Version classiqueVersion mobile

Idées économiques sous la Révolution (1789-1794)

 | 
Jean-Michel Servet

Existe-t-il une pensée économique sous la révolution ?

Jean-Michel Servet

Texte intégral

  • 1 Jean Jaurès est un des rares auteurs à éclairer les débats économiques sous la Révolution, en part (...)
  • 2 Saint-Just est un des révolutionnaires étudiés par les économistes, mais Saint-Just n'est pas un é (...)

1Pour qui consulte un manuel d'histoire de la pensée économique, force est de constater un vide surprenant en ce qui concerne les doctrines économiques en France durant les deux dernières décennies du XVIIIe siècle. Autant certains événements économiques de la période sont disséqués et commentés, autant la pensée économique est comme effacée par les idéologies politiques, au point que l'on peut se demander s'il y eut dans cette période, par ailleurs si fertile en faits et idées de toute sorte, une pensée économique. Les historiens ont longtemps été rarement en la matière d'un grand secours, qu'il s'agisse d'une chronique comme celle d'A. Thiers, d'une large fresque des événements, des émotions et des hommes comme celle de J. Michelet ou d'un tableau des mœurs et de l'état d'esprit comme celui d'H. Taine1. Les belles synthèses contemporaines présentent la même carence, et les allusions parcimonieuses à l'influence sur telle ou telle décision du système agricole des physiocrates ou du libéralisme d'Adam Smith ou d'A.-R. Turgot sont très insuffisantes. Il faut parcourir les multiples monographies consacrées à tel ou tel héros de l'épopée pour découvrir, le cas échéant, ses conceptions économiques2.

2Pourtant, les événements sont propices aux débats économiques. Prenons l'exemple des questions monétaires et financières. L'incapacité du Trésor royal à résoudre la crise fiscale (lancinante au cours du siècle et aiguë à partir de 1786) est à l'origine de la réunion des Etats généraux. Sous la forme d'une Lettre d'un capitaine à l’Assemblée nationale, Rivarol proclame dans son journal :

  • 3 Rivarol, tome II no 12, cité par G. Walter, La Révolution française vue par ses journaux, Paris : T (...)

3"C'est de l'argent qu'il nous faut. Nous avons tout vu, tout, lu, tout entendu, vos adresses, vos décrets, les livres pour ou contre, et vos lois, et vos constitutions. Mais où est l'argent ? Souvenez-vous que nous n'avons forcé le roi à renvoyer M. de Calonne, à chasser l'archevêque de Sens [Mgr Loménie de Brienne] à reprendre M. Necker, que pour avoir de l'argent. M. Necker ayant dit qu'il ne pouvait pas avoir de l'argent sans rappeler le parlement, nous avons fait revenir le parlement. Le parlement ayant dit qu'il ne pouvait pas avoir de l'argent sans les Etats-Généraux, nous avons fait convoquer les Etats-Généraux. Dès que vous avez été assemblés, vous avez dit qu’il y avait des embarras ; nous les avons balayés devant vous : privilèges, armée, trône, tout a disparu. Voilà nos services. Quels sont les vôtres ?"3

  • 4 Voir Dits et Ecrits sur les assignats-monnaie, Collection Ecrits monétaires, Lyon : Département Mo (...)
  • 5 Albert Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l'an II, 1793-1794, Paris : (...)

4Rapidement par la création des assignats, ayant d'abord (décembre 1789) la forme d'une obligation (portant intérêt et garantie par la prochaine mise en vente des biens de l’Eglise et de la Couronne), puis celle d'un titre circulant comme monnaie et ayant pouvoir libératoire (avril 1790) et sans taux d'intérêt (septembre 1790), enfin avec l'émission de petites coupures de cinq livres (mai 1791) puis de valeurs inférieures et l'établissement du cours forcé (avril 1793), la question fiscale devient aussi monétaire. La dépréciation rapide de ces assignats les place au cœur du débat révolutionnaire4. Les Anti-révolutionnaires sont contre leur émission puis pour leur destruction, les partisans les plus engagés du mouvement révolutionnaires les veulent monnaie unique5. Leurs abondantes émissions sont, en grande partie, cause de la perte de leur crédit auprès des populations. Toutefois, alors que le processus révolutionnaire s'intensifie, les assignats s'apprécient pendant un temps (leur cours qui s'était effondré au quart de leur valeur durant l'été 1793 remonte à environ 35 % du pair en juillet 1794 en ayant approché 50 % en décembre 1793) ; enfin, la chute de Robespierre provoque définitivement la leur (en juillet 1795, leur cours est tombé à 3 % de leur valeur nominale). Néanmoins d'une certaine façon, les assignats assurent la Révolution : les acquéreurs de biens nationaux, propriétaires à peu de frais, (un million deux cent mille familles sur sept ou huit millions de foyers) deviennent défenseurs obligés du régime et finalement appellent de leurs vœux un dictateur républicain qui leur assurera la jouissance paisible de leur nouvelle propriété.

  • 6 N'oublions pas que l'hiver 1788-1789 est une période de disette et qu'en cette fin du XVIIIe siècl (...)
  • 7 G. Rudé, La Foule dans la Révolution française, Paris : Maspéro, 1982, plus particulièrement pp. 4 (...)

5Citons quelques autres questions pratiques qui sont autant d'objets de débats ayant un contenu économique, immédiat ou indirect, urgents à résoudre ou à échéances lointaines, et que l'on trouve dans les journaux, les opinions imprimées des députés, les discours dans les Assemblées et les clubs, les rapports des commissions et les circulaires des ministères : les contributions directes et indirectes et la dette du royaume, le droit de propriété (par exemple des mines, des droits féodaux, etc.), la liberté des échanges internes et extérieurs, la fixation des prix, la crise des subsistances et les réquisitions, l'organisation corporative du travail et l'interdiction des associations ouvrières, l'esclavage dans les colonies, le financement de la guerre et l'assistance aux pauvres par exemple. En amont des crises politiques successives de la période, les soucis de ravitaillement presque quotidiens en pain6, le prix de celui-ci et plus généralement la conjoncture économique rythment le mouvement révolutionnaire et ses insurrections populaires successives7.

6Néanmoins, notre recherche des idées économiques dans la période 1789-1794 peut apparaître pour un économiste comme une sorte de paradoxe :

  • paradoxe quant à la durée,
  • paradoxe quant au savoir économique lui-même.
  • 8 Voir ci-dessous note 54. Nous ne débattrons pas ici du problème historique des dates qui doivent ê (...)
  • 9 Florence Gauthier, "De Mably à Robespierre, un programme économique égalitaire, 1775-1793", Annale (...)
  • 10 Sur les problèmes de méthodes en histoire de la pensée économique, nous renvoyons à deux précédent (...)

7D'un côté, n'est-il pas vain de mener une recherche du mouvement des idées dans un espace national et linguistique limité et sur une période aussi courte (cinq ans) dont les termes sont ici8, pour la majorité des articles, la réunion des Etats généraux d'une part et la chute de Maximilien Robespierre d'autre part, événements de nature politique, c'est à dire d'un ordre différent de celui de l'objet de la recherche. L'histoire des idées peut apparaître comme relevant des études des mouvements de longue durée qui pénétrent par ondes successives et contradictoires les multiples couches et classes sociales.9 Toutefois, la courte période a incontestablement l’avantage de favoriser et de justifier les lectures de type structural10.

  • 11 Augustin Cochin, La Révolution et la libre-pensée, Paris : Plon, 1924, LI-293 p. ; Les Sociétés de (...)
  • 12 Voir en ce sens, l'article de J. Hecht dans ce volume.
  • 13 Witold Kula dans Les Mesures et les hommes, Paris : Maison des sciences de l'homme, 1984, pp. 170-2 (...)
  • 14 Voir les travaux de C. Labrosse, P. Retat et alii du Centre d'études du XVIIIe siècle (université (...)
  • 15 Voir Michel Vovelle La Mentalité révolutionnaire : société et mentalité sous la Révolution françai (...)

