Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Première partie. Les interprétations de la pensée de Marx jusqu'à Gramsci

Chapitre II. Les héritiers de l’« hégélianisme napolitain » et Marx

Texte intégral

1En dépit d’expériences culturelles variées, les philosophes lecteurs de Marx se sont formés, à des degrés divers, auprès d’un même courant de pensée idéaliste, l’« hégélianisme napolitain ».

2Les quatre « lectures » proposées ne correspondent pas aux mêmes motivations et ne répondent pas aux mêmes objectifs. Antonio Labriola tente d’introduire Marx dans la culture italienne en proposant une interprétation originale du « matérialisme historique » comme unité d’une philosophie et d’une science. Benedetto Croce, par contre, développe une critique subtile de Marx, dans deux domaines, le « matérialisme historique » et l’« économie marxiste ». Il se situe ouvertement dans le courant du « révisionnisme » de la fin du XIXe siècle. Après ces deux grands protagonistes, Giovanni Gentile et Rodolfo Mondolfo se penchent sur « Marx philosophe ». Le premier, au moyen d’une critique hégélienne, prononce une condamnation sans appel de Marx. Le second s’attache à l’étude, dans une perspective marxiste, des différences existantes entre l’œuvre de Marx et celle d’Engels.

SECTION I : ANTONIO LABRIOLA ET LE « MATERIALISME HISTOHISTORIQUE »

I – Labriola philosophe

3On considère à juste titre Antonio Labriola (1843-1904) comme le « père » du marxisme italien. En effet, ce philosophe réalise une tentative d’insertion de la pensée de Marx dans la culture de son pays avec une interprétation du « matérialisme historique » très éloignée des simplifications et des déformations formulées par Achille Loria. Il rédige ses principaux travaux dans la période 1895-1901, c’est-à-dire dans le même contexte économique et social que celui du jeune Graziadei, de Benedetto Croce, et de Giovanni Gentile : formation d’une « base industrielle », extension du mouvement ouvrier, et développement du « révisionnisme » au plan européen.

  • 1 On trouvera quelques renseignements biographiques dans la chronologie préparée par Franco Sbarberi (...)
  • 2 Sur l’« hégélianisme napolitain », on peut se reporter à l’ouvrage très documenté de Guido Oldrini,(...)
  • 3 Dans son célèbre ouvrage, Principi della scienza nuova, (1725), Vico démontre que la Providence règ (...)
  • 4 Labriola donne quelques indications sur le climat intellectuel napolitain de cette époque dans sa l (...)
  • 5 2e édition 1885. Ce livre est signalé par Labriola dans « I problemi della filosofia della storia » (...)

4Né à Cassino dans la province de Frosinone, en 1843, dans une famille de la petite bourgeoisie intellectuelle, il accomplit ses études secondaires à l’Abbaye de Montecassino1. En 1861, il s’inscrit à la Faculté des lettres et de philosophie de Naples. Dans la vie culturelle de l’Italie du Sud domine, à l’époque, le courant dit de l’« hégélianisme napolitain ». Apparu dans les année 1840, dans le contexte du « Risorgimento », ce mouvement connaît un puissant développement entre 1860-61 et 1870 environ. Il entre en crise après 1870, avec la diffusion des courants positivistes. Son principal centre de rayonnement est l’Université de Naples. On peut schématiquement distinguer deux grandes tendances, les hégéliens « orthodoxes » tels qu’Augusto Vera, ou Antonio Tari, et les hégéliens « critiques », tels que Francesco De Sanctis (1817-1883) ou Bertrando Spaventa (1817-1883)2. Bertrando Spaventa, le meilleur porte-parole du mouvement napolitain, est l’auteur d’une théorie de la circulation de la pensée philosophique, qui montre la continuité entre la culture italienne et la culture européenne. Dans son optique, le développement de la philosophie dans les divers pays européens possède une unité intrinsèque. Spinoza, Kant, Fichte, Hegel, représentent dit-il, les vrais disciples de penseurs italiens tels que Giordano Bruno, Tommaso Campanella, et surtout Giambattista Vico (1668-1744)3. Aujourd’hui, la philosophie de Hegel apparaît comme le niveau le plus haut atteint par la pensée européenne. La philosophie italienne se trouve en « retard » ; ceci s’explique par le poids de l’Eglise qui favorise le développement du « spiritualisme », mais aussi par la répression politique. Spaventa construit une philosophie de l’histoire et de l’Etat, à partir d’une lecture critique de Hegel, et réunit autour de lui une véritable école ; son meilleur élève est sans conteste, Antonio Labriola. Parmi ses autres disciples on peut mentionner Donato Jaja qui sera le maître de Giovanni Gentile, et Felice Tocco, qui deviendra le maître de Rodolfo Mondolfo4. Le jeune Labriola s’imprègne profondément de la philosophie de G. Vico (qu’il rapprochera de Morgan, avec le concept de « genèse ») et de celle de Hegel. Sous l’influence de Spaventa, il rédige dès 1862 son premier travail philosophique, une défense de la dialectique hégélienne contre le « retour à Kant » prôné par le philosophe allemand Edouard Zeller. Mais il doit interrompre ses études universitaires ; en 1864, il travaille au secrétariat du préfet de Naples, et l’année suivante, il enseigne dans les lycées. En 1867, il est lauréat du concours organisé par l’université de Naples, grâce à l’essai « Origine e natura delle passioni secondo l’Etica di Spinoza ». Après la lecture de l’œuvre de Ludwig Feuerbach entre 1866 et 1869, il va peu à peu se détacher de l’hégélianisme. Il s’intéresse de plus en plus à l’œuvre d’un philosophe et pédagogue allemand, disciple et successeur d’Emmanuel Kant à Königsberg. Johann Friedrich Herbart (1776-1841). Herbart tente d’établir les fondements d’une nouvelle « psychologie comme science », plus précisément une « physique mentale », qui conserve des bases métaphysiques. A défaut d’expérimentation, il préconise une méthode comparative et n’hésite pas à recourir aux mathématiques pour construire des modèles de représentations. Son principal ouvrage est La psychologie comme science, appuyée pour la première fois sur l’expérience, la métaphysique et les mathématiques (Könisberg, 1824-1825). On a pu dire que sa théorie anticipait les théories dites du « champ ». L’« herbartisme » a été introduit en Italie par les étudiants italiens, en particulier lombard-vénitiens, qui fréquentaient l’université de Vienne, berceau de cette école, avant l’Unification. Les élèves, principalement Moritz Lazarus et Heymann Steinthal, vont construire une « psychologie des peuples », dans les années 1855-1870 environ, et appliquer la psychologie sociale à la science historique. Labriola, profondément influencé par cette approche, adhère à une sorte de psychologisme dans l’interprétation de l’histoire. En 1871-1872, il exerce une activité journalistique, et publie des chroniques dans la presse libérale modérée. Un tournant intervient dans sa vie lorsqu’il obtient en 1873 une chaire de philosophie morale et de pédagogie à l’Université de Rome. Il complète plus tard sa culture à partir de 1880, par l’étude de l’économie politique, notamment à partir des œuvres des « socialistes de la chaire » allemands : Gustav Schmoller, Lujo Brentano, Adolf Wagner. Il étudie également le monumental ouvrage de Karl-Georg Winkelblech, publié en 1850-1857 sous le pseudonyme de Karl Mario, Untersuchungen über die Organisation oder System der Weltökonomie (Enquêtes sur l’organisation du travail ou Système d’économie mondiale)5.

  • 6 Engels, lettre à Friedrich Albert Sorge, 30 décembre 1893, dans Marx-Engels, Werke, tome 39, Berlin (...)
  • 7 Ce travail est cependant publié tout d’abord en français dans la revue marxiste dirigée par Georges (...)

5En 1884, il fait la connaissance du jeune Benedetto Croce qui suivra ses cours durant un an. Depuis 1875, ses positions politiques ont nettement changé ; il s’oriente peu à peu vers la démocratie radicale et le socialisme. En 1889-1890, il assure la vice-présidence du « Cercle radical » de Rome. En 1887, il obtient l’enseignement de la philosophie de l’histoire dans son université et rédige une importante étude : « I problemi della filosofia della storia ». A cette époque, Labriola connaît encore très mal la théorie de Marx, mais à partir de 1890, il enrichit considérablement sa connaissance du marxisme et y adhère progressivement. Il expose alors la « conception matérialiste de l’histoire » dans ses cours, à l’université de Rome. Il entre en contact épistolaire avec Friedrich Engels, qu’il a l’occasion de rencontrer en 1893 à Zurich, et avec les principaux représentants de la social-démocratie allemande (Karl Kautsky, Edouard Bernstein, Franz Mehring,...) ; il correspond également avec le théoricien français Georges Sorel (1847-1922). En 1893, Friedrich Engels le juge déjà « marxiste rigoureux » (« Er ist strikter Marxist »)6. Avant d’écrire sur Marx, il veut se procurer dans la langue originale la totalité des œuvres disponibles, ce qui prouve le sérieux de son entreprise. Il participe à des rencontres politiques importantes qui aboutissent à la fondation, en 1892, du parti socialiste italien, dirigé par Filippo Turati. Toutefois il n’appartiendra jamais à ce parti, dont il ne partage ni l’éclectisme théorique ni la stratégie. En 1895, il rédige un premier essai sur la « conception matérialiste de l’histoire », « In memoria del manifesto dei comunisti ». Son ancien élève Benedetto Croce en assure la publication en Italie7. L’année suivante paraît un nouvel essai : « Del materialismo storico – Dilucidazione preliminare ». Une longue correspondance avec Georges Sorel, entre avril et septembre 1897, sur différentes questions de philosophie et de marxisme va constituer un troisième essai, publié en 1898, « Discorrendo di socialismo e di filosofia ». Il entame ensuite la rédaction d’un quatrième essai, qu’il laissera inachevé, « Da un secolo all’altro » (1901) et qui sera publié en 1906 par les soins de Benedetto Croce avec le fragment de cours « Storia, filosofia della storia, sociologia e materialismo storico » (1902-1903).

  • 8 Les traductions françaises étant malheureusement défectueuses, nous utiliserons l’édition italienne (...)

6Notre examen de cette lecture de Marx s’appuyera sur les trois premiers essais qui sont entièrement consacrés à la théorie marxiste8.

II – Le « matérialisme historique » comme unité d’une philosophie et d’une science

  • 9 Labriola introduit ces deux dénominations en Italie dès son premier essai ; le second terme, forgé (...)
  • 10 A l’époque, où Labriola écrit, en Russie, Georg Plekhanov, sur les traces d’Engels, envisage le « m (...)

7Antonio Labriola se livre à un examen attentif de la doctrine de Marx, de ce qu’Engels nomme la « conception matérialiste de l’histoire », ou le « matérialisme historique »9. Il l’envisage sans le séparer d’une politique et d’une pratique, comme toute à la fois une nouvelle philosophie, qu’il désigne du nom de « philosophie de la praxis », et une nouvelle science de l’histoire. Cette dernière se caractérise par l’utilisation d’une méthode qu’il nomme « génétique ». Les deux aspects sont indissolubles. Il s’agit d’une définition extensive du « matérialisme historique », incluant la philosophie10, qui sera reprise plus tard par Antonio Gramsci.

a – Réflexions sur la « philosophie de la praxis »

  • 11 « In memoria del manifesto dei comunisti », dans Scritti, tome 2, p. 528 ; voir aussi p. 490 et not (...)
  • 12 Souligné par AL. « Discorrendo », dans « Scritti », tome 2, resp. pp. 378, 667, 673.

8Sous le premier aspect, le « matérialisme historique » constitue une philosophie autonome, qui ne peut se combiner avec d’autres philosophies, telles que le positivisme ou le kantisme. Elle est présente à l’état latent dans tous les écrits de Marx. Dans son premier essai, Labriola la définit provisoirement comme « la nouvelle et définitive philosophie de l’histoire »11. Dans son troisième essai, Labriola l’envisage comme la philosophie de la vie ou plutôt comme une « conception générale de la vie et du monde », une Lebens und Weltanschauung12, en reprenant l’expression d’Engels. Elle a pris naissance après la sortie de Marx de l’idéalisme dialectique de Hegel et du matérialisme de Ludwig Feuerbach. Notre philosophe ne reprend jamais la formule engelsienne de « matérialisme dialectique » : ce terme est d’ailleurs totalement inconnu en Italie à l’époque. Cette divergence avec le compagnon de Marx, ne s’exprimera cependant jamais dans les « essais » ou dans la correspondance.

  • 13 Ce concept apparaît avec le second essai « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 538 (...)

9En fait, le philosophe italien veut avant tout défendre le marxisme contre toute assimilation avec le matérialisme prémarxiste ; ainsi il manifeste son complet désaccord avec les « grossièretés » de Georges Plekhanov, qui réduit la conception de Marx au matérialisme métaphysique dans l’Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire (1895) et les Essais sur l’histoire du matérialisme D’Holbach - Helvétius - Marx (1896). Pour désigner le « matérialisme » clairement exprimé par Marx dans la Sainte Famille, il recourt au concept de « réalisme »13. Le marxisme représente une « doctrine réaliste » et Labriola précise :

  • 14 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 702.

« De la vie à la pensée, et non de la pensée à la vie ; voilà le processus réaliste »14.

  • 15 Le « réalisme » désigne originellement la philosophie d’Aristote selon laquelle l’essence d’une cho (...)
  • 16 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 702.
  • 17 « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 689.
  • 18 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 719 et 721.
  • 19 Ernst-Heinrich Haeckel (1834-1919) biologiste allemand, disciple de Darwin, pense que l’auteur de l (...)
  • 20 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 720.

10Dans cette optique, le « matérialisme » ou le « réalisme » marxiste dépasse tout à la fois l’idéalisme et le « matérialisme naturaliste » traditionnel, y compris celui de Ludwig Feuerbach, et constitue une véritable « révolution intellectuelle ». Le concept utilisé par notre philosophe est, certes, source d’ambiguïtés, car dans le langage philosophique, il reçoit une infinité de contenus possibles ; par exemple, en Italie, depuis le « réalisme » (en fait, idéalisme) de Bertrando Spaventa, jusqu’au « réalisme expérimental » des positivistes15. Dans son troisième essai, Labriola propose la formule que reprend ultérieurement Antonio Gramsci, de philosophie de la praxis en tant que « noyau » ou « mœlle » du « matérialisme historique »16. Pour la première fois en Italie, il réfléchit sur le concept de « praxis », présenté par Marx dans ses « Thèses sur Ludwig Feuerbach » (1845) dans la version publiée par Engels en 1888. La « praxis » représente pour Marx la pratique créatrice des hommes, tant individuelle que collective. Or, chez Labriola, elle va désigner tout à la fois pensée et action et consacrer l’élimination de l’« opposition vulgaire entre pratique et théorie »17. Dans cette optique, tout travail humain, ou « connaissance en acte, est « praxis ». Peut-être faut-il voir là un apport de la pensée de Giambattista Vico, qui mettait en évidence l’unité de la pensée et de l’action, de la théorie et de la pratique. Notre auteur reprend, pour la nuancer, la thèse d’Engels, selon laquelle la nouvelle « conception du monde » ou « Weltanschauung » tend au dépassement de l’opposition entre la science et la philosophie. Il risque alors avec prudence la formule de philosophie scientifique pour désigner cette tendance au sein du « matérialisme historique », et parle en ce sens de tendance au monisme (critico-formelle)18. Il emprunte ainsi à Haeckel le terme de « monisme » pour désigner la coïncidence entre la science et la philosophie19. Mais le « matérialisme historique », du fait qu’il part de la « praxis », « corrige le monisme » ; une autre tendance fait contrepoids, la spécificité de la recherche scientifique dans le domaine de l’histoire, si bien que la distinction science-philosophie se maintiendra toujours. Labriola exprime donc un jugement beaucoup plus nuancé que celui d’Engels, dans l’Anti-Dühring. Certes, il ne se prononce pas, comme on l’a vu, sur le « matérialisme dialectique » et son contenu, mais il émet des réserves voilées dans son troisième essai, à propos du passage cité plus haut de l’Anti-Dühring, en mettant en garde contre la tentation de retomber dans une « encyclopédie philosophique »20. Il touche ainsi du doigt un problème réel de l’interprétation du marxisme, l’identité ou non entre la pensée de Marx et celle d’Engels. Mais malheureusement, il ne poursuit pas ses réflexions à ce sujet.

b – Méthode dialectique ou méthode génétique ?

  • 21 Souligné par A.L., « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, p. 537 ; voir aussi p. 545.
  • 22 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 678.
  • 23 « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 591, 624. Voir aussi « Storia, filosofia del (...)
  • 24 Souligné par A.L., « In memoria », dans Scritti, tome 2, p. 497.
  • 25 « In memoria », dans Scritti, tome 2, p. 485.
  • 26 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 583.
  • 27 Labriola : lettre à F. Engels, 13 juin 1894 dans Scritti, tome 1, p. 393.
  • 28 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 535.

11Le « matérialisme historique » comporte un second aspect, la « nouvelle science de l’histoire ». Pour Labriola, elle ne revêt pas un caractère achevé dans les écrits de Marx, et doit faire l’objet d’un constant enrichissement. On peut la considérer comme le point culminant de toute une série de recherches antérieures, opérées par le socialisme, sur les lois économiques et sociales. Mais elle est également un produit des circonstances historiques, du développement du capitalisme, et constitue ainsi sa négation par la pensée. Le Manifeste du Parti communiste représente le premier « fil conducteur » de cette science qui se développe avec le Capital, et qui envisage l’histoire sous tous ses aspects, y compris dans le domaine économique. Le « matérialisme historique » dans sa recherche des « lois historico-sociales », objectivise ou mieux, « naturalise l’explication des processus historiques »21. Evidemment, selon notre philosophe, parler de « naturalisation » de l’histoire peut facilement prêter à des équivoques. Il en est de même pour le mot « science », qui doit être utilisé avec prudence et « discrétion », car il ne faut pas confondre la science de Marx avec celle des positivistes. Ces derniers n’hésitent pas à faire entrer la « conception matérialiste de l’histoire » dans la théorie de l’évolution universelle. Le « darwinisme politique et social » applique d’ailleurs sans scrupules à l’histoire, les lois des sciences de la nature. De plus, la science de Marx ne possède pas un caractère de neutralité, car elle est liée organiquement avec une pratique sociale, une politique, celle du mouvement ouvrier. Labriola préfère l’expression de communisme critique à celles de « socialisme » ou de « communisme scientifique ». En effet, le « matérialisme historique » possède le statut d’une science critique ; il est « en soi la critique » et ne se développe que critiquement22. Il suppose une nouvelle critique des sources historiques, de l’économie politique, des « idéologies ». De plus, cette science constitue la négation définitive de toute « idéologie », c’est-à-dire de toute conception qui considère les actions des hommes comme correspondant à un idéal, une fin, ou une norme. Les « marxistes » doivent se prémunir contre le risque de transformation du « matérialisme historique » en une « nouvelle idéologie ». La nouvelle science sociale ne peut se confondre avec la « sociologie » ou « science de la société » des positivistes qui se réclament du « matérialisme économique »23 et d’ailleurs elle se différencie de toutes les sciences existantes. Du fait qu’elle envisage les processus historiques dans leur ensemble, elle permet d’unifier les différentes disciplines empiriques, aux points de vue unilatéraux : histoire, politique, sociologie, économie politique. Elle peut naturellement en utiliser certains résultats, par exemple pour l’étude des classes sociales à telle ou telle époque, tout en éliminant l’éclectisme des analyses empiriques. Le danger provient des prétentions de certains « marxistes » qui transforment le « marxisme » en une sorte d’« omni-science », une « science universelle ». Le « matérialisme historique » représente un « nouveau principe de recherche » qui vise à l’interprétation du passé, du présent, et qui procure des prévisions pour l’avenir. Toutefois, la prévision historique n’est pas de type « chronologique », mais de type « morphologique »24, notamment en raison de l’unité qui existe entre la science et la politique. Qu’en est-il maintenant de la méthode marxiste ? Selon notre philosophe, Marx et Engels « transférèrent le concept du devenir historique par processus d’antithèses, de la forme abstraite que la dialectique de Hegel avait déjà décrite à grands traits et dans ses aspects les plus généraux, à l’explication concrète des luttes des classes »25. Le « matérialisme historique » est avant tout la « découverte de l’autocritique qui est dans les choses elles-mêmes »26. L’interprétation de la dialectique va revêtir un caractère original chez Labriola. En effet, il estime tout à fait contestable de parler d’une « méthode dialectique » chez Marx et préfère parler de « méthode génétique ». Dans une lettre du 13 juin 1894 à Friedrich Engels, il explique que le terme « dialectique » est maintenant « dégradé » en Italie par son large usage dans l’art de la rhétorique, et que la « conception génétique » concerne tout à la fois le « contenu réel des choses en devenir » et la « virtuosité logico-formelle de les comprendre en devenir »27. En excluant toute causalité mécanique, le processus génétique va des « conditions au conditionné, des éléments de formation à la chose formée ». La nouvelle science de l’histoire de Marx représente donc « la tentative pour refaire par la pensée, avec méthode, la genèse et la complication de la vie humaine qui se développe à travers les siècles »28. Nous ne connaissons pas la réaction de Friedrich Engels au point de vue du philosophe italien sur la méthode, car les lettres qui contiennent sa réponse sont irrémédiablement perdues. Il est en tout cas certain que son jugement est négatif. En effet, Labriola, juge nécessaire de lui préciser que sa « conception génétique » s’accorde avec la méthode marxiste à l’œuvre dans le livre 1er du Capital. Il distingue alors différentes formes de « genèses » dans ce livre : « 

  • 29 Labriola : lettre à F. Engels, 11 août 1894, dans Scritti, tome 1, p. 402.

