Version classiqueVersion mobile

Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983)

 | 
Jean-Pierre Potier

Chapitre I. Les années de formation d’un jeune économiste

Texte intégral

1– LE FILS D’UN PRESTIGIEUX JURISTE, ANGELO SRAFFA

  • 1 David Weatherall : David RicardoA biography, La Haye : Martinus Nijhoff, 1976, p. 2.
  • 2 Certaines informations sur Angelo Sraffa proviennent de l’article nécrologique rédigé par l’un de (...)
  • 3 Républicain mazzinien, G. Carducci se rallie à la monarchie, convaincu qu’elle se trouve à même de (...)
  • 4 Après la mort de son père, Piero Sraffa vendra cette bibliothèque au libraire-éditeur de Milan, Ho (...)
  • 5 L’Archivio Giuridico, fondé en 1862, a publié en 1872-74 la célèbre étude du « socialiste de la ch (...)

1Piero Sraffa est le fils unique d’une riche famille israëlite, originaire de Pise. Cette petite ville de Toscane se trouve près de Livourne où se sont installés au XVIIe siècle, jusque vers 1680, les ancêtres, israëlites eux-aussi, de David Ricardo, commerçants en corail1. Les ascendants paternels de Piero ont, depuis des générations, travaillé dans le commerce à Pise. Le père, Angelo Sraffa, fils de Giuseppe Sraffa et de Marianna Trèves, naît dans cette ville le 19 décembre 18652. Après ses études secondaires classiques, il s’inscrit, en 1884, à l’université. Dans la vie intellectuelle et universitaire de cette cité, l’œuvre du poète restaurateur de la tradition classique, anti-romantique et hostile au christianisme, Giosuè Carducci (1835-1907) occupe une très grande place3. Le père de Piero est profondément attiré par ce poète, et se constituera une vaste bibliothèque consacrée à ses œuvres4. A l’université, il étudie principalement à la Faculté de droit, l’une des plus réputées d’Italie dans les années 1880. Parmi ses professeurs, on peut citer Francesco Carrara, Filippo Serafini (1831-1897), directeur de l’Archivio Giuridico5, et David Supino, fondateur avec Serafini de la revue Diritto Commerciale. Cependant, son vrai maître en matière juridique est sans conteste Ludovico Mortara, qui abandonne plus tard l’enseignement universitaire pour devenir, avant la Première guerre mondiale, premier Président de la Cour de cassation de Rome, ministre de la Justice et sénateur.

  • 6 Florence : Pellas, 1891.
  • 7 Pise : Spoerri, 1894.
  • 8 Florence : Cammelli, 1897.

2En 1888, Angelo Sraffa soutient sa thèse de droit, La rendita di cosa altrui, publiée l’année suivante dans l’Archivio Giuridico. Il exerce quelque temps la profession d’avocat, puis il décide de se lancer dans la carrière universitaire. En 1894, il obtient un poste de professeur « extraordinaire » de droit commercial à l’université de Macerata ; deux ans plus tard, il enseigne à Messine. En 1898, il devient professeur « ordinaire » à la Faculté de droit de Parme, où il reste jusqu’en 1913. A cette époque, il a déjà publié les ouvrages qui vont asseoir sa réputation de grand spécialiste italien de droit commercial : La liquidazione delle società commerciali6, La lotta commerciale7, Il fallimento delle società commerciali8. Parmi les nombreux étudiants qui ont suivi ses cours à l’université de Parme, l’un d’entre eux s’illustrera particulièrement dans le durcissement du régime fasciste, Alfredo Rocco (1875-1935), l’auteur des « lois fascistissimes » de novembre 1926.

  • 9 Luigi L. Pasinetti : « Piero Sraffa (1898-1983) : breve saggio bio-bibliografico », Economia Polit (...)

3En 1897, Angelo Sraffa épouse à Courmayeur, Irma Tivoli, issue d’une grande famille israëlite de Turin. Luigi L. Pasinetti précise qu’elle « provenait d’une famille plutôt matriarcale et eut une forte influence sur l’éducation de son fils »9. Le couple réside à Parme. Le 5 août 1898 naît leur fils Piero.

  • 10 Del mandato commerciale e della commissione - Commentario al Codice di commercio, Milan : Vallardi (...)
  • 11 En 1903, elle s’intitule Rivista di diritto commerciale, industriale e marittimo ; elle se transfo (...)
  • 12 Cet important institut publie, de 1921 à 1938, un volume annuel de prévisions sur l’économie itali (...)
  • 13 Mariano D’Amelio, né à Naples, se consacre avant la Première guerre mondiale à la mise en place de (...)

4En 1900, Angelo publie son célèbre Commentaire du Code de commerce10, et trois ans plus tard, il fonde avec son ami Cesare Vivante (1855-1944), professeur à l’université de Rome, la Rivista del diritto commerciale11, qui se donne pour programme la « rénovation » et la « systématisation » du droit commercial en Italie. La notoriété du père de Piero explique l’invitation à venir occuper la chaire de droit commercial, conjointement avec Leone Bolaffio, à l’« Università commerciale Luigi Bocconi », qui vient d’ouvrir ses portes à Milan, en novembre 1902. Cet établissement privé est financé par le sénateur Ferdinando Bocconi, fondateur des grands magasins « Alle Città d’Italia », en mémoire de son fils Luigi, tombé à la défaite d’Adoua en Ethiopie, en 1896. Dans cette université, Angelo Sraffa se lie d’amitié avec l’économiste Luigi Einaudi (1874-1961), ancien élève du « socialiste de la chaire » Salvatore Cognetti de Martiis, qui a obtenu, en 1902, un poste de professeur « extraordinaire » à la Faculté de droit de Turin. La famille Sraffa s’installe alors à Milan, de 1903 à 1913. Durant cette période, Angelo multiplie les activités. Il participe aux travaux sur la législation des sociétés commerciales (1905-1906), et sur l’unification du droit maritime, vers 1910. En 1912, le gouvernement italien le nomme délégué à la Conférence de La Haye pour l’unification du droit cambiaire. Il collabore à la Rivista delle società commerciali, organe de l’« Associazione fra le società italiane per azioni », dirigée à Rome, entre 1911 et 1920, par Antonio Scialoja. Démocrate libéral sur le plan politique, il défendra des positions anti-nationalistes, tout comme son ami, le célèbre socialiste « méridionnaliste » Gaëtano Salvenini (1873-1957), professeur à Florence. En 1913, il obtient une chaire de droit commercial à l’université de Turin. La famille s’installe alors dans la capitale du Piémont. Tandis que la guerre fait rage, en 1917, Angelo Sraffa devient recteur de l’« Université Commerciale Luigi Bocconi », et un déménagement pour Milan devient nécessaire. Les neuf années durant lesquelles il occupe la charge de recteur (1917-1926) sont cruciales pour le rayonnement de cet établissement. En effet, il fonde en 1920 l’Institut d’Economie politique qui porte le nom du sénateur Ettore Bocconi. Luigi Einaudi le dirige jusqu’en 1923, et le co-dirige jusqu’en 1926, avec le statisticien Giorgio Mortara (1885-1967), fils de Ludovico Mortara12. Angelo Sraffa décide, en 1923, la création d’une revue pour cet institut, les Annali di Economia, qui paraissent à partir de l’année suivante. D’autre part, il prend des initiatives importantes telles que l’institution de bourses d’études permettant d’envoyer des étudiants à l’étranger, et la création de la première Maison des Etudiants. Toujours sollicité pour ses compétences en matière de droit commercial, il prend part, de 1919 à 1922, aux travaux consacrés à la réforme du Code de commerce en tant que vice-président d’une commission ministérielle présidée par son ami Cesare Vivante. Mais ce projet n’aboutit pas en raison de l’arrivée des fascistes au pouvoir. Angelo Sraffa participe seulement en tant que conseiller à la nouvelle commission de réforme, mise en place en 1924, et présidée cette fois par un oncle maternel de Piero, dont on reparlera plus tard à propos de Gramsci, Mariano D’Amelio (1871-1943)13. En 1924, le père de Piero est nommé président de la Faculté de droit de l’université d’Etat de Milan, nouvellement créée.

  • 14 Libero Lenti : « Gli ottant’anni della Bocconi », Nuova Antologia (Florence), anno 118, vol. 552, (...)
  • 15 En 1938, son fils Piero fait don à l’université Bocconi de sa très riche bibliothèque juridique pu (...)

5Dans les années 1924-25, le régime fasciste réprime de plus en plus durement les mouvements d’opposition ; la surveillance des établissements universitaires s’accroît. Dans ses souvenirs, l’économiste Libero Lenti évoque l’une des dernières manifestations d’opposition envers le régime, à l’« Université Luigi Bocconi », la soutenance de thèse mémorable de Lelio Basso (1903-1978). En juin 1925, ce jeune militant socialiste, en état d’arrestation, a pu venir soutenir sa thèse sur « la conception de la liberté chez Marx », entouré de policiers ; le jury, présidé par Angelo Sraffa, lui a accordé la note maximale et les félicitations14. En 1926, le père de Piero doit céder son poste de recteur de la « Bocconi ». Jusqu’en 1934, il fait encore partie du comité de direction de cet établissement, et il s’occupe toujours de la Rivista del diritto commerciale ; toutefois, il abandonne l’enseignement pour reprendre sa profession d’avocat. Depuis le début de 1925, il est responsable de la section « Droit privé » de la célèbre Encyclopédie italienne, financée par l’industriel Giovanni Treccani, et dirigée par le philosophe fasciste Giovanni Gentile ; il dispose d’une équipe de collaborateurs pour la rédaction des articles. Retiré dans sa villa « San Michele » à Rapallo, il meurt le 10 décembre 1937. A l’« université Bocconi », l’Institut de droit comparé fondé, en 1934-35, par M. Rotondi, deviendra plus tard l’« Institut de droit comparé, commercial, industriel et du travail, Angelo Sraffa », responsable de la publication de la Rivista del diritto commerciale15, A proximité de l’université, on baptisera après la guerre une place Angelo Sraffa.

2– UNE FORMATION INTELLECTUELLE AU SEIN DU « NEO-IDEALISME », AVEC UNE SYMPATHIE POUR LES IDEES SOCIALISTES

  • 16 Antonio Gramsci : « Problemi di oggi e di domani », L’Ordine Nuovo, 3e série, no 34, 1er-15 avril (...)
  • 17 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Bari : Laterza, 2ème édition 1981, Appendice (...)
  • 18 « il socialismo degli imbroglioni ». On trouve des indications intéressantes sur les positions pol (...)
  • 19 Cosmo a enseigné à Angelo Tasca, fondateur en 1909 du « Fascio giovanile socialista, centro di Tor (...)

