Version classiqueVersion mobile

Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983)

 | 
Jean-Pierre Potier

Chapitre III. Les années d’installation à Cambridge

Texte intégral

1– LES COURS A L’UNIVERSITE DE CAMBRIDGE : LEUR BREF MAIS BENEFIQUE IMPACT

  • 1 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Laterza, 2e édition 1981, Appendice « La riv (...)

1En raison de l’accentuation de la répression politique par le régime fasciste, Piero Sraffa a renoncé à poursuivre une carrière universitaire en Italie, malgré l’obtention d’une chaire à Cagliari, et il a accepté l’offre de John Maynard Keynes de venir enseigner en Grande-Bretagne. A son arrivée à Cambridge, à la fin de septembre 1927, J.M. Keynes s’occupe personnellement de son installation. Il lui procure un appartement dans l’immeuble qu’il occupe avec Lydia lors de ses séjours de fin de semaine dans cette ville universitaire. Bien qu’il ne soit pas (et ne deviendra pas) « fellow » du « King’s College », Piero Sraffa va jouir des privilèges inhérents à cette fonction, les « high table rights ». Enfin, Keynes accède à sa demande de dispense d’enseignement pour quelques mois, afin de pouvoir se perfectionner dans la langue anglaise. Piero Sraffa assure à la demande de son protecteur un cours de perfectionnement sur l’histoire des théories de la valeur, « Advanced Theory of Value », annoncé dans les programmes dès 1927-28, mais qui aura lieu en fait durant deux années, en 1928-29 et 1929-30. Il donne également un autre cours sur le fonctionnement des systèmes bancaires italien et allemand1. Très intimidé par le public, et d’une manière générale par la prise de parole au sein d’un groupe, il consacre beaucoup de temps à la rédaction intégrale de ses interventions. Le cours sur les théories de la valeur développe une lecture critique de l’ouvrage d’Alfred Marshall, Principles of Economics, et reprend des idées exposées dans l’article de l'Economic Journal, en 1926. Les attaques contre l’orthodoxie marshallienne choquent souvent la majorité de l’auditoire. Seule, une petite minorité d’étudiants retire un très grand profit de ces leçons ; en font partie, Richard-Ferdinand Kahn (né en 1905) et Joan-Violet Robinson (1903-1983).

2Celle-ci, dans ses « Souvenirs » (1977), remarque à ce propos :

  • 2 Joan Robinson : « Reminiscences », dans le recueil Contributions to Modem Economies, Oxford : Basi (...)

« Il était en train de commettre calmement le sacrilège de mettre en évidence des contradictions chez Marshall, et, en outre de nous initier à d’autres écoles de pensée contemporaines (mais elles ne valaient pas mieux) »2.

  • 3 Il sera ensuite invité chez Angelo Sraffa, et à Milan il fera la connaissance de Raffaele Mattioli (...)

3En 1929, Richard Ferdinand Kahn devient très ami avec Piero Sraffa3. Il rédige cette année-là sa thèse de doctorat. Influencé par les Principles d’Alfred Marshall, il a décidé de traiter de l’« économie de la courte période » ; ce choix est approuvé par J.M. Keynes.

  • 4 Richard F. Kahn : Préface à l’édition italienne (1982) de la thèse, The Economics of the Short Per (...)

4R.F. Kahn reçoit des encouragements de Gerald F. Shove et de notre chercheur italien. Dans la période de préparation de ce travail, soutenu à l’université de Cambridge en décembre 1929, il retire beaucoup d’éléments intéressants au cours de « longues discussions » avec Piero, dont il utilise l’article de 1926 dans son septième chapitre sur l’« imperfection du marché » ; il bénéficie même de son aide directe pour les pages consacrées à la théorie du duopole4.

5Joan Robinson, qui commence à enseigner à l’université de Cambridge à partir de 1931, doit beaucoup à l’enseignement novateur de Piero Sraffa. Son premier livre, The Economic of Imperfect Competition, publié en 1933, bien que profondément influencé par l’œuvre d’Arthur Cecil Pigou, est « inspiré par une suggestion de Sraffa ». Elle déclare même dans l’« Avant-propos » (1932) :

  • 5 Joan Robinson : The Economics of Imperfect Competition, traduction française, L’économie de la con (...)

« Parmi les travaux les plus récents, ma plus grande dette est envers l’article de M. Piero Sraffa dans l'Economic Journal, décembre 1926 »5.

  • 6 « Increasing Returns and the Representative Firm – A symposium », The Economic Journal, volume XL, (...)

6Notre italien engage de nombreuses discussions avec Joan Robinson, mais il lui soumet essentiellement des critiques destructives. Au début de 1930, John Maynard Keynes décide d’organiser sur les thèses de 1926 un symposium, réunissant Dennis H. Robertson, Gerald F. Shove et Piero Sraffa, dont les matériaux seront publiés en mars dans l'Economic Journal, sous le titre, « Increasing Returns and the Representative Firm »6. D.H. Robertson tente de défendre la théorie marshallienne dans sa communication, « The Trees of the Forest ». Au cours de la discussion, Piero Sraffa précise que cette

  • 7 Op. cit., p. 93.

« théorie ne peut pas être interprétée d’une manière qui lui donne une cohérence logique interne et, en même temps, la réconcilie avec les faits qu’elle prétend expliquer. Le remède de Mr Robertson consiste à écarter les mathématiques et il sous-entend que mon remède consiste à écarter les faits ; j’aurais peut-être dû expliquer qu’en l’occurrence, je pense que c’est la théorie de Marshall qui devrait être écartée »7.

  • 8 Voir la lettre de Piero Sraffa à Joseph Schumpeter du 8 mai 1930, conservée dans les « Schumpeter (...)

7Joseph Schumpeter offre une contribution au débat dans une lettre adressée à Piero Sraffa le 3 mai 1930 ; ce dernier déplore que l’économiste autrichien ait renoncé à l’envoi d’une « letter to the editor », pour l’Economic Journal8.

8A l’automne 1930, Piero Sraffa décide de démissionner de son poste de chargé de cours, depuis des mois, il est perpétuellement angoissé par l’obligation de développer ses idées devant un public, et de plus, sur des thèmes guère « orthodoxes », tout particulièrement pour le cours consacré à l’« histoire des théories de la valeur ». Evoquant ses souvenirs sur cette époque, Austin, le mari de Joan, déclare à ce propos :

  • 9 Austin Robinson, « Keynes and his Cambridge Colleagues », in Don ratinkin et J.Clark Leith, edited (...)

« Il trouva la fatigue des cours presque intolérable (il veillait toute la nuit avant un cours, se tourmentant sur ce qu’il allait dire) »9.

  • 10 Austin Robinson, « lecturer in Economics » depuis 1929, venait d’être nommé par Arthur Cecil Pigou (...)
  • 11 Voir J.M. Keynes : « Mary Paley Marshall », dans Essays in Biography, The Collected Writings, MacM (...)

9Notre intellectuel italien fait part de son intention de cesser les cours et de retourner en Italie à J.M. Keynes et à Austin Robinson, responsable de l’organisation des enseignements d’économie à Cambridge10. Keynes, qui ne peut se résoudre à voir son ami quitter le « King’s College », se charge de trouver une solution à ce problème assez délicat. Il fait obtenir à Piero Sraffa, en 1931, le poste récemment créé de bibliothécaire de la « Marshall Library of Economics »11, fonction qu’il occupera jusqu’en 1973. De plus, la même année, il fait instituer spécialement pour lui le poste d’« assistant director of research » pour quatre ans, au « King’s College ». Sraffa devra ainsi superviser toutes les recherches des étudiants en économie, leur trouver des directeurs de thèse, etc... En mars 1935, il sera reconduit dans ses fonctions, dans le même établissement.

  • 12 Londres : MacMillan, 1932.
  • 13 Londres : MacMillan, 1933.
  • 14 The Economic Journal, volume XLVIII, septembre 1938 ; voir à ce sujet la lettre de J.T. Dunlop à J (...)

10Au cours de la seconde moitié des années trente, Piero Sraffa anime un séminaire durant lequel les étudiants-chercheurs lisent des communications. En 1937-1938, il travaille sur la théorie « néo-classique » des salaires, qui a donné heu à la parution en Grande-Bretagne de deux importants ouvrages, celui de John R. Hicks, The Theory of Wages12, et celui d’Arthur Cecil Pigou, The Theory of Unemployment13. En 1938, il prodigue des conseils à un élève de Keynes, John Thomas Dunlop (né en 1914) qui lui présente l’ébau che de son article à paraître dans l'Economic Journal, « The Movement of Real and Money Wage Rates »14.

11En 1939, Dennis H. Robertson quitte son poste au « Trinity College » de Cambridge pour aller enseigner à la « London School of Economics » à la chaire laissée vacante par Theodore Emmanuel Gregory, maintenant conseiller de l’« Indian Reserve Bank ». Piero Sraffa lui succède en devenant « fellow » du « Trinity College » et occupe la fonction de « director of research » jusqu’en 1963.

