Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Annexe

Léonard Defrance (Liège 1735-1805), peintre, philosophe, pédagogue et révolutionnaire

Thierry Vissol

Texte intégral

  • 1 Musées de Bruxelles, Liège, Verviers, Paris, Châlons-sur-Marne, Dijon, Mirande, La Haye, Maastricht (...)
  • 2 Cf. F. Dehousse, M. Pacco, M. Pauchen, "Léonard Defrance", Ed. du Perron et Wahle, Liège, 1985, p.  (...)

1Encore peu connu du grand public, bien que ses œuvres ornent les cimaises de nombreux musées en Belgique bien sûr, mais aussi en France, en Hollande, en Allemagne, en URSS et aux Etats-Unis1, le peintre liégeois mérite l'intérêt à plus d'un titre. Coloriste virtuose, maître du clair-obscur, il fut reconnu par ses contemporains, exposa à Paris aux salons de la correspondance en 1786 et 1787, puis aux salons révolutionnaires de 1791 et 1793. Commensal de Fragonard à Rome, celui-ci l'introduit chez les marchands parisiens, et, d'après les catalogues de ventes2 ses œuvres furent appréciées par de hautes personnalités telles le marquis de Ménars, frère de la Pompadour, le baron de Saint-Julien et Calonne. Les prix atteints par ses œuvres suscitèrent d’ailleurs de nombreuses imitations.

2Cependant, plus que sa réputation passée ou présente, les débats sur ses qualités artistiques - il n’a pas le génie d'un grand maître, tout en ayant une technique et un sens de la couleur et du détail remarquable - c'est sa personnalité et les sources de son inspiration, "ses audaces philosophiques" selon l'expression de ses contemporains, qui en constituent l'intérêt majeur.

  • 3 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 77.

3Issu d'un milieu de petite bourgeoisie qui lui permettra de fréquenter l'école, Léonard Defrance, né le 15 juin 1735, se consacre très tôt à la peinture. Placé chez un décorateur connu de sa ville natale (1745-1753) il part à Rome acquérir une véritable formation de peintre. C'est dans ce berceau des arts qu'il forme son esprit et sa technique (1754-1759). Ambitieux pour son art, il y travaille assidûment étudiant la perspective, l'anatomie mais aussi l'histoire et la philosophie. Intellectuellement autodidacte, ses fréquentations et ses mésaventures personnelles le conduisent très rapidement à remettre en cause le pouvoir de l'Eglise, l'obscurantisme des prêtres et le despotisme des puissants. Plus tard, parlant de ses concitoyens favorables à l'ordre restauré après le coup d'Etat du 18 brumaire, il écrira dans ses mémoires3 : "Ils ne veulent pas voir que ces hommes de Dieu et les rois sont les vrais anarchistes, qu'ils sont les auteurs de toutes les calamités publiques qu'ils ont fomentées par eux et leurs agents pour mécontenter les peuples dans l'espoir qu'ils redemanderont leurs tyrans. Mais, l'anarchie qu'ils ont soufflée n'a qu’un temps. Grâce à la force des motifs qui ont donné lieu à la révolution elle a vaincu tous les projets impies et coalisés, elle a arrêté l'anarchie perpétuelle des despotes de la France de reprendre le dessus, car l'arbitraire des gouvernements despotiques n'est autre chose qu'une vraie anarchie sous des formes un peu plus méthodiques".

4Cette haine du fanatisme religieux, — il sera le témoin indigné de l'exécution de Calas lors de son séjour à Toulouse (1761-1763), qui avait été précédée de celle des trois Grenier et du ministre protestant Rochette — comme du fanatisme tout court — Girondin il s'opposera à la Terreur —, de l'injustice et de l'irrationnel constituent sans aucun doute l'une des clés les plus puissantes de la compréhension de son œuvre de peintre, d'homme public et de pédagogue.

  • 4 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 87.
  • 5 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 61.

