Version classiqueVersion mobile

Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983)

 | 
Jean-Pierre Potier

Avant-propos

Note de l’éditeur

Nous avons traduit tous les passages en langue anglaise. Les passages en langue italienne sont, soit traduit par nous, soit repris de la traduction publiée, avec d’éventuelles révisions.

Texte intégral

1Depuis 1960, un débat exceptionnellement intense s’est développé au plan mondial sur un petit essai rédigé par un économiste italien installé à Cambridge, Piero Sraffa : Production de marchandises par des marchandises - Prélude à une critique de la théorie économique. Rares sont les livres qui ont suscité autant de discussions parmi les économistes du XXe siècle.

2Maurice Dobb ne s’était pas trompé en qualifiant cette œuvre à sa parution, d’un « epoch-marking book ». Peu à peu, une école « sraffienne », ou « néo-ricardienne », fondée sur l’approche en termes de « surplus », semble émerger dans la galaxie des économistes. On a vu dans le livre de Piero Sraffa les fondements d’une critique radicale de la théorie économique « néo-classique » dominante. On a cru y déceler une critique de la théorie marxiste, en particulier sur le problème de la « valeur » et la question dite de la « transformation », bien que l’auteur soit plutôt silencieux sur l’œuvre de Marx, dans son œuvre écrite fort peu abondante.

3Il était donc captivant de tenter de reconstituer l’itinéraire personnel de ce curieux penseur. Les informations précises de caractère biographique à son sujet sont assez rares, et éparpillées dans les études les plus diverses. Piero Sraffa est bien sûr l’homme qui a réalisé les travaux de longue haleine que sont l’édition critique des Œuvres complètes de Ricardo et l’essai Production de marchandises par des marchandises. Mais il n’a pas simplement le profil d’un économiste, fût-il très original. Les recherches sur sa vie révèlent que sa personnalité possède bien d’autres dimensions. Piero Sraffa a été dans sa jeunesse un militant, un journaliste révolutionnaire, puis il a aidé de toutes ses forces durant onze ans le grand théoricien marxiste et dirigeant du Parti communiste d’Italie, incarcéré par le fascisme, Antonio Gramsci. Ce dévouement, qui n’était pas sans comporter de gros risques, mérite qu’on s’y attarde quelque peu. Piero Sraffa est aussi un homme d’une très vaste culture, qui a multiplié les centres d’intérêt, capable d’engager des dialogues de très haut niveau sur de multiples questions philosophiques ou scientifiques.

4Une synthèse complète sur la vie et l’œuvre de Piero Sraffa est une entreprise nécessaire aujourd’hui, mais sans doute très difficile à mener à bien. Cet homme n’était pas un personnage public comme John Maynard Keynes. Il était très discret sur son passé, sur ses relations amicales, sur ses jugements vis-à-vis de ses contemporains, et toujours prêt à minimiser les services qu’il a pu rendre à ses amis. Son œuvre elle-même reste encore très mal connue, puisque des textes tels que ses cours des années 1928-30, à l’université de Cambridge, ne sont pas encore publiés.

  • 1 La rédaction d’un article (resté inachevé) consacré à leur amitié, est d’ailleurs à l’origine de ce (...)
  • 2 D’autres fonds d’archives ont été consultés : aux Etats-Unis, les archives Joseph Schumpeter (Harva (...)

5Ce modeste travail sur le grand intellectuel disparu à Cambridge, le 3 septembre 1983, n’est qu’un essai biographique provisoire, incomplet, susceptible de remaniements ultérieurs. En effet, la recherche d’éléments sur la vie, les relations d’amitiés, les échanges intellectuels de Piero Sraffa depuis les premières années en Italie du Nord jusqu’à la retraite silencieuse du « Trinity College » comporte beaucoup d’énigmes ; elle est parfois déconcertante. De multiples difficultés surgissent pour reconstituer certains épisodes, pour établir tel ou tel chaînon important. Nous avons délibérément privilégié les relations de Piero Sraffa avec un certain nombre de grands intellectuels des années vingt et trente, en réservant une place toute spéciale à l’amitié indéfectible pour Antonio Gramsci1. La consultation des correspondances inédites disséminées dans différents fonds d’archives nous a été précieuse. Nous mentionnerons pour l’Italie la Fondation L.Einaudi de Turin, la Fondation G.Feltrinelli de Milan et la Fondation Gramsci de Rome2.

6Je tiens à remercier bien vivement pour leurs conseils et leurs encouragements mes collègues et amis de la Faculté des Sciences économiques et de gestion de l’université Lumière - Lyon II, en particulier ceux du Centre Analyse, Epistémologie, Histoire. Je suis redevable également envers Ricardo Bellofiore, chercheur à l’université de Bergame, et Aurelio Macchioro, professeur à l’université de Padoue. Un remerciement tout particulier s’adresse aux personnes qui ont facilité mes recherches sur les correspondances : le professeur Giulio Sapelli à la Fondation Feltrinelli de Milan, le professeur Alberto Scarponi, Mme Elsa Fubini à la Fondation Gramsci de Rome, et Mme Estella Giordano-Armand-Hugon à la Fondation Einaudi de Turin.

Notes

1 La rédaction d’un article (resté inachevé) consacré à leur amitié, est d’ailleurs à l’origine de ce livre. Nos premières recherches sur cette question remontent aux années 1977-1978. A l’époque, nous avions eu la chance de rencontrer deux anciens collaborateurs de L’Ordine Nuovo, et de les interroger sur le jeune Piero Sraffa : Andrea Viglongo à Turin, et Alfonso Leonetti à Rome, aujourd’hui décédés.

2 D’autres fonds d’archives ont été consultés : aux Etats-Unis, les archives Joseph Schumpeter (Harvard University Archives, Cambridge, Mass.), et au Canada les archives William Jaffé (York University Archives, Downsview, Ontario).

© Presses universitaires de Lyon, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search