Version classiqueVersion mobile

Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983)

 | 
Jean-Pierre Potier

Chapitre II. L’attrait pour le communisme : une relation exceptionnelle avec Antonio Gramsci

Texte intégral

I– JOURNALISTE A l’ordine nuovo

1Le jeune Piero a radicalisé ses positions politiques à partir de 1917, et après son retour de la guerre, il a rejoint, en 1919-1920, l’équipe de L’Ordine Nuovo animé par Antonio Gramsci. Pourtant, il ne va pas s’inscrire au parti communiste d’Italie, fondé au Congrès de Livourne, en janvier 1921, et dirigé jusqu’en 1923 par l’ingénieur Amadeo Bordiga (1889-1970). Il reste toutefois collaborateur de L’Ordine Nuovo qui continue à paraître en 1921-1922, mais comme premier quotidien du nouveau parti. A l’occasion de son premier séjour d’études en Grande-Bretagne dans l’été 1921, porteur d’une carte de journaliste de L’Ordine Nuovo, il contacte à Londres les rédacteurs d’une nouvelle revue marxiste, fondée par le communiste d’origine indienne R. Palme Dutt, The Labour Monthly - A Magazine of International Labour. Le premier numéro sort en juillet 1921. Ce périodique propose des analyses théoriques et des informations sur les luttes des classes dans les principaux pays capitalistes. Piero Sraffa accepte d’être le correspondant italien de cette revue. De plus, il envoie de Londres à ses amis turinois trois articles qui seront publiés aussitôt dans L’Ordine Nuovo.

  • 1 « Open Shop Drive », L’Ordine Nuovo, 2e série, 5 juillet 1921, p. 3. Dans ses Cahiers de prison, G (...)

2Le premier article, « Open Shop Drive », avec pour sous-titre « Comment la classe bourgeoise combat l’organisation ouvrière – Boycottage et espionnage – Comment brise-t-on une grève – Le « chien jaune » », est le seul signé par l’auteur. Il traite des luttes ouvrières aux Etats-Unis à partir d’un recueil de textes récemment paru à New-York, consacré au système de l’« Open shop ». Les industriels mettent en place ce système, en théorie, pour favoriser l’embauche non exclusive d’ouvriers syndiqués, mais en pratique, pour refuser l’embauche des syndiqués, comme le montrent les nombreux exemples relatés1. Le second article, « Industriali e governo inglese contro i lavoratori », traite cette fois du mouvement ouvrier en Grande-Bretagne. Selon Piero Sraffa, le gouvernement et les industriels passent actuellement à l’offensive contre les travailleurs dans le but précis du « rétablissement de l’autorité absolue du patron ». L’étude illustre cette affirmation par la fourniture d’informations sur les suppressions de nombreuses commissions paritaires instaurées pour résoudre les conflits. L’auteur conclut en affirmant :

  • 2 « Industriali e governo inglese contro i lavoratori », L’Ordine Nuovo, 2e série, 24 juillet 1921, (...)

« La classe ouvrière anglaise n’a pas encore réussi à se libérer des illusions sur la conciliation entre le capital et le travail et sur l’impartialité du gouvernement : la réaction industrielle dans sa cécité contribue efficacement à la clarification de la conscience du prolétariat »2.

3Le troisième article, « I « Labour leaders » » laisse transparaître des conceptions politiques et sociales beaucoup plus élaborées. L’auteur critique durement, l’attitude des dirigeants des Trades Unions qui subissent en cette année 1921 la contestation de leur base ouvrière :

  • 3 Souligné par Piero Sraffa, « I « labour leaders » », L'Ordine Nuovo, 2e série, 4 août 1921, p. 1.

« Les Labour leaders anglais ne sont pas très différents des mandarins syndicaux du continent. Ce sont des petits bourgeois strictement associés au système capitaliste ; ils sont prêts à « améliorer » ce système, c’est-à-dire à en modifier l’équilibre des forces de manière à ce que leur influence s’en trouve accrue. Dans la hiérarchie des classes sociales ils sont seulement inférieurs à la grande bourgeoisie et espèrent un jour pouvoir la dépasser : ils sont donc favorables à toutes ces réformes qui peuvent l’affaiblir, de l’impôt sur le capital à la nationalisation des mines et des chemins de fer. Pour atteindre leur but, ils spéculent sur la force du prolétariat et tentent de faire chanter la grande bourgeoisie en lui faisant entrevoir le spectre de la révolution : mais à peine le spectre menace-t-il de prendre corps, qu’ils en sont eux-mêmes effrayés et qu’ils s’unissent à la bourgeoisie pour le combattre. Ce sont des petits bourgeois et ils ne veulent pas mettre en péril tout l’édifice dont ils sont co-propriétaires. (...) Et en Angleterre la modération, l’opportunisme et le corporatisme des leaders correspondent aux sentiments de la majorité des ouvriers. Entre les leaders et les masses, la différence existante – et elle est tout à l’avantage des masses – est seulement une différence de degré, mais le mot d’ordre est le même. Ou plus précisément, le manque d’un mot d’ordre, d’un objectif commun vers lequel tendent les efforts de tous, d’un programme organique pour en tirer une véritable solution caractéristique des problèmes qui se présentent au fur et à mesure ; en somme ce vide qui se couvre du nom d’apolitisme (...). En substance cet apolitisme consiste à empêcher la classe ouvrière d’exercer, comme telle, une influence sur la politique générale de l’Etat.
Le prolétariat manquant de toute préparation et organisation politique, son action est nécessairement limitée au domaine industriel et toutes les tâches de ses chefs sont destinées à l’y retenir. Mais la meilleure volonté ne réussit pas à remédier à l’absurdité, théorique et pratique, de la séparation entre la lutte économique et la lutte politique »3.

  • 4 Nous tenons ces informations d’Andrea Viglongo lui-même que nous avons rencontré, en septembre 197 (...)

4De retour en Italie, Piero Sraffa renonce au travail de correspondant de Labour Monthly, se considérant mal informé des problèmes sociaux italiens. Il demande alors à Antonio Gramsci de lui indiquer une personne plus compétente pour ce genre de travail. Ce dernier lui conseille de s’adresser à Andrea Viglongo (1900-1986), l’un des journalistes les plus importants de L’Ordine Nuovo dès 1919 ; Viglongo rédigerait les articles, et Sraffa les traduirait en anglais. Mais cette collaboration ne se réalisera jamais4.

2– UNE IMPORTANTE POLEMIQUE AVEC ANTONIO GRAMSCI SUR LES MOYENS DE LUTTER CONTRE LE FASCISME

  • 5 Durant ce séjour en URSS, jusqu’en décembre 1923, Gramsci fait connaissance de sa future femme, Gi (...)

5Au second retour en Italie, en juin 1922, Piero Sraffa semble avoir beaucoup moins de contacts avec ses amis de L’Ordine Nuovo. Il ne peut plus rencontrer Antonio Gramsci qui se trouve à Moscou, depuis la fin mai 1922, en tant que délégué du Parti communiste d’Italie auprès de l’« Exécutif » de la IIIe Internationale5.

6A. Gramsci quitte Moscou en décembre 1923 pour s’installer à Vienne, où il organise à la demande de l’« Exécutif » de la IIIe Internationale un « Bureau Extérieur » du Parti communiste d’Italie. En janvier 1924, il reprend contact avec des intellectuels qui ont participé à L’Ordine Nuovo. Il écrit ainsi à Piero Sraffa pour lui demander de collaborer à une revue marxiste qu’il projette de fonder, Critica Proletaria, mais qui, en réalité, ne verra jamais le jour.

7Piero accepte, et échange quelques lettres avec lui sur la situation politique italienne et la question de l’organisation de la lutte contre le fascisme. Dans une lettre datant de février ou de mars 1924, Sraffa indique :

« Je maintiens mon opinion que la classe ouvrière est complètement absente de la vie politique ; et je ne peux que conclure que le Parti communiste, aujourd’hui, ne peut rien faire ou presque rien de positif. La situation ressemble, de manière frappante, à celle de 1916-1917 ; et il en est de même de mon état d’âme, que vous me dites commun aux autres amis qui vous écrivent. Mes opinions politiques sont inchangées – pire, je me suis durci (...). Il n’y aura pas la possibilité d’une action politique ouvrière tant que les problèmes concrets qui se présentent à chaque ouvrier devront être résolus individuellement et de manière privée, comme aujourd’hui : il faut sauver l’emploi, la paye, la maison et la famille ; le syndicat et le parti ne peuvent fournir aucune aide, au contraire (...) ».

8Il ajoute :

« La question urgente, préjudicielle par rapport à toute autre, est celle de la « liberté » et de l’« ordre » : après viendront les autres, mais actuellement elles ne peuvent pas intéresser les ouvriers. Aujourd’hui, un relâchement de la pression fasciste ne peut, je crois, être obtenu par le Parti communiste : c’est le moment des oppositions démocratiques et il me semble nécessaire de les laisser faire et même de les aider. Il faut, avant tout, une « révolution bourgeoise », qui permettra ensuite le développement d’une politique ouvrière ».

9A propos des « gauches », il pense qu’il s’agit d’une

  • 6 Souligné par Piero Sraffa, lettre publiée partiellement dans « Problemi di oggi di domani », L’Ord (...)

« erreur de se placer ouvertement contre elles et d’insister trop (comme le fait, par exemple, L’Unit à) sur la dérision de la « liberté » bourgeoise : belle ou laide, c’est la chose dont les ouvriers ressentent aujourd’hui le plus fort besoin et c’est le présupposé de toute conquête ultérieure (...). Le Parti communiste ne peut, par contradiction, faire campagne pour la liberté et contre la dictature en général : mais il commet une grave erreur quand il donne l’impression de saboter une alliance des oppositions (...). Vous dites exactement que le fascisme est en train de désagréger l’unité de l’Etat et la question actuelle et urgente, mais je ne crois pas qu’elle soit du genre que vous dites ; elle me semble, plus qu’une question sociale, un problème de police (...)6.

10Piero Sraffa donne une véritable « leçon » politique a son ami, qui se trouve à cette époque sur des positions sectaires, très proches de celles d’Amadeo Bordiga.

11Antonio Gramsci, bien qu’irrité par ces remarques, les juge dignes d’être livrées à la discussion des militants de son parti. Il fait reproduire des extraits de la lettre accompagnés de sa propre réponse, sous le titre « Problèmes d’aujourd’hui et de demain », dans L’Ordine Nuovo, qui peut reparaître légalement en Italie à partir de mars 1924, mais pour une brève période. Gramsci interpelle assez vivement Piero, tout en le ménageant :

« Dans cette lettre sont contenus tous les éléments nécessaires et suffisants pour liquider une organisation révolutionnaire comme l’est et doit l’être notre parti. Pourtant telle n’est pas l’intention de l’ami S., lequel, bien que non inscrit, bien qu’il vive en marge de notre mouvement et de notre propagande, a foi dans notre parti et le considère comme le seul capable de résoudre durablement les problèmes posés et la situation créée par le fascisme (...). S. croit que l’avenir sera pour notre parti. Mais comment pourrait-il continuer à exister, comment le Parti communiste pourrait-il se développer, comment pourrait-il se trouver en mesure, après la chute du fascisme, de dominer et de guider les événements, si aujourd’hui il s’anéantissait dans l’attitude de passivité absolue indiquée par le même S. ? ».

