Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

1789-1794. Du libéralisme a l'économie de guerre

Le financement de la guerre dans les discours révolutionnaires

Christian Bruschi

Texte intégral

1Le financement de la guerre ne saurait se confondre avec la guerre elle-même, car par définition il échappe à une logique exclusivement militaire pour soulever des questions d'un autre ordre. L’Etat et la société vont-ils devoir changer de fonctionnement pour fournir les moyens occasionnés par la guerre ? Comment vont réagir le système monétaire et financier et l'activité économique ? Les réponses apportées à ces questions dépendent largement du contexte historique, elles diffèrent sensiblement selon que les mutations en cours procèdent uniquement de la guerre ou sont associées à un changement révolutionnaire.

21789 inaugure une période de bouleversements, la guerre en est une conséquence, mais elle engendre à son tour d'autres bouleversements. L'effort accompli pour soutenir la guerre et le but qui lui est assigné (conquêtes, ponction de ressources ou extension de la Révolution) pèsent considérablement sur l'idée que l’on se fait de son financement.

3Mais ce qui a retenu notre intérêt ce n'est pas la réalité elle-même du financement, de ses causes et de ses conséquences, mais la place qu'il occupe dans les discours révolutionnaires.

4Cet intérêt s'explique pour deux raisons :

5Le financement de la guerre introduit un paramètre concret dans un domaine où l'exaltation est de mise ; il limite en quelque sorte les effets oratoires et oblige à référer les objectifs fixés aux moyens nécessaires pour les atteindre et participe donc à la dialectique toujours révélatrice dans les périodes révolutionnaires entre la fin et les moyens.

6Le discours est un exercice explicatif fait avec la volonté de convaincre ses auditeurs et ses lecteurs ; nous entendons ici le discours dans son sens oral (interventions dans les assemblées et les clubs) ou dans son sens écrit (article de la presse révolutionnaire par exemple). Les arguments utilisés traduisent la façon dont est appréhendé le financement de la guerre dans une vision plus vaste où les considérations politiques, sociales et économiques se mêlent aux considérations plus strictement militaires.

7Tous les grands orateurs et tribuns de la Révolution n'ont pas été mis à contribution, nous n'avons retenu que les plus influents en écartant ceux qui, comme Cambon, étaient surtout les techniciens des finances intervenant au titre de spécialistes et les Girondins favorables à la guerre, tel Bissot, qui mériteraient une étude spécifique. Nous avons donc retenu les intervenants les plus brillants des Cordeliers, Marat et Danton, et des Jacobins, Robespierre et Saint-Just. Nous avons aussi retenu Mirabeau décédé avant que n’aient débuté les hostilités car il intervient sur le sujet par anticipation. Il n'a pas à tenir compte de ce fait des contingences ; il fournit donc une argumentation qui intègre les transformations engendrées par la Révolution naissante et non par la guerre qui va suivre, ce qui n'est pas dénué d’intérêt.

*

8Le financement de la guerre avant même que celle-ci n'ait commencé, apparaît d'abord comme étroitement dépendant de la lutte menée pour conquérir le pouvoir politique. L'organe qui le contrôle dispose d'un atout considérable pour influencer le cours des événements, mais le financement de la guerre devient aussi un moyen, entre autres, pour s'emparer du pouvoir.

  • 1 Mirabeau, Séance de l'Assemblée nationale du 8 juillet, in : Les Grands Orateurs républicains, Mon (...)
  • 2 Séance de l'Assemblée du 1er septembre 1789, op. cit., p. 93 sq.
  • 3 Séance du 20 mai 1790 sur le droit de paix et de guerre, op. cit., p. 150 sq.
  • 4 Ibidem, p. 158.

9Après le transfert de la souveraineté aux représentants de l'Assemblée constituante, le commandement de l'armée, la décision de rentrer en guerre sont des attributions que se disputent le pouvoir exécutif exercé par le roi et le pouvoir législatif exercé par les représentants. Dès juillet 1789 Mirabeau1, qui ne s'est pas encore rapproché du trône, expose la relation entre le financement de l'armée et son utilisation : certes le roi a à sa disposition des troupes étrangères mais est-il justifié à les utiliser comme il l'entend, notamment contre le peuple, alors qu'elles sont rémunérées par la nation ? Mais le grand orateur du début de la Révolution se voit homme d'Etat, il va progressivement se poser en défenseur du pouvoir exécutif exercé par le roi, surtout en soutenant le veto royal2. Il connaît fort bien le rôle joué par la force armée et l'importance déterminante du droit de déclarer la guerre pour le pouvoir exécutif. Il sait aussi que les finances dans les grandes lignes sont du ressort du pouvoir législatif, et que le pouvoir qui décidera des fonds nécessaires sera le maître de l'armée et de la guerre, car sa vision du pouvoir politique est extrêmement réaliste. Mirabeau avance à pas comptés, il redoute de choquer des représentants légitimement attachés à leurs prérogatives, d’où un discours en demi-teinte où il se réserve d'exposer plus tard les compléments que, sous l'empire de la nécessité, il ajoutera à la répartition proposée des compétences3. Le pouvoir exécutif doit disposer des moyens suffisants pour affronter des échéances imprévues, les fonds ordinaires votés par l'Assemblée sont-ils appropriés à cette fin ? Mirabeau n'ignore pas les oppositions soulevées par son argumentation : Le pouvoir législatif, une fois un conflit commencé, pourra toujours y mettre fin en refusant les fonds nécessaires pour le poursuivre ; en revanche il serait dangereux de laisser le pouvoir exécutif démuni en cas de conflit imprévu, il doit pouvoir recourir à des fonds dont la destination n'a pas été expressément fixée par l'Assemblée. Bien évidemment Mirabeau rappelle que cela ne devra pas donner lieu à des armements inutiles demandant des sommes considérables, il y aurait alors risque de despotisme. Il dit aussi qu'une fois la guerre terminée le corps législatif congédiera les troupes extraordinaires et ne paiera plus leur solde pour éviter qu'une armée trop forte serve d'appui à une tentative despotique4.

  • 5 Robespierre, Discours du 18 décembre prononcé aux Jacobins, in : Œuvres, Paris : Ed. Ecole des Hau (...)
  • 6 Robespierre, Textes choisis, I, p. 117.
  • 7 Ibidem, p. 104.

10Les fonds destinés à la guerre, atouts du despotisme : l’argument est largement développé par Robespierre quand les signes annonciateurs d'un conflit se font plus précis. Dès décembre 1791 il dénonce les préparatifs d’une guerre qui renforcerait les pouvoirs du roi5. Il insiste sur la place des finances qui restent encore, affirme-t-il, "couvertes de ténèbres." Le roi est maître de la fortune publique, la guerre dont il serait le responsable lui permettrait de l'utiliser à sa guise et il disposerait de tous les moyens pour exercer à nouveau un plein pouvoir, et si ce n'est pas lui, ce sera Lafayette. Robespierre pense que la seule menace de guerre apporte déjà au roi des crédits supplémentaires et augmente son pouvoir. Il ne voit pas là qu'un simple argument polémique étayant son refus d’une guerre qui aiderait les ennemis de la Révolution, l'aspect financier lui importe en tant que tel. Il estime que les finances bien vacillantes seront dissipées par le pouvoir exécutif ; il introduit un lien avec le système des assignats qui se révèlerait un "obstacle", si on portait la guerre dans les pays étrangers, ce qui achèverait de ruiner le trésor public6. Plus encore, le financement de la guerre amènerait le peuple à merci, car il s'inscrirait dans la continuité de ce qu'a entrepris l'aristocratie depuis le début de la Révolution pour le faire céder7. Ne nous trompons pas ; en discourant ainsi, Robespierre ne cherche pas à analyser le phénomène d'un point de vue économique, il ne cherche pas à montrer que la Révolution a créé une situation économique nouvelle qui conduit à la guerre comme correctif des déséquilibres. Son analyse reste principalement politique. Le roi et le groupe social qui le soutient, l'aristocratie, ont été dépossédés d'une partie du pouvoir et de leurs prérogatives, ils veulent s'en ressaisir ; pour ce faire, tout en apparaissant prêts à certaines concessions, ils poursuivent l'objectif de désarmer politiquement le peuple. Robespierre, en définitive développe la thèse du complot en deux phases : dans un premier temps on rend en temps de paix les conditions de vie du peuple plus difficiles en thésaurisant le numéraire et en stockant les denrées, on fait ainsi artificiellement monter les prix ; mais procéder de la sorte est insuffisant, le peuple n'est pas encore totalement démuni et résiste encore :

11"...en paraissant même lui [au peuple] garantir quelques avantages particuliers tels que la suppression de quelques monstruosités féodales et des dîmes, on se prêtera d'autant plus facilement à cette infâme composition qu'on aura pris soin de le ruiner, de le décourager par l'accaparement du numéraire, des subsistances, et par tous les moyens que l'aristocratie n'a cessé de prodiguer depuis le commencement de cette Révolution".

