Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Conclusion

Texte intégral

1Après cette longue étude, il est temps de livrer un certain nombre de réflexions, pour conclure.

I – Le statut des lectures

2Nous avons procédé à un examen de seize interprétations de Marx depuis un siècle, en respectant la discipline d’origine des auteurs, l’économie politique et la philosophie. Nous avons vu que les lectures de Marx proposées sont de différents types. Elles émanent de philosophes, d’économistes universitaires, ou encore de marxistes « militants » ayant suivi une formation philosophique (Gramsci et les « ouvriéristes »). Les lectures des « marxistes » se placent soit sur le terrain de la philosophie soit sur le terrain du « matérialisme historique » comme science de l’histoire, y compris la théorie économique de Marx. Dans ce dernier cas, les analyses restent abstraites et se bornent alors à poursuivre l’effort de conceptualisation sans déboucher sur une confrontation avec le réel, par exemple sur une application à la formation sociale italienne. Bien que ce ne soit pas notre sujet d’étude, on peut noter cependant que c’est le cas en fait de la quasi-totalité de nos auteurs marxistes étudiés. Ce phénomène renvoie à la division du travail chez les marxistes, les uns se spécialisant dans les questions théoriques, les autres se spécialisant dans les études de conjoncture concrète. Chez nos lecteurs, un seul refuse cette division : il s’agit d’Antonio Gramsci qui, dans ses Cahiers de prison, livre des réflexions intéressantes sur la question méridionale, la naissance du capitalisme italien, mais de manière éparse. On ne trouve pas d’auteurs liant systématiquement de manière organique, réflexion théorique et analyse concrète comme par exemple, au début du XXe siècle, Rosa Luxembourg (L’accumulation du Capital, ou Rudolf Hilferding, (Le Capital financier).

3Les lectures des critiques de Marx elles-aussi se placent sur différents terrains (la philosophie, l’économie ou les deux ensembles). Il existe une grande variété d’attitudes, depuis le rejet « anti-marxiste » de Pareto jusqu’aux tentatives « récupératrices » ou « conciliatrices ». Chez les économistes en effet, nous avons vu que les concepts et instruments d’analyses marxistes pouvaient être « récupérés » en tant que « noyau sain » d’une nouvelle analyse de type « hétérodoxe ». Par exemple, Antonio Graziadei rejette la théorie de la valeur mais veut conserver la « théorie du surtravail ». Claudio Napoleoni (entre 1963 et 1965), refuse lui-aussi la théorie de la valeur mais conserve la théorie de l’aliénation et reprend la notion d’exploitation, mais avec une autre signification que celle de Marx. La volonté « conciliatrice » est importante à propos de la théorie économique de Marx, chez les auteurs critiques. Par exemple, Graziadei veut combiner Marx avec Alfred Marshall, Benedetto Croce juxtapose l’analyse marxiste et l’analyse marginaliste de la valeur et du profit. Enfin les économistes d’après la seconde guerre mondiale vont concilier Marx avec Sraffa (par exemple Garegnani, Lippi).

  • 1 Il faut toutefois remarquer que, dans le cas de Gramsci, on peut admettre qu’il existe deux « lect (...)

4On remarque d’autre part que, jusqu’à Gramsci, les auteurs ne proposent que des lectures uniques1 ; par contre, après Gramsci, apparaît le phénomène de la « relecture » souvent « autocritique ». Un interprète peut ainsi proposer deux ou trois « lectures », soit toutes « marxistes », soit traduisant le passage de la « critique de Marx » au « marxisme », ou l’inverse. On peut évoquer ici les cas de Della Volpe, Colletti, Napoleoni, que nous avons examinés. Les exemples de Colletti et de Napoleoni sont très significatifs à cet égard, puisque sur une période d’environ quinze ans, ils proposent successivement deux lectures « marxistes » et une « lecture critique de Marx », mais dans un ordre opposé. En effet, Colletti part du marxisme pour aller vers la « critique de Marx » et Napoleoni part de la « critique de Marx » pour aller vers le marxisme.

5Les marxistes et les critiques adoptent diférentes attitudes devant l’œuvre de Marx. Nous avons pu dégager trois types de positions. La première entend préserver l’unité de la pensée et cherche à éviter tout découpage, sauf pour des motifs d’exposition. La seconde vise à mettre en évidence la cœxistence, pacifique ou conflictuelle, entre « deux Marx ». La troisième enfin, consiste à retenir au sein de l’œuvre un seul aspect, jugé le plus important, le plus essentiel : c’est l’interprétation « réductrice ». Encore faudrait-il distinguer différents degrés de réduction. Les lectures « unitaires » (philosophie et nouvelle science de l’histoire) sont le fait de deux marxistes, Labriola et Gramsci. La position « dualiste » est la première apparue historiquement en Italie, puisqu’elle est proposée par Achille Loria dès 1883 : « Marx philosophe et sociologue » et « Marx éconnomiste ». Elle est suivie par celle de Croce : « matérialisme historique » et « économie marxiste » (ou sociologie économique). Dans le second après-guerre, Colletti repropose à nouveau une dichotomie : « Marx économiste » et « Marx critique de l’économie politique » (puis « philosophe »). Napoleoni s’en inspire dans ses derniers écrits (1975-1978). L’interprétation « réductrice » apparaît cependant largement prédominante chez nos lecteurs de Marx. « Marx économiste » exclusivement, est proposé par Pareto et Graziadei dans les années 1890, puis à nouveau dans les années 1960-1970 par Napoleoni sauf pour ses derniers écrits, Garegnani et Lippi. Gentile et Mondolfo se réclament de « Marx philosophe ». Avec Della Volpe nous voyons surgir Marx fondateur d’une méthodologie scientifique, et avec Colletti, Marx comme « sociologue », et analyste du « présent », de la formation sociale capitaliste. La première version de cette dernière conception va inspirer Panzieri et Tronti, à l’époque des Quaderni Rossi. Enfin avec Tronti de la période de Classe Operaia et Negri, Marx est le fondateur d’une « science ouvrière ».

