Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Première partie. Les interprétations de la pensée de Marx jusqu'à Gramsci

Chapitre III. L’interprétation d’Antonio Gramsci

Texte intégral

1Nous achèverons cette première partie par un long examen de la « lecture » de Marx d’Antonio Gramsci. Dans quel contexte s’inscrit-elle ?

2Pour le cerner, il faut remonter quelque peu à la veille de la Première guerre mondiale. En 1914, l’agitation sociale grandit en Italie ; les révoltes des métayers et des « braccianti » éclatent en Emilie-Romagne, et en juin se déroule la « semaine rouge ». Le conflit mondial éclate peu après, mais l’Italie ne participe à la guerre que l’année suivante. L’industrie s’adapte avec de grandes difficultés à cette nouvelle situation, bien qu’elle permette l’accélération de la concentration du capital. En octobre 1917, l’armée italienne subit la terrible défaite de Caporetto devant les Autrichiens. Des émeutes éclatent, et la classe ouvrière accueille avec sympathie la nouvelle de la révolution russe de novembre. Les années 1918-1920 sont particulièrement difficiles ; l’économie connaît une dure crise de reconversion, et l’agitation sociale s’accroît, en particulier dans les grandes villes comme Turin. L’offensive des travailleurs culmine en septembre 1920 avec l’occupation des usines dans toute l’Italie, qui ne débouchera pas sur une issue politique. En même temps, Mussolini fonde en mars 1919 les « Fasci di combattimento » et son mouvement se livre rapidement à une destruction des organisations ouvrières, devant un Etat libéral impuissant. En octobre 1922, le fascisme s’installe au pouvoir, et à partir de 1924, il intensifie la répression à l’encontre des partis et des organisations d’opposition, dont le Parti communiste d’Italie, fondé en janvier 1921. Le régime assure un sauvetage des groupes industriels en difficulté, et met un terme à la phase de reconversion. L’expansion économique reprend, mais elle est freinée par la « bataille de la lire » déclenchée par Mussolini en 19261927. Le fascisme poursuit la construction d’une infrastructure, et lance des « batailles agricoles » (blé, bonification intégrale...) qui préparent le pays à l’autarcie. La Grande Dépression mondiale frappe durement l’Italie de 1930 à 1934. Le régime réagit par un interventionnisme croissant de l’Etat dans l’économie, par exemple avec la création de l’Istituto per la ricostruzione industriale, et l’accélération de la marche vers l’autarcie. En outre, il se lance dans la conquête de l’Abyssinie en 1935. A partir de 1936, le régime se rapproche de l’Allemagne Nazie qui va l’entraîner dans la Deuxième Guerre mondiale et précipiter sa chute en 1943.

3Notre examen de l’œuvre de Gramsci privilégie délibérément les manuscrits qui forment les « Cahiers de prison », au détriment des écrits de jeunesse qui ne contiennent pas de développements systématiques au sujet de la théorie marxiste, et cherche à en cerner les aspects les plus originaux.

4La première section, après avoir présenté l’auteur, envisage la situation du « matérialisme historique » : la critique de l’interprétation « orthodoxe » de Boukharine, et les thèses sur l’unité de la philosophie et de la science dans le marxisme, sans oublier les réflexions de caractère exploratoire sur la question des « sources ». Ensuite on s’attachera à l’aspect sans doute le plus débattu de la pensée gramscienne, sous l’angle du « matérialisme historique » comme science : l’approche originale des rapports structure-superstructure. Enfin, on examinera les réflexions souvent méconnues portant sur la « loi de baisse tendancielle du taux de profit » en liaison avec le phénomène de l’« américanisme », développées à partir d’une critique de la réfutation proposée par Benedetto Croce et présentée dans le chapitre précédent.

SECTION I : SITUATION DU « MATERIALISME HISTORIQUE »

I – Antonio Gramsci

5L’interprétation d’Antonio Gramsci occupe une place toute privilégiée dans notre examen des « lectures » italiennes de Marx. Elle a eu en effet un retentissement considérable dans l’Italie du second après-guerre mondiale. Les nombreuses questions abordées dans les Cahiers de Prison font l’objet de prolongements, de controverses multiples, au sujet de la « philosophie de la praxis », des intellectuels, du « bloc historique », des superstructures, du fascisme et de la question méridionale, de véritables « écoles gramsciennes » vont se constituer en Italie dans les domaines philosophique et historique.

  • 1 On trouve des indications biographiques détaillées dans le livre de Giuseppe Fiori, Vita di Antoni (...)
  • 2 Sur Pastore, voix Giancarlo Bergami, Il giovane Gramsci e il marxismo 1911-1918, Feltrinelli, 1977 (...)
  • 3 Mondolfo lui-même souligne sa non-participation à la formation intellectuelle de Gramsci, dans une (...)
  • 4 Il est à noter que le climat intellectuel de l’université de Turin est très diversifié avant la pr (...)
  • 5 « Due inviti alla meditazione », « La Città futura », 11 février 1917, dans Gramsci, la Città futu (...)

6Né à Alès, près de Cagliari en Sardaigne1, dans une famille de fonctionnaires, Antonio Gramsci (1891-1937), étudie à l’école primaire de Ghilarza, de 1898 à 1902. A douze ans, il doit interrompre ses études en raison des difficultés financières de ses parents. Il travaille alors deux ans au bureau du cadastre de Ghilarza. En 1905, il peut entrer au lycée, tout d’abord à Santu Lussurgiu, puis à Cagliari. Il participe à partir de 1908 à des activités socialistes et commence à lire Marx, « par curiosité intellectuelle » dira-t-il. Il émigre ensuite à Turin en 1911, pour entreprendre des études universitaires. Dans cette grande ville de l’Italie du Nord, il va s’inscrire à la Faculté des Lettres, où il suivra des cours jusqu’en 1915. La formation intellectuelle qu’il en reçoit est riche et variée. On ne peut relever l’influence d’un seul maître, tant du point de vue de la philosophie en général, que de celui du marxisme. Parmi les enseignants qui ont des liens privilégiés avec lui, on peut mentionner Matteo Giulio Bartoli (1873-1946), professeur de linguistique, Umberto Cosmo (1868-1944), professeur de littérature italienne, ancien socialiste et disciple de Benedetto Croce sur le plan philosophique, Zino Zini (1868-1937), professeur de philosophie morale, socialiste et enfin Annibale Pastore, professeur de philosophie théorique, défenseur d’une interprétation de Marx très proche de celle de Rodolfo Mondolfo2. Gramsci ne semble pas avoir suivi les cours d’histoire de la philosophie de Mondolfo, dispensés à Turin de 1910 à 19133. D’autre part, il étudie la science financière professée par Luigi Einaudi (1874-1961) à la Faculté de Droit. L’attrait pour la pensée de cet économiste libéral proviendra du fait qu’il défend le libre-échange dans la revue La Riforrm Sociale, et s’oppose aux multiples formes du « féodalisme économique ». Notre philosophe s’intéresse aux thèses « méridionalistes » défendues par Gaetano Salvemini (1873-1957). Il milite de plus en plus dans le courant socialiste ; il adhère au Parti socialiste italien en 1914, et soutient les positions de l’aile gauche, puis de l’extrême-gauche du parti qui défendra la Révolution russe en 1917. A l’université, il se lie d’amitié avec un élève de Luigi Einaudi, Palmiro Togliatti (1893-1964), futur dirigeant du Parti communiste italien sur la période 1926-1964. En 1915, il décide d’interrompre ses études universitaires pour se lancer dans le journalisme politique. Le « néo-idéalisme », alors en position dominante dans la vie culturelle italienne, et les thèmes de la « réaction idéaliste contre la science », influencent d’une manière déterminante le jeune Gramsci qui devient, au début de sa période estudiantine, un disciple de Benedetto Croce, et se familiarise avec l’« hégélianisme napolitain », l’anti-positivisme, notamment grâce à l’enseignement d’Umberto Cosmo4. En 1917, il considère encore Croce comme « le plus grand penseur européen du moment »5. Mais la pensée de l’autre grande figure du « néo-idéalisme » joue un rôle décisif sur le plan de la philosophie en général, et sur le plan de l’interprétation du marxisme. Notre jeune philosophe subit, en effet, l’influence de la pensée « actualiste ». Giovanni Gentile représente pour lui

  • 6 « Il socialismo e la filosofia « attuale » Il Grido del popolo, 9 février 1918, dans Gramsci, La C (...)

« le philosophe italien qui a le plus produit dans le champ de la pensée dans ces dernières années. Son système de la philosophie est le développement ultime de l’idéalisme allemand qui eut son moment culminant avec G. Hegel, maître de Karl Marx, et qui est la négation de toute transcendance, l’identification de la philosophie avec l’histoire, avec l’acte de la pensée, dans laquelle s’unissent le vrai et le fait, dans une progression dialectique jamais définitive ni parfaite »6.

  • 7 Souligné par A.G., « La critica critica », Il Grido del popolo, 12 janvier 1918, dans Gramsci, La (...)
  • 8 Misteri della cultura della pœsia, Il Grido del popolo, 19 octobre 1918, dans Gramsci, Il nostro M (...)

7Son interprétation de Marx doit beaucoup au livre paru en 1899, La filosofia di Marx - Studi critici, si l’on en juge les brefs passages consacrés à cette question dans les écrits de jeunesse. Elle intègre des éléments de l’analyse de Gentile, par exemple la conception idéaliste de la « praxis » qui tend à identifier pensée et acte : ainsi dans la « véritable doctrine de Marx », « l’homme et la réalité, l’instrument de travail et la volonté, ne sont pas dissociés, mais s’identifient dans l’acte historique »7. Pour Gramsci, Marx n’est pas seulement un « historien » ; il est aussi un « maître de vie spirituelle et morale », un éducateur faisant fi de tout dogme. Sa pensée représente la « continuation de la pensée idéaliste italienne et allemande ». On retrouve donc ici le Marx « idéaliste-né » de Gentile, mais sans l’accusation d’inconséquence, produite par le recours au matérialisme. Gramsci défend plutôt la thèse que Marx, bien qu’idéaliste, introduit dans son œuvre des « scories positivistes et naturalistes », des « éléments positivistes », car il n’est pas « philosophe de profession »8. Sur la base de ces éléments, se serait développée une interprétation « fataliste », voire « positivisme ». A partir du « Capital », on a construit des « canons du matérialisme historique » qui montrent, par exemple, la nécessité du développement complet du capitalisme, avant de pouvoir envisager la question du passage au socialisme. Gramsci affirmera même que les bolcheviks ont accompli la « révolution contre le Capital de Karl Marx » !

  • 9 On trouve une première allusion à Labriola très tôt, dans un des premiers articles, d’ailleurs con (...)

8Les articles de jeunesse contiennent quelques allusions très ironiques au sujet de l’interprétation caricaturale du marxisme d’Achille Loria critiquée par Labriola et Croce. On n’y trouve pas de développement sur les « essais sur la conception matérialiste de l’histoire » d’Antonio Labriola, textes pourtant connus de notre philosophe9, tout comme les principaux ouvrages de Marx et d’Engels. De même, on ne trouve pas d’écho du livre de Benedetto Croce, Materialismo storico ed economia marxistica (1899), qui a connu un certain retentissement en Italie, sans doute bien plus fort que celui de Gentile. Il faut enfin souligner une autre influence, qu’il ne faut bien sûr ni sous-estimer, ni sur-estimer, celle du théoricien français du syndicalisme révolutionnaire, Georges Sorel (1847-1922). Ce dernier doit beaucoup à la philosophie « intuitionniste » d’Henri Bergson, dont il partage l’anti-rationalisme, et au « pragmatisme » de William James. Dans les premières années du XXe siècle, il rédige les essais qui formeront les « Réflexions sur la violence », et qui ont pour concept-clé le « mythe », ou la connaissance créatrice en vue d’actes libres. Gramsci partage l’anti-positivisme, l’anti-déterminisme de Sorel ainsi que sa conception de la « démocratie des producteurs ». Il déclare à son sujet :

  • 10 « Chronique » L’Ordine Nuovo, 11 octobre 1919, trad. française dans Gramsci, Ecrits politiques, to (...)

« Dans ce qu’il a écrit de meilleur, il montre qu’il a réuni en lui un peu des vertus de ses deux maîtres : l’âpre logique de Marx et la chaleureuse et plébéienne éloquence de Proudhon »10.

  • 11 Voir le chapitre Ier de notre ouvrage, Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983) - E (...)
  • 12 Comme en témoignent les avertissements répétés dans les Cahiers : Cahier 4, p. 438 (Einaudi), Cahi (...)

9Il exalte comme lui le rôle de la « volonté sociale, collective » des hommes dans l’histoire. Il sera d’ailleurs accusé de « bergsonisme » à ce propos par ses adversaires de la « droite » du Parti socialiste italien. Après son départ de l’université, en 1915, Gramsci collabore à la presse socialiste, au journal Il Grido del popolo, et entre à la rédaction turinoise de l’Avanti ! Il rédige de très nombreux articles sur des questions politiques, philosophiques et littéraires. En avril 1919, avec Angelo Tasca, Umberto Terracini et Palmiro Togliatti, il fonde un journal situé à l’extrême-gauche du Parti socialiste italien, L’Ordine Nuovo, auquel va collaborer l’étudiant en droit et en économie politique, élève de Luigi Einaudi, Piero Sraffa (18981983) 11. Favorable à la constitution de conseils ouvriers, L’Ordine Nuovo soutiendra activement les luttes des travailleurs dans l’Italie du Nord durant l’année 1920, en particulier le mouvement d’occupation des usines, déclenché en septembre. La situation politique et sociale, conditionnée notamment la victoire de la révolution en Russie en 1917, conduit Antonio Gramsci au développement d’une pensée marxiste originale. En janvier 1921, il participe à la fondation du Parti communiste d’Italie, dont il devint le dirigeant, en août 1924, en remplacement d’Amadeo Bordiga. Le fascisme s’est installé au pouvoir en octobre 1922, et persécute les opposants politiques. A la suite de la mise en place des « lois de défenses de l’Etat », préparées par Alfredo Rocco, ou « lois fascistissimes », en novembre 1926, Antonio Gramsci est arrêté et condamné à cinq ans de résidence surveillée dans l’île d’Ustica. Transféré à Milan, en 1927, en vue de son procès, il est condamné l’année suivante par le « Tribunal spécial de défense de l’Etat » à vingt ans, quatre mois et cinq jours de prison. Incarcéré à la prison de Turi, près de Bari, il va rédiger son œuvre principale de 1929 à 1935, dans des conditions de santé très difficiles, les Cahiers de Prison, qui ne seront connus qu’après la seconde guerre mondiale. Piero Sraffa veillera constamment à ce qu’il reçoive livres et revues pour mener à bien son travail. Théoriquement libéré en 1935, Gramsci, qui ne peut plus écrire, meurt d’épuisement en 1937. Les vingt neuf Cahiers ne se présentent pas comme un ouvrage prêt pour une publication immédiate ; il s’agit avant tout d’une masse considérable de matériaux plus ou moins élaborés sur de très nombreux thèmes de réflexions. L’auteur demeure pleinement conscient du caractère provisoire et incertain de ses notes, des risques d’erreurs ; aussi avance-t-il certaines thèses avec grande prudence12.

II – Le refus de l’interprétation « orthodoxe » du « matérialisme historique » : la critique de Nicolas Boukharine

  • 13 Il faut rappeler ici que ce livre de Plekhanov ainsi que celui que nous examinerons plus loin, de (...)
  • 14 Cahier 11, p. 257. La « stase » signifie en logique formelle, l’état, l’immobilité.

10Afin de permettre une meilleure compréhension de l’interprétation gramscienne du « matérialisme historique » comme unité d’une philosophie et d’une science, il convient d’examiner au préalable sa critique de l’analyse « orthodoxe » du marxisme. De quelle « orthodoxie » s’agit-il ? La critique de Gramsci ne concerne pas les théoriciens de la social-démocratie allemande (Karl Kautsky), mais deux théoriciens russes Georges Plekhanov (1856-1918) et surtout Nicolas Boukharine (1888-1938). Nous avons vu précédemment que les écrits de Plekhanov faisaient l’objet de remarques critiques, certes toutes allusives, de la part d’Antonio Labriola, Benedetto Croce, Rodolfo Mondolfo. Dans ses Cahiers de prison, notre philosophe livre quelques réflexions sur les Questions fondamentales du marxisme (1908), mais sans lui consacrer beaucoup de place13. Tout comme Labriola, Croce, Mondolfo, il reprend l’accusation de « matérialisme vulgaire » ; il ajoute que le philosophe russe pose très mal le problème des « origines » philosophiques du marxisme, et qu’il adopte, d’une manière générale, la « méthode positiviste classique ». Il conçoit la dialectique de Marx comme une « section de la logique formelle, comme une logique du mouvement par opposition à la logique de la stase »14. Toutefois le jugement sur ce livre n’est pas totalement négatif ; en effet, le père du marxisme russe a le grand mérite, à la différence de Boukharine, d’aborder un « point fondamental », qu’il faut développer après lui : « comment le mouvement historique naît-il sur la base de la structure ».

  • 15 Ce revirement est étudié avec minutie par Christine Buci-Glucksmann, dans Gramsci et l’Etat - Pour (...)

11Gramsci livre davantage de réflexions sur le travail de Nicolas Boukharine, La théorie du matérialisme historique - Manuel populaire de sociologie marxiste (1921, 4e édition, 1924), dont il partageait avant son arrestation, vers 1923-1925, les grandes orientations théoriques. Il consacre les années 1930-1933 à la mise au point d’une critique fondamentale des thèses du théoricien bolchévik15.

12A partir de là, il jette les bases de sa propre interprétation du marxisme. Afin de mieux percevoir le sens de ses remarques, il convient tout d’abord de rappeler les principes généraux de la conception boukharinienne.

  • 16 La théorie du matérialisme historique - Manuel populaire de sociologie marxiste, Editions Sociales (...)

13Le « matérialisme historique » représente pour Boukharine une science sociale, la « sociologie marxiste ». Cette « science du prolétariat est supérieure à celle de la bourgeoisie » et son objet est l’étude non pas de telle ou telle société particulière, mais de la « société en général », ainsi que des lois générales de son évolution. Son niveau d’abstraction lui permet de fournir une méthode pour les sciences historiques qui étudient la vie sociale de telle ou telle société déterminée16. Le « matérialisme historique » ou « sociologie marxiste » représente une application particulière du principe général du « matérialisme philosophique », développe à partir de L. Feuerbach, par Marx. Ce principe, selon lequel l’« esprit est un produit de la matière », se trouve lié à la méthode dialectique : on parle ainsi de « matérialisme dialectique ».

  • 17 Sur cette question, Boukharine s’inspire dans ce livre, tout comme d’ailleurs dans son « Economiqu (...)
  • 18 Op. cit., p. 78.

14Qu’en est-il de la dialectique marxiste ? La méthode dialectique étudie les phénomènes dans leurs rapports individuels et dans leur mouvement, en mettant en évidence les forces en lutte, les contradictions. Il faut étudier cette méthode dans les termes du mécanisme, à partir de la théorie de l’« équilibre »17. Chaque « système » fonctionne sur la base de deux types d’« équilibres », stables ou instables : un équilibre dit « interne », entre les composants du « système », et un équilibre dit « externe », entre le « système » et son environnement. Ainsi, le « gigantesque mécanisme » de la société humaine, ou « système », existe dans un « milieu » déterminé, la nature extérieure. Il s’établit donc un certain rapport d’équilibre « externe » entre le « système » et le « milieu », ainsi qu’un rapport d’équilibre « interne » au sein de la société. Dans ce cadre, se développent des contradictions « internes » et surtout « externes ». Il s’ensuit que les équilibres ne sont jamais « stables » : l’équilibre « externe » se rompt et va faire place à un nouvel équilibre, qui va entraîner des changements à l’intérieur du « système » et donc transformer l’équilibre « interne ». Selon cette thèse, « l’équilibre interne (de la structure) est un facteur qui dépend de l’équilibre externe »18. Une application précise de ce principe se trouve dans l’étude des rapports structure » - superstructure, que l’on examinera plus loin. Un autre aspect de la méthode dialectique, mais non articulé dans le livre avec l’analyse de l’« équilibre » est celui de la « théorie des transformations par bonds », ou du passage de la quantité à la qualité.

  • 19 Publiée dans le volume collectif, Science at the crossroads, Kniga, Londres, 1931, trad. française (...)

15Dans la communication de Boukharine au deuxième Congrès International d’Histoire des Sciences et des Techniques (Londres, juin-juillet 1931), « Theory and practice from the standpoint of dialectical materialism », texte connu de Gramsci, il n’existe plus de trace de cette conception de la dialectique. On y trouve au contraire des réflexions intéressantes sur les rapports entre la théorie et la pratique ; ainsi, bien avant Louis Althusser, le théoricien russe se penche sur la « pratique théorique », la théorie comme « pratique accumulée et condensée »19.

