Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Deuxième partie. Les interprétations de la pensée de Marx depuis Gramsci

Les interprétations de la pensée de Marx depuis Gramsci

Texte intégral

1La seconde série de « lectures » qui apparaît après Gramsci n’a plus pour fonction d’introduire l’œuvre de Marx chez les intellectuels italiens. En effet, même si le marxisme a été rayé du paysage culturel durant les vingt années de pouvoir fasciste, le processus de sa pénétration après la seconde guerre mondiale est loin d’être identique à celui des armées 1880-1890. Il existe, dans une certaine mesure, l’acquis des œuvres d’Antonio Labriola, de Benedetto Croce, de Giovanni Gentile, et peu à peu, des Cahiers de prison, d’Antonio Gramsci. En outre, l’accès au marxisme peut être facilité par la connaissance de nombreux travaux étrangers (français, allemands ou russes). Cette seconde pénétration va s’opérer dans un pays qui a perdu ses traits principalement semi-féodaux, et qui possède de plus en plus les caractéristiques du mode de production capitaliste. En 1946, la Monarchie disparaît au profit de la République ; la Démocratie chrétienne domine rapidement la vie politique, et conservera une place déterminante jusqu’à nos jours. On assiste dans l’après-guerre à la désagrégation du bloc social qui dominait l’agriculture depuis l’Unité. Les luttes agraires imposent une réforme agraire qui fait disparaître en grande partie la grande propriété foncière semi-féodale. Un capitalisme agraire se développera, appuyé sur une classe de petits et moyens propriétaires. Après la période de reconstruction et de stabilisation (1945-1949), l’Italie traverse une période faste de « miracle » économique jusqu’en 1963, et va accéder au groupe des principaux pays industriels. La chute du fascisme a permis la reconstitution du mouvement ouvrier à la fois sur le plan syndical et sur le plan politique. Toutefois la période 1950-1958 est caractérisée par une longue trève sociale. A partir du début des années soixante, et surtout vers 1968-69, les luttes s’intensifient. Le « miracle » a pris fin en 1963, et l’économie italienne traverse une longue période d’instabilité qui dure encore aujourd’hui.

2Les nouvelles approches qui s’échelonnent entre les années cinquante et les années soixante-dix rompent fondamentalement avec le type de lecture proposé jusqu’à Gramsci inclus. Cette rupture est générale, par delà les différences notables existantes dans les formations culturelles des auteurs. Les problèmes importants du marxisme, traités ou seulement abordés de manière exploratoire, dans cette œuvre fondamentale que forment les Cahiers de prison, ne vont pas faire l’objet de prolongements ni même de discussions ; on ne trouvera même pas de tentative de réfutation argumentée. Nous avons affaire à un véritable « silence » de la part de nos nouveaux « lecteurs » de Marx, qui d’ailleurs ne concerne pas exclusivement Gramsci, mais d’une manière générale tous les intervenants de la fin du XIXe siècle. Les préoccupations des intellectuels se sont modifiées profondément après la seconde guerre mondiale et l’effondrement du fascisme. La culture italienne s’ouvre à de nouveaux courants de pensée non seulement philosophiques mais aussi scientifiques. En gros, on peut dire que l’œuvre de Marx va beaucoup moins intéresser les lecteurs du strict point de vue philosophique, et cet aspect va être systématiquement délaissé, voire refoulé. A l’inverse, la question de la scientificité arrive à la première place. On assiste à une découverte de l’importance des sciences sociales et des sciences naturelles. L’Italie connaît après 1945 les travaux épistémologiques du « Cercle de Vienne », l’« empirisme logique », le « néo-positivisme » américain. L’œuvre de Galilée fait l’objet de relectures. L’« école dellavolpienne » développe une approche de Marx en termes de « galiléïsme moral », et cherche à démontrer dans une perspective que l’on peut qualifier de « scientiste », que la « dialectique scientifique » permet d’envisager l’unification de la logique, scientifique et philosophique. Cependant, à la fin des années cinquante, on découvre l’œuvre de Georg Lukacs, et l’intérêt se porte dans une autre direction, celle de la « science de classe », la « science du prolétariat ». Cette perspective va apparaître chez Lucio Colletti et chez les « ouvriéristes » (Panzieri, Tronti, Negri).

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search