6Il convient maintenant de nous interroger sur les thèmes spécifiques abordés par nos auteurs.

II – Les grands thèmes affrontés

7Notre étude montre que les lecteurs de Marx depuis un siècle ont concentré leur réflexion sur un nombre limité de thèmes. Jusqu’à Gramsci, les principaux domaines de réflexion sont les suivants :

  • la philosophie de Marx (Loria, Labriola, Gentile, Mondolfo, Gramsci) ;
  • la différence entre la pensée de Marx et celle d’Engels, sur la question de la dialectique (Mondolfo, pour l’essentiel) ;
  • la méthode marxiste (Labriola) ;
  • le « matérialisme historique », les rapports structure-superstructures, et l’Etat (Labriola, Gramsci) ;
  • la valeur, l’exploitation, la « transformation » (Loria, Pareto, Graziadei, Labriola, Croce) ;
  • la loi de baisse tendancielle du taux de profit (Croce, Gramsci).

8Privilégier certains thèmes conduit naturellement à concentrer l’examen sur certaines œuvres, ou parties d’œuvres, jugées essentielles, et donc à écarter d’autres écrits. Pour les lectures jusqu’à Gramsci, l’intérêt se porte principalement sur les écrits suivants : la Sainte-Famille, les thèses sur Ludwig Feuerbach, le Manifeste du Parti Communiste, la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique (1859), le Capital, Livre 1er (en particulier le chapitre 1er sur la question de la « valeur »), le Capital, Livre 3 (en particulier les sections 2 sur la « transformation » et 3 sur la baisse tendancielle du taux de profit). Enfin, d’Engels, l’Anti-Dühring, Ludwig Feuerbach, et les « Lettres philosophiques » (1890-94).

9Il s’agit pour l’essentiel d’écrits de maturité, les œuvres de jeunesse (1843-1844) étant totalement inconnues à l’époque. Toutefois certains auteurs s’intéressent bien davantage aux textes des années 1845-46 (Gentile et Mondolfo) qu’au Capital.

  • 2 Panzieri se penche en outre sur le procès de production (technologie, rapports de production, et p (...)

10Après Gramsci, la philosophie de Marx n’est pas fondamentalement abordée. Parmi les thèmes on retrouve : les différences entre la pensée de Marx et celle d’Engels au sujet de la dialectique, la méthode marxiste (Della Volpe), la valeur, l’exploitation et la « transformation » (Colletti, Napoleoni, Garegnani, Lippi, Tronti) et la baisse tendancielle du taux de profit (Negri). Le thème de la dynamique du capitalisme (déjà abordé par Gramsci) est réexaminé par Panzieri2, Tronti, mais dans une perspective non économiste. Parmi les textes privilégiés de cette période, on peut mentionner : la Critique de droit politique hégélien, (1843), les Manuscrits de 1844, le Capital, livre 1er (chapitre 1er, mais aussi la section 4 sur la « plus-value relative »), le Capital, livre 3 (section 2 sur la « transformation »), certains passages des Grundrisse (par exemple sur l’aliénation), et des Théories sur la plus-value (par exemple sur le fétichisme).

11Les écrits de jeunesse sont maintenant connus. Mais les interprètes ne vont pas opposer le jeune Marx au Marx de la maturité comme on l’a tenté dans d’autres pays comme la France. Ils vont au contraire essayer de démontrer la continuité de l’œuvre. Elle est située, par exemple, à partir de 1843 chez Della Volpe en ce qui concerne la « dialectique scientifique », et à partir de 1844 chez Lucio Colletti et Claudio Napoleoni pour l’« aliénation » du travail, et chez Mario Tronti pour la thèse de l’antériorité de la classe ouvrière par rapport au capital. Par delà les différences de présupposés philosophiques et théoriques entre les auteurs, on constate une très grande continuité dans le choix des thèmes abordés.

  • 3 Le cas de la rente foncière est particulièrement significatif dans un pays où le poids de l’agricu (...)