12Plus loin, il remarque :

  • 7 Voir le texte intégral dans notre Appendice.

« L’ami S. n’a pas encore réussi à détruire en lui tous les résidus idéologiques de sa formation intellectuelle démocratico-libérale c’est-à-dire normative et kantienne, non marxiste et non dialectique. Quel sens donner à ses affirmations que la classe ouvrière est « absente », que la situation est contraire au syndicat et au parti, que la violence fasciste est un problème d’« ordre », c’est-à-dire de « police », et non un problème « social » ? (...) Aujourd’hui, la répression systématique et légale se maintient contre le prolétariat ; elle s’est au contraire relâchée à la périphérie, contre les couches qui en 1920 étaient seulement objectivement ses alliés, et qui se réorganisent, rentrent partiellement dans la lutte, en prenant le caractère édulcoré d’opposition constitutionnelle, c’est-à-dire leur caractère le plus nettement petit-bourgeois (...). La classe ouvrière est et restera encore « absente » dans la mesure où le Parti communiste permettra aux oppositions constitutionnelles de monopoliser le réveil de la lutte des couches sociales qui historiquement sont les alliées du prolétariat. La naissance et le renforcement des oppositions constitutionnelles insufflent une force nouvelle au prolétariat, qui de nouveau afflue dans le parti et dans les syndicats. Si le Parti communiste intervient activement dans le processus de formation des oppositions, il travaille à déterminer dans la base sociale des oppositions une différenciation de classe, obtenant que les masses paysannes s’orientent vers un programme de gouvernement ouvrier et paysan, et voilà que le prolétariat n’est plus « absent » comme avant, voilà une ligne de travail politique dans laquelle se résolvent les problèmes d’aujourd’hui et ceux de demain, dans laquelle on prépare et on organise les lendemains et on ne les attend pas simplement du destin. Cette ligne de travail politique est donc contraire tant aux oppositions constitutionnelles qu’au fascisme (...). La vérité est que l’opposition constitutionnelle ne réalisera jamais son programme, que c’est un pur instrument d’agitation contre le fascisme (...) »7.

13A son tour, Antonio Gramsci administre une dure « leçon » politique à son ami économiste. A la même époque, il envoie une lettre à ses camarades de la direction du parti communiste d’Italie qui contient des précisions particulièrement intéressantes sur son appréciation de la position de Piero Sraffa :

  • 8 Allusion à la 3 e série de L'Ordine Nuovo.
  • 9 Gramsci : lettre à Togliatti, Scoccimaro, Leonetti, etc., 21 mars 1924, dans Palmiro Togliatti, La (...)

« (...) Sraffa s’oriente vers une position qui me semble être tout-à-fait la position maximaliste (...). Sraffa collaborera à la Rassegna8 et je crois même, d’après ce qu’il m’écrit, que sa collaboration sera très intéressante – pour ce qui le concerne, le problème ne me semble pas compliqué ; il est resté isolé depuis les contacts qu’il avait eus avec nous à Turin, il n’a jamais travaillé parmi les ouvriers, mais c’est certainement encore un marxiste, et il suffira de garder à nouveau le contact avec lui pour le redresser et en faire un élément actif de notre Parti, auquel il pourra rendre bien des services utiles, aujourd’hui et par la suite.
Il y a, dans sa lettre, un passage qui ne sera pas publié et qui est extrêmement intéressant : à propos de la question syndicale il me demande comment il se fait que notre Parti n’ait jamais pensé à créer des syndicats du type des I.W.W. américains, qui étaient précisément adaptés à la situation d’illégalité et de répression violente exercée par l’Etat et par les organismes privés du capitalisme, Il m’a promis un article sur la bureaucratie syndicale dans lequel, je crois, il développera aussi ce sujet qui me semble digne de la plus grande attention, Il est certain que nous ne nous sommes pas encore posé, sur le plan pratique, la question de la création éventuelle d’un mouvement syndical clandestin, centralisé, qui œuvre pour provoquer une situation nouvelle dans la classe ouvrière. Nos groupes, comme notre Comité syndical, ont conservé au sein de la C.G. du Travail un caractère de parti, de fraction de parti, qui est nécessaire mais ne résout pas tout le problème. On ne saurait d’ailleurs davantage le résoudre en prenant modèle sur les I.W.W. qui étaient, pratiquement, l’organisation des ouvriers qu’on appelait les « migrateurs » ; toutefois, la façon dont les I.W.W. étaient organisés peut nous donner quelques indications et définir la nature du problème »9.

14Piero Sraffa ne semble pas avoir rédigé l’article sur la bureaucratie syndicale, promis pour L’Ordine Nuovo, qui paraît encore légalement jusqu’en avril 1925. Antonio Gramsci rentre en Italie en mai 1924, après deux ans d’absence ; élu député, il devient, en août, le secrétaire général du parti communiste d’Italie en remplacement d’Amadeo Bordiga.

  • 10 Gramsci a possédé une collection de ces volumes.
  • 11 Antonio Gramsci : « Un esame della situazione italiana », traduction française, « Un examen de la (...)

15Il a la possibilité de rencontrer son ami. Il n’existe malheureusement pas de traces précises au sujet de leurs thèmes de discussions dans la période 1924-1926. Il est certain qu’ils ont débattu de la conjoncture économique et politique de l’Italie fasciste. Piero Sraffa conseille au dirigeant communiste la lecture des synthèses, accompagnées de prévisions sur l’économie italienne, préparées par Giorgio Mortara à l’« université commerciale Luigi Bocconi » depuis 1921, les Prospettive economiche10. Il fait bénéficier son ami d’informations économiques confidentielles obtenues de Raffaele Mattioli, qui travaille depuis 1925 au secrétariat de l’Administrateur-délégué de la « Banca Commerciale Italiana ». Ainsi, il a sans doute fourni la matière première de certaines données économiques contenues dans le rapport à la direction du parti communiste d’Italie, « Un esame della situazione italiana » (2-3 août 1926)11. Antonio Gramsci s’intéresse aux travaux théoriques sur la concurrence de l’économiste ; il ne se prive pas de lui reprocher la trop grande rareté de ses écrits, ses hésitations à développer ses idées dans des articles. Piero Sraffa déclare plus tard à ce sujet :

  • 12 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht du 23 août 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci con (...)

« Autrefois, Nino me reprochait toujours que l’excès de scrupules scientifiques m’empêchât d’écrire quelque chose : je n’ai jamais guéri de cette maladie (...) »12.

16Il ne semble pas que le dirigeant communiste lui ait conseillé de réfléchir sur des thèmes de recherche particuliers comme, par exemple, la théorie de la valeur, ou l’ait incité à délaisser les problèmes monétaires et bancaires pour se consacrer à la théorie ricardienne. Certes, ils ont probablement débattu de Ricardo, et certainement de Marx, mais il n’existe aucune trace écrite permettant de l’attester.

3– LE SOUTIEN MATERIEL ET MORAL DU DIRIGEANT COMMUNISTE INCARCERE, ET L’ORGANISATION DE SA DEFENSE

  • 13 A. Gramsci : lettre à Piero Sraffa, 11 décembre 1926, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, p.  (...)
  • 14 Il en informe Gramsci dans une lettre du 13 décembre 1926, aujourd’hui sans doute perdue, signalée (...)
  • 15 Principi di Economia, Turin : U.T.E.T., réédition 1925.
  • 16 Paris : Payot, 1926.
  • 17 Turin : Ed. de La Riforma Sociale, 1926.

17Le 8 novembre 1926, la police fasciste arrête Antonio Gramsci à Rome, en même temps que les principaux dirigeants du parti communiste ; dans un premier temps, le prisonnier est condamné à cinq ans de résidence surveillée dans l’île d’Ustica près de Palerme. A partir de cette date, et pendant onze ans, Sraffa va déployer des efforts considérables pour aider son ami. Disposant temporairement de la permission de lire et d’écrire, A. Gramsci décide très vite de s’adresser à lui pour obtenir des livres et des revues de culture générale ; il désire en particulier un « bon traité d’économie et de finances », afin d’étudier cette discipline13. Piero Sraffa achète quelques livres, ouvre pour le prisonnier un compte illimité à la librairie milanaise Sperling et Kupfer, et se déclare prêt à l’aider financièrement14. Parmi les ouvrages d’économie expédiés à Ustica en décembre 1926 et en janvier 1927, on peut relever l’important travail d’Alfred Marshall, Principles of Economics (1890), dans sa traduction italienne publiée par Pasquale Jannaccone en 190515, une Histoire de l’inflation - Le déplacement de la richesse en Europe (1914-1925), par Richard Lewinsohn16, et le Corso di scienza delle fïnanze de Luigi Einaudi, texte des cours professés aux universités de Turin et de Milan17. Antonio Gramsci passe des commandes à la librairie, en particulier en vue de l’organisation d’une série de cours pluridisciplinaires pour, les détenus politiques ; il dirige, quant à lui, la section historique et littéraire.

  • 18 Ce document est joint à une lettre de Bordiga à Gramsci, du 27 janvier 1927, publiée en Appendice (...)
  • 19 Graziadei avait d’ailleurs adressé un exemplaire de ce livre à Piero Sraffa. Ce dernier remercie l (...)

18Le 14 janvier 1927, le Tribunal militaire de Milan lance un mandat d’arrêt contre Gramsci. Le 20 janvier, le prisonnier quitte l'île d’Ustica pour être incarcéré, à partir du 7 février, dans la prison « San Vittore » de Milan, en vue de son procès. Avant son départ, il offre la possibilité à ses amis de s’approvisionner en livres à partir du compte ouvert à son nom. Cet accord est attesté par une lettre d’Amadeo Bordiga, détenu lui-aussi à Ustica, à Piero Sraffa, en date du 27 janvier 192718. Après le transfert à Milan, Piero continue à faire parvenir des livres à son ami, comme par exemple, en juin, le récent ouvrage d’Antonio Graziadei, Capitale e colonie19.

  • 20 Paolo Spriano : « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio con Piero Sraffa », Rinascita (Rome) (...)
  • 21 Camilla Ravera : Diario di trent’ anni - 1913-1943, Rome : Riuniti, 1973, p. 267.
  • 22 A partir de cette date, débute une correspondance régulière entre les deux amis. Nous verrons dans (...)

19Durant l’été, il demande au juge d’instruction la permission de lui rendre visite en prison, en se présentant comme « un camarade d’école » ; la demande est accordée et il peut ainsi confirmer de vive voix à Gramsci l’existence d’un compte illimité à la librairie milanaise20. Il informe rapidement le parti communiste d’Italie de la situation du prisonnier. Il contacte le « Centre intérieur » clandestin du Parti en Italie, et rencontre à cette occasion Camilla Ravera (née en 1889), membre du bureau politique et du secrétariat21. Mais il établit principalement des liens avec le « Centre extérieur » en émigration, en Suisse dans un premier temps, puis en France. A Paris, il se trouve tout d’abord en rapport avec Angelo Tasca, qui a participé à la fondation de L’Ordine Nuovo. Tasca dirige depuis la capitale française la nouvelle revue théorique publiée depuis mars 1927, Lo Stato Operaio. En 1928, il devient membre du comité central du parti communiste d’Italie, et secrétaire de l’« Internationale communiste » pour les pays latins. Piero Sraffa lui rend visite à Paris début septembre 1927, juste avant de traverser la Manche22. Dès son arrivée à Londres où il reste quelque temps avant de gagner Cambridge, il demande à Tasca de lui rédiger un texte exposant la situation matérielle dans laquelle se trouve le prisonnier, déjà malade. Il entend se charger de le traduire, éventuellement avec des modifications, et de le faire publier dans des journaux afin d’attirer l’attention de l’opinion publique anglaise. A ce sujet, il precise :

  • 23 P.Sraffa : lettre à Angelo Tasca, de Londres, 22 septembre 1927, conservée à la Fondation Feltrine (...)

