Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Prémices

Condorcet et l’esclavage des nègres ou esquisse d’une économie politique de l’esclavage à la veille de la Révolution française

Pierre Dockes

Texte intégral

  • 1 Cf. Archives parlementaires de 1787 à 1860, 1ère série, t.XXVI, Paris : P. Dupont, 1887 , (...)
  • 2 Cette phrase célèbre peut être attribuée à Dupont de Nemours ou à Robespierre. Le premier (...)
  • 3 Pour une opinion plus nuancée, cf. N. Dockes-Lallement, "Mably et l’institution de la soci (...)
  • 4 Lors du débat du 3 juillet 1789, Mirabeau était intervenu et expliqué : "Si les colons veu (...)

1"Périssent les colonies plutôt qu’un principe."1 La formule que l’on peut attribuer à Dupont de Nemours comme à Robespierre2 est belle et sauvage, Spartiate ainsi qu’en était encore la mode3 en cette année 1791 alors que l’Assemblée débattait, dans sa séance du 13 mai, de la question dite de l’"initiative" : fallait-il ne permettre à l’Assemblée nationale constituante de statuer sur l’état des personnes, esclaves noirs ou hommes libres de couleur, que sur proposition des assemblées des colonies élues par les seuls blancs ? Déjà, en juin et juillet 1789, s’était posée la question de la validité des mandats des représentants des colons de Saint-Domingue et de leur nombre (les colons prétendaient être les représentants naturels de leurs esclaves et les mulâtres libres ne devaient-ils pas avoir le droit de vote ?) et Mirabeau était intervenu avec superbe contre les prétentions des Blancs à avoir vingt représentants d’eux-mêmes et de ceux qu’ils tenaient en esclavage4. Cependant, près de cinq années après ces débats, malgré la violence des discussions, l’esclavage perdure aux Antilles. Il sera même possible d’écrire Liberté, Egalité, Fraternité jusque sur le fronton des églises et de maintenir un système qui représentait l’exacte antithèse de la devise et de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ! Et cela au nom du sacro-saint principe de la propriété privée et surtout parce que le lobby des colons et des marchands qui tiraient bénéfice du sucre et de l’esclavage était puissant (Bordeaux, bien sûr, et même si Condorcet et de nombreux abolitionnistes étaient girondins, c’est aussi cela la Gironde !). Il fallut donc attendre le 16 pluviôse an II (4 février 1794) pour que la Convention abolisse l’esclavage. Le moins que l’on puisse dire est qu’il commençait à se faire tard dans ce Siècle des lumières ! Bien sûr, il y a cette étrange machine à la proue du navire qui emmène Victor Hugues en Guadeloupe : la Terreur, la guillotine, mais la dictature montagnarde, c’est aussi ce décret d’abolition que l’envoyé de la Convention apporte. Et songeons qu’il sera possible à Napoléon de rétablir l’esclavage tout en se proclamant l’héritier de la Révolution et que cette restauration durera près d’un demi siècle !

2Etait-il d’ailleurs si évident que la fin de l’esclavagisme ruinerait les colons et les colonies, appauvrirait la France en la privant de la production, du commerce et du profit du sucre ? "Périssent les colonies" ! Etait-ce nécessaire ? Quel lien fatal reliait-il les Antilles, le sucre et le nègre esclave ? L’analyse de la productivité et de la rentabilité comparées du système esclavagiste, de la "petite production marchande" et du salariat, en particulier pour ces îles et pour cette production, mais aussi d’un point de vue plus général, n’avait été faite, il est vrai, que par de rares auteurs. Cependant Adam Smith et Condorcet avaient inauguré une véritable théorie de l’économie esclavagiste.

  • 5 Nous citons d’après la 2e édition, Neuchâtel, 1788 (que nous noterons par la suite R.E.N.) (...)
  • 6 R.E.N., p. 11..
  • 7 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de E.D. Genovese, Economie politique de l’esclavage, (...)

3Joachim Schwartz, le pseudonyme derrière lequel se cache – si peu – Marie Jean Antoine Nicolas Caritat, marquis de Condorcet lorsqu’il publie en 1781 ses Réflexions sur l’esclavage des Nègres5, ne se dit pas seulement pasteur du Saint Evangile à Bienne, il se présente également comme membre de la Société économique de B. Une façon de dire au lecteur que l’ouvrage se développera dans deux directions : d’une part une condamnation morale de l’esclavage, crime contre le droit naturel, contre les "lois de la morale naturelle"6 et d’autre part, une "économie politique de l’esclavage"7

  • 8 R.E.N., p. 83.
  • 9 Adam Smith, An Inquiry into the Nature and Cause of the Wealth of Nations, 1776, in : Glas (...)

4La critique et la condamnation de l’esclavage, et d’abord surtout de la traite des nègres commençaient à prendre une certaine ampleur, encore bien modeste certes, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle en Angleterre, aux Etats-Unis et en France. Condorcet nous livre d’ailleurs avec la deuxième édition, en 1788, un Post Scriptum8 présentant un tableau de la législation aux Etats-Unis, les premiers résultats, très limités, et les efforts des abolitionnistes dans cette nation et en Angleterre, voire en France. Les Etats du Nord des Etats-Unis ont tous interdit la traite, le Massachusetts n’a jamais autorisé l’esclavage et la Pensylvanie vient de faire une loi déclarant libres tous les nègres qui naîtront par la suite. De fait, dès 1776, les Quakers de cet Etat avaient décidé d’exclure de leurs rangs tous les propriétaires d’esclaves, mais, comme le notait le réaliste Adam Smith, "la résolution prise dernièrement par les Quakers de Pensylvanie de libérer tous leurs esclaves nègres nous prouve que ceux-ci n’étaient pas nombreux. Auraient-ils formé une part considérable de leur propriété, une telle résolution n’aurait jamais pu passer"9 : la démocratie dans la cité des maîtres étant généralement le pire des systèmes pour leurs esclaves. Il faut noter cependant que ce sont essentiellement des considérations religieuses qui animent le mouvement contre la traite et pour l’abolition aux Etats-Unis : l’exemple des Quakers est à ce titre caractéristique. Il en va de même en Angleterre.

  • 10 Mouvement religieux fondé par John Wesley, théologien protestant qui prêchait la justifica (...)
  • 11 Thomas Clarkson, publie en 1786 son Essay on the slavery and commerce of the human species (...)
  • 12 James Ramsey écrit An essay ont the treatment and conversion of African slaves in the Brit (...)

5C’est en Angleterre que le mouvement anti-esclavagiste est le plus important, surtout contre la traite, du moins dans un premier temps à la fin du siècle : dans le Post Scriptum, Condorcet fait état de la formation de la Société pour l’abolition de la traite et de l’esclavage, de sa relative puissance et de son combat dans les deux chambres, des échecs subis auprès de la Chambre Haute. Vers 1780, ce courant, lié au mouvement méthodiste wesleyen10, animé par des considérations humanitaires et religieuses, se développe avec les écrits de Thomas Clarkson11, du Rév. James Ramsey et surtout avec William Wilberforce qui jouera un rôle déterminant dans l’abolition de la traite en 1807, de l’esclavage en 183312

  • 13 Brissot s’était affilié à la Société des Amis des Noirs anglaise en mai 1787 et avait fond (...)
  • 14 Cf. G. Klotz éd., Ordre, nature, propriété, Lyon : PUL : 1985
  • 15 R.E.N. p. 86. cf. dans les Textes et Documents, La Révolution française et l’abolition de (...)
  • 16 Elles furent publiées en 1776 seulement, cf. Oeuvres de Condorcet, op.cit., t. III, pp. 63 (...)
  • 17 Journal de Paris, n° 160 et 173 des 7 et 22 juin 1777, reproduit dans Oeuvres, t. I, pp. 3 (...)

6En revanche, en France, ce sont principalement les Philosophes qui mènent le combat au nom des idées nouvelles avec parfois une coloration anti-cléricale ou anti-religieuse. Il faut citer les noms de Voltaire (Condorcet est très proche de Voltaire, il publiera, avec Beaumarchais, ses Œuvres complètes et une Vie de Voltaire) et de Rousseau, de Montesquieu (Condorcet l’admire beaucoup) qui reste cependant quelque peu ambigu, de Bernardin de Saint-Pierre, de Diderot et de l’abbé Raynal. Condorcet (et la Société des Amis des Noirs13 à laquelle il participe presque dès l’origine, dont il rédige les statuts et qu’il présidera) s’inscrit dans ce courant qui condamne l’esclavage au nom de la liberté, de l’égalité, de la justice et du droit naturel14. Mais, et Condorcet le note lui-même, le mouvement d’opinion n’est guère puissant et la Société des Amis des Noirs n’a que peu d’activités15. En définitive, si nous nous plaçons en 1789 pour tirer le bilan du combat du XVIIIe siècle français contre l’esclavage, comment ne pas être frappé du silence relatif face à ce crime contre l’humanité : quelques grands philosophes qui crient souvent dans le désert et qui, d’ailleurs, ne crient pas toujours très fort (n’est-il pas significatif que Voltaire n’ait ajouté qu’in extremis un mauvais petit chapitre contre l’esclavage dans son Candide ?), le mutisme quasi absolu de l’Eglise et des catholiques, voire l’approbation attristée, résignée de ce mal nécessaire ? D’où l’importance du livre de Condorcet : il avait fallu attendre le "dernier des philosophes" pour qu’une œuvre majeure soit consacrée à la question. Il faut cependant noter que, dès 1774, dans ses Remarques sur les Pensées de Pascal, Condorcet s’était prononcé énergiquement contre l’esclavage, aucune raison économique ne pouvant aller contre la justice et les nègres esclaves pouvant parfaitement devenir des ouvriers ou des fermiers noirs16. A nouveau, en 1777, il avait publié deux articles signés l’"Ermite de la forêt de Senart" dans le Journal de Paris, où il insistait sur la primauté absolue de la justice17. Et quant à l’œuvre de la Révolution, nous avons dit que ce n’est qu’entre le 16 pluviôse an II (4 février 1794) où la Convention vote le décret abolissant l’esclavage, grâce en particulier aux effort antérieurs de l’abbé Grégoire, et le 30 Floréal an X (20 mai 1802), où le mari de Joséphine de Beauharnais le rétablit, que le courant anti-esclavagiste issu des Lumières triomphe.

  • 18 Lectures on Jurispridence or Lectures on Justice, Police, Revenue and Arms, in : Glasgow E (...)
  • 19 En 1760, Condorcet alors âgé de 17 ans avait envoyé à Turgot une Profession de foi qui mar (...)

7L’analyse du système économique esclavagiste, aussi bien celui de l’Antiquité que celui des Temps Modernes, est rarement menée dans les écrits des abolitionnistes anglais ou français de cette époque ; ils mettent presque exclusivement en avant des considérations morales ou de justice. L’une des exceptions les plus notables est celle d’Adam Smith aussi bien dans ses Lectures on Jurisprudence18 que dans la Richesse des Nations. Condorcet constitue, du côté français, une autre exception (il faudrait cependant citer certaines observations de Montesquieu qui influenceront Smith et Condorcet). La relation Smith-Condorcet est d’autant plus intéressante que Condorcet est disciple19, et admirateur passionné, de Turgot et donc, par delà celui-ci, des physiocrates, que l’Essai sur la formation et la distribution des richesses de Turgot date de 1766, dix ans avant la Richesse des nations, qu’Adam Smith s’était lié avec Turgot lors de son premier séjour en France (1764-66). Enfin, Condorcet est proche, à la fin des années 1770, de la nouvelle génération de philosophes, les futurs "Idéologues" (tous fréquentent le salon de Madame Helvetius), Volney, Daunou, Destutt de Tracy, Guinguené et Cabanis (qui deviendra son beau frère), il influence cette jeune école qui bientôt deviendra très smithienne. Sans entrer ici dans l’analyse détaillée des thèses d’Adam Smith, nous serons amené à les mettre en parallèle avec celles de l’auteur de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain.

I – Le philosophe contre l’esclavage

  • 20 R.E.N., p. 1.
  • 21 R.E.N., p. 2.