  • 20 Cahier 11, pp. 209 et 223. La dialectique quantité-qualité se trouve « là par hasard », sans avoir (...)
  • 21 Cahier 11, pp. 200-203, 222-223, 228-231.
  • 22 Cahier 11, pp. 285 et 286. Sur l’« idéologie » chez Gramsci, voir infra section 2.
  • 23 Resp. Cahier 15, p. 1786 (Einaudi) et Cahier 11, p. 246. Voir infra sur cette question.

16Quelle est la réaction d’Antonio Gramsci à la lecture de Boukharine ? Selon lui, la « Théorie du matérialisme historique » tout d’abord, ne remplit pas ses tâches didactiques. Il s’agit en principe d’un « manuel » destiné à être lu par un large public ; or il ne consacre aucun développement à la « philosophie du sens commun », c’est-à-dire celle des non-philosophes. Il comporte toutefois des défauts bien plus importants. L’auteur ne perçoit pas correctement le concept marxiste de « mouvement historique ». Il n’arrive pas à dégager l’originalité de la dialectique de Marx et se dispense d’en faire un véritable traitement théorique. Tout comme Plekhanov, il en fait une section de la logique formelle et ne l’appréhende pas comme une logique, une théorie de la connaissance spécifique20. Inspiré par les méthodes des sciences de la nature, il est à la recherche des lois de « régularité », de « normalité », dans une perspective que l’on peut qualifier d’« évolutionniste » et de « positiviste ». Le défaut majeur du livre, aux yeux de Gramsci, est sans conteste la séparation du marxisme en une « sociologie systématique », soi-disant science exacte des faits sociaux à la manière positiviste, et une philosophie proprement dite, le « matérialisme mécanique (vulgaire) », certes baptisé « matérialisme dialectique ». Le théoricien russe tombe ainsi dans la « métaphysique naïve », dans le « dogmatisme ». On peut parler à son sujet d’« idéalisme à l’envers », car il utilise des catégories aussi anti-historiques que les catégories spéculatives21. En définitive, Boukharine ne réussit pas à donner au marxisme son « autonomie scientifique » et une position correcte par rapport aux sciences de la nature. Il le transforme en une « idéologie » au sens le plus mauvais du terme22. Gramsci va jusqu’à critiquer le titre même du livre : Théorie du matérialisme historique devrait désigner la philosophie du marxisme, donc le matérialisme métaphysique dans l’optique de Boukharine, et non la « sociologie ». Mais l’origine de beaucoup d’erreurs et de « déviations » se trouve dans certaines affirmations de l’Anti-Dühring d’Engels ; on peut mentionner ainsi la reprise « a-critique » de certains concepts de la philosophie traditionnelle, souvent disparates, et même contradictoires entre eux. Il en va de même pour les développements sur la « dialectique de la nature »23. Enfin, la séparation entre le « matérialisme historique » comme « sociologie » et le « matérialisme dialectique », trouve sa source dans le livre d’Engels. Nous allons maintenant comprendre les motifs du refus par Gramsci d’une telle division dans son interprétation du marxisme, sa recherche d’une nouvelle « orthodoxie » et dans son examen de la question des « sources » culturelles du « matérialisme historique ».

III – Le « matérialisme historique » comme unité d’une philosophie et d’une science

  • 24 Guillemets d’A.G., Cahier 11, pp. 221-222.

17Le marxisme dans l’interprétation d’Antonio Gramsci forme, d’une manière indissoluble, une théorie et une pratique ; nous nous trouvons en présence, pour la première fois dans le débat italien, d’un marxisme que l’on peut qualifier de « militant ». Sur le plan théorique, le « matérialisme historique » représente non pas un corpus achevé, mais une « doctrine qui en est encore au stade de la discussion, de la polémique, de l’élaboration » et qui n’a pas atteint la « phase « classique » de son développement »24. En ce qui concerne son contenu, nous avons vu précédemment que notre philosophe refuse la séparation introduite par Nicolas Boukharine entre une philosophie (« matérialisme dialectique ») et une « sociologie ». Il écarte également l’approche en « parties constitutives », largement répandue dans les travaux de vulgarisation, par exemple dans ceux de V.I. Lénine, dans « Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme »(1913) : philosophie ou « science de la dialectique », économie et politique. Cette représentation en blocs séparés s’inspire du découpage par thèmes opéré par Engels dans son Anti-Dühring, et se trouve en général rattachée à la question des « trois sources », examinée plus loin.

  • 25 Π importe de souligner que pour des motifs de prudence, en raison d’un éventuel contrôle de ses Ca (...)

18Selon Gramsci, le « matérialisme historique »25 comprend deux aspects organiquement liés et dissociables seulement pour des raisons analytiques : l’aspect philosophique, ou « philosophie de la praxis », et l’aspect scientifique, ou la science de l’histoire, dans laquelle on ne peut détacher histoire, économie et politique.

a – Réflexions sur la « philosophie de la praxis »

  • 26 Souligné par A.G., Cahier 11, p. 245.
  • 27 Voir supra chapitre 2. Gramsci propose dans ses Cahiers de prison une traduction des « Thèses sur (...)

19La « philosophie de la praxis au sens véritable et propre » représente le « matérialisme historique » sous l’aspect philosophique26. Gramsci reprend ainsi la formule forgée par A. Labriola et déjà utilisée par G.Gentile et R. Mondolfo. La « philosophie de la praxis » constitue une nouvelle « conception du monde » (« Weltanschaung »), « intégrale et originale », en voie de formation ; elle forme un niveau élevé d’« idéologie ». Notre philosophe insiste sur le caractère « autosuffisant » de cette « conception du monde », que Labriola a eu l’immense mérite de souligner. Elle n’a en effet, pas besoin de se combiner avec d’autres philosophies. C’est en développant cette perspective que l’on peut envisager une « rénovation » du concept d’« orthodoxie », par delà les déformations du type de celles de Boukharine. Gramsci envisage la « praxis » au sens étroit de Marx, comme pratique créatrice, et non au sens large de Labriola. Toutefois, à propos de la troisième « thèse sur L. Feuerbach » qui indique que les hommes transforment les « circonstances » et en sont en même temps les produits, il reprend la traduction erronée de l’expression « als umwälzende Praxis » : « praxis qui se renverse »27. Il se sert souvent de la formule « renversement de la praxis » comme d’une métaphore prudente pour désigner le processus révolutionnaire. Dans les Cahiers, il se trouve, cependant loin des interprétations de Gentile et de Mondolfo.

  • 28 Cahier 10, p. 56 et Cahier 11, p. 223 ; voir aussi Cahier 16, p. 1855 (Einaudi), « Monisme » est p (...)
  • 29 Cahier 11, p. 209 ; voir aussi Cahier 8, p. 374.

20Le caractère matérialiste ou non de la « philosophie de la praxis » dans l’interprétation du grand marxiste italien constitue l’une des questions les plus controversées dans les discussions des années cinquante et soixante. La plupart des critiques lui reprochent son absence de « matérialisme » en s’appuyant sur tel ou tel passage isolé des Cahiers de prison ; certains comme, par exemple, Mario Tronti (voir chapitre 6), parleront même d’« idéalisme ». Tout comme Labriola, Gramsci refuse le « matérialisme dialectique » comme nous l’avons vu à travers sa critique de Boukharine. Sur cette question, il n’adopte pas une position clairement définie, contrairement à ce que pense la quasi-t-totalité des critiques. Il importe de rappeler à ce propos que les Cahiers de prison ne forment pas un ouvrage destiné à la publication, développant une approche systématique des problèmes du marxisme ; ils se composent au contraire de multiples notes fragmentaires, rédigées sur plusieurs années, ce qui n’exclut pas a priori des oscillations théoriques possibles, des contradictions, voire des incohérences. Il paraît osciller entre deux positions. Tout d’abord, certains passages des Cahiers indiquent que la « philosophie de la praxis » dépasse tout à la fois l’idéalisme et le matérialisme traditionnels, ou les deux « monismes » métaphysiques, et révèlent une position « réaliste » (matérialiste) à la manière de Labriola28. Gramsci précise que dans la formule « matérialisme historique », on attache en général trop d’importance au mot « matérialisme » et pas assez au mot « historique », et il signale que Marx lui-même, évite de se réclamer du « matérialisme », pour éviter toute confusion. Cependant, sur cette question, il ne veut pas trop s’engager et manifeste le désir de relire les essais de Labriola à ce sujet29. Dans d’autres endroits des Cahiers on trouve une autre approche à propos de laquelle on peut peut-être parler de « réalisme expérimental ». En matière de théorie de la connaissance, notre philosophe affirme :

  • 30 Guillemets d’A.G., souligné par A.G., Cahier 11, p. 214. Cahier 8, p. 359 ; voir aussi Cahier 11, (...)

« Objectif signifie toujours « humainement objectif » ce qui peut correspondre exactement à « historiquement subjectif », c’est-à-dire qu’objectif signifierait « universellement subjectif ». L’homme connaît objectivement dans la mesure où la connaissance est réelle pour tout le genre humain historiquement unifié dans un système culturel unitaire »30.

21La réalité objective est vérifiée par tous les hommes indépendamment des points de vue particuliers ou de groupe. Gramsci ajoute que cette « unification historique » représente un stade-limite car il présuppose la disparition des contradictions internes à la société. Il existe donc dans les différentes sociétés une « lutte pour l’objectivité ». Cette approche se caractérise parle refus de reconnaître une objectivité « extra-humaine ». Gramsci pense que cette interprétation reste conforme à la célèbre remarque d’Engels dans l’Anti-Dühring, selon laquelle :

  • 31 F. Engels, Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, p. 75.

« l’unité réelle du monde consiste en sa matérialité, et celle-ci se prouve (...) par un long et laborieux développement de la philosophie et de la science de la nature »31.

22Dans cette optique, l’homme et l’histoire ne sont jamais séparés de la nature. Le développement des sciences expérimentales illustre parfaitement cette liaison, mais notre philosophe ne poursuit pas ses réflexions au delà de ces quelques remarques.

  • 32 Cahier 11, p. 246.

23Dans la conception gramscienne, la « dialectique réelle » de Marx a pour terrain, d’une manière indissociable, l’histoire et la nature, car « l’histoire humaine doit se concevoir aussi comme histoire de la nature (y compris à travers l’histoire des sciences) »32. On retrouve ainsi la conception défendue par Antonio Labriola et par Rodolfo Mondolfo.

  • 33 Gramsci connaît l’existence de ce livre paru pour la première fois en URSS en 1925, sous le titre (...)
  • 34 Cahier 11, p. 247.
  • 35 Cahier 4, p. 420 (Einaudi).
  • 36 Il ne s’en suit pas que Gramsci partage l’argumentation critique de Mondolfo, car il se considère (...)

24Gramsci n’admet pas la « dialectique naturelle » dans les termes établis par F. Engels, dans l’Anti-Dühring et surtout dans la Dialectique de la nature33. Il voit dans ces recherches une vaine tentative, inachevée d’ailleurs, pour démontrer l’existence d’une « loi dialectique cosmique »34, et reproche à Nicolas Boukharine de s’engager dans cette voie d’une manière non critique. En même temps, il prend position contre l’optique de Georg Lukacs, certes avec beaucoup de prudence, car il doit là encore se fier uniquement à sa mémoire. Le philosophe hongrois dans Histoire et conscience de classe (1923) accepte la dialectique uniquement sur le terrain de l’histoire. Selon Gramsci, il tombe dans une « dualité » entre l’homme et la nature propre à la religion et d’une manière générale à l’« idéalisme ». Il s’agit là d’une erreur commise sans doute en réaction à celle de Boukharine, dans la Théorie du matérialisme historique (1921). Sur la seule prise en considération de l’histoire, Gramsci aurait pu évoquer les interprétations italiennes de Benedetto Croce d’une part, et de Giovanni Gentile d’autre part. Une telle question témoigne de l’existence de divergences entre les deux fondateurs du « matérialisme historique », et notre philosophe estime nécessaire de « rechercher les différences entre Marx, disons authentique, et Engels, pour être en mesure de voir ce qui n’est pas marxiste dans les présentations qu’Engels propose de la pensée de son ami »35. Il vise ici principalement l’Anti-Dühring, et il note que le livre de Rodolfo Mondolfo, Il materialismo storico in Federico Engels (1912) est « très utile » de ce point de vue, et fournit les bases d’une « voie à suivre »36.

25Pour Gramsci, un des caractères originaux de la « philosophie de la praxis » du point de vue de l’histoire de la philosophie mondiale consiste dans l’affirmation d’un « historicisme réaliste » :

  • 37 Soulignée par A.G. Cahier 11, p. 235 ; voir aussi Cahier 15, pp.1826-27 (Einaudi). La formule d’«  (...)

« La philosophie de la praxis est l’« historicisme » absolu, la mondanisation et la terrestrité absolue de la pensée, un humanisme absolu de l’histoire »37.

26Il précise à ce sujet :

  • 38 Souligné par A.G., Cahier 11, p. 224 ; voir aussi Cahier 7, p. 202.

« La grande conquête que représente la philosophie de la praxis dans l’histoire de la pensée moderne consiste justement dans l’historicisation concrète de la philosophie et dans son identification avec l’histoire »38.

27L’« historicisme réaliste » réside dans cette « identité », dans ce « bloc » que forment la philosophie et l’histoire, et qu’il faut entendre au sens d’une « prévision historique d’une phase à venir ». En effet, la « philosphie de la praxis » devient la « conception du monde » d’une classe sociale déterminée, et va déboucher sur une praxis collective spécifique ; elle représente la philosophie d’une époque historique déterminée et s’ »identifie » à l’histoire, et donc à la philosophie de cette époque.

  • 39 Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, (...)
  • 40 Cahier 10, pp. 39, 72, 75.
  • 41 Souligné par A.G., Cahier 8, p. 396. Cahier 10, pp. 39-30 ; voir aussi Cahier 10, p. 54 et Cahier (...)

28Selon notre philosophe, cette thèse est clairement exprimée en particulier dans sa onzième « thèse sur Ludwig Feuerbach », selon laquelle « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe, c’est de le transformer ». F. Engels l’énonce à son tour dans son Ludwig Feuerbach avec la proposition selon laquelle le « mouvement ouvrier allemand » est l’« héritier de la philosophie classique allemande »39. Ces deux formulations ne signifient pas une condamnation de toute philosophie, mais plutôt l’affirmation de l’unité-identité entre la théorie et la pratique. De plus, la participation à l’histoire va permettre en retour de nouveaux développements théoriques. En affirmant le caractère d’« historicisme réaliste » de la philosophie marxiste, Gramsci polémique contre Γ« historicisme spéculatif » du philosophe Benedetto Croce, qui identifie philosophie et histoire, mais dans une approche purement hégélienne où le mouvement de l’histoire n’est qu’une manifestation de l’« Esprit », et où le réel s’identifie directement au rationnel. Il lui apparaît nécessaire d’établir clairement les liens entre Croce et le marxisme, bien plus complexes qu’on ne pourrait le supposer de prime abord. Après avoir été le « leader intellectuel » du « révisionnisme » à la fin du XIXe siècle, Croce a voulu « dépasser » définitivement le marxisme avec son « histoire éthico-politique » ; cependant, dans la meilleure partie de sa pensée, on a affaire à une tentative inavouée d’absorption, de « retraduction en langage spéculatif » du marxisme40. Le rapport de la philosophie idéaliste italienne (Croce et Gentile) avec Hegel ne peut se comprendre en faisant abstraction des systèmes de Giambattista Vico et Bertrando Spaventa principalement. Il en résulte une « lecture » de la pensée hégélienne qui rejette la partie « la plus réaliste » et « historiciste » qui conduit à Marx : on peut parler d’une « réforme « réactionnaire » ». Cependant, cette philosophie idéaliste, en particulier celle de Benedetto Croce, représente le « moment mondial de la philosophie classique allemande » ; elle doit faire par conséquent l’objet d’une critique et d’un dépassement afin de permettre un nouveau développement de la « philosophie de la praxis ». Pour mener à bien cette tâche, notre auteur réfléchit sur un projet, de préférence collectif, de rédaction d’un « Anti-Croce » (qui serait aussi un « Anti-Gentile »), adapté à la situation du marxisme au XXe siècle. Un tel travail devrait avoir la « même signification » et la même importance que l’Anti-Dühring d’Engels à son époque. Il développerait une critique non seulement de la philosophie spéculative, mais aussi du positivisme et du « mécanisme ». L’objectif recherché est de faciliter la construction d’une « nouvelle culture intégrale », similaire par exemple aux mouvements de la « Réforme protestante » ou de la « philosophie des Lumières » en France41.

29Que faut-il penser de cette analyse de Gramsci ? Ses thèses sur la philosophie de Marx revêtent un caractère original à plus d’un titre. Tout d’abord, on constate une oscillation quant au caractère matérialiste de la « philosophie de la praxis ». Le « réalisme » proposé semble aboutir à une sorte d’intersubjectivité, très proche en matière de théorie de la connaissance de l’analyse (inconnue de Gramsci) d’un philosophe positiviste français, disciple d’Ernst Mach, Abel Rey. Tenant d’un « réalisme absolu », expérimental, Abel Rey déclare dans la Philosophie moderne (1908) :

  • 42 Abel Rey, cité par V.I. Lénine dans ses Cahiers Philosophiques, Œuvres Complètes, tome 38, Ed. Soc (...)

« La vérité, c’est l’objectif. L’objectif c’est l’ensemble des relations indépendantes de l’observateur. Pratiquement, c’est ce qui est admis par tous, ce qui est l’objet d’expérience universelle, de consentement universel, en donnant à ces mots un sens scientifique »42.

  • 43 Souligné par L.A. Althusser : « Le marxisme n’est pas un historicisme », dans Louis Althusser et E (...)

30Dans son approche, le « vrai », l’« objectif » ne dépend donc pas du « cœfficient individuel » dans l’acte de la connaissance. D’autre part, il semble difficile de tenter un rapprochement entre le réalisme gramscien et le « réalisme expérimental » attribué à Marx par Mondolfo, car ce dernier ne fournit pas de précisions à ce sujet. L’interprétation de la « philosophie de la praxis » comme « historicisme réaliste » représente une seconde originalité de la démarche gramscienne qui polémique contre T « historicisme » de Benedetto Croce. Gramsci assimile l’unité théorie-praxis à une identité entre la philosophie et l’histoire (et la politique), ce qui implique des concessions appréciables envers l’hégélianisme. Cette thèse aboutit comme le montre Louis Althusser dans un célèbre chapitre de Lire le Capital, à l’établissement d’un « rapport d’expression directe » entre la théorie de Marx et l’« histoire réelle » et tend à confondre de manière empiriste objet réel et objet de connaissance43.

31Les réflexions sur la nécessité d’un « Anti-Croce » sont intéressantes, mais on notera l’influence de la théorie de la circulation de la pensée de Bertrando Spaventa. La philosophie crocienne représenterait le « moment mondial de la philosophie classique allemande ». Gramsci rapproche à tort son projet de l’Anti-Dühring qui n’a justement pas la même fonction ; en effet, le livre d’Engels a surtout pour but l’initiation au marxisme de militants ouvriers, et comporte des aspects de vulgarisation dont les défauts n’échappent d’ailleurs pas aux yeux avertis de notre auteur. L’« Anti-Croce » au contraire correspond à une entreprise culturelle de haut niveau, et dans son contenu réagit à de multiples déformations et vulgarisations du marxisme ; à ce titre il constitue aussi un « Anti-Boukharine ».

b – La science de Marx : histoire, économie et politique

  • 44 Cahier 3, p. 309 (Einaudi), Cahier 11, p. 301.
  • 45 Cahier 11, p. 245.

32Dans l’interprétation proposée par les Cahiers de prison, le « matérialisme historique » représente aussi une science. Sur ce second aspect, on trouve là encore une référence explicite à Antonio Labriola, « le seul qui ait tenté de donner une base scientifique au matérialisme historique »44. Dans la nouvelle science envisagée par Marx, « la politique et l’économie ne peuvent être détachées de l’histoire, même dans les phases de spécialisation »45. Gramsci parle à ce propos de « théorie » ou de « science de l’histoire et de la politique », car le marxisme non seulement étudie l’histoire, mais participe activement à sa création. Au sujet de cet aspect, les réflexions les plus connues, qui ont donné lieu à de nombreux commentaires depuis les années cinquante, concernent les rapports structure-superstructures et tout spécialement le thème de l’Etat au sens large (« société politique » et « société civile »). Ces problèmes feront l’objet d’un examen dans la section suivante. Il nous paraît intéressant ici de nous pencher plutôt sur des questions qui, au contraire, sont particulièrement délaissées jusqu’à aujourd’hui. Elles se rapportent à l’unité, affirmée par notre philosophe, entre l’économie et l’histoire, et se réfèrent au domaine de l’« économie critique et historiciste ».

  • 46 Cahier 10, pp. 68-69 ; voir aussi p. 73.
  • 47 Gramsci reprend une définition courante de l’« économie classique » (Adam Smith, Ricardo...) ; il (...)