2– LES RELATIONS D’AMITIE A CAMBRIDGE : DOBB, RAMSEY, WITTGENSTEIN, KEYNES

  • 15 David Ricardo avait été l’un des fondateurs de ce cercle en 1821.

12Dès 1927, Sraffa est initié aux particularités de la vie universitaire de Cambridge. Il est aussitôt introduit au « Political Economy Club »15, cercle reconstitué par John Maynard Keynes avec de nouvelles règles de fonctionnement. Les séminaires de ce « Keynes’s Club » se tiennent le lundi soir au domicile de l’économiste dans le « King’s College » ; ils réunissent des enseignants et quelques étudiants. Piero y fait la connaissance de personnalités attachantes qui deviendront des amis très chers.

  • 16 Londres : Routledge, 1925.
  • 17 Nous avons appris l’existence de ce contact par une allusion contenue dans une lettre d’Angelo Tas (...)

13Il se lie tout d’abord avec Maurice H. Dobb (1900-1976), « lecturer » à la Faculté d’économie de Cambridge depuis la fin de 1924. Etudiant à Cambridge en 1919-1922, Maurice Dobb complète sa formation à la « London School Economies » de 1922 à 1924, et rédige une thèse sous la di rection d’Edwin Cannan, dans laquelle il tente de concilier la théorie marxiste de la plus-value avec la théorie marshallienne : Capitalist Enterprise and Social Progress16. Depuis 1922, il est un militant très actif du Parti communiste de Grande-Bretagne. Probablement par son intermédiaire, Piero Sraffa entre en contact pour des motifs que nous ignorons, avec Harry Pollitt, secrétaire général du Parti, d’août 1929 à 195617.

14Sraffa devient l’ami du jeune philosophe, logicien et brillant mathématicien, Frank P. Ramsey (1903-1930). Ami de John Maynard Keynes, Frank P. Ramsey critique son Treatise on Probability rédigé en 1914-1920, mais édité seulement en 1921. En 1923, il réalise une importante recension dans Mind du livre du philosophe autrichien Ludwig Wittgenstein, le Tractatus logico-philosophicus (1918). Dans l’essai « The Foundations of Mathematics » (1925), publié après sa mort, il essaye de concilier les propositions du Tractatus (1918)avec celles développées par Bertrand Russell et Alfred North Whitehead dans les Principia Mathematica (1910 et 1913). Grâce à Keynes, il entre à la société secrète dénommée « The Apostles » (« Les Apôtres »), composée au maximum de douze membres. « Fellow » en mathématiques au « King’s College », il est encouragé par Keynes à intervenir en économie politique. Il rédige deux études, accueillies dans l'Economic Journal, « A Contribution to the Theory of Taxation » (mars 1927) et « A Mathematical Theory of Saving » (décembre 1928). La seconde est particulièrement importante, comme le remarque le professeur Henri Bartoli :

  • 18 Henri Bartoli : « Chronique de la pensée économique en Italie », Revue Economique, volume 32, no 1 (...)

« Il y a cinquante ans, F.P. Ramsey fit œuvre de pionnier en formulant pour la première fois le problème de la croissance optimale en termes intertemporels de recherche des trajectoires optimales du taux d’accumulation du capital dans un intervalle de temps donné et pour un système économique donné. Son travail est demeuré quasi inaperçu jusqu’à ce que, au cours des années cinquante, Solow, Samuelson, et Tinbergen reprennent sa problématique et sa méthodologie, provoquant un large débat »18.

15En 1929, Piero Sraffa fait la connaissance de l’ami de Ramsey et de Keynes, le philosophe autrichien installé à Cambridge, Ludwig Wittgenstein (1889-1951). De 1930 à 1935, L. Wittgenstein est « fellow » au « Trinity College » ; il appartient tout comme Ramsey à la société secrète des « Apôtres ». Il apprécie beaucoup les longues discussions philosophiques avec notre italien dont les critiques sévères le conduiront à renoncer aux thèses du Tractatus logico-philosophicus (1918) et à développer des pistes nouvelles dans le Blue Book (1933-1934) et surtout dans la première partie des Investigations philosophiques (1936-1945). Georg-Henrik Von Wright déclare à propos du philosophe autrichien :

  • 19 Georg-Henrik Von Wright : « Biographical Sketch » dans Norman Malcolm : Ludwig Wittgenstein - A me (...)

« Je l’ai entendu dire lui-même qu’après ses discussions avec Sraffa il se sentait comme un tronc d’arbre ébranché de ses rameaux »19.

16Dans la préface, datée de 1945, à ses Investigations philosophiques, Wittgenstein écrit :

  • 20 Souligné par LW, dans Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philos (...)

« Plus encore qu’à cette critique – toujours vigoureuse et sûre – [celle de Frank Ramsey, JPP] je suis redevable à celle qu’un professeur de l’université de Cambridge, M.P. Sraffa, exerça inlassablement sur mes idées durant plusieurs années. C’est à cette dernière stimulation que je dois les idées les plus conséquentes, les plus fécondes de cet ouvrage »20.

  • 21 Dans une interview accordée en 1960 à Ferruccio Rossi-Landi, défenseur de la thèse d’une influence (...)

17Plus tard, en 1960, Piero Sraffa considérera comme peu importante son influence sur la formation intellectuelle du second Wittgenstein, en évoquant toutefois la possibilité d’écrire une étude pour clarifier cette question21.

  • 22 Richard F. Kahn : The Making of Keynes’ General Theory, Raffaele Mattioli Lectures, Cambridge U. P (...)
  • 23 Joseph Schumpeter : Ten great economists - Front Marx to Keynes, New-York : Oxford U. Press, 1951, (...)
  • 24 Cambridge : Cambridge U. Press, 1938. Cette « Introduction » commune est aujourd’hui rééditée dans (...)

18A partir du début des années trente, les rapports entre John Maynard Keynes et Piero Sraffa deviennent beaucoup plus intimes. Tous deux sont de grands collectionneurs de livres rares, avec une prédilection particulière pour les œuvres de philosophie et d’économie politique du XVIIIe siècle. Ils consacrent souvent leurs samedis après-midi à faire le tour des librairies de Cambridge spécialisées dans les vieux livres ; ils fréquentent notamment la boutique du vieil et célèbre antiquaire Gustave David (mort en 1936)22. Cet intérêt commun frappe Joseph Schumpeter qui, à l’occasion de ses retours en Europe après une année universitaire passée à Harvard, s’arrête à Cambridge à partir de 1929 ; il déclare à propos de Keynes que l’intellectuel italien « devint pour lui un allié très apprécié »23. Un exemple éclatant témoigne de cette passion commune. Vers 1937, John Maynard Keynes reçoit en cadeau de son frère Geoffrey, lui-aussi collectionneur, un exemplaire rarissime de l'Abstract of Hume’s Treatise of Human Nature, publié en 1740, et attribué au jeune Adam Smith. Keynes et Sraffa réussissent à établir peu après que cet ouvrage a été écrit en réalité par Hume lui-même ; ils rédigent alors ensemble une introduction pour la publication de ce livre en 193824.

3– PIERO SRAFFA, CRITIQUE DE KEYNES : DU TRAITE DE LA MONNAIE A LA THEORIE GENERALE

  • 25 John Maynard Keynes : The General Theory and after : a supplement, The Collected Writings, MacMill (...)

19Entre 1924 et 1928, John Maynard Keynes avance la rédaction d’un ouvrage dont le titre se modifie au fur et à mesure des recherches : The Standard of Value, puis The Monetary Standard, et enfin A Treatise on Money. Il en fait lire des ébauches à Piero Sraffa peu après son arrivée en Grande-Bretagne. Celui-ci formule des remarques critiques. La correspondance de Keynes avec sa femme Lydia fait état, par exemple, d’une très importante discussion qui s’est déroulée le 2 mars 192825. Certaines critiques sont prises en considération. Il est difficile de déterminer exactement le point de vue réel de Piero Sraffa sur ce livre. On peut en avoir une idée, indirectement, à travers quelques réflexions communiquées à Antonio Gramsci en septembre 1931, à l’occasion de l’envoi du rapport de la Commission MacMillan, ou « Committee of Inquiry of Finance and Industry ». Cette commission, instituée par le gouvernement travailliste en novembre 1929, siège jusqu’en 1931 ; elle se compose principalement de J.M. Keynes, de Reginald McKenna, de Theodore E. Gregory, de R.H. Brand et d’Ernest Bevin. Sraffa déclare à propos du MacMillan Report :

  • 26 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht, 9 septembre 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci c (...)

