Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Ailleurs - plus tard

1889 : La pensée économique du xixe siècle face au premier centenaire

André Vianes

Texte intégral

"La crise persistera tant que la cause, l'intervention de l'Etat, continuera d'agir, tant qu'il y aura des primes à l'exportation, des droits protecteurs, des primes à la marine marchande, etc...Mais jusqu'à quand l'intervention de l'Etat durera-t-elle ? La prochaine révolution, celle du centenaire, nous en délivrera-t-elle ? C'est moins que probable, car la statolâtrie a sa source dans le système d’endoctrinage qui nous conduit de la mamelle à la béquille
Rouxel, Journal des Economistes, mai 1889

"Quand bien même on aurait démontré que la Révolution française n'a servi de rien, alors même ce noble élan avec lequel tout un peuple s'est précipité dans l'abîme pour assurer au genre humain, plus encore qu'à lui-même, un meilleur avenir vaudrait bien toujours quelques lampions,-et si un jour l'humanité devait en arriver à ne plus honorer un pareil centenaire, c'est qu'elle aurait cessé de s'honorer elle-même
Charles Gide, Revue d'Economie Politique, mars 1889

  • 1 Désignées dans la suite du texte par les références JDE et REP.

1Le bicentenaire de 1789 est aussi le centenaire du centenaire. Analyser — et notamment à partir de la collection des deux principales revues économiques de l'époque, le Journal des Economistes et la Revue d'Economie Politique1 — les interprétations de 1789 par les économistes français à l'occasion du premier centenaire (et de l'Exposition universelle de 1889 à Paris) présente un double intérêt :

  • 2 Jean Jaures, "Le Socialisme de la Révolution française", La Dépêche de Toulouse, 22 Octobre 1890.

2 On s'évade de la mythologie jaurésienne et de la construction idéologique peu convaincante qui voit dans le socialisme un perfectionnement du républicanisme, un simple prolongement dans l'ordre économique des principes politiques de 1789 :"Il y a en France [...] un immense parti socialiste qui est le parti de la Révolution"2. Sans évoquer le moins du monde le thème de l'initiative privée sur le marché comme forme opposée à l'organisation collective (commune aux corporations comme au socialisme), J. Jaurès trouve l'articulation entre républicanisme et socialisme dans deux arguments qui résistent mal aux analyses des économistes des années 1880 et 1890 aux yeux desquels la Révolution de 1789 est économiquement et principalement d'essence libérale. Jaurès proclame en effet :

  • 3 Jean Jaures, La Dépêche de Toulouse, 17 mars 1881

3"Pourquoi y a-t-il eu une Révolution en 1789 contre la féodalité territoriale et mobilière ? Parce que la bourgeoisie française valait mieux que sa condition. Pourquoi y aura-t-il forcément contre la féodalité capitaliste une révolution analogue [...] ? Parce que le peuple des ateliers, le peuple des champs, la bourgeoisie laborieuse et pauvre valent mieux par le cerveau et par le coeur, que la condition qui leur est faite. A la veille de 1889 le peuple et la bourgeoisie laborieuse doivent s'unir pour abolir les privilèges et les abus capitalistes."3

  • 4 Jean Jaures, "Le Socialisme de la Révolution française", La Dépêche de Toulouse, 22 Octobre 1890.

4"La convention, en proclamant la République [...] a transféré à la nation toute entière la propriété politique de la France [...] elle a été socialiste dans l'organisation de la famille, dans l'organisation de l'enseignement public, dans l'administration de la chose publique, du domaine public et dans sa conception de la propriété [...] La propriété pour la convention est avant tout non pas un fait naturel mais un fait social, soumis par conséquent au contrôle suprême de la société."4

5Jaurès, à l'évidence, ignore et contourne le noyau de la pensée libérale qui voit dans la concurrence sur le marché le moyen le plus sûr d'abolir rentes et "privilèges " et dans la propriété individuelle, moyen de cette concurrence un système fructueux d'incitation des individus et de sanction de leur efficacité. Charles Gide d'ailleurs, évoquant "le centenaire de 1789 ", dans sa chronique de la REP est parfaitement lucide sur "l'école socialiste " en matière économique face à 1789. Sans s'arrêter à la thématique purement politique de Jaurès, il note :

6"L'école socialiste considère la Révolution d'un oeil sinon hostile, tout au moins indifférent : ce n'est pas sa Révolution. La seule Révolution dont elle se réclame et qu'elle fête pieusement, c'est la Commune de 1871."

  • 5 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP, 1889, page 326 sq.

7Car aux yeux des penseurs socialistes cohérents, 1789 a "renforcé l'armée des propriétaires ". En s'acharnant sur des "privilèges de moindre importance ", elle "n'a pas su porter la hache sur les vrais privilèges qu'il fallait abattre, sur ces colonnes de l'ordre social qui s'appellent la propriété individuelle, l'hérédité, l'intérêt, le salariat, et a témoigné au contraire pour toutes ces vieilles institutions, au milieu même de ses fureurs un respect superstitieux, qui en fin de compte n'a abouti qu’à l'individualisme, une semblable Révolution ne saurait rien avoir de commun avec le socialisme : ce n'est qu'une Révolution bourgeoise."5

  • 6 Yves Guyot, Les Principes de 1789 et le socialisme, Paris : Ed. Guillaumin, 1892
  • 7 Yves Guyot, op. cit.

82° On évite ainsi le cadre d'interprétation habituel, essentiellement politique, et ses références aux couples routiniers : progrès-ordre, gauche-droite, mouvement-conservatisme, etc. Il est clair que l'identification entre libéralisme économique et droite politique (ou conservatisme politique), à supposer qu'elle soit pertinente, est un phénomène observable au XXe siècle qui ne rend nullement compte du XIXe et surtout pas des grands affrontements politiques de la IIIe République. Au XIXe siècle, lors du centenaire, la référence aux principes de 1789 peut être, pour Yves Guyot par exemple6, une arme efficace pour l'ordre, pour le conservatisme et contre le socialisme. La Révolution de 1789 lui paraît sceller les éléments du pacte unissant "les républicains dignes de ce nom" — i.e. conservateurs et libéraux — contre "les socialistes qui représentent le parti de la guerre sociale et de la confiscation"7. La Révolution de 1789 est clairement interprétée comme une période libérale de déréglementation (on dirait aujourd'hui, à l'anglo-saxonne : dérégulation). Certains auteurs jugent cette déréglementation libérale inachevée donc imparfaite, mais positive parce que libérale — bien qu'insuffisante. D'autres la trouvent néfaste — parce que libérale — et veulent l'effacer pour un ordre social et économique construit, organisé et non laissé au marché. Cet ordre peut être socialiste ou réactionnaire !

9D'autres encore,— moins nombreux — y voient une transition, une parenthèse insatisfaisante : une transition positive par ce qu'elle abolit (l'Ancien Régime) mais aussi négative car elle ne fournit pas une organisation nouvelle (à leurs yeux le marché doit être organisé grâce à l'"association"). Les jugements sur la signification de 1789 s'énoncent donc selon l'appréciation portée sur la déréglementation libérale à laquelle est identifiée la période qui s'ouvre avec la Révolution française.