33Dans un premier temps, il faut se pencher sur les quelques remarques des Cahiers de prison, allusives et fragmentaires, consacrées à l’économie politique. Cette science, apparue avec l’essor du capitalisme en Europe, se développe principalement à partir d’une découverte décisive, à savoir l’idée que la « richesse ne réside pas dans l’or (et donc encore moins dans sa possession) mais dans le travail »46. Gramsci évoque à ce propos les noms de William Petty et de Richard Cantillon. Les économistes qui viennent après eux vont approfondir le concept de « travail ». L’apport le plus décisif vient de l’« économie classique »47, en particulier Ricardo et sa théorie de la valeur. Toutefois cet économiste laisse une contribution capitale du point de vue méthodologique. Il utilise en effet la méthode déductive du « supposons que » qui le conduit non pas à la construction de généralités abstraites, mais à l’examen d’une « forme sociale » déterminée, d’un tout concret historiquement donné ; il va ainsi dégager un « marché déterminé », c’est-à-dire l’ensemble des activités économiques de la société en question, et mettre en évidence le rapport de forces existant entre les différentes classes sociales. Ce « marché déterminé » correspond à ce que Marx appellera :

  • 48 Cahier 11, p. 273 ; voir aussi Cahier 8, p. 330.

« « rapport déterminé des forces sociales dans une structure déterminée de l’appareil de production », rapport garanti (c’est-à-dire rendu permanent) par une superstructure politique, juridique et morale déterminée »48.

34A partir de là, et toujours en recourant à la même méthode, l’économiste anglais va construire le « schéma abstrait d’une société économique déterminée », dans laquelle agit un certain type d’« homo œconomicus », lequel représente d’ailleurs l’« abstraction des besoins et des opérations économiques d’une forme de société donnée », et non une quelconque généralité abstraite. Chaque groupe social, la classe capitaliste par exemple, agit selon des principes acceptés librement, expressions de volontés devenues homogènes ; on peut parler à ce propos de la mise en place d’une « rationalité » ou d’un « automatisme spontané ».

  • 49 Cahier 10, p. 53 ; voir aussi pp. 51-52.
  • 50 Op. cit., p. 80.
  • 51 Op. cit., p. 72.

35Sur la base de ces comportements, Ricardo établit des lois de régularité, « expressions quantitatives des phénomènes », plus précisément des « lois de tendance qui sont des lois, non pas au sens du naturalisme ou du déterminisme spéculatif, mais au sens « historiciste », dans la mesure où il existe le « marché déterminé », c’est-à-dire un milieu organiquement vivant dans ses mouvements d’évolution »49. Il découvre ainsi un nouveau principe de logique formelle qui fait de lui un économiste « historiciste ». L’« économie pure » ou l’économie moderne « orthodoxe » qui devient dominante à la fin du XIXe siècle, et se présente comme la « vraie » science économique, va faire du « marché déterminé » une « abstraction arbitraire qui a une valeur purement conventionnelle, destiné à permettre une analyse pédante et scolaire »50. Dans cette perspective, elle envisage l’« homme en général », l’« homme de la biologie » séparé du contexte historique déterminé, et l’étudie au moyen du « postulat hédoniste », si bien mis en évidence par Maffeo Pantaleoni, dans ses Principi di Economia pura (1889). Ce principe est extensible sans difficulté à des activités humaines extra-économiques, ce qui conduit à vider de sens la notion d’« économie ». Gramsci remarque à propos des Principi que « la première partie du livre, où l’on traite du postulat hédoniste, conviendrait beaucoup mieux comme introduction à un manuel raffiné d’art culinaire ou à un manuel encore plus raffiné sur les positions des amants »51.

  • 52 Voir supra chapitre 2, p. 145. On trouve un autre point de convergence avec Labriola. En effet, Gr (...)

36Tout en admettant que l’« économie pure » dispose d’une méthode, et par conséquent d’une « certaine rigueur scientifique », Gramsci émet des doutes quant à son caractère de nouvelle théorie scientifique, rejoignant ainsi, peut-être sans le savoir l’optique d’Antonio Labriola52. A ses yeux, dans le meilleur des cas cette théorie, traitant des mêmes problèmes que ceux de l’« économie critique » de Marx, peut arriver aux mêmes conclusions mais « sous une forme vulgaire », dans un autre langage, comme le notait d’ailleurs F.Engels53, dans la Préface au Livre 3 du Capital à propos du « socialiste de la chaire », Wilhelm Lexis sur la question de la « transformation » des valeurs en prix de production :

  • 53 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 14. Cahier 10, pp. 63-64 et p. 66 ; voir aussi Cahier 7 (...)

« Point n’est besoin d’un grand effort de réflexion pour comprendre que cette explication du profit capitaliste, selon les « économistestes vulgaires », aboutit pratiquement aux mêmes résultats que la théorie marxiste de la plus-value ; que les ouvriers se trouvent, d’après la conception de Lexis, exactement dans la même « position défavorable » que chez Marx (...) et enfin que sur cette théorie il est possible d’édifier un socialisme vulgaire, tout au moins aussi plausible que celui qui fut édifié ici en Angleterre sur la base de la théorie de Jevons-Menger sur la valeur d’usage et l’utilité-limite(...). En réalité, cette théorie se borne à paraphraser celle de Marx »53.

  • 54 Plutôt que de simple méthode déductive, Wesley-Clair Mitchell préfère parler à propos de Ricardo d (...)

37Il convient de faire quelques remarques au sujet de ces notes. Tout d’abord, il est important de souligner que Gramsci réfléchit sur Ricardo sans avoir une connaissance directe des Principes de l’économie politique et de l’impôt, même fragmentaire. Il n’a pas accès à la traduction italienne de la « Biblioteca dell’ Economista » (1856), rééditée en 1925, avec une introduction d’Achille Loria (Turin, U.TE.T.). Il ne dispose sur l’économiste anglais que d’une seule source d’information, les pages rédigées par Charles Gide, dans le célèbre manuel français de Charles Gide et Charles Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours (5e édition, 1926). Gide fait allusion à la méthode hypothétique, mais indique que les « supposons que », d’usage très fréquent, « rendent la lecture très fatigante »54.

38Notre philosophe attribue à Ricardo la paternité du concept de « marché déterminé », et fait allusion au rapport de forces qui s’instaure entre les classes sociales d’une société donnée. On peut à ce propos renvoyer aux conflits dans la répartition du produit total en salaires, profits et rentes étudiés dans les Principes. Cependant, les Cahiers de prison ne nous renseignent pas sur la provenance de ce concept et les motifs de son attribution à l’économiste anglais. Ce concept intrigue d’ailleurs Piero Sraffa, dans sa réponse évoquée plus loin. Grâce à une allusion dans une note des Cahiers, nous pouvons trouver l’origine de ce vocable. Il est forgé par l’économiste marginaliste italien, Pasquale Jannaccone (1872-1960), dans un contexte très éloigné de celui de Ricardo puisqu’il désigne des situations d’« équilibre stable », concurrence parfaite ou monopole :

  • 55 Souligné par P.J., « Scienza critica e realtà economica », La Riforma Sociale, novembre-décembre 1 (...)

« (...) dans la science économique, les deux expressions de libre concurrence et de monopole ne sont que deux formules pour exprimer synthétiquement le concours d’un certain nombre de conditions, dont la présence rend déterminé le marché, tandis que l’absence d’une seule le rend indéterminé »55.

  • 56 Ricardo : Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, pp. 91 et 100-101.
  • 57 Voir le chapitre 2 de notre ouvrage Un économiste non-conformiste Piero Sraffa (1898-1983) - Essai (...)

39La réflexion sur la « loi de tendance » est intéressante. En effet, lorsqu’il traite de la « baisse tendancielle » des profits, Ricardo souligne le rôle des contre-tendances, qui permettent de rendre moins chers les biens salariaux, à savoir le perfectionnement des machines et le recours au commerce extérieur par les importations56. Le concept de « loi de tendance » est, certes, un apport ricardien à la science économique, mais on va le trouver aussi chez Thomas Robert Malthus, puis chez John Stuart Mill, qui va le justifier d’un point de vue méthodologique. Gramsci est conscient de sa faible information quant à la méthodologie ricardienne, et il va demander, par l’intermédiaire de sa belle-sœur, des renseignements à ce sujet à Piero Sraffa, le 30 mai 1932. Son ami économiste ne partage pas son point de vue. Dans sa réponse du 21 juin 1932, il considère la « loi de tendance », plutôt « comme une caractéristique de l’économie vulgaire », mais sans donner d’autres précisions57. Il a peut-être à l’esprit les Principles of Economics (1ère édit. 1890, 8e édit. 1920) d’Alfred Marshall qui définissent les lois économiques comme des « exposés de tendances économiques » (« statements of economic tendancies ») plus ou moins certaines qui se rapportent à des actions pour lesquelles la « force des mobiles » se mesure par un prix monétaire. Toutefois, la question-clé dans la réflexion de Gramsci porte sur le caractère « historiciste » des lois ricardiennes. Or, peut-on parler d’un « historicisme » à propos du grand économiste anglais ? La réponse de Sraffa est ici sans ambiguïté :

  • 58 Op. Cit.

« En général, il ne se place jamais du point de vue historique et, comme il a été dit, il considère comme lois naturelles et immuables les lois de la société dans laquelle il vit (...). Mais, même dans ses écrits, il est clair, il me semble, que l’unique élément culturel que Ton puisse y trouver, est dérivé des sciences naturelles »58.

  • 59 Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, 1966, pp. 265-274.

40La thèse d’un « historicisme » ricardien est en effet difficilement soutenable. En France, Michel Foucault a tenté, de présenter un Ricardo « historiciste » avec une perspective très différente de celle de Gramsci, dans Les mots et les choses – Une archéologie des sciences humaines. Selon lui, « Ricardo, en dissociant formation et représentativité de la valeur, a permis l’articulation de l’économie sur l’histoire ». Cet économiste, dont la pensée appartient à la nouvelle « épistémé » (« âge moderme ») qui voit le jour au début du XIXe siècle, distingue pour la première fois le travail comme « force » vendue sur le marché et le travail comme « activité ». La « valeur » n’est plus définie comme à l’« âge classique » à partir du « système total des équivalences », mais devient un « produit ». L’échange se fonde sur le travail et la théorie de la production précède celle de la circulation. Cette considération du travail comme « activité » introduit « la possibilité d’un temps historique continu », d’une « chaîne temporelle », même si « Ricardo ne pense à l’évolution à venir que sous la forme d’un ralentissement et, à la limite, d’un suspens total de l’histoire »59.

  • 60 Souligné par K.M. Marx, Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, p. 58.
  • 61 Souligné par K.M., Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, pp. 49-50 ; voir aus (...)

41Le jugement de Marx lui-même à ce sujet est relativement nuancé. En effet, s’il reproche à Ricardo, « représentant du capital industriel », de concevoir « la production capitaliste comme la forme absolue de la production »60, il relève néanmoins que dans les « Principes », lorsqu’il présuppose la « concurrence et la production industrielle illimitées », il établit les conditions de la réalisation des « lois imminentes » du capital, et exprime par conséquent le « pressentiment de la nature historique des lois économiques bourgeoises »61.

  • 62 Cette union indissociable de théorie et d’histoire est l’un des grands mérites de Marx, reconnu pa (...)
  • 63 Dans « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » (voir supra chapitre (...)
  • 64 Cahier 10, p. 89 ; voir aussi Cahier 7, p. 206. Le jeune Gramsci propose, déjà une interprétation (...)
  • 65 Cahier 7, p. 206 ; voir aussi Cahier 10, pp. 111-12.

42Il nous faut examiner maintenant les réflexions de Gramsci concernant l’« économie critique et historiciste » de Marx. Sur la question de la méthode utilisée dans le Capital, il manifeste son désaccord vis-à-vis de Benedetto Croce qui, dans l’important essai de sa période « révisionniste » voit dans ce livre un mélange continuel de théories et de développements à caractère historique, contraire aux « lois de l’esthétique ». Bien au contraire, cette démarche révèle à ses yeux la supériorité de Marx par rapport à l’économie politique de son temps62. L’auteur du Capital établit un « juste équilibre entre la méthode déductive et la méthode inductive », et cette démarche n’aboutit pas à la formation d’abstractions « arbitraires », ou à des « généralisations », mais plutôt à des « abstractions historiquement déterminées ». Les Cahiers de prison ne nous offrent malheureusement guère plus de précisions à ce propos, sinon que l’« économie critique » de Marx, ou la « critique de l’économie politique » part de l’historicité du « marché déterminé » et en approfondit les contradictions, les transformations possibles. L’« économie critique » se livre à un approfondissement théorique du concept de « travail », légué par l’économie politique classique. Sa démarche consiste à partir de l’aspect quantitatif, « mathématique » de la valeur, avec la notion de « travail socialement nécessaire », pour dégager ensuite l’aspect qualitatif. Marx veut en effet déterminer la fonction des travailleurs et des capitalistes en tant que classes dans la production. Il est ainsi conduit à définir le concept de « plus-value ». Cette démarche revêt un caractère politique car l’auteur du Capital veut que le « travail » devienne conscient de son rôle déterminant dans le mouvement économique. Notre philosophe se livre à quelques réflexions critiques au sujet de l’interprétation de la théorie de la valeur proposée par Benedetto Croce. Il relève tout d’abord que le philosophe ne rejette pas en bloc cette théorie, même si par ailleurs, il considère que l’analyse seule scientifique de la « valeur » est fournie par l’« économie pure ». Pour Croce, Marx, en prenant le principe de la valeur-travail comme « type », opère une « comparaison implicite » ou « elliptique » entre la société économique capitaliste et la « société laborieuse »63. En réalité pour Gramsci, cette « société laborieuse » (« società lavoratrice ») représente une « société à venir hypothétique », c’est-à-dire en langage clair, la société communiste64. Π propose donc une interprétation personnelle de cette société au statut ambigu dans les essais du philosophe. L’idée d’une telle « comparaison » représente seulement une « trouvaille purement littéraire », et on trouve des éléments de réfutation de cette thèse dans l’essai de Croce lui-même. En effet, il admet que la théorie marxiste de la valeur dérive logiquement de celle de Ricardo, qui n’avait pas coutume de se livrer à des « comparaisons elliptiques » au sens du philosophe italien ; il est difficilement niable que cette théorie ait derrière elle toute une tradition historique. La considération de la « valeur-travail » chez Ricardo provient de son étude du « marché déterminé », de l’« hypothèse économique pure », et n’a pas provoqué de scandale à l’époque où elle fut développée, si l’on en croit le manuel de Gide et Rist ; c’est seulement à partir de Marx que cette théorie est devenue l’objet de polémiques65. Notre philosophe qui ne poursuit pas au delà de ces remarques, entend repousser les considérations sur la « valeur » d’Antonio Graziadei. Les conceptions de cet économiste qui peut être classé dans le courant du « lorianisme », doivent beaucoup non seulement à Achille Loria, mais aussi à Karl Rodbertus. Cette seconde source est indiquée sans développements, mais avec un renvoi à l’ouvrage de Charles Gide et Charles Rist :

  • 66 Souligné par C.R., Gide et Rist : Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu (...)

« Remarquons aussitôt la différence d’attitude entre Rodbertus et Marx. Le second, tout imprégné de l’économie politique et du socialisme français, part de la théorie de l’échange et fait du travail la source de toute valeur. Rodbertus, inspiré par les Saint-Simoniens, part de la production et fait du travail l’unique source de tout produit (...) »66.

43Ce rapprochement mérite l’attention, mais n’est acceptable que dans les grandes lignes, et non dans le détail de l’argumentation. Karl Rodbertus étudie tout d’abord la production, puis dans un second temps l’échange avec les prélèvements sur le produit social des propriétaires fonciers (fermages) et des propriétaires du capital (intérêts) ; de plus il ne s’intéresse pas à la question de l’accumulation du capital. Gramsci évoque enfin la critique de Benedetto Croce, dans l’un des essais de Materialismo storico ed economia marxistica, qui raille en particulier l’« hypothèse-limite » relative au « Pays de Cocagne », mais il n’ajoute rien de plus à la présentation des thèses de l’économiste qui, comme nous l’avons vu précédemment, reste assez superficielle. D juge importante cette critique :

  • 67 Cahier 28, p. 2330 ; voir aussi Cahier 1, p. 74 (Einaudi). Il estime nécessaire d’entreprendre une (...)

« (elle) est d’un certain intérêt général car elle sert à retrouver un courant souterrain de romantisme et de rêveries populaires, alimenté par le « culte de la science », par la « religion du progrès », et par l’optimisme du XIXe siècle, qui a joué comme une forme d’opium »67.

  • 68 André Marchai, Méthode scientifique et science économique, Ed. Genin, Librairie de Médicis, tome 1 (...)

44Que penser de cet ensemble de réflexions ? On notera le caractère très épars, mais en même temps assez lucide de ces multiples remarques. L’approche de la méthode dialectique en « économie critique » est très sommaire, et présente des raccourcis gênants. En effet, Gramsci tombe ici dans une interprétation empiriste de la dialectique réduite à la synthèse des catégories de la logique formelle d’Aristote, induction et déduction. Ce type d’erreur est assez fréquent dans les commentaires de Marx proposés par les économistes. Par exemple, André Marchai prétend que Marx opère avec sa dialectique une « synthèse des méthodes », de la « méthode concrète et inductive des historicistes » et de la « méthode abstraite et déductive des classiques »68. On retrouvera en Italie après la seconde guerre mondiale une toute autre interprétation en termes de synthèse induction-déduction avec le philosophe marxiste Galvano Della Volpe. Gramsci ne livre pas de réflexions significatives dans ses « Cahiers » sur la fonction de la « critique de l’économie politique ». On s’attendrait à une critique plus élaborée de l’interprétation de Croce sur la théorie marxiste de la valeur. Cependant notre penseur s’intéressera davantage à la critique de la baisse tendancielle du taux de profit, question qui fera l’objet de la troisième section. Tournons nous maintenant vers la question des « sources » du matérialisme historique ».

IV – Réflexions sur les sources du « matérialisme historique »

45Gramsci se livre, dans ses Cahiers de prison à une recherche sur les « sources » du « matérialisme historique », question-clé qui n’a pas encore fait l’objet en Italie de contributions significatives. Un passage très dense va nous renseigner sur son point de vue :

  • 69 « Philosophie de la praxis » doit être pris ici comme synonyme de « marxisme ».
  • 70 Souligné par A.G., Cahier 10, pp. 52-53.

« On affirme que la philosophie de la praxis69 est née sur le terrain de la plus grande expansion culturelle de la première moitié du XIXe siècle. Une culture qui est représentée par la philosophie classique allemande, par l’économie classique anglaise et par la littérature et la pratique politiques françaises (...). Mais dans quel sens faut-il comprendre cette affirmation ? Signifie-t-elle que chacun de ces mouvements a respectivement contribué à élaborer la philosophie, l’économie, la politique de la philosophie de la praxis ? Ou bien que la philosophie de la praxis a synthétisé les trois mouvements (...) et que dans cette nouvelle synthèse, quel que soit l’angle sous lequel on l’analyse, moment théorique, économique, politique, on retrouve comme « moment » préparatoire chacun des trois mouvements ? C’est ce qu’il me semble. Et il me semble que le moment synthétique unitaire doit être identifié dans le nouveau concept d’immanence. Ce concept, fourni par la philosophie classique allemande sous une forme spéculative, a été traduit dans une forme historiciste à l’aide de la politique française et de l’économie classique anglaise. En ce qui concerne les rapports de profonde identité entre le langage philosophique allemand et le langage politique français, voir les notes dans les divers cahiers. Mais il me semble que l’on pourrait faire une recherche extrêmement intéressante et féconde concernant les rapports entre la philosophie allemande, la politique française et l’économie politique anglaise. D’une certaine manière, il me semble que l’on peut dire que la philosophie de la praxis égale Hegel + David Ricardo. Au début il faut présenter le problème ainsi : doit-on considérer les nouvelles règles méthodologiques introduites par Ricardo dans la science économique comme des valeurs uniquement instrumentales (...) ou bien ont-elles constitué une innovation philosophique ? La découverte du principe de logique formelle de la « loi de tendance » (...) n’a-t-elle pas été une découverte qui concernait aussi la gnoséologie ? N’implique-t-elle pas effectivement une nouvelle « immanence », une nouvelle conception de la « nécessité » et de la liberté, etc... ? C’est précisément cette traduction qu’a opérée, me semble-t-il, la philosophie de la praxis, en universalisant les découvertes de Ricardo, en les étendant à toute l’histoire et donc en en tirant de manière originale une nouvelle conception du monde »70

  • 71 Hegel, Leçons sur la philosophie de l’histoire, J.Vrin, 1963, p. 338. Gramsci puise les références (...)