« Il a été écrit en grande partie par Keynes, et inspiré entièrement par lui. Il contient une analyse qui jette beaucoup de lumière sur les causes de la crise financière actuelle de la Grande Bretagne ; en outre il contient une exposition partielle de la théorie des crises et de la monnaie que Keynes avait proposée, en langage très compliqué et confus, dans son récent Traité sur la monnaie (1930). Cette théorie attribue les crises à un excès des « épargnes », au sens de l’argent « mis de côté » par les épargnants, sur les « investissements » au sens de nouvelles constructions, etc. ; avec le résultat que l’argent disponible pour acquérir les produits courants est insuffisant pour couvrir leur coût de production. Comme vous voyez, il y a beaucoup de vieux, et quelque chose de nouveau. Mais Keynes, qui a fait sans le vouloir une critique de l’économie libérale et capitaliste, conclut par une apologie de l’entrepreneur capitaliste et par la recherche de « remèdes » »26.

  • 27 Voir J.M. Keynes : A Treatise on Money, vol. I, chapitre 18 (« Changesges due to investment factor (...)
  • 28 Voir J.M. Keynes : Activities 1929-1931 - Rethinking Employment and Unemployment Policies, The Col (...)
  • 29 Voir J.M. Keynes : The General Theory and after, Part I, Preparation, The Collected Writings, volu (...)
  • 30 Son ami Raffaele Mattioli se chargera de trouve un traducteur (voir infra, p. 120).
  • 31 Joan Robinson : « Reminiscences » (1977) dans Contributions to Modem Economics, Basil Blackwell, 1 (...)
  • 32 Keynes, à l’époque, travaille la semaine à Londres, puis passe un long week-end à Cambridge.
  • 33 Sur l’organisation du « Circus », voir Donald Moggridge, « The Cambridge Circus – 1930-1931 », dan (...)
  • 34 Lettre publiée dans J.M. Keynes : The General Theory and after – Part. I, Preparation, The Collect (...)

20La théorie du « credit cycle » du Treatise on Money27 apparaît clairement dans le Rapport, mais aussi dans les interventions de J.M. Keynes au cours des différentes séances de la Commission28. Ayant découvert que l’auteur le remerciait en même temps que Ramsey et Kahn pour ses critiques stimulantes dans l’épreuve de la Préface du Treatise, datée d’août 1929, Sraffa demande à Keynes de ne pas faire figurer son nom ; la préface du livre qui sort en octobre 1930, ne mentionne donc pas le nom du jeune italien29. Ce dernier, qui avait traduit A Tract on Monetary Reform en 1924, ne se propose pas pour réaliser la même opération avec le Treatise30. Bien qu’il soit très sceptique quant à l’importance des nouvelles idées exposées dans le Traité sur la monnaie, Sraffa est néanmoins le premier à proposer à ses amis économistes la constitution d’un groupe de travail pour l’étude et la critique du livre, si l’on en croit le témoignage de Joan Robinson31, le fameux « Circus » se met en place à Cambridge à la fin de 1930, et fonctionne jusqu’en mai 1931. Les principaux intervenants à ce séminaire, composé de jeunes chercheurs sont Richard Ferdinand Kahn, « fellow » du « King’s College » depuis mars 1930, James E. Meade, « fellow » d’un collège d’Oxford, en stage au « Trinity College », Joan Robinson et son mari Austin, et enfin Piero Sraffa. Parmi les autres membres moins importants, on peut citer Charles H.P. Gifford, A.E. Wynn Plumptre et Lorie Tarshie. Des étudiants de troisième et dernière année d’étude assistent à certaines réunions. Les résultats des débats de chaque séance sont transmis durant le week-end à Keynes32 par le secrétaire, Richard Ferdinand Kahn, qui rapporte le résultat au groupe, à la séance suivante33. Une lettre de Piero Sraffa à J.M. Keynes du 9 mai 1931 se situe dans le contexte du « Circus »34. Ces discussions stimulantes contribuent activement à la préparation et à la maturation de la Théorie générale (1936). Comment Piero se comporte-t-il dans ces discussions d’économistes ? Austin Robinson indiquera à ce propos :

  • 35 Austin Robinson : « Keynes and his Cambridge Colleagues », dans Don Patinkin et J. Clark Leith, ed (...)

« Mais de toutes nos discussions, je me souviens de lui davantage comme d’une bouilloire sur un réchaud à gaz à faible flamme. On attendait en espérant qu’il bouillisse. Lorsqu’on l’avait presque oublié, il se mettait à bouillir brusquement. Piero Sraffa en pleine puissance avec un anglais italianisé torrentiel, était quelque chose de mémorable, ne serait-ce que pour sa rareté. Je trouve qu’il est extrêmement difficile de deviner sa contribution. En tant que critique, il était indiscutablement tout à fait remarquable. En tant que chasseur de fautes et de bêtises et en tant que correcteur des brillantes idées surfaites des gens, il était exceptionnel. Personnellement, je ne me souviens pas de lui comme d’un grand fournisseur de nouvelles idées brillantes. Mais cet élément dans une opération collective peut aisément être surestimé »35.

  • 36 « (Sraffa) had a great reputation, at least among the students, as a Marx scholar », Lorie Tarshie (...)
  • 37 « Piero Sraffa, of course, was the best Marxian scholar among us ». Austin Robinson, dans « Discus (...)

21Il est difficile d’évaluer le rapport que notre intellectuel entretient avec l’œuvre de Marx à cette époque. Les archives de Cambridge nous révéleront peut-être des informations intéressantes à ce propos dans les années à venir. Selon des témoignages dignes de foi, Piero semble avoir acquis, au début des années trente, la réputation de bon « connaisseur » de Marx sur le plan de la théorie économique. Un élève de Keynes, Lorie Tarshie, se souvient que Sraffa « avait une grande réputation, du moins parmi les étudiants, comme disciple de Marx »36 ; de même, le mari de Joan Robinson, Austin, dira à propos du « Circus » de 1931 : « Piero Sraffa, naturellement, était le meilleur disciple de Marx parmi nous »37 : Ces témoignages, bien entendu, sont à considérer avec prudence, car l’œuvre de Marx est très peu connue chez les économistes de Cambridge à cette époque. Maurice Dobb, très engagé dans des activités militantes, n’a pas encore acquis sa réputation de spécialiste de Marx ; il en est de même pour Joan Robinson.

  • 38 Pour ces années, on dispose d’une lettre, non datée, de Sraffa à Keynes, et de deux lettres, elles (...)

22Depuis l’été 1932, John Maynard Keynes prépare sa General Theory of Employment, Interest and Money. Il fait lire à Sraffa des ébauches du livre au cours des années 1933-193538. Celui-ci émet des séries de critiques mais qui, d’une manière générale, n’emportent guère la conviction de Keynes. Ce dernier déclare, par exemple, dans une lettre à sa femme Lydia du 3 décembre 1933 :

  • 39 « Piero of course made some exhausting difficulties, but nothing of real consequence, I am glad to (...)

« Piero naturellement fit quelques difficultés exténuantes mais, je suis heureux de le dire, sans aucune conséquence réelle »39.

  • 40 Un extrait de cette lettre des « Keynes Papers », « King’s College », Cambridge, est publié par Ro (...)

23Dans une autre lettre à Lydia, du 18 juin 1934, il fait état d’une discussion animée de six heures, interrompue par un repas en compagnie des parents de Piero40. A vrai dire, la critique de notre italien ne semble pas posséder un caractère constructif, et porte principalement sur des problèmes marginaux et non vitaux de la Théorie générale.

24Plus tard, en 1938, lorsque Celestino Arena lui propose de traduire le livre de Keynes en italien, dans le cadre d’un projet de seconde série de la « Nouvelle collection d’économistes » dans la « Biblioteca dell’ Economista », il répond :

  • 41 Piero Sraffa : lettre à Celestino Arena, 12 août 1938, publiée par Alberto Zanni, « Sulla mancata (...)

« (...) Malheureusement je suis plongé dans une édition de Ricardo, et tant que je ne l’ai pas terminée je ne peux pas prendre d’autres engagements »41.

4– LA POLEMIQUE SUR LA MONNAIE AVEC FRIEDRICH VON HAYEK

25En 1931, Friedrich-August Von Hayek (né en 1899), directeur de l’« Institut autrichien pour la recherche sur la conjoncture » et chargé de cours à l’université de Vienne, vient assurer quatre conférences à la « London School of Economics », à l’invitation de Lionel Robbins. Le texte de ces interventions est aussitôt publié, sous le titre Price and Production (1931). Von Hayek se voit rapidement offrir par le directeur, William Beveridge, un poste de professeur à la « London School of Economics ». Il déclenche vite les hostilités contre John Maynard Keynes en critiquant le Treatise on Money, dans le numéro d’août 1931 de la revue Economica ; ce dernier riposte dans ce périodique en novembre, en déclarant notamment à propos de Prix et production :

  • 42 « the book, as it stands, seems to me to be one of the most frightful muddles I have ever read » ( (...)

