Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Première partie. Les interprétations de la pensée de Marx jusqu'à Gramsci

Chapitre I. La critique de Marx des économistes de formation positiviste

Texte intégral

1Pourquoi entamer notre examen par les « lectures » des économistes ? Un tel choix peut surprendre de prime abord ; il se justifie par le fait que, parmi les intellectuels, les économistes sont les premiers à prendre connaissance de la théorie de Marx. Ils vont en donner assez vite une première idée, certes approximative, et permettre l’ouverture de quelques discussions tout particulièrement à propos du Livre 1er du Capital. A travers des expériences intellectuelles différentes, ils sont tous notablement influencés par la philosophie positiviste, qui occupe une place très importante dans la pensée italienne du dernier quart du XIXe siècle. Les trois « lectures » que nous nous proposons d’étudier dans ce chapitre, n’ont pas toutes les mêmes motivations et ne répondent pas à un seul et même objectif. Achille Loria prétend offrir un panorama d’ensemble de l’œuvre de Marx à la fois philosophique, « sociologique » et économique. Critique opiniâtre, il réussit à susciter une controverse avec Engels, au sujet de la théorie de la valeur et de la question de la « transformation » des valeurs en prix de production. Vilfredo Pareto, entend quant à lui prononcer une condamnation définitive de l’œuvre de Marx au nom de la nouvelle école marginaliste qui vient de se constituer en Italie. Cette critique délibérément « anti-marxiste » ne s’attache qu’au problème de la « valeur » et de l’exploitation. Antonio Graziadei, entreprend à son tour une critique de la théorie marxiste de la valeur, dans le prolongement de Loria, mais dans le contexte international du « révisionnisme » de la fin du XIXe siècle. Il tente de proposer une nouvelle analyse qui tentera de concilier le marxisme avec les récents développements de la pensée marginaliste.

SECTION I : ACHILLE LORIA : CRITIQUE DE MARX

2Quelle est la situation de l’Italie à l’époque où Achille Loria rédige ses principaux travaux sur Marx, entre 1883 et 1895 ?

  • 1 Sur la période allant de l’Unité à 1896, on peut se reporter au livre d’Antonio Benenati, Le dévelo (...)

3Dans la période allant de l’Unité (1860-61) à 1880 environ, l’Italie possède des structures économiques presque exclusivement quasi-féodales. La terre appartient à des grands propriétaires fonciers qui la font cultiver de manière extensive par des fermiers ou des métayers employant des « braccianti ». Cependant, on assiste à la formation d’une infrastructure (Chemins de fer, équipements urbains...), financée par des capitaux d’origine agricole qui transitent par le budget de l’Etat1. Le Nord du pays en est le principal bénéficiaire, tandis que le Mezzogiorno connaît une quasi-stagnation.

4De 1881 à 1896, l’Italie subit les effets de la Grande Dépression, conjugués à ceux de la crise agraire mondiale. Toutefois, la grande industrie émerge, grâce aux banques et avec l’appui du protectionnisme. On voit ainsi apparaître les grands groupes tels que l’Ansaldo, associée à Maudslay en 1883 (chantiers navals), la Terni en 1884 (hauts fourneaux), la Breda en 1886 (locomotives). Le système bancaire, littéralement anéanti en 1893-1894, se reconstitue avec l’aide des capitaux allemands. Le prolétariat croit numériquement depuis l’Unité, mais sa composition reste très diversifiée ; il comprend une importante proportion de salariés agricoles. Comme pour la totalité de la paysannerie, la classe ouvrière se trouve écartée du système politique par un régime électoral censitaire. Les difficultés économiques provoquent parfois des révoltes spontanées, par exemple celle des travailleurs agricoles siciliens en 1893-1894, l’épisode des « Fasci siciliani », violemment réprimés. Le pouvoir politique appartient de 1861 à 1876 à la « DestraStorica », héritière de Camillo Cavour, puis de 1876 à 1896 à la « Sinistra », issue des luttes du Risorgimento dans le camp garibaldien, favorable, quant à elle, à une certaine démocratisation des institutions. Les travailleurs, bien que très divisés (« mazziniens », anarchistes, marxistes...) réussissent à mettre en place des organisations de lutte syndicale et politique. De 1882 à 1892, se constitue progressivement le Parti socialiste, premier parti politique véritable en Italie, autour d’un programme réformiste, et dirigé par Filippo Turati.

