Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Deuxième partie. Les interprétations de la pensée de Marx depuis Gramsci

Chapitre V. Les interprétations de Marx des économistes adeptes de Sraffa

Texte intégral

1Nous poursuivons notre examen des « lectures » d’après-guerre en abordant maintenant les nouvelles contributions des économistes. Pratiquement absents des débats durant les années cinquante, les économistes vont proposer des interprétations de Marx au cours des années soixante et soixante-dix. L’une des raisons principales de cet intérêt réside dans le mouvement de « retour aux classiques » qui se manifeste après la parution du livre de Piero Sraffa en 1960, Production de marchandises par des marchandises. Les auteurs que nous allons envisager sont tous plus ou moins influencés par le livre de cet économiste italien installé à Cambridge depuis les années trente. On s’attachera tout d’abord à l’œuvre de Claudio Napoleoni, qui suit un itinéraire très complexe. Tout d’abord critique de Marx, sur les questions de l’aliénation, de l’exploitation et de la valeur, cet auteur formule une nouvelle analyse. Il devient ensuite marxiste sous l’influence des travaux de Lucio Colletti et va, dans cette nouvelle perspective, se livrer à deux « lectures » successives. Nous examinerons ensuite les contributions critiques de deux auteurs disciples de Piero Sraffa, présentées durant les années soixante-dix, au sujet de la théorie de la valeur. La première, celle de Pierangelo Garegnani interprète Marx comme un disciple de Ricardo qui cherche à déterminer la répartition de manière « non-circulaire ». La seconde entend démontrer que la théorie de Marx recèle en elle-même une théorie de la « production en général ».

SECTION I : CLAUDIO NAPOLEONI ET L’ŒUVRE DE MARX

I – Claudio Napoleoni économiste

2Claudio Napoleoni représente l’un des économistes italiens les plus originaux du second après-guerre mondiale, en particulier par ses rapports complexes et pleins de rebondissements avec l’œuvre de Marx. Il rédige ses principales contributions entre 1963 et 1983-84, c’est-à-dire dans le même contexte politique, économique et social que dans le cas du philosophe Lucio Colletti, et des « ouvriéristes » Mario Tronti et Antonio Négri : fin du « miracle », instabilité à la fois économique et politique, et récurrence des luttes sociales.

  • 1 Nos informations biographiques proviennent de sources diverses. Certaines indications nous ont été (...)
  • 2 Voir à ce sujet, Napoleoni : « La teoria dell’equilibrio economico generale secondo Von Neumann », (...)

3Né à l’Aquila, dans les Abruzzes, en 1924, Claudio Napoleoni étudie la philosophie à l’université de Rome, de 1943 à 19471. Le « néo-idéalisme », notamment la pensée de Benedetto Croce prédomine encore largement dans cet enseignement comme nous l’avons vu à propos de Lucio Colletti. Cependant notre théoricien ne subit pas l’influence de ce courant. Durant la seconde guerre mondiale, il prend connaissance de l’œuvre de Marx, et après 1945 il se passionne pour l’économie politique en parfait autodidacte ; en particulier, il se plonge dans les écrits des théoriciens de l’équilibre économique général, et au premier chef, ceux de Léon Walras. En 1953, il entre à Rome, comme chercheur, à la S.V.I.M.E.Z., « Associa-zionezione per lo sviluppo dell’industria nel Mezzogiorno », et participe alors à des travaux sur la croissance économique italienne. En 1956, il édite, avec quelques collaborateurs, un monumental Dizionario di economia politica. Dans un article paru l’année suivante dans Economia Internazionale, « Considerazioni sui concetti di « valore economico » et di « valore lavoro » », il tente de démontrer que la théorie « moderne » de la valeur, exprimée dans l’équilibre économique général de Walras et Pareto, lorsqu’elle est amputée de l’« exclusivisme » de ses formulations d’origine, ne présente pas d’incompatibilité avec la « théorie de la valeur-travail » de l’économie politique classique et de Marx. En effet, il estime que ces deux parties de la science économique sont en rapport de complémentarité. La première (« économie pure »), s’occupe de l’activité économique en tant que telle, des rapports entre les hommes et les choses ; elle part du choix, avec un concept-clé, la « valeur économique », entendue comme « cœfficient de choix » qui reflète les conditions techniques et les préférences. La seconde, (« économie politique »), représentée par Smith, Ricardo et surtout Marx, s’occupe des rapports entre les hommes dans la vie sociale, en particulier dans l’« économie capitaliste » ; elle part du travail avec le concept-clé de « valeur-travail ». Cet article rediscute, certes rapidement, pour la première fois depuis longtemps en Italie, de la fameuse question de la « transformation » des valeurs en prix de production. En effet, après les critiques de Loria, de Graziadei, à la fin du XIXe siècle, les économistes italiens n’ont jamais reconsidéré cette question, notamment après l’apparition des deux solutions de Ladislaus Von Bortkiewicz, en 1906-1907, dont la seconde est connue en Italie de l’après-guerre principalement grâce au livre de Paul M. Sweezy, The theory of capitalist development (1942), traduit en italien en 1951. Dans la première moitié des années soixante, Claudio Napoleoni fait partie du groupe des critiques italiens de la théorie walrassienne. Il partage entièrement la critique développée par Pierangelo Garegnani dans Il capitale nelle teorie della distribuzione (1960), qui démontre l’échec de la théorie de l’équilibre économique général dans la version de Léon Walras et de Knut Wicksell sur la question du capital. Il s’intéresse de très près au modèle d’équilibre général proposé par le mathématicien allemand J. Von Neumann en 1937, « A model of general equilibrium », publié en 1944 dans The Review of economic studies. Il voit dans ce modèle une analyse radicalement opposée à celle de Walras, et lui accorde une place prépondérante dans l’histoire de la pensée économique. Il diffère de celui de Walras car il s’intéresse à l’évolution du système économique dans une suite de périodes (et non une seule). Les facteurs de production n’existent pas au départ ; pour une période donnée, ils représentent les biens produits dans la période précédente. Le processus de production a un caractère circulaire : les mêmes biens se trouvent au début et à la fin de la transformation technologique (inputs et ouputs). De plus, il n’existe pas de « consommations » finales ; la consommation des travailleurs et des capitalistes n’est qu’un moment de la production. Von Neumann démontre l’existence d’une situation d’équilibre évolutif avec la détermination de niveaux relatifs de production, des prix relatifs, d’un taux unique d’expansion et d’un taux unique d’intérêt (ou de profit) ; ces deux derniers taux sont égaux. Pour Napoleoni, l’opposition la plus importante entre Walras et le mathématicien allemand concerne la question de la répartition. En effet, chez Von Neumann, le profit du capitaliste, différence entre la valeur (coût) de la production de la période considérée et la valeur de la production de la période précédente, a le caractère d’un résidu ; il a par conséquent des affinités avec le « surplus » des classiques et la « plus-value » de Marx2. De 1960 à 1962, notre économiste donne des cours d’histoire de la pensée économique, de Walras à Von Neumann à l’« Ecole de formation et de spécialisation sur la théorie et la politique du développement économique », auprès du « Centre d’études du développement économique » de la S.V.I.M.E.Z. à Rome. En 1960-1961, il réalise onze émissions à la R.A.I. sur la pensée économique du XXe siècle, dont le texte sera immédiatement publié, puis réédité en 1963 : Il pensiero economico del ‘900. En 1960, paraît le petit livre qui va profondément et durablement intéresser Claudio Napoleoni, Production of commodities by means of commodities - Prelude to a critique of economic theory de Piero Sraffa. Cet ouvrage donne en effet une impulsion considérable à l’approche dite « néo-ricardienne » en économie politique. Il suscitera des polémiques dans trois principales directions :

  • tout d’abord sur la théorie ricardienne de la valeur, et la question de la recherche d’un « étalon invariable » ;

  • sur la théorie marxiste de la valeur et la question de la « transformation » des valeurs en prix de production ;

  • sur la théorie « néo-classique » de la répartition, en particulier sur le problème de la mesure du capital.

4Napoleoni consacre une importante recension, en 1961, pour le Giornale degli Economisti e Annali di Economie à ce livre qui va susciter progressivement de nombreux débats. Les premières discussions sur Sraffa en Italie se déroulent en 1963 à Rome, au sein de deux groupes. Le premier, qui siège à l’Institut d’économie politique de la Faculté des sciences statistiques de l’université de Rome, est constitué par le séminaire de l’ancien élève de Joseph Schumpeter à Harvard, Paolo Sylos Labini (né en 1920). Un second groupe se réunit autour de Claudio Napoleoni, mais en dehors de l’université et de toute institution. Depuis 1961, Napoleoni se trouve en contact avec Franco Rodano (1920-1983). Franco Rodano avait dirigé avec Felice Balbo (1913-1964) en 1943-1944, le « Movimento dei Cattolici Comunisti » issu d’un groupe clandestin fondé en 1937. Ce « Mouvement des catholiques communistes » s’est transformé en 194445 en « Parti de la gauche chrétienne » et a édité le journal Voce Operaia. En 1945, ce parti est dissous, et la plupart de ses adhérents rejoignent le Parti communiste italien. Franco Rodano est devenu dans les années cinquante et soixante le principal conseiller de Palmiro Togliatti sur les problèmes de catholicisme. Napoleoni et Rodano décident de fonder une revue, La Rivista Trimestrale, non exclusivement consacrée à des questions philosophiques et religieuses. Lancée en 1962, elle va devenir rapidement un pôle de référence incontournable pour les intellectuels catholiques de gauche, notamment ceux qui sont attirés par une confrontation avec le marxisme. Claudio Napoleoni, co-directeur de 1962 à 1970, va faire jouer à la Rivista Trimestrale un rôle important dans la diffusion de l’œuvre de Piero Sraffa. Il publie ainsi l’article de 1925, « Sur les relations entre coût et quantité produite » et quelques textes appartenant à l’édition critique des écrits de Ricardo. Il rédige de nombreux articles. Dans six numéros entre 1964 et 1969, il donne une série d’études sur les Physiocrates, Adam Smith et Ricardo, les « Appunti per una storia del pensiero economico », qui seront réédités en 1970 dans le recueil Smith, Ricardo, Marx - Considerazioni della storia del pensiero economico. Ses travaux critiques sur Marx paraissent entre 1963 et 1966 : « Struttamento, alienazione e capitalismo » (1963), « Sul pensiero di Marx » (1965) rédigé en collaboration avec Franco Rodano, « Sul signifïcato del problema marxiano della « trasformazione » » (1966). En 1969, il publie dans la revue « Futuribili », l’étude « Problemi di interpretazione del marxismo ». A l’occasion de la réédition en Italie du livre classique de Paul M. Sweezy, The theory of capitalist development (1942), il rédige un essai introductif, « Su alcuni problemi del marxismo » (1970). Cette année-là il fait paraître avec Lucio Colletti l’anthologie Il futuro del capitalismo - Crollo o sviluppo ? Depuis 1963, il enseigne à l’université, tout d’abord à Ancône, puis à Naples, et enfin à Turin. De 1968 à 1974, il assure la direction à Rome de la « Scuola italiana di storia del pensiero economico » (S.I.S.P.E.), « Ecole italienne d’histoire de la pensée économique ». En 1970-1971, à la suite de divergences nombreuses et profondes avec Franco Rodano sur des questions à la fois théoriques et politiques, il décide d’interrompre sa collaboration à la Rivista Trimestrale. Il rendra compte de ses divergences dans l’article « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale » ? », paru dans Rinascita en octobre 1972. A partir du début des années soixante-dix, il passe de la critique de Marx au marxisme, et va défendre en particulier une interprétation de la théorie de la valeur directement inspirée de celle de Lucio Colletti dans l’introduction au livre d’Edouard Bernstein. Parmi ses nouvelles recherches, il faut mentionner l’ouvrage Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx (1972), composé à partir d’un cours professé à l’université de Turin, en mars-mai 1971. Quelques autres études témoignent de cet important changement d’orientation, en particulier une intervention au colloque de l’Institut Gramsci, en octobre 1971, sur le thème « Il marxismo italiano degli anni sessanta e la formazione teorico-politica delle nuove generazioni », et des conférences à la Fondation Luigi Einaudi de Turin, en mars 1972, réunies sous le titre « Lavoro astratto, scambio e capitale in Marx », rééditées dans la seconde édition refondue de Smith, Ricardo, Marx-Considerazioni sulla storia del pensiero economico (1973). A partir de 1975, il reformule son approche du marxisme en particulier sous l’influence du nouvel essai de Colletti Marxismo e dialettica, et présentera entre 1975 et 1978 sa propre version de la « théorie des deux Marx », tout en continuant cependant de se considérer comme « marxiste ». On mentionnera tout d’abord l’ouvrage Valore (1975), conçue dans le cadre d’une encyclopédie philosophique, puis la contribution présentée au colloque organisée par l’université de Modène sur le thème « Il valore-lavoro nella costruzione teorica di Marx », publiée dans Rinascita en 1978 : « L’enigma del valore ». A partir de 1976, il commence une carrière politique, avec son élection comme député de la « gauche indépendante » proche du Parti communiste italien. Il devient ensuite sénateur. Ses activités le conduisent à réduire ses recherches théoriques. Cependant, en 1983-1984, il rédige un nouvel ouvrage, Discorso sull’economia politica (1985), dans lequel il revient à nouveau sur l’œuvre de Sraffa et de Marx.

5Dans un premier temps, nous examinerons la critique de la « théorie économique » de Marx à travers les articles de la période de collaboration à la Rivista Trimestrale (1963-1970). Dans un second temps, nous nous pencherons sur les relectures de Marx développées de 1971 à 1978.

II – La critique de la « théorie économique » de Marx

6La « théorie économique » de Marx est le seul domaine étudié par Claudio Napoleoni dans ses articles de la Rivista Trimestrale. Il envisage Marx uniquement en tant qu’« économiste », sans consacrer la moindre allusion à la « critique de l’économie politique ». Trois questions font principalement l’objet d’un examen : l’aliénation du travail, l’exploitation et la théorie de valeur, cette dernière étant sous l’angle de la « transformation » des valeurs en prix de production.

7La lecture critique vise en gros, à dégager « ce qui est vivant » et à rejeter « ce qui est mort » dans l’analyse de Marx et à récupérer le « noyau sain » d’une nouvelle analyse. Les questions telles que le contenu du « matérialisme historique » ou la méthode du « Capital » ne sont pas abordées.

a – La critique de Marx : aliénation, exploitation et théorie de la valeur

  • 3 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo, La Rivista Trimestrale, septembre-décembre 1963, pp. 403 (...)

8Claudio Napoleoni se réfère tout d’abord au concept de « praxis », présenté par Marx dans les « thèses sur Ludwig Feuerbach », en tant qu’« essence » de l’homme. La « praxis », transformation du monde sensible, représente une « activité libre », non dirigée vers une « fin nécessaire », inéluctable ; elle représente le premier besoin véritablement humain. Cependant, l’homme doit satisfaire les « besoins de la vie physique » par la production matérielle. Cette activité particulière, le travail, certes, indispensable pour la réalisation de l’« essence » de l’homme, est dirigée vers une « fin nécessaire », conditionnée par les besoins naturels. A la différence de la « praxis », le travail représente par nature, une activité non libre, non pleinement humaine, et aliénée. Il n’est donc nullement nécessaire que l’« exploitation » existe, pour que l’« aliénation » du travail apparaisse, Marx défend donc une vision dévalorisante du travail, conçu comme « négativité », ou, selon le mot italien, comme « disvalore ». Une telle conception remonte en fait à une vieille tradition qui commence avec la pensée grecque, puis réapparaît dans le catholicisme du Moyen-Age (travail comme « conséquence du péché ») et dans le protestantisme (la « Réforme »), L’approche marxiste constitue même une sorte de version « athée et immanentiste » de la Réforme. En effet, dans les deux cas, le passage obligé par le travail permet ensuite d’accéder à un « sauvetage » : pour le protestantisme, il s’agit d’un « sauvetage individuel », qui mène au ciel, tandis que pour Marx, il s’agit d’un « sauvetage collectif » sur la terre, avec le communisme (« libération » du travail)3.

9Les Manuscrits de 1844 dégagent quatre « déterminations » de l’aliénation du travail. L’homme devient étranger à son propre produit, à son propre travail, à sa propre « essence », donc à lui-même ; il ne fait « de son essence qu’un moyen de son existence ».

  • 4 Voir supra chapitre 4, p. 317.
  • 5 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 403, 406, « Sul pensiero di Marx », La Rivista Tri (...)

10Sur ces trois « déterminations », Marx fonde une quatrième : l’homme devient étranger à l’homme4. L’aliénation capitaliste présente des caractéristiques spécifiques par rapport à l’aliénation « générique » que l’on vient de voir. Le produit du travail est une « marchandise » et le « moyen de production » devient étranger au travailleur, s’oppose à lui, ou en d’autres termes, le « travail mort » (la machine) domine le « travail vivant ». Cette idée fondamentale de Marx est la « réduction du travail au capital » ; le travail constitue, dans le capitalisme, la partie « variable » du capital. De plus, Marx défend dans toute son œuvre la relation fondamentale de causalité suivante : l’aliénation est la cause de l’exploitation5. Elle découle de la quatrième détermination du « travail aliéné », selon laquelle l’homme devient étranger à l’homme. Un passage des Manuscrits de 1844 cité dans notre étude de Colletti est particulièrement significatif à cet égard :

« La propriété privée est donc le produit, le résultat, la conséquence nécessaire du travail aliéné, du rapport extérieur de l’ouvrier à la nature et à lui-même ».

  • 6 Souligné par CN, « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 149, 161, 166, 168 ; voir aussi (...)
  • 7 Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, pp. 101-102.
  • 8 Napoleoni affirme que chez Marx l’« aliénation » est « dans l’essence même du travail » (guillemets (...)