« Le livre, tel qu’il est, me semble être l’un des plus effroyablement confus que j’ai jamais lu »42.

  • 43 The Economic Journal, volume XLII, mars 1932, pp. 42-53, traduction française par Jacques Léonard (...)

26Keynes demande sur-le-champ à Piero Sraffa de rédiger une recension critique pour l’Economic Journal. Le jeune italien accepte, et fait paraître l’étude dans la livraison de mars 1932 : « Dr Hayek on Money and Capital »43. En examinant le contenu des conférences de l’économiste autrichien, il constate que les caractéristiques de l’« économie monétaire » sont volontairement négligées ; la monnaie apparaît uniquement comme simple « moyen d’échange ». En réalité, pour Sraffa,

  • 44 Op. cit., traduction française, rééditée, p. 7.

« la monnaie est non seulement le moyen d’échange, mais aussi une réserve de valeur, ainsi que l’étalon en termes duquel les dettes, et autres obligations légales, règles coutumières, estimations, conventions, bref toutes sortes de relations entre les hommes, sont plus ou moins strictement fixées »44.

  • 45 Voir Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, chapitre 17, « Les propr (...)
  • 46 F. Von Hayek : « Money and Capital : a Reply », The Economic Journal, volume XLII, juin 1932, pp.  (...)

27Sraffa met en évidence les incongruités de la théorie de l’« épargne forcée », et concentre ensuite son examen critique sur la « relation entre la monnaie et le taux de l’intérêt », développée par Von Hayek à partir de la théorie de Knut Wicksell. A cette occasion, il présente une conception du taux d’intérêt qui sera reprise et développée par Keynes dans le chapitre 17 de sa Théorie Générale45. F. Von Hayek répond dans le numéro de juin de l'Economie Journal46, et accuse l’italien de n’avoir rien compris, ni à sa théorie développée dans Price and Production, ni même à celle du Treatise on Money ! J.M. Keynes réagit sèchement à cette accusation portée contre son ami, et il va placer la note suivante à la fin de la réplique de Von Hayek :

  • 47 Op. cit., p. 249.

« Avec la permission du Prof. Hayek, j’aimerais dire que, au mieux de ma compréhension, Mr Sraffa a compris correctement ma théorie »47.

  • 48 Piero Sraffa : « A Rejoinder », The Economic Journal, volume XLII, juin 1932, pp. 249-251.

28Piero Sraffa intervient à nouveau dans le même numéro de l'Economic Journal sur quelques points précis, en refusant de revenir sur son appréciation d’ensemble du livre48.

29Après cette polémique, notre intellectuel italien aura l’occasion dans les années trente de discuter sur la monnaie et le taux d’intérêt avec l’ami Dennis H. Robertson. Ce dernier, dans la Préface du recueil préparé en 1939, Essays in Monetary Theory, déclare en effet :

  • 49 « Among the many published appraisals of Mr Keynes’ latest work, I have, I think, derived most ben (...)

« Parmi les nombreuses évaluations publiées du dernier travail de Mr Keynes, j’ai, je crois, tiré le plus grand bénéfice de celles de Mr Hawtrey et de Mr Hicks ; parmi de nombreuses conversations sur le même thème, celles de Mr Sraffa restent dans ma mémoire comme se terminant la plupart du temps par des emprunts »49.

30L’installation à Cambridge et les nouvelles amitiés nouées ne détacheront pas notre intellectuel italien de ses compatriotes anti-fascistes. Nous avons vu dans le chapitre précédent ses activités déployées en faveur d’Antonio Gramsci et ses contacts avec les dirigeants du parti communiste d’Italie, exilés en France. Il semble intéressant d’examiner maintenant quelques discussions et quelques relations entretenues avec des amis qui combattent chacun à sa manière, le régime de Mussolini.

31A partir de 1927, Sraffa se trouve en contact épistolaire avec Angelo Tasca, qui dirige à Paris la revue théorique Lo Stato Operaio. Outre la question de la défense de Gramsci, leur correspondance concerne deux problèmes intéressants, mais très différents l’un de l’autre : la signification de la politique fasciste de réévaluation de la lire en 1926-1927 d’une part, et la préparation d’une édition critique des lettres du premier philosophe marxiste italien, Antonio Labriola, adressées à Friedrich Engels, d’autre part.

5– LA POLEMIQUE SUR LA REEVALUATION DE LA LIRE AVEC ANGELO TASCA

32Le 18 août 1926, Benito Mussolini engage la « bataille de la lire » dans son célèbre discours de Pesaro. Dans les mois qui suivent, le régime met en place une difficile politique de réévaluation de la lire, en opposition ouverte avec les spécialistes italiens des questions monétaires. En août 1926, une livre Sterling vaut 150 lires ; en juillet 1927, elle en vaudra autour de 90, le fameux « quota novanta ». La politique de déflation conduit à une récession en 1927, et aggravera en Italie les effets de la crise économique mondiale à partir de 1929-30, notamment au plan bancaire. En août 1927, Angelo Tasca critique cette politique dans l’article « La rivalutazione della lira e la crisi della economia italiana », publié dans Lo Stato Operaio. Il affirme :

  • 50 Angelo Tasca : « La rivalutazione della lira e la crisi della economia italiana », Lo Stato Operai (...)

« (...) n’importe quel gouvernement bourgeois au pouvoir en Italie aurait dû affronter le problème de la stabilisation monétaire », et « par conséquent il n’y a aucune contradiction entre la politique « fasciste » de déflation et celle dictée par les intérêts fondamentaux de la bourgeoisie »50.

33Sraffa prend connaissance de cette analyse, et lors de son passage à Paris début septembre, il exprime brièvement son désaccord à l’auteur, mais ce dernier saisit mal le sens de la critique. Notre chercheur expose alors par écrit son argumentation, dans une lettre du 17 septembre 1927 :

« D’une manière générale, il me semble erroné – et très dangereux – de croire que tout acte isolé du gouvernement fasciste (et de tout gouvernement capitaliste) soit directement dicté par les intérêts immédiats des banques et des gros industriels. A l’aide de ce principe, très simple et un peu naïf, vous êtes contraint néanmoins de nier que le fascisme, depuis un an, ait fait délibérément de la déflation (...). Mussolini voulait réévaluer, même davantage que ce qu’il n’a fait, mais lentement : naturellement, réévaluer doucement n’est pas possible ».

34Il ajoute plus loin :

  • 51 Souligné par Piero Sraffa, P.Sraffa-A. Tasca « Il vero significato della ’quota 90’ », dans Lucio (...)

« Mon explication est, comme je vous l’ai dit, que cette réévaluation (outre le fait qu’elle est due à des raisons de prestige et semblables bêtises), entre dans une tentative de la part du fascisme pour obtenir l’appui des classes moyennes et de quelques couches ouvrières – puisqu’il est indéniable que les seuls vraiment avantagés par la réévaluation se trouvent dans ces classes. Et il est évidemment aussi dans l’intérêt (« bien entendu », non immédiat) de la grosse finance que l’Etat consolide ses bases, même au prix de quelques milliards, en attirant à lui ces couches qui avaient été le soutien du régime précédent et qui désormais depuis trop longtemps avaient laissé le fascisme et ses patrons dans une situation de dangereux isolement »51.

  • 52 Palmiro Togliatti : Lezioni sul fascismo, Rome : Riuniti, 1970, traduction française « Le fascisme (...)

35La position de Sraffa est très intéressante, en particulier si on la rapproche de celle défendue quelques années plus tard, en 1935, par Palmiro Togliatti. Celui-ci admet en effet dans ses Lezioni sul fascismo que le parti communiste d’Italie a commis, avant et après 1922, de graves erreurs d’appréciation au sujet de la « petite bourgeoisie »52.

  • 53 Op. cit., pp. 182-185. Voir aussi le « Postcriptum », en réalité formé d’un extrait d’une lettre d (...)
  • 54 Op. cit., p. 186.

36Mais Angelo Tasca reste sûr du bien-fondé de son analyse. Dans sa réponse du 2 octobre, il se déclare tout à fait persuadé qu’on ne peut prendre chaque action du gouvernement fasciste comme dictée par les intérêts « immédiats » de la grande bourgeoisie ; cependant, il pense que le fascisme n’a pas cherché à obtenir l’appui des classes moyennes, mais qu’il a dû faire face avant tout à la crise monétaire, condition indispensable pour la sauvegarde de son pouvoir et des intérêts de la bourgeoisie ; il faut comprendre dans cette perspective l’opération de « stabilisation » de la lire53. Piero Sraffa exprime à nouveau son désaccord dans une lettre du 15 octobre 1927. Il reproche à son ami d’ignorer la distinction cruciale entre la « réévaluation » et la « stabilisation » d’une monnaie. Selon lui, en 1926, « le vrai et actuel conflit entre les intérêts de classe concernait le choix entre la stabilisation et la réévaluation »54. La lettre du 21 octobre révèle que le responsable communiste n’est guère convaincu par les arguments développés par l’économiste :

  • 55 Op. cit., p. 189.