6Après l’école élémentaire à Parme, Piero commence ses études secondaires classiques au très renommé lycée « Giuseppe Parini » de Milan. En 1913, il quitte cet établissement car son père vient d’obtenir une chaire de droit commercial à l’université de Turin. De 1913 à 1915, il termine brillamment ses études secondaires au prestigieux lycée « Massimo D’Azeglio ». Sa formation culturelle, comme pour la plupart des jeunes intellectuels de cette époque, baigne dans le « néo-idéalisme » ou « néo-hégélianisme » dominant, représenté par la pensée de Benedetto Croce (1866-1952) et de Giovanni Gentile (1875-1944). Penseur libéral et laïc, et plus tard adversaire du fascisme, Benedetto Croce construit dans les années 1900-1910 une philosophie historiciste comme « science de l’Esprit » à partir d’une lecture critique de la pensée de Hegel. Giovanni Gentile, libéral au départ, puis futur grand théoricien du fascisme, lui aussi disciple critique de Hegel, développe une philosophie « actualiste » qui renoue avec la tradition spiritualiste italienne et européenne. Le jeune Piero est un lecteur de la revue éditée à Naples, à partir de 1903, par Benedetto Croce, La Critica - Rivista di letteratura, storia e filosofia. Son ami Antonio Gramsci, dans un texte très polémique de 1924, évoque « sa formation intellectuelle démocratico-libérale, c’est-à-dire normative et kantienne, non marxiste et non dialectique »16. Un tel jugement lapidaire ne saurait bien sûr être accepté sans de sérieuses réserves. Bien que formé à la pensée libérale, Piero Sraffa éprouve une grande sympathie pour les idées socialistes. Très jeune, en 1913, il subit déjà l’influence d’un professeur socialiste au lycée « Parini » de Milan, Domenico Re17. A Turin, au lycée « Massimo D’Azeglio », un ancien socialiste, professeur « ordinaire » de littérature italienne, disciple de Benedetto Croce en philosophie et spécialiste de Dante, s’intéresse beaucoup à lui : Umberto Cosmo (1868-1944). Tous deux auront de fructueuses discussions. La personnalité de Cosmo est particulièrement intéressante. Il adhère en 1896 au parti socialiste italien, qu’il quitte ensuite pour des raisons familiales. Avant la Première guerre mondiale, bien qu’il ne se situe pas sur les positions de l’aile « révolutionnaire » du parti socialiste, représentée notamment par Benito Mussolini, il critique fortement le socialisme réformiste du dirigeant Filippo Turati (1857-1932), ce qu’il nomme le « socialisme des coquins »18. Aux élections de 1914, il soutient à Turin le candidat socialiste du courant « révolutionnaire » ; il conquiert ainsi la sympathie des jeunes révolutionnaires turinois, lecteurs assidus du journal de Gaëtano Salvemini, L’Unità, publié à Florence depuis la fin de 1911, et futurs fondateurs de L’Ordine Nuovo. Parmi eux, outre Sraffa, on peut mentionner Angelo Tasca, Umberto Terracini et Antonio Gramsci19. Il est cependant difficile de cerner aujourd’hui avec précision les conceptions politiques et sociales du jeune Piero à la veille de la Première guerre mondiale ; l’attirance vers le socialisme va sans doute le conduire à s’intéresser très tôt aux questions économiques.

3– LA PREMIERE GUERRE MONDIALE, LES ETUDES UNIVERSITAIRES ET LA RENCONTRE AVEC ANTONIO GRAMSCI

7En août 1914, le conflit mondial éclate sans la participation immédiate de l’Italie. Les « interventionnistes » triomphent lorsque le 24 mai 1915, l’Italie déclare la guerre à l’Autriche. Le Parti socialiste italien, qui avait défendu le principe de neutralité, s’oppose à la guerre et participe aux conférences internationales de Zimmerwald (1915) et de Kienthal (1916). Les campagnes militaires ne sont guère brillantes. Devant les autrichiens, l’Italie subit le 25 octobre 1917 la terrible défaite de Caporetto. Cette année-là, en février, la révolution éclate en Russie tsariste, et en novembre, les bolchéviks prennent le pouvoir. Le jeune Piero radicalise ses positions politiques à la suite de ces événements. Dans une lettre adressée en 1924 à Antonio Gramsci, il donnera quelques indications à ce propos :

  • 20 Piero Sraffa : lettre à Antonio Gramsci, février ou mars 1924, publiée par Gramsci dans « Problemi (...)

« (...) je m’étais durci jusqu’en 1917, dans le socialisme pacifique de 1914-15, d’où me tira la découverte, faite après Caporetto et la révolution russe de novembre, que les fusils étaient précisément entre les mains des ouvriers-soldats »20.

  • 21 Sur l’œuvre d’Achille Loria, voir Jean-Pierre Potier : Lectures italiennes de MarxLes conflits d’i (...)

8A l’automne 1916, le jeune Piero a achevé ses études secondaires classiques et il entre à la faculté de droit de Turin, sur le conseil de son père qui ne désire pas qu’il s’inscrive à Milan. Parmi les enseignements proposés en économie politique, il choisit de suivre les cours de Luigi Einaudi, spécialiste de science financière, ami de son père et ceux du marginaliste Pasquale Jannaccone (1872-1960). Ces deux économistes travaillent au « Laboratoire d’économie politique » fondé à la faculté, en 1893, par le « socialiste de la chaire » Salvatore Cognetti de Martiis, animé par une démarche expérimentale et empiriste. Piero ne semble guère attiré par l’enseignement de l’hétérodoxe Achille Loria (1857-1943), anti-marginaliste, théoricien d’un curieux socialisme agraire. « Introducteur » de Marx en Italie, Loria avait eu des disputes orageuses avec Friedrich Engels21. Les années d’études à l’université de Turin ne vont pas marquer profondément le jeune Piero qui, d’ailleurs, se trouve bien vite dans l’impossibilité matérielle d’assister aux cours. En effet, de 1917 à 1918, il accomplit ses obligations militaires ; vers la fin du conflit mondial, il devient officier. Il réussit cependant à passer les examens annuels de l’université.

  • 22 Gramsci : lettre à sa belle-sœur Tatiana Schucht, 23 mars 1931 dans Lettres de Prison, Gallimard, (...)
  • 23 Palmiro Togliatti a soutenu à Turin en 1915, sous la direction de Luigi Einaudi, une thèse d’écono (...)
  • 24 Sur cette période on peut consulter le livre de Paolo Spriano, L’occupazione delle fabbriche, Turi (...)

9A la fin de 1918, enfin libéré de ses obligations militaires, le jeune Piero revient à Turin et achève ses études de droit. Il désire se rendre utile au mouvement révolutionnaire, très actif dans la capitale piémontaise. Umberto Cosmo, son ancien professeur du lycée « Massimo D’Azeglio », prend une initiative qui sera décisive pour ses futures activités politiques : il le présente à Antonio Gramsci (1891-1937), vraisemblablement au cours de l’année 191922. Ce dernier, en mars 1919, a fondé avec l’aide d’Angelo Tasca (1892-1960), docteur ès-lettres, Umberto Terracini (1895-1983), docteur en droit, et Palmiro Togliatti (1893-1964), docteur en droit23, un hebdomadaire qui se situe à l’extrême-gauche du parti socialiste italien, L’Ordine Nuovo Rassegna settimanale di cultura socialista. Ce journal paraît à Turin depuis le premier mai, et devient le porte-parole du mouvement des Conseils ouvriers, qui se développe rapidement dans une situation sociale très agitée. Deux épisodes marquants, mais infructueux doivent être mentionnés à ce propos : la grève turinoise dite des « aiguilles » d’avril 1920, dont le prétexte vient de l’introduction de l’heure légale, et le mouvement d’occupation des usines dans toute l’Italie, en septembre 192024.

  • 25 Nous n’avons pu localiser ces traductions dans la première série de L’Ordine Nuovo.
  • 26 Un ancien membre de ce cercle, Attilio Segre, se souvient de la participation de Piero Sraffa. Son (...)

10Piero Sraffa décide aussitôt de se joindre à l’équipe de rédaction de L’Ordine Nuovo, et il se lie d’amitié avec les principaux journalistes. Selon le témoignage de certains collaborateurs, il semble avoir réalisé, en 1919 et 1920, quelques travaux de traduction de textes allemands, français et anglais25. En outre, il milite au sein du « Groupe des étudiants socialistes » (« Gruppo studentesco socialista »), mis en place à Turin par Antonio Gramsci, au début de 1920. Ce cercle, composé d’étudiants et d’anciens étudiants, défend des positions politiques très proches de L’Ordine Nuovo, au cours de ses réunions hebdomadaires à la Bourse du travail de Turin26. Mais la crise du socialisme italien, en particulier après l’échec du mouvement d’occupation des usines, aboutit à la constitution du parti communiste d’Italie, au Congrès de Livourne, en janvier 1921. Avant d’étudier, dans le chapitre suivant, les rapports entretenus par Piero Sraffa avec Gramsci et les communistes dans les années vingt et trente, avant et après l’installation à Cambridge, il est nécessaire de revenir sur la formation et les activités de notre jeune intellectuel italien.

4– LA THESE DE DOCTORAT ET LE PREMIER VOYAGE D’ETUDE EN GRANDE-BRETAGNE

  • 27 La Fondation Luigi Einaudi de Turin possède l’exemplaire original dactylographié de la thèse (64 p (...)

11En 1919-1920, Piero Sraffa prépare une thèse de doctorat en économie politique sous la direction de Luigi Einaudi, qui vient de devenir sénateur. Le sujet choisi est d’actualité si l’on en juge le titre définitif du travail : L’inflazione monetaria in Italia durante e dopo la guerra27. La bibliographie témoigne d’une bonne connaissance de la littérature anglo-saxonne sur les problèmes monétaires et bancaires (W. Bagehot, I. Fisher, C.F. Dunbar...).