12La genèse concrète (par ex. accumulation anglaise) ; la genèse abstraite (analyse de la marchandise, etc...) ; la contradiction qui pousse à sortir du niveau d’un concept ou d’un fait (par ex. la formule A-M-A) etc. etc. »29.

13Pour la « genèse concrète », Labriola se réfère aux pages sur l’accumulation primitive, traitant de la « genèse du fermier capitaliste » et de la « genèse du capitaliste industriel ». Pour la « genèse abstraite » il a en vue la section 1 (« Marchandise et monnaie ») qui étudie les différentes formes de la valeur. Mais il ne précise pas davantage son point de vue. La question de la dialectique ne fait pas l’objet d’une analyse spécifique dans les « essais » de Labriola. Cependant il apparaît que l’exclusion de la « dialectique » n’est pas aussi catégorique, radicale, que dans la correspondance avec F. Engels. En effet, notre philosophe semble implicitement admettre que la méthode de Marx revêt deux aspects :

  • l’aspect « génétique » qui concerne la recherche, l’investigation et met à jour les aspects « antithétiques », antagonistes, de la réalité ; en ce sens on peut parler de la « nouvelle vue historico-génétique » ;

    • 30 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 675 ; voir aussi pp. 676 et 678.

    l’aspect « dialectique » qui correspond à la présentation des résultats de la recherche « génétique » ; par exemple, en ce qui concerne la structure économique capitaliste dans le Capital, « le fil conducteur de cette genèse est le procédé dialectique »30.

  • 31 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 647. Il publie des extrai (...)

14De plus, Labriola ne considère pas la loi de la « négation de la négation » comme un « instrument de recherche », mais seulement comme une « formule qui résume » (« formula riassuntiva »), valide éventuellement « post-factum »31. Il ne se prononce ni en faveur, ni contre les remarques d’Engels dans l’Anti-Dühring relatives à la « dialectique de la nature ». Il semble que dans son optique, la dialectique de Marx concerne d’une manière indissoluble l’histoire et la nature, et donc pas uniquement comme le pensent certains commentateurs, la seule dialectique de l’histoire.

  • 32 Souligné par A.L., « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, pp. 727-728.
  • 33 On trouve une allusion à cette méthode dans la conférence de Labriola à l’université de Rome, en 18 (...)
  • 34 Voir par exemple Jean Piaget (et collaborateurs), Les formes élémentaires de la dialectique, et en (...)

15Cette interprétation de la méthode de Marx est particulièrement originale. Labriola préfère le terme de « génétique » plutôt que celui de « dialectique », mais sans justifier son choix par une argumentation détaillée. A l’époque, ce choix peut prêter le flanc à de nombreuses confusions. Notre philosophe est d’ailleurs pleinement conscient de ce danger, par exemple en soulignant l’usage totalement « dégradé » du mot « génétique » en Allemagne, et en exprimant son désir de se démarquer radicalement des disciples italiens de C. Darwin et d’H. Spencer, qui adorent « Madona Evoluzione »32. Il est fort possible qu’il ait choisi le terme « génétique » par référence à la « méthode génétique » utilisée en psychologie par l’école d’Herbart, dont il était l’adepte avant de devenir marxiste33. Cette approche a indiscutablement une teinte de « modernité » quand on a présent à l’esprit la conception de la « dialectique » défendue par l’école de Jean Piaget34. Cependant, baptiser « génétique » la méthode marxiste, qui a pour moteur la « contradiction », la lutte des contraires, est contestable. Certes, la méthode dialectique prend en compte un concept spécifique de « genèse », non linéaire, et bien différent de celui des biologistes. Après les réflexions d’ordre général sur la méthode, il convient de s’intéresser à la question de sa mise en œuvre.

III – La mise en œuvre de la méthode scientifique

16Nous aborderons tout d’abord les remarques concernant le domaine de l’« économie », puis en second heu, l’approche générale de l’histoire.

a – Marxisme et économie politique

  • 35 « In memoria », dans Scritti, tome 2, pp. 521-524 ; « Del materialismo storico », p. 621 : voir aus (...)
  • 36 Labriola cite Owen, et les socialistes ricardiens (de W. Thompson à J.F. Bray) en Grande-Bretagne, (...)
  • 37 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 621.
  • 38 Souligné par A.L., « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 681. Le terme de « néo-économique », e (...)
  • 39 Souligné par A.L. Lettre à B. Croce, 3 décembre 1896, dans Lettere a Benedetto Croce, p. 192. Il es (...)

17On sait que Labriola a étudié l’économie politique, en autodidacte, vers 1880, bien avant de s’intéresser à Marx. Dans ses trois « essais », on ne trouve pas de véritables développements structurés sur les questions économiques. Cependant, quelques réflexions éparses, souvent allusives, méritent de retenir notre attention. Dans son optique, l’économie politique naît « fragmentairement » dans la « première époque de la bourgeoisie », caractérisée par le commerce et les grandes découvertes géographiques ; elle apparaît alors avec le « Mercantilisme », dans ses deux grandes phases. Elle s’affirme véritablement comme « science de la production bourgeoise », ou « doctrine de la structure de la présente société » avec l’« économie politique classique », qui repose sur « deux présupposés », l’« ordre social » correspondant à l’« ordre naturel » et la propriété privée des moyens de production coïncident avec la liberté humaine. Cette école regroupe les auteurs de William Petty à Ricardo, sans oublier les Physiocrates et les économistes italiens du XVIIIe siècle35. Toutefois, même s’il considère les lois économiques comme immuables, il ne faut pas taxer ce courant de pensée d’« anti-historique ». En effet, comme doctrine de la bourgeoisie, l’« économie politique classique », demeure imprégnée par la lutte contre le féodalisme, les corporations, les entraves à la liberté du travail. Le triomphe de la grande industrie s’est accompagné de crises, et de l’accroissement de misère pour les travailleurs. Sur le terrain théorique, l’« économie politique classique » se trouve alors confrontée à des oppositions. Sismondi opère la première « critique objective de l’Economie », certes sous des formes « unilatérales et réactionnaires ». Le « socialisme utopique » quant à lui, représente une « critique immédiate et souvent géniale de l’économie »36. Sous les coups de boutoir de la critique socialiste, l’« économie politique classique » entre en crise profonde et tombe, sur la période 1840-1860, dans l’« économie vulgaire » de type apologétique dans les principaux pays européens, en particulier en France. Labriola se réfère ici à John Stuart Mill pour la Grande-Bretagne et à Wilhelm Roscher pour l’Allemagne. L’économie politique entre alors dans une « période d’autocritique », dont il va naître deux courants, d’une part le « communisme critique », ou le « matérialisme historique », que nous aborderons plus loin, et d’autre part au plan académique, l’« école historique des phénomènes économiques ». Labriola fait manifestement allusion ici à la « jeune » école historique allemande, ou « socialisme de la chaire », auprès de qui d’ailleurs il a étudié l’économie politique (Lujo Brentano, Adolf Wagner, G.Schmoller,...)37. Ce courant qui applique des méthodes descriptives et comparatives, tombe dans le « monographisme ». On trouve là un exemple de ce que notre philosophe appelle 1’« historicisme vulgaire ». En même temps, un autre mouvement se développe rapidement, le marginalisme, représenté en Italie par Maffeo Pantaleoni et Vilfredo Pareto. Labriola prend une position très tranchée vis-à-vis de la « néo-économique des hédonistes »38, à laquelle va d’ailleurs adhérer son ex-élève Benedetto Croce comme nous verrons plus loin. En effet, d’après lui, au moyen d’un haut degré d’abstraction et de généralisation, et d’« expédients mathématiques », ce courant se consacre à l’« économie de l’homme en soi ». En réalité, « (...)il n’existe pas un jugement économique en soi, dont on puisse faire la théorie ». Toute théorie économique doit posséder un minimum d’historicité, car elle concerne une phase historique déterminée. L’« économie pure » ne peut constituer une nouvelle école de pensée ; elle ne peut même pas appartenir à l’« économie vulgaire ». Elle représente plutôt une « amplification utopiste de l’idée libertaire », une « idéologie » une « simple extravagance »39.

  • 40 Souligné par A.L. Postcriptum à l’édition française de « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 78 (...)
  • 41 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, pp.674-675 et Postcriptum à l’édition fran (...)
  • 42 Labriola, se référant à l’article de Loria, « L’opera postuma di Marx » Nuova Antologia, février 18 (...)
  • 43 Souligné par A.L., op. cit., tome 2, p. 684.

18Le « matérialisme historique » se manifeste comme science critique en particulier sur le terrain de l’analyse économique. La « méthode génétique » connaît ici une application privilégiée chez l’auteur du Capital. Comment faut-il envisager les rapports entre l’économie politique classique et l’œuvre de Marx ? Dans son approche, Marx est tout à la fois « innovateur » et « critique »40, et le « Capital » représente le « complément » et la « dissolution » de l’économie politique classique. D’une part, il apparaît comme le seul héritier légitime de l’école classique ; d’autre part, il se situe en rupture par rapport à ce courant. La « critique de l’économie politique » part de l’étude des « faits antithétiques de la production bourgeoise » et apporte la « genèse », là où l’économie politique ne voit que l’immuable. L’application de la « méthode génétique » aboutit à la découverte de la « relativité des lois économiques », et en même temps de leur nécessité. Le Capital traite principalement de l’« origine », du « processus » et de la « répartition de la plus-value » dans le capitalisme41. Sur la question de l’exploitation, Labriola rejette la conception morale d’Achille Loria, (profit comme usurpation)42, ainsi que la conception juridique, défendue par Ferdinand Lassalle. Dans la conception du « droit au produit intégral du travail », on réduit « toute l’histoire du genre humain à un cas de conscience, et les développements successifs des formes de la vie sociale comme autant de variations d’une erreur continuelle de comptabilité »43.

19La question de l’exploitation est inséparable de la théorie de la valeur : il s’agit en fait d’une seule et même théorie. En effet,

  • 44 Souligné par A.L., op. cit., p. 675. Il ajoute que « le mode de représentation des faits et des pro (...)

« Comme présupposé du tout, il y a la théorie de la valeur, portée à son achèvement à partir de l’élaboration faite par la science économique durant un siècle et demi : théorie qui ne représente jamais un factum empirique tiré de l’induction vulgaire, et n’exprime pas une simple position logique, comme quelqu’un l’a imaginé, mais qui est la prémisse typique, sans laquelle tout le reste n’est pas pensable »44.

  • 45 Souligné par A.L., op. cit., p. 710.
  • 46 Lettre à B. Croce, 31 mai 1898, dans Lettere a Benedetto Croce, p. 282.

20Labriola défend donc une approche de la valeur comme « prémisse typique », en spécifiant qu’il ne faut surtout pas confondre le « typique » avec l’« hypothétique ». Il repousse l’interprétation fournie, par exemple, par Werner Sombart en 1894, selon laquelle la valeur représenterait seulement un « fait de pensée », un « fait logique ». Il refuse également la position de Benedetto Croce qui prétend s’appuyer sur la sienne (voir plus loin). De plus, il souligne que « la qualité de marchandise, qui est spécifique au produit du travail humain, seulement dans un certain contexte historique, – c’est-à-dire quand les hommes vivent dans un système déterminé de relations sociales – devient une quantité intrinsèque ab aeterno du produit lui-même »45. La question de la valeur est ainsi rattachée à celle du fétichisme de la marchandise. Cette approche, rarissime à l’époque, n’est malheureusement pas développée dans le troisième essai « Discorrendo ». Il faudra attendre les années soixante de ce siècle pour que l’on redécouvre en Italie l’importance de ce lien, avec l’apport de Lucio Colletti. Pour Labriola, les difficultés de compréhension de la valeur proviennent en particulier du fait que l’auteur du « Capital » ne fait pas la « propédeutique des concepts avec lesquels il travaille »46. Notre philosophe ne peut ignorer les controverses sur la question de la « transformation » des valeurs en prix de production, qui connaît des rebondissements après la parution du livre 3 du Capital. Il fait d’ailleurs publier en Italie le « supplément et complément » d’Engels, et il connaît la contribution d’Eugen von Böhm Bawerk (1896).

  • 47 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 676.

21Il affirme qu’« à la plupart de ces critiques il manque la notion exacte du procédé dialectique. Les contradictions qu’ils relèvent ne sont pas les contradictions du livre avec le livre lui-même ; elles sont, non pas les infidélités de l’auteur envers ses prémisses et ses promesses, mais les conditions antithétiques de la production capitaliste, qui, énoncées en formules, se présentent à l’esprit pensant comme des contradictions »47. Dans le livre 3 du Capital, des questions telles que l’égalisation des taux de profit, les prix de production, l’intérêt, la rente foncière, qui « contredisent » la « loi de la valeur », constituent en réalité les « antithèses » mêmes de la production capitaliste.

  • 48 Souligné par A.L., Labriola, : lettre à Louise Kautsky, 5 avril 1899, dans Scritti, tome 2, p. 1000 (...)

22Cependant, Labriola ne veut pas intervenir dans le débat de la « transformation ». Il justifie son refus de se lancer dans une critique publique des positions d’Achille Loria, en déclarant ne pas posséder ni la compétence ni l’autorité d’un économiste. Dans sa correspondance, on trouve quelques remarques allusives sur La produzione capitalistica d’Antonio Graziadei, économiste qu’il présente un peu hâtivement d’ailleurs, comme « un jeune inventeur d’une nouvelle théorie de la valeur »48.

23Il faut maintenant nous tourner vers les conceptions de notre philosophe relatives aux problèmes généraux du « matérialisme historique » comme science de l’histoire.

b – Vers une « conception organique de l’histoire »

  • 49 Souligné par nous, « In memoria » dans Scritti, tome 2, p. 526.
  • 50 Voir notamment, op. cit., pp. 489, 525 ; « Del materialismo » dans Scritti, p. 569.
  • 51 « In memoria » dans Scritti, tome 2, pp. 485-489 ; 520-521 ; 525 ; 529 ; « Del materialismo storico (...)

24Dans le premier, mais surtout dans le second « essai », Labriola se livre à de nombreuses réflexions de caractère méthodologique portant sur l’application du « matérialisme historique » aux différents types de société. Le « matérialisme historique », en tant que « nouvelle science de l’histoire », envisage une société en tant que « tout complexe historico-social ». Il ne peut être assimilé aux tentatives d’« interprétations économiques de l’histoire », qui revêtent des formes diverses allant jusqu’à la lecture caricaturale de Marx par Achille Loria. La « semi-doctrine » des « facteurs historiques » étudie d’un côté les formes et les catégories économiques, et de l’autre, le droit, la politique ; ensuite elle en examine les influences réciproques. Le « facteur économique » explique à lui tout seul l’histoire et ses configurations. L’analyse de Marx au contraire, respecte l’unité et l’intégralité de la vie sociale ; on peut parler en ce sens d’une « conception organique de l’histoire »49. Le « tout complexe » étudié concerne les différentes « formes sociales »50 qui se succèdent au cours de l’histoire, et les problèmes de transition d’une forme à l’autre. Marx se consacre exclusivement à la « forme sociale capitaliste ». Labriola emploie donc le concept connu aujourd’hui sous le nom de « formation sociale » ou de « formation économique et sociale », quoique de manière non systématique. Il fait un usage plus courant du concept de « mode de production », qui désigne une combinaison de forces productives et de rapports de production spécifiques. Il utilise à ce sujet le terme de « forme de la production »51, mais sans articuler ce concept avec celui de « forme sociale », ni avec celui de « structure économique ». Il a le mérite de ne pas assimiler « formation sociale » et « mode de production », à une époque où la confusion prédomine à ce sujet dans le marxisme de la Deuxième Internationale. Il offre pour la première fois en Italie, une discussion sérieuse de la fameuse « topique marxiste », ou « métaphore spatiale » pour reprendre la formule de Louis Althusser : les rapports entre la structure et les superstructures. Un passage du second essai sur la « conception matérialiste de l’histoire », résume assez bien sa démarche :

« Etant donné les conditions de développement du travail, et de ses instruments appropriés, la structure économique de la société,

25c’est-à-dire la forme de la production des moyens immédiats de la vie, détermine sur un terrain artificiel, en premier lieu et directement, tout le reste de l’activité pratique des co-associés, et sa variation dans le processus appelé histoire :

  • les formations, les frictions, les luttes et les disparitions des classes ;

  • le développement correspondant des rapports régulatifs, tant du droit que de la morale ;

  • et les motifs et les modes de subordination et de sujétion des hommes envers les hommes, avec l’exercice correspondant de la domination et de l’autorité, en somme ce qui donne naissance et consistance à l’Etat.

  • 52 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 605.

26Elle détermine en second lieu la tendance et en grande partie, indirectement, les objets de l’imagination et de la pensée, dans la production de l’art, de la religion, et de la science »52.

27Ce passage très dense mérite un certain nombre d’éclaircissements.

  • 53 « Struttura » ou parfois « sostruzione economica » « In memoria » dans Scritti, tome 2, pp. 498, 52 (...)
  • 54 Op. cit., pp. 544 ; voir aussi pp. 548 et 605. Selon nous, Marx identifie « structure économique » (...)
  • 55 Tantôt au singulier, tantôt au pluriel. Voir « In memoria », pp. 496, 499, 507 ; « Del materialismo (...)
  • 56 « In memoria », p. 520. « Del materialismo storico », pp. 546-550 ; 606, 618.
  • 57 Publiée en France dans la revue L’Ere Nouvelle, en mars, avril, mai 1894, rééditée dans le recueil (...)

28Le fil conducteur pour l’étude historique réside dans les variations de la « structure économique »53 sous-jacente, ou de la spécifique « forme de production et de distribution des moyens immédiats de la vie »54. Notre philosophe reprend donc ce concept marxiste qui désigne l’ensemble des rapports de production avec leur « base matérielle », les forces productives. La conception des « rapports de production » par contre revêt un caractère plutôt flou dans son analyse. Le concept apparaît rarement, et sous le terme de « forme(s) de la production »55, ce qui peut entraîner une confusion avec le « mode de production » et la « structure économique ». Au cours de l’histoire, l’homme par son travail et avec l’aide de ses « instruments », « au sens large du mot », dont l’évolution dépend de la « technique », construit sur la base du « milieu » ou du « terrain naturel », un « milieu » ou un « terrain artificiel », de plus en plus élaboré, dont il faut étudier scientifiquement les transformations successives56. Labriola emprunte très probablement cette distinction, entre « milieu naturel » et milieu construit par l’« artifice » du travail, à Georges Sorel qui l’emploie dans son étude, « L’ancienne et la nouvelle métaphysique »57. Sur le « terrain artificiel », les hommes entrent dans des rapports de coopération, de subordination, d’exploitation. Le terrain se modifie, ainsi que les rapports, sous l’effet des transformations dans l’« instrument de travail ». L’élément déterminant de la « structure économique » est constitué par les « forces productives », dont Labriola offre une vision assez réductrice, même s’il ne tombe pas dans une interprétation à la Loria.

  • 58 Dans sa traduction du célèbre passage de la Préface à la Contribution à la critique de l’économie p (...)

29Au-dessus de la « structure économique », il faut distinguer les « produits du premier degré » et les « produits du second degré ». Le terme de « superstructure » (« sovrastruttura »), n’apparaît pas dans les « essais », et, ce mot possède un contenu péjoratif dans son utilisation par les interprètes positivistes de Marx, proches d’Achille Loria ; les « superstructures » sont souvent considérées comme des produits dérivés du « facteur économique », sans la moindre autonomie relative58. Les « produits du premier degré » constituent une « objectivation des rapport économiques ». Notre philosophe distingue ici l’« Etat » et les « rapports régulatifs » droit et morale. L’Etat est conçu comme un appareil répressif destiné à maintenir l’équilibre social, au service de la classe dominante. On ne trouvera pas dans les « essais » de réflexions particulières à ce sujet. Dans les « rapports régulatifs », la « morale » revêt un sens empirique : les habitudes, les coutumes, les conseils, etc... On a là une différence avec l’analyse de Marx, qui classerait la « morale » dans les « formes de la conscience sociale ».

  • 59 « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 550-553 ; 612.
  • 60 Engels : lettre à Franz Mehring, 14 juillet 1893 ; voir aussi lettre à Conrad Schmidt, 27 octobre 1 (...)
  • 61 Marx : Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, pp. 4-5 (...)
  • 62 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, pp. 552-553, 605, 613-616.
  • 63 Voir notamment les Grundrisse, Manuscrits de 1857-1858, par exemple, tome 1, pp. 219, 348-349 : tom (...)

30En ce qui concerne les « produits du second degré », on ne trouve pas de liste exhaustive dans le passage cité précédemment. Labriola donne trois exemples d’« objets de l’imagination et de la pensée » : l’art, la religion et la science. Cependant d’autres indications des « essais » permettent de dresser un panorama plus complet des « produits du second degré », ou produits « dérivés et complexes ». La religion fait partie du domaine des « idéologies » ». Par « idéologies », il faut entendre tous les systèmes religieux, moraux, politiques et juridiques ; ils défendent en commun l’idée que les actions des hommes correspondent à un idéal, une fin, une norme59. Cette définition présente des différences importantes avec les deux concepts marxistes d’« idéologie ». En effet, chez Marx, dans un premier sens, elle désigne non pas un niveau spécifique dans les « superstructures », mais des représentations, des formes de conscience sociales qui expriment sous forme d’universalité les intérêts des classes dominantes (voir « L’idéologie allemande »). Il s’agit comme l’indique F. Engels, d’une représentation inversée des rapports sociaux, d’une « conscience fausse »60. Dans un deuxième sens, elle désigne l’ensemble des « formes de la conscience sociales déterminées », les « formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques ou philosophiques »61. On parle alors dans la littérature marxiste de « superstructure(s) idéologique(s) ». La définition de Labriola semble concilier en gros ces deux sens : l’« idéologie » représente un niveau spécifique dans les « produits du second degré » mais elle possède également un aspect indéniablement « conscience fausse ». Parmi les autres « produits » de ce niveau, on trouve les « arts », la « philosophie », entendue au sens noble du terme. Notre philosophe y place également les « sciences », sans autres précisions62. Cette intégration des sciences en bloc ne se rencontre pas chez Marx et d’Engels, qui ne le mentionnent jamais dans les « formes de la conscience sociale déterminées ». Marx intègre l’« application technologique de la science », dans les forces productives humaines63.

