Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Ailleurs - plus tard

Necker et l'inégalité sociale

Henri Grange

Texte intégral

  • 1 Cf. Notre ouvrage : Les Idées de Necker, Paris, Klincksieck, 1974.

1Contrairement à l'opinion reçue, Necker n'est pas seulement l'homme politique dont les historiens français nous offrent une image traditionnellement et injustement défavorable, c'est aussi un écrivain dont les ouvrages mériteraient, à coup sûr, une plus grande place dans l'histoire des idées. Ils exposent, en effet, un système complet et solidement structuré1 qui se distingue par une remarquable originalité des idéologies élaborées au siècle des Lumières, idéologies que la Révolution française allait projeter sur le devant de la scène pour les faire passer du domaine de la spéculation à celui de la réalisation. C'est ainsi que, bien loin de participer à l'élan d'enthousiasme qui s'empara de la France en 1789, bien loin d'attendre de la réunion des Etats Généraux l'avènement d'une société nouvelle où règnerait l'égalité, Necker n'a eu d'autre souci que de révéler à ses contemporains scandalisés la vanité de pareils espoirs et de leur démontrer que l'inégalité est le destin inéluctable des sociétés humaines.

2Que l'enthousiasme fût général, que le mot d'égalité fût sur toutes les lèvres, ne doit pas cependant faire illusion : derrière cette unanimité se dissimulent, en fait, deux conceptions bien différentes, voire contradictoires, de l’idéal poursuivi et qui correspondent chacune, aux besoins et aux aspirations des deux classes en présence, possédants et non possédants. Or, Necker, adversaire aussi résolu de l'une et de l'autre doctrine, ne les combat pas avec les mêmes armes et dispose d'une argumentation appropriée à chacun des deux camps. Il en résulte une double confrontation que nous examinerons successivement et qui fera apparaître combien son approche des problèmes économiques et sociaux l'oppose aux deux grands courants de pensée dont se réclamèrent les acteurs du drame révolutionnaire.

3Ceux d'entre eux qui se firent les porte-parole des élites et de leurs intérêts sont les héritiers directs des philosophes, des membres de l'illustre secte qui, à partir de 1750, exerça une influence si considérable sur la vie intellectuelle française. Ces "philosophes", au sens du XVIIIe siècle, s'étaient donné pour mission de laïciser et de rationaliser le comportement des individus en vue de créer une société nouvelle, où chacun retrouverait son autonomie dans la poursuite du bonheur, but légitime de toute existence. La conciliation, problématique au premier abord, entre des volontés égoïstes, toutes tendues vers la réalisation de leurs désirs, vers la possession des mêmes biens, ne soulève à leurs yeux aucune difficulté, car ils font entièrement confiance à un principe qui est à la base de leur système et dont ils célèbrent à satiété les vertus : celui de la concordance entre l'intérêt particulier et l'intérêt général.

4Il leur paraît évident que, si chacun reçoit à proportion de ce qu'il donne, tous s'efforceront d'exercer l'activité la plus utile et de produire le maximum de richesses. Ainsi, dans une division du travail et une spécialisation de plus en plus poussées, les sociétés, guidées par la célèbre et invisible main, connaîtront une prospérité sans cesse croissante et une harmonie aussi parfaite que spontanée. Liberté et égalité sont les seules conditions nécessaires et suffisantes à l'accomplissement d'un aussi séduisant projet. Sans elles, les énergies ne sauraient trouver leur plein épanouissement, ni l'acte d'échange s'effectuer dans la plus parfaite justice.

5On imaginerait alors que la réflexion des philosophes viendrait buter sur cette inégalité flagrante qu'entraîne l'institution de la propriété et sur la dépendance où elle maintient les non possédants par rapport aux possédants. Ils en sont cependant les plus ardents défenseurs.

6Ils soutiennent tout d'abord, et Necker ne discutera pas cet argument, que celui-là seul saura tirer le meilleur parti d'un domaine, qui est assuré d'en recueillir les fruits. L'intérêt personnel est le moteur irremplaçable de la vie économique. Ils sont convaincus aussi, et tentent de convaincre leurs lecteurs, que la différence des conditions, que l'inégalité des fortunes n'est pas la conséquence de l'institution de la propriété, mais d'inégalités et privilèges divers, arbitrairement accordés aux uns, refusés aux autres et qui, introduits dans les structures d'une société par les hasards de l'histoire, sont venus fausser le libre jeu de la concurrence.