12Le premier chapitre étudie « l’expansion de la circulation monétaire » (pp. 2-17), dans la période de guerre et d’après-guerre, entre juillet 1914 et juin 1920. Le second, « l’inflation bancaire » (pp. 17-26) cherche à comprendre pourquoi les mécanismes limitant le développement de l’activité des banques n’ont pas fonctionné durant ces années. Le troisième chapitre traite des « effets de l’inflation sur les prix » (pp. 2731). Dans le chapitre 4, Piero Sraffa examine « les méthodes utilisées dans le passé pour revenir à la bonne monnaie » (pp. 31-45), en se fondant sur les expériences italiennes et étrangères. Il remarque que

  • 28 L’inflazione monetaria in Italia durante e dopo la guerra, p. 34.

« les solutions proposées ou réalisées pour assainir une circulation monétaire excessive peuvent se ramener à deux catégories :
1 – retrait de la monnaie en circulation aussi longtemps qu’elle n’a pas retrouvé entièrement son pouvoir d’achat d’origine ;
2 – simple renoncement à de nouvelles émissions en acceptant comme définitif l’actuel niveau atteint par le pouvoir d’achat de la monnaie »28.

  • 29 Op. cit., p. 48 et suiv.

13L’auteur discute de ces deux types de solution dans le cinquième et dernier chapitre, « les remèdes les plus appropriés pour assainir la circulation italienne dans la situation actuelle » (pp. 45-64). Il pense que les arguments en faveur du retour aux parités-or d’avant-guerre sont d’« ordre plutôt moral qu’économique ». Une telle politique « réparerait seulement quelques injustices de l’inflation », tout en produisant des effets très néfastes sur la production et les échanges : ce type de déflation conduit nécessairement à une grave crise économique29. Inflation et déflation ne sont pas symétriques quant à leur impact sur la situation des créditeurs et des débiteurs. Piero Sraffa se prononce en faveur du second type de solution, la stabilisation au niveau atteint après la guerre. Il conclut son travail en précisant :

  • 30 Op. cit., p. 64.

« en considérant que la stabilisation des changes et la stabilisation des prix sont (dans l’hypothèse d’une augmentation dans la valeur de l’or) inconciliables, il me semble que la première soit à sacrifier à la seconde ; et qu’il soit utile de maintenir une circulation des billets, malgré les graves dangers qu’elle représente, tant que le destin de la valeur de l’or n’est pas définitivement fixé dans les plus grands Etats du monde »30.

  • 31 Alessandro Roncaglia : « Piero Sraffa : una bibliografia ragionata », Studi Economici, anno XXXVII (...)
  • 32 Edwin Cannan a publié, en 1893, l’important travail, A History of the Theories of Production and D (...)
  • 33 Voir chapitre 2, pp. 52-54.

14Piero Sraffa soutient sa thèse le 29 novembre 1920 devant un jury composé de Luigi Einaudi, de Gaëtano Mosca, le spécialiste de science politique et d’un certain Fubini. Ce travail reçoit de brillantes éloges ; Luigi Einaudi, loin d’être en accord avec toutes les idées développées, jugera cependant la thèse comme l’une des meilleures jamais réalisées à la Faculté de droit de Turin. Après la thèse, Piero se familiarise avec la réalité économique en accomplissant un stage dans une « filiale bancaire de province »31, au printemps 1921 ; travaillant successivement dans plusieurs services, il réalise ce qu’on nomme en Italie le « girobanca ». Il décide ensuite d’entreprendre un voyage d’étude en Grande-Bretagne pour perfectionner ses connaissances, tant sur les questions monétaires et financières que sur la pensée économique anglaise. Il devient « general research student » pour trois mois, de juin à août, à la célèbre « London School of Economics », dirigée depuis 1919 par William Beveridge. Il y suit les cours de Theodore Emmanuel Gregory (1893-1971), spécialiste en histoire de la monnaie et de la banque, qui publiera, en 1929, le recueil en deux volumes, « Select Statutes, Documents and Reports relating to British Banking-1832-1928. Il est sans doute davantage intéressé et influencé par les cours d’Edwin Cannan (1861-1935), spécialiste d’Adam Smith, qui enseigne à la « London School of Economics » depuis sa fondation, en 1895, par Sidney et Beatrice Webb et leurs amis de la « Fabian Society »32. Piero Sraffa ne néglige cependant pas l’actualité politique et sociale puisqu’il profite de son temps libre pour prendre des contacts et rédiger trois articles pour L’Ordine Nuovo33.

  • 34 Cette villa, aujourd’hui propriété de l’université de Harvard, abrite un Centre international d’ét (...)
  • 35 En 1906, Mary Berenson demande à sa sœur, Alys Smith, première femme de Bertrand Russell, de lui t (...)

15Piero Sraffa profite de ce séjour pour faire la connaissance de John Maynard Keynes qui vient d’acquérir une célébrité mondiale avec l’étude The Economic Consequences of the Peace (1919). Par quel moyen réussit-il à entrer en contact avec le grand économiste ? Le rôle décisif semble avoir été joué par un ami de son père, le socialiste « méridionnaliste » Gaëtano Salvemini, enseignant à l’université de Florence. Ce dernier fréquente la maison du célèbre critique d’art américain, spécialiste de la Renaissance, Bernard Berenson, située près de Florence, à Settignano, dans la villa « I Tatti »34. Or John Maynard Keynes se trouve en relation avec la famille Berenson depuis 190635. G. Salvemini recom mande le jeune italien à l’économiste anglais par l’intermédiaire de la femme du critique d’art, Mary Berenson. Celle-ci rédige, le 15 juin 1921, la lettre d’introduction suivante :

  • 36 Cette lettre fait partie des « Keynes Papers » de la Marshall Library de l’université de Cambridge (...)

« Mon cher Maynard, ceci est pour vous présenter un grand ami des Salvemini, un jeune, Monsieur Sraffa, qui se trouve actuellement à Londres pour étudier l’économie politique anglaise, et qui bien sûr désire ardemment faire votre connaissance. Le prof. Salvemini a une très bonne opinion de lui »36.

16Cette lettre parvient à Piero à Londres, par les soins de Gaëtano Salvemini. Elle lui permet de faire la connaissance de Keynes à Cambridge, dans le courant du mois d’août. Celui-ci, à l’époque, collabore régulièrement au Manchester Guardian par des articles sur les questions monétaires internationales. A partir de cette rencontre, l’économiste anglais va s’intéresser de très près aux travaux et à la carrière du jeune italien.

5– LES ARTICLES SUR LA CRISE BANCAIRE ITALIENNE ET LE CONFLIT AVEC MUSSOLINI

  • 37 Voir la lettre de Piero Sraffa à Luigi Einaudi du 30 novembre 1921, et la carte du 4 février 1922, (...)

17Durant l’année universitaire 1921-1922, Piero retourne à Londres pour suivre des cours de perfectionnement à la « London School of Economics », et il se familiarise de plus en plus avec l’économie politique « classique » et « néo-classique » anglaise. Il entre en contact régulier avec Theodore Emmanuel Gregory, qu’il met en rapport avec son ancien professeur de Turin, Luigi Einaudi37.

  • 38 Cette banque, fondée en 1915. finançait principalement les activités militaires de l'Ansaldo.

18A l’occasion de ce deuxième voyage, Piero Sraffa rencontre à nouveau J.M. Keynes, et discute avec lui de questions monétaires. Ce dernier, responsable de suppléments hebdomadaires consacrés à la « Reconstruction en Europe », édités simultanément en quatre langues dans le Manchester Guardian Commercial, lui demande de rédiger une étude sur les problèmes bancaires italiens depuis la fin de la guerre. Il s’agit d’un grand honneur pour notre jeune étudiant, car l’économiste anglais sélectionne presque exclusivement des personnalités importantes pour son périodique ; ainsi, en Italie, il fait appel à Benedetto Croce, à Francesco-Saverio Nitti et à Luigi Einaudi. L’article promis est achevé au printemps 1922. Keynes juge ce travail assez exceptionnel, et décide de le publier non pas dans le Manchester Guardian Commercial, mais plutôt dans l'Economic Journal, dont il assure l’édition depuis 1912, avec l’aide de Francis Isidro Edgeworth (1845-1926). La parution a lieu dans la livraison de juin, sous le titre, « The Bank Crisis in Italy ». L’étude narre minutieusement l’histoire mouvementée de la « Banca Italiana di Sconto », de la fondation à l’effondrement en décembre 1921, par suite de sa liaison avec le groupe industriel gênois Ansaldo38. Pour remédier à ses difficultés croissantes, ce groupe a cherché à s’emparer à deux reprises sans succès, en 1918, puis en 1920, de la principale banque italienne, la « Banca Commerciale Italiana », déjà convoitée par le groupe Marsaglia. Piero Sraffa, qui a eu accès à des informations confidentielles, fait la lumière sur certains épisodes concernant la « Banca Commerciale Italiana », soigneusement dissimulés par la presse italienne. Il affirme aussi que la « Banca di Sconto » a largement subventionné le mouvement fasciste. L’auteur termine l’étude en traitant de la non-application d’une législation permettant le contrôle de l’opinion publique sur les « activités mystérieuses des groupes financiers » ; il conclut :

  • 39 Piero Sraffa : « The Bank Crisis in Italy », The Economic Journal, tome XXXII, juin 1922, p. 197.

« A l’époque où les usines étaient occupées par les ouvriers, le Gouvernement s’était lui-même engagé solennellement à faire passer une loi qui aurait permis aux travailleurs de prendre part au contrôle des industries : une fois que le danger fut écarté, le projet de loi, comme le Ministre du travail l’a dit, fut rangé au placard. Et maintenant on demande de nouvelles lois pour empêcher la formation des trusts, pour protéger l’indépendance des banques, pour réguler les réserves à constituer sur les dépôts bancaires, bien que l’expérience des autres pays ait prouvé l’impossibilité de remédier à de tels inconvénients par des réformes législatives. Mais même si ces lois n’étaient pas futiles en elles-mêmes, quel pourrait être leur usage tant que le Gouvernement se tient prêt le premier à les violer dès qu’il est soumis au chantage par une bande de gangsters ou un groupe de financiers effrontés ? »39.

19Cet article, qui s’achève sur un ton très franc et très direct, passe toutefois complètement inaperçu dans la presse italienne. Nous allons voir qu’une seconde étude sur le même sujet entraînera au contraire des réactions immédiates au plus haut niveau.

  • 40 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Laterza, 2e édition 1981, Appendice, « La ri (...)
  • 41 Manchester Guardian Commercial - Reconstruction in Europe, Supplément no XI, 7 décembre 1922, pp.  (...)
  • 42 Un compte-rendu de ce télégramme de Mussolini se trouve dans la lettre de Piero Sraffa à J. M. Key (...)