Le schéma suivant résume la conception de Labriola.

Image 10000000000002670000029A12CB2E73.jpg

  • 64 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 543.

31Pour notre philosophe « (...) il ne s’agit pas de retraduire en catégories économiques toutes les manifestations compliquées de l’histoire, mais seulement d’expliquer en dernière instance (Engels) chaque fait historique au moyen de la structure économique sous-jacente (Marx) : ce travail exige analyse et réduction puis médiation et composition »64.

32Il complète ainsi les indications de la Préface à la Contribution de Marx, par les précisions fournies par F. Engels, dans sa lettre à Joseph Bloch du 21 septembre 1890. Il attache une importance cruciale à la formule engelsienne, « en dernière instance ». Les « produits » de « premier » et de « second degré » rétroagissent sur la « structure économique », ce qui écarte toute causalité mécanique. La « méthode génétique » de Marx permet de découvrir les causes, mais aussi, et surtout, les médiations successives, de la « structure économique » (conditions) aux « produits » du « premier » et du « second degré » (conditionné). Le processus de dérivation et de médiation est d’une grande complication. En effet, la « structure économique » sous-jacente n’a rien d’un « substrat » (« sostratto »), de type métaphysique. Il faut résister à la tentation, par exemple, de « réduire » les produits de l’art aux conditions sociales d’une société déterminée.

33Les préoccupations de Labriola rejoignent celles de Marx, qui déclare dans le livre 1er du Capital :

  • 65 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 418, note 89.

« Il est en effet plus facile de trouver par l’analyse le noyau terrestre des conceptions religieuses les plus nébuleuses, qu’à l’inverse de développer à partir de chaque condition réelle d’existence ses formes célestifiées. C’est cette dernière méthode qui est l’unique méthode matérialiste, et donc scientifique »65.

  • 66 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, pp. 543-544.
  • 67 Op. cit., p. 542. Labriola parle aussi à ce sujet de la « conception rigoureuse du déterminisme » ( (...)

34Un intermédiaire capital entre la « structure économique » et les produits « dérivés et complexes » permet de traiter la question des « médiations », la « psychologie sociale ». Labriola invite à l’analyse des « mentalités ». Il faut étudier les états d’esprit concrets de chaque époque, ou la « conscience spécifiée des hommes dans des conditions sociales données »66. L’analyse doit porter tout particulièrement sur les premiers degrés de la conscience sociale, au niveau de vécu, qui fait partie de l’histoire. En effet, si la « forme sociale capitaliste » contient en elle des antagonismes, par exemple, entre les forces productives et les rapports de production, seul le prolétariat peut la faire disparaître. Ainsi, par cette interprétation des principes du « matérialisme historique », entendu comme « conception organique de l’histoire », Labriola pense exprimer fidèlement le « déterminisme dérivé, reflet et complexe »67 de Marx qui laisse place à la volonté des hommes, à la différence des autres types de déterminisme proposés par les positivistes et les « darwiniens sociaux ».

35Certes, l’interprétation de Labriola possède des faiblesses, des limites. Elle fait du développement des forces productives, et surtout l’instrument du travail et la technique, l’élément déterminant des transformations de la « structure économique », il s’agit de l’interprétation « classique » du marxisme répandue à l’époque de la deuxième puis de la troisième Internationale, qui sous-estime la richesse de l’analyse de Marx, notamment dans le Capital, sur le rôle des rapports de production.

  • 68 Labriola : Lettre à Karl Kautsky, 23 mars 1896, dans Labriola, Epistolario, tome 3,1896-1904, Riuni (...)

36En conclusion, on peut dire que Labriola propose une interprétation « selon l’angle visuel du cerveau national »68. Il pense que la « nouvelle science de l’histoire » n’en est qu’à ses débuts, et nécessite beaucoup de développements et donc de rectifications ; de plus elle recevra des colorations diverses selon les pays. Notre philosophe estime écrire « critique-ment » sur différentes questions, en dehors de toute préoccupation d’« orthodoxie » ou d’école. Sur la base de cet argument, il renonce à polémiquer et à prononcer des condamnations au nom du marxisme, à l’encontre des courants « révisionnistes », qui s’expriment en Europe après 1896. Sa tentative d’insertion du marxisme dans la culture italienne connaîtra peu de succès en raison d’un terrain particulièrement hostile où les interprétations à la Loria prédominent encore à la fin du XIXe siècle en Italie. Il ne pourra réunir autour de lui une école de pensée. De plus, son œuvre va être complètement occultée par les interventions de son ex-élève Benedetto Croce.

SECTION II : BENEDETTO CROCE, CRITIQUE DE MARX

37Benedetto Croce (1866-1952) occupe une place de tout premier plan dans la vie culturelle de l’Italie de la première moitié du XXe siècle, en raison de ses contributions fondamentales dans les domaines de l’histoire, de la critique littéraire, de l’esthétique, et de la philosophie.

  • 69 Les indications biographiques ci-après proviennent de sources très diverses ; on mentionnera cepend (...)
  • 70 Sur les œuvres de jeunesse de Croce, on peut se reporter au livre de Charles Boulay, Benedetto Croc (...)
  • 71 Préface à la première édition (1899) de Materialismo storico ed economia marxistica, réédition Late (...)
  • 72 Croce : « Comme nacque e corne mori il marxismo teorico in Italia », dans Materialismo storico ed e (...)
  • 73 Pour une reconstitution de ce débat, voir l’étude de Giovanni Busino : « Philosophie, économie et s (...)
  • 74 Ce texte est réédité en Appendice à la sixième édition (1941) de Materialismo storico ed economia m (...)

38Né en 1866 à Pescasseroli, province de l’Aquila, dans les Abruzzes, d’une famille méridionale de propriétaires fonciers et de fonctionnaires du Royaume des Deux Siciles, il accomplit ses études secondaires à Naples69. Après le tremblement de terre de Casamicciola, (île d’ischia), en 1883, durant lequel périt sa famille, il est recueilli à Rome par son oncle Silvio Spaventa, frère de Bertando Spaventa, le principal représentant de l’école hégélienne de Naples. Inscrit à l’Université de Rome, il étudie le droit, mais suit également en 1884-1885, les cours de philosophie morale d’Antonio Labriola, qui à cette époque n’est pas encore marxiste. B abandonne rapidement l’université et, de retour à Naples en 1886, il rédige jusqu’en 1891 de nombreux travaux d’histoire napolitaine. Il se consacre ensuite à des études de critique littéraire70 et voyage beaucoup en Europe. On peut dire que sa formation culturelle est avant tout extra-universitaire, autodidacte et très diversifiée. Il se familiarise très tôt avec l’« hégélianisme napolitain », en particulier avec l’œuvre de Francesco De Sanctis, puis il s’intéresse à l’éthique de Herbart sous l’influence de Labriola, et à la philosophie de l’histoire de Giambattista Vico. Il repousse le positivisme, alors dominant, sous toutes ses formes. Vers 1894, il encourage son ancien professeur, Antonio Labriola, avec qui il entretient une correspondance suivie depuis 1885, à rédiger des essais sur le marxisme à partir de ses cours, et s’engage même à en financer l’édition. Immédiatement après la parution du premier essai sur la « conception matérialiste de l’histoire » (1895), il va étudier l’œuvre de Marx et publier entre 1896 et 1899 une série d’essais critiques qui seront tous réunis en un volume en 1899, sous le titre, Materialismo storico ed economia marxistica (2e édition 1906 et 6e édition 1941). Son approche ne se veut pas « anti-marxiste », mais se situe explicitement sur le terrain de la critique « révisionniste ». Il affirme que ses écrits appartiennent à la tendance, représentée en France par Georges Sorel, qui vise à « libérer le noyau sain et réaliste de la pensée de Marx des détours métaphysiques et littéraires de son auteur, et des exégèses et déductions peu prudentes de l’école »71. D entend ainsi dégager dans la pensée de Marx « ce qui est vivant » et « ce qui est mort », pour reprendre le titre de l’un de ses futurs ouvrages consacré à Hegel en 1906, « Ce qui est vivant et ce qui est mort dans la philosophie de Hegel ». A ce titre, notre philosophe va devenir le principal représentant italien du « révisionnisme » de la fin du XIXe siècle. Beaucoup plus tard, en 1937, il estimera avoir retiré de ses études sur le marxisme seulement « le concept de moment économique, c’est-à-dire de l’autonomie qu’il faut reconnaître à la catégorie d’utile », élément nécessaire pour la construction de sa « Filosofia dello Spirito »72. En 1897, Benedetto Croce est à l’origine de l’ouverture d’un concours par l’Academia Pontaniana de Naples, destiné à récompenser par un prix de 590 lires, un mémoire sur les doctrines du Livre 3 du « Capital », récemment paru en Allemagne. L’année suivante, deux travaux sont présentés, celui de Vincenzo Ciuffrida et celui du « syndicalisme révolutionnaire » Arturo Labriola ; la commission du concours, présidée par Croce, donne la préférence à l’étude de Giuffrida. En même temps qu’il s’est plongé dans l’œuvre de Marx, notre auteur a entrepris l’étude de l’économie politique, l’école classique, (Smith et Ricardo), mais surtout l’école marginaliste, pour laquelle il va manifester un intérêt presque exclusif. A ce propos, on peut noter sa lecture des Principii di Economia pura (1889) de Maffeo Pantaleoni et du Cours d’économie politique (1896-97) de Vilfredo Pareto. En 1900-1901, il débat longuement avec Pareto des objectifs et de la méthode de l’économie pure »73. A partir du début du XXe siècle, Benedetto Croce consacre l’essentiel de son activité à l’élaboration de son système philosophique à partir d’une lecture critique de Kant et de Hegel. A Naples, il publie à partir de 1903, une revue de littérature et de philosophie, La Critica, qui deviendra le pôle de référence d’un nouveau courant dominant dans la vie intellectuelle italienne jusqu’à la seconde guerre mondiale, le « néo-idéalisme » ou le « néo-hégélianisme ». Entre 1902 et 1909, il construit sa « philosophie de l’Esprit », en empruntant certains thèmes à la pensée de Hegel. Ce système contient en même temps un projet d’éducation laïque des masses par les intellectuels. Dans son approche, l’« Esprit » représente le principe de toute réalité ; il s’exprime tout d’abord dans la vie spirituelle, sous la forme de l’art ou de l’intuition, puis sous la forme de la pensée logique, qui transforme l’intuition en jugement (connaissance du réel). Il se manifeste également dans le domaine de l’activité pratique, rigoureusement séparée de la théorie, sous les formes économique et éthique. Refusant la méthode dialectique hégélienne, Croce élabore une doctrine de la « distinction » des concepts. Il se réclame d’un « historicisme absolu ». Selon lui, « philosophie et histoire ne sont pas deux formes, mais une seule forme et elles ne se conditionnent pas réciproquement, mais elles s’identifient complètement ». Il développe cette perspective dans deux ouvrages, Storia d’Italia dal 1871 al 1915 (1928) et Storia d’Europa nel secolo XIX (1932). Dans ses écrits, on trouve encore quelques développements critiques sur le « matérialisme historique », par exemple, dans les Conversazioni critiche (Ière série 1915, 2e série 1918) et dans les Elementi di politica (1924). En 1937, à l’occasion de la réédition par ses soins des « essais sur la conception matérialiste de l’histoire », d’Antonio Labriola, il rédige une étude très documentée sur sa période « révisionniste » et ses rapports avec son vieux maître napolitain, « Corne nacque e corne mori il marxismo teorico in Italia (1895-1900) – Da lettere e ricordi personali »74. Benedetto Croce déploye également une activité sur le plan politique. Libéral, il est nommé sénateur en 1910 et devient, en 1920-1921, ministre de l’Instruction publique dans le gouvernement de Giovanni Giolitti. En 1922, il se rallie au nouveau régime de Mussolini, persuadé qu’il reprendra le « flambeau du libéralisme ». Rapidement déçu, il prend ses distances vis-à-vis du fascisme à partir de 1925. Cette année-là il rédige une célèbre réponse au « Manifeste des intellectuels fascistes ». Cette riposte marque la rupture définitive avec l’autre grande figure du « néo-idéalisme », Giovanni Gentile qui devient l’un des grands théoriciens et « hiérarque » du régime. Jusqu’en 1944, Croce incarne une certaine forme de résistance « légale » au fascisme. Après sa chute, il refusera la présidence de la République par fidélité à la Monarchie.

39Notre examen des thèses de Benedetto Croce s’appuyera sur les quatre principaux essais sur Marx : « Sulla forma scientifica del materialismo storico » (1896), « Le teorie storiche del Prof. Loria » (1896), « Per l’interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » (1897), « Una obiezione alla legge marxistica della caduta del saggio di profitto » (1899). Deux articles de réponse à des critiques complètent ces essais, « Recenti interpretazioni della teoria marxistica del valore e polemiche intorno ad esse » (1899) et « Marxismo ed economia pura » (1899).

40Selon Croce, la « doctrine » exposée dans les œuvres de maturité de Marx comprend deux domaines principaux, clairement dissociables ; celui du « matérialisme historique » et celui de l’« économie marxiste ». Ces deux expressions lui semblent particulièrement discutables et sources de confusions. Il existe encore un troisième aspect, séparable des deux premiers, le « socialisme », terrain sur lequel notre philosophe ne se prononcera pas précisément dans ses essais.

I – Réflexions critiques sur le « matérialisme historique »

41Benedetto Croce, lecteur attentif des « essais » de Labriola, refuse les interprétations faciles du « matérialisme historique », de provenance positiviste. Il critique l’interprétation réductrice et caricaturale d’Achille Loria et va dégager ce qu’il estime être le « noyau sain » en ce domaine, le « canon d’interprétation historique ».

a – La critique de l’interprétation de Loria

  • 75 « Le teorie storiche del Prof. Loria » dans Materialismo storico ed economia marxistica, Laterza, 1 (...)
  • 76 Voir supra chapitre 1, p. 77.
  • 77 Souligné par B.C., « Le teorie storiche del Prof. Loria », pp. 39-40.
  • 78 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 84.

42Il consacre l’un de ses tout premiers essais, rédigé en 1896 à la demande d’Antonio Labriola, à une réfutation en règle de l’interprétation du « matérialisme historique » chez Achille Loria, « Le teorie storiche del Prof. Loria ». Dans ce travail, il rappelle le succès remarquable obtenu par l’économiste en raison de la connaissance encore très faible de l’œuvre de Marx dans les années 1880. Loria est « connu, d’une part, comme grand critique de Marx, et d’autre part comme son disciple et continuateur »75. Sur un ton très polémique, Croce examine le contenu de ses principaux ouvrages publiés entre 1880 et 1894, qui exposent un « économisme historique » et réduisent toutes les manifestations de la vie (Etat, Droit, Religion,...) aux intérêts égoïstes de l’« homo economicus ». Notre philosophe se penche également sur l’interprétation du « matérialisme historique » réduit à une conception « technologique » de l’histoire. Il relève, pour la première fois en Italie, l’incompatibilité entre le texte de la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique et l’étrange paraphrase fournie par Loria, dans « La terra ed il sistema sociale » (1891)76. Il remarque le remplacement « purement arbitraire » de l’expression « forces matérielles de production », par celle d’« instrument technique », et critique la relation de causalité mécanique établie entre les changements de l’« instrument technique » et le développement économique d’une société. Une telle interprétation n’a aucun fondement, car le « Capital » signale l’importance historique des inventions techniques, mais ne prétend pas faire dans l’« instrument technique », la « cause ultime de la vie économique »77. Loria ne s’aperçoit pas que, pour Marx, qui ne tombe pas dans la « théorie des facteurs » (dont Labriola opère d’ailleurs la critique), les « rapports de production » représentent le « substrat de l’histoire ». De plus, l’économiste ne peut comprendre la différence entre les « formes économiques » et les « époques économiques ». Comme tous les interprètes issus du positivisme évolutionniste, il envisage les quatre « formes économiques » (asiatique, antique, féodale, bourgeoise), énoncées dans la Préface à la contribution à la critique de l’économie politique, comme autant d’« époques économiques »78. Croce fait ainsi allusion, à la suite de Labriola, à la distinction entre le « mode de production » et la « formation sociale ». Malheureusement, on ne trouve pas dans son essai de 1896 une discussion de l’argumentation de Loria au sujet des rapports entre Hegel et Marx, et entre Darwin et Marx. Ceci s’explique par le fait qu’il n’étudie pas l’article nécrologique « Karl Marx », paru dans la Nuova Antologia en 1883.

b – Le « matérialisme historique » comme « canon d’interprétation historique »

43A l’époque où il rédige son essai sur Loria, Croce commence seulement à réfléchir de manière critique sur le « matérialisme historique ». Cette « doctrine » fait l’objet, selon lui, de multiples présentations ou « formes » parmi les marxistes. Il dégage une interprétation courante, représentée par exemple, par le russe Georges Plekhanov et une autre, plus sérieuse, plus sophistiquée, celle d’Antonio Labriola.

  • 79 « Sulla forma scientifica del materialisme storico », pp. 2-4 ; 8-9 ; « Per la interpretazione e la (...)

44La première approche, celle de Plekhanov dans Essais sur l’histoire du matérialisme - D’Holbach - Helvétius - Marx (1896), envisage le marxisme comme un « monisme » ; son principal défaut consiste dans l’introduction au sein de la conception de Marx, du « matérialisme métaphysique ». Le « matérialisme historique » devient une philosophie (matérialiste) de l’histoire. Or, Marx ne vise pas la constitution d’une nouvelle philosophie de l’histoire dans son œuvre ; il ne cherche pas à établir la « loi de l’histoire »79. Un tel projet est d’ailleurs inconcevable pour Croce « philosophe du temps » car on ne peut opérer une « réduction conceptuelle » du « cours de l’histoire », c’est-à-dire de l’ensemble des éléments réels qui apparaissent dans l’histoire, à moins d’aboutir à une réduction au seul concept de « développement ». Certes, les penseurs du passé réalisent cette opération, en se servant de Dieu ou de la Providence, par exemple Giambattista Vico. Dans l’interprétation des « marxistes » comme Plekhanov, la « philosophie de l’histoire » de Marx est présentée comme issue du « renversement » du système hégélien ; la « conception matérialiste de l’histoire » apparaît comme le « renversement » de la « conception idéaliste de l’histoire », où la « Matière » prend la place de l’« Idée ». Une telle analyse s’inspire d’un célèbre passage de Marx, tiré de la Postface à la 2e édition allemande du Livre 1er du Capital. Que nous dit ce passage ?

  • 80 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 17-18.

« Dans son fondement, ma méthode dialectique n’est pas seulement différente de celle de Hegel, elle est son contraire direct (...) Chez moi, à l’inverse, l’idéel n’est rien d’autre que le matériel transposé et traduit dans la tête de l’homme (...) dans le chapitre sur la théorie de la valeur, j’eus la coquetterie de reprendre ici et là sa manière spécifique de s’exprimer. La mystification que la dialectique subit entre les mains de Hegel n’empêche aucunement qu’il ait été le premier à en exposer les formes générales de mouvement de façon globale et consciente. Chez lui elle est sur la tête. D faut la retourner pour découvrir le noyau rationnel sous l’enveloppe mystique »80.

  • 81 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 78 note 1 ; voir aussi (...)
  • 82 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 79-80 ; voir aussi p.  (...)

45Ces remarques laissent assez perplexe notre philosophe, qui estime que dans ce texte l’« idéel » n’a rien à voir avec le « procédé de la pensée » et l’« Idée » chez Hegel, si bien que l’utilisation de ce passage pour justifier la prise de position des tenants du « monisme » est tout à fait illégitime81. Certes, Marx déclare « flirter » (« kokettieren ») avec la terminologie hégélienne, mais son lien avec l’œuvre de Hegel ne peut être d’ordre « logique », mais seulement « psychologique », car il a subi profondément son influence durant sa jeunesse. Il n’y a rien de commun en effet, entre la dialectique hégélienne des concepts et la « néo-dialectique » marxiste, qui traite des « conditions antithétiques de la société ». A ce sujet, notre philosophe conteste la présentation de la dialectique par Friedrich Engels ; ce dernier fait de la dialectique « une grande loi naturelle » qui constitue le rythme de développement des choses, représenté « a posteriori » ; la « négation de la négation » est vraisemblablement une « scorie de vieille métaphysique »82. Mais Croce ne livre pas dans ces remarques critiques des réflexions au sujet de la « dialectique de la nature ».

  • 83 « Sulla forma scientifica del materialismo storico » pp. 8-9 « Per la interpretazione e la critica (...)
  • 84 Souligné par B.C. « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 9.
  • 85 Souligné par B.C. « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 75 e (...)
  • 86 Souligné par B.C. « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 18.
  • 87 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 85. Il pense qu’il ne s (...)
  • 88 Op. cit., pp. 95-97, 101, 103. n se sépare donc des analyses qui seront proposées plus tard en part (...)

