Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Prémices

De la révolution scientifique a la révolution culturelle

L’enseignement de l'économie politique a l'âge des lumières

Jacqueline Hecht

Texte intégral

"Cette science de laquelle dépend le bonheur du monde et le destin de toutes les autres sciences".
Dupont de nemours, 1768

"Le but de l'économie politique est d’assurer le bonheur de la génération présente et des générations futures"
A.-T. Vandermonde, 1795

1Alors qu'il procédait à ses expériences au sommet du Dôme de Pise, ou lorsqu'il se débattait face au Tribunal de l'Inquisition, Galileo Galilei ne soupçonnait sans doute pas que, tel Sigmund Freud débarquant, trois siècles plus tard, en Amérique, c'était la "peste" qu'il apportait à ses contemporains. Et il ne pouvait non plus imaginer qu'il allait contribuer à faire naître une science nouvelle, fruit tardif de sa conception révolutionnaire de l'Univers et des lois qui le régissent.

2L'émergence de l'économie politique est en effet l'une des résultantes lointaines, dans le domaine des disciplines morales et politiques, de ce que l'on a pu appeler la Révolution galiléenne. Avec l'entrée en force de l'astronome et physicien italien dans le monde de la connaissance, une nouvelle ère avait commencé. Les vieux mythes explicatifs avaient éclaté et, grâce à l'utilisation d’un langage inédit, le langage numérique, ou chiffré, le monde était démystifié, la rationalité et une nouvelle intelligibilité avaient pu se faire jour.

3Ce que nous entendons démontrer ici, c’est tout d'abord comment la mathématisation du monde inaugurée par Galilée conduisit par la suite Bacon et Descartes à élaborer les sciences de l'homme et de la société, ou sciences morales et politiques, ainsi nommées par analogie avec les sciences de la nature, sciences exactes et sciences physiques ; puis comment, à cette révolution scientifique, a répondu une révolution politique qui, dès le XVIIe siècle, a incité les Etats modernes, en voie de centralisation et d"'absolutisation", à se constituer un corps choisi d'experts de l'administration, comme les a nommés J.A. Schumpeter ("consultant administrators") ; et enfin comment, grâce à une troisième révolution, culturelle et pédagogique, une discipline sans antécédents, baptisée "Economie politique", s'est progressivement introduite dans les systèmes d'enseignement des différents pays européens, dont la France, selon des modalités diverses n'excluant pas de multiples similitudes.

I - LA REVOLUTION SCIENTIFIQUE : DE LA MATHEMATISATION DU MONDE A SA TRANSFORMATION

Le triomphe du chiffre

4A partir de la Révolution galiléenne, le chiffre est devenu le maître de l'Univers, la clé qui permet de pénétrer ses mystères et, par là même, de les dominer. A l'âge des Lumières, le triomphe du nombre est à peu près absolu, et, avec l'Arithmétique morale proposée par Buffon, comme avec la Mathématique sociale élaborée par Condorcet juste à la veille de la Révolution, il semble désormais possible de peser sur l'ordre des choses et de le modifier. Les mathématiques deviennent le paradigme de la connaissance exacte et rationnelle, la Nature elle-même est assimilée à une extraordinaire machine à calculer et Dieu apparaît comme le Calculateur suprême, infini et précis. La plupart des observateurs de la réalité sociale assuraient qu'avec de bons chiffres on ne pouvait faire que de la bonne politique. Fontenelle devait ainsi affirmer en 1713 à la suite de William Petty : "enfin il est certain, et les peuples s'en convaincront de plus en plus, que le monde politique, aussi bien que le monde physique, peut se régler à beaucoup d'égards par poids, nombre et mesure", d'autant que "la nature des affaires ne demande pas la précision géométrique".

5Cette quasi certitude n'allait pas sans une certaine naïveté dans le cas de Süssmilch, qui apercevait la main cachée de Dieu dans n'importe quelle régularité, alors qu'un "vrai géomètre" (d'Alembert) déplorait que l'on eût cherché à réduire au calcul jusqu'à l'art de guérir, et refusait de se servir de la théorie des probabilités pour décider s'il fallait pratiquer ou non l'inoculation de la petite vérole. Au sein des mathématiques, c'étaient pourtant le calcul des probabilités et la loi des grands nombres qui semblaient les mieux adaptés aux sciences humaines. Loin de suivre Locke, qui croyait que la probabilité n'était rien d'autre qu'une certitude défaillante, une connaissance moins que certaine, Leibniz, qui jouera un si grand rôle dans l'histoire de la statistique et de la démographie, pensait qu'elle en représentait, au contraire, le prolongement et l'élargissement. Kant lui-même, peut-être sous l'influence de Süssmilch, voyait dans la loi des grands nombres le moyen de découvrir, sous la masse irrégulière et confuse des phénomènes particuliers, un ordre général, régulier et constant. Quant à Condorcet, il estimait que la mathématique sociale consistait à choisir entre des propositions vraisemblables et à évaluer leur degré de probabilité. Bien qu’elle ne fût qu'à ces débuts, cette méthode était, selon lui, parfaitement applicable aux sciences morales.

6Ainsi les mathématiques permirent-elles de mettre l'Univers en équation, et la nature de l'Homme commença à être envisagée comme un aspect de la nature des choses. Ce n'est cependant que lorsque l'étude de la Nature put se débarrasser de ses vestiges transcendantaux et théologiques qu'elle acquit enfin un caractère scientifique, et qu'elle put progresser rapidement. Le langage chiffré ou mathématique apparut comme le seul moyen susceptible, désormais, de conférer aux sciences morales et politiques le même statut et la même certitude qu'aux sciences physiques, et le recours aux méthodes de la philosophie expérimentale comme la manière la plus sûre de découvrir les lois de l'organisme humain, assimilé à une machine.

De la "Staatenkunde" à l'allemande à l'"Arithmétique politique" à l'anglaise

7Dès que ces principes furent généralement adoptés, c'est-à-dire à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, d'une manière concomitante, sinon dans une relation directe de causalité, on entreprit de les appliquer. Les différentes espèces de sciences qui nous intéressent ici commencèrent à s'élaborer, et leur objet comme leurs méthodes s'affirmèrent progressivement. L'une après l’autre, la Statistique, ou plus précisément la Staatenkunde à l'allemande, puis l'Arithmétique politique à l'anglaise, et ses deux filles jumelles, la Démographie et l'Economie politique, firent leur entrée sur la scène scientifique en Europe.

  • 1 Sur Jan de Laet, voir ci-dessous.
  • 2 Ce mot, selon Achenwall lui-même, venait de l'italien "Stato", Etat, et de "Statista", spécialiste (...)

8La première d'entre elles fut la Statistique, dont on peut déjà trouver l’origine dans les cent cinquante-huit monographies rédigées par Aristote, ou, plus près de nous à travers le temps, dans les "Petites républiques" préparées par les deux Blaeu et Jan de Laet1 pour les frères Elzevier, qui les publièrent à Leyde en trente-six volumes de 1624 à 1640. Cette discipline, comme chacun sait, se bornait au départ à décrire les principales caractéristiques d'un Etat, d'une manière purement qualitative. On peut cependant voir dans cette sorte de géographie humaine la première incarnation des sciences politiques et économiques. Elle était liée, surtout depuis Machiavel, au développement d'une science politique positive, et elle fut la première à faire l'objet d'un enseignement spécifique dans les universités allemandes avec H. Conring à Helmsted depuis 1660 et J.A. Bose à Iéna en 1661-1662, puis à Gœttingue où, grâce à G. Achenwall, à partir de 1748-1749, la vieille Notitia Rerum Publicarum ou Collegium politicum-statisticum, en allemand Staatenkunde, essentiellement descriptive, fit place à la Statistik2 ainsi nouvellement dénommée. L’étude quantitative des faits sociaux pouvait commencer.

9A peu près à la même époque qui vit naître la Staatenkunde, une tendance totalement différente se fit jour en Angleterre. Au cours des années 1660, une fermentation scientifique sans précédent avait abouti à la fondation de la Royal Society, et, parmi le groupe des "virtuosi" qui contribuèrent à sa création, deux personnages originaux devaient se distinguer en créant, sous l'égide de la pensée baconienne, une discipline au titre révélateur : Arithmétique Politique ("Political Arithmetick"), soit un autre nom pour la mathématisation sociale. Telle qu'elle était définie par Sir William Petty (1623-1687), l'arithmétique politique, visait à rendre les réalités sociales et économiques compréhensibles en utilisant une méthode strictement quantitative, c'est-à-dire en recourant aux nombres, poids et mesures.

10Petty usait d'arguments donnés par les sens et ne prenait en considération que les causes d'origine évidemment naturelle. Et, dans son Anatomie politique, il se référait également à Bacon pour comparer ou même identifier l'organisme politique à l'organisme naturel. Près d'un siècle plus tard, l'article "Arithmétique politique" de l''Encyclopédie devait confirmer que cette mathématique appliquée portait sur des recherches utiles pour gouverner les peuples et que ses découvertes résultaient de calculs fondés sur des expériences solides.

11A la différence de la Staatenkunde, l'arithmétique politique ne bénéficia pas d'un statut universitaire, ce qui explique en partie sa stagnation et la résistance qui lui fut opposée en Allemagne. A partir de son concept et de sa méthode, deux branches différentes devaient cependant naître et s'épanouir, l’une concernant la population, l'autre l'économie. Le désir de dénombrer les hommes remontait très loin dans le temps, et l'on pourrait citer de nombreux exemples de recensements et d'énumérations entrepris par les autorités politiques soucieuses d'évaluer les fondements de leur pouvoir financier et militaire.

  • 3 Dépôt au greffe du juge royal (bailliage) du second registre annuel des mariages, baptêmes et sépu (...)

12Parallèlement, alors que la tenue d'un "registre des âmes" datait au moins du XIVe siècle et qu'elle devait être officialisée au XVIIe (Liber status animarum), l'Eglise catholique, surtout depuis la Réforme, avait senti l'urgente nécessité d'inscrire les baptêmes et autres événements démographiques dans les registres paroissiaux, non seulement pour prévenir les unions incestueuses ou consanguines, mais aussi pour prouver la catholicité des membres de la communauté. Bientôt, cependant, le pouvoir politique laïque chercha à disposer d'une aussi précieuse documentation, et en France, par exemple, plusieurs ordonnances, depuis Villers-Cotterêts (1539, pour les baptêmes et décès), et Blois (1579, pour les baptêmes, mariages et décès), obligèrent les prêtres à tenir un double registre, dont l'un était destiné aux autorités civiles (ordonnance de Saint-Germain, 1667, et Déclaration royale de 1736)3. En Angleterre, à l'occasion des épidémies de peste, des bulletins de mortalités avaient commencé à être remplis dès 1532 sur l'ordre de Henri VIII. Devenus progressivement plus réguliers et plus complets, ils finirent par constituer une mine inexplorée d'informations démographiques.

13A l'époque de la Renaissance, le développement du capitalisme financier entraîna une première comptabilisation des événements humains pouvant produire un intérêt, ou susceptibles d'entraîner des pertes monétaires. Mais un phénomène beaucoup plus révolutionnaire devait intervenir à la fin du XVIIe siècle. Pour la première fois peut-être dans l'histoire, des phénomènes aussi mystérieux que les décès, tout d'abord, puis aussi difficiles à évaluer que les naissances ou les mariages, étaient dorénavant relevés et analysés en dehors de toute considération théologique ou morale. La Mort n'était plus un événement religieux, le passage vers la vie éternelle, c'était un événement naturel et humain qui pouvait être soumis à l'observation comme tout autre fait physique.

14Le responsable de cette révolution fut John Graunt (1620-1694), l'ami et complice de Petty, auteur des importantes Observations naturelles et politiques [...] sur les Bulletins de mortalité (1662). Sir Francis Bacon considérait les sujets traités dans ses discours sur la vie et la mort comme de l'histoire naturelle. Graunt pensait humblement lui-même que ses observations relevaient elles aussi de l'histoire naturelle. En construisant ce qui peut être considéré comme un modèle, un archétype de la table de mortalité, il répondait sans doute, comme par la suite Halley, à des motivations utilitaires — calculer le plus correctement possible le montant des rentes viagères, étant donné les chances de survie à chaque âge —, mais il poursuivait aussi un pur objectif scientifique et, plus ou moins consciemment, portait un coup de grâce à la conception théologique de la mort.

15Donc, dès ses origines, la démographie se révélait être une physique sociale fondée essentiellement sur des données chiffrées, présentées sous forme de tableaux.

L'émergence de l'analyse économique

16Enfin, last but not least, parmi les sciences morale et politiques qui apparurent à la fin du XVIIe siècle, l'économie politique, ainsi baptisée par le français Antoyne de Montchrestien (1576-1621) dès 1615. Si donc la statistique était d'origine allemande et italienne, et si l' arithmétique politique venait d'Angleterre, l'économie politique semble être un produit du terroir français. Mais assez curieusement, cette discipline ne se forgea que tardivement par rapport à la pensée politique désacralisée par Machiavel. Une science économique ne pouvait en effet se constituer qu'à partir du moment où le monde, la société et l'homme étaient envisagés d'un point de vue naturaliste, et non plus religieux, et lorsque l'on commença à admettre que l'univers économique était un univers en soi, réglé par des lois spécifiques qui devaient être étudiées en tant que telles.