« Avant-tout, est-il vrai que la réévaluation avantage toujours les classes moyennes et « quelques couches ouvrières » ? Cette affirmation appartient à ces vérités génériques, qui sont de faible utilité pour examiner les conséquences réelles d’une politique monétaire donnée et ses répercutions sur les différentes classes sociales »55.

  • 56 A. Tasca : lettre à P. Sraffa du 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.
  • 57 Lettre de P. Sraffa à Tasca, 21 décembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan. Il s’e (...)
  • 58 Lo Stato Operaio, anno 1, no 9-10, pp. 1089-1095.

37Toutefois, Angelo Tasca se passionne pour cet échange de vues, et peu de temps après, il propose à Piero Sraffa d’en publier les éléments dans la revue Lo Stato Operaio56. Celui-ci donne son accord57. La correspondance paraît dans le numéro de novembre-décembre de Lo Stato Operaio sous le titre « Polemica monetaria »58.

  • 59 Voir à ce sujet une lettre de P. Sraffa à A. Tasca, sans date, mais datant vraisemblablement du mi (...)

38Plus tard, Tasca et Sraffa échangeront des réflexions sur la crise économique italienne de 1930, en particulier sur les aspects bancaires59. Sraffa transmettra à son ami des informations, comme par exemple, des publications de la « Banca Commerciale Italiana », où travaille Raffaele Mattioli.

6– L'AIDE APPORTEE A TASCA POUR L’EDITION DES LETTRES DE LABRIOLA A ENGELS

  • 60 On notera que Tasca publie l’étude de David Riazanov, « Antonio Labriola », dans Lo Stato Operaio,(...)
  • 61 Sur le marxisme de Labriola, voir Jean-Pierre Potier, Lectures italiennes de Marx - Les conflits d (...)
  • 62 Rome : Loescher, 1895.
  • 63 Rome : Loescher, 1896.
  • 64 Rome : Loescher, 1897.
  • 65 Comme l’atteste la lettre d’A. Tasca à Piero Sraffa du 21 octobre 1927, conservée à la Fondation F (...)
  • 66 A. Tasca : lettre à Piero Sraffa, 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.
  • 67 Lo Stato Operaio, anno I, 1927, no 7, septembre, no 8, octobre, no 9-10, nov.-décembre ; anno II, (...)

39Le second terrain de discussion qui apparaît dans la correspondance Sraffa-Tasca concerne les lettres adressées par le philosophe napolitain Antonio Labriola à Friedrich Engels, entre avril 1890 et mai 1895. Angelo Tasca met en effet en chantier, en septembre 1927, l’édition intégrale des lettres envoyées par le premier marxiste italien au compagnon de Marx, à partir de copies fournies par le directeur de l’Institut Marx-Engels de Moscou, David Riazanov60. Il prépare un très lourd appareil de notes de bas de page qui lui demande un énorme travail, et dont malheureusement il n’existe, encore aujourd’hui, pas d’équivalent dans les publications italiennes récentes. Courant septembre 1927, Angelo Tasca qui ne peut se rendre en Italie sans risquer l’arrestation immédiate et une lourde condamnation, demande à son ami de lui prêter pour quelques temps les trois essais sur la « conception matérialiste de l’histoire »61 d’Antonio Labriola : In memoria del Manifesto dei Comunisti62, Del materialismo storico63, et Discorrendo di socialismo e di filosofia64. Piero, qui possède ces livres dans sa bibliothèque de Milan, accepte et demande à son père de les lui envoyer à Cambridge. Ils parviendront entre les mains de Tasca courant octobre65, et ce dernier indique peu de temps après qu’il a conçu un « vague projet » sur la « pensée philosophique de Labriola »66. Le premier groupe de lettres paraît dans Lo Stato Operaio dès septembre 1927, et la publication se poursuit jusqu’en février 1930, soit cent trente et une lettres de Labriola à Engels67.

  • 68 A. Tasca : lettre à Piero Sraffa, 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.
  • 69 Ces deux lettres de Labriola sont éditées dans le recueil de Labriola, Scritti filosofici e politi (...)
  • 70 Sraffa : lettres à Tasca du 21 décembre 1927 et du 13 mars 1928, conservées à la Fondation Feltrin (...)

40Angelo Tasca demande à Sraffa de réaliser quelques recherches pour la mise au point de notes accompagnant deux lettres, celle du 28 octobre 1892 et celle du 16 août 189468. Pour la première, il s’agit de trouver des informations sur un Congrès des Trades Unions en 1892 et sur un article, cité par Labriola, d’Edward Aveling paru dans la Pall Mall Gazette la même année. Pour la seconde, il faut se renseigner sur un article, cité par Labriola, de James Bonar paru dans l'Economic Journal en mars 1894, faisant l’apologie d’Achille Loria69. Piero accomplit les recherches à Londres, à la Bibliothèque du British Museum, et transmet les renseignements demandés70. On peut donner ci-après les principales notes de Tasca, qui suivent de très près les informations fournies par son ami, pour l’édition des deux lettres de Labriola dans Lo Stato Operaio.

41Pour la première lettre, du 28 octobre 1892, Angelo Tasca indique :

  • 71 Lo Stato Operaio, anno III, no 2, février 1929, p. 154 note 1.

« L’article auquel Labriola fait allusion ici paru dans la Pall Mall Gazette du 11 octobre 1892 sous le titre « Discord in the « International » continental opinion on the British Trade Unionists », et Aveling y traite de l’attitude des organisations ouvrières et socialistes de l’Europe continentale envers la demande faite par le 25e congrès des Trades Unions (tenu à Candleriggs, Glascow du 5 au 10 octobre 1892) pour la convocation d’un Congrès international pour les huit heures de travail »71.

42Pour la seconde lettre du 16 août 1894, il mentionne :

  • 72 Lo Stato Operaio, anno III, no 7, septembre-octobre 1929, p. 622 note 1.

« Bonar, historien des doctrines économiques, scientifiquement beaucoup plus sérieux que Loria, dans le numéro cité de l’Economic Journal (pp. 76-82) a publié une recension des Bases économiques de la constitution sociale, paru l’année précédente à Paris. Bonar n’accepte pas dans son ensemble les théories de Loria, et encore moins celles de Marx. Il termine son écrit avec cet éloge de Loria : « on peut douter qu’il existe un autre écrivain de notre époque aussi intéressant et « stimulant » ; et il n’y en eu probablement jamais aucun autre, même pas en Allemagne, aussi maître de la littérature sur son sujet dans presque toutes les langues d’Europe » »72.

43Quelle est la réaction de Piero Sraffa à la lecture du travail d’édition d’Angelo Tasca ?

44On peut en prendre connaissance uniquement dans une lettre adressée à son ami, le 24 février 1928 :

  • 73 Lettre de Sraffa à Tasca, 24 février 1928, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan. La prése (...)

« Les lettres de Labriola me semblent un peu insipides, du moins celles publiées jusqu’ici (Dans votre note introductive, au fascicule 7, je vois que vous ne mentionnez pas les deux articles avec bibliographie que Croce a publiés sur Labriola dans la Critica il y a environ vingt ans : ils se trouvaient dans une « série » ; je ne sais s’il s’agit de celle des historiographes ou celle des italiens illustres) »73.

  • 74 Benedetto Croce : « Note sulla letteratura italiana nella seconda metà del secolo XIX - XXIII - Gi (...)

45Piero Sraffa se réfère ici, semble-t-il, à deux articles de Benedetto Croce publiés dans La Critica - Rivista di letteratura, storia e filosofia », respectivement en 1907 et en 190974. La publication, presque intégrale, des lettres de Labriola à Engels s’achève en février 1930. Angelo Tasca a déjà rompu avec le parti communiste d’Italie, et notre chercheur semble n’avoir plus de contact avec lui à partir de cette date.

7– LES RELATIONS D’AMITIE AVEC LES ANTI-FASCISTES ITALIENS : MATTIOLI ET MORANDI

46Au début des années trente, Piero Sraffa reste en relation avec des amis anti-fascistes non communistes restés au pays tels que Raffaele Mattioli et Rodolfo Morandi.

  • 75 Sur l’activité de Raffaele Mattioli dans les années Trente, voir l’ouvrage de Giovanni Malagodi : (...)
  • 76 Raffaele Mattioli est remercié dans la « General Preface » de Sraffa, The Works and Correspondance (...)
  • 77 La traduction italienne d’Enrico Radaeli paraît en 1932-34.