12Le « matérialisme historique » fait l’objet de multiples éclairages. Par contre, on remarque que le nombre de thèmes est particulièrement restreint en ce qui concerne la théorie économique de Marx. La théorie de la valeur occupe une place toute privilégiée, puisqu’elle est discutée systématiquement chez les économistes et fait l’objet de contributions importantes de la part de certains philosophes (Croce et Colletti). Privilégier certains thèmes revient à éliminer d’autres champs possibles de réflexion. Parmi les aspects importants de la théorie économique de Marx qui n’ont pu bénéficier de contributions marquantes, on peut indiquer les problèmes de l’accumulation du capital, de la reproduction élargie, des crises, de la rente foncière3.

13Délaisser des thèmes, revient à négliger des textes et des parties de l’œuvre de Marx. Parmi les textes importants largement sous-estimés par les lectures italiennes, on relèvera :

  • des sections entières du livre 1er du Capital comme, par exemple, toute la section 7 (« le procès d’accumulation du capital ») qui inclut notamment les développements sur l’« accumulation primitive » ;
  • le Livre 2 du Capital : les schémas de la reproduction ne sont jamais discutés, par exemple en rapport avec la question des crises ;
  • des sections du livre 3 du Capital, en particulier les sections 4, 5 et 6 (capital commercial, intérêt, rente foncière) ;
  • de nombreuses parties des Théories sur la plus-value (travail productif, crises...) et des Grundrisse4.

14Les choix et les refus de ces thèmes sont le fait d’économistes et aussi de philosophes. A ce propos on peut livrer un certain nombre de remarques au sujet de la « sortie » de la discipline d’origine, donc de la rupture du cloisonnement rendu inévitable par la spécialisation du travail universitaire. Les économistes sont tout naturellement portés à discuter de la théorie économique de Marx, et les philosophes de sa philosophie. Cependant on notera qu’avant Gramsci, la « sortie »est particulièrement importante. En effet, l’économiste Achille Loria discute du « matérialisme historique », tandis qu’Antonio Labriola et surtout Benedetto Croce, abordent des questions économiques et se documentent sur les derniers développements de la pensée économique (marginalisme). De plus, Croce livre des réflexions importantes sur la théorie de la valeur et sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. Après Gramsci, nous retrouvons un tel phénomène. Par exemple, Della Volpe discute de la méthode de l’économie politique, et Colletti de la théorie de la valeur, tandis que Napoleoni affronte la question du « travail aliéné » chez le jeune Marx. Cependant, en raison de la spécialisation accrue sur le plan universitaire, la « sortie » prend un caractère beaucoup moins ambitieux qu’auparavant. Les philosophes connaissent mal l’évolution récente de la pensée économique, tandis que les économistes hésitent à se lancer dans des développements sur la philosophie ou le « matérialisme historique ». Pour l’ensemble de nos auteurs, on remarquera que la « sortie » est relativement plus aisée pour les philosophes que pour les économistes ; ainsi Pareto, Graziadei, Garegnani, Lippi ne livrent-ils aucune réflexion en dehors de la théorie économique marxiste. De plus, l’intérêt, certes limité, de Napoleoni pour des questions non strictement économiques provient du fait que sa formation intellectuelle présente un caractère très original : il a étudié la philosophie à l’Université, et il est autodidacte en économie politique.

15On peut livrer quelques remarques maintenant en ce qui concerne l’organisation des discussions chez nos auteurs. Sur le plan purement formel, nous avons affaire à trois types de confrontation des points de vue :

  • le débat, dans l’instant, est assez peu fréquent5. On notera à ce propos le cas d’une polémique en 1962 sur les thèses de Della Volpe.
  • la controverse engagée sur plusieurs années. On la trouve entre Loria et Engels, sur la valeur, puis entre Loria, Croce, Gramsci sur le « matérialisme historique », et entre Croce et Gramsci sur la baisse tendancielle du taux de profit.
  • le dialogue historique : il s’agit sans doute de la forme dominante de la confrontation des points de vue. Par exemple, la discussion sur la philosophie de Marx de Labriola à Gramsci.
  • 6 On notera cependant que seul Giulio Pietranera s’intéresse à cette approche, mais il se bornera co (...)

16On peut relever que certains thèmes suscitent des affrontements assez vifs. Ceci est vrai tout spécialement jusqu’à Gramsci : par exemple la question du « matérialisme historique » comme science de l’histoire (Loria, Croce, Gramsci), la théorie de la valeur (Loria, Engels) et la baisse tendancielle du taux de profit (Croce, Gramsci). Par contre, d’autres thèmes n’engendrent pas d’interventions, de polémiques violentes. Ainsi l’interprétation de la méthode marxiste chez Della Volpe ne suscite-t-elle pas de réaction parmi les économistes6. En outre nous avons constaté le phénomène frappant du « silence » sur l’œuvre d’Antonio Gramsci, la non discussion des thèses qu’il soulève au sujet de la philosophie, du « matérialisme historique » comme science, et de la baisse tendancielle du taux de profit. Les lectures de Marx de l’après seconde guerre mondiale semblent vouloir tirer un trait sur toutes les interprétations proposées jusqu’à la période du fascisme.

17Après cet examen des thèmes, il convient maintenant de nous pencher sur la spécificité des lectures.

