Version classiqueVersion mobile

Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983)

 | 
Jean-Pierre Potier

Appendice

Problèmes d’aujourd’hui et de demain : une polémique entre Piero Sraffa et Antonio Gramsci sur la lutte contre le fascisme1

Texte intégral

  • 1 Nous proposons ici une traduction de l’étude « Problemi di oggi e di domani », publiée par Antonio (...)

1Nous avons reçu cette lettre d’un vieil abonné et ami de L’Ordine Nuovo :

Il me semble que notre désaccord soit spécialement d’ordre chronologique : j’accepte une grande partie de ce que vous m’écrivez, mais comme solutions de problèmes qui se présenteront après la chute du fascisme ; il est très utile de les étudier et de se préparer à les affronter ; mais les problèmes d'aujourd'hui sont très différents. Parlons de cela. Je maintiens mon opinion que la classe ouvrière est complètement absente de la vie politique ; et je ne peux que conclure que le Parti communiste, aujourd’hui, ne peut rien faire ou presque rien de positif. La situation ressemble, de manière frappante, à celle de 1916-17 ; et il en est de même de mon état d’âme, que vous me dites commun aux autres amis qui vous écrivent. Mes opinions politiques sont inchangées – pire, je me suis durci ; justement comme je m’étais durci, jusqu’en 1917, dans le socialisme pacifique de 1914-15, d’où me tira la découverte, faite après Caporetto et la révolution russe de novembre, que les fusils étaient précisément entre les mains des ouvriers-soldats. Malheureusement l’analogie n’arrive pas jusqu’à ce point ; mais comme à l’époque, tout en nous rendant compte, en réfléchissant, que la guerre devait bien finir un jour, on « sentait » tous qu’elle ne finirait jamais et on ne voyait pas comment pourrait venir la paix – il en est de même aujourd’hui avec le fascisme. Il me faut peu d’effort pour accepter votre opinion que cet état de chose ne peut durer, et que de graves événements sont imminents ; c’est parfaitement logique, mais ni on le « sent », ni on le « voit ». Il n’y aura pas la possibilité d’une action politique ouvrière tant que les problèmes concrets qui se présentent à chaque ouvrier devront être résolus individuellement et de manière privée, comme aujourd’hui : il faut sauver l’emploi, la paye, la maison et la famille ; le syndicat et le parti ne peuvent fournir aucune aide, c’est même tout le contraire ; on obtient un peu de paix seulement en se faisant le plus petit possible, en se pulvérisant ; on augmente un peu la paye en travaillant beaucoup ou en cherchant du travail noir, en faisant concurrence aux autres ouvriers, etc. : la vraie négation du parti et du syndicat. La crise économique s’est désormais atténuée si bien que s’il y avait un minimum de liberté syndicale et d’ordre public, la reprise des organisations, des grèves, etc. serait possible, (comme, par exemple, en Angleterre). La question urgente, préjudicielle par rapport à toute autre, est celle de la « liberté » et de l’« ordre » : après viendront les autres, mais actuellement elles ne peuvent même pas intéresser les ouvriers. Aujourd’hui, un relâchement de la pression fasciste ne peut, je crois, être obtenu par le Parti communiste : c’est le moment des oppositions démocratiques et il me semble nécessaire de les laisser faire et même de les aider. Il faut, avant tout, une « révolution bourgeoise », qui permettra ensuite le développement d’une politique ouvrière. En substance, il me semble que, comme durant la guerre, il n’y ait rien d’autre à faire que d’attendre que cela passe. Je voudrais connaître votre opinion à ce sujet. Il ne me semble pas que la mienne soit inconciliable avec le fait d’être communiste, même si elle est non conforme à la discipline : la fonction que j’attribue aux « gauches » se développera, je le crois, très rapidement, et il ne conviendrait certes pas au Parti communiste de se compromettre avec elles, pour la bonne raison qu’il n’apporterait rien à une campagne de ce genre. Mais il me semble que c’est aussi une erreur que de se placer ouvertement contre elles et d’insister trop (comme le fait, par exemple, l'Unità) sur la dérision de la « liberté » bourgeoise : belle ou laide, c’est la chose dont les ouvriers ressentent aujourd’hui le plus fort besoin et c’est le présupposé de toute conquête ultérieure. Tout à fait comme pendant la guerre le neutralisme n’était certes pas une politique socialiste ; mais sans doute il a été la meilleure politique, parmi celles possibles, pour le Parti socialiste, car elle était la mieux perçue par le les masses. Le Parti communiste ne peut, par contradiction, faire campagne pour la liberté et contre la dictature en général : mais il commet une grave erreur quand il donne l’impression de saboter une alliance des oppositions, comme il l’a fait avec la déclaration précipitée de participation à la lutte électorale, quand les autres partis par feinte, brandissaient la menace de l’abstention. Sa fonction est, pour le moment, celle de la mouche du coche, car, après, il sera nécessaire pour un parti de masse de s’être distingué dans la lutte contre le fascisme : encore, comme durant la guerre. Et en attendant, il sera bien que, profitant de cette expérience, il se prépare un programme concret pour la suite : alors certainement la question méridionnale et celle de l’unité seront au premier plan. Mais pas aujourd’hui : je ne crois pas que la bataille des fascistes pour avoir dans la liste Orlando et C. ait la signification que vous lui attribuez ; elle peut être expliquée plus simplement comme un expédient électoral évident, nécessaire pour éviter un fiasco. Cette explication est aussi plus digne du préfet de Naples et de Mussolini. Vous dites justement que le fascisme est en train de désagréger l’unité de l’Etat et que la question est actuelle et urgente, mais je ne crois pas qu’elle soit du genre que vous dites ; elle me semble, plus qu’une question sociale, un problème de police. Le fait est que le fascisme paye ses adhérents, plutôt qu’avec de l’argent, avec des miettes d’autorité de l’Etat, avec l’autorisation d’abuser du pouvoir, pour passer le temps ou par intérêt privé : le remède résidera dans une police efficiente et indépendante des ras, peu importe si elle est centralisée ou locale. En somme, on revient à la question de l’ordre public, pas à celle territoriale. J’ai vu avec une émotion véritable le premier numéro de L’Ordine Nuovo. J’espère qu’il saura trouver, comme déjà en 1919, le mot d’ordre qui manque aujourd’hui et qu’il faut. J’espère aussi qu’il saura faire le procès du passé : non pas pour déterminer les fautes ou les mérites des individus ou des partis, non pas pour répéter « je l’avais dit » ; surtout pas le procès des adversaires, mais de lui-même et de ses camarades, ce qui est plus utile et c’est seulement ce qui rend utile l’expérience ; il faut certainement beaucoup de courage pour faire sa propre autopsie, mais le vieil Ordine Nuovo l’aura peut-être – S.