  • 2 Necker, De l'importance des opinions religieuses, in : Œuvres complètes, Paris : Treuttel et Würtz (...)
  • 3 Garat, in : Mercure de France, 12 juillet 1788, p. 81.
  • 4 Ibid.

7De ce type d'argumentation nous trouvons un exemple caractéristique dans le compte-rendu d'un ouvrage publié par Necker à la veille de la Révolution2. Son auteur, Garat, authentique membre de la secte, s'il n'en est pas le plus illustre, y affirme péremptoirement "que les inégalités des propriétés ont d'autres sources que la propriété elle-même"3, et les cas qu'il énumère de ces inégalités adventices, seules responsables de l'inégalité, sont significatifs : il cite entre autres les droits féodaux et seigneuriaux, le droit d'aînesse, les substitutions, les fortunes de finance, et il insiste surtout sur le privilège qu’en homme des Lumières, il estime le plus lourd de conséquences : le privilège de l'éducation, appelant de tous ses vœux "une éducation nationale qui en donnant quelqu'égalité aux esprits et aux talents, en mettrait bientôt dans les fortunes et dans la condition des hommes."4

  • 5 Condorcet, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, Paris, 1794.

8Garat n'est qu’un écrivain mineur, mais son témoignage, dans sa naïveté, est admirablement représentatif de ce que les élites bourgeoises croyaient pouvoir attendre de la Révolution et l'on sait la place que tinrent dans les délibérations des assemblées révolutionnaires les ambitieux programmes d'éducation nationale dont le plus célèbre est celui de Condorcet, type même de l'intellectuel engagé dans l'action. C'est lui aussi, qui, sûr du résultat, n'hésite pas à nous dépeindre le radieux avenir promis à l'humanité. Dans la septième et dernière époque de son Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain5, la société future est décrite avec complaisance, société atomisée, faite de petits producteurs indépendants, lancée sur la voie d'un progrès indéfini grâce à une liberté et une égalité parfaites, nées de la disparition de tous les privilèges et de la diffusion des Lumières.

9Pareilles conceptions, et c'est la raison de leur succès, présentaient le précieux avantage de conserver à la propriété individuelle son caractère sacro-saint. Point n'était besoin d'y apporter la moindre restriction pour que se créât spontanément une société où chacun recevrait la juste récompense de son travail et de son talent. Au malaise éprouvé par les riches devant le spectacle de la misère, et dont témoigne l'immense littérature consacrée au problème du luxe, les philosophes apportaient une réponse éminemment sécurisante puisqu'elle conciliait sans effort l'intérêt des possédants et les aspirations humanitaires des classes éclairées, à la fin du XVIIIe siècle.

  • 6 Voltaire, La Défense du Mondain, vers 57-58.

"Le riche est fait pour beaucoup dépenser.
Le pauvre est fait pour beaucoup amasser".6

  • 7 Necker, "Sur la légisation et le commerce des grains", in : Œuvres complètes, tome I.

10La haine féroce dont Necker fut l'objet de la part de ce parangon des philosophes que fut Condorcet, grand admirateur de Voltaire, fougueux disciple de Turgot, est le vivant symbole de l'antagonisme irréductible qui opposait à un optimisme confiant, à un généreux œcuménisme le pessimisme de l'auteur de Sur la législation et le commerce des grains.7. Avec une brutalité surprenante de la part d'un homme aussi pondéré, ce banquier genevois, heureux possesseur d’une très grande fortune, s'est employé à démolir la fragile construction élevée par les clercs d'une nouvelle religion. Comme s'il voulait, à tout prix, priver les classes dominantes d'un confort intellectuel qui faisait partie de leur art de vivre, d'une bonne conscience acquise à trop bon marché, il ne se lasse pas de démontrer que l'institution de la propriété est la cause essentielle de l'inégalité sociale.

  • 8 Ibid., p. 137.
  • 9 Ibid., p. 79.

