Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

1789-1794. Du libéralisme a l'économie de guerre

Economie et politique chez Saint-Just

L'exemple de l'inflation1

Charles-Albert Michalet

Texte intégral

  • 1 Une première version de cet article est parue dans les Annales de la Révolution française, 1968, pp (...)

"Les monnaies ont, dans tout Etat, une souveraine influence..."
Saint-Just,
Fragments sur les Institutions républicaines,
Paris : Tachener, 1831, p. 49.

  • 2 A. Soboul, Histoire de la Révolution française, Paris : Gallimard - Idées. 1962, t. I, p. 342.

1La liaison entre la terreur et la crise économique est indéniable. A. Soboul écrit en ce sens : "La crise économique et sociale constitue le premier aspect de cette crise générale de la Révolution où manqua de sombrer la République au printemps de 1793"2. Il ne nous appartient pas de juger du sens dans lequel la liaison a pu jouer. La recherche d'un simple rapport de causalité est sans doute vaine. Il suffit de bien délimiter l'origine de la crise. Celle-ci fut essentiellement due à l’émission exagérée des assignats.

  • 3 Sur tous ces points, voir G. Lefebvre, La Révolution française (Paris : P.U.F. 1963, 3e édit.), pp. (...)
  • 4 E. Harris, The Assignats, Cambridge, Harvard University Press.
  • 5 G. Lefebvre, op. cit. p. 180.

2Le 19 décembre 1789, l'Assemblée constituante avait décidé de mettre en vente pour 400 millions de biens d'Eglise, "mis à la disposition de la nation" un mois et demi auparavant. Des assignats furent émis pour une valeur égale. Il ne s'agissait encore que de reconnaissance de dettes portant intérêt à 5 %. Ces titres étaient remboursables en biens-fonds. Le mécanisme impliquait donc une destruction automatique des assignats au fur et à mesure de la vente des biens d'Eglise. Simultanément, la dette publique se trouverait allégée dans la même proportion. Quatre cents millions d'assignats furent ainsi mis en circulation sous forme de grosses coupures de 1 000 livres. A l'origine, les assignats constituent donc un type de bon du Trésor destiné à une couche restreinte de la population : les créanciers immédiats de l'Etat (fournisseurs aux armées, financiers, titulaires d'offices supprimés). L'effet de redistribution entraîné par ce mécanisme devait être limité. Mais cette orientation initiale fut rapidement abandonnée. Devant les difficultés rencontrées pour placer les assignats émis (les acheteurs éventuels n'étaient pas totalement convaincus de l'irréversibilité de l'opération de nationalisation des biens du clergé), et devant les besoins croissants du Trésor (la dette flottante enflait et par suite du remaniement du système fiscal, les nouveaux impôts rentraient avec retard), un décret du 17 août 1790 transforma l'assignat en billet de banque. En même temps, on en porta l'émission à 1 200 millions et l'on créa des petites coupures de cinquante livres, puis, en mai 1791, de cinq livres. A partir de ce moment, les émissions ne cessèrent de se multiplier, aggravant inéluctablement la dépréciation de cette monnaie de papier. En autorisant le trafic du numéraire, l’Assemblée accentua encore le mouvement. Un double système de prix — en espèces et en assignats — s'instaura et, selon une loi bien connue, la monnaie métallique disparut de la circulation3. L'objet de l'émission des assignats a donc été très rapidement dénaturé. Au début, il s'agissait avant tout d'un expédient temporaire destiné à éteindre la dette publique. Le rendement financier de l'opération était excellent : E. Harris a calculé qu'en francs constants, la valeur des assignats émis en un an représentait sept ans de revenu sous l'Ancien Régime4. En dépit des prédictions pessimistes de Dupont de Nemours, de Talleyrand, de Lavoisier, de Condorcet, des réticences nées du souvenir encore vivace de l'expérience de Law, le système n'était pas condamné aux conséquences catastrophiques qu'il déclencha. Mais il devint un moyen facile pour le gouvernement de se procurer des ressources. Ce furent les besoins nés de la guerre qui "en exigeant une émission torrentielle, tuèrent l'assignat"5. Quoi qu'il en soit, le mouvement à la hausse du niveau des prix, la "crise des subsistances" qui allait en résulter pour le peuple, se développèrent rapidement. Pour le jeune conventionnel représentant de l'Aisne, Saint-Just, l'inflation représenta dès son entrée dans la vie politique active, une menace constante pour la survie de la Révolution.

  • 6 En ce qui concerne les discours, nous ferons référence au recueil présenté par A. Soboul (les class (...)

3Saint-Just est revenu, à plusieurs reprises, sur les problèmes soulevés par l'émission exagérée des assignats, par "l'excès du signe". Il traite de cette question dans trois discours (Discours sur les subsistances, pour un gouvernement révolutionnaire, et sur la police générale...) et dans les Fragments sur les Institutions républicaines6. Il vaut de noter dès maintenant que toutes les interventions de caractère économique de Saint-Just devant la Convention, ont porté exclusivement — à notre connaissance — sur l'inflation. Il en va de même pour les Fragments. Cette constatation entraîne deux conséquences qui doivent justifier l'intérêt de notre recherche.

4A un premier niveau, celui de l'économiste, l'analyse du processus inflationniste présentée par Saint-Just et les remèdes proposés ne peuvent qu'enrichir sa connaissance de ce phénomène. Son champ d'expérience est celui des faits passés : la référence aux faits concrets pour les progrès de la science économique nous semble indispensable. L'examen critique de l'explication de l'inflation révolutionnaire offerte par Saint-Just, la confrontation de ses thèmes à la réalité historique, l'appréciation de la validité du diagnostic du jeune révolutionnaire, la formalisation de ses arguments, la dénonciation des lacunes de son appareil d'analyse, toute cette démarche d'ensemble peut aider l'économiste moderne à affiner sa compréhension du phénomène inflationniste. L'enrichissement de sa connaissance est concevable à un double point de vue. D'une part, à travers Saint Just, il peut découvrir des aspects nouveaux ou actuellement négligés, du fait même des progrès réalisés dans l'étude de l'inflation. Le recul historique est ainsi favorable à une remise en cause d'analyses modernes forcément influencées par les caractéristiques dominantes des économies contemporaines. D'autre part, et plus généralement, ce peut être l'occasion de formuler en termes plus concrets une meilleure qualification des rapports de l'économie et de la politique. En effet, et il importe de le noter dès maintenant, Saint-Just n'a pas disposé dès son premier discours, d'un schéma explicatif achevé des mécanismes inflationnistes auxquels, en tant qu'homme politique, il était affronté. Ce n'est que progressivement, au fur et à mesure des problèmes soulevés par la lutte contre la crise, qu'il a pu en dégager les différents rouages. Nous aurons donc à retracer les étapes de sa compréhension de l'inflation et à retrouver leur signification particulière. Ce qui reviendra au fond à adopter une attitude critique vis-à-vis d'un certain nombre d'explications de l'inflation.

5A un second niveau, immanent à la pensée de Saint-Just, l'historien sera curieux de savoir si une liaison cohérente, d'une intensité suffisante, existe entre l'analyse de l'inflation et la Weltanschauung du jeune doctrinaire. Car ce qui fait l'originalité de Saint-Just, c'est la coexistence, dans ses actes, dans ses jugements, dans l'ensemble de ses œuvres, de l'homme d'action et de l'homme de réflexion. C'est parce qu'il nous semble aberrant de vouloir dissocier ces deux visages à l'intérieur des actions et des prises de position de Saint-Just, que l'examen de sa conception de l'inflation et de ses effets mérite d'être entrepris. L’excès d'abstraction guette ceux qui cherchent à effectuer des coupures dans la continuité mouvante de l'existence. Les couches archéologiques qui forment une conscience individuelle sont trop intimement mêlées pour qu'on puisse essayer de distinguer une hiérarchie des influences dans chacune des actions d'un individu. Elles sont toutes la manifestation d'une personnalité globale. Aussi, le fait que Saint-Just se soit penché à divers moments de sa vie sur le phénomène inflationniste, que la prise en considération de ses causes et de ses remèdes forme l'essentiel du quart du nombre total de ses discours, manifeste de façon indiscutable l’intérêt qu'il portait à cette question. Surtout, étant donné que Saint-Just s'est toujours efforcé d'intégrer les exigences des solutions pratiques à sa problématique personnelle, il faut rechercher au-delà de la pression immédiate des événements le sens que l’inflation revêtait pour lui dans sa réflexion théorique sur l'ordre social idéal. Dans cette perspective, la validité objective de l'analyse économique de Saint-Just est secondaire. Ce qui importe, c'est d'essayer de comprendre pourquoi il a examiné avec autant de minutie ce phénomène et quelle place l'inflation occupait dans son système de pensée. Mais avant d'aborder cette question, qui constituera la seconde étape de notre étude, il convient de reconstituer au préalable le "modèle" du processus inflationniste, tel qu'il s'est progressivement dégagé de l'observation et de la pratique.

6En fin de compte, notre entreprise aboutirait si une liaison entre la signification de l'analyse de l'inflation faite par Saint-Just et sa mort tragique le 10 thermidor n'apparaissait pas comme extravagante.

I - ANALYSE ÉCONOMIQUE DE L’INFLATION

7L'analyse économique de l'inflation présentée par Saint-Just dans les discours et les écrits où il a traité de questions économiques — c'est-à-dire essentiellement du processus inflationniste — a été très mouvante. Elle n'a pas obéit dès le début à une vision toute faite. Elle a au contraire reflété l'expérience de l'homme politique, l'aggravation des difficultés rencontrées pour assurer le ravitaillement du peuple parisien et de l'armée. Mais cette particularité de la vision du jeune montagnard qui consiste en un perpétuel va-et-vient des faits aux principes, lui a permis de dépasser les exigences immédiates pour élaborer peu à peu — précisément entre le discours sur les subsistances du 29 novembre 1792 et le discours pour un gouvernement révolutionnaire du 10 octobre 1793 — un modèle cohérent des déséquilibres monétaires et de leur aggravation par le passage à l'inflation ouverte. Il est bien évident que cette construction ne peut être envisagée comme une véritable théorie de l’inflation qu'après coup. Il n'est pas sûr que Saint-Just ait toujours relié entre eux les différents éclairages qu'il a projetés sur la crise qu'il vivait intensément au jour le jour. Du moins n'a-t-il pas cherché à les systématiser si ce n'est dans quelques pages des Fragments sur les Institutions républicaines qui donnent un raccourci de l'évolution de ses idées vis-à-vis du processus inflationniste. Un premier effort consiste donc à rassembler les notations disséminées dans ses divers écrits pour les présenter selon un schéma dynamique qui ne trahisse pas la conception finale de Saint-Just. Il est normal qu'il n'ait pas été préoccupé par cet effort de synthèse : d'abord parce que les faits économiques n'étaient pas au centre de ses préoccupations théoriques, ensuite parce qu'il a cherché à comprendre le processus inflationniste dans le seul but de pouvoir agir sur lui. Chaque étape dans l'explication du phénomène est avant tout le reflet d'un échec des remèdes utilisés jusque là pour le combattre. L'analyse est au service de l'action immédiate et nous verrons que les instruments préconisés successivement décrivent la même trajectoire que celle suivie par le schéma explicatif.

1 - Le mécanisme de l'inflation

8Saint-Just est revenu à plusieurs reprises sur l'analyse du mécanisme de l'inflation. La reprise d'un même thème n'a pas été une simple répétition. Elle s'est traduite par un enrichissement progressif de la compréhension du mécanisme. Etant donné qu'elle était imposée par la persistance de la crise économique, la vision de Saint-Just a donc été influencée par le développement historique du phénomène de hausse du prix des denrées et de ses répercussions sur les rapports de force politiques. L'évolution de sa compréhension de l'inflation a connu deux étapes. Jusqu'en 1793, Saint-Just reste dans le cadre d'une stricte analyse monétaire. La cause de l'inflation tient à l'accroissement exagéré des moyens de paiement représentés par les assignats. L'excès des flux monétaires dû à une politique d'émission effrénée, confronté à une offre stagnante, provoque la hausse du prix des denrées. Dans ses premières interventions, le jeune révolutionnaire fait appel, on le verra, à un schéma d'explication quantitativiste. Cependant, à côté de cette thèse principale, Saint-Just énonce dans ses discours, sous forme d'incidentes parfois, un certain nombre de points de vue qui révèlent, quand ils sont reliés les uns aux autres, une perception plus affinée des mécanismes inflationnistes. En effet, il est possible de discerner l'ébauche — très confuse, partiellement implicite — d'une approche des tensions inflationnistes par la prise en considération des anticipations des agents économiques. Ce progrès dans l'analyse prépare, en fait, la seconde étape de la recherche entreprise par Saint-Just pour cerner et dénoncer les causes profondes du processus inflationniste. En effet, à partir du discours sur le Gouvernement révolutionnaire du 10 octobre 1793, il déborde la mise en accusation de la politique d'émission pour présenter une explication plus vaste de l'accélération du mouvement inflationniste effectuée, cette fois, en termes de groupes sociaux.

  • 7 Fragments sur les Institutions, p. 51.

9L’évolution de la pensée de Saint-Just peut être ainsi décomposée en deux niveaux d'analyse successifs au prix d'une systématisation rigoureuse de ses interventions. Néanmoins, nous n’avons pas le sentiment d'avoir pour autant déformé sa compréhension progressive de l'inflation. En effet, la logique de ces constructions successives que nous avons distinguées, correspond à la dynamique même de sa pensée et de sa pratique politiques. Dans cette perspective, le mécanisme du processus inflationniste, tel qu'il a été démontré par Saint-Just, repose à la fois sur l'énoncé de la cause de l'apparition de tensions inflationnistes et sur les facteurs qui ont entraîné leur aggravation. Saint-Just a porté contre le système des assignats une double accusation. En effet, il ne s'est pas tenu à la seule dénonciation des excès de la politique d’émission du gouvernement qui, acculé par les besoins sans cesse croissants engendrés par la guerre, avait dû se résoudre à "multiplier les monnaies"7. Il a montré aussi, dans ses discours consacrés aux difficultés financières, que le mécanisme de l'émission tel qu’il fut appliqué était, en lui-même, un facteur de tensions. Aussi convient-t-il de considérer en premier lieu cet aspect du mécanisme inflationniste.

  • 8 Sur la police générale, p. 175.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

10La pratique des "annuités" s'identifie pour Saint-Just au "système du discrédit des assignats"8. Afin de faciliter le placement des titres, le gouvernement autorise les acheteurs de biens nationaux à effectuer en douze annuités le règlement de leurs acquisitions en assignats. Il suffirait de régler au comptant une première annuité, plus 5 % du solde dû. Ce système présentait un double avantage pour les acquéreurs de biens nationaux. D'une part, il leur permettait de conserver la disponibilité des actifs qui aurait dû servir à règler leur achat. Leur fortune n'était entamée, au départ, que d'un peu plus du douzième de la valeur des titres acquis. Aussi, la facilité offerte par cette modalité de vente allait-elle laisser "le temps aux acquéreurs d’agioter pendant onze ans, avec le prix de leurs domaines."9. D'autre part, à partir du moment où les assignats furent transformés en moyens de paiement courants, les avoirs liquides de leurs détenteurs se trouvèrent accrus d'autant. De ce fait, les assignats gonflèrent les flux monétaires qui auraient dû disparaître progressivement par suite de la vente de biens nationaux qui servaient à rembourser les créanciers de l'Etat. C'est ce que rappelle très clairement Saint-Just : "On devait s'attendre que les assignats, promptement échangés contre les terres nationales mises en vente, ne se mesureraient jamais contre les denrées et le commerce "10. Le mécanisme des annuités, doublé de la transformation des assignats en papier-monnaie, s'analyse donc comme une création nette de moyens de paiement venant s'ajouter aux avoirs monétaires préxistants faiblement entamés par le règlement de la première annuité.