Eléments liquidateurs

2Dans cette lettre sont contenus tous les éléments nécessaires et suffisants pour liquider une organisation révolutionnaire comme l’est et doit l’être notre parti. Pourtant telle n’est pas l’intention de l’ami S., lequel, bien que non inscrit, bien qu’il vive en marge de notre mouvement et de notre propagande, a foi dans notre parti et le considère comme le seul capable de résoudre durablement les problèmes posés et la situation créée par le fascisme. La position prise dans cette lettre est-elle purement personnelle ? Nous ne le croyons pas. Elle ne peut pas ne pas être la position d’un large cercle d’intellectuels qui durant les années 1919-20 sympathisaient avec la révolution prolétarienne et qui ensuite n’ont pas voulu se prostituer avec le fascisme triomphant ; elle est aussi, inconsciemment, la position d’une partie du prolétariat lui-même, même de camarades du parti, qui n’ont pas su résister au suintement quotidien des événements réactionnaires dans leur état d’isolement et de dispersion créé par la terreur fasciste : cela apparaît par toute une série de faits et se trouve confessé ouvertement dans la correspondance privée. L’ami S. ne se place pas du point de vue d’un parti organisé : à cause de cela lui échappent les conséquences et les nombreuses contradictions dans lesquelles il tombe, et il arrive par la suite jusqu’à l’absurde, en mettant ainsi à jour lui-même la faiblesse et la fausseté de ses raisonnements.

