industrielle n’est pas nécessairement dépendante de mouvements migratoires sur de grandes distances : le recrutement se fait ici dans un rayon court, de quelques dizaines de kilomètres vers le nord (plaine du Forez) et sur les pourtours du bassin stéphanois (contreforts des Monts du Lyonnais, rebords des plateaux ou montagnes de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme). Jean Schnetzler a justement souligné que « la population de l’agglomération stéphanoise est dans l’ensemble profondément enracinée (...), fortement autochtone... (et) proche de ses origines rurales parce que de recrutement très local (...). Ces données confèrent à la population des caractères particuliers. L’aire de recrutement correspond à ce qu’on peut appeler la région stéphanoise (...) qui offre la double particularité d’avoir jusqu’à maintenant fortement retenu ses enfants et de n’avoir que peu reçu des gens originaires d’ailleurs. Le phénomène est ancien (...) et constitue à l’époque contemporaine un fait permanent »2. Les origines géographiques des mineurs et des métallurgistes, groupes professionnels les plus nombreux du Soleil tout au long de la période diffèrent légèrement (cf. annexe 2/2). Pour les mineurs du milieu du XIXe siècle, le recrutement est étroitement localisé sur deux aires : l’agglomération stéphanoise – et c’est là un recrutement d’immédiate proximité comprenant la ville et les communes limitrophes, et les plateaux de l’Yssingelais, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Saint-Etienne, en Haute-Loire. Au début du XXe siècle, la part de Saint-Etienne et de la Haute-Loire a légèrement diminué, au profit des cantons septentrionaux de l’Ardèche, et des plateaux vellaves du Puy-de-Dôme. La zone de recrutement est un peu plus lointaine, mais reste très circonscrite : il n’est pratiquement aucun mineur qui vienne du Rhône ou de Saône-et-Loire, par exemple. Quant aux mineurs venant des départements non limitrophes de la Loire, ils sont souvent originaires de communes ou de cantons où existe une activité extractive (par exemple La-Grand-Combe dans le Gard, ou Carmaux dans le Tarn).

6L’origine rurale et montagnarde des mineurs est une constante qui les distingue des métallurgistes, plus nettement nés en ville et dans le bassin industriel. Si l’on met en relation, chez les métallurgistes, la qualification estimée et l’origine géographique, on peut noter que l’origine extra-locale (arrondissements non industriels de la Loire + Haute-Loire + tous autres départements), semble essentiellement correspondre à des ouvriers peu ou pas qualifiés (« manœuvres », « journaliers », « métallurgistes »). Une exception est constituée par quelques ouvriers qualifiés ou très qualifiés, qui paraissent valoriser cette qualification par des déplacements géographiques de plus ou moins grande ampleur : on rencontre parfois au Soleil quelques « mécaniciens auto » nés à Paris, des outilleurs givordins ou creusotins, des armuriers belges ou italiens, parfois des machinistes suisses, c’est-à-dire des individualités qui tranchent sur la majorité des métallurgistes, originaires des « Trois vallées » (Furan-Ondaine-Gier).

L’arrivée des immigrés pendant et après la Grande Guerre

7Dans le recensement de 1921, l’origine géographique des mineurs français a peu évolué. Seule la légère augmentation du nombre des mineurs originaires d’autres bassins miniers français (8,5 % soit + 4,8 %) traduit une circulation accrue entre les bassins pendant la guerre. Pour les autres origines (Haute-Loire, départements limitrophes, autres départements) les glissements sont très limités, et s’inscrivent dans la continuité du demi-siècle précédent. C’est donc moins là que dans la répartition par nationalité qu’il faut constater l’évolution la plus profonde. L’arrivée de mineurs polonais, espagnols, marocains, etc., a une importance sociale et culturelle qui dépasse largement leur importance numérique : en 1921, 34 % des mineurs du Soleil sont d’origine étrangère, bouleversement majeur dans un « métier » au recrutement jusque-là très local.

8Chez les métallurgistes l’enracinement dans l’espace du bassin industriel constaté avant 1914 se retrouve après la guerre. Cependant, les usines de guerre, qui ont connu un gonflement spectaculaire de leurs effectifs et de leur production, ont élargi l’aire de recrutement : là encore, appel aux contingents étrangers, cantonnés en de multiples endroits du bassin industriel (18 % des ouvriers du métal au Soleil en 1921) ; recrutement d’ouvriers français d’origine plus lointaine, au détriment des zones traditionnelles en baisse (bassin industriel : – 4 %, par exemple), au profit essentiellement du Rhône qui passe à 9,2 % (+ 7,5 %). La progression est réelle aussi, bien que plus faible, pour les autres départements limitrophes (Saône-et-Loire + 2,3 %) et les autres départements français (+ 3,8 %) du Massif Central (Allier, Nièvre, Cher et autres départements bourguignons) ou du nord-est. Les métallurgistes nés dans le Rhône viennent de Lyon, Givors, Oullins, Vénissieux et d’autres communes de la banlieue industrielle lyonnaise ; les métallurgistes de Saône-et-Loire viennent de l’agglomération creusotine et de Gueugnon ; de Commentry et Montluçon dans l’Ailier ; Imphy et Decize dans la Nièvre, etc. La Première Guerre paraît donc introduire des modifications différentielles dans l’origine géographique des mineurs et des métallurgistes. Les mineurs français empruntent encore largement les routes traditionnelles de la campagne à la mine, et de la mine à la mine ; mais ils se trouvent confrontés, dans les années 20, à une main-d’œuvre étrangère très nombreuse. Plus nombreuse que dans la métallurgie, dont les ouvriers français ont des origines comparables à celles d’avant-guerre – plus urbaines, plus industrielles que les mineurs –, avec cependant l’affirmation significative (mais temporaire ?) d’axes d’échanges interrégionaux de nature professionnelle, dans un contexte de contrôle administratif et militaire de la main-d’œuvre qui reste mal connu.

2 – La population active : ouvriers et prolétaires

9La mesure de la population active a posé d’emblée des problèmes terminologiques (définition des emplois, des métiers, des spécialités selon la chronologie), et surtout méthodologiques, en particulier en ce qui concerne le travail féminin. Nous en traitons cas par cas dans chacun des secteurs de l’emploi masculin et féminin. Il est d’autre part apparu, lors de l’analyse de l’évolution du pourcentage de population active (cf. annexe no 3) que le quartier n’est pas un découpage adapté à une étude fine des mouvements de la population active, qui doit être étudiée au minimum dans le cadre urbain et même, si possible, à l’échelle du bassin industriel (Saint-Etienne, Firminy et vallée de l’Ondaine, Saint-Chamond, Rive-de-Gier et vallée du Gier). Tout au plus peut-on y distinguer des tendances sur la moyenne durée, dont la conjoncture (locale, nationale ou mondiale) peut rendre compte : fort taux d’activité sous le Second Empire, période de forte croissance de l’extraction de la houille et de la Fabrique stéphanoise ; diminution tendancielle du taux d’activité de 1876 à 1896, qui doit être mise en relation avec les difficultés du bassin minier et le contexte général de dépression économique ; reprise et forte croissance de 1896 à 1926, en particulier pendant la Première Guerre et au début des années 20 ; tassement sensible ensuite, les années 30 renvoyant à la conjoncture économique locale (crise précoce des Mines et de la Fabrique, dès 1926-1928), puis nationale et internationale.