8Dès les premières lignes de ses Réflexions, Condorcet affirme : "Réduire un homme à l’esclavage, l’acheter, le vendre, le retenir dans la servitude, ce sont de véritables crimes"20. De façon caractéristique, ce crime est défini par rapport au droit naturel de propriété : "on dépouille l’esclave, non seulement de toute propriété mobilière ou foncière, mais de la faculté d’en acquérir, mais de la propriété de son temps, de ses forces[…]. A ce tort on joint celui d’enlever à l’esclave le droit de disposer de sa personne"21, son droit de propriété sur lui-même.

  • 22 Id.

9Il n’y a pas moins crime, explique Condorcet, lorsque les lois tolèrent l’esclavage puisque la loi ne peut aller contre le droit naturel, et même lorsque l’opinion n’est pas heurtée par ces pratiques. Un crime bien pire que le vol : une comparaison qui vient spontanément sous la plume de Condorcet puisqu’il s’agit, dans les deux cas, d’une atteinte au droit de propriété. Pourquoi dès lors les moralistes qui condamnent le second ne parlent-ils guère du premier ? La raison en est claire : l’action de réduire en esclavage est toujours le fait des plus forts (avec d’ailleurs d’autres formes de vol comme la conquête, ce vol à main armée) alors que le vol est généralement le fait des plus faibles !22

  • 23 R.E.N., chap. IV, pp. 9-11.
  • 24 R.E.N., p. 15, p. 8.
  • 25 R.E.N., p. 15.
  • 26 Id. n° 1. Notons que telle est aujourd’hui la position de John RAWLS, Théorie des la justi (...)
  • 27 R.E.N., chap. VII, pp. 26-27 ;

10L’esclavage n’est pas rendu plus légitime s’il est volontaire23. Il ne doit pas être toléré même s’il s’avérait bénéfique aux intérêts économiques de la nation, même s’il était démontré qu’il est strictement impossible de cultiver les terres des colonies sans recourir au travail d’esclaves nègres24. Le refus est net, plusieurs fois répété, de tout "utilitarisme". Non seulement – ce qui est assez clair – la perte subie par les propriétaires esclavagistes ne saurait être un argument contre l’abolition, mais "la prospérité du commerce, la richesse nationale, ne peuvent être mises en balance avec la justice. Un nombre d’hommes assemblés n’a pas le droit de faire ce qui, de la part de chaque homme en particulier, serait une injustice. Ainsi, l’intérêt de puissance et de richesse d’une nation doit s’effacer devant le droit d’un seul homme ; autrement, il n’y aurait pas de différence entre une société réglée et une horde de voleurs"25. Gardons-nous de sourire devant ces "grands principes" : Condorcet sait fort bien que ce qu’il dit est "absolument contraire à la doctrine ordinaire des politiques"26. Mais qu’elle était belle la liberté dans les années qui précèdent 1789 ! Ne parlons pas davantage d’esprit utopique : Condorcet est prêt à discuter de délais pour l’abolition et, nous le verrons, pour deux motifs précis seulement. Il veut présenter un projet "réaliste" afin d’éviter de passer pour un rêveur, un auteur de chimères. Des délais et des aménagements, peut-être, mais en tous cas pas de dédommagements pour les esclavagistes : on ne dédommage pas un voleur lorsqu’on lui fait rendre gorge27.

  • 28 Respectivement aux chapitres II et XII.
  • 29 R.E.N., p. 62.

11Deux arguments souvent mis en avant par les colons esclavagistes pour conférer à ces pratiques une légitimation relative sont mis en pièces par Condorcet28. Le sort des esclaves nègres serait meilleur que celui qu’ils auraient connu s’ils étaient restés en Afrique et "la perte de la liberté n’est rien pour eux"29 :

  • 30 Notons que les évolutionnistes du XIXe siècle, disciples plus ou moins lointains du Condor (...)

12Si ces nègres étaient restés en Afrique, disait-on, leur sort eût été bien pire puisque, prisonniers de guerre ou criminels condamnés, ils auraient été mis à mort ; par chance, il furent achetés par des Européens "philanthropes" pour être revendus ehnAmérique30 ! Condorcet n’a pas de mal à montrer d’abord que le fait n’est pas, pour le moins, avéré et qu’il est même peu crédible (il n’est rapporté que par des hommes qui se livrent à la traite !), ensuite que même si, en achetant un Africain, on lui sauvait effectivement la vie, il n’y aurait pas moins crime à le revendre, à l’acheter et à le maintenir en esclavage. Plus intéressante est cette remarque :

  • 31 R.E.N., p. 5.

13"C’est au contraire l’infâme commerce des brigands d’Europe, qui fait naître entre les Africains des guerres presque continuelles, dont l’unique motif est le désir de faire des prisonniers pour les vendre"31.

  • 32 Pour une opinion inverse d’un contemporain, premier voyageur européen vers le coeur de l’A (...)

Les historiens de l’esclavage et de l’Afrique sont aujourd’hui d’accord sur cette observation, comme sur l’existence d’un esclavagisme proprement africain (et sur le rôle des Maures dans une très ancienne traite vers les pays d’Islam).32

  • 33 Cf. la position de Buffon, Montesquieu et Lamarck expliquant les différences entre les esp (...)
  • 34 R.E.N., p. 64
  • 35 Id.
  • 36 R.E.N. p. 63 et p. 64.

14Les stipendiés des esclavagistes répandaient d’autre part, l’idée selon laquelle le désir de liberté n’est précieux que pour les blancs. L’entrée en esclavage ne serait donc pas, pour les nègres, une bien grande perte ! Une question moins de "biologie" que de culture, de climat ou de nourriture (nous sommes au XVIIIe siècle)33. Condorcet explique qu’il faut distinguer entre diverses formes de liberté. D’abord, la "véritable liberté", lorsque dans un pays chaque homme n’est "soumis qu’à des lois émanées de la volonté générale des citoyens"34. A voir la manière dont les hommes se comportent dans certains pays qui en jouissent, il est clair que l’amour de cette sorte de liberté "n’existe pas dans le cœur de tous les hommes"35, ce n’est donc pas de sa privation que souffrent principalement les esclaves. Mais la perte d’une seconde forme de liberté, celle "de disposer librement de sa personne, de ne pas dépendre pour sa nourriture, pour ses sentiments, pour ses goûts, des caprices d’un homme", est une tragédie pour tout homme : "le nègre se tuera parce que son maître le sépare malgré lui de la femme qu’il aime, parce qu’il la force de se livrer à lui-même, parce qu’à l’exemple du vieux Caton, il la prostitue pour de l’argent".36

  • 37 R.E.N., p. 65.

15Surtout Condorcet fait intervenir ce que l’on nommera plus tard la liberté réelle. Un point décisif lorsqu’il s’agit de l’esclavage et de la question de son abolition. Un homme peut préférer l’esclavage à la liberté si celle-ci lui enlève les moyens de vivre dont il dispose, même misérablement, comme esclave : "un paysan esclave jouit, à des conditions très dures, d’une maison, d’un champ ; et cette maison, ce champ, sont à son maître. On lui offre la liberté, c’est-à-dire qu’on lui offre de le mettre hors de chez lui, de lui ôter le seul moyen de subsister qui soit en son pouvoir : il est tout simple qu’il préfère l’esclavage"37. Condorcet a raison de souligner qu’il est à la fois ridicule et atroce de dire que l’esclave nègre n’aime pas la liberté parce qu’il préfère encore l’esclavage à la mort !

  • 38 Condorcet précise : "Les nègres esclaves tirent en général la plus grande partie de leur n (...)
  • 39 R. E.N. p. 13.

16Il y a là une question essentielle, délicate pour un auteur comme Condorcet qui fait du droit de propriété un droit naturel, absolu, ce qui lui interdit d’assortir l’abolition de l’esclavage d’une réforme agraire. Il pose cependant que la sortie de l’esclavage doit se faire de telle façon que le nègre se retrouve dans une situation matérielle au moins équivalente à celle qu’il connaissait. Il faudra donc qu’on lui "abandonne" (un affermage, mais sous quelle forme ?) son ancien lopin, que son salaire soit suffisant pour garantir son ancien pouvoir d’achat, que l’Etat (aux frais des colons) entretienne les vieux, les infirmes, et les orphelins, assure le logement et les subsistances, au moins pendant un an, pour ceux qui ne trouveraient pas de travail38. Si nous jugeons ces demandes à notre aune, cela paraîtra peu de chose ; il ne faut pas cependant oublier que lorsque l’abolition sera finalement adoptée en France, en Angleterre, dans les Etats du Sud des Etats-Unis, au Brésil, les anciens esclaves se trouveront dans une situation matérielle souvent encore plus mauvaise ; rien n’ayant été prévu pour compenser la perte de leurs anciens moyens d’existence, ils furent livrés les mains nues aux lois du marché qui fonctionnèrent de façon d’autant plus impitoyable qu’ils avaient été affranchis en masse et qu’il y eut donc pléthore de l’offre de travail pour des niveaux de salaire souvent nettement inférieurs au "minimum" ancien. Ces drames sont liés à la négligence du principe de liberté réelle que Condorcet résumait ainsi : "Si un homme doit à la perte de ses droits, l’assurance de pourvoir à ses besoins, si, en lui rendant ses droits on l’expose à manquer du nécessaire, alors l’humanité exige que le législateur concilie la sûreté de cet homme avec ses droits"39. En faisant entrer, en définitive, "l’assurance de pourvoir à ses besoins" parmi les droits de l’homme, Condorcet anticipe le droit au travail de 1848 et par sa volonté d’assistance aux esclaves libérés, il dévalorise à l’avance les abolitions "sèches" qui seront faites ultérieurement.

  • 40 R. E.N.., p. 68.

17Les colons propriétaires d’esclaves faisaient encore remarquer que la situation matérielle des esclaves n’était pas si mauvaise, bien meilleure en tous cas que ce que les philosophes prétendaient, supérieure sans doute à celle de maints paysans libres d’Europe. D’ailleurs leurs maitres ne sont-ils pas des hommes "distingués par leur mérite, honorés de l’estime publique..."40 et non d’infâmes tortionnaires ? Mais surtout, n’ont-ils pas intérêt à conserver leurs esclaves en bon état, comme ils le font pour leurs chevaux ?

  • 41 Voici une description de certaines de ces pratiques : "Souvent les nègres sont mis à la to (...)
  • 42 R.E.N., p. 12 et 69.

18A ceux qui soutiennent que la situation des esclaves est, finalement, supportable, Condorcet oppose la description de quelques pratiques courantes des maîtres ou de leurs régisseurs et procureurs, ces derniers étant généralement issus de "la lie de nations déjà très corrompues"41 et il affirme que "les nègres sont beaucoup plus maltraités qu’on ne le croit en Europe", récusant le témoignage du parti des colons esclavagistes en écrivant "je doute qu’on puisse citer en faveur de l’esclavage le témoignage d’aucun homme tiré d’une autre classe [que celle des colons ou de leurs stipendiés]. Malheur à une cause contre laquelle se sont réunis tous ceux qui n’ont point un intérêt personnel de la soutenir !"42.

  • 43 R.E.N., p. 69.
  • 44 R.E.N., pp. 75-76. Dans une note (p. 75), Condorcet ajoute : "Si vous les interrogez, ils (...)

19Quant à l’argument selon lequel des hommes distingués et estimés comme le sont de nombreux colons ne sauraient se comporter en criminels, Condorcet répond qu’ils sont conduits par une "fausse conscience" : leurs crimes n’étant pas réprouvés par l’opinion publique, ils les commettent sans remords et n’en sont pas déshonorés43. Quant à leur humanité ! Condorcet a rencontré des maîtres très humains, mais ils vivaient en Europe, abandonnant leurs esclaves à un régisseur impitoyable et, en ce qui concerne les maîtres américains, vivant dans leurs habitations, il écrit "Il m’a suffit de leur avoir entendu parler des Nègres, pour sentir combien ceux-ci doivent être malheureux. Le mépris avec lequel ils en parlent est la preuve de la dureté avec laquelle on les traite"44.