11Son argumentation se fonde sur l'analyse de la loi d’airain des salaires qu'il est un des premiers, avec Turgot, à avoir décrit avec précision. Anonyme et inexorable, elle fixe la rémunération du travail et, en permettant aux propriétaires "de ne donner que le plus petit salaire possible, c'est-à-dire celui qui représente le plus étroit nécessaire"8 elle leur permet aussi de s'approprier légalement ce que les physiocrates appelaient le produit net, ce que Marx appellera la plus-value. Il apparaît du même coup que le superflu des possédants n'a pas d’autre origine qu'une exploitation systématique de ceux qu'ils emploient. Dès lors, il n'est plus question d'harmonie, les rapports sociaux sont en réalité "un combat obscur et terrible où l'on ne peut pas compter le nombre des malheureux, où le fort opprime le faible à l'abri des lois."9

  • 10 Garat. op. cit., p. 81

12Devant ce tableau, Garat est, à la fois scandalisé et effrayé "Quelle vérité terrible, écrit-il, s'il n'y avait aucun moyen d'en douter"10. Il ne peut admettre qu'il faille choisir entre un ordre fondé sur la propriété avec toutes les conséquences qu'elle entraîne et la mise en question radicale de cette institution. Il ne peut comprendre que le programme des réformes élaboré par une intelligentsia progressiste pour faire disparaître les inégalités et les privilèges de l'Ancien Régime sera sans incidence sur le sort des non possédants et qu'il n’en résultera souvent qu'une appplication plus uniforme et plus rigoureuse de la loi d'airain des salaires.

13Necker, au contraire, n'attendait de la Révolution que l'égalité entre les riches, quels qu'ils fussent. Le moment lui semblait enfin venu de réaliser la fusion des nobles et des bourgeeois en une seule élite de notables et de remplacer une société d'ordres par une société de classes où n'existerait pas d’autre critère entre les individus que celui de la fortune.

  • 11 Cf. Opinion de M. Necker relativement au décret de l'Assemblée Nationale concernant les noms, les (...)

14Son énergique protestation contre la suppression des noms, titres et armoiries ne doit pas nous induire en erreur. Il s'en est clairement expliqué11. Hochets de la vanité mondaine pour le sage, noms, titres et armoiries n'en contribuent pas moins au dressage psychologique des victimes de l'ordre social et, en frappant leur imagination, facilitent une soumission dont tous les riches, solidairement intéressés à l'institution de la propriété, sont finalement bénéficiaires. D'aussi pertinentes considérations ne laissent aucun doute sur l'état d'esprit de leur auteur. La mutation qui s'accomplit, règlement de compte entre la noblesse et la bourgeoisie, ne concerne le peuple en aucune manière, et il n'avait jamais été envisagé qu'il y participât.

  • 12 Necker, Du pouvoir exécutif dans les Grands Etats, in : Œuvres complètes, tome VIII, p. 319.

15Aussi imagine-t-on son agacement, voire son exaspération devant la fameuse proclamation des Droits de l'homme et du Citoyen. Il ne put guère manifester ses sentiments, mais ses réflexions sur la Déclaration des Droits des Américains nous les font suffisamment connaître. Outre-Atlantique, dans un pays neuf ou l'inégalité des fortunes est moins grande, la lutte des classes moins à redouter, l'ordre plus facile à faire respecter, pareille profession de foi pouvait être justifiée, mais elle était au contraire parfaitement déplacée "au milieu de nos mœurs et au sein du pays le plus vieux de l'Europe et par ses habitudes et par ses richesses et par ses lumières"12. La différence entre les structures économiques et sociales des deux pays était trop grande pour qu'ils pussent adopter les mêmes principes et en France la proclamation solennelle de l'égalité des hommes entre eux ne pouvait avoir d'autre effet que d'inciter Caliban à se délivrer de ses chaînes et à se révolter.

16C'est bien ce qui arriva. A une révolution bourgeoise va succéder une révolution populaire qui fera déferler sur la France une vague d'égalitarisme bien différente de la première, obligeant Necker à un second combat. Cette autre révolution eut aussi ses maîtres à penser, non plus les philosophes au sens étroit du terme, mais des écrivains moins mondains, moins soucieux de réussite sociale, plus près du peuple : Morelly, Mably, Rousseau surtout, et l'acharnement mis par Voltaire et Diderot à persécuter l'auteur des Discours illustre admirablement l'opposition profonde entre les deux écoles. Ces auteurs n'entendent guère les raisonnements ingénieux qui montrent comment l'harmonie et le bonheur naîtraient de la libre concurrence, ils sont animés de passions élémentaires et puissantes : la pitié pour les humbles et l'indignation devant une société divisée en oppresseurs et en opprimés.