46Le marxisme réalise une « synthèse », une unité organique de différents aspects qui exclut toute mise en correspondance directe entre une « source » et une de ses composantes, par exemple la philosophie classique allemande comme origine de la « philosophie de la praxis » au sens propre, ou l’économie politique anglaise comme origine de l’« économie critique et historiciste ». Le fil conducteur qui permet à Gramsci de défendre ce point de vue est la thèse de l’identité de langage existant entre la philosophie allemande et la politique française. Il se réfère implicitement, dans le passage cité, à une prise de position de Hegel dans ses Leçons sur l’histoire de la philosophie, et ses Leçons sur la philosophie de l’histoire. Le philosophe allemand estime que les idéaux de la Révolution française de 1789 se trouvent contenus dans la philosophie de Kant, Fichte, et de Schelling. Il déclare notamment à propos du principe de la liberté de la volonté : « Cela demeura paisible théorie chez les Allemands ; mais les Français voulurent l’exécuter pratiquement »71. Marx reprend à son compte cette réflexion de Hegel dans un passage de la Sainte Famille où il défend PJ. Proudhon contre Edgar Bauer :

  • 72 Souligné par K.M., Marx-Engels, La Sainte-Famille, Ed. Sociales, 1969, p. 50. Gramsci ne se réfère (...)

« Que M. Edgar veuille bien comparer un instant l’égalité française avec la conscience de soi allemande, et il s’apercevra que le second principe exprime à l’allemande, c’est-à-dire dans la pensée abstraite, ce que le premier dit à la française, c’est-à-dire dans la langue de la politique et de la pensée intuitive »72.

  • 73 Cahier 11, p. 245 ; Cahier 28, p. 2328 (Einaudi) voir aussi Cahier 10, p. 54.
  • 74 Souligné par A.G., Cahier 10, resp. pp. 117 et 77 ; voir aussi Cahier 11, p. 283.
  • 75 Cf. lettre à Tatiana Schucht, 30 mai 1932, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 430.

47La même idée revient sous une autre forme dans la onzième « thèse sur Feuerbach », très révélatrice de P « historicisme réaliste » : la philosophie doit devenir « politique », « pratique ». Cette référence à Hegel explique pourquoi Gramsci se livre à une modification, sans la justifier, en ce qui concerne la troisième « source ». Au lieu du « socialisme utopique » indiqué par Lénine, dans « Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme » (1913), il place la « littérature et la pratique politique françaises », et se réfère à la Révolution Française, au Jacobinisme, et à Robespierre dont le nom va être accolé à ceux de Hegel et de Ricardo73. Notre philosophe ne s’arrête pas là, car dans le passage cité, il entend réfléchir sur les rapports entre l’économie politique anglaise et la philosophie allemande (Hegel). Il formule alors l’hypothèse selon laquelle les découvertes de Ricardo du point de vue méthodologique (la « loi de tendance ») sont aussi des innovations d’ordre « gnoséologique » et philosophique, dans la manière de poser le problème de la « nécessité » et de la « liberté ». Ces éléments philosophiques à caractère « historiciste », associés à la « politique française », auraient incité Marx à dépasser la pensée de Hegel qui constitue sa première source d’inspiration, et à construire sa « philosophie de la praxis » au sens propre. L’« historicisme réaliste » de Marx peut être envisagé comme une « universalisation » des découvertes ricardiennes, étendues ainsi à « toute l’histoire ». En ce qui concerne les rapports Hegel-Marx, le marxisme représente « dans certaines limites, une réforme et un dépassement » de la « partie la plus réaliste, la plus historiciste » de la philosophie hégélienne. En d’autres termes, « la philosophie de la praxis, tout en continuant l’hégélianisme, le renverse sans pour autant, comme croit Croce, vouloir « supplanter » toute espèce de philosophie »74.Par ces réflexions, Gramsci entend seulement explorer une piste de recherche, et non établir une interprétation à caractère définitif. Il veut obtenir l’avis et des références bibliographiques de son ami Piero Sraffa, dont il connaît le projet d’édition des œuvres de Ricardo en Grande-Bretagne. Il pense aussi que sur ce thème de Ricardo philosophe, son ami « pourrait recueillir un matériel précieux »75. Piero Sraffa, dans la lettre citée du 21 juin 1932 se déclare intéressé par les réflexions du prisonnier. On a vu qu’il n’est pas d’accord avec l’idée d’un Ricardo économiste « historiciste », et il semble sceptique quant à son éventuelle importance philosophique. Il affirme même que dans les écrits de Ricardo, « l’unique élément culturel que l’on puisse y trouver, est dérivé des sciences naturelles ». Les premiers centres d’intérêt de Ricardo, immédiatement après s’être retiré des affaires, se portent effectivement sur la géologie, la physique et les mathématiques. Plus tard, son ami James Mill va l’initier à la doctrine « utilitariste », mais elle ne l’influence pas profondément en dépit de la célèbre boutade de Jeremy Bentham rapportée par John Bowring, citée par Piero Sraffa dans ses « Notes introductives » à la correspondance de Ricardo :

  • 76 Dans Ricardo, The Works and Correspondance, volume VI, Cambridge U. Press, 1952, p. XXVIII.

« J’étais le père spirituel de Mill, et Mill était le père spirituel de Ricardo : par conséquent, Ricardo était mon petit-fils spirituel »76.

  • 77 Voir le chapitre 2 de notre ouvrage, Un économiste non conformiste Piero Sraffa (1898-1983). Essai (...)

48Cependant, Sraffa estime ne pas pouvoir apporter des éléments de réponse aux interrogations de notre auteur avant de s’être lui-même plongé dans l’étude des écrits de Marx et d’Engels. Il se contente de fournir quelques indications bibliographiques. Parmi celles-ci, l’une est particulièrement intéressante. Elle concerne deux textes fondamentaux de Marx qui viennent de paraître pour la première fois en Allemagne : la Critique du droit politique hégélien (1843) et les Manuscrits de 184477.

  • 78 Luca Meldolesi : L’utopia realmente esistente, Laterza, 1982, p. VIII.

49Gramsci n’aura malheureusement jamais la possibilité de prendre connaissance du contenu de ces ouvrages, qui auraient pu lui apporter quelques éléments de réponse à ses interrogations, par exemple avec la critique de Hegel de 1843 et le rejet du « cynique » Ricardo en 1844. D’autre part, la réponse de l’économiste italien ne contient pas d’allusion sur la question des « sources ». Elle aurait pu relever la substitution du « socialisme français » à la « politique française », en théorie et en pratique. En effet, si l’on en croit le témoignage de Luca Meldolesi, pour Sraffa, une source capitale du marxisme, du point de vue du socialisme, est représentée par l’œuvre de Saint-Simon78.

  • 79 Louis Althusser : « Sur le rapport de Marx à Hegel », dans Lénine et la philosophie, PC Maspero, 1 (...)

50Gramsci, dans ces quelques réflexions, aborde une question cruciale du marxisme, en particulier le rôle de Hegel dans sa formation. Il privilégie le problème de l’origine de la philosophie marxiste, dont les fondements s’élaborent vers 1845-1846, en même temps que ceux d’une nouvelle science de l’histoire. Ce problème des trois « sources » a été aussi posé, dans la littérature marxiste, d’une toute autre manière, en envisageant non plus la philosophie, mais la « critique de l’économie politique ». Dans cette perspective, comme le remarque d’une manière critique Louis Althusser, le Capital devient « le produit du travail » de la philosophie allemande, (ou « instrument de production théorique ») avec Hegel et sa dialectique, sur une « matière première » formée de l’économie politique anglaise (théorie de la valeur de Ricardo) et du socialisme français (la lutte des classes)79. Nous retrouverons après la seconde guerre mondiale ce type d’approche, pour Hegel et l’économie politique classique, d’une manière implicite chez Lucio Colletti devenu critique de Marx. De plus, par une voie différente, une approche en termes de « Hegel + Ricardo » sera proposée à propos du concept de « force de travail », par Mario Tronti.

51Après cette étude sur la situation du « matérialisme historique », il convient d’examiner maintenant les réflexions gramsciennes sur les rapports entre la structure et les superstructures.

SECTION II : LE « MATERIALISME HISTORIQUE » COMME SCIENCE : LES RAPPORTS STRUCTURE-SUPERSTRUCTURES

52Le « matérialisme historique » comme science envisagé par Gramsci privilégie l’étude des « superstructures » et de l’unité qu’elles forment avec la « structure économique ». Cette contribution sur ce terrain serait peu compréhensible si l’on n’évoquait pas au préalable la critique de l’« économisme historique », représenté par Loria, Croce et Boukharine.

I – La critique de l’« économisme historique »

  • 80 Achille Loria désigne sa conception personnelle du nom d’« économisme historique » dans ses écrits (...)
  • 81 Cahier 4, p. 462 (Einaudi) ; Cahier 7, p. 181 ; Cahier 10, pp. 91-92 ; Cahier 13, p. 390. Gramsci (...)

53Gramsci entend dénoncer et combattre toutes les formes de l’« économiste historique ; il désigne sous ce vocable un aspect particulier du vaste champ qui est celui de l’« économisme ». L’« économisme historique » représente une « dégénérescence du matérialisme historique » qui prend naissance en Italie dans le dernier quart du XIXe siècle avec l’œuvre d’Achille Loria80. Les Cahiers de prison ne contiennent pas de développements approfondis sur l’interprétation « lorienne » du « matérialisme historique », ni d’ailleurs sur sa critique de la thérorie de la valeur. Gramsci est davantage intéressé par un travail de recherche sociologique sur le phénomène culturel du « lorianisme ». En effet, la thèse selon laquelle les changements historiques sont totalement déterminés par les luttes d’intérêts entre les groupes sociaux et par les changements successifs dans les « instruments de production » a fait des ravages, tant chez les socialistes que chez les critiques de Marx en Italie ; la différence entre la pensée de Loria et celle de Marx n’a guère effleuré les esprits durant toute une époque81.

54Notre philosophe partage la critique présentée par Benedetto Croce, dans l’essai de 1896, « Le teorie storiche del prof. Loria », et relève en particulier la substitution du concept de « forces productives matérielles » à celui d’« instrument technique », l’oubli significatif de l’« ensemble des rapport sociaux » dans la paraphrase de la Préface à la « Contribution », et il souscrit à la remarque selon laquelle Marx ne part pas à la recherche de la « cause ultime de la vie économique ».

55Il va voir cependant dans Benedetto Croce, un représentant, au moins partiellement, de l’« économisme historique » :

  • 82 Cahier 8, p. 390 ; voir aussi Cahier 10, pp. 41-42.

« Croce aussi, en réduisant le matérialisme historique à un canon pratique d’interprétation historique servant à attirer l’attention des historiens sur les faits économiques, n’a fait que créer une forme de réduction du matérialisme historique à un « économisme » partiel. Si l’on dépouille Loria de ses bizarreries de style et de ses incroyables fantasmagories (...) on voit que, dans le cœur de son interprétation, il se rapproche de Croce »82.

  • 83 Croce, Elementi di politica (1924), réédité dans Etica e politica, Laterza, 1931, 4e édition 1956, (...)

56Une manifestation plus nette de l’« économisme historique » apparaît dans un texte postérieur aux essais critiques sur le marxisme, les Elementi di politica (1924). On y trouve la thèse selon laquelle le « matérialisme historique » restaure le « dualisme théologique » entre d’une part, la « structure » ou « substance », représentant une sorte de « noumène », ou un « Dieu caché », et d’autre part, les superstructures ou « idéologies », qui ne sont qu’« apparence » et « illusion »83. Notre philosophe réagit vivement contre ce concept de « structure » envisagé de « manière spéculative » comme « Dieu caché » ; pour lui au contraire, la structure et les superstructures sont des réalités bien vivantes : non « séparées » de manière radicale, elles forment un « bloc historique ». La position dernière de Croce se trouve manifestement en retrait par rapport à celle défendue dans les écrits de jeunesse, qui critiquaient les présentations du « matérialisme historique », selon lesquelles l’économie est la seule réalité et tout le reste, apparence trompeuse. Un troisième représentant du déterminisme mécanique est Nicolas Boukharine, dont l’approche générale du marxisme a déjà fait l’objet de remarques caustiques. Sur le terrain du « matérialisme historique » comme science, les Cahiers de prison contiennent là encore des allusions critiques sur le livre du théoricien russe. Pour les apprécier, il convient de rappeler quelque peu les thèses développées dans la Théorie du matérialisme historique (1921). D’après l’auteur, toute société en tant que « système » entretient des rapports avec son « milieu extérieur », la nature. L’évolution de ce « système » dépend des changements dans les rapports avec le « milieu » qui concernent le travail humain, et donc le processus de la reproduction sociale. Il déclare :

  • 84 La théorie du matérialisme historique Manuel populaire de sociologie marxiste, Anthropos, 1971, (...)

« L’indice matériel précis des rapports entre la société et la nature est donné par le système des moyens sociaux de travail, c’est-à-dire par la technique d’une société déterminée. Dans cette technique s’expriment les forces productives matérielles de la société et la productivité du travail social »84.

  • 85 Op. cit., pp. 136-137, 159, 219-220. Voir aussi le Supplément : « Brèves remarques sur le problème (...)

57La « technique sociale » représente l’indice de l’équilibre nécessairement « instable », « externe », qui s’instaure entre la nature et la société. En effet, dans le cadre de la « reproduction élargie », l’équilibre va se rompre pour se rétablir ensuite à un niveau supérieur. La « technique sociale » ou « système des instruments de travail », identifiée chez Boukharine aux « forces productives matérielles », détermine la « base » ou la « structure économique » de la société, formée par l’ensemble des rapports de production, et donc des rapports entre les classes sociales. Il existe entre la « technique sociale » et la « structure économique » un « équilibre instable », « interne », cette fois, remis en cause par une relation de conflit décisive, puisqu’elle aboutira à la révolution. Parallèlement, un autre équilibre instable et « interne » s’instaure entre la « structure économique » et les superstructures. L’auteur réfléchit attentivement sur la question des superstructures, et propose une analyse originale. De même que dans la société toute entière, on trouve dans cette sphère trois éléments : les « choses », les « hommes », les « idées »85. En effet, on peut dégager trois niveaux :

  • des objets matériels, des « techniques », des instruments de travail. Pour l’appareil d’Etat, il s’agit des canons, des bureaux... ; pour la science, il s’agit des instruments de laboratoire, des livres... ; enfin, pour les arts, on peut mentionner les instruments de musique.
  • des « organisations », des « rapports entre les hommes ». On trouve ici l’appareil d’Etat, les partis politiques, les syndicats, mais aussi les organisations scientifiques, artistiques, et religieuses.
  • des « combinaisons d’idées ». Elles peuvent être non systématisées ou systématisées. Non systématisées, confuses, elles représentent la « psychologie sociale » ou les idées dites « courantes ». Systématisées, elles forment la « structure idéologique », composée d’une part de « système d’idées » et d’autre part de règles de conduites (morale). Les « idéologies » peuvent être baptisées « cristallisations de psychologie sociale » : la philosophie, l’art, la religion, la science et même le langage.
  • 86 Notamment pp. 238-240.
  • 87 Op. cit., pp. 250-255 et « Brèves remarques », pp. 347-348.

58Toutefois, Boukharine tente de faire coïncider, au moins partiellement, cette conception de l’« idéologie » avec le premier sens de Marx, entendu comme « conscience fausse »86. Il va introduire dans ce but des développements sur le « mode de représentation » comme reflet du « mode de production » dominant au sein de la « structure économique », en se référant notamment à la théorie du fétichisme des marchandises proposée au Livre 1er du Capital87. Dans son analyse, la « technique sociale » détermine la « structure économique », mais aussi la « technique des superstructures ». La « structure économique », quant à elle, détermine les « organisations » et les « combinaisons d’idées ». Cependant, l’auteur admet l’« influence en retour » des superstructures sur la « structure », et d’une manière générale l’interaction des causes et des effets. Il entend se démarquer de tout fatalisme et rejette la « théorie des facteurs » selon laquelle « il n’existe que l’économie, et tout le reste n’est que futilités ». Comment Gramsci va-t-il juger cette approche ? Tout d’abord, il reproche curieusement au livre du théoricien russe de manquer de précision sur ses concepts :

  • 88 Cahier 11, p. 238.

« On ne comprend pas exactement ce que sont la structure, la superstructure, l’instrument technique : tous les concepts généraux y sont nébuleux et vagues »88.

  • 89 Georg Lukacs : « N. Bucharin, Theorie des historischen Materialismus », Archiv für die Geschichte (...)
  • 90 Souligné par A.G., Cahier 11, pp. 218-19 et Cahier 7, p. 174 ; voir aussi Cahier 11, p. 239.
  • 91 Cahier 7, p. 188.

59Il voit un grave défaut dans la fonction historique accordée à l’« instrument technique », conception « complètement erronée », développée originellement chez Achille Loria, qui consiste à rechercher une « cause ultime » de manière métaphysique. Ce type de critique adressée à Boukharine n’est pas absolument original, car déjà le jeune Georg Lukacs avait procédé de même, dans une recension de 192589. Cependant notre philosophe constate à juste titre que ce livre ne contient pas une seule citation, ou même allusion, à la fameuse Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique de Marx. De plus, il ne peut accepter une interprétation qui, non seulement réduit les forces productives à la technique, mais aussi les sépare de la « structure économique ». Il condamne l’utilisation générale du mot « technique », qui renvoie aussi bien aux machines qu’aux laboratoires de recherche et aux instruments de musique ; cette approche conduit à ses yeux à poser des « questions baroques » au sujet de l’appartenance d’un instrument quelconque à la structure, à la superstructure, ou aux deux à la fois. D’après Boukharine, les progrès scientifiques sont déterminés « comme l’effet de la cause » par le développement des instruments scientifiques, « corrolaire » du principe de détermination par l’« instrument technique » ; l’histoire de la science se confond ainsi avec celle de la technologie. Or, il est facile de trouver des contre-exemples. Ainsi, l’évolution de la géologie ne peut pas être déterminée par les transformations dans la fabrication du marteau ; les sciences mathématiques, elles-mêmes « instruments » pour les sciences de la nature, n’ont pas besoin d’instruments matériels. En d’autres termes, le progrès scientifique « ne peut être documenté matériellement » car ses outils sont d’ordre intellectuel, méthodologique, et se développent historiquement90. Mais le défaut majeur du livre réside dans la tentative, en se réclamant de Marx, « de présenter et d’exposer chaque fluctuation de la politique et de l’idéologie comme une expression immédiate de la structure »91. Ce « matérialisme historique mécanique » qui révèle un « infantilisme primitif » ne peut admettre la possibilité des « erreurs », question fort complexe par elle-même. En résumé, la critique gramscienne est particulièrement sévère, car, comme on l’a vu, Boukharine nuance beaucoup son analyse en insistant sur l’interaction entre les facteurs.

II – L’unité structure-superstructure : le « bloc historique »

  • 92 Il utilise à ce propos plusieurs termes : « forma di società » (Cahier 7, p. 186), « forma sociale (...)

60Les rapports structure-superstructures ont déjà fait l’objet d’un examen attentif en Italie de la part d’Antonio Labriola, qui définissait l’approche marxiste comme une « conception organique de l’histoire ». Dans l’optique de Gramsci, le « matérialisme historique » s’attache à l’étude des différentes « formes sociales »92 qui se succèdent au cours du développement historique. On trouve donc dans les Cahiers de prison une mise en œuvre du concept de « formation économique et sociale ». Par contre, celui de « mode de production » n’est pas véritablement utilisé et non articulé avec ceux de « forme sociale » et de « structure économique ».

61Le problème fondamental, non abordé sérieusement dans le « Manuel » de Boukharine, qu’il faut affronter du point de vue de la « science nouvelle » du « matérialisme historique » s’exprime de la manière suivante : « comment le mouvement historique naît-il sur la base de la structure ? » A ce propos, Gramsci estime que « deux principes » en « médiation dialectique » exposés dans la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique doivent être considérés et analysés minutieusement :

  • 93 Cahier 11, p. 220 et Cahier 7, p. 186 ; voir aussi Cahier 4, p. 455 (Einaudi) et Cahier 13, p. 376 (...)

« 1 – l’humanité ne se propose jamais que les tâches qu’elle peut résoudre, la tâche elle-même ne surgit jamais que là où existent déjà les conditions matérielles de sa résolution, ou du moins là où elles sont entrées dans le procès de leur devenir ;
2 – Une formation sociale ne périt jamais avant que ne soient développées toutes les forces productives pour lesquelles elle est encore suffisante, et des rapports de production nouveaux, plus élevés, n’ont jamais occupé sa place avant que les conditions matérielles d’existence de ces derniers n’aient été couvées dans le sein de l’ancienne société »93.

62Il complète ces deux « principes » par une remarque capitale :

  • 94 Souligné par A.G., Cahier 13, p. 389 ; voir aussi Cahier 4, p. 462 (Einaudi), Cahier 10, p. 55, Ca (...)

« Il faut rappeler en même temps l’affirmation d’Engels (...) selon laquelle l’économie n’est qu’« en dernière analyse » le ressort de l’histoire, affirmation qu’il faut relier directement au passage de la Préface à la Critique de l’économie politique, qui dit que les hommes prennent conscience des conflits qui se produisent dans le monde économique sur le terrain des idéologies »94.