« La lettre devrait tenir compte des éléments suivants :
a) que le communisme est très impopulaire auprès de l’opinion libérale d’ici, et par conséquent l’appel devrait être purement sentimental, en cherchant à faire passer au second plan l’aspect politique de la chose. Les libéraux anglais s’apitoyent en premier lieu sur la vie d’un animal, puis sur celle d’un homme, et enfin sur celle d’un communiste ;
b) ils ont déjà entendu beaucoup de choses sur les atrocités fascistes, et il faut donc quelque chose de spécial pour réveiller le public : la chose spéciale, dans notre cas, ne peut être la personnalité de notre ami, mais plutôt sa condition physique et le traitement auquel il est soumis »23.

  • 24 Angelo Tasca : lettre à Piero Sraffa, 2 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Mila (...)
  • 25 Angelo Tasca : lettre à Piero Sraffa, 5 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Mila (...)
  • 26 Piero Sraffa : lettre à Angelo Tasca, 15 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan (...)

20Tasca accepte, et se met immédiatement au travail24. Le document est expédié trois jours plus tard à Piero25. Celui-ci, installé à Cambridge, annonce le 15 octobre qu’il transcrit le texte en anglais26. La publication a lieu uniquement dans le Manchester Guardian du 24 octobre 1927, sous la forme d’une lettre au rédacteur en chef, « The methods of fascism – The case of Antonio Gramsci », signée « An Italian in England ». La première phrase de ce texte est vraisemblablement de la plume de Piero Sraffa :

  • 27 « Sir, – In view of the discussion which has been taking place in your columns on the methods of F (...)

« Monsieur, – Dans le cadre de la discussion qui s’est ouverte dans vos colonnes sur les méthodes du fascisme, il paraît être à propos de soumettre à vos lecteurs les faits d’une récente affaire que l’on aurait du mal à ranger dans la catégorie que M. Shaw appelle crimes justifiés par la « nécessité »27.

  • 28 Piero Sraffa : lettre à Angelo Tasca, 30 avril 1928, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan

21La note qui suit, rédigée par Angelo Tasca, relate l’incarcération et le traitement infligé à Gramsci, en mettant l’accent sur la dégradation de son état physique, sans oublier la menace d’une très lourde condamnation. Les perspectives d’avenir sont en effet très sombres, car le 4 juin 1928, le « Tribunal Spécial » fasciste condamnera Antonio Gramsci à vingt ans, quatre mois et cinq jours de prison. Au moment du procès, Piero Sraffa écrit à des journaux proches des travaillistes et des communistes pour faire une « certaine publicité »28.

  • 29 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 14 juillet 1928, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, pp.  (...)

22Le 19 juillet 1928, le prisonnier est transféré à la maison d’arrêt pour détenus malades de Turi, près de Bari ; il y séjourne jusqu’en décembre 1933. Gramsci espère en vain une révision du procès, à la suite du recours adressé au nom du parti communiste d’Italie, par Umberto Terracini, auprès de la Cour de Cassation. Il tente de connaître l’issue de la démarche en demandant à Piero Sraffa de consulter son oncle, le sénateur Mariano D’Amelio, premier Président de cette Cour29.

  • 30 Ce contact apparaît clairement dans la lettre de Sraffa à Palmiro Togliatti du 26 décembre 1928, p (...)
  • 31 Camilla Ravera : Diario di trent’anni – 1913-1943, Riuniti, 1973, pp. 434 et 495.
  • 32 Sur l'itinéraire politique d’Angelo Tasca, on peut se reporter au livre d’Alexander J. de Grand : (...)
  • 33 Peu de temps après, Alfonso Leonetti et Paolo Ravazzoli se mettent en rapport avec Léon Trotsky. A (...)
  • 34 Sur ces épisodes, on peut consulter le livre de Ferdinando Ormea, Le origini dello stalinismo nel (...)

23Depuis 1928, la belle-sœur du prisonnier, Tatiana Schucht, fait parvenir à Piero des copies ou des originaux des lettres du détenu. Celui-ci à son tour, les fait remettre à Paris au secrétaire général du parti communiste, Palmiro Togliatti30. En 1929-1930, il a l’occasion de rencontrer Camilla Ravera31 ; mais celle-ci, rentrée en Italie en juin 1930 pour reconstituer le « Centre intérieur » du parti, est arrêtée le 10 juillet, et condamnée à cinq ans de prison et huit ans de « confino ». Cette année-là, Piero perd aussi le contact qu’il maintenait depuis 1927 avec Angelo Tasca, en raison de l’expulsion de ce dernier du parti pour « opportunisme de droite », en septembre 192932. En effet, les communistes italiens amorcent à cette époque le fameux « tournant » (« svolta »), en appliquant de manière très rigide les décisions qui découlent du VIe Congrès de la IIIe Internationale, et surtout du Xe Plénum (juillet 1929). La lutte politique est engagée principalement contre le « social-fascisme », contre la social-démocratie. Le parti décrète qu’il existe une situation révolutionnaire en Italie. Des sanctions sont prises contre les dirigeants en désaccord avec la nouvelle ligne, en particulier contre les « trois », Alfonso Leonetti33, Paolo Ravazzoli et Pietro Tresso. Antonio Gramsci, depuis sa prison, réussit à faire connaître son désaccord avec cette nouvelle orientation politique34.

24En août-septembre 1930, Piero Sraffa accomplit un voyage en U.R.S.S., peut-être en compagnie de Maurice Dobb. Il en profite pour aller rendre visite à la femme de Gramsci, Giulia Schucht, alors en cure dans une maison de repos, et à ses deux enfants. Ce séjour le rend très enthousiaste et très confiant dans l’avenir du système soviétique.

  • 35 Giorgio Amendola : « Gramsci-Togliatti, negli anni della Svolta », Rinascita Sarda, mars 1967, réé (...)
  • 36 L’île-Mémoires d'un exil, cit. pp. 74-75.

25Il fait la connaissance en 1931, du fils du célèbre penseur et homme politique libéral Giovanni Amendola, Giorgio, entré au parti communiste en 1929. Giorgio Amendola (1906-1980) raconte dans ses souvenirs comment il fut chargé, en juin 1931, par Palmiro Togliatti de récupérer des lettres de Gramsci au domicile de Sraffa à Cambridge35. Ce sera le début d’une longue amitié. De l’été 1931 à l’été 1932, lors de ses passages à Paris, Piero fournit à ce nouvel ami, docteur en économie politique, et responsable de la rubrique « osservatorio economico » dans la revue Lo Stato Operaio, de nombreuses informations sur les engagements de la « Banca Commerciale Italiana » pour soutenir les industries en crise et sur les épisodes de la création de l’« Institut Mobilier Italien »36.

4– LES TENTATIVES DE MISE EN PLACE DE DISCUSSIONS AVEC LE PRISONNIER

  • 37 Cet épisode est relaté par Sraffa dans Paolo Spriano, « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio (...)
  • 38 Sur le marxisme de Gramsci, voir Jean-Pierre Potier : Lectures italiennes de Marx - Les conflits d (...)
  • 39 A partir de la fin de 1931, le détenu n’est plus autorisé à recevoir des publications étrangères.

26En août 1931, Antonio Gramsci, atteint du mal de Pott, de tuberculose et d’artériosclérose, traverse des moments difficiles. Piero Sraffa décide de lui rendre visite à la Maison d’arrêt de Turi. Le directeur, qui reçoit ses consignes du chef d’Etat lui-même, se déclare prêt à autoriser la rencontre, à condition qu’il s’engage à faire pression sur le détenu pour qu’il envoie une demande de grâce à Mussolini. Piero refuse ce marché, et la visite ne peut avoir heu37. Le prisonnier a obtenu en février 1929 la permission d’écrire sur des cahiers dans sa cellule ; il envisage alors de travailler sur des sujets précis, tels qu’une histoire des intellectuels italiens, la critique de la philosophie de Benedetto Croce, les principes du « matérialisme historique », et un essai sur le thème de l’« américanisme » et du « fordisme »38. En fait, aucun de ces projets ne pourra être mené à bien ; les vingt-neuf Cahiers de prison se présentent comme un ensemble de notes éparses destinées à être reprises et complétées. Pour conduire ses travaux, Antonio Gramsci passe des commandes à la librairie milanaise, où il dispose d’un compte illimité. En outre, Piero Sraffa lui expédie de nombreuses publications périodiques ; parmi celles-ci, on peut citer les volumes annuels publiés par la « Banca Commerciale Italiana », Movimento economico dell’ Italia, et les revues anglaises The Labour Monthly, et The Manchester Guardian Weekly39.

  • 40 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 23 février 1931, dans Lettres de prison, pp. 287-288.
  • 41 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 17 août 1931, dans op. cit., pp. 322-323. Le passage de cette (...)
  • 42 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht des 7 et 20 septembre 1931, dans op. cit., respectivement pp. 3 (...)
  • 43 Umberto Cosmo : lettre à Piero Sraffa, 29 décembre 1931, dans op. cit., p. 407, note 1. Gramsci se (...)

27Gramsci travaille depuis 1929 sur la Divine Comédie de Dante Alighieri ; il s’intéresse tout particulièrement au chant X de l’« Enfer », sur lequel il rédige quelques notes. Piero Sraffa lui fait parvenir, vers le début de 1931, une Vie de Dante (1930) publiée par le professeur Umberto Cosmo, qui est à l’origine de sa rencontre avec le fondateur de L’Ordine Nuovo, en 1919. En février 1931, Gramsci indique à Piero, par l’intermédiaire de la belle-sœur Tatiana Schucht, qu’il désire obtenir des nouvelles de leur ancien professeur de Turin, écarté de l’enseignement par le régime fasciste après 192640. Piero Sraffa contacte Umberto Cosmo, et adresse au prisonnier la réponse, datée du 10 août41. En septembre, Gramsci envisage de communiquer ses notes sur le chant X de l’« Enfer » au vieux professeur, afin de connaître si son interprétation est nouvelle ou non42. Piero Sraffa transmet ces matériaux à Cosmo qui répond le 29 décembre, en confirmant en grande partie l’interprétation gramscienne43.

28Le 14 mars 1932, Gramsci demande à son ami « s’il existe des publications sur les opinions de Machiavel en économie et en politique économique », et de lui procurer l’étude de Gino Arias, « Il pensiero economico di Niccolò Machiavelli », publiée dans les Annali di Economia de l’université Bocconi, en 1928. En effet, il soulève le problème suivant :

  • 44 Gramsci : lettre à Tatiana 14 mars 1932 dans Lettres de prison, p. 403. On peut se reporter égalem (...)