10En 1889, face aux thèmes de 1789, les économistes se partagent entre deux attitudes :

11 Les interprétations ultra-libérales célébrant la révolution comme "bloc libéral", ensemble de "principes" en irréductible conflit avec les idées socialistes, principes qu'il faut perfectionner, épurer, achever en développant un libéralisme total.

12Les thèmes de 1789 — aux yeux notamment d'Yves Guyot ou de Gustave de Molinari — sont d'abord des arguments pour repousser le collectivisme des socialistes. Pour eux, le socialisme n'est pas un développement des principes de 1789 mais un retour à l'organisation de l'Ancien Régime et les idées de 1789 fournissent des armes idéologiques puissantes contre la menace des interventionnistes et collectivistes.

13 Les interprétations critiques de la Révolution qui se partagent entre la négation des thèmes individualistes et le souhait d'un retour à l'ordre économique d'Ancien Régime et d'autre part la recherche d'un dépassement de l'apport révolutionnaire proclamé nécessaire et constructif.

14Le dénigrement des idées et de l'héritage révolutionnaires en raison de leur inspiration individualiste est le fait de l'école catholique (Le Play) et des partisans de la reconstruction d'un ordre corporatif (Th. Ferneuil). Ce courant de pensée insiste sur les dégâts sociaux suscités par le libéralisme et par la disparition des corps intermédiaires qu’il a entraînée. Il envisage des solutions à la question sociale dans un retour à une société réglementée et organisée, en rupture avec l'individualisme libéral de la Révolution

  • 8 Paul Leroy-Beaulieu dans l'Etat moderne et ses fonctions, Ed. Guillaumin, 1889, reprend des études (...)
  • 9 Charles Gide, "De la coopération et des transformations qu'elle est appelée à réaliser dans l'ordre (...)

15Mais d'autres auteurs estiment nécessaire non pas un rejet global des thèmes de la Révolution mais la recherche positive d'un dépassement de l'individualisme révolutionnaire par des formes nouvelles et complémentaires d'organisation. Ils proposent de faire appel soit à une intervention de l'Etat strictement limitée mais acceptée de façon pragmatique soit à des formes nouvelles de corps intermédiaires (les coopératives de consommation de Ch. Gide). Leroy-Beaulieu, dans l'Etat moderne et ses fonctions8, Charles Gide dans ses réflexions sur la "République Corporative."9 et les "Congrès" d'économie politique réunis à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris en 1889 veulent dépasser l'héritage révolutionnaire en conciliant (notamment pour faire face à la "question sociale") marché et formes d'intervention et d'organisation collectives mais aussi en affirmant les principes politiques de 1789. Ainsi, pour Charles Gide, on le verra, le suffrage universel permettra de résoudre la question sociale. Il s'agit en quelque sorte de faire un tri pour inventaire de l'héritage de 1789 : conserver le libéralisme politique, et compléter la dissolution des anciennes associations (des corporations) considérée comme nécessaire à l'essor économique par la construction éventuelle de nouvelles formes d'organisation économique également nécessaires pour corriger les excès de l'individualisme.

I - LES PRINCIPES DE 1789 MIS AU SERVICE DE L'ULTRA-LIBÉRALISME

16Rendant compte de l’inauguration de l'Exposition universelle de 6 mai 1889 par le président de la République, dans sa chronique du Journal des Economistes, Gustave de Molinari ironise. Le président de la République, dans son discours évoque "l'essor admirable de l'activité humaine affranchie de toutes les entraves du passé" depuis la 1ère exposition, celle de 1798 "Quel développement de la richesse publique sous l'influence du travail émancipé, du commerce libéré, des douanes intérieures supprimées" et "dans l'atmosphère fortifiante de la liberté [où] l'esprit humain retrouve son initiative, la science prend son essor, la vapeur et l'électricité transforment le monde".

17Gustave de Molinari note que "la suppression des douanes intérieures rappelée avec tant d'à-propos par M. le Président de la République" a évidemment été la source du développement économique mais que "par une contradiction bizarre, c'est au moment même où l'Exposition universelle étale les produits échangeables du monde entier que le protectionnisme national, héritier du protectionnisme provincial, travaille avec un redoublement de succès à empêcher de les échanger". Et le rédacteur en chef du JDE de poursuivre sa chronique en déplorant "la contagion du protectionnisme et de son socius le socialisme d'Etat".

18Il est clair que, pour les économistes libéraux, 1789 est d'abord une révolution dérégulatrice, une affirmation libérale. Leur souci est de puiser dans les principes révolutionnaires des arguments en faveur du libéralisme absolu contre "l'épidémie régnante" (G. de Molinari) du protectionnisme et de l'interventionnisme.

19Yves. Guyot dans sa brochure de 1894 Les Principes de 89 et le socialisme appellera les "Républicains" à "tenir à l'écart" les socialistes comme ils l'ont fait des partisans du général Boulanger, au nom de la Révolution, car :

20"Tous s'entendent en 1889 pour célébrer le bon vieux temps des corporations maîtrises et jurandes [...] petits doctrinaires, réactionnaires de passion et de tempérament, de passion et d'opinion, socialistes révolutionnaires et germanisés, regardent d'en haut "les immortels principes""

21Guyot met dans le même sac réactionnaires, monarchistes et socialistes, tous opposés aux principes libéraux finalement. La Révolution proclame "liberté, propriété, sûreté, égalité devant la loi".

22Les réactionnaires anti-républicains, tout comme les socialistes, veulent au contraire non seulement mettre en cause la liberté du travail par un pouvoir des syndicats ou des corporations, mais en fait retourner au collectivisme de l’Ancien Régime :

23"Avant la Déclaraton des Droits de l'Homme du 3 septembre 1791, la France jouissait du collectivisme vers lequel veulent nous ramener les socialistes. Elle était le domaine du roi. L'ordonnance de 1692 proclame solennellement "la propriété supérieure du roi sur toutes les terres"

24Réaction et socialisme sont donc unis dans la même agression de l'individualisme libéral républicain.

25Alfred Jourdan, dans la Revue d'Economie Politique (1889) s'en prend à la collusion intellectuelle entre tous ceux qui "veulent l'organisation du travail par l'Etat", "qu'il s'agisse du socialisme révolutionnaire de Louis Blanc ou du socialisme chrétien du prince Aloys de Lichtenstein et de M. le comte de Mun".

26Tous, catholiques sociaux et socialistes, veulent en fait "l'abolition de l'économie politique" en réclamant salaire minimum, assurances contre les accidents du travail et réglementation dirigiste des relations de travail. Un même clivage, fondamental et principal, les oppose donc aux Républicains fidèles à 89, donc libéraux.

1 - 1789 comme "la Grande Déréglementation libérale"

27Yves Guyot cite Turgot. Avec l'abolition des corporations dans lesquelles les maîtres formaient une "caste à part" accordant des faveurs à ses fils, exploitant les apprentis, le droit de travailler est devenu "propriété de tous".

28La déréglementation générale a fait reculer "l'arbitraire du pouvoir social "écrit-il, dans Les Principes de 89 et le socialisme annonçant la critique du constructivisme par Frédéric Hayek.

29Le socialisme est anti-révolutionnaire face à 1789 :

  • le socialisme veut "la tyrannie des syndicats" donc un démembrement de l'Etat et de la loi. Ce sont avec le syndicalisme, "des sections du peuple qui veulent s'attribuer la souveraineté" contrairement aux principes de la Constitution du 3 Septembre 1791.