  • 3 Cf. G. Ribeill, Les Cheminots, la Découverte, 1984, 128 p.

10Tout au long de la période étudiée, le Soleil est un quartier presque exclusivement ouvrier. Sur ce plan, la terminologie des colonnes « profession » ou « statut professionnel » des listes nominatives des recensements et autres listes électorales ne doit pas taire illusion. Ainsi pour l’appellation « employé(e) » largement usitée à Saint-Etienne au XIXe et au XXe siècle. « Employé des Houillères » est une dénomination couramment appliquée à tout salarié des Mines, quel que soit l’emploi effectivement occupé au jour (les ouvriers du fond sont généralement qualifiés de « mineurs » dans les registres). Des mesures précises au milieu du XIXe siècle et à la veille de la Première Guerre ont permis de vérifier que le terme désigne une très forte majorité d’ouvriers au jour, et un groupe très réduit d’employés de bureau, « commis aux écritures » comptables et administratives (sans doute moins de 5 % des salariés des Houillères du Soleil). L’ambiguïté est encore plus constante pour « l’employé du PLM », terme générique appliqué aux cheminots, qu’ils soient ouvriers ou employés administratifs ou commerciaux. Cette utilisation renvoie au statut particulier des salariés des Compagnies Ferroviaires3. Seuls les « mécaniciens » et « chauffeurs » émergent, avec quelques ajusteurs et les chefs de gare, de la masse des « employés du PLM ». Sans doute l’un des tous premiers quartiers français où ont habité des cheminots, le Soleil, adossé au dépôt des machines de Châteaucreux, cerné et pénétré par les embranchements industriels et un faisceau de triage, a en fait une population cheminote résidente ouvrière dans sa presque totalité, les « employés » habitant plutôt « en ville ». De même, si, au XIXe siècle, les femmes travaillant dans la Fabrique stéphanoise (passementerie, velours, tissage) déclarent en général leur spécialité d’ouvrière, le terme d’« employée(en soie) » est très courant dans les recensements du XXe siècle. Imprécision accrue donc, mais partiellement compensée par l’apparition de la colonne « employeur » à partir du recensement de 1906 : elle permet de ne pas douter que la presque totalité des « employées » chez Giron, chez Forest et autres Neyret sont ouvrières dans les activités traditionnelles des ateliers et usines de la Fabrique. Ouvriers et ouvrières forment ainsi l’écrasante majorité de la population active. L’addition de l’ensemble des salariés des Houillères, des métallurgistes, des cheminots, des ouvrières de la Fabrique et des groupes ouvriers masculins ou féminins moins importants donne une moyenne de 83,5 % d'ouvriers sur 19 recensements, taux presque constamment supérieur à 85 % au XIXe siècle. Au XXe siècle, la baisse tendancielle du pourcentage reste relative : 88 % en 1896 ; 85,1 % en 1926 ; 80,8 % en 1946. Elle coïncide avec l’émergence du groupe des « employés » du secteur tertiaire et secondaire, dont l’importance est moins statistique (2 à 4 % de la population active en 1896 ; 10,4 % en 1926 ; 13,3 % en 1946) que sociale. La population active non ouvrière représente un pourcentage moyen de 10 à 15 % du total. Outre les employés, ce sont quelques agriculteurs, en voie de disparition rapide à partir du Second Empire (une douzaine dans chaque recensement, soit 6 % des actifs en 1846 et 0,5 % en 1936), et les commerçants dont le taux est d’une remarquable stabilité entre 6 et 8 % : petits groupes économiquement et socialement étroitement liés à la classe ouvrière. Si certains quartiers stéphanois ont été marqués, pendant une période plus ou moins longue, par une structure socio-professionnelle caractérisée par des groupes d’ouvriers – artisans au statut ambigu nettement distinct du salariat d’usine (passementiers de la Fabrique, armuriers), le Soleil est donc caractérisé par l’importance d’un salariat en augmentation tendancielle par la disparition rapide des passementiers à domicile, le petit nombre d’armuriers indépendants, le caractère restreint du groupe des ouvriers du bâtiment et des artisans métallurgistes (serruriers, forgeurs, maréchaux-ferrants). La catégorie des métallurgistes à leur compte ou artisans connaît cependant un léger regain pendant la Première Guerre : l’économie de guerre a favorisé l’éclosion, dans le quartier, de petits ateliers de sous-traitance des grosses commandes d’obus ou de pièces détachées pour l’arme de guerre. Après la guerre, certains de ces ateliers artisanaux se sont reconvertis dans l’industrie du cycle, alors en plein essor.

11La définition, même rudimentaire, des qualifications d’une population ouvrière à l’échelle d’un quartier et sur la longue durée, est chose peu aisée. Les sources utilisées sont, en effet, loin d’offrir la précision requise pour une approche fine : la profession déclarée ou enregistrée est souvent trop vague pour classer avec certitude l’intéressé parmi les ouvriers qualifiés, peu qualifiés ou sans qualification, sans « métier ». D’autre part, la dénomination des métiers ou emplois a, au regard de la qualification, un sens variable : l’évolution des techniques de production, de l’organisation du travail et des modes de formation professionnelle des ouvriers rend fluctuante la réalité de ce que paraît recouvrir telle ou telle dénomination. Ville industrielle ancienne, dont la population décuple au XIXe siècle sous la pression du développement du charbon, de l’acier et du textile, Saint-Etienne juxtapose dans le même espace urbain des groupes ouvriers très divers. Diversité à la fois dans les secteurs industriels présents et dans les structures de production : de l’industrie dispersée de la Fabrique urbaine et rurale de soierie à l’industrie textile de type manufacturier, également urbaine et rurale ; de la sidérurgie à la métallurgie différenciée, celle-ci ayant pour cadre aussi bien des ateliers artisanaux que quelques grandes manufactures ; activité minière enfin, qui concentre dans le bassin stéphanois, y compris en milieu urbain, des « masses prolétaires » en général beaucoup plus individualisées géographiquement et socialement dans les autres bassins français. Cette juxtaposition, grosse de mobilités et de contradictions, nous paraît être en soi une incitation à l’analyse des qualifications. D’autre part, nombre d’images s’attachent aux différents groupes professionnels, qui tendent à présenter à l’observation extérieure une main-d’œuvre diversifiée mais hautement qualifiée, et donc apte à s’adapter aux mutations technologiques et économiques. Enfin, les qualités et qualifications professionnelles – réelles ou supposées – ont pendant longtemps été projetées sur l’espace urbain, pour qualifier les différents quartiers de la ville, et les attitudes et relations sociales spécifiques qui s’y seraient développées : le Soleil n’a pas échappé à cette projection, comme nous le montrons à maintes reprises dans notre travail.