20Alors soutenir que le sort des esclaves nègres est meilleur que celui des paysans, non pas anglais ou hollandais, certes, mais français ou espagnols, est proprement scandaleux. A l’exception des périodes de famine, le sort du plus pauvre journalier ou du mendiant est meilleur que celui de l’esclave nègre. Certes, les corvées peuvent amener temporairement une fraction de la paysannerie française au niveau des esclaves nègres, mais elles ne durent qu’une trentaine de jours par an ! Et quand bien même les paysans français seraient dans une misère comparable à celle des esclaves, cela signifierait seulement qu’à force de mauvaises lois on a réussi "à rendre des hommes libres aussi malheureux que des esclaves" (6) et cela ne légitimerait pas l’esclavage.

  • 45 R.E.N., p. 68.
  • 46 R. E. N., p. 67.

21Pourtant les colons propriétaires d’esclaves, expliquent ceux qui défendent leur cause, n’ont pas intérêt à maltraiter leurs nègres, mais au contraire à les entretenir correctement comme ils le font pour leurs bêtes de somme. A cela Condorcet répond en quatre points : d’abord, il faut voir comment les chevaux sont traités, avec quelle violence, une violence effectivement comparable à celle que subissent les esclaves, ensuite les hommes ne sont pas des chevaux et "un homme mis au régime de captivité du cheval le plus humainement traité, serait encore très malheureux"45, en troisième lieu, le maître "a plus d’humeur contre ses esclaves que contre ses chevaux" parce que les premiers, lorsqu’ils résistent ou se montrent simplement courageux, le remettent en cause, lui et son pouvoir. Enfin, et ceci nous rapproche de l’économiste, le maître de l’esclave ou du cheval ne cherche pas simplement à l’entretenir pour le conserver en bon état, son objectif est "d’en tirer le plus grand parti possible" et, dès lors, il cherche un équilibre, "une balance à établir entre l’intérêt de conserver plus longtemps l’esclave ou le cheval, et l’intérêt d’en tirer, pendant qu’ils dureront, un plus grand profit46.

  • 47 Cf. R.E.N., chap. X, pp. 46-53.
  • 48 Cf. R.E.N., p. 33.

22La situation faite aux esclaves, le fait que, même dans le cas où le maître gèrerait ou ferait gérer humainement son habitation, les pratiques esclavagistes n’en seraient pas moins criminelles, conduisent Condorcet à s’opposer à ceux qui se contenteraient de lois adoucissant l’esclavage (Condorcet montre d’ailleurs qu’elles seraient inefficaces)47, à ne pas se contenter d’une abolition de la traite (un premier pas qui doit être immédiatement franchi, mais une mesure tout à fait insuffisante qui ne conduirait pas à la dégénérescence de l’esclavagisme puisqu’il est toujours possible de produire de jeunes esclaves sur place), et à désirer – mais non à proposer – une abolition totale et immédiate48.

  • 49 R.E.N., p. 30.

23Condorcet va en effet accepter de proposer un plan d’abolition progressive. Pourquoi tolérer des délais dans la lutte contre le crime ? Certes pas dans l’intérêt des colons, pas davantage pour les intérêts économiques ou en terme de puissance de la nation. Deux motifs seulement peuvent être retenus : le maintien de l’ordre public et l’intérêt des esclaves eux-mêmes. Sur le premier point, Condorcet craint des troubles du fait des esclaves libérés que des années d’esclavage ont corrompus (et cela d’autant plus qu’ils n’ont comme exemple que leurs maîtres non moins avilis), troubles qui seraient souterrainement encouragés par les anciens esclavagistes, et du fait des anciens maîtres eux-mêmes qui se sentiront lésés. La défense de l’ordre public demanderait non seulement que les nègres affranchis soient soumis à une "discipline sévère, réglée par des lois" pendant les premiers temps49, mais le danger émanant des maîtres, le risque de sabotage de la "révolution" ne serait pas faible.

  • 50 R.E.N., p. 14 : "En de pareilles circonstances, ne pas rendre sur le champ à ces hommes l’ (...)

24En ce qui concerne l’intérêt des nègres eux-mêmes, il serait nécessaire et possible que l’Etat intervienne par des mesures d’assistance, que les anciens esclaves conservent leur parcelle et un niveau de vie à peu près comparable. Condorcet juge cependant qu’un affranchissement brutal serait préjudiciable aux anciens esclaves eux-mêmes, incapables de reconstituer rapidement un revenu suffisant50. Même si cela était possible, il reste que, selon Condorcet, l’esclavagisme a avili, abruti les esclaves, même leurs sentiments naturels ont été étouffés par l’oppression ou ne naissent pas dans ces âmes asservies, ils ne sont instruits d’aucune morale, ni religieuse, ni fondée sur la raison. En deux mots, ils ont été rendus incapables de se comporter en hommes responsables et il faut les traiter, pendant une période de formation, en mineurs.

  • 51 R. E. N, p. 33.
  • 52 Id.
  • 53 Cf. chap. IX, p. 33 sq.
  • 54 R.E.N., p. 33.

25Pourtant un affranchissement général resterait envisageable si un pouvoir ferme et décidé était appuyé massivement par l’opinion publique, disposait sur place d’exécutants courageux, désintéressés, et s’il était prêt à faire d’importantes dépenses. Mais si l’affranchissement n’est le fait que de la volonté d’un seul homme entouré de "quelques coopérateurs", la mesure pourrait échouer face à la puissance du parti esclavagiste et le risque serait alors de "prolonger de plusieurs siècles l’esclavage des nègres"51. Surtout Condorcet se résout à proposer un plan d’abolition progressive car il connaît l’état de l’opinion en France, le "réalisme" des politiques, l’importance des intérêts en jeu et "les préjugés que les partisans des abus ont su répandre contre les nouveautés"52, il propose donc des délais (et même un plan très précis)53 "en protestant que c’est la crainte seule de voir traiter l’affranchissement comme un projet chimérique, par la plupart des politiques, qui nous fait consentir à proposer ces moyens"54.

II – L’économiste contre l’esclavage

  • 55 Cf. son célèbre Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendue (...)
  • 56 Pour ses propres travaux sur ce thème, Condorcet parle d’abord d’"Arithmétique politique" (...)

26De même que le qualitatif de "philosophe" peut être appliqué à Condorcet aux deux sens du mot, celui du XVIIIe siècle (il est, à ce titre, le "dernier des philosophes", d’où d’ailleurs dans ses Réflexions une défense pleine d’humour des "philosophes") et celui classique aujourd’hui, le terme d’économiste peut lui convenir au sens, courant alors, de physiocrate (il est, redisons-le, lecteur de Quesnay et disciple passionné de Turgot) comme en un sens général. Surtout, Condorcet, mathématicien de très haute volée, avait repris et enrichi55 l’Ars conjectandi de Jacques Bernoulli (ou traité des probabilités) – sur l’instigation de Turgot, sans doute dans un but d’application démographique et économique – et ambitionnait de construire une "mathématique sociale" allant au-delà des écrits anciens d’"arithmétique politique" de Petty, Graunt, Witt qu’il semble connaître56.

  • 57 Op. cit.
  • 58 Notons que la première traduction française de l’ouvrage d’A. Smith est : Recherches sur l (...)
  • 59 Cf. Oeuvres de Condorcet, op.cit., t. IV, Voltaire, note "Smith et La Bruyère". Il n’est p (...)
  • 60 F. Arago écrit : "Il serait vraiment impossible de citer un seul point d’une science si ou (...)

27La question économique, ici, est de savoir si, et à quelles conditions, l’esclavage est plus rentable pour l’employeur (le propriétaire ou le fermier) que la culture avec des salariés (ou des tenanciers), si, et à quelles conditions, la culture avec des salariés (ou des tenanciers) est plus productive de richesses ou, plus simplement, d’une quantité de la denrée particulière à la production de laquelle ils travaillent que la culture esclavagiste. Notons que la distinction physiocratique entre produit brut (la valeur d’une production ou, lorsqu’il ne s’agit que d’une denrée, éventuellement sa quantité) et produit net (déduction faite des coûts de production y compris salariaux, une estimation qui ne peut être faite qu’en valeur dès que la production demande des inputs différents de l’output – et a fortiori lorsqu’il y a plusieurs outputs – ce que les physiocrates ne voient pas toujours), reprise par Condorcet comme par les "classiques", fournit un bon cadre au raisonnement. Sans entrer dans une analyse comparative systématique, il nous semble intéressant de rappeler la position d’Adam Smith sur cette question aussi bien dans ses Lectures on Jurisprudence que dans La Richesse des nations57 pour marquer leurs différences. Notons que lorsque paraissent les Réflexions, Condorcet a sans doute lu La Richesse des Nations58 et qu’il a une grande admiration pour cette œuvre : "Le Traité de la Richesse de Smith, l’un des ouvrages les plus profonds et les plus utiles que ce siècle ait produits"59, écrit-il. N’oublions pas, d’autre part, que Smith, lors de son voyage en France en 1765 s’était lié aux auteurs de l’Encyclopédie et avec les principaux physiocrates, particulièrement avec Quesnay, Morellet et Turgot chez Helvetius, et nous savons les liens très étroits entre Condorcet et Turgot60.

  • 61 Wealth of Nations, I, 8, 41, p. 98 ; III, 2, pp. 386-90 ; IV, 7, a, pp. 557-8 ; IV, 9, pp. (...)
  • 62 Cependant il ne distingue pas toujours précisément entre des situations diverses, entrecro (...)
  • 63 "A person who can acquire no property can have no other interest but to eat as much, and t (...)
  • 64 "Who have a stock of their own", Lectures on Jurisprudence, report 1766, p. 526.
  • 65 Cf. Par exemple, Wealth of Nations, op. cit. p. 684.
  • 66 Id., Smith utilise l’exemple (tiré de Montesquieu, Esprit des lois, livre XV, 8, éd. du Se (...)
  • 67 La Libération médiévale, op. cit.
  • 68 Wealth of Nations, I, 8, op. cit., p. 98.
  • 69 Par exemple Lectures on Jurisprudence, report 1762-3 ; III, 112, pp. 185-186.

28Résumons les thèses d’Adam Smith61. Selon celui-ci l’esclavage est toujours un mode de production moins progressif, moins productif et moins rentable que tout autre système avec des hommes libres. Quant à la sous-productivité de l’esclavage, l’argumentation de Smith est simple62 : l’idée générale, maintes fois répétées, est que la peur des punitions est infiniment moins efficace que le fait d’être intéressé directement aux résultats63. Et plus la fraction du produit dont peut disposer le producteur est élevée, plus l’incitation au travail – et au travail de qualité – sera forte (comparaison du tenancier serf, du métayer, du fermier et du propriétaire). Celui qui fait fructifier son propre capital64 ou qui peut acquérir une propriété ou tout au moins travaille pour accroître son propre revenu sera donc plus productif directement et parce qu’il sera inventif dans la mise au point de nouveaux procédés, de nouvelles organisations du travail et de machines65. En outre, le propriétaire d’un domaine, d’une manufacture ou d’une mine où la main d’œuvre est servile résoudra tout problème en embauchant de nouveaux esclaves alors que celui qui fait travailler des salariés libres sera incité à mettre en œuvre quelque innovation organisationnelle ou technique66. Nous avons discuté ailleurs ce type d’arguments et n’y revenons pas ici67. Moins productif, l’esclavagisme est aussi, selon Smith, moins rentable pour le propriétaire ou pour l’employeur que n’importe quel système recourant à des producteurs libres. Ainsi, le coût de reproduction de la force de travail (the wear and tear) d’un esclave ou d’un salarié est toujours à la charge de son maître (que celui-ci le nourrisse et le vête directement à ses frais ou qu’il lui verse un salaire qui couvre ces dépenses nécessaires), mais le salarié gère lui-même sa propre reproduction, donc est très attentif à en réduire le coût alors que, géré par quelque surveillant négligent, ce coût est beaucoup plus élevé dans le cas de l’esclavage68. Surtout, la productivité de l’esclave ou du tenancier servile est si faible que, une fois enlevé du produit le nécessaire "wear and tear", il ne saurait rester qu’un surplus très faible tandis que la productivité très élevée du tenancier libre (et plus généralement du travailleur libre) laisse, une fois soustrait le coût de reproduction de la force de travail, un surplus (revenu net) beaucoup plus important en pourcentage du produit (revenu brut). Ainsi le surplus est généralement le tiers d’un produit plus considérable dans le cas de "free tenants", le sixième d’un produit plus faible dans le cas où les tenanciers sont des serfs (et pour les mêmes raisons, le métayage est moins rentable que le fermage pour le propriétaire)69

  • 70 Wealth of Nations, III, 2, op. cit., p. 388 : "The pride of man makes him love to domineer (...)