17Des contributions fondamentales furent apportées, à la fin du XVIIe siècle, en Angleterre et en France, par Petty et par Boisguilbert, pionniers dont les intuitions fulgurantes devaient commander toute l'évolution de la future science. En dépit de ces brillantes exceptions et de quelques autres, il fallut attendre le début et surtout le milieu du XVIIIe siècle pour voir se former une discipline autonome, et apparaître de nouveaux spécialistes qui, en tant que groupe, imitant sans le savoir les Innuit ou Esquimaux, qui se nomment eux-mêmes les "Hommes", monopolisèrent à leur propre intention le terme générique d'économistes. Mieux valait tard que jamais.

18En tout état de cause, l'élaboration progressive d'une véritable science économique, avec ses propres objectifs, ses propres méthodes et ses spécialistes, est l'une des caractéristiques les plus importantes et les plus significatives des Lumières, véritable âge d'or de l'économie. Une autre étape fut franchie lorsqu'autour des années 1750, la discussion politique, économique et démographique dépassa les cercles d'initiés pour pénétrer les milieux profanes, c'est-à-dire quand la parution de l’Esprit des Loix (1748) suscita des débats passionnés sur la place publique et que la nation française, rassasiée d'opéras et de comédies, selon le mot de Voltaire, se mit à raisonner doctement sur les blés.

Une science de la richesse et du bonheur

19Il n’est pas question de donner ici une analyse exhaustive et détaillée de ce qu'était l'économie politique à l'âge des Lumières. Soulignons simplement certaines de ses caractéristiques générales, celles qui peuvent se retrouver dans la plupart des exemples nationaux.

20Tout d'abord, qu'est-ce alors que l’économie ? D'après Diderot (article "Agriculture" de l'Encyclopédie), la nouvelle science expose avec évidence l'ordre naturel de la société et les lois naturelles qui sont les plus avantageuses aux hommes réunis en société. Si la philosophie sur le trône voulait un jour donner un code au bonheur de l'humanité, c'est là qu'elle devrait puiser sa législation. Dans cet ordre, pour la connaissance duquel, selon Le Mercier de La Rivière, la Nature nous a donné une portion suffisante de lumière, tout est bien, et nécessairement bien, et le bonheur des uns ne peut s'accroître que du bonheur des autres. Selon Dupont,, jusqu'à la Physiocratie, la science économique n'était qu'une science conjecturale qui ne permettrait de raisonner que par induction. Mais, depuis l'invention du Tableau économique, "cette science est devenue une science exacte, dont tous les points sont susceptibles de démonstrations aussi sévères et aussi incontestables que celles de la géométrie et de l’algèbre''. L'invention de cette formule doit donc être considérée comme "le complément de la science de l’économie politique". Matrice de la comptabilité nationale, le "ziczac" donne un tableau global et chiffré de l'activité économique d'une nation.

21Néanmoins, cet optimisme fut légèrement tempéré par Condillac qui, en 1776, c'est-à-dire deux ans après la mort de Quesnay, déclara dans son Essai sur le commerce et le gouvernement que le langage de la science économique était encore à créer. "Chaque science demande une langue particulière, parce que chaque science a des idées qui lui sont propres". Il serait nécessaire de commencer par faire cette science ; "mais on commence par parler et écrire, et la langue reste à faire. Voilà où en est la science économique. C’est, entre autres choses, [...] à quoi on se propose de suppléer".

22Cette définition n'indique pas seulement le degré d’avancement de la science. Elle révèle aussi une nouvelle conception de l'homme et du monde qui entrent dans une ère en expansion. L'univers clos et immuable du Moyen Age, caractérisé par la pénurie des biens et la limitation des échanges, avait fait place, depuis la Renaissance, à un monde ouvert et à une économie en développement. Grâce au progrès technique, à la révolution agricole et à la division du travail, la production de biens s'était accrue et ce qui était luxe pour quelques privilégiés ("some happy few") était devenu le bien commun de tous. Donc l'explosion scientifique et culturelle des Lumières reflétait bien le "décollage" ("take off") économique et démographique du siècle.

23La preuve était ainsi faite qu'une action de l'homme sur la nature était possible, et que cette action était efficace et féconde. Par son travail créateur, l'homme transformerait le monde et, se transformant lui-même, instaurerait le Paradis sur terre. Tout homme œuvrant pour lui-même œuvre, en recherchant son intérêt personnel, pour le bénéfice de ses semblables, et l'intérêt de l'un est l'intérêt de tous. Même les vices privés conduisent au bien public et, dans cette vision idyllique des choses, il n'y a pas de place pour une compétition acharnée ni pour une lutte entre les individus ou les classes. L'échange exprime la solidarité qui relie les hommes, et l'harmonie des intérêts est préservée par la "main invisible" ou la "main cachée" de la Providence, qui ne cherche que le bien de sa créature. A cet éloge du travail et de l'activité productive engendrée par l'intérêt privé, les économistes du temps ajoutaient généralement une apologie de la propriété, dans laquelle ils voyaient le résultat légitime d’un travail incessant et qui représentait à leurs yeux un droit naturel, même si certains d'entre eux avaient parfaitement conscience que son origine n'était pas toujours aussi innocente qu'ils l'affirmaient.

24Quant au problème de la population, ils l'envisageaient de manière optimiste, l'ancienne confiance en Dieu étant renforcée ou remplacée, au XVIIIe siècle, par la nouvelle foi dans la Nature, sa bienveillance et sa prodigalité. Ainsi, soit Dieu, soit la Nature, fournirait toujours suffisamment de moyens de subsistance à une humanité stationnaire ou en expansion, et l'équilibre serait toujours sauvegardé. Dans cette phase de croissance économique, l'exaltation d'un "état progressif", "cordial" et "joyeux", selon Smith, pour toutes les classes sociales, exprimait la confiance envers le Créateur qui a tout ménagé de façon à donner la plus grande quantité de bonheur au plus grand nombre d'hommes, selon la formule même de l'utilitarisme.

25Donc l'économie apparaissait comme une science du bonheur et presque comme une sorte de célébration religieuse. C'est seulement à la fin du siècle, après les vicissitudes de la Révolution, que le désenchantement surviendra, que Dieu le Père ou Mère Nature fera place à une entité indifférente, ou même cruelle, qui donnera à l'intrus l'ordre de s'en aller quand tous les sièges du banquet seront occupés. Le pessimisme envahira alors ce qui était naguère une "gaya scienza" ou science du gai savoir, pour la transformer en une science tragique ("dismal science").

De la nécessité d'une administration compétente

26Parallèlement à l'évolution scientifique qui devait mener à la constitution des sciences morales et politiques, dont la science économique, une véritable révolution avait transformé les petits pouvoirs féodaux dispersés, qui ne connaissaient guère de problèmes administratifs, en Etats centralisés et unifiés, qui devaient prendre rapidement conscience des réalités économiques et sociales. Pour évaluer et gérer leurs ressources, pour organiser leurs activités industrielles et commerciales, pour dénombrer leurs sujets et recruter leurs armées, ces Etats devaient réunir des informations aussi nombreuses et précises que possible ; pour aider les gouvernements à prendre des décisions, puis à les appliquer, il leur fallait s'assurer un corps de conseillers compétents, et de fidèles exécutants. Face à la masse informe de données matérielles et humaines qui constitue la réalité sociale, les administrateurs devaient procéder à une rationalisation qui rendrait le monde plus compréhensible et plus maniable. La raison pratique représentée par l'administration correspondait à la raison théorique des philosophes, mais d'une manière certainement moins utopique et plus concrète. Si l'homme veut maîtriser la nature, il doit en dévoiler les secrètes lois. De la même manière, si les gouvernements veulent diriger les mécanismes sociaux et économiques, ils doivent savoir comment ils fonctionnent. Donc le désir d'une connaissance pure et désintéressée répondait aussi à de puissants besoins politiques, d'autant que les nouveaux Etats souhaitaient faire étalage de leurs progrès économiques et de leur puissance militaire sur la scène internationale. D'où la nécessité pour eux, de s’entourer d’une bureaucratie de plus en plus étoffée, dotée des connaissances économiques indispensables et appelée à les exercer sous le "contrôle général" ou la supervision d'un haut fonctionnaire. Ce "grand commis", qui serait le bras droit du souverain, appliquerait fidèlement sa politique, s'il ne l'élaborait pas lui-même.

27Maint philosophe, au temps des Lumières, rêvait d'un "homme de génie" (Helvétius), ou d'un "habile ministre" (Fontenelle), susceptible de rassembler toutes les données disponibles et de prendre les décisions les plus raisonnées. En fait, dès la fin du XVIe siècle, les souverains français, par exemple, avaient confié cette tâche à un Premier Ministre ou à un Contrôleur général des Finances. La première personnalité marquante fut Sully, qui eut déjà l'idée d'un Bureau central de recherche et d'information ou "Cabinet d'archives" (1595), et qui publia un ouvrage significativement intitulé les Œconomies royales. Puis Richelieu, Mazarin et surtout Colbert tentèrent, l'un après l'autre, de faire accéder le royaume à la modernité. Mais c'est peut-être Turgot qui, avant Necker, répondit le mieux au modèle de l'"habile ministre". Turgot, qui était à la fois un homme de pensée et un homme d'action, qui fut l'ami des Encyclopédistes, des physiocrates et des futurs Idéologues, était convaincu que "les vérités des sciences morales et politiques sont susceptibles de la même certitude que celles.[...]des sciences physiques", et même des sciences qui "paraissent approcher de la certitude mathématique". Intendant à Limoges en 1761, ministre de la Marine en 1774, chargé du Département des Finances du 24 août 1774 au 12 mars 1776, Turgot chercha à gouverner d'abord sa généralité, puis le royaume de France, d'une manière "géométrique", en se fondant notamment sur la statistique et les enquêtes. Néanmoins, un grand ministre ne suffisait pas, il devait être épaulé par une multitude de petits ou moyens fonctionnaires suffisamment avertis des problèmes politiques, économiques et démographiques du pays. D'où la décision prise soit par le souverain, soit par d’autres autorités publiques, religieuses ou privées, d'introduire un enseignement spécialisé dans les systèmes nationaux d'enseignement. Ainsi, après la révolution scientifique, une révolution politique devait ouvrir la voie à une révolution culturelle et pédagogique.

II - DE LA REVOLUTION POLITIQUE A LA REVOLUTION PEDAGOGIQUE : L'INTRODUCTION DE LA SCIENCE ECONOMIQUE DANS L'ENSEIGNEMENT

Les "Staat-und Kameralwissenschaften" allemandes

28Avant de donner quelques exemples nationaux, il nous faut souligner que ce n'est pas dans la France des Lumières que l'enseignement des sciences politiques et économiques s'est introduit en premier lieu. En 1762, J.-J. Rousseau devait ainsi déplorer que dans ce royaume, si vaste, il n'y eût pas "une seule chaire de droit naturel" : les Français sont le seul peuple de l'Europe qui ait regardé cette étude comme n'étant bonne à rien. Ce n'est en effet qu'en 1775 que le droit des gens fit son entrée à l'Université.

  • 4 Voir par exemple Johann Colerus (1566-1639), pasteur à Parchim, Œconomia ruralis et domestica, 159 (...)
  • 5 Francfort et Leipzig, 2e éd., 1717.
  • 6 Voir également Curieuser und nachdencklicher Diseurs von der Œconomia und von guten Œkonomis, par (...)

29Par contre, dès la fin du XVIIe siècle, les pays germaniques de confession luthérienne, qui avaient entrepris la rationalisation de leur administration, s'étaient ouverts aux nouvelles disciplines, frayant la voie au despotisme éclairé. L'économie, sans faire l’objet d'une formation spécifique, n'en était pas moins enseignée par les professeurs de droit naturel et de philosophie morale, et toute une littérature sur la Kameralistik (art de bien diriger l'Etat), s'était développée au XVIIe siècle en Allemagne, parallèlement à la Hausväterliteratur, consacrée à la gestion du domaine privé ou ménage (administration domestique)4. Au XVIIIe siècle la Kameralwissenschaft opère la synthèse entre ces deux disciplines. Elle s'adresse alors aux administrateurs chargés de la gestion du domaine public, et le discours caméraliste prend ainsi une tournure pédagogique. Dès 1717, Anastasius Sincerus (pseudonyme de Christoph Heinrich Amthor, 1678-1721), dans son Project der Œkonomik in Form einer Wissenschaft5 (Francfort et Leipzig, 2e éd., (1717)), indique que la nouvelle science doit être enseignée dans les universités par des personnalités qualifiées6.

30Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, ce genre de formation avait débuté par l'enseignement du droit, surtout du droit civil et du droit naturel avec Samuel von Pufendorf (1632-1694) à Heidelberg en 1660. Pufendorf devait enseigner ensuite le droit naturel à Lund, en Suède, de 1667 à 1676. L'Etat est pour lui l'expression du bien commun. Souhaitant légitimer l'absolutisme, Pufendorf affirme que l'ordre et l'Etat sont donnés indirectement à l’homme par Dieu, mais qu'ils présupposent un contrat social. Quant aux Staat-und Kameralwissenschaften (sciences d'Etat et sciences camérales), leur connaissance était longtemps restée secret d'Etat. A la fin du XVIIe siècle, le tabou fut levé, et leur enseignement put commencer avec Ludwig von Seckendorff (1626-1692) qui, en 1655, proposa d'analyser un Etat allemand typique ("Teutscher Fürstenstaat").