11Dans l’ouvrage, la « propriété privée » est assimilée (à tort) à l’« exploitation ». Cette dernière représente un « correctif dialectique » ou une « réponse dialectique » à l’aliénation6, car seul ce passage obligé permettra à l’homme, au terme du processus historique qui conduit au communisme, de quitter la situation d’« aliéné ». Avant de pousser plus avant notre étude, on peut d’ores et déjà remarquer que cette interprétation présuppose des raccourcis considérables et présente des thèses très discutables. Tout d’abord, la « praxis » chez Marx, certes, n’est pas confondue avec le travail, mais ne peut être réduite à une « activité libre ». En second lieu, Napoléoni envisage une conception du travail comme pure « négativité » à la manière d’Adam Smith. En effet, l’économiste anglais conçoit le travail comme une « malédiction » (le « péché originel ») et le « non-travail » comme la « liberté » ; il confond le travail « en général » avec le « travail dans ses formes historiques, esclavage, servage, salariat » et ne retient que le travail forcé, entendu comme « sacrifice » psychologique7. Marx défend à l’inverse, une conception du travail comme positivité. Dans les Manuscrits de 1844 par exemple.il estime que le travail représente l’« activité vitale » de l’homme, la manifestation de sa personnalité ; il ne peut donc s’agir pour lui d’une activité qui serait par nature aliénée8. Notre économiste tend donc à identifier « aliénation » et « objectivation » et à retomber dans l’erreur « hégélienne » du jeune Georg Lukacs, d’Histoire et conscience de classe (1923).

12Les remarques sur l’« aliénation » révèlent une hâtive mise sur le même plan des Manuscrits de 1844, et d’œuvres ultérieures telles que les Grundrisse. La « réduction du travail au capital » devient le contenu de l’« aliénation capitaliste », ce qui comporte le risque de confusion entre le concept philosophique d’« aliénation » et les concepts utilisés dans les écrits de maturité comme, par exemple, la « subsomption du travail au capital », et l’exploitation du travail. De plus, la relation de cause à effet établie à partir d’un passage des Manuscrits de 1844 n’est guère probante si on tente de l’appliquer à toute l’œuvre de Marx ; les défenseurs de la thèse de la continuité totale entre les œuvres de jeunesse et celles de maturité défendent en général la thèse inverse. On verra plus loin qu’il s’agit aussi de la position personnelle de Napoleoni !

  • 9 Souligné par C.N., « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 411 ; « Sul pensiero di Marx », (...)

13Il nous faut maintenant revenir sur l’analyse de notre économiste. Dans son interprétation, l’exploitation chez Marx consiste dans une opération de division du travail total en « travail nécessaire » et « surtravail » ; on fait la différence entre le travail total dépensé dans une activité productive, et le travail dépensé pour produire les moyens de subsistance des travailleurs : le « surtravail » représente donc une « soustraction »9. Marx admet la présence de l’exploitation dans les « formes économiques » de l’antiquité et de la féodalité, mais aussi dans la société capitaliste ; dans ce dernier cas, elle se cache sous le rapport d’échange entre le capital et la force de travail. Le Capital envisage un « schéma capitaliste pur », qui met en présence l’une de l’autre deux classes avec un certain nombre d’hypothèses. Tout d’abord, la bourgeoisie joue le rôle d’un « fonctionnaire du capital ». Dans les Théories sur la plus-value, Marx remarque :

  • 10 Théories sur la plus-value, Livre IV du Capital, Ed. Sociales, tome 2, 1975, p. 381. Nous rectifion (...)

« Le capitalisme est l’exploiteur direct des ouvriers, celui qui directement, non seulement s’approprie, mais fait naître le surtravail. Mais comme cela ne peut se produire (pour le capitaliste industriel) que dans et par le procès de production, il est lui-même un fonctionnaire (Funktionär) de cette production, son directeur »10.

  • 11 « Sul pensiero di Marx », pp. 395-396, 410-411, 414-417 ; voir aussi « Introduzione » à « Il futuro (...)
  • 12 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 412-413 ; voir aussi « Sul pensiero di Marx », p.  (...)
  • 13 « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 186-188 ; « Su alcuni problemi del marxismo », p. (...)

14La bourgeoisie accumule toute la plus-value, et la « consommation improductive » n’apparaît pas. L’hypothèse de la « reproduction simple » présentée au livre 2 du Capital, selon laquelle il existe une « plus-value » consommée et non accumulée est donc en contradiction avec le « schéma capitaliste pur ». En second Heu, les travailleurs reçoivent des salaires de subsistance, de reproduction, et subissent une « paupérisation ». Enfin, le système économique traverse des crises périodiques et se trouve menacé d’une crise finale « catastrophique » avec la baisse tendancielle du taux de profit. En réalité, toutes ces hypothèses ne se sont pas vérifiées historiquement car il existe, comme nous le verrons plus loin, des formes de « consommation improductive » dans la « société bourgeoise »11. Napoleoni ne s’étend pas beaucoup sur ces questions, mais on peut aisément remarquer que sa lecture de Marx reste superficielle. Il estime que les catégories de « travail nécessaire » et de « surtravail » ne peuvent s’appliquer dans le cadre du capitalisme. Le « surtravail », représente à ses yeux une « soustraction » ; or celle-ci n’est possible qu’à la condition que les dépenses en travail soient de grandeur homogène, c’est-à-dire que l’on ait affaire à du « travail abstrait », ou du « travail en général ». Cela suppose une « autonomie de principe productif », et on ne peut donc parler de « travail abstrait » que dans le cas du « serf » de la « société seigneuriale », qui conserve la maîtrise du processus de production. Pour le capitalisme, la situation diffère beaucoup avec la « réduction du travail au capital », qui y caractérise le phénomène de l’aliénation. Il ne reste du travail qu’un « ensemble de spécifications technologiques », hétérogènes entre elles ; il n’est pas plus homogène que les autres éléments constitutifs du capital. Par conséquent, la notion de « travail abstrait » contredit l’idée tout à fait juste, de la « réduction du travail au capital », ce qui ôte toute possibilité d’application des catégories de « travail nécessaire » et de « surtravail »12. En 1969-1970, Napoleoni ne défend plus cette interprétation. En effet, sous l’influence (encore superficielle et partielle) de 1’« introduction à Bernstein » de Lucio Colletti, il va rattacher le concept de « travail abstrait » d’une part à la théorie de la valeur, et d’autre part à la notion de travail aliéné. Il ne voit donc plus d’incompatibilité entre le « travail abstrait » et la « réduction du travail au capital »13. Dans tous ses articles, il estime que la distinction entre « travail nécessaire » et « surtravail » est directement liée à la théorie de la valeur que Marx développe à partir de celle de Ricardo. Elle constitue un « instrument théorique » central, destiné à démontrer l’exploitation en régime capitaliste, et donc à expliquer la « plus-value » au moyen de « surtravail ».

  • 14 Souligné par L.A. Althusser : « Enfin la crise du marxisme ! », dans Il Manifesto, Pouvoir et oppos (...)

15Avant de passer à l’examen de la question de la valeur, il convient de faire quelques remarques au sujet de l’exploitation. Napoleoni propose une interprétation réductrice, restrictive, de la théorie marxiste de l’exploitation. Certes, il rejette toute interprétation « smithienne », entendue comme « déduction » sur le produit du travail, et on ne peut assimiler sa position à l’une des quatre approches déjà entrevues à l’occasion de nos lectures italiennes de Marx, la version morale de Loria, la version juridique de Pareto et Graziadei, la version « sociologique » de Croce (« concept de différence »). Il s’agit cependant, pour reprendre la formule de Louis Althusser, d’une « présentation comptable » ; dans son application au capitalisme, il est fait abstraction des conditions d’extraction de la plus-value et de la reproduction de la force de travail. En somme, notre économiste se borne à la lecture des chapitres 5 et 7 du livre 1er du Capital, et néglige les chapitres plus « concrets », 8 (« journée de travail »), 12 (« division du travail et manufacture »), 13 (« machine et grande industrie ») et 24, sur l’« accumulation primitive ». Il succombe ainsi à la « tentation » dénoncée par Althusser, qui consiste à « prendre cette présentation (comptable) de la plus-value pour une théorie « complète » de l’exploitation, et donc négliger les conditions de travail et les conditions de la reproduction »14. Dans son optique, la bourgeoisie n’a pas d’autre fonction que l’accumulation. Or, lorsque Marx utilise la formule de « fonctionnaire du capital », il veut dire que les capitalistes personnifient le capital dont la fonction est l’extraction de la plus-value.

  • 15 Napoleoni : « Considerazioni sui concetti di « valore economico » e di « valore-lavoro », Economia (...)
  • 16 « The « transformation problem », The review of Economic studies, volume 24, juin 1957, pp. 149-160 (...)

16Selon Napoleoni, l’aspect essentiel de la théorie de la valeur développée par Marx à partir de Ricardo, réside dans la « transformation » des valeurs en prix de production, le problème de la conciliation entre le « principe de la valeur » ou « l’échange selon les quantités de travail contenues », et le taux moyen de profit. Dans son étude publiée en 1957, il affirmait que le « schéma capitaliste pur » de Marx comprend deux aspects : un aspect « négatif » car le capitalisme constitue une forme particulière d’exploitation, et un aspect « positif » car le capitalisme est aussi une forme de réalisation du « principe d’économicité », et contient en lui une « tendance constante au développement économique ». Ce dernier aspect s’exprime notamment par l’égalisation des taux de profit, qui équivaut à l’« égalisation des rendements marginaux » des capitaux investis. Dans le livre 1er du Capital, Marx, en posant l’hypothèse de l’échange à la « valeur-travail », « abstrait » l’aspect « négatif », afin de l’examiner en détail et n’introduit le second aspect que dans le 3e livre. Le premier aspect, « négatif », (« exploitation ») demeure l’élément essentiel ; le second, « positif », (« développement ») a un caractère dérivé, secondaire, soumis au premier. La question de la « transformation », dans ces conditions, représente un « faux problème », car le rapport entre la « valeur-travail » et le prix ne peut être de nature mathématique, puisqu’il concerne des niveaux d’abstraction scientifique différents. De plus, cette « contradiction » renvoie à une contradiction réelle de l’« économie capitaliste » ; d’une part celle-ci constitue une forme d’exploitation, et d’autre part, elle contient en elle des forces qui la poussent à l’accumulation systématique du capital, à la croissance continuelle15. Dans l’article publié en 1966, « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », notre économiste ne considère plus la « transformation » comme un « faux-problème » et réexamine la chose notamment à la lumière des travaux de Piero Sraffa. Il examine tout d’abord la solution de Von Bortkiewicz à partir d’un schéma à deux (et non trois) secteurs : moyens de production et biens de consommation. Estimant que cette tentative doit être formulée en termes désagrégés, il propose alors un système d’équations analogue à celui de Francis Seton16, présenté à la page suivante :

17En valeurs [I]

18En prix de production [II]

19Avec :

20n : nombre de moyens de production (capital constant circulant)

21m : nombre de biens de consommation

22Cij [i,j = 1...n] : valeur du moyen de production i employé dans la production du moyen de production j

23C’ik [i = 1...n k = 1...m] : valeur du moyen de production i employé dans la production du bien de consommation k

24Vkj [k = 1...m j = 1...n] : valeur du bien de consommation k employé dans la production du moyen de production j

25V’ks [k,s = 1...m] : valeur du bien de consommation k employé dans la production du bien de consommation s

26Vi [i = 1-n] : valeur de la production annuelle du moyen de production i

27V’k [k = 1... m] : valeur de la production annuelle du bien de consommation k

28pi [i = 1...n] : prix du moyen de production i

29qk [k = 1...m] : prix du bien de consommation k

30Pi et qk sont des coefficients de transformation de la valeur en prix (des rapports prix/valeur), donc des prix par unité de travail incorporé.

31On a n + m équations ; en choisissant un prix comme étalon, on a comme inconnues : n + m – 1 prix relatifs, et le taux de profit.

  • 17 Sraffa, Production de marchandises par des marchandises, Dunod, 1970, p. 8.

32Ce système est comparable au premier système de prix pour la production avec surplus, établi par Sraffa ; le travail fait partie des imputs, les salaires sont versés au début du processus productif17 :

33Les deux systèmes [II] et [III] sont « structurellement identiques » ; dans [II] on se sert de quantités de travail comme cœfficients, tandis que dans [III] il s’agit des quantités physiques de marchandises. Dans ces conditions, les quantités de travail de [II] n’ont pas d’autre fonction que la fourniture d’une unité de mesure des quantités de marchandises ; elles n’apparaissent pas de façon organique, et ne jouent pas le rôle de « coût originaire », de détermination « en dernière instance » des prix de production (ou « coût immédiat »).

  • 18 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », p. 113 ; voir aussi, « Su alcun (...)

34Il en découle que le système [II] ne peut en aucun cas être tenu pour une solution adéquate du problème de la « transformation »18.

  • 19 L’approche par la « réduction » représente la seconde méthode de Sraffa, de détermination des prix (...)

35Notre économiste ne se satisfait donc pas de la détermination des prix de production chez Sraffa, par l’approche « marchandise », pour résoudre cette question ; il s’intéresse plutôt à une autre méthode, proposée dans le chapitre 6 de Production de marchandises par des marchandises, consacré à la « réduction à des quantités de travail de périodes différentes »19. Il pense voir ici une solution correcte, même si la « réduction » opère en réalité une « transformation » inverse puisqu’on va « réduire » à la quantité de travail des prix déjà déterminés de façon indépendante de cette opération. Sraffa suppose dans son second modèle de production avec surplus, que le salaire est maintenant versé « post-factum », et non plus au début de la période. Son système d’équations devient :

36(Aapa +... +Kapk) (1 + r) +Law=Apa

37………………………………………

38(Akap +... + Kkpk) (1 +r) + Lkw = Kpk

39La « réduction » envisage le processus de production comme une série de dépenses en travail, échelonnées dans le temps : on remplace les moyens de production (capital circulant) par des moyens de production et des quantités de travail, etc... On obtient alors pour la première marchandise :

40Law +La1 w (1+r) +La2w (1+r)2 +..+Lanw (1+r)n +...(résidu) =Apa

41avec :

42w : salaire par unité de travail ;

43La : quantité de travail direct employé dans la branche a ;

44La1 : quantité de travail employée il y a un an, et ainsi de suite.

45Les méthodes de production restent inchangées. Les facteurs de profit (1 + r), tiennent compte du temps écoulé entre la dépense en travail et la vente des marchandises.

  • 20 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », pp. 114-115 ; voir aussi « Sul (...)

46Selon Napoleoni, il découle logiquement de la « réduction », que le prix dépend de la « quantité de travail » dépensée, mais aussi de la « répartition dans le temps » de cette quantité, à la condition, évidemment, que le taux général de profit ne soit pas nul (sinon seule la quantité de travail intervient). Le « coût de production » comprend donc non pas un seul, mais deux éléments, ce qui va tout à fait à l’encontre de la position de Marx. Quelle conclusion faut-il alors tirer ? Les rapports d’échange ne sont pas déterminés uniquement par la quantité de travail ; la théorie de la valeur s’effondre, ainsi que la théorie de l’exploitation capitaliste qui ne fait qu’un avec elle. Il est impossible d’expliquer le profit à partir du « surtravail »20.

47Quelles remarques peut-on formuler à propos de cette analyse ?

  • 21 Ricardo, Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, chapitre 1er, section (...)
  • 22 Ricardo, The Works and correspondence, Cambridge U press, 1952, volume VIII, p. 194.

48On ne peut manquer ici de renvoyer aux réflexions de Ricardo qui, dans le premier chapitre de ses Principes de l’économie politique et de l’impôt (3e édition), reconduit les cas de déviation par rapport à la loi de la valeur à une « question de temps »21. Dans la première version de « Absolute value and exchangeable value » (1823), Ricardo propose une conception du capital en termes de quantité de travail et de périodes de temps durant lesquelles naît le profit sur les salaires ; il opère ainsi une tentative de « réduction » à des quantités de travail datées, approche d’ailleurs anticipée dans la célèbre lettre à John-Ramsay Mc Culloch du 13 juin 182022. La première tentative de « réduction » qui utilise les équations simultanées revient à V.K. Dmitriev, en 1904, dans la première étude « Théorie de la valeur de D. Ricardo » de ses Essais économiques (Ricardo, Cournot, Walras). Cette démarche qui rejoint pratiquement celle de Sraffa est ensuite appliquée à Marx par Ladislaus Von Bortkiewicz, dans son premier article traitant de la « transformation » des valeurs en prix de production, en 1906-1907, « Wertrechnung und Preisrechnung im Marxschen System », « Calcul de la valeur et calcul du prix dans le système marxien ».

  • 23 Voir Marx : Livre 2 du Capital, chapitre 19 ; livre 3, chapitre 49, et les Théories sur la plus val (...)

49Il paraît contestable de soutenir que la réduction à des quantités de travail datées de Sraffa offre une solution correcte à la « transformation », même s’il s’agit d’une « transformation inverse », car Sraffa entend partir des prix pour remonter au coût de production (salaires et profits) et non pas aux valeurs. La théorie marxiste de la valeur se trouve réduite à une simple théorie du coût de production. Notre économiste confond comme Loria et Graziadei, prix de production et rapports d’échange effectifs, ignorant ainsi les médiations complexes qui vont de la valeur au prix de marché. Quant au fond, la « réduction » est peu conforme à la pensée de Marx. Ce dernier critique d’ailleurs ce type d’approche qui réduit la valeur à une rémunération de facteurs en oubliant le capital constant. La « réduction » du capital constant au travail, rend impossible l’étude de la reproduction, de l’accumulation, et de la valorisation du capital23.

  • 24 Marshall, Principles of economics, MacMillan, 1959, pp.671-672.

50De plus, il semble très discutable de mettre en évidence, à partir de la « réduction », deux « éléments » du « coût de production », le travail et le « temps ». Cette lecture de Sraffa fait irrésistiblement penser à la position d’Alfred Marshall qui estime, à la manière de John Stuart Mill, que Ricardo défend une théorie de la valeur empirique, fondée sur le « coût de production » incluant le « travail » et le « temps » c’est-à-dire l’« attente » (« waiting »)24. Elle s’apparente aussi, à la lecture de Samuel Hollander, d’ailleurs critiqué par Sraffa lui-même dans son « Introduction » aux œuvres et à la correspondance, selon laquelle Ricardo remettrait en cause sa théorie de la valeur dans les Principes.

b – Vers une nouvelle analyse

  • 25 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 402 ; « Sul pensiero di Marx, pp. 401-402.
  • 26 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 401 ; voir aussi, « Problemi di interpretazione del (...)