29Pourtant, ce n’est pas parce qu’il est moins rentable que l’esclavage a été aboli dans certaines nations. En effet, les hommes sont ainsi faits que, lorsqu’ils le peuvent, ils préfèrent détenir sur d’autres hommes une domination absolue plutôt qu’une simple autorité plus ou moins mitigée. En d’autres termes, même si l’esclavage est moins rentable, les maîtres le préfèrent à n’importe quel système avec des travailleurs libres et, par conséquent, les cultures du sucre, du tabac, de l’indigo par des esclaves noirs aux Antilles et en Amérique ne laissent pas de gros profits parce que faites par des esclaves, mais peuvent être faites par des esclaves parce qu’elles rapportent de gros profits potentiels ! En somme, il s’agit là d’une jouissance supplémentaire que les colons peuvent s’offrir.70

30Si l’on ajoute que les esclaves forment l’essentiel du capital des maîtres et que ceux-ci protègent ce type de possession comme tout autre, on comprendra que l’abolition de l’esclavage soit, selon Smith, pratiquement impossible dans un régime démocratique lorsque ce système est suffisamment général (et les esclaves y sont relativement mal traités), difficile dans les régimes arbitraires (mais les esclaves y sont généralement mieux traités), qu’on le trouve dans toutes les sociétés jeunes et qu’il se soit maintenu dans la grande majorité des nations. Seule une fraction de l’Europe l’a aboli chez elle. Comment cela fut-il possible ? L’intérêt bien compris des propriétaires n’a joué qu’un rôle modeste et c’est donc, selon Smith, essentiellement pour des raisons de stratégie et de rapports de forces entre le clergé et les grands propriétaires (si le clergé a joué un rôle, ce n’est pas pour des raisons morales, mais pour des motifs politiques).

31Ce qui nous paraît le plus intéressant dans l’analyse de Smith est son refus de passer d’une analyse de la sous-rentabilité de l’esclavagisme à l’idée selon laquelle nous aurions là la cause de l’abolition de cette forme d’exploitation. L’introduction dans la démonstration du grand économiste classique d’une motivation psychologique pour la détention d’esclaves, une motivation qui nous fait sortir de l’économisme, rend nécessaire le recours à des facteurs politiques pour expliquer la fin de l’esclavage.

  • 71 R.E. N, p. 17.

32La démonstration de Condorcet est à la fois parente de celle de Smith par la distinction héritée des Physiocrates entre produit brut et produit net, et, nous allons le voir, très différente. La question posée est la suivante : "Les colonies à sucre et à indigo ne peuvent-elles être cultivées que par des nègres esclaves ?"71 Redisons que, selon Condorcet, même si la réponse était positive, il n’en faudrait pas moins abolir l’esclavage, ce crime. Mais il est conscient de la nécessité de répondre sur leur terrain aux arguments des colons esclavagistes qui affirmaient que la fin de la traite et, pire encore, de l’esclavage, ruinerait les colonies et donc ferait disparaitre un commerce florissant, appauvrirait la nation et l’Etat.

  • 72 R.E.N., p. 17 et pp. 57 et 59. Notons que si Condorcet distingue la culture par des blancs (...)

33D’abord, explique Condorcet, il serait possible de faire cultiver les terres par des blancs venus d’Europe72, soit en leur vendant des parcelles en toute propriété (en fractionnant les grandes habitations ou en leur donnant de petites propriétés tirées du domaine public) soit en leur affermant les terres avec un système d’engagement du type de celui qui fonctionne en Amérique du Nord. Condorcet nous livre d’ailleurs un plan de peuplement des îles par des Européens, en particulier des protestants et des juifs attirés par la liberté religieuse qui leur serait accordée. Ces cultivateurs blancs pourraient travailler efficacement, à la différence de ceux qui peuplent actuellement les colonies et qui sont devenus paresseux, ivrognes et libidineux du fait de leur mode de vie de grands colons esclavagistes.

34Pourtant, supposons, dit Condorcet, que les blancs ne puissent cultiver la terre sous ces climats (ou que l’on ne veuille ou ne puisse les attirer), pourquoi faudrait-il employer des nègres esclaves et non des nègres libres ? Deux arguments sont donnés par les esclavagistes.

  • 73 R.E.N., p. 18.

35Les nègres seraient paresseux. Qu’est-ce-à-dire ? "Ayant peu de besoins et vivant de peu, [ils] ne travailleraient que pour gagner l’étroit nécessaire", en d’autres termes, comme l’écrit ironiquement Condorcet, les blancs étant plus avides (il écrit, au sens d’alors, "avares") que les noirs, "il faut rouer de coups ceux-ci pour satisfaire les vices des autres"73.

  • 74 Esprit des lois, Livre XV, 8, op. cit., p. 620-621.
  • 75 Id.
  • 76 Id., p. 620.

36Montesquieu lui-même avait une position ambiguë sur ce point. Il jugeait que les climats chauds finissaient par faire des habitants de ces régions des hommes paresseux et qu’il fallait peut-être dès lors les faire travailler de force74. En revanche, sous tous les autres climats, il est toujours possible de faire effectuer n’importe quel travail par des hommes libres pour peu qu’on les encourage par de petits privilèges et des salaires plus élevés (exemple des mines que l’on croyait, jadis, vouées à l’esclavagisme et qui fonctionnent plus efficacement avec des hommes libres). Cependant il termine par cette remarque : "Je ne sais si c’est l’esprit ou le cœur qui me dicte cet article-ci. Il n’y a peut-être pas de climat sur la terre où l’on ne put engager au travail des hommes libres. Parce que les lois étaient mal faites on a trouvé des hommes paresseux ; parce que les hommes étaient paresseux, on les a mis dans l’esclavage"75. Et surtout Montesquieu est l’auteur d’une magnifique défense ironique de l’esclavage des nègres, un chef d’œuvre d’humour et d’efficacité qui fait oublier la petite hésitation due à sa théorie des climats76.

  • 77 R.E.N., p. 18.
  • 78 R. E.N. p. 69 sq., n. 1.

37Condorcet tranche clairement entre les deux versants de la pensée de Montesquieu : "Ce n’est ni au climat, ni au terrain, ni à la condition physique, ni à l’esprit national qu’il faut attribuer la paresse de certains peuples ; c’est aux mauvaises lois qui les gouvernent"77. Qu’est ce qu’une mauvaise loi à cet égard ? S’il ne le dit pas en ce point de l’exposé, il est cependant clair ailleurs, ainsi, par exemple, lorsque, dans le même ouvrage, il fait le panégyrique de Turgot78. Une bonne législation repose sur la liberté économique et le droit de propriété, c’est-à-dire la libre disposition de ses bras, de son industrie, des produits de sa terre, la libre circulation, la liberté du commerce des grains, etc. Le programme des libéraux, en fait celui des physiocrates revu et corrigé par le "grand ministre".

  • 79 R.E.N. p. 18. On est très proche de l’analyse d’Adam Smith, ce que remarque d’ailleurs Eug (...)
  • 80 R.E.N. p. 26 : "Quand Jupiter réduit un homme à la servitude, dit Homère, il lui enlève la (...)

38Dès lors que les hommes sont libres et assurés de leur propriété sur eux mêmes, le résultat de leur travail, leurs biens, tous travailleront au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer leur simple subsistance car le résultat d’un travail additionnel servira à leur propre jouissance. Seuls "ceux qui seraient gouvernés de manière qu’il n’y aurait rien à gagner pour eux en travaillant davantage" sont dès lors paresseux, une paresse sociale et non naturelle79. Les noirs sont paresseux parce qu’esclaves et nullement esclaves parce que paresseux80.

  • 81 "Ces cultures, dit-on, exigent de grands ateliers et le concours d’un grand nombre d’homme (...)

39La seconde raison du caractère nécessaire de l’esclavage selon les colons des îles à sucre et à tabac est la nature de ces cultures. Une causalité en quelque sorte technique. La culture du sucre exigerait un mode d’organisation spécifique du travail, la grande exploitation avec gestion centralisée de la force de travail autour de grands moyens de productions81 (le moulin en particulier). En d’autres termes, l’usine aux champs. Une thèse qui, si elle ne justifie plus l’esclavage, continue souvent aujourd’hui d’être livrée comme explication.

  • 82 R.E.N., p. 19. Cf. également p. 20. Condorcet donne l’exemple des petits champs de canne e (...)

40Erreur, explique Condorcet. Rien n’interdit d’abord d’abandonner le faire-valoir direct et de diviser le domaine en parcelles qui seront soit tenues en toute propriété, soit cultivées par des tenanciers (d’ailleurs jadis, remarque Condorcet, le blé et la vigne étaient cultivés dans de grands domaines avec des esclaves et ce système a été aboli sans que disparaissent ces deux cultures). Il serait possible de laisser le moulin entre les mains d’un producteur indépendant spécialisé, ce qui serait un progrès dans la division du travail, or "plus le travail se divise, plus les produits augmentent et se perfectionnent"82, une remarque très smithienne.

  • 83 R.E.N., p. 19.
  • 84 Id.

41Et quand bien même le grand domaine concentrant une nombreuse force de travail autour d’une grande machine serait nécessaire, pourquoi ne pas recourir au salariat ? Un premier argument contre ce système est immédiatement critiqué : le sucre, le tabac ou l’indigo seraient des denrées sujettes à altération et les abandonner à des travailleurs libres serait livrer la "récolte au caprice des ouvriers"83. Il n’est guère besoin, nous dit Condorcet, de s’attarder sur cet argument qui ne saurait qu’être rejeté par tout homme doué de raison, par quiconque connaîtrait, même un tant soit peu, la vie des campagnes. Et le blé ou la vigne ne sont-ils pas dans le même cas, l’esclavagisme ne leur est pourtant pas consubstantiel84

  • 85 "De plus nous ne pouvons comparer cette culture (la grande culture avec esclaves) qua cell (...)
  • 86 R.E.N., p. 57.

42Si de tels arguments ont pu convaincre des hommes de bonne foi, c’est qu’ils n’ont pas distingué le produit brut (le produit réel écrit-il) du produit net. L’intéressant – surtout par rapport à Adam Smith qui néglige relativement ce cas – est que Condorcet va comparer la grande culture avec esclaves et la grande culture avec salariés. La comparaison entre le grand domaine esclavagiste et le système de la culture avec affermage des terres, des machines et des bâtiments tourne à l’évidence, selon Condorcet, à l’avantage du second système aussi bien pour la productivité que pour le propriétaire des terres dont la rente sera plus élevée que le revenu qu’il retire actuellement de son exploitation esclavagiste85. Notons que lorsque Condorcet raisonne avec l’hypothèse d’une culture par des blancs importés d’Europe, ce n’est qu’à ce système du petit producteur indépendant (fermier ou propriétaire) qu’il pense (il n’envisage pas l’emploi de salariés européens, en effet la paye très faible que reçoivent les "journaliers" ne saurait suffire à attirer librement des Européens dans ces îles). En revanche, s’il n’élimine pas le système de l’affermage pour les anciens esclaves (tout au moins à terme), il admet que leur dénuement les contraindra presque fatalement au salariat86.

43Le raisonnement de Condorcet se déroule à plusieurs niveaux successifs et ne débouche pas sur une réponse simple et définitive. Au premier niveau, il explique que la grande culture esclavagiste fournit un produit brut inférieur mais un produit net supérieur à la grande culture salariale. Au second, Condorcet montre qu’il se peut fort bien que le produit net soit lui-même inférieur dans le cas de l’esclavagisme. Qu’en est-il au troisième, voire au quatrième niveau ?

  • 87 R.E.N., p. 22 note.
  • 88 Id. la plupart des Etats avaient intérêt à évaluer le travail des esclaves le plus haut po (...)

