Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Deuxième partie. Les interprétations de la pensée de Marx depuis Gramsci

Chapitre VI. Marx passe au crible de l’« ouvriérisme »

Texte intégral

1Ce dernier chapitre est consacré à une série de contributions originales qui appartiennent au courant désigné du nom d’« ouvriérisme », ou « opéraisme » (« operaismo »). Ses tenants se réclament tous du « marxisme militant », qui n’a d’aileurs pas eu d’autres représentants théoriques depuis Antonio Gramsci. Ces nouvelles « lectures » se réclament d’une approche dite « subjectiviste ». En premier lieu nous examinerons l’apport du fondateur de ce courant, Raniero Panzieri, qui lit le Capital en se plaçant sur le terrain de l’usine moderne, au stade du « néo-capitalisme ». Il envisage la technologie comme l’expression des rapports de production capitalistes. Ensuite on s’attachera aux « lectures » de deux représentants d’une seconde version de l’« ouvriérisme », qui accentue encore l’orientation « subjectiviste ». Mario Tronti propose une analyse qui place la classe ouvrière au cœur de la dynamique du capitalisme. Antonio Negri, quant à lui, en étudiant la théorie marxiste des crises propose une interprétation fondée sur la loi de baisse tendancielle du taux de profit.

SECTION I : RANIERO PANZIERI ET LA NAISSANCE DE L’INTERPRETATION « OUVRIERISTE »

  • 1 Il s’agit au départ d’une accusation lancée par leurs adversaires politiques au sein de la gauche. (...)

2Raniero Panzieri, fondateur de l’« ouvriérisme »1, publie ses principaux travaux à l’époque où Lucio Colletti est encore « dellavolpien », et où Voir note 1, page suivante.

3Claudio Napoleoni fonde avec Franco Rodano la Rivista Trimestrale. 1961-1964 sont des années charnières, car durant cette période, l’Italie passe du « miracle » aux premières difficultés économiques. Depuis le début des années soixante, on assiste à un renouveau des luttes ouvrières, en particulier dans les grandes villes du Nord, telles que Milan et Turin.

  • 2 On trouvera des indications biographiques dans la « Cronologia de Stefano Merli, dans Panzieri, L’ (...)
  • 3 Opinione (Bologne) paraît seulement de 1956 à 1957. Cette revue, animée par de jeunes intellectuels (...)
  • 4 Mondo operaio, no 2, 1958, trad. française, « Sept thèses sur le contrôle ouvrier », dans Critique (...)

4Né à Rome, dans une famille israëlite convertie au catholicisme, Raniero Panzieri, (1921-1964), termine ses études secondaires dans cette ville, à la veille de la seconde guerre mondiale2. Ecarté des universités d’Etat en raison des lois raciales promulguées par Mussolini en 1938, il s’inscrit en 1940 à l’Université du Latran au Vatican, « Pontificum Institutum Utriusque Juris », pour y suivre principalement des cours de droit. Sa formation culturelle est assez diversifiée, et cas plutôt rare pour l’époque, n’inclut pas le courant du « néo-hégélianisme » (Croce et Gentile). Sur le plan philosophique, il s’intéresse tout particulièrement, vers 1941-1942, à l’existentialisme chrétien de Nicolas Berdiaev, ainsi qu’au thème de la liberté chez Dostoïevski. Vers 1943-1944, il prend connaissance de quelques textes de Marx ; dans cette première approche, il envisage le marxisme comme philosophie de l’émancipation humaine et de la liberté. Ce type d’interprétation apparaît largement parmi les intellectuels qui vont se rallier au marxisme à la fin de la seconde guerre mondiale avec l’effondrement du régime fasciste. On le retrouve dans le premier livre de la période marxiste de Galvano Della Volpe, Théorie marxiste de l’émancipation humaine (1945). En même temps, Panzieri milite dans le mouvement ouvrier ; il adhère au nouveau Parti socialiste reconstitué, alors le P.S.I.U.P., et collabore à la revue théorique du parti, Socialismo, qui paraît de 1945 à 1947. En 1945, il soutient brillamment à la Faculté de Droit d’Urbino une thèse sur « L’utopie révolutionnaire au XVIIIe siècle - Le Code de la Nature de Morelly (1755) », sous la direction du philosophe existentialiste qui rejoindra ultérieurement le marxisme, Arturo Massolo. Dans les années suivantes, la conception du marxisme de Panzieri doit beaucoup aux analyses de son ami Rodolfo Morandi (1902-1955). Morandi, auteur en 1931 de la célèbre étude historique et économique, Storia della grande industria in Italia, représente l’« aile gauche » du Parti socialiste italien. Ministre de l’industrie en 1946-1947, il favorisera la création de la S.V.I.M.E.Z. (« Associazione per lo sviluppo dell’ industria nel Mezzo-giorno »). Ses écrits de l’après-guerre mettent l’accent sur le thème de la démocratie directe et des conseils ouvriers. Panzieri retiendra de son œuvre l’importance au moment de la subjectivité, de l’action, et le refus de tout dogmatisme. Une seconde influence, non négligeable mérite d’être indiquée, celle de Galvano Della Volpe. A l’initiative de ce dernier, notre théoricien obtient un poste de chargé de cours de philosophie du droit à la Faculté des lettres et de philosophie de l’Université de Messine, où il va enseigner de 1948 à 1951. En 1949, il tente de fonder une revue avec Dalla Volpe, Critica Materialista, pour y développer une interprétation « scientifique » du marxisme ; ce projet ne verra pas le jour. A cette époque, le philosophe s’apprête à publier son ouvrage fondamental, la Logica corne scienza positiva (1950). Cependant, Panzieri n’appartiendra jamais véritablement à l’« école dellavolpienne », à la différence de Mario Tronti. En 1951, il n’est pas renouvelé dans ses fonctions à l’Université de Messine pour des motifs d’ordre politique, à la suite de sa participation au mouvement d’occupation des terres déclenché par les paysans siciliens en 1950-1951. A partir de cette date, il décide d’abandonner l’enseignement pour se consacrer pleinement à des activités militantes au sein du Parti socialiste italien, dans lequel il va occuper différents postes de responsabilité. Il s’installe à Rome, et en 1953-54, il fait paraître sa traduction du livre 2 du Capital. Il publie également un recueil d’écrits de jeunesse de Marx en 1954 et La situation de la classe laborieuse en Angleterre de F. Engels, en 1955. Il rédige des articles de politique et de culture pour diverses revues, en particulier pour la revue théorique du Parti socialiste italien, Mondo Operaio qu’il va diriger en 1957-58 avec Pietro Nenni et pour Opinione3. Il complète sa formation culturelle, en se plongeant dans les travaux de la sociologie industrielle américaine et de la littérature consacrée aux grandes firmes. D’autre part, il s’intéresse à l’« École de Francfort » en particulier à l’œuvre de Theodor W. Adorno, auteur en 1951 de Minima Moralia - Réflexions sur la vie mutilée, et de Friedrich Pollock, auteur d’un célèbre livre sur l’automation. En 1958, il rédige avec Lucio Libertini, « Sette tesi sulla questione del controllo operaio »4, document qui remet en cause la stratégie politique de la gauche dans l’après-guerre et affirme la nécessité de la mise en place de formes de « contrôle ouvrier ». Ce texte va déclencher un débat très important dans toute la presse socialiste et communiste. Panzieri devient, de 1958 à 1963, rédacteur puis consultant de la maison d’édition Einaudi à Turin. En 1959, il s’éloigne progressivement du Parti socialiste italien et commence à mettre sur pied un groupe de réflexion sur le travail ouvrier, en prenant pour base de recherche le cas de la Fiat. Parmi ses membres, en général sociologues ou philosophes, on peut mentionner à Turin, Vittorio Rieser et Dario Lanzardo. Un groupe identique se met en place à Rome, avec notamment Mario Tronti, Alberto Asor Rosa. L’année suivante, ces intellectuels de Turin et de Rome se réunissent régulièrement pour discuter de l’analyse du capitalisme contemporain. Au séminaire d’études d’Agape, en août 1961, Panzieri présente un important rapport, « Relazione sul neocapitalismo ». Le groupe décide alors de lancer une revue théorique et politique, les Quaderni Rossi, dont le premier numéro sort à Turin en octobre 1961. Il contient l’étude « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », dans laquelle notre théoricien livre la première synthèse de sa nouvelle lecture du Capital. Le premier numéro de la revue, qui va recevoir un écho notable parmi les travailleurs turinois, en particulier ceux de la Fiat, fait l’objet d’un texte de présentation en mars 1962, « Lotte operaie nello sviluppo capitalistico ». En juin 1962, Panzieri rédige une série de « thèses », en collaboration avec Mario Tronti. L’année suivante, des divergences à la fois théoriques et politiques éclatent au sein du groupe, en particulier sur l’appréciation des luttes ouvrières des années 1961-1962. Il en résulte une scission ; une équipe de militants rassemblés autour de Mario Tronti, quitte les Quaderni Rossi, et va fonder en 1964 la revue Classe operaia. Panzieri, qui poursuit la publication de la revue avec des militants fidèles, rédige un important essai en 1963, « Plus-valore e pianificazione - Appunti di lettura del Capitale ». Peu de temps avant sa mort prématurée en 1964, il rédige une intervention pour un séminaire de travail des Quaderni Rossi, « Uso socialista dell’ inchiesta operaia ».

5Nous examinerons les écrits de la période 1961-1964 qui développent une lecture « ouvriériste » de Marx. Tout d’abord, il est nécessaire de fournir quelques précisions sur l’approche générale du marxisme proposée dans ces textes. Les articles publiés dans les Quaderni Rossi ne livrent guère d’indications à ce sujet. Cependant, grâce à diverses remarques éparses et allusives, nous pouvons mettre en place quelques points de repère.

  • 5 Panzieri : Lettre à Luciano Della Mea, 18 août 1964, publiée dans Aut-Aut (Milan), no 149-150, sep (...)
  • 6 Resp. « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », Quaderni Rossi, no 5, avril 1965, p. 69. « Tesi (...)

6Raniero Panzieri refuse de considérer le marxisme comme une philosophie ou une « conception du monde », rejoignant ici les préoccupations de 1’« école dellavolpienne ». Il repousse la conception gramscienne du marxisme ; son « historicisme » ou « hégélo-marxisme » ne lui paraît d’aucune utilité dans le contexte du capitalisme actuel5. Ce point de vue sera partagé par d’autres théoriciens de l’« ouvriérisme » italien, tels que Mario Tronti et Antonio Negri. Notre théoricien accepte la définition du marxisme comme « sociologie », fournie par Della Volpe, et surtout Lucio Colletti et en se référant à Lénine. Il va reprendre chez Colletti l’idée de l’« unité d’économie et de sociologie » à propos du Capital. En temps que « critique de l’économie politique », ce livre est une « ébauche de sociologie ». Toutefois, Panzieri apporte un complément capital à la définition « dellavolpienne » : le marxisme représente une « sociologie conçue comme science politique, comme science de la révolution » et il est « unité d’économie, sociologie et politique »6. A l’époque de Marx, le marxisme se présentait comme une « critique de l’économie politique » ; aujourd’hui, il faut entamer une « critique de la sociologie », car elle joue aujourd’hui le rôle de principale science sociale, en remplacement de l’économie politique, qui a exercé une suprématie aux XVIII-XIXe siècle avec l’« école classique ». En effet :

  • 7 « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », p. 71.

« Dans un premier temps, le capitalisme a besoin surtout d’étudier son propre mécanisme de fonctionnement ; dans un second temps, lorsqu’il est plus mûr, il a besoin au contraire d’entreprendre l’examen du consensus, des réactions sociales qui découlent de ce mécanisme »7.

  • 8 « Relazione sul neocapitalismo » (1961) dans La ripresa del marxismo-leninismo, Sapere, 1973, p. 1 (...)

7Cela ne signifie pas qu’il faille condamner en bloc la « sociologie bourgeoise » comme « pure idéologie ». Il faut au contraire en faire une appréciation critique de manière analogue au travail de Marx réalisé sur l’économie politique. La « sociologie bourgeoise » propose en effet des « analyses scientifiques » qui, bien souvent, surpassent le marxisme. Panzieri évoque ici Max Weber, mais aussi la « sociologie du travail », sans fournir de précisions8.

8Quelle est maintenant la position de notre théoricien sur la dialectique ? Tout d’abord, il partage la critique d’Engels réalisée par Lucio Colletti : le compagnon de Marx tombe dans l’Anti-Dühring dans une « métaphysique dialectique » :

  • 9 « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », p. 69.

« La science de la dialectique, applicable aux sciences physiques comme aux sciences sociales, est évidemment une négation de la sociologie comme science spécifique, et au contraire par rapport à celle-ci recrée une métaphysique, qui est autant la métaphysique du mouvement ouvrier que la métaphysique du têtard et de la grenouille »9.

  • 10 Voir par exemple « Dagli appunti di lavoro », (1963), notes préparatoires rour « Plus-valore e pia (...)

9Toutefois, Panzieri ne va pas reprendre l’interprétation dellavolpienne de la dialectique marxiste, car il admet l’existence de « contradictions » objectives dans la réalité historique10.

10Sa lecture de Marx repose sur la dissociation entre le « marxisme vivant » et le « marxisme mort », tout en se défendant de rejoindre les tentatives « révisionnistes », comme par exemple, celle de Benedetto Croce. Il existe tout d’abord un « marxisme mort », qui peut être localisé dans différents textes. Un premier exemple est fourni par la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, dans laquelle on trouve l’affirmation suivante :

  • 11 Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 5. « Plus- (...)

« Une formation sociale ne disparaît jamais avant que soient développées toutes les forces productives qu’elle est assez large pour contenir, jamais des rapports de production nouveaux et supérieurs ne s’y substituent avant que les conditions d’existence matérielles de ces rapports soient écloses dans le sein même de la vieille société »11.

11Ce texte ne fait d’ailleurs aucune mention de la lutte des classes. Un second cas, encore plus caractéristique, est représenté par l’Anti-Dühring d’Engels qui, comme on l’a vu, propose une « scolastique de la dialectique », ainsi qu’un « matérialisme général ». Un troisième exemple se trouve au sein même du Livre 1er du Capital, dans le chapitre XXIV, paragraphe 7, qui expose la « tendance historique de l’accumulation capitaliste ». Dans un passage, Marx évoque l’expropriation des producteurs indépendants et des petits capitalistes engendrée par la concentration des capitaux, ainsi que l’accroissement de la misère, de l’oppression, pour les travailleurs. Il ajoute :

  • 12 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 856. Panzieri fait implicitement allusion à ce passag (...)

« La centralisation des moyens de production et la socialisation du travail atteignent un point où elles deviennent incompatibles avec leur enveloppe capitaliste. On la fait sauter. L’heure de la propriété privée capitaliste a sonné. On exproprie les expropriateurs »12.

12Ce texte, tout comme la Préface à la Contribution, révèle un « objectivisme fataliste ». Le système capitaliste s’autodétruit par l’évolution des forces productives, sans l’intervention de la lutte des classes ; d’ailleurs les ouvriers ne peuvent transformer leur sort : ils subissent l’accroissement de la misère, de la paupérisation absolue, de l’esclavage.

  • 13 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 338.

13Mais à l’opposé, il existe un « marxisme vivant », qui accorde un rôle décisif à la lutte des classes dans l’histoire, et qu’on peut découvrir non seulement dans des textes comme le Manifeste du Parti Communiste, mais également dans le Capital. Ainsi, par exemple, au chapitre VIII du Livre 1er (« la journée du travail »), Marx montre l’antagonisme de classe à l’œuvre sur la question de la durée journalière du travail, et à la fin, il appelle les ouvriers à se dresser contre le capital13. Un haut lieu du « marxisme vivant » est constitué, par la section 4 consacrée à la « plus-value relative » (chapitre X à XIII). Ces pages doivent être lues à la lumière de l’usine moderne. Le groupe des Quaderni Rossi entend en effet privilégier l’usine dans la recherche théorique. On parlera en Italie à ce propos de « fabbrichismo ». Dans les écrits de Panzieri rédigés pour cette revue, deux thèmes centraux se dégagent sur la période 1961-1964 : le premier semble laisser progressivement la place au second. Tout d’abord, ces essais examinent le problème de la technologie, du progrès technique, dans une optique marxiste ; ils montrent que ce phénomène dans le mode de production capitaliste ne peut être séparé des rapports sociaux de production. En second lieu, ils abordent la question de la périodisation du capitalisme en distinguant des étapes successives de « planification du capital ».

I – Technologie et rapports de production capitalistes

  • 14 Parmi ses représentants, on peut citer Edmond Giscard d’Estaing, auteur de l’article « le néo-capi (...)