III – La spécificité des lectures

18Les lectures que nous avons examinées dans ce travail revêtent un caractère original, spécifique, tant sur le plan de l’interprétation de la philosophie de Marx que sur celui du « matérialisme historique » comme science de l’histoire, et de la théorie économique marxiste.

  • 7 Nous avons vu cependant que ce type d’interprétation apparaît déjà chez Achille Loria, économiste (...)
  • 8 Le terme est proposé par Enzo Santarelli, dans La revisione del marxismo in Italia, Feltrinelli, 1 (...)

19D’une manière générale, les contributions doivent tout d’abord être rattachées aux développements de la philosophie italienne depuis la première moitié du XIXe siècle. Le poids de l’hégélianisme est très fort en son sein, avec l’« hégélianisme napolitain » des années 1860-70, puis avec le « néo-idéalisme » (Croce, Gentile) qui exerce son hégémonie sur la vie culturelle jusqu’en 1945. Dans ce contexte, vont apparaître des lectures qui présentent Marx comme un hégélien, du moins inconséquent car « idéaliste né » avec Giovanni Gentile ; un tel jugement va être repris plus tard par Lucio Colletti dans une autre perspective7. Le rapport Hegel-Marx va être posé en termes de continuité, bien davantage qu’en termes de rupture (par exemple Mondolfo et Gramsci). Jusqu’au second après-guerre mondiale, les interprètes ont beaucoup de réticences à considérer la philosophie marxiste comme « matérialiste ». Labriola penche pour le matérialisme avec son « réalisme », Mondolfo envisage un « réalisme expérimental », et Gramsci hésite entre le réalisme de Labriola et une sorte de réalisme expérimental. Enfin, on a pu voir dans les apports de Labriola et de Gramsci la constitution d’une tradition marxiste spécifiquement italienne, que l’on fait généralement remonter à Giambattista Vico : le courant dit « historiciste ». Certains commentateurs parlent même à ce sujet d’un « italo-marxisme »8. Par contre, après la seconde guerre mondiale, le « néo-idéalisme » se trouve en crise dans la culture italienne, et de nouvelles préoccupations se font jour. Le « néo-rationalisme » se développe, et des penseurs tels que Galilée se trouvent mis à l’honneur. Dans ce nouveau contexte, des lectures de Marx vont se réclamer cette fois du « matérialisme », comme on peut le constater avec les contributions de Della Volpe, de Colletti, mais aussi des « ouvriéristes » (Panzieri, Tronti). L’« école dellavolpienne » va s’opposer à la tradition « historiciste », et tenter d’établir des liens entre Galilée et Marx.

  • 9 Sur la période du dernier quart du XIXe siècle à 1950, on peut se reporter à l’anthologie de Massi (...)
  • 10 Auteur de « Lineamenti di una teoria della espansione delle economie progressive » (Economia inter (...)
  • 11 Auteur d’un célèbre modèle présenté dans « Fluttuazioni cicliche e sviluppo economico » (L’Industr (...)
  • 12 Comme le montre par exemple les témoignages et les communications au Colloque « Keynes in Italia » (...)

20De même, les « lectures » de la théorie économique de Marx doivent être rattachées à l’évolution de l’économie politique théorique en Italie, depuis le dernier quart du XIXe siècle. On peut peut-être expliquer de cette manière pourquoi la théorie de la valeur occupe une place centrale dans les discussions, et pourquoi tant d’autres domaines de réflexion ne reçoivent pas l’attention qu’ils auraient dû légitimement recevoir. Si l’on se réfère à l’évolution de la pensée économique italienne depuis le dernier quart du XIXe siècle, jusqu’à nos jours9, on constate que les études concernant la valeur et les prix occupent une place très importante. Dans les vingt cinq dernières années du XIXe siècle, les « socialistes de la chaire » font paraître des histoires des théories italiennes de la valeur. A partir du début du XXe siècle, le développement de l’école marginaliste donne lieu à de très nombreux travaux sur l’équilibre partiel et général, à la suite des écrits de Pantaleoni, Walras, Pareto. On peut citer quelques noms : Enrico Barone, Pasquale Jannaccone, Antonio Graziadei, le jeune Sraffa. Durant la période du fascisme (1922-1944), on trouve encore beaucoup de recherches sur des questions d’équilibre, auxquelles s’ajoutent l’analyse de l’« économie corporative ». Après la seconde guerre mondiale, l’intérêt pour les questions d’équilibre partiel et général ne se dément pas. La question des oligopoles est étudiée par exemple par Paolo Sylos Labini et Siro Lombardini. Cependant, les préoccupations à caractère « dynamique » commencent à se faire jour. Luigi Amoroso, avec sa Meccanica economica (1942), et Marco Fanno10 tentent de développer la théorie parétienne dans une perspective dynamique. Une approche d’un autre type apparaît chez Giovanni Demaria avec ses Materiali per una logica del movimento economico (1953 et 1955) qui mettent en relief les rôles respectifs des facteurs économiques et extra-économiques. On peut mentionner aussi les travaux de Paolo Sylos Labini, ancien élève de Joseph Schumpeter. La théorie des cycles, fortement négligée auparavant, suscite dans l’après-guerre un certain intérêt, chez Marco Fanno, avec La teoria delle fluttuazioni cicliche (1947), Vito Marrama, mais aussi chez Luigi Pasinetti de formation anglo-saxonne11. On notera également l’accueil tardif de la Théorie Générale de John-Maynard Keynes, à la différence de ses travaux antérieurs, beaucoup mieux reçus, en raison de l’importance de la théorie de l’équilibre économique général en Italie, mais aussi des critiques sévères de la part de quelques grands économistes comme Luigi Einaudi et Giovanni Demaria12. Vers la fin des années cinquante, les travaux sur l’équilibre prennent un contenu critique. Il faut indiquer à ce sujet les travaux d’Augusto Graziani, et surtout ceux de Pierangelo Garegnani. Durant les années soixante, un intérêt croissant mais non spécifique à l’Italie, se manifeste pour la théorie des prix de Piero Sraffa. D’une manière générale, il apparaît que la théorie économique italienne a surtout concentré son intérêt sur l’« équilibre », et que les aspects dynamiques sont venus relativement tard. La pensée économique italienne diffère beaucoup sur ces points de la pensée allemande et autrichienne qui accordent à l’inverse une grande importance depuis le début du XXe siècle aux questions de dynamique. Le thème de la valeur a donc été privilégié dès l’introduction de Marx par Loria en 1883 et cet intérêt ne s’est pas démenti jusqu’à aujourd’hui chez les adeptes de Piero Sraffa. Les problèmes de l’accumulation du capital, du cycle et des crises, n’ont pas attiré l’attention des économistes, plus ou moins proches du marxisme, à l’inverse de ce qui s’est produit par exemple en Allemagne, ou en Russie. De plus, on ne trouve pas en Italie de théoricien qui aurait tenté une confrontation entre le marxisme et la pensée keynésienne. Les seules confrontations auxquelles nous avons assisté ont concerné le marginalisme et l’œuvre de Sraffa.