44Voyons d’abord le premier niveau. Le travailleur salarié libre à une productivité supérieure à celle de l’esclave. Condorcet s’appuie sur une estimation officielle faite aux Etats-Unis selon laquelle "le travail de cinq esclaves ne pouvait être jugé égal qu’à celui de trois hommes libres seulement"87 et encore s’agit-il là, explique-t-il, d’une sur-évaluation de la productivité du travail servile88. Nous en connaissons la raison : l’esclave est rendu paresseux par l’esclavage ou, en d’autres termes, il a intérêt à travailler le moins possible, tout travail "additionnel" ne lui étant pas payé. Nous retrouvons l’argument de Smith.

  • 89 Id., ce n’est d’ailleurs pas du tout évident.

45En revanche, l’esclavage permet au maître de prélever un surplus, le produit net, normalement supérieur à celui que lui procure le salariat. Pour obtenir le produit net à partir du produit brut, il faut d’abord déduire les frais liés à l’usage des moyens matériels de production. Or, selon Condorcet, "toutes les avances en machines, en bâtiment, en animaux, sont les mêmes"89. Reste à déduire le coût de l’emploi de la main d’œuvre, à comparer les différents systèmes sur ce plan. L’analyse de Condorcet est d’une précision quasi parfaite.

  • 90 Cf. p. 25 une description quasi insoutenable, et réaliste, qui apparente certaines habitat (...)
  • 91 Id.
  • 92 Cf. ci-dessus.

46Dans un système esclavagiste, le maître doit, d’une part, assurer aux esclaves leur subsistance, les entretenir ; il doit aussi pourvoir à leur remplacement. Deux système sont possibles à cette fin : l’achat de nouveaux esclaves ou l’élevage. Selon Condorcet, l’élevage est le moyen le plus économique pour le maître. Non seulement la traite des nègres est une atrocité, elle est en outre non rentable. Ou plus exactement, la traite n’est rendue nécessaire que dans la mesure où les maîtres, par des violences de toutes sortes, violences sexuelles aussi bien que violences dans le procès de travail, et en ne nourrissant pas leurs esclaves, dépeuplent leurs habitations ; un système d’extermination par le travail, par la famine et par ce que nous nommerions aujourd’hui le sadisme des maîtres90, un système qui est moins rentable pour le maître que celui des "habitations bien gouvernées" qui s’entretiennent d’elles-mêmes sans importation nouvelle91, un esclavagisme "à visage humain" en quelque sorte ! La comparaison se fera avec ce système esclavagiste qui élève les esclaves et qui, dès lors, ne les traite guère plus mal que des chevaux92.

47Dans le système esclavagiste, le nègre reçoit le minimum de subsistances nécessaires à son entretien, à celui de sa famille (puisqu’il y a élevage) et le maître continue de l’entretenir lorsque, vieux, il ne travaille plus. Concrètement, l’esclave reçoit un bout de terrain pour construire sa case, cultiver de quoi nourrir sa famille et le maître lui verse encore quelques aliments et vêtements produits hors de l’habitation. Après l’affranchissement, le nègre salarié devra recevoir une somme permettant la reproduction de sa force de travail (et de quoi nourrir ses parents ou constituer une épargne pour ses vieux jours). Il est d’ailleurs possible de lui affermer la petite parcelle que le maître lui laissait en tant qu’esclave, le niveau du salaire à verser en sera réduit d’autant. En définitive, les deux systèmes apparaissent assez comparables à ce niveau et le salariat n’est pas nécessairement un système plus coûteux que l’esclavage.

  • 93 R.E.N., p. 21, p. 55.
  • 94 Id., p. 55.

48Cependant, avec le salariat, le partage du produit brut se fait en vertu d’une convention libre alors que dans l’esclavage, il se fait au gré du maître93 ou, plus précisément, si la concurrence réciproque fixe le niveau des salaires, dans l’esclavage, le niveau de subsistance dépend du "calcul" que fait le maître qui s’efforce de le minimiser "sans diminuer en plus grande proportion la quantité de travail qu’on peut obtenir de lui à coup de fouet"94. En d’autres termes, le maître essaie de maximiser le surplus prélevé par tête, stratégie qui peut conduire à ne pas maximiser la productivité de l’esclave (ce qui supposerait un esclave très bien entretenu), mais à se contenter d’une productivité inférieure si elle ne suppose qu’un coût d’entretien proportionnellement encore plus faible.

  • 95 R.E.N., p. 21.

49Dès lors, d’une part nous avons une nouvelle raison expliquant pourquoi la productivité du salarié libre est supérieure à celle de l’esclave (le résultat du calcul du maître n’aboutissant pas, normalement, à fournir le niveau de subsistance permettant de maximiser la productivité de l’esclave), et d’autre part, nous voyons que le coût salarial tend à être supérieur au coût d’entretien esclavagiste. "D’ailleurs un journalier veut tantôt gagner plus, pour former quelque capital ; tantôt il veut se réserver du temps pour se divertir ; s’il emploie toute ses forces, il faut que votre argent le dédommage de ce qu’il a succombé à la paresse. Avec des esclaves, vous employez les coups de bâton ; ce qui est moins cher"95.

  • 96 "La destruction de l’esclavage... rendrait les colonies plus florissantes". Ce raisonnemen (...)
  • 97 R.E.N., p. 24.

50La conclusion provisoire de cette comparaison est livrée clairement : le système esclavagiste réduisant le produit brut (réel) réduit la richesse des colonies96, le commerce et la puissance de la métropole au seul profit d’un petit groupe de colons. En deux mots, si l’on abolissait l’esclavage "la masse entière des hommes y gagnerait, tandis que quelques particuliers n’y perdraient que l’avantage de pouvoir commettre impunément un crime utile à leurs intérêts"97.

51Est-il d’ailleurs certain que ce crime soit utile aux intérêts des colons esclavagistes eux-mêmes ? Nous abordons ici ce que nous avons nommé le second niveau du raisonnement de Condorcet : il est fort possible que le produit net des propriétaires soit lui-même accru par le passage d’un mode d’exploitation esclavagiste à un mode salarial. Suivons ce raisonnement, il est tout à fait passionnant.

  • 98 "La plupart des nègres affranchis se loueraient à bon marché, parce que la plupart ne pour (...)

52Les nègres affranchis, même dans l’hypothèse d’un affranchissement progressif, même si on leur affermait la case et la petite parcelle qu’ils détenaient esclaves, n’ayant ni qualification (le plus souvent), ni "avances", ne pourraient que louer leurs bras comme journaliers sur les domaines, et comme (presque) tous chercheraient à obtenir ainsi un emploi, leurs salaires seraient très bas, au niveau minimum de subsistance (comme il en va d’ailleurs toujours pour cette catégorie)98. Dès lors, le coût salarial ne serait pas plus élevé que le coût de reproduction d’un esclave et si le produit brut du salarié est supérieur, le produit net du maître du domaine avec salariés sera plus élevé. Condorcet pourrait se contenter de ce raisonnement simple, il va cependant au-delà, retournant à nouveau le signe de l’avantage comparatif des deux systèmes.

  • 99 Soit w le taux de salaire (avec w le niveau minimum), soit c la pression exercée sur l’esc (...)

53A ce troisième niveau, Condorcet remarque que la productivité du salarié est fonction du niveau de sa rémunération. S’il est payé, à l’instar de n’importe quel journalier, au minimum de subsistance, sa productivité sera, elle aussi, minimale. Et sans doute, à ce niveau de rémunération, sa productivité sera-t-elle inférieure à celle de l’esclave qui, lui, est incité au travail par le fouet. "La question se réduit donc à savoir si le travail d’un esclave est assez inférieur à celui d’un homme libre pour compenser au moins la différence entre le prix fixé par la concurrence et celui que l’économie du maître établit en réduisant ses esclaves au simple nécessaire ; ou, en d’autres termes, si un homme libre à qui on ne donnerait que ce qu’il en coûte au maître par tête moyenne d’esclave travaillant ferait plus ou moins d’ouvrage. Or il est vraissemblable qu’il en ferait encore moins"99. Alors que pour Adam Smith, la productivité du travail de l’esclave est toujours inférieure à celle du travailleur libre, même du simple salarié agricole, car celui-ci espère toujours constituer un capital ou accroître ses jouissances, Condorcet estime que le salarié agricole condamné au minimum de subsistance par les lois du marché sera finalement moins productif que l’esclave qui, lui, est incité au travail par la peur des châtiments. Notons qu’en continuant le raisonnement de Condorcet, on peut mettre en évidence que, pour des niveaux de salaire plus élevés, le système du salariat pourrait redevenir plus rentable pour le maître que l’esclavage.

54La démarche de Condorcet n’est cependant pas terminée. Il faut faire intervenir d’autres facteurs qui peuvent, à nouveau retourner le signe de l’avantage comparatif en matière de rentabilité.

  • 100 R.E.N., p. 22

– D’abord le salariat présente cet intérêt pour le maître qu’il permet de rejeter sur les travailleurs eux-mêmes les risques d’accident, de mortalité et de perte de temps liés à ces situations : le salarié blessé n’est-il pas licencié et immédiatement remplacé ? Et si la mort d’un salarié n’est pas une perte, celle d’un esclave, fraction du capital, l’est100.

– En second lieu, si dans la rémunération du salarié, il y a la parcelle dont disposait le même homme lorsqu’il était esclave, il est probable que cet homme devenu libre cultiverait plus efficacement sa parcelle (d’où une réduction du coût de reproduction).

  • 101 R.E.N., p. 56.

– Enfin, l’abolition de l’esclavage pourrait s’accompagner d’un changement dans le mode d’exploitation des terres et des moulins, d’un affermage d’une fraction du domaine ou de sa vente, ce qui serait "la source d’un meilleur emploi des terrains"101. L’esclavagisme apparait lié, pour Condorcet, au grand domaine avec gestion centralisée de la force de travail et des machines (ce qui n’est, d’ailleurs, pas toujours le cas) cumulant dès lors les inconvénients du grand domaine et de l’esclavagisme. L’abandon de l’esclavage permettrait au maître de ne pas tout faire dans son domaine, mais de donner à faire à l’extérieur ou à des "fermiers" (agricoles ou industriels), ce qui, développant la division du travail, accroîtrait la productivité.

  • 102 R.E.N., p. 57.

55Dès lors, tant de facteurs divers jouent que Condorcet ne peut dire de quel côté va pencher la balance aussi bien pour la productivité qu’en ce qui concerne la rentabilité pour les maîtres. Finalement, il dit aux colons esclavagistes : il n’est pas sûr que vous y perdiez en terme de revenu et, si vous perdez, ce sera en définitive fort peu de choses quant à la perte de capital. Il ajoute : même si le colon perdait la totalité de ce que représente son stock d’esclaves, cela ne devrait pas dépasser une perte supérieure au tiers de son capital et, finalement, "il ne sera donc privé que de ce qu’il a usurpé par un crime ; il n’aura donc réellement rien perdu ; et par conséquent, si la perte reste au-dessous du tiers le colon aura réellement gagné au changement d’administration"102.

  • 103 R.E.N., p. 2. Notons la distinction entre l’opinion et la voix unanime du genre humain ass (...)

56Mais qu’importent ces calculs ! "Que l’opinion ne flétrisse point ce genre de crime ; que la loi du pays le tolère ; ni l’opinion, ni la loi ne peuvent changer la nature des actions ; et le genre humain assemblé aurait, d’une voix unanime, porté cette loi, que le crime resterait toujours un crime"103.

En guise de conclusion

  • 104 Oeuvres, t.IX, pp. 469-477, repris in : La Révolution française et l’abolition de l’esclav (...)
  • 105 Oeuvres, t. IX, p. 473.
  • 106 Oeuvres, t. IX, p. 474.

57A la veille de la convoquation des Etats généraux, entre le 30 janvier et le 30 mars 1789, alors que les trois ordres s’apprêtent à voter pour désiger leurs députés, Condorcet qui a publié la seconde édition de ses Réflexions sur l’esclavage des nègres en 1788, préside la Société des Amis des Noirs et, alors qu’il envisage de se faire élire, il rédige en février 1789 une adresse Au corps électoral contre l’esclavage des noirs104. Il conjure les électeurs, au nom des Amis des Noirs, d’insérer dans leurs cahiers de doléances des clauses spécifiques chargeant les députés de demander aux Etats généraux l’examen des moyens d’interdire la traite et de préparer, par des mesures promptes et efficaces, la destruction de l’esclavage105. Dans les colonies, comme en France, n’est-on pas en présence d’un même combat où les mêmes arguments sont échangés ; les partisans du statu quo, ici comme là-bas, ne mettent-ils pas en avant "la nécessité, l’intérêt politique et l’usage" et cela pour justifier "tous les genres de tyrannie, tous les outrages aux droits de l’humanité" ? Alors que l’intérêt économique bien compris va dans le sens de la justice106.