8De l'autre, n'est-il pas malvenu de rechercher la pensée économique propre à une période révolutionnaire. Incontestablement, l'économie en tant que savoir est alors une idéologie des élites et cette révolution passe pour un mouvement d'abord populaire. Loin de nous l'idée de ne retenir de la Révolution que les débats parlementaires et ceux des comités de gouvernement, et de nier la force des insurgés qui n'agissaient pas, n'en déplaisent aux historiens conservateurs ou révisionnistes, principalement par bestialité aveugle, pour des intérêts strictement immédiats ou sous la pression de meneurs corrompus. La "populace" elle aussi pense. Toutefois, les divers groupes sociaux, aux hiérarchies complexes et aux frontières ténues, sont idéologiquement perméables, en particulier pour la période qui nous intéresse par ces "sociétés de pensées" : clubs, loges, sociétés de patriotes, etc. dont Augustin Cochin a traqué l'influence11 dans le déclenchement et le développement du processus révolutionnaire. Les légistes et les avocats sont sur-représentés parmi les révolutionnaires, et la plupart des hommes de 89 n'ont sans doute pas lu F. Quesnay, A. Smith ou A.-R. Turgot ; et combien parmi les contemporains qui l'ont fait ont-ils compris la nouveauté radicale de La Richesse des Nations par exemple ? C'est peut-être, à l'inverse des affirmations sur les influences intellectuelles préalables, la Révolution elle-même qui après coup, en partie, donne un rayonnement intellectuel considérable, une sorte de justification à certains auteurs et une raison nouvelle aux événements. Mouvement des idées et bouleversement des institutions vont de pair. La naissance de l'économie politique, comme discipline autonome des autres savoirs, et la Révolution de 1789 sont en France à l'échelle du siècle des faits contemporains12. Pour rechercher ces influences, il serait particulièrement intéressant de dépouiller les centaines de cahiers de doléances, leurs critiques et propositions13 ; il faudrait étudier l'abondante presse révolutionnaire14. Les revendications légitimes ou non et les intérêts réels ou imaginaires, cohérents ou non, les passions et les croyances des divers groupes de pression et catégories sociales influencent diversement les orateurs des assemblées, les pamphlétaires et tous ceux qui, "en haut", mettent en forme les idées, idées elles-mêmes récupérées, transformées, critiquées "à la base" (bien évidemment à Paris, mais aussi, ce que l'on oublie trop souvent, en "province")15. Comment comprendre, sans ces influences réciproques, la volonté des sans-culottes de faire supprimer la traditionnelle monnaie métallique et de soutenir l'assignat, monnaie révolutionnaire ?

  • 16 Pour une approche trés nuancée de la notion d'idéologie-reflet, on lira avec intérêt, concernant la (...)

9Il nous parait excessif d'affirmer et impossible de démontrer qu'un groupe social produit une idéologie16. La présence d'un système de pensée ne se réduit pas à l'existence d'un groupe social ; les idées sont fortement conditionnées :

  • d'une part par la logique même de ces systèmes qui fait que tout n'est pas pensable à un moment donné (logique globale qui donne une cohérence synchronique aux divers discours et logique diachronique qui autorise un nombre limité de transformations) ;
  • d'autre part par les pièges du vocabulaire qui fait que l'on doit souvent penser le nouveau dans les termes anciens et qu'inversement les termes nouveaux n'offrent pas la certitude d'une nouveauté. Les modes révolutionnaires ne sont pas seulement vestimentaires, capillaires ou musicales, dans les titres de politesse, la manière de se saluer et de s'aborder ou le ton des discours.

10Par contre, il est plus judicieux de comprendre comment une vision du monde et de la société séduit ou répulse telle ou telle catégorie sociale et telle ou telle fraction de la société, et de comprendre pourquoi une idée répond ou non superficiellement ou en profondeur aux intérêts momentanés ou objectifs d'un groupe social, voire à ses illusions, sans pour autant réduire la sociologie des idées à une métaphore du marché. La pensée économique, diffusée sous des formes multiples dans une période aussi dense en conflits, dans un temps où l'on meurt pour ses idées avérées ou supposées tout autant que pour ses actes, est plus qu'un révélateur de la société. C'est un ingrédient même de sa réalité qui peut éclairer telle ou telle décision et par conséquent tel ou tel événement. Les idéo-logies ne peuvent pas être réduites à l'état de miroirs plus ou moins déformants. Allons plus loin. Tous les conflits entre les nombreux partis, factions et coteries ne peuvent pas être simplement réduits à des antagonismes sociaux et économiques : les passions humaines, les ambitions personnelles, l'orgueil, l'égoisme du pouvoir et la vanité sont aussi de puissants acteurs dont les contraintes économiques sont le théatre ; les thèses défendues par les uns et les autres peuvent ainsi être non le fondement d'une opposition mais son prétexte. La lutte entre girondins et montagnards est très largement de cette espèce. Jean Jaurès en donne une brillante démonstration :

  • 17 J. Jaures, Histoire socialiste, tome IV, La Convention, vol. 2, Paris : Rouff, p. 1458, voir aussi (...)

11"Si les Girondins devinrent un obstacle au développement révolutionnaire et un péril pour la Révolution, ce n'est pas plus par attachement théorique et systématique au fédéralisme que par inféodation préalable à des intérêts de classe, à un étroit égoïsme bourgeois.[...] Je sais que pour ceux qui croient que les événements politiques, jusque dans leurs détails, sont le reflet immédiat des phénomènes économiques, cette explication est bien superficielle et bien frivole. Si l'on appliquait rigoureusement la méthode dont Marx, dans son Histoire du Dix-huit Brumaire a donné une application tout ensemble géniale et enfantine, il faudrait chercher dans le conflit terrible de la Gironde et de la Montagne l’expression de profonds conflits de classes. Mais il n’y a pas seulement dans l'histoire des luttes de classes, il y a aussi des luttes de partis. J'entends qu'en dehors des affinités ou des antagonismes économiques, il se forme des groupements de passions, des intérêts d'orgueil, de domination qui se disputent la surface de l'histoire et qui déterminent de très vastes ébranlements"17.

  • 18 F. Aftalion, L'Economie de la Révolution française, Paris : Hachette, 1987, voir plus particulière (...)
  • 19 F. Aftalion, op.cit. p. 19
  • 20 Ces causes ne faisant que compléter la sauvagerie sanguinaire de la "vile populace" et de la "cana (...)
  • 21 Op. cit. p. 206 ; H. Taine est autrement plus judicieux lorsqu'il décrit l'insouciance de la noble (...)
  • 22 Op. cit. p. 66.

12Tout aussi abusive que la métaphore de la production idéologique, est l'idée, par exemple de Florin Aftalion dans son Economie de la Révolution française18, selon laquelle les révolutionnaires ont pour la plupart et le plus souvent agi, non par conviction, mais par démagogie ou en représentants d’intérêts économiques particuliers ; autrement dit ces "personnes instruites [qui] partageaient des idées économiques communes venues des Lumières, des physiocrates ou d'Adam Smith"19 ont menti. L'idée n'est-elle pas en fin de compte analogue à celle d'Adolphe Thiers ou d'Hippolyte Taine quand ils retiennent les mobiles de corruption et de pillage pour expliquer le mouvement social20. Toutefois, pour ce qui concerne les "meneurs", à la différence d'H. Taine qui les décrit comme des têtes "creuses" en dehors de "lieux communs" puisés chez Rousseau et Raynal21, F. Aftalion affirme que leurs "connaissances économiques, déjà relativement avancées ne furent pas toujours utilisées à bon escient. Afin de se rendre populaires, les chefs révolutionnaires les plus influents choisirent souvent de les ignorer. Ils préférèrent satisfaire les revendications outrancières de l'opinion, dont l'ignorance était compréhensible, en prenant le risque de susciter à terme des difficultés inextricables, plutôt que de suivre leurs propres convictions".22

  • 23 Le préjugé néo-libéral de F. Aftalion est tel (op. cit. pp.222-224) que, contre les historiens, te (...)