31D'après Meusel, les sciences d'Etat ("Politische und Kameralwissenschaften") sont celles qui traitent de la production et de l'administration de tout ce qui contribue au bien-être et au bonheur des hommes. Quant à la science économique proprement dite, elle porte sur l'agriculture, l'industrie, le commerce et la technique, c'est-à-dire qu'elle repose sur la connaissance scientifique de la transformation des produits naturels.

32Le premier enseignement de science politique fut donné par le médecin Herman Conring (1606-1681) à Helmsted à partir de 1650, et en 1660, Conring fut le premier à faire de la statistique descriptive ou Staatenkunde une discipline universitaire annexée à la politique (Collegium politicum-statisticum - 1660 ; Examen rerum publicarum totius orbis — 1677). Conring, qui était d'origine hollandaise, avait été dans sa jeunesse l'ami de Jan de Laet (1590-1649) — le géographe et philologue flamand, directeur de la Compagnie des Indes, qui avait participé à la publication des "Petites républiques" —, et il avait étudié à l'origine à l'université de Leyde : la filiation entre la vieille statistique d'Aristote et des Elzevier et la nouvelle discipline qui commençait à se dessiner apparaît ici en pleine lumière. Les élèves de Conring devaient ensuite diffuser ses principes et ses méthodes en Europe. Ainsi Phlipp Andreas Oldenburger, juriste et publiciste allemand (né à Celle, mort en 1678 à Genève), auteur entre autres d'un Thesaurus rerum publicarum in totius orbis quadripertitus publié à Genève en 1675, et faussement attribué à Conring ; ou bien Johann Wilhelm von Gœbel (1683-1745) - auteur de Orationes tres. I.... De firmissima reipublicae fundamento... (Helmstadi, 1725) - à Braunschweig en 1730. En 1672, Helenus Politanus ou Politien (pseudonyme) devait également publier un Microscopium statisticum : quo status Imperii romano-germanici cum primis extraordinarius, ad vivum repraesentatur... (Francofurti ?) anno 1672. L'adjectif "statistique" est donc à cette date devenu courant, le substantif est encore à venir. La traditionnelle Notitia rerum publicarum a toujours droit de cité. Ainsi à Iéna le polyhistorien Georg Schubert ou Schubart (1650-1701), élève du philogue Johann Andréas Bose ou Bosse (1626-1674) —qui dispensait depuis 1661 à l'Université de cette ville un cours de statistique—, publia en 1676 une Introductio generalis in Notitiam rerum publicarum orbis universis.

  • 7 Voir J.P. von Ludewig : Die von Sr. kön. Majestat auf Dero Universität Halle, am 14 Juli 1727 neu (...)

33Les premières véritables chaires d'économie politique furent fondées par le gouvernement prussien de Frédéric 1er en 1727, l'une à Francfort-sur-l'Oder, où elle fut confiée à Justus (Jost) Christoph Dithmar (1677-1737), futur auteur d'une Einleitung in die œkonomischen, Policey-und Cameralwissenschaften (Francfort, 1731) ; l'autre à Halle le 14 juillet7, où elle fut attribuée au jurisconsulte Simon Peter Gasser (1676-1745), qui devait y enseigner les principes mercantilistes et publier lui aussi à Halle en 1729 une Einleitung zu den œkonomischen, politischen und Kameralwissenschaften

34Un universitaire d'origine hongroise, Martin ou Marton Schmeizel (1679-1747), devait jouer un grand rôle dans la formation des futurs enseignants de statistique et d'économie. Professeur de droit public et d'histoire à Halle en septembre 1731 jusqu'à sa mort en juillet 1747, il publia notamment une Einleitung zur Staatswissenschaft überhaupt, und zur Kenntniss der... nehmsten Staaten von Europainsonderheit (Halle, 1732) où comme dans son cours, il emploie fréquemment le terme de "statistique" en tant que substantif et souligne l'importance d'une connaissance chiffrée, notamment de la population. Mais il ne donne cependant lui-même aucun chiffre, non plus que dans le manuscrit fragmentaire du cours qu'il avait donné à Iéna en 1725-1726, sous le nom de Collegium politicum-statisticum, vulgo statistica.

35Du vivant même de Schmeizel, l'université de Gœttingue, future capitale européenne de la statistique devait être fondée en 1734 par George II, roi d'Angleterre et de Hanovre, pour accueillir les étudiants destinés aux affaires publiques et leur enseigner l’économie et la statistique. Dès 1748-1749, Gottfried Achenwall (1719-1772), qui avait été l'élève de Schmeizel à Halle et qui venait de publier Notitiam Rerum Publicarum (Gœttingue, 1748), Abryses der Staatswissenschaft der europäischen Reiche (Gœttingue, 1749), et Staatenkunde, vulgo Statistica (Gœttingue, 1749), définissait la statistique comme une description d'Etat chiffrée, et la Staatwissenschaft, ou science de l'Etat, qui menait à la Staatsklugheit, ou art de gouverner (Staatsklugheit nach ihren ersten Grundsätzen, Gœttingue, 1761), comme l'étude de tout ce qui est utile ou désavantageux pour la prospérité de l'Etat. A cet effet, il convient, selon lui, de choisir les phénomènes les plus importants et les plus caractéristiques (Staatsmerkwürdigten) ; l'économie ne peut être dissociée de la science politique, car elle constitue le pilier de la puissance et de la richesse de l'Etat. Quant à l'administration et aux finances, elles étaient enseignées séparément sous le nom de Kameralwissenschaften.

36Ce sera finalement à celui qui fut l'élève d'Achenwall à Gœttingue à partir de 1761, et qui sera son successeur à la même chaire en 1772, August Ludwig Schlözer (1735-1809), qui avait poursuivi des études de théologie et qui avait été également le disciple de Linné, qu'il reviendra d'introduire les données numériques et l'arithmétique politique à la chaire de Gœttingue (édition des Statsanzeigen, Gœttingue, 1782-1793 ; et Theorie der Statistik Gœttingue, 1804).

  • 8 Karl Gottlob Rössig (1752-1806), auteur d'une Versuch einer pragmatischen Geschichte der Œkonomie, (...)

37A Leipzig, Georg Heinrich Zincke (1692-1768), fondateur des Leipziger Sammlungen von Wirtschafftlichen - Polizey - Cammer - und Finantz-Sachen (1745-1767), enseigna sur des sujets économiques de 1740 à 1745. Une chaire d'Œconomia et Œconomia et cameralium ne fut fondée en cette ville qu'en 1764 pour relancer l'économie de la Saxe. Elle fut confiée à Daniel Gottfried Schreber (1708-1777), professeur de "Landwirtschaft" et de "Cameralistik", auteur de Zwei Schriften von der Geschichte und Nothwurdigkeit der Cameralwissenschaften (Leipzig, 1764), sans consultation préalable avec l'Université, qui arguait que l’économie était déjà représentée par le professor moralium et politices8.

38Des facultés spécialisées (Kameralfakultäten) seront encore créées à Giessen en 1777 (celle-ci sera confiée à J.B.F. Hermann) et à Mayence en 1782, de même que des Kameralinstitute à Marbourg et à Rinteler en 1789.

La "Hoheschule" de Kaiserslautern et l'introduction de l'économie politique à Heidelberg

39En 1728, cependant, l'archéologue Samuel Friedrich Bucher (1692-1765), recteur de l'Ecole de Zittau, avait réclamé la création de Sociétés pour l'enseignement du commerce et de l'agriculture, sur le modèle de la Société anglaise fondée en 1690 (en Irlande, la Société de Dublin sera fondée en 1736, en France, celle de Rennes en 1756). Des institutions spécialisées voient ainsi le jour en Allemagne. Le jurisconsulte Johann Jacob Moser (1701-1785), professeur de droit à Francfort en 1736, auteur de Gesammelte und zu gemeinnützigen Gebrauch eingerichte Bibliothec von œconomischen-, Cameral-, Policey-, Handslungs, Manufactur...Schrifften und kleinen Abhandlungen, Ulm, 1758, inaugure une Staats-und Kanzley Akademie à Hanau en 1749 pour préparer les jeunes gens à la carrière administrative.

  • 9 Petite ville de 2500 habitants située non loin de Heidelberg.
  • 10 J.G. Darjes, Erste Gründe der Cameralwissenschaften. Iena, 1756.
  • 11 J. Beckmann. Ueber Einrichtung der ökonomischen Vorlesungen, Gœttingue, 1767. Physikalisch-œkonomi (...)

40La première société allemande de type anglais fut la Thüringische Landwirthsgesellschaft créée en 1763 par un groupe de gentlemen farmers. Elle fut suivie en 1764 par la Société économique de Leipzig, puis, en 1769, par la Physikalischœkonomisch Bienengesellschaft zu Lautern9, fondée pour remédier à la désastreuse situation de l'apiculture par Johann Ries, apothicaire du cru, qui deviendra en 1786 le secrétaire de la Société de Leipzig. On peut encore citer la fondation de la Handslungsakademie en 1767-1768 à Hambourg par Johann Georg Büsch (1728-1800), historien et mathématicien, auteur de nombreux ouvrages économiques, et la création de la Handslungs-und Bürgerschule à Berlin en 1791. La Société de Lautem fondée en 1769 fut reconnue officiellement en aoüt 1770. Elle devait avoir pour directeur en cette même année Friedrich Casimir Medicus (1736-1808), botaniste, médecin militaire à Mannheim, et compter parmi ses membres, limités à une vingtaine, le fameux margrave Karl Friedrich de Bade et un futur roi de Bavière. Vers le milieu des années 1770, la nécessité d'un enseignement approfondi se faisant sentir, la Société se transforma en une Académie ou Ecole supérieure (Hoheschule) pour la formation d'administrateurs et d'agriculteurs. Le directeur, Medicus, influencé par l'exemple de Joachim Georg Darjes (1714-1791), professeur de philosophie à Iéna10, et de Johann Beckmann (1739-1811), disciple de Linné à Upsal, professeur de philosophie à Gœttingue en 176611, demanda son avis au professeur de Leipzig, Daniel Gottfried Schreber, qui, dès 1763, avait avancé le projet d'une Académie des sciences économiques. Schreber jugeait en effet préférable de confier l'enseignement des sciences camérales à une académie spécialisée, les universités ne présentant aucune des caractéristiques nécessaires pour en être chargées. Le professeur principal devait être un "Professer der Cameralwissenschaften oder Œkonomik", chargé à la fois d'un enseignement général et d'un enseignement spécialisé (Haushaltungswisssenschaft) et qui était secondé par un professeur de "Manufacture, Fabriken und Commercienwiesen". Sur la recommandation de Schreber, ce fut le Dr. Georg Adolf Succow (1751-1813), professeur de physique, chimie, histoire naturelle et sciences camérales à Heidelberg, secrétaire de la Physikalish-œkonomische Gesellschaft, qui fut nommé premier professeur principal en 1774. Le cours qu'il devait dispenser était surtout de caractère pratique. Ce n'était que durant le dernier semestre que les étudiants étaient instruits en l'art de maintenir et d'accroître la richesse de l'Etat et de découvrir les sources du bonheur du pays. En août 1777, la Kameral-Hohe Schule zu Lautern ouverte le 3 octobre 1774 obtient une reconnaissance officielle, alors même que Wilhelm Gottfried von Moser (1729-1793), le fils de Johann Jacob, auteur des Grundsätze der Forst Œconomie (Francfort et Leipzig, 1757), voulait fonder à Giessen une cinquième Faculté consacrée à la Kameralistik. Le second professeur appointé vers la fin de 1775 fut un ancien étudiant en théologie, Ludvig Benjamin Martin Schmid (1737-1793), auteur d'un compendium, destiné aux étudiants, du livre de Sonnenfels, Ausfürliche Tabellen über die Policey-Handlungs-und Finanzwissenschaft (Mann et him, 1785) ; et le troisième un médecin, le Dr. Johann Heinrich Jung (1740-1817), dit Jung-Stilling, ami de Gœthe, qui, à l'instar de Medicus, devait souligner l'apport positif de l'Ecole quant à l'enseignement des sciences camérales, face aux décevantes tentatives universitaires. En 1776, cependant, Medicus avait proposé que l'Ecole s'installât à Heidelberg et fût associée à l'Université, c'est-à-dire située dans un environnement pour la première fois plus catholique que protestant. Les Jésuites qui, jusqu'en 1777, faisait la pluie et le beau temps à Heidelberg, s'opposaient à l'introduction de toute innovation à l'Université. Leur ordre ayant été aboli par le pape Clément XIV en 1773, le gouvernement favorisa le déménagement de l'Ecole à Heidelberg en 1784. La Société la suivit de près, mais elle disparut en 1792, alors que l'Ecole, en plein développement, fut formellement incorporée à la faculté de Philosophie lors de la refonte générale de l'Université en 1803.

41Schmid et Jung avaient quitté Heidelberg en 1787, le premier pour Stuttgart, le second pour Marbourg (Jung publia des Grundlehre der Staatswirthschaft en 1792). Ils furent respectivement remplacés par J.C. Erb et par Christoph Wilhelm Jacob Gatterer (1759-1838), auteur d'Idéal einer allgemeinen Weltstatistiik (Gœttingue, 1773), qui enseigna la technologie à Heidelberg à partir de 1787.