  • 8 Ibidem, "Cependant pour arriver à ce but, du point de vue où on était, il y avait un grand interva (...)
  • 9 Marat, in : L'Ami du peuple, 13 avril 1792 (veille de la déclaration de guerre à l'Autriche), in : (...)
  • 10 Ibidem, p. 144.

12Dans un second temps la guerre aggrave très sérieusement la situation, le financement de la guerre va raréfier le numéraire, l'approvisionnement des troupes va venir en concurrence avec celui du peuple8 ; le pouvoir exécutif, avec l'aide de l'aristocratie, donnera toute sa mesure pour réussir le complot dont le déroulement est de type économique mais qui est inspiré par des considérations politiques et dont l'âme est la contrerévolution. Robespierre ne voit dans tout ce processus qu’un atout maîtrisé par le pouvoir exécutif pour revenir au despotisme sans vraiment considérer que ce processus est surtout le produit d'une situation et qu'il a donc des caractéristiques économiques propres. Marat a une démarche similaire, plus restreinte dans son objet. Comme Robespierre il voit dans la guerre un complot dont les conséquences seront, entre autres, sociales et financières. Il ne retient que deux aspects : les dépenses occasionnées par cette guerre voulue par le roi entraîneront la dilapidation des biens nationaux dont le prix aurait pu soulager la misère du peuple ; ce dernier de surcroît devra payer davantage d'impôts9. Marat ajoute qu'une banqueroute publique est à attendre. Somme toute sa thèse du complot est moins élaborée que celle de Robespierre. Le pouvoir exécutif veut simplement ruiner le peuple et l'Etat pour défaire la révolution. Marat cependant n'est pas un partisan zélé du pouvoir législatif, d'une Assemblée qu'il croit volontiers bavarde et inefficace. Son projet est de confier la destinée du peuple à un dictateur suprême qui ferait face aux ennemis de la France ; pour y parvenir ce dictateur aurait des pouvoirs financiers exorbitants dans le but de corrompre les sujets des princes et les soldats des généraux10.

  • 11 Robespierre, Discours non prononcé sur la fraction Fabre d'Eglantine, rédigé à une date légèrement (...)
  • 12 Danton, Discours devant la convention du 16 juin 1793 sur le droit de déclarer la guerre, in : Les (...)
  • 13 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre prononcé devant la Convention le (...)

13Même après la chute de la monarchie, le financement de la guerre reste un point litigieux dans la répartition des compétences entre le législatif et l'exécutif. Des débats ont lieu à ce sujet au sein de la Convention, ils concernent soit la future constitution, soit la réalité institutionnelle immédiate, c'est-à-dire les rapports entre la Convention et les comités exécutifs. Pour la future constitution, la tonalité générale des débats est de limiter les compétences de l'exécutif au profit du législatif. C'est une vision parfaitement instrumentale des finances publiques, notamment quand elles sont liées à la guerre. Robespierre dit clairement que le modèle anglais de l’équilibre des pouvoirs est trompeur et que les Français ont été dupes de son prestige, car les pouvoirs peuvent se liguer contre le peuple si l'exécutif a les moyens financiers de faire sa politique, voire d'acheter les représentants du pouvoir législatif11. Dans son discours de juin 1793 sur le droit de déclarer la guerre, Danton évoque les conquêtes qui pourraient survenir et l'argent que l'on pourrait en retirer, il conclut qu'en ce domaine il ne s'agit pas de laisser à l'exécutif la garde des intérêts de la nation : non seulement il affirme que compétence doit être laissée au législatif, mais plus encore que ce dernier aura à convoquer le peuple pour qu'il se prononce par référendum sur ce point12. Quant à Saint-Just, traitant à la fois des institutions futures et des institutions présentes, il répète que la guerre donne à l'exécutif des moyens supplémentaires et la faculté d'en user aux dépens du législatif ; pour lui ce phénomène est quasiment inéluctable car toute guerre entraîne le recours à la force et à l'argent. Il ne trouve qu'une seule parade à cet abus de pouvoir qui s'inscrit dans la nature des choses : un statut particulier du ministère de la Guerre. Ce dernier, par souci d'efficacité, doit être doté de toutes les prérogatives qui découlent de la conduite des opérations militaires, y compris les prérogatives financières. Est-il normal que dans des circonstances où rapidité et unité des décisions sont requises, le ministère de la guerre doive attendre du bon vouloir de la trésorerie les sommes dont il a un besoin urgent ? Saint-Just répond négativement, mais propose, pour éviter que l'exécutif en profite, que le ministère de la Guerre en soit détaché et relève directement du législatif13.

  • 14 Danton, Intervention du 9 septembre 1793 devant la Convention, op cit., p. 195.
  • 15 Robespierre, Textes choisis, III, p. 98 sq. Saint-Just, Œuvres complètes, p. 520 sq.

14Dans l’immédiat, une fois dissous le comité de défense générale remplacé par le comité de salut public, celui-ci devra disposer des moyens financiers pour poursuivre la guerre sous le contrôle de la Convention. Danton le demande expressément en raison de l'efficacité et pour éviter les débats publics qui affaibliraient la France ; sachant même que des soupçons de malhonnêteté sont toujours attachés à son nom, il démissionne deux jours après avoir été adjoint au comité du salut public pour lequel il avait fait mettre à disposition cinquante millions pour les opérations militaires14. Robespierre et Saint-Just, sans insister sur l'aspect financier, l'incluent dans leur défense du gouvernement révolutionnaire qui s'appuie sur une organisation et des mesures d'exception15. Il est assez piquant de voir que les arguments politiques et constitutionnels invoqués concernent le passé ou le long terme et qu’ils s'effacent dans l'immédiat devant des arguments techniques tenant à l'urgence ; ainsi les Jacobins reprennent l'argumentation de Mirabeau en qui ils voyaient pourtant un suppôt de la monarchie.

  • 16 Marat, Textes choisis, Paris : Editions sociales, 1975, p. 144.

15Le financement de la guerre apparaît donc comme un excellent révélateur de la contradiction entre la préférence avouée pour le pouvoir législatif identifié au peuple et l'idée que le pouvoir, quoi qu'on en dise, se trouve dans l'exécutif. Dans la simplicité de son raisonnement, Marat atteint un degré de cohérence supérieur en réclamant un exécutif temporaire fort qu'il voudrait représentatif du peuple et muni de pouvoirs financiers dont il pourrait faire usage soit pour faire la guerre, soit pour l'éviter16.