« Peut-on dire que Machiavel a été un « mercantiliste », sinon dans le sens qu’il aurait consciemment pensé en mercantiliste, du moins dans le sens que sa pensée politique correspondrait au mercantilisme, c’est-à-dire qu’il disait en langage politique ce que les mercantilistes disaient en termes de politique économique ? »44.

  • 45 Lettre de Piero Sraffa à Tatiana Schucht du 21 avril 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rom (...)

29Sraffa envoie l’article, et transmet sa réponse le 21 avril45 ; il affirme qu’il ignore la pensée économique de Machiavel, mais que la lecture de l’étude d’Arias confirme en gros le jugement du prisonnier. Il ajoute :

  • 46 Cette réponse de Sraffa est transmise intégralement par Tatiana dans sa lettre à Gramsci du 27 avr (...)

« Il me semble qu’il y a une grande analogie avec un économiste anglais du XVIIe siècle, William Petty, que Marx appelle « le fondateur de l’économie classique » (...) l’unique référence que j’ai trouvée est chez Schmoller, Lineamenti di Economia nazionale , trad. it., vol. I, p. 239, qui parle d’un Machiavel mercantiliste »46.

  • 47 Voir Gramsci, lettre à Tatiana, 2 mai 1932, op. vit., p. 421. Gramsci transcrit la réponse de Sraf (...)

30Antonio Gramsci juge cette réponse tout à fait satisfaisante et ne revient pas ultérieurement sur ce thème dans son œuvre47.

  • 48 Bari : Laterza, 1931. Voir plus loin, pp. 120-121.

31Piero Sraffa tente d’obtenir de lui une lettre-recension du livre de son ami Rodolfo Morandi, Storia della grande industria in Italia, publié en 193148. Pour l’inciter à se lancer dans cette tâche, il lui donne sa propre appréciation de l’ouvrage. Il lui semble

  • 49 Lettre citée du 21 juin 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

« que l’auteur voit bien comment l’une des bases du développement de l’industrie a consisté dans le bas niveau du prix de production, mais qu’il a négligé les rapports entre l’industrie et l’agriculture, c’est-à-dire l’autre base essentielle constituée par l’existence d’un marché de débouché à économie arriérée qui a une fonction semblable à celle qu’ont eu les territoires d’outre-mer, par exemple dans le cas de l’Angleterre »49.

  • 50 Voir par exemple Franco De Felice, « Nord e Sud nel pensiero di Rodolfo Morandi - Dalla Storia del (...)
  • 51 « Intorno alla storia recente della grande industria italiana », signé xxx, dans La Riforma Social (...)

32Sraffa formule ici une critique quelque peu « luxemburgiste » qui anticipe, au moins en partie, bien des analyses du livre de Morandi qui apparaîtront en Italie beaucoup plus tard, durant les années soixante50. Mais Gramsci ne se prononce pas sur ce livre ; dans les Cahiers de prison, il se borne à transcrire les passages essentiels d’une recension réalisée par l’économiste Antonio De Viti de Marco dans la Riforma Sociale, en la complétant par quelques remarques51. De plus en plus affaibli par la maladie, il ne pourra revenir sur toutes ces questions dans ses Cahiers.

  • 52 Voir plus loin, pp. 133 et suiv.

33Malgré l’avortement de plusieurs tentatives, il existe cependant quelques échanges de vue ébauchés entre le prisonnier et Piero Sraffa, des dialogues que l’état de santé de Gramsci ne permettra pas de poursuivre. Au chapitre 4 apparaîtra l’échange de vue sur la portée philosophique de la théorie ricardienne, entamé à l’initiative du prisonnier qui réfléchit sur la formation du « matérialisme historique »52. Ici nous pouvons examiner deux échanges importants qui ont pu se dérouler en dépit des barreaux de la prison, par l’intermédiaire obligé de la belle-sœur Tatiana Schucht, en 1931 et 1932. Le premier porte sur la situation des Juifs en Italie, et le second concerne les développements récents de la philosophie idéaliste de Benedetto Croce.

5– UN DIALOGUE SUR LA SITUATION DES JUIFS EN ITALIE

34Le premier thème est intéressant, tout d’abord parce que Piero Sraffa est concerné au premier chef puisqu’il est israëlite, et ensuite parce qu’il est abordé bien avant la promulgation des lois raciales par Mussolini, en 1938. La discussion débute par une réflexion de Gramsci dans une lettre à Tatiana du 28 septembre 1931 :

  • 53 Gramsci : lettre à Tatiana, 28 septembre 1931, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 343.

« (...) en Italie il n’existe plus d’antisémitisme depuis longtemps ; les Juifs peuvent devenir ministres (et même présidents du Conseil comme Luzzatti) et généraux dans l’armée : les mariages entre Juifs et chrétiens sont très nombreux, en particulier dans les grandes villes et non seulement dans les classes populaires mais aussi entre des jeunes filles de l’aristocratie et des intellectuels juifs »53.

35Piero donne quelque temps plus tard, son avis :

  • 54 Cette réponse de Sraffa est transmise dans la lettre de Tatiana Schucht à Gramsci du 2 février 193 (...)

« (...) ce qu’il dit des Juifs en Italie n’est plus entièrement vrai aujourd’hui. D’une part depuis le Concordat ils ont reçu certains avantages en tant que communautés religieuses, sous la forme d’une certaine reconnaissance juridique des Universités israëlites, avec le pouvoir d’imposer des contributions aux adhérents, etc. ; tous les vieux rabbins et les jeunes sionistes en sont très satisfaits. D’autre part, ils sont exclus, de fait sinon de droit, de certains postes ; il est bien connu par exemple que les Juifs n’entrent pas à l’Académie d’Italie (certains fascistes aux noms de réputation mondiale, en ont été exclus) ; ils sont été exclus de la Chambre des députés, où le seul juif est Olivetti, secrétaire de la Confédération de l’Industrie ; et je crois que depuis de nombreuses années ils ne sont plus nommés sénateurs : on dit cependant qu’une exception sera faite prochainement pour Morpurgo, des Assurances générales, pour des raisons particulières. L’une et l’autre tendance, bien qu’opposées en apparence, visent évidemment à faire de nouveau des Juifs une communauté isolée »54.

36Le prisonnier répond à cette analyse le 8 février 1932 :

  • 55 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 8 février 1932, dans Lettres de prison, cit. pp. 390-391.

« La déduction selon laquelle il y a « évidemment » une tendance à « faire de nouveau des Juifs une communauté isolée » ne me paraît pas justifiée ; cette tendance semble plutôt « subjectivement » celle des vieux rabbins et des jeunes sionistes. Objectivement les Juifs, à la suite du Concordat, se trouvent dans la situation des protestants, mais il existe et il existera une catégorie sociale qui se trouvera dans une situation bien triste, en comparaison des Juifs et des protestants : ce sera (ou c’est déjà) celle des prêtres et des moines défroqués, qui pour cela seront exclus de la fonction publique, c’est-à-dire seront dégradés en tant que citoyens : qu’il ait été possible d’instituer juridiquement une telle catégorie de parias sociaux, me semble bien plus grave que la situation juridique des Juifs et des protestants, auxquels sont accordées des prérogatives juridiques qui sont bien loin d’être dégradantes, dans l’esprit de la loi. Je n’exclus pas qu’une tendance antisémite puisse naître plus tard ; je ne vois pas qu’elle existe aujourd’hui (...) ainsi l’indice fourni par l’Académie ou le Parlement n’est pas significatif : des savants de renommée mondiale, non Juifs, en sont et en resteront exclus »55.

  • 56 Lettre de Tatiana à Gramsci, 18 mars 1932, op. cit., pp. 407-408, note 2.

37Piero Sraffa exprime son désaccord sur cette argumentation dans une lettre transmise par Tatiana, le 18 mars 193256 puis Gramsci, à son tour, réaffirme ses arguments une dernière fois le 21 mars en déclarant :

  • 57 Gramsci : lettre à Tatiana, 21 mars 1932, op. cit., pp. 404405. L’année suivante, Gramsci reprend (...)

« Ce qu’il m’importait d’établir, c’est que depuis un bon moment il n’existe plus en Italie d’antisémitisme populaire (...) »57.

6– L’ECHANGE DE VUES SUR LA PHILOSOPHIE IDEALISTE DE BENEDETTO CROCE

  • 58 Londres : Kniga, 1931. (Voir à ce sujet l’article de Dino Ferreri. « Corne si è formata Tedizione (...)

38En août 1931, Piero Sraffa conseille à son ami de poursuivre et d’achever rapidement son travail sur l’histoire des intellectuels italiens. En lui annonçant l’envoi du recueil des interventions soviétiques au IIe Congrès international d’histoire des sciences et de la technologie qui s’est déroulé à Londres, en juin-juillet, Science at the Crossroads58, il tente d’instaurer un premier dialogue sur l’absence d’intérêt pour les questions scientifiques manifesté par les intellectuels en Italie :

  • 59 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht, 23 août 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci con a (...)

« C’est un fait curieux que dans la culture de tous les italiens qui possèdent une culture il existe un grand vide : l’ignorance des sciences naturelles. Croce est un cas extrême, mais typique. Les philosophes croient que, lorsqu’ils auront prouvé que les scientifiques seront dignes d’être honteusement recalés en philosophie, leur mission sera finie. Et ainsi, les sciences naturelles sont restées confiées aux soins des positivistes, avec les effets bien connus. Ces derniers temps, quelques scientifiques, au moins en Angleterre, semblent avoir laissé le positivisme pour se livrer à une espèce de mysticisme grossier »59

39Cette réflexion est importante. En effet, le « néo-idéalisme » italien participe au début du XXe siècle au mouvement international de « réaction idéaliste contre la science », conjointement avec divers courants irrationnalistes. Pour Croce, la science appartient au domaine des « pseudo-concepts ». Dans ces conditions, l’Italie, dans le premier tiers du XXe siècle, reste à l’écart des discussions importantes sur l’épistémologie et l’histoire des sciences. Le panorama culturel changera seulement après la seconde guerre mondiale et l’effondrement du régime fasciste.

  • 60 Bari : Laterza, 1932.

40Gramsci, très malade dans l’été 1931, est dans l’impossibilité durant quelques mois de mettre de l’ordre dans ses nombreuses notes des Cahiers. Au printemps 1932, Piero Sraffa décide, pour l’encourager dans l’avancement de son travail, de lui faire rédiger des « lettres-recensions » d’ouvrages. Le choix se porte tout d’abord sur le livre de Benedetto Croce, Storia d’Europa nel secolo XIX, qui vient de paraître60, et qui a été précédé en 1928 par la Storia d’Italia dal 1871 al 1915. Gramsci accepte, et envoie le 18 avril 1932 sa première missive. Il y examine le rôle de Croce parmi les intellectuels italiens, et il pose le problème de la « lutte intellectuelle et morale ». Au sujet de la position de Croce dans la culture mondiale, il indique :

  • 61 Antonio Gramsci : lettre à Tatiana, 18 avril 1932, op. cit., p. 417 (traduction révisée par nous, (...)