12L’analyse des qualifications se heurte d’entrée à des problèmes de terminologie pour les deux secteurs d’activité principaux : la mine et la métallurgie. Ainsi, le terme générique de « mineur » recouvre de multiples spécialités puis postes de travail pour lesquels la force physique est au départ – à l’embauche – la seule « qualification » requise. Pourtant le travail au fond exige souvent – ne serait-ce que pour des raisons de sécurité – une expérience et des savoir-faire qui répondent à quelques-uns des critères exigés pour être classé comme ouvrier professionnel : ainsi de certains postes de mineurs (au sens initial de boutefeux s’occupant des explosifs), de cantonniers ou de piqueurs. Force est de considérer la majorité absolue des mineurs comme ouvriers sans qualification (même si certains taux de salaire peuvent se comparer à des taux d’ouvriers qualifiés dans d’autres branches), mais ce ne peut être là qu’une appréciation globale, qui ne rend pas compte de manière satisfaisante d’une situation diversifiée et qui a beaucoup évolué en un siècle. Dans la métallurgie, l’ambiguïté est aussi forte pour des groupes ouvriers numériquement importants, tels les « ouvriers métallurgistes » qui apparaissent pour la première fois dans le recensement de 1876. Il est très difficile d’apprécier l’emploi, et éventuellement le « métier » que recouvre ce terme, les métallurgistes travaillant, de plus, dans des entreprises dont la taille et les productions sont très diverses. Les « armuriers » sont tout aussi délicats à situer. Ils jouissent, à Saint-Etienne d’une réputation de grande qualification professionnelle, qu’ils travaillent à domicile, dans de petits ateliers ou dans les manufactures d’armes. Cette réputation, indéniable pour certains métiers de l’arme (graveurs, dresseurs, basculeurs, etc.) l’est beaucoup moins, nous semble-t-il, pour de nombreuses étapes de fabrication, à domicile ou en atelier. L’appellation d’« armurier » recouvre deux réalités professionnelles très différentes au point de vue de la qualification : elle désigne d’une part une petite minorité d’armuriers qualifiés (dont se souvient la mémoire ouvrière), d’autre part une majorité de métallurgistes embauchés à la Manufacture Nationale au gré de ses programmes de production. Le terme désigne donc moins un métier qualifié qu’un emploi occupé de manière conjoncturelle : l’armurier n’est que l’avatar du métallurgiste sans spécialité. Enfin, l’indication d’une « spécialité » ne signifie pas nécessairement, dans la pratique, qu’il s’agit d’un métier qualifié reconnu comme tel par les employeurs. Si le classement des usineurs et usineuses, qui apparaissent dans le recensement de 1921, se fait sans hésitation dans la catégorie des ouvriers spécialisés, le classement de nombre d’ajusteurs ou fraiseurs dans cette même catégorie peut surprendre : il est pourtant inscrit dans les conventions collectives de 1936, et appliqué, par exemple, à la majorité du personnel d’une entreprise comme la Manufacture Française d’Armes et de Cycles (Manufrance), entre les deux guerres.

13Si on accepte l’hypothèse des mineurs comme ouvriers sans qualification dans leur grande majorité, l’addition des mineurs, des manœuvres et des journaliers montre l’existence permanente d’un groupe nombreux d’ouvriers non qualifiés. A ces groupes anciens s’ajoutent progressivement les « métallurgistes » qui sont sans doute en majorité « ouvriers du métal », et non ouvriers qualifiés : ainsi les armuriers de 1876, ou les usineurs de 1921. Les ouvriers non qualifiés représentant alors une part très importante des échantillons analysés : entre 80 et 90 % au XIXe siècle, entre 70 et 80 % au XXe siècle.

Manœuvres, Mineurs, Métallurgistes et Usineurs (1856-1936)

1856

1876

1906

1936

(a) manœuvres + mineurs

339

927

1068

979

(b) métallurgistes

0

176

132

344

Total (a) +(b)

339

1103

1200

1323

en % de l’échantillon analysé

88,5

90,6

81

72,9

14Nous avons retenu comme ouvriers qualifiés : les forgeurs et forgerons ; les ouvriers indiquant un « métier » de la métallurgie jusqu’en 1906 (pour la métallurgie on passe de 5 dénominations en 1856 à 14 en 1876, 19 en 1906 et 28 en 1936) ; les machinistes, mécaniciens et ouvriers de métier des Ateliers des Houillères et enfin les chefs d’équipe, contremaîtres, sous-gouverneurs et gouverneurs de la mine (groupe trop souvent restreint, dans les recensements, aux seuls (sous-) gouverneurs, ce qui laisse supposer une évidente lacune dans l’enregistrement des contremaîtres). L’addition de ces groupes permet de constater la croissance du pourcentage des ouvriers qualifiés dans la population ouvrière : par exemple, 9,5 % en 1876, 17,9 % en 1906 et 26,5 % en 1936. Ces résultats provisoires ne doivent être considérés que comme des ordres de grandeur. Toutefois, cette esquisse des qualifications permet d’affirmer qu’au Soleil, quartier d’une grande homogénéité sociale, les ouvriers non qualifiés sont constamment majoritaires et que, salariés de la grande industrie capitaliste – symbolisée dès 1840 par le Monopole des Mines – ils répondent largement, tout au long de la période, à la définition classique du prolétariat. Mais en même temps, la cohabitation de groupes professionnels engagés dans des activités industrielles fort diverses, amène à s’interroger sur l’évolution numérique et sociale spécifique de chacun des groupes, et sur les relations de toute nature – y compris les contradictions – qui ont pu s’établir entre eux.

3 – Du côté des hommes : la mine, le travail du métal et le chemin de fer

  • 4 AMSE-OF 2F3, Listes des ouvriers employés dans les mines, (1/11/1832 et 15/5/1833).

15Hameau rural d’Outre-Furan sur le cadastre de 1826, le Soleil n’est cependant déjà plus seulement à cette date l’espace exclusivement agricole qu’il était à la fin du XVIIIe siècle, quand commence l’exploitation artisanale de la houille qui affleure, par excavation ou fendues horizontales : les premiers vrais puits sont foncés en 1817 (Puits du Treuil) et 1821 (Puits St-Louis). Le quartier naît de la mine, et vit, jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre, au rythme de l’exploitation du charbon. Avant même le déblocage foncier et le décollage de la construction immobilière dans les années 1840, l’activité extractive s’empare peu à peu de l’espace agricole, et on peut déjà relever l’existence d’une dizaine de puits et de plusieurs centaines d’« ouvriers charbonniers » (527 en 1833)4.

  • 5 P. Guillaume, La Compagnie..., op. cit.