5Condorcet n'aurait sans doute pas renié cet artiste, qui partageait avec les Lumières dont il se sentait membre, cette passion pour les hommes, la justice, la liberté, la raison et par-dessus tout pour l'éducation, seul moyen pour tous d'atteindre la responsabilité civile et le progrès. Arrivé à une position sociale par la seule force de son travail, Defrance est convaincu de l'égalité originelle des hommes : "Je ne suis point d'opinion, [écrit-il dans ses mémoires]4 que nous naissons avec telles ou telles autres dispositions qui font les talents. Nous entrons dans le monde sans idée, il faut tout acquérir jusqu'à l'usage de nos membres ; tous les hommes à cet égard se ressemblent...". Aussi soutient-il très tôt la nécessité absolue de l'éducation publique. Rentré à Liège en 1763 au moment de l’élection mouvementée du Prince-évêque d'Oultremont (1716-1771), la France et l'Autriche voulant imposer leur candidat Clément de Saxe, Defrance ne trouvera pas l'appui qu'il comptait et que ses succès à Montpellier et Toulouse lui avaient fait espérer. Le Prince-évêque se montra beaucoup moins éclairé que son prédécesseur Jean-Théodore de Bavière qui avait permis à Pierre Rousseau de fonder le Journal encyclopédique et surtout que son successeur Velbrück (1719-1784) élu en 1772. Au cours de ces dix années, le peintre, en butte à la morgue et la vanité des abbés alors tout puissants, va peindre de tout et de n'importe quoi pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille car il s'est marié en 1765. Dès le début de sa carrière il n'avait montré que très peu d'intérêt pour la peinture allégorique, mythologique ou les sujets d’histoire. Ce qui l'intéresse, ce sont les hommes dans leur cadre de vie, l'histoire immédiate, celle qui peut servir à la formation rationnelle des esprit. Cette expérience lui laissa donc un fâcheux souvenir : "Or, jugez : moi qui n'avais aucune expérience de tous ces genres de peintures, moi qui d’ailleurs n’ai jamais aimé que des sujets familiers, ayant même une espèce d'antipathie pour l'histoire, surtout comme il fallait la représenter dans ce pays, à peindre des miracles, à mettre des hommes, des anges, des têtes humaines d’enfants avec deux, quatre ou six ailes dans l'air, sur des nuages : mon esprit matériel se refusait à toutes ces choses qui heurtent la raison."5

6L’arrivée de Velbruck "le Prince philosophe qui aimait les arts" coïncide avec sa découverte de l'école flamande et hollandaise, grâce à son ami le chevalier Fassin (1728-1811), peintre lui aussi, le chevalier et auteur d'un portrait de Voltaire qu'il avait rencontré à Femey. A partir de 1773, Defrance va développer à la fois son œuvre la plus originale : la peinture populaire et la peinture d'industrie, son œuvre éducatrice et sa pensée politique.

  • 6 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, pp. 84-85.
  • 7 Surnom donné à Condorcet par ses ennemis

7Dès 1773 il a l'idée avec Fassin de créer chez lui une académie de dessin. Cette initiative conduit à l'ouverture officielle de l'Académie de Liège pour laquelle Velbrück cède deux grandes salles de son palais. Professeur, Defrance en est nommé directeur en 1778. Il développe dès lors un programme pédagogique extrêmement rationnel qu'il aura l'occasion d'exposer dans plusieurs brochures et de développer quand, à sa plus grande satisfaction, la loi sur l'instruction publique sera enfin votée le 3 brumaire an IV (25 oct. 1795) et qu'il sera nommé titulaire de la chaire de dessin dans l'école centrale du département de l'Ourthe. Aussi n'aura-t-il pas de mots trop durs lorsque Chaptal remettra en cause cet acquis révolutionnaire fondamental, l'école laïque pour tous. "Il a beau jeu, [écrit-il6] il a pour lui toute la horde fanatique, les mécontents, les esprits légers, impatients, inquiets, qui ne voient pas que les partis que la Révolution a fait naître sont un obstacle à son prompt affermissement [celui de l'école laïque] et à son succès. Ils ne voient pas que les partisans de l'ancienne instruction sont partout en activité pour tenir d’ailleurs dans leurs filets les bonnes gens, les pères et les mères qui ne veulent rien voir que par les prêtres, qui croient qu’une éducation monacale, toute dévouée, qui les dévouent à la soumission d’un gouvernement étranger, à l’observance de ses lois de préférence à celles de l’Etat où ils sont nés. Les prêtres font plus, pour parvenir avec plus de sûreté à arrêter les progrès et la fréquentation des écoles centrales, fomentent encore, publiquement, comme sourdement, la rébellion, dont le ministre semble par la protection qu’il accorde à cette caste, les autoriser à tous les maux qu’ils occasionnent, et qu'ils ont faits dans tous les temps sur toute la terre". Le "mouton enragé"'7 n'aurait pas désavoué ce morceau.