63La première thèse a été développée par Antonio Labriola ; notre philosophe la fait sienne et va s’intéresser tout spécialement à la seconde. La « structure économique », base de la formation des classes sociales, constitue une unité organique de forces productives et de rapports sociaux de production. Au sein de cette unité, le rôle déterminant revient aux forces productives. On retrouve donc ici la position défendue par le premier marxiste italien dans ses « essais sur la conception matérialiste de l’histoire ». Dans l’étude d’une « structure », il faut déceler Inorganique » (le « permanent ») et le « conjoncturel » (l’« occasionnel »), car on risque de tomber dans deux pièges, soit l’« économisme », si on surévalue les « causes mécaniques », soit dans l’« idéologisme », si on « exalte l’élément volontariste et individuel ». Au sein de la « structure économique » :

  • 95 Souligné par A.G., Cahier 4, p. 444 (Einaudi) ; voir aussi Cahier 11, p. 240.

« l’ensemble des forces matérielles de production est l’élément le moins variable dans le développement historique et celui-ci peut être mesuré chaque fois avec une exactitude mathématique, qui peut donc donner lieu à une science expérimentale de l’histoire, dans le sens bien précis où on peut parler d’« expérimental » en histoire. La variabilité de l’ensemble des forces (matérielles) de production est-elle aussi mesurable et on peut établir avec une certaine précision quand son développement de quantitatif devient qualitatif. L’ensemble des forces matérielles de production est en même temps « toute l’histoire passée cristallisée » et la base de l’histoire présente et à venir ; c’est un document et une force active actuelle. Mais le concept d’activité de ces forces matérielles ne peut être confondu avec celui d’activité au sens physique ou métaphysique »95.

64La « structure économique » constitue le « point de référence et d’impulsion dialectique pour les superstructures » ; le processus de dérivation est complexe, comme Labriola l’a d’ailleurs souligné avec force. Gramsci estime que l’on peut utiliser le terme de « catharsis »,

  • 96 Guillemets de A.G., Cahier 10, p. 50. La « catharsis » est un concept philosophique emprunté à Ari (...)

« pour désigner le passage du moment purement économique (ou égoïstico-passionnel) au moment éthico-politique : l’élaboration supérieure de la structure en superstructure dans la conscience des hommes. Cela signifie aussi le passage de l’« objectif au subjectif » et de la « nécessité à la liberté » »96.

  • 97 Resp. Cahier 10, pp. 50, 53-54, et Cahier 7, p. 186.
  • 98 Cahier 13, pp. 380-381. Voir aussi Cahier 4, p. 457 (Einaudi).

65Il envisage la dialectique historique comme un passage « objectif-subjectif » et « nécessité-liberté » ; d’autres textes des Cahiers de prison indiquent qu’il s’agit aussi d’un passage « quantité-qualité » et « contenu-forme »97. Mais dans son optique, le processus ne s’arrête pas là, car les superstructures agissent en retour sur la structure économique. Le passage de la « structure » à la « superstructure » comprend plusieurs moments du point de vue de la « conscience » des différentes classes sociales. Le premier « moment », le « plus élémentaire » est « économico-corporatif ». Ainsi, par exemple, un industriel va se sentir solidaire d’un autre industriel. Seule apparaît ici l’unité du corps professionnel, non celle de la classe. Un second « moment » se caractérise par la solidarité de classe à l’état embryonnaire ; les membres prennent conscience de leurs intérêts sur le terrain « purement économique ». Au troisième « moment », les membres de la classe estiment que leurs intérêts corporatifs doivent devenir ceux des classes subordonnées. A ce stade, l’intervention politique devient décisive, et le passage structure-superstructures se réalise. Un groupe social va assurer une unité à la fois économique et politique, mais aussi intellectuelle et morale, ou en d’autres termes, il va exercer son « hégémonie »98.

66Ces réflexions rejoignent encore les préoccupations d’Antonio Labriola qui préconisait l’étude, à chaque époque historique, de la « conscience spécifiée des hommes dans des conditions sociales déterminées ». Gramsci va se livrer à une étude approfondie de la question des « superstructures » et son originalité est reconnue à juste titre sur ce terrain.

  • 99 Croce : Elementi di politica, réédité dans Etica e politica, Laterza, 1931, réédition 1956 (4e édi (...)
  • 100 Sur ce concept, voir infra p. 248-249.

67L’approche des Cahiers de prison n’a pas de rapport direct avec l’analyse de Labriola qui distinguait les « produits de premier degré » et les « produits du second degré ». Elle se démarque d’ailleurs de toutes les approches proposées depuis Marx sur cette question. Pour mieux la comprendre, il faut au préalable se reporter aux travaux philosophiques de Benedetto Croce, dont notre philosophe entreprend une lecture critique. Dans ses Elementi di politica (1924), Croce affirme que l’« esprit éthique trouve dans la politique la prémisse de son activité et en même temps son instrument ». L’« homme moral » réalise sa « moralité » par l’action politique. Derrière le concept d’« Etat, on trouve une signification distincte de l’« autorité » et de la « force » : il s’agit de l’« Etat-éthique » qui exerce l’autorité de l’idéal moral, de la « force du bien », du « consensus »99. L’« Etat-éthique » doit donc être distingué de l’« Etat politique » ou « a-moral ». Le grand philosophe italien précise que son concept d’« Etat politique » correspond approximativement au concept de « société civile » chez Hegel100, lequel ne se rend pas compte que ses composantes (allusion au « système des besoins », à l’administration de la justice...) appartiennent de plein droit à l’Etat au sens strict. Gramsci va réfléchir sur cette distinction entre l’« Etat-éthique » (consensus) et l’« Etat politique » (force). Il dégage deux grands « étages » superstructuraux : celui de la « société civile » et celui de la « société politique ».

a – L’étage de la « société civile »

  • 101 Cahier 6, p. 28.
  • 102 Cahier 1, pp. 56-57 (Einaudi).
  • 103 Cahier 11, p. 286 ; voir aussi Cahier 4, p. 453 (Einaudi) et Cahier 7, p. 185. Il considère que Bo (...)
  • 104 Cahier 11, p. 180.

68Notre philosophe affirme ici opérer un développement à partir du concept de « société civile » chez Hegel pour aboutir à la conception de l’« hégémonie » exercée par un groupe social sur la société toute entière, comme « contenu éthique de l’Etat »101. Un passage précédent des Cahiers de prison permet d’entrevoir une référence à la conception hégélienne de la « corporation », l’idée de l’« association », « encore vague et primitive, entre la politique et l’économique »102. En fait, Gramsci ne peut se déterminer précisément par rapport au philosophe allemand car il ne dispose pas des Principes de la philosophie du droit. Nous verrons plus loin ce qu’il faut penser de cette référence à Hegel. Ce niveau correspond à la fonction de « direction », plus précisément de « direction intellectuelle et morale » ou d’« hégémonie », entendue dans un premier sens, étroit, exercée par la classe au pouvoir sur l’ensemble de la société. Cette fonction est assurée au moyen d’une « structure idéologique », une organisation matérielle de l’idéologie, composée d’« organismes dit vulgairement « privés » », tels que la presse, l’édition, les bibliothèques, l’école, l’Eglise, etc... Ainsi, la population peut-elle être élevée à un certain niveau culturel et moral correspondant aux intérêts de la classe dominante qui cherche à obtenir le large « consensus » des classes subalternes dominées. La « société civile » est le domaine de manifestation des « idéologies » qui, on ne doit pas l’oublier, sont des « faits historiques réels ». Gramsci, qui réfléchit sur le concept forgé par A.L.C. Destutt de Tracy pour désigner la « science des idées », entend combattre le sens péjoratif, négatif du mot, développé à partir de Marx : la « conscience fausse »103. Il donne, quant à lui, à l’« idéologie » « la signification plus haute d’une conception du monde qui se manifeste implicitement dans l’art, dans le droit, dans l’activité économique, dans toutes les manifestations de la vie individuelle et collective »104. L’« idéologie » imprègne toutes les activités et correspond à des intérêts pratiques immédiats. Elle comprend deux grands aspects : les « systèmes d’idées » d’une part, l’« idéologie diffuse » d’autre part. Les « systèmes d’idées » représentent l’aspect le plus conscient de l’« idéologie » : la philosphie, l’art, la religion, mais aussi la science. Gramsci inclut les sciences, car selon lui, elles contiennent toujours un aspect idéologique, une « conception du monde », un « système d’hypothèses ». Cependant, il ne les place pas en bloc dans la superstructure, car elles élaborent des « données de fait » ; parfois elles sont liées à la « structure économique », par la technologie.

  • 105 Voir supra chapitre 2, section 1, p. 151. Louis Althusser reproche très injustement à Gramsci de p (...)

69On constate là une différence avec le traitement proposé par Boukharine et par Antonio Labriola105. Les idéologies « historiquement organiques » sont liées à une classe fondamentale, par l’intermédiaire d’intellectuels spécialisés, et correspondent à une « structure économique » déterminée. Les idéologies « arbitraires » ou « rationalistes » ne débouchent pas sur des mouvements sociaux, mais elles ne sont pas pour autant « inutiles ». La « philosophie de la praxis » elle-même appartient à l’« idéologie », où elle occupe une place très particulière dans les formations sociales capitalistes. « Organique » à la classe ouvrière, elle constitue le terrain sur lequel cette classe peut prendre conscience de sa force et de son devenir.

  • 106 Cahier 7, p. 192 et Cahier 11, pp. 175 et 221. Gramsci en vient à affirmer que tous les hommes son (...)
  • 107 Cahier 7, p. 186. Gramsci se réfère ici au passage suivant du Livre 1er du Capital : « Le secret d (...)

70Il existe d’autre part des aspects moins conscients de l’« idéologie » : l’« idéologie répandue, de masse », qui représente une « philosophie spontanée ». On y trouve le « sens commun » ou le « bon sens », la religion populaire, et l’ensemble de croyances, d’opinions qui constitue le « folklore »106. Marx fait d’ailleurs allusion à ce domaine lorsqu’il parle de la « solidité des croyances populaires »107. Gramsci rompt avec la vision de l’« idéologie » comme simple « système d’idées », et en même temps, il tente de mettre en évidence le lien entre les institutions (la « structure idéologique ») et l’« idéologie » au sens large.

b – L’étage de la « société politique »

71Le niveau de la « société politique » est celui de l’« Etat au sens strict ». Il correspond à la fonction de « domination directe » de la classe dominante dans la société toute entière. L’exercice de cette « cœrcition », de cette « dictature » est assuré par l’appareil d’Etat et le « gouvernement juridique » (tribunaux...). Les Cahiers de prison ne contiennent pas de développements originaux sur cet aspect, en général seul retenu dans la tradition marxiste. La « société politique » assure l’adaptation de la « société civile » à la « structure économique », à chaque époque historique déterminée. Le schéma, page suivante, construit à partir d’indications éparses, nous permet de résumer la conception gramscienne.

  • 108 Cahier 7, p. 183.

72La distinction entre « société civile » et « société politique » revêt chez Gramsci un caractère seulement « méthodologique » mais non « organique ». En effet, les organes de ces deux sphères collaborent étroitement, s’interpénétrent toujours dans la réalité. De cette manière, la classe au pouvoir peut exercer tout à la fois sa « domination » et sa « direction intellectuelle et morale » sur le reste de la société. Gramsci entend s’opposer sur ce point tant à Croce qui introduit une séparation radicale, « organique », entre le moment de la « force » et celui du « consensus », qu’à Gentile qui confond les deux sphères. Toutefois une formation sociale ne possède pas nécessairement à une époque donnée, une « société civile » et une « société politique » pleinement développées. Notre auteur remarque que, par exemple, la Russie tsariste possédait une « société civile » seulement « primitive et gélatineuse » et un Etat, au sens étroit, surdéveloppé. A l’inverse, dans les formations sociales capitalistes occidentales, la « société civile » se trouve fort développée et peut s’équilibrer avec la « société politique »108. Pour mettre l’accent sur cette liaison « organique », Gramsci propose un nouveau concept d’Etat, entendu au sens large, au sens « intégral ». Dans cette nouvelle optique, l’Etat est formé de l’unité, de l’« équilibre » entre la « société civile » et la « société politique », entre le consensus et la cœrcition, entre la direction et la domination.

  • 109 Cahier 6, p. 83 ; voir aussi Gramsci, Lettre à Tatiana Schucht, 7 septembre 1931, dans Lettres de (...)

73Il déclare à ce propos : « en ce sens, pourrait-on dire, qu’Etat = société politique + société civile, c’est-à-dire une hégémonie cuirassée de cœrcition »109.

74Il va parvenir ainsi à un nouveau concept de l’« hégémonie », envisagé cette fois dans un sens élargi :

  • 110 Cahier 13, p. 434 ; Cahier 1, p. 59 (Einaudi). Ce sens élargi de hégémonie » apparaît déjà dans un (...)

« L’exercice « normal » de l’hégémonie sur le terrain devenu classique du régime parlementaire, est caractérisé par la combinaison de la force et du consentement qui s’équilibrent de façon variable, sans que la force l’emporte par trop sur le consentement, voire en cherchant à obtenir que la force apparaisse appuyée sur le consentement de la majorité » (...)110.

  • 111 Cahier 19, p. 2011 (Einaudi). L’« hégémonie » correspond ici à la « suprématie », exercée par la c (...)
  • 112 Op. cit., et voir aussi Cahier 8, p. 362. Cahier 10, p. 116 ; Cahier 13, p. 366.

75Cela suppose la mise en œuvre d’un « appareil de l’hégémonie politique et culturelle », d’une « action hégémonique intellectuelle, morale et politique »111. Cependant, dans l’évolution des sociétés, la classe qui a conquis 1’« hégémonie » va, à un certain stade, la perdre. S’ouvre alors une période historique de « crise d’hégémonie » ou « crise de l’Etat dans son ensemble ». La classe au pouvoir perd dans un premier temps le « consensus » au profit d’une autre classe, et il ne lui reste transitoirement que l’exercice de la « force ». Il existe un « lien nécessaire et vital » entre la structure et les superstructures. Elles forment une « unité de contraires » dans le processus historique réel. Si la « structure économique » est déterminante en dernière instance, on ne doit pas oublier que les « hommes prennent conscience de leur position sociale et de leur tâche dans le domaine des superstructures » ; il en découle par conséquent un « rapport nécessaire de réaction active de l’homme sur la structure ». Cette unité dialectique, déjà présente dans la troisième « thèse sur Ludwig Feuerbach », selon laquelle les hommes sont des « produits des circonstances » et en même temps les transforment, peut être saisie au moyen du concept de « bloc historique » que Gramsci affirme emprunter à Georges Sorel112.

76Que faut-il penser de cette analyse ? Sur la question des superstructures, les développements suscitent plusieurs remarques. Tout d’abord la référence à Hegel à propos de la « société civile » a de quoi surprendre. Ce concept est né dans la philosophie politique anglaise à partir de Thomas Hobbes et John Locke ; la « civil society » est opposée à F« état de nature » et non distinguée de l’Etat. Principalement politique et juridique, et très peu économique, il pénètre dans la pensée politique française en particulier chez Diderot et surtout Jean-Jacques Rousseau. Dans la Grande-Bretagne du XVIIIe siècle, il se trouve en particulier chez le philosophe Adam Ferguson, dans un sens équivalent à celui de Hobbes et Locke, et chez l’économiste James Stuart, qui l’utilise parfois pour désigner les « corporations », c’est-à-dire des municipalités libres qui se consacrent à l’activité économique et se subdivisent en classes professionnelles. Depuis Franz Rosenweig, (Hegel und der Staat, 1920) on sait que Hegel, dans les « Principes de la philosophie du droit » (1821) reprend la formule de « société civile » d’Adam Ferguson, qu’il rend en allemand par « bürgerliche Gesellschaft ». En fait, il ne s’agit que d’un détail, car l’usage de ce mot est assez fréquent dans la pensée anglaise. L’apport de Hegel du point de vue du contenu est cependant original. En effet, il va dégager le concept de ses connotations politiques pour lui donner une signification principalement économique, et l’opposer au concept d’« Etat politique ». Pour y voir clair à ce sujet, il faut rappeler brièvement la place du droit dans l’ensemble du système philosophique hégélien. Le développement de l’« Esprit » suit l’enchaînement suivant : Logique, Philosophie de la nature et Philosophie de l’Esprit avec ses trois aspects, « Esprit subjectif », « Esprit absolu », et « Esprit objectif ». Le droit, premier élément de l’« Esprit objectif », possède lui-même trois aspects, droit abstrait, moralité, et enfin « Sittlichkeit ». La « Sittlichkeit », ou « éthique sociale » passe par trois moments, la « famille », puis la « société civile » (« bürgerliche Gesellschaft ») ou étape de la différence, et enfin l’« Etat politique » ou étape de retour à l’unité. La « société civile » représente donc le moment intermédiaire ou négatif du processus de la « Sittlichkeit ». Selon Hegel, elle comprend elle-même trois « moment » :

  • 113 Souligné par H. Hegel : Principes de la philosophie du droit, nouvelle traduction de J.P.Lefebvre, (...)

« a – La médiation du besoin et la satisfaction de l’individu singulier par son travail et par le travail et la satisfaction des besoins de tous les autres : c’est le système des besoins.
b – La réalité effective de l’universel de la liberté qui y est contenu, la protection de la propriété par l’administration de la justice.
c – Le moment où sont prises les précautions contre ce qu’il peut rester de contingence dans ces systèmes, et où il est pourvu à l’intérêt particulier en tant qu’intérêt collectif par la police et la corporation »113.

  • 114 Sur le point précis de la « corporation », nous nous trouvons en accord avec l’analyse proposée pa (...)
  • 115 Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, respectivement pp. 65 et 104. Voir aussi M (...)

77La « société civile » recèle en elle une contradiction fondamentale. D’une part, elle se constitue sur la base du principe de particularité ; chaque sujet économique se prend lui-même pour fin exclusive de son activité (« système des besoins »). D’autre part, elle prend en compte le principe d’universalité ; les individus nouent des relations dans le travail, dans l’échange (réunion d’intérêts privés). Dans le passage que nous avons cité, la « corporation » constitue une « racine éthique » de l’« Etat », et désigne l’ensemble des corps de métiers ; elle ne doit pas être confondue avec la corporation féodale, comme le précise d’ailleurs Hegel dans ses « Additifs » aux « Principes de la philosophie du droit ». La référence à la « société civile » affirmée par Gramsci ne peut concerner le « système des besoins », ni l’« administration de la justice » ; au mieux, elle pourrait viser la troisième composante à la condition de ne considérer que la « corporation » et d’écarter la « police »114. On voit donc que le rapprochement proposé n’a guère de fondements. La définition de la « société civile » dans les Cahiers de prison diffère de celle de Hegel, mais aussi de celle de Marx. Ce dernier développe l’aspect « rapport économique » dans la définition proposée par le philosophe allemand. La « société civile » renvoie chez lui au concept de « structure économique » ; il considère que la « société civile » est « le véritable foyer, la véritable scène de toute l’histoire » et qu’elle « embrasse l’ensemble des rapports matériels des individus à l’intérieur d’un stade de développement déterminé des forces productives »115.

  • 116 « La teoria gramsciana dello Stato », Problemi del Socialismo (Rome) no 16-17, juillet-octobre 197 (...)
  • 117 Gramsci et l’Etat, Fayard, 1975, première partie, chapitres 2 et 3 et l’article « Hégémonie » du D (...)
  • 118 « Il concetto di egemonia », Quaderni di Critica Marxista (Rome), no 3, 1967, trad. française Dial (...)
  • 119 Gramsci et le bloc historique, Coll. Sup., PUF, 1972, chapitre 3, ouvrage qui insiste sur la prima (...)
  • 120 Sorel, Réflexions sur la violence, Marcel Rivière, 1908, 3e édition 1912, pp. 32-33. Voir Gerratan (...)
  • 121 Voir supra, p. 241.
  • 122 Bobbio : « Gramsci e la concezione della sociatà civile », dans Istituto Gramsci, Gramsci e la cul (...)
  • 123 Op.cit., p. 91.
  • 124 Une réponse très argumentée a été donnée à Bobbio par Jacques Texier dans son intervention au coll (...)