  • 11 Sur les subsistances, p. 82.
  • 12 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 123.
  • 13 Fragments sur les Institutions, p. 52.

11En outre, les sommes qui avaient pu être ainsi drainées allaient être immédiatement réintroduites dans l'économie sous forme de dépenses publiques. En effet, à l'origine l'opération visait avant tout à fournir à l'Etat les ressources dont il avait besoin pour faire face à ses besoins financiers. Saint-Just ne semble pas avoir aperçu cet autre aspect du rôle inflationniste de la politique des assignats. En matière de finances publiques, il se borne seulement à critiquer la politique consistant à pallier la perte de recettes fiscales entraînée par le non-paiement des arriérés d'impôts par des émissions supplémentaires d'assignats. Il écrit à ce sujet : "On remplacera l'arriéré des impôts par des émissions d'assignats et le capital des impôts en circulation sera en circulation avec le signe représentatif de l'arriéré"11. Là encore, il perçoit avec acuité que le canal de l'émission d'assignats évite un prélèvement sur les revenus des particuliers qui compenserait la création de nouveaux moyens de paiement. En revanche, la fonction redistributrice des dépenses étatiques lui échappe. Lacune grave, car elle lui fait perdre de vue la raison d'être initiale de cet expédient, et elle l'empêche de mesurer dans toute leur ampleur des causes de l'inflation. Pourtant, il est permis de penser que le système des annuités a eu pour conséquences d'inciter l’Etat révolutionnaire à multiplier les émissions afin de compenser, dans une certaine mesure, la faiblesse des rentrées qui en résultait. Le même effet de multiplication a dû jouer quand l'Etat s'est rendu compte que, grâce à l'inflation, les acquéreurs de biens nationaux réglaient le solde de leur dette - les annuités restantes - au moyen d'une monnaie dépréciée. Ce dernier phénomène n'a pas non plus échappé à Saint-Just : "Les annuités et les intérêts qu'on vous paie aujourd'hui ne répondent plus à la valeur actuelle du signe, et l'Etat a perdu la moitié sur la vente des terres"12. Mais, une fois de plus ce qui attire son attention c'est la possibilité qui est ainsi offerte aux acheteurs de biens nationaux de ne pas supporter intégralement la contre-partie pécuniaire de leurs opérations. Bien plus, dans certains cas, l'accroissement du patrimoine immobilier de ces derniers a pu s'effectuer gratuitement, si l'on excepte le premier versement : "Ainsi, le signe perdant de son prix de mois en mois, les annuités n'étaient point acquittées par des capitaux, [...] mais les annuités étaient acquittées par la seule redevance du bien "13. Du fait de la hausse du prix des produits agricoles, le revenu des biens nationaux récemment acquis suffisait à couvrir leur remboursement à l'Etat !

12En dernière analyse, le mécanisme des annuités s'est traduit par une émission fiduciaire nette accompagnée d’un transfert de capital du domaine public aux ménages. La masse monétaire a été accrue du montant des assignats mis en circulation et qui correspondait, au début, à la valeur des biens nationalisés. Mais l'acquisition de ceux-ci n'a pas entraîné une baisse correspondante des avoirs des acheteurs. Leurs patrimoines ont été faiblement entamés, à la fois grâce au jeu des annuités et à celui du remboursement en monnaie dépréciée. En outre, les fonds qui avaient néanmoins pu être captés par l'Etat ont été immédiatement relancés dans l'économie. Dans le même temps, l'offre de biens de services n'était pas augmentée, les difficultés politiques qui marquèrent cette période contribuèrent plutôt à la réduire.

  • 14 Sur la police générale, p. 179.
  • 15 Sur les subsistances, p. 83.

13Dans ces conditions, le mécanisme de création des assignats, à partir du moment où la nature de ceux-ci fut transformée, était inévitablement porteur d'inflation. Ce qui apparaît à travers l'analyse de Saint-Just, c'est qu'il importait peu que le montant total des assignats en circulation soit strictement limité à la valeur des biens nationaux qui leur servaient de gage. Cette première conclusion, Saint-Just ne l'a pas tirée aussi nettement. Bien qu'il ait aperçu avec lucidité que "le régime des annuités [...] était relativement mortel pour l'économie et la prospérité françaises"14 et, condamnation autrement grave dans sa bouche, que "cette méthode corrompt l’économie"15, il reste attaché, comme nous allons le voir, à l'idée que la situation s'est d'autant plus dégradée que l'on s'est éloigné davantage de l'égalité entre la valeur des assignats émis et celle de leur gage.

  • 16 Ibid., p. 76.
  • 17 Fragments, p. 54.
  • 18 Sur les subsistances, p. 83.

14Les émisions exagérées d'assignats ont été la cause majeure de l'inflation révolutionnaire. Saint-Just répète inlassablement son diagnostic : "Ce qui a renversé en France le système du commerce des grains depuis la Révolution, c'est l'émission déréglée du signe"16 ; il court en filigrane derrière la plupart de ses interventions de caractère économique. Le thème est amplifié parfois jusqu'à ses conséquences ultimes, sans qu'il nous soit encore possible d'y insister pour le moment : "Trois cent millions émis chaque mois par le Trésor Public, n'y entrent plus, et vont détruire l'amour du travail et du désintéressement sacré qui constitue la République"17. L'excès du signe est "le vice de notre économie..."18.

15Si Saint-Just accorde tant d'importance au processus inflationniste, c'est parce qu'il pressent que la survie de la Révolution dépend de l'arrêt de la montée des prix. Il importe donc au premier chef d’en démonter le mécanisme fatal. L'essentiel de son analyse est contenu dans sa première intervention se rapportant à l'économie, le discours sur les subsistances de novembre 1792. Son objectif est encore limité : en effet, l'explication de l'inflation va connaître un enrichissement progressif au fur et à mesure que les conséquences politiques et sociales de son développement se feront plus durement sentir.

  • 19 Ibid. p. 77.
  • 20 Ibid., p. 76.
  • 21 Sur les subsistances, p. 76.

16Pour le moment, il suffit à Saint-Just d'exposer le mécanisme du déséquilibre, d'en montrer les conséquences, d'apprécier les moyens de combattre. Pour cela, il ne revient pas en arrière, il n'expose pas selon quelle évolution le système des assignats a été peu à peu détourné de sa fonction initiale. Il prend pour point de départ de sa démonstration, l'état de fait dans lequel se trouve l'économie française au moment où il prend la parole. Dans cette perspective limitée, le jugement est net : " La cherté des subsistances et de toutes choses vient de la disproportion du signe "19. La masse des assignats en circulation est exagérée ; le pouvoir d'achat qu'elle véhicule excède de beaucoup les flux réels de biens et services. Il ne s'agit plus maintenant de rapporter le volume de la monnaie d'assignats à la valeur du gage de l'émission, les biens nationaux. Ce qui importe, à présent que la crise s'exacerbe, c'est la confrontation entre les flux monétaires et les flux des produits offerts sur le marché. C'est pourquoi il réclame que la politique d'émission obéisse au principe suivant : "Le législateur doit calculer tous les produits dans l'Etat, et faire en sorte que le signe les représente"20. Le montant de la circulation monétaire doit être limité à la valeur des biens et services disponibles. Or la situation créée par la vente des biens nationaux et "l'émission déréglée du signe"est très éloignée de cette norme qui repose sur la distinction des concepts de flux et de stock. Saint-Just l'a compris : "Si les fonds et les produits de ces fonds sont représentés, l'équilibre est perdu et le prix des choses doit hausser de moitié"21. D'où il tire ce principe normatif qui doit commander la politique d'émission : "On ne doit pas représenter les fonds, on ne doit représenter que les produits".

  • 22 Ibid.
  • 23 Cf. J. Marczewski, Introduction à l'Histoire quantitative (Genève : Droz, 1965, 185 p.) ainsi que l (...)

17Il y a peu à ajouter à cette analyse qui peut être aisément transcrite en termes plus modernes. La nationalisation des biens immobiliers possédés par le clergé, puis celle des biens des émigrés ont permis la mobilisation immédiate, sous forme des assignats qui sont devenus un moyen de paiement courant, de la valeur des terres. Ce phénomène vient d'être décrit. Cette monétisation d'un facteur de production, la terre, vient s'ajouter à celle, normale, des denrées agricoles vendues sur le marché. Les deux flux monétaires ainsi créés se portent sur une même quantité de biens : les produits agricoles. D'où il résulte un désajustement entre la demande effective (ou solvable) et l'offre disponible. En autorisant la libre circulation sous forme monétaire de la valeur du stock de capital productif, le système de l'émission d'assignats - faussé dès l'origine - permet la naissance d'une masse de pouvoir d'achat qui excède de beaucoup la valeur des biens offerts. Ce que Saint-Just exprime en remarquant : "Nous avons beaucoup de signes, et nous avons très peu de choses"22. Dans les conditions de l'économie de marché, la hausse des prix est inéluctable. Saint-Just propose une estimation de l'aggravation du niveau des prix. Il évalue l'augmentation due à l'excédent de circulation monétaire à 50 %. En application du principe du quantitativisme monétaire qu'il utilise un peu plus loin, cela revient à dire que la valeur des biens nationaux vendus est égale à la moitié de la valeur du produit national. La vérification statistique de cette appréciation relève de l'Histoire quantitative23.

  • 24 Sur les subsistances, p. 78.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

18Saint-Just constate l'existence des habitudes de thésaurisation et montre leur influence dans le développement de tensions inflationnistes. "Autrefois, écrit-il24, le signe était moins abondant ; il y en avait toujours une bonne partie thésaurisée". Il montre ensuite le rôle joué par cette rétention de moyens de paiements d'une période à l'autre. "Dans un même nombre d'années, on voyait, au milieu de la même abondance, varier le prix des denrées : c'est que dans ce temps donné, par certaines vicissitudes, le signe thésaurisé sortait des retraites et rentrait en circulation en plus ou moins grande quantité"25 L'analyse est d'inspiration moderne. Elle constitue une reconnaissance implicite de la présence d'encaisses monétaires oisives et des conséquences entraînées par leur utilisation périodique sur le marché. En face d'une valeur constante des flux réels — "la même abondance" — la diminution des encaisses liquide entraîne une variation des prix. A la suite du phénomène de déthésaurisation, les produits s'échangeaient non seulement contre des produits mais aussi contre le "signe [...]sorti des retraites". Il en résultait des variations dans le prix des denrées, inexplicables autrement, puisque "la même abondance" régnait durant toute la période. Dans cette perspective, on s'explique mieux que le jeune révolutionnaire ait pu déclarer : "La disproportion du signe a détruit le commerce et l'économie"26

  • 27 Sur les subsistances p. 78.
  • 28 Ibid. p. 79.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.
  • 31 Sur les subsistances, p. 79.

19Il reste à s'interroger sur les "vicissitudes" signalées comme étant à l'origine du mouvement de liquidation des encaisses. Saint-Just lui-même en donne une illustration en décrivant le comportement de la classe paysanne vis-à-vis de l'inflation révolutionnaire. Il remarque tout d'abord que l'agriculteur épargne habituellement une partie du revenu procuré par la vente de sa production. Vivant en circuit fermé, avec une très forte autoconsommation, "le laboureur [...] n'achète rien ; ses besoins ne sont pas dans le commerce"27. La dépréciation rapide de l'assignat a transformé son attitude vis-à-vis de l'emploi de son épargne. Les paysans ne désirent plus accroître leurs réserves de papier-monnaie. Leurs habitudes de comportement ne se modifiant pas, ils n'envisagent pas de pouvoir allouer une plus grande part de leur revenu à la consommation plutôt qu'à l'épargne. En conséquence, ils réagissent à l'inflation négativement : par le refus de vente. "Aujourd'hui, elle préfère [la classe paysanne] de conserver ses grains à amasser du papier"28. Mais cette conduite n'est pas neutre : elle va contribuer à accentuer l'inflation. Non pas en accroissant la demande, mais en aggravant l'écart entre celle-ci et l'offre qui est réduite par leur réaction. En conséquence, la masse monétaire, par le pouvoir d'achat qu'elle représente, devient plus disproportionnée encore par rapport à la production dont une partie est retenue loin du marché. C'est ce déséquilibre auquel Saint-Just fait allusion : "Il résulte de là que le signe de l'Etat ne peut point se mesurer avec la partie la plus considérable des produits de la terre qui sont cachés"29. SaintJust a bien vu l'attitude habituelle des détenteurs de monnaie en période inflationniste. Il s'agit pour eux de se débarrasser de la plus grande partie possible de leurs actifs monétaires afin d'échapper à la dépréciation de leur pouvoir d'achat. Saint-Just fournit même une indication relative au niveau des encaisses détenues par les paysans : elle seront réduites au montant des sommes nécessaires à l'acquittement des fermages30. Surtout, il décrit, avec justesse les conséquences entraînées par la forte élasticité d'anticipation de la classe rurale vis-à-vis de la hausse des prix. En effet, les producteurs de denrées agricoles qui croient à une accélération du mouvement de dépréciation de la monnaie, adoptent une attitude spéculative consistant à jouer à terme le grain contre la monnaie. Ils stockent leur production - "on n'arrache qu'avec peine les produits des mains avares qui les resserrent"31 - et ils liquident leurs avoirs en monnaie-papier. Il se placent ainsi dans une position propice pour profiter du déséquilibre croissant qu’ils prévoient.

  • 32 Dans cette équation, C = consommation, I = investissement, E. James, Problèmes monétaires d'aujourd (...)

20La première étape de la description du mécanisme de l'inflation, tel qu'il a été perçu par Saint-Just, en admettant qu'il avait clairement conçu la notion d'encaisse, peut, sans trop d'arbitraire, être transcrite dans les termes de l'équation de l'équilibre monétaire de J. Koopmans32 :

21C + I + AL = C + S+ Δ M.

22Si l'on admet, ce qui est sans doute conforme à la réalité historique que les variations à la hausse des flux monétaires, ΔΜ, nourries par les émissions d'assignats, ont été plus fortes que celles, à la baisse, du montant des encaisses liquides, AL, nous avons :

23ΔΜ> AL et C + I + AL <C + S+ AM

24Il serait contraire à l'analyse de Saint-Just que l'équilibre (expost) soit rétabli par une variation à la hausse de AL. Il sera donc réalisé par une augmentation de la consommation et/ou de l’investissement. Mais le second type de rééquilibre n'a pas les même conséquences que le premier. Si AL s'était accru, un équilibre non inflationniste se serait instauré. En revanche, l'accroissement de C + I va se répercuter sur les prix et provoquer une tension inflationniste. Ce sont bien les conclusions auxquelles nous sommes parvenus en systématisant les analyses de Saint-Just.

  • 33 La récolte de 1792 avait été bonne. La conduite spéculative d'une partie de la paysannerie a été à (...)
  • 34 H. Aujac, "L'Inflation, conséquence monétaire du comportement des groupes sociaux", Economie appliq (...)