16Il est difficile de dresser une liste chronologique précise des fonçages de puits et ouvertures de fendues au Soleil au XIXe siècle. La superposition de plusieurs plans de la fin du siècle permet cependant de relever au moins 40 installations dans un cercle de 1000 mètres de rayon dont le centre serait l’église Ste-Barbe du Soleil. Les puits encerclent le quartier et le compénètrent, certains étant installés au cœur même des habitations (puits des Flaches, de la Grande Pompe...). Puits d’extraction (Puits du Treuil, des Flaches, St-Louis, Mars, Verpilleux, etc.), puits d’exhaure ou d’aérage, puits d’entretien ou d’accès secondaire, fendues horizontales ou obliques, dépôts de charbon et de bois de mine, remblais et terrains vagues, ateliers centraux ou des plâtres, écuries du jour et garages des camions et charrettes, fours à coke et bassins de mourre, dédale des embranchements ferroviaires... : la mine occupe la majeure partie du sol, en surface, jusqu’à une date très récente. Quant au sous-sol, il travaille dans tous les sens du terme : après la Deuxième Guerre, le Soleil est le quartier de Saint-Etienne qui reçoit des Houillères les indemnités les plus élevées pour « dégâts de surface », qui vont des innombrables « fendards » et portes et fenêtres disjointes, aux maisons s’enfonçant de plusieurs mètres dans le sol en quelques semaines, avant de s’effondrer ou d’être démolies. Les Houillères sont, en permanence, le plus gros employeur du quartier, bien que l’importance relative de leur personnel aille décroissant tout au long de la période étudiée : de 58 % de la population active en 1846 (les «ouvriers charbonniers » représentent alors 50 % de cette population active) à 22 % un siècle plus tard (dont 14,4 % de mineurs). Après la crise du Monopole des Mines à la fin des années 18405, le Second Empire est une période de forte croissance. Le Soleil devient alors le centre principal d’exploitation de la Société Anonyme des Houillères de Saint-Etienne : on compte 298 ouvriers des mines en 1856 et 883 en 1876. La stagnation puis le déclin affirmé par la crise des années 1880 se lisent dans la diminution du nombre des mineurs dans une population active qui continue à augmenter : on ne compte plus ainsi que 783 mineurs en 1886. La reprise est lente au début du XXe siècle (1039 mineurs en 1901, 1153 en 1911). C’est la guerre, et l’occupation du bassin du Nord-Pas-de-Calais, qui relancent l’exploitation du charbon dans le bassin stéphanois, provoquant un gonflement rapide de la main-d’œuvre employée par les Houillères. Au Soleil le maximum historique est atteint en 1926, avec 1599 ouvriers (dont 2/3 de mineurs de fond). La crise de 1927 brise cette croissance, et amorce un déclin rapide que la Deuxième Guerre et la « Bataille du charbon » ne ralentissent que provisoirement. Il n’y a plus que 880 mineurs en 1936 ; et ils ne représentent plus que le quart environ des actifs du quartier. Déclin dont les conséquences dépassent l’organisation économique, pour atteindre au cœur la structure sociale et la mémoire ouvrière du quartier. La main-d’œuvre employée par les Houillères est à la fois simple dans sa composition globale (manœuvres du jour, mineurs du fond) et complexe dans le détail des emplois, des métiers et des qualifications.

  • 6 ADL, in L. Benoit, Saint-Etienne, notre ville, Temps Actuels, 1982, p. 32.

17Un « Bordereau des Salaires de la Société Anonyme des Houillères de Saint-Etienne » rappelle, en 1919, les multiples hiérarchies de la mine : entre ouvriers du jour et ouvriers du fond, mineurs de charbon et métallurgistes des Ateliers, carbonisateurs de coke et scieurs du Service des Bois, clapeuses et petits aides, on ne recense pas moins de 110 appellations différentes6. Mais, sollicitant la mémoire ouvrière, l’enquête orale a permis de montrer qu’au-delà de cette extraordinaire diversité, la mine est un puissant facteur d’unification du groupe social jusqu’à ce que l’évolution de la politique d’embauche des Compagnies y introduise des ferments de déstructuration, à partir de la Première Guerre.

  • 7 Cf. le gros dossier Jackson : ADL 81 M 15.

18La population du Soleil a toujours compté, dès l'origine, un noyau de métallurgistes, formé lors d’une des étapes de l’aventure industrielle de l’aciériste anglais James Jackson7. Celui-ci s’est d’abord installé à Trablaine, près du Chambon-Feugerolles, puis il déménage en 1820 au Soleil, pour profiter du charbon qui affleure, de petits gîtes de minerai de fer, et d’un ensemble de bâtiments aisément transformables : de « maison de maître avec ferme attenante», la propriété de M. de Bréchignac, négociant stéphanois, devient une « forge à l’anglaise ». James Jackson y reste six ans. Abandonnés en 1830, les bâtiments sont rachetés une quinzaine d’années plus tard par le Monopole qui les transforme en « Hôpital des Houillères » (ou « Hôpital des Mineurs »), fonction maintenue jusqu’à la destruction du Vieux Soleil par le bombardement de 1944. Comme les autres forges à l’anglaise du bassin stéphanois, la forge Jackson fournit de l’acier de qualité utilisé essentiellement dans l’arme (fabrication d’armes blanches, de ressorts, etc.). Le personnel employé (de six ouvriers à une quarantaine en 1826), comprend outre Jackson et ses cinq fils, des ouvriers étrangers anglais et allemands (« fondeurs et affineurs ») et des ouvriers français. Ceux-ci sont à l’origine du groupe des forgeurs installés dans les années 1820 à proximité de l’aciérie et propriétaires de « petites maisons d’habitation avec forge attenante » sur le cadastre de 1826 au Vieux Soleil et à Bérard : une dizaine de familles qui sont autant de dynasties d’ouvriers du fer pendant un siècle, sous l’appellation générique de « forgeurs », qui permet de les dégager d’une masse de « manœuvres » et « journaliers » travaillant dans les principaux secteurs industriels du quartier, sans qu’il soit possible de préciser plus leur appartenance à la mine, à la métallurgie ou au chemin de fer.

  • 8 Voir Michel Staskowiak, Le Quartier du Marais à Saint-Etienne, Maîtrise, AMSE, 1978.