« Avant la guerre Croce jouissait déjà d’une très grande estime auprès des groupes intellectuels de tous les pays. Ce qui est intéressant c’est que, malgré l’opinion courante, sa réputation était plus grande dans les pays anglo-saxons que dans ceux de langue allemande : les éditions de ses livres, en traduction anglaise, sont extrêmement nombreuses, plus qu’en allemand et en italien. Croce, comme cela apparaît dans ses écrits, a une haute idée de la position de leader qu’il occupe dans la culture mondiale, des responsabilités et des devoirs qu’elle comporte. Il est évident que ses écrits supposent un public mondial d’élite.
– Il faut se rappeler qu’au cours des dernières années du siècle passé, les écrits de Croce sur la théorie de l’histoire ont fourni des armes intellectuelles aux deux plus importants mouvements de « révisionnisme » de l’époque, celui d’Edouard Bernstein en Allemagne et celui de Sorel en France. Bernstein lui-même a écrit qu’il a été amené à réélaborer toute sa pensée philosophique et économique après avoir lu les essais de Croce. Le lien intime unissant Sorel à Croce était connu, mais ce qui a fait apparaître à quel point ce lien était profond et tenace, c’est surtout la publication des lettres de Sorel, qui souvent se montre intellectuellement subordonné à Croce d’une manière surprenante. – Mais Croce a poussé encore plus loin son activité révisionniste, surtout pendant la guerre et particulièrement après 1917. La nouvelle série d’essais sur la théorie de l’histoire commence après 1910 avec le mémoire « Cronache, storie e false storie » et va jusqu’aux derniers chapitres de la Storia della storiografïa italiana nel secolo XIX, aux essais sur la science politique et à ses dernières manifestations littéraires, parmi lesquelles la Storia d’Europa, comme il ressort du moins des chapitres que j’ai lus. Il me semble que Croce tient par dessus tout à cette position de leader du révisionnisme et que pour lui c’est là la meilleure part de son activité actuelle »61.

41Piero Sraffa juge les premières réflexions de son ami extrêmement intéressantes, et décide de lui poser quelques questions au sujet de l’œuvre de Benedetto Croce. Il lui demande de tracer

  • 62 Sraffa : lettre à Tatiana, 16 mai 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

« avec précision le développement de la position de Croce par rapport à la conception matérialiste de l’histoire et qu’il y explique un peu les raisons de la phase la plus récente d’opposition absolue et complète, qui apparaît entre sa Storia d’Italia et sa Storia d'Europa. Comment se rattache ce dernier changement avec le changement général de Croce après sa rupture avec Gentile ? Serait-il exact de dire qu’il est contraint de se réfugier dans la « religion de la liberté » et semblables fantaisies pour se cacher le fait que pour lui et ses amis le terrain est venu à manquer sous les pieds, sans espoir de le retrouver ? »62.

42Cependant, il préfère attendre la fin de la recension pour entamer un véritable dialogue avec le prisonnier. Ce dernier poursuit son travail dans ses lettres des 25 avril, 2 et 9 mai ; le 2 mai 1932, il déclare notamment :

  • 63 Gramsci : lettre à Tatiana, 2 mai 1932, Lettres de prison, Gallimard, 1971, pp. 421-422.

« – J’ai déjà parlé de la grande importance que Croce attribue à son activité théorique de révisionniste et comment, de son propre aveu, tout son travail de penseur au cours de ces vingt dernières années a eu pour but de compléter la la révision jusqu’à en faire une liquidation (...) aujourd’hui il a donné une forme littéraire à cette histoire qu’il appelle éthico-politique, dont la Storia d'Europa devrait être et devenir le paradigme. En quoi consiste l’innovation apportée par Croce, a-t-elle la signification qu’il lui attribue et surtout a-t-elle la valeur « liquidatrice » qu’il lui accorde ? On peut dire de façon concrète que Croce dans l’activité historico-politique met l’accent uniquement sur ce qu’en politique on appelle le moment de l’« hégémonie », du consensus, de la direction culturelle, pour le distinguer du moment de la force, de la contrainte, de l’intervention législative et étatique ou policière. En vérité, on ne voit pas pourquoi Croce croit que sa conception de la théorie de l’histoire est capable de liquider définitivement toute philosophie de la praxis. – D est arrivé précisément qu’au moment même où Croce mettait au point cette prétendue massue, la philosophie de la praxis était, chez ses plus grands théoriciens modernes, élaborée dans le même sens, et que le moment de l’« hégémonie » ou de la direction culturelle était justement revalorisé systématiquement par opposition aux conceptions mécanistes et fatalistes de l’économisme »63.

43Le 9 mai 1932, il ajoute :

  • 64 Gramsci : lettre à Tatiana, 9 mai 1932, op. cit., pp. 423-424.

« N’ayant pas encore lu la Storia d'Europa, je ne peux te donner aucune indication sur son contenu effectif. Je peux néanmoins te donner quelques informations qui ne sont extérieures qu’en apparence, comme tu le verras (...). Il me semble que l’histoire de Croce ne peut être appelée autrement que « spéculative » ou « philosophique » et non éthicopolitique, qu’elle s’oppose au matérialisme historique (...). politique qu’elle s’oppose au matérialisme historique (...) Mais sa philosophie est une philosophie « spéculative » et en tant que telle elle est tout à fait dans le prolongement de la transcendance et de la théologie, avec un langage historiciste (...).Une autre observation qui concerne plus directement la conception et la composition de la Storia d’Europa est liée à ce premier point. Peut-on imaginer une histoire unitaire de l’Europe qui commence en 1815, c’est-à-dire à la Restauration ? Si on peut écrire une histoire de l’Europe conçue comme formation d’un bloc historique, celle-ci ne peut exclure la Révolution française et les guerres napoléoniennes, qui du bloc historique européen constituent la prémisse « économico-juridique », le moment de la force et de la lutte. Croce isole le moment suivant, celui où les forces précédemment déchaînées se sont équilibrées, « cathartisées » pour ainsi dire, fait de ce moment un fait en soi et construit son paradigme historique. Il avait procédé de même dans la Storia d'Italia (...). Croce, en contradiction avec lui-même, confond la « liberté » comme principe philosophique ou concept spéculatif et la liberté comme idéologie, c’est-à-dire instrument pratique de gouvernement, élément d’unité morale hégémonique. Si toute l’histoire est l’histoire de la liberté, c’est-à-dire de l’esprit qui se crée lui-même (et dans ce langage liberté égale esprit, esprit égale histoire, et histoire égale liberté) pourquoi seule l’histoire européenne du XIXe siècle serait-elle histoire de la liberté »64.

44Le 6 juin 1932, il répond aux questions posées par Piero. Il déclare tout d’abord que certains éléments de réponse se trouvent exposés dans la lettre du 18 avril, lorsqu’il traite de la position de Croce durant la guerre. Cependant, il donne les précisions suivantes :

  • 65 Gramsci : lettre à Tatiana, 6 juin 1932, op. cit., pp. 431-432.

« La rupture avec Gentile date de 1912, et c’est Gentile qui s’est éloigné de Croce, qui a essayé de s’en rendre philosophiquement indépendant. Je ne crois pas que Croce ait changé d’orientation depuis cette époque, bien qu’il ait mieux défini ses idées ; un changement plus notable est intervenu entre 1900 et 1910. Ce qu’il appelle la « religion de la liberté » n’est pas une trouvaille de ces dernières années, mais le résumé, en une formule très concise, de sa pensée de toujours, à partir du moment où il abandonna le catholicisme, comme il l’écrit lui-même dans son autobiographie intellectuelle (Contributo alla critica di me stesso). Et là non plus, Gentile ne me semble pas en désaccord avec Croce. Je crois que tu interprètes de façon inexacte la formule « religion de la liberté », en lui prêtant un contenu mystique (c’est du moins ce qu’on pourrait croire quand tu parles d’un « refuge » dans cette religion et par conséquent d’une sorte de « fuite » devant le monde, etc.). Il ne s’agit pas du tout de cela. Religion de la liberté signifie simplement foi en la civilisation moderne, qui n’a pas besoin de transcendances ni de révélations, car elle contient en soi sa propre rationalité et sa propre origine. C’est donc une formule anti-mystique, et si tu veux, antireligieuse. Pour Croce, toute conception du monde, toute philosophie, dans la mesure où elle devient norme de vie, morale, est « religion ». Les religions, au sens confessionnel du terme, sont aussi des « religions » mais « mythologiques » et donc, en un certain sens, « inférieures », primitives, correspondant presque à une enfance historique du genre humain. Les origines de cette doctrine sont déjà chez Hegel et chez Vico et appartiennent au patrimoine commun à toute la philosophie idéaliste italienne, aussi bien de Croce que de Gentile. Sur cette doctrine se fonde la réforme scolaire de Gentile en ce qui concerne l’enseignement de la religion à l’école, que Gentile aussi voulait limiter à l’enseignement primaire (c’est-à-dire à l’enfance proprement dite) et que, de toute façon, même le Gouvernement ne voulait pas introduire dans l’enseignement supérieur. – C’est pourquoi je pense que tu exagères peut-être la position de Croce à l’heure actuelle, en le croyant plus isolé qu’il n’est. Il ne faut pas se laisser abuser par l’effervescence polémique d’écrivains plus ou moins dilettantes et irresponsables »65.

  • 66 Piero Sraffa : lettre à Tatiana, 21 juin 1932, conservée à la Fondation Grasmci de Rome.

45Antonio Gramsci peut ainsi apporter des éléments de réponse aux interrogations de son ami sur les rapports de Croce avec le marxisme, et sur la question de la « religion de la liberté ». Il n’a pas encore lu la Storia d’Europa qu’il doit recenser, mais il en connaît la matière des trois premiers chapitres, publiés séparément l’année précédente. Il ne se prononce donc pas sur l’« opposition absolue et complète » entre la Storia d’Italia et la Storia d’Europa. Piero Sraffa quant à lui, transmet ses réflexions sur l’ensemble des lettres - recensions dans une missive adressée le 21 juin 1932 à Tatiana Schucht66. Il déclare avoir parfaitement compris les développements consacrés, par exemple, à l’hégémonie culturelle, dans les lettres d’avril et de mai. A propos du rôle joué par Croce parmi les intellectuels italiens, traité dans la lettre du 18 avril, Piero Sraffa pense avoir reconnu un concept déjà présent, mais à l’état seulement embryonnaire, dans un travail antérieur du prisonnier, qu’il ne nomme pas pour des raisons de prudence. Il se réfère en effet implicitement, selon nous, à l’étude « Alcuni terni della questione meridionnale » (octobre 1926), laissée inachevée du fait de l’arrestation, mais publiée par le parti communiste d’Italie en 1930. L’auteur y remarquait notamment :

« Giustino Fortunato et Benedetto Croce représentent les clefs de voûte du système méridionnal et, en un certain sens, sont les deux plus grandes figures de la réaction italienne ».

  • 67 Antonio Gramsci : « Alcuni terni della questione meridionnale », publié pour la première fois dans(...)
  • 68 Voir La Critica (Naples), volume XXV, no 5, 20 septembre 1927, p. 311, repris dans Georges Sorel, (...)
  • 69 Piero Sraffa : lettre à Tatiana, 21 juin 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.
  • 70 Paris : Ed. Jacques, 1906.