8L'activité éducatrice et scientifique de Defrance ne s'arrête pas là. Il participe en 1779 à la création de la Société libre d'émulation dont le but est de promouvoir les lettres, les arts et les sciences et d'organiser des expositions annuelles d'artistes et d'artisans. Et peut-être Condorcet eut-il l'occasion de le lire puisqu'il se partagea avec Pasquin un prix de l'Académie des Sciences de Paris en 1789 pour avoir répondu à une question sur "la recherche des moyens par lesquels on pourrait garantir les broyeurs de couleurs de maladies qui les attaquent fréquemment et qui sont la suite de leur travail".

9Si le règne de Velbrück lui permit d'acquérir une grande réputation et de développer activement ses idées, celui de son successeur Constantin-François de Hœnsbrœch (1724-1722), va le conduire à s'engager activement en politique. Le nouveau Prince-évêque, élu en 1784, marque en effet le retour du despotisme et de l'obscurantisme, qui se traduit en particulier par l'interdiction de publication des livres des Lumières — Liège était une des grandes places européennes de l'édition et du piratage des œuvres de philosophes — et par des scandales financiers avec les jeux de Spa.

  • 8 "Projet de municipalité pour la cité de Liège" 1789 en collaboration avec Digueffe (1764-1846) qui (...)
  • 9 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 81.

10L'engagement de Defrance est total : évincé de son poste de directeur de l'Académie, il participe à la création et au fonctionnement de la Société Patriotique dès 1785, société dont le but est d’"aider la veuve, l'orphelin et le faible qui pourrait être accablé par le fort" et dont Mirabeau sera l’hôte en 1787. Il écrit une partie de la brochure subversive de l'abbé Jehin (1732-1805) qui sera à la tête des ultras liégeois — les Franchimentois — pendant la Terreur, "Gris du Peuple liégeois" (1786), aide à la diffusion de pamphlets contre le gouvernement, en particulier celui de son ami Bassenge (1758-1811) Lettres adressées au Chevalier P., ouvrage qui sera condamné à être détruit. Aussi n'est-il pas étonnant de retrouver le peintre aux premières loges lors de la révolution liégeoise, qui débute en août 1789. Participant à la construction des fortifications pour lutter contre les Autrichiens il écrit un projet de municipalité et un plan de constitution municipale dans lesquels il propose l'élection au suffrage universel et un dénombrement de la population8. Le retour des Autrichiens et du Prince-évêque en janvier 1791 l'oblige à se réfugier dans la campagne belge. Les victoires de Jemappes et de Waroux en novembre 1792 permettent aux révolutionnaires de revenir à Liège. Defrance est élu parmi les vingt représentants de la Convention Nationale liégeoise et vote la démolition de la cathédrale, fief du pouvoir religieux et de la réaction. Cela lui vaudra l'étiquette de vandale et l'opprobre de ces concitoyens pour plus d’un siècle. Il faut cependant rappeler à sa décharge d'une part, que le Prince évêque était élu par le chapitre de la cathédrale, d'autre part, que celle ci, bombardée par les Autrichiens et le prince-évêque lui-même, pillée par les armées françaises pour récupérer le plomb pour faire des balles, menaçait de ruine, enfin, que même si Defrance a mené les travaux à son retour en 1794, ce n'est pas lui qui a pris seul la décision, mais l'Assemblée liégeoise. Il déclare cependant de bon cœur que son "ardent désir depuis le commencement de nos premières agitations politiques dans le pays de Liège, c'était l'anéantissement du pouvoir sacerdotal,"9

11La trahison de Dumouriez et l’entrée des troupes autrichiennes à Liège le 5 mars 1793 conduit de nouveau Defrance à l’exil, mais cette fois à Paris. La chute des Girondins et le soutien qu'il apporte avec ses amis au ministre Lebrun (1754-1793), qui était de nationalité liégeoise et avait fondé en 1785 le Journal général de l'Europe l'oblige, sur dénonciation des Franchimontois à fuir la capitale et ses "cannibales", et à se réfugier avec d'autres Liégeois girondins à Charleville où il restera jusqu'à Thermidor. De retour à Liège le 23 thermidor, il est nommé membre du comité d’arrondissement, puis, après le rattachement définitif du pays de Liège à la France (9 vendémiaire an IV - 1 oct. 1795) administrateur du département de l'Ourthe créé le 3 frimaire (24 nov. 1795). Germinal mettra fin à sa carrière politique. Il se consacrera alors à l'enseignement, collectionnant avec ses amis Hankart et Fassin des œuvres d'art. Il sera quand même réélu conseiller municipal de Liège en 1800 et mourra d'asthme le 6 ventôse au XIII (25 février 1805).