14Avant d’examiner l’argumentation de Panzieri, il convient de situer brièvement le contexte de sa nouvelle « lecture » du Capital. Il entend conduire son étude de Marx sur la base du capitalisme contemporain, souci partagé par les autres théoriciens de l’« ouvriérisme », au départ de l’expérience des Quademi Rossi, tels que Mario Tronti. La dynamique du mode de production capitaliste après 1945 repose sur l’extension du taylorisme et du fordisme dans le secteur industriel. Cette étape de la « rationalisation » ne peut être appréhendée uniquement sous l’angle de la mise en place de nouvelles machines et de nouvelles formes d’organisation du travail (chaînes). En effet, elle se caractérise aussi par une restructuration permanente de l’organisation du travail, ce qui est source de conflits. De plus, certaines formes d’automatisation font apparition durant les années cinquante, par exemple pour l’exécution de certaines opérations de contrôle. La croissance de la productivité du travail permet la mise en place dans les principaux pays occidentaux d’une nouvelle « norme de consommation ». L’Italie du « miracle économique » ne présente évidemment pas toutes les caractéristiques que l’on peut déceler dans des pays comme les Etats-Unis ; de plus la dynamique industrielle se situe principalement au Nord (Turin, Milan) où un nouveau type d’ouvrier fait apparition, l’« ouvrier-masse » (« operaio-massa »), l’ouvrier déqualifié, le plus souvent émigré du Mezzogiorno, qui travaille sur les chaînes de montage comme celle de la Fiat à Turin. Les « ouvriéristes » tels que Panzieri sont bien conscients dans une certaine mesure, du « retard » de leur pays, mais ils estiment qu’il se situe lui-aussi au stade de ce qu’ils nomment le « néocapitalisme ». Ce terme répandu surtout dans les années cinquante et soixante, en particulier au sein de la gauche italienne, pour désigner le capitalisme contemporain, a fait apparition en France dans les années vingt, mais avec un tout autre sens. Il désignait en effet à l’époque, une doctrine formulée par les milieux patronaux destinée à rajeunir l’« individualisme ». Ce courant était favorable dans une certaine mesure à la croissance du syndicalisme ouvrier et à l’instauration d’une politique de « hauts salaires », à l’« américaine » ; de plus, il préconisait certaines formes d’actionnariat ouvrier14.

15Panzieri, théoricien du « néo-capitalisme », étudie la question du progrès technique. Tout d’abord, il se livre à une critique des conceptions dites « objectivistes » au sein, ou proche, du marxisme en Italie. En même temps, il montre que la technologie n’est qu’une expression des rapports de production capitalistes.

a – La critique de l’interprétation « objectiviste »

  • 15 Il ne faut pas confondre ces « idéologies » avec les « idéologies néo-capitalistes » dont Panzieri (...)
  • 16 « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », Quaderni Rossi, no 1, 1961, p. 60.
  • 17 Silvio Leonardi (né en 1914), membre du P.C.I. est l’auteur d’un rapport au colloque de l’Institut (...)
  • 18 Cité par Panzieri dans « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neo-capitalismo », pp. 57-59.

16Panzieri, dans ses essais des Quaderni Rossi, critique les « idéologies « objectivistes » et « économistes » » répandues dans le mouvement ouvrier depuis la seconde guerre mondiale et défendues par les porte-paroles des syndicats et partis de gauche italiens, sur la question du progrès technologique et du phénomène de l’automation15. Les tenants de ces approches s’appuient sur la lecture de textes de Marx évoqués plus hauts, dans lesquels le rôle moteur dans le développement historique revient aux « forces productives », possédant leurs lois internes d’évolution. Les rapports de production, « formes de développement » des forces productives, représentent uniquement une coquille, une enveloppe qui doit tôt ou tard éclater. L’opposition entre les forces productives et les rapports de production s’analyse simplement en terme de « « non correspondance » technique » 16. Par conséquent, le développement de la technologie et des formes de rationalisation du travail et de planification, au niveau des entreprises capitalistes obéit à des lois qui lui sont propres, commandées par une rationalité objective, « neutre » par rapport au mode de production capitaliste. Pour un auteur tel que Silvio Leonardi, auteur de « Progresso tecnico e rapporti di lavoro » (1957)17, le taylorisme, la parcellisation des tâches, représente une phase « douloureuse » mais nécessaire et transitoire vers un stade où vont se recomposer de manière unitaire les travaux parcellaires. La requalification qu’implique l’automatisation va permettre de libérer l’homme des limites imposées par « le milieu et par les possibilités physiques ». Il est donc possible d’affirmer que « la base technique » d’un mode de production supérieur existe déjà, et que par conséquent, il suffit de remplacer les rapports de production capitalistes par de nouveaux rapports, constituant une enveloppe plus adéquate. Les machines seront alors soumises à une « utilisation socialiste ». Certes, Leonardi reconnaît en même temps que l’« utilisation capitaliste » de celles-ci provoque quelques « distorsions »18 ; cependant, cette réflexion représente seulement un ajout à sa thèse principale. De plus, l’optique « objectiviste » qui accepte la « rationalité » capitaliste, va en toute logique situer l’action revendicative non pas au niveau de l’usine, mais au niveau social, dans la sphère de la répartition (les salaires) et de la consommation. Notre penseur voit aussi dans cette position l’influence des conceptions keynésiennes.

  • 19 « Lotte operaie nello sviluppo capitalistico » dans « La ripresa del Italia marxismo-leninismo in (...)
  • 20 « Relazione sul neocapitalismo », dans op. cit., pp. 186-188.

17D’une manière générale, on peut dire que ces thèses révèlent une soumission à l’« objectivité du capital », à la « fausse objectivité » et une imperméabilité à celle de la classe ouvrière19. On a là une référence implicite à l’approche développée par Georg Lukacs, dans Histoire et conscience de classe (1923), ouvrage fort apprécié de Panzieri comme en témoignent les allusions à la théorie de la « réification » et aux remarques sur la « rationalisation du travail » (taylorisme) fondée sur la « possibilité de calcul »20. Selon notre théoricien, il est difficile pour un marxiste d’admettre que 1’« utilisation capitaliste des machines » représente une simple distorsion d’un développement technologique « rationnel » en soi. Bien au contraire, cette « utilisation » détermine complètement ce développement. De plus, comme l’indique le Capital à propos de la grande industrie fondée sur la machinerie,

  • 21 Ed. Sociales, 1983, p. 475 (la traduction de Joseph Roy de ce passage du Livre 1er du Capital est (...)

« la dextérité et la minutie du travailleur sur machine vidé de sa substance en tant qu’individu, disparaissent tel un minuscule accessoire devant la science, devant les énormes forces naturelles et le travail social de masse, dont le système des machines est l’incarnation et qui fondent avec lui la puissance du « maître » (master) »21.

  • 22 Ce long passage du « chapitre du capital » se trouve dans les Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociale (...)

18Panzieri se réfère également aux Grundrisse dont les Quaderni Rossi (no 4, 1964) vont publier un extrait, « Fragment sur les machines », qui traite du rôle de la science dans le mode de production capitaliste, mais aussi des possibilités de libération de l’homme par le « temps libre »22. En approfondissant cette perspective, on peut reconstituer le point de vue le plus authentique de l’auteur du Capital, le Marx « vivant » par delà les interprétations « objectivistes » et « économistes ».

b – La technologie comme expression des rapports de production capitalistes

19Des éléments de réponse à la position « objectiviste » se trouvent, selon Panzieri, au Livre 1er du Capital, en particulier dans la quatrième section, consacrée à la « production de la plus-value relative ». Le procès de production capitaliste, se caractérise par le fait que :

  • 23 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 374.

« La force productive sociale du travail se développe gratuitement, une fois que les travailleurs ont été placés dans des conditions déterminées, et c’est le capital qui les place dans ces conditions. Comme la force productive sociale du travail ne coûte rien au capital, et comme, d’autre part, elle n’est pas développée par le travailleur avant que son travail n’appartienne lui-même au capital, elle apparaît comme une force productive que le capital possède par nature, comme sa force productive immanente »23.

20Avec la fabrique et la « fabrique automatique » (ou usine), le moyen de travail, la machine, s’oppose à l’ouvrier lorsque sa « force productive » est incorporée au capital ; en d’autres termes, le « travail mort » domine le « travail vivant ». « Procès de travail » et « procès de valorisation » sont liés étroitement et le progrès technologique représente un mode d’existence du capital. Le progrès technologique et la croissance du volume de moyens de production par travailleur exige un contrôle absolu de la part du capitaliste. On constate dans le développement historique une croissance régulière de son « autorité ». Dans l’optique marxienne :

  • 24 Souligné par R.P., « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », p. 56. Les deux p (...)

« le plan du capitaliste est la figure idéale par laquelle on oppose aux ouvriers salariés « la connexion entre leurs travaux » - « pratiquement, le plan est l’autorité du capitaliste, puissance d’une volonté étrangère ». Donc le développement de la programmation capitaliste est strictement lié au développement de l’utilisation capitaliste des machines. Au développement de la coopération, du procès de travail social, correspond dans la direction capitaliste, le développement du plan comme despotisme. Dans l’usine, le capital affirme d’une manière toujours croissante son pouvoir « comme législateur privé ». Son despotisme est sa planification « caricature capitaliste de la régulation sociale du procès de travail » »24.

  • 25 Souligné par R.P., « Plus-valore e pianificazione », resp. pp. 267 et 271.
  • 26 Raniero Panzieri ne s’interroge pas sur le statut (philosophique, « scientifique »...) de ce conce (...)

21Le plan est donc synonyme de despotisme, exercé au nom de la « rationalité » et la « loi du plan » s’identifie à la « loi de la plus-value ». Il en découle que, contrairement à l’interprétation « objectiviste », on ne peut envisager une autre utilisation des machines en opérant un simple renversement des rapports de production. En effet, « les rapports de production sont à l’intérieur des forces productives ; celles-ci ont été « formées » par le capital »25. La volonté du capital est présente dans la « machine » qu’il ne faut pas concevoir de manière empirique, comme une chose, mais qui englobe aussi l’organisation capitaliste du travail et les techniques d’intégration des travailleurs (« human relations »). Les ouvriers subissent l’exploitation et par voie de conséquence, l’« aliénation du travail », plus précisément l’aliénation par rapport au produit et par rapport aux conditions du travail, comme l’indiquait Marx dans les Manuscrits de 1844, texte qu’il ne faut cependant pas « surévaluer », car il contient en même temps une « vision historico-philosophique » de l’humanité et de l’histoire26. Toutefois, cette situation d’« aliénation » va permettre à l’ouvrier une « prise de conscience » du rapport de subordination et d’exploitation imposé par le capital.

  • 27 Dans les Quaderni Rossi, attribuer le rôle de détermination aux seuls rapports de production revie (...)
  • 28 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 366-375.

22Que faut-il penser de cette démarche ? Cette analyse de la question de la technologie aboutit à poser le problème des rapports entre les forces productives et les rapports de production d’une manière radicalement nouvelle en Italie. Elle remet en cause en effet la séparation courante au sein du marxisme, et évidemment aussi chez les théoriciens italiens, entre les forces productives qui représenteraient un contenu (actif) et les rapports de production qui représenteraient une forme, une enveloppe (passive). A partir de là, les risques d’« économisme » sont nombreux. La lecture du Capital de notre théoricien montre que la position de Marx est en fait beaucoup plus complexe que ne le laisse croire un texte comme la célèbre Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique. Les rapports de production pénètrent les forces productives et celles-ci matérialisent les rapports de production. Cette « lecture » devrait conduire logiquement à la remise en cause de la thèse de la détermination « en dernière instance » des seules forces productives ; cette détermination devrait être attribuée à l’unité contradictoire (et non identité) forces productives rapports de production, qui va s’exprimer dans la lutte des classes27. Par contre, la « lecture » de Panzieri paraît beaucoup moins convaincante sur la question de la « planification » comme « despotisme ». La position de Marx dans le chapitre XI du Livre 1er du Capital consacré à la « coopération » semble plus complexe. Elle distingue en effet le principe de la « coopération » qui appartient à plusieurs modes de production, et sa forme particulière dans le cadre spécifique du capitalisme. Le travail prend la « forme coopérative » lorsqu’un certain nombre de travailleurs agissent ensemble comme force collective « dans un but commun et d’après un plan concerté ». Une « direction » est alors nécessaire pour assurer les « fonctions générales » (par exemple, la surveillance) car « un orchestre a besoin d’un chef ». La coopération » permet d’augmenter les valeurs d’usage pour un laps de temps de travail moindre, à la différence de ce que l’on obtient avec des tâches exécutées individuellement28. Par suite de la soumission du travail coopératif au capital, la « direction » va acquérir des caractères spécifiques. Elle doit tout à la fois coordonner le procès de travail coopératif et en même temps organiser l’exploitation de la force de travail. Marx nous indique à ce propos :

  • 29 Op. cit., p. 373.

« Ainsi, si la direction capitaliste est, quant à son contenu, duale, du fait de la dualité du procès de production à diriger, qui est d’une part procès de travail social en vue de la fabrication d’un produit, et d’autre part procès de valorisation du capital, quant à sa forme elle est despotique. Avec le développement de la coopération sur une plus grande échelle, ce despotisme développe ses formes caractéristiques »29.

23Il en résulte que la position de l’auteur du Capital ne peut se réduire sous peine d’« applatissement » à une pure et simple assimilation : plan = despotisme = extraction de la plus-value. Cette identification apparaît clairement chez Panzieri lorsqu’il affirme :

« le plan du capitaliste est la figure idéale par laquelle on oppose aux ouvriers « la connexion entre leurs travaux » - « pratiquement, le plan est l’autorité du capitaliste (...) ».

  • 30 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 373. La traduction française J. Roy est erronée sur c (...)

24Dans le passage où il extrait cette phrase, Marx parle du « plan » et non du « plan du capitaliste »30. La position de notre penseur conduit à confondre le procès de travail avec le procès de valorisation, et n’envisager que le second.

II – Vers un « capitalisme planifié »

  • 31 Auteur d’ouvrages de management des entreprises, depuis The concept of the corporation, John Day, (...)
  • 32 Cet ancien conseiller du Président Roosevelt à l’époque du New Deal est l’auteur de nombreux ouvra (...)

25Tout en se livrant à des développements sur la question de la technologie capitaliste, Panzieri propose des réflexions sur la dynamique du capitalisme et la question de sa périodisation. Il entend réaliser une étude critique de ce qu’il nomme les « idéologies néo-capitalistes », désignant sous ce vocable les diverses théories économiques et sociologiques sur le thème de la « société opulente », qui se répandent en Italie à partir du milieu des armées cinquante. Il vise tout particulièrement les écrits de John Strachey, de John-Kenneth Galbraith, de Peter F. Drucker31 et surtout d’Adolf A. Berle32. Selon ce dernier, le capitalisme classique du XIXe siècle a fait place au XXe siècle au « corporate capitalism » ou « capitalisme sociétaire ». Les grandes sociétés par actions dominent la vie économique et leur propriété se trouve divisée à l’infini, tandis que leur direction revient à une « technocratie impartiale », dont le pouvoir est contrôlé par l’opinion publique. La concurrence sauvage a fait place à une certaine « planification » du marché. Panzieri se livre à une évaluation critique de ces « idéologies » et retiendra tout particulièrement l’idée de la « planification », thème qui est d’ailleurs d’actualité dans l’Italie du début des années soixante avec la politique de « programmation » tentée par le gouvernement de « centre-gauche ».

  • 33 « Plus-valore e pianificazione », pp. 264-266 et 271. Il convient de noter que Panzieri se sert du (...)

26Nous avons vu que pour notre théoricien la coopération capitaliste se traduit par le « despotisme du capital » et la planification. Il estime que durant tout le développement de ce mode de production le capital étend, renforce sa domination sur une masse croissante de forces de travail, et donc accroît son « despotisme ». Il en résulte une « planification » croissante dans l’unité de production (direction, surveillance, coordination). Simultanément, on assiste à une résistance accrue de la part des ouvriers. Ce mode de production traverse plusieurs stades. Au stade de la manufacture, prend naissance le « capitalisme de concurrence ». Marx indique qu’il existe d’une part un « despotisme » (plan) dans la division (technique) du travail, dans l’unité de production, et d’autre part une « anarchie » dans la division sociale du travail33. Ce schéma se trouve proposé dans la partie du chapitre XII du Livre 1er du Capital consacrée à la division du travail dans la manufacture et dans la société. Marx renvoie ici à un passage de la Misère de la philosophie qui traitait des différences entre le « régime féodal et corporatif » et le système de la manufacture :

  • 34 Souligné par K.M., Misère de la philosophie, Ed. Sociales, 1968, p. 143, et Livre 1er du Capital, (...)