46Antonio Gramsci indiquait à l’époque que ces deux penseurs sont les représentants d’un « bloc intellectuel » qui fonctionne dans le Mezzogiorno « au dessus du bloc agraire »67. Piero Sraffa pose ensuite quelques questions à son ami. Pourquoi un tel succès de B. Croce dans les pays anglo-saxons, plutôt qu’en Allemagne ? Quelle est la source d’information de son ami concernant la remarque de l’auteur des Présupposés du socialisme (1899), Edouard Bernstein, sur Croce ? Piero Sraffa ignore en effet que Gramsci se réfère implicitement à une déclaration de Bernstein à Georges Sorel, mentionnée dans une lettre de ce dernier à Benedetto Croce, du 9 septembre 1899, publiée dans La Critica en 192 768. Enfin, il se déclare surpris par l’affirmation d’une grande influence de Croce sur Sorel : « considérant que, intellectuellement Sorel était un disciple de Renan et qu’il avait une extrême antipathie pour Hegel », il pense que l’influence de Sorel sur Croce est beaucoup plus grande que l’inverse, et demande donc des éclaircissements sur ce point69. En effet, Georges Sorel doit beaucoup à la philosophie de l’histoire d’Ernest Renan, et lui consacre en 1906, l’ouvrage Le système historique de Renan70, dans lequel il estime que la méthode d’étude des phénomènes historiques la mieux adaptée vient de la psychologie. En ce qui concerne le problème des relations entre Croce et Sorel posé par les deux amis, il faut indiquer, que se déroulant entre 1896 et 1921, elles sont infiniment plus complexes qu’une simple dépendance de l’un vis-à-vis de l’autre, et devraient faire l’objet d’une périodisation précise. Cette discussion entre le philosophe incarcéré et l’intellectuel installé à Cambridge se révèle très prometteuse, mais malheureusement elle n’aura pas de suite. Le dialogue s’interrompt dès juin 1932 car l’état de santé de Gramsci s’aggrave encore, en août-septembre.

7– LA CAMPAGNE POUR LA LIBERATION DE GRAMSCI ET LES DERNIERES RENCONTRES AVEC LE PRISONNIER

  • 71 Le texte du certificat du professeur Arcangeli est publié dans Gramsci, Lettres de prison, Gallima (...)
  • 72 Voir à ce sujet la lettre de Palmiro Togliatti à Piero Sraffa du 24 mai 1933, publiée dans Rinasci (...)
  • 73 Op. cit., pp. 65 et 69-70.
  • 74 Op. cit., pp. 69, 73-76.

47La belle-sœur de Gramsci adresse, en septembre 1932, une requête à l’administration pénitentiaire afin d’obtenir une visite médicale pour le prisonnier. La demande est accordée en février 1933. Le professeur Umberto Arcangeli établit un diagnostic sévère, et préconise le transfert urgent du dirigeant communiste « dans un hôpital civil ou dans une clinique, à moins qu’on puisse lui accorder la mise en liberté conditionnelle »71. Peu de temps après, une campagne internationale se développe en faveur de la libération de Gramsci. En juin 1933, un « Comité international » se forme à Paris autour de personnalités telles que Romain Rolland, Henri Barbusse, Paul Langevin. Piero Sraffa communique au parti communiste d’Italie le certificat établi par le professeur Arcangeli. Ce document est ensuite mystérieusement publié le 8 mai dans L’Humanité. Piero désapprouve totalement cette initiative imprudente qui risque de nuire à la situation du détenu72. En effet, à l’époque, des démarches sont entreprises pour obtenir sa libération. Antonio Gramsci refuse de demander sa grâce à Benito Mussolini, voyant dans un tel geste un véritable suicide moral. Comme l’expose Paolo Spriano, il envisage, au début de 1933, deux types de démarches : la première, obtenir une mise en « liberté conditionnelle » de la part des autorités fascistes ; la seconde, favoriser une intervention soviétique en vue d’un échange de prisonniers entre l’Italie et l’U.R.S.S.73. Piero Sraffa joue un rôle important dans ces deux démarches. Sur la première, il faut rappeler qu’à l’occasion du dixième anniversaire de la « Marche sur Rome », en octobre 1932, les fascistes ont décidé de réduire la peine du prisonnier à douze ans et quatre mois de prison. Gramsci estime que dans ce contexte, la demande de « libération conditionnelle » pourrait aboutir, et conseille d’obtenir des informations à ce sujet par l’intermédiaire de l’oncle de Piero Sraffa, premier président de la Cour de Cassation, Mariano D’Amelio. Piero s’active en ce sens depuis le début de 1933, en accord avec la famille de Gramsci (Tatiana et Carlo Gramsci, frère d’Antonio), et avec la direction du parti communiste d’Italie. Son père Angelo joue aussi un rôle puisque l’un de ses collaborateurs, l’avocat Saverio Castellet, prépare les requêtes du prisonnier auprès du « Tribunal Spécial ». Cependant, rien ne sera obtenu par cette voie. La seconde démarche, elle aussi, reste sans lendemain car aucun accord entre l’Italie et l’U.R.S.S. n’est intervenu sur un éventuel échange de prisonniers74.

  • 75 L’autorisation de visite dépend en fait de Benito Mussolini lui-même.
  • 76 Gramsci essaye de travailler encore sur ses Cahiers ; il rassemble des notes éparses antérieures, (...)

48Gramsci obtient cependant à l’automne son transfert dans une clinique, celle du Dr Cusumano à Formia ; il quitte ainsi la prison de Turi, près de Bari, en décembre. Piero Sraffa prend à sa charge les frais de séjour dans cette clinique-prison où le détenu reste de décembre 1933 à juillet 1935. Il reçoit l’autorisation de passer auprès de lui une semaine, quatre ou cinq fois par an75. Nous ne savons presque rien des sujets de conversation entre les deux amis, sans contrôle policier : questions économiques, événements politiques dans le monde, faits divers... mais probablement, il n’y eut pas de discussions précises et approfondies comme celles que nous avons rencontrées à travers la correspondance76. En septembre 1934, la demande de mise en « liberté conditionnelle » présentée à nouveau par le détenu est enfin acceptée, en partie grâce à la campagne internationale développée en faveur de sa libération. Toutefois il demeure dans la situation de prisonnier politique. Il est transféré, en août 1935, dans la clinique Quisisana de Rome. Sraffa le visite dans les mêmes conditions qu’à Formia. Là encore, nous savons très peu de choses sur les thèmes des conversations seul à seul, bien que l’actualité politique en Italie et dans le monde soit particulièrement riche à cette époque. En octobre 1935, l’Italie envahit l’Abyssinie, en 1936 le Front Populaire gagne les élections en France, et la guerre civile éclate en Espagne. Peu de temps après, se déroulent à Moscou d’inquiétants procès contre des dirigeants bolchéviks. Piero Sraffa, interrogé sur ses conversations à cette époque avec le prisonnier, par Paolo Spriano à partir de 1967, indique que

  • 77 Paolo Spriano : Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, pp. 82-83.

« Gramsci évitait de se prononcer ouvertement sur toute une série de problèmes briffants, en particulier sur ceux qui concernaient la lutte politique en cours en U.R.S.S., préférant écouter plutôt qu’exprimer des jugements »77.

  • 78 Alfonso Leonetti : « Gramsci, Togliatti e le confessioni », Il Ponte, 31 juillet - 31 août 1975, p (...)

49Toutefois, il confiera à Alfonso Leonetti et à sa compagne Pia Carena, que Gramsci lui a déclaré un jour à propos des procès de Moscou que « les confessions ne constituent pas une preuve »78.

  • 79 Ce document rédigé par Sraffa est publié par P. Spriano, op. cit., pp. 155-156 ; voir aussi pp. 93 (...)
  • 80 Les réflexions de Gramsci sur le thème de la « Constituante » sont relatées précisément par Athos (...)

50Sraffa rencontre pour la dernière fois Gramsci dans la clinique Quisisana de Rome, le 25 mars 1937. Le détenu sait maintenant qu’il sera « officiellement » libre le 20 avril, et il réfléchit à son installation future. Il a pensé tout d’abord revenir au village natal en Sardaigne, mais il envisage ensuite une expatriation en U.R.S.S., afin d’y retrouver sa femme, dont il ignore exactement l’état de santé. Il discute de ce dernier projet avec Piero Sraffa qui lui rédige peu après sa demande d’expatriation, et lui expédie le document le 18 avril79. Au cours du dernier entretien, Antonio Gramsci donne à son ami un important conseil politique destiné à la direction du parti communiste. Depuis 1930-1932, il a réfléchi sur la stratégie à adopter après la chute du fascisme ; ses positions ont beaucoup évolué depuis le débat qui l’a opposé à Sraffa en 1924. L’hypothèse la plus probable, selon lui, est que l’on ne peut passer directement du fascisme à la révolution socialiste ; une période de transition s’avère nécessaire. Par conséquent, le seul mot d’ordre réaliste doit être celui d’« Assemblée Constituante » ; le parti communiste d’Italie doit s’allier sur cette base avec les autres partis antifascistes80.

  • 81 La transmission de ce mot d’ordre est confirmée par Piero Sraffa dans une lettre du 18 décembre 19 (...)

51Le 25 mars, Gramsci transmet donc le message suivant : « le Front Populaire en Italie est l’Assemblée Constituante » ; Piero le communique aussitôt à Palmiro Togliatti par l’intermédiaire du beau-frère de ce dernier, Mario Montagnana, membre de la direction du parti communiste d’Italie à Paris81.

8– LA SAUVEGARDE DES CAHIERS DE PRISON

52Après la mort de Gramsci (27 avril), la belle-sœur Tatiana Schucht réussit à récupérer les Cahiers de Prison, et le 12 mai 1937, elle relate exactement les derniers moments du détenu dans une lettre à Piero en précisant :

  • 82 Lettre de Tatiana Schucht à Piero Sraffa, 12 mai 1937, publiée dans Gramsci, Lettres de prison, Ga (...)

« Mais d’abord je voudrais que vous m’écriviez si vous êtes d’accord pour estimer qu’il est utile, et même absolument indispensable, que ce soit vous qui vous occupiez de mettre en ordre les manuscrits de Nino. D n’y a pas de doute que ce travail doit être fait par quelqu’un de compétent et par personne d’autre »82.

  • 83 Voir la lettre d’Ambrogio Donini à Piero Sraffa du 19 mai 1937, dans Paolo Spriano, Gramsci in car (...)

53Piero Sraffa transmet ce document au « Centre extérieur » du parti communiste, en proposant de faire parvenir les Cahiers en U.R.S.S. à la femme du prisonnier, Giulia. La direction du parti donne son accord83. Piero indique à Tatiana le 25 mai :

  • 84 Spriano : Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, p. 115.

« J’ai pensé à ce que vous me dites des M[anuscrits], et je suis arrivé à la conclusion que le mieux est de tout envoyer à Giulia, où ils seront protégés comme il faut. Naturellement pour les envoyer vous attendrez d’avoir un moyen de transport très sûr ; et si c’est impossible dans l’immédiat, vous attendrez l’occasion favorable »84.

  • 85 Voir l’article de Nilde Iotti, compagne de Palmiro Togliatti, « Nascose ai fascisti i Quaderni del (...)