51Napoleoni estime nécessaire de sortir des contradictions de Marx dans un sens positif et non négatif. Il défend tout d’abord une conception du travail alternative à celle qu’il a attribué préalablement à l’auteur du Capital. Dans les « conditions naturelles », c’est-à-dire là où règne l’« égalité naturelle des hommes », le travail représente un « instrument universel ») ; l’homme peut grâce à lui réaliser ses « fins », théoriquement en nombre illimité. Cependant, n’étant qu’un « être fini », il ne peut les réaliser que dans un « processus naturel », « en passant d’un ordre de fins déterminé à d’autres ordres supérieurs », sans qu’il existe de stade définitif. Le travail constitue donc un processus de développement humain, une activité libre, qui acquiert une succession de déterminations particulières, et entre en rapport d’action réciproque avec les « fins » ; l’accomplissement d’une « fin » enrichit le travail et vice versa25. De cette manière, l’« essence » de l’homme se réalise. Dans cette optique, le travail n’est pas, par nature, « aliénation » ; celle-ci représente une possibilité liée, comme on le verra plus loin, à l’existence de l’exploitation. Le problème de la « libération » du travail ne se pose donc pas. Napoleoni défend une conception valorisante, positive, du travail, d’inspiration catholique. Il propose une nouvelle définition de l’« exploitation », entendue comme la « condition sociale dans laquelle existe une classe (exploités) qui, avec son travail, fait vivre elle-même et une autre classe (exploiteurs). La classe des exploiteurs, dans la mesure où elle ne travaille pas, jouit d’un pur revenu de propriété, et, du point de vue du processus économique, se présente comme une classe purement consommatrice »26.

  • 27 Le mot italien « servo » peut désigner tout à la fois le serf, l’esclave, le serviteur, d’où les am (...)
  • 28 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 403, 406 ; « Sul pensiero di Marx », p. 402-404 ; (...)
  • 29 Il faut admettre dans l’optique de Napoleoni que les capitalistes se versent des salaires. Une bonn (...)
  • 30 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 406, 410, 413-414 ; « Sul pensiero di Marx », pp.  (...)
  • 31 « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 187-188, 197-199 ; « Su alcuni problemi del marxi (...)

52Les « exploitateurs » ne sont que des « consommateurs purs », improductifs. Cette définition ne fait pas appel aux concepts de « travail nécessaire » et de « surtravail ». La question de l’exploitation est donc associée au parasitisme car la classe qui ne travaille pas prélève une sorte de rente La « forme typique » de l’exploitation existe dans la « société seigneuriale » (« società signorile »), composée de « seigneurs » et de « serfs » (« servi »)27. Notre économiste désigne ici de manière lapidaire les « formes économiques » de l’antiquité et de la féodalité. Les « seigneurs », libérés de tout travail, peuvent se livrer à des activités extra-économiques ; ils forment une classe improductive de « consommateurs purs » du « surplus » produit par les « serfs ». L’exploitation a pour effet l’« aliénation » des travailleurs. Notre économiste propose une nouvelle définition de l’« aliénation ». Au sens « générique », elle représente l’interruption du « processus naturel » de réalisation des « fins », décrit plus haut. Le travail va perdre sa nature d’« instrument universel » pour acquérir celle d’« instrument particulier » ; il devient enfermé dans le cercle des « besoins de la vie physique », c’est-à-dire dans une seule catégorie de « fins ». Il n’existe donc plus d’interaction possible entre les « fins » et le travail. Les « serfs » après avoir produit pour faire face à leurs propres besoins de subsistance, au lieu de travailler pour satisfaire leurs « besoins supérieurs », doivent produire les biens de subsistance des « exploiteurs ». Ils subissent ainsi l’« aliénation » générique. Napoleoni va, de cette manière, inverser la relation qu’il attribue à Marx : l’« aliénation » est en réalité l’effet de l’« exploitation » du travail.28. Qu’en est-il maintenant de la « société bourgeoise » ? Connaît-elle l’« exploitation » et l’« aliénation » du travail ? Il faut tout d’abord considérer la « formation économique prédominante » de cette société, le « capitalisme », ou l’« économie capitaliste (« pure ») » ou encore le « schéma capitaliste pur ». Ensuite on étudiera la différence, l’écart, entre l’« économie capitaliste » et la « société bourgeoise ». Ce type de démarche méthodologique, anticipé en Italie par Benedetto Croce et son utopie de la « société laborieuse », rejoint assez bien l’approche de Max Weber en termes d’« idéaltype », de « tableau idéal », dont il faut étudier les différences avec la réalité empirique. L’analyse de Napoleoni semble avoir une parenté avec celle proposée par l’économiste du Parti travailliste anglais John Strachey, ex-marxiste et keynésien, auteur en 1956 de Contemporary Capitalism. En effet ce dernier confronte le « schéma capitaliste pur » de Marx avec l’évolution réelle du capitalisme, en mettant l’accent sur les transformations qualitatives qu’introduisent les luttes syndicales et politiques des travailleurs dans le système. Dans l’« économie capitaliste » de Napoleoni, il n’existe pas de classe de consommateurs improductifs. Les capitalistes travaillent et jouent le rôle de « fonctionnaires du capital » ; poussés par les lois de la concurrence, ils accumulent la totalité du « surplus », ou « plus-value capitaliste », et versent aux travailleurs un salaire de subsistance29. Le phénomène dominant de l’« économie capitaliste » est donc la disparition de l’« exploitation ». L’« aliénation » du travail a-t-elle également disparu ? Il n’en est rien. En effet, conséquence de l’« exploitation » dans la « société seigneuriale », elle s’étend à tous dans l’« économie capitaliste » ; l’aliénation généralisée concerne aussi bien les capitalistes que les ouvriers. L’« aliénation » s’accentue même par rapport à la « société seigneuriale » ; les hommes en subissent non seulement les aspects « génériques » (le travail, « instrument universel », réduit à un « instrument particulier »), mais encore les aspects spécifiquement capitalistes, consistant dans la « réduction du travail au capital » ; le travail devient un simple élément au sein de la « structure technique » du capital, un moyen de production30. Nous avons vu précédemment que Napoleoni considère, dans ses articles de la « Rivista Trimestrale », cette dernière idée comme incompatible avec le concept de « travail abstrait » ; toutefois vers 1969-1970, il modifie son point de vue, sous l’influence, encore très partielle, de Lucio Colletti. Il propose alors une nouvelle interprétation de la « réduction du travail au capital », alternative à celle de Marx. La « réduction » consiste en un « double processus d’abstraction », ou en d’autres termes, l’« aliénation capitaliste » revêt deux « stades ». Première abstraction : le travail est rendu « abstrait » par le capital mais l’homme conserve une autonomie face au capital. On peut admettre ici le « travail abstrait », « abstraction réelle », comme « principe ». Deuxième abstraction, élaborée sur la base de première : le capital rend le travail à nouveau « particulier », et ce dernier devient un élément de la « substance matérielle » du capital, un moyen de production parmi d’autres. L’homme se trouve ici « absorbé dans la structure technique du capital ». La quantification ne peut concerner le « travail abstrait » (première abstraction), mais le travail redevenu différencié, hétérogène (deuxième abstraction) : ainsi il apparaît dans le « coût capitaliste ». Il est impossible de concevoir le « travail abstrait » comme « mesure », comme « quantité », et donc d’opérer une division entre « travail nécessaire » et « surtravail » ; le « travail abstrait » n’a de validité qu’en tant que « principe » de la production capitaliste31. Cette analyse de la « réduction du travail au capital » paraît peu convaincante et notre économiste va très rapidement l’abandonner dès 1971, comme nous le verrons ultérieurement.

  • 32 « Problemi di interpretazione del marxismo », resp. pp. 172-174, 170, 191.
  • 33 Napoleoni fait allusion aux théories du profit et de l’intérêt d’Eugen Von Bohm-Bawerk, d’Irving Fi (...)
  • 34 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », pp. 116-118.

53Dans ses articles de la période 1963-1969, il défend une conception du « capital », qui contient de nombreuses ambiguïtés. En effet, pour lui, un ensemble de moyen de production devient du « capital » à partir du moment où le « surplus » devient « plus-value » et où l’« économie capitaliste » (« pure ») fonctionne ; il lie donc « capital » et accumulation. Il estime que le « capital » porte l’« aliénation » à son extrême limite, mais qu’il est « neutre » par rapport à la question de l’exploitation. En même temps, il prend soin de préciser que sa conception ne réduit pas le « capital » à sa « structure technique », le moyen de production, comme dans l’économie politique classique et « néo-classique »32. Nous avons vu précédemment que Napoleoni, après l’examen de la question de la « transformation » des valeurs en prix de production conclut à l’échec de la théorie de la valeur et de l’exploitation. Il se déclare partisan d’un « système unique de rapports d’échange », dont la représentation la plus rigoureuse lui semble être la théorie des prix de production de Piero Sraffa. La « réduction » opérée dans le chapitre 6 de Production de marchandises par marchandises, met en évidence deux « éléments » dans le « coût de production » : le travail et le « temps ». Admettre ces deux « éléments » ne signifie pas, selon lui un ralliement pur et simple à la théorie « néo-classique »33. Cependant, il existe indéniablement dans cette théorie un « élément de vérité » qu’il faut prendre en considération : l’existence d’un deuxième « élément », « originaire », du « coût de production », le « temps ». La « réduction du travail au capital », dans le « capitalisme », constitue en réalité un « sacrifice systématique en termes de consommation présente », non pas du point de vue du capitaliste individuel, mais plutôt du point de vue du système dans son ensemble34.

  • 35 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 422-423 ; « Sul pensiero di Marx », p. 412 ; « Pro (...)
  • 36 « Sfruttamento, alienazione e capitalisme », p. 424 ; « Sul pensiero di Marx », pp. 412-414. Cette (...)
  • 37 Resp. « Sul pensiero di Marx », p. 413 et « Problemi di interpretazione del marxismo », p. 191, voi (...)
  • 38 « Sul pensiero di Marx », pp. 410-411 ; Introduction à Il futuro del capitalisme, p. XXXIX.
  • 39 Voir page 367.

54Une question cruciale pour Napoleoni est la confrontation entre l’« économie capitaliste », et la « société bourgeoise » ; l’écart entre les deux ne peut être négligé comme chez Marx qui identifie à tort « bourgeoisie » et « capital ». On a vu qu’il n’existait pas d’« exploitation » spécifiquement capitaliste, en raison de l’absence d’une classe de « consommateurs purs », à la différence de la « société seigneuriale ». Or, au sein de la « société bourgeoise », on trouve, certes sous une forme non dominante, des formes d’exploitation de type « seigneurial ». Notre économiste en décèle trois formes principales. Tout d’abord, il existe des résidus plus ou moins importants de classes spécifiques des « formations économiques précapitalistes », ou de la « société seigneuriale », des véritables « consommateurs improductifs ». Ensuite, la bourgeoisie, du fait du caractère privé de la propriété, peut chercher à échapper aux lois du capital, et donc à ne pas se conformer au modèle du « fonctionnaire du capital », de l’« économie capitaliste ». Elle consomme alors improductivement une partie du « surplus » ou « plus-value », avec ses « serviteurs »35. Enfin, un troisième élément, prend une importance toute particulière à l’époque de la « société de consommation », de la « société opulente », une « composante extra-bourgeoise » : les salaires des travailleurs s’élèvent toujours plus au dessus du niveau de subsistance, et bénéficient donc d’une partie du « surplus » ou « plus-value ». La rénumération des travailleurs comprend donc deux parties, un minimum de subsistance et une part variable de « surplus »36. Dans les deux premiers cas évoqués, l’« exploitation » au sens de Napoleoni, ne présente pas trop de problèmes ; en revanche, pour le troisième cas, la question devient délicate : les travailleurs sont des « exploiteurs », mais au détriment de qui ? L’auteur a bien conscience de la difficulté. Dans son premier article de la Rivista Trimestrale en 1963, qui aborde cet aspect.il ne se prononce pas. En 1965, dans l’article écrit en collaboration avec Franco Rodano, il estime que la force de travail des pays sous-développés subit l’exploitation de la part des salariés des pays développés. En somme, il s’agit là du mécanisme décrit, par exemple, par Arghiri Emmanuel, dans L’Echange inégal. Cependant, en 1969, il modifie son point de vue et affirme que « l’ouvrier comme consommateur improductif s’exploite lui-même comme producteur capitaliste »37. L’ouvrier comme membre de la « société bourgeoise » s’exploiterait lui-même comme producteur dans l’« économie capitaliste » ! Selon Napoleoni, les trois formes d’« exploitation », de « consommation improductive », sont indispensables à la dynamique de la « société bourgeoise ». En effet, l’« économie capitaliste » porte en elle la crise dès son apparition ; les capitalistes jouent le rôle de « fonctionnaires du capital » et accumulent la plus-value. Il en découle une très forte demande de moyens de production par rapport aux biens de consommation. Le système peut alors connaître des crises de type catastrophique, par suite d’une part, de la « disproportion », d’autre part (et surtout) de la « sous-consommation »38. La survie de la « société bourgeoise » exige des « doses croissantes » de « consommation improductive », provenant en particulier de la troisième forme, les salaires des travailleurs qui s’élèvent au dessus du minimum de subsistance. Les revendications salariales constituent un facteur de stabilité et non de crise du système ; la « société bourgeoise », au lieu de connaître des crises catastrophiques, subit seulement des « crises cycliques ». Cette question est considérablement sous-estimée par Marx, qui critique fort injustement T.R. Malthus, qui pourtant a eu le mérite de poser le problème de la consommation improductive dans le fonctionnement du capitalisme39. Notre économiste consacre relativement très peu de place à ce sujet dans ses articles. On peut remarquer qu’il défend une position opposée à celle de Gramsci. Pour ce dernier, l’introduction du taylorisme et du fordisme, nécessaire pour contrecarrer la loi de baisse tendancielle du taux de profit, exige des « variables » d’ordre social, parmi lesquelles on trouve la disparition des « classes parasitaires », consommatrices de plus-value. La survie du capitalisme nécessite une « rationalisation » de la composition démographique surtout dans les pays européens. L’analyse de Napoleoni est intéressante quand on la replace dans le contexte des discussions du début des années soixante sur le thème de la « Société opulente », en particulier à partir du très célèbre ouvrage de John-Kenneth Galbraith, The affluent society (1958). Elle affronte une question qui va faire l’objet d’un examen approfondi de la part de deux marxistes américains mais dans une perspective différente, l’« absorption du surplus ». Paul Baran et Paul M. Sweezy vont en effet publier en 1966 leur célèbre ouvrage The monopoly capital.

55Après cet examen de la critique de la théorie économique de Marx, il nous faut envisager maintenant les relectures proposées par Claudio Napoleoni à partir de 1971.

III – Nouvelles approches de Marx

  • 40 « Sul pensiero di Marx », pp. 395 et 411 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », p. 157 ; I (...)

56Nous avons pu constater dans les écrits des années 1969-1970 « Problemi di intepretazione del marxismo » et « Su alcuni problemi del marxismo », une première influence partielle exercée par les travaux de Lucio Colletti, à propos du « travail abstrait », laquelle conduit à des développements s’intégrant plutôt mal avec l’analyse antérieurement présentée dans la Rivista Trimestrale. Dès 1971, Claudio Napoleoni abandonne cette tentative et tire toures les conséquences théoriques de l’« Introduction à Bernstein » ; en même temps, il rompt avec la revue qu’il dirigeait avec Franco Rodano depuis 1962. Il adopte alors, entre 1971 et 1974, une interprétation de la théorie de la valeur qui se veut rigoureusement « marxiste ». Mais dès 1975, il modifie à nouveau ses positions sous l’influence d’un nouvel essai du philosophe, Marxismo e dialettica, et devient un défenseur, à sa manière, de la théorie des « deux Marx », tout en se réclamant du marxisme40.

a – Une interprétation « marxiste » de la théorie de la valeur

  • 41 Lezioni sul Capitolo sesto inedito di Marx, Boringhieri, 1972, p. 141 ; intervention au colloque de (...)
  • 42 Napoleoni : « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? » » Rinascita, no 39, 6 octobre 19 (...)

57Au début des années soixante-dix, Claudio Napoleoni se trouve en rapport étroit de travail avec Lucio Colletti. Ils ont aidé, en 1969, Marina Bianchi dans la préparation d’une thèse sur « la théorie de la valeur des classiques à Marx », et ils publient en 1970 une grande anthologie Il futuro del capitalismo - Crollo o aviluppo ? ». En 1970-1971 notre économiste se lance dans une relecture de textes tels que le Capital, le Sixième chapitre inédit, et les Grundrisse. Il modifie en profondeur son approche de Marx dans les Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx (1972). Il ne livre pas de réflexions, dans ces nouveaux travaux, sur sa conception du matérialisme historique ou de la méthode. En ce qui concerne sa vision du marxisme, il apparaît néanmoins à la lecture de ces textes, qu’il envisage exclusivement la « critique de l’économie politique » ou ce qu’il appelle l’« économie politique « critique » »41. La théorie de la valeur devient son principal, sinon exclusif centre d’intérêt. Il se livre à ce sujet, à une rapide « autocritique » de ses prises de position antérieures. Selon lui, les articles de la Rivista Trimestrale ne distinguent pas la théorie de la valeur de Marx de celle de Ricardo, et la réduisent à une « théorie de l’équilibre ». L’analyse déplore la « contradiction » entre les livres 1 et 3 du Capital ; les quantités de travail ne correspondent pas aux rapports d’échange effectifs, et la « transformation » au plan mathématique, échoue. Cette démarche conduit à l’affirmation de l’écroulement de la théorie marxiste de la valeur et de l’exploitation. Le « rapport capitaliste » est alors envisagé comme « neutre » par rapport à la question de l’exploitation, qui, elle, se trouve reléguée dans la « réalité précapitaliste », sous la forme de consommation improductive, ou de « rente ». Enfin, le concept de « travail » utilisé dans ces études ne possède pas une « détermination historico-sociale » (« travail abstrait ») mais une « détermination technico-naturelle »42.