46Nous savons que pour lui, le « matérialisme historique » n’est pas une « nouvelle philosophie de l’histoire ». Par ailleurs, il ne peut être une nouvelle science de l’histoire, ou de la société et, de toute manière, il ne représente pas une théorie « rigoureuse ». De plus, il ne peut s’agir non plus d’une « nouvelle méthode » de recherche scientifique dans le domaine de l’histoire83. Benedetto Croce manifeste un désaccord implicite avec les thèses défendues par Antonio Labriola. Mais sur le terrain de la scientificité, il n’a pas d’argumentation détaillée à développer. Après avoir refusé de considérer le « matérialisme historique » comme une « philosophie », comme une science ou une méthode, il va enfin élucider ce qu’il nomme le « noyau sain » de cette « doctrine », du point de vue « théorique », en écartant toute « hérédité hégélienne » et toute contamination avec l’évolutionnisme vulgaire. Dans son premier essai (1896), il déclare que le « matérialisme historique » représente simplement une « somme de données nouvelles, d’expériences nouvelles qui parviennent à la conscience de l’historien »84. Il précise dans un travail ultérieur, qu’il s’agit d’un « canon d’interprétation historique »85. Ce « canon » conseille aux historiens de s’intéresser au « substrat économique » des sociétés pour mieux étudier ces dernières. Ce « substrat » détermine en effet la division en classes sociales, l’Etat, le droit, les idéologies,... Notre philosophe renvoie à ce propos à Antonio Labriola qui envisage tous les facteurs historiques « comme parties d’un processus unique » et qui refuse d’opérer une réduction au seul « facteur économique ». Mais, selon lui, le « matérialisme hhistorique » n’a qu’une valeur « empirique », comme conseil, ou recommandation pour la science (traditionnelle) de l’histoire. Il estime que la formule de « matérialisme historique » proposée par Friedrich Engels prête à des confusions multiples, et partage le point de vue de Labriola qui remarque que l’auteur du « Capital » ne s’est pas préoccupé beaucoup de l’examen de ses propres concepts, facilitant ainsi des erreurs d’interprétation. Il propose alors, dans son premier essai, l’expression de « conception réaliste de l’histoire »86, mais sans préciser sa position par rapport à celle de Labriola. D refuse l’approche de l’ancien professeur, qui dans son troisième « essai », prétend unir dans le « matérialisme historique » à la fois un « procédé d’interprétation » et une « conception générale de la vie et du monde » ; ces deux domaines n’ont d’ailleurs aucun « lien logique »87. D’autre part, il juge vaines les tentatives visant à mettre en évidence un caractère « éthique » ou « moral » au sein du marxisme88.

47Enfin, on peut relever une autre idée essentielle.

  • 89 « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 15.
  • 90 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 93.

48On sait que chez Labriola théorie et pratique, « matérialisme historique » et socialisme sont inséparables. Or, pour Croce, le « matérialisme historique », dépouillé de tout résidu de « finalité et de desseins providentiels » ne peut servir à fonder une pratique sociale quelconque, comme, par exemple, celle du socialisme89. En effet, dans son optique, entre l’abstrait, les concepts, et le concret, la réalité historique, « il n’y a pas de moyen de passage »90. Il semble utiliser à ce sujet, de manière sous-jacente, la célèbre distinction, courante en philosophie « néo-kantienne » et aussi en économie politique (marginaliste, en particulier) entre « jugement de fait » et « jugement de valeur ».

  • 91 Les interprétations contemporaines (Gentile) ou successives (Mondolfo et Gramsci) s’attachent au co (...)

49Que faut-il penser de cette analyse ? Tout d’abord, en ce qui concerne la question des rapports entre Hegel et Marx, question conclue un peu trop hâtivement par Achille Loria, et non directement abordée par Antonio Labriola, Croce défend la thèse de la séparation radicale. Certes, son argumentation n’est pas développée et il n’envisage que les écrits de maturité de Marx. Il inaugure néanmoins une ligne interprétative qui va connaître des prolongements beaucoup plus tard en Italie, avec une problématique très différente : les travaux de Galvano Della Volpe et de Lucio Colletti, dans le second après-guerre mondiale91. Notre auteur inaugure d’autre part une autre ligne interprétative, en ce qui concerne les rapports entre Marx et Engels. Il défend là encore la thèse de la séparation, de manière seulement allusive. Cette interprétation va faire l’objet de multiples approfondissements, avec Gentile, Mondolfo et surtout Lucio Colletti. Croce propose l’interprétation du « matérialisme historique » comme « canon d’interprétation historique ». Adepte de la logique formelle, il se trouve embarrassé par l’approche de son ancien professeur qui envisage le marxisme comme l’unité indissociable d’une philosophie d’une science en formation, et d’une méthode ; il ne voit en fait chez Labriola qu’une défense du seul aspect scientifique et non de l’aspect philosophique. L’approche en termes de « canon d’interprétation » représente une véritable « liquidation » du marxisme comme science de l’histoire, et de son caractère « critique ». La question de la spécificité de la méthode, envisagée par Labriola dans ses « essais sur la conception matérialiste de l’histoire », est purement et simplement ignorée. La portée critique de l’essai consacré par notre auteur aux conceptions historiques d’Achille Loria s’en trouve considérablement affaiblie. La lecture « anti-philosophique » du marxisme, du moins pour le Marx de la maturité, est intéressante cependant ; elle sera même unique en son genre, parmi les interprétations des philosophes jusqu’à Gramsci.

50Il faut maintenant nous pencher sur les réflexions critiques sur l’« économie marxiste ».

II – Réflexions critiques sur l’« économie marxiste »

51Benedetto Croce, dans son investigation sur le terrain de l’« économie marxiste », limite son étude à deux problèmes qui lui paraissent fondamentaux, le statut de la théorie de la valeur et de la plus-value d’une part, la validité de la loi de baisse tendancielle du taux de profit d’autre part.

a – Le statut de la théorie de la valeur et de la plus-value

  • 92 « Per la interpretazione de la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 54-55.
  • 93 Souligné par B.C., op. cit., p. 73.

52Avant de traiter directement du problème de la valeur et de la plus-value, Croce aborde la question de l’objet du Capital, en fait jusqu’à présent fort peu étudiée par les philosophes et les économistes de l’époque. De prime abord, il pense que l’on peut isoler dans cette œuvre une « recherche », c’est-à-dire des « théories » et des développements de caractère historique, des polémiques, etc. Le mélange de ces deux catégories d’éléments donne au livre une allure désordonnée, déséquilibrée, en somme contraire aux « lois de l’esthétique ». Cependant, seul le premier aspect mérite l’attention. Du point de vue de la « forme », le Capital représente une « recherche abstraite », « hypothétique » et non historique, qui porte sur une « société idéale et schématique déduite de quelques hypothèses », la « société capitaliste ». Il ne s’agit pas d’une étude consacrée à une société concrète comme la Grande-Bretagne. Du point de vue de la « compréhension », du contenu, le Capital « n’englobe pas tout le territoire des faits économiques » et se restreint à la « formation économique » capitaliste. Ainsi, l’analyse écarte les sociétés antérieures ou à venir (par exemple, la société communiste), les « opérations économiques générales » communes à toutes les sociétés, et celles relevant de l’« économie individuelle », c’est-à-dire isolée92. Cependant, l’étude de la « société capitaliste » n’est pas faite au moyen des lois générales et des concepts fondamentaux de l’« économie ». Par ces affirmations, Croce reproche en fait à Marx de ne pas s’être placé sur le terrain qui sera celui de l’école marginaliste, qu’il aurait classé volontiers dans l’« économie vulgaire ». Notre philosophe est en effet depuis 1895 un défenseur enthousiaste de l’« économie pure », la véritable « science générale des faits économiques »93. Il avance la thèse selon laquelle la recherche de Marx se trouve « hors du champ de la pure théorie économique ». Toutefois, l’étude de la question de la théorie de la valeur et de la plus-value va lui permettre de mieux chercher sa position. Il affirme :

  • 94 Souligné par B.C., op. cit., p. 56.

« Marx prend, hors du champ de la pure théorie économique, une proposition : la célèbre égalité de la valeur et du travail »94.

53Or, le statut de cette égalité qui veut que la valeur des marchandises soit égale à la quantité de travail socialement nécessaire, dans la « société capitaliste », n’est jamais clairement exposé ; il en découle de nombreuses querelles d’interprétation, depuis l’approbation totale, jusqu’au rejet pur et simple. Parmi les interventions, Croce relève la position de Werner Sombart en Allemagne, qui estime que la loi de la valeur représente, non pas un fait empirique, mais un « fait de pensée », ou un « fait logique », qui sert à comprendre.la vie économique. Il affirme que F.Engels partagerait en gros cette approche dans son « Complément et supplément » au livre 3 du « Capital ». La position d’Antonio Labriola lui paraît plus juste que celle de W. Sombart. Nous avons vu que le marxiste italien affirme dans son troisième essai que la théorie marxiste de la valeur,

  • 95 Op. cit., pp. 57-58.

« (...) ne représente jamais un factum empirique (...) et n’exprime pas une simple position logique (...) mais (...) est la prémisse typique sans laquelle tout le reste n’est pas pensable »95.

54A partir de là, Croce propose l’interprétation suivante :

  • 96 Souligné par B.C., op. cit., pp. 58-59.

« La valeur-travail de Marx n’est pas seulement une généralité logique, mais c’est aussi un concept pensé et pris comme type, c’est-à-dire quelque chose de plus et de différent d’un pur concept logique. Il a, non pas l’inertie de l’abstraction, mais la force de quelque chose de déterminé et de particulier, qui joue, par rapport à la société capitaliste, dans la recherche de Marx, le rôle de terme de comparaison, de mesure, de type »96.

55Marx mesure l’écart existant entre la formation des prix des marchandises dans la « société capitaliste » et la « valeur typique ». Pour clarifier l’analyse, il est nécessaire d’approfondir la question de la comparaison. Il faut partir d’une société concrète et se livrer à des « abstractions » successives :

  • 97 « La società economica in quanto società lavoratrice ». « Società lavoratrice » est une expression (...)
  • 98 Souligné par B.C., op. cit., p. 62.

« Considérons dans une société, seulement ce qui est véritablement vie économique, c’est-à-dire, dans la société globale, uniquement la société économique. Retirons ensuite de cette dernière, par abstraction, tous les biens non augmentables par le travail. Retirons, par une autre abstraction, toutes les différences de classes, qui peuvent être considérées comme des accidents par rapport au concept général de société économique. Faisons abstraction de tout mode de répartition de richesse produite, qui (...) peut être déterminé seulement par des motifs d’intérêt ou même de justice, toujours par la considération de tout l’ensemble social, et non pas par là considération exclusive de la société économique. Que reste-t-il, après avoir opéré ces abstractions successives ? Rien d’autre que la société économique en tant que société laborieuse97. Et pour cette société sans différences de classes, c’est-à-dire pour une société économique en tant que telle, et dont les seuls biens consistent en produits du travail, que peut être la valeur ? Evidemment, la somme des efforts, c’est-à-dire la quantité de travail que lui coûte la production des différentes catégories de biens (...) »98.

  • 99 Souligné par B.C., « Le teorie storiche del Prof. Loria », p. 31 note 1 ; « Per la interpretazione (...)
  • 100 « Recenti interpretazioni) », pp. 125-126.

56La loi de la valeur serait donc spécifique de la « société laborieuse », et ne se réaliserait que « fragmentairement » dans les « sociétés économiques » historiquement données. Marx, en instituant le principe de la valeur-travail, comme « type », ne fait qu’opérer une « comparaison implicite » ou « elliptique »99, entre la société (économique) capitaliste et une partie d’elle-même, considérée de manière indépendante, la « société laborieuse ». Notre philosophe ne donne pas d’autres précisions sur cette société sans classes. Plus tard, dans un exemple chiffré, il envisage une société égalitaire où il existerait un « capital commun » et une répartition des biens selon le travail fourni100.

  • 101 Souligné par B.C. « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 60-6 (...)
  • 102 Souligné par B.C., op. cit., p. 65.
  • 103 Il faut toutefois remarquer que dans la première version du premier essai, « Sulla forma scientific (...)
  • 104 « Recenti interpretazioni », p. 135.
  • 105 Souligné par B.C., « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 67 e (...)

57Contrairement aux affirmations de Marx, la loi de la valeur ne peut être considérée comme une véritable « loi scientifique » car seule l’« économie pure » est en mesure de fournir une « théorie générale de la valeur ». Il s’agirait plutôt d’un « fait » ou d’une « force », contrebalancé par d’autres « faits », d’autres « forces ». Ce « fait » qui se trouvait peu contrecarré dans les sociétés pré-capitalistes, l’est fortement dans la « société capitaliste ». De plus, la « valeur » ne constitue en aucun cas un « idéal moral » ; l’égalité valeur-travail ne peut représenter un idéal de justice, car elle ne dit rien sur la division en classes sociales, ni sur la répartition du produit du travail101. La théorie de la valeur dans cette interprétation qui correspondrait à la pensée « réelle » de Marx, à déchiffrer dans son texte, est une partie « saine » importante du Capital. On se trouve maintenant en mesure de préciser l’objet du livre, et d’aborder la question de la plus-value. Au moyen de la « comparaison elliptique », Marx étudie le « problème social du travail », dans le cadre spécifique de la « société capitaliste », et par conséquent l’« origine sociale du profit » ou de la « plus value ». La « plus value » représente un « concept de différence » entre la société économique capitaliste et la « société laborieuse », c’est-à-dire entre deux « hypothèses »102. La « plus-value » est une déduction opérée par les capitalistes sur le produit du travail de la « société laborieuse ». Croce évoque à ce propos la « nature usurpatrice du profit » chez Marx, mais il ne faut pas perdre de vue qu’il repousse implicitement les conceptions morale (Achille Loria)103 et juridique (Vilfredo Pareto, Antonio Graziadei), de l’exploitation. Il se livre dans son essai « Recenti interpretazioni della teoria marxistica del valore e polemiche intomo ad esse » à une digression critique sur le livre de Graziadei, La produzione capitalistica (1899). Dans l’optique de cet économiste, le profit « ne naît pas du surtravail ou de la plus-value, mais du surproduit » ; or le surproduit est obligatoirement une « valeur ». Toute séparation du profit et de la valeur (d’échange) est inacceptable. Quant à l’« hypothèse-limite », la société de machine dans laquelle « le profit existe, non pas en conséquence d’un surtravail, mais par suite d’un non-travail », il ne s’agit que de la « simple hypothèse du Pays de Cocagne »104. Après l’objet du Capital nous pouvons maintenant dégager celui de l’« économie marxiste » en général. L’« économie marxiste » étudierait la « société laborieuse » et la comparaison de celle-ci avec les différentes sociétés économiques qui se succèdent dans l’histoire. Marx n’examine que la société capitaliste, mais laisse toutefois quelques allusions sur la société féodale. En d’autres termes, il accomplit une œuvre de « sociologie économique », ou d’« économie sociologique comparative », qui traite des « conditions de travail dans les sociétés »105. Ainsi l’analyse du Capital fournit-elle une explication « sociologique » du profit du capital, fondée sur la « plus-value » qui complète utilement l’explication économique du profit donnée par l’« économie pure ». L’expression « économie marxiste » est donc inadéquate, car ce domaine de recherche n’appartient pas à la « science économique générale », seule scientifique, mais à l’« économie sociologique » ou « sociologie économique ». Si l’on accepte cette thèse, il ne faut donc plus opposer l’« économie pure » à l’« économie marxiste » puisqu’en réalité elles n’appréhendent pas la société avec le même type d’analyse : la première développe une analyse proprement économique, (économie générale) et la seconde une analyse sociologique. Notre philosophe souligne la nécessité d’une complémentarité entre les deux, mais ne traite pas des problèmes soulevés par cette conciliation.

  • 106 « Recenti interpretazioni della teoria marxistica del valore e polemiche intorno ad esse », p. 128.
  • 107 Voir supra, chapitre I, p. 99.
  • 108 Au chapitre VIII du Livre 1er de Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.
  • 109 « Per la interpretazione », pp. 63-64, note 1. On verra plus loin que Antonio Gramsci interprète la (...)
  • 110 Max Weber : « Die « Objektivität » sozialwissenschaftlicher und sozialpolitischer Erkenntnis », « L (...)

58Que faut-il penser de cette analyse de la théorie de la valeur et de la plus-value ? Il faut relever tout d’abord que l’affirmation d’une filiation entre la valeur comme « prémisse typique » chez Labriola et la « valeur typique » comme « terme de comparaison », comme une sorte d’étalon, n’est pas fondée. D’ailleurs Croce lui-même reconnaîtra s’être trompé sur ce point précis106. On peut se demander comment il peut justifier son point de vue par rapport au Capital. La section I du Livre 1er, en particulier le chapitre 1er sur la « marchandise » serait le lieu d’apparition de la « société laborieuse » (« società lavoratrice ») et les autres sections qui suivent traiteraient de la « société (économique) capitaliste ». Il s’agit d’une interprétation de la fameuse question de la « production marchande simple », à laquelle se réfère, non seulement au livre 1er, mais aussi au Livre 3 du « Capital ». Pour Marx, en réalité, il n’existe pas de « société marchande simple », ou de « mode de production marchand simple ». Il recourt à cette notion « paradoxale » afin de montrer que les rapports de production capitalistes apparaissent sous la forme de rapports d’échange entre producteurs indépendants de marchandises. Il ne peut admettre que la loi de la valeur soit abstraite de la production capitaliste, car justement elle s’affirme en tant que loi, uniquement dans ce mode de production. A ce sujet, on peut se référer aussi à sa critique d’Adam Smith et de Robert Torrens107. En effet, la « société laborieuse » de Croce ressemble fort à l’« early and rude State of society » d’Adam Smith, avant toute « accumulation des capitaux » et appropriation du sol »108, c’est-à-dire avant toute opération de « déduction » ; le profit capitaliste représente alors une « déduction » sur le produit de cette « société laborieuse ». Mais en affirmant plus tard que dans cette société le capital est « commun », Croce introduit une ambiguïté supplémentaire, car par ailleurs il prend soin de distinguer la « société communiste » de la première phase, et les sociétés d’échange109. La « société laborieuse » possède des caractéristiques très proches de celles de l’« idéal-type » de Max Weber, même si Croce n’utilise pas exactement la même méthode d’analyse que celle du penseur autrichien. Dans l’optique de Weber, l’« idéal-type » (« Idéal typus »), principe de connaissance pour les sciences empiriques, représente une construction, un « tableau de pensée » ou « idéal », homogène, c’est-à-dire un « concept-limite », et en même temps une « utopie ». Le travail consiste à partir de là à étudier les différences entre la réalité empirique et le « tableau idéal »110. On trouve un argument supplémentaire à l’appui de ce rapprochement dans la remarque allusive de Croce selon laquelle, entre les concepts et la réalité, entre l’abstrait et le concret, « il n’y a pas de moyen de passage ».

  • 111 Antonio Labriola fait remarquer à Croce qu’il devrait ainsi expulser Ricardo, puisqu’on ne trouve p (...)

59La question de la « plus-value » n’est pas discutée dans l’optique de l’accumulation du capital. La digression critique sur Graziadei reste à un niveau très superficiel ; en effet l’économiste admet que le profit « naît » du surtravail comme l’« effet » naît de la « cause », mais il consiste dans le « surproduit » et non dans le « surtravail ». De plus le « profit » ou « surproduit » a deux « causes », le « surtravail » mais aussi le « capital technique », ce que Croce semble ignorer. Le problème des rapports entre la valeur et le prix n’est pas clairement posé dans les essais de notre philosophe, et la « transformation » n’est pas effleurée. L’approche des rapports entre l’« économie pure » et l’« économie marxiste » est cependant originale ; notre philosophe envisage une complémentarité d’un autre type de celle proposée par Antonio Graziadei. Cependant, on peut remarquer qu’il devrait exclure de l’économie politique toute la pensée qui précède l’« économie pure », donc non seulement Marx, mais aussi l’économie politique classique111.

b – La critique de la loi de baisse tendancielle du taux de profit

60Dans son étude de 1897 (« Per la interpretazione »), Benedetto Croce annonce son intention d’examiner de manière critique une autre « loi » de la « société capitaliste », la loi de baisse tendancielle du taux de profit, jugée si importante par Marx. Ce travail fait l’objet d’un nouvel essai, publié en 1899, « Una obiezione alla legge marxistica della caduta del saggio di profitto ».

61Avant de présenter cette critique, il semble nécessaire de rappeler brièvement l’analyse marxienne, car cette question va faire l’objet d’interventions ultérieures en Italie, de la part d’Antonio Gramsci tout d’abord, et d’Antonio Negri ensuite.

Marx, dans le Livre 1er du « Capital », au chapitre 23 (« loi générale de l’accumulation capitaliste ») montre que les progrès de l’accumulation, la concentration et la centralisation du capital ont pour résultat la hausse de la « composition organique du capital » Image 10000000000000260000001E0CD0ADE1.jpg. Ce phénomène entraîne le développement de la « surpopulation relative » (ou « armée industrielle de réserve », par opposition à l’« armée active ») sous différentes formes. Au livre 3, la troisième section examine la loi de baisse du taux de profit général, du point de vue du capital social, dans les chapitres 13 (« Nature de la loi »), 14 (« Causes qui contrecarrent la loi ») et 15 (« Développement des contradictions internes de la loi »), Marx déclare dans les « Grundrisse », à ce propos :

  • 112 Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, p. 236. Il ajoute au livre 3 du Capital : « (. (...)

« C’est là, à tous points de vue, la loi la plus importante de l’économie politique moderne et la plus essentielle à la compréhension des rapports les plus complexes. Du point de vue historique, c’est la loi la plus importante »112.

62Il lui attache une telle importance, car elle exprime à ses yeux la synthèse des contradictions du mode de production capitaliste. Que dit cette loi ?

  • 113 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 210.