« On peut même établir en règle générale, que moins l’autorité préside à la division du travail dans l’intérieur de la société, plus la division du travail se développe dans l’intérieur de l’atelier, et plus elle y est soumise à l’autorité d’un seul. Ainsi l’autorité dans l’atelier et celle dans la société, par rapport à la division du travail, sont en raison inverse l’une de l’autre »34.

27Les limites de la production sur le mode artisanal se font rapidement sentir (production de plus-value absolue par l’allongement de la journée de travail...). Aux stades suivants de la « fabrique », et de la « fabrique automatique » ou de l’« usine » moderne, où prend place la production de la plus-value relative, la planification capitaliste du procès de production atteint ses plus hauts degrés. La science est alors intégrée au capital, et les machines s’opposent aux ouvriers comme une « puissance qui les domine ». La « loi de la plus-value » fonctionne véritablement comme « loi du plan » ; le « despotisme du capital » apparaît de plus en plus comme « despostisme de la rationalité ». Il semble clair ici que pour Marx :

  • 35 « Plus-valore e pianificazione », p. 270.

« Les « contradictions immanentes » ne sont pas dans les mouvements de capitaux, ne sont pas « internes » au capital : la seule limite au développement du capital n’est pas le capital lui-même, mais la résistance de la classe ouvrière »35.

  • 36 Op. cit., pp. 284-285.
  • 37 « Relazione sul neocapitalismo », p. 176 ; voir aussi « Plus-valore e piani-ficazione », p. 271 et (...)

28A partir du stade de la « fabrique », l’« aspect anarchique » dans la sphère de la production provient de la résistance ouvrière, de son « insubordination », de son refus de la rationalité capitaliste. Dans le cadre du « capitalisme concurrentiel » décrit au Livre 1er du Capital, le « despotisme » (plan) règne dans l’unité de production (manufacture, fabrique, usine) tandis que l’« anarchie » règne dans la « société », dans la sphère de la circulation. Dans cette dernière sphère, apparaissent des crises cycliques36. Marx ne livre pas de réflexions sur le « capitalisme mono-oligopoliste », cependant il a l’intuition que la tendance du capitalisme est au « dépassement de la concurrence ». On en a la preuve, selon Panzieri, dans divers passages indiquant que ce mode de production va atteindre le « stade du capital par actions »37. Par exemple, dans une lettre à Engels dans laquelle il annonce le plan du Capital en six livres, il indique que « le Capital se subdivise en quatre sections :

  1. Capital en général (...)
  2. la concurrence (...)
  3. le crédit (...)
  4. le capital par actions, en tant que forme la plus accomplie (débouchant sur le communisme), avec en même temps toutes ses contradictions »38.
  • 39 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 408 ; voir aussi p. 410.

29Les passages les plus intéressants se trouvent au Livre 3, en particulier dans le chapitre XXVII (« rôle du crédit dans la production capitaliste »), Marx précise ici que le « capital par actions » est « la forme de capital social (capital d’individus directement associés) par opposition au capital privé » et que « c’est là la suppression du capital en tant que propriété privée à l’intérieur des limites du mode de production capitaliste lui-même »39.

  • 40 « Plus-valore e pianificazione », pp. 282-283 et 285-286.

30Il voit dans ce système « en germe » la « phase monopoliste » du capitalisme. Notre théoricien parle à ce propos de « stade » ou de « phase » du « capitalisme financier »40. Il ne s’agirait bien sûr que d’une intuition, car Marx a tendance en général à sous-estimer la capacité du capitalisme à surmonter ses contradictions, en introduisant notamment des degrés supplémentaires de « planification ». On trouve même dans le livre 1er du Capital l’idée implicite d’une identité entre le socialisme et la planification, qui est aujourd’hui défendue par de nombreux théoriciens.

  • 41 Henri Jacot : « Le capital financier comme forme(s) du capital », Issues, no 3, 2e trimestre 1979, (...)
  • 42 « Relazione sul neocapitalismo », p. 205. Dans ce texte, Engels fait allusion aux « trusts » qui m (...)
  • 43 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 410. En fait, on trouve aussi chez Marx dès 1957, dans (...)
  • 44 « Plus-valore e pianificazione », p. 286 ; « Dagli Appunti di lavoro » (1963) dans Aut-Aut, septem (...)

31Avant de poursuivre notre examen de la pensée de Panzieri, il convient de noter qu’en réalité, Marx n’entend pas pronostiquer au Livre 3 du Capital un nouveau « stade » ou « phase » du « capital par actions » ou du « capital financier ». Le « capital par actions » est pour lui l’une des « contre-tendances » de la loi de baisse tendancielle du taux de profit. De plus, il ne doit pas être confondu avec le « capital financier ». Comme l’indique Henri Jacot41, le « capital par actions » fait partie des « formes concrètes » « subsidiaires » du « capital financier », en compagnie du « capital bancaire ». Le « capital financier » apparaît en effet chez Marx à trois niveaux : les « formes fonctionnelles » (abstraites), les « formes transformées » (intermédiaires) et les « formes concrètes ». Panzieri estime que le « capitalisme de concurrence », étudié par Marx a cédé la place à une phase de transition entre 1870 et les années 1930, qu’il appelle, semble-t-il, faute de mieux, « capitalisme des monopoles », ou « capitalisme mono-oligopoliste », phase durant laquelle les grandes firmes font des essais de « planification » du marché. Il rend hommage ici curieusement à Friedrich Engels pour avoir indiqué à la différence de Marx, que le capitalisme engendrait une certaine « planification » au niveau des grandes firmes, dans la « Critique du programme d’Erfurt » (1891)42. Il aurait pu mentionner aussi la note ajoutée par F. Engels au chapitre XXVII du Livre 3 du Capital, dans laquelle il indique que les « grands industriels » forment dans une branche des cartels internationaux « pour régulariser la production » (quantité, répartition) et que, dans certains cas, la branche passe sous le contrôle total d’un seul « trust » assurant le monopole43. Cette phase transitoire conduit à un nouveau stade non prévu par Marx, à partir des années 1930 : il s’agit du « néo-capitalisme » ou du « capitalisme planifié » (« capitalismo pianificato »)44. D’après notre théoricien :

  • 45 « Plus-valore e pianificazione », p. 286.

« Le développement du capitalisme dans sa forme récente démontre la capacité du système à « s’autolimiter », à reproduire par des interventions conscientes les conditions de sa survivance, et à planifier, tant le développement capitaliste des forces productives que les limites de ce développement (par exemple, avec la planification d’un taux de chômage) »45.

  • 46 « Dagli Appunti di lavoro », p. 23.
  • 47 « Relazione sul neocapitalismo », pp. 171 et 225-226 ; voir aussi « Plusvalore e pianificazione », (...)

32La « planification » ne se limite plus à l’usine ; elle se « généralise » et tend à s’étendre à toute la société. Pour la sauvegarde du fonctionnement de la « loi de la plus-value » et donc du pouvoir du capital sur la force de travail et son exploitation, le système va réduire l’« anarchie de la circulation ». Panzieri ne fournit pas beaucoup de précisions sur cet aspect. Dans le « Rapport sur le néo-capitalisme » (1961), il évoque la « planification du marché », par les formes « oligopolistes » et l’instauration d’une concurrence « par les ventes » et non plus « par les prix ». Ses sources d’informations sont ici constituées par l’important livre de Paolo Sylos Labini, Oligopolio e progresse tecnico (2e édit. 1961). Cependant, il remarque qu’au stade du « capitalisme planifié » la notion de concurrence n’a pas perdu son sens « dans quelques uns de ses traits fondamentaux », même si les aspects « hypertrophiés » étudiés par Marx dans le Capital ont disparu46. Il intégrera aussi dans son analyse l’intervention de l’Etat, qui assure toujours davantage son rôle de « représentant direct du capitalisme collectif », avec des moyens tels que la programmation économique. Il se réfère ici implicitement à la définition de l’Etat proposée par F. Engels dans l’Anti-Dühring : un « capitaliste collectif en idée ». Le « néo-capitalisme » ou « capitalisme planifié » ne présente cependant pas les caractères d’un « stade suprême ». Notre théoricien pense qu’il peut être suivi de nouvelles phases, mais sans livrer de pronostics à ce sujet. Il entend combattre les analyses en termes de « stade ultime » d’inspiration léniniste, qui ont souvent mis l’accent sur le caractère « pourrissant » ou agonisant du système. Pour lui, au contraire, le « néo-capitalisme » est une « réalité en développement » qui ne contient pas en lui des éléments le conduisant « automatiquement » à sa disparition47. D’ailleurs, l’analyse générale du capitalisme chez Panzieri depuis le stade concurrentiel procède d’une vision quelque peu « schumpetérienne », car il caractérise avant tout ce mode de production par l’innovation, le progrès technique, mais conduisant dans son analyse au renforcement de la « planification ». La seule possibilité de son renversement provient de la lutte ouvrière ; le capitalisme porte toujours en son sein cette « anarchie » que représente la résistance ouvrière à l’exploitation. De plus, tout progrès du capitalisme, par exemple la marche vers l’automatisation, engendre des formes de luttes correspondantes.

  • 48 Souligné par K.M., livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 244.
  • 49 Dans son rapport au Congrès de Kiel de la social-démocratie allemande. Sur cette théorie, voir sup (...)

33Au terme de cette analyse de Raniero Panzieri, il est nécessaire de fournir quelques remarques. Cette lecture entend réévaluer la dimension « subjectiviste » du marxisme et combattre les interprétations « objectivistes » baptisées un peu hâtivement « économistes ». Elle conduit à une « autonomisation » de la lutte des classes qui jouerait en quelque sorte à l’« état pur » dans la sphère de la production ; cette lutte représente en effet la seule « anarchie » du système à des différentes étapes de développement. La « loi de la plus-value » se trouve identifiée à la « loi du plan » et de manière conséquente, les contradictions « objectives » du capitalisme, les crises, se trouvent renvoyées à la sphère de la « circulation », assimilée aussi à la « société ». Panzieri, de manière plus ou moins explicite, remet en cause la thèse de Marx selon laquelle « la véritable barrière de la production capitaliste, c’est le capital lui-même : le capital et sa mise en valeur par lui-même apparaissent comme point de départ et point final, moteur et fin de la production (...) »48. Elle se justifie au moins partiellement par le contexte de l’euphorie du « miracle économique » italien, et de l’apparition des premières grandes luttes ouvrières. L’idée d’un stade de « capitalisme planifié » fait irrésistiblement penser à l’analyse développée par Rudolf Hilferding sur le « capitalisme organisé » en 192749 : les monopoles tendent à dépasser l’anarchie du marché et le risque de crise est ainsi évité. Certes, il existe une différence importante entre les deux analyses, car Hilferding voit dans le « capitalisme organisé » une phase de transition vers le socialisme. Panzieri tend à assimiler les théories d’inspiration léniniste en termes de « stade suprême » à de simples variantes de la vieille théorie de l’« effondrement » du capitalisme. Cette appréciation est particulièrement réductrice, car elle ne prend pas en compte par exemple, les analyses apparues à la fin des années cinquante et au début des années soixante, fondées sur le « capitalisme monopoliste d’Etat » et qui associent l’Etat et les « monopoles » dans un mécanisme unique. Panzieri ne se prononce pas à ce sujet dans son œuvre, à l’exception d’une remarque soulignant son désaccord avec la « formule ». Il estime qu’elle est source de « confusions et d’équivoques » ; elle est, à ses yeux, « profondément erronée » si on entend par là que :

  • 50 « Il neocapitalismo e il movimento operaio internazionale » (fin 1960début 1961) dans le recueil L (...)

« par l’action d’une loi intrinsèque d’évolution de l’économie, tendrait aujourd’hui à se constituer au sein des rapports capitalistes, avec le secteur public et avec les divers types d’intervention de l’Etat, une sphère « publique » qui se soustrairait peu à peu au contrôle des forces capitalistes et conduisant de manière cohérente au renversement du système (graduel ou imprévu), et son remplacement par une nouvelle économie collective et planifiée »50.

  • 51 Capitalismo di Stato e imperialismo fascista (1963), chapitre VI, Mazzotta, 1975, et Il capitale f (...)

34A ce propos, il faut remarquer que l’analyse en termes de « capitalisme monopoliste d’Etat » est tenté dès la période 1936-1940, par Piero Grifone, pour étudier les particularités du capitalisme italien depuis les opérations de « sauvetage industriel » lancées par le régime fasciste. Ce théoricien envisage le « capital financier », entendu au sens léniniste, de symbiose du capital bancaire et du capital industriel, comme le protagoniste de la transformation de l’Italie en « économie monopoliste d’Etat51. Panzieri, qui tend à sous-estimer le rôle de l’Etat, aurait pu se livrer à une confrontation intéressante entre ses thèses et ces travaux, bien qu’ils soient purement empiriques, et sans la moindre référence à l’œuvre de Marx et au marxisme en général. Pour ce qui est du début des années soixante, il convient de remarquer que la perspective du « capitalisme monopoliste d’Etat » n’a pas donné lieu à des contributions significatives de la part des marxistes en Italie. Après cet examen il faut maintenant aborder les conceptions de deux autres théoriciens de l’ouvriérisme italien, Mario Tronti et Antonio Negri, qui ont appartenu eux aussi au groupe des Quaderni Rossi.

SECTION II : LES LECTURES DE MARX DE MARIO TRONTI ET D’ANTONIO NEGRI

I – Mario Tronti : la classe ouvrière au cœur de la dynamique du capitalisme

35Mario Tronti représente la seconde grande figure de l’« ouvriérisme » italien. Ses thèses accentuent l’orientation « subjectiviste » dans la « lecture » de Marx, au point que certains commentateurs l’ont considéré comme le véritable « père » fondateur de ce courant.

  • 52 Les quelques indications biographiques ci-après proviennent de sources diverses.
  • 53 Ugo Spirito a publié La filosofia del comunismo, Sansoni, 1948.
  • 54 Voir le recueil Sull’autonomia del potitico, Feltrinelli, 1977.