  • 43 Souligné par K.M., Marx, Il Capitale : libro I, capitolo VI inedito, La Nuova Italia, 1969, p. 100 (...)
  • 44 Lezioni sul capitolo sesto inedito del Capitale, p. 14.
  • 45 Op. cit., pp. 19-21, 28-31, 37-38, 48, 55-56, 91-96, 121-122 ; voir aussi « Lavoro astratto, scambi (...)
  • 46 Marx, Sixième chapitre inédit du Capital, Coll. 10/18, 1971, pp. 138-139.
  • 47 Voix à ce sujet, Lezioni sul capitolo sesto inedito del Capitale, pp. 66 et suiv. et 92-99.
  • 48 Op. cit., pp. 38, 123.
  • 49 Auparavant, dans ses articles de la Rivista Trimestrale, Napoleoni n’envisageait que cet aspect dan (...)
  • 50 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, pp. 140-142, 144 ; voir aussi Valore, pp. 64-65.
  • 51 Ce point de vue est implicite dans les Lezioni, et explicite dans « Lavoro astratto, scambio e capi (...)
  • 52 Cette analyse se retrouve dans de nombreux travaux de Dobb. Nous mentionnerons ici les principaux : (...)
  • 53 Voir les remarques très polémiques, partagées par Napoleoni, de Marina Bianchi sur la conception de (...)
  • 54 Luca Meldolesi : étude introductive aux recueil de textes de L. Von Bortkiewicz, La teoria economic (...)
  • 55 Ce théorème est énoncé pour la première fois dans l’article de Michio Morishima et Francis Seton : (...)

58Dans la perspective de Marx qu’il convient d’approfondir, les « économistes bourgeois », « enferrés qu’ils sont dans les représentations capitalistes, voient comment on produit dans le rapport capitaliste, mais non comment ce rapport est produit (...) »43. Il faut donc expliquer ce qui est seulement présupposé par l’économie politique classique. La préoccupation première de la « critique de l’économie politique » ou de l’« économie politique « critique » », développée à partir des Manuscrits de 1844 jusqu’au Capital, consiste à considérer le « rapport capitaliste », le capital, racine de toutes les autres catégories, « non comme un donné, mais comme un problème »44. Selon l’économie politique classique, la société capitaliste se fonde sur le rapport d’échange ; son explication scientifique passe donc par celle de la valeur d’échange. De plus, cette dernière se rattache, selon différentes modalités, à la quantité de travail (travail « commandé » chez A. Smith, travail incorporé chez Ricardo). Mais cette école va buter sur la question de la « valeur du travail ». Le point de départ de Marx réside dans la critique du concept classique du travail, envisagé comme « naturel » et non « historiquement déterminé », et dans la considération du « travail aliéné » dans le cadre historique du capitalisme. Notre économiste s’inspire directement à ce propos de l’analyse fournie par Lucio Colletti dans son essai sur Bernstein, et reprise par Marina Bianchi, dans La teoria del valore dai classici a Marx (1970, 2e édit. 1972). sur le concept de « travail abstrait » comme « travail aliéné ». Il affirme cependant se référer exclusivement aux écrits de la maturité de Marx et ne pas prendre en considération les Manuscrits de 1844. La notion de « travail aliéné » c’est-à-dire dans le capitalisme, le travail « séparé de la subjectivité », comprend deux déterminations indissociables45. Tout d’abord, les individus se trouvent séparés du caractère social de leur travail dans la réalité même de l’échange. Le travail ne devient « social » que par la médiation de la chose, par le travail « abstrait », donc par la négation de son caractère « concret ». Les rapports entre les hommes sont « réifiés ». En second lieu, les individus se trouvent séparés des « conditions objectives » du travail (moyens de production). Le capital présuppose en effet cette séparation. D’une part, les travailleurs sont contraints de vendre leur force de travail sur le marché. D’autre part, dans le procès de production, les « conditions objectives du travail » leur font face comme une « puissance étrangère ». Ils perdent le contrôle du procès social de production. On a affaire à une inversion du sujet et de l’objet ; le travail, réalisation de l’homme, son « essence », domine celui-ci. Comme l’indique le Sixième chapitre inédit du Capital, « ici ce n’est pas l’ouvrier qui utilise les moyens de production, mais les moyens de production qui utilisent l’ouvrier »46. Le « travail mort », mais aussi la science, dominent le « travail vivant » comme le développent les Grundrisse. Dans cette perspective, notre économiste place l’aliénation dans les caractéristiques de la « soumission réelle » du travail au capital47. L’« aliénation capitaliste » doit être distinguée de 1’« aliénation précapitaliste », par exemple celle du « serf » dans le féodalisme. Alors que dans le premier cas il existe une « inversion » entre l’ouvrier et son travail, dans le second cas, le travail du « serf » est seulement « détourné » de sa fin et sert à la consommation du « seigneur », sans « inversion » entre le producteur et son travail48. Pour Napoleoni, la question de la « valeur » est liée d’une manière indissoluble à celle de la plus-value. Ce lien apparaissait dans les articles de la Rivista Trimestrale, mais dans les nouveaux écrits, l’argumentation change profondément. L’exploitation capitaliste ne consiste pas dans une violation de la loi de la valeur mais elle représente cette loi elle-même. La production du « rapport capitaliste » comprend deux moments, l’échange argent-capital-force de travail, échange d’équivalents dans la sphère de la circulation, et la production de plus-value, dans le procès de production au sens strict, immédiat, qui représente un « échange inégal ». En résumé, « l’échange, qui s’opère entre équivalents dans le procès de circulation, devient un échange inégal dans le procès de production » (immédiat). Il existe un rapport de continuité-discontinuité entre l’exploitation précapitaliste et l’exploitation capitaliste. L’aspect « continuité » réside dans la distinction entre le « travail nécessaire » et le « surtravail »49. L’aspect « discontinuité », quant à lui, provient tout d’abord du fait que l’exploitation capitaliste n’est pas immédiatement perceptible. L’« économie politique « critique » » de Marx dévoile le rapport d’exploitation dissimulé sous le rapport d’échange. De plus, le surproduit dans le mode de production capitaliste consiste en une plus-value, non principalement consommée par l’exploiteur, mais transformée en capital. L’exploitation capitaliste, médiée par l’échange, présente un caractère non plus statique comme auparavant, mais dynamique50. Conformément à l’optique de Lucio Colletti (et de Marina Bianchi), Napoleoni estime que la seule « production marchande » envisagée sur le plan historique par Marx est la « production marchande capitaliste ». Une « société marchande simple » où des propriétaires de moyens de production, indépendants, produisent pour le marché n’a pas d’existence historique51. Toutefois notre économiste ne rentre pas dans le détail de la question de la « transformation » au plan historique qui l’aurait conduit à s’interroger de manière critique sur la position de Friedrich Engels en 1895. L’interprétation de la théorie de la valeur dont nous venons de présenter les principales caractéristiques, notamment les liens entre travail abstrait et aliénation et entre valeur et plus-value, s’oppose radicalement à d’autres analyses marxistes notamment une des plus célèbres, celle de Maurice Dobb en Grande-Bretagne. Pour l’économiste anglais au contraire, la théorie de la valeur ne sert pas à expliquer, à démontrer l’existence de l’exploitation capitaliste. Toutes les tentatives qui établissent un rapport de dépendance logique entre la valeur et l’exploitation partent, plus ou moins implicitement, d’une prémisse de type lockienne, selon laquelle les hommes disposent d’un « droit naturel » aux fruits de leur travail. Le prélèvement d’un revenu sans travail représente alors une « appropriation non naturelle » immorale et on retrouve ainsi l’erreur des « socialistes ricardiens ». Chez Marx, l’exploitation représente une donnée historique, une observation de l’expérience, qui fait appel à différents types de considérations. L’auteur du Capital entend seulement démontrer sur le terrain spécifiquement économique, la « cohérence », la « conciliation » entre l’apparition de la « plus-value » semblable au surproduit du féodalisme ou de l’esclavagisme avec la loi de la valeur. Cette loi ne présente d’ailleurs pas de différences significatives avec celle de Ricardo52. Napoleoni ne peut accepter une telle analyse qui brise le lien entre la valeur et la plus-value, et rejette l’antagonisme entre le travail salarié et le capital, la question de l’exploitation, dans des sphères externes à l’analyse économique53. Pour lui, cette séparation se retrouve dans les travaux de certains tenants du « néo-ricardianisme » qui affirment comme Luca Meldolesi que si la théorie des prix de Piero Sraffa entraîne l’effondrement de la théorie de la valeur, elle laisse par contre totalement intacte la théorie marxiste de l’exploitation54. L’existence d’un « surplus » présuppose celle d’un travail « en excédent », d’un « surtravail ». Cette démarche rejoint celle du japonais Michio Morishima qui énonce le fameux « fundamental marxian theorem », selon lequel pour que l’on ait un taux de profit positif, il faut et il suffit que le taux de plus-value soit positif55. Or, rétorque notre économiste,

  • 56 Intervention au Colloque de l’Institut Gramsci, Il marxismo italiano degli anni sessanta, p. 190.

« dans le schéma de Sraffa le surplus est présupposé mais non expliqué ; le fait que dans le surplus soit contenu un travail ne dit rien sur son origine. En d’autres termes, devant l’habituelle objection néoclassique qu’outre le travail quelque chose d’autre est inclus dans les marchandises (objection qui se trouve alimentée par le procédé sraffien de la « réduction »), l’argumentation en question est totalement impuissante »56.

  • 57 Voir Valore, p. 179 et Discorso sull’economia politica, Boringhieri, 1985, pp. 15-18.
  • 58 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, p. 46 ; voir aussi Valore, pp. 56-57.
  • 59 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, pp. 160-164 ; Valore, pp.89-90. On peut se reporter à c (...)
  • 60 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, p.173 ; voir aussi Valore, pp. 96 et 173.

59Claudio Napoleoni développera plus tard à l’encontre des « sraffiens » l’idée que ce « surplus » est un fait entièrement « neutre », par rapport à toute théorie économique, et qu’il est « compatible avec n’importe quelle théorie », aussi bien classique que néo-classique57. De plus, selon lui, la théorie marxiste de la valeur n’est pas comme chez Ricardo principalement rattachée au problème de la détermination de la mesure. Les aspects quantitatifs et qualitatifs forment une unité organique. La catégorie de « travail socialement nécessaire » permet d’entrevoir cette unité. En effet, le concept de « travail socialement nécessaire » possède tout d’abord une dimension quantitative ; il s’agit de la quantité de travail nécessaire en moyenne pour produire une marchandise pour un niveau donné de développement des forces productives, pour des « conditions techniques » déterminées. Cependant la dimension qualitative est sans doute plus importante encore. Il faut s’attarder sur le terme « socialement ». La « quantité de travail nécessaire pour produire une marchandise s’affirme dans un processus social, qui, dans ce cas, est un processus concurrentiel ». Ce processus social consiste à répartir le travail dans les différentes activités selon les nécessités de la production, et il détermine notamment les « conditions techniques »58. Dans Lezioni sul capitolo sesto inedito (chapitre 15 et 16 notamment), Napoleoni aborde à nouveau la question de la « transformation », en précisant qu’il s’agit de la mise en relation de la « valeur d’échange » (en tant que « forme phénoménale » nécessaire de la « valeur ») et du prix de production. La tentative présentée aboutit à un échec comme nous l’avons vu précédemment. Marx n’est d’ailleurs pas entièrement satisfait de sa procédure, comme en témoignent certaines remarques du livre 3 du Capital et des Théories sur la plus-value sur la nécessité de « transformer » les éléments du capital59. On peut tenter de déterminer simultanément les prix et le taux de profit ; cependant il s’agit d’une solution « apparente », car les quantités de travail ne représentent plus que des cœfficients destinés à mesurer les quantités de marchandises. La solution de Piero Sraffa constitue donc le « point terminal de l’histoire du problème de la transformation » ou plus précisément la suppression pure et simple du problème60. Il faut envisager une autre approche des rapports entre la valeur et le prix de production :

  • 61 « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? », p. 33.
  • 62 Souligné par C.N. Préface à la 2e édition du livre de Marina Bianchi, La teoria del valore, p. XIII (...)

« Il s’agit de deux moments de la vie du capital, dont le premier, la valeur, est le moment fondamental, qui, comme tel, renferme en lui le caractère double du rapport entre le travail et le capital, et donc, en même temps, le système et la contradiction, tandis que le second, dérivé, bien qu’essentiel fournit la plate-forme sur laquelle le capital s’autoperpétuerait s’il pouvait échapper à sa nature contradictoire, en se déployant et en se figeant dans une réalité d’équilibre »61. En définitive, le « rapport entre la valeur et le prix de production n’est pas un rapport interne au processus de réalisation de l’équilibre, mais c’est un rapport dans lequel se résument et s’expriment les contradictions entre équilibre et crise, entre valeur d’usage et valeur d’échange »62.

  • 63 Préface à la 2e édition du livre de Marina Bianchi, pp. XII-XIII ; voir aussi Valore, pp. 97-98.
  • 64 Souligné par C.N., « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? » p. 32 ; voir aussi Valore (...)
  • 65 Political economy and capitalism - Some essays in economic tradition, Routledge and Kegan, 1968, p. (...)
  • 66 Political economy and capitalism, pp. 16, 69 ; voir aussi Theories of value and distribution since (...)
  • 67 Dobb : Introduction à l’édition italienne du livre 1er du Capital, Riuniti, 1964, pp. V-XXIV ; voir (...)

60Valeur et prix de production se trouvent en rapport de « médiation dialectique » réelle ; la « transformation » appartient à la réalité du capitalisme. Marx commet l’erreur de considérer cette relation comme « un rapport interne au processus de réalisation de l’équilibre » ; il rend absolu le moment de l’« équilibre » et fait disparaître celui du « déséquilibre », par son procédé de déduction mathématique. Dans le livre 3 du Capital, il utilise une procédure ricardienne en abandonnant le travail « historiquement déterminé », c’est-à-dire « abstrait » et « aliéné », au profit du travail comme « agent naturel » de la production63. Or la théorie marxiste de la valeur doit être considérée comme tout à la fois, une « théorie de l’équilibre et de la contradiction, du développement et de la crise »64. Sur la question des rapports entre valeur et prix de production, on doit s’opposer radicalement à la démarche « empiriste » proposée par Maurice Dobb qui aboutit à concevoir la valeur comme une sorte de « fiction nécessaire » à la manière de W. Sombart ou de C. Schmidt, voire un « idéal-type » à la manière de Max Weber. Dans Political economy and capitalism (1937), l’économiste anglais affirme que Marx utilise la méthode des « approximations successives » en économie politique, du plus abstrait au plus concret, par étapes. La solution d’un problème « microscopique » dépend de la solution du problème « macroscopique » tout comme dans le domaine de la physique avec, par exemple, la loi de la gravitation65. La question de la valeur, traitée au livre 1er du Capital représente une « première approximation » de la production marchande capitaliste, le niveau le plus élevé d’abstraction, la vision « macroscopique » ; elle constitue une « approximation abstraite des valeurs d’échange concrètes ». Le « prix de production », abordé dans le livre 3 du Capital représente une « seconde approximation » de la réalité capitaliste, un niveau d’abstraction moins élevé, qui dépend en fait du premier ; le profit inclu dans le prix de production figure comme une quantité déterminée dans les termes de la loi de la première approximation66. Plus tard, Maurice Dobb affirmera que la théorie des prix de production de Piero Sraffa qui résout de manière satisfaisante la question de la « transformation », représente une « troisième approximation » de la production marchande capitaliste67. Claudio Napoleoni présente à partir de 1971 une interprétation des rapports entre valeurs et prix de production qui ressemble à celle défendue en 1957, avant sa collaboration à la Rivista Trimestrale, dans l’article d’Economia Internazionale, « Considerazioni sui concetti di « valore economico » e di « valore-lavoro » ». Il envisageait alors, dans le « schéma capitaliste pur », l’opposition, correspondant à une « contradiction réelle », entre un aspect « négatif » (« exploitation ») et un aspect « positif », « dérivé » et soumis au premier (tendance au développement, à l’accumulation du capital). La nouvelle formulation s’inspire en fait implicitement de la présentation de la « loi de la valeur » proposée par Lucio Colletti en 1970. Cette loi représente pour le philosophe tout à la fois le principe assurant l’équilibre du système, et le principe qui en exprime la contradiction, donc la négation (voir chapitre 4). A ce propos, il convient de noter que déjà Antonio Labriola émettait à juste titre, l’idée que la question des « contradictions » entre les livres 1 et 3 du Capital doit être renvoyée aux « conditions antithétiques de la production capitaliste ». Cependant, l’analyse de notre économiste contient un élément particulièrement discutable, l’identification entre le « prix de production » et le « moment de l’équilibre » ; il assimile donc « prix de production » et « prix d’équilibre » du marché dans la perspective de Marx. On ne peut, certes, nier la présence d’un aspect « équilibre », dans la mesure où les prix de production doivent satisfaire l’égalité des taux de profit ; cependant, ces « prix normaux », déterminés sur la base des conditions de valorisation du capital, ne correspondent pas nécessairement à un équilibre entre l’offre et la demande sur le marché ; le problème de la « réalisation » se trouve ici entièrement posé.

b – La théorie de la valeur et les « deux Marx »

  • 68 Valore, ISEDI, 1976, pp. 82-83 et 98-100.
  • 69 Souligné par CN, « Lo sfruttamento ha un senso ? - E come la pazzia di Amleto, La Republica, 9 févr (...)