  • le socialisme trahit 1789 en proclamant la toute-puissance et les privilèges à instaurer pour le prolétariat, "quatrième état, idée rapportée d'Allemagne" (l'accusation est forte dans une France battue à Sedan et obsédée par la puissance germanique !). Il veut établir au fond le pouvoir anti-républicain d'un "quatrième état.". "L'aristocratie" (des pauvres) menace ! Elle est en quelque sorte le fondement du collectivisme socialiste !

  • les "meneurs syndicaux" veulent le retour au pouvoir des corporations contre les libertés individuelles. Et Yves Guyot de citer son expérience personnelle, évidemment pénible pour un économiste libéral qui fut parlementaire, ministre, directeur du Siècle : "J'ai été assommé le 11 mars 1883, salle Rivoli, parce que je voulais empêcher des maçons d'aller prendre part aux manifestations de Louise Michel !"

  • 10 Gustave de Molinari, "La Production de l'homme", JDE, mai 1889.
  • 11 Gustave de Molinari, "La Production de l'homme", JDE, mai 1889. La notion de "capital" humain y est (...)

30Gustave de Molinari10 pousse d'ailleurs son refus de l'interventionnisme et de toute réglementation du travail jusqu'à la construction d'une théorie économique de la natalité et du "capital" humain11 dans le but de justifier son refus d'interdire le travail précoce des enfants. En réduisant le "profit industriel" retiré par leurs parents du travail des enfants dans "les régions inférieures de la société", la législation du travail entraînera un déclin démographique et "à moins que de se recruter dans les races moins civilisées au détriment de la qualité de leur population, les peuples qui forment aujourd'hui l'élite de l'humanité, loin de supplanter les autres, seraient donc destinés à diminuer graduellement en nombre et finalement à disparaître !"

  • 12 Alors qu'il est interdit pour "les enfants et les filles mineures"

31Cet anti-interventionnisme systématique en matière de travail aboutit d’ailleurs à une présentation très moderne des "effets pervers" attribués aux politiques sociales ou des effets "d'éviction" qui en stérilisent la portée aux yeux des libéraux. Ainsi de Molinari évoque avec satisfaction le refus du Sénat (décembre 1889) d'interdire le travail de nuit aux femmes majeures dans la grande industrie12. Une telle mesure n'aurait pour résultat que de "déplacer" le mal qu'on veut supprimer en transférant les femmes vers la petite industrie non réglementée (où les salaires baisseront) ou en les condamnant à la pauvreté. "Et voilà pourquoi nous sommes, la chose est avérée, des économistes sans entrailles" ajoute, plaisamment d'ailleurs, Gustave de Molinari.

32De même, Yves Guyot rappelle dans un discours qu'il prononce à l'Assemblée Nationale, comme ministre des Travaux Publics, (26 février 1889) la nécessité de permettre aux communes l'abolition des octrois qui subsistent, véritables "douanes intérieures". Il évoque la suppression des octrois sous la Révolution, en 1791, et leur rétablissement en 1797 "à une période de réaction où les pratiques de l'Ancien Régime se reconstituèrent".

  • 13 Gustave de Molinari, "Chronique", JDE, mars 1889.

33L'echec de la tentative révolutionnaire de libre-échange intérieur et d'unification du marché interne est aussitôt expliqué dans la logique libérale par Gustave de Molinari13. A ses yeux, c'est le "trop d'administrations commmunales" dû à l'excès des dépenses publiques locales qui a rendu indispensables les recettes dues aux octrois. Si on limitait les villes à "leurs attributions naturelles et nécessaires [...] — police locale, entretien de la voierie, éclairage le financement par les impôts locaux serait possible. Mais l'extension de la "socialisation"" municipale, du "collectivisme" municipal — comprenons des missions sociales et des services publics locaux — rend ces recettes irremplaçables. Le "socialisme" municipal conserve donc l'octroi, aboli par la Révolution. Le "moins d'administration locale" permettrait seul de mettre en pratique l'abolition révolutionnaire de l'octroi !

34Cependant les "ultracistes" du libéralisme ressentent un malaise face aux mesures d'assistance et d'aide aux pauvres prises pendant la période révolutionnaire. Alors qu'ils refusent toute intervention sociale et injurient littéralement le "socialisme germanique" bismarckien, favorable aux assurances sociales, comment expliquer les systèmes — en réalité les proclamations plus que les pratiques — révolutionnaires d'assistance aux pauvres ?

  • 14 Courcelle-Seneuil, JDE, mai 1889.

35Il leur faut reconnaître qu'il y a une grave "erreur" des révolutionnaires comme l'écrit Courcelle-Seneuil14 :

36"Cette erreur a consisté dans l'affirmation de deux principes contradictoires, celui de la liberté du travail et celui de l'assistance. Entre ces deux principes, il est clair par l'étude des lois de la Révolution que les hommes de ce temps avaient choisi le premier et n'affirmaient le second que parce qu'ils n'en voyaient pas le danger".

37Pour Courcelle-Seneuil cette incohérence malheureuse n'était d’ailleurs que d'apparence. Les révolutionnaires étaient vraiment libéraux même si, par négligence ou faute d'une analyse approfondie, ils avaient toléré cette incohérence que constitue une intervention sociale dans le libre jeu du marché : "Car, à la jonction des deux routes, ils avaient pris la bonne, mais plus tard, l'esprit de réaction l'a emporté et, l'ignorance aidant, leur successeurs ont pris la mauvaise, celle qui aboutit aux impasses."

  • 15 Gustave de Molinari. L'inspiration "germanique" est dans la littérature politique et économique de (...)

38Retenir de la Révolution l'exception interventionniste qui infirme la règle libérale, retenir son "erreur", son incohérence en matière d'aide aux pauvres c'est donc "se laisser égarer par la notion allemande qui fait de l'Etat une sorte d'être mystique auquel chacun attribue tels droits et devoirs qu'il lui plaît, selon sa fantaisie du moment"15.

39Il faut donc épurer la révolution et ses incohérences, en perfectionner la logique libérale pour lui être fidèle. Et qui n'est pas libéral dans sa référence à 1789 est, objectivement, "réactionnaire", sensible "aux billevesées des socialistes de la chaire" et au fond, intellectuellement déjà germanisé.

  • 16 Courcelle-Seneuil, JDE, janvier 1889.

40Courcelle-Seneuil dans un article du JDE consacré à "l'enseignement de la morale en France" "16 se félicite que le "gouvernement de la République" instaure "une instruction morale et civique" face à "l'enseignement du clergé catholique, devenu étroitement militaire et purement clérical" mais aussi face à "un certain nombre d'hommes [qui] nient toute morale... prêchent le pillage, l'assassinat, suscitent des haines collectives".

41Toujours cette symétrie, pour les républicains libéraux et laïcs entre la réaction catholique et les collectivistes également repoussés à l'aide de l'interprétation libérale de 1789 !