54Il convient donc de mettre au plus vite les Cahiers de prison en sécurité. Notre intellectuel contacte rapidement son ami anti-fasciste Raffaele Mattioli, administrateur-délégué de la « Banca Commerciale Italiana » depuis 1933, pour obtenir une cachette sûre. Le dépôt des manuscrits, probablement dans un coffre-fort au siège romain de la banque, a lieu le 6 juillet85. Auparavant, le 20 mai, Palmiro Togliatti avait demandé à Piero de lui communiquer les indications recueillies de la bouche de Gramsci au sujet des Cahiers, et en particulier les désirs de publications. Sa lettre contient une remarque significative :

  • 86 Lettre de Togliatti à Sraffa, 20 mai 1937, publiée par Paolo Spriano dans « Gli ultimi anni di Gra (...)

« La tâche de l’héritage politique et littéraire d’Antonio est une chose trop importante pour qu’elle puisse être laissée au hasard de nos rencontres »86.

55En outre, il lui demande son avis sur une publication éventuelle d’extraits de « lettres de prison ». Piero Sraffa lui répond dans une missive qui n’a pas été retrouvée, en fournissant un rapide descriptif des différents manuscrits, mais en déclarant n’avoir pas reçu de consigne précise à leur sujet. Tatiana Schucht, collaboratrice extérieure de l’ambassade soviétique à Rome, réussira à faire expédier en U.R.S.S. les Cahiers de prison, qui parviendront à Moscou en juillet 1938.

56Après la seconde guerre mondiale et la chute du fascisme, l’œuvre de Gramsci voit enfin le jour. Le fils de Luigi Einaudi, Giulio, ami de Piero Sraffa, édite à Turin en 1947, les Lettres de prison et, entre 1948 et 1951, les Cahiers de prison en six volumes, constitués à partir de thèmes choisis par le secrétaire général du parti communiste italien, Palmiro Togliatti. L’édition intégrale et définitive des Cahiers, sans regroupement a priori, préparée par les soins de Valentino Gerratana, sortira seulement en 1975.

  • 87 Turin : Einaudi, 1967-1975 (cinq volumes).

57A partir du second après-guerre, Sraffa n’a plus de contacts permanents avec des militants révolutionnaires. Ses voyages en Italie se font beaucoup moins fréquents. A ces occasions, il en profite pour rencontrer les principaux militants du parti qu’il a connus dans les années vingt et trente. A Rome, il revoit le secrétaire général, Palmiro Togliatti, mais aussi Giorgio Napolitano, Giorgio Amendola, et Alfonso Leonetti. Durant les années soixante, il est consulté par des chercheurs italiens qui désirent élucider ses rapports d’amitié avec Antonio Gramsci. L’historien Paolo Spriano, auteur d’une très importante Storia del Partito comunista italiano87, le rencontre longuement à Rome, en 1967. Il indiquera plus tard :

  • 88 Paolo Spriano : « L’altra metà di Gramsci », L’Unità (Rome), 6 septembre 1983, p. 9.

« Sur les thèmes les plus délicats du différent politique de Gramsci avec le groupe dirigeant du parti entre 1930 et 1934, Sraffa ne disait rien. Il écoutait les questions, prenait connaissance des précisions provenant d’autres sources, mais n’ajoutait rien de nouveau à ce qui est prouvé par le propre témoignage du temps »88.

58En 1974, Piero Sraffa décide de remettre à l’Institut Gramsci de nombreuses lettres de Tatiana Schucht et divers documents qu’il avait précieusement conservés à Cambridge.

  • 89 Sur ces épisodes, on peut se reporter à l’article de Giorgio Napolitano : « La « vita segreta » di (...)

59Le parti communiste italien lui a proposé durant les années soixante de faciliter son retour en Italie s’il le désirait, et de le nommer Président d’honneur de l’Institut Gramsci de Rome. L’intéressé a décliné cette offre. Plus tard, en 1975, par l’intermédiaire de Giorgio Napolitano, le parti communiste lui offre à nouveau de prendre en charge son installation en Italie, et de lui assurer une existence aussi paisible qu’au « Trinity College » de Cambridge. Dans une lettre du 22 avril 1975, il se déclare très touché par cette proposition, mais la refuse en invoquant son état de santé qui ne lui permet plus d’envisager un tel déplacement89.

60Les relations étroites de notre intellectuel avec Antonio Gramsci se sont principalement déroulées durant les aimées trente. L’examen des conditions d’installation et des nouvelles relations d’amitié de Piero Sraffa dans la grande ville universitaire britannique est maintenant nécessaire.

Notes

1 « Open Shop Drive », L’Ordine Nuovo, 2e série, 5 juillet 1921, p. 3. Dans ses Cahiers de prison, Gramsci fait allusion, à l’occasion de remarques sur le thème du « fordisme », à la question traitée dans cet article ; il indique que le « Rotary Club » « a organisé la campagne pour l’Open Shop et par conséquuent pour la rationalisation » (Quaderni del Carcere, Turin : Einaudi, 1975, Cahier 5, tome 1, p. 541, et voir tome 4, note 1, pp. 2667-2668).

2 « Industriali e governo inglese contro i lavoratori », L’Ordine Nuovo, 2e série, 24 juillet 1921, p. 3.

3 Souligné par Piero Sraffa, « I « labour leaders » », L'Ordine Nuovo, 2e série, 4 août 1921, p. 1.

4 Nous tenons ces informations d’Andrea Viglongo lui-même que nous avons rencontré, en septembre 1977, à Turin. Il a écrit des souvenirs sur cet épisode dans le recueil de Mimma Paulesu Quercipli, a cura di, Gramsci vivo nelle testimonianze dei suoi contemporanei, Feltrinelli, 1977, p. 172. Sur les activités d’Andrea Viglongo, on peut consulter le livre de Giancarlo Bergami, Il giovane Gramsci et il marxismo, Milan : Feltrinelli, 1977, notamment pp. 143-148.

5 Durant ce séjour en URSS, jusqu’en décembre 1923, Gramsci fait connaissance de sa future femme, Giulia Schucht.

6 Souligné par Piero Sraffa, lettre publiée partiellement dans « Problemi di oggi di domani », L’Ordine Nuovo, 3e série, 1ère année, no 34, 1-15 avril 1924 : voir notre Appendice.

7 Voir le texte intégral dans notre Appendice.

8 Allusion à la 3 e série de L'Ordine Nuovo.

9 Gramsci : lettre à Togliatti, Scoccimaro, Leonetti, etc., 21 mars 1924, dans Palmiro Togliatti, La formazione del gruppo dirigente del P.C.I. nel suite de la note 9 :
1923-1924, Riuniti : Rome, 1962, pp. 241-242, traduction française dans Gramsci, Ecrits politiques, tome 2, 1921-1922, Gallimard, 1975, pp. 281-282. Le parti communiste d’Italie défendra en 1927 la solution du syndicat clandestin, en tentant de reconstituer une C.G.L. Mais devant les difficultés il préférera, à partir de 1929, infiltrer les syndicats fascistes.

10 Gramsci a possédé une collection de ces volumes.

11 Antonio Gramsci : « Un esame della situazione italiana », traduction française, « Un examen de la situation italienne », dans Gramsci, Ecrits politiques, tome 3, 1923-1926, Gallimard, 1980, pp. 254-268 (et voir la note de Robert Paris, p. 398, note 1, se rapportant à la p. 260).

12 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht du 23 août 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci con altre lettere di Piero Sraffa, Rome : Riuniti, 1986, pp. 59-60. Cette information est retransmise à Gramsci par Tatiana Schucht le 28 août 1931 (Gramsci : Lettres de prison, Paris : Gallimard, 1971, p. 33, note 1).

13 A. Gramsci : lettre à Piero Sraffa, 11 décembre 1926, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 23.

14 Il en informe Gramsci dans une lettre du 13 décembre 1926, aujourd’hui sans doute perdue, signalée dans une lettre qu’il reçoit du prisonnier du 17 décembre (« je te remercie cordialement de ta gentillesse ») et dans une lettre de Gramsci à sa belle-sœur Tatiana du 19 décembre 1926, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, resp. pp. 24 et 29. Piero Sraffa a conservé deux listes de livres envoyés à cette époque, publiées dans l’Appendice I des Lettres de prison, pp. 601-603.

15 Principi di Economia, Turin : U.T.E.T., réédition 1925.

16 Paris : Payot, 1926.

17 Turin : Ed. de La Riforma Sociale, 1926.

18 Ce document est joint à une lettre de Bordiga à Gramsci, du 27 janvier 1927, publiée en Appendice à l’article de Valentino Gerratana, « Note di filologia gramsciana », Studi Storici (Rome), anno XVI, no 1, janvier-mars 1975, p. 146, note 2.

19 Graziadei avait d’ailleurs adressé un exemplaire de ce livre à Piero Sraffa. Ce dernier remercie l’auteur dans une lettre du 18 juin, « pour le volume qui m’intéresse vivement et que j’emporte à Cagliari pour le lire durant les examens » (lettre publiée dans l’article de Giorgio Gattei, « In merito ad un possibile rapporto tra Sraffa e Graziadei », dans Roberto Finzi, a cura di, Neo-Ricardiana : Sraffa e Graziadei, Bologne : Il Mulino, 1977, p. 217.

20 Paolo Spriano : « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio con Piero Sraffa », Rinascita (Rome) no 15, 14 avril 1967, p. 14 ; Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 14 juillet 1929, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 205.

21 Camilla Ravera : Diario di trent’ anni - 1913-1943, Rome : Riuniti, 1973, p. 267.

22 A partir de cette date, débute une correspondance régulière entre les deux amis. Nous verrons dans le chapitre suivant les discussions sur la « quota novanta » et sur l’édition des lettres de Labriola à Engels.

23 P.Sraffa : lettre à Angelo Tasca, de Londres, 22 septembre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan, publiée dans Rinascita (Rome) no 31, 4 août 1978, pp. 24-25.

24 Angelo Tasca : lettre à Piero Sraffa, 2 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan.

25 Angelo Tasca : lettre à Piero Sraffa, 5 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan.

26 Piero Sraffa : lettre à Angelo Tasca, 15 octobre 1927, conservée à la Fondation Feltrinelli, Milan. Il se fait peut-être aider dans cette tâche par son nouvel ami Maurice Dobb.

27 « Sir, – In view of the discussion which has been taking place in your columns on the methods of Fascism, it seems opportune to bring before your readers the facts of a recent case which can hardly be included within Mr Shaw’s category of crimes justified by « necessity » » (Correspondence – « The Methods of Fascism – The Case of Antonio Gramsci », The Manchester Guardian, 24 octobre 1927, réédité dans Gramsci, Lettere dal carcere, Turin : Einaudi, 1965, Appendice 2, p. 913 ; traduction française, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 604). « Mr. Shaw » est évidemment l’écrivain anglais George-Bernard Shaw. L’intégralité du document est attribuée à tort à Piero Sraffa.

28 Piero Sraffa : lettre à Angelo Tasca, 30 avril 1928, conservée à la Fondation Feltrinelli de Milan.

29 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 14 juillet 1928, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, pp. 205-206.

30 Ce contact apparaît clairement dans la lettre de Sraffa à Palmiro Togliatti du 26 décembre 1928, publiée dans Rinascita (Rome), no 13, 1er avril 1977, p. 20.

31 Camilla Ravera : Diario di trent’anni – 1913-1943, Riuniti, 1973, pp. 434 et 495.

32 Sur l'itinéraire politique d’Angelo Tasca, on peut se reporter au livre d’Alexander J. de Grand : Angelo Tasca - Un politico scomodo, Milan, Franco Angeli, 1985.