61Napoleoni ne se satisfait pas de l’interprétation de la théorie de la valeur qu’il a fournie dans la période 1971-1973.11 réfléchit à nouveau sur cette question à partir de 1975, et tente de présenter une nouvelle analyse en tenant compte d’une part, des thèses récentes de Lucio Colletti, dans l’essai Marxismo e dialettica (1974), et d’autre part de l’évolution du débat italien qui fait rage chez les économistes sur les rapports entre Marx et Sraffa. L’amorce d’un changement de perspective apparaît dans le chapitre 3 consacré à Marx dans le nouveau livre préparé en 1975, Valore, mais l’essentiel de la nouvelle argumentation est développé en 1978, dans deux articles rédigés à partir d’une contribution présentée au colloque organisé à l’Université de Modène sur le thème : « Il valore-lavoro nella costruzione teorica di Marx » : « Lo sfruttamento ha un senso ? E corne la pazzia di Amleto... » et « L’enigma del valore ». Dans Valore, Claudio Napoleoni développe à nouveau la question du « travail abstrait » ou « aliéné » dans la perspective inaugurée en 1971. Cependant, il affirme maintenant que l’absence de solution satisfaisante au problème de la « transformation » représente l’« expression principale » d’une dichotomie existante au sein de la « critique de l’économie politique » de Marx, entre une démarche de type philosophique et une démarche de type scientifique. On retrouve ici le dilemme posé par l’auteur de Marxismo e dialettica en 1974 ; toutefois pour le philosophe, la « critique de l’économie politique » se trouvait d’emblée identifiée à la « philosophie », et opposée à la démarche de l’économie politique. Marx en tant que « philosophe » analyse le concept de « valeur » et se sert du principe dialectique de « contradiction ». Le « rapport capitaliste », contient en lui une contradiction de fond ; le produit en tant qu’effet, est soumis au travail, mais en même temps, le travail est soumis au produit comme valeur, comme capital (variable). La contradiction se trouve « spécifiquement attribuée » au mode de production capitaliste car il s’agit, comme le montre Colletti, d’une « réalité renversée ». Marx en tant qu’« homme de science », reprend et développe le discours scientifique de l’économie politique classique. Il utilise ici le principe de non-contradiction ; dans ce champ apparaît le concept de prix68. Cette analyse a un caractère éminemment sommaire et allusif. Aussi, trois ans plus tard, notre économiste va-t-il préciser son nouveau point de vue « marxiste ». En 1978, il explique que la théorie marxiste de la valeur représente le « point de suture », l’unité, entre une analyse philosophique qui étudie tant 1’« essence du travail comme réalisation de l’homme » que la déformation de cette « réalisation » dans le travail « aliéné », et une analyse économique, qui envisage le profit comme plus-value. Plus précisément, « le concept de valeur-travail, c’est-à-dire l’idée que la valeur des marchandises n’est que le travail objectivé en elles, d’une part « conclut » l’analyse philosophique, puisqu’elle exprime le fait que le travail aliéné de l’ouvrier, dans les conditions capitalistes, n’est pas utilisé principalement pour la production de richesse concrète, de valeurs d’usage destinées à la satisfaction des besoins, mais pour la production de richesse abstraite, de valeur ou argent, d’autre part, « aborde » l’analyse économique car elle fournit la base de définition de toutes les catégories du discours économique : le capital, le profit, le salaire, et à partir de là, l’accumulation et les crises économiques »69.

  • 70 Herbert Marcuse : « Neue Quellen zur Grundlegung des historischen Materialismus », article publié d (...)

62Dans « L’enigma del valore », Claudio Napoleoni étudie plus particulièrement ces deux aspects de la pensée de Marx. L’aspect philosophique, qui apparaît depuis les Manuscrits de 1844, jusqu’au Capital indu, révèle une démarche de type « génétique », qui consiste à aller « du travail à la valeur ». L’aspect économique, que l’on rencontre, par exemple, dans la section I du livre 1er du Capital, fait appel, cette fois, à une démarche inverse, « rie la valeur au travail ». En ce qui concerne le premier aspect, Napoleoni examine la question du « travail aliéné » et propose une interprétation développée notamment à partir d’un article de jeunesse d’Herbert Marcuse qui rendait compte de la parution allemande en 1932 des Manuscrits de 1844. Pour Marcuse, le travail chez Marx représente l’« affirmation de l’essence » spécifique de l’homme, et à ce titre il constitue un concept « ontologique » élaboré dans un univers philosophique comme chez Hegel. Le travail est aussi une activité « aliéné », et dans le capitalisme, on ne trouve pas « une simple crise économique ou politique », mais « une catastrophe de l’essence humaine ». De plus, « dans cette lacération interne de l’être humain, dans sa propriété d’être en lui-même un objectif, se fonde le fait par lequel l’objectivation peut devenir réification, l’extériorisation, aliénation – se fonde la possibilité de « perdre » entièrement l’objet, de permettre qu’il se sépare totalement de son propre être, qu’il devienne autonome et prédominant »70.

  • 71 « L’enigma del valore », Rinascita, no 8, 24 février 1978, p. 24.

63Notre économiste déduit de cette analyse que le travail, réalisation de l’« être naturel générique », possède un « intrinsèque moment négatif parce qu’il passe nécessairement par l’« acceptation de la loi de la chose » », qui renvoie à l’« opposition »(et non « contradiction »), jamais résolue au sein de l’« essence » entre le « fini et l’infini ». Dans cette perspective, « le travail se situe entre ces deux pôles et retient en lui, essentiellement, le poids dérivant de la loi du fini. L’aliénation est l’absolutisation, non nécessaire, mais toujours possible, de ce moment négatif : alors la négativité présente nécessairement dans le travail, n’est plus un aspect mais devient la totalité »71. Le phénomène de l’« aliénation » se manifeste dans l’histoire bien avant l’apparition du mode de production capitaliste, à partir du moment où le travailleur se trouve séparé de son travail. Il culmine dans le capitalisme,

  • 72 Souligné par CN, op. cit., p. 24.

« dans le sens que l’absolutisation du moment négatif, dans lequel consiste l’aliénation, se produit avec le capital sous une forme qui détermine un rapport de contradiction non seulement entre l’essence et l’existence mais au sein de l’existence elle-même »72.

  • 73 Souligné par CN, op.cit., p. 24 ; voir aussi p. 25.
  • 74 Op.cit., p. 25.

64Dans ce mode de production, le travail « aliéné » se présente sous la forme du travail « abstrait ». La contradiction réside dans le fait que le travail produit la valeur, le capital, donc le « comprend », et d’autre part, la valeur « comprend » le travail, le réduit au capital variable. En ce qui concerne maintenant l’aspect économique, Napoleoni estime que Marx reproduit la démarche scientifique de l’économie politique classique (A. Smith, D. Ricardo) : de la valeur au travail. Mais l’auteur du Capital ne nous offre que l’« apparence » d’un passage de la valeur au travail. Le livre 1er contient une erreur logique car il ne part pas des prix de production (prix réels du marché, pour notre économiste), mais des « valeurs d’échange », pour remonter au travail. La critique des économistes à la suite d’Eugen Von Bohm-Bawerk se trouve donc fondée car on ne trouve pas de « substance commune » qui serait le travail, mais seulement des « choses », comme chez Sraffa. Au cours du processus de valorisation, le travail s’est « perdu », « anéanti » dans le produit, dans la valeur. Bien plus, « la valeur, en conséquence de sa nature même, détruit la valorisation »73. La « transformation » des valeurs en prix de production est un « faux-problème » posé par Marx qui pense que l’on doit retrouver systématiquement les « contradictions » entre le travail et la valeur dans toutes les manifestations concrètes du capital. Il se trouve inévitablement conduit à sous-estimer les possibilités de développement du capitalisme et penche pour une vision « catastrophique », par exemple, en formulant sa « loi de baisse tendancielle du taux de profit » ; il tend aussi à confondre les possibilités de la crise avec ses causes effectives. En résumé, Marx échoue dans son articulation entre philosophie et économie. L’économie politique s’attache à l’analyse du « réifié » et ne peut étudier le « processus de réification », domaine spécifique de la philosophie. La seule voie de sortie consiste alors à placer la théorie marxiste de la valeur (et de l’exploitation) dans le champ philosophique, où elle peut servir encore à étudier l’« essence » de la société bourgeoise74. Dans cette perspective, Claudio Napoleoni reconduira l’exploitation à l’aliénation dans Discorso sull’economia politica, (1985). Dans ce dernier travail, tout en continuant à se référer au marxisme, il estime que la conception du « rôle historique » du capital, « point de passage » entre les formes précapitalistes d’exploitation et la société des « hommes libres » doit être révisée à la lumière des idées sur la production et sur l’« essence de la technique » de Martin Heidegger. Ce philosophe allemand conçoit l’aliénation comme une perte de la subjectivité, mais à la différence de Marx, il juge cette perte irrémédiable, définitive. La thèse de la possibilité d’une libération des hommes doit être remise en cause.

65Que faut-il penser de ces nouvelles réflexions ? Dans le cadre de cette nouvelle approche, la « critique de l’économie politique » de Marx est envisagée comme la combinaison de deux aspects, non conciliables entre eux ; le premier est d’ordre « philosophique », le second est d’ordre « économique ». L’aspect dit « philosophique » met en évidence un passage « génétique » du travail à la valeur, et doit être considéré comme le véritable « noyau sain », du marxisme. Napoleoni accepte ainsi la conception du travail abstrait ou du travail aliéné, sous l’angle purement qualitatif. Il y admet aussi l’exploitation, ouvrant la voie à l’assimilation avec l’« aliénation ». Il écarte toute possibilité d’analyse économique de l’exploitation. En même temps, il maintient ses critiques antérieures contre les « sraffiens », qui, tout en rejetant la théorie de la valeur, affirment que cette élimination ne porte pas atteinte à la théorie de l’exploitation, du fait de l’existence du surproduit en termes physiques. L’analyse du travail aliéné ne nous apporte guère d’éléments nouveaux par rapport aux thèses antérieures défendues par l’économiste italien. Elle introduit plutôt des éléments d’ambiguïté supplémentaires car la confusion entre les écrits de jeunesse de Marx et ceux de la maturité, présente implicitement dans les articles de la Rivista Trimestrale se trouve ici réintroduite avec force. De plus, la lecture des Manuscrits de 1844, guidée par le commentaire d’Herbert Marcuse, qui dans son étude confond systématiquement « aliénation » et « réification », semble particulièrement « idéaliste ». L’« aliénation » est en effet conçue maintenant comme « absolutisation d’un moment négatif » présent dans l’« essence » de l’homme. Le statut du second aspect, « économique » est particulièrement mal élucidé. Marx est ici envisagé comme un continuateur de l’économie politique classique (Adam Smith, Ricardo) et se réfèrerait au principe nécessaire de toute « science », celui de la « non-contradiction », comme l’a indiqué Lucio Colletti dans Marxismo e dialettica, en 1974. Sur ce terrain, la démarche de la valeur au travail est un échec et l’aspect quantitatif de la valeur doit donc être rejeté. La thèse de la disparition du « travail abstrait » dans la valeur doit être rapprochée semble-t-il de la nouvelle interprétation de la « réduction du travail au capital » proposée par notre économiste, vers 1969-1970, sous l’influence encore très partielle de Lucio Colletti. A cette époque, Napoléoni considérait deux aspects dans cette « réduction » : l’« abstraction réelle » du travail par le capital et le travail comme élément de la « substance matérielle » du capital. Dans cette perspective, il est alors impossible d’envisager le « travail abstrait » comme mesure ; il ne vaut plus que comme « principe » (premier aspect).

66D’une manière générale, cette séparation entre les aspects qualitatifs et les aspects quantitatifs de la valeur représente une concession importante à la critique de Marx opérée en Italie par les jeunes économistes disciples de Piero Sraffa, au cours des années soixante-dix.

67Après cette étude, il nous faut maintenant examiner les contributions de deux auteurs, eux-aussi « sraffiens », qui sont particulièrement représentatives de la nature du débat qui s’est engagé durant les années soixante-dix sur la théorie marxiste de la valeur, en Italie.

SECTION II : LA CRITIQUE DE LA THEORIE DE LA VALEUR CHEZ LES SRAFFIENS »

68La critique de Marx des économistes qui se réclament de la pensée de Piero Sraffa porte presque exclusivement sur la question de la valeur et de la « transformation », domaine déjà privilégié dans les travaux de Claudio Napoleoni. Pierangelo Garegnani représente le point de vue le plus authentiquement « sraffien » ; son analyse aboutit à envisager Marx comme un simple « ricardien », certes, particulièrement brillant. Marco Lippi, représentant de la jeune « école de Modène », présente une approche plus originale, mettant en évidence l’existence sous la théorie de la valeur, d’une « théorie de la production en général ».

I – Pierangelo Garegnani ou Marx ricardien

  • 75 Les informations de caractère biographiques dont nous disposons sont fragmentaires et proviennent d (...)
  • 76 Publiée dans Economia Internazionale, vol. 17, no 4, novembre 1964, et vol. 18, no 4, novembre 1965 (...)
  • 77 The review of economic studies, volume 37, 1970. Cet article a eu l’honneur de deux traductions fra (...)
  • 78 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 12, 24 mars 1978, pp. 26-27 ; voir aussi « Formule (...)

69Né en 1930, Pierangelo Garegnani étudie les sciences politiques et économiques à l’université de Pavie au début des années cinquante75. II soutient une thèse de doctorat en sciences politiques en 1953 puis, de 1953 à 1958, il va compléter sa formation en économie politique au « Trinity College », de l’Université de Cambridge (Grande-Bretagne). Guidé dans ses recherches par Maurice Dobb (1900-1976), et surtout par Piero Sraffa (1898-1983), il rédige une thèse, « A problem in the theory of repartition from Ricardo to Wicksell », soutenue en 1958. A partir de ce travail, il publie en 1960, en Italie, un ouvrage fondamental, Il capitale nelle teorie della distribuzione. Ce livre démontre en particulier l’échec de la théorie de l’« équilibre économique général, dans la version de Walras et de Wicksell, à propos de la question du capital. Garegnani séjourne ensuite aux Etats-Unis et fait un stage au « Massachussetts Institute of Technology ». De retour en Italie, il obtient un poste de chercheur à la Svimez (« Associazione per lo sviluppo del Mezzogiorno »), en 1960-1961, où il se trouve en contact avec Claudio Napoleoni. Dans ses travaux, il aborde en particulier la théorie keynésienne avec notamment l’étude « Note su consumi, investimenti e domanda effettiva »76. Au cours des années soixante, il enseigne à l’université de Pavie. La controverse des « deux Cambridge » sur la question du capital, lui donne l’occasion de rédiger une étude très importante, entre 1963 et 1968, « Heterogeneous capital, the production function and the theory of distribution »77. Il enseigne ensuite à l’université de Florence, et plus récemment à celle de Rome. De plus, il assure des séminaires à l’université de Cambridge. Une place centrale dans son enseignement est accordée à la théorie classique de la valeur et de la répartition. Au colloque organisé, en avril 1972, par l’université de Sienne, sur « le problème de la transformation des valeurs en prix de production chez Marx », il soumet un important rapport, « Valore e distribuzione in Marx e negli economisti classici », publié seulement en 1981. Il se penche sur l’œuvre de Marx d’une manière plus systématique à la suite du colloque de l’université de Modène, en février 1978, consacré à la théorie marxiste de la valeur. L’étude publiée cette année-là, « La realtà dello sfruttamento », représente la synthèse la plus complète de son approche. Deux textes enrichissent cette étude, l’interview « Per la ripresa di Marx e dei classici » (1978) et l’article de réponse aux critiques, « Formule magiche e polvere d’arsenico » (1979). Dans ses travaux, Garegnani s’attache à l’examen exclusif de la « théorie économique » de Marx, identifiée à la « critique de l’économie politique ». Il récuse la « théorie des deux Marx » proposée par Lucio Colletti (Marx « économiste » et Marx « critique de l’économie politique »), mais sans livrer une argumentation développée. De plus, il doute des affirmations du philosophe sur l’incompatibilité entre la dialectique et la démarche scientifique78. Il ne se prononce pas sur la philosophie, le « matérialisme historique », et la méthode du marxisme. On verra plus loin, qu’en fait il ne s’occupe que de la question de la répartition. Son approche se propose de dégager le « noyau sain » et de rejeter la partie « morte » de la théorie marxiste. Dans la « théorie économique » ou « critique de l’économie politique » de Marx, le taux de profit occupe une place centrale en tant que « force motrice de la production capitaliste » ; il constitue la base de l’analyse de l’accumulation, de la centralisation du capital, des crises. Il joue, de plus, un rôle décisif dans l’étude du conflit d’intérêts entre le capital et le travail salarié, l’antagonisme entre le salaire et le profit.

  • 79 Garegnani : « La realtà dello sfruttamento, Rinascita, no 9, 3 mars 1978, pp. 31 et 32 ; voir aussi (...)
  • 80 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 31 et no 12, 24 mars 1978, p. 25 (...)

70La démarche de notre économiste, comme on le voit, consiste à identifier les rapports de production et les rapports de distribution79. Il poursuit en affirmant que selon Marx, conformément à une vision historique héritée de Hegel, le mode de production capitaliste ne possède pas un caractère éternel, comme le pense l’économie politique classique, mais qu’il doit disparaître. Marx établit la théorie de la valeur-travail à la base de sa « critique de l’économie politique ». D ne fait en ce domaine que développer la théorie de Ricardo. Dans ses Principles, Ricardo se sert de la théorie de la valeur-travail incorporé pour dépasser la circularité dans la détermination du taux de profit chez Adam Smith80. Il détermine le taux annuel de profit comme le rapport du « surplus social » à la « consommation nécessaire », le salaire étant déterminé par des forces économico-sociales, indépendamment des autres revenus :

71Le « produit social (net » et la « consommation nécessaire », agrégats de marchandises, dont on connaît la composition physique et la technique de production, doivent être exprimés en quantité de travail incorporé.

72Par rapport à l’analyse ricardienne, Marx réalise deux « pas en avant ». Tout d’abord, il refuse l’identification du capital social avec les salaires, et distingue le « capital constant » et le « capital variable ». Le taux de profit devient :

  • 81 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 32 ; voir aussi Valore e distrib (...)

73En second lieu, il construit une théorie des prix de production. Cependant il va échouer dans sa procédure de « transformation » des valeurs en prix de production81. La théorie de la valeur chez Marx vise le même objectif que chez Ricardo, la détermination d’une manière « non circulaire » de la répartion (le taux de profit) et les prix. Selon notre économiste,

  • 82 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 31. Dans la réédition de cette é (...)

« la théorie de la valeur-travail joue chez Marx essentiellement le même rôle que celle-ci avait joué chez Ricardo. Ce rôle est de permettre de la seule manière concrètement possible à l’époque, la détermination du taux de profit dans l’approche classique, en évitant le cercle vicieux dans lequel la théorie de la répartion risquait de s’enliser avec Adam Smith »82.

  • 83 Garegnani : Préface à Marx e gli economisti classici, Einaudi, 1981, p. XII. Voir Livre 1er du Capi (...)
  • 84 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 13, 31 mars 1978, p. 25.
  • 85 Op. cit., p. 25.