42Courcelle-Seneuil propose comme règle morale essentielle l'enseignement de la "liberté égale pour tous", ou "pour parler plus simplement, la liberté." Celle-ci s'affirme notamment par "la liberté du travail." Or "la liberté du travail." doit être, à ses yeux, totalement validée par l'échange : "l’individu dont le travail n'est pas demandé par ses semblables ou n'est demandé qu'au prix d'une rémunération insuffisante se trouve dans la situation du Fuégien ou de l'Esquimau dont la pêche a été insuffisante... il n'a rien à réclamer par justice d'un individu quelconque ou des contribuables en général". Le chômeur ou le pauvre ne peuvent légitimement "demander l'aumône au gouvernement... l'assistance publique est un détournement des deniers du contribuable". Certes l'indigent peut recourir à la charité privée. Celle-ci est capable de "contrôler l'indigent", d'en apprécier le mérite et de statuer. De plus la charité privée est toujours modérée "par l'intérêt opposé" du donateur. Ceux qui accusent les lois du marché veulent remplacer par l'arbitraire les critères objectifs de l'échange libre. Ainsi "il est imprudent et dangereux de formuler un minimum de revenu et plus encore de vouloir l'attribuer à tous, sans égard au mérite".

  • 17 Emile Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l'industrie en France, 1ère cd. 1867, 2ème éd (...)

43Emile Levasseur dans sa superbe Histoire des classes ouvrières et de l'Industrie en France17 voit dans les ateliers nationaux et les principes d'assistance publique de la Constituante l'influence "de la société sentimentale [du XVIIIe siècle] qui se complaisait dans l'utopie de Rousseau et avait méconnu le progrès A ses yeux, "l'Assemblée qui a le plus proclamé la doctrine féconde de la liberté et de la responsabilité se trouva [...] exposée à propager l'incurie en dégageant le misérable du souci des conséquences". Les sept célèbres rapports de la Rochefoucauld au nom du Comité de mendicité créé le 21 mars 1790 ne seront pas mis en oeuvre par l'Assemblée nationale. Trop ambitieux, dangereux aux yeux de Levasseur parce "qu'ils font prédominer le principe d'égalité sur celui de liberté", ils se rattachent à une vision qui "exagère et fausse la Révolution". Il faut, pour Levasseur, faire le tri pour rendre cohérent les principes libéraux de 1789. Promouvoir "la Révolution par le droit, la passion de la liberté" contre "la Révolution par le nivellement", contre la prédominance des excès de "la passion de l'égalité" : voilà la mission des républicains véritables.

2 L'utilisation polémique des idéaux "libéraux-républicains" de 1789

44Une telle vision de 1789 comme modèle pur libéral à achever fournit des armes intellectuelles puissantes dans le débat idéologique et économique.

45Les ultra-libéraux se réclament de la légitimité républicaine face à tous ceux qui veulent "l'abolition de l'économie politique". Leur démonstration vise à s'appuyer sur les principes de 1789 aussi bien face à la réaction catholique que face aux socialistes, voire face aux "radicaux ou démocrates avancés" (Léon Say).

  • 18 Courcelle-Seneuil, JDE, juillet 1889.

46Ainsi Courcelle-Seneuil s'en prend aux tenants de l'Ecole des sentiments moraux de Le Play18 partisans d'une restauration de l'Ancien Régime sous le prétexte de la question sociale, du "péril social" que constituent les dégats de la Révolution industrielle. Ces "lamentations", ces "conceptions réactionnaires" ignorent les progrès apportés par le succès des principes de la Révolution par rapport à l’Ancien Régime. Alors que le parachèvement libéral de 1789 conduit au progrès, les "réactionnaires" conduisent à "attarder la marche du pays". Leur seul résultat : "désordre et perte de temps".

  • 19 Courcelle-Seneuil, JDE, février 1889.

47Courcelle-Seneuil attaque vigoureusement les penseurs catholiques qui "confondent l'économie avec la morale et le droit". Rendant compte du Traité élémentaire d'économie politique d'un professeur à l'université catholique d'Angers, Hervé Bazin, il explique :19

48"Ce livre est écrit pour l'enseignement catholique, lequel, comme on sait n'admet pas que les choses sociales soient accessibles à la science et ne veut pas non plus que les élèves restent étrangers aux résultats des travaux scientifiques. C'est donc un exposé de principes que l'enseignement catholique admet et de ceux qu'elle n'admet pas".

49Laïc, anti-clérical et libéral, Courcelle-Seneuil s'en prend à la doctrine catholique qui "vante le régime corporatif" parce qu'elle croit à "un intérêt général non défini et qui comporte les définitions les plus fantaisistes" (cf le "constructivisme" de Hayek !) et ne sait pas distinguer "les relations d'affaires et les relations de charité". L'ordre libéral est a-moral (a fortiori areligieux) : "toute la justice consiste dans l'accord des volontés et il ne faut pas la chercher ailleurs", dit notre auteur, laïc et républicain.

50Comme Alfred Jourdan dans la REP, Gustave de Molinari, dans un article du JDE (daté du 14 juillet 1889), s'en prend au "parti conservateur et catholique" qui "sous la direction de M. le comte Albert de Mun" réunit des assemblées provinciales pour réclamer le retour aux corporations de l'Ancien Régime.

  • 20 C'est d'ailleurs l’exacte expression utilisée le 27 juin 1889 par Albert de Mun.

51"Vieilleries sociales" d'un "général de l'armée du salut" qui présente la Révolution de 1789 comme un coup de main exécuté par un groupe de bourgeois matérialistes20... Les partisans du christianisme social, des "écoles socialo-chrétiennes" sucitent la colère des libéraux du JDE comme de la REP. Les "écoles socialo-chrétiennes" (selon Charles Gide) s'en prennent en effet, avec Le Play et ses disciples, aux "faux dogmes de 89", voulant "restaurer l'autorité naturelle" dans la famille, l'autorité du "bon pasteur" et l'ordre corporatif. Les libéraux, laïcs et républicains dénoncent ces traditionalistes et monarchistes catholiques.

  • 21 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP, III, 1889.
  • 22 Réunion des délégués des Assemblées provinciales, 27 juin 1889.

52Leurs "assemblées provinciales" réunies en 1889 "au chef-lieu des anciennes provinces" sous la forme (provocante à l'égard des républicains, et "un peu puérile" selon Ch. Gide) de "3 ordres de fonctions sociales : le groupe des services moraux, le groupe des services politiques, le groupe des services économiques"21 sont considérées par les libéraux comme en fait "infestées de socialisme d'Etat" (Alfred Jourdan, REP). Elles sont vouées "à faire des travailleurs des fonctionnaires" et à développer la "réglementation", les "assurances obligatoires". Evoquant le discours d'Albert de Mun qui accuse en effet "la bourgeoisie matérialiste de 1789" d'avoir "fait peser sur le peuple une oppression économique plus lourde cent fois que les oppressions de l'Ancien Régime"22 ; Alfred Jourdan développe l'argument simple : tout ce qui n'est pas libéral est socialiste. A ses yeux les traditionalistes sont donc les fourriers du collectivisme :

  • 23 Alfred Jourdan, REP, III, 1889.