IV – Lectures « classiques » et lectures « vulgaires »

21Après notre examen d’un certain nombre d’interprétations italiennes de Marx depuis un siècle, il semble important dans la perspective d’un travail en histoire de la pensée économique, de procéder à un « classement » historique de ces lectures. Il nous a paru intéressant de tenter d’appliquer à nos auteurs, des critères proches de ceux que Marx a utilisés pour juger l’évolution de l’économie politique jusqu’à son époque.

  • 13 Très peu de commentateurs se sont intéressés de près à l’approche de Marx en histoire de la pensée (...)

22On sait que Marx, au travers de diverses allusions éparses dans les écrits de la maturité, distingue trois grandes étapes dans l’histoire de la pensée économique13 : le « Mercantilisme », l’« Economie politique classique » et l’« Economie politique vulgaire ».

a – Le « Mercantilisme »

  • 14 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 317.

23Le « système mercantile » ou « système monétaire » apparaît dans la période d’essor du « capital commercial » et de l’« accumulation primitive ». Il se situe du XVIe au XVIIe siècle et se livre à la « première étude théorique du mode de production moderne », mais en envisageant uniquement la sphère de la circulation14. Marx considère en bloc ce courant, qui néanmoins, est loin de posséder une parfaite unité.

b – L’« Economie politique classique »

  • 15 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 93, note 32.
  • 16 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, p. 588 ; voir aussi p. 589.
  • 17 Manuscrits de 1857-58, Ed. Sociales 1980, tome 1, p. 3. Voir aussi Contribution à la critique de l (...)
  • 18 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1974, tome 1. Resp. p. 37 et pp. 443-44. Marx déclarait (...)
  • 19 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, pp. 18-19 et 126.
  • 20 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1975, tome 2, p. 129 ; voir aussi tome 3, p. 60.
  • 21 Postface à la deuxième édition allemande (1873) au Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 13

24Apparue à la fin du XVIIe siècle, « époque des manufactures », elle se développe jusqu’aux trente premières années du XIXe siècle. Elle est née dans la période où la bourgeoisie lutte contre le féodalisme pour imposer un nouveau mode de production. Avec cette école, l’économie politique devient véritablement une « science spéciale ». L’« économie politique classique » cherche en effet « à analyser la connexion interne des rapports de production bourgeois »15, même si par ailleurs, les travaux de ses représentants peuvent présenter des « éléments vulgaires » (comme par exemple ceux d’Adam Smith). Elle « tente, par l’analyse, de ramener les différentes formes (Formen) de la richesse (...) à leur unité interne et de les dépouiller de la forme (Gestalt) qu’elles revêtent et où elles apparaissent côte à côte, indifférentes les unes des autres ; (elle) veut comprendre leur connexité interne en la distinguant de la multiplicité des formes phénoménales »16. Pour la Grande-Bretagne, elle comprend les auteurs allant de William Petty à Ricardo et pour la France de Boisguillebert à Sismondi17. En Grande-Bretagne, il faut inclure des économistes tels que Dudley North, John Locke, James Steuart, Adam Smith et David Ricardo. En France, ses porte-paroles sont les « Physiocrates », dont le « système » est le « premier à analyser la production capitaliste et à présenter comme éternelles lois naturelles de la production, les conditions dans lesquelles du capital est produit et dans lesquelles le capital produit ». Ils ramènent la valeur et la plus-value à la production, mais en même temps, ils retombent dans le « mercantilisme », en expliquant le profit de l’industrie comme « profit upon alienation »18. En Grande-Bretagne, une période de transition entre l’« économie politique classique » et l’« économie politique vulgaire » prend place entre 1820-1830. Il s’agit de la « grande époque métaphysique de l’économie politique anglaise »19. Comme représentants, il faut mentionner tout d’abord Thomas-Robert Malthus, qui a le « mérite » vis-à-vis des « professeurs d’harmonie de l’économie bourgeoise » de souligner la « désharmonie »20, mais qui ramène l’économie politique au stade antérieur à celui de Ricardo et même des Physiocrates. On y trouve ensuite les tenants de la « désagrégation de l’Ecole de Ricardo » (James Mill, Robert Torrens, John Stuart Mill, Ramsay Mac Culloch). Marx considère John Stuard Mill comme un « éclectique » qui cherche à concilier « économie classique » et « économie vulgaire »21, tandis que Mac Culloch appartient déjà pleinement à l’« économie vulgaire ». En même temps, durant cette période vont arriver les critiques des « socialistes ricardiens » (P. Ravenstone, T. Hodgskin....), et des « socialistes utopiques » (R. Owen...).