74L’œuvre de Marx doit donc être rattachée à la tradition des « théories du surplus », à la lignée représentée par les « Physiocrates », avec leur surplus, en termes physiques, puis par Adam Smith et David Ricardo. Garegnani insiste tout particulièrement sur la « stricte continuité » qui unirait Ricardo et Marx ; il affirme que l’auteur du Capital reconnaît explicitement cette « continuité » étroite dans la Postface à la 2e édition allemande du livre 1er où il est question de la démonstration par l’économiste russe N.I. Zieber, en 1871, que sa « théorie de la valeur, de la monnaie et du capital était dans ses grandes lignes la continuation nécessaire de la théorie de Smith et Ricardo »83. La théorie de la valeur chez Marx ne peut donc avoir d’autres objectifs que celui indiqué plus haut. Beaucoup d’économistes, notamment des « marxistes » ont tenté de lui attribuer d’autres rôles, comme par exemple, la démonstration de l’exploitation des travailleurs dans le mode de production capitaliste. L’établissement d’un lien entre « valeur-travail » et exploitation constitue, d’après notre économiste la caractéristique de l’« usage utopiste » de la théorie ricardienne de la valeur, en vogue parmi les socialistes anglais ; dans cette optique, les travailleurs ont un « droit naturel » au produit intégral du travail84. Marx lui-même repousse tout lien entre valeur et exploitation dans sa critique des socialistes anglais, notamment dans la Contribution à la critique de l’économie politique. Après sa mort, le marginaliste Von Böhm-Bawerk est le premier, dans Kapital und Kapitalzins - Geschichte und Kritik der Kapitalzins Theorien (1884) à soutenir la thèse de l’union de la valeur et de l’exploitation, donc à attribuer la conception des « socialistes ricardiens » à Marx, et, de plus, en confondant la théorie marxienne avec celle de Karl Rodbertus. Après Böhm-Bawerk les marxistes reprennent cette thèse centrale que l’on retrouve aujourd’hui en Italie sous la plume de Claudio Napoleoni85.

75Par cette approche, Garegnani rejoint implicitement le point de vue de l’un de ses maîtres à l’université de Cambridge, Maurice Dobb. En fait, il semble difficile de soutenir que dans la Contribution... Marx défende l’idée de l’indépendance entre la valeur et l’exploitation. Après avoir présenté la thèse des « socialistes ricardiens » et de Proudhon, qui reprend une objection adressée à Ricardo par des « économistes bourgeois », il affirme :

  • 86 Souligné par nous, Contribution à la critique de l’économie politique, Ed Sociales, 1957, p. 38. No (...)

« Ergo (donc) cette objection se fond dans le problème suivant : comment la production, sur la base de la valeur d’échange déterminée par le seul temps de travail, conduit-elle à ce résultat, que la valeur d’échange du travail est inférieur à la valeur d’échange de son produit. Nous résoudrons ce problème en étudiant le capital »86.

  • 87 En Allemagne, cette conception n’est défendue principalement que par Ferdinand Lassalle, qui se bro (...)

76Enfin, Garegnani accepte d’une manière non critique l’attribution de la conception du « droit au produit intégral du travail » à Karl Rodbertus, opérée par Böhm-Bawerk87.

77Comment envisage-t-il la question de l’exploitation qu’il détache de celle de la valeur ? Il estime que

  • 88 Le passage de l’article de Rinascita, no 13, 32 mars 1978, p. 25, ayant fait l’objet d’une révision (...)

« La proposition relative à l’existence de l’exploitation du travail dans une société capitaliste ne dépend en aucune manière de la validité de la théorie de la valeur-travail : elle dépend au contraire de la validité de l’approche théorique fondée sur la notion de surplus social ; à partir de là il n’apparaît pas d’autre fondement pour les profits que le simple fait que l’ordre économique existant ne permet pas aux travailleurs de s’approprier la totalité du produit »88.

78L’exploitation ne renvoie pas à des considérations morales, juridiques, sociologiques : il s’agit d’une donnée de fait. L’échec de la théorie de la valeur ne doit pas conduire à la remise en cause de l’existence de l’exploitation capitaliste ou à son expulsion du champ de l’économie politique comme dans la dernière approche de Claudio Napoleoni.

  • 89 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 13, 31 mars 1978, p. 25.

79L’analyse de notre économiste méconnaît la spécificité de l’exploitation dans le mode de production capitaliste, étudiée par Marx. Les allusions dans son étude, à l’exploitation dans le mode de production féodal sont significatives à cet égard89. Sur ce point précis, elle rejoint les approches d’Achille Loria et d’Antonio Graziadei. On se trouve en présence d’une proposition de type tautologique, comme par exemple, celle de Luca Meldolesi évoquée dans la section précédente.

  • 90 « Formule magiche e polvere d’arsenico », Rinascita, no 18, 11 mai 1979, p. 24.
  • 91 « La realtà della sfruttamento », Rinascita, no 12, 24 mars 1978, p. 26.

80Garegnani prend position contre les interprétations qui lient la valeur et le fétichisme des marchandises, représentées en Italie notamment par Lucio Colletti. Toutefois, il ignore les problèmes d’interprétation du concept de « travail abstrait », qu’il assimile purement et simplement au « travail socialement nécessaire »90. Sur la question du « fétichisme », son point de vue est loin d’être clair et argumenté ; il estime qu’il ne fait qu’un avec l’explication d’ensemble des phénomènes économiques capitalistes entreprise par Marx, et ne correspond pas à un objectif particulier de la théorie de la valeur91. Il en découle que le rejet de la théorie de la valeur n’implique pas celui de la théorie du fétichisme.

  • 92 « Per la ripresa di Marx e dei classici - Colloquio, Rinascita, no 31, 4 août 1978, p. 23, et « For (...)

81Pour notre économiste, la théorie marxiste de la valeur ne peut être défendue, en raison de l’échec de la « transformation », et le travail incorporé ne peut constituer un instrument valide pour déterminer la répartition et les prix. Cependant, l’abandon de la valeur ne porte pas atteinte aux aspects centraux de la théorie économique de Marx. En effet, la « théorie du surplus » représente ce qui est « vivant » dans cette dernière, et elle est indépendante de la théorie de la valeur. Il faut se garder de réduire la « critique de l’économie politique » à la théorie de la valeur comme l’a fait Böhm-Bawerk à la fin du XIXe siècle. Comment doit-on envisager le rapport entre Marx et Sraffa, dans une telle perspective ? Piero Sraffa, dans son « Introduction aux œuvres de David Ricardo » (1951), puis dans Production de marchandises par des marchandises (1960) redécouvre l’approche théorique de l’économie politique classique et de Marx, fondée sur le « surplus social ». Le surplus n’est pas chez lui, comme le croit Napoleoni, « présupposé mais non expliqué » car l’exploitation est pour lui une donnée de fait. Il trouve une solution à la question de la détermination du taux de profit et des prix relatifs en dépassant la contrainte de la théorie de la valeur-travail incorporé de Ricardo et de Marx. Opposer Marx à Sraffa revient à vouloir trouver chez ce dernier une théorie de l’accumulation du capital et des crises, une théorie de la répartition du produit entre les classes sociales. Or sur ces aspects, Sraffa ne peut que renvoyer au Capital92, car il n’entend pas construire une « nouvelle » économie politique « néo-ricardienne », alternative à celle de Marx ; il vise à fournir seulement les « prémisses » pour une reprise de la position théorique des économistes classiques et de Marx, ainsi qu’une base critique de l’approche marginaliste, sur la question du « retour des techniques ». En définitive, la différence entre Marx et Sraffa n’est pas plus grande que celle qui existe entre le Ricardo de l’Essay on profit et le Ricardo des Principles. Les « sraffiens » ont tort d’affirmer que le livre de Sraffa met en crise la « théorie économique » de Marx, opinion partagée par Claudio Napoleoni, par exemple dans ses travaux de 1978 : au contraire, ce livre témoigne de la vitalité de l’analyse de l’auteur du Capital.

  • 93 Marco Lippi : « Il principio del valore-lavoro », Rinascita, no 17, 28 avril 1978, p. 25.

82L’interprétation de la théorie marxiste de la valeur fournie par Garegnani est particulièrement simplificatrice. Cependant sa lecture de Ricardo est aussi réductrice. Elle rejoint celle fournit par Piero Sraffa, dans l’« Introduction » aux œuvres de Ricardo, de 1951 : la théorie ricardienne de la valeur n’est qu’une théorie de la mesure. En réalité elle possède d’autres aspects, liés notamment à la question de l’échange. Sur la question du marxisme, Marco Lippi a bien vu le sens d’une telle intervention : une analyse dominée par P « intention de faire « digérer » Sraffa par les marxistes »93.

II – Marco Lippi : la valeur comme expression du « coût social réel »

  • 94 Les quelques informations biographiques proviennent de sources diverses.
  • 95 On mentionnera cependant deux textes. Le premier contient une critique des thèses de Luca Meldolesi (...)

83Né à Rome en 194394, Marco Lippi étudie l’économie politique dans la première moitié des années soixante, à la faculté des sciences statistiques de cette ville. Il fait partie des jeunes économistes enthousiasmés par le livre de Piero Sraffa, Production de marchandises par des marchandises, qui se réunissent autour de Paolo Sylos Labini (né en 1920) ; on trouve parmi eux, notamment Luca Meldolesi (né en 1939), Fernando Vianello (né en 1939). Après la soutenance de sa thèse, il enseigne à l’université de Rome, en particulier, les mathématiques appliquées à l’économie. A partir de ses cours des années 1972-1973, il écrit un livre sur la théorie de Sraffa, consacré à l’examen de la question de la production conjointe, « I prezzi di produzione. Un saggio sulla teoria di Sraffa », publié seulement en 1979. Il enseigne ensuite, à partir de 1973 environ, à l’université de Modène, où il retrouve d’autres « sraffiens », parmi lesquels on peut mentionner, Fernando Vianello, Andrea Ginzburg, Salvatore Biasco (né en 1940). A cette époque, il est encore très peu intervenu dans les débats traitant des rapports entre Marx et Sraffa, de la valeur, et de la « transformation » chez Marx95. Il va se consacrer à ces questions dans la période 1974-1978. En 1974, un long article voit le jour, « Lavoro produttivo, costo sociale reale e sostanza del valore nel Capitale » présenté au troisième colloque national des historiens de la pensée économique (Bologne - Ferrare, octobre 1974). Deux ans plus tard, il publie un ouvrage qui réexpose et enrichit les thèses présentées dans l’article, Marx - Il valore corne costo sociale reale. Notre examen des thèses de Marco Lippi s’appuyera presque exclusivement sur cet ouvrage, ainsi que sur deux articles, publiés ultérieurement, « Il valore di Marx » (1977), qui répond à des critiques adressées à son livre et « Il principio del valore-lavoro » (1978), étude rédigée à partir de sa communication au colloque de l’université de Modène (février 1978) consacré au thème, « Il valore-lavoro nella costruzione teorica di Marx ». Après 1978, il semble avoir abandonné toute recherche sur l’œuvre de Marx.

  • 96 « Il valore di Marx », Rinascita, no 18, 6 mai 1977, p. 35.
  • 97 Marx - Il valore corne costo sociale reale, Etas Libri, 1976, pp. 7, 68, 151.

84Marco Lippi ne fournit pas de précisions sur sa vision globale du marxisme. Toutefois, quelques allusions, dans ses écrits nous indiquent qu’il envisage le marxisme, ou le « matérialisme historique », comme une « science » ayant pour objet l’étude du mode de production capitaliste et des « oppositions réelles » qu’il renferme. Il refuse le dilemme proposé par Lucio Colletti et repris par Claudio Napoleoni entre « Marx économiste » et Marx « critique de l’économie politique » (ou « philosophe »)96. Cependant, il ne livre aucune réflexion sur la philosophie de Marx, ni sur les différents problèmes du « matérialisme historique » comme « science ». Son principal objectif consiste à mettre en lumière le véritable « programme scientifique » de Marx (au sens d’Imre Lakatos) dans ses écrits économiques de maturité. Il va défendre la thèse selon laquelle le véritable « programme scientifique » de Marx, non perçu par des générations de disciples ou de critiques, consiste à démontrer que les lois de la production marchande capitaliste sont subordonnées aux lois de la « production en général », et n’en représente que les formes. La théorie de la valeur représente l’application principale de ce « programme scientifique ». L’auteur du Capital va rattacher au travail tous les phénomènes liés à la marchandise et à la valeur d’échange97. Dans cette perspective, le rôle de la théorie de la valeur ne peut consister, comme le croit Pierangelo Garegnani, en un expédient destiné à déterminer de manière non circulaire le taux de profit et les prix ; ce dernier aspect existe bien évidemment, mais il ne représente qu’un élément parmi d’autres. La principale référence qui permet à notre économiste de fonder son interprétation, est un passage de la lettre de Marx à Ludwig Kugelmann, du 11 juillet 1868. Dans cette lettre, Marx déclare :

  • 98 Souligné par KM, Marx : Lettre à Ludwig Kugelmann, 11 juillet 1868, dans Karl Marx, Jenny Marx, Fri (...)

« N’importe quel enfant sait que toute nation crèverait qui cesserait le travail, je ne veux pas dire pour un an, mais ne fût-ce que pour quelques semaines. De même un enfant sait que les masses de produits correspondant aux diverses masses de besoins exigent des masses différentes et quantitativement déterminées de la totalité du travail social. Il est self-évident que la forme déterminée de la production sociale ne supprime nullement cette nécessité de la répartition du travail social en proportions déterminées : c’est la façon dont elle se manifeste qui peut seule être modifiée. Des lois naturelles ne peuvent pas être supprimées absolument. Ce qui peut être transformé, dans des situations historiques différentes, c’est uniquement la forme sous laquelle ces lois s’appliquent. Et la forme sous laquelle cette répartition proportionnelle du travail se réalise, dans un état social où la connexité du travail social se manifeste sous la forme d’un échange privé de produits individuels du travail, cette forme, c’est précisément la valeur d’échange de ces produits. Le rôle de la science c’est précisément d’expliquer comment agit cette loi de la valeur »98.

  • 99 Op. cit., pp. 11 et 37.
  • 100 L’expression utilisée par Lippi à propos de Marx doit en réalité être rattachée à Ricardo, qui, dan (...)
  • 101 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 27-31, 42-47. Dans ce cas le travail n’est pas encor (...)

85Marco Lippi se réfère aussi à la « Critique du programme de Gotha », dans laquelle Marx traite de la disparition de la « valeur » dans l’« ordre social communautaire ». A partir de ces textes, il est possible de comprendre le « programme scientifique » énoncé plus haut, et son application avec la théorie de la valeur. Marx distingue une loi naturelle, éternelle, de « répartition proportionnelle du travail » et la « loi de la valeur », qui représente la « forme » de la première loi, dans le cadre spécifique du capitalisme. Les éléments concernant la production en général précèdent logiquement ceux de la production marchande capitaliste. Notre économiste envisage donc la « valeur » comme une « catégorie mixte »99. En premier lieu, le travail, dans la perspective marxiste, constitue une activité positive, la manifestation de la capacité humaine à intervenir sur les processus naturels. Le problème de la « mesure du travail » se pose dans tous les modes de production, abstraction faite des rapports de production spécifiques. Les hommes se trouvent dans la nécessité de répartir le travail social dans les proportions définies. Il faut considérer deux aspects dans la mesure de la « difficulté de la production »100 : l’égalisation des travaux provenant de l’abstraction (réelle) des différentes formes concrètes (utiles) de la production (valeur d’usage) et l’égalisation des travaux provenant de l’abstraction (réelle) des différentes « productivités » (différentes capacités des travailleurs et différents instruments) ; on peut donc parler ici d’égalisation des individus. Pour cet aspect, il s’agit du « travail socialement nécessaire »101. Lippi estime que Marx reprend ici le principe du « coût réel », mis en avant par l’économie politique classique (Smith et Ricardo), et le renforce même. A ce propos, il forge l’expression de « coût social réel », dans le but, précise-t-il, d’opposer le « caractère socialement objectif » du travail chez Marx, au travail entendu comme « sacrifice psychologique » chez Adam Smith. Il se réfère à différents passages du livre 2 du Capital tels que celui-ci :

  • 102 Souligné par K.M., Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 46, Lippi, Marx - Il valore come cost (...)

« Le coût de la marchandise se mesure, du point de vue capitaliste, à la dépense de capital, son coût réel (« wirklich Kost ») à la dépense de travail. Le coût de production capitaliste diffère donc, quantitativement, de sa valeur ou de son coût de production réel »102.

  • 103 Op. cit., pp. 44-45, 50-51, 128-129 ; voir aussi « Il principio del valore-lavoro », p. 24.
  • 104 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 43-47, 55 ; voir aussi « Il valore di Marx », p. 35.
  • 105 Op. cit., p. 7, et tout le chapitre 1er ; voir aussi « Il principio del valore-lavoro », p. 24. Lip (...)
  • 106 Op. cit., pp. 65, 71-79, 145.

86En second lieu, la « valeur » représente la « forme » de cette « mesure en travail », dans la production marchande capitaliste. La « grandeur de la valeur » exprime donc la « grandeur en travail », la « mesure de la difficulté de production », ou le « coût social réel » dans le capitalisme103. Lippi envisage avant tout l’aspect quantitatif de la valeur (aspect implicite dans la lettre à Kugelmann). Cependant il est conscient de l’existence de l’aspect qualitatif. A ce sujet, il partage l’interprétation de Lucio Colletti du « travail abstrait », comme « substance » de la valeur, qu’il faut envisager comme une « abstraction réelle » et non simplement comme une « généralisation mentale ». Dans le mode de production capitaliste, l’abstraction réelle envisagée précédemment (abstraction des différences entre les travaux et entre les individus), s’opère par la « séparation » du travail d’avec les sujets. Notre économiste reproche cependant à Colletti de n’avoir pas distingué dans son essai sur Bernstein les considérations sur la production en général et celles concernant la production marchande capitaliste104. D’après Lippi, Marx fournirait lui-même la preuve de sa prise en compte de la « production en général » sous la production marchande dans son traitement des « coûts purs de circulation », au chapitre 6 (« les frais de circulation ») du livre 2 et au chapitre 17 (« le profit commercial ») du livre 3 du Capital. Cette question est à rattacher à l’analyse du travail productif et improductif. Marx inclut dans la formation de la valeur des marchandises uniquement les coûts nécessaires à la production (stockage, emballage, transport, mise en détail) qui correspondent à une augmentation de la valeur d’usage, et exclut « a priori » les coûts provenant de la forme économique du produit en tant que marchandise : les « coûts purs de circulation » (commerce, comptabilité). Or une telle distinction entre deux types de coûts est inacceptable, car ils sont liés de manière inextricable105. Enfin, l’auteur du Capital conçoit sa théorie des prix de production comme le prolongement et la confirmation de sa théorie de la valeur. La « transformation » des valeurs en prix de production conserve la valeur totale (égalité de la somme des valeurs et de la somme des prix) ; ainsi, le travail comme « coût social réel » se conserve comme « l’énergie dans un système physique isolé », à toutes les étapes du processus106. En résumé, Marx tombe dans un « naturalisme » en ce qui concerne la détermination de la grandeur de la valeur, « naturalisme » déjà présent chez les économistes classiques, mais accentué chez lui.