53"On reconnaît dans ce morceau (du discours d'Albert de Mun) la phraséologie, la mise en scène, les procédés socialistes : exagération dans la peinture des maux dont souffre la société ; exploitation de l'homme par l'homme ; la tyrannie du capital ; l'excitation du pauvre contre le riche ; enfin comme note caractéristique des opinions politiques et religieuses de l'orateur, la glorification de l'Ancien Régime opposée aux misères du temps présent.."23

54Au risque de lasser le lecteur nous pourrions multiplier les exemples d'un tel amalgame. Les libéraux laïcs républicains, progressistes face aux traditionalistes catholiques sont simultanément conservateurs face aux socialistes et "démocrates avancés." Dans cette configuration historique la référence aux "principes de 1789" réduits au libéralisme permet une double offensive :

  • contre les socialistes qui n'étant pas libéraux sont assimilés à des ennemis des "principes de 1789", ce qui permet de rassembler les "républicains" contre eux.

  • contre la réaction catholique et monarchiste assimilée aux socialistes d'Etat et aux interventionnistes et à laquelle on interdit grâce à cet amalgame de se réclamer du conservatisme social, ce qui permet de rassembler les conservateurs et de les éloigner des nationalistes.

55Ainsi est célébré un Centenaire ni blanc ni rouge ; mais d'abord et surtout aux seules couleurs du libéralisme !

56Ce fonctionnement "polémique" de la vision libérale de 1789 au service d’une République libérale et conservatrice possède une grande force dans le débat économique de 1889. De façon plus nuancée, mais tout aussi efficace, les principes de 1789 sont appelés à la fin du XIXe siècle à soutenir une théorie conservatrice de l'impôt, rigoureusement hostile à l'impôt sur le revenu notamment progressif. Léon Say, tout particulièrement, a élaboré une construction intellectuelle complexe pour démontrer que les "véritables amis de la démocratie", les républicains véritables doivent partager la conception libérale de l'impôt et des finances publiques.

  • 24 Yves Guyot, Les Principes de 89 et la socialisme, 1894.

57Yves Guyot24 insiste sur les causes fiscales de la Révolution dénonçant l'arbitraire qui caractérisait la fiscalité de l'Ancien Régime : "droit de lever les impôts selon le caprice royal, jusqu'à la confiscation", "impôts perçus pour la plupart que sur les roturiers".

  • 25 Guyot dénonce également dans l'Ancien Régime "l'expropriation sous prétexte de travaux, mais sans f (...)

58Mais outre la dénonciation de l'arbitraire de l'ancienne fiscalité qui, finalement, apparaît aux libéraux une atteinte à la propriété, fruit du travail25, ceux-ci — Yves Guyot et de façon encore plus approfondie Léon Say — insistent sur le consentement à l'impôt et sur la distinction entre l'impôt personnel, impôt d'Ancien Régime, et l'impôt réel, seul conforme aux principes de 89 à leurs yeux.

59La fiscalité d'Ancien Régime, selon Léon Say, repose sur des tarifs dépendant de l'état des personnes, de leur appartenance à un ordre privilégié ou non. La "réforme de l'impôt universellement désirée" à la veille de la Révolution consiste en la transformation de l'impôt personnel en impôt réel, c'est-à-dire lié à la détection de biens économiques objectivement évaluables.

  • 26 Léon Say, Les Impôts démocratiques, Paris : Ed. Guillaumin, 1886.

60"Cest la réforme de l'impôt personnel et sa transformation en impôt réel qui ont caractérisé la lutte de la démocratie contre l'aristocratie et la monarchie... pour que l'égalité devant la loi existe, il faut que la loi procède d'une manière générale, qu'elle ne soit pas inventée pour atteindre une personne ou une classe de personnes ; car autrement, il y a abus"26.

61Mais cette distinction d’apparence progressiste sert surtout aux libéraux d'argument contre tout impôt général sur le revenu. Un impôt général sur le revenu "totalise les biens" et leurs revenus "sur la tête" du contribuable (Y.Guyot) et devient donc un impôt personnel. L'impôt progressif sur le revenu est l'impôt personnel par excellence dans la mesure ou c'est le total des revenus "sur la tête" de chaque contribuable pris personnellement qui détermine le taux d'imposition et non le revenu "réel", objectif, de chacun des biens du patrimoine du contribuable ou de chaque élément de son activité de travail.

62Léon Say ajoute à cette argumentation que le taux de progressivité d'un impôt général sur le revenu serait forcément "arbitraire" et pourrait viser tel ou tel type de situation personnelle, comme sous l'Ancien Régime. Donc l'école libérale rassemble "les véritables amis de la démocratie" car elle veut surtout, en matière fiscale, "affranchir l'arbitraire" comme le voulaient les révolutionnaires de 1789. D'ailleurs — argument devenu classique — une telle fiscalité serait "inquisitoriale" car la connaissance des situations individuelles, nécessaire à tout impôt personnel, suppose forcément des procédures indiscrètes qui lèsent la liberté individuelle.

63Léon Say, par contre, se résout à accepter comme démocratique l'impôt proportionnel sur le revenu qui peut rester réel (il n'additionne pas les divers revenus "sur une même tête") et correspond "aux principes fiscaux de la Révolution selon Dupont de Nemours : équité, égalité, uniformité".

64Il est clair qu'un impôt proportionnel (et non progressif) correspond à une "assurance" pour l'accès aux services publics dont on profite — selon l'école libérale — proportionnellement à son revenu. Et l'assurance principale est en fait à leurs yeux la protection de la propriété. A cette conception libérale d'un impôt neutre par rapport au niveau de revenu des personnes car proportionnel — seule conception conforme aux principes de 1789 — s'oppose évidemment la recherche d'un impôt "instrument de nivellement des fortunes" qui est celle des socialistes et "démocrates avancés", qu'il faut combattre.

65Cette vision libérale de l'impôt s'articule avec une conception restrictive de l'Etat : le "principe de la dépense (politique) nécessaire." Ce principe cantonne l'Etat-minimum dans ses fonctions régaliennes sans "dépenses de charité" ou "dépenses d'amélioration sociale" et sans intervention économique publique. En effet, de telles dépenses n'ont pas de limites sinon un arbitraire politique analogue, aux yeux de Léon Say, à l'arbitraire royal. Saint-Simon, cité par Léon Say, n'écrivait-il pas :

66"Le roi ne doute plus que tous les biens de ses sujets ne fussent siens et que ce qu'il ne prenait pas et qu'il leur laissait était pure grâce" !

67Les interventionnistes et socialistes, au fond, ne sont que les héritiers de ce collectivisme et de cet arbitraire d'Ancien Régime. D'ailleurs une fiscalité progressive conduirait à une logique dépensière de l'Etat : pesant sur quelques-uns et profitant à beaucoup par les dépenses publiques et sociales elle conduirait, par une logique électorale qu'analysera au XXe siècle le Public Choice, à toujours plus d'Etat. Un impôt réel et proportionnel est donc aussi un garde-fou face à la croissance du poids de l'Etat.

68On remarquera cependant qu'Yves Guyot, avec une rigueur intellectuelle louable, doit accepter un impôt modéré... sur le capital (mais non progressif bien sûr) dans la mesure où il s'agit d'un impôt réel par essence. Léon Say semble, quant à lui, passer cette question (délicate pour un économiste et homme politique conservateur) sous silence.