20En juin 1922, Piero Sraffa revient au pays natal. Peu de temps après, il trouve un emploi auprès de la municipalité de Milan tenue par les socialistes ; il doit mettre en place un bureau de collecte de statistiques sur le marché du travail40. Mais cette année-là, les événements politiques se précipitent et les fascistes arrivent au pouvoir le 30 octobre. En signe de protestation, Piero décide de démissionner de son poste à la mairie de Milan. Vers cette époque, John Maynard Keynes lui demande un article sur la crise bancaire italienne, à paraître, cette fois, dans les suppléments du Manchester Guardian Commercial. L’étude, « L’attuale situazione delle banche italiane », ou en anglais, « Italian Banking Today », est publiée le 7 décembre41. L’auteur examine les conséquences de l’effondrement de la « Banca di Sconto » sur le système bancaire italien en signalant les artifices utilisés par les grandes banques dans la présentation officielle de leurs comptes. Il se livre à une critique de l'institution, née avec la guerre, destinée à assainir la situation, le « Consorzio per sovvenzioni su valori industriali ». Même si l’article ne rencontre pas d’écho dans la presse italienne, il suscite la colère à la fois du chef du gouvernement Benito Mussolini, et des dirigeants de la « Banca Commerciale Italiana ». Mussolini adresse au recteur Angelo Sraffa un télégramme jugeant l’article de son fils comme « un acte de défaitisme pur et simple sur la question du secteur bancaire et de réel sabotage des finances italiennes ». Il ajoute que « le fait d’être socialiste ne l’autorisait pas à jeter le discrédit sur les institutions financières italiennes »42. Le Chef du gouvernement exige une rétractation sur-le-champ dans le Manchester Guardian Commercial. Angelo Sraffa adresse alors une lettre courageuse à Benito Mussolini dans laquelle il explique que l’article de son fils se bornait à énoncer des faits connus, jamais démentis et ne justifiait par conséquent aucune rétractation.

21Quant à lui, l’administrateur-délégué de la « Banca Commerciale Italiana », Giuseppe Toeplitz, convoque le jeune Piero, qui se rend à l’entrevue accompagné d’un avocat. Toutefois, la direction de la banque ne réussit pas à mettre en place contre lui une procédure légale. Cet épisode conduit néanmoins Piero Sraffa à cesser ses activités militantes. Evoquant ses souvenirs sur cette période devant Luca Meldolesi, il dira :

  • 43 Luca Meldolesi : L’utopia realmente esistenteMarx e Saint-Simon, Laterza, 1982, Appendice « Piero (...)

« J’ai dû interrompre tous ces contacts que j’avais avec les communistes italiens (...).Mes parents furent contents naturellement (...) »43.

  • 44 « A harmless and rather dull article but a little more candid in its criticism of some of the bank (...)
  • 45 J.M. Keynes : lettre à J.C.C. Davidson, 29 janvier 1923, citée par Nicholas Kaldor, « Piero Sraffa (...)

22Son père lui conseille même de quitter l’Italie, au moins pour quelque temps. Keynes, de son côté, qui se sent peut-être un peu responsable des ennuis de son jeune ami, décide le 9 janvier 1923, de l’inviter à effectuer un nouveau séjour en Grande-Bretagne. Piero Sraffa accepte, et obtient sans difficultés, le 20 janvier, un passeport. A son arrivée à Douvre, le 26, une surprise l’attend : la police anglaise sur l’ordre du Home Office le refoule en France comme citoyen indésirable. L’interdiction de pénétrer sur le territoire anglais est sans nul doute le résultat d’une démarche du ministère des affaires étrangères de Mussolini. Keynes intervient auprès de J.C.C. Davidson, secrétaire parlementaire du Premier Ministre, en indiquant que l’étude qui a soulevé la colère du Chef du gouvernement italien est « un article inoffensif et plutôt terne mais un peu plus franc dans sa critique de certaines banques, que d’habitude »44. Il ajoute qu’il « n’est certainement pas l’affaire de notre ministre de l’intérieur de s’incliner devant les stupidités les plus honteuses de Mussolini »45. L’intervention n’a pas de succès, et Piero Sraffa ne pourra pas rentrer en Grande-Bretagne avant le second semestre 1924, Keynes ayant pu, grâce à l’arrivée du parti travailliste au pouvoir, faire rayer son nom de la liste des indésirables sur le territoire britannique.

6– LES PREMIERES RELATIONS D’AMITIE DU JEUNE PROFESSEUR D’ECONOMIE POLITIQUE : GOBETTI, MATTIOLI, ROSSELLI

  • 46 Voir plus loin à ce propos, pp. 40-41.

23Malgré ses ennuis avec le nouveau régime fasciste, Piero Sraffa décide de se lancer dans la carrière universitaire en Italie. Il devient, en novembre 1923, chargé de cours à la faculté de droit de Pérouse. Il enseigne l’économie politique, et la science financière (1925-26). Nous ne disposons pas de renseignements précis au sujet de ses interventions à Pérouse. Bien qu’il se situe théoriquement à contre-courant de la pensée marginaliste dominante, il ne semble pas développer dans ses cours une critique directe des représentants italiens de cette école, tels que Maffeo Pantaleoni, auteur des fameux Principii economia pura (1889) et Vilfredo Pareto, qui a publié, après son installation à Lausanne, le Cours d’économie politique (1896-97), puis le Manuale di economia politica (1906). Il oriente plutôt ses critiques sur la théorie d’Alfred Marshall, travail qui débouchera sur l’important article de 192546.

24A partir de 1923, Piero Sraffa noue un certain nombre de relations d’amitiés avec de jeunes intellectuels ; certaines dureront très longtemps. Tout d’abord à Turin, il entre en contact, dans le courant de 1923, avec un ancien élève de son père à la Faculté de droit, mais aussi d’Umberto Cosmo, Piero Gobetti (1901-1926). Conciliateur du libéralisme et du socialisme et anti-fasciste acharné, le jeune Gobetti avait collaboré à la première série de L’Ordine Nuovo de Gramsci. En 1922, il a lancé un hebdomadaire, La Rivoluzione Liberale Rivista storica settimanale di politica. Piero Sraffa ne désire pas faire partie du comité de ce journal, qui sera d’ailleurs interdit en 1924. Il accepte cependant d’y publier en octobre 1923 l’article très ironique, « Opinioni ». Notre intellectuel prend pour cible une note d’information, « La lira italiana continua a migliorare », parue dans le journal de Mussolini, Il Popolo d’Italia, le 10 octobre 1923. Après la reproduction intégrale de cette note fasciste. Piero Sraffa livre le commentaire suivant :

  • 47 Souligné par Piero Sraffa : « Opinioni », La Rivoluzione Liberale, anno II, no 31, 16 octobre 1923 (...)

« Tâchons de nous orienter un peu. La lire italienne « a perdu par rapport à la France » bien que « le franc français ait perdu par rapport à tous les quatre autres pays » (y compris l’Italie). La lire « a monté par rapport aux trois autres pays » (Suisse, Etats-Unis, Grande-Bretagne) mais, on ne sait pas comment la Suisse et la Grande-Bretagne ont gagné sur l’Italie. Conclusion : « amélioration de la lire italienne ». Le franc français « perd par rapport aux quatre autres pays », mais à trois lignes de distance, il trouve le moyen de se rétablir ; il gagne sur l’Italie et reste à égalité avec la livre Sterling. « Donc, dégradation absolue du franc français ». La livre Sterling « est restée stable par rapport à la France » (laquelle « a perdu par rapport à tous », y compris la livre) ; elle a « monté par rapport aux Etats-Unis et à l’Italie » (tandis que l’Italie et les Etats-Unis, par mégarde, l’emportaient sur la livre). « Dégradation relative de la livre Sterling » Le dollar. Non, cela nous suffit : que le lecteur continue donc l’analyse, à condition qu’il soit encore vivant. A ses frais, toutefois. Pour ce qui nous concerne, nous estimons qu’il est juste de reconnaître le très haut sentiment patriotique avec lequel est animé le compilateur intelligent de la note financière fasciste : il vise certainement à persuader la haute banque internationale de l’opportunité de spéculer à la hausse sur la lire italienne, et nous ne doutons pas un instant du succès auquel est promis son initiative »47.

25A Milan, Piero Sraffa se lie avec deux jeunes universitaires importants, Raffaele Mattioli et Carlo Rosselli.

  • 48 Fabio Ranchetti : « Mattioli ”economista critico” », Rivista di storia economica (Venise), nouvell (...)
  • 49 Mattioli traduit en italien, peut-être sur le conseil de Sraffa, l’article de Keynes « The stabili (...)

26A l’époque du déclenchement de la Première guerre mondiale, Raffaele Mattioli (1895-1973) « interventionniste », et il obtient son engagement volontaire lorsque l’Italie participe au conflit en 1915. Après les hostilités, il suit Gabriele D’Annunzio dans son expédition sur Fiume. De formation libérale à l’Ecole supérieure de commerce de Gênes, il prépare une thèse d’économie sur le tout récent projet d’Irving Fisher destiné à assurer la « stabilisation » de la monnaie, sous la direction d’Attilio Cabiati, Note storico-critiche intorno al progetto Fisher per la « stabilizzazione » della moneta ; il soutient ce travail en décembre 192048. L’année suivante, il occupe les fonctions d’assistant en économie d’A. Cabiati et de Luigi Einaudi à l’« Université commerciale Luigi Bocconi » de Milan. Le recteur Angelo Sraffa le charge de diriger la bibliothèque. De plus, de 1920 à 1922, il assure la rédaction en chef de la Rivista Bancaria49. De 1922 à 1925, il occupe les fonctions de secrétaire général de la Chambre de commerce de Milan. L’administrateur-délégué de la « Banca Commerciale Italiana », Giuseppe Toeplitz le fait entrer en 1925 comme chef de son secrétariat. A ce poste, il a accès à de très nombreuses informations économiques confidentielles sur le régime fasciste et en fait profiter largement son ami Piero, lequel à son tour, comme nous le verrons plus loin, en fera bénéficier Antonio Gramsci, et plus tard des amis tels qu’Angelo Tasca et Giorgio Amendola.

  • 50 Carlo Rosselli : lettre à sa mère, 21 juillet 1923, dans Epistolario familiare - Carlo, Nello Ross (...)
  • 51 Carlo Rosselli : lettre à sa mère, 17 janvier 1924, dans op. cit., p. 207.
  • 52 Anna Kuliscioff : lettre à Filippo Turati, 9 juin 1924 et Filippo Turati : lettre à A. Kuliscioff, (...)
  • 53 On trouve des allusions à cet institut dans les lettres d’A. Kuliscioff à F. Turati du 18 juin 192 (...)
  • 54 Voir par exemple, Nicolà Tranfaglia : Carlo Rosselli dall'interventismo a « Giustizia e Libertà »,(...)