17En une démarche simpliste, pour mettre fin à ce scandale, ils ne voient pas d'autre moyen que la suppression radicale de l'inégalité et le retour à l'égalité primitive de l'Age d'or. Deux voies s'ouvrent pour y conduire. La première, la plus facile à concevoir, est la redistribution des richesses, le partage des terres, la loi agraire : c'est celle que propose Rousseau dans son Projet de constitution pour la Corse, une Corse peuplée de petits propriétaires disposant chacun d'un domaine suffisant pour les faire vivre, eux et leur famille, dans cette modeste aisance qui est la condition du bonheur. L'autre voie, fort différente, est celle de la communauté des terres et du partage égal de ses fruits, suivant le modèle de ces sociétés patriarcales, frugales elles aussi, qui avait séduit Mably et dont s'inspirera Babeuf. A ces projets, qui jusqu'alors n'avaient fait que nourrir l'imagination des créateurs d'utopies, la Révolution française, et c'est son originalité, va donner un commencement d'exécution.

18Siégeant dans la capitale, les assemblées révolutionnaires, seules détentrices du pouvoir, se sont trouvées, la Convention surtout, à la merci des masses populaires et la sans-culotterie parisienne, armée, organisée dans le cadre des sections, commandée par des chefs énergiques est devenue une force redoutable. On ne peut gouverner sans s'assurer son appui. Or les masses se sentent cruellement dupées, la Révolution n'a rien changé à leur sort, bien au contraire, l'inflation, le chômage, les difficultés d'approvisionnement ont rendu leur misère encore plus profonde. Excités par une presse déchaînée, les sans-culottes veulent des mesures immédiates, concrètes, qui réalisent enfin cette égalité qu'on leur a promise et dont les penseurs révolutionnaires les ont fait rêver. Peu soucieux de cohérence logique, ils réclament, à la fois, la redistribution des fortunes, le partage des terres et la prise en main de l'économie par un Etat dont ils attendent leur pain quotidien.

19L'An II, qui vit l'apogée du mouvement sans-culotte marque ausssi le point extrême de la poussée égalitaire. Les décrets de Ventose, amorce de la loi agraire, prévoient la distribution aux indigents des terres confisquées aux suspects tandis que la lutte s'intensifie contre les accapareurs, les agioteurs, tous les riches en général, soumis à l'emprunt forcé et que des fixations de prix successives aboutissent au maximum général des prix et salaires. Dans le même temps, une mise en scène permanente, à défaut de satisfactions plus substantielles donne aux ventres creux le sentiment qu'une ère nouvelle va commencer, où citoyens et citoyennes vivront dans une égalité parfaite et dans un tutoiement fraternel.

20En fait, derrière ces mesures spectaculaires et ce décor factice se dissimulent mal les ambigüités, sinon la duplicité de la politique menée par les hommes qui siègent à la Convention et au Comité de Salut public. Ces bourgeois, attachés à l'institution de la propriété et qui liquideront sans pitié, le moment venu, les extrémistes les plus dangereux, sont plus soucieux de prévenir les flambées insurrectionnelles que de réaliser une révolution sociale dont ils ne veulent à aucun prix.

  • 13 Necker, Réflexions philosophiques sur l'Egalité, in : Œuvres complètes, tome IX.
  • 14 Necker. De la Révolution française, in : Œuvres complètes, tome IX.

21Mais, à Coppet, d'où l'on suit avec inquiétude le déroulement des événements, on se demande si les structures économiques et sociales de la France ne vont pas être bouleversées de fond en comble. Necker prend donc la plume, en cet hiver 1793-1794, pour exposer l'absurdité et la vanité d'une pareille entreprise et rédige ces Réflexions philosophiques sur l'Egalité13 que Thermidor rendra si rapidement démodées qu'il ne les publiera qu'en 1796, en appendice à un ouvrage général sur la Révolution française14.

  • 15 Cf. Condorcet, Lettre d'un Laboureur de Picardie.