  • 107 Op cit., p. 144.
  • 108 « Valore e dialettica in Marx », Rinascita, no 18, 5 mai 1978, p. 24 ; voir aussi « Punti controver (...)

87En réalité, « il n’existe aucune loi naturelle éternelle qui se manifesterait dans le mode de production capitaliste. Il existe des éléments matériels de la production qui se traduisent en rapports d’échange, mais selon des lois qui proviennent seulement du mode capitaliste de production »107. Marco Lippi adopte dans son livre, implicitement, la théorie des prix de production de Piero Sraffa. Cette interprétation de la théorie de la valeur emporte l’adhésion, à partir de 1976, de certains économistes « sraffiens » mais aussi de philosophes comme Salvatore Veca et même Lucio Colletti. Ce dernier partage le point de vue de notre économiste sur la « lecture » tentée par Garegnani : « faire « digérer » Sraffa par les marxistes ». Il juge la démarche de Lippi très intéressante, en particulier la mise en évidence chez Marx d’une loi naturelle de la « production en général ». La distinction entre cette loi générale et sa « forme » dans le capitalisme peut être rattachée à la distinction opérée dans les Grundrisse entre la « société organique » dans laquelle règne l’« unité originelle » des hommes entre eux et avec la nature, et la « société divisée », caractérisée par le rapport entre le travail salarié et le capital ; la première ou « Gemeinschaft » (« communauté ») « préexiste à l’histoire », et la seconde, ou « Gesellschaft » (« société ») est le résultat du mouvement historique108.

  • 109 « Introduction à la critique de l’économie politique », dans Marx-Engels, Textes sur la méthode de (...)
  • 110 Marx envisage aussi la loi de la valeur comme une « loi naturelle régulatrice, au même titre que la (...)
  • 111 Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, notamment pp. 194-196.

88Que faut-il penser de l’interprétation de Marco Lippi ? Tout d’abord, il est intéressant de voir reprendre en Italie le débat ouvert par Achille Loria à la fin du XIX e siècle, sur l’historicité ou non de la « loi de la valeur ». Nous avons vu que pour cet économiste qui écrit dans les années 1880, Marx considère toutes les lois économiques comme historiques, transitoires, sauf une seule, la loi naturelle de la valeur. Cette critique sera d’ailleurs reprise ensuite par Antonio Graziadei. A partir de la lettre à Kugelmann citée plus haut, Lippi pense mettre en évidence tout à la fois, le « programme scientifique » de Marx, et le statut véritable de la théorie de la valeur. En réalité, il interprète abusivement un passage de correspondance, qui distingue la « loi de répartition du travail social » et sa « forme », la « loi de la valeur ». Marx n’entend pas démontrer que les lois du mode de production capitaliste sont subordonnées aux lois de la « production en général » ; il critique l’économie politique classique parce qu’elle privilégie le « général » par rapport au « spécifique ». Le rapport entre le « général » et le « spécifique » est beaucoup plus complexe chez lui que ne l’imagine Marco Lippi. Dans l’« Introduction de 1857 », il estime que « toute production est appropriation de la nature par l’individu dans le cadre et par l’intermédiaire d’une forme de société déterminée »109. Dans l’étude du mode de production capitaliste, Marx articule le « général » et le « spécifique » : production de valeurs d’usage et de plus-value, procès de travail et de valorisation, la question du travail productif et improductif comme articulation de deux déterminations. Ces deux aspects sont renvoyés à la contradiction entre forces productives et rapports de production. Il faut évidemment s’interroger sur le statut de la « loi naturelle » de « répartition du travail social » mentionnée dans la lettre à Kugelmann. Il existe deux sens pour le mot « naturel » chez Marx ; soit il signifie immuable, éternel ; soit il signifie nécessaire. Lippi entend la « loi naturelle » au premier sens, « production en général », quel que soit le mode de production. Or, même si la formulation de Marx dans sa lettre est incontestablement chargée d’ambiguïté, la « loi naturelle » renvoie à une nécessité des seules sociétés fondées sur la division du travail110. Dans les Grundrisse, Marx entend montrer que la « mesure en travail » doit faire place dans le communisme à la mesure en « temps disponible », vraie « mesure de la richesse »111. Il arrive à Lippi de manquer de rigueur dans l’exposition de sa thèse, et de tendre à identifier « mesure en travail » et « mesure de la valeur », comme en témoigne la phrase suivante :

  • 112 Marx - Il valore corne costo sociale reale, p. 7.
  • 113 Napoleoni, « Il Marx inutile di Lippi », Rinascita, no 13, 1er avril 1977, p. 31. Il en résultera u (...)

89« La grandeur de la valeur est justement le coût réel »112. De plus, le sous-titre du livre prête à cette confusion : « la valeur comme coût social réel » alors qu’il s’agit, d’après l’auteur, du travail. Un examen trop hâtif du livre peut donc conduire à penser que chez Lippi la « valeur » concerne aussi la « production en général ». Une lecture de ce type apparaît dans un article de Claudio Napoleoni qui parle à ce sujet de « valeur naturelle » comme « mesure de la difficulté »113. Avec sa formulation du « coût réel », notre économiste tend à gommer les différences essentielles entre Marx et l’économie politique classique (notamment Ricardo). De plus, placer le « travail socialement nécessaire » dans le cadre de la « production en général », relève du pur arbitraire. L’interprétation de la « loi de la valeur » comme « forme » de la « loi de la production en général » possède un caractère réducteur et simpliste ; elle privilégie la grandeur de la valeur, et tend à la confondre avec la substance. On voit mal comment il serait possible d’articuler cette approche avec la question de l’aliénation et du fétichisme. En ce qui concerne l’exclusion des « coûts purs de circulation », l’argumentation de Lippi n’est guère plus convaincante. Ces goûts sont exclus de la formation de la valeur non pas parce que Marx se réfère à la « production en général », mais parce qu’ils concernent un changement de forme de la valeur, de la forme marchandise à la forme argent.

  • 114 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 146-147 ; voir aussi « Il principio del valore-lavor (...)
  • 115 Marx - Π valore come costo sociale reale, pp. 133-134 (et note 48), 135, 155 (note 12).

90Marco Lippi repousse la théorie de la valeur et le « naturalisme », l’« apriorisme » qu’elle contient. Que reste-t-il du marxisme dans ces conditions ? Il adopte une attitude qui le conduit à rechercher ce qui reste valide après le rejet de la valeur. Il rejoint Pierangelo Garegnani pour affirmer que la théorie de la valeur n’occupe pas une place fondamentale dans l’analyse marxiste du capitalisme, ce qui paraît surprenant si l’on se réfère au « programme scientifique » qu’il a auparavant attribué à Marx. Il existerait dans le Capital, « quelques propositions centrales » parfaitement valides telles que l’analyse de l’accumulation, la détermination du taux de profit et sa baisse. Ces aspects peuvent être développées sans le recours à la théorie de la valeur, et en se servant des prix de production114. Mais il ne s’agit là que de rapides allusions sans le moindre développement. Par ailleurs, deux autres aspects ne sont pas remis en cause selon lui par l’échec de la valeur : la question de l’exploitation et celle du fétichisme. Sur la première question, celle de l’exploitation, notre économiste se trouve en accord avec Garegnani et en opposition avec Napoleoni. La condition d’existence du profit est la réduction de la force de travail à une marchandise, et réside donc dans un rapport social ; Marx définit dans le Capital les conditions historiques d’une telle réduction115. Sur le problème du fétichisme, « point le plus haut de la critique de l’économie politique », Lippi défend également la thèse de l’indépendance par rapport à la théorie de la valeur, mais d’une manière très obscure et sans véritable argumentation. Les rapports d’échange entre les marchandises apparaissent aux producteurs comme des propriétés naturelles de ces choses, que ces rapports soient des quantités de travail ou non ; le fétichisme est donc séparable de la valeur. Sur ce point, notre économiste rejoint encore le point de vue de Garegnani.

91Il nous faut conclure sur cette nouvelle série de « lectures ». Les économistes universitaires vont se plonger à nouveau dans l’œuvre de Marx après la seconde guerre mondiale ; ils vont le faire cependant très tardivement, pour l’essentiel à partir du début des années soixante. Leur formation culturelle est assez diversifiée. Claudio Napoleoni suit un itinéraire tout particulier car il étudie la philosophie à l’université dans un climat « néo-idéaliste » et il est autodidacte en économie politique. D’une manière générale, le poids du marginalisme et de la théorie de l’équilibre économique général s’est révélé très important dans la formation de ces économistes. Cependant ils sont animés très tôt par des préoccupations critiques vis-à-vis de cette école dominante. Le livre de Piero Sraffa (1960) qui offre dans une certaine mesure un « retour à Ricardo », va susciter des lectures de Marx dans une perspective critique et portant exclusivement sur le thème de la théorie de la valeur,. Les « lectures » examinées proviennent pour l’essentiel de « critiques de Marx » : Napoleoni pour ses premiers travaux (1963-1970), Garegnani, Lippi. Cependant, Napoléoni devient marxiste « non-militant » à partir de 1971, sous l’influence des écrits de Colletti. Ces contributions ne proposent aucune interprétation « unitaire » de la pensée de Marx, mais une « réduction » exclusive : Marx en tant qu’« économiste », ou comme « critique de l’économie politique ». L’interprétation « dualiste » proposée par Napoleoni dans ses derniers écrits ne fait que reprendre celle de Colletti (1974, et depuis cette date) mais sans vouloir accepter les conséquences drastiques proposées par le philosophe (incompatibilité entre les « deux Marx », qui ont tout deux échoué). D’une manière générale, on assiste à un retour vers une réduction extrême des thèmes de discussions comme on l’a déjà constaté pour les premiers lecteurs économistes de Marx. On peut même dire que cette limitation se trouve encore accentuée car en 1883, Achille Loria avait au moins le mérite d’aborder aussi la philosophie et la « conception matérialiste de l’histoire ». Dans les interpréations des années soixante envisagées ici, l’intérêt se trouve concentré sur la théorie de la valeur, la « transformation » des valeurs en prix de production, et le problème de l’exploitation. De très nombreux autres aspects traités dans le Capital, en particulier la dynamique du capitalisme, les lois de l’accumulation du capital, la reproduction élargie, la rente foncière, les crises, ne font pas l’objet d’un examen. De plus, la contribution d’Antonio Gramsci sur la dynamique du capitalisme, le taylorisme, et le fordisme en liaison avec la loi de baisse tendancielle du taux de profit n’est jamais reconsidérée. Parmi les textes étudiés chez nos économistes, on ne trouve pas d’apports substantiellement nouveaux, à part les Manuscrits de 1844, à propos desquels, Napoleoni aborde le thème du « travail aliéné ». La lecture des auteurs se borne en général au chapitre 1er (« marchandise ») et à la section 3 (« plus-value absolue ») du livre 1er, et au chapitre IX (« transformation ») du livre 3 du Capital. Les économistes connaissent relativement mieux l’œuvre de Ricardo et celle de Marx que les intervenants de la fin du XIXe siècle. On notera que la question du rapport entre l’auteur du Capital et l’économie politique ne les intéresse pas beaucoup. Ils défendent pour l’essentiel la thèse de la continuité, en particulier Napoleoni pour les écrits de la période 1963-1970, et Garegnani. Napoleoni va envisager plus tard un rapport de continuité-rupture à la manière de Colletti, entendu comme rapport économie-philosophie. Sur la théorie de la valeur les interprètes privilégient les aspects quantitatifs, mais ils ne délaissent pas pour autant les aspects qualitatifs. Ils posent le problème de leur conciliation possible, compte-tenu de l’échec mathématique de la « transformation » des valeurs en prix de production. Napoleoni conclut à la séparation entre ces deux domaines après avoir parcouru un itinéraire hésitant, et scandé par des rebondissements. Cependant il semble particulièrement contestable de vouloir sauvegarder à tout prix le « travail abstrait » alors que l’on vient de rejeter la théorie de la valeur. On remarque que le problème de la « transformation » est abordé maintenant avec l’acquis de la controverse engagée avec Ladislaus Von Bortkiewicz (1906-1907) et avec Sraffa (1960). Nous avons donc affaire ici à un dépassement des approches du type de celles proposées à la fin du XIXe siècle par Achille Loria et Antonio Graziadei. Claudio Napoleoni dans son intervention de 1966 sur cette question, souligne que dans les systèmes d’équations « à la Sraffa », par exemple fondés sur le premier système de production avec surplus, les quantités de travail que l’on peut y introduire n’ont pas d’autre fonction que la fourniture d’une unité de mesure des quantités de marchandises. Cette prise de position est particulièrement intéressante, car quelques années plus tard, nombre de « solutions » inspirées de Sraffa vont faire apparition et se réclamer de Marx. Marco Lippi conclut quant à lui un peu hâtivement au « naturalisme » de la « production en général » chez l’auteur du « Capital ». En croyant défendre le principe d’historicité (refus des « lois éternelles ») contre Marx, il défend en réalité implicitement, au mieux, le principe du relativisme. A ce propos, il faut rappeler qu’il écrit dans le contexte de la diffusion des épistémologies « relativistes ». La théorie de l’exploitation fait l’objet chez Napoleoni (1963-1969), Garegnani et Lippi, d’une interprétation en termes de « soustraction ». La « plus-value » n’est qu’un prélèvement sur le produit du travail. Certes, on ne trouve pas la même argumentation que chez Loria ou Graziadei, mais là encore, la spécificité de l’exploitation capitaliste ne peut être véritablement fondée.

92Il faut maintenant nous pencher sur les lectures proposées par les « ouvriéristes ».

Notes

1 Nos informations biographiques proviennent de sources diverses. Certaines indications nous ont été fournies par lettre par Claudio Napoleoni lui-même, en 1982.

2 Voir à ce sujet, Napoleoni : « La teoria dell’equilibrio economico generale secondo Von Neumann », La Rivista trimestrale, no 7-8, septembre-décembre 1963. Voir aussi L’equilibrio economico generale - Studio introduttivo, Boringhieri, 1965, (chapitres 11 à 13).

3 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo, La Rivista Trimestrale, septembre-décembre 1963, pp. 403-406.

4 Voir supra chapitre 4, p. 317.

5 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 403, 406, « Sul pensiero di Marx », La Rivista Trimestrale, septembre-décembre 1965, pp. 389-390, 400-403 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », réédité comme chapitre de Smith, Ricardo, Marx, Boringhieri, 1970, pp. 144, 146, 155, 192-193.

6 Souligné par CN, « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 149, 161, 166, 168 ; voir aussi « Sul pensiero di Marx », p. 400.

7 Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, pp. 101-102.

8 Napoleoni affirme que chez Marx l’« aliénation » est « dans l’essence même du travail » (guillemets de C.N.), dans « Sfruttamento » (p. 404). Or ce membre de phrase est arbitrairement soustrait au contexte, car Marx dit dans les Manuscrits de 1844 : « L’économie politique cache l’aliénation dans l’essence du travail », op. cit., p. 59.

9 Souligné par C.N., « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 411 ; « Sul pensiero di Marx », pp. 390, 394, 397, 399, 403. « Problemi di interpretazione del marxismo », p. 184 ; voir aussi « Su alcuni problemi del marxismo », texte introductif à P.M. Sweezy, The theory of capitalist development, Boringhieri, 1970, p. XIX ; « Introduzione » à Il futuro del capitalismo - Crollo o sviluppo ?, Laterza, 970, rééd. dans Napoleoni, Il futuro del capitalismo, Laterza, 1976, pp. XXVI - XXVII.

10 Théories sur la plus-value, Livre IV du Capital, Ed. Sociales, tome 2, 1975, p. 381. Nous rectifions légèrement cette traduction, dans laquelle, par exemple, le mot « Funktionär » est rendu par « agent ».

11 « Sul pensiero di Marx », pp. 395-396, 410-411, 414-417 ; voir aussi « Introduzione » à « Il futuro del capitalismo », p. XXXIV.

12 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 412-413 ; voir aussi « Sul pensiero di Marx », p. 399.

13 « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 186-188 ; « Su alcuni problemi del marxismo », p. XXXI. Voir plus loin la conciliation entre le « travail abstrait » et la « réduction du travail au capital », dans le cadre de la nouvelle analyse proposée par Napoleoni.

14 Souligné par L.A. Althusser : « Enfin la crise du marxisme ! », dans Il Manifesto, Pouvoir et opposition dans les sociétés post-révolutionnaires, Seuil, 1978, p. 249.

15 Napoleoni : « Considerazioni sui concetti di « valore economico » e di « valore-lavoro », Economia internazionale, no 3, août 1957, pp. 437443. Napoleoni fait allusion à cette « contradiction réelle » dans « Sulla teoria della produzione corne processo circolare » (1961), trad. française dans Faccarello et de Lavergne : Une nouvelle approche en économie politique ? Essais sur Sraffa, Economica, 1977, p. 207.

16 « The « transformation problem », The review of Economic studies, volume 24, juin 1957, pp. 149-160. La différence consiste essentiellement dans la distinction chez Napoleoni de deux groupes de marchandises : moyens de production et biens de consommation.

17 Sraffa, Production de marchandises par des marchandises, Dunod, 1970, p. 8.

18 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », p. 113 ; voir aussi, « Su alcuni problemi del marxismo », pp. XVI - XVII.