42Un enseignement continu et structuré en science économique devait donc s'établir à partir de 1784 à Heidelberg depuis un établissement extérieur, et se poursuivre sans interruption au XIXe siècle. Mais ce n'est qu'avec la nomination à la chaire d’économie politique de Karl Heinrich Rau (1792-1870), à l'automne de 1822, que cet enseignement put réellement se développer, car Rau était le premier professeur à bénéficier d'une réelle et solide formation économique.

L'Autriche-Hongrie : de la réforme administrative à la réforme de l’enseignement

  • 12 [Staatswirthschaft, oder Systematische Abhandlung aller œkonomischen und Cameral-Wissenschaften, d (...)

43En Autriche, l'impératrice Marie-Thérèse, alarmée par la nouvelle puissance prussienne, avait tenté de son côté de procéder d'urgence à la modernisation de son Empire et à la centralisation de son administration. Elle avait confié le soin de réorganiser l'université de Vienne à son médecin d'origine flamande, Gerard von Swieten (1700-1772), commentateur des Aphorismes de Bœrhaave. Le fameux Johann Heinrich Gottlob von Justi (1720-1771), qui fut un temps lieutenant de police à Gœttingue, d'où il devait polémiquer avec Süssmilch, participa à cette réorganisation. Il enseigna les finances, la fiscalité, le commerce et l'industrie en 1750 au Collegium Theresianum (académie fondée par l'Impératrice pour l'instruction de la noblesse) et publia en 1755 un ouvrage sur l'Economie politique, ou Traité systématique de toutes les sciences économiques et camérales nécessaires pour gouverner un pays12, où il considérait l’administration de l'Etat comme une économie domestique élargie.

44Mais c'est à un petit-fils de rabbin, le professeur de langues orientales Joseph von Sonnenfels (1733-1817), dédicataire de la "Sonate à Sonnenfels" de Beethoven (il devait connaître ce dernier en 1782 à la loge maçonne dont faisaient également partie Haydn et l'empereur Joseph II), qu'il revint d'enseigner les finances publiques et la science politique (Kameralistik-und Politische Wissenschaften) à la première chaire d'économie politique fondée à Vienne en 1763. Dans ses Grundsätze der Policey, Handlungs-und Finanswissenschaft (Vienne, 1765-1776) — ouvrage qui devait demeurer le manuel officiel de l’empire des Habsbourg jusqu'en 1848 —, il maintient la classification tripartite : "Polizei", "Œkonomie", "Kameralwissenschaft", en faisant cependant du caméralisme prussien, de caractère plutôt pratique, une science plus abstraite de l'administration. L'Etat-Providence (Wohlfahrtsstaat) doit, selon lui, accroître le bien-être général des citoyens, et la population doit être connue avec exactitude grâce aux dénombrements. Dans le second volume de son traité : "Handlungswissenschaft", il enseigne "comment multiplier les fruits de la terre et de l'industrie par un commerce avantageux" ("durch einer Vortheilheften Umsatz"). En 1764, Sonnenfels obtenait deux autres chaires de sciences camérales, l'une au Collegium Theresianum, l'autre à l'Académie de la "Chevalerie Savoyarde".

45En Hongrie, il n'existait au XVIIIe siècle qu'une seule université, fondée en 1635 à Nagyszombat par un jésuite, primat de Hongrie, champion de la Contre-Réforme, et où enseignait, entre autres, Marton Szentivanyi (1633-1705), professeur de théologie, droit canon, mathématiques, etc., et auteur d'Œconomia philosophica (Nagyzombat, 1698), sorte d'encyclopédie populaire relevant de la Hausväterliteratur, dirigée contre les théologiens protestants. En 1723, la Diète souhaita voir s'introduire dans le cursus universitaire, à l'exemple de l'étranger, de nouvelles matières "utiles pour l'Etat et l'administration de l'armée", mais il fallut attendre l'impulsion venue de Vienne pour que ce vœu se réalisât.

46Un décret royal introduisant l'enseignement du droit naturel et des sciences camérales (studium politico-camerale) à l'université de Nagyszombat fut promulgué en octobre 1769. Cette innovation avait pour objet d'une part la justification du pouvoir royal, de l'autre la détermination des droits et devoirs des sujets. L'Université passe désormais sous le contrôle de la monarchie, comme les universités luthériennes. Marie-Thérèse demanda à Sonnefels de sélectionner à Vienne les meilleurs étudiants pour les nommer à des chaires de sciences camérales dans les diverses parties de l'Empire (Prague, Klagenfurt, Fribourg). En Hongrie, Sonnenfels désigna finalement un gardenoble allemand de l'Impératrice, Paul Caspar Ehrenfels, qui, nommé en 1770, n'exerça que deux ans et démissionna en 1772 pour entrer dans les ordres. Son successeur fut Ferenc Gyurkovics. La dissolution de l'ordre des jésuites le 21 juillet 1773 par Clément XIV donna un nouvel élan au plan de réforme de l'enseignement universitaire, codifié par la Ratio Educationis de 1777. L'université de Nagyszombat déménagea à Buda la même année, et la chaire fut transférée de la faculté de Philosophie à la faculté de Droit, plus prestigieuse. En 1784, Léopold II introduisit l'enseignement d'un nouveau style de rédaction administrative (Geschaftsstyl) qui devait substituer l'allemand au latin et au hongrois. Mais ce projet se heurta à de fortes résistances et, à la mort de l'Empereur en 1790, la Diète hongroise rétablit le latin et réclama la mise au point de nouveaux manuels de statistique et de caméralisme "exprimant le point de vue national". Le successeur de Gyurkovics en 1784, le juge Joszef Reviczky, dans son Introductio ad politicam regni Hungariae publiée à Buda en 1790), devait insister sur la nécessité d'accroître la population et de promulguer des lois somptuaires, mais son manuel suivant devait être refusé comme "philosophiquement faible et politiquement dangereux".

47A l'effervescence de la période des Lumières succéda une certaine atonie intellectuelle, et l'enseignement universitaire commença à décliner, malgré l'action d'un Gergely Berzeviczy (1763-1822), auteur anonyme d'une Dissertatio de industria nationale Hungariae (1782), et dont le manuel d’économie politique, Œconomia publico-politica, rédigé en 1819, mais égaré par la censure, ne fut publié qu’en 1902.

La "Staathuishooudkunde" et le "Studium politicum" dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas autrichiens

  • 13 (2e édition, Iéna, 1728 ; 3e éd., Utrecht, 1738, 1739).

48En Hollande, on peut relever dès 1726 la publication à Utrecht, par le philologue allemand Everardus Otto (1685-1756), professeur de droit constitutionnel en cette ville de 1720 à 1739, des Primae Lineae Notitiae Rerum Publicarum13, qui présentaient un compendium statistique sur l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l'Espagne, le Portugal et les Pays-Bas. Achenwall devait louer plus tard cet auteur d'avoir scrupuleusement mentionné ses sources.

49Le premier "professor statisticus" fut le premier professeur d'histoire de la Hollande à Leyde en 1779, A. Kluit (1735-1807), dont le cours fut lu en privé en 1798-1799 à la requête de trois étudiants. Un ensemble de notes prises sur ce cours fut publié en 1806-1807 sous le titre de Leçons de statistique ou "Staathuishoudkunde" des Pays-Bas Unis, devenus le Royaume de Hollande. Après la mort de Kluit en 1807, le roi de Hollande, Louis-Napoléon, institua un cours de Staathuishoudkunde, ou art de gérer le domaine de l’Etat.

50La première référence aux Kameralwissenschaften dans les Pays-Bas méridionaux se trouve dans la Directio pro facultate juridica (1786) de Joseph II, qui tentait d'adapter l'université de Louvain au modèle autrichien, lui-même inspiré du modèle allemand, au sein duquel le droit public et les Kameralwissenschaften jouaient un rôle important. Il n'existait auparavant qu'un enseignement de droit romain classique. Ce n'est que dans les années 1723-1724 et 1753-1756 que l'on tenta d'introduire un cours de droit public.

51En 1765, le conseiller commercial N. Bacon présenta au ministre Coblenz et au département des Finances un mémorandum où il recommandait la création d'une faculté de Commerce à l'Université, mais sans succès.

52Louvain résistant vigoureusement à la création d'un "séminarie Généraal" en 1786, Joseph II décida de transférer l'université de cette ville à Bruxelles le 17 juillet 1788. De nouvelles règlementations s'imposèrent à l'Université (13 septembre 1788) et à la faculté de Droit (20 septembre 1788). Désormais le droit civil et le droit canon fusionnèrent en un seul enseignement. D'après la Directio de 1786, non seulement l’histoire et le droit public devaient être enseignés, mais aussi le Studium politicum (enseignement de la politique, du commerce et des finances suivant la méthode de Sonnenfels à Vienne), et la Notitia praecipuorum Europae regnorum et rerum publicarum (droit public, commerce, richesse, et tout ce qui avait trait au status politicus). Après la révolution du Brabant en 1789, l'Université fut restaurée à Louvain, et les anciens programmes rétablis. Par ailleurs, en 1772, Marie-Thérèse avait fondé à Bruxelles une Académie qui était censée contribuer à la politique économique du gouvernement. Dès 1769, le règlement provisoire de la Société littéraire qui avait précédée l'Académie avait prévu que les arts présentant les plus grands avantages pour le commerce et l'agriculture devaient être encouragés. Une très nette influence physiocratique peut se déceler dans les sujets mis au concours par l'Académie (Classe des Lettres, des Sciences Morales et Politiques), qui traitaient surtout de la richesse des nations, de l'agriculture et de la population. Quant aux fameux mémoires de l'abbé d'origine anglaise Théodore-Augustin Mann (1735-1809), historien, membre de l'Académie impériale de

  • 14 Mémoire sur les moyens d'augmenter la population et de perfectionner la culture dans les Pays-Bas a (...)

53Bruxelles en 176214, ils annoncent déjà les thèses malthusiennes. Malheureusement, le 21 mai 1794, avant même l'annexion des Pays-Bas autrichiens par la France, l'Académie devait tenir sa dernière assemblée, et un décret du 25 octobre 1797 devait dissoudre l'université de Louvain.

La Scandinavie : la chaire d'Upsal et l'Académie de Sore

54En Suède, les événements démographiques étaient enregistrés depuis le début du XVIIe siècle. Cet enregistrement devint général et obligatoire pour tout le pays en 1686. La statistique officielle suédoise fut créée sous le nom de Tabellverket en 1748 et le premier dénombrement individuel fut opéré en 1749. Mais les tableaux étaient marqués du sceau "secret d'Etat" et seul un "Comité du secret" (Sekreta Utskott) y avait accès. L'interdiction fut levée en 1762, quand, sous l'influence du Tabellverket, le gouvernement autorisa la publication des données démographiques dans les recueils de l'Académie des sciences suédoise.

55Quant à l'enseignement des sciences morales et politiques, il avait débuté en 1609 avec la fondation d'une chaire de science politique à Upsal. Le premier "juris et politices professer" fut Johannes Messenius (1579-1636). A la suite des débats politiques et scientifiques qui marquèrent l'âge de la Liberté (1719-1772) en Suède, en 1738, le Conseil des Manufactures et du Commerce (Manufaktur-och Handelsdeputationen) décida d'établir dans la même ville une chaire d'économie politique ("Œconomiae et commercium profession"), avançant que l'entière connaissance du commerce et de la culture était un préalable nécessaire à la "richesse, force et puissance" d'un pays, comme à la formation des fonctionnaires et des futurs dirigeants.

56La Diète de 1738, qui souhaitait rendre la Suède plus commerçante et plus peuplée afin de faire pièce à la Russie, préconisait une politique d'industrialisation forcée. L'Académie des Sciences suédoise fut fondée en 1739 pour favoriser le progrès économique et technique. Mais, de manière assez paradoxale, le grand Linné, qui enseignait depuis 1741 la médecine pratique, puis, à partir de 1742, l'histoire naturelle à Upsal, s'opposa à l'introduction d'une chaire indépendante d'économie politique au sein de la faculté de Droit, arguant que l'étude de la "vie économique" revenait légitimement aux naturalistes.

57La première chaire d'économie n'en fut pas moins créée à la faculté de Droit de l'université d'Upsal en 1741, sous le titre de "Profession jurisprudentiae, Œconomiae et commercium", et son premier titulaire en fut Anders Berch (1711-1774), ancien employé à la Chambre de commerce suédoise (Kommerskollegiet), qui avait publié en 1731 De Felicitate per Œconomiam promovenda et qui devait faire paraître en 1746 sa Politisk Arithmetica (Sâtt at igenom Politisk Arithmetica utröna och Rikens Hushaeldning). Fortement influencé par les caméralistes allemands, Berch divise son sujet en trois parties : Police (fondements religieux, politiques et moraux), Economie (agriculture, mines, commerce), et Caméralisme (impôts et administration). Il définit l'économie comme l'art du ménage ou l'art d'acquérir, d'administrer et de préserver la propriété en vue d'assurer la richesse et le profit de la république. Il souligne les avantages que présente une forte et saine population pour le bénéfice de tous, en revendiquant également le bonheur pour chacun. Comme Petty et Graunt, il réclame des calculs exacts et des chiffres précis : point de devinettes, mais des vérités solides. Son ouvrage devait être traduit en allemand l'année même de sa parution sous le titre : Die Art durch die politische Arithmetik die Haushaltung der Länder und Reiche zu erforschen. En 1747, Berch devait encore publier Inledning till Almänna Hushälningen dont la portée s'exerça pendant près d'un siècle.