22Sa position a quelque chose de paradoxal. Nul n'a tracé un tableau plus sombre de la condition des non possédants ni montré plus clairement comment et pourquoi l'institution de la propriété entraîne inéluctablement la division de la société en deux classes d'exploitants et d'exploités. La violence de ses propos a même provoqué des réactions indignées de la part de gens de sa classe et Condorcet l'a formellement accusé de fournir des arguments aux destructeurs de l'ordre social15. Or, voila que dans ce texte, il combat l'illusion révolutionnaire avec autant de fermeté qu'il en avait mis à dissiper l'illusion bourgeoise.

  • 16 Necker, Réflexions philosophiques sur l'Egalité, in : Œuvres complètes, p. 486.

23C'est qu'en effet, à ses yeux, l'institution de la propriété doit être envisagée sous l'angle non pas moral mais fonctionnel et défendue au nom de l'efficacité, non de la justice. S'il est évident qu'elle entraîne l'exploitation de l'homme par l'homme, il est évident aussi que sa mise en question ferait naître une anarchie encore plus funeste. Loi agraire et communisme sont des utopies irréalisables. Le partage des terres, dans un pays comme la France, s'accompagnerait des plus sanglants désordres et, à peine réalisé, l'inégalité ne tarderait pas à reparaître, l'opération serait à recommencer indéfiniment. Quant à l'économie dirigée et à l'étatisation, Necker les condamne en des termes que ne désavoueraient pas les libéraux d'aujourd'hui : "A mesure que les commandements se multiplient, les mouvements libres s'arrêtent et l'organisation sociale devient une machine à ressorts à laquelle on est obligé de toucher sans cesse"16. De toutes les solutions imaginées pour assurer la production et la distribution des richesses, et permettre la survie et la propagation de l'espèce, l'institution de la propriété demeure la seule possible et il faut se résigner devant ses conséquences.

24Pareilles considérations lui paraissent toutefois si évidentes qu’il ne s'y attarde pas longuement. Ses ambitions sont plus élevées et, s'il a qualifié ses réflexions de philosophiques, c'est qu'il veut convaincre ses lecteurs que l'inégalité est la loi des sociétés parce qu'elle est la loi de l'univers et que vouloir la détruire, c’est se rebeller contre la volonté du Tout-Puissant.

25A cet effet, il invoque une théorie très ancienne, celle de la grande chaîne des êtres qui, dans la version que lui donna le déisme rationaliste avait rencontré au XVIIIe siècle un immense succès. Elle enseigne que la création s'est accomplie selon un ordre de progression croissante où chaque élément prend sa place sur les degrés d'une immense échelle qui mène du néant jusqu'à la perfection divine et la gradation qui, dans les sociétés humaines, conduit du plus pauvre au plus riche, n'est que l'application d'une loi à laquelle obéit le cosmos tout entier.

26Nous n'insisterons pas sur cet aspect, démodé aujourd'hui, de la pensée de Necker, si ce n'est pour souligner que son apologie de l'inégalité ne se justifie pas seulement au nom d'une analyse rationnelle des rapports sociaux, mais au nom aussi d'une vision globale du monde, figé pour l'éternité dans une structure immuable. Condorcet et Rousseau sont ainsi renvoyés dos à dos, la conquête de l'égalité par la voie du progrès indéfini de l'humanité, comme par celle du retour à l'âge d'or primitif, par la voie libérale, comme par la voie révolutionnaire est une entreprise dépourvue de sens. On ne saurait imaginer opposition plus radicale aux deux grandes solutions proposées par le siècle des Lumières pour mettre fin à l'existence des classes sociales.

27Est-ce à dire que Necker abandonne le peuple au triste sort auquel le condamne aussi bien la loi d'airain des salaires que les décrets de la Providence ? Ses ouvrages publiés avant la Révolution, comme la politique suivie pendant son premier ministère, prouvent heureusement le contraire. Avec lui s’ouvre en effet, une troisième voie dans laquelle, à plus ou moins longue échéance, vont s'engager bien des pays, la voie de l'interventionnisme et il est le premier homme d'Etat à en avoir aussi clairement exposé les principes qu'il en a, avec précision, défini le programme, principes et programme qui se déduisent logiquement de son analyse des rapports sociaux.

  • 17 Necker, De l'Administration des Finances de la France, in : Œuvres complètes, tome V.