36Né à Rome en 1931, d’un père artisan puis ouvrier, Mario Tronti étudie la philosophie à la Faculté des Lettres de l’Université de sa ville natale, au début des années cinquante52. Adepte très jeune du marxisme, il se livre à des activités militantes dans le Parti communiste italien. En 1956, il soutient une thèse de doctorat en philosophie sur la logique du Capital « Il marxismo corne scienza della società moderna » sous la direction d’Ugo Spirito (1876-1979). Ugo Spirito, ancien élève de Giovanni Gentile, est toujours resté fidèle au « néo-idéalisme », ainsi qu’à certains aspects de l’interprétation hégélienne de La filosofia di Marx - Studi critici (1899)53. Représentant du courant éphémère du « fascisme de gauche », il s’est rendu célèbre dans les années trente par ses multiples travaux sur le thème de la corporation et de la critique de l’économie libérale ; professeur de politique et d’économie corporative à l’Université de Pise à partir de 1932, il présentait la théorie de la « corporation propriétaire » comme « troisième voie » entre le capitalisme et le communisme. La thèse de Mario Tronti, non publiée, ne se rattache pas aux conceptions d’Ugo Spirito ; elle révèle au contraire une influence notable de l’approche du marxisme proposée par Galvano Della Volpe dans la Logica come scienza positiva (1950). Tronti va très vite appartenir à l’« école ». Au premier colloque organisé sur l’œuvre d’Antonio Gramsci, en janvier 1958, il présente les seules réflexions critiques formulées par les marxistes « dellavolpiens » : « Alcune questioni intorno al marxismo di Gramsci ». Il se rallie aux analyses défendues par Lucio Colletti dans l’Introduction aux Cahiers Philosophiques de Lénine (1958) et l’étude « Marxismo corne sociologia » (1959), comme en ; témoigne la communication qu’il propose au séminaire de l’Institut Gramsci organisé sur le thème « Marxisme et sociologie », en avril 1959. Il collabore à la revue théorique du Parti communiste italien Società, qui dans la période 1957-1961 constitue la principale tribune des disciples de Della Volpe. On relèvera à ce propos l’article compte-rendu « Studi recenti sulla logica del Capitale » (1961). Après la soutenance de sa thèse (1956), Mario Tronti est plusieurs fois sollicité par Ugo Spirito pour enseigner à l’université de Rome, mais il refuse à cette époque toute idée de carrière universitaire. Vers 1960, il entre en contact avec Raniero Panzieri, et organise le groupe romain de l’équipe « ouvriériste » qui va lancer l’année suivante les Quaderni Rossi. Le très court article « Marx ieri e oggi », publié en janvier 1962 dans Mondo Nuovo indique un changement très net de perspective : « Il faut juger le « Capital » en fonction du capitalisme actuel ». Principal collaborateur de Panzieri, il rédige avec lui en juin 1962 un ensemble de « thèses » qui représentent les principaux axes à la fois théoriques et politiques du mouvement. Le principal essai de Tronti pour cette période est l’étude « La fabbrica e la società » (1962). Elle est complétée par une communication au séminaire d’étude sur le Capital organisé par le groupe des Quaderni Rossi à Santa Severa au printemps de 1962, constituée seulement de notes ébauchées. L’unité du collectif des Quaderni Rossi éclate durant l’année 1963 en raison de nombreuses divergences portant sur l’organisation, sur l’appréciation des luttes ouvrières en Italie, mais aussi sur la démarche théorique. L’étude publiée par notre penseur dans la revue, cette année là, révèle déjà une prise de distance vis-à-vis de l’approche de Panzieri, « Il piano del Capitale ». La même année, Tronti fait paraître une traduction de textes économiques de Marx, peu connus, comprenant notamment « la forme-valeur », supplément au chapitre 1er de la première édition (1867) du Livre I du Capital et les « Notes marginales au Traité d’économie politique d’Adolf Wagner », Scritti inediti di economia politica. A l’automne 1963,1a rupture est consommée et Mario Tronti décide avec d’autres intellectuels militants tels qu’Alberto Asor Rosa, Antonio Negri, de fonder un nouveau groupe qui va publier l’année suivante le journal Classe Operaia. Ce périodique propose une nouvelle lecture « ouvriériste » de Marx et des analyses très critiques des partis de la gauche traditionnelle. Par voie de conséquence, à partir de 1964, Mario Tronti se voit signifier une suspension de son appartenance au Parti communiste italien. Alors collaborateur de la maison d’édition Sansoni à Rome, il rédige en 1965 un nouvel essai très élaboré sur le Capital, « Marx, forza-lavoro, classe operaia ». En 1966, il réunit ses travaux parus depuis 1962 dans un volume au titre significatif, Operai e capitale (« Ouvriers et capital »). Le journal Classe Operaia paraît de 1964 à 1967, mais l’organisation qui le sous-tend cesse de fonctionner en 1968. En effet, le groupe éclate peu de temps avant l’« automne chaud » (1969), en raison de l’apparition en son sein de deux tendances radicalement opposées. La première, préconise l’« entrisme », c’est-à-dire le retour au militantisme dans les organisations traditionnelles de la classe ouvrière, en particulier le P.C.I. en partant du contat de l’impossibilité de mettre sur pied des mouvements parallèles viables. Parmi ses représentants, on trouve les principaux théoriciens de Classe operaia, Mario Tronti, Alberto Asor Rosa, Massimo Cacciari. La seconde au contraire, représentée notamment par Antonio Negri, refuse l’« entrisme » et préconise la formation de nouveaux groupes « ouvriéristes ». La fondation en 1967 de la revue Contropiano (Rome), par Asor Rosa, Cacciari et Negri, représente l’ultime tentative d’éviter la rupture totale entre ces deux courants. En 1967-1968, Tronti enseigne la philosophie dans un lycée de Terni. A partir de 1969, il assure des cours de sciences politiques à l’Université de Sienne. La période « militante » de sa vie prend fin, et il s’éloigne peu à peu des positions théoriques « ouvriéristes » qu’il défendait dans « Operai e capitale ». Il obtient sa réintégration dans le Parti communiste italien en 1971. La rupture avec la période 1962-1966 apparaît définitive dans sa célèbre conférence sur le thème de l’« autonomie du politique », à l’université de Turin en décembre 1972, sur l’invitation de Norberto Bobbio. Développée sous l’influence du théoricien allemand conservateur Carl Schmitt, la thèse de l’« autonomie du politique » propose la remise en cause du schéma « orthodoxe » de la détermination de la superstructure, plus précisément de l’Etat, par la « structure économique » et donc la rupture avec l’idée d’une « seule histoire ». Il faut reconnaître l’« autonomie » de l’Etat et de la « classe politique », et l’existence d’un « cycle politique » spécifique du capital, non réductible au « cycle économique » traditionnel. De la même manière que Marx est parti à la recherche de la « loi économique du mouvement de la société moderne », et a opéré une « critique de l’économie politique », il convient d’étudier aujourd’hui les « lois du mouvement de l’Etat moderne » et de se livrer à une « critique de la politique ».54 Cette nouvelle thèse vaudra à notre théoricien d’être accusé de « trahison » par ses anciens amis restés fidèles aux idéaux de l’« ouvriérisme », comme par exemple Antonio Negri. Depuis 1972, Tronti n’écrit plus sur Marx ; il se consacre exclusivement à des recherches de philosophie et d’histoire politique. Il a ainsi publié un ouvrage sur le jeune Hegel (Hegel potitico) et plusieurs études sur la philosophie politique anglaise depuis Thomas Hobbes.

37Notre examen se concentrera sur les textes qui reflètent l’approche la plus personnelle de Tronti dans le courant « ouvriériste », ceux de la période de parution de Classe Operaia, 1964-1966. Cependant, il est nécessaire au préalable d’indiquer très brièvement les grandes lignes de son approche de Marx jusqu’à sa participation avec Raniero Panzieri à ce mouvement.

  • 55 Voir l’interprétation citée au colloque de l’Institut Gramsci de 1958 et une étude complémentaire (...)

38Nous avons vu que Tronti appartient dans la seconde moitié des années cinquante à 1’« école dellavolpienne ». Ses premiers écrits, parus en 1958-1959, contiennent une défense du marxisme comme « sociologie » et combattent l’interprétation d’Antonio Gramsci. Selon lui, les Cahiers de prison représentent « une grande école contre le dogmatisme, contre le catéchisme » et ils ont le mérite de souligner l’« autonomie », l’« autosuffisance » du marxisme par rapport aux autres courants de pensée. Cependant, Gramsci se coupe de la dimension scientifique du marxisme et n’envisage que la « philosophie de la praxis ». Son analyse doit beaucoup à la lecture « idéaliste » de Marx, proposée en Italie notamment par Giovanni Gentile ; elle développe un « historicisme absolu », comme une « vérité », dont l’idéalisme a eu l’intuition sans l’avoir réellement compris55. Un tel jugement est extrêmement réducteur, lorsqu’on le confronte aux thèses réelles défendues dans les Cahiers de prison, que nous avons présenté dans le chapitre précédent. Il ressemble fort à une véritable « liquidation » sans discussion véritable, des problèmes soulevés par Gramsci.

  • 56 Cette source se trouve, selon nous, dans le passage des Leçons sur l’histoire de la philosophie, d (...)
  • 57 Souligné par M.T., « Marx ieri e oggi », trad. française pp. 37-38.
  • 58 Op. cit., trad. française, p. 40 ; voir aussi « Studi recenti sulla logica del Capitale », Società (...)
  • 59 « Marx ieri e oggi », rééd. dans Operai e Capitale, trad. française, p. 43 ; voir aussi « Tesi Pan (...)
  • 60 « La fabbrica e la società », rééd. dans Operai e capitale, trad. française, pp. 64, 67-68.

39A partir de 1961, Tronti commence à collaborer avec Raniero Panzieri à la constitution du groupe des Quademi Rossi. Une relecture du livre de Georg Lukacs Histoire et conscience de classe, va le conduire à un abandon (non avoué) de l’approche « dellavolpienne » du marxisme comme simple « méthodologie scientifique » et comme « galiléisme moral ». Il va ainsi admettre l’existence de « contradictions » objectives et renoncer à la « dialectique scientifique » de 1’« école ». Tronti reprend alors à son compte implicitement une thèse de Lukacs, qui a sa source chez Hegel56, selon laquelle « le processus historique lui-même opère toujours un procès d’abstraction logique ». Dans cette perspective, « c’est le processus de développement historique du capitalisme qui se charge lui-même de simplifier sa propre histoire, en purifie de plus en plus la nature spécifique en la dépouillant de toutes ses contradictions inessentielles »57. Ainsi, le développement du capitalisme représente-t-il la « vérité du capitalisme lui-même », car il met à jour sa propre contradiction fondamentale. La pensée de Marx se compose de deux aspects, distincts, mais organiquement liés : la « critique de l’idéologie bourgeoise » et l’« analyse scientifique du capitalisme », du « point de vue ouvrier » (« science du prolétariat »). D’après Tronti, qui va faire sienne la distinction de Lukacs entre « science bourgeoise » et « science prolétarienne », l’« idéologie est toujours bourgeoise, car elle est toujours le reflet mystifié de la lutte des classes sur le terrain du capitalisme »58. L’« idéologie » est donc envisagée au sens de « conscience fausse ». Dans cette optique, la « science bourgeoise » est de plus en plus victime du « fétichisme » inhérent au monde marchand capitaliste : l’« économie politique classique » s’est transformée ainsi en « économie vulgaire ». Mais l’« idéologie » pénètre également à l’intérieur du marxisme et aboutit à sa « vulgarisation ». Tronti vise par là toutes les interprétations « philosophiques » du marxisme et sans doute pour l’Italie, la « philosophie de la praxis » de Gramsci. Ce « marxisme vulgaire » est inapte à assurer la tâche d’analyser le capitalisme contemporain et donc de récupérer l’« unité organique » construite par Marx dans le Capital entre l’économie, la sociologie et la politique59. Il faut donc se donner comme objectif immédiat une « critique interne », une « purification marxienne du marxisme », qui permettra ensuite d’entreprendre la critique des « idéologies néo-capitalistes » actuelles. Cependant, sous l’influence de Raniero Panzieri, notre théoricien ne va pas persister dans la défense de cette approche radicale des rapports science-idéologie. Il rédige pour les Quaderni Rossi des articles qui défendent un point de vue proche du fondateur de l’« ouvriérisme » en particulier le premier, « La fabbrica e la società » (1962), dans lequel on retrouve la thèse selon laquelle la classe ouvrière représente la seule et unique « anarchie » du système60.

  • 61 Souligné par M.T., « Marx, forza-lavoro, classe operaia », dans Operai e Capitale, trad. française (...)
  • 62 Souligné par M.T., op. cit., pp. 177, 298 ; voir aussi pp. 201 et 291.
  • 63 Op. cit., p. 270.
  • 64 Op. cit., pp. 171 et suiv., 201, 283.
  • 65 Voir par exemple « Il piano del capitale », trad. française, pp. 77, 84, 88-89.
  • 66 Souligné par K.M., Manuscrits de 1844, Ed. Sociales, 1968, p. 67 (voir supra chapitre 4, p. 318). (...)

40Mais à partir de 1964, Mario Tronti va établir les fondements d’une nouvelle lecture « ouvriériste » de Marx. Ce travail le conduit à réexaminer le Capital, en particulier les livres 1 et 2 et à prendre connaissance d’un ouvrage non encore traduit en italien, les Grundrisse. Dans cette perspective, le « matérialisme historique », fondé par Marx au XIXe siècle pour l’étude de l’histoire des différents types de sociétés, doit être envisagé comme une forme dépassée de la « science ouvrière », en raison de son caractère non directement « utilitaire » pour notre époque actuelle. De même, la recherche de la « loi économique des mouvements de la société capitaliste » proposée dans le Capital est une tâche aujourd’hui périmée car il faut maintenant passer à l’étape de la destruction du système61. Le marxisme contemporain qui ne prend pas conscience des bouleversements introduits par la lutte des classes depuis un siècle, n’est donc qu’un « marxisme archéologique » ou « vulgaire ». Il est donc nécessaire d’entreprendre une « recherche marxiste de type nouveau ». Aujourd’hui, la forme adéquate de « science ouvrière » se trouve dans l’« histoire interne de la classe ouvrière » ou {’« histoire ouvrière de la société capitaliste »62. Il convient de dégager les « lois politiques du mouvement » de cette classe sociale, singulièrement négligées depuis l’œuvre de Marx, et de ne plus s’occuper du mode de production capitaliste dans ses aspects économiques, domaine que l’on peut laisser sans remords à la « science bourgeoise » ou du « capital », non réductible à une simple « idéologie ». En effet, « le capitalisme ne doit plus nous intéresser que comme système historique de reproduction de la classe ouvrière »63. On voit par conséquent que cette perspective se veut éminemment « utilitaire », voire « pragmatique ». Pour quelle raison ? L’idée maîtresse de tous les écrits de la période d’existence de la revue Classe Operaia (1964-1967) peut se résumer de la manière suivante : la classe ouvrière représente le point de départ « historique » du système capitaliste ; elle en constitue le véritable « moteur »64. La revendication de cette affirmation constitue d’ailleurs une cause essentielle des divergences théoriques profondes qui apparaissent en 1963 entre Raniero Panzieri et Mario Tronti, au sein du groupe des Quaderni Rossi ; le second et dernier article pour cette revue « Il piano del capitale » exprimait d’ailleurs très clairement cette thèse65. Celle-ci possède une haute portée stratégique et elle doit être tenue pour le « fil conducteur » de toute l’œuvre de Marx ; on la trouve « en germe », à l’état d’« intuition géniale » dès les Manuscrits de 1844, dans lesquels l’auteur affirme que la « propriété privée » est le « produit du travail aliéné et (...) le moyen par lequel le travail s’aliène (...) »66. La « forme actuelle » de la « science ouvrière » se doit d’étudier le passage tout à la fois « logique » et « historique » des travailleurs vendeurs de leur force de travail aux travailleurs producteurs de la plus-value, donc de la classe ouvrière au capital et à la classe capitaliste. Mais avant d’examiner les points de références au Capital, proposés par notre théoricien, il nous faut présenter les résultats de sa recherche sur la notion de « force de travail ».

  • 67 Op. cit., pp. 148-150.
  • 68 Op. cit., pp. 193-196.

41Tronti indique que ce concept (« Arbeitskraft ») apparaît définitivement sur la période 1849-1859, en gros depuis Travail salarié et capital jusqu’à la Contribution à ta critique de l’économie politique en passant bien sûr par les Grundrisse. Cependant, il prend naissance dans les Manuscrits de 1844, avec l’expression « Erwerbsarbeit », traduisible par « travail industriel », qui correspond dans cette œuvre au « travail « aliéné » et « abstrait »67. Certes, en 1844, la « force de travail » n’est pas encore envisagée comme une marchandise. Marx est conduit à la considérer comme une « marchandise » après avoir assisté aux événements de la « Révolution de 1848 » en Europe, en particulier les moments intenses de luttes du mois de juin68. A partir de l’observation d’une situation concrète, il va établir un lien entre la force de travail et les « mouvements de la classe ouvrière » et donc rattacher le caractère spécifique de la marchandise force de travail au capital et à la production de plus-value. Tronti interprète cette démarche théorique comme une sorte de synthèse entre Hegel (Phénoménologie de l’Esprit) et Ricardo (Principes de l’économie politique et de l’impôt). En effet, selon lui :

  • 69 Souligné par M.T., Op. cit., p. 153.

« le travail en tant que travail abstrait, et donc en tant que force de travail, on le trouve déjà chez Hegel. La force de travail – et pas seulement le travail – comme marchandise, on le trouve déjà chez Ricardo. La marchandise force de travail comme classe ouvrière, voilà quelle est la découverte de Marx »69.

  • 70 Le terme original de Destutt de Tracy est effectivement « travail quelconque » que Ricardo traduit (...)
  • 71 Manuscrits de 1844, p. 132. « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, pp. 153, 156 (...)

42D’après cette interprétation, Hegel aurait eu l’intuition du concept de « force de travail » dans sa Phénoménologie de l’Esprit, en particulier dans le chapitre « Indépendance et dépendance de la conscience de soi ; domination et servitude ». Dans son examen des rapports entre le maître et l’esclave, il traite du « travail aliéné » et « abstrait », c’est-à-dire réduit à une mécanique. Marx reprochera à Hegel d’envisager seulement le « travail abstrait de l’esprit » d’une manière spéculative, mais non la considération du « travail abstrait » en tant que tel. D’autre part, Ricardo, dans les Principles en particulier au chapitre XX (« Des propriétés distinctives de la valeur et des richesses »), qui complète le chapitre 1er (« de la valeur ») sur la distinction entre la « valeur d’usage » (ou « d’utilité ») et la « valeur d’échange », ramenée à la quantité de travail, a l’intuition du travail comme marchandise ; il cite d’ailleurs un passage des Eléments d’Idéologie (1815) de Destutt de Tracy qui traite du « travail quelconque »70. Les livres de Hegel et de Ricardo possèdent un « mode de traitement (méthode) » identique ; seule la « forme », la discipline diffère. Marx n’a-t-il pas remarqué que « Hegel se place du point de vue de l’économie politique moderne » ?71

  • 72 Comme nous l’avons vu précédemment, il existe d’ailleurs deux concepts de « travail abstrait » dan (...)
  • 73 Op. cit., p. 152.