« A mesure que diminue progressivement le capital variable relativement au capital constant, s’élève de plus en plus la composition organique de l’ensemble du capital, et la conséquence immédiate de cette tendance c’est que le taux de plus-value se traduit par un taux de profit général en baisse continuelle, le degré d’exploitation du travail restant sans changement ou même augmentant »113.

63Elle exprime la croissance de la productivité sociale du travail dans le capitalisme et se trouve associée avec l’accélération de l’accumulation du capital. La baisse du taux de profit s’accompagne d’une hausse absolue de la masse de profit. Il s’agit donc d’une loi « à double face ». En se plaçant dans la longue période, Marx se demande « comment expliquer que cette baisse n’ait pas été plus importante ou plus rapide ? »

64Et il ajoute :

  • 114 Op.cit., p. 228.

« Il a fallu que jouent des influences contraires, qui contrecarrent et suppriment l’effet de la loi générale et lui confèrent simplement le caractère d’une tendance »114.

  • 115 Op. cit., pp. 210, 228, 230, 234.
  • 116 Ces « contre-tendances » sont souvent regroupées en trois ensembles (à la suite de P.M.Sweezy, dans(...)

65On sait qu’une loi économique, pour l’auteur du Capital, constitue une « connexion interne et nécessaire », c’est-à-dire un rapport nécessaire entre des phénomènes économiques mais aussi une « tendance », dominante approximativement, de manière complexe. Dans le cas de la loi immanente de mouvement qui nous occupe, il parle de sa transformation en « tendance », sous l’action des « contre-tendances »115. Il faut donc admettre ici l’existence d’une tendancialité beaucoup plus importante que pour les autres lois économiques envisagées. Le « Capital » énumère six « contre-tendances » ou « causes antagonistes »116. Nous les passerons brièvement en revue.

661. « Hausse du degré d’exploitation du travail »

  • 117 Marx affirme que la hausse de la durée quotidienne du travail dans les « principales industries » e (...)
  • 118 Livre 3 du Capital, p. 230. Marx ajoute que la hausse du taux de plus-value et la baisse du taux de (...)

67La hausse de la durée et de l’intensité du travail provoque l’arrêt de la baisse et même de la hausse du taux de plus-value117. Marx évoque aussi le cas de l’introduction du travail des femmes et des enfants ; il renvoie ces exemples au Livre 1er du « Capital » qui traite des formes d’extraction de la plus value absolue, mais il fait en outre allusion à la plus-value relative, donc à la hausse de productivité du travail. Cette première « contre-tendance » a un statut privilégié dans l’analyse car elle joue un rôle décisif dans la transformation de la « loi » en simple « tendance ». Les « mêmes causes » tendent à la fois à faire baisser le taux de profit, par hausse de la composition organique du capital, et à enrayer cette hausse (par l’augmentation du taux de plus value)118. Cependant, Marx estime que la hausse du taux de plus-value rencontre des limites physiques à la différence de celle de la composition organique du capital.

682. « Réduction du salaire au dessous de sa valeur »

69Il s’agit là d’un fait empirique lié à la concurrence qui rejoint la contre-tendance no 1 (travail des femmes et des enfants).

  • 119 L’utilisation du concept de « prix » est ici contestable, car en fait, Marx raisonne en « valeur ». (...)

703. « Baisse de prix des éléments du capital constant »119

  • 120 Livre 3 du Capital, p. 231 ; voir aussi p. 242.

71Le capital constant augmente moins vite en valeur qu’en volume matériel, en raison de la hausse de la productivité du travail. D arrive que, tandis que le volume matériel augmente, la valeur du capital constant (fixe ou circulant) reste inchangée ou baisse : on a ici affaire à la « dévalorisation du capital »120. En outre, se manifeste le phénomène de l’« usure morale », la « dépréciation » du capital existant, par obsolescence. Le chapitre 5 du Livre 3 du Capital est consacré à l’« économie dans l’emploi du capital constant », qui examine l’utilisation de meilleures matières premières, la réduction des déchets, toutes formes qui réduisent les coûts en capital.

724. « La surpopulation relative »

  • 121 Op. cit., pp. 231-232 ; voir aussi Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales 1980, tome 2, p. 239.

73La hausse de productivité du travail entraîne la formation d’une « surpopulation relative », question développée au Livre 1er. Il en découle la possibilité de fixation des salaires en dessous de la moyenne : on rejoint ici la « contre-tendance » no 2. Mais Marx envisage aussi l’introduction de nouvelles branches de production à faible composition organique du capital, utilisant une main-d’œuvre à bon marché avec l’exemple des industries de luxe121.

745. « Le commerce extérieur »

  • 122 Livre 3 du Capital pp. 232-233 ; voir aussi p. 249. Ces deux aspects sont déjà soulignés par John S (...)

75Le commerce extérieur permet d’abaisser le prix du capital constant et du capital variable, par conséquent de réduire la composition organique du capital et de relever le taux de plus-value. L’exportation de capital a pour effet notamment d’augmenter la masse de profit participant au taux général122.

766. « Augmentation du capital par actions »

  • 123 Op. cit., p. 235 ; voir aussi pp. 255 et 409.

77Le capital par actions valorisé à un taux inférieur, n’entre pas dans le système de péréquation du taux de profit général. Marx donne ici l’exemple des chemins de fer123.

78En résumé, pour Marx :

  • 124 Souligné par nous, op. cit., p. 234.

« ... en général les mêmes causes qui provoquent la baisse du taux de profit général suscitent des effets contraires qui freinent, ralentissent et paralysent partiellement cette baisse. Ils ne suppriment pas la loi, mais en affaiblissent l’effet (...) C’est ainsi que la loi n’agit que sous forme de tendance dont l’effet n’apparaît d’une façon frappante que dans des circonstances déterminées et sur de longues périodes de temps »124.

  • 125 Dans les « Grundrisse », Mars pense que la baisse tendancielle du taux de profit se vérifie « pour (...)
  • 126 La loi ne doit pas être confondue avec la « surracumulation du capital » qui représente pour Marx T (...)

79La « tendance » est donc envisagée comme un phénomène séculaire, indépendamment des aléas de la conjoncture, en négligeant les « fluctuations temporaires »125. Il faut cependant se garder de toute interprétation de type « catastrophique », qui serait contraire à l’esprit de Marx. Les « contre-tendances » ne peuvent qu’être historiquement datées. Leurs formes de manifestations évoluent dans le temps. De plus, on ne peut écarter la possibilité de l’apparition de nouvelles « contre-tendances » fondamentales. On peut, en outre, considérer que le phénomène de la concentration et de la centralisation du capital, souvent évoqué dans le « Capital », représente une « contre-tendance » à part entière. Enfin il ne faut pas confondre la baisse tendancielle du taux de profit, qui va de pair avec la hausse de la masse absolue de profit, avec la baisse du taux de profit qui se produit lors des crises, et qui s’accompagne d’une baisse de la masse de profit. Le chapitre XV du Livre 3 n’explicite pas clairement le lien entre la loi et les crises. Pour Marx, la loi de baisse tendancielle du taux de profit n’est pas une cause effective des crises, mais constitue plutôt un facteur aggravant126. Il indique :

  • 127 Souligné par nous, op. cit., p. 236.

« (...) si le taux de mise en valeur du capital total, le taux de profit, est bien l’aiguillon de la production capitaliste (...) sa baisse ralentira la constitution de nouveaux capitaux autonomes et elle semble dès lors menacer le développement du procès de production capitaliste, elle favorise la surproduction, la spéculation, les crises, la constitution de capital excédentaire à côté d’une population en excédant »127.

80Mais les crises constituent aussi des « contre-tendances » périodiques à cette baisse, car elles permettent la réduction du capital constant et la hausse du taux de plus-value.

81Benedetto Croce entend examiner la question de la baisse tendancielle du taux de profit en supposant admis les principes fondamentaux de la « doctrine de Marx » (valeur-travail, distinction entre le capital constant et le capital variable, la formation du taux moyen de profit,...). Il veut développer sa critique sur le seul terrain logique, c’est-à-dire en dehors de toute considération « historique », fondée sur l’« observation des faits », domaine exclusif de la « statistique » Sa présentation de la loi de Marx est la suivante :

  • 128 Souligné par B.C., « Una obiezione alla legge della caduta del saggio di profitto », pp. 140-141.

« La loi a été établie par Marx par la considération des effets économiques des progrès techniques. Marx affirme que le progrès technique accroît la grandeur et modifie la composition du capital total, en faisant croître la part du capital constant par rapport à celle du capital variable, de sorte que le taux de profit diminue (...). Un progrès technique apparaît : on fabrique de nouvelles machines qui n’existaient pas auparavant. Le capital total utilisé dans la production était jusqu’à présent par exemple, de 1000 réparti en 500 c et 500 v, et employant 100 travailleurs. La plus-value est de 500 et son taux s’élève à 100 % ; le taux de profit est de 500/1000 = 50 %. Par l’effet du progrès technique et de la construction de nouvelles machines, les 100 travailleurs, qui sont entretenus par le capital variable de 500, restent toujours employés dans la production, mais pour que cela soit possible, ils devront mettre en mouvement un capital constant plus grand, que nous supposerons de 200 supérieur à l’ancien. On aura donc par l’effet du progrès technique un capital total de 1200 = 700 c + 500 v ; le taux de plus-value restant inchangé (100 %), le taux de profit sera de 500/1200, soit environ 41 % ; il tombera donc de 50 % à 41 %(...) Mais cette loi est plus ou moins contrariée par d’autres faits, agissant en sens contraire plus ou moins transitoirement. Donc, baisse seulement tendancielle »128.

  • 129 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » p. 93 et Préface à la deuxi (...)

82Il ne se préoccupe pas des « contre-tendances », et d’une façon générale de toute la dynamique envisagée par Marx. Sur ce point, il précise ailleurs que si la loi était fondée, elle impliquerait la « fin automatique et imminente de la société capitaliste »129. Mais, dans son essai, il ne s’intéresse qu’à une seule question, le progrès technique. Marx, selon lui, confond « deux groupes de faits », ou « deux stades » de la « société capitaliste » :

  • 130 Souligné par B.C., « Una obiezione », p. 141 ; voir aussi p. 147.

« Le premier stade est donné par le fait pur et simple d’un progrès technique. Or le progrès technique, parmi ses effets logiques, ou autrement dit, nécessaires, n’a pas celui d’augmenter la grandeur du capital total employé, ni celui de laisser inchangée cette grandeur. Il a pour effet nécessaire et immédiat justement le contraire : celui de réduire le capital employé »130.

83En faisant l’hypothèse toutes choses égales par ailleurs, le progrès technique consiste dans une « épargne de dépense sociale : même production avec une dépense moindre. Et puisque tout coût dans l’hypothèse marxienne se résout en travail social, on obtiendra la même production avec un travail social moindre ».

  • 131 Croce fait remarquer dans une note (op. cit., p. 142 note 1) qu’il suppose une généralisation imméd (...)
  • 132 Op. cit., p. 143 ; voir aussi « Marxismo ed economia pura », p. 159.

Croce reprend l’exemple chiffré adopté pour illustrer la loi dans l’analyse de Marx. Il suppose que le progrès technique fait baisser de 1/10 le travail total dans la société. Par conséquent, le capital total passe de 1000 à 900 et va se diviser en 450 c +450 v. Notre philosophe précise que cela ne signifie pas une réduction du stock physique de machines, matières premières... Au contraire, mais il s’agit là d’un problème de « statistique » et non d’« économie ». Une baisse identique de c et de v se justifie car « en dernière analyse, tout est le produit du travail ». Cette affirmation permet de justifier une hypothèse forte : le progrès technique affecte de manière identique les industries de moyens de production et celles de biens de consommation131. De plus, 1/10 des travailleurs ne sont plus nécessaires pour produire la même quantité (et donc d’« utilité ») de biens, et donc 10 chômeurs apparaissent. En conservant le taux de plus-value antérieur (100 %) la plus-value ou « profit » tombe de 500 à 450, tandis que le taux de profit : Image 10000000000000870000004DA8FCF82E.jpg reste inchangé : 50 %. A ce stade de raisonnement, on peut alors affirmer que « le progrès technique, toutes les autres conditions restant inchangées, fait diminuer la masse (non le taux) des plus-values ou des profits »132. Dans ces conditions, on peut très bien imaginer que les progrès techniques successifs finiront par réduire l’emploi à zéro.

  • 133 Op. cit., p. 145 ; on voit apparaître ici une nouvelle hypothèse forte.

Mais il nous faut passer maintenant à l’examen du second « stade » de la « société capitaliste », qui se caractérise par l’augmentation de la production sur la base du progrès technique. Dans le cadre des hypothèses de Marx, à la suite du progrès technique qui fait augmenter la composition organique du capital, les travailleurs en excès ne sont pas licenciés, mais se trouvent réemployés immédiatement avec un capital constant supplémentaire de 200. Croce va avancer ici son « objection » décisive. En effet, dans son « contre-exemple » qui illustre sa conception du progrès technique, on peut réembaucher les 10 travailleurs sans accroissement de valeur du capital, en leur versant les mêmes moyens de subsistance qu’auparavant à condition que la consommation des 90 travailleurs en activité (et des capitalistes) ne soit pas modifiée, et en les faisant travailler « sur les anciennes matières premières ou sur les nouveaux produits »133. Il va en résulter une augmentation de la production et la formation d’une même masse de profit total qu’avant l’innovation technique : 500 dans l’exemple. Le taux de plus-value passe alors de 100 à 111 % environ et le taux de profit s’élève maintenant à Image 10000000000000D60000004A34D8ABB7.jpg environ.

  • 134 Il pense qu’il est impossible de trouver des éléments de réponse à son « objection » dans le Livre (...)

84Notre philosophe estime avoir entièrement réfuté l’analyse de Marx ; au Heu d’une baisse, il se produit une hausse du taux de profît134. Le tableau de la page suivante résume l’argumentation chiffrée développée.

  • 135 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 354. Bien entendu, chez Marx, la hausse de productivit (...)

85Que faut-il penser de l’argumentation critique de Croce ? D’après lui, Marx ne comprend pas que le progrès technique dans le capitalisme se traduit, non pas par une hausse de la composition organique du capital, mais par une réduction de capital total pour une même production. D faut rappeler ici les principales formes de progrès technique réellement envisagées par Marx, ainsi que les effets, les conséquences de leur introduction. Le Livre 3 du « Capital » donne de nombreux exemples de progrès techniques économisant le capital constant : les innovations accélérant le processus de production, donc aboutissant à réduire la période du cycle de production, les nouvelles utilisations des déchets et l’introduction de machines plus performantes, de moindre valeur. D envisage d’autre part les progrès techniques se traduisant par l’élévation de la composition organique du capital, en insistant sur le fait que la « composition-valeur » s’élève, mais de manière non proportionnelle à la masse. En ce qui concerne les effets de l’introduction du progrès technique du point de vue du capitaliste individuel, Marx estime que l’utilisation des nouvelles machines entraîne un accroissement de la productivité du travail, qui, dans la définition la plus générale, se traduit par le fait qu’une quantité moindre de travail (passé et vivant) fournit plus de valeur d’usage, de quantité produite135. On peut mentionner une autre conséquence, la hausse du taux de plus-value par le mécanisme de la « plus-value relative ». Enfin, au niveau du capital social, la hausse de composition organique du capital exprime la croissance de la productivité du travail.

  • 136 Souligné par K.M., Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 46.
  • 137 Nobuo Okishio, « Technical change and the rate of profit », Kobe University economic review, 1961, (...)
  • 138 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 222.

86Benedetto Croce identifie purement et simplement un cas particulier de progrès technique envisagé par Marx (l’introduction de machines plus performantes, de moindre valeur) avec les effets du progrès technique au niveau du capitaliste individuel (quantité de travail moindre pour la même production). De plus, il commet une confusion supplémentaire sur ce dernier aspect. En effet, Marx se réfère à la « dépense de travail), au « coût de production réel » (C + V + PL), qu’il distingue soigneusement de la « dépense du capital » ou du coût de production « au point de vue capitaliste » (C + V)136. Néanmoins, l’analyse de Benedetto Croce est intéressante car elle anticipe la critique proposée en 1961 par l’économiste japonais Nobuo Okishio. Ce dernier estime en effet que les capitalistes, en introduisant le progrès technique, ne cherchent pas à augmenter la productivité du travail, mais à diminuer le coût de production. Il démontre que pour un taux de salaire réel constant, l’innovation technique qui a lieu dans les industries dites « de base » au sens ricardien, et uniquement dans celles-ci, a pour effet de relever le taux général de profit137. Croce pose une hypothèse commode pour son argumentation, la réduction du capital variable dans la même proportion que le capital constant car « tout est le produit du travail ». B semble qu’ici il s’inspire d’un « cas isolé » signalé par Marx au chapitre XIII du Livre 3 du Capital : « par exemple, lorsque la productivité du travail entraîne une baisse uniforme de tous les éléments du capital constant et variable »138. A la suite de cette critique un véritable débat ne va pas naître en Italie, à la fin du XIXe siècle. Pour avoir une réponse sur le cœur de l’argumentation, il faudra attendre l’intervention d’Antonio Gramsci, dans ses Cahiers de Prison.

Image 10000000000003BE00000218F3CF9DBB.jpg

87Après cette étude des réflexions critiques sur le marxisme du futur principal représentant du « néo-idéalisme » dans la culture italienne, il nous reste à examiner deux « lectures » de philosophes, celle de Giovanni Gentile et celle de Rodolfo Mondolfo.

SECTION III : LES LECTURES DE GIOVANNI GENTILE ET DE RODOLFO MONDOLFO

88Les deux nouvelles approches se donnent pour centre d’intérêt « Marx philosophe ». La première, celle de Giovanni Gentile, date de la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire de l’époque où Benedetto Croce rédige ses principaux essais. Elle a pour objectif la critique de Marx d’un point de vue qui se veut strictement « hégélien ». La seconde, celle de Rodolfo Mondolfo, apparaît plus tard, à la veille de la première guerre mondiale. Elle cherche à mettre en évidence, d’un point de vue marxiste, les différences existantes entre la pensée de Marx et celle d’Engels.

I – Giovanni Gentile : Marx comme philosophe hégélien inconséquent

  • 139 On trouvera des indications biographiques dans le livre de Manlio Di Lalla, Vita di Giovanni Gentil (...)

89Giovanni Gentile (1875-1944) est né à Castelvetrano, près de Trapani en Sicile, dans une famille de la petite bourgeoisie139. Après ses études secondaires, il réussit en 1893 le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure de Pise. Deux enseignants de cette école vont exercer sur lui une profonde influence : Alessandro D’Ancona pour la littérature, et Donato Jaja pour la philosophie. Jaja, ancien giobertien, puis disciple de l’« hégélien napolitain » Bertrando Spaventa, oncle de Croce et maître d’Antonio Labriola, sera le véritable père spirituel de notre philosophe. Gentile termine en 1897 une thèse de doctorat sur les deux philosophes spiritualistes italiens au début du XIXe siècle, Rosmini et Gioberti, fortement imprégnée par l’hégélianisme. A la même époque, il est très intéressé par les discussions italiennes sur le marxisme, en particulier par les interventions récentes de Labriola et de Croce, aussi rédige-t-il un premier essai critique en 1897, « Una critica del materialismo storico ». En 1899, un second essai voit le jour, « La filosofia della prassi », publié conjointement avec la première étude dans le volume La filosofia di Marx – Studi critici. De 1897 à 1898, Gentile termine sa période estudiantine à l’Institut d’études supérieures de Florence, où il suit l’enseignement du penseur positiviste Pasquale Villari et du « néo-hégélien » et « néo-kantien » Felice Tocco, qui sera l’un des maîtres de Rodolfo Mondolfo. Il débute ensuite dans l’enseignement de la philosophie dans des lycées, et donne des cours à l’université de Naples à partir de 1903. En 1906, il devient professeur extraordinaire à l’université de Palerme. Il enseignera ensuite aux universités de Pise, à partir de 1914, et de Rome, à partir de 1935. Durant les premières années du XXe siècle, il collabore à la revue de Benedetto Croce, La Critica. Les deux penseurs deviennent rapidement les principaux représentants du courant philosophique « néo-idéaliste », ou « néo-hégélien ». Mais cette entente ne durera pas au delà de la première guerre mondiale, en raison de divergences à la fois philosophiques et politiques. En 1920, Gentile fonde sa propre revue, le Giormle critico della filosofia italiana. Son système philosophique se trouve exposé dans deux ouvrages principaux, La riforma della dialettica hegeliana (1913) et la Teoria generale dello spirito corne atto puro (1916). Selon lui, 1e développement cohérent de l’idéalisme se trouve dans l’« actualisme » (« attualismo »). L’idéalisme d’inspiration hégélienne affirme que l’esprit, la pensée, constitue l’unique vraie réalité. Or, l’esprit devient pensée uniquement dans l’acte effectif de la pensée. Ainsi, une philosophie ancienne, ou bien l’histoire réelle d’une époque donnée, possèdent une réalité uniquement lorsqu’elles sont effectivement pensées par un philosophe, ou un historien d’aujourd’hui. Une telle perspective instaure le principe de la fusion de la pensée et de l’acte, ou de la volonté, c’est-à-dire de la théorie et de la pratique. En 1922, Gentile devient un ardent défenseur du nouveau régime fasciste qui va le nommer ministre de l’Instruction publique (1922-1924), puis sénateur en 1924. En 1925, il préside l’« Institut national fasciste de culture » et appartiendra au « Grand Conseil du Fascisme ». Durant les années vingt et trente, il assure la direction scientifique de la célèbre entreprise de l’Enciclopedia italiana de Giovanni Treccani. En 1937, il publie I fondamenti della filosofia del diritto, dans lequel il rediscute des « thèses sur Ludwig Feuerbach » de Marx. Vers la fin de la seconde guerre mondiale, en 1943-44, il se rallie à l’éphémère « République sociale italienne » installée à Salò avec l’aide de l’Allemagne Nazie. Il sera fusillé en 1944 par les partisans.