47Raffaele Mattioli, dont nous avons vu le rôle dans la sauvegarde des Cahiers de prison d’Antonio Gramsci, en 1937-1938, devient en 1931 directeur général de la « Banca Commerciale Italiana ». Membre du parti national fasciste, mais en réalité anti-fasciste, il rédige la fameuse étude, « Per la regolamentazione dell’ economia italiana », qui sera remise par l’Administrateur-délégué Giuseppe Toeplitz à Benito Mussolini, en septembre 1931. L’économie fasciste, affaiblie par la crise, doit se transformer en « economia regolata ». La voie est ainsi ouverte au contrôle de l’Etat sur les institutions de crédit. En 1933, l’« Istituto per la Ricostruzione Industriale » est fondé ; la « Banca Commerciale Italiana » devient formellement la propriété de l’I.R.I. avec le « Crédit Mobilier » et la « Banco di Roma ». Raffaele Mattioli est promu administrateur-délégué de la « Banca Commerciale Italiana », poste qu’il occupera jusqu’en 196075. Ami du philosophe « néo-idéaliste » Benedetto Croce, Raffaele Mattioli est devenu un personnage de grande culture et un collectionneur passionné de livres rares, en particulier des XVIIe et XVIIIe siècles. Piero bénéficie de son érudition pour la préparation des œuvres complètes de David Ricardo76. Très informé des écrits de Keynes, il se charge de trouver rapidement un traducteur pour le Treatise on Money77.

  • 78 Sur ce livre, voir supra pp. 71-72.
  • 79 Voix sur ce sujet les lettres de Rodolfo Morandi à Pietro Ernandez des 22 mai et 27 août 1932, dan (...)
  • 80 Londres : Methuen, 1ère édit. 1904, 4e édit. 1925.
  • 81 Rodolfo Morandi : lettre à Pietro Ernandez, 10 mars 1934, dans Annali della Fondazione Einaudi, vo (...)
  • 82 Secrétaire du parti socialiste italien reconstitué, de décembre 1945 à avril 1946, il deviendra en (...)

48Peut-être par l’intermédiaire de Carlo Rosselli, Piero Sraffa a fait la connaissance de Rodolfo Morandi. Né à Milan, Rodolfo Morandi (1902-1955) étudie le droit à Pavie à partir de 1921, et obtient son doctorat à l’université de Milan en 1925. Militant anti-fasciste, il collabore à la Révolution Libérale de Piero Gobetti, et à Il Quarto Stato de Carlo Rosselli et Pietro Nenni. En 1927, conseillé par son ami Lelio Basso, il étudie le marxisme en Allemagne et s’intéresse à l’économie politique. Il rédige en 1928-29 l’important essai Storia della grande industria in Italia, publié en 1931 chez Laterza78. Entre 1929 et 1931, il adhère à l’organisation clandestine « Giustizia e Libertà ». Il milite ensuite dans le parti socialiste italien, en prônant la collaboration entre les socialistes et les communistes ; en 1934, il lance le « Centre interne socialiste ». Vers 1931-1932, il envisage de mettre sur pied une collection d’ouvrages destinée à former un centre d’opposition culturelle au fascisme. Il projette notamment de publier une série de « classiques » de l’économie politique, d’Adam Smith à Marx, avec des textes intégraux, « quelque chose comme la collection philosophique de Laterza », allusion aux « classiques de la philosophie moderne » dirigés, à partir de 1906, par Benedetto Croce et Giovanni Gentile. Une seconde série d’oeuvres économiques « non classiques » devrait être mise en chantier (J. A. Hobson, M. Weber, W. Sombart...). R. Morandi consulte Piero Sraffa au printemps 1932 pour l’élaboration des listes d’ouvrages destinés aux deux séries, et il lui demande de faire partie de l’équipe de préparation de ces éditions79. Mais ce projet ne pourra aboutir par suite de difficultés financières. Début 1933, Morandi devient collaborateur de la maison d’édition Corticelli de Milan ; il tente de relancer le projet d’une série de « classiques » de l’économie politique (Turgot, Smith, Ricardo...), et se renseigne auprès de son ami sur les éditions originales à utiliser. Dans sa réponse, vers février-début mars 1934, Piero Sraffa lui indique l’édition Cannan80 pour la Richesse des Nations d’Adam Smith, et sa propre édition pour les Principles of Political Economy and Taxation de Ricardo, qui doivent paraître dans les œuvres complètes prévues pour l’automne81. Cependant cette seconde tentative se solde elle-aussi par un échec. En avril 1937, Rodolfo Morandi est arrêté et condamné à dix ans de prison pour avoir mis sur pied une association subversive ; il reste incarcéré jusqu’en 194382.

8– LA SECONDE GUERRE MONDIALE

  • 83 John Maynard Keynes : Activities 1939-1945 – Internai War Finance, The Collected Writings, volume  (...)

49La Seconde guerre mondiale éclate en septembre 1939. En mai 1940, la « drôle de guerre » prend fin sur le front occidental ; les Allemands envahissent la France et bombardent sans relâche la Grande-Bretagne. Le gouvernement britannique doit faire face aux activités d’espionnage des pays de l’« Axe ». Dans ce but, il décide l’arrestation immédiate de tous les ressortissants italiens et allemands. Piero Sraffa, qui possède un passeport italien, est arrêté à Cambridge, et conduit dans un camp d’internement situé dans l’île de Man. Il rejoint ainsi des intellectuels allemands tels que H.W. Singer, Edward Rosenbaum, et Erwin Rothbarth qui a aidé Keynes à la préparation de la brochure How to Pay for the War (1940). Ce séjour est en principe provisoire, car le gouvernement britannique envisage le transfert des détenus dès que possible, dans un camp de concentration situé dans les Dominions. En juillet, John Maynard Keynes et sa mère, Florence Ada, maire de Cambridge depuis 1932, accomplissent des démarches en haut lieu pour faire libérer Piero Sraffa83. Comme l’indique Charles H. Hession, Sraffa prisonnier

  • 84 Charles H. Hession : John Maynard Keynes, Paris : Payot, 1985, p. 382. Après la mort de son mari, (...)

« lui écrivit pour le remercier du mal qu’il se donnait et pour le prier de demander à sa mère de réconforter sa propre mère, restée seule à Cambridge et sans amis »84.

50Les efforts de Keynes sont couronnés de succès, et Piero Sraffa peut regagner le « Trinity College » de Cambridge, et y reprendre ses recherches.

  • 85 Nicholas Kaldor : Ricordi di un economista, Milan ; Garzanti, 1986, p. 68.

51A l’université de Cambridge, à partir de 1940, un nouveau « cercle » se constitue : il est composé de Joan Robinson, Richard F. Kahn, Piero Sraffa et Nicholas Kaldor. Baptisé le « War circus », il fonctionnera jusque vers 1965, sous le nom de « séminaire secret » ; en effet, seuls quelques heureux élus étaient invités à participer à ses réunions85.

52Au début de la Seconde guerre mondiale, alors que la « London School of Economics » est évacuée à Cambridge, Arthur Cecil Pigou décide d’organiser un cycle de conférences sur « les grands économistes ». Nicholas Kaldor, qui rapporte cet épisode, indique le choix des intervenants :

53C.R. Fay : Adam Smith ;

54Piero Sraffa : David Ricardo ;

55Gerald Shove : J.S. Mill ;

56Maurice Dobb : Karl Marx ;

57Joan Robinson : W.S. levons ;

58C.W. Guillebaud : Alfred Marshall.

  • 86 Nicholas Kaldor révèle une amusante anecdote à ce propos. Op. ait., pp. 49-50.

59La veille de son intervention, Piero Sraffa demande à Pigou d’être dispensé d’assurer sa conférence, en invoquant le « blocage psychologique » qui l’empêche d’affronter un public. Il est alors tenu de trouver sur-le-champ un remplaçant, qui n’est autre que Nicholas Kaldor86.

60Les années d’installation à Cambridge sont aussi pour notre intellectuel les années de préparation de l’œuvre fondamentale, la publication des écrits de Ricardo et du petit essai Production de marchandises par des marchandises, comme nous allons le découvrir maintenant.

Notes

1 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Laterza, 2e édition 1981, Appendice « La rivoluzione di Sraffa », p. 177 ; Alessandro Roncaglia : « Piero Sraffa : une bibliografia ragionata », Studi Economici, anno XXXVIII, no 21, 1983, p. 140.

2 Joan Robinson : « Reminiscences », dans le recueil Contributions to Modem Economies, Oxford : Basil Blackwell, 1978, p. IX ; voir aussi Joan Robinson, Préface à l’édition française de Economie Heresies (1971), Hérésies économiques - Essais sur quelques problèmes démodés de théorie économique, Calmann-Lévy, 1972, pp. 7-8.