c – L’« économie politique vulgaire »

  • 22 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 93, note 32 ; voir aussi Marx, Lettre à F. Engels, 27 (...)
  • 23 Le recensement de ces phases tenté par Henryk Grossmann, dans Marx, l’économie politique classique (...)

25Elle apparaît comme l’expression de la bourgeoisie triomphante, dans un contexte historique où se développent les luttes de classes. Elle s’intéresse non pas à la « connexion interne », mais à la « connexion apparente » des « rapports de production bourgeois » et « ne cesse de remâcher le matériau fourni depuis longtemps par l’économie scientifique, pour faire comprendre de façon plausible les phénomènes dits les plus grossiers, et répondre aux besoins domestiques bourgeois, en se limitant du reste à systématiser, pédantiser et proclamer vérités éternelles les représentations banales et auto-satisfaites que les agents bourgeois de la production se font de ce qui est pour eux le meilleur des mondes, le leur »22. De plus, elle se fait l’apôtre de la célèbre « formule « trinitaire » (Capital-profit, travail-salaire, terre-rente) qui caractérise la doctrine des trois facteurs de production. Plusieurs phases doivent être distinguées dans ce courant23 :

  • la première phase est représentée en France par Jean-Baptiste Say et en Grande-Bretagne par Ramsay Mac Culloch. Marx souligne que Say apparaît encore comme un « critique et neutre »24.
  • la seconde phase naît dans les années 1830-1840, et revêt un caractère « apologétique ». Elle est représentée en Grande-Bretagne par Thomas Chalmers (vulgarisateur de Malthus), Nassau Senior, etc..., aux Etats-Unis par Henry Carey, en France par Pellegrino Rossi (successeur de Say au Collège de France), et Frédéric Bastiat, auteur des célèbres Harmonies Economiques (1848).
  • une troisième phase dans les années 1840, avec la « forme professorale » : Marx vise ici l’« école historique » allemande, et en particulier le « Thucydide de l’économie politique », Wilhelm Roscher25.
  • 26 Pour Jevons et Menger, voir Engels, Préface au Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 14, et p (...)

26Après la mort de Marx, Engels ajoutera une nouvelle phase de l’économie vulgaire, avec l’œuvre de W.S.Jevons, Karl Menger et Vilfredo Pareto26.

27Est-il possible d’appliquer un découpage historique semblable pour classer l’ensemble de nos lecteurs qui se réclament soit du marxisme, soit de la critique de Marx ? Nous allons tenter cette expérience en distinguant trois types de lectures et en précisant à chaque fois nos critères : des lectures que nous appellerons, faute de mieux, « préclassiques », des lectures « classiques » et des « lectures vulgaires ».

a – Les lectures « préclassiques »

28Nous considérons « préclassiques » les premières contributions introductives, qui en restent à un niveau relativement superficiel. L’accès à l’œuvre de Marx, au début des années 1880, est encore limité, et peu de textes sont connus et traduits en italien. Dans cette catégorie, il faut placer les lectures des économistes, en gros entre 1883 et 1895 environ : Achille Loria et Vilfredo Pareto. Graziadei se situe lui aussi dans ce courant, bien que sa lecture se prolonge au delà de 1895. Ces travaux fournissent une approche soit « réductrice » (« Marx économiste ») soit « dualiste » comme dans le cas particulier de Loria ; cependant ils mettent d’ores et déjà l’accent sur certains problèmes qui ne seront reconnus comme essentiels que plus tard, par exemple, les rapports Hegel-Marx, ou la question de la « transformation » chez Loria.

b – Les lectures « classiques »