33 Peu de temps après, Alfonso Leonetti et Paolo Ravazzoli se mettent en rapport avec Léon Trotsky. Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé à Rome en juin 1978, Alfonso Leonetti nous a déclaré avoir envoyé à Piero Sraffa le Bollettino dell' Opposizione, publié depuis 1931, mais sans jamais recevoir de réponse de sa part.

34 Sur ces épisodes, on peut consulter le livre de Ferdinando Ormea, Le origini dello stalinismo nel P.C.I. - Storia della « svolta » comunista degli anni Trenta, Milan : Feltrinelli, 1978.

35 Giorgio Amendola : « Gramsci-Togliatti, negli anni della Svolta », Rinascita Sarda, mars 1967, réédité dans Amendola, Comunismo, anti-fascismo, resistenza, Rome : Riuniti, 1967, (« Le lettere di Gramsci »), pp. 433-437 ; Giorgio Amendola, Un ’isola, Milan : Rizzoli, 1980, traduction française. L’île-Mémoires d’un exil, Paris : Liana Levi-Sylvie Messinger, 1983, pp. 41-43.

36 L’île-Mémoires d'un exil, cit. pp. 74-75.

37 Cet épisode est relaté par Sraffa dans Paolo Spriano, « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio con Piero Sraffa ». Rinascita, no 15, 14 avril 1967, p. 14.

38 Sur le marxisme de Gramsci, voir Jean-Pierre Potier : Lectures italiennes de Marx - Les conflits d'interprétation chez les économistes et les philosophes-1883-1983, Lyon : P.U.L., 1986, pp. 201-265.

39 A partir de la fin de 1931, le détenu n’est plus autorisé à recevoir des publications étrangères.

40 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 23 février 1931, dans Lettres de prison, pp. 287-288.

41 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 17 août 1931, dans op. cit., pp. 322-323. Le passage de cette lettre sur Cosmo est transmis à l’intéressé par Sraffa. Le texte de la lettre de Cosmo du 10 août est publié dans op. cit., pp. 324-325, note 1.

42 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht des 7 et 20 septembre 1931, dans op. cit., respectivement pp. 334 et 338-341. Les réflexions sur le chapitre X de l’« Enfer » de Dante se trouvent dans le Cahier 4, Quaderni del carcere, Einaudi, 1975, pp. 516-530.

43 Umberto Cosmo : lettre à Piero Sraffa, 29 décembre 1931, dans op. cit., p. 407, note 1. Gramsci sera heureux de voir son « ébauche d’interprétation (...) relativement nouvelle et digne d’être développée » (lettre à Tatiana Schucht, 21 mars 1932, op. cit., p. 404).

44 Gramsci : lettre à Tatiana 14 mars 1932 dans Lettres de prison, p. 403. On peut se reporter également aux Quaderni del Carcere, Einaudi, 1975, cahier 8 p. 985, traduction française, Cahiers de prison - Cahiers 6 à 9, Gallimard, 1983, p. 300 ; cahier 13, p. 1575, traduction française, Cahiers de prison - Cahiers 10 à 13, Gallimard, 1978, p. 372.

45 Lettre de Piero Sraffa à Tatiana Schucht du 21 avril 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

46 Cette réponse de Sraffa est transmise intégralement par Tatiana dans sa lettre à Gramsci du 27 avril 1932, dans Lettres de prison, p. 422 note 2.

47 Voir Gramsci, lettre à Tatiana, 2 mai 1932, op. vit., p. 421. Gramsci transcrit la réponse de Sraffa dans ses Cahiers (Quaderni del carcere, Einaudi, 1975, cahier 8 p. 1038, traduction française, Cahiers de prison - Cahiers 6 à 9, Gallimard, 1983, pp. 349-350).

48 Bari : Laterza, 1931. Voir plus loin, pp. 120-121.

49 Lettre citée du 21 juin 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

50 Voir par exemple Franco De Felice, « Nord e Sud nel pensiero di Rodolfo Morandi - Dalla Storia della grande industria alla Resistenza », Rivista Storica del Socialismo, anno VII, no 21, janvier-avril 1964, pp. 21-67. L’auteur voit dans ce livre une « histoire de l’industrie septentrionale » qui néglige l’examen du Sud ; la question méridionnale n’est pas envisagée « comme forme spécifique, comme composante du capitalisme italien » (op. cit., en particulier, pp. 27-29).

51 « Intorno alla storia recente della grande industria italiana », signé xxx, dans La Riforma Sociale, volume XXXIX, no 3, mai-juin 1932, pp. 318-321. Voir Gramsci, Quaderni del carcere, Einaudi 1975, cahier 9, pp. 1176-1177, traduction française dans Cahiers de prison - Cahiers 6 à 9, Gallimard 1983, pp. 483-384. Ces notes sont reprises dans le cahier 19, Einaudi 1975, pp. 1991-1995.

52 Voir plus loin, pp. 133 et suiv.

53 Gramsci : lettre à Tatiana, 28 septembre 1931, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 343.

54 Cette réponse de Sraffa est transmise dans la lettre de Tatiana Schucht à Gramsci du 2 février 1932, dans Lettres de prison, cit. p. 391, note 1 (traduction révisée par nous, à partir de l’édition Einaudi, pp. 570-571, note 1).

55 Gramsci : lettre à Tatiana Schucht, 8 février 1932, dans Lettres de prison, cit. pp. 390-391.

56 Lettre de Tatiana à Gramsci, 18 mars 1932, op. cit., pp. 407-408, note 2.

57 Gramsci : lettre à Tatiana, 21 mars 1932, op. cit., pp. 404405. L’année suivante, Gramsci reprend son idée sur l’absence d’antisémitisme en Italie dans le commentaire d’une recension du livre de Cecil Roth : Gli Ebrei in Venezia, récemment traduit (voir Quadernidel Carcere, Einaudi, 1975, cahier 15, pp. 1800-1801).

58 Londres : Kniga, 1931. (Voir à ce sujet l’article de Dino Ferreri. « Corne si è formata Tedizione critica », Rinascita, no 30, 25 juillet 1975, p. 14). Ce livre contient une intervention de Nicolas Boukharine, « Théorie et pratique du point de vue du matérialisme dialectique », à laquelle Gramsci se réfère dans ses Cahiers.

59 Piero Sraffa : lettre à Tatiana Schucht, 23 août 1931, dans Nuove lettere di Antonio Gramsci con altre lettere di Piero Sraffa, Rome : Riuniti, 1986, p. 61. Ces remarques seront transmises le 28 août 1931 à Gramsci par Tatiana.

60 Bari : Laterza, 1932.

61 Antonio Gramsci : lettre à Tatiana, 18 avril 1932, op. cit., p. 417 (traduction révisée par nous, à partir de l’édition Einaudi, 1965, pp. 608-609).

62 Sraffa : lettre à Tatiana, 16 mai 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

63 Gramsci : lettre à Tatiana, 2 mai 1932, Lettres de prison, Gallimard, 1971, pp. 421-422.

64 Gramsci : lettre à Tatiana, 9 mai 1932, op. cit., pp. 423-424.

65 Gramsci : lettre à Tatiana, 6 juin 1932, op. cit., pp. 431-432.

66 Piero Sraffa : lettre à Tatiana, 21 juin 1932, conservée à la Fondation Grasmci de Rome.

67 Antonio Gramsci : « Alcuni terni della questione meridionnale », publié pour la première fois dans Lo Stato Operaio (Paris), anno IV, no 1, janvier 1930, traduction française, « Quelques thèmes de la question méridionnale » dans Ecrits Politiques, tome 3, 1923-1926, Gallimard, 1980, respectivement pp. 346 et 351.

68 Voir La Critica (Naples), volume XXV, no 5, 20 septembre 1927, p. 311, repris dans Georges Sorel, Lettere a Benedetto Croce, Bari : De Donato, 1980, p. 86.

69 Piero Sraffa : lettre à Tatiana, 21 juin 1932, conservée à la Fondation Gramsci de Rome.

70 Paris : Ed. Jacques, 1906.

71 Le texte du certificat du professeur Arcangeli est publié dans Gramsci, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 514, note.

72 Voir à ce sujet la lettre de Palmiro Togliatti à Piero Sraffa du 24 mai 1933, publiée dans Rinascita, no 13, 1er avril 1977, p. 20 ; voir aussi la lettre suite de la note 72 :
d’Angelo Sraffa à son fils du 29 mai 1933, publiée dans la même revue ; ces lettres sont rééditées par Paolo Spriano, dans Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, pp. 149-152.

73 Op. cit., pp. 65 et 69-70.

74 Op. cit., pp. 69, 73-76.

75 L’autorisation de visite dépend en fait de Benito Mussolini lui-même.

76 Gramsci essaye de travailler encore sur ses Cahiers ; il rassemble des notes éparses antérieures, mais, le plus souvent, il se borne à les recopier sans grandes modifications.

77 Paolo Spriano : Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, pp. 82-83.

78 Alfonso Leonetti : « Gramsci, Togliatti e le confessioni », Il Ponte, 31 juillet - 31 août 1975, p. 783, cité par Ferdinand Ormea, Le origini dello stalinismo nel P.C.I., Feltrinelli, 1978, p. 52, note 13 et p. 64.

79 Ce document rédigé par Sraffa est publié par P. Spriano, op. cit., pp. 155-156 ; voir aussi pp. 93-94.

80 Les réflexions de Gramsci sur le thème de la « Constituante » sont relatées précisément par Athos Lisa, Memorie - In carcere con Gramsci, Feltrinelli, 1973, pp. 81-103.

81 La transmission de ce mot d’ordre est confirmée par Piero Sraffa dans une lettre du 18 décembre 1969 à Paolo Spriano, citée dans son livre Storia del Partito comunista italiano, volume 3, I fronti popolari, Stalin, la guerra, Turin : Einaudi, 1970, réédition 1976, p. 150 note 1.

82 Lettre de Tatiana Schucht à Piero Sraffa, 12 mai 1937, publiée dans Gramsci, Lettres de prison, Gallimard, 1971, Appendice III, p. 606.

83 Voir la lettre d’Ambrogio Donini à Piero Sraffa du 19 mai 1937, dans Paolo Spriano, Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, pp. 159-160. Ambrogio Donini était l’un des responsables des publications du P.C. d’Italie à Paris.

84 Spriano : Gramsci in carcere e il partito, Riuniti, 1977, p. 115.

85 Voir l’article de Nilde Iotti, compagne de Palmiro Togliatti, « Nascose ai fascisti i Quaderni del carcere », Rinascita (Rome), no 31, 3 août 1973, p. 21.

86 Lettre de Togliatti à Sraffa, 20 mai 1937, publiée par Paolo Spriano dans « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio con Piero Sraffa », Rinascita, no 15, 14 avril 1967, p. 15.

87 Turin : Einaudi, 1967-1975 (cinq volumes).

88 Paolo Spriano : « L’altra metà di Gramsci », L’Unità (Rome), 6 septembre 1983, p. 9.

89 Sur ces épisodes, on peut se reporter à l’article de Giorgio Napolitano : « La « vita segreta » di un grande intellettuale », Rinascita, no 42, 28 octobre 1983, p.34.

© Presses universitaires de Lyon, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search