3 Il sera ensuite invité chez Angelo Sraffa, et à Milan il fera la connaissance de Raffaele Mattioli, dirigeant de la « Banca Commerciale Italiana » (Richard F. Kahn : The Making of Keynes’ General Theory - Raffaele Mattioli Lectures, Cambridge : Cambridge university Press, 1984, pp. 3 et 170).

4 Richard F. Kahn : Préface à l’édition italienne (1982) de la thèse, The Economics of the Short Period (1930), L’economia del breve periodo, Turin : Boringhieri, 1982, pp. 36-37.

5 Joan Robinson : The Economics of Imperfect Competition, traduction française, L’économie de la concurrence imparfaite, Dunod, 1975, p. XXI.

6 « Increasing Returns and the Representative Firm – A symposium », The Economic Journal, volume XL, mars 1930, pp. 79-116.

7 Op. cit., p. 93.

8 Voir la lettre de Piero Sraffa à Joseph Schumpeter du 8 mai 1930, conservée dans les « Schumpeter Papers », « Harvard University Archives », Cambridge, Mass.

9 Austin Robinson, « Keynes and his Cambridge Colleagues », in Don ratinkin et J.Clark Leith, edited by, Keynes, Cambridge and the General Theory, Londres : MacMillan, 1977, p. 29.

10 Austin Robinson, « lecturer in Economics » depuis 1929, venait d’être nommé par Arthur Cecil Pigou secrétaire de la « Faculty of Economies and Politics » de Cambridge.

11 Voir J.M. Keynes : « Mary Paley Marshall », dans Essays in Biography, The Collected Writings, MacMillan-St Martin’s Press, volume X, 1972, p. 249.

12 Londres : MacMillan, 1932.

13 Londres : MacMillan, 1933.

14 The Economic Journal, volume XLVIII, septembre 1938 ; voir à ce sujet la lettre de J.T. Dunlop à J.M. Keynes du 10 mai 1938, dans Keynes, The General Theory and after – A supplement, The Collected Writings, MacMillan, Cambridge U. Press, volume XXIX, 1979, p. 285.

15 David Ricardo avait été l’un des fondateurs de ce cercle en 1821.

16 Londres : Routledge, 1925.

17 Nous avons appris l’existence de ce contact par une allusion contenue dans une lettre d’Angelo Tasca à Piero Sraffa du 15 octobre 1929, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan. Harry Pollitt a remplacé Albert Inkpin, secrétaire général du Parti de 1920 à 1929.

18 Henri Bartoli : « Chronique de la pensée économique en Italie », Revue Economique, volume 32, no 1, janvier 1981, p. 184. John Maynard Keynes a rédigé une courte étude sur Ramsey, accompagnée d’une anthologie de réflexions dans Essays in biography, The Collected Writings, MacMillan-St Martin’s Press, volume X, 1972, pp. 335-346.

19 Georg-Henrik Von Wright : « Biographical Sketch » dans Norman Malcolm : Ludwig Wittgenstein - A memoir, Oxford : Oxford U Press, 1958, traduction française, « Notice biographique » rééditée dans Ludwig Wittgenstein, De la certitude, coll. Idées, Gallimard, 1976, p. 23.

20 Souligné par LW, dans Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques, Gallimard, 1961, p. 112. Sur les rapports entre Sraffa et Wittgenstein, on peut se reporter à l’étude de Paolo Albani, « Teo-riaria economica e linguaggio scientifico : elementi per uno studio sul rapporto Sraffa-Wittgenstein », dans Economia Politica-Rivista di teoria e analisi (Bologne), anno I, no 1, avril 1984, pp. 107-142.

21 Dans une interview accordée en 1960 à Ferruccio Rossi-Landi, défenseur de la thèse d’une influence marxiste de Sraffa sur Wittgenstein (F. RossiLandi : Il linguaggio corne lavoro e corne mercato, Milan : Bompiani, le édition 1968, p. 107).

22 Richard F. Kahn : The Making of Keynes’ General Theory, Raffaele Mattioli Lectures, Cambridge U. Press, 1984, p. 171 ; A.N.L. Munby : « The Book Collector » dans Milo Keynes, edited by, Essays on John Maynard Keynes, Cambridge U. Press, 1975, pp. 290-298.

23 Joseph Schumpeter : Ten great economists - Front Marx to Keynes, New-York : Oxford U. Press, 1951, pp. 272-273, note 13.

24 Cambridge : Cambridge U. Press, 1938. Cette « Introduction » commune est aujourd’hui rééditée dans J.M. Keynes, Social, political and literary writings, The Collected Writings, MacMillan - Cambridge U. Press, volume XXVIII, 1982, pp. 373-390 (chapitre 4, « Hume »). Il existe une traduction française du livre de Hume, par Didier Deleule : Abrégé du Traité de la nature humaine, Paris : Aubier, 1971.

25 John Maynard Keynes : The General Theory and after : a supplement, The Collected Writings, MacMillan-Cambridge, U. Press, volume XXIX, 1979, p. 3.

26 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht, 9 septembre 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci con altre lettere di Piero Sraffa, Riuniti, 1986, pp. 69-70.

27 Voir J.M. Keynes : A Treatise on Money, vol. I, chapitre 18 (« Changesges due to investment factors »), et vol. 2 chapitre 37 (« Methods of National Management » - III – « The Control of the Rate of Investment », Paragraphe IV- « The slump of 1930 ») dans The Collected Writings, MacMillan, St Martin’s Press, 1971, resp. vol. V, pp. 248-262 et vol. VI, pp. 338-347.

28 Voir J.M. Keynes : Activities 1929-1931 - Rethinking Employment and Unemployment Policies, The Collected Writings, volume XX, MacMillan-Cambridge U. Press, 1981, notamment pp. 72-75 et 128-140.

29 Voir J.M. Keynes : The General Theory and after, Part I, Preparation, The Collected Writings, volume XIII, MacMillan, St Martin’s Press, 1973, p. 83.

30 Son ami Raffaele Mattioli se chargera de trouve un traducteur (voir infra, p. 120).

31 Joan Robinson : « Reminiscences » (1977) dans Contributions to Modem Economics, Basil Blackwell, 1978, p. XII.

32 Keynes, à l’époque, travaille la semaine à Londres, puis passe un long week-end à Cambridge.

33 Sur l’organisation du « Circus », voir Donald Moggridge, « The Cambridge Circus – 1930-1931 », dans J.M. Keynes, The General Theory and after – Part. I, Preparation, The Collected Writings, volume XIII, MacMillan – St Martin Press, 1973, pp. 337-343. Sur les thèmes de discussions, voir Joan Robinson, « Reminiscences » (1977), dans Contributions to Modem Economies, Basil Blackwell, 1978, pp. XII-XV, et Richard Ferdinand Kahn : The Making of Keynes' General Theory - Raffaele Mattioli Lectures, Cambridge U. Press, 1984, pp. 106-109.

34 Lettre publiée dans J.M. Keynes : The General Theory and after – Part. I, Preparation, The Collected Writings, volume XIII, MacMillan – St Martin Press, 1973, pp. 207-209. La réponse de Keynes est du 15 mai 1931, dans op. cit., pp. 209-211.

35 Austin Robinson : « Keynes and his Cambridge Colleagues », dans Don Patinkin et J. Clark Leith, edited by, Keynes, Cambridge and the General Theory, MacMillan, 1977, p. 29.

36 « (Sraffa) had a great reputation, at least among the students, as a Marx scholar », Lorie Tarshie, « Keynes as seen by his students in the 1930s », dans Don Patinkin et J. Clark Leith, edited by, Keynes, Cambridge and the General Theory, MacMillan, 1977, p. 52.

37 « Piero Sraffa, of course, was the best Marxian scholar among us ». Austin Robinson, dans « Discussion », op. cit., p. 88.

38 Pour ces années, on dispose d’une lettre, non datée, de Sraffa à Keynes, et de deux lettres, elles-aussi non datées de Keynes à Sraffa, publiées dans Keynes : The General Theory and after A Supplement, The Collected Writings, volume XXIX, MacMillan, Cambridge U. Press, 1979, respectivement pp. 157 et 158-160.

39 « Piero of course made some exhausting difficulties, but nothing of real consequence, I am glad to say », Lettre de J.M. Keynes à Lydia Keynes, 3 décembre 1933, « Keynes Papers », « King’s College », Cambridge, citée par Robert Skidelsky, « Keynes e Sraffa : un caso di non-communicazione », dans Riccardo Bellofiore, a cura di, Tra teoria economica e grande cultura europea : Piero Sraffa, Milan : Franco Angeli, 1986, p. 78.

40 Un extrait de cette lettre des « Keynes Papers », « King’s College », Cambridge, est publié par Robert Skidelsky, dans op. cit., p. 78.