16L'idée que la guerre engendre des possibilités financières extraordinaires propices à l'établissement d’un pouvoir politique se retrouve dans les débats sucités par l'affaire Dumouriez. Celui-ci, après s'être rendu maître de la Belgique, voulut en faire un point d'appui contre la Convention, soit pour s'emparer lui même du pouvoir, soit plus vraissemblablement pour favoriser les projets de Philippe-Egalité. La Belgique était riche, Dumouriez désirait y instituer un système particulier de financement de la guerre qui lui aurait fourni les ressources nécessaires pour atteindre ses objectifs. La richesse de la Belgique devait-elle servir à financer Dumouriez ou la guerre qu'il fallait poursuivre ? Dumouriez refusa d'intégrer la Belgique au fonctionnement d'ensemble des finances françaises et s'opposa en conséquence à l'introduction des assignats. Il leva ses propres emprunts et organisa les achats de subsistances en vue, sans doute, de se procurer de substantiels profits lui permettant de constituer son propre trésor de guerre. La Convention, malgré les ambiguïtés de Danton et surtout des Girondins, contra Dumouriez sur ce point. Cambon, qui voyait dans la Belgique un fabuleux pactole pour redresser les finances de la République, ne pouvait laisser faire ; il ne voulait plus financer à fonds perdus la guerre et il dit :

  • 17 Après qu'il eut reçu le 10 décembre 1792 la lettre des commissaires envoyés en Belgique soulignant (...)

17"Plus nous avançons dans le pays ennemi, plus la guerre devient coûteuse, surtout avec nos principes de philosophie et de générosité ; on nous dit sans cesse que nous portons la liberté chez nos voisins ; nous y portons nos numéraires, nos vivres, et l'on n'y veut pas de nos assignats."17

18Les commissaires de la Convention envoyés en Belgique furent encore plus nets dans leurs conclusions :

  • 18 Rapport du 17 février 1793 prévoyant un soulèvement des Belges contre l'occupation française.

19"Le salut de la République française, vous le savez, est dans la Belgique. Ce n'est que par l'union de ce riche pays à notre territoire que nous pouvons rétablir nos finances."18

20En mars 1793 la Belgique était réunie à la France et Cambon avait tiré dans les mois précédant l'union (ou l'annexion) soixante-quatre millions. Dans les interventions dénonçant l'attitude de Dumouriez, les orateurs soit essayent de se justifier d'une accusation de complicité comme Danton, soit à travers Dumouriez visent le parti adverse (les Girondins) comme Robespierre. Quoi qu’il en soit on ne critique pas l'aspect prédateur du général dont on s'accommode facilement, on dévoile seulement avec virulence le complot contre la Convention, rendu possible par les ressources extraordinaires accumulées par Dumouriez. Danton, pour se disculper, affirme qu'il a constamment combattu les projets financiers de Dumouriez, qu'il y a là une preuve irréfutable de son innocence. Nous l'entendons tonitruer :

  • 19 Danton, Discours du 1er avril 1793 devant la Convention, op cit., p. 112
    La veille, devant les jaco (...)

21"Qu'a voulu Dumouriez ? Etablir un système financier dans la Belgique. Qu'a voulu Dumouriez ? Point de réunion [...]mais je me demande si l'on ne m’a pas vu constamment déjouer la politique de ce général, ses projets de finances, les projets d'ambition qu'il voulait avoir sur la Belgique."19

22Robespierre va beaucoup plus loin : le général a bien accumulé des ressources financières, non seulement pour soustraire la Belgique à l'autorité de la Convention, mais pour s'emparer du pouvoir en France même ; le financement lié à la guerre est une condition déterminante d'une dictature contre-révolutionnaire.

  • 20 Robespierre, Lettre à ses commettants 8 mars 1793, in : Textes choisis, II, p. 10 ; Discours prono (...)

23"[...] Déjà il agit en dictateur et vous parle en homme supérieur, il s'est emparé du trésor public ; il a méprisé ceux à qui la loi en confiait la garde " et "[...] Dumouriez avait fait des emprunts énormes ; Dumouriez s'était emparé du trésor public, après en avoir fait emprisonner les gardiens : Dumouriez avait assuré sa fortune et sa trahison, ensuite il déclara la guerre à la Convention nationale [...]."20

24C'est une vision étroitement politique, référée à des aspects intérieurs, des questions financières qui ne sont pas replacées dans un cadre économique. Cependant il est intéressant de constater que dans la dénonciation de Dumouriez apparaît l'idée d'un système financier propre à la guerre, distinct du système financier ordinaire.

25Dans ce débat apparaît aussi l'idée que cette guerre ne peut être considérée comme une simple guerre de conquête dont les gains viendraient compenser les pertes, mais qu'elle est porteuse de bouleversements sociaux et politiques dans la population. Qui doit-on pressurer ? Les aristocrates ou les autres ? Toutes ces questions se retrouvent dans des interventions à caractère plus général.

26Très rapidement la question a été posée : comment l'Etat dans son fonctionnement ordinaire peut-il assurer le financement de la guerre ?

  • 21 Ibidem, p. 192.
  • 22 Robespierre, Discours du 18 décembre, in :Textes choisis, I, p. 117.
  • 23 Ibidem, p. 142.

27Au début de la Révolution la guerre est saisie non en termes de gains mais de coûts. Les finances ordinaires, peu brillantes de façon chronique, peuvent-elles supporter la guerre ; n'est-il pas périlleux pour l'équilibre même de l'Etat de se lancer dans une telle aventure ? Dès août 1790 Mirabeau dans son discours sur le pacte de famille liant les Bourbons de France à ceux d'Espagne ne dissimule pas que la situation financière du royaume doit amener à la plus grande prudence quant à une guerre éventuelle21. L'argument est repris par Robespierre dans les mois précédant la déclaration de guerre à l'Autriche ; la guerre va achever de ruiner les finances ; toutes les mesures de redressement, tels les assignats, efficaces en temps de paix risquent de se révéler pernicieuses en temps de guerre22. Marat raisonne en des termes identiques23. Puis la guerre venant, c'est l'influence de son financement sur l'organisation et les articulations de l'Etat qui sera invoquée. Deux points retiennent particulièrement l'attention :

28L'Etat ne se réduit pas seulement à ses organes centraux qui, étant les plus éloignés de la population, sont certainement les moins efficaces pour les levées extraordinaires nécessitées par la guerre. Qu'il s'agisse du numéraire ou des réquisitions en nature, on se tourne logiquement vers les municipalités. Danton s'en explique avec netteté dès août 1792 quand il appelle la nation à une intense mobilisation patriotique :

  • 24 Robespierre, Discours devant l'Assemblée législative du 28 août 1792, op. cit., p. 48.

29"Il est temps de dire au peuple que le peuple en masse doit se précipiter sur ses ennemis [...] tout ce qui peut nuire à la Nation doit être rejeté de son sein, et tout ce qui peut lui servir doit être mis à la disposition des municipalités, sauf à indemniser les propriétaires. Nous nous proposons de décreter que chaque municipalité assemblera tous les hommes qui sont dans son sein, en état de porter les armes, qu'elle les équipera et leur fournira tout ce qui sera nécessaire pour voler aux frontières "24

  • 25 Ibidem, p. 404.
  • 26 Rapport sur le gouvernement révolutionnaire présenté à la Convention le 19 du premier mois de l'an (...)

30L'autre point ne concerne pas les ressources, mais les dépenses. Faut-il à tout prix distinguer ceux qui payent et ceux qui bénéficient des dépenses effectuées ? Saint-Just critique sévèrement la séparation Trésorerie/Ministère de la guerre qui est source de lenteurs, il recommande une unité des services, malgré ses soupçons à l'encontre des ambitions militaires. Il est tout à fait disposé à remettre en cause la distinction entre ordonnateurs et comptables au début de 1793, à un moment où la Convention n'a pas encore un organe exécutif véritablement actif. Il pense préférable de confier aux ordonnateurs les tâches des comptables25. Il ne tient pas en grand estime ces derniers et ne les pense pas plus intègres et plus compétents que ceux qui s'occupent des affaires militaires26. Somme toute l'armée fondée sur la levée en masse, sur la mobilisation patriotique lui paraît plus saine que des agents publics professionnels rompus à toutes les roueries. Le financement de la guerre ne se rapporte pas qu'à l'Etat stricto sensu ; au delà de l'Etat, il concerne bel et bien le fonctionnement des sociétés, française et autres, bouleversées par les mutations politiques et sociales provoquées de l'intérieur et de l'extérieur.