78La conception gramscienne de l’« idéologie », unissant institutions et idées, est intéressante. Elle diffère de celle d’Antonio Labriola, qui y inclut seulement les systèmes (religieux, moraux, politiques, juridiques) correspondant à un idéal, une fin, une norme. La présence simultanée dans les Cahiers de prison de deux concepts de l’« hégémonie » est bien loin d’être admise chez les nombreux commentateurs. Certains ne retiennent que le premier sens, étroit, comme par exemple, Giorgio Bonomi116 et Christine Buci-Glucksmann117 ; d’autres au contraire ne retiennent que le second sens, large, comme par exemple, Luciano Gruppi118 et Hugues Portelli119. Il est certain que les Cahiers sont d’une lecture difficile et contiennent parfois des ambiguïtés importantes, notamment lorsque Gramsci utilise le vocable d’« hégémonie politique », en se référant tantôt à la « société politique », tantôt à la « société civile ». La question du « bloc historique » a suscité d’innombrables controverses et la référence à Georges Sorel est très discutable. Le penseur français n’utilise pas le concept, ni même le terme, dans la perspective indiquée par Gramsci. Selon Valentino Gerratana, qui a préparé la nouvelle édition critique des Cahiers de prison, Gramsci semble avoir eu connaissance indirecte d’un passage de l’introduction des Réflexions sur la violence dans lequel Sorel affirme que les « mythes » ou « systèmes d’images » par lesquels les « hommes qui participent aux grands mouvements sociaux, se représentent leur action prochaine », comme par exemple, la « révolution catastrophique de Marx », ne doivent pas être soumis à une analyse, à une décomposition, mais pris « en bloc comme des forces historiques »120. En fait, Sorel utilise la notion de « bloc » dans plusieurs sens dans ses différents travaux comme l’« Etude sur Vico », publiée dans le Devenir Social en 1896, ou La décomposition du marxisme (1908) ; il parle notamment de « bloc psychologique » pour désigner le système des idées dominantes, lié aux intérêts de la classe au pouvoir. La conception gramscienne des rapports structure-superstructures a donné lieu à des présentations très divergentes. Nous pouvons évoquer ici l’analyse proposée en 1967 par Norberto Bobbio dans une communication au colloque consacré à Gramsci : « Gramsci e la concezione délia società civile ». D’après ce spécialiste italien de science politique, la « société civile » de Gramsci désigne non pas, comme chez Marx, l’« ensemble des relations matérielles », mais l’« ensemble des relations idéologico-culturelles ». Ce choix a une « influence décisive » sur la manière d’aborder les rapports entre la structure et la superstructure. En effet, Gramsci transpose « le véritable foyer, la véritable scène de toute l’histoire » (Marx), de la structure à la superstructure ; la seconde (avec la « société civile ») devient le « moment primaire et subordonnant » ou « actif », et la première le « moment secondaire et subordonné » ou « passif ». A l’appui de cette thèse, il renvoie aux antithèses proposées par Gramsci à propos du passage structure-superstructure, « nécessité-liberté », « objectif-subjectif » et au texte se rapportant à la « catharsis »121. A ses yeux, le second terme (« liberté », « subjectif ») est le « moment primaire et subordonnant ». La liberté humaine est conçue chez Gramsci à la manière hégélienne comme conscience de la nécessité, et elle permet de transformer la réalité ; le « moment éthico-politique » domine le « moment économique ». Gramsci refuse le rapport structure-superstructure comme un rapport de cause à effet, car il conduit au fatalisme122. En outre, dans la sphère de la superstructure, la « société civile », siège des « idéologies », représente le « moment primaire » ou « positif », tandis que l’Etat au sens strict, siège des « institutions », représente le « moment secondaire » ou « négatif ». On relèvera au passage que Bobbio assimile à tort le couple « société civile » – « Etat », au couple « idéologies » – « institutions ». Là encore, Gramsci s’écarterait de Marx et (en Italie) d’Antonio Labriola, qui estiment quant à eux que les « idéologies viennent toujours après les institutions, quasiment comme un moment reflet dans la sphère du moment reflet lui-même »123. On se trouve donc au total devant « deux inversions » par rapport à la théorie marxiste « scolastique » traditionnelle : la superstructure domine la structure et le « moment idéologique » domine les « institutions ». Cette interprétation, qui a fait beaucoup d’adeptes, si elle était fondée, conduirait à taxer Gramsci d’« idéologisme » et d’idéalisme. En réalité, elle va à l’encontre des multiples remarques des « Cahiers de prison » sur la détermination « en dernière instance » de la « structure économique », « point de référence et d’impulsion dialectique pour les superstructures » et ne laisse aucun doute sur le véritable « foyer de l’histoire »124.

79Il nous reste à examiner un problème de la théorie économique de Marx qui a fait l’objet de remarques toutes particulières de la part de notre philosophe, la loi de baisse tendancielle du taux de profit.

SECTION IIΙ : LA QUESTION DE LA BAISSE TENDANCIELLE DU TAUX DE PROFIT

80Antonio Gramsci consacre quelques pages à une tentative de réfutation de la critique de la loi de baisse tendancielle du taux de profit, proposée par Benedetto Croce en 1899. Elles contiennent un certain nombre de pistes de recherche destinées à mettre en évidence la validité de cette loi de Marx, en particulier en la replaçant dans la dynamique du capitalisme au XXe siècle.

I – La réfutation de la critique de Benedetto Croce

81La lecture du livre de Benedetto Croce, Materialismo storico ed economia marxistica (1899), a déjà suscité des réactions vives chez Gramsci notamment à propos de l’interprétation du « matérialisme historique » comme « canon d’interprétation historique » et de la théorie de la valeur comme « comparaison elliptique ». Cependant, la lecture de l’essai entièrement consacré à la question de la baisse tendancielle du taux de profit, d’un point de vue logique, « Una obiezione alla legge marxistica della caduta del saggio di profitto » (1899), va le conduire à des remarques critiques pénétrantes, même si elles n’occupent, somme toute, que peu de place dans l’énorme ouvrage que forment les Cahiers de prison. Selon notre philosophe, Croce ne s’est pas aperçu que la loi de baisse tendancielle du taux de profit exposée au Livre 3 du Capital représente en réalité « l’aspect contradictoire d’une autre loi, celle de la production de la plus-value relative ». Dans la 4e section du livre 1er, Marx montre que le progrès technique permet de faire croître la plus-value et en souligne en même temps les effets, la hausse de la composition organique du capital. Par conséquent, Croce, qui propose son objection comme personnelle, ou venant du « bon sens », ne fait qu’opposer le livre 1er au Livre 3 du Capital. Cependant, d’un point de vue marxiste, on ne doit pas conclure à une indétermination dans l’évolution du taux moyen de profit : la baisse doit finalement l’emporter. En effet :

  • 125 Souligné par A.G., Cahier 10, pp. 82-83. La position gramseienne diffère d’un auteur tel que Natha (...)

« Les forces qui contrecarrent la loi tendancielle et qui se résument dans la production d’une plus-value relative toujours plus importante, ont des limites fixées techniquement, par exemple, par l’extension de la résistance élastique de la matière et socialement par le taux de chômage supportable dans une société donnée. La contradiction économique devient politique et elle se résout politiquement dans un renversement de la praxis »125.

82Croce, en « oubliant » les développements du Livre 1er, commet donc une « erreur fondamentale » et ne peut considérer la loi de baisse tendancielle du taux de profit comme un « élément dialectique d’un processus organique plus vaste », mais plutôt comme un mécanisme à validité absolue.

  • 126 Cahier 10, p. 86.
  • 127 Op. cit. p. 86.

83Il est ainsi amené à déclarer dans la Préface à la deuxième édition de Materialismo storico ed economia marxistica, que si cette loi était fondée, elle impliquerait la « fin automatique et imminente de la société capitaliste ». La réponse de notre philosophe est catégorique : « Rien d’automatique et encore moins d’imminent »126. La fabrication d’un « mythe » à propos de la baisse du taux de profit a conduit à l’élaboration de théories de l’« effondrement » du capitalisme. Gramsci ne livre pas de développements critiques à ce sujet, bien qu’il ait connaissance indirecte, par des comptes rendus, de la célèbre tentative du marxiste allemand Henryk Grossmann dans Das Akkumulations-und Zusammenbruchsgesetz des Kapitalistischen Systems-Zugleich eine Krisentheorie (Leipzig, 1929). Une réponse efficace à la vision de l’« effondrement » doit être trouvée dans l’approfondissement de la notion de « tendancialité » proposée par Marx. Ce dernier, qui considère toute loi économique comme une « tendance », en ajoutant un adjectif à propos de la baisse du taux de profit, a voulu indiquer que la « tendancialité » devient dans ce cas « organiquement importante », du fait que cette loi est l’« aspect contradictoire » de la loi de la plus-value relative. La signification de l’adjectif « tendanciel » doit en réalité « concerner le caractère « historique » réel et non l’aspect méthodologique »127. Il faut donc se pencher sur la dynamique du système, et étudier les modalités particulières de réalisation de la loi dans les phases successives du développement du capitalisme. Mais notre philosophe entend poursuivre sa critique sur la question du progrès technique. Croce, pour qui le progrès technique aboutit toujours à « réduire le capital employé », pour une même production, déclare au départ admettre, pour développer son raisonnement, les principes fondamentaux de la « doctrine de Marx » (« valeur-travail »,...). Or, il apparaît clair que son analyse omet

  • 128 Cahier 10, p. 84.

« un élément fondamental dans la formation de la valeur et du profit : « le travail socialement nécessaire » dont la formation ne peut être étudiée et analysée dans une seule usine ou une seule entreprise »128.

84Gramsci reproche donc à Croce de se placer du simple point de vue micro-économique. Le progrès technique peut effectivement, à un moment donné, avantager une entreprise particulière, lui permettre d’augmenter la productivité du travail et de réaliser des profits exceptionnels. Cependant ce progrès est concurrentiel, et il va peu à peu se généraliser et faire disparaître la situation privilégiée initiale. La « loi du travail socialement nécessaire » ou de la « moyenne sociale du travail » doit s’appliquer, et par conséquent engendrer une hausse de la composition organique moyenne du capital et une baisse du taux de profit général. On ne peut comprendre autrement les multiples actions des entreprises particulières telles que la « défense des brevets », les « secrets industriels », qui sont autant de tentatives pour échapper à la loi. Il faut examiner à ce propos la question de l’« américanisme » et du « fordisme », et donc se placer sur le terrain « historique » réel, pour réaliser la meilleure réfutation possible de l’interprétation de Benedetto Croce.

85Au terme de cette première étape, nous pouvons constater que la réfutation proposée n’entre pas dans le détail technique de l’argumentation développée dans l’essai de 1899. Gramsci cherche seulement à déterminer les principales erreurs dans la démarche du philosophe italien, d’une manière rapide et non exhaustive, à cause de l’impossibilité dans laquelle il se trouve de consulter tant le Livre 3 que le Livre 1er du Capital. Tout d’abord, on remarque que sa présentation de la loi ne prend pas en compte les différentes « contre-tendances » examinées par Marx ; toutefois, la croissance de la « plus-value relative » renvoie aux « contre-tendances », à la première (« augmentation du degré d’exploitation du travail ») et à la troisième (« baisse de prix des éléments du capital constant »). L’analyse gramscienne envisage la « loi de la plus-value relative » comme F « aspect contradictoire » de la loi de baisse tendancielle du taux de profit. Chez Marx la hausse du taux de plus-value se trouve opposée à la baisse du taux de profit, et joue un rôle décisif pour transformer cette dernière, de « loi » en simple « tendance ». La considération du taux de plus-value renvoie non seulement au mécanisme de la « plus-value relative », mais aussi à celui de la « plus-value absolue ». Sur la question du « progrès technique », les remarques de Gramsci sont intéressantes, car pour la première fois en Italie, on se trouve devant une tentative de réponse quant au fond à l’objection de Croce.

II – La loi de Marx replacée dans une perspective historique

  • 129 Nicolas Boukharine est l’auteur en novembre 1926 d’un célèbre rapport, « Stabilisation capitaliste (...)

86La loi de baisse tendancielle du taux de profit doit être envisagée dans une perspective historique, plus précisément dans le cadre de la dynamique du capitalisme du XXe siècle, et Gramsci se réfère pour cela à l’« américanisme », terme désignant à la fois les expériences de taylorisme et de fordisme. Il s’agit pour lui d’un thème d’une grande actualité. En effet, le taylorisme, né à la fin du XIXe siècle, et le fordisme, apparu à la veille de la première guerre mondiale, connaissent un essor important aux Etats-Unis durant la période de prospérité des « Roaring Twenties », de 1922 à 1929. Ce mouvement se traduit par la modernisation de nombreuses entreprises industrielles et par la mise en œuvre, dans une certaine mesure, d’une politique de « hauts salaires ». De plus, au cours des années vingt, on tente d’introduire dans les pays capitalistes européens, de diverses manières, la « rationalisation du travail ». Gramsci a accès à un certain nombre de publications qui traitent de ces questions, en particulier les ouvrages d’Henry Ford, rédigés avec la très large collaboration de Samuel Crowther, qui relatent ses expériences industrielles et exposent sa « philosophie » : My life and work (1922), Today and tomorrow (1926). Par contre il ne dispose pas des œuvres de Frederick W. Taylor, et de ses disciples européens. D n’a évidemment qu’une connaissance très fragmentaire et indirecte des débats engagés parmi les marxistes de la Troisième Internationale, à partir de 1926, sur le thème de la « rationalisation » en tant qu’une des méthodes provisoires de « stabilisation relative » du capitalisme, ne permettant pas de résoudre les contradictions fondamentales, mais au contraire les aggravant129. Pour notre philosophe, la loi de baisse tendancielle du taux de profit, se trouve à la base du phénomène de l’« américanisme », développé au XXe siècle. Les nouvelles méthodes de production que constituent le taylorisme et le fordisme représentent en effet des « tentatives progressives pour dépasser la loi tendancielle, pour l’éluder en multipliant les variables dans les conditions de l’accroissement progressif du capital constant ». De plus,

  • 130 Cahier 10, pp.112-113.

« Les variables sont les suivantes (parmi les plus importantes, mais d’après les livres de Ford on pourrait construire une liste très complète et très intéressante) :
1 – Les machines introduites continuellement sont toujours plus parfaites et plus perfectionnées ;
2 – Les métaux sont plus résistants et durent davantage ;
3 – On crée un nouveau type d’ouvrier dont on s’assure le monopole par de hauts salaires ;
4 – Diminution des déchets dans le matériel de fabrication ;
5 – Utilisation toujours plus large de sous-produits de plus en plus nombreux, donc économie de déchets (...) rendue possible par la grande taille des entreprises ;
6 – Utilisation des pertes d’énergie calorifique (...) »130.

  • 131 Cahier 4, p. 493 (Einaudi), Cahier 9, p. 452 ; voir aussi Cahier 22, pp. 2171-2175 (Einaudi).
  • 132 Gramsci montre ainsi les liens entre la « rationalisation du travail » et le dispositif de la « pr (...)
  • 133 Cahier 22, p. 2139 (Einaudi) ; voir aussi Cahier 10, p. 156. Cette dernière référence à la fin du (...)

87Cette liste évoque l’introduction de différentes formes de progrès technique, et tout d’abord, l’utilisation de machines « plus perfectionnées », ce qui permet d’augmenter la productivité, mais aussi l’intensité du travail. Les diminutions et les « économies » de déchets ont fait l’objet de développements dans le livre 3 du Capital comme nous l’avons vu précédemment au chapitre 2. Les Cahiers de prison mentionnent aussi un autre procédé pour réduire les coûts, utilisé par les grandes firmes comme, par exemple, la Ford : joindre aux activités de production celles du transport et de la distribution des marchandises. En outre, le travailleur qualifié traditionnel, proche de l’artisan, tend à disparaître pour faire place à un « nouveau type d’ouvrier ». Ce dernier est sélectionné à l’embauche du point de vue « psychotechnique » et dans le travail, ses mouvements sont « rationalisés ». Cependant, les industriels ont bien compris que le « gorille domestiqué » dépeint par F.W. Taylor n’était qu’une vue de l’esprit, et le problème de l’obtention d’un « consensus » se pose avec acuité, en raison de la résistance ouvrière. Aux Etats-Unis, ces travailleurs bénéficient de « hauts salaires » et appartiennent ainsi à une nouvelle « aristocratie ouvrière ». Ces « hauts salaires » constituent cependant une « forme transitoire de rétribution » destinée à obtenir le « consensus », à stabiliser la main d’œuvre et sont à rattacher au fait que ce pays inaugure, comme on va le voir plus loin, une nouvelle phase historique du capitalisme131. De plus, le fordisme implique l’imposition d’un nouveau « mode de vie » et de nouvelles « valeurs » pour les travailleurs, en conformité avec le « nouvel industrialisme ». On peut mentionner en ce sens les efforts tentés par les industriels tels que Ford, pour promouvoir un « puritanisme » dans la vie quotidienne avec par exemple la lutte contre l’alcoolisme132. Entre les premières réflexions sur le système Ford, datant de 1929-1930, et la rédaction en 1934 d’un petit « cahier » (no 22) spécifique sur le thème de l’« américanisme » et du « fordisme », composé à la fois de réécritures de notes antérieures et de développements nouveaux, Gramsci acquiert la conviction que l’« américanisme » représente un stade nouveau de l’évolution du capitalisme mondial. Le système capitaliste quitte, au XXe siècle, le stade où règne le « vieil individualisme économique », étudié par Marx dans le Capital, pour entrer dans le stade de l’« économie programmée », (« economia programmatica »)133. L’« américanisme » révèle une tendance à l’organisation, à la planification, qui tend à dépasser l’usine, pour s’étendre dans toute la société, afin d’assurer la sauvegarde du capitalisme. Certes, il ne s’agit dans l’esprit de notre philosophe que d’une simple intuition, qui ne donne pas lieu à des réflexions organisées. En parfaite cohérence avec sa thèse sur le caractère purement « transitoire » de la politique des « hauts salaires », Gramsci ne croit pas cependant à la possibilité de ce que l’on nomme aujourd’hui le « fordisme au sens large », c’est-à-dire incluant l’instauration d’une nouvelle norme de consommation, préconisée d’ailleurs par Ford lui-même :

  • 134 Cahier 15, (1933), p. 1783 (Einaudi).

« La vérité est qu’il semble quasi impossible de créer des « besoins » nouveaux essentiels à satisfaire, avec de nouvelles industries complètement originales, de manière à déterminer une nouvelle période de civilisation économique correspondant à celui du développement de la grande industrie. Ou bien ces « besoins » proviennent de couches de la population socialement non fondamentales et dont la diffusion serait morbide (cf. l’invention de la « soie artificielle » qui satisfait le besoin d’un luxe apparent des couches moyennes bourgeoises »)134.

  • 135 Cahier 22, p. 2146 ; voir aussi Cahier 1, p. 72 (Einaudi).
  • 136 Cahier 1, p. 70 et Cahier 22, p. 2141 (Einaudi). Selon Gramsci, l’Italie possède les « couches par (...)
  • 137 Pasquale Jannaccone : « Sulla depressione economica mondiale », réponse à un questionnaire de la r (...)

88Ce nouveau stade du capitalisme exige la formation d’un nouveau type d’Etat libéral, adapté aux modifications de la structure économique. Cet Etat « fordien », dirait-on aujourd’hui, conforme au « régime des monopoles », doit permettre d’atteindre un nouvel équilibre entre la force et le consensus, une forme spécifique d’« hégémonie » de la classe dominante. A ce propos, notre philosophe indique que l’« hégémonie naît de l’usine et n’a besoin pour s’exercer que d’une quantité minimale d’intermédiaires professionnels de la politique et de l’idéologie »135. Les Etats-Unis représentent le pays le plus avancé vers le nouveau stade, et offrent dans une certaine mesure une préfiguration de l’avenir de l’Europe occidentale. Une des raisons principales doit être recherchée dans l’absence dans ce pays de nombreuses « classes parasitaires » ; on y trouve au contraire une « composition démographique rationnelle », qui permet la mise en place d’un « nouveau mécanisme d’accumulation et de distribution du capital financier », fondé immédiatement sur la production industrielle. Naturellement, cela ne signifie pas la disparition de tout « parasitisme » ; en effet, l’« américanisme », qui permet d’augmenter les profits, tend à créer de « nouveaux parasites ». Gramsci fait ici allusion à l’existence du marché des actions et à la spéculation boursière. La marche vers ce nouveau stade en Europe occidentale est rendue beaucoup plus difficile en raison de l’existence d’une « chappe de plomb », que constituent ces « classes absolument parasitaires », « improductives », qui n’exercent aucune fonction dans l’activité de la production. Les classes auxquelles il est fait allusion sont en réalité très hétérogènes : membres de l’administration étatique, intellectuels, militaires, ecclésiastiques, petits propriétaires fonciers, petite bourgeoisie commerçante,...136. En outre, il faut y inclure les salariés au service de ces classes. L’ensemble de leurs rémunérations représente une simple ponction sur le revenu national. Cependant, la catégorie improductive la plus importante, est le « commerce » et les activités dites « intermédiaires ». Dans ces conditions, l’implantation de l’« américanisme » en Europe ne peut réussir qu’à la condition que des mesures énergiques soient prises pour améliorer la composition démographique. Gramsci privilégie cette question du « parasitisme » dans ses rares réflexions sur la crise mondiale des années trente. Il a l’occasion de lire à ce propos une étude de l’économiste marginaliste Pasquale Jannaccone, qui en identifie la principale cause dans un « excès, non un défaut de consommation ». Jannaccone développe la thèse selon laquelle l’« équilibre dynamique » qui s’établit au sein du revenu national annuel entre la part consacrée à la consommation (privée et publique) et la part consacrée à l’épargne, destinée à être réinvestie en vue d’une production future, a été progressivement rompu au cours des années qui ont suivi la guerre mondiale, dans les principaux pays. Par exemple, cette pénurie d’épargne s’est produite aux Etats-Unis du fait que toutes les classes sociales ont vu leur niveau de vie s’accroître et leur consommation encouragée (politique de hauts salaires, ventes à crédit). En Europe, outre la reconstruction qui a mobilisé des capitaux privés et publics, la formation de nouveaux Etats a entraîné le gonflement de la consommation improductive (bureaucratie, armée) ; la chute de l’épargne a été aggravée par l’inflation. Le remède décisif à la crise consiste donc dans le redressement de la part de l’épargne dans le revenu national137.