25En prenant en considération le rôle joué par les anticipations des ruraux, nous passons à un autre niveau d'analyse du processus inflationniste. Jusque là, en ordonnant les remarques de Saint-Just, nous avons décrit l'inflation révolutionnaire en termes de désajustements entre flux monétaires et flux réels. L'équilibre monétaire était mis en péril par l'inégalité entre un certain nombre d'agrégats : croissance de la masse des assignats et déthésaurisation, offre et demande. L'inclusion du comportement de la paysannerie dans le schéma d’explication de l'inflation fait franchir une étape. La hausse des prix n’est plus seulement l'effet d'une confrontation mécanique entre quantités globales anonymes, elle est aussi le résultat d'une chaîne d'actions et de réactions des groupes sociaux. En effet, si la forte élasticité d'anticipation des ruraux est une conséquence des excès de l'émission d'assignats, elle a contribué néanmoins à aggraver le processus inflationniste. La rigidité délibérée de l'offre a créé une disette artificielle33. En outre, par la liquidation de leurs encaisses, les pays ans ont encore ajouté au volume excessif des flux monétaires. Le comportement des producteurs devient alors causal à son tour et ce facteur ne peut plus être négligé dans l'analyse de l'inflation. En suivant Saint-Just, il s'agit donc de vérifier un autre type d'explication, selon lequel "l'inflation est la conséquence du comportement des groupes sociaux"34.

26Le discours sur le gouvernement révolutionnaire du 10 octobre 1793 et le discours sur la police générale du 15 avril 1794 présentent l'inflation sous un nouvel aspect. Il ne s'agit sans doute pas d'un hasard. Saint-Just n'est plus dans la même situation historique qu'en 1792. Mais ce qui est important pour nous, c'est le fait que ces discours constituent un prolongement de l'analyse du phénomène inflationniste. Saint-Just ne se contente plus de dénoncer les excès de la création d'assignats. Il montre du doigt ceux à qui cette politique a profité. Surtout, il fournit un schéma dynamique de l'accélération du processus inflationniste. Il ne s'agit plus seulement de signaler la disproportion entre les flux monétaires et les flux réels. Il faut maintenant, devant l'intensité de la crise, désigner les coupables, ceux qui ont profité de l'émission exagérée d'assignats et, par leur action, favorisé la propagation du mal. Pour comprendre comment le comportement de spéculation d'une certaine couche sociale a pu donner naissance à une disette factice, il est nécessaire d'abord de la situer socialement, et ce sera un premier point à examiner. Il s'agit, en second lieu, de montrer les modalités de cette action, les conditions qui l'on rendue praticable.

27Saint-Just, dans ses discours pour un gouvernement révolutionnaire et sur la police générale a montré du doigt le groupe social responsable de l'aggravation de la crise. Il importe de préciser immédiatement que leur jeu aurait été impossible sans l'existence préalable de stocks de biens agricoles accumulés par les producteurs. Nous avons déjà décrit le comportement de la classe rurale en face de la dépréciation. De par sa nature, il n'est pas différent de celui qu'il nous reste à analyser. Il s'agit bien de spéculer sur la dégradation future des assignats, dont le mouvement, pense-t-on, va s'accentuer. Par là, la classe paysanne a été responsable de l'accélération de la crise. Mais ce qui distingue son comportement de celui des groupes de spéculateurs qui vont être étudiés, c'est qu'il a été commandé essentiellement par une réaction de défense et non par une volonté délibérée de gain maximum. Il n'empêche que cette attitude a permis le déclenchement d'un vaste mouvement de spéculation de la part de ceux que Saint-Just désigne d'un terme générique : les accapareurs. Il convient néanmoins de distinguer à l'intérieur de ce groupe au moins deux catégories sociales distinctes.

  • 35 Sur la police générale, p. 175.
  • 36 Ibid., p. 175 (souligné par moi).
  • 37 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.
  • 38 Ibid., p. 121.
  • 39 Ibid., p. 120.
  • 40 Ibid., p. 125.
  • 41 Ibid., p. 120.
  • 42 p. 125. G. Lefebvre, op. cit., p. 323, signale que Pitt fit émettre en France de faux assignats.
  • 43 Elles correspondent à peu près à la nouvelle bourgeoisie née de la Révolution à laquelle A. Soboul (...)

28La première est constituée par tous ceux qui ont profité des imperfections du régime de vente des biens nationaux. Le système des annuités a déjà été décrit. Une de ses conséquences sur le plan social est d'avoir permis aux détenteurs de gros capitaux de se rendre propriétaires des biens du clergé, puis des émigrés, sans avoir à fournir de contrepartie financière équivalente, puisque les assignats n'étaient pas retirés de leurs mains et qu'ils pouvaient les utiliser comme moyen d'échange légal. Ainsi, grâce à l'importance de leurs disponibilités, ils furent capables d'acheter aux agriculteurs, à des prix élevés, les stocks de produits que ceux-ci répugnaient à porter sur le marché. "Les annuités nombreuses laissèrent le temps aux acquéreurs d'agioter pendant onze ans, avec les prix de leurs domaines, sur les subsistances publiques"35. Saint-Just a bien vu que cette situation ne profitait qu'à la classe riche : "Cette facilité des douze annuités n’était pas pour les citoyens pauvres, qui n'achetaient point les domaines ; elle était pour les riches, dans les mains desquels on laissait des fonds qui nourrissaient l'agiotage"36. La seconde catégorie d'accapareurs dénoncée par Saint-Just est constituée principalement par les fournisseurs directs de l'Etat. "La plupart des hommes déclarés suspects ont des mises dans les fournitures"37. La poursuite de la guerre leur offre la possibilité d'opérations fructueuses. En même temps, leurs rapports avec l'Administration les placent dans une position très sûre. De nombreux hauts fonctionnaires, des ministres sont compromis. Tout le monde se réfugie derrière l'impératif de la guerre révolutionnaire. Mais "le patriotisme est un commerce des levres"38. Saint-Just dénonce la collusion : "Vous avez porté des lois contre les accapareurs ; ceux qui devraient faire respecter les lois accaparent"39. Il est conscient du paravent infâme qui protège leurs agissements : "Vous poursuivez les accapareurs ; vous ne pouvez poursuivre ceux qui achètent en apparence pour les armées"40 ; "le gouvernement est ligué avec eux..."41. L'argent volé au Trésor public sert à corrompre ceux qui devraient servir la révolution. Par leur manière d'agir, ils s'identifient à un dernier groupe d'accapareurs signalé par Saint-Just : des commissionnaires achètent pour le compte de gouvernements étrangers afin d'accélérer la ruine de l'économie42. Le groupe des accapareurs est désormais cerné. Il comprend les riches acquéreurs de biens nationaux, des hauts fonctionnaires, les fournisseurs aux armées, des agents de l'étranger. Si l'on excepte cette dernière catégorie vraisemblablement insignifiante, on se trouve en face d'un bloc dont l'hétérogénéité n'est sans doute qu'apparente. Une étude spéciale devrait rechercher les liens qui unissent ces différentes catégories43. Saint-Just n'a pas cherché à montrer leur identité. Il lui a suffi de les amalgamer sous l'étiquette sociologiquement imprécise des ennemis de la République ou de la Liberté. Il n'est pas interdit de penser que ces "factions" ont été plus conscientes que lui de la communauté de leurs intérêts pour souhaiter se retrouver les mains libres. Mais avant d'en arriver au 9 thermidor, il reste à montrer comment le comportement des accapareurs a pu accélérer le processus inflationniste.

  • 44 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.

29Ayant cerné le groupe composite des accapareurs, Saint-Just est en mesure de reconstituer l'intégralité du processus qui conduit de l'émission des assignats à un mouvement cumulatif de hausse du niveau des prix. Le maillon qui lui manquait est constitué par une véritable théorie de la propagation de l'inflation reposant sur le comportement des groupes, développé dans son discours du 10 octobre 1793. Il est désormais en mesure d'expliquer comment l'inflation peut être fouettée par le fait que : "trois milliards volés par les fournisseurs et par les agents de toute espèce, sont aujourd'hui en concurrence avec l'Etat dans ses acquisitions ; avec le peuple, sur les marchés et sur les comptoirs des marchands"44. La politique inflationniste d'émission des assignats est à l'origine du déséquilibre des flux monétaires et réels et de la hausse des prix des denrées alimentaires. Mais ce désajustement va être exploité par le groupe des accapareurs. Afin de constituer des stocks de spéculation, ils ajoutèrent leur demande à celle de l'Etat et des ménages. L'offre étant maintenue inélastique par les producteurs, la hausse des prix s'accéléra.

  • 45 Cf. Infra.
  • 46 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 125.
  • 47 Ibid.
  • 48 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 21.
  • 49 Ibid., p. 120.
  • 50 Sur la police générale, p. 180, V. aussi Fragments, p. 51.
  • 51 Sur la police générale, p. 179.

30En face de cette situation, la Convention promulga une série de mesures visant à instaurer une taxation autoritaire des prix45. Cette législation n'eut pas d'effet durable. Devant cet échec, Saint-Just formule ainsi son diagnostic : "Les différentes lois que vous portâtes autrefois sur les subsistances auraient été bonnes si les hommes n'avaient pas été mauvais"46. C'était reconnaître du même coup que la cause fondamentale du processus ne relève pas exclusivement du dérèglement dans l'émission du signe, mais qu'il dépend aussi de la "malignité" des hommes. Cette malignité reflétait en fait l'attitude du groupe des accapareurs. La politique du maximum ne suffit pas à modifier leurs anticipations relatives au mouvement des prix. En refusant d'accorder la moindre crédibilité à son succès, ils la condamnaient à devenir rapidement inefficace. Durant un premier temps, les effets de cette politique sur le niveau des prix furent positifs : "Le prix de la denrée avait baissé, mais la denrée fut rare"47. Elle était donc adaptée à la conjoncture et ne laissait d'autre recours aux producteurs que la rétention de leur production. Ce qui va condamner l'effort législatif de lutte contre l'inflation, c'est le fait que seuls l'Etat et le peuple respectèrent le maximum. En conséquence, la couche de la bourgeoisie riche était dans une position privilégiée. Elle offrit aux paysans des prix qui dépassaient le maximum. Elle s'appropria ainsi la plus grande part de la production des biens agricoles. Les stocks accumulés par les agriculteurs passèrent entre leurs mains et, en outre, ce qui augmenta encore l'étroitesse de l'offre, ils incitèrent les producteurs à réduire le plus possible les quantités apportées sur le marché où s'appliquait le maximum. De la sorte, "l'administration des subsistances militaires, et le peuple, obligés d'acheter au maximum, ne trouvèrent que ce que la pudeur du crime et de l'intérêt n'avait point osé vendre à plus haut prix"48. Les accapareurs ont donc réussi, en contrôlant une partie de l'offre, à créer une disette artificielle dont la conséquence immédiate fut l'accroissement des prix de vente-accroissement supérieur à celui qui aurait été nécessaire pour compenser l'écart inflationniste. Ils sont en position dorénavant d'exiger le prix fort pour les denrées qu'ils détiennent, au détriment de la masse des consommateurs et de l'Etat. Ainsi, le maximum général est devenu un moyen d'accélérer le mouvement inflationniste : "Les riches le sont devenus davantage depuis les taxes faites surtout en faveur du peuple ; elles ont doublé la valeur de leurs trésors ; elles ont doublé leurs moyens de séduction"49. Ces opérations ont été rendues possibles, il ne faut pas l'oublier, par l'attitude des producteurs en face de la dépréciation des assignats. Le comportement de spéculation des accapareurs a donc abouti à une réduction du volume des biens alimentaires disponibles pour les consommateurs. Cette restriction de l'offre n'a pas seulement été l'effet d'un stockage spéculatif créant une rareté factice. En plus de cette hypothèse, dont il a été seulement question jusqu'à présent, le comportement des fournisseurs de l'Etat, des acquéreurs de biens nationaux, des hauts fonctionnaires corrompus a entraîné une diminution quantitative des flux réels. D'une part, une partie des réserves accumulées a été exportée à l'étranger. Acheté avec une monnaie dépréciée, le grain était échangé contre des devises plus fortes que le franc. Ces opérations n'ont pu que détériorer davantage la position de celui-ci sur le marché des changes. Saint-Just en dénonçant le "plan de famine", est conscient de ces implications financières : "L'exportation n'étant point surveillée, les factions firent passer en pays étrangers leurs denrées, [...]ce fut l'époque de l'avilissement de notre change"50. Saint-Just rappelle la politique identique suivie par "les factions ennemies de la liberté" en 1791 à la suite des trouble à Saint-Domingue : elles "accaparèrent les denrées qui venaient du dehors, et les firent monter à un prix excessif pour exciter une révolte"51. Il vaut de souligner le fait que Saint-Just fait allusion à un prix "excessif". Il veut vraisemblablement faire entendre que le comportement spéculatif des négociants a entraîné une hausse du niveau moyen des prix supérieure à celle qui aurait été provoquée par le seul excès du signe. Le comportement de certains groupes a bien pour conséquence d'exaspérer les tendances inflationnistes. Du même coup, il rend plus pénible la situation de ceux dont les revenus réels modestes sont entamés par la flambée des prix. Celle-ci peut déclencher le dépassement d'un seuil et provoquer une révolte contre les liaisons monétaires existantes. L'analyse de l'inflation est loin à ce niveau d'être une simple mécanique des flux pour devenir un affrontement de classes.

  • 52 Fragments, p. 51.
  • 53 Pour un gouvernement..., p. 122.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Sur les subsistances, p. 9.
  • 57 Pour un gouvernement..., p. 118.

31Une dernière conséquence de l'inflation sur l'offre de biens a été aperçue par Saint-Just. Il a dû pour cela quitter le strict plan monétaire pour celui des phénomène réels. L'existence de l'inflation entraîne une diminution de l'effort productif : "Chacun possédant beaucoup de papier, travaille d'autant moins, les moeurs s'énervent par l'oisiveté"52. Reprenant ce thème, Saint-Just note que l'inflation incite les travailleurs du secteur agricole à passer dans le secteur tertiaire, en venant gonfler la domesticité des spéculateurs enrichis : "Le cultivateur abandonnera sa charrue parce qu'il gagnera davantage à servir l'homme opulent "53. Cette réallocation du facteur travail, non compensée par des gains de productivité, peut avoir pour conséquence une réduction de la production agricole, donc un accroissement de l'écart entre les flux réels et les flux monétaires. Une nouvelle hausse des prix va se produire inéluctablement, qui ne frappera pas également les différents groupes sociaux : "Si les produits sont plus rares, le riche saura bien se les procurer et la disette peut aller à son comble"54. Dans la lutte pour la répartition du produit national, limité chez Saint-Just à la production agricole, le combat est inégal entre, d'une part, "le riche qui a des épargnes"55 et, d'autre part, le camp formé par l'Etat et le peuple. A partir des notations de Saint-Just, il serait possible de construire un modèle sociologique de la répartition. L'analyse en termes d'équilibre monétaire débouche sur un schéma dynamique dominé par les antagonismes sociaux. Le groupe de riches accaparateurs a su mettre à profit l'existence d'un écart inflationniste provoqué en partie par les besoins de la guerre révolutionnaire. Disposant d'importantes ressources en assignats obtenus soit par le règlement des contrats conclus avec l'Etat, soit par le jeu des annuités de remboursement des biens nationaux, leurs élasticités d'anticipation de la hausse des prix étant supérieures à un, ils se sont portés massivement acheteurs sur le marché des biens. Leur demande spéculative s'ajoutant à celle, inélastique, des consommateurs privés ou publics, intensifie le désajustement entre flux monétaires et flux réels, et cela d'autant plus que l'offre est de plus en plus inélastique. La flambée des prix qui résulte de cette situation a provoqué chez Saint-Just, à partir de 1793, une première réaction qui commandera l'évolution des remèdes à apporter au phénomène inflationniste. Son point de départ consiste dans la prise de conscience que la fin de l'inflation ne sera pas obtenue automatiquement à partir du moment où l'on aura réussi à "équipoller le signe, les produits, les besoins"56, comme il le croyait en 1792. Le rôle joué par le groupe des spéculateurs lui a fait comprendre l'insuffisance des moyens strictement monétaires. Il tire les conséquences de cette constatation quand un an plus tard, il déclare devant la Convention : "Il n'y a point de prospérité à espérer tant que le dernier ennemi de la liberté respirera"57. L'aggravation de la poussée inflationniste l'a obligé à quitter le terrain de l'économie pour celui de la politique.