28S'il est vrai qu'en échange de sa force de travail, le salarié ne saurait recevoir davantage que ce qu'il faut pour entretenir cette force, c'est-à-dire "le plus étroit nécessaire", il lui est impossible de faire face à une hausse brutale des prix, à un brusque relèvement des impôts, au chômage, aux accidents, à la maladie, comme il lui est tout aussi impossible d'assurer sa vieillesse. L'indigence, dont il était si commode pour Quesnay ou le "bon" Turgot d'attribuer la cause à la paresse ou à l'ivrognerie, est, en réalité "une des conditions inséparables de l'état de société", elle est la conséquence inévitable d'un ordre fondé sur l'institution de la propriété et donc, en conclut le ministre de Louis XVI C'est au gouvernement, interprète et dépositaire de l'harmonie sociale, c'est à lui de faire pour cette classe nombreuse et déshéritée, tout ce que l'ordre et la justice lui permettent : il doit profiter attentivement de tous les moyens qui lui ont été laissés pour adoucir la rigueur des anciennes conventions et pour tendre une main secourable à ceux qui ont besoin de protection contre les lois mêmes". 17

29Quelle nouveauté dans le langage ! On n'invoque plus l'amour pour ses sujets d'un monarque de droit divin, père de ses peuples. Il n’est plus fait appel à la charité chrétienne, ni même à la bienfaisance des philosophes ; laïque et fondé en raison, l'interventionnisme, doctrine moderne, fait de l'action sociale un devoir imposé à l'Etat et pour lui donner les moyens d'assumer ses reponsabilités. Necker proposait, à l'échelon national, un vaste ensemble de mesures où figuraient aussi bien la stabilité du prix des subsistances, la modération des impôts, la lutte contre le chômage, qu'un vaste système centralisé d'Assistance publique.

30La Révolution française telle que Necker la concevait et telle qu'elle s'accomplît, ne devait guère changer la nature des rapports entre propriétaires et salariés, et la mission assignée à la puissance publique demeurait donc tout aussi nécessaire après qu'avant 89. Le ministre de Louis XVI n'eût ni le temps ni le pouvoir de faire adopter les institutions qui auraient permis à l'Etat de remplir ses devoirs. Sur deux points toutefois les circonstances lui permirent de montrer comment il les comprenait.

31Loménie de Brienne, en juin 1787, avait sous la pression des physiocrates, rétabli la liberté du commerce des grains, même à l'extérieur du royaume. Décision imprudente qui constitue la premier acte du même scénario qu'avait déclenché le fameux édit de Turgot. La récolte de 1788, catastrophique, provoque une disette qui durera jusqu'à la fin de 1789 et la hausse du prix du blé fait naître une Guerre des Farines larvée dont le plus spectaculaire épisode furent les journées des 5 et 6 octobre où la foule parisienne marcha sur Versailles, non pour y proclamer la liberté, l'égalité et la fraternité, mais pour en ramener le boulanger, la boulangère et le petit mitron.

32Aussitôt arrivé au pouvoir, Necker interdit l'exportation des grains et mit tout en œuvre pour assurer l'approvisionnement de la capitale, allant jusqu'à garantir sur sa propre fortune le règlement d'achats de blé effectués par l'intermédiaire d'une maison de banque de Hambourg. Il put ainsi éviter le pire mais bien des désordres et des souffrances eussent été épargnés si l'on avait suivi les conseils donnés dans l'ouvrage qui déplut si fort à Turgot : Sur la législation et le commerce des grains.

33C'est dans le même désir de prévenir les conséquences d'une absurde politique financière dont les classes déshéritées allaient être les premières victimes que Necker, sans se soucier d'une impopularité croissante, s'opposa de toutes ses forces à la création des assignats. Fascinés par l'énormité du capital dont la nationalisation des biens du clergé leur permettrait de disposer, les députés crurent trouver dans l'émission d'un papier-monnaie gagé par d'immenses domaines, la panacée qui ferait s'évanouir et le déficit et le déséquilibre du budget. A l'instigation de Mirabeau, porte-parole de la plus aveugle incompétence, et malgré les avertissements de son ministre des Finances, la Constituante, dès avril 1790 prit la fatale décision de faire fonctionner la planche à billets, provoquant ainsi une inflation galopante qui devait, pendant des années, détraquer l'économie française et rendre encore plus insupportable la misère des masses populaires. Durant l'hiver 94-95, on ramassait, dans les rues de Paris, les corps des indigents morts de froid et de faim. Ces malheureux payaient le prix de l'indifférence et du mépris dont les membres de l'Assemblée nationale avaient accueilli les plus pressants appels à la prudence et, en particulier, le mémoire qui leur avait été encore adressé, le 27 août 1790, contre l’émission de dix-neuf cents millions d'assignats.