69Cette conception fiscale libérale au service d'un état minimum à faible niveau de prélèvement et non redistributeur en matière de revenus aboutit également à réclamer la généralisation des péages en matière de services publics. La Société d'Economie Politique discute cette question en avril 1889, à propos des canaux et voies navigables sous la présidence de Léon Say et, aux arguments libéraux devenus depuis habituels, ajoute l'argument de lutte contre le protectionnisme interne. La gratuité des canaux privilégie certaines régions qui en possèdent ou peuvent en posséder au détriment des autres et constitue une discrimination positive ou un subventionnement de certaines régions dont les effets sont analogues à ceux du protectionnisme. Développer les péages et réduire d'autant la fiscalité consiste donc à améliorer le fonctionnement du marché libéral, tout en réduisant l’aire de l'Etat.

70On voit que la thèse de "l'impôt réel" comme seul conforme aux principes de 89 s'insère dans une vision globale des principes de l'Etat libéral, réduit à ses missions minimales.

3 - La révolution de 1789 a-t-elle été insuffisamment libérale en refusant la liberté de s'associer aux ennemis de la liberté économique ?

71Cette question préoccupe fortement les économistes libéraux de la fin du XIXe siècle. Elle revient à se demander si les ennemis potentiels de la liberté économique ont droit à la liberté... droits de se coaliser, de s'associer. L'interdiction des coalitions patronales mais aussi ouvrières — avec sa logique antisyndicale — est-elle finalement une mesure véritablement libérale ?

72Emile Levasseur voit dans la loi Le Chapelier (14 juin 1791) "un obstacle grave à la liberté de réunion". Il lui reproche de n'avoir pas su distinguer "au sortir de dix siècles de privilèges", la "limite du droit et de l'abus". Son souci est de distinguer la liberté de s'associer, "droit légitime", et les "tentatives de monopoles ou l'emploi de contrainte" par le mouvement ouvrier qu'il faut réprimer comme "oppression de la liberté".

73Levasseur reproche notamment à la loi Le Chapelier d'interdire la mutualité et les sociétés de secours mutuel entre ouvriers pour se prêter assistance face au chômage et à la maladie. Cette conception est selon lui d'autant plus anti-libérale qu'elle renvoie la charge des indigents et des assistés à "la nation", c'est-à-dire qu’elle renforce l'Etat :

  • 27 Emile Levasseur, op. cit.

74"C'était une idée fausse et anti-sociale que de proscrire la mutualité des cityens sous prétexte qu'il appartenait à l'Etat seul de venir au secours des misérables... La majorité de l'Assemblée (de 1791) s'abusait sur le rôle de l'Etat en matière d'assistance"27.

75Au fond, comme beaucoup de libéraux, Levasseur craint qu'un individualisme excessif, en supprimant les corps intermédiaires mais aussi la "libre association ", n'aboutisse à conforter l'Etat et à accroître son rôle.

76De même en février 1889, la Société d'économie politique, présidée par Féderic Passy se demande, dans le cadre de ses "discussions", si "la liberté d'association doit être toujours illimitée ? " Le débat est très vif et sans conclusion claire. Henri Baudrillart énonce cependant un principe : on doit limiter la libre association lorsqu'elle exerce "une action oppressive" sur l'individu. Et H. Baudrillart propose de limiter ou interdire "toute association qui est placée en dehors des règles économiques de libre concurrence" (entente et monopole).

  • 28 Courcelle-Seneuil, JDE, janvier 1889.
  • 29 Pour "mises hors" lire :"lock out" patronal, évidemment.

77Courcelle-Seneuil est plus concret et direct... et plus optimiste aussi28. L'idée syndicale ou patronale "que le prix du travail est déterminé par la force" grâce à des "grèves ou mises hors"29 est "démentie par la science En régime permanent, à long terme, seul joue le marché. Il n'est donc pas utile de réprimer ce qui n’est qu'"un trouble temporaire", fruit de "l'ignorance". La "flétrissure morale" de l'opinion suffit. Par contre les "désordres qui accompagnent habituellement les grèves, l'intimidation à l'égard de ceux qui veulent travailler [...] sont le comble de l'injustice et doivent être très exactement réprimées".

78Les ultra-libéraux de la fin du XIXe siècle ont finalement une stratégie subtile et cohérente de commémoration du centenaire et des "principes de 89". Le but en est la promotion de l'identité entre République (démocratie) et libéralisme (économique).

  • 30 Gustave de Molinari, JDE, novembre 1889.

79Certains, tel Léon Say, insistent sur les valeurs démocratiques qui inspirent le libéralisme, d'autres tel Courcelle-Seneuil sur le soubassement moral de l'échange libre. D'autres dépolitisent leur analyse : Gustave de Molinari, après la clôture de l'Exposition universelle, le 6 novembre 1889, salue "le développement extraordinaire des arts mécaniques" et "la puissance sans précédent que la science aidée du capital nous a donnée sur le monde matériel"30. Il note que "c'est une révolution bien autrement radicale qu'une révolution politique Mais, libéral jusqu'au détail, il se félicite longuement des recettes dues aux 25 398 609 visiteurs payants, aux recettes de la Tour Eiffel (6 millions 500 000 F) ou du "bouillon Duval " (1,5 millions de F) et d'autres grands restaurants de l'Exposition, ainsi que de l'octroi de Paris et des théâtres. Il conclut :

80"Bref, l'Exposition universelle de 1889 a été un grand spectacle et une bonne affaire. On assure même qu'elle n'aura rien coûté aux contribuables ; mais attendons les comptes !"

II - REJET GLOBAL OU DÉPASSEMENT DE 1789 : LES INTERPRÉTATIONS CRITIQUES

81Hors de "l'établissement" libéral dominant, d'autres économistes avancent des interprétations de 1789 qui prennent leur distance avec les principes de la Révolution.

82La thématique réactionnaire des monarchistes ou traditionalistes est banale et la pensée maurrassienne en a vulgarisé et élargi l'audience. Aussi traiterons-nous rapidement ce courant, déjà bien étudié par l'histoire de la pensée politique et qui se borne à appliquer l'idéologie contre-révolutionnaire et ses schémas d'analyse à l'économie.

83Plus originale est la position de Charles Gide, favorable aux idées républicaines mais réticent à l'égard du libéralisme extrême, partisan de la coopération donc très sensible aux excès individualistes de la Révolution.

84Quant à Paul Leroy-Beaulieu, il veut corriger le risque d'excès libéraux avec l'exacerbation de la "question sociale" qui peut en découler. Jetant les bases d'une conception libérale des fonctions de l'Etat il cherche à tracer des frontières pragmatiques entre public et privé succeptibles de définir clairement les missions de l'Etat pour... en limiter efficacement les risques d'expansion. Dans cette tâche la référence à 1789 lui est, à lui aussi, utile.

1 - Le rejet traditionaliste de 1789 et la recherche d'alliances paradoxales

85Si les thèmes de la pensée contre-révolutionnaire sont bien connus, on a peu souligné la similitude partielle de certaines analyses conservatrices du XIXe siècle avec (paradoxalement ?) la pensée libérale mais aussi la pensée socialiste.

86Ceux qui regrettent la disparition des "corps intermédiaires" et des corporations veulent souvent réduire les pouvoirs de l'Etat en décentralisant, en quelque sorte, les pouvoirs de réglementation au niveau professionnel. Ils veulent également compenser les effets sociaux négatifs du marché et de la libre concurrence.

  • 31 H. Bazin, Traité élémentaire d'économie, Paris : Ed. Lecoffre, 1889.