5Notre examen de l’œuvre d’Achille Loria comprend trois étapes. Tout d’abord, la présentation de l’économiste, ensuite l’approche du « matérialisme historique » et enfin celle de « Marx économiste ».

I – Achille Loria économiste

6Achille Loria (1857-1943) est sans doute l’un des économistes italiens les plus originaux des vingt dernières années du XIXe siècle. Son œuvre a suscité des polémiques intenses, virulentes, non seulement parmi les économistes, mais aussi les philosophes. Il sera considéré durant une certaine période comme le disciple le plus fidèle, voire l’égal de Marx, bien qu’il se soit toujours donné comme objectif dans ses écrits la réfutation de la théorie économique de l’auteur du Capital !

  • 2 Nos éléments biographiques proviennent de sources diverses.

7Né à Mantoue d’une famille israëlite de commerçants, il reçoit une formation culturelle positiviste dans sa ville natale, où il suit les cours de philosophie de Roberto Ardigò (1828-1920)2. Le positivisme exerce en effet son hégémonie sur la vie intellectuelle de l’Italie après 1870, et jusque vers la fin du XIXe siècle. Il imprègne aussi bien la philosophie que le droit, les sciences naturelles. Sa diffusion la plus massive se situe dans la moitié nord de l’Italie, en particulier dans la région de Bologne et de Milan. De la pensée de Roberto Ardigò, notre économiste va retenir le principe du respect absolu des « faits », le rejet de toute pensée « métaphysique » et de tout mode de raisonnement « a priori ». Il partage également l’enthousiasme manifesté par son maître pour le développement des sciences qui doit permettre de combattre efficacement le « spiritualisme » catholique. Achille Loria s’intéresse à d’autres composantes du vaste mouvement intellectuel que représente le positivisme, comme par exemple, la pensée de John Stuart Mill et d’Auguste Comte. Il s’imprègne également de la doctrine évolutionniste d’Herbert Spencer (1820-1903), qui fournit les fondements du « darwinisme social ». Il étudie le droit à l’université de Bologne, où il va se lier d’amitié avec le futur dirigeant du parti socialiste italien, Filippo Turati. En 1877, il reçoit le titre de docteur, et immédiatement après, il se consacre à l’étude de l’économie politique.

  • 3 Sur le socialisme de la chaire allemand, on peut consulter le livre d’Antonio Roversi, Il magistero (...)
  • 4 Karl Knies critique la théorie marxiste de la valeur dans l’ouvrage Das Geld, Berlin, Weidmannsche (...)
  • 5 Parmi les très nombreux élèves de L. Cossa à l’université de Pavie, on peut citer le sicilien Vito (...)
  • 6 Francesco Ferrara va constituer une école rivale à Florence en 1874, la « Società Adamo Smith », qu (...)