  • 107 Cf. ci-dessus, n.4.
  • 108 Oeuvres, t. IX, pp. 477-487 (repris dans La Révolution française, op.cit., t. VI, texte 8)
  • 109 Id., p. 481

58Quelques mois plus tard, alors que se pose le problème de l’admission à l’Assemblée des députés élus par les seuls planteurs blancs de Saint-Domingue et qu’un débat passionné s’engage107, Condorcet publie Sur l’admission des députés des planteurs de Saint-Domingue dans l’Assemblée nationale108. Il y propose "une loi qui exclut à l’avenir, de l’Assemblée nationale, tout homme qui ayant des esclaves, ou se trouvant le mari d’une femme qui en possède, est intéressé à soutenir des principes contraires aux droits naturels des hommes, seul but de toute association politique"109 et y analyse la demande des colons, relevant ce qui lui parait inadmissible :

  • il est absurde qu’ils prétendent représenter leurs esclaves et donc proportionner leur nombre à celui de ces esclaves ; comment pourrait-on représenter ceux-là même que l’on opprime ! Ne représentant que les seuls blancs, ils ne devraient être qu’un ou deux députés, non vingt-et-un ;
  • il est injuste d’admettre des députés qui n’ont été élus que par une partie des citoyens ; les noirs n’ayant pas été appelés à voter, ces députés ne sont que "les agents d’une classe de citoyens" ;
  • si l’on dit qu’il faut les admettre afin qu’ils puisse défendre leurs intérêts, il faut alors que l’on ait également des députés des noirs ;
  • s’ils disent qu’ils n’ont pas à obéir à des lois qu’ils n’ont pas contribuer à voter, ne faut-il pas leur répondre que les noirs, esclaves ou libres, obéissent à des lois qui leur sont imposées par ceux-là même qui paraissent appuyer ce principe ?
  • enfin, qu’ils ne viennent pas parler de l’importance des colonies ; non seulement, ils exagèrent cette importance mais ici, il s’agit d’une question de droit public et, en ces matières, "les sacs d’argent ne peuvent faire pencher la balance". Qu’ils ne-disent plus que les esclaves sont heureux. Non seulement c’est faux, mais là n’est pas le problème . Il est : "jouissent-ils de leurs droits naturels" ?110
  • 111 Cf. Abbé Henri Grégoire, Mémoire en faveur des gens de couleur ou sang-mêlés de Saint-Domi (...)
  • 112 Le comité Massiac non seulement fait une intense propagande dans les îles et en France, ex (...)

59Les écrits de Condorcet comme ceux de l’abbé Grégoire, de l’abbé Sibire, de Lecointe-Marsillac, de Brissot111 en cette même année 1789, comme les actions des Amis des Noirs, ne font qu’exaspérer les craintes des planteurs. Ceux-ci se sont regroupés dans ce que l’on nomme le "Comité Massiac" (du nom de l’Hôtel Massiac, place des Victoires à Paris) où l’on retrouve les frères Lameth (Théodore, Charles et Alexandre), le député de la Martinique Arthur Dillon, Mallouet (monarchiste) ou Barnave ("patriote"). Il s’agit d’un groupe de pression très puissant qui s’appuie sur le Comité des députés extraordinaires des manufactures et du commerce, organisé par les Chambre de commerce des ports, en particulier du port de Bordeaux, et qui défend efficacement l’ensemble du système colonial112 . Le Comité se déchaine contre les Amis des Noirs, contre les Brissot, Condorcet, La Fayette, La Rochefoucauld, Mirabeau, Grégoire, Robespierre.

  • 113 Journal de Paris, 14 décembre 1789
  • 114 Journal de Paris, 28 décembre 1789.
  • 115 "Les habitants (de Saint-Domingue, voire d’autres îles à sucre) sont peut-être à présent t (...)
  • 116 Cf. Gabriel Debien, Les Esclaves aux Antilles françaises, Basse-Terre, Fort de France : So (...)

60A la fin de l’année 1789, le 15 décembre, Condorcet répond aux attaques du Comité Massiac et expose les objectifs des Amis des Noirs dans le Journal de Paris : supprimer immédiatement la traite et les achats ou ventes d’esclaves, préparer l’abolition complète de l’esclavage, toutes mesures qui ne sauraient affaiblir les colonies113. La réaction du Comité prend la forme d’un article du 28 décembre 1789, dans le même journal, signé du marquis de Mosneron114 et qui, à mots à peine couverts, accuse les Amis des Noirs d’être responsables, au-delà de la ruine prévisible des colonies, de révoltes sanglantes115 . Il est vrai que, dans les îles, les premiers soulèvements d’esclaves apparaissent. Entre Noël 1789 et la fête des Rois du 6 janvier 1790, elles sont pratiquement en état de siège. A l’arrière plan du débat parisien, il y a la montée d’une guerre civile (blancs-mulâtres) et bientôt servile (libres-esclaves)116 .

  • 117 Cf. La Révolution française, op.cit., t. VII, 7 et 8 : Adresse à l’Assemblée Nationale pou (...)

61Que va faire l’Assemblée ? Qui ne voit la contradiction entre les principes qu’elle pose, pour lesquels elle combat et le système esclavagiste ? Mais le comité Massiac est puissant. Lorsque les Amis des Noirs demandent à l’Assemblée, à la fin du mois de janvier 1790117, d’abolir la traite, c’est Bamave qui est chargé du rapport, Bamave du comité Massiac, Bamave qui est proche des frères Lameth. Malgré les interventions de Mirabeau, Grégoire et Robespierre, le décret du 8 mars 1790 ne dit mot sur la traite. S’il reconnaît les droits politiques des noirs libres, il donne aux Assemblées coloniales un droit d’initiative : l’Assemblée nationale ne pourra délibérer sur l’état des non libres que sur proposition de ces Assemblées coloniales. Le droit de vote des mulâtres, cependant, ne sera pas appliqué du fait des résistances locales. Le prétexte est l’"instruction du 28 mars" qui contient seulement le mot "personnes" et non "hommes de couleur" et "noirs libres". Dès lors, la guerre civile .se développe dans les îles, en particulier à Saint-Domingue où Vincent Ogé et Jean-Baptiste Chavannes soulèvent les affranchis. Vaincus, condamnés au supplice de la roue, ils sont exécutés le 25 février 1791. Le combat cependant continue.

  • 118 Cf. La Révolution française, op.cit., t. XII, 1, le texte du décret.
  • 119 L’Assemblée nationale s’est proclamée constituante le 9 juillet 1789 et est donc dissoute (...)
  • 120 Moniteur, t. IX, p 771, cité d’après E. et R. Badinter, op.cit., p. 368.

62A Paris, le décret du 15 mai 1791 reconnait le droit d’initiative et le droit de cité des noirs libres, mais seulement de ceux nés de parents libres118. Les planteurs blancs ne l’acceptent pas davantage. La guerre civile, à Saint-Domingue, se durcit, les affranchis, appuyés sur quelque trois cents esclaves qu’ils avaient libérés, remportent la bataille de Pemier : les planteurs blancs doivent signer un concordat (dit de Damien) le 11 septembre 1791 reconnaissant les droits politiques des mulâtres, ils ne l’observeront pas davantage et la guerre rebondit ! Finalement, alors que la Constitution était déjà promulguée, l’Assemblée nationale constituante119 vote, le 24 septembre, un décret incroyable qui donne tous pouvoirs aux assemblées coloniales pour toutes questions touchant "l’état des personnes non libres et l’état politique des hommes de couleur et des nègres libres"120. La victoire des "négriers" est totale.

  • 121 Il y est charge des comptes rendus des séances de l’Assemblée de novembre 1791 au 2 juin 1 (...)

63Condorcet est élu député à l’Assemblée législative (elle se réunit le 1er octobre 1791). La Constituante ayant interdit à ses membres de se représenter, il est l’un des rares hommes connus de la nouvelle assemblée. Pourtant, lors de l’attaque des Amis des Noirs contre le décret du 24 septembre 1791, il n’intervient pas à la tribune. Brissot joue le rôle principal contre ce décret, mais ce sont Vergniaud et Gensonné qui agissent à l’Assemblée ; ils demandent que le concordat Damien signé à Saint-Domingue ait force de loi. Condorcet soutient leur action dans la Chronique de Paris121. Tous ces efforts échouent : les Girondins sont, dans leur majorité, sensibles aux intérêts des colons et, naturellement, des armateurs et grands propriétaires de Bordeaux. Tout ce que l’Assemblée accepte, c’est d’interdire l’emploi des armées nationales contre les noirs révoltés. Des armées nationales, mais pas des milices locales ! Or, depuis le mois d’août 1791, les esclaves de Saint-Domingue s’étaient révoltés et la guerre faisait rage. L’Assemblée législative enverra une première commission civile (elle débarquera le 28 novembre 1791) qui rétablira une paix fragile et, le 4 avril 1792, l’Assemblée législative décrétera que les hommes de couleur et noirs libres sont admis à voter aux assemblées locales.

  • 122 Un mois plus tard, Polvérel (autre membre de la commission), avait pris la même décision p (...)
  • 123 Il faut cependant remarquer que le projet de constitution établi par Condorcet en 1793 ne (...)

64Il faudra attendre le 29 août 1793 pour que Sonthonax, membre de la deuxième commission civile envoyée par l’Assemblée pour faire appliquer le décret du 4 avril et qui détenait le pouvoir révolutionnaire dans l’île, fasse la guerre aux blancs révoltés et supprime l’esclavage dans le nord de Saint-Domingue122. Il faudra attendre le 4 février 1794 pour que la Convention montagnarde abolisse l’esclavage dans les colonies françaises123.

65Mais, depuis le 8 juillet 1793, Condorcet, décrété d’accusation par la Convention, est en fuite. Il réussit à se cacher pendant neuf mois chez la courageuse Madame Vernet, rédige son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain et n’est finalement arrêté que le 27 mars 1794 comme un simple vagabond suspect (sans que l’on sache de qui il s’agit) ; il meurt ou se suicide le surlendemain.

Notes

1 Cf. Archives parlementaires de 1787 à 1860, 1ère série, t.XXVI, Paris : P. Dupont, 1887 , séance du 13 mai 1791, pp. 50-60.

2 Cette phrase célèbre peut être attribuée à Dupont de Nemours ou à Robespierre. Le premier avait dit "Ne craignez pas, Messieurs, la séparation de nos colonies. Si elle devait avoir lieu, si vous vous trouviez dans la nécessité pressante de sacrifier ou la justice ou l’humanité, je vous dirais que votre puissance unique tient à l’équité... et qu’ainsi votre intérêt, celui de l’Europe, celui du monde exigerait que vous n’hésitassiez pas dans le sacrifice d’une colonie plutôt que d’un principe" dans id., p. 50, col. 1 ; et le second ajoute "Périssent vos colonies si vous les conserviez à ce prix... Oui, s’il fallait ou perdre vos colonies, ou leur sacrifier votre bonheur, votre gloire, votre liberté, je le répète, périssent vos colonies !"" in id., p. 60, col.2. Cf. également G. Schelle, Dupont de Nemours et la physiocratie, Paris : Guillaumin, 1888.

3 Pour une opinion plus nuancée, cf. N. Dockes-Lallement, "Mably et l’institution de la société spartiate", in : Actes du Colloque d’Aix en Provence, Sept.87, P.U. Aix-Marseille, 1987, p. 259

4 Lors du débat du 3 juillet 1789, Mirabeau était intervenu et expliqué : "Si les colons veulent que les nègres et les gens de couleur soient hommes, qu’ils affranchissent les premiers, que tous soient électeurs, que tous puissent être élus. Dans le cas contraire, nous les prions d’observer qu’en proportionnant le nombre des députés à la population de la France, nous n’avions pas en considération la quantité de nos chevaux ni de nos mulets ; qu’ainsi la prétention des colonies d’avoir vingt représentants est absolument dérisoire" in : Archives parlementaires, op.cit., p. 186 sq.. Cf. également Elisabeth et Robert Badinter, Condorcet, un intellectuel en politique, Paris : Fayard, 1988, pp. 291 sq., Cf. ci-dessous le rôle de Condorcet dans ce débat, à l’extérieur de l’Assemblée nationale où il n’avait pas été élu.