29Nous entendons par lectures « classiques » celles qui proposent un accès à Marx beaucoup plus approfondi, même si les premières d’entre elles sont encore largement introductives (Labriola). Les auteurs ont maintenant accès à des œuvres essentielles de Marx et découvrent progressivement les textes demeurés longtemps inédits. Ils tentent d’aborder les différents aspects de sa pensée. La recherche d’ordre philologique est relativement poussée, et les textes utilisés sont longuement travaillés. En outre, les auteurs prennent connaissance de la littérature disponible sur le marxisme en Italie et à l’étranger. Les lectures « classiques » deviennent assez souvent des pôles de référence obligés pour certaines controverses ou discussions, et elles peuvent même avoir aussi un écho international, débouchant parfois sur des traductions. Il ne s’en suit pas cependant que ces contributions soient systématiquement en situation de dialogue historique en Italie. Nous avons vu à ce propos l’absence de discussions au sujet des problèmes de fond soulevés par Gramsci sur des questions de philosophie et de la science de l’histoire. Les approches de Marx sont très variées ; elles peuvent être « unitaires » (Labriola, Gramsci), mais aussi « dualistes » (Croce) et très souvent « réductrices ». Par contre, la tentative chez les marxistes de lier la réflexion théorique et la réalité concrète n’apparaît que chez Gramsci et partiellement chez Panzieri. Compte tenu de ces remarques, on peut considérer que les lectures « classiques » s’échelonnent sur la période de 1895 à 1969 environ. Elles émanent de philosophes ou de « marxistes militants » (Gramsci, Panzieri). On doit cependant distinguer deux phases, séparées par le fascisme et la seconde guerre mondiale : une première phase avec Labriola, Croce, Gentile, Mondolfo, et Gramsci (1895-1935) et une seconde phase avec Della-Volpe (1950-1967), Colletti (pour les périodes 1958-1962 et 1967-1969) et Panzieri.

c – Les lectures « vulgaires »

30Nous entendons par lectures « vulgaires » des contributions qui n’envisagent plus l’ensemble de l’œuvre de Marx (philosophie, « matérialisme historique », théorie économique). De plus, elles ne prennent pas en compte les acquis des lectures « classiques » (et d’ailleurs ne se déterminent pas par rapport à elles, sauf à de rares exceptions). Par exemple, Napoleoni s’inspire des travaux de Colletti des années 1967-69. On ne trouve plus d’apport fondamental du point de vue des textes étudiés. La recherche d’ordre philologique est beaucoup moins soutenue, et elle aboutit à placer au cœur de l’interprétation des passages isolés de leur contexte dans l’œuvre de Marx. Les auteurs manifestent ici une volonté souvent « récupératrice », et parfois même « liquidatrice », par exemple Colletti pour ses derniers travaux. D’une manière générale, ces lectures ne semblent pas faire date, devenir des pôles de référence, bien que parfois elles obtiennent un succès passager, comme dans le cas des interprétations de Marco Lippi et d’Antonio Negri.

31Les approches de Marx sont soit « dualistes » (Colletti et Napoleoni depuis 1975), soit le plus souvent « réductrices » (« Marx économiste », ou « science du prolétariat » pour les « ouvriéristes » Tronti et Negri). Si nous nous reportons à nos intellectuels italiens, nous constatons que ces lectures s’étendent de 1963 environ jusqu’à nos jours et émanent de philosophes, d’économistes et aussi de marxistes « militants ». On peut ranger dans cette catégorie, les auteurs suivants : Napoleoni (depuis 1963), Tronti (1964-66), Negri (depuis 1967), Colletti (depuis 1970), Garegnani (depuis 1972), Lippi (depuis 1974). On relèvera que de 1963 à 1969, les lectures « vulgaires » cœxistent avec les lectures « classiques » de Colletti, et Della Volpe. Il est difficile de cerner différentes phases successives de lectures « vulgaires ». On peut noter que la lecture « ouvriériste » de Tronti et de Negri possède un caractère apologétique, et transforme le marxisme en une idéologie de la révolte ouvrière.

32La première partie de notre travail est consacrée à l’examen des lectures « préclassiques » puis des lectures « classiques » apportées par les philosophes (première phase), tandis que la seconde nous fait passer des lectures « classiques » (seconde phase) aux lectures « vulgaires » fournies par les économistes et les « ouvriéristes ». En passant des lectures « classiques » aux lectures « vulgaires », le marxisme est peut être victime de son succès. En effet, les lectures « vulgaires » se développent précisément durant la période historique (années soixante) où il va atteindre sa diffusion maximale dans les divers secteurs de la culture italienne, pénétrant tant dans la philosophie que dans toutes les sciences sociales.

33Certes, depuis les années soixante-dix, le panorama change notablement et le « marxisme diffus » tend à régresser quelque peu sans pour autant disparaître totalement. A l’heure actuelle, il n’existe plus de grand penseur proposant un développement ou une critique originale de Marx. Certains intervenants « vulgaires » écrivent encore sur Marx comme Colletti ou Napoleoni ; d’autres au contraire ont complètement renoncé (Lippi, Tronti, Negri). Le marxisme connaît un recul important dans la culture italienne depuis la seconde moitié des années soixante-dix, même s’il subsiste sous diverses formes diffuses. Ce phénomène à mettre en relation avec la persistance de la crise économique, sociale, politique, morale en occident n’est pas spécifique à l’Italie ; on le retrouve en effet dans les principaux pays industriels où le marxisme avait pénétré dans de larges couches d’intellectuels. Il laisse la place à divers courants d’orientation principalement anti-rationalistes.