8Dans l’Italie post-unitaire, un nouveau courant économique se propage rapidement à partir de 1874, l’« école lombarde-vénitienne ». Ses fondateurs se réclament du « néo-historisme ». En Allemagne, la « Jeune Ecole historique », regroupée dans l’« Association pour une politique sociale » (« Verein für Sozialpolitik ») apparaît en 1872. Elle occupe rapidement une place prépondérante dans les universités, aussi ses partisans sont-ils baptisés par leurs adversaires libéraux, les « socialistes de la chaire » ou « Katheder-Sozialisten ». Parmi les adeptes de l’école on peut mentionner Gustav Von Schmoller (1838-1917), Albert-Eberhard Schäffle (1831-1903), Adolf Wagner (1835-1937), et Ludwig-Joseph (dit Lujo) Brentano (1844-1931). Leurs études monographiques utilisent de nombreux matériaux historiques et statistiques. Du point de vue doctrinal, ils s’opposent au groupe des « économistes de Berlin », disciples de l’« Ecole de Manchester » libérale, (fondée par Richard Cobden), et ils préconisent l’intervention de l’Etat dans la vie économique. Adolf Wagner prône, par exemple, un « socialisme d’Etat » comportant une réglementation de la production, des réformes fiscales et agraires, l’étatisation d’entreprises en situation de monopole, ainsi qu’une législation ouvrière. Lujo Brentano, d’orientation plutôt libérale, se fait l’apôtre, d’une politique de « hauts salaires ». Les propositions de l’école rejoignent les préoccupations des collaborateurs de Bismarck qui cherchent à résoudre la « question sociale » sans bouleversements3. Karl Knies qui a appartenu aussi à la « vieille école historique », et surtout Adolf Wagner, seront les premiers à discuter et à critiquer le Livre 1er du « Capital », dès les années 1870. Marx n’apprécie guère ces critiques qui émanent selon lui de représentants de l’« économie politique vulgaire » dans sa « forme professorale »4. Le « socialisme de la chaire » allemand va connaître un rayonnement international, mais il rencontre une audience maximale dans deux pays, le Japon et l’Italie. Il fait de nombreux adeptes en Italie, où leur principal adversaire libéral Francesco Ferrara (1810-1900) va désigner ironiquement ce courant du nom de « germanisme économique », et d’« école lombarde-vénitienne ». En effet, les principaux foyers de diffusion se trouvent à Pavie, autour de Luigi Cossa (1831-1896)5, et à Vicence autour de Fedele Lampertico (1833-1906). La nouvelle « école », née en 1874 et constituée officiellement au Congrès de Milan en janvier 1875, dispose d’une tribune avec le Giornale degli Economisti, dans la période 1875-18786.

9Achille Loria va s’initier à l’économie politique au sein de ce courant qui adhère pleinement au positivisme scientifique. Il est tout d’abord l’élève de Luigi Cossa et de Giuseppe Ricca-Salerno (1849-1912) à l’université de Pavie, puis il part à Berlin travailler auprès d’Adolf Wagner. En 1879, il publie son premier ouvrage, La rendita fondiaria e la sua elisione naturale, dans lequel il traite de la propriété foncière dans une perspective historique. On trouve déjà dans ce travail quelques éléments de critique de la conception marxiste de l’histoire. Loria envoie cet ouvrage à Marx, sitôt sa parution, accompagné d’une lettre très flatteuse dans laquelle il affirme :

  • 7 Loria : Lettre à Karl Marx, 23 novembre 1879, dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltri (...)

« Je vous dois la vraie méthode des recherches économiques, la méthode d’analyse que vous avez introduite pour la première fois en Economie politique »7.

  • 8 Comme il ressort de la lettre Marx à F. Engels du 3 août 1882, dans Marx-Engels, Werke, tome 35, Br (...)

10On verra ultérieurement ce qu’il pense réellement de la méthode de l’auteur du Capital. Marx, qui ne s’intéresse, dans ce livre, qu’à l’approche des différents auteurs et non à l’exposition du « système » agraire, exprime un jugement plutôt négatif, tout en reconnaissant les capacités de travail et les talents d’écriture du jeune économiste8. Ce dernier obtient, en 1881, une chaire d’économie politique à l’Université de Sienne. Immédiatement après la mort de Marx, en 1883, il publie un article nécrologique dans la principale revue littéraire italienne, qui s’inspire de la Revue des Deux-Mondes, La Nuova Antologia. Cette étude présente de manière critique les principales thèses du penseur allemand, à partir d’une lecture des textes originaux.

  • 9 Voir Gian-Mario Bravo : Il « Capitale » in Italia – 1867-1895, Appendice à Anna-Valentinovna Urœva,(...)
  • 10 Voir Ignazio Filippi : « I socialisti Della cattedra e Marx nella critica di Vito Cusumano », dans (...)