19Il faut attendre la création des usines sidérurgiques et métallurgiques du Marais pour qu’apparaisse réellement un groupe conséquent de métallurgistes, et donc que se constitue numériquement le deuxième groupe professionnel du Soleil. Si les premiers ateliers métallurgiques s’installent au Marais – à deux kilomètres au nord du Soleil – vers 18508, c’est en 1886 que l’usine Barroin y est créée sous l’appellation de « Société des Forges, Fonderies et Aciéries de Saint-Etienne » ; aciérie et forge en 1886, tôlerie en 1890, marteau-pilon en 1895, deuxième atelier de laminage et de tôlerie en 1905, fours électriques en 1906, deuxième aciérie en 1911... Parallèlement, de nombreuses entreprises métallurgiques s’installent à proximité : à côté de « grosses boîtes » comme La Chaléassière, Biétrix-Leflaive ou les Ateliers du Furan, on relève en 1906 plusieurs dizaines de petits ateliers métallurgiques et mécaniques dont les productions sont très variées, de la machine-outil au cycle, de l’arme à la quincaillerie : ainsi l’Engrenage, Gauthier, Jussy, etc. Entre la ville et le Marais, la Manufacture Nationale d’Armes de Saint-Etienne (la «Manu»),«Manu»), est également un important établissement métallurgique, dont l’activité se caractérise par de brutales fluctuations de la main-d’œuvre, au gré des commandes d’armement découlant elles-mêmes du contexte politique national et international, et des grands programmes d’équipement de l’armée française. Ces fluctuations sont une constante depuis le regroupement d’ateliers dispersés dans la ville – selon une organisation de 1'espace de production proche de celui de la Fabrique de soieries – en un seul édifice entre 1866 et 1869 ; ce regroupement met du même coup fin au système des « entrepreneurs » sous-traitant les grosses commandes. Celles-ci entraînent l’embauche massive de milliers de « manuchards » (en 1866 pour la production de fusil Chassepot ; en 1874 pour le fusil Gras, en 1886 pour le fusil Lebel, en 1905 pour la mitrailleuse dite « St Etienne APX », etc.) suivie, quelques mois ou quelques années après, de débauchages non moins importants : en novembre 1872, à la fin de la production des Chassepots, la Manufacture renvoie environ les deux tiers de son personnel soit 3 à 4 000 ouvriers ; même ampleur en 1892, pour la fin du Lebel. Pour absorber ces à-coups, la Manufacture s’est équipée très tôt d’un parc important de machines-outils, sur lesquelles travaillent des « armuriers » qui sont de toute évidence les ancêtres directs des usineurs et O.S. – hommes et femmes – de la Première Guerre. Le développement concomittant de la sidérurgie et de la métallurgie différenciée au Marais, et de la Manufacture Nationale en bordure du même quartier, explique ainsi la part croissante des ouvriers du métal dans la population active du Soleil, l’un des quartiers les plus proches de ces établissements industriels.

Un quartier encerclé par l’espace de la mine – Le Soleil, vu du talus du chemin de fer (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle)

20Dès les années 1830, le chemin de fer trace nettement les limites du « Soleil utile » : à l’est par la ligne Pont-de-l’Ane-Andrézieux (1827), à l’ouest par le « port-à-sec » de Châteaucreux (1830), construit malgré les protestations de la municipalité d’Outre-Furan ; celle-ci craint, à juste titre d’ailleurs, que cette gare, ultérieurement prolongée par la ligne Saint-Etienne-Le Puy, ne coupe la commune en deux, et n’isole en particulier, par une barrière physique assez étanche, le Soleil de la ville (à laquelle il n’est plus relié que par un passage à niveau, plus tard remplacé par un passage souterrain sous le talus du chemin de fer). Le développement précoce du transport du charbon par voie ferrée – le Soleil est autant sillonné d’embranchements miniers qu’il est percé de puits de mines – ; la croissance du trafic voyageurs à la gare de Châteaucreux après l’ouverture de la ligne Saint-Etienne-Lyon (1832) ; l’importance régionale du dépôt des machines avec ses deux rotondes et les ateliers d’entretien qui les jouxtent ; l’importance aussi du faisceau de triage des wagons au Pont-de-l’Ane, au sud du quartier : autant d’éléments qui font de la Compagnie du Chemin de Fer de Saint-Etienne à Lyon, à laquelle succède le PLM, lui-même complété par la Compagnie des Chemins de Fer Départementaux (CFD), le troisième employeur du quartier. Les cheminots représentent au minimum 5 à 7 % de la population active dans la seconde moitié du XIXe siècle : une partie des «journaliers» sont sans doute attachés constamment à la Compagnie sans que cela apparaisse dans les recensements. Au XXe siècle, le pourcentage est assez stable autour de 10 % de la population active (9,3 % en 1896 ; 10,4 % en 1946), ce qui correspond à une croissance numérique assez régulière. Les ouvriers qualifiés, mécaniciens et chauffeurs de route, ou forgeurs et ajusteurs du dépôt, y sont toujours nettement minoritaires. Quant aux employés des guichets et bureaux, ils sont peu nombreux à résider au Soleil avant la construction de deux cités PLM dans les années 1920.

21La totalisation des salariés de la mine, de la métallurgie et du chemin de fer laisse un reliquat constant de 10 à 15 % d’actifs ouvriers. La moitié d’entre ont sont des « manœuvres », « journaliers », « hommes de peine » et autres voituriers qui, à partir de 1906, déclarent dans la colonne employeur : « aucun en particulier », « divers », « plusieurs », « néant », « variable », « à son compte », ou même « ne sait pas ». Il ne fait cependant guère de doute que tous travaillent dans l’un ou l’autre des trois principaux secteurs précités, et accessoirement dans les carrières et le bâtiment, au gré de l’embauche... ou du chômage. Ils sont la partie stable du « volant de main-d’œuvre » de l’industrie ancienne, grosse dévoreuse d’hommes, avec les travailleurs saisonniers, les enfants et plus tard les travailleurs étrangers – avec lesquels ils tendent d’ailleurs à se confondre dans l’entre-deux-guerres. Les fiches de ménages reconstitués font apparaître que le statut de journalier ou de manœuvre est largement partie intégrante des « carrières » ouvrières, que ce soit à la mine, dans la métallurgie ou au chemin de fer, et ce jusqu’à la Première Guerre. Quant à la diminution du nombre des journaliers-manœuvres dans l’entre-deux-guerres, elle coïncide avec le développement du groupe des usineurs-ouvriers spécialisés. Les carriers et tailleurs de pierre sont quelques dizaines, au XIXe siècle, à travailler dans les carrières de grès houiller de la Roche du Soleil et de Méons. Les «équarrisseurs» et les manœuvres ou ouvriers carriers sont d’origine locale ou régionale. Quant aux « tailleurs de pierre », ils sont presque tous creusois ou limousins, et l’on peut suivre leur activité spécifique sur plusieurs générations, de même que dans quelques familles piémontaises. Tous salarient prioritairement des « pays ». Quand l’emprise foncière des Houillères étouffe les carrières, les ouvriers et artisans carriers s’embauchent dans les mines, comme ouvriers au jour ou au fond. Certains artisans accèdent aux responsabilités de sous-gouverneur, voire de gouverneurs. Ces titres recouvrent souvent, jusqu’à la fin du XIXe siècle, un statut et des comportements plus proches de la petite entreprise que du salariat : sous-gouverneurs et gouverneurs obtiennent fréquemment la responsabilité de travaux de mine par marchandage. Ils négocient avec la Compagnie des Mines un prix global pour les travaux à effectuer, puis recrutent et salarient eux-mêmes une équipe d’ouvriers. Ces pratiques facilitent, à l’évidence, les possibilités de retour ultérieur au statut d’artisan petit patron dans le Bâtiment ou les Travaux publics ; elles permettent aussi d’accéder au petit commerce, l’achat d’une boutique renvoyant à une certaine aisance financière.