5 Nous citons d’après la 2e édition, Neuchâtel, 1788 (que nous noterons par la suite R.E.N.) dans la collection de "reprint" Textes et documents, La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, t. VI., La Société des amis des noirs, Paris : EDHIS, 1968. La réédition de cette 2e édition avait été faite in : Oeuvres de Condorcet, publiées par A. Condorcet-O’Connor et F. Arago, Paris : Firmin-Didot, 1847-9, t. VII et Mélanges d’économie politique, avec notices d’E. Daire, et G. de Molinari, Paris : Guillaumin, 1847, pp. 501-543.

6 R.E.N., p. 11..

7 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de E.D. Genovese, Economie politique de l’esclavage, Paris : Maspero, 1968.

8 R.E.N., p. 83.

9 Adam Smith, An Inquiry into the Nature and Cause of the Wealth of Nations, 1776, in : Glasgow Edition of the Works and Correspondence of Adam Smith, Oxford, Clarendon Press, 1976, I, p. 388.

10 Mouvement religieux fondé par John Wesley, théologien protestant qui prêchait la justification par la foi et qui, exclu des chaires officielles, évangélisait en plein air avec un prodigieux succès populaire à la fin du XVIIIe siècle en Angleterre.

11 Thomas Clarkson, publie en 1786 son Essay on the slavery and commerce of the human species, particularly the African, London : T. Cadell and J. Phillips, 1786

12 James Ramsey écrit An essay ont the treatment and conversion of African slaves in the British sugar colonies, London : J. Phillips, 1784. William Wilberforce prononce un discours anti-traite à la Chambre des communes dès 1789, cf. The Speeches of W.W... on a motion for the aboliton of the slave trade in the House of Commons, May the 12th 1789, London : J. Stockdale, 1789. Cela n’empêche pas W. Wilberforce, proche de son ami Pitt, d’être franchement conservateur sur la plan social en Angleterre.

13 Brissot s’était affilié à la Société des Amis des Noirs anglaise en mai 1787 et avait fondé une société identique à Paris. La première séance a lieu en février 1788. La Fayette y présente Condorcet le 4 avril 1788. Condorcet, en l’absence de Brissot contraint alors de quitter la France, y eut rapidement une influence décisive. Cf. E. et R. Badinter, op.cit., p.236.

14 Cf. G. Klotz éd., Ordre, nature, propriété, Lyon : PUL : 1985

15 R.E.N. p. 86. cf. dans les Textes et Documents, La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, t. VI "La Société des Amis des Noirs", op. cit., 4, le tableau des membres de cette société : il est fort bref.

16 Elles furent publiées en 1776 seulement, cf. Oeuvres de Condorcet, op.cit., t. III, pp. 635-662.

17 Journal de Paris, n° 160 et 173 des 7 et 22 juin 1777, reproduit dans Oeuvres, t. I, pp. 343-349.

18 Lectures on Jurispridence or Lectures on Justice, Police, Revenue and Arms, in : Glasgow Edition of the Works and Correspondence of Adam Smith, op.cit.

19 En 1760, Condorcet alors âgé de 17 ans avait envoyé à Turgot une Profession de foi qui marque le début de leurs relations. Elles se développeront surtout après l’arrivée de Condorcet à Paris en 1762, dès 1770 (voire plus tôt) grâce à d’Alembert et au salon que tient sa femme Julie, même si Turgot est alors intendant du Limousin (jusqu’en 1774). Lorsque Turgot devient contrôleur général des Finances, Condorcet est l’un de ses collaborateurs (il l’est déjà d’ailleurs lorsque Turgot est ministre de la marine) ; il est nommé inspecteur général des Monnaies (d’où sa résidence dans un appartement de l’Hôtel des Monnaies, quai Conti, qu’il conservera même lorsqu’ après la disgrâce de Turgot, il perdra cette charge. Calonne la rendra d’ailleurs à Condorcet qui ne la perdra définitivement qu’en août 1790, avec son logement cette fois). En 1781, Turgot meurt, et Condorcet ajoutera une note de ses Réflexions à la louange du ministre dans l’édition de 1788. Il publie, en 1786, une Vie de Turgot. Ajoutons que le titre même de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain est une référence voulue au titre du célèbre discours de Turgot en 1750 : Des progrès successifs de l’esprit humain ; cf. E. et R. Badinter, op.cit., pp. 51, 143, 185.

20 R.E.N., p. 1.

21 R.E.N., p. 2.

22 Id.

23 R.E.N., chap. IV, pp. 9-11.

24 R.E.N., p. 15, p. 8.

25 R.E.N., p. 15.

26 Id. n° 1. Notons que telle est aujourd’hui la position de John RAWLS, Théorie des la justice, Paris : Le Seuil, 1987 en ce qui concerne les libertés, principe de base qui prime toute autre considération.

27 R.E.N., chap. VII, pp. 26-27 ;

28 Respectivement aux chapitres II et XII.

29 R.E.N., p. 62.

30 Notons que les évolutionnistes du XIXe siècle, disciples plus ou moins lointains du Condorcet de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (Paris, 1795) feront de l’esclavagisme un stade progressif par rapport aux stades antérieurs d’anthropophagie. Cf. P. Dockes, La Libération médiévale, Paris : Flammarion, 1979.

31 R.E.N., p. 5.

32 Pour une opinion inverse d’un contemporain, premier voyageur européen vers le coeur de l’Afrique de l’Ouest, cf. Mungo Park, Voyage dans l’intérieur de l’Afrique, fait en 1795,1796 et 1797, Paris : Maspero, 1980 (réédition de l’ouvrage paru à Paris chez Castera. An VIII).

33 Cf. la position de Buffon, Montesquieu et Lamarck expliquant les différences entre les espèces humaines par le climat, la nourriture, le milieu. Evidemment aucun de ces auteurs n’acceptait l’idée que la privation de liberté n’est rien pour les nègres !

34 R.E.N., p. 64

35 Id.

36 R.E.N. p. 63 et p. 64.

37 R.E.N., p. 65.

38 Condorcet précise : "Les nègres esclaves tirent en général la plus grande partie de leur nourriture de terrains qu’on leur abandonne pour les cultiver. La même quantité de terrain les nourrirait libres comme esclaves" (R.E.N. p. 54), "Les terres abandonnées aux nègres pour leur nourriture, sont fort mal cultivées et elles le seraient mieux si elles leur étaient affermées comme à des colons libres", R.E.N. p. 56. Sur la subsistance des vieux, infirmes, orphelins, cf. R.E.N. p. 28. Sur l’assistance aux pauvres sans travail (id.)

39 R. E.N. p. 13.

40 R. E.N.., p. 68.

41 Voici une description de certaines de ces pratiques : "Souvent les nègres sont mis à la torture en présence des femmes et des filles de colons qui assistent paisiblement à ce spectacle pour se former dans l’art de faire valoir les habitations. D’autres nègres ont été victimes de la férocité de leurs maîtres ; plus d’une fois on en a fait brûler dans des fours et ces crimes qui méritaient la mort sont tous restés impunis ; et il n’y a pas eu depuis plus d’un siècle, un seul exemple d’un supplice infligé à un colon pour avoir assassiné son esclave". Et les crimes sont même souvent publics, ainsi "les blancs se permettent de tuer les nègres marrons, comme on tue des bêtes fauves" et ces criminels viennent ensuite se vanter de ces actions et reviennent en Europe parler "d’humanité, d’honneur et de vertu", R.E.N., pp. 78-79.

42 R.E.N., p. 12 et 69.

43 R.E.N., p. 69.

44 R.E.N., pp. 75-76. Dans une note (p. 75), Condorcet ajoute : "Si vous les interrogez, ils vous diront que les nègres sont une canaille abominable ; qu’on les traite très bien... Mais ne les interrogez pas, gardez-vous surtout de contredire leur principes... alors vous entendrez d’eux la vérité".

45 R.E.N., p. 68.

46 R. E. N., p. 67.

47 Cf. R.E.N., chap. X, pp. 46-53.

48 Cf. R.E.N., p. 33.

49 R.E.N., p. 30.

50 R.E.N., p. 14 : "En de pareilles circonstances, ne pas rendre sur le champ à ces hommes l’exercice de leurs droits, ce n’est ni violer ces droits, ni continuer à en protéger les violateurs, c’est seulement mettre... la prudence nécessaire pour que la justice qu’on rend à un malheureux devienne plus sûrement pour lui un moyen de bonheur".

51 R. E. N, p. 33.

52 Id.

53 Cf. chap. IX, p. 33 sq.

54 R.E.N., p. 33.

55 Cf. son célèbre Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix, dans Condorcet, Sur les élections et autres textes, Corpus des oeuvres de philosophie en langue française, Paris : Fayard, 1986.

56 Pour ses propres travaux sur ce thème, Condorcet parle d’abord d’"Arithmétique politique" et cite ces noms d’arithméticiens célèbres, puis explique pourquoi il préfère employer le mot de mathématique (au singulier) et celui de "sociale" de préférence à "morale ou politique" dont le sens est trop large. Cf. Keith Michael Baker, Condorcet, raison et politique, de la philosophie naturelle à la mathématique sociale, Paris : Hermann, 1988 ;. E. et R. Badinter, op.cit., pp. 190-191.

57 Op. cit.

58 Notons que la première traduction française de l’ouvrage d’A. Smith est : Recherches sur la Nature et les Causes de la richesse des Nations, traduit par M.*** La Haye, 1778-79,4 vol. Nous trouvons ensuite, avec le même titre, la traduction par l’abbé J.L. Blavet, d’après Barbier, Yverdon, 1781, 6 vol. (l’abbé Blavet devient le citoyen Blavet dans les éditions de l’an IX (1800, 1801). En 1790 paraît la traduction par J.A. Roucher d’après la 4e éd. anglaise, en 4 vol, dont le titre précise : "suivies d’un volume de notes par Monsieur le Marquis de Condorcet" (Paris Buisson, 1790-91). Il semble bien que le volume de notes de Condorcet soit resté un projet (la fin du IVe vol. de l’édition de Roucher précise "fin du 4e et dernier volume de Smith". Il n’en reste pas moins que nous avons là une preuve, ou du moins une forte présomption, de la connaissance que Condorcet avait de l’ouvrage de Smith. Ajoutons que les remarques de Condorcet sur les effets de la division du travail sont très smithiennes. Condorcet, notons-le, considère les Réflexions sur la formation et la distribution des richesses de Turgot comme "le germe du traité sur la richesse des nations du célèbre Smith", in : Oeuvres de Condorcet publiées par A. Condorcet-O’Connor et F. Arago, Paris : Firmin-Didot, 1847-9, t. V, Vie de Turgot, 1786, p. 45.

59 Cf. Oeuvres de Condorcet, op.cit., t. IV, Voltaire, note "Smith et La Bruyère". Il n’est pas impossible que cette note ait été rédigée avant la mort de Voltaire (en 1778). Elle figure in Oeuvres complètes de Voltaire avec des avertissements et notes de Condorcet, imprimées par Decroix (Kehl) pour P.A. Beaumarchais, 1784-1789, t. XLV, p. 151. Condorcet aurait donc lu l’ouvrage en anglais ou dans l’édition de La Haye (1778-79) ? Celle de Blavet de 1781 est trop tardive pour la rédaction des R.E.N.. Notons que Smith parle du Traité de la Richesse et non de Recherches. Sur les relations Turgot-Smith-Condorcet, cf. Jean-Louis Billoret "Condorcet, disciple de Turgot, théoricien de l’innovation, conciliateur de la science et de la chrématistique", contribution au Colloque Condorcet, Paris, 8-11 juin 1988. Rappelons que la marquise Sophie de CONDORCET traduira la Théorie des sentiments moraux en 1798. Il est clair que nous sommes dans un milieu très smithien (le salon des Condorcet après 1786, date de la rencontre avec Sophie de Grouchy, la future marquise, parait très influencé par les idées de Smith, Condorcet est le beau-frère de Cabanis (qui épouse la soeur de Sophie de Grouchy) et les idées des futurs idéologues se forment alors dans l’"esprit" du salon. Ajoutons que le résumé de la Richesse des nations donné dans la Bibliothèque de l’homme public ou analyse raisonnée des principaux ouvrages français et étranger qu’édite Condorcet en 1790 (Paris), t. III, IV, est presque certainement de la plume de Condorcet

60 F. Arago écrit : "Il serait vraiment impossible de citer un seul point d’une science si ouverte aujourd’hui à la controverses sur lequel Turgot et Condorcet aient différé, même par d’imperceptibles nuances", Oeuvres de C., op.cit., t. I, LXVIII.