27A partir de décembre 1923, Piero se trouve en contact avec un cousin venant de la famille de Treves, Carlo Rosselli (1899-1937). Ce dernier, grâce à l’intervention du professeur Gaëtano Salvemini auprès d’Angelo Sraffa, vient d’obtenir un poste d’assistant volontaire en économie auprès de Luigi Einaudi pour 1923-1924, à l’« université Bocconi »50. Le recteur le tient rapidement en très haute estime, et lui propose de collaborer à la revue qu’il s’apprête à fonder pour l’Institut d’économie politique, les Annali di Economia51. Carlo Rosselli et Piero Sraffa se lancent dans des discussions animées, sur des questions économiques mais aussi politiques. En effet, neveu du dirigeant socialiste réformiste Claudio Treves (1869-1933), proche de Filippo Turati, C. Rosselli a soutenu deux thèses, la première, Il sindacalismo à Florence en 1921, et la seconde, Prime linee di una teoria economica dei sindicati operai, à Sienne en 1923 ; durant l’été 1923, il participe à un séminaire organisé par la « Fabian Society » en Grande-Bretagne et en revient très attiré par les écrits de Sydney èt Béatrice Webb, et ceux de G.D.H. Cole, tenant du « guild sodalism ». Socialiste non marxiste, ses sympathies vont au parti socialiste unitaire, né d’une scission avec le parti socialiste italien « maximaliste » au congrès d’octobre 1922, et dirigé par Filippo Turati et Giacomo Matteotti (1885-1925). Il collabore à la revue théorique La Critica Sociale. Au printemps 1924, il persuade Piero Sraffa de se joindre à lui pour fonder avec deux autres intellectuels, proches du parti socialiste unitaire, Nino Levi, assistant à l’« université Bocconi », et Alessandro Schiavi, un laboratoire d’études socioéconomiques qui établirait les bases d’une sorte de « Société Fabienne » en Italie. Filippo Turati et sa compagne Anna Kuliscioff approuvent largement cette initiative très utile, selon eux, pour l’avenir du parti52. Cette idée se concrétise quelques temps plus tard dans un petit Institut d’études sociales, qui a pris le nom du dirigeant assassiné par les fascistes le 12 juin 1924, Giacomo Matteotti. Le président en est Filippo Turati et le secrétaire Alessandro Schiavi53. Son existence sera très éphémère, et on ne peut trouver d’indices probants d’une collaboration effective de Piero Sraffa à ses travaux. Cet engagement aux côtés de Rosselli a néanmoins accrédité l’idée, à tort, qu’il se trouvait politiquement très proche du parti socialiste unitaire54.

7– LES POSITIONS CRITIQUES EN THEORIE ECONOMIQUE ET LA REUSSITE AU CONCOURS DE L’UNIVERSITE DE CAGLIARI

  • 55 Nous connaissons l’existence de ce voyage grâce à la correspondance Sraffa-Einaudi conservée à la (...)
  • 56 « Obituary - Maffeo Pantaleoni », The Economic Journal, tome XXXIV, décembre 1924, pp. 648-653. Le (...)
  • 57 La riforma monetaria, Milan : Treves, 1925.
  • 58 Il est peut-être contacté par Giorgio Mortara, professeur à l'« université commerciale Luigi Bocco (...)
  • 59 Boston : Houghton Mifflin, 1923, Giornale degli Economisa e Rivista di Statistica (Rome), 4e série (...)
  • 60 R.A. Lehfeldt, Money, Londres : Oxford, U. Press, 1926 ; M. Segre, Le hanche nell’ ultimo decennio (...)
  • 61 Londres : Macdonald and Evans, 1926. Giomale degli Economisti e Rivista di Statistica, 4e série, X (...)

28En octobre 1924, Piero Sraffa peut se rendre à nouveau en Grande-Bretagne sans risquer d’être refoulé à la frontière. B réside à Londres, puis à Cambridge55. Il rencontre J.M. Keynes à l’occasion de ce séjour. Celui-ci lui demande vers la fin novembre de rédiger un petit article pour l’Economic Journal, sur l’œuvre de Maffeo Pantaleoni, le père du marginalisme italien, qui vient de mourir. Pourquoi fait-il appel à son jeune ami ? Il juge beaucoup trop courte et trop superficielle la note nécrologique qu’Achille Loria, correspondant officiel de la « Royal Economic Society », venait de faire parvenir à la rédaction de la revue. Dans l’étude qui paraît en décembre56, Piero Sraffa fournit des indications biographiques détaillées sur le « principe » des économistes italiens, rallié au fascisme. Il retrace sa carrière de « Don Quichotte de la politique italienne » ; il insiste sur ses qualités morales et son rôle de dénonciateur des scandales bancaires, en présentant l’étude sur « la chute du Crédit Mobilier » (1893) comme un « véritable chef d’œuvre ». Les Principii di Economia pura constituent « le plus efficae propagateur de la théorie de l’utilité en Italie, de même que dans les autres pays latins ». Durant le second semestre de 1924, notre jeune italien traduit dans sa langue le livre de J.M. Keynes édité à la fin de l’année précédente, A Tract on Monetary Reform ; son travail paraît à Milan, au début de 192557. Cette année-là, Piero Sraffa est sollicité par la rédaction du Giornale degli Economisti58 pour réaliser quelques compte-rendus d’ouvrages. Il prépare une recension du livre d’un tenant américain de la théorie des crises fondée sur la sous-consommation, H.B. Hastings : Cost and Profits, their Relation to Business Cycles59. En 1926, il publie deux compte-rendus, l’un sur un petit manuel sur la monnaie, l’autre sur une thèse consacrée au système bancaire italien entre 1912 et 192260. L’année suivante, il fera paraître une notice sur le livre d’un cambiste anglais, H.W. Phillips, Modem Foreign Exchange and Foreign Banking61.

  • 62 Alfred Marshall meurt en 1924. et Keynes lui consacre l’étude « Alfred Marshall - 1842-1924 », dan (...)
  • 63 Annali di Economia (Milan) volume II, 1925, pp. 277-328 ; trad. française de Gilbert Faccarello, « (...)

29En 1924, Piero Sraffa a mis au point un important essai qui s’attaque aux fondements de l’analyse orthodoxe du grand théoricien « néo-classique » anglais, Alfred Marshall62 : « Sulle relazioni fra costo e quantità prodotta ». L’étude paraît en novembre 1925 dans les Annali di Economia de l’« université Luigi Bocconi »63. L’auteur discute de la loi des rendements non proportionnels dans le modèle d’équilibre partiel statique d’Alfred Marshall, qui établit une « symétrie » des relations de la demande et de l’offre quant à la valeur des marchandises. Auparavant, les économistes classiques avaient mis en évidence deux lois, séparées, des rendements. La loi des rendements croissants est née chez Adam Smith, et associée au processus de la division du travail dans l’industrie, problème de dynamique, classé dans la « production ». La loi des rendements décroissants, au contraire, énoncée par Turgot puis par David Ricardo, avec la question de la rente foncière agricole, est un problème lui aussi de dynamique, classé dans le domaine de la « répartition ». Alfred Marshall tente de faire fusionner ces deux orientations en une seule loi des rendements non proportionnels, pour fonder sa théorie des prix. Cette loi peut être représentée au moyen d’une courbe en U, qui lie fonctionnellement le coût et la quantité produite. La situation d’une firme est étudiée indépendamment de celle des autres firmes, dans le cadre de la libre concurrence. Dans ce modèle, le cas normal est celui des rendements décroissants (ou coûts croissants). Piero Sraffa met en évidence l’évolution significative de l’explication marshallienne au sujet de l’existence exceptionnelle des rendements croissants (coûts décroissants) : « économies internes », puis « économies externes » à la firme. Toutefois, il développe principalement sa critique sur la question des rendements décroissants. Chez Alfred Marshall, la courbe d’offre d’une firme est indépendante des courbes d’offre des autres firmes, et le passage de l’entreprise à l’ensemble de la branche doit s’opérer par simple transposition. Cette analyse est inacceptable, car elle néglige les interdépendances : les conditions de production, d’une firme ont nécessairement une incidence sur celles des concurrents. Après avoir montré l’incompatibilité entre le cas des rendements décroissants et les conditions d’équilibre partiel, l’auteur conclut en affirmant « le cas des coûts constants comme normal plutôt que celui des coûts croissants ou décroissants », rejoignant ici l’opinion de Ricardo. Cette situation est seule conciliable à ses yeux avec l’équilibre de libre concurrence, du moins comme « première approximation de la réalité ». Au début de l’étude, Piero Sraffa évoque le « déplacement du fondement de la théorie de la valeur du coût de production vers l’utilité ». Il s’intéresse indiscutablement à l’économie politique classique, mais qu’en est-il de la « critique de l’économie politique » de Marx ?

  • 64 Graziadei est exclu de l’université en 1926, et envoyé quelques temps en résidence surveillée ; il (...)
  • 65 Rome : Maglione e Strini, 1925, Giorgio Gattei : « In merito ad un possibile rapporto tra Sraffa e (...)

30Il n’est guère possible aujourd’hui de déterminer avec précision son point de vue sur Le Capital dans les années 1924-25. Ce livre est certainement l’objet de discussions avec Antonio Gramsci, avec Raffaele Mattioli, avec Carlo Rosselli, et peut-être aussi avec Antonio Graziadei (1873-1953), ami de son père. Graziadei, professeur à l’université de Parme, et membre important du parti socialiste italien, s’est livré dans les années 1895-1900, à une critique systématique de la théorie marxiste de la valeur, tout en prenant la défense de la « théorie du surtravail », et en l’associant avec une nouvelle théorie du profit. Il adhère au parti communiste d’Italie dès sa fondation, et il en dirige l’« aile droite » ; en même temps, il complète ses critiques antérieures de la théorie marxiste de la valeur. Son livre, Prezzo e sovraprezzo nell’ economia capitalistica paru en 1923, sera condamné en juillet 1924 par George Zinoviev à la tribune du cinquième congrès de l’Internationale communiste en même temps que Marxisme et philosophie de Karl Korsch et Histoire et conscience de classe de Georges Lukacs64. Piero Sraffa connaît bien les travaux sur Marx de Graziadei, que l’auteur lui adresse d’ailleurs régulièrement, mais il ne semble guère convaincu par leur contenu, et de toute manière ne désire pas engager une discussion sur les thèses exprimées. Dans une lettre du 13 février 1925, il le remercie de l’envoi d’un livre non précisé, en ajoutant simplement : « je l’ai lu avec grand intérêt ». Giorgio Gattei, qui publie cette lettre, indique que l’ouvrage en question doit être, soit Il prezzo e il sovraprezzo in rapporto ai consumatori e ai lavoratori, soit La concezione del sopralavoro e la teoria del valore, tous deux édités à Rome65.