19 L’approche par la « réduction » représente la seconde méthode de Sraffa, de détermination des prix de production ; il en existe une troisième, l’approche par les « sous-systèmes ».

20 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », pp. 114-115 ; voir aussi « Sul pensiero di Marx », p. 398 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », p. XVII, XXI-XXII. Nous reviendrons plus loin sur cette question.

21 Ricardo, Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, chapitre 1er, section 4, pp. 28-34.

22 Ricardo, The Works and correspondence, Cambridge U press, 1952, volume VIII, p. 194.

23 Voir Marx : Livre 2 du Capital, chapitre 19 ; livre 3, chapitre 49, et les Théories sur la plus value, tome 2. Marx reproche à Ricardo de se rallier à la théorie « additive » d’Adam Smith (prix décomposé en salaires, profits, rentes).

24 Marshall, Principles of economics, MacMillan, 1959, pp.671-672.

25 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 402 ; « Sul pensiero di Marx, pp. 401-402.

26 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », p. 401 ; voir aussi, « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 158, 161, 167.

27 Le mot italien « servo » peut désigner tout à la fois le serf, l’esclave, le serviteur, d’où les ambiguïtés inévitables.

28 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 403, 406 ; « Sul pensiero di Marx », p. 402-404 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 161, 166-167.

29 Il faut admettre dans l’optique de Napoleoni que les capitalistes se versent des salaires. Une bonne représentation du « schéma capitaliste pur », dans le cas de l’accumulation à technologie donnée, est fournie, selon lui, par le modèle de J.Von Neuman, « A model of general equilibrium » (Voir « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 414-418, 424 ; L’equüibrio economico generale, Boringhieri, 1965, pp. 205-206.

30 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 406, 410, 413-414 ; « Sul pensiero di Marx », pp. 403-404, 408-409. Pour lui, il existe une autre composante de l’« aliénation capitaliste », liée au mode de consommation, à l’époque de la « société opulente », la « consommation superflue » par rapport à la gamme des besoins (voir Introduction à Il futuro del capitalismo, p. LXIX).

31 « Problemi di interpretazione del marxismo », pp. 187-188, 197-199 ; « Su alcuni problemi del marxismo », p. XXXIII.

32 « Problemi di interpretazione del marxismo », resp. pp. 172-174, 170, 191.

33 Napoleoni fait allusion aux théories du profit et de l’intérêt d’Eugen Von Bohm-Bawerk, d’Irving Fisher, qui attachent une grande importance au « temps » ; elles mettent l’accent sur le sacrifice provenant du transfert de biens directs du présent au futur, par l’utilisation du travail, afin de produire des biens instrumentaux.

34 « Sul significato del problema marxiano della « trasformazione » », pp. 116-118.

35 « Sfruttamento, alienazione e capitalismo », pp. 422-423 ; « Sul pensiero di Marx », p. 412 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », pp.159, 178, 190. Introduction à Il future del capitalismo, pp. XXXVIII et XL.

36 « Sfruttamento, alienazione e capitalisme », p. 424 ; « Sul pensiero di Marx », pp. 412-414. Cette approche a des affinités avec la conception de Sraffa. On trouve d’ailleurs une allusion en ce sens, dans « Sfruttamento, alienazione e capitalisme » (p. 425 note 14).

37 Resp. « Sul pensiero di Marx », p. 413 et « Problemi di interpretazione del marxismo », p. 191, voir aussi p. 160.

38 « Sul pensiero di Marx », pp. 410-411 ; Introduction à Il futuro del capitalisme, p. XXXIX.

39 Voir page 367.

40 « Sul pensiero di Marx », pp. 395 et 411 ; « Problemi di interpretazione del marxismo », p. 157 ; Introduction à Il future del capitalismo, p. XXXIX.

41 Lezioni sul Capitolo sesto inedito di Marx, Boringhieri, 1972, p. 141 ; intervention au colloque de l’Institut Gramsci, Il marxismo italiano degli anni sessanta, Riuniti, 1972, p. 193 ; Smith, Ricardo, Marx, Boringhieri, 2e édit. 1973, p. 9.

42 Napoleoni : « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? » » Rinascita, no 39, 6 octobre 1972, p. 32. On trouve également des allusions autocritiques dans Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, pp. 179-180, et dans l’intervention au colloque de l’Institut Gramsci, pp. 186-187.

43 Souligné par K.M., Marx, Il Capitale : libro I, capitolo VI inedito, La Nuova Italia, 1969, p. 100 (la traduction 10/18 est ici défectueuse).

44 Lezioni sul capitolo sesto inedito del Capitale, p. 14.

45 Op. cit., pp. 19-21, 28-31, 37-38, 48, 55-56, 91-96, 121-122 ; voir aussi « Lavoro astratto, scambio e capitale in Marx », dans Smith, Ricardo, Marx, pp. 130-139 ; Valore, ISEDI, 1976, pp. 52-54, 59-62.

46 Marx, Sixième chapitre inédit du Capital, Coll. 10/18, 1971, pp. 138-139.

47 Voix à ce sujet, Lezioni sul capitolo sesto inedito del Capitale, pp. 66 et suiv. et 92-99.

48 Op. cit., pp. 38, 123.

49 Auparavant, dans ses articles de la Rivista Trimestrale, Napoleoni n’envisageait que cet aspect dans sa présentation de Marx, et se limitait à une présentation « comptable » de l’exploitation ; il concluait en outre à la non-application de ces catégories au capitalisme.

50 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, pp. 140-142, 144 ; voir aussi Valore, pp. 64-65.

51 Ce point de vue est implicite dans les Lezioni, et explicite dans « Lavoro astratto, scambio e capitale in Marx », dans la 2e édition de Smith, Ricardo, Marx, pp. 141-142, et dans Valore, pp. 59, 62.

52 Cette analyse se retrouve dans de nombreux travaux de Dobb. Nous mentionnerons ici les principaux : l’introduction à l’édition italienne du livre 1er du Capital de Marx, Rome, Riuniti, 1964, pp. XIV-XVI ; Théories of value and distribution since Adam Smith - Ideology and economic theory, Cambridge U. Press, 1973, p. 144 et 146 ; « La critica dell’economia politica » dans l’ouvrage collectif Storia del marxismo, volume I, Il marxismo ai tempi di Marx, Turin, Einaudi, 1978, p. 99.

53 Voir les remarques très polémiques, partagées par Napoleoni, de Marina Bianchi sur la conception de Maurice Dobb, dans l’introduction à la 2e édition de La teoria del valore dai classici a Marx, Laterza, 1972, pp. XXXIII - XXXV. Marina Bianchi souligne que la théorie marxiste de la valeur est « tout à la fois théorie de l’égalité et de la liberté de l’échange et théorie de la parfaite inégalité et non liberté » (souligné par MB, op. cit., p. XXXV).

54 Luca Meldolesi : étude introductive aux recueil de textes de L. Von Bortkiewicz, La teoria economica di Marx e altri saggi su Bohm-Bawerk, Walras e Pareto, Einaudi, 1971 ; « Il contributo di Bortkiewicz alla teoria del valore, della distribuzione e dell’origine del profitto », notamment pp. L, LII, LXIX.

55 Ce théorème est énoncé pour la première fois dans l’article de Michio Morishima et Francis Seton : « Aggregation in Leontief matrices and the labour theory of value », Econometrica, volume 29, no 2, 1961.

56 Intervention au Colloque de l’Institut Gramsci, Il marxismo italiano degli anni sessanta, p. 190.

57 Voir Valore, p. 179 et Discorso sull’economia politica, Boringhieri, 1985, pp. 15-18.

58 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, p. 46 ; voir aussi Valore, pp. 56-57.

59 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, pp. 160-164 ; Valore, pp.89-90. On peut se reporter à ce sujet au livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 165-166 et 169, et aux Théories sur la plus-value, tome 3, Ed. Sociales, 1976, pp. 201-202.

60 Lezioni sul capitolo sesto inedito di Marx, p.173 ; voir aussi Valore, pp. 96 et 173.

61 « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? », p. 33.

62 Souligné par C.N. Préface à la 2e édition du livre de Marina Bianchi, La teoria del valore, p. XIII ; voir aussi « Quale funzione », p. 32.

63 Préface à la 2e édition du livre de Marina Bianchi, pp. XII-XIII ; voir aussi Valore, pp. 97-98.

64 Souligné par C.N., « Quale funzione ha avuto la « Rivista Trimestrale ? » p. 32 ; voir aussi Valore, pp. 58, 74-75.

65 Political economy and capitalism - Some essays in economic tradition, Routledge and Kegan, 1968, p. 17. Ce point de vue est partagé par Paul M.Sweezy, dans The theory of capitalist development, (1942), Monthly review Press, 1968, p. 11. Marx utiliserait donc une méthode analogue à celle de Vilfredo Pareto (supra chapitre 1er).

66 Political economy and capitalism, pp. 16, 69 ; voir aussi Theories of value and distribution since Adam Smith, Cambridge U. Press, 1973, pp. 147, 150, 155.

67 Dobb : Introduction à l’édition italienne du livre 1er du Capital, Riuniti, 1964, pp. V-XXIV ; voir aussi « An epoch-making book », The Labour Monthly, octobre 1961, trad. italienne dans Politica ed Economia, anno VI, no 1-2, janvier-février 1962, pp. 66-67.

68 Valore, ISEDI, 1976, pp. 82-83 et 98-100.

69 Souligné par CN, « Lo sfruttamento ha un senso ? - E come la pazzia di Amleto, La Republica, 9 février 1978, p. 12.

70 Herbert Marcuse : « Neue Quellen zur Grundlegung des historischen Materialismus », article publié dans la revue social-démocrate Die Gesellschaft, volume IX, no 7, 1932, trad. italienne « Nuove fonti per la fondazione del materialismo storistori-co», dans le recueil de Marcuse, Marxismo e rivoluzione - Studi 1929-1932, Einaudi, 1969, p. 79 ; voir aussi pp. 75 et 90.

71 « L’enigma del valore », Rinascita, no 8, 24 février 1978, p. 24.

72 Souligné par CN, op. cit., p. 24.

73 Souligné par CN, op.cit., p. 24 ; voir aussi p. 25.

74 Op.cit., p. 25.

75 Les informations de caractère biographiques dont nous disposons sont fragmentaires et proviennent de sources éparses.

76 Publiée dans Economia Internazionale, vol. 17, no 4, novembre 1964, et vol. 18, no 4, novembre 1965, rééditée dans le recueil de Garegnani, Valore e domanda effettiva - Keynes, la ripresa dell’economia classica e la critica ai marginalisti, Turin, Einaudi, 1979.

77 The review of economic studies, volume 37, 1970. Cet article a eu l’honneur de deux traductions françaises : la première dans le recueil de Gilbert Abraham-Frois et coll., Problématiques de la croissance, volume 2, Economica, 1974, la seconde dans le recueil de Gérard Grellet, Nouvelle critique de l’économie politique, Calmann-Lévy, 1976.

78 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 12, 24 mars 1978, pp. 26-27 ; voir aussi « Formule magiche e polvere d’arsenico », Rinascita, no 18, 11 mai 1979, p. 23.

79 Garegnani : « La realtà dello sfruttamento, Rinascita, no 9, 3 mars 1978, pp. 31 et 32 ; voir aussi « Per la ripresa di Marx e dei classici Colloquio, Rinascita, no 31, 4 août 1978, p. 23. Selon Garegnani, l’antagonisme dans la répartition existe seulement à l’état « potentiel » chez Ricardo (« Valore e distribuzione in Marx e negli economisti classici », colloque de Sienne, 1972, rééd. dans Marx e gli economisti classici, Einaudi, 1981, p. 22).

80 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 31 et no 12, 24 mars 1978, p. 25 ; voir aussi Valore e distribuzione in Marx e negli economisti classici, p. 24.

81 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 32 ; voir aussi Valore e distribuzione in Marx e negli economisti classici, pp. 26-32. Dans Il capitale nelle teorie della distribuzione, 1960, Garegnani étudie les solutions proposées à partir de L. Von Bortkiewicz.

82 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 9, 3 mars 1978, p. 31. Dans la réédition de cette étude, Garegnani ajoute immédiatement après « Adam Smith » : « et de ses successeurs immédiats », Marx e gli economisti classici, p. 56, Il a sans doute en vue T.R. Malthus.

83 Garegnani : Préface à Marx e gli economisti classici, Einaudi, 1981, p. XII. Voir Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 14. En réalité il est difficile d’apprécier à partir de ce seul passage l’opinion réelle de Marx sur l’économiste russe qui affirme aussi que son livre révèle la mise en œuvre de la « méthode déductive » de toute l’économie politique classique, op. cit., p. 15.

84 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 13, 31 mars 1978, p. 25.

85 Op. cit., p. 25.

86 Souligné par nous, Contribution à la critique de l’économie politique, Ed Sociales, 1957, p. 38. Nous citons le paragraphe complet au chapitre 1er, pp. 112-113.

87 En Allemagne, cette conception n’est défendue principalement que par Ferdinand Lassalle, qui se brouillera d’ailleurs avec Rodbertus à propos de cette question, et par K.G. Winkelblech (Karl Mario). Voir chapitre 1er, p. 112.

88 Le passage de l’article de Rinascita, no 13, 32 mars 1978, p. 25, ayant fait l’objet d’une révision ultérieure, nous citons d’après la réédition dans Marx e gli economisti classici, Einaudi, 1981, p. 88.

89 « La realtà dello sfruttamento », Rinascita, no 13, 31 mars 1978, p. 25.

90 « Formule magiche e polvere d’arsenico », Rinascita, no 18, 11 mai 1979, p. 24.

91 « La realtà della sfruttamento », Rinascita, no 12, 24 mars 1978, p. 26.

92 « Per la ripresa di Marx e dei classici - Colloquio, Rinascita, no 31, 4 août 1978, p. 23, et « Formule magiche e polvere d’arsenico », Rinascita, no 18, 11 mai 1979, p. 25.

93 Marco Lippi : « Il principio del valore-lavoro », Rinascita, no 17, 28 avril 1978, p. 25.

94 Les quelques informations biographiques proviennent de sources diverses.

95 On mentionnera cependant deux textes. Le premier contient une critique des thèses de Luca Meldolesi et d’Alfred Medio sur la question de la « transformation », « Questioni relative alla teoria marxiana del capitale », intervention au colloque d’économie mathématique d’Urbino (septembre 1971) publiée dans Bruno De Finetti, a cura di, Requisiti per un sistema economico accettabile in relazione alle esigence della collettività, Franco Angeli, 1973, pp. 245-263. Le second texte est un court article rédigé en collaboration avec Bruna Ingrao, qui défend un point de vue « sraffien » face à l’interprétation « marxiste » de la théorie de la valeur de Claudio Napoleoni : « Il mistero del lavoro socialmente necessario, Rinascita, no 48, 7 décembre 1973, pp. 19-20, réédité dans Marxismo ed economia, Un dibattito di Rinascita, Marsilio, 1974.

96 « Il valore di Marx », Rinascita, no 18, 6 mai 1977, p. 35.

97 Marx - Il valore corne costo sociale reale, Etas Libri, 1976, pp. 7, 68, 151.

98 Souligné par KM, Marx : Lettre à Ludwig Kugelmann, 11 juillet 1868, dans Karl Marx, Jenny Marx, Friedrich Engels, Lettres à Kugelmann, Ed. Sociales, 1971, p. 103. Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 5, 11, 48, 51-52, 54.

99 Op. cit., pp. 11 et 37.

100 L’expression utilisée par Lippi à propos de Marx doit en réalité être rattachée à Ricardo, qui, dans différents écrits entre 1814 et 1823, traite de la « difficulté » et de la « facilité » de production pour mesurer la valeur. Voir, par exemple, la lettre de Ricardo à Jean-Baptiste Say du 18 août 1815 : « Une marchandise doit être utile pour avoir de la valeur mais la difficulté de sa production est la vraie mesure de sa valeur », The works and correspondence, volume VI, « Letters 1810-1815 », Cambridge U. Press, 1952, pp. 247-248. Voir aussi Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, p. 218.

101 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 27-31, 42-47. Dans ce cas le travail n’est pas encore séparé des sujets et on ne peut donc parler de « travail abstrait », dont traitera plus loin notre économiste.

102 Souligné par K.M., Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 46, Lippi, Marx - Il valore come costo sociale reale, p. 6.

103 Op. cit., pp. 44-45, 50-51, 128-129 ; voir aussi « Il principio del valore-lavoro », p. 24.

104 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 43-47, 55 ; voir aussi « Il valore di Marx », p. 35.

105 Op. cit., p. 7, et tout le chapitre 1er ; voir aussi « Il principio del valore-lavoro », p. 24. Lippi étudie également l’exemple de la formation de la valeur du produit agricole et des mines (Marx - Il valore corne costo sociale reale, pp. 32-33).

106 Op. cit., pp. 65, 71-79, 145.

107 Op cit., p. 144.

108 « Valore e dialettica in Marx », Rinascita, no 18, 5 mai 1978, p. 24 ; voir aussi « Punti controversi del marxismo », rééd. dans Tra marxismo e no, pp.131-132. Sur cette distinction privilégiée par Lucio Colletti, voir supra chapitre 4, p. 335.

109 « Introduction à la critique de l’économie politique », dans Marx-Engels, Textes sur la méthode de la science économique, Ed. Sociales bilingues, 1974, p. 123.

110 Marx envisage aussi la loi de la valeur comme une « loi naturelle régulatrice, au même titre que la loi de la pesanteur », pour souligner le caractère nécessaire, objectif de cette loi qui exprime la réalité des rapports de production capitalistes. (Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 86).

111 Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, notamment pp. 194-196.

112 Marx - Il valore corne costo sociale reale, p. 7.

113 Napoleoni, « Il Marx inutile di Lippi », Rinascita, no 13, 1er avril 1977, p. 31. Il en résultera une riposte assez vive de Marco Lippi, dans « Il valore di Marx », Rinascita, no 18, 6 mai 1977, p. 35.

114 Marx - Il valore come costo sociale reale, pp. 146-147 ; voir aussi « Il principio del valore-lavoro », p. 25. Lippi défend, rappelons le, la théorie des prix de Piero Sraffa.

115 Marx - Π valore come costo sociale reale, pp. 133-134 (et note 48), 135, 155 (note 12).

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search