Version classiqueVersion mobile

Le Soleil noir

 | 
Jean-Paul Burdy

Introduction

Note de l’auteur

N.B. Cet ouvrage est la version abrégée d’une thèse d’Histoire pour le Doctorat de l’Université Lumière-Lyon 2, préparée au Centre Pierre Léon d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise (URA 223 du CNRS). Nous renvoyons au tapuscrit original (3 vol. ; 1175 p., janvier 1986) pour le texte complet et en particulier pour les développements méthodologiques et l’appareil scientifique.

Pour préserver l’anonymat des témoins interrogés et des familles reconstituées, tous les patronymes utilisés ici ont été choisis parmi les plus courants de l’annuaire téléphonique de Saint-Etienne. Toute coïncidence patronymique avec des personnes existantes ou disparues est donc le fait du hasard.

Texte intégral

L’approche historique d’un quartier ouvrier stéphanois

1Si certains quartiers de grandes villes françaises (la Croix-Rousse à Lyon, Belleville ou la Goutte-d’Or à Paris...) ou étrangères (le Borgo San Paolo à Turin, Moabit ou Wedding à Berlin, Whitechapel à Londres...) ont une dimension presque légendaire dans l’histoire populaire et du mouvement ouvrier, le quartier stéphanois – par définition quartier ouvrier d’une ville « vouée à l’industrie » – a lui aussi une dimension quasi mythique dans l'historiographie locale. À Saint-Etienne, l’héritage de la Première Révolution industrielle est lisible dans les espaces et les architectures, et le passé économique et social imprègne encore, dans une certaine mesure, comportements et mentalités d’une partie de la population. Certaines images y sont particulièrement tenaces, inscrites à la fois dans les paysages urbains et dans la mémoire collective populaire :

  • autour des industries en voie de disparition accélérée depuis une ou deux décennies : la mine, la passementerie et le travail du métal dans sa diversité, de l’arme à la sidérurgie ;

  • autour des groupes ouvriers compacts nés de ces industries : passementiers, armuriers, mineurs, etc. ;

  • autour des quartiers ouvriers et de leurs sociabilités : quartiers qui, dans l’historiographie contemporaine, sont des microcosmes de la ville, présentés comme des réalités socio-économiques et culturelles homogènes, y compris dans leurs clivages idéologiques anciens : ils apparaissent, dès lors, comme des « villages ouvriers » dans la ville.

  • 1 D. Mandon, Les Barbelés de la culture, Saint-Etienne, ville ouvrière, 1976.
  • 2 A. Vant, Imagerie et Urbanisation - Recherches sur l’exemple stéphanois, 1981.

2Face à la force de ces images, et au sentiment d’appartenance au quartier qui s’exprime quasi spontanément dans la classe ouvrière stéphanoise traditionnelle, et après des sociologues comme Daniel Mandon1, ou des géographes comme André Vant2, nous nous sommes donc intéressé à un de ces quartiers comme territoire et comme groupe social. Du territoire, nous avons fait l’inventaire spatial, foncier, immobilier et architectural. Mais nous avons privilégié l’approche sociale, en nous attachant successivement à cerner la formation du groupe ouvrier, et à analyser ses manières de travailler, d’habiter le quartier, et de développer des relations de sociabilité. Les formes matérielles de la ville n’ont d’intérêt que par l’usage, ou les usages, qu’en font ses habitants. Pour nous, le tissu urbain est d’abord tissu social : il s’agit donc explicitement, de notre part, d’une démarche d’anthropologie historique dans une fraction de l’espace urbain stéphanois, le quartier étant considéré comme espace de la ville, beaucoup plus que comme espace dans la ville. Par le croisement permanent des sources écrites et des sources orales, nous avons voulu mettre en évidence la construction historique du sentiment d’appartenance et de l’identité sociale. Identité qui s’exprime dans la mémoire individuelle et collective, mais aussi dans les relations établies par les différentes catégories ouvrières entre elles ; ou encore dans les rapports de sexe que l’espace rend lisibles, au delà de la distinction bien établie, mais largement tautologique, entre « le public » et « le privé ».