12Cette vie mouvementée d’un être passionné par les mouvements d'idées de son temps, explique bien l'intérêt qu'il porta à la représentation de la vie des hommes, tant dans leurs joies par les innombrables intérieurs de taverne que dans leur vie courante, scène de rues et d’intérieur et surtout dans leur travail. De même son anticléricalisme farouche lui fait célébrer tout les événements réduisant le pouvoir de l'Eglise : l'édit de Tolérance de Joseph II (13 oct. 1781), celui de la suppression des ordres religieux et la suppression des couvents (12 janvier 1782), œuvre qui sera gravée par Carl Gottlieb Gutenberg en 1786. Defrance reprendra à plusieurs reprises ce dernier thème et le transposera à Paris dans un tableau exposé au salon révolutionnaire de 1791, "la liberté rendue aux ordres monastiques" pour commémorer le décret de février 1790.

13Bien qu'il ait peint d’autres événements politiques majeurs, comme "l'abolition de la servitude dans les domaines du roi de France" (édit de Louis XVI du 8 août 1779), il peindra très peu à partir de la Révolution du fait de son engagement politique. Seules ses périodes d'exil lui permettront de peindre quelques nouvelles toiles comme "la Marbrière" "les guêtrières" ou de reprendre des thèmes plus anciens comme les "visites dans les usines à fer". Par la suite il semble que son activité de peintre ait été très limitée même s'il continua sans doute à dessiner et à produire quelques toiles. Il est possible en outre que la politique jacobine à l'égard de la peinture et des arts en général lui ait été fatale.

  • 10 Cité par J.J. Leveque : L'Art et la Révolution française, Ides et Calendes, 1987, p. 31.

14En effet, malgré la création des musées et des salons révolutionnaires dotés de prix importants, la création de la Commission des Arts en juillet 1793 à l'instigation de David qui s'était découvert une passion politique pour Robespierre, eut pour effet de stopper l'essor de la diversité et d'imposer le maniérisme et l'allégorie à la gloire des puissants pour l'éducation du peuple. Jean-Baptiste Wicar (1762-1834) mis en place par David à la tête de la Commission réclamera même la tête des artistes pratiquant la peinture de genre "parce qu'ils n’aiment pas Raphaël et Jules Romains et les antiques"10, malgré la présence d'artistes comme Fragonard dans la Commission. Des peintres comme Louis Boilly (1761-1845) devront prouver leur vertu républicaine en peignant le "Triomphe de Marat" et Hubert Robert (1737-1808) sera emprisonné. Thermidor n'entraînera pas pour autant un retour à la liberté des sujets. Après une période d'emprisonnement David retrouvera les honneurs et Wicar sera chargé par Napoléon de recueillir en Italie les chefs-d'œuvre destinés aux musées français. Le style de David convenait trop bien politiquement pour qu'il soit abandonné.

15L'éloge de l'homme simple et du travail, de la technique pour le progrès de l’humanité qui se retrouve dans l’œuvre de Defrance était dès lors bien démodé. Si la bourgeoisie éclairée de la fin de l’Ancien Régime avait besoin de s'allier les travailleurs pour justifier sa critique du despotisme, la bourgeoisie dominante post-révolutionnaire avait besoin d'autres symboles pour affirmer son pouvoir.

16L'amertume qui se lit dans les pages des mémoires du peintre au sujet de l'évolution politique d'après Germinal permet de penser que celui-ci avait compris comment les idéaux des hommes éclairés du XVIIIe siècle avaient été détournés et récupérés. Sa critique des fats que l'on retrouve dans la façon satirique dont sont traitées ses visites d'usines n'était plus de mise, car c’étaient eux qui avaient désormais le pouvoir. La victoire de l'esprit humain qu'il célèbre dans ses "visites d'imprimeries" n'avait été que de courte durée.