87La première préocupation conduit à demander le rétablissement de corporations possédant une "autonomie" et "un droit de juridiction"31. Mais elle se pare d'une expression anti-étatiste ou décentralisatrice qui cherche à s'approprier les thèmes libéraux. De Molinari lui-même n’a-t-il pas expliqué qu'en interdisant la libre association, la Révolution a abouti à "diviniser l'Etat" et à susciter "l'Etat-providence" seul recours de l'individu faute de droit pour lui de s'associer librement pour certaines fonctions collectives ? Mais les libéraux refusent cette similitude apparente d'analyse avec les traditionalistes. Car, à leurs yeux, les traditionalistes "confondent les corporations et les associations". Les premières "regroupent les hommes par voie d'autorité et n'admettent pas la concurrence" alors que les secondes relèvent du libre contrat. Les corporations ne seraient donc que "des petits états dans l'Etat" (Courcelle-Seneuil). Les économistes libéraux marquent ainsi clairement la frontière : les partisans de l'Ancien Régime ne sont que des micro-étatistes !

  • 32 Maurice Block, JDE, janvier 1889.

88La seconde préocupation, d'ordre social, conduit le courant traditionaliste, mais aussi le courant social chrétien, à déplorer que la Révolution, en déréglementant le travail, ait fait surgir la question sociale. La question de l'interdiction du travail du dimanche pour des raisons religieuses soulève également des débats dans le JDE. Maurice Block32 s'indigne contre l'alliance en Autriche des "socialistes démocrates qui font profession d'athéisme et des hommes de droite, des députés pieux" contre le travail du dimanche : "la plupart des ouvriers étant devenus socialistes, ils ont perdu toute croyance, le cabaret pourrait bien avoir plus d'attrait pour eux que l'église." Et cette alliance suscite l'ironie des économistes libéraux adversaires de l'oppression que constituerait un tel "repos forcé" (Maurice Block).

  • 33 La REP publie les extraits d'un ouvrage à paraître de Th. Ferneuil : Les Principes de 1789 et la sc (...)

89Th. Ferneuil dans la REP (janvier 1889) s'en prend au "radicalisme socialiste" qui voudrait "persuader les classes laborieuses que la Révolution a eu le privilège de prendre en main et de règler au mieux les intérêts du travail"33. Il proclame que l'individualisme de la Révolution "l'empêchait d'envisager sous son vrai jour le problème du travail et, par suite, d'en découvrir la solution". C'est le refus des corporations qui a donc livré "les masses populaires... à la tyrannie du capital ou au mirage décevant du socialisme d'Etat".

90Cet auteur, en recherche d'alliance avec le mouvement ouvrier, se félicite donc que, en commençant à effacer les principes de 1789, "la loi de 1884 sur les syndicats professionnels marque un acheminement au retour des corporations adaptées aux conditions de la vie moderne".

91Ce type d'analyse fait de la Révolution le géniteur de la question sociale et le courant catholique cherche alors à "aller au peuple" (Charles Gide) en recherchant des alliances ouvrières contre le libéralisme de 1789.

2 - Le dépassement des principes de 89 selon Charles Gide

  • 34 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP III, 1889.

92Dans un très bel article de la REP intitulé "Le Centenaire de 1789"34, Charles Gide note que 1789 ne peut vraiment être fêté car la France est en République et sous un Carnot "un homme portant un des grands noms de l'époque." Or "en France il n'y a de vraie fête que celle qu'on célèbre contre le gouvernement "vraiment il y aurait de quoi [écrit-il] regretter quand on est républicain, de ne pas s'être trouvé, pour la circonstance, sous le règne de Philippe VII !"

93Charles Gide défend clairement l'héritage républicain. Face à ceux qui, comme Molinari pensent "que toutes les réformes que l'on attribue à la Révolution se seraient aussi bien faites sans elle ", il rappelle, à partir de l'exemple de l'écrevisse qui se dépouille de sa carapace, qu'il y a des cas dans lesquels "la révolution parait un mode de développement nécessaire et voulu par la nature

94Mais Charles Gide estime que "depuis la Révolution et même deux à trois siècles déjà, nous nous trouvons à l'état "amorphe" en matière d’organisation sociale et économique".

95Il fallait briser "les liens anciens", mais le libre jeu du marché généralisé n'a pas apporté de solutions. Le triomphe de l'individualisme a créé une situation "d'instabilité". 1789 a réduit les individus "à l'état d'atomes libres" en effaçant les vielles institutions mais il leur faut maintenant "se grouper à nouveau dans des combinaisons plus complexes".

961789, pour Charles Gide, n'est qu'une transition, l'ouverture d'une crise entre le vieux aboli et le neuf qui reste à naître. Et le neuf, bien sûr c'est la coopération pour Charles Gide.

97En septembre 1889, dans un discours au Trocadero devant le congrès international des coopératives de consommation, Charles Gide précise sa pensée. Il faut dépasser la République de 1789 et "couronner l'édifice" par l'avènement de la République coopérative :

98"Nous nous garderons bien de renier notre Révolution et d'en proclamer la banqueroute comme il est de mode de le faire dans certaines écoles mais nous nous garderons aussi de la recommencer. Il nous faut la continuer".

99Les coopératives de consommation sont l'instrument qui doit permettre d'ajouter "la démocratie industrielle" à la "démocratie politique" léguée par 1789. Et Charles Gide de souhaiter "l'avènement de la République coopérative "..."quand reviendra le second centenaire,..."

100Curieusement d'ailleurs, Charles Gide trouve "justifiée" la loi Le Chapelier et la défend avec fermeté devant les coopérateurs. Selon lui elle ne visait que l'égoïsme corporatif et les associations de producteurs. Gide reconnaît la justesse de la formule de Prudhon : "L'association est un groupe de membres associés contre tout le monde". Et Gide d'ajouter pour expliquer son approbation : "cette définition s'applique en effet à toute asociation, hormis à l'association de consommation, parce que celle-ci représente précisémént les intérêts de tout le monde."

101A ceux qui accusent la Révolution d'avoir ignoré la question sociale, Gide s'oppose aussi résolument. Non, elle ne l'a pas ignorée : car "celle-ci n'existait pas." Mais "elle l'a fait naître." Comment ? En imposant par le suffrage universel (auquel il rend un hommage passionné) la prise en compte du peuple. C'est lui le souverain. Il n'est pas plus misérable qu'autrefois : "il est plus redoutable". "Malgré ses haillons, il porte la couronne et c'est la Révolution qui l'a posée sur son front".

102La "force irrésistible " du suffrage universel exigera la solution de la question sociale. Car "le peuple est fort, plus fort que les armées" "pour nos classes dirigeantes c'est la crainte du peuple qui est le commencement de la sagesse".

103La "République coopérative" est donc le dépassement de 1789, le second étage de la démocratie. Mais c'est parce qu'existe le premier étage et son souvenir — le peuple — que la démocratie industrielle viendra résoudre la question sociale.

3 - Leroy-Beaulieu et l'approbation du bout des lèvres

104Loin de l'enthousiasme évident de Charles Gide, Paul Leroy-Beaulieu approuve les thèmes républicains avec mollesse. 1789 reçoit une bonne note pour avoir proclamé "l'indépendance absolue de la personne humaine " mais traite l'oeuvre politique de la Révolution de "déception absolue".