43Avant de poursuivre plus avant notre examen des conceptions « trontiennes », il convient de nous livrer à quelques observations. Il est difficile d’admettre que le concept de « force de travail » puisse être localisé « en germe » dans les Manuscrits de 1844, notamment sous la notion de « travail aliéné » et « travail abstrait »72. Pour les écrits postérieurs comme Travail salarié et capital (1848), Tronti est obligé d’admettre dans son étude qu’Engels s’est livré, pour la réédition de 1891 de cette brochure, à la substitution d’« Arbeitskraft » à « Arbeit », pour rendre le texte conforme aux œuvres des années 186073. En réalité le concept de « force de travail » apparaît relativement tard dans l’œuvre de Marx, dans le manuscrit des Grundrisse avec les expressions d’« Arbeitsvermögen » (« puissance de travail ») et d’« Arbeitsfähigkeit » (« capacité de travail »). Le vocable d’« Arbeitskraft » (« force de travail ») s’imposera plus tard, en particulier dans le Capital. Tronti propose une nouvelle variation sur le thème Marx = Hegel + Ricardo, sur lequel nous avons eu l’occasion de réfléchir à propos de l’œuvre d’Antonio Gramsci. Cette fois, il ne s’agit plus de la question du jeune Marx, mais du concept de « force de travail ». Ce rapprochement, qui présente néanmoins une certaine ressemblance avec la démarche de Gramsci sur la question de la « traductibilité des langages » (même problème traité dans deux langages différents, l’un philosophique, l’autre économique), semble un peu « forcée ». En effet, s’il est vrai que l’on peut admettre que Ricardo a parfois l’« intuition » de la notion de « force de travail », il n’en va pas de même pour Hegel. L’argumentation de notre auteur ne repose ici que sur l’identification « travail abstrait »-force de travail.

44Pour en revenir au problème que la « science ouvrière » doit affronter selon Tronti, la question de l’antériorité à la fois « logique » et « historique » de la classe ouvrière par rapport au capital et à la classe capitaliste, il convient tout d’abord de mentionner les références à l’œuvre de Marx qui sous-tendent une telle interprétation. Tronti nous renvoie en premier lieu au Livre 2 du Capital dans lequel nous trouvons au chapitre 1er (« cycle du capital-argent ») le passage suivant :

  • 74 Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 32-33. Nous avons corrigé cette traduction pour le mot (...)

« le rapport de classe (Klassenverhältnis) entre capitaliste et salarié existe donc, il est donc présupposé dès l’instant où l’un et l’autre se rencontrent dans l’acte A - T (T - A du côté de l’ouvrier) (...)· Si le rapport capitaliste (Kapitalverhältnis) se manifeste pendant le procès de production, c’est uniquement parce qu’il existe par lui-même dans l’acte de circulation, dans la différence des conditions économiques essentielles où s’affrontent acheteurs et vendeurs, dans leur rapport de classe »74.

45D’autre part, Marx indique au livre 1er du Capital dans le chapitre consacré à la « coopération » :

  • 75 Souligné par nous. Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 362.

qu’« un nombre important d’ouvriers travaillent dans le même temps, dans le même espace (ou si l’on veut, dans le même champ de travail) à la production de la même sorte de marchandise, sous le commandement du même capitaliste, voilà ce qui constitue le point de départ tant historique que conceptuel de la production capitaliste »75.

46La lecture de ces passages inspire à notre théoricien les réflexions suivantes :

  • 76 Souligné par M.T., « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, p. 177.

« Par conséquent, il est incontestable que, pour Marx, le rapport de classe possède déjà une existence en soi (exactement : an sich) dans l’acte de circulation. C’est lui précisément qui manifeste et met au jour le rapport capitaliste durant le procès de production. Le rapport de classe se précède, provoque et produit par conséquent le rapport capitaliste. Mieux : c’est l’existence du rapport de classe qui rend possible la transformation de l’argent en capital. C’est un point assez fondamental. Car en général on fait dire à Marx exactement le contraire, et le « marxisme » courant a l’habitude de dire le contraire également : à savoir que ce serait seulement en vertu du rapport capitaliste de production que surgirait l’opposition, l’antagonisme de classe et qu’il donnerait naissance ensuite à un antagonisme nouveau par rapport à l’ancien qui aurait toujours existé depuis que la société humaine n’est plus la communauté primitive »76.

  • 77 Op. cit., pp. 176-178, 253, 290. Tronti trouvera une formule lapidaire à ce propos : « l’ouvrier i (...)
  • 78 Op. cit., notamment pp. 149-153, 222, 323 ; voir aussi « La fabbrica e la società » trad. français (...)
  • 79 « Marx, forza-Iavoro, classe operaia », trad. française pp. 179-180, 291.
  • 80 Op. cit., pp. 178, 250. Ce concept qui apparaît dans les travaux sociologiques menés par les cherc (...)
  • 81 « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, pp. 256, 293-94.

47Il faut préciser cette idée de succession « logique » et « historique ». Tout d’abord, les salariés se présentent comme vendeurs de leur force de travail, devant le « capitaliste individuel ». Il s’agit là de leur premier acte en tant que « classe » comme « prolétariat »77. En s’opposant au « capitaliste individuel », et non encore à la « classe capitaliste », ils apportent le « rapport de classe ». Dans un second temps, le capital va socialiser cette force de travail dans la production. Ce processus de socialisation plus précisément d’incorporation de la classe ouvrière au capital, représente en réalité un « stade intermédiaire » dans le développement de l’antagonisme de classe ; en effet, le capital ne fait ici qu’introduire son « ennemi » en son sein. A travers ce mécanisme, va se dérouler l’exploitation des travailleurs ou plutôt de la « classe ouvrière » au sens propre (et non plus le « prolétariat ») en vue d’assurer la production de la plus-value. Incorporés au capital, ils subissent l’« aliénation » en tant que « forme spécifiquement déterminée de l’exploitation directe du travail » : l’ouvrier devient « indifférent », étranger à l’égard de son travail concret qu’il finit par « haïr »78. En même temps s’opère le processus de formation de la « classe capitaliste » par la prise de conscience d’intérêts communs chez les capitalistes individuels ; la constitution de cette classe « copie et répète » celle de la classe ouvrière79. Une fois cette seconde classe formée, le processus de « socialisation du capital » peut entrer en action et le « rapport de classe » va se reproduire sur une base élargie. On peut remarquer que notre théoricien envisage la formation des classes sociales du seul point de vue « subjectif », de la conscience. Il faut d’ailleurs usage à propos des ouvriers du concept de « composition de classe », qui sera en vogue dans la littérature « ouvriériste » des années 1968-197280. La lutte des classes, présente à toutes les phases, comme le souligne Marx, par exemple, sur la question de la « journée de travail », rend possible la « mise en crise » du système, dans ses mécanismes « économiques »81. Tronti rejoint ici l’analyse de Panzieri en refusant la formule selon laquelle « la véritable barrière de la production capitaliste, c’est le capital lui-même ». Mais sa logique le conduit à un résultat paradoxal :

  • 82 Souligné par M.T., Op. cit., pp. 293-94.

« Si les conditions du capital reposent entre les mains des ouvriers, s’il n’y a pas de vie active du capital sans activité vivante de la force de travail, si la naissance du capital est déjà une conséquence du travail productif, s’il n’y a pas de société capitaliste sans articulation ouvrière du capital, c’est-à-dire s’il n’y a pas de rapport social sans rapport de classes et qu’il y n’y a pas de rapport de classes sans classe ouvrière, alors on peut en conclure que la classe capitaliste est de fait subordonnée dès sa naissance à la classe ouvrière. De là le caractère nécessaire de l’exploitation (...) L’exploitation tire sa naissance historique de la nécessité où se trouve le capital d’échapper à la subordination de fait de la classe des ouvriers producteurs. C’est en ce sens tout à fait spécifique que l’exploitation capitaliste provoque à son tour l’insubordination des ouvriers »82.

48La classe ouvrière incorporée au capital produit la plus-value et la « valeur ». Sur la question de la théorie de la valeur, Tronti va encore faire preuve d’une grande originalité. Pour lui, Marx n’a pas « découvert » la loi de la valeur ; il la trouve dans l’économie politique classique, en particulier chez Ricardo. Il se sert de ce résultat obtenu par la science de son époque pour réaliser un « renversement stratégique ». En effet, dans son optique :

  • 83 Souligné par M.T., op. cit., p. 274 ; voir aussi pp. 276-277.

« le travail peut mesurer la valeur, parce que l’articulation ouvrière se trouve d’emblée présente dans toutes les structures décisives qui mettent en mouvement la machine capitaliste ; il est mesure objective de la valeur dans la mesure où il représente un contrôle potentiel sur le capital »83.

  • 84 Op cit., resp. p. 276 et 155.
  • 85 Op. cit., p. 276.

49La marchandise force de travail qui inclut la possibilité d’une valorisation plus grande que sa propre valeur, représente aussi la classe ouvrière à l’intérieur des rapports de production capitalistes. « Toute la valeur dans le travail » constitue avant tout une « thèse politique », un « mot d’ordre révolutionnaire » et non principalement une loi économique ou un moyen pour interpréter « scientifiquement » les processus sociaux. Tronti précise qu’il s’agit d’un mot d’ordre en tous points identiques à celui de Lénine en 1917 : « tout le pouvoir aux Soviets » !84. D’une loi économique de mouvement de la société capitaliste qu’elle était chez les économistes classiques, Marx en fait la « loi des mouvements de la classe ouvrière, c’est-à-dire moment d’offensive pratique, d’agression matérielle contre la société capitaliste en elle-même ». Elle fonctionne donc comme « lutte » des travailleurs. Dans ces conditions, il est tout à fait normal que les économistes qui lisent le Capital comme un « traité d’économie politique » et non comme une « critique de l’économie politique », constatent des erreurs au moyen de leurs « instruments modernes », par exemple l’impossibilité de concilier valeur et prix de production. Ils ne comprennent pas que Marx en reprenant la loi de la valeur l’a en même temps « mise en crise » ; elle ne fonctionne plus du point de vue de l’« économie politique bourgeoise ». Par conséquent, toute tentative de défense de cette loi sur le « terrain objectif de l’économie » comme celle de Paul M. Sweezy dans The theory of capitalist development est vouée nécessairement à l’échec, et reste « politiquement improductive »85.

  • 86 Op. cit., pp. 268, 321-325.

50Quelle conséquence notre théoricien entend-il tirer de cette « lecture » de Marx ? Il en déduit un mot d’ordre stratégique : les ouvriers doivent « refuser le travail ». L’ouvrier doit lutter contre lui-même comme travailleur, empêcher l’utilisation de sa force de travail comme capital, refuser de collaborer au développement du capital, en lui retirant ainsi sa « médiation ouvrière »86.

  • 87 Tronti rendra ainsi un hommage vibrant à la « science du capital » pour avoir su dégager les cause (...)

51Que faut-il penser de cette analyse ? Dans cette nouvelle perspective « ouvriériste », le marxisme ne s’attache plus au « continent Histoire », mais plutôt à ce que l’on pourrait appeler le « continent Classe ouvrière ». La « science ouvrière » ne doit plus aujourd’hui s’occuper des « lois économiques » du mode de production capitaliste, terrain qui doit donc être abandonné à la « science du capital »87. Tronti ne s’intéresse qu’aux « lois politiques de mouvement de la classe ouvrière ». Il envisage la formation des classes sociales du seul point de vue de la subjectivité, de la conscience de la classe. Pour reprendre l’analyse de Gramsci, on peut dire qu’il privilégie le moment du passage de la structure à la superstructure. La thèse de l’antériorité « logique » et « historique » de la science ouvrière a conduit de nombreux interprètes à considérer Mario Tronti comme le véritable « père » fondateur du courant dit de l’« ouvriérisme ». Elle représente un point de divergence essentiel avec Raniero Panzieri qui, quant à lui, n’adopte pas une position aussi simpliste et mécanique. Cette thèse, si on la place sur le terrain dit « objectiviste », n’a guère de fondements dans l’œuvre de Marx, et les références à des passages isolés de leur contexte ne peuvent être prises en considération ici. Marx développe une position tout à fait inverse, depuis le Manifeste du parti communiste jusqu’aux écrits de maturité. En Angleterre la bourgeoisie apparaît vers le XIe siècle et le prolétariat vers les XVe - XVIe siècle. Mais pour l’auteur du Capital, le plus important n’est pas de connaître laquelle est apparue historiquement la première, à partir de la dissolution du mode de production féodal, mais plutôt comment s’organise la dynamique antagoniste de ces deux classes depuis le XVIe siècle. La thèse de l’antériorité de la classe ouvrière est développée dans « Marx, forza-lavoro, classe operaia », principalement sur la base d’un passage du livre 2 du Capital consacré à la sphère de la circulation. Il semble que la démarche de Tronti néglige singulièrement la notion marxiste de « reproduction ». Au Livre 1er du « Capital », il est indiqué notamment :

  • 88 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 647-648.

« Le procès de production capitaliste reproduit donc par son propre mouvement la séparation entre force de travail et conditions de travail. Il reproduit et perpétue ainsi les conditions d’exploitation du travailleur. Il contraint sans cesse le travailleur à vendre sa force de travail pour vivre, et met constamment le capitaliste en mesure de l’acheter pour s’enrichir. Ce n’est plus le hasard qui met face à face le capitaliste et le travailleur sur le marché du travail comme acheteur et comme vendeur. C’est la donne du procès lui-même qui rejette toujours automatiquement l’ouvrier sur le marché comme vendeur de sa force de travail et transforme toujours son propre produit en moyen d’achat du capitaliste. En fait, l’ouvrier appartient au capital avant de se vendre au capitaliste (...). Le procès de production capitaliste, considéré dans son contexte, ou comme procès de reproduction, ne produit donc pas seulement de la marchandise, pas seulement de la plus-value, il produit et reproduit le rapport capitaliste proprement dit, d’un côté le capitaliste, de l’autre l’ouvrier salarié »88.

  • 89 Voir par exemple, « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, p. 284.
  • 90 Intervention publiée pour la première fois dans Metropolis no 2, juin 1978, pp. 15-16. Pour la réf (...)

52Une autre démarche réductive de notre théorien concerne la « loi de la valeur », qui ne représenterait qu’une « thèse politique », un « mot d’ordre » subversif. En fait dans cette approche, la loi devient une pratique, une lutte incarnée par la classe ouvrière. On se trouve en présence d’une nouvelle forme de « fétichisme ». La « loi » se « personnifie » comme le laisse apparaître l’identification entre « valeur » et « classe ouvrière »89. Cette position est cohérente avec la thèse de la « mise en crise » du système par la lutte des classes qui se présente sous une forme « exaspérée », et avec la revendication du « refus du travail » comme solution miracle pour obtenir le renversement du système. Il convient de noter que dans ses écrits antérieurs à 1964, Tronti acceptait la théorie de la valeur comme un élément central de l’analyse économique de Marx. Ainsi, dans son intervention au séminaire de travail sur le Capital de Santa Severa (printemps 1962), il reprend la liste des quatre objections contre cette théorie, dressée par Marx dans la Contribution à la critique de l’économie politique et envisage la question de la « transformation » des valeurs en prix de production comme un « problème ouvert »90. L’accentuation de l’approche du marxisme dans la voie « subjectiviste » de la part de Mario Tronti rencontre l’hostilité de Raniero Panzieri. Certes, ce dernier, mort en 1964, n’a pu prendre connaissance de l’essai « Marx, forza-lavoro, classe operaia » (1965) ; toutefois il porte un intéressant jugement sur un discours de Tronti qui rassemble les principales thèses qui seront développées dans les articles du journal Classe Operaia. Pour lui, ces thèses représentent

  • 91 Raniero Panzieri : « Intervento alla reunione della redazione « Quaderni Rossi - Cronache operaie  (...)

« un résumé fascinant de toute une série d’erreurs qu’une gauche ouvrière peut commettre en ce moment. C’est fascinant car très hégélien au sens originel en tant que nouvelle méthode pour ressusciter une philosophie de l’histoire (...) une philosophie de la classe ouvrière »91.

53Il nous reste maintenant à examiner l’approche de notre dernier théoricien Antonio Negri.