41 Piero Sraffa : lettre à Celestino Arena, 12 août 1938, publiée par Alberto Zanni, « Sulla mancata apparizione della « Teoria generale » di Keynes in una seconda serie della « Nuova collana di economisti » (con corrispondenze inediti) », Quaderni di storia dell’economia politica, anno II, no 3, 1985, p. 266. Dans cette lettre, Sraffa indique qu’il a obtenu l’autorisation de l’auteur pour une traduction italienne de la Théorie générale dans cette collection, et se déclare prêt à collaborer à un « choix d’écrits polémiques » (non précisés) de Keynes, placés dans le même volume. En fait, ces projets n’auront pas de suite, et la traduction italienne d’Alberto Campolongo n’apparaîtra qu’en 1947.

42 « the book, as it stands, seems to me to be one of the most frightful muddles I have ever read » (J.M. Keynes, « The Pure Theory of Money – A Reply to Dr Hayek », Economica, novembre 1931, réédité dans The General Theory and after – Part. I, Preparation, The Collected Writings, MacMillan – St Martin Press, volume XIII, 1973, p. 252).

43 The Economic Journal, volume XLII, mars 1932, pp. 42-53, traduction française par Jacques Léonard dans Publications de la Faculté de Droit et d’économie d’Amiens, no 3, 1972-1973, pp. 179-188, réédité dans Cahiers d'économie politique, no 9,1984, Anthropos, pp. 5-17.

44 Op. cit., traduction française, rééditée, p. 7.

45 Voir Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, chapitre 17, « Les propriétés essentielles de l’intérêt et de la monnaie », P.B. Payot, 1969, pp. 229-250. Il s’agit de la conception keynésienne de l’« own rate of interest », rendu dans la traduction de Jean de Largentaye par « taux d’intérêt spécifique ».

46 F. Von Hayek : « Money and Capital : a Reply », The Economic Journal, volume XLII, juin 1932, pp. 237-249.

47 Op. cit., p. 249.

48 Piero Sraffa : « A Rejoinder », The Economic Journal, volume XLII, juin 1932, pp. 249-251.

49 « Among the many published appraisals of Mr Keynes’ latest work, I have, I think, derived most benefit from those by Mr Hawtrey and Mr Hicks ; among many conversations on the same theme, those with Mr Sraffa stand out in memory as most inevitably ending in theft ». Souligné par nous, Dennis H. Robertson : Essays in Monetary Theory, Londres : King and Son, 1940, p. VIII.

50 Angelo Tasca : « La rivalutazione della lira e la crisi della economia italiana », Lo Stato Operaio, anno I, no 6, août 1927, p. 667.

51 Souligné par Piero Sraffa, P.Sraffa-A. Tasca « Il vero significato della ’quota 90’ », dans Lucio Villari, a cura di, Il capitalismo italiano del Novecento, tome I, Bari : Laterza, 1975, pp. 180-181. La consultation de la correspondance Sraffa-Tasca à la Fondation Feltrinelli de Milan nous a permis de retrouver les dates des différentes lettres échangées.

52 Palmiro Togliatti : Lezioni sul fascismo, Rome : Riuniti, 1970, traduction française « Le fascisme italien – Huit leçons », dans Recherches internationales à la lumière du marxisme, no 68, 3e trimestre 1971 (voir notamment p. 9).

53 Op. cit., pp. 182-185. Voir aussi le « Postcriptum », en réalité formé d’un extrait d’une lettre d’A. Tasca à P. Sraffa du 5 octobre 1927.

54 Op. cit., p. 186.

55 Op. cit., p. 189.

56 A. Tasca : lettre à P. Sraffa du 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.

57 Lettre de P. Sraffa à Tasca, 21 décembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan. Il s’excuse dans cette lettre d’avoir tant tardé à donner son accord.

58 Lo Stato Operaio, anno 1, no 9-10, pp. 1089-1095.

59 Voir à ce sujet une lettre de P. Sraffa à A. Tasca, sans date, mais datant vraisemblablement du milieu de l’année 1930, avec mention « Cambridge,ge, domenica », conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan.

60 On notera que Tasca publie l’étude de David Riazanov, « Antonio Labriola », dans Lo Stato Operaio, no 7, septembre 1927, pp. 787-792.

61 Sur le marxisme de Labriola, voir Jean-Pierre Potier, Lectures italiennes de Marx - Les conflits d’interprétation chez les économistes et les philosophes - 1883-1983, P.U.L., 1986, pp. 131-154.

62 Rome : Loescher, 1895.

63 Rome : Loescher, 1896.

64 Rome : Loescher, 1897.

65 Comme l’atteste la lettre d’A. Tasca à Piero Sraffa du 21 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan.

66 A. Tasca : lettre à Piero Sraffa, 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.

67 Lo Stato Operaio, anno I, 1927, no 7, septembre, no 8, octobre, no 9-10, nov.-décembre ; anno II, 1928, no 1-2, janvier-février, no 3, mars, no 4, avril, no 5, mai, no 6, juin, no 7, juillet, no 8, août-septembre, no 9, octobre ; anno III, 1929, no 1, janvier, no 2, février, no 4, avril-mai, no 6, juillet-août, no 7, septembre-octobre, no 8, novembre ; anno IV, 1930, no 1, janvier, no 2, février.

68 A. Tasca : lettre à Piero Sraffa, 9 novembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan.

69 Ces deux lettres de Labriola sont éditées dans le recueil de Labriola, Scritti filosofici e politici, a cura di Franco Sbarberi, Turin : Einaudi, 1973, tome I, respectivement pp. 320-325 et 403-06.

70 Sraffa : lettres à Tasca du 21 décembre 1927 et du 13 mars 1928, conservées à la Fondation Feltrinelli, Milan.

71 Lo Stato Operaio, anno III, no 2, février 1929, p. 154 note 1.

72 Lo Stato Operaio, anno III, no 7, septembre-octobre 1929, p. 622 note 1.

73 Lettre de Sraffa à Tasca, 24 février 1928, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan. La présentation de Tasca se trouve dans le no 7, septembre 1927 de Lo Stato Operaio pp. 795-796, intercalée entre l’article de Riazanov et la première série des lettres.

74 Benedetto Croce : « Note sulla letteratura italiana nella seconda metà del secolo XIX - XXIII - Giovanni Bovio e la poesia della filosofia » - Parte seconda : « Antonio Labriola - Giovanni Bovio », paragraphe VII, « Antonio Labriola », La Critica (Naples), anno V, fasc. VI, 20 novembre 1907, pp. 417421 ; Benedetto Croce : « Appunti per la storia della cultura in Italia nella seconda metà del secolo XIX » - I - « La vita letteraria a Napoli dal 1860 al 1900 » - Prima parte, La Critica, anno VII, fasc V, 1909, p. 334 et suiv.

75 Sur l’activité de Raffaele Mattioli dans les années Trente, voir l’ouvrage de Giovanni Malagodi : Profilo di Raffaele Mattioli, Riccardo Ricciardi ed., 1984, 87 p. (publication hors commerce).

76 Raffaele Mattioli est remercié dans la « General Preface » de Sraffa, The Works and Correspondance of David Ricardo, Cambridge : Cambridge, U. Press, 1951, p. XI.

77 La traduction italienne d’Enrico Radaeli paraît en 1932-34.

78 Sur ce livre, voir supra pp. 71-72.

79 Voix sur ce sujet les lettres de Rodolfo Morandi à Pietro Ernandez des 22 mai et 27 août 1932, dans Annali della Fondazione Einaudi (Turin),volume III, 1969, resp. pp. 464 et 467.

80 Londres : Methuen, 1ère édit. 1904, 4e édit. 1925.

81 Rodolfo Morandi : lettre à Pietro Ernandez, 10 mars 1934, dans Annali della Fondazione Einaudi, volume III, 1969, p. 479.

82 Secrétaire du parti socialiste italien reconstitué, de décembre 1945 à avril 1946, il deviendra en 1946-1947, ministre de l’industrie et du commerce dans le gouvernement De Gasperi. Il est l’un des maîtres à penser du fondateur de suite de la note 82 :
l'« ouvriérisme » italien Raniero Panzieri. (Sur cette question, voir Jean-Pierre Potier : Lectures italiennes de Marx (1883-1983), P.U.L. 1986, pp. 401-423).

83 John Maynard Keynes : Activities 1939-1945 – Internai War Finance, The Collected Writings, volume XXII, MacMillan Cambridge U. Press, 1978, pp. 190-191.

84 Charles H. Hession : John Maynard Keynes, Paris : Payot, 1985, p. 382. Après la mort de son mari, en 1938, Irma Sraffa est venu habiter à Cambridge auprès de son fils. Elle décèdera en 1945.

85 Nicholas Kaldor : Ricordi di un economista, Milan ; Garzanti, 1986, p. 68.

86 Nicholas Kaldor révèle une amusante anecdote à ce propos. Op. ait., pp. 49-50.

© Presses universitaires de Lyon, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search