11Achille Loria est-il vraiment le premier économiste italien à lire Marx ? Certainement pas. En effet, le conseiller libéral sicilien Giuseppe Di Menza, secrétaire de la Classe « Sciences morales et politiques », lit à l’Académie des Sciences de Palerme, le 8 septembre 1873, un mémoire qui traite du Capital à partir de sources indirectes, « Evoluzione del socialismo – Carlo Marx e le sue dottrine », qui sera publié l’année suivante. Selon lui, ce livre s’appuie sur de faux postulats : « le capital est chose stérile, il n’est pas une force productive, il est chose morte », et, tout comme chez Proudhon, la « production des richesses sociales » demeure 1’« effet exclusif du travail sans aucune participation du capital »9 Entre 1872 et 1874, le sicilien Vito Cusumano (1843-1908), envoie de Berlin, où il travaille auprès des « socialistes de la chaire » Adolf Wagner et Ernest Engel, une suite d’articles « Sulla condizione attuale degli studi economici in Germania », à l’Archivio Giuridico de Pise. Ce travail qui constitue la partie centrale du livre, paru en 1875, Le scuole economiche Della Germania in rapporto alla questione sociale – Studi, fournit un résumé des thèses du Capital, probablement à partir de citations trouvées dans des opuscules de vulgarisation. Cusumano souligne les mérites scientifiques de l’auteur, sa « méthode historique et statistique » qui exclut la considération de lois naturelles immuables, mais lui reproche de considérer le capital comme improductif, le profit comme le résultat d’un vol, en ignorant le rôle de l’« abstinence »10. En août 1875, l’un des adversaires de Cusumano, l’économiste libéral, lui aussi sicilien, Francesco Ferrara, traite de Marx dans l’étude « Il germanesimo economico in Italia », parue dans la Nuova Antologia, et juge le Capital comme un livre très dangereux pour la société actuelle.

  • 11 Alfred Russel Wallace est l’auteur d’un ouvrage paru en 1882, Land nationalization, its necessity a (...)

12L’étude publiée par Achille Loria en 1883 va rencontrer un assez grand écho parmi les intellectuels italiens intéressés par le marxisme ; de plus elle provoque une polémique avec Friedrich Engels. A cette occasion, l’année suivante, notre économiste fait paraître dans le Journal des Economistes (Paris) une mise au point, « La théorie de la valeur de Karl Marx ». De 1886 à 1900 environ.il développe une théorie agraire originale, fondée sur la notion de « terre libre ». Il publie, en 1886, la Teoria economica Della costituzione politica qui fera l’objet d’une édition française refondue et augmentée en 1893, Les bases économiques de la constitution sociale. Cette œuvre envisage l’Etat (ou la « constitution politique ») comme un simple « produit » au cours de l’histoire de la « constitution économique », le lien entre les deux étant assuré par le « monopole politique de la propriété ». En 1889, paraît le monumental ouvrage Analisi Della proprietà capitalistica, en deux volumes (Bocca, Turin), les « lois organiques » puis les « formes historiques » de la « constitution économique » qui développe une théorie générale de la répartition, fondée sur la théorie de la « terre libre ». Cette théorie agraire fait ensuite l’objet de diverses présentations comme, par exemple, en 1891, « La terra ed il sistema sociale ». En quoi la théorie agraire de Loria consiste-t-elle ? A l’« état primitif » de la société, la population est peu nombreuse et il existe beaucoup de terres libres pour la culture. Les hommes cultivent la terre et ajoutent éventuellement à leur travail le capital qu’ils ont peu à peu accumulé. Ils disposent librement du produit de leur travail et la perception d’un profit de la part d’un capitaliste inactif est impossible. Enfin, il ne peut exister une division de la société en classes antagonistes. Le cours de l’histoire se caractérise par des formes successives de suppression de cette « terre fibre », avec diverses modalités, fiées notamment à la loi des rendements décroissants. Lorsque l’on trouve encore des terres libres cultivables grâce au seul travail, le capital peut s’approprier par la violence, « usurper » un profit, c’est-à-dire un prélèvement sur le produit agricole ; on trouve ici deux formes successives, l’esclavage, puis le sevrage. Lorsqu’il existe encore des terres libres, mais cultivables seulement en faisant appel au capital, et non plus simplement au seul travail, le salariat apparaît. L’objectif du capitaliste consiste à réduire le salaire au minimum par différentes méthodes, pour empêcher l’ouvrier d’accumuler (et donc d’occuper les terres libres cultivables grâce au capital, tentative qui ferait disparaître le profit). Enfin, on arrive au XIXe siècle, dans une phase où il n’existe plus de terres libres, du fait de l’augmentation de la population. La classe capitaliste s’approprie la terre, accumule, sans travailler. Le profit devient une « usurpation » systématique sur le produit du travail agricole, au détriment de la classe des travailleurs. L’économie capitaliste est donc fondée sur la suppression de la terre libre. Quelles sont alors les perspectives d’avenir ? Loria soutient la thèse selon laquelle la suppression de la terre libre est un obstacle au développement de la production par rapport aux besoins de la population. Il faut donc un changement dans les rapports sociaux pour la rétablir. Ce projet consiste concrètement dans une « association-mixte », qui deviendrait la « forme-limite » de l’économie : le travailleur occupe une certaine superficie qu’il cultive par son travail, tout en étant associé au « capitaliste-travailleur », et le produit est réparti en proportions égales. Ainsi, cette forme de métayage permettrait la disparition des classes sociales et de toute forme d’« usurpation ». Il semble que cette conception se rapproche beaucoup du point de vue défendu par l’école anglaise réunie autour d’Alfred Russel Wallace, qui préconise la fin du monopole de la propriété foncière et le libre accès au sol à tous, la « terre-fibre », afin de supprimer la dépendance des ouvriers vis-à-vis des capitalistes et des propriétaires fonciers11. A la fin du XIXe siècle, Achille Loria apparaît comme un tenant du « socialisme agraire », mais sur des positions originales, très différentes de celles d’Henry George. Il reproche d’ailleurs à l’économiste américain de ne s’occuper que de la suppression de la rente et de considérer le profit et le salaire comme des phénomènes « naturels ».