31De façon concrète d'abord, il va devoir payer l'équipement personnel. Danton établit un rapport entre la fortune personnelle et le financement de l'équipement. Celui qui a les moyens doit payer, pas nécessairement son propre équipement, mais celui des plus démunis. Il lui apparaît scandaleux que des miséreux ne puissent se battre pour la patrie, il s'écrie :

  • 27 Danton, Intervention à la Convention du 17 mars 1793, op. cit., p. 97.

32"Comment se fait-il que vous ne sentiez pas que c'est aujourd'hui qu'ilfaut que la Convention décrète que tout homme du peuple aura une pique aux frais de la nation. Les riches la paieront, ils la paieront en vertu d'une loi ; les propriétés ne seront pas violées."27

33Danton oppose les hommes du peuple aux riches, ces derniers financent au nom de la nation, mais il prend garde de les rassurer, il n'y aura pas de spoliation, le système social ne sera pas touché. Par la suite il ira plus loin : ce n'est pas au nom de l'harmonie nécessaire au sein de la nation qu'il préconise le financement par les riches, mais en assimilant ces derniers à des profiteurs et à des ennemis. Il est intéressant d'examiner comment se produit le glissement et aussi quelles en sont les limites. Les riches sont bien des ennemis, mais du peuple et non de la nation ou de la patrie ; le peuple fera la révolution à leurs dépens, mais ils finiront par en bénéficier. La guerre, plus particulièrement la guerre civile qui se déroule en Vendée, permet de présenter les uns et les autres comme étant ennemis, mais les armes qui vont être utilisées ne seront pas celles de la guerre, mais celles du financement de la guerre qui permettront d'acquérir les armes mêmes de la guerre. Pour autant Danton ne tient pas à effrayer les riches et les capitalistes, il leur fait miroiter la consolidation de leurs propriétés. Ainsi il en arrive à faire de la démagogie à double sens, taxer les riches pour satisfaire le peuple, mais éviter une loi agraire ou toute atteinte au droit de propriété pour satisfaire les riches. Les riches aimablement comparés à une éponge qu'il convient de presser, cesseront d'être des ennemis quand ils reconnaîtront que la liberté leur aura conservé leurs propriétés :

  • 28 Danton, Discours devant la Convention du 19 avril 1793, op. cit., p. 142.

34"On a cru que le peuple voulait la loi agraire ; cette idée pourrait faire naître des soupçons sur les mesures adoptées par le département de l'Hérault ; sans doute on empoisonnera ses intentions et ces arrêtés ; il a, dit-on, imposé les riches : mais citoyens, imposer les riches, c'est les servir ; c'est un véritable avantage pour eux qu'un sacrifice considérable ; plus le sacrifice sera grand sur l'usufruit, plus le fonds de la propriété est garantie contre l'envahissement des ennemis [...]Paris a un luxe et des richesses considérables ; eh bien ! par ce décret, cette éponge va être pressée. Et par une singularité satisfaisante, il va se trouver que le peuple fera la révolution aux dépens de ses ennemis intérieurs. Ces ennemis eux-mêmes apprendront le prix de la liberté ; et ils désireront la posséder lorsqu'ils reconnaîtront qu’elle aura conservé leurs jouissances. Paris, en faisant appel aux capitalistes, fournira son contingent, il nous donnera les moyens d'étouffer les troubles de la Vendée [...]."28

35Un peu plus loin Danton revient sur son idée, il expose sa conception de la répartition des tâches entre les hommes du peuple et les riches : les premiers se battent et offrent leur vie, ce qui est leur seule richesse et aussi la principale richesse de la guerre révolutionnaire, aux seconds il appartient de payer, car c'est tout ce qu'ils peuvent faire, et puisqu'ils tirent profit de cette époque, autant qu'ils le partagent un peu pour sauver la liberté :

  • 29 Danton, Discours devant la Convention du 8 mai 1793, op. cit., p. 146.

36"Que le riche paye, puisqu'il n'est pas digne le plus souvent de combattre pour la liberté, qu'il paye largement et que l'homme du peuple marche dans la Vendée. Il y a telle section où se trouvent des groupes de capitalistes, il n'est pas juste que les citoyens profitent seuls de ces époques-là."29

37Pour Danton le financement de la guerre n'est pas un instrument de justice sociale, sa virulence dissimule maladroitement une volonté de régulation des rapports pauvres/riches face à la guerre, pour que les pauvres acceptent de se battre ; encore faut-il qu'ils ne soient pas seuls à se sacrifier : ils le feront d'autant plus volontiers s'ils savent que les riches sont mis à contribution. La pensée de Danton est relativement sommaire, il ne transcende pas les rapports entre pauvres et riches dont il a une appréhension seulement immédiate ; c'est sur la base de leurs intérêts respectifs et de leurs facultés contributives respectives que les uns et les autres sont appelés à participer à la guerre. Dans son discours sur les subsistances Saint-Just a une approche singulièrement plus complexe des phénomènes, il ne se contente pas de démagogie envers le peuple, ou de paroles rassurantes envers les riches. Pour lui seul le sentiment d'appartenance à la même communauté civique, à la même patrie, incitera les riches et les pauvres à participer aux mêmes combats. Pour susciter un tel sentiment d'appartenance, la constitution, véritable sanction de cette communauté civique, doit lier justement tous les intérêts en vue de les dépasser. Le financement de la guerre n'est pas un instrument brut de régulation sociale ; sans communauté civique institutionnalisée et provoquant un sentiment d'appartenance collective, il peut même devenir un facteur d'anarchie, d'une société déréglée où chacun livré à lui-même recherchera son intérêt sans être certain de le trouver car l'harmonie sociale découle d'abord de l'unité politique :

  • 30 Saint-Just, Discours sur les subsistances prononcé devant la Convention le 29 novembre 1792, op. c (...)

38"[... ] vous pouvez en un moment lui [au peuple français donner] une patrie ; et c'est alors que l'indigent oubliera la licence, et que le riche sentira son cœur. Je ne connais presque point de remèdes provisoires aux malheurs qui naissent de l'anarchie et de la mauvaise administration ; il faut une constitution excellente qui lie tous les intérêts [...]."30

  • 31 Danton, Intervention à la Convention du 31 janvier 1793, op. cit., p. 81-82.

39Mais le financement de la guerre ne concerne pas uniquement la France, il concerne aussi les peuples des territoires que l'on peut, selon les points de vue, qualifier de conquis ou de libérés. Les prélèvements effectués, parfois très importants, sur ces peuples pour financer la poursuite de la guerre sollicitent une justification. Danton apporte deux justifications différentes selon qu'il traite du cas précis de la Belgique annexée ou de pays conquis en général. Pour la Belgique annexée, il établit un lien direct entre les bienfaits apportés par la France et la juste contribution due par le peuple qui profite de ces bienfaits. Au nom de sa mission universelle, la République française purge la Belgique de la féodalité et de tous ceux qui la soutenaient, nobles et prêtres. Elle propage la liberté. Il est normal que le peuple belge qui a l'honneur d'être intégré au peuple français fournisse des moyens supplémentaires31. Bien évidemment on ne saurait voir dans cette contribution une prédation, fruit de la conquête. L'idée mise en avant pour justifier les prélèvements est que la liberté se paye : le peuple français pour obtenir sa liberté et celle des autres a dû verser son sang, que les Belges versent leur argent. Danton se révèle beaucoup plus cru lorsque, intervenant de façon générale, et n'ayant pas à ménager les Belges devenus citoyens français, il s'explique sur les conquêtes dans le débat précédant l'adoption de la constitution de 93. Il ne cherche plus le paravent de la liberté, il n'évoque plus le peuple, mais le territoire dont on peut tirer indemnisation :

  • 32 Danton, Discours du 16 juin 1793 sur le droit de déclarer la guerre, op. cit., p. 164.

40"Sans doute si des puissances ennemies nous ont suscité une guerre injuste, si elles nous ont entraînés à des dépenses énormes, nous pourrons séquestrer momentanément une portion de leur territoire pour nous indemniser."32

41Saint-Just pour sa part s'en tient au prix de la liberté dont il sait pertinemment tout ce qu'il peut rapporter à la République :

  • 33 Saint-Just, Discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 389.