90L’ouvrage publié par le jeune Gentile en 1899, « La filosofia di Marx – Studi critici », vise à mettre en évidence les contradictions sous-jacentes à la philosophie de Marx, à partir d’un point de vue strictement hégélien. L’auteur en tire une condamnation irrémédiable. Le second essai, « La filosofia della prassi » est le plus élaboré et le plus significatif de cette démarche critique.

  • 140 « La filosofia della prassi », dans La filosofia di Marx Studi critici, (1899), 5e édition, Sanso (...)

91Ce travail qui critique le « système métaphysique » de Marx, témoigne d’une connaissance assez vaste de la littérature sur le sujet, les principaux écrits de Marx et d’Engels disponibles et les essais de Labriola et de Croce. Notre philosophe rejette les interprétations d’inspiration positiviste, comme celle d’Achille Loria, à propos duquel il partage la critique de Benedetto Croce. Il adopte un point de vue très différent de notre précédent auteur sur la question de la philosophie chez Marx. En effet, il réfléchit sur la « philosophie de la praxis » que Labriola définit comme la « mœlle » du « matérialisme historique », dans « Discorrendo di socialismo e di filosofia ». Il est clair pour lui que tous les écrits de Marx possèdent un caractère « philosophique », mais il va privilégier un texte, les « Thèses sur Ludwig Feuerbach » (1845), version Engels (1888), examinées sans doute un peu trop rapidement par Labriola. Selon Gentile, vers 1845-1846, Marx construit un « système métaphysique », une « conception du monde ». La « praxis » (« prassi » en italien), représente la « clé de voûte » des « Thèses sur Ludwig Feuerbach ». Cependant ce concept n’est pas inévitablement nouveau car il se trouve à l’œuvre déjà dans la philosophie idéaliste, comme Marx le reconnaît implicitement. Il joue un rôle dans les systèmes de Socrate et de Platon, et plus tard dans ceux de Giambattista Vico et de Hegel140. Dans cette optique, tout savoir, œuvre de l’esprit humain est Praxis. Marx entend transposer ce principe de l’idéalisme au matérialisme. Dans la première « thèse », il reproche au matérialisme, y compris celui de Ludwig Feuerbach, de concevoir l’objet comme un donné et non comme « activité humaine sensible », comme « praxis ». Dans la troisième « thèse », il indique que les hommes transforment les « circonstances » et en même temps en sont les produits, en ajoutant :

  • 141 Souligné par K.M., « Thèses sur Feuerbach », publiées en Annexe au livre de F. Engels, Ludwig Feuer (...)

« La coïncidence du changement des circonstances et de l’activité humaine ne peut être considérée et comprise rationnellement qu’en tant que praxis qui subvertit (als umwalzende Praxis) »141.

  • 142 « come prassi che si rovescia », « La filosofia della prassi » pp. 19 et 85.

92Gentile attache une importance capitale à cette phrase, mais il en donne une traduction erronée. En effet, l’expression « als umwälzende Praxis » est rendue par les formules « comme praxis renversée » et « comme praxis qui se renverse »142. Notre philosophe affirme :

  • 143 Op. cit., p. 85 ; voir aussi p. 87.

« La praxis, qui avait comme point de départ le sujet et point d’arrivée l’objet se renverse, partant de l’objet (point de départ) vers le sujet (point d’arrivée) »143.

93Le développement de la praxis suit la séquence dialectique hégélienne « thèse-antithèse-synthèse », équivalente à la suite « être » - « non-être », « devenir ». La « thèse » est le « sujet » de la praxis, l’« anti-thèse », les « circonstnces » ou le résultat de la praxis, et enfin la « synthèse », l’action en retour des « circontances » sur le sujet. Le dernier moment, ou « renversement de la praxis » correspond à la « négation de la négation ». La « dialectique historique » de Marx correspond donc en tout point à la dialectique métaphysique de l’Idée hégélienne, conçue « a priori ».

  • 144 Op. cit., pp. 77, 86-, 131-133, 156-157 ; voir aussi « Una critica del materialismo storico », dans(...)

94L’opération de « renversement » de la dialectique hégélienne si souvent rappelée dans la littérature marxiste, consiste en réalité, dans la substitution du principe de l’« Idée » à celui de la « matière », c’est-à-dire le « fait économique », mais sans que soient modifiés les fondements du principe dialectique de la praxis. Or la « matière » est produite par la pensée et se trouve comprise dans l’« Idée »144. Dans l’« Anti-Dühring », F. Engels ne comprend pas véritablement la dialectique hégéliano-marxiste et induit en erreur les disciples tels que Labriola. Il ne se rend pas compte que chez Hegel l’« Idée » est l’essence du réel et ne peut lui être opposée (« ce qui est rationnel est réel et ce qui est réel est rationnel »). Dans son approche du « renversement » par Marx de la dialectique hégélienne, dans une perspective matérialiste, il se trouve contraint d’attribuer à Hegel une conception platonicienne des rapports entre l’« Idée » et la réalité ; le monde réel constituerait pour lui une « copie » de l’Idée. Il déclare ainsi :

  • 145 Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, p. 56. « La filosofia della prassi », p. 127 ; voir aussi « Una c (...)

« Hegel était idéaliste, ce qui veut dire qu’au lieu de considérer les idées de son esprit comme les reflets plus ou moins abstraits des choses et des processus réels, il considérait à l’inverse les objets et leur développement comme de simples copies réalisées de l’« Idée » (...)145 ·

  • 146 « La filosofia della prassi », p. 164.
  • 147 Op. cit., pp. 163-165.

95Marx est très conscient de l’« équation » entre pensée et réalité, et il se réfère toujours à une « réalité essentielle » qui se trouve au delà des phénomènes. Il est avant tout un philosophe de l’école hégélienne ; ce n’est pas un hasard s’il affirme avoir « flirté » avec la terminologie hégélienne. On doit le considérer comme un « idéaliste né »146. Cependant il affirme dans ses écrits se placer non plus sur le terrain de l’idéalisme mais sur celui du matérialisme, et se déclare même partisan d’un « matérialisme concret ». Toutefois, il repousse la « conception atomiste de la société » et le « naturalisme », ce qui signifie qu’il porte, en fait, un coup décisif au matérialisme philosophique. De plus, son « matérialisme » pour être « historique », dynamique, s’appuye sur la « praxis » ; il se trouve donc contraint de nier son propre fondement. Son œuvre recèle donc une « contradiction insoutenable » entre deux aspects, la « forme », qui repose sur le principe de la « praxis », idéaliste, et le « contenu » ou la « matière », qui renvoie au « matérialisme »147. On doit conclure que « Marx philosophe » est un disciple de Hegel, mais très inconséquent ; sa pensée portée vers l’« éclectisme », représente une déviation de l’hégélianisme.

  • 148 Op. cit., pp. 95-96.

96Notre philosophe pense par ailleurs que le « système métaphysique » que l’on vient d’examiner, constitue le fondement d’une « philosophie de l’histoire ». La praxis est « essentiellement finaliste », et Marx admet une finalité de développement dans la société et l’histoire. Gentile se déclare proche de l’interprétation de Labriola qui, dans son premier essai, conçoit le « matérialisme historique » comme l’« ultime et définitive philosophie de l’histoire » ; en revanche il manifeste son désaccord avec l’analyse de Croce qui dénie tout caractère philosophique à la « doctrine » de Marx. Il estime que la définition de Croce, « canon d’interprétation historique » à valeur toute relative, gomme l’essentiel de la pensée de Marx ; en réalité il s’agit d’un « canon général et à valeur absolue », radicalement nouveau, au moyen duquel tout problème historique se trouve réduit à une « substance unique », le « fait économique ». Un tel « canon » doit être fondé rationnellement et justifié au moyen d’une « philosophie de l’histoire »148.

97L’interprétation dont nous venons d’examiner les grandes lignes, s’attache à l’étude d’un « Marx philosophe », en dehors de toute considération d’ordre scientifique ou méthodologique. La question de la scientificité éventuelle du « matérialisme historique » n’est pas effleurée. Idéaliste hégélien, Gentile ne peut admettre l’existence d’une différence radicale entre la praxis comme activité de la pensée, comme savoir, et la praxis au sens de Marx, comme pratique créatrice des hommes. L’analyse présentée dans l’essai, « La filosofia della prassi », constitue le germe de la pensée « actualiste » que développera plus tard l’auteur, avec le thème de la fusion de la pensée et de l’acte. Sur la question de la « praxis » chez Marx, Gentile affirme rejoindre le point de vue de Labriola qui, on le sait, fournit une définition extensive (unité de la pensée et de l’action). Un tel jugement n’a guère de fondement, car le philosophe marxiste se déclare matérialiste. Les développements de Gentile reposent en grande partie sur une erreur de traduction d’un passage de la troisième « thèse sur Feuerbach », dans la version d’Engels, erreur qui, on le verra, sera reprise par Rodolfo Mondolfo.

  • 149 Dans le texte original de Marx de cette « thèse », mais qui sera connu seulement à partir de 1925 e (...)
  • 150 V.I. Lénine attire l’attention sur le livre de Gentile dans la bibliographie qui fait suite à sa no (...)

98La formule « als umwälzende Praxis » signifie littéralement « praxis qui subvertit », « bouleverse », ou « renverse »149. Le lien opéré avec la séquence hégélienne thèse - anti-thèse - synthèse paraît purement arbitraire et tombe dans la jonglerie de mots. Gentile ne peut admettre le point de vue de Croce qui sépare Hegel et Marx, et considère la « négation de la négation » comme une « scorie de vieille métaphysique » présente dans l’œuvre d’Engels. D’une manière générale, on peut dire que notre philosophe présente un Marx hégélien d’une manière plus subtile qu’Achille Loria. De plus, il a le mérite de concentrer son intérêt sur un texte important très mal connu à l’époque, les « Thèses sur Feuerbach » et de réfléchir sur le célèbre concept de « praxis »150. Après lui, le débat va reprendre sur cette question avec les interventions de Rodolfo Mondolfo et d’Antonio Gramsci.

II – Rodolfo Mondolfo : les différences entre la philosophie de Marx et la philosophie d’Engels

  • 151 Nos indications biographiques proviennent de sources éparses.
  • 152 L’« associationnisme » est une doctrine philosophique selon laquelle toutes les opérations intellec (...)

99Né à Senigallia, près d’Ancône, dans les Marches, d’une famille israélite, Rodolfo Mondolfo (1877-1976) étudie la philosophie à l’Université de Florence à partir de 1895151. Il subit tout d’abord l’influence du positivisme de Roberto Ardigò et de ses disciples tels que Giuseppe Tarozzi, mais dans une interprétation nuancée et critique, détachée des autres courants positivistes (Auguste Comte, John Stuart Mill) ou « darwiniens-sociaux » (Herbert Spencer). Il s’agit donc d’une expérience intellectuelle très différente de celle d’Achille Loria ou d’Antonio Graziadei. En second lieu, sa formation culturelle doit beaucoup, comme Gentile, à l’« hégélia-nismenisme napolitain » ; élève du « néo-kantien » Felice Tocco, il prépare sous sa direction une thèse de doctorat, soutenue en 1899, sur la pensée des « associationnistes » (John Locke, David Hume), « Contributo alla storia delle teorie dell’ associazione152.

100On peut mentionner d’autres éléments intellectuels qui complètent la formation de notre auteur, tels que la philosophie politique française du XVIIIe siècle (Montesquieu, Rousseau) et deux courants anti-positivistes et anti-rationalistes nés à la fin du XIXe siècle, et en pleine expansion dans la première décennie du XXe siècle : d’une part le « pragmatisme » anglo-américain, philosophie de l’action efficace (William James), d’autre part la pensée française en particulier Henri Bergson, philosophe de la liberté, fondée sur l’« intuition ». Rodolfo Mondolfo s’intéresse aux discussions sur le marxisme vers la fin du XIXe siècle. Il adhère au Parti socialiste italien en 1895, et se lie avec son dirigeant Filippo Turati. A partir de 1903, il rédige des articles pour la revue théorique du parti, La Critica sociale. La première étude importante paraît en 1909, « La filosofia del Feuerbach e le critiche del Marx », dans laquelle, pour la première fois dans la tradition marxiste le caractère matérialiste de la philosophie de Feuerbach est mis en doute. En 1912, il publie un ouvrage dans lequel il tente d’évaluer les conceptions philosophiques spécifiques de F-Engels, Il materialismo storico in Federico Engels. Il incarne un exemple de « marxisme non militant », rejoignant sur ce point Antonio Labriola. Durant les premières années du XXe siècle, il enseigne la philosophie dans les lycées, à Potenza, Ferrare, et Mantoue ; il enseigne ensuite à l’Université de Padoue (1907-1910), à celle de Turin (1910-1913) et à celle de Bologne (1913-1938). Après la première guerre mondiale en 1919, il publie un recueil de ses principaux articles sur le marxisme ; Sulle orme di Marx, qui connaît trois éditions successives, et rédigera de nombreux travaux sur diverses questions de philosophie et d’histoire, au cours des années vingt et trente. En 1938, il doit quitter l’Italie en raison des lois raciales promulguées par Mussolini. Il s’installe alors en Argentine où il enseigne aux universités de Cordoba et de Tucuman, de 1940 à 1952.

101Marxiste, il envisage cependant la pensée de Marx exclusivement sous l’aspect philosophique. Tout comme Gentile, il évacue de son analyse les questions tournant autour de la scientificité, de la méthode de recherche, sans fournir de justification claire. Notre étude se limitera à l’ouvrage publié en 1912, traitant du Matérialisme historique chez Frédéric Engels, qui rompt radicalement avec la thèse, implicite dans la plupart des travaux marxistes, de la parfaite identité de vue entre Marx et Engels sur le terrain philosophique.

a – « Philosophie de la praxis » et « volontarisme » chez Marx

  • 153 Il materialismo storico in Federico Engels, Laterza, 1973, p. 2 et 4.
  • 154 Souligné par R.M., op. cit., en particulier pp. 4, 107, 133-134, 149.
  • 155 Souligné par R.M., op. cit., pp. 92 et 97 ; voir aussi p. 148.
  • 156 Op. cit., pp. 26, 27 et note 4.
  • 157 Souligné par R.M., op. cit., p. 53.
  • 158 Op. cit., pp. 134-135 note 1. Mondolfo fait ici allusion à la critique du « vieux matérialisme » qu (...)

102Le philosophe affirme que pour Marx, formé principalement auprès de l’école hégélienne, le problème philosophique-clé est celui de la « connaissance, qui contient en lui celui de l’être ». Cela explique qu’il ne soit porté que faiblement vers le « dogmatisme »153. à la différence d’Engels penseur formé à la même école, intéressé au contraire par « l’être et le devenir ». La philosophie de Marx contient deux aspects absolument indissociables : une philosophie générale dénommée « philosophie de la praxis » et une « philosophie de l’histoire », qu’il convient de baptiser « conception critico-pratique de l’histoire ». Qu’en est-il de ces deux aspects ? Au point de vue général, notre théoricien reprend la formule de « philosophie de la praxis »154, forgée par Antonio Labriola, et utilisée par Giovanni Gentile. Marx construit son système à partir de deux sources principales : la philosophie de Hegel et celle de Ludwig Feuerbach. Il renverse la dialectique du premier en la rendant intérieure à la matière, au moyen de la « philosophie de la volonté » du second. On a affaire ici à une intégration de la dialectique hégélienne avec l’« anthropologie » de Feuerbach. L’apport du premier philosophe est le plus connu ; par contre l’apport du second est souvent occulté. Dans toute son œuvre, Feuerbach s’oppose à l’idéalisme hégélien par son « naturalisme », son « réalisme méthodologique », son « Humanismus réaliste ou de la praxis humaine »155. Il dépasse ainsi tout à la fois le « matérialisme » et l’idéalisme spéculatif dans une synthèse, et tend vers un« réalisme expérimental » ; de plus, il construit une « philosophie de la volonté », un « volontarisme ». Friedrich Engels, dans son Ludwig Feuerbach, affirme bien à tort que lui et Marx ont été convertis au matérialisme à la lecture de l’« Essence du christianisme » (1841)156 Pour Mondolfo, qui rejoint Labriola sur ce point, la « dialectique réelle » de Marx concerne d’une manière indissoluble l’histoire et la nature ; elle reproduit le « rythme » de la dialectique hégélienne, et ne peut être séparée de la « praxis ». Notre philosophe s’inspire ici de l’interprétation idéaliste de Giovanni Gentile de la troisième « thèse sur Feuerbach » sur la « praxis qui se renverse ». Il estime que la pensée et la réalité coïncident dans la « praxis », qui représente le « processus de la connaissance », mais qui est aussi le résultat de l’action pratique des hommes. Il veut se garder de tomber dans l’idéalisme gentilien et ne peut accepter la proposition selon laquelle chez Marx, tout comme chez Hegel, la « matière » se trouve comprise dans l’« Idée ». Marx développerait l’« humanisme », le « réalisme » et le « volontarisme » de Feuerbach ; il ne se place pas du point de vue du « matérialisme » mais plutôt du point de vue du « réalisme naturaliste et expérimental de la praxis », qui dépasse tout à la fois l’idéalisme et le matérialisme157. Certes, il affirme dans la « Sainte Famille », que le « matérialisme » coïncide avec l’« Humanisme ». Il faut cependant remarquer qu’il critique en même temps l’« atomisme », principe d’inertie, qui est justement le propre du matérialisme mécaniste, et défend une approche dynamique158. Marx ne peut appliquer la conception « atomiste » à l’homme et à la société ; pour lui au contraire, l’homme est activité, « impulsion vitale ». Le « volontarisme » diffère donc du matérialisme. Mondolfo refuse l’interprétation de Labriola qui envisage le « réalisme » dans une perspective matérialiste ; il s’agirait là d’un « matérialisme simpliste » qui résulte de l’influence néfaste exercée par les travaux de F. Engels.

  • 159 Op. cit., pp. 131, 133,156, 235-236.
  • 160 Souligné par R.M., op. cit., pp. 139, 152-153, 162-163, 177.
  • 161 Op. cit., p. 385, et Préface à l’édition espagnole (1940), op. cit., p. XVIII.

103La « philosophie de la praxis » est inséparable, de la « conception critico-pratique de l’histoire »159, qui représente l’application de la philosophie générale à l’histoire. Celle-ci est née du « renversement » de la philosophie hégélienne de l’histoire sous l’influence de Feuerbach. L’essence de la « philosophie de l’histoire » de Marx se trouve dans le « renversement de la praxis », qui correspond au mouvement dialectique hégélien de l’« action réciproque ». Il désigne l’échange d’actions entre l’homme et les conditions historiques. Marx envisage la vie sociale dans son unité, sans introduire de séparation entre des sphères, des moments, ni des déterminations causales. Le prolétariat se trouve dans la société capitaliste dans une situation historique, matérielle et spirituelle, d’« Unmenschlichkeit » (« inhumanité ») ou de « négation de l’Humanité ». Il est poussé dialectiquement par cette condition à l’affirmation de la « Menschlichkeit » (« Humanité »), au moyen de la « praxis »160. Cette manifestation de la « volonté » de la classe porteuse de l’« humanisme réel », représente une négation de la négation en termes dialectiques. Toute « praxis » dépasse les conditions dont elle est issue, et fait place à des « praxis » nouvelles. Le prolétariat formule des revendications à caractère universaliste car son objectif final est la disparition de toutes les classes sociales, et l’instauration d’un règne de la liberté. Marx propose ainsi un « volontarisme de la praxis », dérivé de la pensée de Feuerbach ; sa « philosophie de l’histoire » représente avant tout une « philosophie de la volonté », une « philosophie activiste »161. Qu’en est-il maintenant des conceptions d’Engels ?

b – « Conception du monde » et « déterminisme économique » chez Engels

  • 162 Op. cit., pp. 3 et 4.

104Selon Mondolfo, F.Engels, formé aussi principalement auprès de l’école hégélienne, retient comme problème philosophique-clé celui de l’« être et du devenir, dans la nature comme dans la société ». On va donc découvrir chez lui une nette propension au « dogmatisme »162, et des différences importantes d’approche par rapport à Marx tant sur le plan général, qu’en ce qui concerne les problèmes historiques et sociaux. Cependant, ces défauts ne concernent pas principalement les écrits de jeunesse, en gros jusqu’en 1848, mais surtout deux ouvrages, l’Anti-Dühring et Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande. On trouve dans ces travaux une séparation des deux aspects envisagés précédemment, ainsi qu’une tendance à la déformation de chacun d’entre eux :

  • la « philosophie de la praxis » devient une « conception du monde » (Weltanschauung »), baptisée « matérialisme dialectique », qui prétend faire disparaître l’opposition entre la philosophie et la science, mais qui tombe dans une philosophie de la nature ;

  • la « conception critico-pratique de l’histoire » fait place à une application de la « conception du monde », baptisée « matérialisme historique », qui tend souvent vers un « déterminisme économique ».

105Sur le premier aspect, il faut tout d’abord rappeler qu’au départ, Engels et Marx étaient en parfait accord sur la question de la « praxis », de la « dialectique réelle », et sur le refus du « matérialisme ». Plus tard, dans l’Anti-Dühring et L. Feuerbach, Engels, à la suite de son étude des sciences naturelles, décide d’associer le « matérialisme métaphysique » à la « philosophie de la praxis ». Il n’arrive pas à résoudre la question de la connaissance, et tend à opposer ce qui était uni dans la « praxis », la pensée et la réalité. Cependant, il ne faut pas attacher trop d’importance à cette tentative, comme le font les marxistes tels que Plekhanov car il ne s’agit que d’un ajout mal rattaché à la pensée de Marx. On doit voir là plutôt une « affirmation verbale qu’une conception effective ». En effet, Engels reste fidèle en gros au « volontarisme de la praxis ». Il déclare par exemple, dans la Préface à l’édition anglaise (1892) de la brochure Socialisme utopique et socialisme scientifique :

  • 163 Souligné par F.E., Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique, Ed. Sociales, bilingues, (...)