13Une telle approche qui tient la version contemporaine affadie du libéralisme pour une vérité naturelle ou éternelle, et toute autre idéologie pour un mensonge ou une erreur grossière, interdit bien évidemment une réflexion sur la pensée économique, puisque celle-ci serait tue23.

14Deux phénomènes peuvent expliquer les raisons de l'occultation de la pensée économique des années révolutionnaires :

  • la domination du politique et de l'événementiel
  • et un phénomène de génération.

15Le premier argument qui vient à l'esprit pour justifier l'occultation de la pensée économique de la Révolution est l'emprise de l'événementiel et du politique. La pression des circonstances serait telle que les élites réagiraient au jour le jour aux problèmes économiques (hausses des prix, approvisionnement en blé, répartition des impôts, financement de la guerre, etc.). Ils le feraient non en fonction de représentations proprement économiques, mais de préoccupations et d'idéologies immédiatement politiques. Ils seraient politiques avant d'être théoriciens. Augustin Cochin y voit l'aboutissement d'une dégénérescence de la philosophie au cours du XVIIIe siècle : philosophes, économistes puis politiciens :

  • 24 Augustin Cochin, La Révolution et la libre-pensée, Paris : Plon, 1924, pp. 108-109. Un anonyme not (...)

16"La génération suivante de philosophes, économistes, gens de lettres ou savants est d'envergure moins haute. Elle est venue plus tard, le dernier reflet du grand siècle s’est éteint. [...] Ils ne s'en prennent plus aux mœurs, mais seulement aux erreurs, aux habitudes, aux préjugés : quand les paysans sauront cultiver, que les commerçants comprendront la théorie du libre échange, les hommes seront mûrs pour la liberté et heureux. Quelque bon réglement, une bonne instruction des campagnes, et l'âge d’or sera revenu. Et on fonde des sociétés d'agriculture pleines d'avocats : les ministres font des ordonnances qui sont des traités. Après les économistes, viennent les politiciens : troisième transposition, celle des politiciens ; le niveau baisse encore d'un degré : nous descendons de Turgot à Dupont de Nemours, bien plutôt politicien qu'économiste, du vieux Mirabeau à son fils."24

  • 25 La première traduction en français sous forme d'un livre est publiée à La Haye en 1778-79 en quatr (...)
  • 26 Sur cette science anglaise, voir Halevy, La Formation du radicalisme philosophique, Paris : Alcan, (...)
  • 27 H. Taine décrit dans Les Origines de la France contemporaine : le "vieil abbé [il a alors soixante (...)
  • 28 Signalons ici le colloque Condorcet organisé à Paris du 8 au 11 juin 1988 par l'équipe CNRS Recher (...)
  • 29 Pas plus en France d'ailleurs qu'au Royaume-Uni où la suspension du paiement en espèces en 1797 pa (...)

17Cet effacement des économistes par les politiques paraît corroborer le deuxième argument : la disparition des "grands auteurs" du XVIIIe siècle quelques années avant l'effondrement de l'Ancien Régime ; François Quesnay est mort en 1774 à l'âge de quatre-vingt ans ; Condillac disparaît en 1780 à 66 ans, Turgot en 1781 à 54 ans, le vulgarisateur du tableau physiocratique et auteur de L'Ami des hommes, le marquis de Mirabeau, en 1789 à 74 ans ; Jean-Joseph Graslin en 1790 à 63 ans, Nicolas Baudeau en 1792 à 62 ans, etc. On pourrait multiplier les exemples qui illustrent un incontestable phénomène de génération, analogue à celui que connaît simultanément le Royaume-Uni où James Steuart meurt en 1780 à 68 ans et Adam Smith en 1790 à 67 ans. Là encore, une vingtaine d'années séparent cette disparition des vieux maîtres des premiers écrits, par exemple de David Ricardo. S'agit-il d'un silence nécessaire à la maturation et à la digestion de l'œuvre des fondateurs ? Adam Smith est traduit en français dès 1778-177925 ; James Steuart en 1789-1790 (sous l'impulsion de Vandermonde), Jeremy Bentham en 1789, William Godwin en 1792, signe de la diffusion des sciences sociales anglaises en France26. Mais combien les économistes anglais ont-ils alors trouvé de lecteurs en France ? Il est vrai que les hommes de loi et les avocats sont les plus nombreux dans les assemblées révolutionnaires, mais peut-on croire que tous les auteurs que l'on considère aujourd'hui comme ayant fait œuvre économique avant 1789 et encore vivants pendant la Révolution n'ont plus écrit après le prise de la Bastille : l'encyclopédiste l'abbé Morellet27 meurt en 1819, François Veron de Forbonnais en 1800, Pierre Mercier de la Rivière en 1801, Achylle-Nicolas Isnard et Gabriel Senac de Meilhan en 1803. et Pierre-Samuel Dupont de Nemours en 1817. Est-ce en raison d'une soudaine aphasie (par apraxie ou agnosie) ou de notre propre amnésie qu'une authentique pensée économique a été passée sous silence. Lorsque leurs noms, tels P.-S. Dupont de Nemours ou F. Veron de Forbonnais, ont mieux franchi la prospérité que les précédents, leurs écrits de la période révolutionnaire sont généralement passés sous silence ; et Condorcet attend toujours l'économiste qui lui donnera sa place dans le panthéon des pères fondateurs de l’économie politique28. L'hypothèse d'une absence de pensée économique ne tient pas29.

  • 30 Selon l'expression de François Furet.
  • 31 J. Jaures, op. cit. tome I, pp. 37-38, 155.
  • 32 Bernard Groethuysen, Philosophie de la Révolution française, Paris : Gallimard, 1956, p. 81.

18La lecture narrative des événements révolutionnaires, qui fait l'impasse sur les idéologies des acteurs et en particulier leurs savoirs ou leurs croyances économiques, est une lecture partielle voire partiale du phénomène. Non seulement il convient de "penser la Révolution"30, c'est à dire de produire les concepts adéquats à son interprétation, mais aussi de saisir les cadres abstraits à travers lesquels ses acteurs l'ont vécue, l'ont pensée et l'ont comprise (ou cru le faire). Cela supposerait un travail considérable de lecture de milliers d'opuscules et journaux de toute sorte, travail historique auquel cet ouvrage ne peut pas prétendre. Car telle est bien la principale difficulté : les hommes de 89-94 n'ont pas écrit les traités et synthèses qui éclaireraient leur pensée. On ne rencontre pas ce que l'on appellera au début du XIXe siècle, sans donner alors à ce terme un sens péjoratif, d'économie métaphysique ; ceci nous conduit à préférer l'expression floue d'idées économiques plutôt que celle plus conventionnelle de pensée économique susceptible d'évoquer un ensemble de doctrines. Il s'agit pour les contemporains de répondre concrètement à des questions pratiques (avec bien sûr l'idéo-logie, autrement dit la logique des idées des différents acteurs). Leurs systèmes de pensée et de représentation doivent être reconstruits à partir de textes qui rendent compte de ces problèmes immédiats et ayant la forme de discours dans les clubs et assemblées, rapports de commission et circulaires des ministres, pamphlets et pétitions, articles de presse. Jean Jaurès dans son Histoire socialiste de la Révolution31 a fort justement critiqué H. Taine pour avoir affirmé que les Révolutionnaires avaient hérité du XVIIIe siècle une prétendue approche abstraite ne tenant pas compte des réalités. Il suffit de lire quelques pages de certains cahiers de doléances pour être convaincu du contraire. Toutefois, il est vrai qu'esprit de système et débats concrets ne sont pas nécessairement incompatibles, en particulier lorsque l'on veut transformer le réel selon un modèle uniforme. Peut-on en raison de cette nature technique et non spéculative des débats les rejeter hors du champ de l'économie politique ? On comprendrait mal une telle démarche, car que seraient les œuvres de David Ricardo, de John Maynard Keynes, de Léon Walras, et encore moins des "monétaristes" de la deuxième moitié du XVIe siècle amputées de leurs écrits d'économie appliquée. Il est essentiel de saisir comment certains principes abstraits s'institutionnalisent, se concrétisent, deviennent pour ainsi dire des images vivantes32, agissent dans la vie réelle, entrent en contradiction entre eux, etc.