42"L'équilibre [financier] se rétablira peu à peu. Si nos armées conquièrent la liberté pour les peuples, il n'est point juste que vous vous épuisiez pour les peuples ; ils doivent soulager notre trésor public, et dès lors nous avons moins de dépenses à faire pour entretenir nos armées."33

43Au fur et à mesure que la France révolutionnaire s'enfonce dans la guerre, qu'elle commence à emporter des victoires, la guerre cesse de lui apparaître comme une source de dépenses, elle lui apparaît aussi comme une source de recettes ; mais pour l'heure ces recettes ne sont prises en compte dans les discours que dans la mesure ou elles viennent compenser des dépenses. La guerre prédatrice n'est pas encore à l'honneur, elle n'est pas encore avouable, même si on commence à la pratiquer ; on préfère donc présenter les prélèvements effectués comme le prix de la liberté qui viendrait équilibrer les coûts.

44Mais le financement de la guerre ne sert pas uniquement de révélateur des transformations qui se produisent ou qui pourraient se produire dans l'Etat, dans les rapports sociaux ou internationaux, il apparaît aussi intimement associé à des mobilités mentales nouvelles que les révolutionnaires enregistrent ou suscitent.

*

45Le financement de la guerre s'inscrit dans la compréhension de trois mobilités mentales qui affectent l'économie, la guerre elle-même, et enfin le concept de révolution étendu aux finances.

46Le financement de la guerre est d'abord saisi à travers le cadre politique et institutionnel, mais il est aussi saisi dans son rapport à l’économie. La dynamisme de l'économie perce dans les discours, mais il n'est pas sûr qu'intellectuellement les intervenants aient été à même d'en maîtriser le sens. La guerre, du moins à ses débuts, génère de nouvelles dépenses non couvertes par les recettes ordinaires ; elle vient donc bousculer l'organisation financière, mais aussi elle modifie la situation économique et aide ainsi à dégager une vision de l'économie autonome de la compréhension strictement politique des événements.

47La mise en rapport du financement de la guerre avec la situation financière ne peut être dissociée de la situation économique.

48Danton et Robespierre établissent une relation entre les dépenses provoquées par la guerre et le système vacillant des assignats, mais ils le font sans grande rigueur dans le raisonnement et sans essayer de comprendre les mécanismes économiques qui l'expliqueraient. Danton selon les circonstances voit dans le raffermissement de l'assignat la possibilité d'accroître les moyens nécessaires à la poursuite de la guerre ou dans la guerre la possibilité de raffermir l'assignat. Le raffermissement de l'assignat impressionnera les ennemis de la France, et en rétablissant le crédit public "préparera de nouveaux moyens de combattre les ennemis". Pour raffermir l'assignat, nous retrouvons les moyens sempiternels proposés par Danton ; l'assignat s'est affaibli à la suite d'un complot des riches avides de spéculation, il faut donc maintenir le cours de l'assignat en frappant les riches, et la fortune publique s'améliorera. En l'affirmant Danton avoue candidement son ignorance des finances, et a fortiori de l'économie :

  • 34 Danton, Discours prononcé à la Convention le 27 avril 1793, op. cit., p. 142.

49"Les despotes de l'Europe diront : quelle est cette nation puissante qui par un seul décret améliore la fortune publique, soulage le peuple, fait revivre le crédit national et prépare de nouveaux moyens de combattre les ennemis [...] je ne me connais pas grandement en finances, mais je suis savant dans le bonheur de ce pays, les riches frémissent de ce décret, mais je sais que ce qui est funeste à ces gens est avantageux pour le peuple."34

50Mais en sens inverse, par les ressources qu'elle procure, la guerre est susceptible de ramener l'équilibre financier, de soulager le peuple en faisant contribuer les riches :

  • 35 Danton, Discours prononcé devant la Convention le 10 mars 1793, op. cit., p. 91.

51"Le plus beau ministère est d'annoncer au peuple que la dette terrible qui pèse sur lui sera desséchée aux dépens de ses ennemis, ou que le riche paiera avant peu. La situation nationale est cruelle ; le signe représentatif n'est plus en équilibre dans la circulation ; la journée de l'ouvrier est au-dessous du nécessaire ; il faut un grand moyen correctif. Conquérons la Hollande ; ranimons en Angleterre le parti républicain ; faisons marcher la France et nous irons glorieux à la prospérité."35

  • 36 Germain et Mireille Sicard, "Robespierre avait-il une doctrine économique ?", Mélanges offerts à M (...)
  • 37 Robespierre, Textes choisis, I, p. 96.
  • 38 Ainsi dans le discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 386, Saint-Just dit  (...)

52Pour Danton confronté au financement de la guerre ou lié à la guerre, il suffit de vouloir et de décréter pour améliorer la situation économique qu'il ne veut pas distinguer de la situation financière. Robespierre, la démagogie sociale en moins, n'a pas lui aussi une vision vraiment autonome des mécanismes économiques36 : la dégradation de la situation financière, et conséquemment de la situation économique, résulte d'un complot des contre-révolutionnaires qui accaparent à la fois le numéraire et les subsistances37. Il n'ignore pas, bien au contraire, qu'il s'agit là de données qui influent directement sur les questions touchant au financement de la guerre mais il ne leur prête pas une signification économique en essayant de comprendre les relations entre la consommation, la masse monétaire et la donnée supplémentaire qu'entraînent recettes et dépenses découlant de la guerre. En ce domaine Saint-Just adopte une toute autre démarche. Il s'efforce de s'élever à la compréhension économique des phénomènes en écartant la démagogie sociale et les explications simplistes. Il est en soi significatif de constater qu'il utilise souvent le terme "économie" qu'ignorent presque toujours Danton et Robespierre38. Saint-Just inscrit l'aspect monétaire dans un cadre général : la France souffre de l'abondance des signes en circulation, comme auparavant l'Espagne a souffert de l'abondance de l'or. Non pas que l'on puisse juger de la quantité de signes en elle-même : elle ne peut être évaluée qu'en tenant compte des divers éléments composant le tableau de l'économie française. La production a fortement diminué en grande partie à cause de la guerre qui prive le pays de la main d'œuvre nécessaire ou la rend trop chère. Mais à cela s'ajoutent d'autres facteurs comme le morcellement excessif des communaux qui favorisaient l'élevage :

  • 39 Saint-Just, Discours sur les subsistances, op. cit., p. 388.

53"La guerre a détruit les troupeaux, le partage et le défrichement des communes achèvera leur ruine, et nous n'aurons bientôt ni cuirs, ni viandes, ni toisons [...] nous n'avons plus ni troupeaux, ni laine, ni industrie dans le commerce. Les gens industrieux sont dans les armées."39

  • 40 Rapport fait au nom du Comité du salut public sur la loi contre les Anglais (25e jour du premier m (...)

54En revanche la consommation s'est développée, notamment à cause des approvisionnements des armées en guerre qui rendent le marché moins fluide et concourent à l'inefficacité du maximum. Cette insuffisance de la production correspondant au développement de la consommation interdit toute exportation et favorise en revanche les importations rendues plus chères par l'internationalisation des assignats dont les pays étrangers font un grand usage pour abaisser leur cours. La France de surcroît souffre structurellement d'un manque de produits ouvrés (manufacturés) dont l'Angleterre tire des profits substantiels40. Saint-Just met en rapport ces différents éléments et considère visiblement que l'économie a ses lois qu'il faut saisir si l'on veut améliorer la situation d'ensemble, ce que ne permet pas un pur et simple volontarisme politique.

55Cette approche de la question inscrit la guerre dans un contexte économique, et son financement en dépend nécessairement.

  • 41 Mirabeau, Discours sur le pacte de famille du 25 août 1790, op. cit., pp. 200-201 : "Ce n'est pas (...)
  • 42 Danton, Discours du 10 mars 1793 devant la Convention, op. cit., p. 90.
  • 43 Danton, Discours du 11 frimaire an II (1er décembre 1793), op. cit., p. 205.
  • 44 Saint-Just, op. cit., p. 537.
  • 45 Saint-Just, Discours sur les relations avec les puissances neutres, début germinal an II (fin mars (...)