61 Wealth of Nations, I, 8, 41, p. 98 ; III, 2, pp. 386-90 ; IV, 7, a, pp. 557-8 ; IV, 9, pp. 682-4 ; V, 1, pp. 777-8 ; Lectures (report 1766 ou LJ (B), pp. 410-2, 418-9, 450-8, 476-7, 522-527, 546-8.

62 Cependant il ne distingue pas toujours précisément entre des situations diverses, entrecroisant des arguments sans séparer toujours nettement le grand domaine avec esclaves en chioume, le grand domaine avec tenanciers asservis, le grand domaine ou la manufacture ou la mine avec salariat, le grand domaine avec des tenanciers libres, la petite production marchande avec fermiers, petits propriétaires ou artisans indépendants. Ajoutons que, pour A. Smith, le grand domaine avec tenanciers esclaves cumule les effets négatifs du grand domaine et du servage et que le meilleur système est la petite propriété ou le fermage.

63 "A person who can acquire no property can have no other interest but to eat as much, and to labour as little as possible. Whatever work he does beyond what is sufficient to purchase his own maintenance, can be squeezed out of him by violence only and not by interest of his own", Wealth of Nations, III, 2, op. cit., p. 387.

64 "Who have a stock of their own", Lectures on Jurisprudence, report 1766, p. 526.

65 Cf. Par exemple, Wealth of Nations, op. cit. p. 684.

66 Id., Smith utilise l’exemple (tiré de Montesquieu, Esprit des lois, livre XV, 8, éd. du Seuil, Paris, 1964, p. 621) des mines turques esclavagistes où les techniques de production sont tout à fait archaïques et des mines hongroises avec des hommes libres qui sont très avancées techniquement, et beaucoup plus productives bien que moins riches. Cf. également Lectures on Jurisprudence, id., p. 526.

67 La Libération médiévale, op. cit.

68 Wealth of Nations, I, 8, op. cit., p. 98.

69 Par exemple Lectures on Jurisprudence, report 1762-3 ; III, 112, pp. 185-186.

70 Wealth of Nations, III, 2, op. cit., p. 388 : "The pride of man makes him love to domineer, and nothing mortifies him so much as to be obliged to condescend to persuade his inferiors. Wherever the law allows it, and the nature of the work can afford it, therefore, he will generally prefer the service of slaves to that of freemen. The planting of sugar and tobacco can afford the expense of slave-cultivation. The raising of corn, it seems, in the present times, cannot."

71 R.E. N, p. 17.

72 R.E.N., p. 17 et pp. 57 et 59. Notons que si Condorcet distingue la culture par des blancs venus d’Europe et celle par les anciens esclaves noirs, c’est parce que l’esclavage a façonné les nègres d’une certaine façon et que les deux civilisations sont différentes. Mais, à terme, il y aura rapprochement économique, social, puis fusion par mariage, R.E.N., p. 54.

73 R.E.N., p. 18.

74 Esprit des lois, Livre XV, 8, op. cit., p. 620-621.

75 Id.

76 Id., p. 620.

77 R.E.N., p. 18.

78 R. E.N. p. 69 sq., n. 1.

79 R.E.N. p. 18. On est très proche de l’analyse d’Adam Smith, ce que remarque d’ailleurs Eugène Daire, cf. Mélanges d’économie politique, R.E.N., op. cit., p. 512, n° 1.

80 R.E.N. p. 26 : "Quand Jupiter réduit un homme à la servitude, dit Homère, il lui enlève la moitié de la cervelle. Les nègres sont naturellement un peuple doux, industrieux, sensible, leurs passions sont vives". "Il sont, dit-on paresseux, stupides et corrompus ; mais tel est le sort de tous les esclaves" (p. 25)

81 "Ces cultures, dit-on, exigent de grands ateliers et le concours d’un grand nombre d’hommes rassemblés""

82 R.E.N., p. 19. Cf. également p. 20. Condorcet donne l’exemple des petits champs de canne en Asie dont les propriétaires, depuis des temps immémoriaux, expriment eux-même la mélasse qu’ils vont ensuite vendre au marché ; il serait d’ailleurs préférable, ajoute-t-il, que ces cannes soient vendues à un manufacturier, sur pied ou coupées.

83 R.E.N., p. 19.

84 Id.

85 "De plus nous ne pouvons comparer cette culture (la grande culture avec esclaves) qua celle d’un propriétaire qui fait valoir ; il est évident que pour la plupart des colons, il y aurait un très grand avantage à pouvoir affermer leurs terrains mis en culture, et mêmes leurs machines et leurs bâtiments." R.E.N., p. 24, n° 1 de la p. 23.

86 R.E.N., p. 57.

87 R.E.N., p. 22 note.

88 Id. la plupart des Etats avaient intérêt à évaluer le travail des esclaves le plus haut possible pour des raisons fiscales.

89 Id., ce n’est d’ailleurs pas du tout évident.

90 Cf. p. 25 une description quasi insoutenable, et réaliste, qui apparente certaines habitations aux camps d’extermination nazis.

91 Id.

92 Cf. ci-dessus.

93 R.E.N., p. 21, p. 55.

94 Id., p. 55.

95 R.E.N., p. 21.

96 "La destruction de l’esclavage... rendrait les colonies plus florissantes". Ce raisonnement est hétérodoxe pour un disciple des physiocrates. Selon Quesnay, la création de richesses est production de produit net.

97 R.E.N., p. 24.

98 "La plupart des nègres affranchis se loueraient à bon marché, parce que la plupart ne pourraient être employés, ils seraient toujours dans le cas de simples journaliers, dont partout le salaire, par cette même raison, ne peut s’élever au-dessus de ce qu’exige le simple nécessaire". R.E.N., p. 57.

99 Soit w le taux de salaire (avec w le niveau minimum), soit c la pression exercée sur l’esclavage par le fouet (ou la peur du fouet). La productivité de l’esclave, soit qe sera qe (w.c). Celle du salarié, soit qs, sera qs (w). La question est donc de savoir si : qe (w,c)-w > qs(w)-w

Si w = w pour le salarié, elle revient à : qe(w,c) > qs(w) et Condorcet estime que qe(w,c) > qs(w).

100 R.E.N., p. 22

101 R.E.N., p. 56.

102 R.E.N., p. 57.

103 R.E.N., p. 2. Notons la distinction entre l’opinion et la voix unanime du genre humain assemblé.

104 Oeuvres, t.IX, pp. 469-477, repris in : La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, op.cit., t. VI, texte 7 (reprint).

105 Oeuvres, t. IX, p. 473.

106 Oeuvres, t. IX, p. 474.

107 Cf. ci-dessus, n.4.

108 Oeuvres, t. IX, pp. 477-487 (repris dans La Révolution française, op.cit., t. VI, texte 8)

109 Id., p. 481

110 Id., pp. 482-484

111 Cf. Abbé Henri Grégoire, Mémoire en faveur des gens de couleur ou sang-mêlés de Saint-Domingue, & des autres îles françaises de l’Amérique, adressé à l’Assemblée nationale, Paris : Belin, 1789 ; Abbé Sébastien-André Sibire, L’Aristocratie négrière… Paris : Lesclapart et Desray, 1789 ; Lecointe-Marcillac, Le More-Lack..., Londres et Paris : Prault, 1789 ; Jean-Pierre Brissot, Mémoire sur les noirs de l’Amérique septentrionale, Paris : Bureau du patriote françois, 20 déc.1789 (tous ces textes sont repris dans La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, op.cit., respectivement T. I, 6 ; T. II, 1 ; T. III, 1 ; T. VII, 3)

112 Le comité Massiac non seulement fait une intense propagande dans les îles et en France, exerce une vive pression sur les députés contre l’abolition de la traite, le vote des noirs libres ou l’audition des délégués de ces mulâtres, pour le maintien de l’esclavage, en outre il réussit à contrôler les déplacements des hommes entre les Antilles et la France. Cf. A. Brette, "Les gens de couleurs et leurs députés", La Révolution française, juill.-déc.1895 ; A. Challamel, Les Clubs contre-révolutionnaires, Paris : Cerf, Noblet, Quantin, 1895 ; L. Deschamps, Les Colonies pendant la Révolution, Paris : Lib. Ac. Perrin, 1898 ; Gaston-Martin, Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises, Paris : PUF, 1948 ; François Furet et Denis Richet, La Révolution française, Paris : Fayard, 1973.

113 Journal de Paris, 14 décembre 1789

114 Journal de Paris, 28 décembre 1789.

115 "Les habitants (de Saint-Domingue, voire d’autres îles à sucre) sont peut-être à présent tous sous le poignard de nègres révoltés", ibid., supplément au n° 362, pp. 1701-1704

116 Cf. Gabriel Debien, Les Esclaves aux Antilles françaises, Basse-Terre, Fort de France : Soc. d’hist. de la Guadeloupe, Soc. d’hist de la Martinique, 1974, p. 492. C’est Brissot, et non Condorcet, qui répondra à Mosneron

117 Cf. La Révolution française, op.cit., t. VII, 7 et 8 : Adresse à l’Assemblée Nationale pour l’abolition de la traite des Noirs. Par la Société des Amis des Noirs de Paris, février 1790, Paris : Imprimerie de Potier de Lille, 1790 ; Seconde Adresse à l’Assemblée Nationale, par la Société des Amis des Noirs, établie à Paris, (Paris) : Imprimerie du Patriote François, s.d. (9 avril 1790).

118 Cf. La Révolution française, op.cit., t. XII, 1, le texte du décret.

119 L’Assemblée nationale s’est proclamée constituante le 9 juillet 1789 et est donc dissoute de droit dès la Constitution promulguée. En fait elle se sépare le 30 septembre 1791.

120 Moniteur, t. IX, p 771, cité d’après E. et R. Badinter, op.cit., p. 368.

121 Il y est charge des comptes rendus des séances de l’Assemblée de novembre 1791 au 2 juin 1793 (de fait, au premier semestre 1793, il se fait remplacer par Delaunay). Chronique de Paris, 4, 7, 9, 11 décembre 1791 où il attaque le décret du 24 septembre (la Constituante n’a pu, explique-t-il, prendre un décret valide après la promulgation de la Constitution), défend Brissot, lui-même et les Amis des Noirs contre les attaques violentes des membres du comité Massiac qui les rendent responsables des révoltes, des morts et de l’affaiblissement de la patrie.

122 Un mois plus tard, Polvérel (autre membre de la commission), avait pris la même décision pour le Sud et l’Ouest.

123 Il faut cependant remarquer que le projet de constitution établi par Condorcet en 1793 ne dit pas un mot de la question des colonies (de même d’ailleurs que la constitution montagnarde). Peut on en conclure, selon l’accusation de Milscent, qu’il s’agit d’un moyen de perpétuer une dichotomie entre une métropole où régnent les droits de l’homme et des colonies esclavagistes ? Il nous semble plutôt que parler des colonies aurait introduit une distinction dans la définition des droits de l’homme, alors que l’argumentation anti-esclavagiste reposait sur la mise en lumière d’une contradiction entre la déclaration universelle des droits de l’homme et l’esclavagisme aux Antilles.

Auteur

Dockes Pierre
Professeur de sciences économiques, université Lumière – Lyon 2. Directeur de l’UA CNRS A. et L. Walras.
Auteur de La Libération médiévale, Flammarion, 1978 ; Rythmes économiques, La Découverte, 1983 ; L’Histoire ambiguë, PUF, 1988. Co-éditeur des Œuvres complètes d’A. et L. Walras, Economica, 1987.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search