« Mais avant l’argumentation était l’action. Au commencement était l’action. Et l’action humaine avait résolu la difficulté bien avant que la subtilité humaine l’eût inventée. La preuve du pudding, c’est qu’on le mange »163.

  • 164 Souligné par RM., op. cit., p. 20.
  • 165 Op. cit., p. 18. La manière dont Mondolfo envisage ici les rapports entre la science et la philosop (...)

106Par contre, sur la question de la dialectique, la position d’Engels se démarque assez nettement de celle de son ami. La dialectique n’est plus envisagée dans l’unité histoire-nature et devient la méthode de la science naturelle. Cette « néo-dialectique », tout à la fois « loi universelle du développement » et « science de cette loi de développement », présente des similitudes avec celle de Hegel. L’exemple du grain d’orge, développé dans l’Anti-Dühring, est particulièrement révélateur à cet égard, car il provient tout droit de l’Encyclopédie des sciences philosophiques de Hegel. La similitude apparaît en particulier sur les rapports entre la science et la philosophie. Pour Engels, le « matérialisme dialectique » tend au dépassement de la philosophie (de l’histoire et de la nature) dans la science, sauf pour la « doctrine de la pensée et de ses lois ». La nouvelle « conception du monde » (« Weltanschauung »), représente une « science de l’ensemble »164. En réalité, cette tentative consiste simplement à substituer une « encyclopédie philosophique », « naturaliste », prétendûment « matérialiste » » à l’« encyclopédie philosophique idéaliste » de Hegel. Engels tombe dans une « philosophie naturelle » sous l’influence, notamment de la théorie de l’évolution de Charles Darwin. Chez Hegel, dans l’Encyclopédie des sciences philosophiques, la méthode des sciences de la nature et celle de la philosophie sont antagonistes dans la recherche de la vérité ; seule la philosophie offre une explication rationnelle et doit absorber les sciences. Cette absorption de la science dans la philosophie se transforme chez Engels en une absorption de la philosophie dans la science165.

107L’application du « matérialisme dialectique » à l’histoire représente le second aspect, séparé du premier, désigné par la formule peu heureuse de « matérialisme historique ». Dans les deux ouvrages cités d’Engels, ainsi que dans les préfaces aux écrits historiques de Marx, on retrouve le défaut qu’il reproche lui-même au « matérialisme »,

  • 166 Op. cit., p. 288 ; voir aussi pp. 289-294.

« De vouloir enfermer toutes les formes supérieures de la réalité dans le lit de Procuste des formes inférieures, de vouloir faire rentrer la vie de la conscience dans les conditions extérieures, la vie sociale et l’histoire dans l’économie, en réduisant aussi les classes sociales, – dont Engels avait mis en lumière le premier, les conditions psychologiques de l’existence et de l’action –, aux pures formes de la production et de l’échange et à leurs rapports objectifs »166.

  • 167 Op. cit., p. 310.

108En gros, on trouve un véritable « déterminisme économique » dans un travail tel que l’Anti-Dühring, par exemple, dans le traitement du rôle de la violence dans l’histoire. Le principe du « renversement de la praxis », auquel Engels reste fidèle dans les textes de la même époque, tend à passer à l’arrière-plan, voire à subir des déformations importantes. Les « forces productives », souvent réduites à la seule « technique », déterminent la lutte des classes. Ainsi on oublie que « conscience, volonté, action et lutte de classe sont comprises dans le concept de forces productives »167. Enfin, Engels ne précise pas suffisamment les concepts fondamentaux qu’il utilise, tels que « cause », « conditions », « économique », « base », « forces productives », et il en découle des risques importants d’erreurs d’interprétation.

  • 168 Sur l’évolution de la pensée de L. Feuerbach, on peut se reporter au livre de David McLellan, Les j (...)

109Que faut-il penser d’une telle analyse portant sur Marx et sur Engels ? Sous l’influence de Giovanni Gentile, elle se place sur le terrain exclusif de la philosophie générale et de la philosophie de l’histoire, et élimine toute considération sur la méthode de recherche, et sur les aspects scientifiques en matière d’histoire et d’économie politique. A propos de Ludwig Feuerbach, on notera que si effectivement ce philosophe n’est pas matérialiste dans L’essence du christianisme (1841), œuvre de transition, à l’inverse de ce qu’affirme Friedrich Engels, il l’est devenu dans les « Thèses provisoires pour une réforme de la philosophie » (1842) et les Principes de ta philosophie de l’avenir (1843)168. Marx, passé au matérialisme, en particulier sous l’influence de Bruno Bauer, reconnaît le caractère matérialiste de ces travaux dans les Manuscrits de 1844 (non connus de notre philosophe) et dans la dixième « thèse sur Ludwig Feuerbach ». Rodolfo Mondolfo offre une lecture particulièrement discutable de la Sainte Famille, où les positions matérialistes des auteurs sont pourtant clairement énoncées ; il refuse de prendre au sérieux la dixième « thèse sur Feuerbach » qui fait mention d’un « nouveau matérialisme » distinct du courant traditionnel, et attribue à Marx un curieux « réalisme expérimental de la praxis ».

  • 169 Op. cit., p. 213.

110D’autre part, il commet la même erreur de traduction que Gentile à propos de la troisième « thèse sur Feuerbach », avec la formule « praxis qui se renverse ». En réalité, le « renversement de la praxis » n’est pas un concept marxiste, et l’interprétation de la « praxis » de Mondolfo tend vers l’idéalisme, mais pas exactement de la même manière que chez Gentile. Notre philosophe attribue à Marx une « conception critico-pratique de l’histoire », formule introuvable dans l’ensemble des textes qu’il étudie. Il semble s’inspirer ici d’une expression qui se trouve dans la première « thèse sur Feuerbach », « activité pratique-critique », mais qui désigne l’« activité révolutionnaire », ou la fameuse « praxis qui subvertit » (dans la version d’Engels de la troisième « thèse »). Il propose une lecture « volontariste », anti-déterministe, voire « activiste », et en même temps « humaniste » de Marx, le prolétariat étant porteur des valeurs d’« humanité », et donc de liberté. On ne peut s’empêcher ici de rapprocher cette analyse de deux courants qui connaissent un fort développement au cours des dix premières années du XXe siècle, la philosophie française, en particulier Henri Bergson, et la philosophie pragmatiste anglo-saxonne, représentée par l’américain William James. Il est très difficile de préciser le degré d’influence de ces conceptions sur cette lecture de Marx. On relèvera cependant que Mondolfo affirme que la « philosophie de l’action » de Marx ressemble « sous certains aspects » au courant du pragmatisme169. Mais le grand mérite de notre philosophe est de tenter d’étudier la pensée spécifique de F. Engels et de dégager un certain nombre de différences par rapport à Marx, tant sur le plan philosophique général, que sur le plan proprement historique, en s’appuyant sur l’ensemble des textes disponibles à l’époque.

111On relèvera un acquis important, les liens étroits entre le « matérialisme dialectique » et la philosophie de Hegel. Cette question fera l’objet d’un approfondissement, après la seconde guerre mondiale, mais à partir de positions théoriques nouvelles, au sein de l’« école dellavolpienne », en particulier par Lucio Colletti (voir chapitre 4). Toutefois la critique est parfois excessive, par exemple lorsqu’il est affirmé que chez Engels, la dialectique est la « méthode des sciences naturelles » et que le « matérialisme dialectique » devient la « science de l’ensemble ». Les remarques de r« Anti-Dühring » ne mentionnent que la formation d’un « tableau d’ensemble », une synthèse dialectique à partir des faits relevés par les sciences. Mondolfo suggère donc une interprétation qui va caractériser plus tard le « Dia-mat », développé en U.R.S.S. sous Staline. L’étude du « matérialisme historique » met en lumière l’ambiguïté de certaines formulations d’Engels, mais ne reprend pas le débat dans les termes laissés par Antonio Labriola. Ainsi la question de la détermination « en dernière instance » n’est-elle pas abordée de front.

112La nouvelle série de lectures de Marx que nous venons d’examiner provient de philosophes universitaires (à l’exception de Benedetto Croce), formés pour une large part au sein de l’« hégélianisme napolitain ». Ils adoptent des positions hostiles vis-à-vis du positivisme en général, et vis-à-vis de l’interprétation du « matérialisme historique » de l’économiste Achille Loria, en particulier. Toutefois, nous n’avons pas affaire ici à une unité dans les objectifs, car deux « lectures » se réclament du marxisme, « non-militant » (Labriola et Mondolfo) et deux de la critique de Marx (Croce et Gentile). La contribution d’Antonio Labriola se veut introductive à l’œuvre de Marx, mais d’une manière bien différente de celle de Loria ou de Pareto. Ce philosophe tente en effet d’insérer le maxisme au sein de la culture italienne et veut envisager cette théorie « selon l’angle visuel du cerveau national ». Les interventions critiques elles-aussi sont le résultat de réflexions approfondies et ne présentent pas le caractère « liquidateur » de celle de l’économiste Pareto. L’approche des philosophes avant Gramsci s’opère de trois manières différentes : « unitaire », « dualiste », ou « réductrice ». L’interprétation « unitaire » est défendue par Antonio Labriola qui envisage le « matérialisme historique » comme tout à la fois une « philosophie de la praxis » et une nouvelle science de l’histoire. Cependant, cette approche représente un cas tout à fait unique ; elle ne donnera pas lieu à la formation d’une « école » et elle ne rencontrera pas d’adeptes dans l’immédiat. L’interprétation « dualiste », inaugurée en Italie par Achille Loria en 1883, va trouver chez les philosophes un représentant en la personne de Benedetto Croce : d’une part, Marx auteur d’un « canon d’interprétation » pour les historiens, d’autre part, Marx auteur d’une « sociologie économique comparative ». Enfin l’interprétation « réductrice » caractérise la critique « hégélienne » de Giovanni Gentile, mais aussi le marxisme de Rodolfo Mondolfo avec « Marx philosophe ». Les thèmes retenus présentent une assez grande variété, et on peut remarquer à ce propos la relative facilité de sortie de la discipline comme en témoigne, par exemple, le travail de Benedetto Croce. Les questions philosophiques sont bien entendu privilégiées. La théorie économique de Marx est examinée dans une perspective moins réductrice que celle des économistes, puisque le principal intervenant à ce sujet, Benedetto Croce, ne se borne pas à la question de la valeur, mais envisage aussi la baisse tendancielle du taux de profit. Les auteurs ne se limitent plus à la lecture du livre 1er du Capital et de la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique. Ils prennent connaissance de textes antérieurs tels que les « Thèses sur Ludwig Feuerbach », le Livre 3 du Capital (pour la baisse tendancielle du taux de profit) et les fameuses « lettres philosophiques » d’Engels. Le « matérialisme historique » comme nouvelle science de l’histoire est au centre des préoccupations de Labriola. Il a le mérite d’aborder cette question avec minutie, en maîtrisant un certain nombre de concepts, et en prêtant attention aux remarques d’Engels sur la détermination « en dernière instance ». Etudiant les rapports structure-superstructure, il souligne la complexité du processus de dérivation, les pièges qu’il convient de déjouer et débouche sur la perspective d’une « conception organique de l’histoire ». Mais il faudra attendre Antonio Gramsci pour voir à nouveau développer cette perspective. En effet, la « lecture » de Croce va réduire le « matérialisme historique » à un « canon d’interprétation », non « scientifique », une simple recommandation aux historiens pour qu’ils s’intéressent au « substrat » économique de la société. Gentile ne verra quant à lui, dans le « matérialisme historique », qu’une « philosophie de l’histoire » et Mondolfo une « conception critico-pratique de l’histoire », éloignée du « déterminisme économique » d’Engels. La question de la méthode marxiste est abordée de façon originale par Labriola qui consulte Engels à ce sujet. Après lui, seul Croce revient sur cette question, à propos du « Capital ». Il n’y verra qu’une simple méthode comparative. La controverse philosophique suit un parcours complexe de Labriola à Gentile et Mondolfo. Labriola est sans doute le premier penseur en Occident à mettre l’accent au sein du marxisme sur l’importance du concept de « praxis ». Ce concept-clé est discuté ensuite chez Gentile et Mondolfo. Le premier voit dans la « philosophie de la praxis » une contradiction entre un matérialisme et un idéalisme, et conclut à l’hégélianisme inconséquent de Marx, mais avec une argumentation plus subtile que celle d’Achille Loria. Le second transforme la « philosophie de la praxis » en un humanisme volontariste, « activiste » proche du pragmatisme. Cette controverse a le mérite de mettre en évidence un certain nombre de différences entre la pensée de Marx et celle d’Engels, en particulier sur la dialectique. A ce propos, on constate que Mondolfo fournit la toute première critique du « matérialisme dialectique » engelsien en Europe. La discussion portant sur la théorie économique de Marx présente un grand intérêt. On constate que les philosophes connaissent les plus récents développements de la pensée économique, comme l’école marginaliste. Labriola refuse d’envisager Marx comme un simple « économiste » et souligne le double aspect d’« innovation » et de « critique » apporté par le Capital mais sa perspective ne sera malheureusement pas développée. Benedetto Croce met l’accent sur l’aspect « rupture » avec les économistes : l’« économie marxiste » est une « sociologie économique ». Il interprète la valeur comme un « type de comparaison » entre deux sociétés. Il réexamine la question de la « production marchande simple » et en fait une société utopique (« societa lavoratrice »). A partir de là, il en conclut que la « plus-value » n’est qu’un « concept de différence ». Mais ces réflexions ne font pas l’objet de débats, et la question de la valeur et de l’exploitation sera examinée d’une toute autre manière dans le second après-guerre mondiale. L’apport le plus intéressant semble être la critique de la loi de baisse tendancielle du taux de profit, du point de vue du progrès technique. Il réussit à formuler une critique tout à fait originale et très supérieure à des tentatives de réfutations que certains économistes ont pu proposer en Europe à l’époque comme par exemple en Russie celle de Michel Tougan-Baranovsky (1899). Ceci est d’autant plus remarquable que Croce est un autodidacte en économie politique. De plus, sa réfutation ne trouvera pas d’adversaires en particulier chez les marxistes, à la fin du XIXe siècle. Il faudra attendre Antonio Gramsci pour voir apparaître une réponse quant au fond, certes beaucoup moins « technique » que la critique elle-même.

Notes

1 On trouvera quelques renseignements biographiques dans la chronologie préparée par Franco Sbarberi pour l’édition des Scritti filosofici e politici de Labriola, Einaudi, Turin, tome 1, 1973, pp. CV-CIX, ainsi que dans le livre de Luigi Dal Pane, Antonio Labriola : la vita e il pensiero, Ed. Roma 1935, aujourd’hui réédité sous le titre, Antonio Labriola nella politica e nella cultura italiana, Einaudi, 1975.

2 Sur l’« hégélianisme napolitain », on peut se reporter à l’ouvrage très documenté de Guido Oldrini, La cultura filosofica napoletana dell’ Ottocento, Laterza (Bari) 1973 (en particulier le chapitre VI).

3 Dans son célèbre ouvrage, Principi della scienza nuova, (1725), Vico démontre que la Providence règne dans l’histoire, et réalise ses objectifs à travers les actions des hommes sans qu’ils en aient conscience.

4 Labriola donne quelques indications sur le climat intellectuel napolitain de cette époque dans sa lettre a F. Engels, du 14 mars 1894 (Labriola, Scritti fîlosofici e politici, tome 1, Einaudi, 1973, p. 380), et dans sa correspondance avec George Sorel qui constitue l’essai « Discorrendo di socialisme di filosofia » (voir Scritti, tome 2, p. 698).

5 2e édition 1885. Ce livre est signalé par Labriola dans « I problemi della filosofia della storia » (1887) dans Scritti, tome I, p. 10 note 1.

6 Engels, lettre à Friedrich Albert Sorge, 30 décembre 1893, dans Marx-Engels, Werke, tome 39, Berlin, Dietz Verlag, 1968, p. 188.

7 Ce travail est cependant publié tout d’abord en français dans la revue marxiste dirigée par Georges Sorel à Paris ; Le Devenir social en deux parties (juin et juillet 1895). Labriola fait parvenir la première partie à F. Engels pour connaître son avis. Ce dernier porte un jugement globalement positif : dans sa réponse, il déclare : « Tout très bien, seulement quelques petits malentendus réels, et peut-être au début un vocabulaire à approfondir. Je suis très avide de la suite ». Ce passage en allemand est reproduit par Labriola dans sa lettre à Benedetto Croce, du 8 juillet 1895 (Lettre a Benedetto Croce - 1885-1904, Istituto per gli studi storici, 1975, p. 82). Engels ne pourra lire la seconde partie de l’essai puisqu’il meurt début août 1895.

8 Les traductions françaises étant malheureusement défectueuses, nous utiliserons l’édition italienne de ces textes dans le recueil, Scritti filosofici e politici, Einaudi, 1973, tome 2.

9 Labriola introduit ces deux dénominations en Italie dès son premier essai ; le second terme, forgé en 1890, est connu à partir de 1892 (voir notre chapitre Introductif p. 18).

10 A l’époque, où Labriola écrit, en Russie, Georg Plekhanov, sur les traces d’Engels, envisage le « matérialisme dialectique » comme l’unité d’une philosophie et d’une science.

11 « In memoria del manifesto dei comunisti », dans Scritti, tome 2, p. 528 ; voir aussi p. 490 et note 1.

12 Souligné par AL. « Discorrendo », dans « Scritti », tome 2, resp. pp. 378, 667, 673.

13 Ce concept apparaît avec le second essai « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 538 : 597 ; 619 ; voir aussi le troisième essai « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, pp. 702 ; 708 ; et le quatrième essai « Da un secolo all’altro », dans Scritti, tome 2, p. 821.

14 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 702.

15 Le « réalisme » désigne originellement la philosophie d’Aristote selon laquelle l’essence d’une chose connaissable est présente dans la réalité singulière (par opposition à l’« idéalisme » de Platon).

16 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 702.

17 « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 689.

18 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 719 et 721.

19 Ernst-Heinrich Haeckel (1834-1919) biologiste allemand, disciple de Darwin, pense que l’auteur de l’Origine des Espèces inaugure une nouvelle philosophie de la nature qui ne se distingue pas de la science naturelle, si bien que la science et la philosophie coïncident ; il parle ainsi d’un « monisme » philosophique qui ne retient qu’une seule substance, matière et énergie, et qui s’oppose au « dualisme » de la religion. Georges Plekhanov définit le marxisme comme un « monisme », dans son Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire, en 1895, mais il existe pour lui deux sortes de « monisme », l’un matérialiste, l’autre idéaliste. Labriola ne partage pas les conceptions du « monisme », respectivement chez Haeckel et chez Plekhanov.

20 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 720.

21 Souligné par A.L., « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, p. 537 ; voir aussi p. 545.

22 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, p. 678.

23 « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 591, 624. Voir aussi « Storia, filosofia della storia, sociologia e materialismo storico », dans Scritti, tome 2, pp. 802, 812.

24 Souligné par A.L., « In memoria », dans Scritti, tome 2, p. 497.

25 « In memoria », dans Scritti, tome 2, p. 485.

26 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 583.

27 Labriola : lettre à F. Engels, 13 juin 1894 dans Scritti, tome 1, p. 393.

28 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 535.

29 Labriola : lettre à F. Engels, 11 août 1894, dans Scritti, tome 1, p. 402.

30 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 675 ; voir aussi pp. 676 et 678.

31 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 647. Il publie des extraits du chapitre XIII de l’Anti-Dühring d’Engels sur la « négation de la négation », en Appendice à l’édition de son troisième essai « Discorrendo di socialismo e di filosofia ».

32 Souligné par A.L., « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, pp. 727-728.

33 On trouve une allusion à cette méthode dans la conférence de Labriola à l’université de Rome, en 1887, « I problemi della filosofia della storia », dans Scritti, tome I, p. 16 ; voir aussi Lettre à F. Engels, 13 juin 1894, dans Scritti, tome I, p.394.

34 Voir par exemple Jean Piaget (et collaborateurs), Les formes élémentaires de la dialectique, et en particulier la Postface de Rolando Garcia « Dialectique, psychogenèse et histoire des sciences, Coll. Idées, Gallimard, 1980. On peut aussi se reporter aux travaux d’un disciple français de Piaget, mais aussi du jeune Lukacs, Lucien Goldmann, qui définit la méthode de Marx comme un « structuralisme génétique généralisé », mais en ajoutant, « régi par l’idée de totalité » : (Marxisme et sciences humaines, Coll. Idées, Gallimard, 1970, p. 220).

35 « In memoria », dans Scritti, tome 2, pp. 521-524 ; « Del materialismo storico », p. 621 : voir aussi la lettre à Benedetto Croce du 3 décembre 1896, dans Labriola, Lettere à Benedetto Croce, Istituto italiano per gli studi storici, 1975, p. 192. Pour le XVIIIe siècle, Labriola fait implicitement allusion à des auteurs tels que Ferdinando Galiani (« Discorrendo di socialismo e di filosofia, Scritti, tome 2, p. 693).

36 Labriola cite Owen, et les socialistes ricardiens (de W. Thompson à J.F. Bray) en Grande-Bretagne, et Fourier et Saint-Simon pour la France (Del materialismo storico, dans Scritti, tome 2, p. 583).

37 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 621.