22Les ouvriers du bâtiment oscillent eux aussi constamment entre le salariat (« ouvrier maçon » chez de petits entrepreneurs ou aux Houillères) et le travail artisanal (« maçon à son compte », « entrepreneur en maçonnerie »), selon les aléas de la conjoncture. Ce va-et-vient entre le pôle salarial et le pôle de la petite entreprise se retrouve dans d’autres branches comme le travail du fer : les traditions structurelles de la nébuleuse métallurgique stéphanoise permettent ainsi à nombre de forgeurs – d’être successivement artisans en atelier, salariés des mines ou de l’armée, ouvriers à domicile sous-traitants, etc. ; et ce, tout au long de la période étudiée. Perméabilité des limites sociales entre classe ouvrière et petite bourgeoisie qui caractérise également les quelques passementiers, propriétaires de leur « fabrique » de deux à trois métiers à tisser les rubans, et qui sont installés au Soleil dès le début du XIXe siècle. Pour eux cependant, l’esquisse d’une situation qui aurait pu être comparable à celle du quartier de Côte-Chaude – quartier mixte de passementiers-propriétaires et de mineurs-locataires – est vite bloquée au Soleil par la très forte croissance des activités extractives puis sidérurgiques, grosses génératrices d’une poussière toujours dénoncée par les passementiers. À la fin du XIXe siècle, les passementiers à domicile ont presque disparu du Soleil à une ou deux exceptions près ; les passementiers ou tisseurs sont alors des ouvriers travaillant en ville, par exemple sur la colline de Crêt-de-Roch.

4 – Du côté des femmes : le travail occulte

  • 9 Une note introductive pour l’organisation du recensement de 1891, où la population était classée p (...)
  • 10 M. Perrot, Introduction à « Travaux de femmes », Le Mouvement Social no 105, oct. déc. 1978.

23Si une marge d’incertitude subsiste toujours dans l’approche quantitative du travail masculin, elle reste faible par rapport à celle qui caractérise la mesure du travail des femmes. Pour celui-ci, la fiabilité des données chiffrées est très relative : elles ne peuvent être qu’un cadre indicatif général. Les principales sources écrites utilisées en histoire sociale, et en particulier pour l’histoire des femmes, sont en effet, largement tributaires des présupposés idéologiques et sociaux qui ont présidé à leur élaboration. Ainsi, dans les listes nominatives des recensements quinquennaux, les colonnes « profession » ou « activité » sont, pour les femmes, trop souvent occupées par des guillemets ou un « id(em) » paradoxal. Quand il existe deux colonnes distinctes pour le « rapport au chef de famille » et pour la «profession », il est fréquent que la mention manuscrite de la première colonne (« son épouse », « sa femme », « veuve », etc.) empiète largement sur la seconde : débordement qui traduit surtout, de la part de l’État recenseur et de ses scribes, la conception d’un travail féminin comme appendice quasi négligeable du statut social de la femme – fille, épouse, veuve, mère – par rapport à l’homme, investi, par le Code Civil et les pratiques sociales, du statut de chef de famille9. Ce non-enregistrement du travail féminin a pu être vérifié à Saint-Etienne par le croisement des indications des listes nominatives et des vies de travail reconstituées à partir des sources orales et de sources écrites variées (archives fiscales, notariales, d’entreprises ; listes électorales de 1946). Dans l’état civil, les actes de mariage indiquent parfois la profession de l’épouse : indication sujette à caution, car l’activité déclarée est celle de la jeune fille, ce qui ne préjuge en rien de la continuation de l’activité après le mariage. De même, l’absence d’indication dans l’acte renvoie souvent à la non-déclaration, à la non-prise en compte de certaines formes du travail féminin (travaux de l’aiguille à domicile, par exemple), voire à leur occultation volontaire par les femmes elles-mêmes. D’autre part, les statistiques élaborées à partir de ces sources présentent des coupes chronologiques dans les taux d’activité : outil statistique adapté à une main d’œuvre masculine travaillant de façon continue, mais qui ne permet pas d’apprécier l’évolution longitudinale des flux d’entrée et de sortie qui caractérisent le travail des femmes. Pour celui-ci, « activité » et « inactivité » apparaissent comme des catégories statistiques inadaptées. Le recours à l’enquête orale exige également une grande prudence. Dans tous les discours recueillis, masculins et féminins, la négation de la réalité du travail féminin est un leitmotiv érigeant en principe l’ancrage de l’existence des femmes dans le « mode de production domestique », qui transcende la diversité des générations et des situations vécues : « Autrefois, les femmes ne travaillaient pas et élevaient leur famille », dit ainsi Mme Garrot, née en 1896, épouse de métallurgiste, un enfant, ouvrière en usine de 1910 à 1927, ouvrière à domicile et employée à mi-temps de 1928 à 1932, épicière de 1932 à 1947, ouvrière à domicile de 1947 à 1951, cuisinière de cantine de 1951 à 1971... Affirmation initiale péremptoire, dont les exemples pourraient être multipliés, et qui confirme que « la valorisation abusive, mais signifiante, du travail productif au XIXe siècle » a érigé en seules « travailleuses » les salariées ayant eu des carrières professionnelles relativement continues10. Et, au vrai, le terme de « travail » ne paraît souvent s’appliquer qu’aux activités masculines travail productif continu, salarié, en atelier ou au puits. Pourtant, au Soleil comme dans l’ensemble de la ville, les femmes travaillent : au XIXe siècle avec de fortes fluctuations du taux d’activité, imputables aux modes d’enregistrement et aux crises cycliques de la Fabrique stéphanoise ; au XXe siècle de manière croissante, en valeur absolue et en valeur relative dans la population féminine et dans la population active totale (cf. annexe no 5).

  • 11 Sur l’espace de la Fabrique stéphanoise, cf. A. Vant, Imagerie et Urbanisation, 1981.

24Les trois quarts des actives jusqu’à la Première Guerre, les deux tiers ensuite, sont ouvrières. La ventilation sectorielle des emplois permet de souligner le poids des secteurs traditionnellement féminins : la passementerie – tissage des rubans de soie – et le textile emploient 80 % des ouvrières et les deux tiers des actives au début du siècle ; 74 % des ouvrières et la moitié des actives à la veille de la Deuxième Guerre. Les multiples métiers de la soierie et de la passementerie sont le domaine exclusif des femmes, qui sont dévideuses, ourdisseuses, canetteuses, cartonnières, échantillonneuses passementières, rattacheuses, plieuses, auneuses, apprêteuses, « ouvrières de magasin », ou encore « employées de fabrique ». Bien qu’il soit impossible de le cartographier avec précision avant 1906, l’espace du travail des ouvrières en soie est bien caractérisé : c’est l’espace de la Fabrique, qui aligne dans quelques rues du centre ville les magasins des fabricants, et regroupe dans quelques quartiers hauts (Valbenoîte, Tardy, Crêt-de-Roch, Côte-Chaude) les ateliers des passementiers11. Le textile (autre que la soierie) emploie environ un quart des actives avec d’importantes variations. Les ouvrières du textile se répartissent, pour autant qu’on puisse en juger, pour les deux tiers dans le tissage et pour un tiers dans la confection. Le tissage est une activité du centre ville, avec en particulier l’importante usine de velours des frères Giron, à la Richelandière, créée en 1826, principaux employeurs des ouvrières du Soleil au XIXe et au XXe siècles. La confection, dans ses multiples spécialités (couturières, giletières, culottières, pompières, casquetières, tailleuses, modistes) se partage entre l’activité à domicile « à façon », le travail dans de petits ateliers du quartier (une patronne et deux ou trois ouvrières) et le travail « en ville », près de la place du Peuple et de la place Marengo. Mais les chiffres relevés sont sans doute bien loin de la réalité sociale. Les métiers féminins de l’aiguille sont, du XIXe siècle à nos jours, largement sous-estimés, sous-enregistrés et sous-déclarés, essentiellement à cause de l’importance du travail à domicile ou dans de petits ateliers difficiles à repérer. Parmi les femmes que nous avons interrogées lors de l’enquête orale, et qui n’ont « pas eu d’activité professionnelle après leur mariage », il n’en est pratiquement aucune qui n’ait pas travaillé, au moins « un peu » dans la confection à domicile (couturières, giletières, doubleuses...) pour une clientèle de voisinage ou pour des magasins du centre-ville. Il est facile de conclure qu’un abîme sépare la réalité de cette activité de l’aiguille de sa transcription administrative ou fiscale, et ce sur la longue durée. La remarque vaut aussi pour les femmes travaillant à l’entretien du linge, blanchisseuses et repasseuses surtout. La gamme des métiers des autres ouvrières (de 10 à 25 % des actives selon les périodes) est en fait assez réduite : mécaniciennes de la chaussure ; ouvrières chocolatières (chocolateries Weiss, Poulain, Casino) ; ouvrières non qualifiées du papier-carton (brocheuses, piqueuses) ou de l’imprimerie ; « ouvrières d’industrie » ou « journalières » travaillant, par exemple, dans la parfumerie, la minoterie, la chimie, etc. Deux secteurs plus particuliers retiennent l’attention : la mine, et la métallurgie.