56Déjà Mirabeau au début de la Révolution s'interroge sur la relation entre guerre et commerce international, et avec subtilité situe la question délicate du financement de la guerre dans cette relation qu'il caractérise comme particulièrement complexe. A long terme il oppose guerre et commerce international comme deux modes de rapports radicalement opposés entre les peuples et il appelle de tous ses vœux la paix et la liberté du commerce ; mais dans le court terme il en va autrement, il sait que la liberté du commerce n'existe pas et que le plus souvent le commerce a lieu dans une sphère d'influence garantie par la force armée. Il ne s'agit donc plus d'opposer guerre et commerce, car dans certaines circonstances la guerre est nécessaire pour conserver les avantages du commerce, notamment en ce qui concerne les échanges entre la métropole et les colonies41. Dans ce cas là le financement de la guerre ne vient pas favoriser la guerre contre le commerce, mais sa raison ultime est la défense du commerce lui-même. En quelque sorte il constitue un investissement. Danton lui aussi n'est pas indifférent à la relation entre le commerce et la guerre. Quand il soutient Dumouriez dans son projet de conquête de la Hollande, il met en relief le contraste entre la prospérité qui attend la France et la crise qui menace l'Angleterre. Cette dernière qui ne vit que par le commerce s'est lancée dans la guerre, allant ainsi à sa ruine ; en effet la France, par la conquête de la Hollande va lui enlever les moyens de commercer et l'aristocratie commerciale anglaise renversera le gouvernement contraire à ses intérêts, à son tour ; sous la pression des événements, l'Angleterre s'ouvrira à la liberté42. Danton demande des sacrifices supplémentaires en hommes et en argent pour des gains importants. C'est la guerre victorieuse de la France qui trouvera dans le commerce anglais un allié contraint mais inespéré. Dans un autre discours Danton montre que les besoins de la France en guerre seront satisfaits par les pays neutres qui y verront l'occasion d'un commerce qui leur sera profitable43. Danton reste à son habitude à la surface des phénomènes. Saint-Just révèle une perspicacité bien plus profonde. Il s'attache à analyser la complexité du commerce international et le traitement différencié et positif qu'il convient de lui réserver, en raison notamment des conséquences du financement de la guerre. Saint-Just s'interroge d'abord sans répondre : quel destin international attend le peuple français une fois qu'il aura accompli la Révolution : sera-t-il conquérant ou commerçant ? Mais dans l'immédiat là n'est pas la question car il faut seulement savoir comment lier guerre et commerce pour aller à la victoire. En d'autres termes une guerre économique peut-elle soutenir une guerre tout court, et inversement en quoi la guerre soutient-elle le commerce international ? Saint-Just est convaincu que les lois du commerce et les lois de la guerre sont de nature différente. Ce n'est pas parce que la France est en guerre contre une bonne partie de l'Europe qu'elle doit cesser tout commerce pour remporter la victoire. Saint-Just s'en tient à un raisonnement strictement économique, il approuve une loi prohibitive concernant l'Angleterre non parce qu'elle est en guerre contre la France mais pour la place spécifique qu'elle occupe dans le commerce international. N'est-ce pas le seul pays qui par l'exportation de produits manufacturés fait payer à la France un lourd tribut tout en concurrençant sa propre production ? Il n'en est pas de même pour les autres pays. En conséquence une loi prohibitive s'appliquant à tous les pays étrangers commerçant avec la France n'aurait pas de sens44. Saint-Just suit une démarche similaire pour les rapports avec Gênes, ville marchande par excellence. Alors que la France est en guerre, à quoi peut donc servir son argent à Gênes qui pour le moment a adopté une attitude de neutralité ? Pour Saint-Just il serait absurbe de dépenser cet argent en se leurrant d'une révolution, en y formant des partis et en y créant des clubs de Jacobins. Les marchands de Gênes veulent profiter de la neutralité et vendre aux deux camps en présence45. Saint-Just considère qu'en temps de guerre l'argent de la République doit s'inscrire d'abord dans un rapport de commerce et non contribuer à déstabiliser les neutres. Fidèle à une ligne générale il s'efforce de maintenir une stricte ligne de démarcation entre une logique de guerre et une logique de commerce ; ceux qui ne font pas la guerre veulent seulement en profiter et la République doit jouer le jeu. Cette façon de voir les choses apporte une nuance sérieuse à l'idée que la guerre pourrait servir de substitut au commerce dans les relations entre les peuples ; loin de s'opposer, guerre et commerce sont deux registres distincts qu'il faut savoir utiliser de manière complémentaire.

  • 46 Saint-Just, Discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 386.
  • 47 Danton, Discours du 10 mars 1793, op. cit., p. 91 : "La situation nationale est cruelle ; le signe (...)
  • 48 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre (28 janvier 1793), op. cit., p. 4 (...)

57La complémentarité est porteuse de relations qui dépassent le face à face commerce / guerre pour atteindre le face à face économie / guerre. Saint-Just cherche à démontrer que la situation économique de la France occupe une place déterminante dans le processus d'extension de la guerre, ou à l'inverse d'extension de la paix. L'affaiblissement de l'économie française, les difficultés financières qui en découlent, ne poussent pas les neutres à avoir des rapports commerciaux avec la République, cette dernière n'a pas l'argent nécessaire au financement de la guerre qui lui permettrait d'acheter. En revanche ces pays ne pouvant se comporter en partenaires commerciaux risquent de se comporter en prédateurs, peut-être vont-ils rentrer en guerre pour se partager les dépouilles de la France46. Ainsi une mauvaise situation économique génère-t-elle une crise du financement de la guerre, facteur de la multiplication des ennemis de la France attirés par la perspective du pillage. Dans la vision de Saint-Just la guerre dépend de l’économie plus qu'elle ne l'influence. Danton voit les choses autrement : la guerre est une issue à la crise économique et financière, la financer est sûrement un bon investissement. Son raisonnement est à l'opposé de celui de Saint-Just ; en se donnant les moyens de faire la guerre et de remporter des victoires, la République affermit ses assignats, et ses conquêtes lui amèneront la prospérité. La guerre, notamment par la prédation non avouée qu'elle suppose, devient un correctif de la situation économique et financière qui sans elle irait en empirant47. En revanche pour Saint-Just la guerre s'inscrit dans un contexte économique qu'elle subit et sa logique nettement distincte de la logique économique ne peut fondamentalement corriger cette dernière. Danton lui, à l'inverse, l'admet tout à fait : l'économie d'un pays en guerre découle d'abord du cours de la guerre. Saint-Just rejette cette vision simpliste et considère que le financement de la guerre est une épreuve de vérité pour juger du rapport entre la volonté politique de la Révolution et sa capacité à bien gérer l'économie. Pour lui l'"ordre de finances" est totalement inadapté aux changements politiques engendrés par la Révolution48. Par son caractère exceptionnel le financement de la guerre oblige à repenser le rapport entre la révolution politique et la vie économique, il faut trouver de nouvelles ressources et mobiliser toutes les énergies populaires ; pour ce faire, il faut veiller à la cohésion sociale en rendant chacun conscient de son appartenance à la même communauté, cohésion sociale et tissu économique vont de pair. Il s'agit de profiter de circonstances peu communes pour s'assurer de la prospérité. Saint-Just n'imagine pas une économie exclusivement tournée vers les dépenses de la guerre, il pense que la guerre crée des conditions propices à une économie nouvelle fondée sur une mise en œuvre généralisée des richesses et une redistribution limitée de ces dernières. Il développera cette idée d'une économie, base du bonheur public, jusqu'à la concrétiser dans le fameux décret de ventôse sur l'indemnisation des indigents avec les biens des ennemis de la Révolution. Il présentera ce décret en ces termes :

  • 49 Saint-Just, Intervention à la convention du 13 ventôse an II (3 mars 1794), op. cit., p. 715.
    Dans (...)