  • 66 Lorenzo Mossa publiera L’impresa nell’ordine corporativo (Florence : Sansoni : 1935).
  • 67 D’orientation libérale, Giuseppe-Ugo Papi, bientôt auteur des célèbres Lezioni di economia politic (...)
  • 68 Docteur de l’université de Pérouse, C. Grilli a suivi, à Paris, les cours d’économie sociale de Ch (...)
  • 69 A. Fraccacreta est notamment l’auteur d’une étude sur le mouvement ouvrier dans l’agriculture fran (...)

31Au milieu des années vingt, Piero Sraffa entend poursuivre la carrière universitaire. Il présente sa candidature à l’université de Cagliari, en Sardaigne, où trois chaires sont mises en compétition vers la fin de 1925. La commission du concours est présidée par Augusto Graziani (1865-1944), économiste éclectique qui concilie l’historicisme et le marginalisme. Elle comprend Costantino Bresciani-Turroni (1882-1963), Attilio Cabiati (1872-1950), Lorenzo Mossa (1886-1957), secrétaire, le seul juriste, professeur de droit commercial à Cagliari, ancien élève d’Angelo Sraffa, et Umberto Ricci (1879-1949), rapporteur. Tous, à l’exception de Mossa66, sont des adversaires du fascisme. La commission siège du 5 au 9 janvier 1926. Onze candidats se présentent, mais seulement six dossiers sont pris en considération, ceux de Carlo Grilli, Angelo Fraccacreta, Roberto Michels, Giuseppe-Ugo Papi, Carlo Rosselli et Piero Sraffa. La commission écarte immédiatement la candidature de Roberto Michels (1876-1936), car elle juge ses travaux étrangers à la science économique, et se rapportant plutôt à la sociologie et à la science politique. Elle élimine, mais avec des encouragements Carlo Rosselli pour une production théorique trop peu abondante, et Giuseppe-Ugo Papi, bien qu’il ait de bonnes aptitudes à la recherche, en raison de sa pensée encore confuse et contradictoire67. Trois candidats sont finalement retenus ; ils obtiennent chacun cinq voix : d’abord Carlo Grilli, responsable de la statistique au Ministère des Travaux Publics68, puis Piero Sraffa, enfin Angelo Fraccacreta, enseignant à l’université de Naples puis de Messine69.

32La lecture du jugement de la commission concernant Piero Sraffa est particulièrement instructive :

  • 70 « Relazione della commissione giudicatrice del concorso per professore non stabile alla cattedra d (...)

« La production scientifique de ce candidat n’est pas très abondante : elle se limite à un mémoire sur les « Relations entre coût et quantité produite », à un mémoire sur l'« Inflation monétaire en Italie pendant et après la guerre », à un article publié dans l'Economic Journal sur la crise bancaire en Italie (traitant de la chute de la Banca di Sconto), à une nécrologie de Pantaleoni, et à une note « Sur la situation des banques italiennes », dans le supplément commercial du Manchester Guardian. La commission a surtout loué le premier de ces écrits, dans lequel l’auteur affronte l’un des thèmes les plus ardus de l’Economie pure ; elle a cependant critiqué la conclusion à laquelle parvient l’auteur. Elle a aussi relevé la préoccupation, évidente chez l’auteur, d’apparaître condensé et concis qui l’a conduit parfois à une construction compliquée et à une sobriété qui confine à l’obscurité. Mais il est indéniable que l’auteur s’affirme déjà comme un penseur rigoureux et critique avisé, et fait preuve d’une maîtrise complète de la littérature sur le sujet traité.
L’essai sur la crise bancaire et aussi la très brève mais savoureuse note du Manchester Guardian confirment en outre l’habileté de l’auteur à observer et à interpréter judicieusement les faits économiques. La commission a donc été unanime à reconnaître à ce candidat la maturité pour assurer un enseignement universitaire »70.

33On relèvera dans ce document le rejet, mais sans justification précise, de la conclusion de l’article de 1925, et la remarque sur la « savoureuse note » du Manchester Guardian qui a suscité la grande colère de Benito Mussolini.

34Au 1er mars 1926, Piero Sraffa devient donc titulaire d’une chaire d’économie politique à l’âge de vingt-huit ans. Il enseignera dans la capitale de la Sardaigne jusqu’en 1927.

35L’article de 1925, ignoré d’une manière générale par les économistes italiens, rencontre par contre un écho très favorable en Grande-Bretagne, auprès de Francis Ysidro Edgeworth et de John Maynard Keynes. Ce dernier demande au jeune économiste de rédiger un autre travail sur le même sujet pour l'Economic Journal. Dans sa lettre d’acceptation, adressée à Keynes le 6 juin 1926, Piero Sraffa résume les positions théoriques de l’étude des Annali di Economia, et esquisse la voie qu’il envisage d’explorer. Il indique notamment :

  • 71 « It is generally supposed that two theories for the extremes cases, perfect competition and perfe (...)

« On suppose généralement que deux théories pour les cas extrêmes, concurrence parfaite et monopole complet sont suffisantes : la réalité doit se trouver quelque part entre les deux. Je pense qu’il peut être prouvé que dès qu’une imperfection quelconque est introduite dans un système de concurrence (et une telle imperfection prend en général la forme d’une quelconque sorte de différenciation entre les produits des différents producteurs de la même marchandise), l’équilibre est atteint d’une manière extrêmement similaire à celle du monopole et très éloignée de celle de la concurrence »71.

  • 72 The Economic Journal, tome XXXVI, décembre 1926, pp. 535-550, traduction française de Gilbert Facc (...)
  • 73 « Les lois des rendements en régime de concurrence », cit., p. 59.

36L’essai promis paraît dans l'Economic Journal, en décembre 1926, sous le titre, « The Laws of Returns under Competitive Conditions »72. Comme nous le verrons plus loin, il aura dans les années suivantes un profond impact sur les jeunes économistes les plus doués de Cambridge. L’auteur résume les points essentiels de son article de 1925, et déclare qu’il faut abandonner la perspective théorique de la libre concurrence pour se tourner vers le monopole. Pour lui, « l’expérience quotidienne montre qu’un très grand nombre d’entreprises (...) fonctionnent dans des conditions de coûts individuels décroissants »73.

  • 74 Voir plus loin, p. 96.

37Piero Sraffa entrevoit ainsi une perspective nouvelle pour la théorie économique « néo-classique », celle de la « concurrence imparfaite ». Toutefois, il ne semble pas réellement convaincu lui-même de la fécondité de cette approche, car il rejette toute la théorie marshallienne74. Il remarque dans l’étude que la « théorie de la valeur » rencontre aujourd’hui chez les économistes l’« indifférence » la plus totale, et ne soulève plus de controverses comme au XIXe siècle. Il indique à ce propos que

  • 75 « Les lois des rendements en régime de concurrence », cit., p. 51.

« ce domaine de la théorie économique a perdu plus qu’aucun autre la plupart des implications immédiatement pratiques (notamment pour ce qui est des doctrines des changements sociaux), que jadis Ricardo, puis Marx et, en réaction, les économistes bourgeois lui attribuèrent : tel est le processus qui explique cette indifférence »75.

8– LA DECISION D’EXPATRIATION EN GRANDE-BRETAGNE

38Vers la moitié des années vingt, le régime fasciste accentue fortement sa répression à l’encontre des opposants politiques. Le 30 décembre 1925, le Conseil des ministres, présidé par Benito Mussolini, adopte « toutes les mesures nécessaires pour la sauvegarde des intérêts moraux et matériels du pays » ; tous les journaux d’opposition sont immédiatement saisis, et dans les semaines qui suivent, les cercles anti-fascistes sont dissous. En 1926, Carlo Rosselli, l’un des fondateurs, avec Gaëtano Salvemini, du premier journal anti-fasciste clandestin, à Florence, Non Mollare ! (janvier-octobre 1925), ne peut plus enseigner à Gênes. Salvemini se réfugie à Londres, et commence une carrière de conférencier anti-fasciste, au plan universitaire. La situation politique s’aggrave brusquement vers la fin de 1926. Un mystérieux attentat manqué contre Mussolini et attribué à Anteo Zamboni, le 31 octobre, sert de prétexte à la mise en place des « lois de défense de l’Etat ». Préparées par le ministre de la Justice, Alfredo Rocco, ces « lois fascistissimes » stipulent :

  • l’annulation de tous les passeports et la répression sévère des expatriations clandestines ;
  • la suppression de tous les partis et de tous les journaux anti-fascistes ;
  • la création de la rélégation, résidence surveillée (« confino ») pour les adversaires du régime ;

39Deux institutions doivent mettre en application cette nouvelle législation, une police politique, l’Organisation de vigilance et de répression anti-fasciste (O.V.R.A.) et le « Tribunal spécial de défense de l’Etat ».

40A partir de cette date, plusieurs amis de Piero Sraffa sont recherchés par la police. Carlo Rosselli, qui dirige avec Pietro Nenni l’hebdomadaire Il Quarto Stato, à Milan, de mars à octobre 1926, est arrêté en décembre pour avoir organisé la fuite de Filippo Turati en France ; il est condamné à cinq ans de résidence surveillée dans l’île Lipari. Le 8 novembre, Antonio Gramsci est arrêté et condamné à cinq ans de résidence surveillée dans l’île d’Ustica près de Palerme. A la fin de 1926 et au début de 1927, Piero Sraffa craint que le régime fasciste ne l’envoie en résidence surveillée, probablement dans l’île Lipari ; il songe alors à renoncer à la chaire de Cagliari, et à s’expatrier. Une occasion exceptionnelle va se présenter à lui. Le 25 janvier 1927, J.M. Keynes déclare à Piero Sraffa :

« Votre article dans l’Economic Journal de décembre a beaucoup plu ici. Tous ceux avec lesquels j’ai parlé s’accordent à dire qu’avec cet article vous vous placez parmi les meilleurs des jeunes économistes. Pigou est très intéressé, et il a même consulté l’article en italien. Vous serez intéressé d’apprendre que Pigou, à la lumière de tout cela, pense devoir reconsidérer complètement sa position ».