II – Antonio Negri : une interprétation « ouvriériste » de la loi de baisse tendancielle du taux de profit

54Antonio Negri est le principal représentant d’une nouvelle forme d’« ouvriérisme » issue du groupe de Mario Tronti, apparue dans le contexte de l’« automne chaud » italien de 1969, et qui se perpétue depuis cette date. Il rédige ses principaux essais sur Marx durant les années 1967-1980, qui se révèlent être les plus troublées de l’Italie d’après-guerre. Ce pays connaît en effet durant cette période une instabilité politique, sociale, économique sans précédent, depuis l’« automne chaud », jusqu’aux formes les plus diverses de terrorisme.

  • 92 Nos quelques informations biographiques proviennent de sources diverses.
  • 93 Stato e diritto nel giovane Hegel, Cedam, Padoue, 1958 ; Saggi sullo storicismo tedesco :Dilthey e (...)
  • 94 On trouve sur ce thème quelques réflexions de Mario Tronti dans l’étude « Marx à Détroit », dans O (...)
  • 95 Parmi les articles, publiés notamment dans la revue Critica del Diritto, on relèvera « Su alcune t (...)
  • 96 Il publie Il comunismo e la guerra (1979-80), Feltrinelli, 1980, le recueil d’études Macchina Temp (...)
  • 97 Pour une analyse critique des récents développements de la pensée de Negri on peut se reporter à l (...)

55Né à Padoue en 1933, Antonio Negri s’inscrit à la Faculté des Lettres de sa ville natale au début des années cinquante pour y étudier la philosophie92. Très tôt, il milite activement dans des organisations catholiques, puis dans le mouvement socialiste. Il milite tout d’abord dans la « Jeunesse italienne de l’action catholique » (G.I.A.C.), où il tente d’organiser en son sein un groupe d’opposition progressiste. De 1953 à 1962, il est inscrit au parti socialiste italien, et va se situer dans le courant de la « gauche morandienne », à laquelle appartient d’ailleurs R. Panzieri. En 1952 et 1953, il se perfectionne en philosophie à l’« Ecole Normale Supérieure » de Paris. Il soutient en 1955 sa thèse de philosophie, sous la direction d’Umberto Padovani, professeur de philosophie morale à l’université de Padoue. A cette époque, il est le principal élève du doyen de la faculté, le philosophe catholique Enrico Opocher, dont il deviendra ensuite l’assistant. A la fin des années cinquante, il séjourne à Tubingen en Allemagne fédérale, où il s’intéresse au marxisme à travers les œuvres des tenants de l’« Ecole de Francfort » (Th. W. Adorno, M. Horkheimer). Cependant ses premières publications n’ont rien à faire avec la pensée de Marx, et ses trois premiers livres traitent de diverses questions juridiques et philosophiques93. Vers 1960, il s’intégre au groupe des Quaderni Rossi animé par Raniero Panzieri et Mario Tronti. Il entre au comité de rédaction de la revue, mais il n’y publiera pas d’articles. De plus, il collabore de 1961 à 1963 à un journal socialiste de Padoue, proche des positions des Quademi Rossi, Progresso Veneto. Lors de la scission qui se produit dans l’équipe de Panzieri en 1963, il se joint au groupe de Mario Tronti qui va fonder l’année suivante le journal Classe Operaia. En 1967, il devient professeur, titulaire de la chaire des doctrines de l’Etat à l’Institut de sciences politiques de l’université de Padoue. Il deviendra rapidement le directeur de cet Institut. En 1967, il livre des réflexions sur l’un des thèmes de recherche pris en compte par le groupe de Classe Operaia, durant les deux dernières années de son existence, la question du « New Deal » américain et la politique keynésienne en rapport avec les luttes pour le salaire94 ; « John M. Keynes e la teoria capitalistica dello Stato nel’29 ». Un autre travail rédigé la même année nous offre une « lecture » de Marx dans une nouvelle perspective « ouvriériste », « Marx sul ciclo e la crisi ». Notre théoricien refuse la perspective de l’« entrisme » proposée par Mario Tronti, et va militer dans de nouveaux groupes qui vont se constituer pour soutenir des luttes ouvrières, en particulier à Porto Marghera, Milan et Turin, durant les événements de l’« automne chaud » de 1969. Il joue un rôle déterminant dans le groupe « Potere Operaio », fondé en 1969, mais qui va décider sa propre dissolution en 1972. Il entreprend ensuite une lecture des Grundrisse et rédige de nouveaux essais sur le marxisme à partir de 1971. De cette nouvelle période on peut mentionner deux textes, « Crisi dell Stato-piano, comunismo ed organizzazione rivoluzionaria » (1971) et « Partito operaio contro il lavoro », (1972). En 1973, Antonio Negri assure la direction d’un séminaire à l’« Ecole Normale Supérieure » de Paris, sur le thème de « la crise de la valeur et la crise de l’économie politique ». Depuis l’auto-dissolution de « Potere operaio », il milite principalement dans les rangs du mouvement diffus de l’« Autonomie Ouvrière » et collabore à Milan au journal de ce mouvement Rosso, de 1974 à 1978. Ces activités ne l’empêche nullement de multiplier ses publications au cours des années soixante-dix. Durant la période 1975-1979, il fait paraître une série impressionnante d’articles, de brochures et d’ouvrages sur des diverses questions politiques et juridiques95. Au printemps 1978, il anime, à la demande de Louis Althusser un séminaire de travail à l’« Ecole Normale Supérieure » de Paris sur les Grundrisse, tout en assurant des cours à l’Université de Parix VII. Ses interventions constituent la matière d’un nouvel ouvrage qui sortira l’année suivante, Marx oltreMarx - Quaderno di lavoro sui Grundrisse. En avril 1979, il est incarcéré avec ses principaux collaborateurs de l’Institut de sciences politiques de Padoue, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Il occupe ce séjour en prison, à la rédaction d’essais politiques et d’un grand ouvrage de philosophie sur Spinoza96. Il développe alors des thèses de plus en plus provocatrices. Par exemple, dans l’article « Elogio dell’ assenza di memoria », publié en 1981 dans la revue Metropoli, il affirme que le prolétariat sans travail n’a pas de mémoire historique et n’en a d’ailleurs pas besoin ; cette absence, qui s’identifie à l’absence de « dialectique », constitue même une « richesse »97. Réfugié en France depuis 1983, il semble avoir abandonné depuis cette date ses recherches sur le marxisme. La lecture de ses écrits se heurte à nombreuses difficultés spécifiques liées à la pensée même de l’auteur qui exprime ses conceptions sous une forme extrêmement ramassée, souvent tout à fait confuse, voire avec des formulations successives contradictoires, incompatibles entre elles. Nous nous limiterons ici à l’examen de l’une de ses contributions spécifiques essentielles à la perspective offerte par 1’« ouvriérisme », une réflexion sur la théorie de la crise et de la baisse tendancielle du taux de profit.

  • 98 Pour la période 1967-1977, voir la Préface à l’édition française (1977) du recueil La classe ouvri (...)

56Il existe dans l’œuvre de Negri une remarquable continuité sur le thème de la crise, sur la période 1967-1979, depuis l’article « Marx sur le cycle et la crise », jusqu’à l’ouvrage Marx au delà de Marx, continuité d’ailleurs revendiquée par l’auteur lui-même98. D’une manière générale, on ne peut déceler dans ses travaux de rupture radicale, à l’inverse de ce que nous avons pu constater pour nos auteurs précédents, tels que Lucio Colletti, ou Claudio Napoleoni. Par ces réflexions, Antonio Negri entend prolonger, développer l’analyse « ouvriériste », principalement dans la version proposée par Mario Tronti, dont il est au départ un disciple fervent. Operai e Capitale lui paraît être en effet le principal livre marxiste écrit après Marx.

  • 99 Voir notamment Marx oltre Marx, trad. française pp. 42-45. On retrouve ici le point de vue de Luci (...)

57On ne trouve guère chez notre théoricien de développements sur l’approche générale du marxisme ; seules quelques remarques allusives nous permettent de dégager quelques éléments à ce sujet. Fidèle à l’approche « ouvriériste » inaugurée par Panzieri, il refuse toute perspective philosophique, domaine qu’il entend laisser au « marxisme vulgaire ». Il reprend la conception de Mario Tronti à propos du « matérialisme historique » ; il s’agit de la « science ouvrière », opposée à toute « idéologie », et donc à la « science bourgeoise ». Il ne réfère pas au thème du « fétichisme » ou de la « réification », mais on retrouve plutôt implicitement le projet « trontien » d’« histoire interne de la classe ouvrière ». Dans ses principales études, Negri envisage la « science ouvrière » ou le « matérialisme historique » comme tout à la fois une « critique de l’économie politique » et une « science de la lutte des classes ». Sur le premier aspect, le marxisme représente une « critique militante » de toute économie politique et non une théorie économique comme on le soutient généralement99. Le Capital, en particulier le Livre 1er, constitue une œuvre largement « surévaluée », qui a permis de fonder nombre d’interprétations « objectivistes », c’est-à-dire « économistes ». En réalité, ce livre ne représente qu’une « partie » de l’analyse de Marx, plus ou moins importante. Mais à ce propos notre théoricien ne livre guère de précisions, se contentant d’indiquer qu’il faut condamner toute recherche de la « loi économique de mouvement de la société moderne ». Dans son ardeur à combattre les lectures « objectivistes » il va jusqu’à affirmer :

  • 100 Op.cit., p. 136.

« La capacité que possède le capital d’absorber les forces productives est purement historique, - Marx dirait « occasionnelle », c’est-à-dire qu’elle n’est pas dotée d’une force rationnelle, mais au contraire d’une charge « irrationnelle », là où l’antagonisme qui caractérise la formation du rapport est enclin à se rompre, à se scinder, à exploser »100.

  • 101 Op. cit., pp. 32 et 227-231 ; voir aussi Dall’operaio massa all’operaio sociale - Intervista, Mult (...)
  • 102 Marx oltre Marx, trad. française pp. 21, 32, 171.
  • 103 Op. cit., pp. 34, 36, 209, 230, 319. Il parle parfois de « logique négative » en faisant référence (...)
  • 104 Souligné par AN., Op. cit., p. 327.

58Mais le second aspect de la « science ouvrière » est sans doute plus important que le premier aux yeux de Negri : la « science de la lutte des classes », ou « science de la composition de classe », ce qui révèle dans cette analyse une accentuation de la dimension « subjectiviste » dans la perpective « ouvriériste ». Les Grundrisse (1857-1858) représentent l’œuvre de Marx qui offre le mieux cet aspect, aux yeux de Negri. Rédigé dans la fièvre nocturne, ce travail hautement « subjectiviste » et « anti-économique » représente le véritable « sommet » de la pensée marxienne. Dans ce livre, il faut cependant regretter l’absence de rédaction d’un chapitre spécifique sur le « travail salarié » qui aurait dû être entièrement consacré à la « subjectivité ouvrière », et aurait pu, de cette manière, constituer les « fondements » réels de l’ouvrage sur le « Capital ». Une des conséquences de cette absence est la réduction du salaire dans le tome 1er du Capital, au statut de simple « variable indépendante du procès du capital »101. Negri définit parfois le marxisme comme une « science de la crise et de la subversion ». La crise est un « terrain privilégié de la lutte des classes »102. Les développements sur ce thème lui permettent de mettre en évidence la primauté dans l’œuvre de Marx d’une « logique de l’antagonisme »sur la « logique dialectique » à laquelle la plupart des auteurs se réfèrent, par exemple à propos de la théorie de la valeur103. Dans l’un de ses derniers travaux sur Marx il affirme que la « logique antagoniste » « refuse la dialectique même comme simple horizon » et que les Grundrisse nous offrent à la limite, la « critique marxienne de toute forme dialectique »104, mais sans fournir d’argumentation détaillée. Dans cette perspective, il livre une interprétation des matériaux laissés par Marx sur le problème des crises, dans divers passages des Grundrisse, des livres 2 et 3 du Capital, et des Théories sur la plus-value.

  • 105 Livre 2 du Capital, chapitre IX, Ed. Sociales, 1976, p. 162.
  • 106 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française pp. 94-95 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. franç (...)

59La démarche marxienne représenterait un mouvement que l’on peut appeler de Γ« objectivisme » au « subjectivisme ». Marx commence par se placer du « point de vue du capital élaboré de manière critique » pour atteindre ensuite le « point de vue de la classe ouvrière ». Le point de départ de l’analyse se trouve au livre 2 du Capital qui étudie les cycles de rotation du capital global. La rotation du capital fixe représente la « base matérielle » des crises périodiques qui surviennent en moyenne tous les dix ans105. Il s’agit là du tout premier niveau de la « description phénoménologique » du cycle. Marx fournit dans le Capital toujours en se plaçant du « point de vue du capital », des précisions sur la « possibilité de la crise ». Il distingue ainsi deux aspects, mais qu’il faut unifier ensemble : les « crises de disproportions » et les « crises de réalisation ». Les « crisses de disproportions », correspondent à des « disproportions horizontales » entre les secteurs de production. Les « crises de réalisations » correspondent, quant à elles, à des « disproportions verticales entre production et consommation en général »106. Sur le premier aspect, il faut se référer à l’analyse du procès cyclique du capital fourni au livre du « Capital » :

60A – M – P – M’ – A’

  • 107 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 97. Voir Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, (...)
  • 108 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 95 ; voir aussi « Crisi dello Stato-piano », tr (...)
  • 109 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, pp. 96-97.

61Une rupture au niveau de l’acte M’ – A’ par exemple (marchandises non vendables), interrompt le procès de reproduction et de circulation. Mais Negri ajoute à propos de cet aspect qu’il s’agit du « caractère anarchique de la société capitaliste », et il fait ensuite allusion à la « surproduction du capital dérivant de la rupture de la circulation »107. En outre, il note que la possibilité formelle de la crise se trouve accrue par les phénomènes de la monnaie et du crédit108. Sur le second aspect, il ne livre guère de précisions et se contente d’évoquer le phénomène de la « sous-consommation ouvrière »109.

  • 110 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 2, 1975, resp. pp. 599, 606-608 et 608-613.

62Avant de poursuivre plus avant notre examen, il convient de remarquer que Negri commet une confusion entre l’analyse des conditions permissives de la crise et l’analyse de ses causes effectives. En effet, chez Marx, la « possibilité générale abstraite de la crise » concerne tout d’abord la métamorphose de la marchandise, la séparation de l’acte de l’achat d’avec celui de la vente (dans le procès cyclique du capital A-M-P-M’-A’, la rupture M’-A’). Elle concerne ensuite la forme de l’argent comme moyen de paiement et sur ce point se greffe le problème des crises monétaires110. On peut ajouter aussi les possibilités liées à la rotation du capital fixe, ou « base matérielle » des crises. Par contre, sur les causes effectives, l’auteur du Capital, bien que des réflexions ne soient jamais organisées de manière systématique, renvoie à trois aspects : 1’« anarchie de la production » ou la disproportion entre les productions des différentes branches (et de la répartition du travail social), la « sous-consommation ouvrière » (disproportion entre la production et la capacité de consommation) et la « surraccumulation (ou surproduction) de capital ». Ce dernier aspect ne doit pas être confondu avec la « baisse tendancielle du taux de profit » qui est un facteur d’aggravation des crises. Les trois causes effectives renvoient à la contradiction entre le caractère social de la production et le caractère privé de l’appropriation ou, en d’autres termes, à la contradiction entre les forces productives et les rapports de production dans le mode de production capitaliste.

  • 111 D. Dobson, Londres, 1957. Une allusion dans l’essai « Marx sul ciclo e la crisi » laisse supposer (...)
  • 112 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 100 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. français (...)
  • 113 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 101 ; voir aussi Marx oltre Marx, pp. 185 et 210 (...)