58"Que l'Europe apprenne que vous ne voulez plus de malheureux ni un oppresseur sur le territoire français ; que cet exemple fructifie sur la terre ; qu'il y propage l'amour des vertus et le bonheur ! Le bonheur est une idée neuve en Europe."49

  • 50 Robespierre, Discours prononcé devant la Convention du 3 avril 1793, in : Textes choisis, II, p. 1 (...)
  • 51 Saint-Just, Discours sur les subsistances (29 novembre 1792), op. cit., p. 399 sq.
  • 52 On connaît l'ordre qu'il signe avec Le Bas le 10 du 2e mois de l’an II (30 octobre 1793) : "La mun (...)

59Ce qu'il projette n'a pas principalement une signification sociale, mais économique. Le bonheur consiste avant tout dans l'abondance où production et consommation trouveront un équilibre que vérifiera une masse monétaire raisonnable en circulation ; pour lui le financement de la guerre se situe dans cette perspective. Il s'agit de transformer un phénomène négatif en phénomène positif. La guerre est certainement un facteur de déséquilibre économique, mais là où Robespierre voit simplement spéculation et agiotage, profit immoral en quelque sorte50, Saint-Just a une toute autre démarche : il oppose sa conception de l'équilibre économique à une situation qu'il n'a jamais cessé d'interpréter en termes économiques. Certes les conséquences économiques de la guerre réagissent sur son financement, mais il voit d'abord les conséquences du système économique tout court. Bien évidemment la guerre en mobilisant les hommes réduit la production et concentre en partie la consommation du fait de l'approvisionnement des troupes, mais les vices du système économique réagissent sur une situation qui sans eux serait aisément maîtrisable. Comment ? D'abord le nombre anormal des assignats est une source permanente d'inflation ; ensuite intervient la contradiction dans la demande entre les riches qui stockent, empêchant la satisfaction des besoins populaires, et le monopole des approvisionnements militaires qui favorisent les prévarications51. Les riches font monter les prix dans un climat d'inflation généralisée, l'approvisionnement des troupes se fait au prix fort et l'Etat pour payer a tendance à augmenter de façon permanente la masse monétaire. Le maximum est donc constamment perverti. Saint-Just hésite entre deux solutions : la réquisition à laquelle il aura fréquemment recours en tant que commissaire aux armées52, c'est-à-dire le monopole dans sa version la plus extrême interdisant les prévarications, ou au contraire la libre concurrence dans un marché fluide ; cette seconde solution lui paraît la meilleure sur un plan idéal mais irréalisable dans l'immédiat.

  • 53 Mirabeau, Discours sur le pacte de famille, op. cit., p. 193.
  • 54 Op. cit., p. 789.
  • 55 Danton, Discours du 10 mars 1793, op. cit., p. 90.
  • 56 Saint-Just, Rapport sur le gouvernement révolutionnaire, op. cit., p. 526.

60Mais le financement de la guerre ne peut être dissocié des changements survenus dans la façon de faire la guerre. Deux questions se posent : l'argent reccueilli en vue de la guerre doit-il servir exclusivement à la faire ou aussi à propager les idées révolutionnaires, ce qui est un autre moyen de bouleverser l'Europe ? Une nouvelle guerre appuyée sur la mobilisation populaire a des effets différents sur le financement. Lesquels ? Avant même le début des hostilités, Mirabeau répond à la première question avec un certain réalisme : la propagation des idées révolutionnaires par des missionnaires et des prosélytes est à encourager, mais elle ne doit pas être source d'illusions : la guerre est la guerre et la déstabilisation au moyen des idées nouvelles prend du temps, elle est une œuvre de longue haleine53. Quelques années plus tard Saint-Just, bien différent pourtant de Mirabeau, développera à ce sujet des idées tout à fait semblables : l'argent ne doit pas être perdu dans des entreprises de subversion bien hasardeuses, surtout dans des pays qui ne font pas la guerre à la France, il doit seulement servir à faire la guerre54. Mais la guerre elle-même se tranforme, la levée en masse et l'esprit d'offensive mettent un terme à la guerre conçue essentiellement comme professionnelle et défensive. La mobilisation populaire est présentée dans certains discours comme un substitut aux ressources financières : la France n'a pas l'argent de ses ennemis, mais peu lui importe car la plus grande richesse c'est le peuple. Danton ne dit-il pas : "le peuple n'a que du sang, il le prodigue"55 ? Robespierre a des accents analogues, mais tous les deux ne font qu'utiliser un effet oratoire. En revanche Saint-Just explique avec plus de sobriété les conséquences de la guerre nouvelle sur le financement ; certes le nombre et la détermination des combattants poussent à l'offensive, ils sont la condition de la victoire mais il n'y a pas effet de substitution entre cette condition et le financement de la guerre ; seulement cette condition modifie sensiblement le financement lui-même en raison à la fois de la baisse de la production qu'elle entraîne (par la réduction de main d'œuvre) et de l'approvisionnement et de l'équipement de troupes nombreuses56. Ce second aspect est une préoccupation lancinante pour Saint-Just car il perçoit le contraste entre une production non seulement raréfiée mais éparpillée et une consommation concentrée. Il a l'intuition d'un changement à opérer dans la distribution pour faire correspondre dans ces circonstances une production que l'on pourrait qualifier d'archaïque et une consommation moderne. La guerre nouvelle deviendrait alors un facteur de modernisation généralisée de l'économie.

61Le financement de la guerre intervient aussi dans la définition même de la Révolution. Doit-on la limiter à certains domaines ou a-t-elle un caractère extensif ? Sur ce point encore Saint-Just diffère de autres hommes de la Révolution ; en refusant de soustraire le financement de la guerre à un cadre économique soumis à ses propres lois, il cesse d'en faire quelque chose d'exorbitant pour y voir un révélateur du système économique et de ses imperfections. Pour faire disparaître ces dernières, il propose de révolutionner les finances encore conçues comme un expédient, telles qu'elles l'étaient sous la monarchie, pour les rendre conformes aux lois qui régissent l'économie :

  • 57 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre (28 janvier 1793), op. cit., p. 4 (...)

62"J'aurais manqué mon but, si après avoir entretenu des vices du gouvernement militaire, je ne disais point que l'ordre des finances est le principe de l'ordre militaire. Jusqu'à présent il ne s'est fait de révolution que dans le système politique ; et, du reste, la République repose sur les maximes des finances de la monarchie. Il faut encore changer d'idées en ce genre, ou renoncer à la liberté [...]."57

*

63Plus que la guerre elle-même, son financement dans les discours révolutionnaire est un motif de réflexion sur la portée des changements intervenus et des changements à venir. Il soulève les questions les plus diverses et amène à évaluer les mutations de l'Etat et de la société tout en laissant entrevoir le choix entre une économie de prédation et une économie fondée sur les échanges. Mais à vrai dire, seul Saint-Just dépasse les réflexions ponctuelles et les raisonnements hâtifs quand il s'agit d'aller au-delà de pures considérations politiques et militaires. Sa pensée révèle sa capacité à prendre en compte la complexité des phénomènes sans pour autant s'appuyer sur des présupposés rigides.

Les Guêtrières, 1793, par Léonard Defrance
huile sur bois. 38 x 46. probablement exposée au salon révolutionnaire de Paris en 1793
Musée d'Art wallon. Liège
[Cliché A.C.L. Bruxelles]

Notes

1 Mirabeau, Séance de l'Assemblée nationale du 8 juillet, in : Les Grands Orateurs républicains, Monaco : Hemera, 1949, p. 54 sq.

2 Séance de l'Assemblée du 1er septembre 1789, op. cit., p. 93 sq.

3 Séance du 20 mai 1790 sur le droit de paix et de guerre, op. cit., p. 150 sq.

4 Ibidem, p. 158.

5 Robespierre, Discours du 18 décembre prononcé aux Jacobins, in : Œuvres, Paris : Ed. Ecole des Hautes Etudes, t. VIII, p. 47 et sq. et in : Textes choisis, Paris : Editions Sociales, 1974, I, p. 96 sq.

6 Robespierre, Textes choisis, I, p. 117.

7 Ibidem, p. 104.

8 Ibidem, "Cependant pour arriver à ce but, du point de vue où on était, il y avait un grand intervalle à franchir ; il fallait au dehors des menaces de guerre...".