3S. croit que l’avenir sera pour notre parti. Mais comment pourrait-il continuer à exister, comment le Parti communiste pourrait-il se développer, comment pourrait-il se trouver en mesure, après la chute du fascisme, de dominer et de guider les événements, si aujourd’hui il s’anéantissait dans l’attitude de passivité absolue indiquée par le même S. ? La prédestination n’existe pas pour les individus et encore moins pour les partis : il existe seulement l’activité concrète, le travail ininterrompu, l’adhésion continuelle à la réalité historique en développement, qui donnent aux individus et aux partis une position de prééminence, un rôle de guide et d’avant-garde. Notre parti est une fraction organisée du prolétariat et de la masse paysanne, des classes qui aujourd’hui sont opprimées et écrasées par le fascisme ; et si notre parti ne trouvait pas aussi pour aujourd’hui des solutions autonomes, propres, des problèmes généraux, italiens, les classes qui sont sa base naturelle se déplaceraient dans leur ensemble vers les courants politiques qui donnent une quelconque solution à ces problèmes autre que fasciste. Si cela arrivait, le fait aurait une immense signification historique ; cela voudrait dire que la période actuelle n’est pas celle de la révolution socialiste, mais que nous vivons encore à une époque de développement bourgeois capitaliste, que non seulement manquent les conditions subjectives, d’organisation, de préparation politique, mais aussi les conditions objectives, matérielles pour l’avènement du prolétariat au pouvoir. Alors se poserait véritablement à nous aussi le problème de prendre non pas une position autonome révolutionnaire, mais de simple fraction radicale des oppositions constitutionnelles, appelées par l’histoire à être les réalisatrices de la « révolution bourgeoise », c’est-à-dire d’une étape, incontournable et inévitable, du processus qui débouchera au socialisme. La situation italienne autorise-t-elle peut-être à croire cela ? S. lui-même n’y croit pas, puisqu’il écrit que le but des oppositions constitutionnelles sera chronologiquement très bref, sans développements immédiats autrement que pour une révolution prolétarienne. S. se réfère à la période de la guerre et considère comme exemplaire l’attitude du Parti socialiste durant la guerre. Il apparaît tout de suite combien une telle référence est absurde et comment elle donne tort à son auteur, même après une analyse brève et rapide. Le neutralisme socialiste fut une tactique essentiellement opportuniste, dictée par le traditionnel besoin de tenir en équilibre les trois tendances dont le parti se composait, que nous indiquerons avec les trois noms de Turati, Lazzari, Bordiga, rien d’autre : ce ne fut pas une ligne politique établie après un examen des circonstances et des rapports de force existants en Italie en 1914-15 ; elle résulta de la conception de l’« unité du parti à tout prix, même au prix de la révolution », qui est propre encore au maximalisme. Que l’ami S. ait, seulement après la révolution de novembre et la déroute de Caporetto, fait la découverte que les armes étaient entre les mains des ouvriers-soldats, démontre seulement comment cette tactique opportuniste avait laissé dans l’ignorance les masses socialistes à propos des discussions qui s’étaient déjà déroulées à ce sujet dans le domaine international. La gauche de Zimmerwald avait fait dès 1915 cette « découverte », qui avait déterminé la tactique du Parti bolchévik russe : pour cette raison, à la déroute des armées russes, après les offensives imposées au gouvernement de Kerensky par l’entente, suivirent la révolution prolétarienne et la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile ; à la déroute de Caporetto, suivit seulement une motion dans laquelle on se limitait à réaffirmer l’opposition parlementaire au gouvernement et le refus des crédits militaires.

4L’attitude prise durant la guerre par le Parti socialiste italien éclaire aussi les événements ultérieurs jusqu’au Congrès de Livourne, jusqu’au Congrès socialiste de Rome et à la formation du Parti unitaire. C’est la même tactique, au fond, qui revêt de nouveaux aspects, pour la situation nouvelle : la même tactique de passivité, de « neutralisme », de l’unité pour l’unité, du parti pour le parti, de la foi dans la prédestination du Parti socialiste à être le parti des travailleurs italiens. Les résultats de cette attitude aujourd’hui, quand existent le Parti unitaire à droite et le Parti communiste à gauche, sont clairs aussi pour l’ami S. : crises internes en permanence, scissions après scissions, qui ne résolvent jamais la situation car la tendance communiste renaît continuellement et la droite, favorable à la fusion avec les unitaires, se renforce continuellement.

Résidus de vieilles idéologies

5L’ami S. n’a pas encore réussi à détruire en lui tous les résidus idéologiques de sa formation intellectuelle démocratico-libérale c’est-à-dire normative et kantienne, non marxiste et non dialectique. Quel sens donner à ses affirmations que la classe ouvrière est « absente », que la situation est contraire au syndicat et au parti, que la violence fasciste est un problème d’« ordre », c’est-à-dire de « police », et non un problème « social » ?