  • 138 Cahier 6, p. 110.

89Gramsci, qui par ailleurs, qualifie cette crise mondiale d’« organique » et non de « conjoncturelle », et pense que ses causes (et non une cause unique) doivent être recherchées au cœur de l’économie capitaliste, juge les observations de Jannaccone très intéressantes, au moins dans la démarche, mais non dans les résultats. La rupture de l’« équilibre dynamique » et la chute de l’épargne proviennent en réalité non pas, par exemple, d’une croissance excessive du niveau de vie des travailleurs, mais bien plutôt du gonflement absolu et relatif des couches d’« improductifs parasitaires », de « consommateurs purs »138. Gramsci envisage uniquement cet aspect et ne livre aucune réflexion au sujet des matériaux pour une théorie des crises laissés par Marx et qui ont suscité de nombreux débats depuis la fin du XIXe siècle.

  • 139 Voir infra, chapitre 6. On ne peut voir dans les réflexions gramsciennes une convergence avec la t (...)
  • 140 Voir Cahier 9, (1932), pp. 412-413 et Cahier 22, p. 2176 et suiv. (Einaudi).

90L’interprétation gramscienne de la loi de baisse tendancielle du taux de profit sur la base de l’« américanisme » est intéressante à plus d’un titre. Elle tranche fortement sur les analyses proposées par les marxistes durant les années vingt et trente. Gramsci montre que les tentatives de « rationalisation » visent à augmenter la « productivité du travail » (mécanisme de la plus-value relative). Or, tous les travaux réalisés par les tenants de la « Troisième Internationale » affirment au contraire que la « rationalisation » et les progrès techniques qu’elle implique, permettent essentiellement d’augmenter l’intensité du travail (donc la production de plus-value absolue). En effet, ils affirment que le système capitaliste en situation de « stabilité relative » n’est plus apte à élever la productivité du travail social en utilisant les progrès scientifiques. Le capitalisme ne se trouve plus dans une phase ascendante, mais plutôt dans une période d’« agonie », de « déclin », si bien qu’il ne peut, au mieux, que faire progresser l’intensité du travail dans les usines. Cette thèse apparaît clairement, par exemple, dans le texte de l’intervention de Nicolas Boukharine de 1926, et dans le livre d’Eugène Varga (1928), signalés plus haut. De plus, cette question constitue l’un des points de polémique avec les défenseurs de la théorie du « capitalisme organisé », comme par exemple Rudolf Hilferding dans « Die Aufgaben der Sozialdemokratie in der Republik », intervention au Congrès de Kiel de la social-démocratie allemande (1927), qui mettent l’accent au contraire sur les gains de productivité du travail engendrés par la nouvelle organisation « fordienne » des entreprises. Les réflexions sur le passage à un éventuel nouveau stade du capitalisme présentent un grand intérêt. L’idée d’une « économie programmée » et d’une planification qui tendrait à s’étendre à toute la société, anticipe d’une certaine manière l’analyse formulée dans un autre contexte par le fondateur du courant de l’« ouvriérisme » après la seconde guerre mondiale, Raniero Panzieri139. Cependant, dans cette perspective, il aurait dû approfondir la question du nouveau rôle économique de l’Etat. Or, à part quelques remarques éparses sur les interventions étatiques pour lutter contre la crise140, il en reste d’une manière générale à la conception de l’Etat-libéral, qui, au sens strict, correspond à l’« Etat veilleur de nuit », « gendarme ».

  • 141 Voir notre ouvrage, Un économiste non conformiste Piero Sraffa (1898-1983). Essai biographique, PU (...)
  • 142 « Lo strumento di lavoro », L’Ordine Nuovo, 14 février 1920, trad. française, Ecrits politiques, t (...)

91Désirant approfondir la question des liens entre la loi de baisse tendancielle du taux de profit et l’« américanisme », le fordisme, il est étrange que Gramsci n’ait à aucun moment tenté d’instaurer un dialogue sur cette question avec son ami l’économiste Piero Sraffa, alors qu’il utilise cette voie à propos d’autres questions141. Le débat sur cette loi de Marx va reprendre beaucoup plus tard en Italie, à la fin des années soixante avec l’interprétation « ouvriériste » d’Antonio Negri. Les quelques réflexions sur la crise des années trente, bien qu’elles s’écartent des analyses courantes en termes de « crise générale du capitalisme », peuvent paraître « faibles » par rapport à celles formulées au sujet de la baisse tendancielle du taux de profit. Il faut cependant noter que le thème des « couches parasitaires » et donc du capitalisme « malsain » n’est pas nouveau dans l’œuvre de notre philosophe. Il est en effet présent dès les écrits de jeunesse au début des années vingt. Gramsci pensait à cette époque qu’à la suite de la guerre et du développement d’une sorte de « capitalisme d’Etat », le « nombre de non-producteurs augmente de façon morbide », et qu’il « dépasse toutes les limites autorisées par la potentialité de l’appareil de production »142.

92Il est temps de conclure maintenant cette longue étude d’Antonio Gramsci qui s’imposait cependant, vu la richesse des thèmes abordés. Cette lecture ne provient pas d’un économiste ou d’un philosophe universitaire, à la différence de nos auteurs précédents, mais d’un théoricien qui se réclame du « marxisme militant ». Il se donne pour tâche la reprise du travail entamé par Antonio Labriola, l’insertion du marxisme au sein de la culture de son pays, en essayant de se placer du point de vue de l’« angle visuel du cerveau national ». Certes, il ne conçoit pas cette entreprise exactement dans les mêmes termes que chez le penseur napolitain. Il tient compte en effet des développements les plus récents de la philosophie italienne. De plus, cette tâche ne peut être menée à bien d’un point de vue « pratique » tant que règne en Italie le fascisme. Le projet de Gramsci ne sera connu qu’après 1945, lorsque les « Cahiers de prison » pourront voir le jour. L’interprétation « unitaire » de la théorie de Marx qui caractérisait l’approche de Labriola se trouve maintenant remise à l’honneur ; la « philosophie de la praxis » et la nouvelle science de l’histoire ne peuvent être détachées arbitrairement. Gramsci refuse en effet, tout à la fois les interprétation « dualistes » (Loria, Croce) et les interprétations « réductrices » du type « Marx économiste » (Pareto et Graziadei) ou du type « Marx philosophe » (Gentile et Mondolfo). On peut considérer que son travail est celui d’une « remise en ordre » des principes du marxisme, après l’éclatement des « lectures » à laquelle nous avons assisté, entre les années 1895 et 1912. En ce qui concerne les thèmes, notre philosophe entend se placer sur une assez grande variété de plans. Non seulement il discute de philosophie, démarche légitime, compte tenu de sa formation universitaire, mais il fournit une contribution importante sur la science de l’histoire, la question de l’Etat, de l’« hégémonie ». De plus, il s’intéresse à la théorie économique marxiste, comme en témoignent ses réflexions sur la baisse tendancielle du taux de profit. Ce travail est d’autant plus méritoire qu’il doit subir le handicap du non-accès à des œuvres fondamentales de Marx, mais aussi de Ricardo et de Hegel. Cependant la connaissance du livre de Boukharine lui permet de se situer quelque peu par rapport au marxisme soviétique qui vient de naître. Il participe au dialogue historique qui s’est instauré après Antonio Labriola au sujet de la « philosophie de la praxis », en développant la thèse d’un « historicisme » ; sur ce plan, sa position est toute particulière, car elle laisse planer des doutes quant au caractère pleinement matérialiste ou non de la philosophie marxiste. Les réflexions exploratoires sur les « sources » du « matérialisme historique » présentent une grande originalité dans la considération des rapports entre Hegel, Ricardo et Marx. On retrouvera plus tard cette question chez Lucio Colletti et chez Mario Tronti, mais d’une manière marginale et beaucoup moins intéressante. Gramsci tente de découvrir chez Ricardo un « philosophe », mais aussi un économiste dont les lois auraient un statut « historiciste ». Il est dommage à ce propos que le dialogue entre notre philosophe et Piero Sraffa soit si vite interrompu, et ne puisse déboucher sur des réflexions nouvelles pour chacun des deux interlocuteurs. De même, on peut regretter l’absence d’échange de vues pour d’autres domaines tel que celui de la loi de baisse tendancielle du taux de profit. L’investigation dans le champ du « matérialisme historique » comme nouvelle science de l’histoire permet à Gramsci de proposer un ensemble de réflexions d’une grande cohérence et d’une grande originalité, si on les replace dans le contexte des discussions sur Marx depuis 1883 jusqu’au second après-guerre mondiale, dans les principaux pays européens. L’approche des rapports structure-superstructures en termes de « bloc historique » renoue avec la « conception organique de l’histoire » envisagée par Antonio Labriola, et représente un moyen efficace de combat des interprétations de type positiviste comme celle de l’économiste Loria, ou même celle de Nicolas Boukharine. En restant fidèle à la thèse marxiste de détermination « en dernière instance » par la structure économique, il entend se consacrer principalement à la théorie des superstructures avec une analyse radicalement nouvelle, reposant sur l’unité-distinction entre le moment du « consensus », de l’« hégémonie » (au sens strict) et celui de la « force ». Il accorde à ce propos une grande importance au concept de « société civile » mais avec une signification différente de celle de Hegel et de Marx. Mais Gramsci aborde aussi quelques problèmes de la théorie économique de Marx. Certes, sur des questions telles que la méthode, et la théorie de la valeur et de l’exploitation, il ne nous apporte guère d’éléments substantiels. On apprend cependant qu’il repousse les interprétations des économistes ainsi que celle de Benedetto Croce. Par contre, il livre des réflexions importantes sur la loi de baisse tendancielle du taux de profit. En effet, les « Cahiers de prison » fournissent la première critique de fond de la réfutation proposée en 1899 par Benedetto Croce. Elle se place au niveau analytique sans toutefois entrer dans le détail technique de la critique, mais aussi sur un terrain délibérément écarté par le grand théoricien du « révisionnisme » italien, celui de la dynamique du mode de production capitaliste. Pour la première fois un théoricien tente de confronter les concepts marxistes à la réalité du capitalisme contemporain. On retrouve plus tard ce genre de préoccupation, uniquement chez Raniero Panzieri, mais dans une perspective « ouvriériste ». En liaison avec cette loi, Gramsci aborde le thème du taylorisme et du fordisme qui ne donnera pas lieu à des discussions importantes chez les marxistes avant le milieu des années 1970, certes dans un autre contexte, puisqu’il concerne cette fois le capitalisme d’après la seconde guerre mondiale. Il sera facile de déceler des lacunes dans cette œuvre inachevée, rédigée dans des conditions toutes particulières que constituent les Cahiers de prison. On peut aisément reprocher à Gramsci de méconnaître la théorie marxiste des crises, et de ne pas avoir abordé d’autres fonctions de l’Etat, comme par exemple, son rôle économique, par exemple à partir des premières expériences des années Trente. Cependant, malgré la richesse des thèmes proposés, il est frappant de constater l’absence de discussion des problèmes de fond que Gramsci affronte du point de vue de la théorie marxiste, dans les presque quarante années qui suivent la seconde guerre mondiale, tant sur les questions philosophiques que dans le domaine du « matérialisme historique » comme science et sur la théorie économique de Marx. Les rares discussions à ce sujet ne portent tout au plus que sur quelques aspects comme le « bloc historique », l’« hégémonie », ou les idéologies. Bien entendu, il n’en n’est pas de même à propos des développements consacrés dans les Cahiers de prison à la formation sociale italienne, comme par exemple, la question de la « révolution agraire manquée » au moment de l’Unité.

Notes

1 On trouve des indications biographiques détaillées dans le livre de Giuseppe Fiori, Vita di Antonio Gramsci, Laterza, Bari, 1966, trad. française, La vie de Antonio Gramsci, coll. Pluriel, Livre de Poche, 1977 (avec une préface et des notes complémentaires de Renato Mieli). Cet ouvrage est cependant dépassé aujourd’hui sur de nombreuses questions, par exemple sur la formation intellectuelle et les premiers articles de Gramsci. Les informations présentées ici proviennent de sources nombreuses.

2 Sur Pastore, voix Giancarlo Bergami, Il giovane Gramsci e il marxismo 1911-1918, Feltrinelli, 1977, pp. 72-73. Il est très difficile d’apprécier le rôle exact joué par Pastore dans la formation marxiste du jeune Gramsci.

3 Mondolfo lui-même souligne sa non-participation à la formation intellectuelle de Gramsci, dans une lettre du 6 mai 1967, adressée à Norberto Bobbio, citée par ce dernier dans son introduction au recueil de textes de Mondolfo : Umanismo di Marx - Studi filosofici, 1908-1966, Einaudi, 1968, p. XLV, note 2 ; voir aussi p. 281. Cependant Gramsci peut avoir été incité à lire le livre Il materialismo storico in Federico Engels (1912) par un disciple de Mondolfo, Angelo Tasca, qui participera à la fondation de l’Ordine Nuovo.

4 Il est à noter que le climat intellectuel de l’université de Turin est très diversifié avant la première guerre mondiale. On y trouve le « néo-idéalisme », l’ouverture sur la culture allemande, mais aussi le positivisme, (l’économiste Achille Loria y enseigne depuis 1903).

5 « Due inviti alla meditazione », « La Città futura », 11 février 1917, dans Gramsci, la Città futura, 1917-1918, Einaudi, 1982, p. 21. Dans les Cahiers de Prison, il affirmera rétrospectivement avoir été, à cette époque, « tendanciellement plutôt crocien » (Cahier 10, trad. française Cahiers de Prison - Cahiers 10 à 13, Gallimard, 1978, p. 39).

6 « Il socialismo e la filosofia « attuale » Il Grido del popolo, 9 février 1918, dans Gramsci, La Città futura-1917-1918, Einaudi, 1982, p. 650.

7 Souligné par A.G., « La critica critica », Il Grido del popolo, 12 janvier 1918, dans Gramsci, La Città futura-1917-1918, Einaudi, 1982, pp.555-56. Nous ne reprenons pas la traduction de ce passage qui figure dans Gramsci, Ecrits politiques, tome 1, Gallimard, 1974, p. 140.

8 Misteri della cultura della pœsia, Il Grido del popolo, 19 octobre 1918, dans Gramsci, Il nostro Marx-1918-1919, Einaudi, 1984, p. 349.

9 On trouve une première allusion à Labriola très tôt, dans un des premiers articles, d’ailleurs consacré à Loria, en décembre 1915 et non comme on le croit généralement, en 1918.

10 « Chronique » L’Ordine Nuovo, 11 octobre 1919, trad. française dans Gramsci, Ecrits politiques, tome 1, Gallimard, 1974, p. 277.

11 Voir le chapitre Ier de notre ouvrage, Un économiste non conformiste, Piero Sraffa (1898-1983) - Essai biographique, Presses Universitaires de Lyon, 1986.

12 Comme en témoignent les avertissements répétés dans les Cahiers : Cahier 4, p. 438 (Einaudi), Cahier 8, p. 253, Cahier 11, p. 165. Dans notre travail les Cahiers 1 à 5 et 14 à 23 sont cités dans l’édition italienne Einaudi et les Cahiers 6 à 13 dans la traduction française Gallimard.

13 Il faut rappeler ici que ce livre de Plekhanov ainsi que celui que nous examinerons plus loin, de Boukharine, comptent parmi les rares publications marxistes que Gramsci réussit à se faire envoyer en prison, grâce à Piero Sraffa, qui lui a ouvert un compte illimité dans une librairie milanaise, en 1926. En fait, Gramsci cherche avant tout à se procurer des ouvrages de Marx, d’Engels, de Labriola, de Mondolfo, etc..., mais il se heurte systématiquement au refus du directeur de la prison. Durant les années d’incarcération, il réussira cependant à obtenir quelques textes de Marx, parmi lesquels on peut mentionner : la question juive, la « Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel - Introduction », La Sainte Famille, les « Thèses sur L. Feuerbach » (version Engels), « Travail salarié et capital », et la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique. Il lui manque donc des textes essentiels tels que le Capital.

14 Cahier 11, p. 257. La « stase » signifie en logique formelle, l’état, l’immobilité.

15 Ce revirement est étudié avec minutie par Christine Buci-Glucksmann, dans Gramsci et l’Etat - Pour une théorie matérialiste de la philosophie, Fayard, 1975, en particulier pp. 233-249.

16 La théorie du matérialisme historique - Manuel populaire de sociologie marxiste, Editions Sociales Internationales, 1928, réédition Anthropos, 1971, pp. 11-15, 68.

17 Sur cette question, Boukharine s’inspire dans ce livre, tout comme d’ailleurs dans son « Economique de la période de transition » (1920) de la « terminologie » d’Alexandre Bogdanov (1873-1928), disciple d’Ernst Mach, et auteur en particulier d’une théorie générale de l’organisation. Les conceptions de Bogdanov, théoricien bolchevik, ont toujours été âprement critiquées par V.I. Lénine. Boukharine, s’il emprunte des concepts à Bogdanov, ne partage pas pour autant ses principes philosophiques et ses analyses sociales.

18 Op. cit., p. 78.

19 Publiée dans le volume collectif, Science at the crossroads, Kniga, Londres, 1931, trad. française « Théorie et pratique du point de vue du matérialisme dialectique », dans Dialectiques, Paris, no 13, printemps 1976, pp. 91-92.

20 Cahier 11, pp. 209 et 223. La dialectique quantité-qualité se trouve « là par hasard », sans avoir de liens avec l’analyse en termes d’équilibre » (Cahier 11, p. 243).

21 Cahier 11, pp. 200-203, 222-223, 228-231.

22 Cahier 11, pp. 285 et 286. Sur l’« idéologie » chez Gramsci, voir infra section 2.

23 Resp. Cahier 15, p. 1786 (Einaudi) et Cahier 11, p. 246. Voir infra sur cette question.

24 Guillemets d’A.G., Cahier 11, pp. 221-222.

25 Π importe de souligner que pour des motifs de prudence, en raison d’un éventuel contrôle de ses Cahiers de prison par ses geôliers, Gramsci décide, vraisemblablement vers 1932, de remplacer dans les nouvelles rédactions de ses notes, les termes de « marxisme », de « matérialisme historique », par celui de « philosophie de la praxis ». Π en résulte à la lecture des Cahiers un risque de confusion constant entre le « matérialisme historique » et l’aspect philosophique de celui-ci.

26 Souligné par A.G., Cahier 11, p. 245.

27 Voir supra chapitre 2. Gramsci propose dans ses Cahiers de prison une traduction des « Thèses sur L. Feuerbach » de Marx dans laquelle la formule « als umwälzende Praxis » est rendue par « renversement de la praxis » Quaderni del Carcere, Einaudi, 1975, p. 25 36.

28 Cahier 10, p. 56 et Cahier 11, p. 223 ; voir aussi Cahier 16, p. 1855 (Einaudi), « Monisme » est pris ici au sens de Plekhanov (voir supra chapitre 2, p. 138)

29 Cahier 11, p. 209 ; voir aussi Cahier 8, p. 374.

30 Guillemets d’A.G., souligné par A.G., Cahier 11, p. 214. Cahier 8, p. 359 ; voir aussi Cahier 11, p.253.

31 F. Engels, Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, p. 75.

32 Cahier 11, p. 246.

33 Gramsci connaît l’existence de ce livre paru pour la première fois en URSS en 1925, sous le titre Dialectique et nature.

34 Cahier 11, p. 247.

35 Cahier 4, p. 420 (Einaudi).

36 Il ne s’en suit pas que Gramsci partage l’argumentation critique de Mondolfo, car il se considère incapable de juger la « valeur intrinsèque » de ce livre, faute de pouvoir en disposer à nouveau en prison (Cahier 4, p. 420-421, Cahier 16, pp. 1843-44 (Einaudi) ; voir aussi Cahier 11, p. 270).

37 Soulignée par A.G. Cahier 11, p. 235 ; voir aussi Cahier 15, pp.1826-27 (Einaudi). La formule d’« historicisme absolu » se trouve également dans la lettre de Gramsci à Tatiana Schucht, 9 mai 1932, in Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 424.

38 Souligné par A.G., Cahier 11, p. 224 ; voir aussi Cahier 7, p. 202.

39 Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, 1979, p. 125. Gramsci aurait pu se référer également à la Critique de la philosophie du droit de Hegel Introduction, 1844, de Marx : « la philosophie trouve dans le prolétariat ses armes matérielles comme le prolétariat trouve dans la philosophie ses armes intellectuelles » (Souligné par Κ.M., Marx-Engels, Sur la religion, Ed. Sociales, 1968, p. 57).