34Nous avons tenté dans ce travail de dresser un bilan, certes partiel et imparfait, des lectures italiennes de Marx depuis un siècle, mais il reste sans doute encore beaucoup d’éléments à découvrir dans un pays où la vie intellectuelle riche, intense et pleine de rebondissements, nous offre tant de multiples facettes.

Notes

1 Il faut toutefois remarquer que, dans le cas de Gramsci, on peut admettre qu’il existe deux « lectures », la première se manifeste à l’état allusif et dispersée, dans les articles de jeunesse, non étudiés dans ce travail, et la seconde dans les Cahiers de prison.

2 Panzieri se penche en outre sur le procès de production (technologie, rapports de production, et planification dans l’usine).

3 Le cas de la rente foncière est particulièrement significatif dans un pays où le poids de l’agriculture reste très fort jusqu’aux années cinquante. Toutefois Antonio Graziadei a livré quelques réflexions à ce sujet dans les années vingt.

4 Bien entendu il ne faut pas sous-estimer le problème de l’accès matériel à tel ou tel ouvrage, soit dans l’original allemand, soit dans la traduction italienne.

5 On peut mentionner qu’il existe quelques débats non étudiés dans le cadre de ce travail, à la fin du XIXe siècle sur la théorie de la valeur chez Achille Loria et sur la théorie de la paupérisation, à partir de la controverse Bernstein-Kautsky, dans la Critica Sociale. Plus récemment un débat sur la théorie de la valeur a eu lieu dans la revue Rinascita en 1978.

6 On notera cependant que seul Giulio Pietranera s’intéresse à cette approche, mais il se bornera comme nous l’avons déjà indiqué à une « défense et illustration » de l’analyse dellavolpienne.

7 Nous avons vu cependant que ce type d’interprétation apparaît déjà chez Achille Loria, économiste de formation positiviste.

8 Le terme est proposé par Enzo Santarelli, dans La revisione del marxismo in Italia, Feltrinelli, 1964, 2e édition 1977, p. 25.

9 Sur la période du dernier quart du XIXe siècle à 1950, on peut se reporter à l’anthologie de Massimo Finoia ; Il pensiero economico italiano-1850-1950, Cappelli, 1980. Pour la période depuis 1950, on trouve quelques indications dans le rapport pour le « Comitato per le scienze politiche e sociali », préparé par Augusto Graziani et Siro Lombardini, a cura di, Gli studi di economia in Itatta, Ed. di Comunità, 1975. Ce rapport constitue seulement un simple repérage thématique, et il est souvent très injuste vis-à-vis de certains économistes marquants de l’après-guerre italien par exemple, Giovanni Demaria.

10 Auteur de « Lineamenti di una teoria della espansione delle economie progressive » (Economia internazionale, mai et août 1956).

11 Auteur d’un célèbre modèle présenté dans « Fluttuazioni cicliche e sviluppo economico » (L’Industria, no 1, janvier-mars, 1960).

12 Comme le montre par exemple les témoignages et les communications au Colloque « Keynes in Italia » (Florence, juin 1983).

13 Très peu de commentateurs se sont intéressés de près à l’approche de Marx en histoire de la pensée économique, et les approches caricaturales prédominent. Le recueil d’études Marx et l’économie politique - Essais sur les Théories sur la plus-value, PUG-Maspero, 1977, ne livre aucune réflexion à ce propos.

14 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 317.

15 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 93, note 32.

16 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, p. 588 ; voir aussi p. 589.

17 Manuscrits de 1857-58, Ed. Sociales 1980, tome 1, p. 3. Voir aussi Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 30.

18 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1974, tome 1. Resp. p. 37 et pp. 443-44. Marx déclarait dans la Misère de la philosophie : « Quesnay a fait de l’économie politique une science » (Ed. Sociales, 1968, p. 113).

19 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, pp. 18-19 et 126.

20 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1975, tome 2, p. 129 ; voir aussi tome 3, p. 60.

21 Postface à la deuxième édition allemande (1873) au Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 13.

22 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 93, note 32 ; voir aussi Marx, Lettre à F. Engels, 27 juin 1867, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 8, Ed. Sociales 1981, p. 397.

23 Le recensement de ces phases tenté par Henryk Grossmann, dans Marx, l’économie politique classique et le problème de la dynamique, Champ Libre, 1975, pp. 45-52, contient des erreurs et des simplifications abusives.

24 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, p. 590.

25 Op.cit., pp. 490-491. Marx consacre des « Notes marginales » vers 1881 à la critique d’un représentant de la « jeune école historique » allemande, Adolf Wagner. Engels polémique contre Achille Loria en Italie qu’il classe dans les « socialistes de la chaire ».

26 Pour Jevons et Menger, voir Engels, Préface au Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 14, et pour Pareto, voir la Lettre à Karl Kautsky, 3 novembre 1893, dans Marx-Engels, Werke, tome 39, Dietz Verlag, 1968, p. 162.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search