  • 33 Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, 1964 (...)
  • 34 Voir en ce sens la réaction de l'Assemblée en mars 1792 après le meurtre par des émeutiers, de Sim (...)
  • 35 L'article XVII de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est en la matière très explic (...)

19L'identité de représentation du monde des révolutionnaires et des économistes (ou de ce qui en tient lieu) du milieu du XVIIIe siècle est frappante. Alexis de Tocqueville l'a stigmatisée alors que Karl Marx l'a louée33. Les économistes construisent un monde où les individus-producteurs sont par nature égaux et où la propriété se justifie par un travail présent ou passé. La concurrence34 est un principe et la propriété privée un droit fondamental35, tous deux explicitement affirmés.

  • 36 J. Jaurès dans le volume I de son Histoire socialiste développe de façon lumineuse cette question (...)

20Pour ce qui est de la propriété, il a fallu que les Révolutionnaires dépassent une redoutable contradiction36 :

  • Comment prétendre défendre en tant que principe le droit de propriété et dans le même temps ne pas consacrer la propriété féodale et ecclésiastique et les droits féodaux37.
  • Comment affirmer que le droit de propriété a un caractère historique et ne pas du même coup menacer et donner une limite temporelle à la propriété bourgeoise.

21Pour comprendre la façon dont cette contradiction est traitée, il est indispensable de distinguer au sein de multiples controverses sur la propriété durant la Révolution, trois types d'approche de la question : une approche en termes de droit naturel, une approche en termes de convention sociale et une approche en termes d'usurpation.

  • 38 Citons deux auteurs qui ont défendu cette approche inspirée de John Locke et reprise par les Physi (...)
  • 39 L'article Fondation de l'Encyclopédie rédigé par A.-R. Turgot pouvait en la matière fournir l'argu (...)

22- Pour l'approche en terme de droit naturel38, la propriété dérive, indépendamment de toute forme d'association politique, de l'usage par l'homme de ses facultés. Par son travail, l'homme s'assimile une portion de la matière initialement commune à tous. L'état social ne fait que confirmer ce qui existait auparavant dans l'état de nature. Le droit de propriété est dès lors imprescriptible. Cette conception est dominante en 1789. Les défenseurs des droits de l'Eglise et de la noblesse s'en réclament ; mais leurs opposants aussi. Les Révolutionnaires affirment que la propriété des nobles et de l'Eglise n'est pas conforme au droit naturel (qui suppose la liberté des individus) ou ne répond plus aux raisons de sa constitution et qu'elle n’est plus en conséquence une propriété39. Dans la célèbre nuit du 4 août, dite d'abolition des privilèges, une distinction est faite par les députés entre deux types de droits féodaux ; les droits qui dérivent d'une ancienne servitude sont dits contraires aux droits de l'Homme, donc illégitimes, et sont supprimés sans indemnités ; par contre, les droits qui apparaissent comme une antique concession de propriétés ne sont pas abolis, et, considérés comme propriété légitime, ils sont déclarés rachetables.

23- La deuxième approche du droit de propriété est inspirée de textes de Rousseau ou de Necker notamment. Elle fait de la propriété une convention sociale. Mirabeau par exemple affirme : "Le droit de propriété tel que nous l'exerçons [est] une création sociale [...] Les lois ne protégent pas seulement la propriété ; elles la font naître en quelque sorte". La propriété individuelle est dans ce cas reconnue comme indispensable ; mais le droit de chacun sur son bien est subordonné à celui de l'Etat. Les droits féodaux et du clergé sont par conséquent supprimés puisqu'ils ne sont plus, dit-on, conformes aux raisons de leur apparition. Cette conception en termes de convention sociale devient peu à peu dominante au cours du développement du mouvement révolutionnaire. De plus, selon cette approche, le droit de propriété, "cette institution sociale" comme dit Robespierre ne doit pas empiéter sur le droit primitif qu'est le droit de vivre. Si la propriété y porte atteinte, ce droit doit être restreint. L'Etat se trouve dès lors juge-souverain des limites du droit de propriété. Ceci permet de justifier des réquisitions, la mise en place d'un impôt progressif ou des taxes sur les riches.

24La propriété dépouillée des droits féodaux, ecclésiastiques, corporatifs et monarchiques ne devient pas pour autant un droit absolu qui serait un obstacle à l'essor de l'industrie et de la bourgeoisie ; après débat et proposition de Mirabeau, le sous-sol est exclu du droit de propriété ; l'Etat peut ainsi directement céder la concession des mines aux détenteurs des capitaux nécessaires à leur exploitation.

25- La troisième approche ne critique pas les abus du droit de propriété ou ne lui donne pas de limites. Elle affirme que la propriété est un droit usurpé. Une infime minorité groupée autour de Babeuf rejette la convention-propriété et affirme que seul l'état de communauté est conforme à la nature.

  • 40 Pour faire équilibre, le même jour Barère propose d'organiser des secours publics pour les pauvres (...)
  • 41 Albert Mathiez, La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris : Payot, 1973, t. I, pp (...)
  • 42 Voir dans ce volume l'article d'H. Grange sur Necker ; celui-ci pose le même problème ; le banquie (...)
  • 43 Voir Rapport Fabre de l'Hérault du 8 avril 1793, la loi du 10 juin 1793 et son analyse par J. Jaur (...)
  • 44 Significatif de ce point de vue est le projet de le rétablir, repoussé en 1826 par la chambre des (...)
  • 45 Par exemple dans Eléments de républicanisme (1793) de Billaud-Varennes.

26L'immense majorité des révolutionnaires récuse les idées "collectivistes" ; la gauche et l'extrême gauche des Assemblées, Robespierre ou Saint-Just par exemple, sont par principe contre la collectivisation des moyens de production et d'échange. Le 18 mars 1793, à la demande de Cambon et après un discours de Barère, afin de rassurer les acquéreurs passés et futurs de biens nationaux, la Convention décide à l'unanimité que sera puni de mort quiconque proposera une loi agraire, c'est à dire le partage égal des terres entre les citoyens, ou toute autre loi "subversive des propriétés territoriales, commerciales ou industrielles"40. Même parmi le petit nombre, en dehors de l'Assemblée, qui propose une loi agraire41, le partage égal des terres s'il est remise en cause de la répartition des terres ne détruit pas le principe du droit de propriété ; bien au contraire, la proposition veut lui donner une base sociale plus large. La plupart souhaitent l'avènement d'une société de petits propriétaires, car la démocratie leur parait incompatible avec une disproportion trop forte des fortunes42. Le partage des communaux43 et la fin du droit d'aînesse participent du même idéal44. Il en va de même de la vente de biens nationaux fractionnés et des propositions faites pour ne considérer comme héritier que les descendants directs et pour limiter la valeur de la part de chacun d'eux, le reliquat devant aller à des familles pauvres45.

  • 46 Voir l'exemple du représentant Baudot donné par J. Jaures, op. cit. tome IV, pp. 1705-1706.

27De nombreux historiens tiennent la Terreur, par répulsion ou par sympathie, pour une préfiguration du socialisme. Gardons-nous ici de tout anachronisme. Certes l'économie de guerre mise en place en 1793-94 anticipe certaines mesures administratives systématisées beaucoup plus tard ; il en va de même des projets éducatifs et d’assistance aux pauvres. Toutefois, si l'on s'en tient aux conceptions de la production et de la circulation des biens prévalantes dans la période, autrement dit aux idées économiques, force est de constater que l'on est plus proche de l'ultra-libéralisme que du socialisme. Les décrets contre les accaparements peuvent paraître plus conformes à celui-ci qu'à celui-là. Il n'en est rien. Les tarifications, les réquisitions, confiscations de biens et autres atteintes aux libertés individuelles sont des mesures d'exception justifiées par la conjoncture. Ces remèdes autoritaires engendrés par la volonté de mobilisation de toutes les énergies, pour faire face à la guerre aux frontières et dans les régions insurgées et à l'approvisionnement des villes, sont vécus à un point tel comme temporaires par ceux-là mêmes qui les proposent qu'en toute bonne foi ils peuvent plus tard oublier d'en avoir été les auteurs46 ! De plus ces lois signifient d'une part que l'activité productive reste entre des mains privées, d'autre part, qu'à défaut d'une mise sur le marché par les détenteurs de biens, l'Etat a le droit de contraindre à la vente aux prix de marché à une date donnée.