63Antonio Negri, après avoir abordé ce qu’il nomme la « phénoménologie » de la crise, l’étude de ses possibilités, envisage le second aspect de l’analyse qu’il attribue à Marx, le « point de vue ouvrier ». Il s’agit maintenant de déterminer les causes effectives des crises. Il pense avoir décelé la cause effective de la crise dans la loi de baisse tendancielle du taux de profit. Certes, il reconnaît que ce lien n’est pas évident, et qu’il exige un certain nombre de « médiations ». Il pense cependant qu’il n’y a pas vraiment d’obstacle dans la mesure où il entend étudier cette loi non pas du point de vue de l’« objectivité muette » de la « scolastique », mais du « point de vue de classe ». Dans ces conditions, on comprend pourquoi il ne prête pas attention aux discussions qui ont trait à cette loi après la seconde guerre mondiale, par exemple à la suite du travail de l’américain Joseph M. Gillman, auteur de The falling rate of profit111. Mais, ce « silence » ne concerne pas seulement les travaux d’économistes, mais aussi celui d’Antonio Gramsci dans ses Cahiers de prison qui rattache cette loi au phénomène du taylorisme et du fordisme. Negri envisage la loi de Marx comme un « indice du déroulement général du rapport social d’exploitation »112. Le rapport antagoniste de classe engendre la hausse la composition organique du capital, la concentration croissante et donc la chute du taux avec la hausse de la masse de profit. Il faut en effet partir d’un concept de « capital » comme « réalité de l’exploitation de classe », comme « rapport de force ».C’est dans cette perspective que l’on reprendra la formule selon laquelle le « véritable obstacle à la production capitaliste est le capital lui-même »113. Le capital doit s’accommoder de la présence ouvrière en son sein, et en même temps réprimer cette présence, comme Mario Tronti l’avait déjà indiqué. Cette répression peut s’opérer au moyen du progrès technologique, mais aussi au moyen de la crise. Celle-ci ne constitue pas une preuve de faiblesse, mais au contraire la preuve de sa force. La crise, donc le frein au développement des forces productives, est le produit de l’initiative capitaliste et on peut parler à ce propos de l’« usage capitaliste de la crise ». Negri cite à l’appui de sa thèse un jugement de Joseph Schumpeter sur la crise mondiale des années Trente :

  • 114 Joseph-A. Schumpeter, Business cycles - A theoretical, historical and statistical analysis of the (...)

« It was not a symptom of a weakening or a failure of the System. If anything, it was a proof of the vigor of capitalist evolution to which it was -substantially- the temporary reaction »114.

64Le capital cherche à obtenir un rapport de force qui lui soit favorable, et s’intéresse au rapport entre le « travail nécessaire », et le « sur-travail ». Negri se réfère ici à une remarque des Grundrisse selon laquelle,

  • 115 Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 1, p. 386 ; voir aussi p. 355 et tome 2 p. 238. L (...)

« L’autre côté de la crise se résout en une diminution effective de la production, du travail vivant - pour reconstituer le rapport exact entre travail nécessaire et surtravail qui est, d’un dernier ressort, à la base de tout »115.

  • 116 « Proletari e Stato », trad. française, resp. pp. 223 et 232 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. f (...)
  • 117 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 101.
  • 118 « Partito operaio contro il lavoro », pp. 100-101 ; voir aussi Marx au delà de Marx, trad. françai (...)

65L’analyse développée jusqu’ici ne fait pas mention des six « contre-tendances » exposées au livre 3 du Capital. Dans sa première étude sur la crise (1967) notre théoricien se contente d’évoquer leur existence sans les aborder. En 1976, dans « Proletari e Stato », il va préciser qu’elles interviennent « au moment de la crise » dans le but d’alléger la « densité de la composition organique du capital », mais qu’au delà d’un certain stade elles ne peuvent plus agir pour empêcher la chute de la masse de profit, en raison de l’affrontement de classe116. La loi de baisse tendancielle du taux de profit implique-t-elle une perspective « catastrophique » ? Notre auteur affirme en 1967 que la loi ne peut pas être interprétée en ce sens117. Mais plus tard, en 1972, après avoir lu notamment l’Introduction de Colletti au recueil Il futuro del capitalisme - Crollo o sviluppo (1970), ainsi que le livre de Roman Rosdolsky Zur Entstehungsgeschichte des Marxschen « Kapital » (« La genèse du « Capital » de Marx ») paru en 1971, il va admettre la thèse de la « catastrophe », mais dans un sens non « mécaniciste » ; seule la classe ouvrière représente une « catastrophe » pour le capitalisme118. L’« usage capitaliste de la crise » finit par exacerber l’antagonisme de classe. Le renversement du système peut s’opérer par le « refus du travail » préconisé par Mario Tronti ; il peut aller jusqu’à la destruction du « travail mort », donc des machines. Negri prône donc un programme analogue à celui des « Luddites » au début du XIXe siècle.

  • 119 Voir supra chapitre 2, p. 176.
  • 120 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 105.
  • 121 Parmi les défenseurs de cette thèse qui suscitera des critiques nombreuses, on peut citer Mariano (...)
  • 122 On ne mentionnera qu’un seul auteur, Joachim Hirsch, qui fait de la baisse tendancielle du taux de (...)

66Que faut-il penser de l’analyse de notre ultime lecteur de Marx ? Antonio Negri a le mérite de réfléchir sur le thème de la crise qui, jusqu’à présent, se trouvait totalement évacué dans la perspective de l’« ouvriérisme » (Panzieri et le « capitalisme planifié »). Cependant son argumentation est rendue fragile pour de multiples raisons. Tout d’abord ce commentaire plus ou moins éloigné de Marx n’est pas situé historiquement par rapport aux multiples débats et controverses qui ont porté sur ce thème. La contribution de Gramsci n’est pas évoquée. Sur le fond, il semble discutable de considérer dans la perspective de Marx, la loi de baisse tendancielle du taux de profit comme la cause effective des crises. En effet, si la baisse du taux de profit peut être vue comme la « cause immédiate », elle n’a pas de lien direct avec la loi examinée dans la troisième section du livre 3 du Capital119. Le raccordement entre les deux types de baisse exige des médiations complexes. La position de Negri correspond à une version « surconsommationniste » de la théorie des crises fondée sur la loi de baisse tendancielle du taux de profit ; l’intérêt principal se porte sur l’évolution du taux de plus-value en négligeant celle de la composition organique du capital. Le taux de plus-value est même identifié au rapport profits/salaires du moins dans l’étude de 1967120. La défense en Italie d’une telle démarche est néanmoins intéressante car certains économistes, en s’inspirant du classique ouvrage de Andrew Glyn et Bob Sutcliffe, British capitalism, workers and the profits squeeze, (Londres, Penguin Books, 1972), ont tenté de démontrer statistiquement que la « crise structurelle » du capitalisme italien après le Miracle économique, en gros à partir de 1963, provenait en grande partie des poussées de revendications salariales qui aboutissaient à une compression des profits121. De plus, on trouve en Allemagne fédérale des défenseurs de l’approche de la loi de Marx du « point de vue de classe » qui, très informés de la littérature « ouvriériste » italienne, se sont probablement inspirés au départ de la première contribution de Negri (1967)122.

67Nous pouvons maintenant conclure sur cette dernière série de lectures. Ces contributions sont proposées par des « marxistes militants » qui ont reçu une formation culturelle très diversifiée dans les années 1940-1950. Leur approche diffère profondément de celles des philosophes et des économistes universitaires. Les « ouvriéristes » entendent en effet valoriser, à des degrés divers, une dimension « subjectiviste » attribuée à Marx, qui aurait été systématiquement refoulée chez la quasi-totalité des théoriciens marxistes non seulement en Italie, mais aussi à l’étranger. Ces derniers auraient privilégié à tort une perpective « objectiviste », argumentée sur des œuvres telles que le Capital, ou la Préface à la Contribution. Bien qu’elles se veulent toutes « militantes », ces lectures ne vont cependant pas proposer une approche « unitaire » de la pensée de Marx (philosophie et nouvelle science de l’histoire). Nous avons affaire plutôt à des analyses qui ne retiennent qu’un seul aspect. Nous ne trouvons pas de lecture « dualiste ». La position la moins « réductrice » est sans doute celle de Panzieri, qui s’inspire de la conception du marxisme comme « sociologie » développée par le philosophe Lucio Colletti lorsqu’il était disciple de Della Volpe. Par contre, Mario Tronti et Antonio Negri se réclament de la « science du prolétariat ». En dépit de certaines différences dans les formulations, cette approche envisage le marxisme comme une simple doctrine de la lutte des classes. Les thèmes affrontés dénotent des préoccupations nouvelles par rapport à celles des philosophes et des économistes. On notera en particulier l’intérêt pour le problème de la dynamique du mode de production capitaliste. Les préoccupations de Panzieri sont les plus « concrètes », dans la mesure où il privilégie l’usine moderne, et entend étudier le capitalisme contemporain. Par contre, la démarche de Tronti et celle de Negri se situent à un niveau plus général et beaucoup plus abstrait. En ce qui concerne les textes de Marx privilégiés, on relèvera que Panzieri place au centre de son analyse la 4e section du livre 1er du Capital qui n’a jamais fait l’objet de commentaires approfondis jusqu’à présent en Italie. D’une manière générale, les « ouvriéristes » à partir de Tronti s’intéresse tout particulièrement aux Grundrisse, traduits en italien en 1968-70. Les réflexions sur la technologie et les rapports de production sont intéressantes et l’approche des Quaderni Rossi aura un très grand impact, non seulement chez les « ouvriéristes », mais d’une manière générale dans l’extrême-gauche italienne des années soixante. Cependant, on peut regretter qu’un lien même critique, ne soit pas établi avec l’analyse de Gramsci sur le taylorisme et le fordisme. Les Cahiers de prison ne sont pas non plus mentionnés à propos du problème de la périodisation du capitalisme, affronté lui aussi par Panzieri. Sur ce point, les réflexions sur le « capitalisme planifié » peuvent paraître surprenants aujourd’hui, si l’on se réfère à l’instabilité du système économique italien depuis environ quinze-vingt ans. Les travaux des Quaderni Rossi sont « datés » et fortement marqués par l’euphorie suscitée par le « miracle économique » qui avait atteint son apogée en 1962. Les conceptions sur la loi de baisse tendancielle du taux de profit chez Antonio Negri peuvent sembler bien « simplistes » lorsque l’on a pris connaissance de la réfutation de Benedetto Croce, et de la réponse de Gramsci. Certes, l’auteur tente pour la première fois de rattacher cette loi à la question des crises. Mais on trouve chez lui la même idée avancée déjà par Panzieri et Tronti, selon laquelle la classe ouvrière représente la vraie « anarchie » de la production capitaliste, sa « véritable barrière ». Les « ouvriéristes » ne prêtent guère attention à la théorie marxiste de la valeur, à l’inverse de beaucoup d’auteurs précédemment étudiés. Mario Tronti qui livre quelques réflexions à ce sujet réduit la « valeur » à un simple « mot d’ordre », une « thèse politique ». Marx aurait « mis en crise » cette loi qu’il a emprunté à Ricardo. A partir d’une telle perspective, on peut comprendre pourquoi certains « ouvriéristes » ont pu se rallier aux critiques formulées par les économistes adeptes de la théorie des prix de Piero Sraffa. Les trois « lectures » que nous avons envisagées s’opposent à toute approche « déterministe » du marxisme et défendent au contraire une perspective « volontariste ». Nous avons déjà eu l’occasion de rencontrer un théoricien qui insistait sur le côté « activiste » de la pensée de Marx, Rodolfo Mondolfo. Toutefois, marxiste « non militant », il se situait au niveau purement philosophique, très éloignée du projet politique des « ouvriéristes ». Dans la perspective « volontariste » et « subjectiviste », on notera qu’un concept comme celui de l’« aliénation » trouve sa place ; en effet l’« aliénation du travail » permet la prise de conscience de l’exploitation. Enfin, d’une manière générale, il faut relever que les analyses « ouvriéristes » de Tronti et de Negri tendent à fournir une approche du marxisme de type « apologétique », à partir d’une « autonomisation » de la lutte des classes.

Notes

1 Il s’agit au départ d’une accusation lancée par leurs adversaires politiques au sein de la gauche. Ainsi, dès 1958, Panzieri se voit accuser d’« operaismo » par Emilio Sereni du Parti communiste italien, pour avoir tenté de susciter une « alternative de pouvoir », en liant la lutte politique et la lutte économique. (Voir « Cronologia della vita di Raniero Panzieri », rédigée par Stefano Merli, pour le recueil d’écrits choisis de Panzieri, L’alternativa socialista - Scritti scelti : 1944-1956, Einaudi, 1982, p. XXXII).

2 On trouvera des indications biographiques dans la « Cronologia de Stefano Merli, dans Panzieri, L’altemativa socialista, Einaudi, 1982, pp. XV-XLIII.

3 Opinione (Bologne) paraît seulement de 1956 à 1957. Cette revue, animée par de jeunes intellectuels marxistes « critiques » et hostiles au stalinisme, se propose d’étudier les caractéristiques nouvelles du capitalisme italien. Elle envisage le marxisme uniquement comme science, comme « méthodologie du savoir historique et scientifique », qu’il est nécessaire de confronter avec les autres sciences sociales (sociologie, science économique) et avec la pratique.

4 Mondo operaio, no 2, 1958, trad. française, « Sept thèses sur le contrôle ouvrier », dans Critique socialiste, no 3, janvier-février 1971.

5 Panzieri : Lettre à Luciano Della Mea, 18 août 1964, publiée dans Aut-Aut (Milan), no 149-150, septembre-décembre 1975, p. 31.

6 Resp. « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », Quaderni Rossi, no 5, avril 1965, p. 69. « Tesi Panzieri-Tronti », dans Aut-Aut, no 149-150, septembre-décembre 1975, p. 6.

7 « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », p. 71.

8 « Relazione sul neocapitalismo » (1961) dans La ripresa del marxismo-leninismo, Sapere, 1973, p. 199 ; voir aussi « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », p. 71.

9 « Uso socialista dell’ inchiesta operaia », p. 69.

10 Voir par exemple « Dagli appunti di lavoro », (1963), notes préparatoires rour « Plus-valore e pianificazione », dans Aut-Aut, no 149-150, septembre-décembre 975, p. 29, ainsi que la lettre à Luciano Della Mea du 18 août 1964, dans op. cit., P· 31.

11 Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 5. « Plus-valore e pianificazione - Appunti di lettura del Capitale », Quaderni Rossi, no 4, 1964, p. 261.

12 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 856. Panzieri fait implicitement allusion à ce passage dans sa lettre à Luciano Della Mea, 18 août 1964, p. 31.

13 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 338.

14 Parmi ses représentants, on peut citer Edmond Giscard d’Estaing, auteur de l’article « le néo-capitalisme », dans la Revue des Deux-Mondes, (1er août 1928), et Henri de Peyerimhoff. Sur cette doctrine, on peut se reporter aux livres de Gaëtan Pirou, Les doctrines économiques en France depuis 1870, A. Colin, 2e édition 1930, pp. 153-157, et Néo-capitalisme, néo-socialisme, néo-corporatisme, Sirey, 1936.

15 Il ne faut pas confondre ces « idéologies » avec les « idéologies néo-capitalistes » dont Panzieri entend également opérer la critique (voir infra II).

16 « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », Quaderni Rossi, no 1, 1961, p. 60.

17 Silvio Leonardi (né en 1914), membre du P.C.I. est l’auteur d’un rapport au colloque de l’Institut Gramsci tenu en juin-juillet 1956, sur le thème « I lavoratori e il progresso tecnico », (les travailleurs et le progrès technique). Il développe ce rapport dans le livre Progresso tecnico e rapporti di lavoro, Einaudi, Turin, 957. Entre 1958 et 1961, il rédige plusieurs ouvrages techniques comme par exemple Le macchine utensili e la loro industria, Feltrinelli, 1961. En 1966, il propose une théorie de la convergence des deux grands systèmes, capitalisme et socialisme, réalisable au moyen de la « programmation démocratique » (Democrazia di piano, Einaudi, 1966). Plus récemment, il développe un point de vue « européen » dans l’ouvrage L’Europe et le mouvement socialiste, Fédérop, Lyon, 1979.

18 Cité par Panzieri dans « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neo-capitalismo », pp. 57-59.

19 « Lotte operaie nello sviluppo capitalistico » dans « La ripresa del Italia marxismo-leninismo in Italia, Sapere, 1973, pp. 252-253.

20 « Relazione sul neocapitalismo », dans op. cit., pp. 186-188.

21 Ed. Sociales, 1983, p. 475 (la traduction de Joseph Roy de ce passage du Livre 1er du Capital est défectueuse, Ed. Sociales, 1976, p. 301), « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », p. 55 ; « Plus-valore e pianificazione », p. 341.

22 Ce long passage du « chapitre du capital » se trouve dans les Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, pp. 184-194.

23 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 374.

24 Souligné par R.P., « Sull’uso capitalistico delle macchine nel neocapitalismo », p. 56. Les deux principaux passages entre guillemets cités par Panzieri se trouvent au Livre 1er du Capital, aux chapitres XI et XIII, Ed. Sociales, 1983, respectivement pp. 373 et 476.

25 Souligné par R.P., « Plus-valore e pianificazione », resp. pp. 267 et 271.

26 Raniero Panzieri ne s’interroge pas sur le statut (philosophique, « scientifique »...) de ce concept, dans une perspective marxiste. On peut noter qu’il l’utilise assez rarement dans ses articles des Quaderni Rossi (« Sull’uso capitalistico », p. 61) et par contre plus fréquemment dans ses interventions orales devant des militants ouvriers (« Il neocapitalismo e il movimento operaio internazionale », dans La ripresa del marxismo - leninismo en Italia, Sapere, 1973, pp. 134, 141-143 ; « Relazione sull’neocapitalismo », pp. 191, 193, 219-221, 231 ; « Lotte operaie nello sviluppo capitalistico », p. 250).