  • 58 J. Godechot, Les Institutions de la France, Paris : P.U.F., 1951, p. 356.
  • 59 Fragments, p. 52 (souligné par Saint-Just).

32Il a aperçu avec moins de netteté les prolongements sociaux de l'accélération de l'inflation. Nous avons déjà noté qu'il avait eu conscience de l'inégalité de la "concurrence" entre les riches acquéreurs d'une part, et l’Etat et le peuple de l'autre, dans le partage des denrées disponibles. Mais l'amalgame de l'Etat et du peuple est quelque peu hâtif ; il faut dissocier leurs situations respectives vis-à-vis de l'accélération de la hausse des prix. En fait, le Gouvernement révolutionnaire était beaucoup mieux placé que le peuple pour échapper, à tout le moins, aux effets de l'inflation. Il a toujours pu maintenir la constance de son pouvoir d'achat en multipliant les émissions d'assignats, au fur et à mesure de l'accroissement du niveau des prix. Au risque d'ailleurs de contribuer à l'accentuation du déséquilibre monétaire. Le petit peuple, et singulièrement les salariés parisiens, n'avaient pas une telle faculté. Il supporte entièrement la hausse des prix qui détériore sans cesse davantage son revenu réel. Et cela même après le maximum général dont l'application a été, semble-t-il, plus rigoureuse pour les salaires que pour les prix58. Le peuple n'a d'autre moyen de se défendre que de descendre dans la rue et de manifester. Comme le note Saint-Just, ce dernier recours était attendu par les Etats monarchiques qui comptaient sur la révolte populaire pour le renversement du Gouvernement révolutionnaire : "Il est très généralement reconnu aujourd'hui dans l'Europe, que l'on comptait sur la famine pour exciter le courroux populaire ; sur le courroux populaire pour détruire la Convention."59. Par-là, le jeune chef montagnard montre qu’il est plus sensible aux répercussions politiques de la crise économique qu'à la situation réelle des classes pauvres urbaines. Son horizon reste donc commandé par son appartenance sociale. Mais il est juste de reconnaître son extrême ouverture d'esprit que les différents paliers de son analyse de l'inflation ont révélée. Mais c'est peut être plus encore au niveau des décisions à prendre pour bouleverser une situation, qu’à celui de l'explication de celle-ci que l'on mesure les dimensions réelles d'un personnage historique.

2 - La lutte contre l'inflation

33Saint-Just n'a pas analysé la crise provoquée par l'excès de la circulation des assignats pour elle-même. C'était un homme d'action. Pourtant, son étude devait conduire à recommander un certain nombre de mesures propres à enrayer le phénomène inflationniste. Mais il n'existe pas de solution de continuité dans son esprit entre l'action politique et la réflexion philosophique. Tous ses discours, tous ses écrits, quand bien même ils semblent répondre à des préoccupations immédiates, reflètent l'existence d’un système de pensée pré-établi. D'où ces ruptures de ton, nées du passage incessant du plan pratique au plan théorique qui déconcertent souvent le lecteur. Il en va ainsi des problèmes posés par l'inflation comme des moyens de lutte qu'il propose et qui vont être plus spécialement examinés maintenant.

34Il est possible de regrouper les remèdes anti-inflationnistes recommandés par Saint-Just en deux catégories : les mesures proprement économiques soit en termes réels, soit en termes monétaires, et les mesures politiques. A dire vrai, le premier sous-groupe - les remèdes économiques en termes réels - est moins systématique dans les ouvrages de Saint-Just qu'il pourra paraître ici. Mais il nous a semblé intéressant de réunir un certain nombre de remarques éparses qui montrent l'ébauche d'une compréhension de mécanismes économiques relativement complexes et propres à faciliter la résolution des tensions inflationnistes. Les deux autres séries de mesures témoignent d'une évolution de la pensée de leur auteur parallèle à celle qui a été enregistrée dans l'explication du processus inflationniste. Cette symétrie n'est pas surprenante. Mais elle nous introduit pourtant au cœur de la pensée du révolutionnaire. Car le cheminement de sa pensée est le même pour les causes et pour les remèdes jusqu'à un certain niveau de l'analyse seulement. Il est globalement abandonné en fin de compte. En effet, Saint-Just manifeste un scepticisme fondamental pour l'ensemble des moyens de lutte contre l'inflation que nous allons examiner. Assez paradoxalement il semble renvoyer dos à dos partisans du libéralisme et partisans du dirigisme. Aucune de ces deux voies ne peut sauver la Révolution. Elles s'attachent seulement à des manifestations épiphénoménales du mal profond dont souffre la France. L'inflation n'en est qu'un reflet, la combattre sur le seul terrain de l'économie est d'intérêt limité et d'efficacité douteuse.

35Les mesures anti-inflationnistes en termes réels suggérées par Saint-Just visent essentiellement une meilleure adaptation des flux de demande et des flux d'offre en agissant plus particulièrement sur ces derniers. L'objectif est d’accroître la masse des biens disponibles pour les consommateurs. Ce résultat peut être atteint par deux voies différentes : soit en accroissant la mobilité des ressources existantes, soit en augmentant la quantité des biens offerts sur les marchés.

  • 60 Fragments.... p. 53.
  • 61 Sur les subsistances, p. 73.
  • 62 Ibid., p. 85.
  • 63 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 124.
  • 64 Ibid., p. 124.

36Une meilleure allocation des biens sera obtenue par une amélioration de la circulation des grains. L'abolition des entraves à leur déplacement en est une première condition. Saint-Just se définit nettement comme un libéral quand il s'oppose à tout ce qui entrave la liberté de circulation des grains : "Les denrées ne circulent point là où on les taxe"60, déclare-t-il dans les Fragments sur les Institutions républicaines, comme en écho de la première phrase du discours sur les subsistances : "Je n’aime point les lois violentes sur le commerce"61. Mais ce principe abstrait, cette liberté légale de la circulation doit reposer sur des moyens concrets. Ainsi, en même temps qu'il réclame la libre circulation des grains, Saint-Just réclame à la fin du même discours les conditions de leur transport aisé par voie d'eau : "qu'il soit fait une loi qui nous manque concernant la liberté de circulation des rivières"62. Il reviendra sur le besoin d'un aménagement des voies et des moyens de transports pour lutter contre l'inflation dans son discours pour un gouvernement révolutionnaire : "Les denrées ont encore renchéri par la difficulté des charrois, et la cherté des fourrages et des chevaux ; les chemins sont ruinés pour la plupart"63. Il propose même d'utiliser les suspects aux travaux publics nécessaires pour remédier à cette situation64. Une plus grande mobilité des produits disponibles améliorera sans aucun doute les flux réels. Mais cette politique sera d’autant mieux réussie que les producteurs alimenteront plus largement les marchés.

  • 65 Sur les subsistances, p. 79.
  • 66 Sur les subsistances, p. 79.
  • 67 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 122.

37Dans ce but, Saint-Just cherche les moyens susceptibles de diminuer les habitudes de thésaurisation des épargnants. L'objectif consiste à les inciter à vendre davantage de grains. Pour cela, il serait nécessaire de modifier leur fonction de consommation. En effet, si les paysans étaient dans l’obligation d'acheter davantage à l'extérieur de leur secteur, ils auraient un plus grand besoin de monnaie et, pour le satisfaire, ils seraient amenés à accroître la commercialisation de leurs produits. Non sans archaïsme, Saint-Just ne voit d'autre moyen pour stimuler leur consommation que de développer dans la classe rurale le goût des objets de luxe. Il ne prend pas ce parti sans réticence : "Je ne décide pas si le luxe est bon en lui-même ; mais si nous étions assez heureux pour que le laboureur aimât le luxe, il faudrait bien qu'il vendît son blé pour acheter les superfluités"65. Mais ce qui fait taire ses scrupules nés de son attachement à la frugalité, c'est que l'alternative est fatale : "Il faudra du luxe dans votre République, ou des lois violentes contre le laboureur qui perdront la République"66. En revanche, par un mouvement de compensation, et pour la même fin qui est d'accroître la masse des denrées disponibles, il faut proscrire le luxe chez les riches. Pour éviter la concurrence inégale entre les demandeurs de denrées, il est nécessaire d'affaiblir la supériorité financière de la classe bourgeoise riche. Le moyen d'obtenir ce résultat consiste dans l'imposition des fortunes. La mesure aura un double effet : elle sera conforme à l'équité ; elle diminuera la pesée des riches sur les marchés. "L'un des meilleurs moyens de faire baisser les denrées et de diminuer l'excès des fortunes est de forcer celui qui a trop à l'économie"67.

38Ainsi, avec cette dernière proposition, on s'aperçoit une fois de plus que l'action à mener contre l'inflation est difficile à isoler d'une action sur les groupes sociaux. Le gonflement de la quantité de biens disponibles pour les consommateurs exige d'agir contre la classe rurale trop parcimonieuse et contre la couche riche trop dispendieuse. La volonté de réduire les flux monétaires se heurtera, avec plus de force encore, à la même nécessité.

39Les mesures d'ordre monétaire doivent toutes concourir à un seul résultat : réduire les flux monétaires. Saint-Just présente un certain nombre de propositions en ce sens qui visent à supprimer les deux modalités par lesquelles l'excès du signe a pu se développer. La réforme du système de paiement des biens nationaux, la diminution du volume des assignats en circulation constituent les deux objectifs à atteindre pour stopper le processus inflationniste. La correction du système de paiement des biens nationaux a été réclamée par Saint-Just dès son discours sur les subsistances. Elle fait l'objet de deux propositions à la fin du discours, la première et la sixième.

  • 68 Sur les subsistances, p. 84.

40"1) Que les biens des émigrés soient vendus, que les annuités soient converties en contrats, qui serviront à rembourser la dette"68.

41Saint-Just veut mettre fin au régime qui a transformé les assignats de simples créances sur l'Etat en papier-monnaie ayant cours légal. Il réclame le retour à ce qui avait été prévu au départ et qui rendait impossible la constitution d'une double pyramide de crédit. La mesure vise donc à sauvegarder l'équilibre monétaire dont on a montré qu'il aurait été compromis par le système des annuités, quand bien même les émissions multipliées d'assignats n'auraient pas eu lieu.

42La seconde mesure réclamée par Saint-Just s'inscrit elle aussi dans la ligne de l'équilibre monétaire :

  • 69 Sur les subsistances, p. 85.

43"6) Que l'on consacre ce principe que les fonds ne peuvent point être représentés dans le commerce"69.

44Saint-Just exprime par cette proposition la nécessité d'un plafond à l'émission constitué par la valeur du produit du capital, alors que l'on avait admis comme gage à l'émission des assignats la valeur des terres nationalisées ajoutée à celle de leur production.

45Par ces deux recommandations, Saint-Just se plaçait à un point de vue technique. Il semble ne se soucier que des règles de l'émission des assignats. Les normes qu'il fixe sont la garantie de l'équilibre monétaire. Si elles avaient été respectées dès 1789, la vente des biens nationaux se serait effectuée dans la stabilité des prix. Saint-Just se fait ici le défenseur de l'ordre monétaire, rôle souvent proche de celui de la défense de l'ordre tout court. Il n'a pas encore envisagé toutes les implications de ces mesures de froide rigueur financière. Il en sera davantage conscient à partir du moment où il souhaitera non seulement corriger le régime existant de ces imperfections, mais tenter de revenir en arrière en réduisant le volume des assignats en circulation.

  • 70 Sur les subsistances, p. 84.
  • 71 Pour un gouvernement, p. 123.
  • 72 Pour un gouvernement, p. 123.
  • 73 Ibid., p. 122.

46Dès 1792, et sans qu'il reprenne explicitement ce voeu dans les propositions finales qu’il soumet aux Comités des finances et d'agriculture réunis, la nécessité de diminuer la masse des assignats s'est imposée à lui. "Enfin, je pense en principe, que le seul moyen de rétablir la confiance et la circulation des denrées, c'est de diminuer la quantité de papier en émission, et d'être avare d'en créer d'autre"70. Il reprend ce thème avec plus de force en 1793 dans le discours pour un gouvernement révolutionnaire : "Notre principe doit être de diminuer la masse des assignats par le brûlement seul"71. Ce changement de ton répond à un certain nombre de solutions plus ou moins complexes destinées à dénouer la crise. Il les repousse avec fermeté, car il pressent ce qu'elles cherchent à sauvegarder : les intérêts de ceux qui profitent de l'excès du signe. Derrière l'orthodoxie monétaire qu'il prêchait jusqu'alors et qui n'a pu s'établir, il perçoit à présent les intérêts particuliers qui y font obstacle. Pourtant, "les moyens sont simples ; ils sont dans la nature même des choses"72, ne pas vouloir les utiliser revient à faire le jeu des ennemis de la liberté. "Mais si au lieu de rétablir l'économie et de pressurer les traîtres, si au lieu de leur faire payer la guerre, vous faites des émissions d'assignats pour les enrichir encore davantage, vous ajouterez de plus en plus aux moyens qu'ont vos ennemis de vous nuire"73. La limitation de l'émission du papier-monnaie n'est plus réclamée au nom de la stabilité monétaire. Elle est posée comme l'alternative à la victoire des ennemis de la Révolution. L’excès du signe n'est plus perçu comme un facteur de déséquilibre monétaire, mais comme une machine de guerre des riches contre le peuple et la République. Les mesures monétaires rencontrent leurs limites quand elles conduisent au coeur du déclenchement du processus inflationniste qui relève moins de l'analyse économique que de l'analyse politique.

  • 74 Ibid., p. 118.
  • 75 Ibid., p. 117.

47"Il n'y a point de prospérité à espérer tant que le dernier ennemi de la liberté respirera"74. La résolution de la crise ne réside plus seulement dans l'adéquation des mesures économiques à la situation. Elle dépend d'une action politique. Sans cela, toutes les lois votées par la Convention pour combattre l’inflation, vont rester lettre morte ; car "les lois sont révolutionnaires ; ceux qui les exécutent ne le sont pas"75. La réforme de l'administration doit être partie intégrante d'un plan anti-inflationniste efficace. Il en constitue la première étape, celle qui rendra possible l'action directe contre les accapareurs.

  • 76 Ibid., p. 119.
  • 77 Pour un gouvernement, p. 194.
  • 78 Sur la police générale, p. 194.
  • 79 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 126.
  • 80 Ibid., p. 126.
  • 81 Ibid., p. 125
  • 82 Sur la police générale, p. 191.
  • 83 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121 ; voir aussi, Sur la police générale, p. 195.