58La création de la chaire d'Upsal devait par la suite faire une forte impression sur les physiocrates français qui ne manquèrent pas de se référer à l'exemple suédois pour demander la fondation d'une chaire d'économie politique en France. En 1747 et 1750, deux nouvelles chaires d'économie furent créées à Obo (Finlande) et à Lund, toutes deux au sein de la faculté de Philosophie. A Obo, le premier titulaire fut le professeur d'histoire naturelle et de culture pratique Pehr Kalm (1716-1779) disciple de Linné, futur auteur, en 1748, de Rön öch Anmärkningar uti Naturel historie och Œkonomien gjorde och saende i frän Nouge ["Cours et observations sur l'Histoire naturelle et l'économie"]. A Lund, le premier professeur fut Johann Henrich Burmeister qui semble avoir surtout enseigné la zoologie, la botanique et l'agriculture. Son successeur fut en 1758 Claus Blecher Trozelius (1719-1794), ancien pasteur et lecteur d'économie à Upsal au temps de Berch. Selon Trozelius, l'économie était une science naturelle devant servir à l'amélioration de l'agriculture. Sa chaire fut supprimée en 1786. A Upsal, le successeur de Berch fut en 1770 Pehr Christiemin (1725-1799), qui n'exerça qu'un an, et auquel succéda le propre fils de Berch, Christer Berch (1735-1792). Ce dernier enseigna de 1773 à 1787 et fut ensuite remplacé par Gustaf Flygare (1745-1805). A partir de 1773, la pensée physiocratique, diffusée par des personnalités sans aucun lien avec le monde universitaire, comme l'aristocrate Carl Gustav Scheffer (1715-1786), conseiller de Charles III, Johan Fischerström (1735-1796) ou Andras Wappengren (1751-1813), brasseur et négociant en épices, imposa une nouvelle vision de l'ordre économique, éloignée des conceptions caméralistes.

59Au Danemark, le développement, au XVIIIe siècle, de l'Etat-Nation absolutiste fit bientôt apparaître la nécessité de donner une formation adaptée aux futurs hauts fonctionnaires et hommes politiques. Dès 1735, le gouvernement avait chargé une commission, composée de professeurs d'histoire, de mathématiques et de droit, de préparer un rapport sur la réforme de l'enseignement de l’histoire, de la philosophie morale, de la politique et de l'économie. En 1736, un nouvel enseignement pratique du droit fut ainsi introduit à l'université de Copenhague. En 1741, l'historien Hans Peder (Johann Petrus) Anchersen (1700-1765) publiait sous forme de tableaux une description géographique en latin des principaux pays européens (Description statuum cultiorum in tabulis, Copenhague et Leipzig, 1741) : la statistique tabellaire était née. Six ans plus tard, une académie spécialisée, destinée à une vingtaine de jeunes nobles, était fondée dans la petite ville provinciale de Sore. Cette académie n'avait, à l’origine, aucune relation directe avec l'université de Copenhague. Le premier professeur chargé, en 1748, de l'enseignement de la "politique" (matière recouvrant l'économie, le commerce et le caméralisme) aux futurs hauts fonctionnaires et dirigeants fut l'historien et critique littéraire allemand Johann Elias Schlegel (1719-1749). A sa mort, en 1749, ce dernier fut remplacé par Jens Schnelderup Sneedorf (1724-1764), professeur de "Juris publici et Politices" de 1751 à 1761. Ancien étudiant à Gœttingue, Sneedorf, qui devait publier par la suite Om den Borgerlige Regierung (1757) et Den patriotiske Tilskuer (1761-1763), souhaitait établir les bases théoriques d'un gouvernement absolutiste moderne.

60Les premiers cours de caméralisme furent donnés à l'Académie par le successeur de Sneedorf à Sore, le professeur Andréas Schytte (1726-1777), de 1761 à 1777. Dans les huit volumes publiés sous le titre de Staternes indvortes Regierung de 1773 à 1775, Schytte essayait, sans y parvenir véritablement, de distinguer la gestion générale, ou caméralisme, de la gestion spécifique, ou Vita Œconomica, laquelle traitait de la "police" économique de la ville et de la campagne. Sa principale source d'inspiration était Just. Reprenant la conception mercantiliste traditionnelle, Schytte soulignait l'utilité d'une politique populationniste (encouragement du mariage des militaires et des domestiques) qui favoriserait l’accroissement de la production. Le caméralisme devient avec lui un outil utilisé par le gouvernement au profit de la nation tout entière.

  • 15 Œkonomiscke Tanker til holere Efter Tanke. Copenhague, 1755-1761, neuf volumes traduits en alleman (...)
  • 16 "Untersgninger angaaende Statens almindelige Œconomie". Sore, 1760, IΠ).

61Vers la fin des années 1750, le concept d’œconomia devient courant au Danemark, où il est étroitement associé aux concepts de richesse, de progrès et d'utilité. Le jour de l'anniversaire royal, le gouvernement lança des appels à la publication d’ouvrages sur le bien public. C'est ainsi qu'un ancien officier, Frederick Christopher Lütken (1698-1774 ou 1784) inspecteur des douanes, publia un hymne au travail, à la liberté et à la propriété sous le titre de "Pensées économiques pour une réflexion plus approfondie"15 ; et que Peder Kofod Ancher (1710-1788), professeur de droit à l'université de Copenhague, écrivit en 1759 une longue introduction : "Sur l'utilité du commerce dans la société civile" [Om Handelens Nytte for Borgerlige Stater] pour l'édition danoise de l'Essai de Melon. En 1760, le frère de Frederick Lütken le pasteur Otto Diderick Lütken (1713-1788), ami de Sneedorf, publia également des Recherches concernant l’économie générale de l’Etat16 dédiées aux étudiants de l'Académie, où il traitait des moyens de procurer la richesse générale. L'élément le plus important, selon lui, est bien la population, mais contrairement à Schytte, il estime que c'est l'accroissement de la production qui favorise la propagation, alors que le contraire n'est pas nécessairement vrai. Une politique populationniste inconsidérée peut donc exercer des effets néfastes sur le commerce.

  • 17 Danmarks og Norges Œkonomiske Magazin, Copenhague, 1757-1764, 8 vol.
  • 18 Œkonomisk Journal. Eller maanedlige Samlinger, Copenhague,janvier 1757-juin 1758, 3 vol.

62Il faut également signaler deux importantes publications périodiques : tout d'abord le Magazine économique pour le Danemark et la Norvège17, publié par Erik Ludwigsen Pontoppidan (1698-1764), évêque de Bergen, vice-chancelier de l'université de Copenhague en 1753, et qui devait également faire paraître dans cette ville en 1759, sous le pseudonyme d'Eutrope Philadelphe, un ouvrage traduit en allemand en 1760 sous le titre d'Œkonomische Balance...des Königsreichs Dannemark, seine Einwohner glücklichen zu machen. Puis le Journal économique, ou les Collections mensuelles18 publié par Ole Stokfleth Pihl, futur "Professor Œconomiae" à l'université de Copenhague (1762-1764). E. Pontoppidan avait en effet essayé dès 1756 d'introduire à l'Université un cours sur l'économie théorique et pratique de l'agriculture pour les futurs administrateurs locaux et les futurs pasteurs. En 1761, il obtint la nomination d'O.S. Pihl comme professeur d'économie. Mais celui-ci, n'étant pas rémunéré, quitta sa chaire en 1763.

La Société royale danoise et l'Université de Copenhague

  • 19 Auteur de Etwas vom Caffé Glucksburg, 1784, in-16, 8p.

63L'Université n’en était cependant pas devenue pour autant le centre du débat économique, lequel était encore de caractère très pratique. Ce rôle fut en effet joué par une institution extérieure, la Société royale danoise pour l'amélioration de l'agriculture, fondée en 1769. En 1762, le pasteur économiste Philip Ernst Lüders19 avait déjà créé dans le Schleswig une Königlich-Dänische Acker Academie, et un envoyé officiel du gouvernement, Martin Hübner (1723-1795), avait étudié dans divers pays (France, Angleterre, Hollande) l'organisation de différentes sociétés économiques et patriotiques. D'origine allemande, Hübner, qui avait été nommé professeur de droit et de Kameralwissenschaften à l'université de Copenhague en 1759, et qui devait être choisi comme vice-président de la Société royale en 1769, avait notamment publié en 1756 à Copenhague le Politique danois, où il exprimait des vues mercantilistes très classiques sur la population, l'industrie et l'agriculture.

  • 20 Danske Agerdyrkeres [...]eller vort Landvaesens System, som det ar 1783., Copenhague, 1784.

64En 1770, le Société royale d'agriculture mit au concours divers sujets pratiques ou théoriques très proches de ceux abordés dans le Magazine de Pontoppidan. Elle contribua ainsi à lancer le mouvement connu durant les années 1780 sous le nom de Mouvement de libération des paysans et de réforme agraire. Les mesures préconisées étaient censées accroître à la fois la population et les fruits de la terre. Selon l'historien, économiste et propriétaire foncier Tyge Rothe, très influencé par Adam Smith, Notre système agraire tel qu'il était en 178320, la révolution agraire provoquerait un accroissement sensible de la richesse nationale : "il est inutile de multiplier les fruits de la terre si les consommateurs de ces fruits ne se multiplient pas".

  • 21 Uber die wahren Quellen des Nationalwohlstandes, Copenhague et Leipzig, 1785. Voir aussi Kleine ök (...)
  • 22 Forsog til at udvikle faste Begreb om Arbeide og Handel.,Copenhague, 1787, traduit en allemand la (...)

65La politique économique et sociale du gouvernement devient désormais un objet de discussion et la production individuelle est reliée au bien commun. Deux autres auteurs, tous deux fonctionnaires, traitent alors de l'économie politique générale : l'un, August Adolph Friedrich Hennings (1746-1826), fonctionnaire depuis 1776 au Département d'Economie et de Commerce, relate son voyage à travers la campagne danoise en 1786 dans le magazine politique Minerva et discute le problème de la liberté dans son ouvrage Sur les vraies sources du bien-être national21. Quant à Johan Zœga (1742-1788), attaché au Département des Finances, il publie un essai sur la vraie notion du travail et du commerce22, où il développe une théorie de la valeur fondée sur le travail.

66La réflexion économique devait donc se modifier au cours du siècle, passant d'une étude privilégiée des questions micro et macro-économiques (agriculture et caméralisme) à une approche intégrée de ces deux aspects. Le rôle de l'Etat absolutiste d'une part et de l'Eglise protestante de l'autre fut prédominant à cet égard. L'économie des Lumières devient alors un outil capital dans la politique de réformes.

  • 23 Traduits en danois à Copenhague en 1799.

67Mais, en tant que discipline académique, l'économie n'a jamais pu s'introduire de manière stable à l'université de Copenhague au XVIIIe siècle. Lorsque Pihl quittera l'Université en 1764, sa chaire restera vacante et son successeur Martin Hübner n'enseignera pas l'économie. En 1771, le premier ministre Carl Gustav Struensee (1735-1804), ayant rattaché le Muséum d'Histoire Naturelle et les Jardins botaniques de Charlottenburg à l'Université, le botaniste, médecin et économiste Johan Christian Fabricius (1745-1808), employé au Muséum, suivit cette institution en 1772 à l'Université, où il enseigna par la suite l'économie comme professeur extraordinaire. Mais, étant fort peu rémunéré, il devait rejoindre en 1775 l'université de Kiel (ville rattachée à la monarchie danoise en 1773). Dans ses Anfangs-Gründe der œconomischen Wissenschaften zum Gebrauch academischer Vorlesungen23, à l'inverse de Schytte, il traite d'abord de l'économie rurale, puis urbaine (arts, manufactures, commerce), de la "police" (population, instruction, religion), et enfin du caméralisme (revenus et dépenses). L’économie générale repose sur l'économie rurale et urbaine, et la richesse des citoyens doit précéder celle de l'Etat. L’enseignement économique disparaît avec le départ de Fabricius pour Kiel. Christian Ulrich Ditlevon, baron de Eggers (1758-1813), devenu professeur d'économie en 1785, était censé enseigner le caméralisme, mais il devint professeur de "politique de l'Etat" (Statsrets) en 1788.

  • 24 Grundtrâeck af den practiske Statsœconomie, Copenhague, 1815.

68Avec la modernisation de l'Université en 1788, l'Œconomia et l'Arithmétique Politique (statistique) sont rattachées au département d'Histoire. Un professorat — toujours "extraordinaire" — est confié à Frederick Sneedorf, fils de l'ancien professeur de Sore, qui dispensa son cours dans l'esprit de ses vieux maîtres, Achenwall, Gatterer et Schlözer. Son successeur devait être l'historien Lauritz Engelstoff (1774-1851), lui aussi ancien étudiant à Gœttingue, qui devait préparer le terrain pour la chaire d'économie politique occupée par Oluf Christian Olufsen (1764-1827) en 1815 ; celui-ci introduira donc pour la première fois à cette date l'"économie de l'Etat"24 à l'université de Copenhague, en essayant de combiner la physiocratie à la française et l'économie politique à l'écossaise.