6La situation italienne est certainement compliquée et contradictoire, mais non au point qu’on ne puisse pas déjà y saisir de nettes lignes unitaires de développement. Le prolétariat, c’est-à-dire la classe révolutionnaire par excellence, est la minorité du peuple travailleur opprimé et exploité par le capitalisme et il est concentré principalement dans une seule zone, celle du Nord. Dans les années 1919-20, la force politique du prolétariat consistait à se trouver automatiquement à la tête de tout le peuple travailleur, à centraliser objectivement dans son action directe et immédiate contre le capitalisme toutes les révoltes des autres couches populaires, amorphes et sans direction. Sa faiblesse se démontra dans le fait de ne pas avoir organisé ces rapports révolutionnaires, dans le fait de ne s’être même pas posé le problème de la nécessité d’organiser ces rapports dans un système politique concret, dans un programme de gouvernement. La répression fasciste, suivant la ligne de l’effort minimum, a commencé par ces autres couches sociales et a culminé contre le prolétariat. Aujourd’hui la répression systématique et légale se maintient contre le prolétariat ; elle s’est au contraire relâchée à la périphérie, contre les couches qui en 1920 étaient seulement objectivement ses alliés, et qui se réorganisent, rentrent partiellement dans la lutte, en prenant le caractère édulcoré d’opposition constitutionnelle, c’est-à-dire leur caractère le plus nettement petit-bourgeois. Par conséquent, que signifie la thèse selon laquelle la classe ouvrière est « absente » ? La « présence » de la classe ouvrière, comme l’ami S. l’entend, signifierait la révolution, car elle signifierait de nouveau, comme en 1919-20, qu’à la tête du peuple travailleur se trouvent non les petits bourgeois démocrates, mais la classe la plus révolutionnaire de la nation. Mais le fascisme est justement la négation d’un tel état de chose, le fascisme est né et s’est développé justement pour détruire un tel état de chose et pour empêcher qu’il renaisse. Comment le problème se pose-t-il aujourd’hui ? Il nous semble qu’il se pose dans les termes suivants : la classe ouvrière est et restera encore « absente » dans la mesure où le Parti communiste permettra aux oppositions constitutionnelles de monopoliser le réveil de la lutte des couches sociales qui historiquement sont les alliés du prolétariat. La naissance et le renforcement des oppositions constitutionnelles insufflent une force nouvelle au prolétariat, qui de nouveau afflue dans le parti et dans les syndicats. Si le Parti communiste intervient activement dans le processus de formation des oppositions, il travaille à déterminer dans la base sociale des oppositions une différenciation de classe, obtenant que les masses paysannes s’orientent vers un programme de gouvernement ouvrier et paysan, et voilà que le prolétariat n’est plus « absent » comme avant, voilà une ligne de travail politique dans laquelle se résolvent les problèmes d’aujourd’hui et ceux de demain, dans laquelle on prépare et on organise les lendemains et on ne les attend pas simplement du destin.

7Cette ligne de travail politique est donc contraire tant aux oppositions constitutionnelles qu’au fascisme, même si l’opposition constitutionnelle soutient un programme de liberté et d’ordre qui serait préférable à celui de violence et d’arbitraire du fascisme. La vérité est que l’opposition constitutionnelle ne réalisera jamais son programme, qu’elle est un pur instrument d’agitation contre le fascisme : elle ne le réalisera pas car cela voudrait dire à brève échéance qu’une telle « catastrophe » se vérifierait, et elle ne le réalisera pas car tout le développement de la situation est contrôlé en Italie par la force armée de la milice nationale. Le développement de l’opposition et les caractères qu’elle contient sont toutefois des phénomènes très importants ; ce sont les preuves de l’impuissance du fascisme à résoudre les problèmes vitaux de la nation, c’est un appel quotidien à la réalité objective qu’aucune rafale de mauvaises paroles ne peut anéantir. Pour nous, ils représentent le climat dans lequel nous devons agir et travailler, si nous voulons rester adhérents à la réalité historique et ne pas devenir une secte de contemplatifs, dans laquelle nous devons rechercher le caractère concret de nos mots d’ordre et de nos programmes immédiats d’action et d’agitation.

Résumé en trois points

8Nous pouvons résumer ainsi les éléments de notre conception des besoins et des tâches actuels du mouvement prolétarien en opposition à celle de l’ami S. :

  1. donner à notre parti une conscience plus vive des problèmes concrets que la situation créée par le fascisme a posé à la classe ouvrière, de sorte que l’organisation ne soit pas une fin en elle-même mais devienne un instrument pour l’agitation des mots d’ordre révolutionnaires parmi les plus larges masses ;

  2. travailler pour l’unité politique du prolétariat sous le drapeau de l’Internationale communiste, en hâtant le processus de décomposition et de recomposition commencé au Congrès de Livourne ;

  3. établir concrètement la signification italienne du mot [d’ordre] de gouvernement ouvrier et paysan, donner à cette formule une substance politique nationale, ce qui n’est pas réalisable si on n’examine pas les problèmes les plus vitaux et urgents des masses paysannes, donc en premier lieu les problèmes spécifiques qui se résument dans l’expression générale de « question méridionnale ».

9Les intellectuels comme l’ami S. qui ne se sont pas laissé entraîner par le fascisme, qui d’une manière ou d’une autre n’ont pas voulu renier leur attitude des années 19 et 20, peuvent de nouveau trouver dans L’Ordine Nuovo un centre de discussion et de rassemblement.

Notes

1 Nous proposons ici une traduction de l’étude « Problemi di oggi e di domani », publiée par Antonio Gramsci dans L’Ordine Nuovo, 3e série, no 3-4, 1er-15 avril 1924. Elle se compose d’un extrait d’une lettre de Piero Sraffa de février ou mars 1924, suivi du commentaire du destinataire, Antonio Gramsci. L’étude est rééditée dans Gramsci, La costruzione del partito comunista – 1923-1926, Turin : Einaudi, 1971, pp. 175-181. Souligné par les auteurs. Notre traduction a été revue par Colette Cierniewski.

© Presses universitaires de Lyon, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search