25La mine est, par excellence, une industrie d’hommes. Dans la mémoire ouvrière, la force physique et la permanence du danger au fond valorisent, de manière constante jusqu’à la Deuxième Guerre au moins, les carrières masculines. Au XIXe comme au XXe siècle, les clapeuses, ouvrières employées au triage du charbon, sont très peu nombreuses dans les recensements et les actes d’état civil. Le sous-enregistrement est manifeste, comme le montrent archives des Houillères, témoignages oraux et des sources iconographiques rares, mais précieusement conservées dans les familles de mineurs. Ce sous-enregistrement résulte très clairement d’une non-déclaration par les intéressées, ou d’un travestissement de l’emploi effectivement occupé à la mine. L’image attachée au travail des fermmes à la mine est effectivement très négative : « métier de pauvresse », « travail de crève-la-faim », etc.

26Jusqu’au début des années 20, c’est-à-dire jusqu’à leur remplacement par des manœuvres immigrés (marocains et Kabyles surtout, les plus méprisés), les femmes ne sont donc pas exemptes des travaux de force à la mine : quand elle débute au puits Saint-Louis, au Soleil, en 1906 – elle a alors 13 ans et travaille avec sa mère, veuve –, madame Perrin remplit des wagons en transportant, 10 heures par jour, des couffins de charbon sur l’épaule. Les clapeuses, souvent filles ou veuves de mineurs morts au fond, sont l’objet, à l’époque comme aujourd’hui, d’une commisération méprisante. Travaillant « chez les hommes » (sic), faisant « un travail grossier », et « connues comme le loup blanc » parce qu’elles quittaient leur poste couverte de poussière, elles sont bien loin des « métiers propres » comme la passementerie, et des matières délicates assignées aux femmes, en particulier la soie. Les femmes travaillant dans la métallurgie apparaissent peu dans les recensements avant la Première Guerre : quelques polisseuses ou tourneuses entre 1876 et 1906. Elles ont sans doute été plus nombreuses que cela, en particulier dans l’arme (vernisseuses et quadrilleuses de la crosse et du fût, strieuses de canons...), dans le cycle naissant (fileteuses, émailleuses,...) ou dans la petite métallurgie (polisseuses, ébarbeuses...). Pendant la Première Guerre, de nombreuses femmes du Soleil rentrent – provisoirement – dans la métallurgie, à la fabrication des munitions et des armes individuelles. Elles connaissent souvent des « retours à la maison» difficiles en 1918 et 1919. Mais, dès le milieu des années 20, on peut repérer l’émergence d’un groupe de quelques dizaines d’ouvrières du métal, pour la plupart usineuses dans le cycle (chez Haubtmann, au Soleil, « chez Mimard », etc.) ou la petite métallurgie (chez « l’Engrenage », par exemple). Enfin, c’est à la veille de la Première Guerre, plus tardivement à Saint-Etienne que dans d’autres villes françaises, qu’apparaissent les employées de commerce, ou des bureaux et administrations : au Soleil, une active sur 20 au début du siècle, une sur 10 en 1911, une sur 5 dans les années 30. Par leur participation accrue à la métallurgie et à un secteur tertiaire encore modeste – et à bien des égards étroitement lié à la classe ouvrière – les femmes s’inscrivent nettement dans les mutations socio-professionnelles de l’espace économique stéphanois de la période étudiée.

27Quelle que soit l’échelle retenue, les temps du travail féminin ne peuvent être analysés de la même manière que ceux des hommes, dont l’activité professionnelle est caractérisée, sauf exception, par la continuité entre la première embauche et la mise à la retraite. Au contraire, le temps du travail des femmes est caractérisé par la discontinuité : principalement liée aux étapes du cycle de vie, elle rend délicate la constitution des biographies professionnelles féminines. Le statut matrimonial est l’une des variables les plus faciles à distinguer quant à ses incidences sur les taux et les secteurs d’activité. Au Soleil, par exemple, plus de la moitié des actives sont des jeunes filles ou des jeunes femmes non mariées. Les tranches d’âge 15-19 et 20-24 ans fournissent ainsi plus des deux tiers des ouvrières de la soierie et du textile, que ce soit dans les petits ateliers familiaux ou dans les usines de tissage. La part des femmes chefs de ménage dans la population active augmente légèrement entre 1900 et 1950. Au XIXe comme au XXe siècle, la presque totalité des femmes célibataires travaillent. Pour les veuves, toujours nombreuses dans les quartiers de mineurs, une des solutions les plus couramment adoptées jusqu’à la fin des années 20 est de prendre des pensionnaires, en louant quelques lits à la main-d’œuvre saisonnière des mines, régionale jusqu’en 1914, étrangère ensuite. Le pourcentage d’ouvrières est relativement faible chez les chefs de ménage, même si nombre de célibataires manient l’aiguille, ou travaillent dans la passementerie. Commerçantes, les chefs de ménage continuent souvent une activité commencée avant le veuvage. Mais elles sont de plus en plus souvent, au XXe siècle, « demoiselles » des bureaux et magasins dans l’administration, les banques, le commerce ou certaines entreprises comme la Manufacture Française d’Armes et de Cycles (Manufrance). Enfin, environ une femme mariée sur 5 déclare exercer une profession dans les recensements de la première moitié du siècle ; après le mariage, et plus encore après la naissance du premier enfant, seule une minorité de femmes mariées travaillent, comme ouvrières (deux tiers des actives), commerçantes ou employées.