27 Dans les Quaderni Rossi, attribuer le rôle de détermination aux seuls rapports de production reviendrait, semble-t-il, à caricaturer l’analyse de Panzieri.

28 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 366-375.

29 Op. cit., p. 373.

30 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 373. La traduction française J. Roy est erronée sur ce point « plan du capitaliste ») et cautionne l’interprétation de Panzieri ! (Ed. Sociales, 1976, p. 243).

31 Auteur d’ouvrages de management des entreprises, depuis The concept of the corporation, John Day, New York, 1946.

32 Cet ancien conseiller du Président Roosevelt à l’époque du New Deal est l’auteur de nombreux ouvrages tek que The 20 th century capitalist revolution (1954), traduction italienne 1956. (le titre français est particulièrement révélateur : Le capital américain et la conscience du roi - le néo-capitalisme aux Etats-Unis, A. Colin, 1957) ; voir aussi : Power without propertv - A new development in American political economy, Harcourt Brace New-York, 1959. Berle a publié en collaboration avec Gardiner C. Means, en 1932, une étude détaillée sur les grandes sociétés par actions américaines, The modem corporation and private property. Commerce Clearing House, New York, 1932.

33 « Plus-valore e pianificazione », pp. 264-266 et 271. Il convient de noter que Panzieri se sert du même mot « fabbrica » pour désigner tantôt la « manufacture », tantôt la « fabrique » ou encore « l’usine », d’où les risques importants de confusion entre les phases.

34 Souligné par K.M., Misère de la philosophie, Ed. Sociales, 1968, p. 143, et Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 401.

35 « Plus-valore e pianificazione », p. 270.

36 Op. cit., pp. 284-285.

37 « Relazione sul neocapitalismo », p. 176 ; voir aussi « Plus-valore e piani-ficazione », p. 271 et suiv.

38 Marx : Lettre à F. Engels, 2 avril 1858, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 5, juillet 1857-décembre 1859, Ed. Sociales, 1975, p. 171. On peut remarquer que Marx parle également dans l’« Introduction à la critique de l’économie politique » (1857) des « sociétés par actions » comme « une des dernières formes de la société bourgeoise » ; mais en précisant qu’elles apparaissent aussi « à ses débuts » sous la forme des grandes compagnies commerciales disposant d’un monopole (« Introduction » de 1857, dans Marx-Engels, Textes sur la méthode de la science économique, Ed. Sociales bilingues, 1974, p. 179). On peut se reporter en outre aux Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, p. 22.

39 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 408 ; voir aussi p. 410.

40 « Plus-valore e pianificazione », pp. 282-283 et 285-286.

41 Henri Jacot : « Le capital financier comme forme(s) du capital », Issues, no 3, 2e trimestre 1979, pp. 71-72.

42 « Relazione sul neocapitalismo », p. 205. Dans ce texte, Engels fait allusion aux « trusts » qui monopolisent des branches entières d’industrie (dans Marx-Engels, Critique des programmes de Gotha et d’Erfurt, Ed. Sociales, 1966, p. 96).

43 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 410. En fait, on trouve aussi chez Marx dès 1957, dans les Grundrisse des intuitions sur la disparition de la libre concurrence.

44 « Plus-valore e pianificazione », p. 286 ; « Dagli Appunti di lavoro » (1963) dans Aut-Aut, septembre-décembre 1975, pp. 22 et 28-29. Panzieri parle aussi de « capitalisme « régulé » » (« regolato », guillemets de Panzieri), « Dagli Appunti di lavoro », p. 24.

45 « Plus-valore e pianificazione », p. 286.

46 « Dagli Appunti di lavoro », p. 23.

47 « Relazione sul neocapitalismo », pp. 171 et 225-226 ; voir aussi « Plusvalore e pianificazione », pp. 271 et 187 et la note 77 ; « Dagli Appunti di lavoro », p. 24.

48 Souligné par K.M., livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 244.

49 Dans son rapport au Congrès de Kiel de la social-démocratie allemande. Sur cette théorie, voir supra chapitre 3, p. 262.

50 « Il neocapitalismo e il movimento operaio internazionale » (fin 1960début 1961) dans le recueil La ripresa del marxismo-ieninismo in Italia, Sapere, 1973, p. 143.

51 Capitalismo di Stato e imperialismo fascista (1963), chapitre VI, Mazzotta, 1975, et Il capitale finanziario in Italia (1937-1940), Einaudi, 1945, rééd. 1971.

52 Les quelques indications biographiques ci-après proviennent de sources diverses.

53 Ugo Spirito a publié La filosofia del comunismo, Sansoni, 1948.

54 Voir le recueil Sull’autonomia del potitico, Feltrinelli, 1977.

55 Voir l’interprétation citée au colloque de l’Institut Gramsci de 1958 et une étude complémentaire publiée dans un recueil consacré à Gramsci, « Tra materialisme dialettico e filosofia della prassi : Gramsci e Labriola », dans Caracciolo Alberto et Scalia Gianni, a cura di, La Città futura - Saggi sulla figura e il pensiero di Antonio Gramsci, Feltrinelli, 1959, rééd. 1976, pp. 69-92.

56 Cette source se trouve, selon nous, dans le passage des Leçons sur l’histoire de la philosophie, de Hegel qui a influencé F. Engels lorsqu’il envisage le « mode logique » comme le « mode historique, dépouillé seulement de la forme historique et des hasards perturbateurs » (Voir chapitre 1er, p. 100).

57 Souligné par M.T., « Marx ieri e oggi », trad. française pp. 37-38.

58 Op. cit., trad. française, p. 40 ; voir aussi « Studi recenti sulla logica del Capitale », Società, no 6, novembre-décembre 1961, pp. 902-903. Voir supra, pp.313 et 315, pour les références à Histoire et conscience de classe. Tronti ne mentionne jamais sa dette envers Lukacs.

59 « Marx ieri e oggi », rééd. dans Operai e Capitale, trad. française, p. 43 ; voir aussi « Tesi Panzieri-Tronti », (1962), dans Aut-Aut, septembre-décembre 1975, p. 6.

60 « La fabbrica e la società », rééd. dans Operai e capitale, trad. française, pp. 64, 67-68.

61 Souligné par M.T., « Marx, forza-lavoro, classe operaia », dans Operai e Capitale, trad. française, p. 270.

62 Souligné par M.T., op. cit., pp. 177, 298 ; voir aussi pp. 201 et 291.

63 Op. cit., p. 270.

64 Op. cit., pp. 171 et suiv., 201, 283.

65 Voir par exemple « Il piano del capitale », trad. française, pp. 77, 84, 88-89.

66 Souligné par K.M., Manuscrits de 1844, Ed. Sociales, 1968, p. 67 (voir supra chapitre 4, p. 318). Cité par Tronti, « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, p. 150.

67 Op. cit., pp. 148-150.

68 Op. cit., pp. 193-196.

69 Souligné par M.T., Op. cit., p. 153.

70 Le terme original de Destutt de Tracy est effectivement « travail quelconque » que Ricardo traduit par « labour of some kind ». Cette formule se trouve omise dans la traduction française du livre de Ricardo, Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, p. 227.

71 Manuscrits de 1844, p. 132. « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, pp. 153, 156 et 157-169.

72 Comme nous l’avons vu précédemment, il existe d’ailleurs deux concepts de « travail abstrait » dans les Manuscrits de 1844, voir supra chapitre 4, pp.326-327.

73 Op. cit., p. 152.

74 Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 32-33. Nous avons corrigé cette traduction pour le mot souligné par nous : « présupposé » au lieu de « présumé ».

75 Souligné par nous. Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 362.

76 Souligné par M.T., « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, p. 177.

77 Op. cit., pp. 176-178, 253, 290. Tronti trouvera une formule lapidaire à ce propos : « l’ouvrier isolé, ça n’existe pas » (pp. 180 et 286-287).

78 Op. cit., notamment pp. 149-153, 222, 323 ; voir aussi « La fabbrica e la società » trad. française pp. 54-55 ; « Il piano del capitale » trad. française pp. 82 et 94. On a là, la seule signification reconnue par Tronti au « mot corrompu » d’« aliénation » des Manuscrits de 1844. Alors que Panzieri l’envisage comme une conséquence de l’exploitation, Tronti en fait une « forme » de l’exploitation. Mais les deux auteurs s’accordent pour estimer qu’elle permet à l’ouvrier de « prendre conscience » de l’exploitation et donc de lutter contre elle.

79 « Marx, forza-Iavoro, classe operaia », trad. française pp. 179-180, 291.

80 Op. cit., pp. 178, 250. Ce concept qui apparaît dans les travaux sociologiques menés par les chercheurs appartenant au groupe des Quaderni Rossi à partir de 1961, sera surtout utilisé par les collaborateurs de la revue Contropiano. Antonio Negri en fera un usage assez fréquent, dans ses écrits. D’après cette conception, la classe se « compose » lorsque ses membres prennent conscience de leur unité et se « décompose » dans le cas contraire. On retrouve ici implicitement la distinction de Marx de la « classe en soi » et de la « classe pour soi » (Sur cette distinction, voir par exemple la Misère de la philosophie, Ed. Sociales, 1968, p. 177).

81 « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, pp. 256, 293-94.

82 Souligné par M.T., Op. cit., pp. 293-94.

83 Souligné par M.T., op. cit., p. 274 ; voir aussi pp. 276-277.

84 Op cit., resp. p. 276 et 155.

85 Op. cit., p. 276.

86 Op. cit., pp. 268, 321-325.

87 Tronti rendra ainsi un hommage vibrant à la « science du capital » pour avoir su dégager les causes de la récession conjoncturelle survenue à partir de l’automne 1963, et qui se prolongera jusqu’au premier trimestre 1965 :hausse des salaires supérieure à celle de la productivité du travail provoquant l’« inflation par les coûts », et contraction des profits par rapport aux salaires (Classe operaia, mai 1964, réédité dans Operai e capitale, trad. française, p. 114-115).

88 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 647-648.

89 Voir par exemple, « Marx, forza-lavoro, classe operaia », trad. française, p. 284.

90 Intervention publiée pour la première fois dans Metropolis no 2, juin 1978, pp. 15-16. Pour la référence à la Contribution, voir Ed. Sociales, 1957, p. 38.

91 Raniero Panzieri : « Intervento alla reunione della redazione « Quaderni Rossi - Cronache operaie » (1963), publiée dans le recueil La ripresa del marxismo - leninismo, Sapere, 1973, p. 302.

92 Nos quelques informations biographiques proviennent de sources diverses.

93 Stato e diritto nel giovane Hegel, Cedam, Padoue, 1958 ; Saggi sullo storicismo tedesco :Dilthey e Meinecke, Istituto Feltrinelli, Milan, 1959 ; Alle origini del formalismo giuridico, Cedam, Padoue, 1962.

94 On trouve sur ce thème quelques réflexions de Mario Tronti dans l’étude « Marx à Détroit », dans Ouvriers et Capital, Ch. Bourgeois, 1977, pp.356-371.

95 Parmi les articles, publiés notamment dans la revue Critica del Diritto, on relèvera « Su alcune tendenze della più recente teoria comunista dello Stato : rassegna critica » (no 3, septembre-décembre 1974), trad. française dans A.C.S.E.S., Sur l’Etat, colloque de Nice (septembre 1976) Ed. Contradictions, 1977, pp. 375-427. Parmi les brochures et ouvrages on notera Proletari e Stato-Per una discussione su autonomia operaia e compromesso storico, Feltrinelli, 1976. Le recueil d’études diverses, La forma Stato - Per la critica dell’ economia politica della Costituzione, Feltrinelli, 1977 ; Il dominio e il sabotaggio - Sul metodo marxista della trasformazione sociale,(1977), Feltrinelli, 1978 ; on peut ajouter aussi le livre-interview préparé par Paolo Pozzi et Roberta Tommasini, Dall’operaio massa all’operaio sociale - Intervista sull’operaismo, Multhipla, 1979.

96 Il publie Il comunismo e la guerra (1979-80), Feltrinelli, 1980, le recueil d’études Macchina Tempo - Rompicapi, liberazione, costituzione, Feltrinelli, 1982, et L’anomalia selvaggia - Saggio su Spinoza, Feltrinelli, 1981, trad. française, L’anomalie sauvage-Puissance et pouvoir chez Spinoza, PUF, 1982.

97 Pour une analyse critique des récents développements de la pensée de Negri on peut se reporter à l’étude de Costanzo Preve, La dissoluzione del paradigma teorico operaista in Italia (1976-1983), Dedalo, 1984, en particulier pp. 61-68.

98 Pour la période 1967-1977, voir la Préface à l’édition française (1977) du recueil La classe ouvrière contre l’Etat, Galilée, 1978, notamment pp. 13-17.

99 Voir notamment Marx oltre Marx, trad. française pp. 42-45. On retrouve ici le point de vue de Lucio Colletti développé à partir de 1967.

100 Op.cit., p. 136.

101 Op. cit., pp. 32 et 227-231 ; voir aussi Dall’operaio massa all’operaio sociale - Intervista, Multhipla, 1979, p. 136. En ce qui concerne ce fameux livre annoncé dans le plan de travail présenté dans les Grundrisse, il convient de signaler que le « travail salarié » sera plus tard traité à divers endroits du livre 1er du Capital par exemple au chapitre VIII (« journée de travail ») et dans la sixième section consacrée entièrement au « salaire ».

102 Marx oltre Marx, trad. française pp. 21, 32, 171.

103 Op. cit., pp. 34, 36, 209, 230, 319. Il parle parfois de « logique négative » en faisant référence aux aspects récents de la philosophie italienne dans le domaine de la « pensée négative ».

104 Souligné par AN., Op. cit., p. 327.

105 Livre 2 du Capital, chapitre IX, Ed. Sociales, 1976, p. 162.

106 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française pp. 94-95 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. française p. 174. Ces vocables de « disproportions horizontales et verticales » appartiennent aux théories de la « surcapitalisation ».

107 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 97. Voir Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 92-93. Negri parle de « crises de la circulation purement et simplement » dans Marx oltre Marx, trad. française, p. 174.

108 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 95 ; voir aussi « Crisi dello Stato-piano », trad. française, p. 141.

109 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, pp. 96-97.

110 Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 2, 1975, resp. pp. 599, 606-608 et 608-613.

111 D. Dobson, Londres, 1957. Une allusion dans l’essai « Marx sul ciclo e la crisi » laisse supposer qu’il rejette en bloc la critique de cette loi par Paul Baran et P.M. Sweezy dans The monopoly capital, 1966, (voir trad. française p. 92, note 29)

112 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 100 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. française p. 180 et suiv.

113 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 101 ; voir aussi Marx oltre Marx, pp. 185 et 210. Sur l’utilisation de cette formule par Panzieri et Tronti voir supra.

114 Joseph-A. Schumpeter, Business cycles - A theoretical, historical and statistical analysis of the capitalist process, Mac Graw Hill, New-York, 1939, tome 2, p. 908. Voir « Marx sul ciclo e la crisi », p. 123.

115 Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 1, p. 386 ; voir aussi p. 355 et tome 2 p. 238. La référence à ce passage se trouve dans « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française p. 105 et dans Marx oltre Marx, trad. française pp.175-176.

116 « Proletari e Stato », trad. française, resp. pp. 223 et 232 ; voir aussi Marx oltre Marx, trad. française p. 184.

117 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 101.

118 « Partito operaio contro il lavoro », pp. 100-101 ; voir aussi Marx au delà de Marx, trad. française, pp. 178-179.

119 Voir supra chapitre 2, p. 176.

120 « Marx sul ciclo e la crisi », trad. française, p. 105.

121 Parmi les défenseurs de cette thèse qui suscitera des critiques nombreuses, on peut citer Mariano D’Antonio, Sviluppo e crisi del capitalisme italiano - 1951-1972, Laterza, 1973, et Francesco Farina, L’accumulazione in Italia - 1959-1972, Laterza, 1976.

122 On ne mentionnera qu’un seul auteur, Joachim Hirsch, qui fait de la baisse tendancielle du taux de profit non pas une loi économique, mais l’expression du procès social de lutte des classes, qui impose au capitalisme la nécessité de réorganiser en permanence ses rapports de production (Joachim Hirsch, Staatsapparat und Reproduktion des Kapitals, Francfort, 1974, extraits publiés dans John Holloway et Sol Picciotto, edited by, State and Capital - A marxist debate, E. Arnold, 1978, pp. 67-81).

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search