34Necker ne fut pas, comme il en eut l'ambition, l'accoucheur de la Révolution française. Sur le plan politique, toutefois, son échec ne fut que provisoire : un quart de siècle plus tard, ses idées triomphaient et, avec la Charte, s'instaurait une monarchie constitutionnelle à l'anglaise, bien peu différente de celle qu'en juin 1789, il avait tenté de faire accepter. Par contre, sur le plan social, son départ eut de plus graves conséquences, car il laissa face à face, pour de nombreuses décennies les partisans d'un libéralisme sauvage et ceux de la lutte révolutionnaire, confrontation dramatique dont les épisodes sanglants rythmèrent l'histoire du XIXe siècle. Par degrés et dans l'oubli de tout ce qui avait été écrit et réalisé par le ministre de Louis XVI, l'interventionnisme finit toutefois par s'imposer comme une solution moyenne, susceptible d'améliorer sans secousses brutales le sort des classes défavorisées.

35C'est sous cet angle, nous semble-t-il, qu'apparaît dans son véritable jour, le rôle joué par Necker sous l'Ancien Régime et celui qui aurait pu être le sien en 1789. A cette date, son désir était, sans aucun doute, de voir s'instaurer une société de notables, avec toutes les conséquences politiques et économiques qu'impliquait cette mutation, à la condition toutefois que la domination des riches ne dégénérât pas en une intolérable oppression. Persuadé que l'existence des classes était inévitable, que l'inégalité était inséparable du destin de l'espèce, que le peuple serait toujours "le pauvre peuple", il estimait aussi qu'il y avait des limites à ne pas dépasser dans l'exploitation de l'homme et que c'était à l’Etat de les fixer dans l'intérêt de la société toute entière, car en assurant aux victimes de l'ordre social un niveau de vie qui les préservât de la misère, on prévenait aussi révoltes déséspérées et cruelles répressions.

36Les objectifs et les motivations des politiques interventionnistes ont depuis beaucoup changé, il est vrai, mais, deux siècles séparent le minimum vital et l'assistance publique de Necker du SMIC et de la Sécurité sociale d'aujourd'hui, deux siècles au cours desquels se sont accomplies une révolution industrielle et une révolution technologique dont personne, à la fin du XVIIIe siècle n'aurait pu prévoir ni l'ampleur, ni les conséquences.

Notes

1 Cf. Notre ouvrage : Les Idées de Necker, Paris, Klincksieck, 1974.

2 Necker, De l'importance des opinions religieuses, in : Œuvres complètes, Paris : Treuttel et Würtz, t. XII, 1821.

3 Garat, in : Mercure de France, 12 juillet 1788, p. 81.

4 Ibid.

5 Condorcet, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, Paris, 1794.

6 Voltaire, La Défense du Mondain, vers 57-58.

7 Necker, "Sur la légisation et le commerce des grains", in : Œuvres complètes, tome I.

8 Ibid., p. 137.

9 Ibid., p. 79.

10 Garat. op. cit., p. 81

11 Cf. Opinion de M. Necker relativement au décret de l'Assemblée Nationale concernant les noms, les titres et les armoiries, in : Œuvres complètes, tome VII.

12 Necker, Du pouvoir exécutif dans les Grands Etats, in : Œuvres complètes, tome VIII, p. 319.

13 Necker, Réflexions philosophiques sur l'Egalité, in : Œuvres complètes, tome IX.

14 Necker. De la Révolution française, in : Œuvres complètes, tome IX.

15 Cf. Condorcet, Lettre d'un Laboureur de Picardie.

16 Necker, Réflexions philosophiques sur l'Egalité, in : Œuvres complètes, p. 486.

17 Necker, De l'Administration des Finances de la France, in : Œuvres complètes, tome V.

Auteur

Professeur honoraire, université de Dijon.
Auteur de : Les Idées de Necker, Paris, Klincksieck, 1974. A publié une vingtaine d'articles sur l'histoire des idées politique et sociales de 1750 à 1800. Prépare une édition d'un manuscrit de Benjamin Constant : "Fragments d'un ouvrage inachevé".

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search