48Une épuration du gouvernement et de l'administration s’impose pour que les lois révolutionnaires soient appliquées. Pour cela, il faut en exclure tous "les agents choisis sous l'ancien ministère, les partisans des royalistes"76. Il faut encore réformer le système des nominations qui repose trop souvent sur l'achat des charges : "On achète les places, et ce n'est pas l'homme de bien qui les achète", — ou sur une cooptation aveugle. Autrement, gouvernants et gouvernés sont coupés les uns des autres, "étrangers", En avril 1794, les menaces de Saint-Just deviennent plus précises : "Le moment est venu de tirer du sommeil tous les dépositaires de l'autorité publique"77. Il désigne les coupables : l'administration des subsistances, la comptabilité, les autorités départementales, l'administration des postes, la justice, les tribunaux militaires etc.78. On retrouve dans cette énumération la majeure partie des accapareurs. Le gouvernement ayant ainsi "pesé sur lui-même"79, crée une situation où "tout soit libre dans la République excepté ceux qui conjurent contre elle et qui gouvernent mal"80. Un tel mouvement, appuyé sur une Administration sûre, animés ensemble de la foi révolutionnaire, sera seul capable de mettre fin aux opérations inflationnistes des accapareurs. Pour empêcher ceux-ci de continuer sur les marchés à tirer parti du maximum et concurrencer l'Etat et le peuple, Saint-Just préconise une mesure complémentaire qui doit lui faire retrouver son efficacité : la réquisition81. Les circonstances sont trop graves pour que l'on continue à respecter absolument le droit de propriété. De la même façon, "il n'y en a point de bienséances à respecter envers les ennemis du peuple"82. Pour cela, il faut établir un tribunal révolutionnaire qui jugera au nom du peuple les conspirateurs et les prévaricateurs83.

  • 84 Décret contre les ennemis de la Révolution, p. 150.
  • 85 Sur la police générale, p. 188.

49En moins d'un an, l'attitude de Saint-Just vis-à-vis de l'inflation a donc été marquée par une évolution considérable. Du discours sur les subsistances au discours sur la police générale, son analyse de l'inflation, progressivement développée, aboutit à une véritable déclaration de guerre contre les ennemis de la Révolution. Il s'agit dorénavant, pour reprendre le préambule du décret de ventôse, "de venger le peuple de douze cents ans de forfaits contre ses pères"84. La coupure entre les intérêts du peuple et ceux des aristocrates et des nouveaux riches est irrémédiable. "Ce parti, n'en doutez pas, ne peut faire de paix avec vous : vous ne parlez point la même langue, vous ne vous entendez jamais. Chassez-les donc !"85.

  • 86 Sur tous ces points, voir J. Godechot, op.cit., pp. 350-357 ; A. Soboul, op. cit., pp. 98-103.
  • 87 A. Soboul, op. cit., p. 98.
  • 88 G. Lefebvre, La Révolution française, pp. 406-407.

50Les mesures prises par la dictature jacobine de salut public semblent s'inscrire dans cette tendance à la radicalisation qui donne son impulsion à la pensée du jeune Montagnard. Toute une série de mesures en fait foi : loi sur le premier maximum en mai 1793 et l'emprunt d'un milliard sur les riches le même mois, loi sur l'accaparement en juillet, constitution de greniers d'abondance en août et apparition de cartes de rationnement ; le vote du maximum général le 29 septembre 1793 ; la nationalisation du commerce extérieur ; la création d'une Commission des subsistances86. Mais cette phase de l'économie dirigée ne doit pas être comprise comme une volonté de la part des chefs montagnards d'infléchir dans un sens socialiste le régime économique de la France. Fondamentalement, "l'instauration de l'économie dirigée est due aux exigences de la défense nationale"87. Le maximum fut d'ailleurs appliqué avec une rigueur inégale selon les consommateurs des produits taxés. G. Lefebvre insiste sur le fait que le maximum a surtout servi au profit de l'Etat, pour les besoins de l'armée88.

  • 89 J. Godechot, op. cit., p. 356.

51Au niveau de la politique économique, on retrouve l'ambiguïté constante des Montagnards. Les masses populaires sur lesquelles ils s'appuient, les réformes qu'ils décident leur donnent une coloration égalitariste, alors qu'ils restent attachés au capitalisme et à la bourgeoisie. Peut-être Saint-Just a-t-il été conscient de cette contradiction, - la construction d'une société utopique, dont nous examinerons les caractères plus loin, constituant alors pour lui un moyen d'y échapper. Il n'en reste pas moins que cette nouvelle politique se révéla efficace. A la veille du 9 thermidor, l'assignat était stabilisé89. Cette réussite fut peut-être fatale aux chefs Montagnards.

  • 90 Pour un gouvernement, p. 117.

52De son opposition ouverte "aux lois sur le commerce" à l'organisation centralisée de l'économie instaurée sous la Terreur, les idées de Saint-Just ont décrit, en peu de temps, une longue trajectoire. Cette évolution s'est accompagnée d’un élargissement progressif de sa compréhension du phénomène inflationniste. En 1792, nous l'avons vu, il y voyait principalement la manifestation d'un déséquilibre purement monétaire. En 1793, la continuation au mouvement de hausse des prix lui apparaît comme étant la conséquence de la "concurrence" entre les classes sociales. Du même coup, les remèdes proposés ont dû changer de nature. Saint-Just est passé de la recommandation des mesures purement techniques - la réforme du système d'émission des assignats - à l'appel à la lutte révolutionnaire contre les "factions". Ce changement d'attitude pourrait passer pour une conversion de Saint-Just : le libéral est devenu dirigiste. On rencontre cette interprétation chez certains auteurs. Sous l'influence des expériences qu'il a accumulées à partir du moment où il est entré dans la vie politique actives Saint-Just a été conduit à réviser son système de pensée. L’urgence sans cesse plus grande des problèmes posés par l'inflation et, plus largement, par la préservation de la Révolution, lui a fait quitter la position de non-intervention de l'Etat telle qu'elle était définie en 1789. Les rapports de force à l'intérieur de la société, dévoilés par la crise des subsistances, ne permettent plus à ceux qui ont la responsabilité de la nation, à un gouvernement véritablement révolutionnaire, de "laisser-faire". Il doit s'assurer au contraire de l'application stricte de ses décrets, et ceux-ci doivent être orientés de façon à réprimer les opposants : "Il est temps d'annoncer une vérité qui, désormais, ne doit plus sortir de la tête de ceux qui gouverneront ; la république ne sera fondée que quand la volonté du souverain comprimera la minorité monarchique, et règnera sur elle par droit de conquête"90. Mais la pensée de Saint-Just est-elle toute entière dans cette évolution ? Est-il raisonnable de voir en lui, après les décrets de ventôse, le précurseur des socialistes centraliseurs ? Suivre cette voie conduirait sans doute à un excès de simplification, à une mutilation. En fait, la question qui reste à poser touche au fond la pensée de Saint-Just : s'est-elle peu à peu modifiée, ou bien est-elle restée fondamentalement identique en dépit des variations dans les moyens préconisés pour la faire passer dans les faits ? Plus simplement, confronté aux deux visages que l'on a voulu présenter du compagnon de Robespierre, n'est-il pas justifié de rejeter l'un et l'autre et de déclarer que Saint-Just ne fut réellement ni libéral, ni dirigiste ? Pour tenter de répondre aux questions posées par l'analyste de l'inflation et par l’homme politique cherchant à lutter contre elle, nous sommes conduits à expliciter le système politico-économique qui fonde les jugements et les décisions de l'homme d'action.

II - L'INFLATION DANS LA PROBLÉMATIQUE DE SAINT-JUST

53Ce qui rend peut-être au plus haut point attachante la figure de Saint-Just, c'est la dualité de sa personnalité. Comme tous les grands révolutionnaires, Saint-Just a été à la fois un homme d’action et un théoricien. Il est donc impossible, sans déformer très gravement sa pensée, de distinguer de façon tranchée les opinions exprimées au contact des obstacles plus immédiats, de sa problématique, c'est-à-dire du système plus ou moins conscient de ses interrogations, des questions posées aux faits, dont l'ensemble constitue ce que l'on pourrait appeler sa philosophie, sa vision du monde. Saint-Just s'intéresse moins aux aspects économiques qu'aux aspects politiques de la société. Il est possible d'en chercher l'explication dans ses origines sociales, sa formation ou son époque, mais il importe davantage pour nous de saisir comment l'analyse de l'inflation vient s'insérer dans son univers mental. Une première réponse consisterait à refuser à ses remarques sur l'inflation la moindre place dans sa problématique. Les allusions à la crise monétaire ne seraient que le reflet des préoccupations immédiates de l’homme politique, imposées de l'extérieur par l'urgence des problèmes à résoudre ; elles ne pourraient pas être considérées comme partie intégrante de la réflexion du jeune doctrinaire. Raisonner de cette manière consiste à séparer arbitrairement les deux faces que nous estimons indissociables de l’activité de Saint-Just. Il nous apparaît plutôt, et c'est ce qu'il nous reste à montrer, que le retour fréquent au thème de l'inflation prend chez le penseur préoccupé par la construction d'un cadre social idéal, c'est-à-dire conforme à l'idée de nature, une résonance d'une intensité particulière.

54Pour lui, les différentes parties de la société ne sont pas indépendantes les unes des autres ; elles forment au contraire un tout fortement intégré. L'apparition de la hausse des prix ne peut donc pas être limitée strictement au plan économique. Elle met en cause la totalité du système social. Par là même, elle constitue une menace pour sa survie ; elle est un facteur contre-nature, elle manifeste l'altérité. Dans cette perspective, la lutte contre l'inflation se situe au-delà de la politique économique. Pour être véritablement efficace, elle exige la définition et la tension vers une société idéale où elle sera rendue impossible. La lutte contre l'inflation conduit ainsi au système politico-économique de Saint-Just, stade ultime de sa réflexion philosophique. A partir de ce point d'arrivée, il sera alors possible d'essayer de cerner la signification de l'utopie saint-justienne en la situant par rapport aux idées et par rapport à l'environnement social de son époque.

1 - Inflation et altérité

55Dès le discours sur les subsistances, Saint-Just refuse de séparer les aspects économiques du reste de la société. Il insiste sur l'idée de l'unité formée par la société tout entière. Cette conception éclaire du même coup l'importance accordée au phénomène inflationniste. Les effets de l'inflation vont se diffuser dans toute la société française. Le vice inflationniste peut ébranler la Révolution. Cette attitude globaliste entraîne logiquement le jeune doctrinaire à avoir une position réticente vis-à-vis des instruments purement économiques de lutte contre l'inflation. Toutes les mesures qui visent seulement à étouffer la crise économique sont impuissantes à rétablir définitivement une société nouvelle. Elles appartiennent à l'ordre du quotidien, du conjoncturel diraient les économistes. Elles sont incapables de se substituer malgré leur nombre à une grande loi républicaine englobant tous les rapports sociaux. Le vrai sens de l'inflation pour Saint-Just apparaît alors plus clairement : l’inflation est un facteur d'altérité. Aussi, à partir du moment où l'on veut la combatttre victorieusement, il s'agit d'aller au-delà de la simple crise économique. Mais ce mouvement de dépassement ne risque-t-il pas d'entraîner Saint-Just dans le domaine de l'utopie ?

  • 91 Sur les subsistances, p. 74.
  • 92 Sur la police générale, p. 181.

56La crise des subsistances n'est pas seulement une crise économique. La solution du problème à résoudre n'est pas contenue toute entière dans la réalisation de l'ajustement de l'offre et de la demande de denrées. Pour Saint-Just, ce déséquilibre partiel met en cause l'équilibre général de la société. Il est la manifestation d'un vice à l'intérieur de cette dernière. Quelle que soit sa nature, économique ou autre, le vice va se propager au corps tout entier. Ou plutôt, la crise économique n'est qu'une facette d'un seul et même vice qui ronge la société. Saint-Just exprime cette idée en écrivant dès son discours sur les subsistances : "Le même vice a ébranlé le commerce et l'agriculture, et par la suite ébranlera toutes les lois"91. Sa vision est donc fondamentalement organique. Il refuse de différencier des secteurs autonomes à l'intérieur de la société. Inversement, le mal peut frapper indifféremment l'une ou l'autre des structures sociales. En conséquences, la crise des subsistances est indissociable d'une éventuelle crise politique. C'est pourquoi Saint-Just peut écrire deux ans plus tard, en reprenant le même thème : "Les mêmes moyens qui tendaient à la famine, tendraient à la corruption du droit public"92.

  • 93 M. Abensour, op. cit., p. 7.
  • 94 Ibid., p. 17.
  • 95 Sur les subsistances, p. 74.
  • 96 Fragments, pp. 54-55.

57Dans cette perspective, on mesure mieux les raisons profondes de l'importance accordée par Saint-Just à l'inflation. Il ne s'agit pas seulement de répondre à la pression de difficultés immédiates. Au second degré, l'inflation est le signe d'un mauvais fonctionnement du système politique et social instauré sauvage "sert à rendre compte de tout rapport fondé sur la force, l'inégalité et la contrainte"93. A l'intérieur de ce cadre "les rapports les plus naturels sont vécus sur le mode du conflit et des rapports de dépendance se substituent à des rapports d'union [...] la cité n'est plus qu'un assemblage de citoyens hostiles, divisés, se ménageant les uns les autres selon l'équilibre de la force, et seulement liés par l'Etat qui se superpose à eux de l'extérieur"94. Ces traits caractéristiques ne pourraient-ils pas servir à décrire tout aussi bien les rapports sociaux formés dans une situation inflationniste ? Ne retrouve-t-on pas la peinture que Saint-Just faisait de la concurrence entre le peuple, l'Etat, les accaparareurs pour s'approprier le stock limité des biens agricoles ? il suffit de citer un passage du discours sur les subsistances ou des Fragments sur les Institutions Républicaines, pour marquer l'unité de ton avec le manuscrit De la nature, la liaison constante chez Saint-Just entre les préoccupations de l'homme d'action et celles du doctrinaire. Dans le discours sur les subsistances, il décrit ainsi "notre situation présente" : "Dans l'affreux état d'anarchie où nous sommes, l'homme, redevenu comme sauvage ne reconnaît plus de frein légitime ; l'indépendance avivée contre l'indépendance n'a plus de loi, plus de juge, et toutes les idées de justice enfantent la violence et le crime par le défaut de garantie 95 Dans les Fragments, il exprime son anxiété devant le développement des pratiques inflationnistes : "combien trois ou quatre cents millions émis par mois ne jettent-ils point la corruption dans la société ? Ce système de finances pourrait faire fleurir une monarchie ; mais il doit perdre toute république"96.

58L'inflation est le mal, l'inflation est une résurgence du système monarchique, elle va corrompre la société révolutionnaire et faire triompher le règne de l'état sauvage. On mesure désormais l'enjeu attaché à la victoire sur ce processus. Il est sans commune mesure avec des préoccupations de stricte orthodoxie monétaire. On conçoit aussi, du même coup, que les simples mesures économiques ne peuvent être qu'impuissantes à lutter avec succès contre un tel ennemi.

  • 97 Sur les subsistances, p. 74.
  • 98 Ibid., p. 80.
  • 99 Ibid., p. 80.
  • 100 Ibid., p. 75.
  • 101 Sur les subsistances, p. 75.