  • 35 Paul Leroy-Beaulieu, L'Etat moderne et ses fonctions, 1ère édition, Paris : Ed. Guillaumin, 1889.

105Pragmatique en matière économique malgré son choix très libéral il reconnaît néanmoins que "la Révolution française malgré ses brutalités, ses comportements, l'action bruyante et sanglante de l'Etat ne fut pas contraire aux idées libérales"35.

106Certes les "lois du maximum" sont des infidélités au libéralisme mais surtout "des dérogations pratiques [imputables] aux circonstances". Car "la propriété privée absolue, la liberté individuelle, civile ou industrielle, illimitée faisaient partie de ces fameux Droits de l'homme".

107Réaliste, Leroy-Beaulieu, déplore que finalement la suppression brutale des "corps intermédiaires" ait "diminué la personne humaine qu'elle prétendait fortifier Mais, globalement, le XVIIIe siècle lui paraît professer une saine doctrine : le "ne pas trop gouverner de d'Argenson", loin des "exagérations" des ultra-libéraux tel G. de Molinari et de son "nihilisme gouvernemental".

  • 36 L'ouvrage est un contraste curieux — parfois mal compris — entre des positions de fond acceptant l' (...)

108Le célèbre traité de Leroy-Beaulieu, l'Etat moderne et ses fonctions (1889), trace alors les grandes lignes d'un Etat acceptable pour les libéraux car très précisément limité dans ses attributions et prône un libéralisme praticable très "juste milieu" pour l’époque36. Il banalise une conception très conservatrice de la République dans l’ordre politique et économique et par la personnalité de son auteur, très puissant personnage officiel dans l’ordre social, intellectuel et politique, montre l’acceptation par les conservateurs de la démocratie. Pas plus, mais pas moins : la République a cessé d’être révolutionnaire. La IIIe République peut se regarder dans une glace sans voir ni poissarde ni sans-culottes.

109En 1889, la pensée économique a donc traité la Révolution comme un enjeu idéologique d’importance. Les stratégies politiques du moment ont très directement influé sur les interprétations économiques de 1789, sans doute.

110Le goût français d’intégrer, par quelques idées simples et quelques beaux raccourcis, tout événement dans la logique d’un système de pensée ou d'un projet d'action présenté comme scientifique et absolu alors qu'il emprunte largement aux circonstances s'est donné libre cours. Donc un beau centenaire, quoi qu'en ait dit Charles Gide.

111Tout bien considéré, peut-être Charles Gide a-t-il plus raison aujourd'hui, en 1989, pour le bicentenaire, qu'en 1889 alors qu'il écrivait :

112"Le Temps, le temps perfide, vient de nous jouer un mauvais tour ! En faisant tourner l'aiguille sur le cadran du siècle, il vient de la ramener sur le chiffre de 89 tout juste au moment où les esprits étaient les moins préparés à en célébrer le retour".

Carrières de Givet (Belgique) par Léonard Defrance
Huile sur bois. 41 x 57.
probablement exposée au salon de 1791
Musée Marmottan. Paris
[studio Lourmel 77. Photo Routhier]

Notes

1 Désignées dans la suite du texte par les références JDE et REP.

2 Jean Jaures, "Le Socialisme de la Révolution française", La Dépêche de Toulouse, 22 Octobre 1890.

3 Jean Jaures, La Dépêche de Toulouse, 17 mars 1881

4 Jean Jaures, "Le Socialisme de la Révolution française", La Dépêche de Toulouse, 22 Octobre 1890.

5 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP, 1889, page 326 sq.

6 Yves Guyot, Les Principes de 1789 et le socialisme, Paris : Ed. Guillaumin, 1892

7 Yves Guyot, op. cit.

8 Paul Leroy-Beaulieu dans l'Etat moderne et ses fonctions, Ed. Guillaumin, 1889, reprend des études publiées par la Revue des Deux-Mondes en 1888 et 1889.

9 Charles Gide, "De la coopération et des transformations qu'elle est appelée à réaliser dans l'ordre économique" et surtout la chronique "Le Centenaire de 1789", REP, III, 1889.

10 Gustave de Molinari, "La Production de l'homme", JDE, mai 1889.

11 Gustave de Molinari, "La Production de l'homme", JDE, mai 1889. La notion de "capital" humain y est explicitement présente.

12 Alors qu'il est interdit pour "les enfants et les filles mineures"

13 Gustave de Molinari, "Chronique", JDE, mars 1889.

14 Courcelle-Seneuil, JDE, mai 1889.

15 Gustave de Molinari. L'inspiration "germanique" est dans la littérature politique et économique de l'époque l'accusation suprême, comme plus tard l'inspiration moscoutaire. La gauche est à l'Est !

16 Courcelle-Seneuil, JDE, janvier 1889.

17 Emile Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l'industrie en France, 1ère cd. 1867, 2ème éd. 1903, Paris : Ed. Guillaumin.

18 Courcelle-Seneuil, JDE, juillet 1889.

19 Courcelle-Seneuil, JDE, février 1889.

20 C'est d'ailleurs l’exacte expression utilisée le 27 juin 1889 par Albert de Mun.

21 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP, III, 1889.

22 Réunion des délégués des Assemblées provinciales, 27 juin 1889.

23 Alfred Jourdan, REP, III, 1889.

24 Yves Guyot, Les Principes de 89 et la socialisme, 1894.

25 Guyot dénonce également dans l'Ancien Régime "l'expropriation sous prétexte de travaux, mais sans fixation d'indemnité autre que le bon plaisir et sans paiement préalable." (op. cit.)

26 Léon Say, Les Impôts démocratiques, Paris : Ed. Guillaumin, 1886.

27 Emile Levasseur, op. cit.

28 Courcelle-Seneuil, JDE, janvier 1889.

29 Pour "mises hors" lire :"lock out" patronal, évidemment.

30 Gustave de Molinari, JDE, novembre 1889.

31 H. Bazin, Traité élémentaire d'économie, Paris : Ed. Lecoffre, 1889.

32 Maurice Block, JDE, janvier 1889.

33 La REP publie les extraits d'un ouvrage à paraître de Th. Ferneuil : Les Principes de 1789 et la science sociale.

34 Charles Gide, "Le Centenaire de 1789", REP III, 1889.

35 Paul Leroy-Beaulieu, L'Etat moderne et ses fonctions, 1ère édition, Paris : Ed. Guillaumin, 1889.

36 L'ouvrage est un contraste curieux — parfois mal compris — entre des positions de fond acceptant l'économie mixte et des formulations (et une conclusion) très polémiques et très libérales de ton.

Table des illustrations

Légende Carrières de Givet (Belgique) par Léonard DefranceHuile sur bois. 41 x 57.probablement exposée au salon de 1791Musée Marmottan. Paris[studio Lourmel 77. Photo Routhier]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteur

Maître de conférences, Institut d'Etudes Politiques de Lyon, université Lyon Lumière – Lyon 2.
Auteur de La Raison économique d'Etat, PUL, 1980. A publié divers articles sur les questions de protection sociale et l'histoire de la pensée libérale "ultra"
Auteur de divers rapports pour la CEE sur les problèmes de flexibilité et de sécurité sociale.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search