  • 47 Turgot, "Fondation", in : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métie (...)

28Ne confondons pas libéralisme et l'avatar conservateur qu'est la défense sans bornes de la propriété privée. A.-R. Turgot, qu'il est difficile de situer en dehors du courant libéral, fixait déjà des limites à celle-ci en affirmant : "Le pauvre a des droits incontestables sur l'abondance du riche"47

  • 48 La critique des monopoles et le projet d'une société où contracteraient des agents économiques éga (...)
  • 49 Séance de la Convention du 26 avril 1793. Proposition développée dans Appel au genre humain, Paris (...)

29Pour les révolutionnaires, les marchandises doivent circuler même au prix d'une violence contre leurs détenteurs. L'idéal des jacobins et même des hébertistes n'est pas une collectivisation des moyens de production et d'échange ; la vente des biens nationaux et le partage des terres communales seraient sans cela incompréhensibles. L'idéal en matière de circulation des biens et services est une régulation marchande, qui doit exclure toute pratique d'accaparement, car les spéculations sur les stocks sont un obstacle à la libre circulation des produits et détermination des prix48 et mettent en cause la survie des plus pauvres. Les propositions du jacobin Anacharsis Clootz49 pour une organisation politique unifiée de l'humanité sont l'expression d'un extrême-libéralisme :

30"Nous ne sommes pas libres si des barrières étrangères nous arrêtent à dix ou vingt lieues de notre manoir [...], si notre commerce est interrompu par des hostilités, si notre industrie est renfermée dans le cercle étroit de tel ou tel pays [...]. Partout où vous verrez les ports et les havres fermés à notre commerce, ainsi que les chemins et les canaux prohibés, luttez contre l'erreur si c'est un pays libre, contre le tyran si c'est un pays despotique, contre les aristocrates si c'est un pays oligarchique...Une portion du genre humain ne saurait s'isoler sans être rebelle [...]. Le commerce est la principale cause des dissensions humaines ; or, les républiques sont plus commerçantes que les royaumes. N'ayons pas de voisins si nous ne voulons pas avoir d'ennemis."

  • 50 Witold Kula, Les Mesures et les hommes, Paris : Maison des sciences de l'homme, 1984, 304 p.. Sur (...)

31Les révolutionnaires en détruisant les anciens ordres et privilèges, les mesures d'Ancien Régime et les pratiques marchandes, fiscales et sociales qui leur sont liées50, modèlent la société selon une norme nouvelle. En cela la pensée des révolutionnaires est économique, et même libérale, puisqu’ainsi disparaissent des entraves anciennes à la libre circulation des produits : l'unicité des poids et mesures et la suppression des octrois sont des corollaires nécessaires du laissez-passer.

  • 51 Voir par exemple, l'article Economie politique rédigé par J.-J. Rousseau pour l'Encyclopédie.
  • 52 J.-M. Servet, "La Monnaie contre l'Etat ou la fable du troc", in : Droit et monnaie, Etats et espa (...)

32Toutefois, et ceci est vraisemblablement une raison fondamentale de l'occultation de l'économie politique de la Révolution, une difficulté essentielle pour appréhender cette pensée tient au fait qu'économie et politique ne sont généralement pas encore saisis en France comme deux dimensions autonomes du fait social. Si les mercantilistes avaient rompu avec les scolastiques et coupé le lien entre économie et morale, la politique est une dimension dominante51 et elle le demeure jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. La rupture largement ignorée par les physiocrates et introduite par Adam Smith et par Anne-Robert Turgot entre politique et économie52 n'est véritablement consommée en France que par Jean-Baptiste Say au début du XIXe siècle. Celui-ci affirme alors avec force :

  • 53 J.-B. Say, Traité d'économie politique, Paris : Guillaumin (6e ed.) p. 1.

33"On a longtemps confondu la politique proprement dite, la science de l'organisation des sociétés, avec l'Economie politique, qui enseigne comment se forment, se distribuent et se consomment les richesses qui satisfont aux besoins des sociétés. Cependant les richesses sont essentiellement indépendantes de l'organisation politique ; sous toutes les formes de gouvernement, un Etat peut prospérer, s'il est bien administré. On a vu des nations s'enrichir sous des monarques absolus, on en a vu se ruiner sous des conseils populaires."53

  • 54 Il nous parait indispensable que cet ouvrage soit suivi d'un second où la pensée économique des an (...)

34Si, plus tard, le contre-coup de l'après-Révolution et le despotisme qui suivit ont été propices à l’autonomisation intellectuelle (ou plutôt à une volonté de la réaliser) de la société civile (en l'occurrence ici de l’économique, par rapport au politique), ces bouleversements politiques des années 89-94 ne sont pas favorables à l'émancipation d'une pensée spécifiquement économique. La Révolution engendre un retour en force du politique et de la morale. Mais quand les passions tombent, les bases d'une pensée proprement économique ont été jetées. La Révolution française est une période intellectuellement charnière en France pour l'économie politique entre les Physiocrates et J.-B. Say. La fin de la mode physiocratique est un moment propice à l'introduction en France des sciences sociales anglaises en particulier avec les traductions d'œuvres de Smith, de Steuart, de Godwin ou de Bentham. En 1794, le groupe dit d'Auteuil ou des idéologues, mouvement auquel participent très activement Jean-Baptiste Say (secrétaire du ministre des contributions Clavière en 1792) et Destutt de Tracy, fonde une revue : La Décade philosophique ; et ceux que l'on appellera les Idéologues concourent à la création d'un des premiers cours d'économie politique en France54.

  • 55 Sur le concept de transition, on lira avec intérêt un précédent volume de la collection AEH, Appro (...)

35En prenant l'initiative de cet ouvrage collectif et en saisissant l'occasion du bi-centenaire de la Révolution, nous avons voulu nous associer à cette célébration et, ce faisant, amorcer une réflexion sur la nature de la pensée économique à la fin du XVIIIe siècle. Cette publication n'est pas une synthèse et a tous les caractères d'un essai ; en particulier elle ne prétend pas à l'exhaustivité, ce d'autant plus qu'un certain nombre d'articles initialement prévus dans ce projet ne sont pas parvenus à temps pour figurer dans ce volume. Le travail des uns et des autres a connu un approfondissement inégal. Le temps n'est pas encore venu, pour nous, de dégager une perspective claire de l'économie politique de la Révolution. Le peut-on d'ailleurs parfaitement pour une époque qui incarne à un point tel un phénomène de transition55 ?

36Les premiers articles éclairent le contexte propre à l'économie politique qui précède la Révolution française. Dans "De la Révolution scientifique à la Révolution culturel : l'enseignement de l'économie politique à l'âge des Lumières", Jacqueline Hecht dresse une vaste fresque de l'émergence de la pensée économique comme pensée scientifique et surtout de l'introduction de l'économie politique dans les systèmes d'enseignement au XVIIIe siècle en Europe et montre le retard de la France en la matière ; l'économie politique y est diffusée dans des cercles privés en dehors des universités "foyers de résistance à toute innovation" et ce n'est qu'en 1795 qu'une chaire d'économie politique est créée à l'Ecole normale et est confiée à A.-T. Vandermonde. Le deuxième article est consacré à une figure essentielle de l'économie politique de la Révolution, Condorcet, et à une question cruciale, l'esclavage des Nègres, aboli seulement et pour peu de temps, le 4 février 1794 dans les colonies françaises. Pierre Dockès y montre le combat antérieur même à la Révolution de l'auteur de l'Esquisse d’un tableau historique des progrès de l'esprit humain, les différences de son argumentation d'avec celle d’Adam Smith ; message de liberté, pour les générations présentes et à venir, contre de prétendues nécessités économiques. Gérard Klotz aborde ensuite avec la fiscalité, problème essentiel dans le déclenchement de la Révolution, l'influence de la pensée physiocratique sur Antoine de Lavoisier et affirme la modernité de l'arithmétique politique à laquelle sa réflexion et ses propositions donnent lieu.