38 Souligné par A.L., « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 681. Le terme de « néo-économique », est fréquemment utilisé à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle pour désigner le marginalisme. Par exemple, Charles Gide et Charles Rist parlent de l’« école néo-économique » pour désigner l’« hédonisme » (école mathématique et école psychologique autrichienne). Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, 5e édition, 1926, Sirey, p. 621.

39 Souligné par A.L. Lettre à B. Croce, 3 décembre 1896, dans Lettere a Benedetto Croce, p. 192. Il est à noter que le « calcul hédoniste » lui semble cependant acceptable dans le cadre d’une société communiste car ici, le travail n’est plus exploité et « peut être rationnellement mesuré » (« Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 740).

40 Souligné par A.L. Postcriptum à l’édition française de « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 784.

41 Souligné par A.L., « Discorrendo » dans Scritti, tome 2, pp.674-675 et Postcriptum à l’édition française, op. cit., p. 784 ; voir aussi « In memoria », dans Scritti, tome 2, p. 494.

42 Labriola, se référant à l’article de Loria, « L’opera postuma di Marx » Nuova Antologia, février 1895), parle d’une « libre version de Marx dans le style de Proudhon » (« Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 683 note 1).

43 Souligné par A.L., op. cit., tome 2, p. 684.

44 Souligné par A.L., op. cit., p. 675. Il ajoute que « le mode de représentation des faits et des processus est généralement typique, car on suppose toujours que les conditions de la production capitaliste soient déjà toutes existantes en pratique » (p. 675).

45 Souligné par A.L., op. cit., p. 710.

46 Lettre à B. Croce, 31 mai 1898, dans Lettere a Benedetto Croce, p. 282.

47 « Discorrendo », dans Scritti, tome 2, p. 676.

48 Souligné par A.L., Labriola, : lettre à Louise Kautsky, 5 avril 1899, dans Scritti, tome 2, p. 1000. On trouve aussi des invectives : « Graziadei est un idiot (...) » (Lettre à Benedetto Croce, 29 janvier 1899, dans Lettere a Benedetto Croce, p. 325).

49 Souligné par nous, « In memoria » dans Scritti, tome 2, p. 526.

50 Voir notamment, op. cit., pp. 489, 525 ; « Del materialismo » dans Scritti, p. 569.

51 « In memoria » dans Scritti, tome 2, pp. 485-489 ; 520-521 ; 525 ; 529 ; « Del materialismo storico », pp. 558, 582, 584, 595-596 ; « Discorrendo », pp. 675, 678. Labriola emploie une seule fois dans ses « essais » le terme de « mode de production » (« In memoria », p. 488). Lorsqu’il cite dans son premier essai le célèbre passage de la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique de Marx, il traduit « Produktionsweisen », par « formes de production », alors qu’il s’agit de « modes de production » (« In memoria », p. 500).

52 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 605.

53 « Struttura » ou parfois « sostruzione economica » « In memoria » dans Scritti, tome 2, pp. 498, 521, 526 ; « Del materialismo » pp. 543-544 ; 571 ; 605-606 ; 615, 635.

54 Op. cit., pp. 544 ; voir aussi pp. 548 et 605. Selon nous, Marx identifie « structure économique » avec « forme économique déterminée de la société » (voir par ex. le Capital, livre 3, Ed. Sociales 1976, pp. 740-741).

55 Tantôt au singulier, tantôt au pluriel. Voir « In memoria », pp. 496, 499, 507 ; « Del materialismo », p. 553.

56 « In memoria », p. 520. « Del materialismo storico », pp. 546-550 ; 606, 618.

57 Publiée en France dans la revue L’Ere Nouvelle, en mars, avril, mai 1894, rééditée dans le recueil de Sorel, D’Aristote à Marx, Marcel Rivière, 1935.

58 Dans sa traduction du célèbre passage de la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, de Marx, le terme de « superstructure » (« juridique et politique »), « Uberbau », est rendu par « soprastruzione », et non par « sovrastructura » (Voir « In memoria », p. 500).

59 « Del materialismo storico » dans Scritti, tome 2, pp. 550-553 ; 612.

60 Engels : lettre à Franz Mehring, 14 juillet 1893 ; voir aussi lettre à Conrad Schmidt, 27 octobre 1890.

61 Marx : Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, pp. 4-5 ; voir aussi F. Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, 1980, pp. 111-113 ; ainsi que la lettre à Joseph Bloch, 21 septembre 1890, dans Marx-Engels, Correspondance, Ed. du Progrès, 1971, p. 452.

62 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, pp. 552-553, 605, 613-616.

63 Voir notamment les Grundrisse, Manuscrits de 1857-1858, par exemple, tome 1, pp. 219, 348-349 : tome 2, pp. 33, 76, 98, 186-188, 191-194, 238, 252, 254. Ed. Sociales, 1980. Neanmoins, dans les Manuscrits de 1844, Marx classe la « science » avec la religion, l’Etat, le droit, la morale, l’art, Ed. Sociales, 1968, p.88.

64 Souligné par A.L., « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, p. 543.

65 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 418, note 89.

66 « Del materialismo storico », dans Scritti, tome 2, pp. 543-544.

67 Op. cit., p. 542. Labriola parle aussi à ce sujet de la « conception rigoureuse du déterminisme » (souligné par A.L., op. cit., p. 552).

68 Labriola : Lettre à Karl Kautsky, 23 mars 1896, dans Labriola, Epistolario, tome 3,1896-1904, Riuniti, 1983, p. 645.

69 Les indications biographiques ci-après proviennent de sources très diverses ; on mentionnera cependant pour les années de jeunesse, l’extrait de souvenirs de Croce, « Memorie della mia vita » (1902), publié en appendice au livre de Labriola, Lettere a Benedetto Croce, 1885-1904, Istituto italiano per gli studi storici, 1975, pp. 395-401.

70 Sur les œuvres de jeunesse de Croce, on peut se reporter au livre de Charles Boulay, Benedetto Croce jusqu’en 1911 - Trente ans de vie intellectuelle, Droz, Genève, XII-560 p., 1981. Cet ouvrage examine principalement les travaux de critique littéraire.

71 Préface à la première édition (1899) de Materialismo storico ed economia marxistica, réédition Laterza, 1973, p. XI. Edouard Bernstein affirmera dans une note de l’un de ses articles critiques sur Marx de la Neue Zeit, (no 46,1898), avoir été inspiré « dans une certaine mesure » par les travaux de Croce ; il transmet cette indication à Sorel, qui la communique à son tour à Croce (Lettre du 9 septembre 1899, dans Sorel, Lettere a Benedetto Croce, De Donato, 1980, p. 86).

72 Croce : « Comme nacque e corne mori il marxismo teorico in Italia », dans Materialismo storico ed economia marxistica, Laterza, 1873, p. 291.

73 Pour une reconstitution de ce débat, voir l’étude de Giovanni Busino : « Philosophie, économie et sociologie Le débat entre Pareto et Croce », Cahiers Vilfredo Pareto, no 62, 1982, pp. 127-170.

74 Ce texte est réédité en Appendice à la sixième édition (1941) de Materialismo storico ed economia marxistica. Il existe une traduction française, « Vie et mort du marxisme théorique en Italie (1895-1900) », dans le recueil de textes choisis par Sergio Romano, La philosophie comme histoire de la liberté – Contre le positivisme, Seuil, 1983, pp. 87-118.

75 « Le teorie storiche del Prof. Loria » dans Materialismo storico ed economia marxistica, Laterza, 1973, p. 22 ; voir aussi p. 21.

76 Voir supra chapitre 1, p. 77.

77 Souligné par B.C., « Le teorie storiche del Prof. Loria », pp. 39-40.

78 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 84.

79 « Sulla forma scientifica del materialisme storico », pp. 2-4 ; 8-9 ; « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » pp. 74-75. Il pense que même si Labriola parle d’une « nouvelle et définitive philosophie de l’histoire », en réalité, il démontre exactement le contraire (« Sulla forma scientifica », p. 2).

80 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 17-18.

81 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 78 note 1 ; voir aussi « Sulla forma scientifica del materialismo storico », pp. 4 et 5.

82 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 79-80 ; voir aussi p. 76.

83 « Sulla forma scientifica del materialismo storico » pp. 8-9 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » p. 75 ; lettre de Croce à Giovanni Gentile, février 1897, dans Gentile, La filosofia di Marx, Sansoni, 1974, p. 186. Sur ce point précis, Croce critique implicitement la position de F. Engels, dans sa lettre à Conrad Schmidt du 5 août 1890 vraisemblablement publiée en Allemagne à l’époque, dans laquelle il définit le « matérialisme historique » comme une simple méthode (pour la référence précise, voir notre chapitre Introductif, p. 21).

84 Souligné par B.C. « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 9.

85 Souligné par B.C. « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 75 et 103 ; voir aussi introduction à la 2e édition (1906) de Materialismo storico ed economia marxista, et « Corne nacque e corne mori il marxismo teorico in Italia (1937) », Op. cit., p. 275.

86 Souligné par B.C. « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 18.

87 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 85. Il pense qu’il ne s’agit que d’une « simple digression » dans l’œuvre de Labriola, qui ne remet pas en cause son refus de considérer le « matérialisme historique » comme une philosophie de l’histoire.

88 Op. cit., pp. 95-97, 101, 103. n se sépare donc des analyses qui seront proposées plus tard en particulier par les théoriciens de l’« austro-marxisme » (K.Vorländer, Max Adler), qui envisagent le marxisme comme une « sociologie » doublée d’une « éthique ».

89 « Sulla forma scientifica del materialismo storico », p. 15.

90 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 93.

91 Les interprétations contemporaines (Gentile) ou successives (Mondolfo et Gramsci) s’attachent au contraire à souligner la continuité entre Hegel et Marx.

92 « Per la interpretazione de la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 54-55.

93 Souligné par B.C., op. cit., p. 73.

94 Souligné par B.C., op. cit., p. 56.

95 Op. cit., pp. 57-58.

96 Souligné par B.C., op. cit., pp. 58-59.

97 « La società economica in quanto società lavoratrice ». « Società lavoratrice » est une expression difficile à traduire : « société productrice », société labolaborieuse».

98 Souligné par B.C., op. cit., p. 62.

99 Souligné par B.C., « Le teorie storiche del Prof. Loria », p. 31 note 1 ; « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 65 ; « Recenti interpretazioni delle teoria marxistica del valore e polemiche intorno ad esse », p. 131 ; Préface à la 2e édition de Materialismo storico ed economia marxistica, p. XII. Croce utilise de préférence le second adjectif pour souligner qu’il entend dégager la pensée « réelle » de Marx.

100 « Recenti interpretazioni) », pp. 125-126.

101 Souligné par B.C. « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », pp. 60-61.

102 Souligné par B.C., op. cit., p. 65.

103 Il faut toutefois remarquer que dans la première version du premier essai, « Sulla forma scientifica del materialismo storico », publiée en 1896 sous le titre « Sulla concezione materialistica della storia », dans les Atti dell’ Academia Pontaniana de Naples, le 3 mai 1896, Croce défend une conception morale de l’exploitation. Il désavoue l’année suivante cette interprétation dans une note ajoutée à la première version de son troisième essai « Per la interpretazione », publié dans les mêmes Atti, le 21 novembre 1897.

104 « Recenti interpretazioni », p. 135.

105 Souligné par B.C., « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo », p. 67 et 102. Croce ne précise pas sa conception de la sociologie ; il ne s’agit évidemment pas de la conception des positivistes de l’époque.

106 « Recenti interpretazioni della teoria marxistica del valore e polemiche intorno ad esse », p. 128.

107 Voir supra, chapitre I, p. 99.

108 Au chapitre VIII du Livre 1er de Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.

109 « Per la interpretazione », pp. 63-64, note 1. On verra plus loin que Antonio Gramsci interprète la « société laborieuse » comme une « société communiste », (Voir chapitre 3, p. 226).

110 Max Weber : « Die « Objektivität » sozialwissenschaftlicher und sozialpolitischer Erkenntnis », « L’objectivite de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », 1904, traduction française de cet article dans le recueil de Weber : Essais sur la théorie de ta science, Plon, 1965, en particulier pp. 179-187.

111 Antonio Labriola fait remarquer à Croce qu’il devrait ainsi expulser Ricardo, puisqu’on ne trouve pas chez lui de « théorie générale de la valeur » (Postscriptum a l’édition française, 1898, de « Discorrendo di socialismo e di filosofia », dans Scritti, tome 2, Einaudi, 1973, p. 788).

112 Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, p. 236. Il ajoute au livre 3 du Capital : « (...) c’est le mystère dont la solution préoccupe toute l’économie politique depuis Adam Smith » (Ed. Sociales, 1976, p. 211).

113 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 210.

114 Op.cit., p. 228.

115 Op. cit., pp. 210, 228, 230, 234.

116 Ces « contre-tendances » sont souvent regroupées en trois ensembles (à la suite de P.M.Sweezy, dans The theory of capitalist development, 1942) : celles ayant pour effet le relèvement du taux de plus-value, celles ayant pour effet la diminution de la composition organique du capital, et les autres influences contraires. Il faut noter que les « contre-tendances » ne prennent pas en considération la répartition du profit global. A ce propos, Marx indique dans les « Grundrisse » une possibilité de relèvement du taux de profit grâce à la baisse des impôts, la diminution de la rente foncière, etc.. Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, p. 239 ; Voir aussi Théories sur la plus value, Livre IV du Capital, Ed. Sociales, tome 2, 1975, p. 541.

117 Marx affirme que la hausse de la durée quotidienne du travail dans les « principales industries » en Angleterre, sur la période 1797-1815, a permis d’enrayer la baisse du taux de profit (Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 2, 1975, p. 486).

118 Livre 3 du Capital, p. 230. Marx ajoute que la hausse du taux de plus-value et la baisse du taux de profit expriment la croissance de la productivité du travail dans le mode de production capitaliste (op. cit., p. 235).

119 L’utilisation du concept de « prix » est ici contestable, car en fait, Marx raisonne en « valeur ». Il ne faut pas oublier que les intitulés des « contre-tendances » no 3, 5, 6 sont rédigés par F. Engels et non par Marx.

120 Livre 3 du Capital, p. 231 ; voir aussi p. 242.

121 Op. cit., pp. 231-232 ; voir aussi Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales 1980, tome 2, p. 239.

122 Livre 3 du Capital pp. 232-233 ; voir aussi p. 249. Ces deux aspects sont déjà soulignés par John Stuart Mill, dans Principles of political economy with some of their applications to social philosophy (1848).

123 Op. cit., p. 235 ; voir aussi pp. 255 et 409.

124 Souligné par nous, op. cit., p. 234.

125 Dans les « Grundrisse », Mars pense que la baisse tendancielle du taux de profit se vérifie « pour des périodes plus ou moins longues » (Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 2, p. 252). Il ne fournit pas davantage de précisions sauf en un seul endroit, au livre 3 du « Capital », où il donne l’exemple d’une période de 30 ans, p. 228.

126 La loi ne doit pas être confondue avec la « surracumulation du capital » qui représente pour Marx Tune des trois causes effectives des crises (voir chapitre 6 p. 446).

127 Souligné par nous, op. cit., p. 236.

128 Souligné par B.C., « Una obiezione alla legge della caduta del saggio di profitto », pp. 140-141.

129 « Per la interpretazione e la critica di alcuni concetti del marxismo » p. 93 et Préface à la deuxième édition (1906) de Materialismo storico ed economia marxistica, p. XII.

130 Souligné par B.C., « Una obiezione », p. 141 ; voir aussi p. 147.

131 Croce fait remarquer dans une note (op. cit., p. 142 note 1) qu’il suppose une généralisation immédiate et totale du progrès technique et estime que l’on peut écarter l’« inutile complication » que représente la considération de sa généralisation progressive par étapes.

132 Op. cit., p. 143 ; voir aussi « Marxismo ed economia pura », p. 159.

133 Op. cit., p. 145 ; on voit apparaître ici une nouvelle hypothèse forte.

134 Il pense qu’il est impossible de trouver des éléments de réponse à son « objection » dans le Livre 3 du Capital, mis à part un passage du chapitre XIV dans lequel Marx traite du réemploi de la main d’œuvre avec un capital constant réduit (op. cit., p. 145). Il s’agit d’un passage du paragraphe consacré à la 4e « contre-tendance », la « surpopulation relative », traitant en particulier des industries de luxe (voir supra, p.175).

135 Livre 1er du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 354. Bien entendu, chez Marx, la hausse de productivité du travail ne provient pas exclusivement de l’introduction du progrès technique ; on trouve dans le Capital l’exemple du « perfectionnement des méthodes » en agriculture.

136 Souligné par K.M., Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 46.

137 Nobuo Okishio, « Technical change and the rate of profit », Kobe University economic review, 1961, traduction italienne dans Screpanti Ernesto et Zenezini Maurizio, a cura di : Accumulazione del capitale e progresse tecnico-Scritti sulla teoria marxiana della caduta tendenziale del saggio di profitto, Feltrinelli, 1978, pp. 55-71.

138 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 222.

139 On trouvera des indications biographiques dans le livre de Manlio Di Lalla, Vita di Giovanni Gentile, Florence, Sansoni, 1975.

140 « La filosofia della prassi », dans La filosofia di Marx Studi critici, (1899), 5e édition, Sansoni, 1974, pp. 72-73.

141 Souligné par K.M., « Thèses sur Feuerbach », publiées en Annexe au livre de F. Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, 1979, pp. 130-131. Nous rectifions cette traduction qui donne « comme pratique révolutionnante » pour « als umwalzende Praxis ».

142 « come prassi che si rovescia », « La filosofia della prassi » pp. 19 et 85.

143 Op. cit., p. 85 ; voir aussi p. 87.

144 Op. cit., pp. 77, 86-, 131-133, 156-157 ; voir aussi « Una critica del materialismo storico », dans La filosofia di Marx, p. 55.

145 Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, p. 56. « La filosofia della prassi », p. 127 ; voir aussi « Una critica del materialismo storico », pp. 38-39. Chez Platon, le réel est une copie maladroite de l’Idée qui, elle, provient des essences supérieures, tandis que chez Hegel, le réel est la manifestation (non de la copie) de l’Idée qui elle, provient de l’histoire des idées. L’interprétation d’Engels dans l’Anti-Dühring peut donc être qualifiée de réductrice. Dans Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande on trouve deux présentations contradictoires selon nous de la conception du réel chez Hegel. La première est identique à celle de l’Anti-Dühring, « reflet » de l’« Idée absolue » (Ed. Sociales, 1979, p. 83), la seconde est nettement meilleure : « aliénation de l’Idée absolue », op. cit., p. 27.

146 « La filosofia della prassi », p. 164.

147 Op. cit., pp. 163-165.

148 Op. cit., pp. 95-96.

149 Dans le texte original de Marx de cette « thèse », mais qui sera connu seulement à partir de 1925 et publié en italien après 1945, on trouve la formule « als revolutionare Praxis », « comme praxis révolutionnaire », ce qui lève tous les doutes quant à l’interprétation. L’édition française des thèses sur Feuerbach de la version Engels donne « comme pratique révolutionnante » (p. 131), formule qui se rapproche de la version de Marx, mais identifie à tort praxis et pratique.

150 V.I. Lénine attire l’attention sur le livre de Gentile dans la bibliographie qui fait suite à sa notice sur « Karl Marx » (1914), en déclarant que l’auteur, « idéaliste hégélien », « mentionne certains aspects importants de la dialectique matérialiste de Marx, qui échappent ordinairement à l’attention des kantiens, des positivistes, etc... » Œuvres complètes, tome 21, E. du progrès, 1960, p. 83.

151 Nos indications biographiques proviennent de sources éparses.

152 L’« associationnisme » est une doctrine philosophique selon laquelle toutes les opérations intellectuelles se ramènent à l’association des idées.

153 Il materialismo storico in Federico Engels, Laterza, 1973, p. 2 et 4.

154 Souligné par R.M., op. cit., en particulier pp. 4, 107, 133-134, 149.

155 Souligné par R.M., op. cit., pp. 92 et 97 ; voir aussi p. 148.

156 Op. cit., pp. 26, 27 et note 4.

157 Souligné par R.M., op. cit., p. 53.

158 Op. cit., pp. 134-135 note 1. Mondolfo fait ici allusion à la critique du « vieux matérialisme » qui repose sur une vision « atomiste » des hommes dans la « société bourgeoise », Sainte Famille, Ed. Sociales, p. 146. Sur ce point, il reprend donc l’optique de Gentile, mais en se référant à la Sainte Famille.

159 Op. cit., pp. 131, 133,156, 235-236.

160 Souligné par R.M., op. cit., pp. 139, 152-153, 162-163, 177.

161 Op. cit., p. 385, et Préface à l’édition espagnole (1940), op. cit., p. XVIII.

162 Op. cit., pp. 3 et 4.

163 Souligné par F.E., Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique, Ed. Sociales, bilingues, 1977, p. 35. (La phrase soulignée est de Gœthe, dans « Faust ») Voir Mondolfo, op. cit., pp. 212-213 ; voir aussi pp. 34,13 et 134.

164 Souligné par RM., op. cit., p. 20.

165 Op. cit., p. 18. La manière dont Mondolfo envisage ici les rapports entre la science et la philosophie chez Hegel et chez Engels anticipe exactement celle qui sera proposée plus tard en 1923 par Karl Korsch, dans Marxisme et philosophie, Ed. de Minuit, 1964, p. 85 note 15.

166 Op. cit., p. 288 ; voir aussi pp. 289-294.

167 Op. cit., p. 310.

168 Sur l’évolution de la pensée de L. Feuerbach, on peut se reporter au livre de David McLellan, Les jeunes hégéliens et Karl Marx - Bauer - Feuerbach - Stirner - Hess, Payot, 1972, pp. 123-146.

169 Op. cit., p. 213.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search