  • 25 En Russie, l'enseignement de l'économie ne fut introduit dans les universités qu'en 1804. Mais, dè (...)

69Toujours est-il qu'au Danemark, au XVIIIe siècle le discours sur l'économie se sera développé en dehors de l'Université.25

De Naples à Catane : les professorats de "commerce" et d"'économie civile" en Italie

70En Italie, la première chaire de "Commerce et mécanique" fut créée à Naples (licence du 16 mars 1754) par le marquis Bartolomeo Intieri (1676-1757), sous l'influence de la "coterie" de Monseigneur Celestino Galiani, oncle du fameux abbé. Ladite coterie avait présenté un projet en ce sens dès 1735. La chaire fondée le 25 mai 1754 par le riche marquis Intieri, inventeur d’instrument agricoles, fut confiée par ses soins à son ami Antonio Genovesi (1712-1769) le 5 novembre 1754, malgré l'opposition du clergé. Intieri avait obtenu qu'après Genovesi, la chaire serait toujours confiée à un laïc, et que l'enseignement se ferait en langue italienne. Genovesi avait professé la métaphysique à Naples de 1741 à 1744, et l'éthique ou "philosophie morale" en septembre 1745. Devenu professeur à vie de "Commerce et mécanique", il ne se bornera pas à enseigner la mécanique appliquée à l'agriculture, mais dispensa à Naples une "science du commerce" à part entière. Ses Lezioni di economia civile furent publiées en 1765. Son successeur, Troiano Odazzi (1741-1794), fut nommé directement par le roi le 13 octobre 1787. Odazi eut pour substitut, en décembre 1793, le père Domenico Genovesi.

71A Milan, la réforme du 3 décembre 1770 permit d'ajouter aux chaires existantes des chaires de droit public, droit pratique et d’économie camérale. Mais la première à être mise en activité fut la chaire d'Economie, confiée en décembre 1768 à un juriste, Cesare Bonesana, marquis de Beccaria (1738-1794), célèbre auteur du Traité des délits et des peines (1764). Dans les derniers mois de l'année 1767, on avait songé à créer à Milan une chaire de commerce pour le jeune marquis. En octobre 1767, Niccolo Pecci avait suggéré d'ajouter une chaire de droit public et une chaire de sciences camérales. Le 11 avril 1768, la Commission des Etudes avait présenté un "Programme pour la chaire de Sciences camérales et d'Economie civile", préparé par G. Rinaldo Carli. Dans le "Diploma di Nomine", le nom de la matière en question apparaît être déjà "économie politique". Beccaria sera prié d'utiliser dans son enseignement non le langage de la raison, mais le "langage du peuple". Le 9 janvier 1769, "sans l'embarras d'une robe", il prononce sa leçon inaugurale qui sera rapidement traduite en anglais et en français. Les cours donnés de janvier 1769 au printemps 1770 furent imprimés en 1804 sous le titre d'Elementi di Economia publica, c'est-à-dire de l'"art de conserver et d'accroître la richesse d’une nation et d'en faire le meilleur usage". Beccaria recherchera lui aussi la "massima felicita divisa nel maggiore numero", et affirmera sa croyance "dans les règles constantes et périodiques établies par l'ordre éternel de la Suprême Providence d'un Dieu régulateur". Il recevra ses émoluments jusqu'au printemps 1771, mais, refusant de continuer à enseigner, il sera remplacé le 16 février 1773 par son ami le marquis Alfonso Longo (1738-1804), le correspondant de Mirabeau, qui avait professé auparavant le droit public ecclésiastique à Milan.

72A Modène, le poète d'Agostino Paradasi (1736-1783) inaugura le 25 novembre 1772 son cours d'"économie civile", en fait, de théorie politique, car il n'était pas suffisamment compétent pour enseigner la matière primitivement prévue. Ces deux enseignements, à Milan et à Modène, étaient le résultat des réformes thérésiennes, appliquées par François III d'Este, duc de Modène et de Reggio, et également régent de la Lombardie autrichienne, lequel cherchait à constituer un Etat absolutiste.

73A Pavie, en novembre 1796, Bonaparte fit rouvrir l'Université. Le cours de "droit économique" (science de l'économie politique et du commerce) fut confié en 1797 au Crémonais Ignazio Carnevali Cicero, professeur d'"Histoire des droits et des gouvernements".

74L'enseignement de l'économie politique devait également s'introduire en Sicile, à Catane et à Palerme. En 1769, Vicenzo Emanuele Sergio, jeune officier de la Magistrature suprême du Commerce à Palerme, travaillant à Catane, organisa une pétition qui demandait à l'Université de cette ville l'établissement d'un "professorat de commerce". Le gouvernement, en août 1778, chargea la Délégation des Etudes de Catane d'élaborer un plan de réforme pour l'Université. Le décret royal du 7 août 1779 institua un professorat d'"Economie, Commerce et Agriculture" à la Faculté de Droit. Ce poste fut confié au juriste Vincenzo Malerba, qui avait fait l'apologie de la torture contre Beccaria, et qui devait enseigner de 1779 à 1806. A Palerme, le décret royal du 1er mai 1779 introduisit l'enseignement de l'"économie, agriculture et commerce" à la faculté des Etudes philosophiques où considéré comme un sujet secondaire, il fut confié, le 16 juillet 1779, à Vicenzo Emanuele Sergio, celui-là même qui avait été à l'origine du "professorat" de Catane. Sergio lut sa leçon inaugurale le 6 novembre 1779 et enseigna de 1779 à 1805, année de son jubilé. En 1785, l'enseignement de l'agriculture fut ôté à Sergio et confié à l'agronome et économiste Paolo Balsamo (1763-1818).

L'Espagne et l'Angleterre : de l'économie civile et de la "philosophie morale" à l'économie politique

  • 26 Discurso sobre la utilidad de los conocimientos economico-politicos, y la necesidad de su estudio (...)
  • 27 Proposiciones de economia civil y comercio Zaragoza, 1785.
  • 28 Espiritu del Senor Melon en su Ensayo politico sobre el comercio. Zaragoza, 1786.
  • 29 Lecciones de Economia civil o del Comercio escritas para el uso de los Caballeros del real Semin d (...)

75En Espagne, la première chaire d"’économie civile" fut fondée à Saragosse en 1786 sous l'impulsion de la Société économique aragonaise des amis du pays, qui la confia à Lorenzo Normante y Carcavilla. Celui-ci avait prononcé un discours en ce sens en 178426. L'influence de Genovesi se remarque nettement dans l'intitulé de la chaire et dans le titre de l'ouvrage publié par Normante y Carcavilla en 178527. Mais ce dernier se plaçait également sous le parrainage de Melon28. Il y eut en outre au séminaire de Nobles de la ville un enseignement d'économie dispensé par Bernardo Joaquin Danvilla y Villagrasa dont les Leçons étaient une adaptation mercantiliste de l'Essai de Cantillon29. La science économique faisait donc alors l'objet à Saragosse d'un enseignement à la fois public et privé.

76En Angleterre, la discipline économique s'élabora à partir de l'arithmétique politique d'inspiration baconienne créée par Graunt et Petty à la fin du XVIIe siècle. Mais si les sciences économiques et démographiques étaient déjà en elles-mêmes fort avancées, leur enseignement marquait le pas, car le gouvernement, qui, à la différence des gouvernements germaniques, souhaitait respecter l'autonomie universitaire, hésitait à introduire ces nouvelles matières. C'est donc par le biais de la philosophie morale que l'économie politique commença à être enseignée tout d’abord par Francis Hutcheson (1729). Adam Smith (1752) et Thomas Reid (1764-1796) à Glasgow, puis par Adam Ferguson (1760) et Dugald Stewart (1785) à Edimbourg. La formule donnée par Hutcheson en 1726 est tout à fait caractéristique, car il parle lui aussi du "plus grand bonheur pour le plus grand nombre".

L'Ecole Normale et Vandermonde : la première chaire française d'économie politique

77En France, l'enseignement d'une matière aussi "nouvelle" et aussi "moderne" que l'économie politique ne pouvait pas être intégré dans les vieilles structures conservatrices : les universités, foyers de résistance à toute innovation, s'étaient montrées incapables de s'ouvrir à la science et à la technique contemporaines qui, pour se diffuser, durent emprunter des chemins marginaux et détournés. C'est ainsi qu'il fallut attendre la Révolution pour voir entrer l'enseignement de l’économie dans un établissement spécialisé, l'Ecole Normale de Paris, avec Vandermonde en 1795.

  • 30 Ce cours de "science" ou d'"arithmétique économique" avait été confié en septembre 1767 à A. Court (...)

78Dès les années 1760, sous l'impulsion du marquis de Mirabeau, physiocrate militant et grand admirateur des initiatives suédoises, un enseignement privé d'économie politique avait été organisé à l'intention de l'élite appelée à servir l'Etat et à défendre la propriété30. En 1774, Turgot était aux affaires, et il avait été question de créer des chaires susceptibles de diffuser la doctrine physiocratique. A la veille de la Révolution, le groupe des Idéologues, qui était relié à la secte physiocratique par de multiples affinités intellectuelles, et qui avait accueilli en son sein les derniers représentants du mouvement, devait tout particulièrement s'activer pour mettre sur pied le programme d'enseignement général de la République. C'est en partie grâce à son intervention en tant que groupe de pression que fut créée le 9 brumaire an III (30 octobre 1794) la première Ecole normale, chargée à l'origine de former uniquement les maîtres d'école primaire. Très vite cette orientation fut abandonnée, et l'Ecole normale se transforma en un établissement d'enseignement supérieur et de formation de hauts fonctionnaires destinés à répandre les Lumières à travers le monde, à régénérer l'homme et l'entendement humain, et à opérer une refonte totale de la société.

  • 31 Un autre enseignement d'économie politique devait être dispensé par Charles Desaudray en 1795-1796 (...)
  • 32 Traduction parue en 1789-1790 sous le titre de Recherche des principes de l'économie politique.

79Très peu de temps après son ouverture le 1er pluviôse an III (20 janvier 1795), la Convention s'aperçut qu'une "partie essentielle" manquait au magnifique édifice que l'on venait d'élever, à savoir "cette partie des connaissances humaines qui embrasse particulièrement les rapports des lois et des institutions sociales avec les arts et l'industrie", c'est-à-dire l’économie politique, et, par la voix du député de la Vienne Creuzé-Latouche, demanda le 12 plûviose la nomination d'un professeur d'économie politique. D'où la création d'une chaire correspondante et la nomination, le 22 pluviôse an III (10 février 1795), du mathématicien, économiste, musicien et mécanicien Alexandre-Théophile Vandermonde (1735-1796) qui, de par ses relations politiques, sa formation "tous terrains" et ses qualifications scientifiques, semblait le sujet rêvé pour occupé un tel poste31. Il avait précédemment manifesté son intérêt pour les questions économiques en faisant réviser la traduction de l'Inquiry into the Principles of Political Œconomy de Sir James Steuart par le général de Senovert32, et en préparant, le 15 brumaire an III (5 novembre 1794), pour le Comité de Salut Public de la Convention, un Rapport...sur les fabriques et le commerce de Lyon. Le nouveau professeur "chargé de chercher et d'indiquer les sources de la prospérité de la grande famille" prononça sa première conférence le 3 ventôse an III (21 février 1795) et sa dernière le 3 floréal an III (22 avril 1795), soit en tout onze séances (dont huit leçons et trois débats) sur les dix-huit (neuf leçons et neuf débats) prévues. La création de la chaire d'économie politique était considérée par Vandermonde lui-même comme l'un des "événements remarquables de la Révolution". Ayant défini l'objet de cette science comme "la théorie des richesses considérées dans leurs rapports avec la prospérité publique" et affirmé son caractère indispensable, il proposait un plan en cinq parties, quelque peu inspiré de Steuart, qu'il n'eut évidemment pas le loisir d’accomplir, à la fois pour des raisons de santé et pour des raisons politiques, les jours de l'Ecole étant comptés. Il avait eu néanmoins le temps d'indiquer que "le but de l'économie politique est d'opérer et d'assurer le bonheur de la génération présente et des générations futures", ce bonheur consistant avant tout en richesse, quoique la richesse ne soit ni le seul ni le principal moyen de bonheur. Pour cet héritier des Lumières, de la Physiocratie et de l'Idéologie, les facteurs de la croissance économique résident tout d'abord dans l'extension des besoins factices, dans la défense de la propriété, l'augmentation des "avances", ou investissements capitaux, et l’encouragement du progrès technique. Viennent ensuite la généralisation de l'instruction publique, la multiplication des grandes villes et des marchés, la division du travail, la production de masse et les bas prix de vente. La population, dans ce système, dépend directement des subsistances, mais elle doit leur être proportionnée, car son accroissement ne peut se faire aux dépens du bonheur des hommes.