37Avec Pierre-Samuel Dupont de Nemours étudié par Henri Goutte, nous restons sous influence physiocratique tout en entrant pleinement dans le vif des événements révolutionnaires. Il analyse ici une période de l'œuvre de Dupont généralement laissée dans l'ombre et pourtant d'une part fort féconde et d'autre part très riche par les thèmes abordés (fiscalité, en particulier à travers les octrois et la dîme, clergé, éducation, monnaie notamment) et qui constituent une sorte de transition nécessaire à la fin de l'ordre physiocratique et à l'émergence d'une discipline économique dégagée de sa gangue politique. Les trois articles qui suivent étudient non un auteur mais l'économie politique en application dans la législation et la gestion révolutionnaires. Jean Pierre Potier tout d'abord présente les lois d'Allarde et Le Chapelier qui vont successivement mettre fin aux corporations puis interdire toute association ouvrière ou patronale, décisions parfaitement conformes à la logique libérale de la Révolution et qui, à l'exception remarquable de Marat, n'entraînent pas alors une vive polémique, décisions essentielles aussi puisque ces lois organiseront les rapports salariaux en France pendant un siècle. Thierry Vissol ensuite nous donne une analyse fouillée des tentatives de gérer socialement la pauvreté croissante et des projets généreux mais bornés par la volonté de ne pas entraver le bon fonctionnement de l'économie, bornés aussi par un budget dans lequel le financement de la guerre pèse de plus en plus lourdement. C'est précisément en étudiant le problème du financement de la guerre que Christian Bruschi a lu les discours de Marat, Danton, Robespierre, Saint-Just, etc. ; ce thème abordé par Mirabeau avant le début des hostilités révèle le caractère d'abord politique et secondairement économique des arguments des orateurs. Saint-Just manifeste en la matière le plus de clairvoyance en saisissant l'interdépendance des faits monétaires, financiers et économiques. Cette intelligence par Saint-Just des mécanismes économiques est au cœur de l'article de Charles-Albert Michalet ; en effet, le jeune compagnon de Robespierre comprend très tôt que la hausse des prix inhérente à l'inflation d'assignats perdra la République et il en démonte les rouages implacables.

  • 56 A. Young, Voyages en France, 1787, 1788, 1789, volume III, Observations générales (fin) De la Révo (...)

38A cette approche très fragmentaire des idées économiques en France sous la Révolution, joindre un regard extérieur nous a paru intéressant. L'étude de la pensée d'Edmund Burke par Michel Péron illustre l'influence de la pensée révolutionnaire au Royaume-Uni. A la différence d'Arthur Young, qui dans ses écrits de 1791 manifeste une grande compréhension et une certaine sympathie pour la Révolution56, E. Burke l'exècre. Les partisans de la Révolution étaient en Angleterre d’infimes minorités groupées dans des sociétés actives, en relation avec les révolutionnaires français, telles la London Corresponding Society (1791) et The Friends of the People (1792), dont les membres furent très vite persécutés. N’oublions pas le contexte particulier de la révolte de la Bounty dont les mutins avaient eux aussi porté à leur manière un coup à l'ordre établi quelques semaines avant les événements français. Edmund Burke met en avant le danger d’une remise en cause du droit de propriété. Il y a bien sûr là malentendu dans la mesure où la vente des biens nationaux, si elle abroge des droits anciens, ne détruit pas l'institution même mais la réconforte et la transforme en l'étendant à de plus larges couches de la population. Toutefois, il y a bien un message libérateur qui sillonnera l'Europe (très vite, par la force des armes !) et le temps. A travers Jacques Necker (qui quitte Paris dès septembre 1790) c'est encore la menace d'une loi agraire qui est au cœur de la contribution d'Henri Grange. J. Necker défend, à l'encontre de ses contemporains, que l'institution de la propriété est la cause essentielle de l'inégalité sociale ; opposé à la société d'ordres d'Ancien Régime, il est ouvertement favorable à l'émergence d'une société de classes : la propriété doit être défendue au nom de l'efficacité. Avec Charles-Alexandre Calonne enfin, nous voici encore hors des frontières de la République parmi l'Emigration ; Bruno Collin montre à travers son approche de la question monétaire et ses propositions de refonte des contributions que l'ancien ministre ne propose pas un simple retour à l'Ancien Régime, mais fait des propositions pour reconstruire sur les bases nouvelles nées de la Révolution.

39Le dernier article de l'ouvrage nous renvoie un siècle plus tard. André Vianès a recherché en effet l'écho de la Révolution parmi les économistes lors de la célébration du premier centenaire. Il montre que cette référence historique est alors un enjeu idéologique important et il analyse les lectures du premier centenaire engluées dans les débats du temps et les combats des écoles entre libéraux, coopérativistes, socialistes, etc.

40Le lecteur trouvera de plus en fin de volume un guide bibliographique établi par Gérard Rimbaud. L'ouvrage a aussi été illustré par la reproduction de gravures et de tableaux de l'époque ; plusieurs œuvres de Léonard Defrance dans lesquelles le travail et les contrastes sociaux occupent une large place sont reproduites ; Thierry Vissol donne en annexe un aperçu rapide de la vie et de l'œuvre de ce peintre.

  • 57 Voir P. Dockes, B. Rosier, L'Histoire ambiguë, Paris : PUF, 1988.
  • 58 On peut penser que l’Europe enfin unie donnera alors un contenu plus universel au message de la Ré (...)

41Ce livre n'est pas un travail d'historiens, la plupart des contributeurs sont d'ailleurs économistes. Nous pensons pouvoir mener, à partir de ce champ particulier du savoir, une réflexion dont, nous l'espérons, l’intérêt dépasse la discipline. Pas plus que l'interprétation des mécanismes économiques n'appartient aux seuls économistes, le temps passé n'est le monopole des seuls historiens57. Si ceux-ci peuvent, ou plutôt doivent, fournir un travail irremplaçable sur la collecte et le traitement des sources, au-delà la collaboration de toutes les sciences du social est indispensable. L'ouvrage n'est qu'une piste qu'il faudra poursuivre et élargir sans attendre l'éventuelle commémoration d'un tricentenaire de la Révolution58.

LIBERTÉ DE LA PRESSE
Gravure anonyme
Bibliothèque nationale [cliché BN]

Notes

1 Jean Jaurès est un des rares auteurs à éclairer les débats économiques sous la Révolution, en particulier en commentant de très longues citations : voir sa monumentale Histoire socialiste (1789-1900), Paris : Rouff, dont il a lui-même rédigé les quatre premiers volumes (1789-1794), [réédition Paris : Ed. sociales, 1970, revue par A. Soboul].

2 Saint-Just est un des révolutionnaires étudiés par les économistes, mais Saint-Just n'est pas un économiste ! Citons notamment l’étude de C.-A. Michalet (d'abord publiée dans les Annales de la Révolution française et que nous reproduisons ici) et celle de Michel Lutfalla "Saint-Just, analyste de l'inflation révolutionnaire", Revue d'histoire économique et sociale, 1966 no 2, pp. 242-255. Citons également ici un article consacré à l’abbé Sieyès mais qui malheureusement s'arrête aux manuscrits de 1789 : Mariel Dorigny, "La formation de la pensée économique de Sieyès d'après ses manuscrits (1770-1789)", Annales historiques de la Révolution française, no 271, janv.-mars 1988, pp. 17-34.

3 Rivarol, tome II no 12, cité par G. Walter, La Révolution française vue par ses journaux, Paris : Tardy, 1948, p. 80.

4 Voir Dits et Ecrits sur les assignats-monnaie, Collection Ecrits monétaires, Lyon : Département Monnaie, finance et banque, université Lumière Lyon 2/Musée de l'Imprimerie et de la Banque (à paraître 1989).