59La crise économique et financière ne peut être résolue par des lois spécifiques dont l'efficacité est limitée aux causes apparentes des phénomènes. Saint-Just ne s'est jamais fait d'illusion sur les mesures prises par la Convention : "Une loi positive là-dessus ne sera jamais sage "97. Le même scepticisme habite à la fois le pseudo-libéral de 1792 et le pseudo-dirigiste du Gouvernement révolutionnaire. Transcendant les faits il connaît l'insuffisance des remèdes conjoncturels. Mais, en les dominant de trop haut, il va perdre pied et sombrer dans un idéalisme tout aussi impuissant devant les problèmes à résoudre. La critique de Saint-Just contre les mesures particulières prises pour lutter contre l'excès des assignats a surtout été développée à propos de la discussion sur la taxation des denrées. Cette prise de position lui a valu ensuite l'étiquette de libéral. En fait, c'est moins contre l'idée d'intervention de l'Etat dans les affaires économiques que contre l'inefficacité des interventions partielles qu'il s’est élevé. "On ne peut point faire de lois particulières contre ces abus ; l'abondance est le résultat de toutes les lois ensemble"98. Et quand il se fait le défenseur de la liberté économique, c'est dans un autre sens que celui qui est communément entendu. "Ceux qui nous proposent une liberté indéfinie du commerce nous disent une très grande vérité en thèse générale"99 ; mais "nos malheurs ne viennent point premièrement du défaut de liberté"100 ; aussi est-il erroné de vouloir "appliquer un remède bon en lui même, mais sans rapports avec le mal, il arriverait que le remède serait au moins nul, sinon pernicieux"101.

  • 102 Ibid., p. 75.
  • 103 Ibid., p. 80.
  • 104 Ibid., p. 80.

60Ce que Saint-Just veut faire comprendre aux Conventionnels, c'est que "le défaut de liberté" dont ils pensent qu'il est à l'origine de la crise, "dérive d'une cause sur laquelle enferme les yeux"102. D'où un véritable scepticisme vis-à-vis de toutes les lois particulières, conjoncturelles. "Je ne connais presque point de remèdes provisoires aux malheurs qui naissent de l'anarchie et de la mauvaise administration"103 ; et les propositions qu’il présente à la fin de son discours, ne sont capables à ses yeux que de "clamer l'agitation présente"104.

  • 105 Ibid., p. 75.

61Il semble donc exagéré d'avoir fait du jeune chef montagnard un partisan du libéralisme économique. Son opposition à l'économie dirigée repose sur d'autres fondements. Ce qu'il exprime en dernière analyse, c'est l'opinion qu'il se fait de la place des phénomènes économiques pour l'explication des sociétés. Pour lui, leur rôle est secondaire, subordonné. Nous sommes loin du matérialisme historique qui va se développer au XIXe siècle. Il condense sa pensée lorsqu'il s'écrie : "J'ose dire qu'il ne peut exister un bon traité d'économie pratique "105.

  • 106 Pour un gouvernement..., p. 122 (souligné par moi).
  • 107 A. Ollivier, Saint-Just et la force des choses, (avec une préf. d'A. Malraux) Paris : Gallimard, 19 (...)

62A partir du moment où Saint-Just ne peut être considéré comme un tenant du libéralisme économique, il est aisé de montrer qu'il n’est pas entré en contradiction avec lui-même quand il a proclamé, à partir de 1793, la nécessité d'établir une dictature économique. Il ne faut pas voir une conversion du libéral en dirigiste, quand il défend dans ses discours la taxation qu'il avait préalablement combattue, et quand il se fait l'inspirateur d'une série de mesures que nous avons examinées plus haut, et qui ont eu pour conséquence de renforcer considérablement le rôle de l'Etat dans le fonctionnement de l'économie. Il n'a fondamentalement pas changé d’opinion vis-à-vis de l'efficacité de ce type d'action. Ainsi, à propos du maximum, écrit-il dans son discours pour un gouvernement révolutionnaire : "Il faut dire la vérité tout entière. Les taxes sont nécessaires à cause des circonstances"106. Et il en va de même de la dénonciation du nouveau facteur inflationniste que l'expérience de la crise l'a forcé à intégrer dans son explication de l'inflation : le comportement des différents groupes sociaux. En dernière analyse, son dirigisme n'est pas plus fondamental que son libéralisme. Il est entraîné par des modifications dans la pression des faits qui déterminent un approfondissement de sa vision de la crise. La "force des choses"107 l'amène à réviser sa politique, mais elle n'entame pas le système de pensée du doctrinaire. En conséquence, la dénonciation des factions, l'impulsion donnée à la lutte des classes, à la disparition physique de la couche sociale à laquelle appartiennent les Girondins, les accapareurs, les royalistes, la conscience aiguë de l'antagonisme entre les intérêts de ces groupes et ceux du peuple, ne relèvent pas d'une analyse des structures de la société. Il ne s'agit ici encore que de la manifestation épiphénoménale du mal qui assaille la République révolutionnaire. La lutte contre les factions, comme la taxation, comme le centralisme économique constituent des remèdes conjoncturels à la crise qui menace la Révolution, qui risque d'affaiblir l'effort de guerre. La lutte des classes sur laquelle semblait déboucher l'explication de la crise appartient au monde de l'éphémère La résolution des antagonismes sociaux par l'affrontement direct n’est qu'une méthode justifiée par les circonstances, par les impératifs d'une économie de guerre. Mais le vrai remède à l'inflation et, par là au mal qui mine la société globale, ne réside pas à ce niveau. Il n'est pas surprenant alors que le portrait du révolutionnaire brossé dans le discours sur la police générale s'achève par les mots de "bon sens" et de "probité".

  • 108 Sur les subsistances, p. 75.

63Après ce long détour qui a conduit de l'analyse de l'inflation à celle de l'altérité et à la reconnaissance de leur identité d'essence, il est temps d'aboutir à ce qui constitue pour Saint-Just le vrai principe de l'inflation et de l'état sauvage. Derrière les causes et les remèdes conjoncturels, il convient enfin d'aller à l'essentiel, à ce qui provoque l'altération de l'économie, c'est-à-dire à l'absence "de loi et de justes rapports"108. En prenant bien soin de noter que Saint-Just écrit loi au singulier.

2 - Le système politico-économique de Saint-Just

  • 109 Sur les subsistances, p. 74.

64"Il est dans la nature des choses que nos affaires économiques se brouillent de plus en plus jusqu'à ce que la République établie embrasse tous les rapports, tous les intérêts, tous les droits, tous les devoirs, et donne une allure commune à toutes les parties de l'Etat"109.

  • 110 Ibid., p. 80.
  • 111 Sur la police générale, p. 195.

65Par cette phrase, Saint-Just concentre son système politico-économique, la ligne directrice qui guide son action et son jugement. On y trouve d'abord l'affirmation que la crise économique n'est pas le fruit du hasard. Elle est la conséquence naturelle de l'absence d'une loi générale qui commandera l'ensemble des rapports sociaux, aussi bien économiques que politiques, publics que privés. D'où la nécessité fondamentale pour parvenir à débarrasser la Révolution de tous les vices,110 de la couper de façon irréversible de la monarchie et pour lui donner une stabilité réelle de suivre l'objurgation de Saint-Just : "Formez les institutions civiles, les institutions auxquelles on n'a point pensé encore : il n'y a point de liberté durable sans elles"111.

  • 112 Sur les subsistances, p. 85.

66Inlassablement, l'homme d'Etat de 1794 reprend les appels pressants du jeune révolutionnaire doctrinaire de 1792 : "Si les bases de la République ne sont pas incessamment posées, dans six mois la liberté n'est plus "112. Il convient donc en premier lieu, du point de vue limité de l'économiste, d'examiner les différents aspects institutionnels du système de Saint-Just qui doivent rendre impossible la naissance d'une tension inflationniste. Une fois les traits de l'Etat idéal connus, il sera plus facile de situer la pensée de Saint-Just dans celle de son temps et d'essayer d'en retrouver la signification historique.

67Dans plusieurs passages de ses œuvres, Saint-Just exprime ce que devrait être "l'Etat social" réalisé. Il ne nous appartient pas ici de tenter de reconstituer le modèle achevé des institutions républicaines. Elles nous intéressent néanmoins dans leurs aspects économiques, en tant qu'elles nous permettent d'améliorer notre compréhension de la pensée critique de Saint-Just. Dans cette perspective, il est possible de regrouper ses idées autour de deux grands thèmes dont l'un court en filigrane derrière l'analyse de l'inflation - la nécessité de restaurer la vertu - et dont l'autre, développé surtout dans les écrits théoriques, facilitera l'effort qui reste à faire pour déterminer la place de Saint-Just dans l'histoire des idées.

  • 113 Sur les subsistances, p. 85.
  • 114 Ibid., p. 85.
  • 115 Ibid., p. 75.
  • 116 Ibid., p. 80.
  • 117 Sur la police générale, p. 185.
  • 118 Ibid., p. 183.

68Le thème des moeurs républicaines comme fondement d'une République indestructible, est présenté dès le discours sur les subsistances. Le jeune conventionnel souhaitait, on l'a vu, à la fin de son intervention, qu'on ne se borne pas aux mesures conjoncturelles, mais qu'on aille au-delà en travaillant à "développer le génie de la République"113. Or pour l'orateur révolutionnaire, on s'écartera irrémédiablement de cet objectif, "si l'on abandonne la liberté au torrent de toutes les imprudences, de toutes les immoralités [...] ; si la Convention nationale ne porte point un œil vigilant sur tous les abus, si l'orgueil et l'amour de notre sotte gloire ont plus de part aux affaires que la candeur et le solide amour du bien, si tous les jugements sont incertains et s'accusent"114. La République ne peut triompher qu'avec la vertu et cette fin sera favorisée par la promulgation de lois qui reposeront sur la morale. Car si celle-ci est inefficace quand elle "gît en préceptes", il en va différemment quand elle est "fondue, pour ainsi dire dans les lois, elle incline tout vers la sagesse, en n'établissant que des rapports de justice entre les citoyens"115. Ce n'est que sur ce fondement qu'il sera utile de prendre des mesures pour remédier aux méfaits de l'inflation. Autrement, toute législation sera vaine, qu'elle soit d'inspiration libérale ou dirigiste : "Protège-t-on de la liberté du commerce des grains ? On accapare en vertu de la liberté ; contraignez-vous les propriétaires, chassez-vous les facteurs ? La terreur est l'excuse des marchands"116. Une fois de plus, on mesure le scepticisme de l'homme d'action pour qui tout semble égal et commandé par la nécessité tant que l'essentiel est omis. Ce qui importe avant tout, c'est de "former une conscience publique "117. L'idéal étant de pouvoir façonner l'ensemble des citoyens sur le modèle de l'homme révolutionnaire décrit dans le Discours sur la police générale118. Saint-Just est soucieux néanmoins de donner un cadre concret à l'intérieur duquel l'homme nouveau pourrait se former.

  • 119 Fragments, p. 44.
  • 120 Ibid., p. 53.
  • 121 Ibid., p. 53.
  • 122 Ibid., p. 44.
  • 123 De la nature..., p. 353.
  • 124 M. Abensour, op. cit., p. 21.
  • 125 Décret contre ennemis de la Révolution, p. 151.
  • 126 Cf. G. Lefebvre, La Révolution française, Paris : P.U.F., 1963, p. 411, et J. Godechot, op.cit., p. (...)

69L'institution économique qui doit permettre à un Etat d'avoir la vertu pour principe119, est constituée essentiellement par la petite propriété foncière. En effet, Saint-Just est formel : "pour réformer les mœurs, il faut donner quelques terres à tout le monde"120. La possession par chaque citoyen d'une petite propriété agraire est la clé de la disparition de l'indigence : "Je défie qu'il n'y ait plus de malheureux, si l'on ne fait en sorte que chacun ait des terres"121. Mais pour réaliser cette réforme générale de la société, il sera nécessaire de proscrire la grande exploitation foncière. "Nul ne peut cultiver lui-même plus de 300 arpents de terre". Le principe de la limitation de la propriété est encore affirmé dans la définition du citoyen : "celui qui ne possède pas plus de biens que les lois ne permettent d'en posséder"122. Enfin, cette idée de la limitation de la possession en fonction de l'intérêt de la communauté est exposée explicitement dans le manuscrit De la nature. Dans la cité de droit social opposée à l'état sauvage, un maximum et un minimum de possession seront fixés. Le maximum atteint, aucun possesseur ne pourra refuser de vendre ; en revanche, il ne pourra se débarrasser ni être dépossédé du minimum de possession123. Ce régime de la possession peut être défini avec M. Abensour "comme un droit démembré (le jus abutendi fait défaut), contrôlé, harmonisé, relatif, fonctionnel, en un mot une propriété sociale"124. Cette conception a dû inspirer sans aucun doute le décret de ventôse qui visait à distribuer aux indigents les biens des ennemis de la Révolution125. Mesure qui ne fut pas appliquée avec rigueur126. Nous aurons à confronter plus loin cet idéal de petite propriété foncière développé par Saint-Just, avec la réalité sociale de son temps et les aspirations de certaines couches de la population. Ce qu'il suffit de marquer pour le moment, c'est l'idée que la propriété limitée, complétée par un certain nombre d'autres institutions devait former, dans l'esprit de Saint-Just, la base concrète d'une société où les rapports politiques d'inégalité et de force seraient exclus au profit d'une unité et d'une harmonie retrouvées.

70Le règne de la vertu, dans un monde de travail et de respect mutuel où la petite propriété préserve l'indépendance de chacun vis-à-vis des autres et vis-à-vis de l'Etat, coïncidera avec l'instauration de l'état social ou naturel réalisé. Il va de soi que dans ce cadre, il n'y aura plus de place pour la naissance d'un processus inflationniste. Celui-ci n'a jamais été que l'expression du vice qui caractérisait l'état sauvage. Ce moment enfin dépassé, l'inflation, phénomène contre nature, ne peut exister. Mais est-ce à dire qu'il faut attendre avec Saint-Just le triomphe de la nature pour assister à la fin de l'inflation ? Le remède utopique est-il vraiment le seul à être radical ou bien dissimule-t-il une évasion provoquée par le sentiment d'avoir atteint les limites de l'action possible et du futur imaginable ?

  • 127 J. Schumpeter, History of Economic Analysis, p. 228.
  • 128 M. Abensour, op.cit., pp. 343-344.
  • 129 A. Mathiez, La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris : Payot, 1927, pp. 13-14.
  • 130 J. Schumpeter, op. cit., pp. 233-34.

71Au niveau des idées économiques, l'analyse de l'inflation proposée progressivement par Saint-Just semble fortement marquée par le libéralisme physiocratique. Malgré l’opinion de J. Schumpeter127, l'influence de Quesnay et de ses disciples s'est sans doute étendue au-delà de l'année 1780. En la personne de Dupont de Nemours, la "secte" disposait d'un porte-parole à la Convention. En outre, M. Abensour souligne la présence dans la bibliothèque - très réduite - de Saint Just de l'ouvrage du docteur Clerc, Yu-le Grand et Confucius, Histoire chinoise, d'inspiration physiocratique128. De fait, on retrouve chez le jeune révolutionnaire deux thèmes typiques de cette école, et auxquels il a été souvent fait allusion : la prépondérance de l'agriculture et l'existence d'un ordre naturel providentiel qu'il s'agit de retrouver. En outre, certaines remarques et certaines réformes suggérées par Saint-Just recoupent des idées souvent défendues par le docteur Quesnay. Il en va ainsi du rôle premier accordé à la consommation dans le développement du processus économique, de la nécessité de dégager le plus possible les exploitants agricole de toute réglementation et de toute servitude129. Mais une première divergence apparaît déjà quant aux conceptions respectives que Saint-Just et la secte physiocratique se font de la taille des exploitations. Contrairement au doctrinaire révolutionnaire, les physiocrates préconisaient la création de très grandes unités de production. D'autres points, moins importants, font apparaître l'originalité de Saint-Just vis-à-vis du courant économique dominant. Certains d'entre eux manifestent en faveur du talent d'analyste de Saint-Just. Il en va ainsi principalement du fait que ce dernier raisonne en termes monétaires, alors que les économistes de l'époque restaient attachés aux schémas en termes réels. En revanche, la structure sociologique et le circuit économique exprimés dans le Tableau Economique sont très supérieurs au schéma de Saint-Just, tel qu'il nous a semblé possible de le dégager. En particulier, tout en reposant principalement sur le secteur agricole, le modèle de Quesnay prend en considération les échanges inter-sectoriels des agriculteurs et des propriétaires fonciers avec la classe stérile. Saint-Just reste enfermé dans le seul secteur agricole, le seul débouché non agricole du pouvoir d'achat des groupes qui s'enrichissent étant constitué par la consommation de biens de luxe ; thème traditionnel dans la littérature économique du XVIIIe siècle. Surtout, l'opposition entre la Weltanschauung de Saint-Just et de la philosophie physiocratique devient irrémédiable au niveau de l'analyse des caractères de la concurrence. Quesnay croyait aux bienfaits de la concurrence entre les individus. En dépit des inégalités qu'elle pouvait faire naître entre eux, l'harmonie des intérêts individuels l’emportait en fin de compte130. Saint-Just ne partage pas cet optimisme, cette foi dans un ordre providentiel émergeant de la lutte des agents économiques. Cette position constitue peut-être le trait le plus original et le plus riche de signification de la pensée du jeune révolutionnaire. Il marque en effet une rupture avec l'optimisme de l'individualisme libéral qui règna sur une grande partie du XVIIIe et du XIXe siècle. Cette prise de position correspond donc aussi à un rejet de l'idéologie de la Révolution et de la Déclaration des Droits.