5 – Les commerçants : un groupe hétérogène, proche de la classe ouvrière

28Le groupe des commerçants représente 7 à 8 % de la population active du Soleil au XIXe siècle, 5 à 6 % après la Première Guerre. Sur la longue durée, et en particulier jusqu’en 1914, les registres de patente, les listes nominatives des recensements et la reconstitution des ménages et des familles permettent de distinguer assez nettement trois groupes de commerçants. Les critères de classement dans l’une ou l’autre catégorie sont le degré d’engagement dans l’activité commerciale (activité principale ou annexe, pour un temps court ou sur plusieurs générations, etc.), la nature du commerce et son importance économique, mesurée à partir du montant de la patente et des impositions diverses. Au bas de la hiérarchie économique et sociale, se trouvent les commerces ouvriers : 1/5 à 1/4 des boutiques entre 1850 et 1914. Ouvrier, le chef de famille est responsable en titre de la boutique et du paiement de la patente ; mais il garde son emploi de salarié d’industrie (2/3 de mineurs, 1/3 de métallurgistes), et la boutique est gérée par son épouse. Il s’agit pour moitié de débits de boisson (buvettes, cabarets « porte-pots »), pour un tiers d’épiceries (« épicières regrattières »), et de merceries-bimbeloteries. La durée de vie de ces boutiques est difficile à estimer, mais la précarité paraît bien être la règle générale. Cette instabilité doit être analysée, nous semble-t-il, en relation avec les conditions générales du travail féminin dans la ville industrielle : les rythmes fondamentaux de l’activité professionnelle féminine dépendant, en particulier, du statut matrimonial, de la structure et de la taille de la famille, se retrouvent aisément dans l’activité boutiquière. Les boutiques ouvrières sont sans doute à relier moins à des stratégies de mobilité sociale vers la petite bourgeoisie, qu’aux formes spécifiques de mise au travail des femmes dans le groupe ouvrier considéré. La boutique est une des dimensions possibles de l’économie familiale, qui peut être préférée – par le mari souvent – au travail à domicile ou au travail en atelier aux horaires incommodes. L’organisation des boutiques, auxquelles le logement est presque toujours attenant, permet de concilier travaux ménagers et gestion de la boutique, considérée comme appoint au revenu salarial masculin. Il est finalement assez rare que les boutiques ouvrières préparent une reconversion de l’activité masculine, sinon pour des travailleurs âgés terminant leur carrière professionnelle en s’occupant d’une petite boutique achetée peu avant la retraite, et jusque-là gérée par l’épouse.

29La majorité des commerces du quartier sont des boutiques modestes, parmi lesquelles dominent les débits de boissons (30 à 40 % des commerces sur un siècle) et les épiceries (40 à 45 %). Si les premiers sont majoritairement gérés par des hommes, l’épicerie est le domaine des femmes, de même que les merceries, et qu’une partie des commerces ambulants. L’instabilité chronique caractérise ces « commerces de menue mercerie », « de tissus communs sans assortiment », ces « épiceries regrattières ». Les fondements financiers fragiles, l’endettement lors de l’achat du fonds, la faiblesse du chiffre d’affaires et des bénéfices dégagés, l’importance chronique des impayés par une clientèle très modeste achetant à crédit, la revente difficile de la boutique : autant de facteurs cumulés qui expliquent la rotation rapide des gérants (et surtout des gérantes). Là encore, il est assez difficile de cerner, au moins jusqu’à la Grande Guerre, les limites entre salariat et petite entreprise, tant les passages de l’un à l’autre sont fréquents, au gré des situations familiales et de la conjoncture économique locale : les périodes de forte immigration dans le quartier, telle la Première Guerre, sont ainsi très favorables à l’éclosion de nouvelles boutiques, au premier rang desquelles les débits de boisson, souvent associés à la location de chambres meublées. Le « haut du pavé » est représenté par la trilogie marchands de vin/bouchers/boulangers. Métiers d’hommes, même si les femmes participent très souvent à l’activité de vente à la clientèle, dans le cas des boucheries et boulangeries. Petites entreprises employant fréquemment des salariés : mitrons, garçons-bouchers, commis... La base économique de ces trois commerces tranche avec celle des boutiques précitées : par l’importance des patentes (5 à 10 fois plus élevée, au XIXe siècle, que la patente moyenne de l’ensemble des commerces) ; par le volume des impositions diverses qui renvoient essentiellement à la fortune foncière et immobilière : impôt foncier, impôt des portes et fenêtres, etc. Ces commerçants sont peu nombreux : les marchands de vin en gros (ils sont presque toujours, en même temps, cabaretiers-débitants) sont une demi-douzaine sous le Second Empire (pour 3 à 4 000 habitants), une douzaine entre 1880 et 1930 ; dans les mêmes périodes, les bouchers sont respectivement une dizaine et une quinzaine, les boulangers 9 (en 1875) à 11 (en 1925). Mais au-delà de ces chiffres bruts, il conviendra de souligner la place de cette trilogie – dominée financièrement par les marchands de vin – dans la reproduction sociale : c’est essentiellement autour d’elle que se forment les dynasties commerçantes s’appuyant sur la transmission des fonds, la propriété immobilière et des alliances matrimoniales favorisant la continuité de l’activité commerciale. Si la petite bourgeoisie existe dans le quartier ouvrier, c’est certainement autour du petit commerce qu’il faut la chercher, plus qu’autour d’artisans ou d’un certain nombre d’ouvriers qui oscillent, au XIXe comme au XXe siècle, entre le salariat et la petite entreprise.

Notes

1 Cf. ses topographies médicales hygiénistes, AMSE 51 et 9C (1888-1911).

2 J. Schnetzler, in Saint-Etienne, Notes et Etudes Documentaires, no 4030-32, la Documentation Française, oct. 1973, p. 29.

3 Cf. G. Ribeill, Les Cheminots, la Découverte, 1984, 128 p.

4 AMSE-OF 2F3, Listes des ouvriers employés dans les mines, (1/11/1832 et 15/5/1833).

5 P. Guillaume, La Compagnie..., op. cit.

6 ADL, in L. Benoit, Saint-Etienne, notre ville, Temps Actuels, 1982, p. 32.

7 Cf. le gros dossier Jackson : ADL 81 M 15.

8 Voir Michel Staskowiak, Le Quartier du Marais à Saint-Etienne, Maîtrise, AMSE, 1978.

9 Une note introductive pour l’organisation du recensement de 1891, où la population était classée par professions, rappelle que « la femme, lors même qu’elle aiderait son mari dans sa profession, devra être classée à la famille, à moins qu’elle n’ait elle-même une profession distincte » (ADL, 54 M 8, 1891).

10 M. Perrot, Introduction à « Travaux de femmes », Le Mouvement Social no 105, oct. déc. 1978.

11 Sur l’espace de la Fabrique stéphanoise, cf. A. Vant, Imagerie et Urbanisation, 1981.

Table des illustrations

Légende Un quartier encerclé par l’espace de la mine – Le Soleil, vu du talus du chemin de fer (Carte postale, vers 1910, coll. Personnelle)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search