5 Albert Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l'an II, 1793-1794, Paris : Flammarion, 1973, p. 234.

6 N'oublions pas que l'hiver 1788-1789 est une période de disette et qu'en cette fin du XVIIIe siècle, pour plus de la moitié des Français, les dépenses en pain représentent selon le cours variable du blé entre 25 % et 50 % de leur budget.

7 G. Rudé, La Foule dans la Révolution française, Paris : Maspéro, 1982, plus particulièrement pp. 49-50, 82-88, 117, 119, 135-140, 147-149, 151-154, 163, 235-236.

8 Voir ci-dessous note 54. Nous ne débattrons pas ici du problème historique des dates qui doivent être considérées comme commencement de la Révolution (1788 ou 1789) et de son terme (1794, 1795, terme de la Convention), 1799 (coup d'Etat de Bonaparte) voire l’avènement de la IIIe République, ou pour notre discipline, 1803 date de la publication du Traité de Jean-Baptiste Say.

9 Florence Gauthier, "De Mably à Robespierre, un programme économique égalitaire, 1775-1793", Annales historiques de la Révolution française, no 261, juillet-septembre 1985, pp. 265-289 a par exemple montré le lien entre la pensée robespierriste et, un quart de siécle plus tôt, la critique par Mably dans Du commerce des grains de la politique de Turgot.

10 Sur les problèmes de méthodes en histoire de la pensée économique, nous renvoyons à deux précédents volumes de la collection AEH :
Tout d'abord la présentation de G. Klotz et l'article de P. Dockès dans Ordre, nature, propriété, Lyon : PUL, 1985 ;
Nous avons développé une approche structurale en histoire de la pensée économique dans Les Figures du troc du XVIe au XIXe siécle : lecture de textes économiques, Cahier AEH, no 12, octobre 1977 ; sur la méthode, voir plus particulièrement pp.8-16.
Voir aussi : Thierry Vissol, "L'équilibre international d'Isaac Gervaise. Analyse critique", Cahier Monnaie et financement, (Lyon) no 17, mars 1987, p. 157 sq.

11 Augustin Cochin, La Révolution et la libre-pensée, Paris : Plon, 1924, LI-293 p. ; Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne. Etudes d'histoire révolutionnaire, Paris : Plon, 1921, 300 p.

12 Voir en ce sens, l'article de J. Hecht dans ce volume.

13 Witold Kula dans Les Mesures et les hommes, Paris : Maison des sciences de l'homme, 1984, pp. 170-210, se livre à une très intéressante étude du voeu d'une unification des poids et des mesures dans les cahiers de doléances, question qui occupe une place importante dans les cahiers du Tiers Etat ; voir aussi R. Picard, Les Cahiers de 1789 du point du vue industriel et commercial, Paris, Thèse de droit, 1910.

14 Voir les travaux de C. Labrosse, P. Retat et alii du Centre d'études du XVIIIe siècle (université Lumière-Lyon 2) sur la presse parisienne en 1789, à paraître aux Presses universitaires de Lyon.

15 Voir Michel Vovelle La Mentalité révolutionnaire : société et mentalité sous la Révolution française, Paris : Editions sociales, 1985, 290 p.

16 Pour une approche trés nuancée de la notion d'idéologie-reflet, on lira avec intérêt, concernant la période révolutionnaire : E. Guibert, Voies idéologiques de la Révolution française, Paris : Ed. Sociales, 1976, 272 p., pp. 13 sq, 155sq.

17 J. Jaures, Histoire socialiste, tome IV, La Convention, vol. 2, Paris : Rouff, p. 1458, voir aussi pp. 1458-1464.

18 F. Aftalion, L'Economie de la Révolution française, Paris : Hachette, 1987, voir plus particulièrement pp. 19, 66-69, 88, 145-146, 166-167, 185-186, 190. Cet ouvrage est par ailleurs intéressant comme synthèse des faits économiques.

19 F. Aftalion, op.cit. p. 19

20 Ces causes ne faisant que compléter la sauvagerie sanguinaire de la "vile populace" et de la "canaill". Voir H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, Paris : Laffont/Club français du Livre, 1972, XLI-830 . (sur le "brigandage" pp. 155, 157, 172-175, 178, 183, 201, 393 et sur les "soudoyés" pp. 220-221, 330-333, 431) ; dans le même sens, mais de façon plus nuancée, voir les allusions d'A. Thiers aux pillages des "brigands" stipendiés et aux spéculations privées (Histoire de la Révolution française, Paris : Furne, 1845, vol. I pp. 38-39, 120-121, 162, vol. III pp. 304-306, vol. IV pp. 327, 335-336).

21 Op. cit. p. 206 ; H. Taine est autrement plus judicieux lorsqu'il décrit l'insouciance de la noblesse et son incapacité à faire face à la Révolution (voir notamment op. cit. pp. 54-56, 124)

22 Op. cit. p. 66.

23 Le préjugé néo-libéral de F. Aftalion est tel (op. cit. pp.222-224) que, contre les historiens, tels R. C. Cobb, G. Lefebvre ou A. Soboul qui imputent la famine de l'an III aux conditions climatiques et à l'abandon de l'économie dirigée, F. Aftalion y voit au contraire une conséquence de celle-ci : "l'abolition tardive de quelques contraintes devait empêcher une aggravation de la crise mais ne pouvait suffire à ramener immédiatement la prospérité" (op. cit. p. 224) ; il reconnaît pourtant (p. 250) ignorer l'évolution exacte des quantités produites. Une famine n'est malheureusement pas nécessairement consécutive à une seule pénurie. Dans l'entre-deux-guerres des milliers de paysans indochinois meurent de faim pendant que le riz du Tonkin est exporté à Marseille pour nourrir les cochons ; ce riz est alors simultanément trop cher pour le budget des paysans indochinois et bon marché comme nourriture pour le bétail en France ! La libération des prix et des échanges, l'inflation qui suit Thermidor peuvent avec les caprices du climat expliquer ces cadavres de paysans que l'on trouve le long des routes la bouche pleine d'herbe ou de foin. Un rapport d'un agent du ministère de l’Intérieur rédigé en novembre 1794 indique qu'avant même l’abrogation officielle de la loi du maximum (en décembre, période pour laquelle on peut s'interroger sur le degré d'application de cette loi) : " Les longues attentes pour avoir du pain de ration, la pénurie de farine, la cherté excessive, aux marchés et sur les places, du pain, du vin, du bois, du charbon, des légumes et des pommes de terre, dont les prix augmentent tous les jours de la manière la plus alarmante, jettent le peuple dans un état de misére et de désespoir qu'il est facile de se représenter" (Arch. nat. F7 36884 cité par G. Rude op.cit. p. 168).

24 Augustin Cochin, La Révolution et la libre-pensée, Paris : Plon, 1924, pp. 108-109. Un anonyme notait déjà en 1791 : "Ce qu'on appelle la Révolution était tramé depuis longtemps par les prétendus philosophes du siécle, connus sous le nom d'économistes. Les académies et les différents clubs, les jansénistes et les protestants étaient leurs principaux agents. Les membres de la majorité de l’Assemblée n'ont été que les simples artisans". En tête de la Liste alphabétique de baillage et sénéchaussée de MM. les députés de l'Assemblée nationale, vulgairement appelés le côté gauche ou les enragés se disant patriotes, anonyme début 1791, cité par R.R. Palmer, Annales historiques de la Révolution française no 156, exergue repris par Guibert op. cit. p. 167.

25 La première traduction en français sous forme d'un livre est publiée à La Haye en 1778-79 en quatre volumes ; à Yverdon en 1781 parait une autre traduction en six volumes, suivie d'une nouvelle en 1788. La connaissance de l'œuvre d'Adam Smith joue par exemple une influence certaine sur l'abbé Sieyès, voir M. Doriony, op. cit.