  • 131 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.
  • 132 Fragments..., p. 48.
  • 133 A. Smith, Richesse des Nations, Textes choisis, Paris : Dalloz, 1950, livre I, ch. 2, p. 55.
  • 134 Ibid., p. 56.
  • 135 De la nature, p. 337.
  • 136 Ibid., p. 337.
  • 137 M. Abensour, op. cit., p. 349.

72L'opposition de Saint-Just à l'idée du bien-être collectif né de la lutte des intérêts individuels affleure dans toutes ses analyses économiques. Elle anime, en tout premier lieu, l'analyse de l'inflation en termes de comportement de groupe. La concurrence entre les classes conduit à une exacerbation de la crise. Elle est exprimée explicitement par un certain nombre de remarques désabusées qui insistent toutes sur la nocivité de la priorité donnée aux intérêts individuels et l'impossibilité de passer de ces antagonismes au bonheur de la société. C'est l'inverse qui est vrai : "chacun sacrifie tous les autres et ne sacrifie rien de son intérêt"131. Il existe plutôt une contradiction irréductible entre le bien général et l'égoïsme individuel. Ainsi, "aussitôt que la question du bien général cesse d'être posée", c'est alors que "tout étant mû par l'intérêt personnel qui ne connaît plus de limites, l'autorité s'échappe des mains légitimes par les considérations individuelles"132. Il apparaît nettement que Saint-Just s'éloigne ainsi d'une façon irréversible, du fondement même du libéralisme économique tel qu'il a été exposé par A. Smith - dont Saint-Just cite le nom dans un discours - dans la Richesse des nations paru en 1776. Le principe de la division du travail dont le résultat, non voulu par la "sagesse humaine", est "l'opulence générale"133, repose sur une vision des rapports sociaux radicalement opposée à celle du doctrinaire révolutionnaire. Pour A. Smith, "ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais leur égoïsme"134. Il n'est pas exagéré d'avancer que Saint-Just rêve, pour l'état social, de l'instauration de rapports sociaux exactement inverses. Par opposition à ce qui se passe dans l'état sauvage, ce que l'état social doit permettre de réaliser, c'est "l'unité du corps social sous tous rapports"135. Ce qui conduit le jeune révolutionnaire à repousser radicalement la prééminence du contrat, librement consenti par des individus, institution-clé de la société qui se développait depuis 1789. Il écrit à ce propos : "Par le contrat, tous vivent armés contre chacun comme une troupe d'animaux de diverses espèces, inconnus l’un à l'autre et tout prêts à se dévorer. La sûreté de tous est dans l'anéantissement de chacun au lieu qu'elle se trouve si simplement dans leur indépendance"136. Nous partageons l'avis de M. Abensour : "L'homme égoïste de la société bourgeoise [..] aurait été dans la cité de Saint-Just l'être négatif par excellence, l'ennemi principal à bannir à tout jamais de cet asile de concorde"137. Saint-Just et Quesnay auraient déjà eu quelques difficultés à se comprendre, mais avec A. Smith tout rapport aurait été impossible.

73L'idéaliste du manuscrit De la nature, parce qu'il refuse les conséquences du libéralisme économique au niveau des rapports sociaux, s'est trouvé non seulement en opposition avec l'idéologie de la Révolution, ce qui est déjà frappant, mais encore avec l’évolution qui s'ébauchait de la société bourgeoise et qu'il avait contribué pourtant à accélérer.

  • 138 J.-F. Faure-Soulet, Economie politique et progrès au siècle des Lumières (1750-1789), Paris : Gauth (...)
  • 139 J.-F. Faure-Soulet, op.cit., p. 189.
  • 140 J.-F. Faure-Soulet, op.cit., p. 189.

74L'itinéraire intellectuel de Saint-Just tel que nous avons pu le retracer à travers son analyse des phénomènes économiques, c'est-à-dire essentiellement, du processus inflationniste, est caractéristique du XVIIIe siècle. J.-F. Faure-Soulet présente un schéma de la démarche de ceux qu'il appelle les "moralistes sociaux", qui n'est pas sans évoquer celle de Saint-Just138. A travers les ouvrages d'Helvétius, de d'Holbach, de Mably, de Morelly, de J.-J. Rousseau, de Linguet, qui pourtant diffèrent beaucoup quant à leur attitude finale vis-à-vis de la société à faire, J.-F. Faure-Soulet a mis à jour une ligne conductrice commune. Le point de départ de leur réflexion consiste en une critique du fonctionnement de la société du XVIIIe siècle. Ils dénoncent l'éloignement continu de l'idéal de l'état de nature ; l'exaspération des inégalités et des passions sociales qui conduit à la corruption des moeurs. Ils préconisent des réformes visant à corriger cet état de fait, dont le radicalisme est plus ou moins accentué. Un premier groupe d'auteurs croit en l'efficacité de l'éducation, de la lutte anti-religieuse, de réformes tendant à accroître l'égalité ; il s'agit principalement de d'Holbach et d'Helvétius, de Mably, de Morelly. Un autre groupe envisage la suppression pure et simple de la société et le retour à l'état de nature, on y rencontre J.-J. Rousseau et Linguet. Mais ce qui rend le rapprochement avec Saint-Just plus significatif, c'est moins l'énoncé des réformes souhaitables que le processus dialectique de la critique sociale de ces auteurs. La constatation d'un écart entre leur idéal d'un individu naturel, d'une société naturelle, les a incités à prendre en compte le milieu concret, économique et social, et à décrire son fonctionnement, parfois son évolution. C'est à ce niveau que se situent leurs projets de réformes. Mais ce qui est fondamental, c'est de marquer le point de passage de la description empirique à l'affirmation de la nécessité d'une société nouvelle. Tout d'abord, dans l'esprit des "moralistes sociaux", la transformation souhaitée doit être immédiate : "Il n'y a pas de place, note J.-F. FaureSoulet, pour une loi du changement, telle que la société nouvelle résulte des transformations internes du système ancien et en particulier de l'évolution propre des forces productives et des rapports sociaux"139. La raison de leur excès d'abstraction est la conséquence même du mouvement initial de leur critique sociale : l'essentialisme. L'idéal d'un modèle d'individu et de société atemporel, universel, les conduit inéluctablement a avoir une attitude utopique vis-à-vis des moyens de transformer le monde, et surtout ce qui est peut-être plus grave encore, vis-à-vis de l'évolution historique. En face de ces questions qu'ils ont eux-mêmes fait surgir, "on retrouve alors la foi aux idées, non pour promouvoir et universaliser un monde bourgeois déjà réalisé économiquement, sinon politiquement, mais pour terminer l'évolution économique et sociale contradictoire selon un devoir-être, une utopie"140. Au terme de la démarche des "moralistes sociaux", on trouve ainsi la négation de l'histoire. La pensée de Saint-Just a été soumise à une structure idéologique, à une "épistémè" comparable. C'est par référence à l'idée de nature qu'il a dénoncé les excès de la société révolutionnaire et les tendances qui développaient l'altérité. La volonté d'éliminer le recours à la force entre individus pour parvenir à l'Etat civil, l'amène à rejeter, sur le plan économique, l'idée de la concurrence. Elle est trop pleine de violence et d'inégalité pour que son existence puisse être acceptée. Elle représente l'essence de l'Etat sauvage, il est impératif de l'éliminer. Cette attitude aura une double conséquence. Elle décide de l'anti-capitalisme de Saint-Just et, par là, de son refus de l'histoire. Elle fige sa doctrine dans un primitivisme utopique dont il faut retrouver la signification.

  • 141 Fragements, p. 42.
  • 142 Ibid., p. 65.
  • 143 Rapport sur la loi contre les Anglais. Sur tous ces points voir M. Abensour, op. cit., p. 15.
  • 144 Rapport sur la loi contre les Anglais. Sur tous ces points voir M. Abensour, op. cit., p. 15.

75En refusant l'idée de la concurrence au nom de l'égalité et de l'harmonie sociale, Saint-Just ne s'est pas seulement coupé de la pensée du libéralisme économique de son temps, de ce qui deviendra l'économie classique, mais il a été conduit à rester aveugle devant les transformations économiques et sociales que la Révolution avait mises en mouvement et qui s'ébauchaient. Plus spécialement, l'anti-capitalisme de Saint-Just ne porte pas seulement sur le capitalisme marchand dont ses écrits témoignent à plusieurs reprises : soit que le type de rapports sociaux qu'il implique soit vicieux : "Le stoïcisme [...] peut seul empêcher la corruption d'une république marchande"141 ; soit qu'il restreigne l'effet du contrat à deux personnes —"Le même contrat ne peut engager que deux personnes..."142 — ; soit qu'il propose d'exclure les commerçants de la nation143. Il s'étend potentiellement au capitalisme industriel, puisque Saint-Just lui refuse les conditions permissives de son développement : l'accumulation des capitaux favorisée par l'inégalité et la libre entreprise. En ce sens, on peut dire que Saint-Just est moins progressiste que certains de ses prédécesseurs ou contemporains. Condorcet et Turgot n'ont pas refusé l'idée de progrès économique ; ils ont même placé cette idée au coeur de leur système. De même, un contemporain de Saint-Just, Barnave, montre dans son Introduction à la Révolution française144, un sens très aigu du progrès économique et des conflits qui l'accompagnent. Turgot a été lui aussi conscient de la nécessité de l'inégalité pour que la croissance puisse se développer. On pourrait peut-être lui reprocher d'accepter cette contrainte avec trop de légèreté, mais Saint-Just n'a même pas aperçu le dilemme croissance-inégalité. L'alternative qui est au coeur de sa réflexion pourrait plutôt s'exprimer selon le dyptique : société-indépendance. Il est donc avant tout soucieux de sauvegarder l'égalité et l'indépendance des membres de la communauté. Les conditions du développement de celle-ci ne font pas partie de son horizon psychologique. L'histoire est arbitrairement arrêtée ; la petite propriété foncière limitée par la loi garantira la souveraineté de chaque citoyen vis-à-vis des autres et vis-à-vis du pouvoir. Il est bien évident que ces structures sociales empêchent tout dépassement vers un système économique différent. Les forces qui tendaient au mouvement sont neutralisées quelle que soit leur origine : libre entreprise individualiste ou socialisme centralisé.

76Ainsi donc, pour permettre l'harmonie sociale qui est exclusive de rapports sociaux inégaux, Saint-Just met au premier plan de l'Etat naturel, la petite propriété foncière. Ce choix implique le renoncement au progrès économique et ouvre la voie à un état stationnaire, précapitaliste où règnera une division du travail sommaire.

77Suivant la trajectoire commune aux penseurs "moralistes sociaux", Saint-Just débouche sur une utopie. Mais ce qui fait son originalité, c'est qu'il rejette l'histoire pour sauvegarder la nature. En cela, le doctrinaire révolutionnaire reste étroitement cloisonné dans son siècle. Attitude d'autant plus contradictoire qu'elle va à contre-courant des tendances qui ont été favorisées par la Révolution qu'il a servie. Il a fallu un idéalisme puissant pour que le barrage de la petite propriété foncière puisse endiguer de telles contradictions. On est en droit de chercher des hypothèses permettant de rendre compte d'un enracinement aussi fort dans un siècle passé, ou même dans une époque révolue, de la part d'un homme qui avait montré une lucidité aussi grande dans l'analyse concrète de la crise économique.

  • 145 Sur la police générale, p. 197.
  • 146 Cf. Abensour, op.cit., p. 350, et A. Soboul, Introduction aux Discours et Rapports, op. cit., pp. 8 (...)
  • 147 A. Soboul, Les Sans-culottes parisiens en l'an II, Thèse, Paris. 1958, pp. 433-451, et tableau pp.  (...)
  • 148 A. Soboul, op.cit., p. 1029.
  • 149 Ibid. op. cit., p. 414 (souligné par moi).
  • 150 Ibid., p. 463.
  • 151 Ibid., p. 464.
  • 152 A. Soboul, op. cit., p. 453.
  • 153 Ibid., pp. 476-77.