17Reste une œuvre d'intérêt sans égal pour le sociologue et l'historien des techniques. Defrance a représenté avec beaucoup d’exactitude, tant des costumes que des outils, un très grand nombre d’activités industrielles et artisanales, et en particulier la totalité de la filière du fer, du haut-fourneau jusqu'à la forge en passant par raffinerie, la tréfilerie, la fabrique de clous et de canons de fusils. Ses innombrables dessins préparatoires sont une preuve du soin qu'il apportait aux détails tant des techniques que des positions de travail. L'esprit humaniste qui l'animait et qui transparaît dans chacune de ses œuvres, même les plus légères, donne à ce que d'aucuns classifient de façon un peu méprisante la peinture de genre, de véritables lettres de noblesse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE PRINCIPALE SOMMAIRE

Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980.

F. Dehousse, M. Pacco, M. Pauchen, "Léonard Defrance", Ed. du Perron et Wahle, Liège, 1985. [Il s'agit d'un ouvrage magnifiquement illustré, catalogue des œuvres peintes connues].

Evrard R, "Les Artistes et les usines à fer, Solédi, Liège, 1955.

J.J. Heirwegh, "Léonard Defrance", in : Etudes sur le XVIIIe siècle,.R. Mortier et H. Hasquin ed., ULB, 1976, pp. 153-170.

A. Micha, Les Peintres célèbres de l'ancien pays de Liège, Thone, Liège, 1911.

M. Pacco-Picard, Les Manufactures de fer, peintes par Léonard Defrance, Mardaga, Bruxelles, 1982.

J. Stienon : "L'archéologie industrielle et l'art, De Léonard Defrance à P. Delvaux", in : Le Règne de la machine, rencontre avec l'archéologie industrielle. Crédit Communal de Belgique, 1975.

J. Stienon, "La peinture liégeoise au XVIIIe s. et Léonard Defrance", in : La Wallonie : le pays et les hommes, I. IL Lettres, Arts, Culture, Bruxelles, 1978.

Th. Vissol : "Léonard Defrance Une vision de l'économie et de la société à la fin de l'ancien régime", Léonard Defrance 1735-1805" et "Notices de tableaux" in : 1770-1830 : autour du néo-classicisme en Belgique, sous la direction de D. Cœkelberghs et P. Loze, Crédit Communal de Belgique, Bruxelles, 1985, pp. 347 à 365.

"Le Siècle des Lumières dans la principauté de Liège", Musée d'art Wallon et de l'évolution culturelle de la Wallonie, Liège, 1980.

Notes

1 Musées de Bruxelles, Liège, Verviers, Paris, Châlons-sur-Marne, Dijon, Mirande, La Haye, Maastricht, Léningrad et New-York. Ses œuvres sont de plus en plus utilisées pour illustrer des ouvrages d'histoire (A. Soboul, La Révolution française, Arthaud 1983 (p. 136, 248) (Histoire illustrée de l'économie sociale, Fondes, 1987, p. 29 sans citation d'auteur d'ailleurs).

2 Cf. F. Dehousse, M. Pacco, M. Pauchen, "Léonard Defrance", Ed. du Perron et Wahle, Liège, 1985, p. 19.

3 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 77.

4 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 87.

5 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 61.

6 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, pp. 84-85.

7 Surnom donné à Condorcet par ses ennemis

8 "Projet de municipalité pour la cité de Liège" 1789 en collaboration avec Digueffe (1764-1846) qui après avoir été officier municipal en 1793 sera commissaire du pouvoir exécutif en 1795.

9 Defrance Léonard, Mémoires, édités par F. Dehousse et M. Pauchen, Wahle, Liège 1980, p. 81.

10 Cité par J.J. Leveque : L'Art et la Révolution française, Ides et Calendes, 1987, p. 31.

Auteur

Administrateur principal à la commission des Communautés Européennes. Chargé de cours à l'ICHEC, Bruxelles.
A publié une trentaine d'articles en histoire économique et sociale, archéologie industrielle, politique et économie internationales, notamment : "L’Economique contre l'humain" [sous la direction de], Reflets et Perspectives de la vie économique, no 3, 1985 ; "Du Dollar à l’écu" [sous la direction de], Reflets et Perspectives de la vie économique, no 3/4, 1987.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search