80Bourgeois de naissance et d'esprit, Vandermonde se révèle plus réformiste que révolutionnaire et attache plus d'importance à la démocratisation politique qu'à la démocratisation économique. Sa multidisciplinarité lui permet cependant d'aborder les problèmes économiques et scientifiques d'un point de vue à la fois théorique et pratique. Compagnon de route des Idéologues, il est le prototype de l'"honnête homme" des Lumières, le chantre de l'industrialisation et de la démocratisation. En prêchant les bienfaits de l'éducation, du progrès technique et des moyens de communication de masse, il annonce le long règne de la nouvelle classe dominante.

81C'est à ce titre qu'il mérite de passer à la postérité, même si son œuvre, du point de vue analytique, n'a pas l’envergure ni l'originalité de ses grands prédécesseurs ni de ses successeurs. Son rôle à l'Ecole Normale a été une grande première, de même que la création de l'Ecole fut en soi une étonnante innovation. Malheureusement, les pères fondateurs avaient visé trop haut en créant ce "Temple de l'Analyse", cette "vaste colonne de lumière" "sortie du sein même de la Révolution". Ses adversaires n'y voyaient qu'un "grotesque rassemblement", alors qu'elle avait donné le branle à une véritable révolution pédagogique et culturelle - les sciences exactes, les sciences de l'homme, et les sciences morales et politiques mises sur le même plan que les humanités traditionnelles, l'enseignement actif faisant appel à la participation des étudiants, l'introduction des activités d'éveil, le recours aux polycopiés, l’appel à des personnalités extra-universitaires etc. Mais cette institution si remarquable devait échouer par excès d’ambition, défaut d'organisation, insuffisance de crédits et manque de confiance de la part de l'opinion, tout comme, dans le domaine de la gestion rationnelle et efficace de l'économie française, les deux sauveurs-Providentiels qu'auraient pu être Turgot et Necker avaient dû s'avouer vaincus.

CONCLUSION : DES DEBUTS MARGINAUX, UNE VICTOIRE A LONG TERME

Une évolution commune

82A partir de ces exemples nationaux, quelques traits généraux peuvent être dégagés ici. Tout d'abord, on a pu voir que l'enseignement de l'économie politique a souvent commencé par celui du droit, public, civil ou naturel (Allemagne) et s'est poursuivi par celui de la philosophie morale (Italie, Angleterre) ; que, parti de la simple gestion du domaine privé (Hausväterliteratur), il a accédé au stade des sciences d'Etat ou Kameralwissenschaften (science politique, science de l'administration et des finances), c'est-à-dire à la gestion des affaires publiques. Axé à l'origine sur une statistique purement descriptive, il s'est ensuite appuyé sur une statistique chiffrée et quantitative. Partout et toujours, à l'âge des Lumières, l'"économie politique" a signifié l'art de conserver et d'accroître le bonheur des peuples et la richesse des nations (Italie, Danemark, France), et son enseignement a été étroitement lié — sauf peut-être en Angleterre — au mouvement de centralisation et d'"absolutisation" des Etats européens au XVIIe et XVIIIe siècles (Autriche, Danemark). Sa diffusion a été longtemps freinée par le sceau du "secret d'Etat" qui s'attachait aux données économiques et sociales, et ce savoir n'a pu véritablement se répandre que lorsque le tabou a été levé (Suède, Allemagne).

83L'action de l’Eglise, surtout protestante, mais aussi catholique (Hongrie, Italie), a été déterminante dans l'histoire de cet enseignement - la plupart des professeurs avaient étudié la théologie, quand ils n'étaient pas eux-mêmes des religieux, ou des médecins-, mais elle l'a été aussi en négatif, lorsque l'abolition de l'ordre des Jésuites contraignit les autorités à élaborer de nouveaux systèmes d'éducation (Allemagne, Hongrie, France).

84Enfin et surtout l'enseignement de l'économie politique a éprouvé beaucoup de difficultés à s’introduire dans les structures universitaires traditionnelles, trop rigides et peu disposées à acuérir de nouvelles disciplines (France) ou, tout au moins, à se dessaisir de leur prérogatives au profit de nouveaux enseignants (opposition manifestée par Linné à Upsal, ou rencontrée par Schreber à Leipzig). D'où la tendance, en de nombreux pays, à confier la formation économique des futurs administrateurs d’origine noble à des institutions privées spécialisées, écoles, sociétés savantes ou académies, qui n'étaient souvent destinées, à l'origine, qu'à l'encouragement et à l'amélioration de l'agriculture (Hoheschule de Lautem et Académie de Hanau en Allemagne, Académie de Sore au Danemark, "Semin" espagnol). Si, par hasard, l’enseignement de l’économie avait réussi à pénétrer et à se maintenir dans l'Université, c'était fréquemment "par la bande", et sans prétendre bénéficier d'un statut spécifique (incorporation à la faculté de Philosophie, ou à la faculté de Droit, jugée plus prestigieuse, comme en Hongrie, ou jusqu'au département d'Histoire, comme au Danemark). Les professeurs, parfois peu ou non rémunérés, étaient même amenés dans certains cas à abandonner leur chaire, tels Pihl et Fabricius au Danemark.

85On peut noter également le rôle de dynasties familiales dans la diffusion de la science et de l'enseignement économiques, comme celle des Berch en Suède, ou des Lütken et des Sneedorf au Danemark ; ou : "peut-être malgré lui" encore l'influence d'une personnalité comme celle de Linné qui, quoi qu'il en eût a été le maître à penser et le modèle de maint futur professeur d'économie.

86Il ne faut pas manquer non plus de souligner l'apport fondamental des physiocrates français dans l'introduction d'une formation à l'économie en Europe : s'inspirant au départ de l'expérience suédoise, les Physiocrates ont eux-mêmes inoculé le virus économique à de nombreux disciples, notamment en Allemagne, en Pologne, en Italie, ou même dans les Pays-Bas autrichiens (voir par exemple les activités de l'Académie de Bruxelles). Les Essais de Melon et de Cantillon, traduits et commentés un peu partout, devaient également exercer une influence considérable.

87La plupart de ces caractéristiques se retrouvent comme grossies à la loupe dans l'exemple français : né de l'expérience physiocratique, créé avec d'autres disciplines pour remplir le vide laissé par le départ des Jésuites, l'enseignement de l'économie politique dut être introduit par la Révolution dans une institution marginale extra-universitaire visant à former de futurs administrateurs et à répandre la théorie des richesses dans leur liaison avec la félicité des peuples.

Une promesse éternelle de bonheur

88L'expérience française tourna court. Devons-nous donner à l'échec de Vandermonde, comme à celui de Turgot et de Necker, une signification symbolique ? Nous faut-il affirmer que la Révolution, qui a inauguré la première chaire française d'Economie politique, a en même temps détruit tous les principes qui, lancés par les Lumières, avaient conduit à son propre avènement ? Chacun avait pu se rendre compte que l'harmonie spontanée des intérêts n'existait pas, qu'elle n'assurait pas le plus grand bonheur du plus grand nombre, et que le jeu non contrôlé des forces naturelles ne pouvait que nuire aux individus et aux classes les plus défavorisées et les moins protégées. Aussi les perspectives radieuses ouvertes par les penseurs des Lumières devaient-elles faire place à de plus sombres constats. Au paradis terrestre promis par les prophètes laïques succédait un monde désenchanté, à l'ensorceleuse Utopie, les "terrifiants pépins" de la Réalité, et Malthus et Ricardo allaient devenir les nouveaux hérauts d’un siècle d'airain.

89Mais l'échec, apparent, de la grande expérience de 1795 n'était en fait que temporaire. Comme on le sait, l'Ecole normale ressuscita de ses cendres au XIXe siècle et l'enseignement de l'économie politique, repris par J.B. Say à partir de 1815-1819, réussit à s'implanter et à se diffuser à travers toute l'Europe par la suite. L'activité économique était alors définitivement reconnue comme l'un des éléments principaux, ou même comme le véritable moteur de la vie sociale, pour ne pas dire, avec Marx, qu'elle en était le seul, et la science qui permettait d'en comprendre les mécanismes pour éventuellement mieux les diriger devait devenir l'un des piliers de l'enseignement universitaire et extra-universitaire, avec la fondation de l'Ecole libre des sciences politiques en France après 1870.

90Quant à la promesse de bonheur, cette vieille chanson, qui, depuis l'âge des Lumières, berce la misère humaine, elle reste toujours à l'arrière-plan de tout projet individuel ou collectif. L'humanité pourrait-elle survivre s'il ne lui était jamais proposé que du sang, de la sueur et des larmes ?

91Le XVIIIe siècle s'imaginait en toute innocence que, grâce à la perfectibilité indéfinie de l'esprit humain, la vie future, en ce bas monde, ne serait plus qu'un lit de roses sans épines. Les contes de fées n'ont plus cours, mais les éternels enfants que nous sommes ne croiront-ils pas toujours aux miracles ?

*

Atelier de l'imprimerie Plomteux à Liège vers 1782
par Léonard Defrance - Collection particulière
[Copyright A.C.L. Bruxelles]

Atelier de I'imprimeie Plomteux à Liège vers 1782 par Léonard Defrance - Collection particulière
[Copyright A.C.L. Bruxelles]

Bibliographie

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES33

Alcouffe, Alain-Cours d'Economie Politique. Ecole Normale de l'An III. A.T. VANDERMONDE. Index des noms et index des matières. 22 p. ron.
- "The Institutionalisation of Political Economy in French Universities. 18191896". Revised version. May 1987. (Earlier draft submitted at the first meeting "Scientific Revolution in Economics", held by Association Charles Gide pour l'étude de la pensée économique. Montpellier, September 1985). 40 p. ron.
- "La Professionnalisation de l'économie politique en France au XIXe siècle et la Révolution marginaliste". Communication au lcr Colloque de l'Association Charles Gide pour l'étude de la pensée économique. Montpellier, 27 et 28 septembre 1985. Faculté des Sciences économiques, université des Sciences sociales. Toulouse, No 155. 23 p. ron.
- "Vandermonde, la Monnaie et la Politique monétaire de la Révolution française", Communication au IIème Colloque de l'A.C.G.P.E., Nice, 24-25 septembre 1987, Cahier de la Faculté des Sciences économiques de Toulouse, no 173, juillet 1987, 15 p. ron.

Berelowitch, Wladimir.-"L'économie politique dans les universités russes au XIXe siècle (1804-1884)", Communication présentée au : Convegno Internationle, The institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities, San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 15 p. ron., bibl. (Università degli Studi di Firenze / Université degli Studi di Pisa).

Bianchini Mario.-"A difficult Gestation : The Troubled Introduction of Political Economy into the Universities of North East Italy (1769-1866). Notes for a Comparative Analysis", Communication présentée au : Convcgno Internazionale. The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa). Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986. 66 p. ron. (Université degli Studi di Firenze/Université degli Studi di Pisa).

Bodeker, Hans Erich.-"The Staatswissenschaften at the University of Göttingen in the XVIIIIe century". Communication présentée au : Convegno Internazionale. The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities., San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 25 p. ron., (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Boschloo, Hans- "The Institutionalisation of Liberal Economies at Dutch Universities - 1798-1800", Communication présentée au : Convegno Internazionale. The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 14 p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Creuze-Latouche.- Convention Nationale - Discours sur la nécessité d'ajouter à l'Ecole Normale un programme d'économie politique...Imprimé par ordre de la Convention nationale et distribué aux élèves de l'Ecole Normale, 12 Pluviôse an IIΙ - (31 janvier 1795) (S.1.), De l’imprimerie nationale, Pluviôse, l'an III, in-8, 11 p.

Di Battista, Francesco- "The first Professional Chair in Economics : From the Myth to Historical Research. Naples 1754-1766", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 12 p. ron. (Università degli Studi di Firenze/Università degli Studi di Pisa).

Dupuy, Paul.- Le Centenaire de l'Ecole Normale. 1795-1895., Paris : Hachette, 1895, XLV-699 p.

Gusdorf, Georges.-Introduction aux sciences humaines, Essai critique sur leurs origines et leur développement., Paris : Les Belles Lettres, 1960, 522 p. Les Sciences humaines et la pensée occidentale. III.-La Révolution galiléenne. I. IL, Paris : Payot, 1969, 2 vol. ; IV
- Les Principes de la pensée au Siècle des Lumières. Paris, Payot, 1971, 550 p. ; VI - L'Avènement des sciences humaines au Siècle des Lumières. Paris, Payot, 1973, 589 p. ; VIII - La Conscience révolutionnaire. Les Idéologues. Paris, Payot, 1978, 551 p.

Hecht, Jacqueline.-"Un exemple de multidisciplinarité : A.-T. Vandermonde (1735-1795)", Population, 1971, no 4 (juillet-août), pp. 641-676.
- "L'idée de dénombrement avant la Révolution". INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES, Pour une Histoire de la Statistique., Tome I, Contribution. Paris, I.N.S.E.E. (1977), pp. 21-81. (Journée d'études sur l'Histoire de la Statistique, Vaucresson, 23-25 juin 1976).
- "An Offspring of Enlightenment, Physiocracy and Ideology : The First French Chair of Political Economy (1795)", Communication présentée au : Convegno Internazionale,The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Cenlro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 66 p. ron. (Università degli Studi di Firenze/Università degli Studi di Pisa).
- "Une héritière des Lumières, de la Physiocratie et de l'Idéologie : La première chaire française d'économie politique (1795)", in :Les problèmes de l'Institutionalisation de l'économie politique en France au XIXe siècle. ŒCONOMIA. Histoire-Epistémologie-Méthodes. "Economies et sociétés". Cahiers de l'I.S.M.E.A. Série PE ; "Histoire de la Pensée économique", No 6, 1986, pp. 5-48.
- "Vandermonde and the Heritage of the Economists at the Ecole Normale", Communication présentée au Septième Congrès International des Lumières. Société Internationale d'Etude du Dix-Huitième siècle. (SIEDS). Budapest (Hongrie) - 26 juillet-2 août 1987. 50 p. dact.