78La référence à une République romaine idéalisée - "que les hommes révolutionnaires soient des Romains"145 - ne suffit pas à expliquer profondément la position centrale de la petite propriété agraire et de l'idée d'égalité dans le système de pensée de Saint-Just. Les références à Rome sont fréquentes, aussi bien dans ses écrits que dans ses discours. Il est indéniable que l'inspiration antique a influencé le jeune chef révolutionnaire, comme elle a inspiré toute l'idéologie révolutionnaire. Il est certain aussi que l'expérience que le député de Blérancourt a pu avoir des communautés rurales du Soissonnais a marqué sa conception de la petite propriété146. Saint-Just était plus rural que Robespierre, le citadin. Mais ce qui est essentiel, ce serait de découvrir pourquoi Saint-Just a choisi de donner à cette institution un rôle central, ainsi qu'à l'idée d'égalité dont elle constitue en fait la garantie concrète. Il est bien évident que, dans le cadre de cette étude, nous ne pouvons nous en tenir qu'à des hypothèses de travail. Très généralement, et singulièrement dans le cas de la pensée de Saint-Just, il convient, nous semble-t-il, de préciser les rapports entre l'économie et la sociologie. Or, ce qui frappe le plus dans l'effort accompli par Saint-Just pour concilier liberté et égalité, c'est que l'accent mis sur la petite propriété correspond assez bien aux revendications exprimées par l'appui populaire des Montagnards : la sans-culotterie. Dans l'ouvrage qu'il leur a consacré, A. Soboul a bien montré qu'en dépit du caractère sociologiquement hétérogène du groupe des sans-culottes, ceux-ci avaient comme dénominateur commun d'être dans leur grande majorité de petits producteurs indépendants147. Artisans, boutiquiers, marchands, compagnons, journaliers, ne forment pas une classe, des conflits d'intérêt les opposent qui ont ressurgi dès que l'union contre l'aristocratie perdit de son intensité148. Mais ils partagent néanmoins en commun, en plus de leur haine pour l'ancienne classe dirigeante, à la fois une aspiration - la diffusion de la petite propriété - et une angoisse - les progrès du grand capitalisme industriel et financier. Il serait erroné de confondre les sans-culottes avec les non-possédants. En fait, la majorité de cette couche sociale appartenait à la petite bourgeoisie parisienne et possédait un capital qui, dans certains cas, était très important. Les sans-culottes s'opposent aux gros, aux riches, aux rentiers ; mais ils ne mettent pas en cause le principe même de la propriété : "Les sans-culottes ne sont pas hostiles à la propriété, dont artisans et boutiquiers jouissent déjà et que les compagnons aspirent à acquérir, pour u qu'elle soit limitée"149. Ce qu'il leur importe avant tout de voir disparaître, c'est l'existence de fortes inégalités de richesses. L'idéal des sans-culottes est égalitaire, il culmine dans l'idée d'égalité des jouissances. Or, cet objectif peut être atteint sans passer par la suppression de la propriété, mais seulement en la limitant150. Il est intéressant de noter que les sans-culottes fournissent un critère pour la taille optimale de la propriété qui sera repris par Saint-Just. La propriété doit avoir pour base "l’étendue des besoins physiques"151. La loi de l'enrichissement indéfini, du profit maximum, dont M. Weber a montré qu'elle constituait l'éthique du capitalisme, ne peut donc pas trouver d'application dans la société revendiquée par les sans-culottes. Le fondement de la propriété pour eux est trouvé dans le travail individuel et indépendant du petit producteur. Par là, ils font plus qu'universaliser leur propre expérience ; ils disposent d'une règle pour dénoncer la grande propriété. Celle-ci, qu'il faut proscrire, excède les forces d'un seul travailleur. Elle doit en conséquence disparaître, quel que soit le secteur économique dans lequel on peut la rencontrer. La condamnation est donc générale, elle dépasse la seule propriété foncière à laquelle Saint-Just se cantonne. En outre, elle témoigne d'un refus radical de la part des sans-culottes : l'état de salariat. En effet, la grande propriété ne peut exister sans le travail des non-propriétaires, puisque la dimension de l'entreprise outrepasse les forces d'un seul individu. Dans l'esprit de la sans-culotterie, l'idée de grande propriété est donc liée à celle de salariat. Cette coexistence va peser dans leur position vis-à-vis du capitalisme industriel naissant. De fait, l'antagonisme entre les intérêts des petits producteurs et du capitalisme marchand est déjà ressenti avec impatience et inquiétude par les sans-culottes152. La concurrence future entraînée par la croissance des structures du capitalisme industriel est d'autant plus redoutée. Elle contient la menace d’une transformation du statut des petits producteurs indépendants en salariés, quand ce ne sera pas la ruine et le chômage. D'où les efforts de cette couche sociale qui a peur d'être prolétarisée pour retarder l'avènement d'un régime économique favorisé par le succès de la Révolution et qui va la condamner : fermeture de la Bourse, opposition aux sociétés par actions, défense des ateliers de section contre les entreprises industrielles pour les fournitures aux armées153. Mesures parcellaires, à l'efficacité limitée sinon dérisoire si la limitation de la propriété n'est pas adoptée comme un principe général. Saint-Just, plus ou moins confusément, n'a-t-il pas été le porte-parole de cette aspiration de la sans-culotte rie ? Ressentant la position incommode et fausse de la Montagne s'appuyant par un jeu de balançoire, tour à tour sur les sans-culottes contre la Convention et les Girondins et inversement, ne voulait-il pas asseoir le régime du Gouvernement révolutionnaire sur une assise sociale plus large et plus stable ?

  • 154 K. Marx, Misère de la Philosophie, Paris : La Pléiade, 1963, p. 80.
  • 155 Ibid., p. 87.

79Il ne s'agit là que d'une hypothèse qu'il faudrait affiner, mais que l’identité au fond entre l'idéologie de la sans-culotterie et la doctrine du jeune chef montagnard rend plausible. Cette convergence permettait de fonder concrètement l'équilibre difficile entre l'égalité, la liberté et le respect de la propriété. Autrement, si Saint-Just n'a été qu'un doctrinaire idéaliste, alors sa problématique serait assez proche de celle que K. Marx prête à Proudhon : "conserver le bon côté en éliminant le mauvais"154. Le bon côté d’un rapport économique étant celui qui pose l'égalité comme une "intention primitive", une "tendance mystique"155. Ce qu'il faut remarquer, en dernière analyse, c'est que le choix final de Saint-Just impliquait une lourde conséquence : l'acceptation à un double point de vue de l'arrêt de l'histoire. En effet, d'une part la société devait se cristalliser indéfiniment dans un système d'économie agraire stationnaire ; d'autre part, la sans-culotterie était érigée définitivement en classe révolutionnaire. Par là, Saint-Just niait à la fois l'existence du progrès économique et celle de la masse des non-possédants, des "bras-nus". Néanmoins, la direction vers laquelle l'analyse de l'inflation l'avait poussé, paraissait déjà trop avancée pour ceux qui avaient profité au premier chef de la crise. Se sentant menacés, ils souhaitaient la disparition de celui qui les avait démasqués. Quitte à appeler six ans plus tard un autre jeune chef qui avait l'immense avantage d'être prêt à proclamer : "Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l'ont commencée, elle est finie".

Gouache des frères Le Sueur
[Cliché Musées de la ville de Paris par SPADEM]

Gouache des frères Le Sueur
[Cliché Musées de la ville de Paris par SPADEM]

Notes

1 Une première version de cet article est parue dans les Annales de la Révolution française, 1968, pp. 60-110.

2 A. Soboul, Histoire de la Révolution française, Paris : Gallimard - Idées. 1962, t. I, p. 342.

3 Sur tous ces points, voir G. Lefebvre, La Révolution française (Paris : P.U.F. 1963, 3e édit.), pp. 176-180 ; A. Soboul, op.cit., pp. 239-243.

4 E. Harris, The Assignats, Cambridge, Harvard University Press.

5 G. Lefebvre, op. cit. p. 180.

6 En ce qui concerne les discours, nous ferons référence au recueil présenté par A. Soboul (les classiques du Peuple, Editions sociales, Paris, 1957, 222 pages). Les citations des Fragments sur les Institutions Républicaines sont tirées de l'édition présentée par Ch. Nodier (Paris, Tachener, 1831, 80 pages) ; celles du manuscrit De la nature, de l'état civil, de la cité ou la règle de l'indépendance du gouvernement, se réfèrent à la présentation qu'en a faite A. Soboul, in : Annales Historiques de la Révolution française (t. 23, 1951, pp. 321-359).

7 Fragments sur les Institutions, p. 51.

8 Sur la police générale, p. 175.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Sur les subsistances, p. 82.

12 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 123.

13 Fragments sur les Institutions, p. 52.

14 Sur la police générale, p. 179.

15 Sur les subsistances, p. 83.

16 Ibid., p. 76.

17 Fragments, p. 54.

18 Sur les subsistances, p. 83.

19 Ibid. p. 77.

20 Ibid., p. 76.

21 Sur les subsistances, p. 76.

22 Ibid.

23 Cf. J. Marczewski, Introduction à l'Histoire quantitative (Genève : Droz, 1965, 185 p.) ainsi que les travaux de T.J. Markovitch et J.C. Toutain parus dans Cahiers de l'ISEA.

24 Sur les subsistances, p. 78.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Sur les subsistances p. 78.

28 Ibid. p. 79.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Sur les subsistances, p. 79.

32 Dans cette équation, C = consommation, I = investissement, E. James, Problèmes monétaires d'aujourd'hui, Paris ; Sirez, 1963, ch. 5, pp. 95-98 ; voir aussi B. Schmitt, "L'équilibre de la monnaie", Rev. Eco. Pol., 1959, pp. 921-50, et C. Goedhart, "L'équilibre monétaire et l'équilibre de la balance des paiements...", Bul. d'information et de documentation (Banque Nat. de Belgique), juil. 1955, pp. 1-12.

33 La récolte de 1792 avait été bonne. La conduite spéculative d'une partie de la paysannerie a été à l'origine d’une rareté factice. cf. A. Soboul, op. cit., p. 343.

34 H. Aujac, "L'Inflation, conséquence monétaire du comportement des groupes sociaux", Economie appliquée, 1950, no 2, p. 281. Pour ce qui concerne l’analyse en termes de groupes sociaux, cf. J. Marchal, "La théorie de la répartition du revenu national et les catégories de capitalistes", Rev. Eco. Pol., 1959, pp. 1-21, et J. Marchal, J. Lecaillon, La Répartition du revenu national, 3 vol., Paris : Genin, 1958.

35 Sur la police générale, p. 175.

36 Ibid., p. 175 (souligné par moi).

37 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.

38 Ibid., p. 121.

39 Ibid., p. 120.

40 Ibid., p. 125.

41 Ibid., p. 120.

42 p. 125. G. Lefebvre, op. cit., p. 323, signale que Pitt fit émettre en France de faux assignats.

43 Elles correspondent à peu près à la nouvelle bourgeoisie née de la Révolution à laquelle A. Soboul fait allusion dans son Histoire de la Révolution, op. cit., pp. 306-307.

44 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.

45 Cf. Infra.

46 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 125.

47 Ibid.

48 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 21.

49 Ibid., p. 120.

50 Sur la police générale, p. 180, V. aussi Fragments, p. 51.

51 Sur la police générale, p. 179.

52 Fragments, p. 51.

53 Pour un gouvernement..., p. 122.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Sur les subsistances, p. 9.

57 Pour un gouvernement..., p. 118.

58 J. Godechot, Les Institutions de la France, Paris : P.U.F., 1951, p. 356.

59 Fragments, p. 52 (souligné par Saint-Just).

60 Fragments.... p. 53.

61 Sur les subsistances, p. 73.

62 Ibid., p. 85.

63 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 124.

64 Ibid., p. 124.

65 Sur les subsistances, p. 79.

66 Sur les subsistances, p. 79.

67 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 122.

68 Sur les subsistances, p. 84.

69 Sur les subsistances, p. 85.

70 Sur les subsistances, p. 84.

71 Pour un gouvernement, p. 123.

72 Pour un gouvernement, p. 123.

73 Ibid., p. 122.

74 Ibid., p. 118.

75 Ibid., p. 117.

76 Ibid., p. 119.

77 Pour un gouvernement, p. 194.

78 Sur la police générale, p. 194.

79 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 126.

80 Ibid., p. 126.

81 Ibid., p. 125

82 Sur la police générale, p. 191.

83 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121 ; voir aussi, Sur la police générale, p. 195.

84 Décret contre les ennemis de la Révolution, p. 150.

85 Sur la police générale, p. 188.

86 Sur tous ces points, voir J. Godechot, op.cit., pp. 350-357 ; A. Soboul, op. cit., pp. 98-103.

87 A. Soboul, op. cit., p. 98.

88 G. Lefebvre, La Révolution française, pp. 406-407.

89 J. Godechot, op. cit., p. 356.

90 Pour un gouvernement, p. 117.

91 Sur les subsistances, p. 74.

92 Sur la police générale, p. 181.

93 M. Abensour, op. cit., p. 7.

94 Ibid., p. 17.

95 Sur les subsistances, p. 74.

96 Fragments, pp. 54-55.

97 Sur les subsistances, p. 74.

98 Ibid., p. 80.

99 Ibid., p. 80.

100 Ibid., p. 75.

101 Sur les subsistances, p. 75.

102 Ibid., p. 75.

103 Ibid., p. 80.

104 Ibid., p. 80.

105 Ibid., p. 75.

106 Pour un gouvernement..., p. 122 (souligné par moi).

107 A. Ollivier, Saint-Just et la force des choses, (avec une préf. d'A. Malraux) Paris : Gallimard, 1954, 582 p.

108 Sur les subsistances, p. 75.

109 Sur les subsistances, p. 74.

110 Ibid., p. 80.

111 Sur la police générale, p. 195.

112 Sur les subsistances, p. 85.

113 Sur les subsistances, p. 85.

114 Ibid., p. 85.

115 Ibid., p. 75.

116 Ibid., p. 80.

117 Sur la police générale, p. 185.

118 Ibid., p. 183.

119 Fragments, p. 44.

120 Ibid., p. 53.

121 Ibid., p. 53.

122 Ibid., p. 44.

123 De la nature..., p. 353.

124 M. Abensour, op. cit., p. 21.

125 Décret contre ennemis de la Révolution, p. 151.

126 Cf. G. Lefebvre, La Révolution française, Paris : P.U.F., 1963, p. 411, et J. Godechot, op.cit., p. 347.

127 J. Schumpeter, History of Economic Analysis, p. 228.

128 M. Abensour, op.cit., pp. 343-344.

129 A. Mathiez, La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris : Payot, 1927, pp. 13-14.

130 J. Schumpeter, op. cit., pp. 233-34.

131 Pour un gouvernement révolutionnaire, p. 121.

132 Fragments..., p. 48.

133 A. Smith, Richesse des Nations, Textes choisis, Paris : Dalloz, 1950, livre I, ch. 2, p. 55.

134 Ibid., p. 56.

135 De la nature, p. 337.

136 Ibid., p. 337.

137 M. Abensour, op. cit., p. 349.

138 J.-F. Faure-Soulet, Economie politique et progrès au siècle des Lumières (1750-1789), Paris : Gauthier-Villars, 1964.

139 J.-F. Faure-Soulet, op.cit., p. 189.

140 J.-F. Faure-Soulet, op.cit., p. 189.

141 Fragements, p. 42.

142 Ibid., p. 65.

143 Rapport sur la loi contre les Anglais. Sur tous ces points voir M. Abensour, op. cit., p. 15.

144 Rapport sur la loi contre les Anglais. Sur tous ces points voir M. Abensour, op. cit., p. 15.

145 Sur la police générale, p. 197.

146 Cf. Abensour, op.cit., p. 350, et A. Soboul, Introduction aux Discours et Rapports, op. cit., pp. 8-10.

147 A. Soboul, Les Sans-culottes parisiens en l'an II, Thèse, Paris. 1958, pp. 433-451, et tableau pp. 1091-1092.

148 A. Soboul, op.cit., p. 1029.

149 Ibid. op. cit., p. 414 (souligné par moi).

150 Ibid., p. 463.

151 Ibid., p. 464.

152 A. Soboul, op. cit., p. 453.

153 Ibid., pp. 476-77.

154 K. Marx, Misère de la Philosophie, Paris : La Pléiade, 1963, p. 80.

155 Ibid., p. 87.

Table des illustrations

Légende Gouache des frères Le Sueur[Cliché Musées de la ville de Paris par SPADEM]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Gouache des frères Le Sueur[Cliché Musées de la ville de Paris par SPADEM]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Professeur agrégé d'économie, université Paris X. Membre du CAREA/CEREM (UM 31 CNRS-PARIS 10)
Auteur de Le Défi du développement indépendant, Paris : Edit. Rochevignes, 1983 ; L'Intégration de l'économie française dans l'économie mondiale [en collaboration], Paris : Economica, 1983 ; Banques internationales et places financières dans les pays en voie de développement [en collaboration avec D. Germidis], Paris : Centre de développement, OCDE, 1984 ;
Les Multinationales face à la crise, Paris, PUF-IRM, 1985, [English translation J. Wiley & Sons, 1985] ; Multinational Enterprises, Economic Structure and International Competitiveness, the Case of France, J.H. Dunning (Edit.), London : J. Wiley & Sons, 1985, pp. 91-127 ; Une Economie mondiale [en collaboration avec M. Cicurel, J. Klein, F. Rachline, C. Stoffaes], Paris : Hachette, 1985 ; Le Capitalisme mondial, 2e édition (entièrement refondue), Paris : PUF, 1985 ; Le Drôle de drame du cinéma mondial, Paris : La Découverte, 1987. En outre a publié une quarantaine d’articles dans le domaine économique.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search