Le Soleil, un quartier noir

3Avec Valbenoîte, Montaud et Côte-Chaude, le Soleil est l’un des vieux quartiers ouvriers stéphanois. Jusqu’à son « décollage industriel», vers 1840, c’est, au nord-est de la ville, un hameau semi-rural de la commune d’Outre-Furan, née en 1790 et rattachée à Saint-Etienne en 1855. C’est un quartier topographiquement et économiquement bien délimité : derrière la colline très escarpée de Crêt-de-Roch (« vouée à la passementerie », comme toutes les hauteurs), il est bâti sur un bombement géologique, et domine légèrement une zone plane mal drainée qui va du Monteil au sud, au Marais au nord. Les obstacles topographiques qui l’isolent du centre-ville ont été très tôt accentués par une double enceinte ferroviaire (le premier chemin de fer français part du Soleil en 1827) et minière (de 1840 à 1970, le quartier est littéralement encerclé par un glacis de terrains miniers). C’est aussi un quartier socialement qualifié : on en parle comme d’un « quartier de mineurs », ou « de mineurs et de métallurgistes ». L’argument a été important – l’une de nos interrogations portant sur la place des mineurs dans la ville –, une formation sociale hétérogène permettant par ailleurs d’apprécier l’articulation des groupes ouvriers entre eux : Saint-Etienne juxtapose ou imbrique, en effet, des industries et des groupes ouvriers à bien des égards antagoniques, et rarement réunis dans un même ensemble urbain, au moins en France.

* Puits de mine foncés au XIXe siècle – Plan du quartier du Soleil vers 1900

4C’est enfin un quartier qui, dans sa morphologie et son paysage, n’a guère évolué depuis le début du siècle. Gravement touché par le bombardement américain du 16 mai 1944, il a largement été restauré « à l’identique » : il faut attendre la fin des années 1970 pour que des opérations de rénovation et de nouvelles constructions modifient réellement le paysage urbain. Nous avons donc pu vérifier sur le terrain, tout au long de notre travail, certaines de nos hypothèses sur l’espace bâti et vécu.

  • 3 Cf. P. Guillaume. La Compagnie des Mines de la Loire (1846-1854), PUF, 1966.

5Le champ chronologique de l’étude (des années 1840 aux années 1940) découlait de ces trois éléments et de facteurs coïncidant : en 1846 se forme la célèbre Compagnie des Mines, dite du Monopole3, qui restructure l’exploitation de la houille, et organise un déblocage foncier permettant la construction d’un véritable quartier de mineur. 1946 est l’année du dernier recensement nominatif accessible aux Archives, qui permet de faire le point sur la situation sociale à la veille d’une mutation économique tout aussi fondamentale qu’en 1846 : la fermeture des puits, passée la « Bataille de la production» de l’immédiat après-guerre. Les Houillères nationalisées ferment les puits secondaires à partir de 1950, les puits principaux en 1960. Le point final – et symbolique – se situe en 1970, quand est abattu le chevalement du puits St-Louis, foncé en 1821, et puits principal du quartier pendant un siècle.

  • 4 Le toponyme résulte, en réalité, de la déformation du patronyme d’une famille de propriétaires fonc (...)

6Faut-il enfin reconnaître que le nom même du quartier n’a pas été indifférent à notre choix : le Soleil était l’un des quartiers les plus sombres de la « ville noire », au point qu’à tout un chacun à Saint-Etienne est convaincu qu’il a été ainsi dénommé par dérision4. Dès la première page de Ville Noire, Jean Gabriel fonde sur cette étymologie révélatrice sa description du Soleil, cadre de ce roman populiste publié en 1948. D’une certaine manière, notre titre entérine la légende, et ne doit rien au bétyle d’Héliogobale...

LE QUARTIER DU SOLEIL A SAINT-ETIENNE Carte IGN 1 : 50 000
©IGN 1989 – Autorisation n° 50 – 9043

Notes

1 D. Mandon, Les Barbelés de la culture, Saint-Etienne, ville ouvrière, 1976.

2 A. Vant, Imagerie et Urbanisation - Recherches sur l’exemple stéphanois, 1981.

3 Cf. P. Guillaume. La Compagnie des Mines de la Loire (1846-1854), PUF, 1966.

4 Le toponyme résulte, en réalité, de la déformation du patronyme d’une famille de propriétaires fonciers, attesté à l’époque moderne, les Solier ou Soliez.

Table des illustrations

Légende * Puits de mine foncés au XIXe siècle – Plan du quartier du Soleil vers 1900
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende LE QUARTIER DU SOLEIL A SAINT-ETIENNE Carte IGN 1 : 50 000©IGN 1989 – Autorisation n° 50 – 9043
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 629k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search