  • 12 Voir Henri Bartoli : « Marco Fanno e Achille Loria », Rivista internazionale di scienza economiche (...)
  • 13 Loria : « La scuola austriaca nell’economia politica, Nuova Antologia, 1er avril 1890, rééd. dans L (...)

13L’œuvre de Loria contient en outre une théorie de la colonisation qui va influencer un certain nombre d’économistes italiens, comme par exemple, le jeune Marco Fanno12. Adepte de l’économie politique classique, notamment de Ricardo et de John Stuart Mill, notre économiste veut se présenter comme le principal adversaire en Italie de la jeune « école hédoniste » qui, selon lui, serait née en réaction contre le marxisme. Dans un célèbre article, « La scuola austriaca nell’economia politica » (1890), il conteste la prétention de la théorie de la valeur-utilité d’être une nouvelle théorie de la valeur, originale par rapport à la théorie de la « valeur-coût » de l’école classique. Il lui reproche ses prétentions psychologiques qui la portent à l’« étude des ombres » au heu de se livrer à l’« étude des corps », seul objet de la science ; pour lui en effet, l’utilité est à la marchandise ce que l’ombre est au corps13.

  • 14 Oxford U. Press, 1954, p. 856, note 1. trad. française, Histoire de l’analyse économique, Gallimard (...)

14En 1895, Achille Loria qui enseigne maintenant à l’université de Padoue depuis 1891, présente au public italien les livres 2 et 3 du Capital dans la Nuova Antologia, « L’opera postuma di Carlo Marx », ce qui donnera lieu à une poursuite de la polémique avec Friedrich Engels. A partir du début du XXe siècle, la réputation de Loria commence à s’estomper en Italie. De 1903 à 1932, il enseigne à l’université de Turin, tout en poursuivant la rédaction de nombreux articles et de volumineux ouvrages comme, par exemple, La synthèse économique – Etude sur les lois du revenu (trad. fr. Giard et Brière, 1911) et I fondamenti scientifici Della riforma economica – Studio suite leggi Della produzione (Turin, Bocca, 1922). En 1919, il devient sénateur, et après 1922, il adhère au fascisme quoique de manière assez modérée. Victime des lois raciales de Mussolini (1938), il meurt en 1943. La pensée de Loria n’est guère prise au sérieux par Joseph Schumpeter, qui voit chez lui dans l’History of economic analysis, « a curious cross product of genius and bad training analysis »14.