40 Cahier 10, pp. 39, 72, 75.

41 Souligné par A.G., Cahier 8, p. 396. Cahier 10, pp. 39-30 ; voir aussi Cahier 10, p. 54 et Cahier 11, pp. 272-73.

42 Abel Rey, cité par V.I. Lénine dans ses Cahiers Philosophiques, Œuvres Complètes, tome 38, Ed. Sociales, Ed. du Progrès, p. 430. Lénine consacre des annotations à ce livre de Rey et considère l’auteur comme un représentant de l’« agnosticisme » et du « matérialisme honteux ».

43 Souligné par L.A. Althusser : « Le marxisme n’est pas un historicisme », dans Louis Althusser et Etienne Balibar : Lire le Capital, P.C. Maspero, 1968, tome 1, pp. 165-175. Nous nous séparons de cet auteur lorsqu’il affirme que Gramsci :
1 – confond la « théorie de l’histoire » et la « philosophie marxiste » (« matérialisme dialectique ») en les englobant sous le vocable de « matérialisme historique » ;
2 – sous-estime le caractère scientifique du marxisme en le réduisant à une « conception du monde », une « idéologie ». A partir de cette interprétation très contestable, Althusser croit découvrir un « invariant théorique » et se livre à un amalgame d’auteurs « historicistes » : Gramsci, Galvano Della Volpe, Lucio Colletti, Jean-Paul Sartre.

44 Cahier 3, p. 309 (Einaudi), Cahier 11, p. 301.

45 Cahier 11, p. 245.

46 Cahier 10, pp. 68-69 ; voir aussi p. 73.

47 Gramsci reprend une définition courante de l’« économie classique » (Adam Smith, Ricardo...) ; il lui arrive de confondre « économie classique » et « économie pure » des marginalistes (voir par exemple, Cahier 10, p. 66).

48 Cahier 11, p. 273 ; voir aussi Cahier 8, p. 330.

49 Cahier 10, p. 53 ; voir aussi pp. 51-52.

50 Op. cit., p. 80.

51 Op. cit., p. 72.

52 Voir supra chapitre 2, p. 145. On trouve un autre point de convergence avec Labriola. En effet, Gramsci pense que lorsque le « travail » remplacera la « propriété » en tant que « gérant de l’économie », c’est-à-dire en lançage clair, après la révolution socialiste, se posera avec acuité le problème des utilités particulières, de leur comparaison, ainsi que celui des coûts (Cahier 10, p. 67).

53 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 14. Cahier 10, pp. 63-64 et p. 66 ; voir aussi Cahier 7, p. 187.

54 Plutôt que de simple méthode déductive, Wesley-Clair Mitchell préfère parler à propos de Ricardo de méthode des « expérimentations imaginaires » (« imaginary experiments ») pratiquées sur le comportement économique humain. Types of economic theory-From Mercantilism to institutionalism, edited by Joseph Dorfman, Augustus M. Kelley, 1967, tome 1, pp. 327-329.

55 Souligné par P.J., « Scienza critica e realtà economica », La Riforma Sociale, novembre-décembre 1930, p. 524, rééd. dans le recueil de Jannaccone, Discussioni ed indagini economiche e finanziarie, G. Giappichelli, Turin, 1953, tome 1, p. 87. Voir Cahier 8, p. 385.

56 Ricardo : Principes de l’économie politique et de l’impôt, Calmann-Lévy, 1970, pp. 91 et 100-101.

57 Voir le chapitre 2 de notre ouvrage Un économiste non-conformiste Piero Sraffa (1898-1983) - Essai biographique, Presses Universitaires de Lyon, 1986.

58 Op. Cit.

59 Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, 1966, pp. 265-274.

60 Souligné par K.M. Marx, Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, 1976, tome 3, p. 58.

61 Souligné par K.M., Marx, Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, pp. 49-50 ; voir aussi p. 44. Marx déclare que Ricardo « a avoué (...) malgré lui (...) la nature historique du capital » (op. cit., p. 143). On peut se reporter également à un passage du livre 3 du Capital traitant de la baisse des profits chez Ricardo (Ed. Sociales, 1976, p. 252).

62 Cette union indissociable de théorie et d’histoire est l’un des grands mérites de Marx, reconnu par Joseph Schumpeter, qui parle d’« histoire raisonnée » (voir le passage de Capitalisme, socialisme et démocratie, cité au chapitre 4, p.292).

63 Dans « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » (voir supra chapitre 2, p.167).

64 Cahier 10, p. 89 ; voir aussi Cahier 7, p. 206. Le jeune Gramsci propose, déjà une interprétation en ce sens, en se référant implicitement à la « lecture » de Croce : « Marx établit donc une comparaison entre l’économie capitaliste et le communisme (...) » (« Einaudi ou « De l’Utopie libérale », Avanti !, 25 mai 1919, dans Gramsci, Ecrits politiques, Gallimard, tome l, 1974, p. 235).

65 Cahier 7, p. 206 ; voir aussi Cahier 10, pp. 111-12.

66 Souligné par C.R., Gide et Rist : Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, Sirey, 1926, p. 504. Voir Cahier 8, pp. 351-352.

67 Cahier 28, p. 2330 ; voir aussi Cahier 1, p. 74 (Einaudi). Il estime nécessaire d’entreprendre une recherche sur la formation culturelle positiviste et la « biographie politique et scientifique » de cet économiste (voir Cahier 7, pp. 194-196).

68 André Marchai, Méthode scientifique et science économique, Ed. Genin, Librairie de Médicis, tome 1, 1952, pp. 82-95.

69 « Philosophie de la praxis » doit être pris ici comme synonyme de « marxisme ».

70 Souligné par A.G., Cahier 10, pp. 52-53.

71 Hegel, Leçons sur la philosophie de l’histoire, J.Vrin, 1963, p. 338. Gramsci puise les références à Hegel dans le recueil d’études de Benedetto Croce, Conversazioni critiche, 2e série, Bari, Laterza, 1918, réédition de la 4e édition, 1950, pp. 292-293. Voir Gramsci, Cahier 8, pp. 375-376, Cahier 11, pp. 267-268 et la lettre a Tatiana Schucht, 30 mai 1932, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 430.

72 Souligné par K.M., Marx-Engels, La Sainte-Famille, Ed. Sociales, 1969, p. 50. Gramsci ne se réfère pas, pour des raisons non fortuites, au passage de ce livre signalé dans notre Chapitre Introductif, p. 14.

73 Cahier 11, p. 245 ; Cahier 28, p. 2328 (Einaudi) voir aussi Cahier 10, p. 54.

74 Souligné par A.G., Cahier 10, resp. pp. 117 et 77 ; voir aussi Cahier 11, p. 283.

75 Cf. lettre à Tatiana Schucht, 30 mai 1932, Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 430.

76 Dans Ricardo, The Works and Correspondance, volume VI, Cambridge U. Press, 1952, p. XXVIII.

77 Voir le chapitre 2 de notre ouvrage, Un économiste non conformiste Piero Sraffa (1898-1983). Essai biographique, PUL, 1986.

78 Luca Meldolesi : L’utopia realmente esistente, Laterza, 1982, p. VIII.

79 Louis Althusser : « Sur le rapport de Marx à Hegel », dans Lénine et la philosophie, PC Maspero, 1972, p. 57. Pour Louis Althusser, en réalité « Marx n’a pas « appliqué » Hegel à Ricardo », mais « il fait travailler une transformation de la dialectique hégélienne sur Ricardo » (souligné par L.A., op. cit., pp. 58-59).

80 Achille Loria désigne sa conception personnelle du nom d’« économisme historique » dans ses écrits à partir de 1901.

81 Cahier 4, p. 462 (Einaudi) ; Cahier 7, p. 181 ; Cahier 10, pp. 91-92 ; Cahier 13, p. 390. Gramsci relève la « marque » de Loria dans la présentation du marxisme proposée par Benito Mussolini dans son célèbre article « Fascisme », de l’Encyclopédie Italienne, Treccani, volume XIV, 1932, (Cahier 9, p. 454). Ceci ne manque pas de piquant, car le véritable auteur de l’article n’est pas Mussolini, mais... Giovanni Gentile.

82 Cahier 8, p. 390 ; voir aussi Cahier 10, pp. 41-42.

83 Croce, Elementi di politica (1924), réédité dans Etica e politica, Laterza, 1931, 4e édition 1956, p. 280.

84 La théorie du matérialisme historique Manuel populaire de sociologie marxiste, Anthropos, 1971, p. 118.

85 Op. cit., pp. 136-137, 159, 219-220. Voir aussi le Supplément : « Brèves remarques sur le problème de la théorie du matérialisme historique » (1923), op. cit., p. 346.

86 Notamment pp. 238-240.

87 Op. cit., pp. 250-255 et « Brèves remarques », pp. 347-348.

88 Cahier 11, p. 238.

89 Georg Lukacs : « N. Bucharin, Theorie des historischen Materialismus », Archiv für die Geschichte des Sozialismus und der Arbeiterbewegung (« GründbergsArchiv »), Volume XI, 1925 ; trad. française, « Critique du manuel de sociologie de Boukharine », L’homme et la société, no 2, octobre-décembre 1966, pp. 175-181.

90 Souligné par A.G., Cahier 11, pp. 218-19 et Cahier 7, p. 174 ; voir aussi Cahier 11, p. 239.

91 Cahier 7, p. 188.

92 Il utilise à ce propos plusieurs termes : « forma di società » (Cahier 7, p. 186), « forma sociale » (Cahier 7, p. 206, Cahier 10, pp. 58, 73, 80 ; Cahier 13, p. 377) ou même « società » (Cahier 4, p. 455 ; Cahier 10, p. 50 ; Cahier 13, p. 376). On trouve très rarement « formazione sociale » (Cahier 11, p. 220). La traduction des éditions Gallimard pour les cahiers 10 à 13 n’est pas rigoureuse sur ce point car le vocable « forma sociale » y est rendu tantôt par « forme sociale », tantôt par « formation sociale ».

93 Cahier 11, p. 220 et Cahier 7, p. 186 ; voir aussi Cahier 4, p. 455 (Einaudi) et Cahier 13, p. 376. Voir Marx : Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 5.

94 Souligné par A.G., Cahier 13, p. 389 ; voir aussi Cahier 4, p. 462 (Einaudi), Cahier 10, p. 55, Cahier 13, p. 392. Voir la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, pp. 4-5. Gramsci fait allusion aux lettres d’Engels sur le « matérialisme historique ».

95 Souligné par A.G., Cahier 4, p. 444 (Einaudi) ; voir aussi Cahier 11, p. 240.

96 Guillemets de A.G., Cahier 10, p. 50. La « catharsis » est un concept philosophique emprunté à Aristote, qui signifie purification. La tragédie antique devait permettre au spectateur de purifier son âme, d’expulser ses passions.

97 Resp. Cahier 10, pp. 50, 53-54, et Cahier 7, p. 186.

98 Cahier 13, pp. 380-381. Voir aussi Cahier 4, p. 457 (Einaudi).

99 Croce : Elementi di politica, réédité dans Etica e politica, Laterza, 1931, réédition 1956 (4e édition), pp. 232-235.

100 Sur ce concept, voir infra p. 248-249.

101 Cahier 6, p. 28.

102 Cahier 1, pp. 56-57 (Einaudi).

103 Cahier 11, p. 286 ; voir aussi Cahier 4, p. 453 (Einaudi) et Cahier 7, p. 185. Il considère que Boukharine transforme le marxisme en une « idéologie au sens mauvais, un système dogmatique de vérités absolues et éternelles » (Cahier 11, p. 285, et Cahier 4, p. 466 (Einaudi)).

104 Cahier 11, p. 180.

105 Voir supra chapitre 2, section 1, p. 151. Louis Althusser reproche très injustement à Gramsci de placer la science en bloc dans la superstructure (dans Althusser et Etienne Balibar, Lire le Capital, tome 1, P.C. Maspero, 1968, pp. 169-170 et Althusser, Lénine et la philosophie, P.C. Maspero, 1972, p. 25). Il est curieux de constater qu’Althusser lui-même admet l’existence, à côté des « idéologies pratiques » (religieuse, juridique,...), d’« idéologies théoriques », « scientifiques », c’est-à-dire d’« idéologies spontanées de la pratique des savants » (voir à ce sujet Althusser, Philosophie et philosophie spontanée des savants, 1967, Maspero, 1974).

106 Cahier 7, p. 192 et Cahier 11, pp. 175 et 221. Gramsci en vient à affirmer que tous les hommes sont « philosophes ».

107 Cahier 7, p. 186. Gramsci se réfère ici au passage suivant du Livre 1er du Capital : « Le secret de l’expression de valeur, l’égalité et l’égale validité de tous les travaux parce que et pour autant que ceux-ci sont du travail humain en général, ne peut être déchiffré qu’à partir du moment où le concept d’égalité humaine a acquis la solidité d’un préjugé populaire » (Ed. Sociales, 1983, p. 68).

108 Cahier 7, p. 183.

109 Cahier 6, p. 83 ; voir aussi Gramsci, Lettre à Tatiana Schucht, 7 septembre 1931, dans Lettres de prison, Gallimard, 1971, p. 333.

110 Cahier 13, p. 434 ; Cahier 1, p. 59 (Einaudi). Ce sens élargi de hégémonie » apparaît déjà dans une étude de Gramsci rédigée en 1926, dans laquelle il est affirmé que le prolétariat doit devenir la classe à la fois dominante et dirigeante dans la société (« Quelques thèmes de la question méridionale », dans Gramsci : Ecrits politiques, tome 3, Gallimard, 1980, p. 332). Sur ces aspects de la pensée de Gramsci, il faut se reporter en particulier au livre de Hugues Portelli ; Gramsci et le bloc historique, Coll. Sup. PUF, 1972.

111 Cahier 19, p. 2011 (Einaudi). L’« hégémonie » correspond ici à la « suprématie », exercée par la classe dominante dans la société (voir op. cit., p. 2010 (Einaudi)).

112 Op. cit., et voir aussi Cahier 8, p. 362. Cahier 10, p. 116 ; Cahier 13, p. 366.

113 Souligné par H. Hegel : Principes de la philosophie du droit, nouvelle traduction de J.P.Lefebvre, dans G.W.F.Hegel, La société civile bourgeoise, Maspero, 1975, p. 66. La traduction des éditions Gallimard (Coll. Idées NRF, 1966, p.223) comporte des erreurs et des imprécisions. Par exemple, « polizei » est rendu par « ad«administration» au lieu de « police ». Le sens du mot « police » était certes plus large qu’aujourd’hui, à l’époque de Hegel ; toutefois dans le livre du philosophe allemand, la connotation policière prévaut largement.

114 Sur le point précis de la « corporation », nous nous trouvons en accord avec l’analyse proposée par Norberto Bobbio, dans son rapport « Gramsci e la concezione della societa civile » au colloque Gramsci e la cultura contemporanea (1967) ; Istituto Gramsci-Riuniti, tome 1, 1969, pp. 86-87.

115 Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, respectivement pp. 65 et 104. Voir aussi Marx, Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 4 et Marx, Manuscrits de 1844, Ed. Sociales, 1968, p. 111.

116 « La teoria gramsciana dello Stato », Problemi del Socialismo (Rome) no 16-17, juillet-octobre 1973, trad. française Les Temps Modernes, no 343, février 1975, pp. 986-87. Bonomi qualifie le second sens de « bevue ».

117 Gramsci et l’Etat, Fayard, 1975, première partie, chapitres 2 et 3 et l’article « Hégémonie » du Dictionnaire critique du marxisme, sous la direction de Georges Labica, PUF, 1982, pp. 413-418.

118 « Il concetto di egemonia », Quaderni di Critica Marxista (Rome), no 3, 1967, trad. française Dialectique, no 4-5, mars 1974, p. 46.

119 Gramsci et le bloc historique, Coll. Sup., PUF, 1972, chapitre 3, ouvrage qui insiste sur la primauté de la « société civile » sur la « société politique ».

120 Sorel, Réflexions sur la violence, Marcel Rivière, 1908, 3e édition 1912, pp. 32-33. Voir Gerratana dans Quaderni del Carcere, Einaudi, 1975, p. 2632, note 8.

121 Voir supra, p. 241.

122 Bobbio : « Gramsci e la concezione della sociatà civile », dans Istituto Gramsci, Gramsci e la cultura contemporanea, Riuniti, 1969, tome 1, pp. 89-90.

123 Op.cit., p. 91.

124 Une réponse très argumentée a été donnée à Bobbio par Jacques Texier dans son intervention au colloque Gramsci la cultura contemporanea, Riuniti, 1969, tome 1, pp. 152-57, et surtout, dans son article : « Gramsci, théoricien des superstructures - Sur le concept de société civile », La Pensée, no 139, juin 1968, pp. 35-60. Cependant, nous nous séparons de cet auteur lorsqu’il attribue un « contenu directement économique (l’homo œconomicus) » à la « société civile » chez Gramsci (op. cit., pp. 55-58).

125 Souligné par A.G., Cahier 10, pp. 82-83. La position gramseienne diffère d’un auteur tel que Nathalie Moszkowska qui estime que la baisse tendancielle du taux de profit est une loi seulement « dynamique » et non constatable historiquement, qui « se limite à formuler la dépendance réciproque de deux grandeurs :

  1. si le taux de plus-value reste constant, le taux de profit baisse
  2. si le taux de profit reste constant, le taux de plus-value augmente.

Donc la loi exprime seulement un lien fonctionnel » (Nathalie Moszkowska : Das Marxsche System - Ein Beitrag zu dessert Ausbau, Hans-Robert Engelmann Verlag, Berlin, 1929, p. 118).

126 Cahier 10, p. 86.

127 Op. cit. p. 86.

128 Cahier 10, p. 84.

129 Nicolas Boukharine est l’auteur en novembre 1926 d’un célèbre rapport, « Stabilisation capitaliste et révolution prolétarienne », publié dans La Correspondance Internationale, no 131, 7 décembre 1926. Sur ce thème, on peut se reporter, par exemple, au livre d’Eugène Varga, L’économie de la période de déclin du capitalisme apres la stabilisation, Bureau d’Editions, Paris, 1928 (chapitre IV, « L’aggravation des contradictions - La rationalisation »).

130 Cahier 10, pp.112-113.

131 Cahier 4, p. 493 (Einaudi), Cahier 9, p. 452 ; voir aussi Cahier 22, pp. 2171-2175 (Einaudi).

132 Gramsci montre ainsi les liens entre la « rationalisation du travail » et le dispositif de la « prohibition » instauré à partir de 1919. Voir Cahier 4, pp. 490-491, Cahier 22, pp. 2165-66 (Einaudi) et la lettre à Tatiana Schucht, 20 octobre 1930, dans Lettres de prison, 1971, Gallimard, p. 262.

133 Cahier 22, p. 2139 (Einaudi) ; voir aussi Cahier 10, p. 156. Cette dernière référence à la fin du Cahier 10 date des années 1934-1935. La formule d’« economia programmatica » n’est guère heureuse, car elle comporte le risque de confusion avec ce qu’on entend en général sous ce terme dans la littérature économique à partir des années 1931-32 environ : un ensemble de projets proposés pour sortir de la crise mondiale, depuis les plans de cartellisation des industriels américains, jusqu’au corporatisme italien (« economia programmatica corporativa », selon l’expression d’Ugo Spirito).

134 Cahier 15, (1933), p. 1783 (Einaudi).

135 Cahier 22, p. 2146 ; voir aussi Cahier 1, p. 72 (Einaudi).

136 Cahier 1, p. 70 et Cahier 22, p. 2141 (Einaudi). Selon Gramsci, l’Italie possède les « couches parasitaires » parmi les plus importantes d’Europe.

137 Pasquale Jannaccone : « Sulla depressione economica mondiale », réponse à un questionnaire de la revue Economia (Trieste) no 3, mars 1931, réédité dans le recueil Discussioni ed indagini economiche e finanziarie, G. Giappichelli, 1953, tome 1, notamment pp. 436-441.

138 Cahier 6, p. 110.

139 Voir infra, chapitre 6. On ne peut voir dans les réflexions gramsciennes une convergence avec la théorie du « capitalisme organisé ». En effet, pour cette théorie du capitalisme du XXe siècle, caractérisé par la révolution scientifique et technique, la planification de la production par les grandes firmes, et la cartellisation au niveau mondial, met en pratique le « principe socialiste de la production planifiée » au lieu et place du principe de la libre concurrence.

140 Voir Cahier 9, (1932), pp. 412-413 et Cahier 22, p. 2176 et suiv. (Einaudi).

141 Voir notre ouvrage, Un économiste non conformiste Piero Sraffa (1898-1983). Essai biographique, PUL, 1986.

142 « Lo strumento di lavoro », L’Ordine Nuovo, 14 février 1920, trad. française, Ecrits politiques, tome 1, Gallimard, 1974, p. 314 ; voir aussi « L’operaio di fabbrica », L’Ordine Nuovo, 21 février 1920, dans op. cit., p. 318.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search