  • 76 J.M. Keynes : lettre à Piero Sraffa, 25 janvier 1927, conservée dans les « Keynes Papers », Marsha (...)
  • 77 Op. cit., p. 336.

41Il lui révèle ensuite que l’université de Cambridge serait disposée à lui offrir un poste d’enseignement, créé spécialement en sa faveur, pour une durée indéterminée76. Piero Sraffa accepte avec joie cette proposition généreuse bien qu’il ne maîtrise guère la langue anglaise à cette époque. Le 30 mai 1927, la commission universitaire de Cambridge le nomme « lecturer in Economics » au « King’s College » pour quatre ans à compter du premier octobre77.

42Début septembre 1927, Piero arrive à Londres, où il séjourne quelques temps avant de gagner Cambridge. Mais avant de relater les années d’installation dans cette grande ville universitaire, il est nécessaire d’étudier la relation tout à fait exceptionnelle qu’il entretient avec Antonio Gramsci, et ses activités d’agent de liaison entre le prisonnier et le parti communiste d’Italie.

Notes

1 David Weatherall : David RicardoA biography, La Haye : Martinus Nijhoff, 1976, p. 2.

2 Certaines informations sur Angelo Sraffa proviennent de l’article nécrologique rédigé par l’un de ses élèves, rallié au fascisme et théoricien du corporatisme, Lorenzo Mossa : « Angelo Sraffa », Rivista del diritto commerciale e del diritto generale delle obbligazioni, volume XXXVI, fascicule I, 1938, 1ère partie, pp. 7-18. On peut également se reporter à l’article « Sraffa Angelo », de VEnciclopedia italiana di scienze, lettere ed arte, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana da Giovanni Treccani, tome XXXII, 1931, p. 430.

3 Républicain mazzinien, G. Carducci se rallie à la monarchie, convaincu qu’elle se trouve à même de réaliser l’Unité italienne. Professeur à Bologne, il publie de nombreux recueils poétiques tels que « Rimes », « Poésies », « Odes barbares ». A Pise, il prononce le célèbre discours « Vérité comme machiavélisme ».

4 Après la mort de son père, Piero Sraffa vendra cette bibliothèque au libraire-éditeur de Milan, Hoepli (Lettre de Piero Sraffa à Luigi Einaudi du 14 avril 1938, conservée à la Fondation Einaudi de Turin).

5 L’Archivio Giuridico, fondé en 1862, a publié en 1872-74 la célèbre étude du « socialiste de la chaire » Vito Cusumano (1843-1908), « Sulla condizione attuale degli studi economici in Germania », qui est la première étude italienne traitant du Capital de Marx à partir d’une lecture directe.

6 Florence : Pellas, 1891.

7 Pise : Spoerri, 1894.

8 Florence : Cammelli, 1897.

9 Luigi L. Pasinetti : « Piero Sraffa (1898-1983) : breve saggio bio-bibliografico », Economia Politica (Bologne), anno II, no 3, décembre 1985, p. 333.

10 Del mandato commerciale e della commissione - Commentario al Codice di commercio, Milan : Vallardi, 1900, 2e édit.1934. On peut mentionner encore le recueil d’essais, Studi di diritto commerciale, Florence : Cammelli, 1907.

11 En 1903, elle s’intitule Rivista di diritto commerciale, industriale e marittimo ; elle se transforme en 1910 en Rivista del diritto commerciale e del diritto generale delle obbligazioni. Cette revue a régulièrement paru depuis sa création, et existe toujours aujourd’hui.

12 Cet important institut publie, de 1921 à 1938, un volume annuel de prévisions sur l’économie italienne, les Prospettive economiche, préparées par les soins de Giorgio Mortara.

13 Mariano D’Amelio, né à Naples, se consacre avant la Première guerre mondiale à la mise en place de réformes juridiques pour la colonie italienne de l’Erythrée. En 1919-20, il est délégué à la Conférence de la paix à Paris. En 1923, il devient, grâce au régime fasciste, premier Président de la Cour de Cassation d'Italie, après l’unification des cours locales, puis en 1924, sénateur et vice-président du Sénat.

14 Libero Lenti : « Gli ottant’anni della Bocconi », Nuova Antologia (Florence), anno 118, vol. 552, fasc. 2148, octobre-décembre 1983, p. 244.

15 En 1938, son fils Piero fait don à l’université Bocconi de sa très riche bibliothèque juridique puis, en décembre 1961, de la collection d’ouvrages littéraires, déjà amputée des œuvres de Carducci (voir supra p. 14). Voir la lettre de P. Sraffa à L. Einaudi, sans date, mais expédiée vraisemblablement à la fin de 1961, conservée à la Fondation Einaudi de Turin.

16 Antonio Gramsci : « Problemi di oggi e di domani », L’Ordine Nuovo, 3e série, no 34, 1er-15 avril 1924, traduction française dans l’Appendice, p. 163.

17 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Bari : Laterza, 2ème édition 1981, Appendice « La rivoluzione di Sraffa », p. 171.

18 « il socialismo degli imbroglioni ». On trouve des indications intéressantes sur les positions politiques de Cosmo dans l'article de Gramsci, « Franche parole ad un borghese », Avanti !, 5 novembre 1920, réédité dans L’Ordine Nuovo-1919-1920, Turin : Einaudi, 1954, pp. 362-365.

19 Cosmo a enseigné à Angelo Tasca, fondateur en 1909 du « Fascio giovanile socialista, centro di Torino », et à Umberto Terracini, au lycée « Gioberti » de Turin, en tant que professeur « extraordinaire ». Antonio Gramsci est l’un de ses étudiants à la Faculté des Lettres de Turin où il donnait quelques cours.

20 Piero Sraffa : lettre à Antonio Gramsci, février ou mars 1924, publiée par Gramsci dans « Problemi di oggi e di domani », L’Ordine Nuovo, 3ème série, no 3-4, 1-15 avril 1924. Voir l’Appendice, p. 158.

21 Sur l’œuvre d’Achille Loria, voir Jean-Pierre Potier : Lectures italiennes de MarxLes conflits d’interprétation chez les économistes et les philosophes-1883-1983, Lyon : PUL, 1986, pp. 68-101.

22 Gramsci : lettre à sa belle-sœur Tatiana Schucht, 23 mars 1931 dans Lettres de Prison, Gallimard, 1971, p. 288 ; voir aussi l’entretien avec Sraffa rapporté par Maria-Antonietta Macciocchi dans Pour Gramsci, Le Seuil, 1974, p. 288.

23 Palmiro Togliatti a soutenu à Turin en 1915, sous la direction de Luigi Einaudi, une thèse d’économie politique, Il regime doganale delle colonie.

24 Sur cette période on peut consulter le livre de Paolo Spriano, L’occupazione delle fabbriche, Turin : Einaudi, 1964, traduction française L'occupation des usinesItalie, septembre 1920, Claix : La Pensée sauvage, 1978 ; voir aussi Giuseppe Maione, Il biennio rossoAutonomia e spontaneità operaia nel 1919-1920, Bologne : Il Mulino, 1975.

25 Nous n’avons pu localiser ces traductions dans la première série de L’Ordine Nuovo.

26 Un ancien membre de ce cercle, Attilio Segre, se souvient de la participation de Piero Sraffa. Son témoignage est paru dans le recueil de Mimma Paulesu Quercioli, a cura di, Gramsci vivo nelle testimonianze dei suoi contemporanei. Milan : Feltrinelli, 1977, p. 142. De plus, l’un des meilleurs amis de jeunesse de Gramsci, Andrea Viglongo, nous a personnellement confirmé, en septembre 1977, l’adhésion de Sraffa à ce groupe.

27 La Fondation Luigi Einaudi de Turin possède l’exemplaire original dactylographié de la thèse (64 pages), comportant quelques corrections manuscrites de l’auteur ; sur la page de garde, or trouve les annotations de Luigi Einaudi, préparées pour la soutenance. Nous citons d’après cet original (cote R.16.5. 23). La thèse a été imprimée en 1920 par la « Premiata scuola tipografica salesiana » de Milan (47 p.).

28 L’inflazione monetaria in Italia durante e dopo la guerra, p. 34.

29 Op. cit., p. 48 et suiv.

30 Op. cit., p. 64.

31 Alessandro Roncaglia : « Piero Sraffa : una bibliografia ragionata », Studi Economici, anno XXXVIII, no 21, 1983, p. 138 ; « Sraffa e le banche », Rivista milanese di economia, no 10, avril-juin 1984, p. 108.

32 Edwin Cannan a publié, en 1893, l’important travail, A History of the Theories of Production and Distribution in English Political Economy front 1776 to 1848, et fera paraître, en 1929, A Review of Economic Theory.

33 Voir chapitre 2, pp. 52-54.

34 Cette villa, aujourd’hui propriété de l’université de Harvard, abrite un Centre international d’études en histoire de l’art.

35 En 1906, Mary Berenson demande à sa sœur, Alys Smith, première femme de Bertrand Russell, de lui trouver deux jeunes hommes pour tenir compagnie à ses deux filles, Ray et Karin Costelloe, nées d’un premier mariage, dans la villa familiale durant les vacances de Pâques. L’un d’eux est John Maynard Keynes, alors âgé de vingt-trois ans, étudiant à Oxford ; il tombe un « tout petit peu » amoureux de la fille aînée, Ray (dix-sept ans), mais par la suite, « son intérêt pour Ray fut éclipsé pour celui plus intense pour la mère de quarante-deux ans » (Meryle Secrest : Bernard Berenson - Una biografia critica. Milan ; A. Mondadori, 1981, p. 324). On peut se reporter également sur ce point aux deux livres suivants : Robert Skidelsky : John Maynard Keynes - A biography, volume 1, Hopes betrayed1883-1920, Londres : MacMillan, 1983, pp. 170-171 ; Charles suite de la note 35 :
H.Hession : John Maynard Keynes, Paris : Payot, 1985, pp. 78-80. Après cet épisode, John Maynard Keynes reste en contact avec la famille Berenson et rend visite aux « Tatti » notamment en 1910, 1911, et 1920.