26 Sur cette science anglaise, voir Halevy, La Formation du radicalisme philosophique, Paris : Alcan, 1901-1904, 3 volumes.

27 H. Taine décrit dans Les Origines de la France contemporaine : le "vieil abbé [il a alors soixante-six ans] ruiné par la Révolution" entreprenant en septembre 1793 de pénibles démarches afin d'obtenir "un certificat de civisme pour toucher la petite pension de 1000francs que l'Assemblée constituante lui a voté en récompense de ses écrits" (op. cit. pp. 520-521).

28 Signalons ici le colloque Condorcet organisé à Paris du 8 au 11 juin 1988 par l'équipe CNRS Recherches épistémologiques et historiques sur les sciences exactes et les institutions scientifiques

29 Pas plus en France d'ailleurs qu'au Royaume-Uni où la suspension du paiement en espèces en 1797 par la Banque d'Angleterre provoque une importante polémique. Mais dans ce débat on oubliera généralement Thornton, et on retiendra surtout les écrits postérieurs de David Ricardo.

30 Selon l'expression de François Furet.

31 J. Jaures, op. cit. tome I, pp. 37-38, 155.

32 Bernard Groethuysen, Philosophie de la Révolution française, Paris : Gallimard, 1956, p. 81.

33 Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, 1964, t.2, pp. 209-215, t. 3, pp. 369-373. François Furet, Marx et la Révolution française, Paris : Flammarion, extrait des Théories sur la plus-value, pp. 257-258.

34 Voir en ce sens la réaction de l'Assemblée en mars 1792 après le meurtre par des émeutiers, de Simoneau, jacobin et maire d'Etampes qui s'opposait à la demande populaire de taxation du blé.

35 L'article XVII de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est en la matière très explicite : "La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique légalement constatée, l’exige évidemment et sous la condition d'une juste et préalable indemnité."

36 J. Jaurès dans le volume I de son Histoire socialiste développe de façon lumineuse cette question (p. 158 sq.).

37 Ce n'est par hasard que les cahiers de la noblesse et du clergé affirment le respect absolu des propriétés, de toutes les propriétés au nom du droit de propriété.

38 Citons deux auteurs qui ont défendu cette approche inspirée de John Locke et reprise par les Physiocrates : Germain Garnier, le traducteur de la Richesse des nations de Smith, dans De la propriété dans ses rapports avec le droit politique (1792) et l'abbé Morellet dans son Supplément à la causes des pères

39 L'article Fondation de l'Encyclopédie rédigé par A.-R. Turgot pouvait en la matière fournir l'argument. (Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, Paris : Brisasson, tome VII, pp. 72-75).

40 Pour faire équilibre, le même jour Barère propose d'organiser des secours publics pour les pauvres et le fractionnement des biens nationaux mis en vente en parcelles afin qu'ils soient mieux accessibles au plus grand nombre.

41 Albert Mathiez, La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris : Payot, 1973, t. I, pp. 87-95.

42 Voir dans ce volume l'article d'H. Grange sur Necker ; celui-ci pose le même problème ; le banquier genevois, ministre en France, ne voulant pas remettre en cause l'inégalité socio-économique, choisit l'inégalité politique.

43 Voir Rapport Fabre de l'Hérault du 8 avril 1793, la loi du 10 juin 1793 et son analyse par J. Jaures, op. cit. tome IV, pp. 1576-1582, 1628-1630.

44 Significatif de ce point de vue est le projet de le rétablir, repoussé en 1826 par la chambre des Pairs.

45 Par exemple dans Eléments de républicanisme (1793) de Billaud-Varennes.

46 Voir l'exemple du représentant Baudot donné par J. Jaures, op. cit. tome IV, pp. 1705-1706.

47 Turgot, "Fondation", in : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, tome VII, Paris, 1757, p. 73, col. 1.

48 La critique des monopoles et le projet d'une société où contracteraient des agents économiques égaux sont les raisons pour lesquelles nous ne sommes pas d'accord avec la lecture anti-libérale, par ailleurs fort stimulante, de la pensée de Maximilien Robespierre faite par Florence Gauthier, "De Mably à Robespierre, un programme économique égalitaire", 1775-1793", Annales historiques de la Révolution française, no 261, juillet-septembre 1985, pp. 265-289.

49 Séance de la Convention du 26 avril 1793. Proposition développée dans Appel au genre humain, Paris, frimaire an II, 20 p.) et dans Bases constitutionnelles de la République du genre humain, Paris : Imp. Nat., 1793, IV-44 p.).

50 Witold Kula, Les Mesures et les hommes, Paris : Maison des sciences de l'homme, 1984, 304 p.. Sur l'œuvre en la matière des assemblées révolutionnaires, voir pp. 211-237. La résistance à l'adoption du nouveau système fut plus longue que l'on imagine souvent (pp. 238-244, 248).

51 Voir par exemple, l'article Economie politique rédigé par J.-J. Rousseau pour l'Encyclopédie.

52 J.-M. Servet, "La Monnaie contre l'Etat ou la fable du troc", in : Droit et monnaie, Etats et espace monétaire transnational, Dijon : université de Bourgogne/Faculté de droit/institut de relations internationales/CREDIMI, 1988, pp. 59-62. Voir sur ce point l'apport relatif de Dupont de Nemours par rapport à François Quesnay analysé ici par H. Goutte.

53 J.-B. Say, Traité d'économie politique, Paris : Guillaumin (6e ed.) p. 1.

54 Il nous parait indispensable que cet ouvrage soit suivi d'un second où la pensée économique des années 1794-1799 serait analysée, en particulier les écrits de Vandermonde (J. Hecht évoque dans ce volume son cours), de Roederer, du jeune J.-B. Say et des autres idéologues, et où le libéralisme supposé des thermidoriens ainsi que le communisme de G. Babeuf et l'influence des écrits de Condorcet seraient interrogés.

55 Sur le concept de transition, on lira avec intérêt un précédent volume de la collection AEH, Approches de la transition, Lyon : PUL, 1981, 308 p. et deux contributions récentes du réseau mis en place depuis 1984 par Maurice Godelier pour l'étude des "formes processus de transition " dans Revue internationale des sciences sociales (UNESCO) no 114, novembre 1987 et Social Science Information (MSH Paris) vol. 26, no 2, 1987.

56 A. Young, Voyages en France, 1787, 1788, 1789, volume III, Observations générales (fin) De la Révolution française, Paris : Armand Colin ; voir en particulier pp. 1008-1009, 1029 sq.

57 Voir P. Dockes, B. Rosier, L'Histoire ambiguë, Paris : PUF, 1988.

58 On peut penser que l’Europe enfin unie donnera alors un contenu plus universel au message de la Révolution (mieux compris semble-t-il aux frontières de l'Hexagone) et saisira celle-ci dans l'ensemble des Révolutions occidentales (Amérique, Genève, Irlande, etc.).
Nous avons présenté les principaux éléments de cette introduction à Fribourg (C.H.) en avril 1988 à l'invitation de l'Institut de sciences économiques et sociales de l'Université. Nous remercions les participants à cette conférence pour leurs questions et suggestions.
Cet ouvrage a été rédigé par des économistes du centre A.E.H. et du centre Walras de l'université Lumière-Lyon 2 avec la collaboration active de spécialistes d'autres universités et d'autres disciplines. Myriam Goutte et Paul Veyriras ont joué un rôle essentiel dans la composition de l'ouvrage.

Table des illustrations

Légende LIBERTÉ DE LA PRESSEGravure anonymeBibliothèque nationale [cliché BN]
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

Auteur

Maître de conférences, université Lumière - Lyon 2. co-directeur de l'UA CNRS A. et L. Walras. Directeur des Cahiers Monnaie et Financement.
Co-auteur de : Sauvages et ensauvagés, PUL, 1980. Auteur de Etat et Origines de la monnaie, PUL, 1984. Co-éditeur des Œuvres complètes d'A. et L. Walras, Economica, 1987. A publié une trentaine d'articles en histoire de la pensée et des faits économiques et en économie du développement.

© Presses universitaires de Lyon, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search