9 Marat, in : L'Ami du peuple, 13 avril 1792 (veille de la déclaration de guerre à l'Autriche), in : Textes choisis, Paris : Editions sociales, 1975, p. 142.

10 Ibidem, p. 144.

11 Robespierre, Discours non prononcé sur la fraction Fabre d'Eglantine, rédigé à une date légèrement antérieure au 23 ventôse an II (13 mars 1794), in : Textes choisis, II, p. 146.

12 Danton, Discours devant la convention du 16 juin 1793 sur le droit de déclarer la guerre, in : Les Grands Orateurs républicains, Monaco : Hemera, IV, 1949, p. 164.

13 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre prononcé devant la Convention le 28 janvier 1793, in : Œuvres complètes, Paris : Ed. G. Lebovici, 1984, p. 406.

14 Danton, Intervention du 9 septembre 1793 devant la Convention, op cit., p. 195.

15 Robespierre, Textes choisis, III, p. 98 sq. Saint-Just, Œuvres complètes, p. 520 sq.

16 Marat, Textes choisis, Paris : Editions sociales, 1975, p. 144.

17 Après qu'il eut reçu le 10 décembre 1792 la lettre des commissaires envoyés en Belgique soulignant les conditions de vie misérables de l'armée française.

18 Rapport du 17 février 1793 prévoyant un soulèvement des Belges contre l'occupation française.

19 Danton, Discours du 1er avril 1793 devant la Convention, op cit., p. 112
La veille, devant les jacobins, Danton avait déjà déclaré : "Lorsque Dumouriez fut maître de la Belgique, il manifesta le désir d'être le payeur de l'armée. Dans les conférences que nous eûmes avec lui, nous lui représentâmes plusieurs fois qu'il ne devait point avoir de système, qu'il n'était que le bras de la République."

20 Robespierre, Lettre à ses commettants 8 mars 1793, in : Textes choisis, II, p. 10 ; Discours prononcé aux Jacobins le 3 avril 1793, in : Textes choisis, II, p. 115.

21 Ibidem, p. 192.

22 Robespierre, Discours du 18 décembre, in :Textes choisis, I, p. 117.

23 Ibidem, p. 142.

24 Robespierre, Discours devant l'Assemblée législative du 28 août 1792, op. cit., p. 48.

25 Ibidem, p. 404.

26 Rapport sur le gouvernement révolutionnaire présenté à la Convention le 19 du premier mois de l'an II (10 octobre 1793) :"[...] il en est de même des premiers agents du gouvernement ; c'est une cause de nos malheurs que le mauvais choix des comptables [...]".

27 Danton, Intervention à la Convention du 17 mars 1793, op. cit., p. 97.

28 Danton, Discours devant la Convention du 19 avril 1793, op. cit., p. 142.

29 Danton, Discours devant la Convention du 8 mai 1793, op. cit., p. 146.

30 Saint-Just, Discours sur les subsistances prononcé devant la Convention le 29 novembre 1792, op. cit., p. 387.

31 Danton, Intervention à la Convention du 31 janvier 1793, op. cit., p. 81-82.

32 Danton, Discours du 16 juin 1793 sur le droit de déclarer la guerre, op. cit., p. 164.

33 Saint-Just, Discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 389.

34 Danton, Discours prononcé à la Convention le 27 avril 1793, op. cit., p. 142.

35 Danton, Discours prononcé devant la Convention le 10 mars 1793, op. cit., p. 91.

36 Germain et Mireille Sicard, "Robespierre avait-il une doctrine économique ?", Mélanges offerts à Max Cluseau, I.P.E. Toulouse, 1985, p.650.
Ils écrivent : "L'examen des interventions de Robespierre en matière économique confirme son habitude d'analyser les situations en terme de manichéisme moral (la vertu, les fripons), ou politique (les opulents, les pauvres) ; les uns sont honorés pour leurs vertus, les autres condamnés pour leurs vices".

37 Robespierre, Textes choisis, I, p. 96.

38 Ainsi dans le discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 386, Saint-Just dit : "Notre économie, nos finances sont l'objet de leurs méditations [...] " et "la disproportion du signe a détruit le commerce et l’économie sous ses premiers rapports", et p. 389 :"le vice de notre économie étant l'excès du signe...". Dans son rapport fait sur l'approvisionnement des armées (9 août 1793), op. cit., p. 493, il dit : "Il y aurait beaucoup de choses à vous dire sur les vices de notre économie..." ; de même dans le rapport fait au nom du Comité du salut public (19 du premier mois de l'an II - 10 octobre 1793), op. cit., p. 520, il dit : "Pourquoi faut-il [...] rappeler votre attention sur les abus du gouvernement en général, sur l'économie et les subsistances ?...".

39 Saint-Just, Discours sur les subsistances, op. cit., p. 388.

40 Rapport fait au nom du Comité du salut public sur la loi contre les Anglais (25e jour du premier mois de l'an II - 16 octobre 1793), op. cit., p. 537.

41 Mirabeau, Discours sur le pacte de famille du 25 août 1790, op. cit., pp. 200-201 : "Ce n'est pas lorsqu'on a des positions éloignées, ce n'est pas lorsqu'on croit avoir de grandes richesses à une grande distance, qu’on peut se résoudre à ne prendre les armes qu'au moment même de l'agression. Le commerce a besoin d’être garanti non seulement des dangers réels, mais de la crainte des dangers ; et il n'a jamais été plus important d’apprendre à nos colonies quelles seront protégées".

42 Danton, Discours du 10 mars 1793 devant la Convention, op. cit., p. 90.

43 Danton, Discours du 11 frimaire an II (1er décembre 1793), op. cit., p. 205.

44 Saint-Just, op. cit., p. 537.

45 Saint-Just, Discours sur les relations avec les puissances neutres, début germinal an II (fin mars 1794) ; on émet aujourd'hui des doutes sur l'authenticité de ce discours, op. cit., p. 789.

46 Saint-Just, Discours sur les subsistances du 29 novembre 1792, op. cit., p. 386.

47 Danton, Discours du 10 mars 1793, op. cit., p. 91 : "La situation nationale est cruelle ; le signe représentatif n'est plus en équilibre dans la circulation ; la journée de l'ouvrier est au-dessous du nécessaire ; il faut un grand moyen correctif [...]".

48 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre (28 janvier 1793), op. cit., p. 407.

49 Saint-Just, Intervention à la convention du 13 ventôse an II (3 mars 1794), op. cit., p. 715.
Dans son rapport sur le gouvernement révolutionnaire (10 octobre 1793) Saint-Just dit, op. cit., p. 526 : "vous devez rendre le gouvernement propre à vous seconder dans vos desseins : propre à l'économie et au bonheur public".

50 Robespierre, Discours prononcé devant la Convention du 3 avril 1793, in : Textes choisis, II, p. 127.

51 Saint-Just, Discours sur les subsistances (29 novembre 1792), op. cit., p. 399 sq.

52 On connaît l'ordre qu'il signe avec Le Bas le 10 du 2e mois de l’an II (30 octobre 1793) : "La municipalité de Strasbourg est revêtue de tous les pouvoirs nécessaires pour requérir dans huit jours chez les citoyens de Strasbourg cinq mille paires de souliers et quinze mille chemises", op. cit., p. 568.

53 Mirabeau, Discours sur le pacte de famille, op. cit., p. 193.

54 Op. cit., p. 789.

55 Danton, Discours du 10 mars 1793, op. cit., p. 90.

56 Saint-Just, Rapport sur le gouvernement révolutionnaire, op. cit., p. 526.

57 Saint-Just, Discours sur l'attribution du ministère de la guerre (28 janvier 1793), op. cit., p. 407.

Table des illustrations

Légende Les Guêtrières, 1793, par Léonard Defrancehuile sur bois. 38 x 46. probablement exposée au salon révolutionnaire de Paris en 1793Musée d'Art wallon. Liège[Cliché A.C.L. Bruxelles]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search