36 Cette lettre fait partie des « Keynes Papers » de la Marshall Library de l’université de Cambridge. Elle est publiée en anglais dans Keynes in Italia - Catalogo bibliografico, a cura della Facoltà di Economia e Commercio - Università di Firenze, Banca Toscana - Studi e informazioni, Cahier no 7, 1983, p. 163.

37 Voir la lettre de Piero Sraffa à Luigi Einaudi du 30 novembre 1921, et la carte du 4 février 1922, qui traitent d’un échange de revues, Economica contre La Riforma sociale. Ces documents sont conservés à la Fondation Luigi Einaudi de Turin.

38 Cette banque, fondée en 1915. finançait principalement les activités militaires de l'Ansaldo.

39 Piero Sraffa : « The Bank Crisis in Italy », The Economic Journal, tome XXXII, juin 1922, p. 197.

40 Alessandro Roncaglia : Sraffa e la teoria dei prezzi, Laterza, 2e édition 1981, Appendice, « La rivoluzione di Sraffa », p. 174.

41 Manchester Guardian Commercial - Reconstruction in Europe, Supplément no XI, 7 décembre 1922, pp. 675-676.

42 Un compte-rendu de ce télégramme de Mussolini se trouve dans la lettre de Piero Sraffa à J. M. Keynes datée de noël 1922, conservée dans les « Keynes Papers », Marshall Library, citée par Nicholas Kaldor, « Piero Sraffa (1898-1983) », Moneta e Credito (Rome), volume XXXIX, no 155, 3e trimestre 1986, p. 328.

43 Luca Meldolesi : L’utopia realmente esistenteMarx e Saint-Simon, Laterza, 1982, Appendice « Piero Sraffa e il marxismo », p. 110.

44 « A harmless and rather dull article but a little more candid in its criticism of some of the banks than is usual ». J.M. Keynes : lettre à J.C.C. Davidson, 29 janvier 1923, citée par Pier-Luigi Porta, « Piero Sraffa (1898-1983) », Rivista internazionale di scienze economiche e commerciali (Milan), anno XXXI, no 1, janvier 1984, p. 16.

45 J.M. Keynes : lettre à J.C.C. Davidson, 29 janvier 1923, citée par Nicholas Kaldor, « Piero Sraffa (1898-1983) », Moneta e Credito, volume XXXIX, no 155, 3e trimestre 1986, p. 329.

46 Voir plus loin à ce propos, pp. 40-41.

47 Souligné par Piero Sraffa : « Opinioni », La Rivoluzione Liberale, anno II, no 31, 16 octobre 1923, p. 128. Cet article que nous avons retrouvé ne figure pas dans la liste des œuvres publiée par Alessandro Roncaglia, dans Sraffa e la teoria dei prezzi, Laterza, 2e édition, 1981, pp. 185-188, ni dans celle placée à la fin du recueil de Piero Sraffa, Saggi, Il Mulino, 1985, pp. 265-270.

48 Fabio Ranchetti : « Mattioli ”economista critico” », Rivista di storia economica (Venise), nouvelle série, volume III. no 2, juin 1986, p. 231.

49 Mattioli traduit en italien, peut-être sur le conseil de Sraffa, l’article de Keynes « The stabilisation of the European exchanges : a plan for Genoa », Manchester Guardian Commercial - Reconstruction in Europe, supplément no 1, 20 avril 1922, réédité dans Keynes, Activities 1920-1922Treaty Revision and Reconstruction, The Collected Writings, volume XVII, MacMillan, St Martin’s Press, 1977, pp. 355-369 ; traduction italienne, « La « stabilizzazione » dei cambi europei », Rivista Bancaria, mai 1922.

50 Carlo Rosselli : lettre à sa mère, 21 juillet 1923, dans Epistolario familiare - Carlo, Nello Rosselli e la madre (1914-1937), a cura di Zeffiro Ciuffoletti, Milan : Sugarco, 1979, p. 172. En 1924, il est nommé professeur à l’institut supérieur de Gênes.

51 Carlo Rosselli : lettre à sa mère, 17 janvier 1924, dans op. cit., p. 207.

52 Anna Kuliscioff : lettre à Filippo Turati, 9 juin 1924 et Filippo Turati : lettre à A. Kuliscioff, 10 juin 1924, dans Filippo Turati – Anna Kuliscioff, Carteggio, tome VI, 1923-1925, Il delitto Matteotti e l’Aventino, Turin : Einaudi, 1977, resp. pp. 280 et 284.

53 On trouve des allusions à cet institut dans les lettres d’A. Kuliscioff à F. Turati du 18 juin 1925 et de Turati à A. Kuliscioff du 22 août 1925 dans Op. cit. resp. pp. 718 et 749. Après l’assassinat de Matteotti, Carlo Rosselli adhère en juillet au P.S.U., qui sera dissous par les fascistes en novembre 1925.

54 Voir par exemple, Nicolà Tranfaglia : Carlo Rosselli dall'interventismo a « Giustizia e Libertà », Bari : Laterza, 1968, p. 168 note 25, et Zeffiro Ciuffoletti, dans Epistolario familiare - Carlo. Nello Rosselli e la madre (1914-1937), Sugarco, 1979, note p. 190.

55 Nous connaissons l’existence de ce voyage grâce à la correspondance Sraffa-Einaudi conservée à la Fondation Luigi Einaudi de Turin.

56 « Obituary - Maffeo Pantaleoni », The Economic Journal, tome XXXIV, décembre 1924, pp. 648-653. Le texte de Loria se trouve à la suite, pp. 653-654.

57 La riforma monetaria, Milan : Treves, 1925.

58 Il est peut-être contacté par Giorgio Mortara, professeur à l'« université commerciale Luigi Bocconi ». Les indications qui suivent proviennent de la bibliographie des œuvres de Piero Sraffa placée par Pierangelo Garegnani à la fin du recueil Saggi, Il Mulino, 1986, p. 268.

59 Boston : Houghton Mifflin, 1923, Giornale degli Economisa e Rivista di Statistica (Rome), 4e série, XIe année, volume LXV, 1925, pp. 389-390.

60 R.A. Lehfeldt, Money, Londres : Oxford, U. Press, 1926 ; M. Segre, Le hanche nell’ ultimo decennio, con particolare riguardo al loro sviluppo patologico nel dopo guerra, Milan : La Stampa commerciale, 1926. Giomale degli Economisti e Rivista di Statistica, 4e série, XLIe année, volume LXVI, 1926, p. 230.

61 Londres : Macdonald and Evans, 1926. Giomale degli Economisti e Rivista di Statistica, 4e série, XLIIe. année, volume LXVII, 1927, p. 610.

62 Alfred Marshall meurt en 1924. et Keynes lui consacre l’étude « Alfred Marshall - 1842-1924 », dans l'Economic Journal, septembre 1924, rééditée dans Keynes, Essays in Biography (1ère édit., 1933), The Collected Writings, MacMillan - St Martin’s Press, volume X, pp. 161-231.

63 Annali di Economia (Milan) volume II, 1925, pp. 277-328 ; trad. française de Gilbert Faccarello, « Sur les relations entre coût et quantité produite », dans Piero Sraffa, Ecrits d'économie politique, Economica, 1975, pp. 1-49.

64 Graziadei est exclu de l’université en 1926, et envoyé quelques temps en résidence surveillée ; il reprend ensuite ses études critiques sur Marx, qu’il réussit à faire publier sous le régime fasciste ; cela lui vaut, en 1928, l’expulsion du parti communiste d’Italie pour « trahison », mais il obtiendra sa réintégration en 1945. Sur les thèses de Graziadei, on peut se reporter à notre livre, Lectures italiennes de Marx - Les conflits d’interprétation chez les économistes et les philosophes, 1883-1983, Lyon : PUL, 1986, pp. 113-127.

65 Rome : Maglione e Strini, 1925, Giorgio Gattei : « In merito ad un possibile rapporto tra Sraffa e Graziadei », dans Roberto Finzi, a cura di, NeoRicardiana : Sraffa e Graziadei, Bologne : Il Mulino, 1977, pp. 216-217.

66 Lorenzo Mossa publiera L’impresa nell’ordine corporativo (Florence : Sansoni : 1935).

67 D’orientation libérale, Giuseppe-Ugo Papi, bientôt auteur des célèbres Lezioni di economia politica (1932) et futur recteur, est à l’époque enseignant à l’université et à l’Institut supérieur d’études commerciales de Rome.

68 Docteur de l’université de Pérouse, C. Grilli a suivi, à Paris, les cours d’économie sociale de Charles Gide. Il est l’auteur d’une étude sur les expériences coloniales de protectionnisme après la guerre en Afrique néo-latine.

69 A. Fraccacreta est notamment l’auteur d’une étude sur le mouvement ouvrier dans l’agriculture française.

70 « Relazione della commissione giudicatrice del concorso per professore non stabile alla cattedra di economia politica nella R. Università di Cagliari », dans Ministero della Pubblica Istruzione - Bollettino Ufficiale - Parte II - Atti di amministrazione (Rome) anno LIII, volume I, no 9, 4 mars 1926, p. 776. Les informations sur ce concours proviennent toutes de ce document.

71 « It is generally supposed that two theories for the extremes cases, perfect competition and perfect monopoly are sufficient : reality must be somewhere between. I think it can be proved that so soon as any imperfection is introduced in a System of competition (and such an imperfection in general takes the form of some sort of differentiation between the products of different producers of the same commodity) equilibrium is reached in a way extremely similar to that of monopoly and very far from that of competition ».
Lettre conservée dans les « Keynes Papers », « Marshall Library », Cambridge, publiée en majeure partie en trois passages, dans l’original anglais, par. Alessandro Roncaglia, Sraffa and the Theory of Prices, Chichester... : John Wiley and Sons, 1978, pp. 10-13.

72 The Economic Journal, tome XXXVI, décembre 1926, pp. 535-550, traduction française de Gilbert Faccarello, « Les lois des rendements en régime de concurrence », in Piero Sraffa : Ecrits d’économie politiaue, Economica 1975, pp. 51-68.

73 « Les lois des rendements en régime de concurrence », cit., p. 59.

74 Voir plus loin, p. 96.

75 « Les lois des rendements en régime de concurrence », cit., p. 51.

76 J.M. Keynes : lettre à Piero Sraffa, 25 janvier 1927, conservée dans les « Keynes Papers », Marshall Library, citée par Nicholas Kaldor, « Piero Sraffa (1898-1983) », Moneta e Credito, volume XXXIX, no 155, 3e trimestre 1986, pp. 334-335.

77 Op. cit., p. 336.

© Presses universitaires de Lyon, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search