Hennings, Klaus Hinrich.- "Economics at Leipzig in the XVIII and XIX centuries". Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 7 p. ron. (Università degli Studi di Firenze/Università degli Studi di Pisa).
- "Notes on some Aspects of the Institutionalisation of Economies at German Universities", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 13 p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa). "Training Civil Servants : The Teaching of Economies at Austrian Universities - 1750-1900", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, (Università degli Studi di Firenze/Università degli Studi di Pisa).

Hoock, Jochen.-"Sciences camerales et statistique démographique en Allemagne aux XVIIe et XVIIIe siècle", Annales de Démographie historique, 1979, pp. 145-155.

Horstboll, Henrik.-"The Institutionalisation of "Police" and "Political Economy" in Denmark - 1747-1815. From the "Noble Academy" and "Absolut Government" to the University", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).
- "Political Economy and Politics of Progress. The Formation and Institutionalisation of Political Economic Discourse in Denmark in the Second Half of the Eighteeth Century", Communication présentée au : Convegno Internazionale. The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 20-9p., Bibl. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Horvath, Robert A - "Le Développement de l'Ecole de statistique descriptive allemande (Une Synthèse de l'histoire scientifique en statistique)". Acta Universitatis Szegediensis de Attila Jozsef Nominatae. Acta Juridica et Politica. Tomus XXVIII. Fasciculus 7. Szeged, 1981, 71 p.

Irsay, Stephen (d').- "Histoire des universités françaises et étrangères des origines à nos jours. I. Moyen Age et Renaissance. Π. Du XVIe siècle à 1860", Paris : Auguste Picard, 1933-1935, 2 vol. (I : XII-378 p. II : VII-452 p.).

Jeannin, P.-Ecole Normale Supérieure. Livre d'or. Paris, Office français de diffusion artistique et littéraire (1963), 173p., ill.

Liard, Louis.- L'Enseignement supérieur en France., Tome premier, Paris : A. Colin, 1888, 471 p

Madarasz, Aladar.-"Backwardeness and Progress : The Institutionalisation of Political Economy in Hungary", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 16p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Magnusson, Lars.- "Anders Berch and Early Political Economy in Sweden", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986. 36p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Nijenhuis, Ida J.A..- "Back to Prosperity and Power ? A Preliminary Inquiry into the Eighteenth Century Origins of Dutch Economies", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 12p. ron. (Università degli Studi di Firenze/Università degli Studi di Pisa).

Schumpeter, Joseph A.- Histoire de l'analyse économique. Traduit de l'anglais sous la direction de Jean-Claude Casanova. Préface de Raymond Barre, Paris : NRN/Gallimard, 1983, 3 vol., (Bibliothèque des Sciences Humaines) [1ère éd. en langue anglaise : London, 1954].

Spoto, Luciano.- "The Institutionalisation of Political Economy in Sicily. 1750-1860", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 21p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa). Steiner Philippe.-"J.-B. Say et l’enseignement de l'économie politique en France (1816-1832)", in : Les Problèmes de l'Institutionalisation de l'économie politique en France au XIXe siècle. ŒCONOMIA. Histoire - Epistémologie - Méthodes. Cahiers de l'I.S.M.EA., Série PE, Histoire de la pensée économique, No 6 - 1986, pp. 63-95.

Stevens, Fred.-"The Beginnings of Economics Teaching at Belgian Universities", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 42p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Tribe, Keith.- "The Lautem Kameral Hohe Schule and the Beginning of Economics Teaching in Heidelberg - 1774-1822", Communication présentée au : Convegno Internazionale, The Institutionalisation of Political Economy : Its Introduction and Acceptance into European, North American, and Japanese Universities. San Miniato (Pisa), Centro Studi "I Cappuccini", 1-4 Aprile 1986, 35p. ron. (Università degli Studi di Firenze / Università degli Studi di Pisa).

Verger, Jacques (Ed.)- Histoire des universités en France. Toulouse : Privat, 1986, 432 p.

Weulersse, G.-Les Manuscrits économiques de François Quesnay et du Marquis de Mirabeau aux Archives Nationales (M. 778 à M. 785. Inventaire, extraits et noies...), Paris : Librairie P. Geuthner, 1910, VIII, 151 p.
- Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770. Paris : F. Alcan, 1910, 2 vol.
- Les Physiocrates, Paris : G. Doin et Cie. 1931, XVI, 332 p.
- La Physiocratie sous les Ministères de Turgot et de Necker (1774-1781)..., Paris : Presses Universitaires de France, 1950, XVI - 375 p.
- La Physiocratie de la fin du règne de Louis XV. 1770-1774..., Paris : Presses Universitaires de France, 1959, XII, 239 p.
- La Physiocratie à l'aube de la Révolution. 1781-1792., Introduction, bibliographie et révision des textes par Corinne Beutler, Paris : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1985, 24 cm, 452 p.

Notes

1 Sur Jan de Laet, voir ci-dessous.

2 Ce mot, selon Achenwall lui-même, venait de l'italien "Stato", Etat, et de "Statista", spécialiste des affaires d'Etat, en même temps théoricien et homme d'Etat. "Statisiti cum" devait être utilisé comme adjectif avant de devenir un substantif.

3 Dépôt au greffe du juge royal (bailliage) du second registre annuel des mariages, baptêmes et sépultures.

4 Voir par exemple Johann Colerus (1566-1639), pasteur à Parchim, Œconomia ruralis et domestica, 1593-1617. Bartholomaeus Keckermann (1573-1609), Systema disciplinae politicae, 1606. Georg Obrecht (1547-1612), recteur de l'université de Strasbourg, édition posthume de Fünff underschiedliche "Secreta Politica", 1617. Wilhelm, Freiherr von Schröder (+ 1689), Fürstliche Schatz-und Rent Kammer, 1686, et Wolfgang Helmhard, Freiherr von Hohberg (1612-1688), Georgica Curiosa, 1682.

5 Francfort et Leipzig, 2e éd., 1717.

6 Voir également Curieuser und nachdencklicher Diseurs von der Œconomia und von guten Œkonomis, par J.H.G. (1713).

7 Voir J.P. von Ludewig : Die von Sr. kön. Majestat auf Dero Universität Halle, am 14 Juli 1727 neu angerichtete Profession, in œconomie, Policey und Commerz Sachen. Halle, 1727. Et S.P. Gasser, Programma publicum oder Nöthiger Vorberich von den von Ihro königl. Majestät in Preussen auf der Universität Halle allergnàdigst neu fundirten Profession über die œkonomischen, Cameral - und Policey-Wissenschaften. Halle, 1727.

8 Karl Gottlob Rössig (1752-1806), auteur d'une Versuch einer pragmatischen Geschichte der Œkonomie, Polizey und Kameralwissenschaft (Leipzig, 1781-1782), devait enseigner les sciences camérales et l'économie à Leipzig à partir de 1793, alors que l’Université avait enfin reconnu en 1782 le manque de professeurs en ces matières comme l'un de ses "besoins les plus urgents".

9 Petite ville de 2500 habitants située non loin de Heidelberg.

10 J.G. Darjes, Erste Gründe der Cameralwissenschaften. Iena, 1756.

11 J. Beckmann. Ueber Einrichtung der ökonomischen Vorlesungen, Gœttingue, 1767. Physikalisch-œkonomische Bibliothek. Gœttingue, 1770-1807. Beyträge zur Œkonomie, Technologie, Polizei-und Kameralwissenschaft. Gœttingue, 1779-1791.

12 [Staatswirthschaft, oder Systematische Abhandlung aller œkonomischen und Cameral-Wissenschaften, die zur Regierung eines Landes erfordet werden.] Leipzig, B.C. Breitkopf, 1755, 2 vol. in-8° ; 2e éd. 1758. Voir aussi : Sutachlen von dem zusammen und practischen Vorträgen aller Œkonomischen und Kameralwissenschaften. Leipzig, Breitkopf, 1754. Grundsätze der Policeywissenschaft, Gœttingue, 1756.

13 (2e édition, Iéna, 1728 ; 3e éd., Utrecht, 1738, 1739).

14 Mémoire sur les moyens d'augmenter la population et de perfectionner la culture dans les Pays-Bas autrichiens (1775) ; Dans un pays fertile et bien peuplé, les grandes fermes sont-elles utiles ou nuisibles à l’Etat en général ? (1780).

15 Œkonomiscke Tanker til holere Efter Tanke. Copenhague, 1755-1761, neuf volumes traduits en allemand en 1757-1759.

16 "Untersgninger angaaende Statens almindelige Œconomie". Sore, 1760, IΠ).

17 Danmarks og Norges Œkonomiske Magazin, Copenhague, 1757-1764, 8 vol.

18 Œkonomisk Journal. Eller maanedlige Samlinger, Copenhague,janvier 1757-juin 1758, 3 vol.

19 Auteur de Etwas vom Caffé Glucksburg, 1784, in-16, 8p.

20 Danske Agerdyrkeres [...]eller vort Landvaesens System, som det ar 1783., Copenhague, 1784.

21 Uber die wahren Quellen des Nationalwohlstandes, Copenhague et Leipzig, 1785. Voir aussi Kleine ökonomische und Cameralisticke Schriften. Copenhague et Leipzig, 1767, 2 vol. Et Materialen zur Statistik der dänischen Staaten... Flensburg et Leipzig, 1784-1791.

22 Forsog til at udvikle faste Begreb om Arbeide og Handel.,Copenhague, 1787, traduit en allemand la même année.

23 Traduits en danois à Copenhague en 1799.

24 Grundtrâeck af den practiske Statsœconomie, Copenhague, 1815.

25 En Russie, l'enseignement de l'économie ne fut introduit dans les universités qu'en 1804. Mais, dès 1724, dans le projet de création de l'Académie des Sciences, il était souhaité que l'économie fût étudiée. A l'université de Moscou, divers plan devaient prévoir par la suite un enseignement de l'économie, ainsi, en 1765, sur le modèle du caméralisme prussien. La référence au caméralisme disparut néanmoins du plan de 1787, et l’économie ne fut jamais, en fait, enseignée au XVIIIe siècle, bien que deux jeunes russes professeurs de droit aient vraisemblablement suivi les cours d'Adam Smith à Glasgow de 1761 à 1767, et qu'une traduction des Grundsätze der Polizei - Handlungs und Finanzwissenschaft de Sonnenfels ait été publiée en 1787.

26 Discurso sobre la utilidad de los conocimientos economico-politicos, y la necesidad de su estudio metodico : lo compuso por comision de la real Sociedad Aragonesa para la abertura de su ensenanza gratuita, y lo dizo al publico en 24 de octubre de 1784. Zaragoza, 1784.

27 Proposiciones de economia civil y comercio Zaragoza, 1785.

28 Espiritu del Senor Melon en su Ensayo politico sobre el comercio. Zaragoza, 1786.

29 Lecciones de Economia civil o del Comercio escritas para el uso de los Caballeros del real Semin de Nobles. Zaragoza, 1800 Nous remercions Monsieur Ernest Lluch, professeur à l'université de Barcelone, ancien ministre, auquel nous devons la majeure partie de ces informations sur l'Espagne.

30 Ce cours de "science" ou d'"arithmétique économique" avait été confié en septembre 1767 à A. Court de Gebelin qui le dispensait à l'école de l'abbé Choquart, rue Saint-Dominique à Paris.

31 Un autre enseignement d'économie politique devait être dispensé par Charles Desaudray en 1795-1796 au Lycée des arts (futur "Athénée des arts", à ne pas confondre avec l'"Athénée royal").

32 Traduction parue en 1789-1790 sous le titre de Recherche des principes de l'économie politique.

33 Nous remercions Mademoiselle Christine Théré de l'aide très efficace qu'elle nous apportée dans nos recherches bio-bibliographiques. Cet article est la version française revue et complètée du Rapport général d'introduction présenté à la Conférence Internationale sur L'Institutionnalisation de l'Economie Politique. Son introduction et son acceptation dans les Universités européennes, nord-américaines et japonaises., San Miniato (Pise - Italie), 1-4 avril 1986, ("Continuités et Discontinuités". I. "L'économie politique des Lumières. 1748-1799").

Table des illustrations

Légende Atelier de l'imprimerie Plomteux à Liège vers 1782par Léonard Defrance - Collection particulière[Copyright A.C.L. Bruxelles]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Atelier de I'imprimeie Plomteux à Liège vers 1782 par Léonard Defrance - Collection particulière[Copyright A.C.L. Bruxelles]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Directrice de l’unité de recherche Doctrines et politiques de population, Département de démographie historique, Institut national d'Etudes Démographiques.
Auteur de : Politiques de population et action sur la natalité en Europe de l'Est, Paris : CIACO, 1986. A publié de nombreux articles sur l'histoire de la pensée économique et l'institutionnalisation de la discipline.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search