15Loria découpe l’œuvre de Marx en deux blocs, d’une part le « système philosophique » auquel il faut associer le « système sociologique », d’autre part le « système économique ». Ce dernier va faire l’objet d’une critique particulièrement opiniâtre sur la période considérée. Nous nous servirons de ce découpage significatif pour étudier l’interprétation de cet économiste.

II – Marx « philosophe » et « sociologue » : la conception « technologique » de l’histoire

  • 15 « Karl Marx », La Nuova Antologia, 1er avril 1883, p. 524.
  • 16 Op. cit., p. 524. Loria affirme que cette conception se trouve déjà, « à l’état fragmentaire » chez (...)
  • 17 Voix « La terra ed il sistema sociale » (1891), rééd. La proprietà fondiaria e la questione sociale (...)
  • 18 « Karl Marx », pp. 524-527 ; voir aussi La rendita fondiaria e la sua elisione naturale, Hoepli, 18 (...)
  • 19 Souligné par AL, « Karl Marx », pp. 527-528.

16Les réflexions de Loria sur les conceptions philosophiques et « sociologiques » de Marx apparaissent dès le premier ouvrage, « La rendita fondiaria e le sua elisione naturale » (1879).L’article « Karl Marx », publié dans la Nuova Antologia, en 1883, fournit cependant un exposé plus complet. D’après Loria, Marx est un philosophe de l’histoire. Disciple de la « métaphysique historique »de Hegel, il élabore une « doctrine des époques sociales » qui se succèdent par négations successives, par suite des antagonismes qu’elles recèlent15. Toutefois, il existe des différences entre lui et Hegel. En effet, le principe de l’histoire chez Hegel se trouve dans l’« Idée », démiurge de la réalité. Au contraire, chez Marx, il se trouve dans la réalité, démiurge de l’« Idée », et plus précisément, dans l’« évolution de l’instrument productif qui, dans les différents stades de son développement, détermine les diverses formes économiques, ainsi que les formes juridiques, religieuses, idéologiques qui s’érigent sur elles »16. Les superstructures ne sont que des « formes dérivées superficielles », directement déterminées par l’« instrument technique » dont l’évolution est elle-même commandée par les transformations des « méthodes techniques ». Notre économiste cite à l’appui de son argumentation le célèbre passage de la préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, (1859) de Marx mais qui, on le sait, ne dit pas du tout la même chose. Il passe sous silence singulièrement le concept de « rapports de production » ; de plus, il a une vision particulièrement réductrice du concept de « forces productives ». D’une part, sa notion de « moyens de productions » est très étroite, car elle ne recouvre pas l’ensemble des objets et des moyens de travail ; d’autre part, toute une série de composantes des « forces productives », parmi lesquelles il faut mentionner le facteur « subjectif » (la force de travail), et les combinaisons sociales de la production (division du travail,...), se trouve écartée. Pourtant, il est si sûr du bien-fondé de son interprétation qu’il n’hésite pas dans un texte ultérieur à paraphraser des passages de la Préface à la Contribution, en remplaçant le terme de « forces productives matérielles », par celui d’« instrument technique »17. Sur la base de cette lecture, Loria avance ses critiques. L’« instrument de production » ne naît pas par génération spontanée, mais résulte d’une application de l’intellect, de la pensée humaine. Par conséquent, on se trouve en présence d’une « énorme contradiction », plus précisément d’un « cercle vicieux », d’un « non-sens ». En effet, Marx dit que les phénomènes sociaux déterminent l’intellect ; or, l’intellect, par l’intermédiaire de l’« instrument productif », va déterminer les phénomènes sociaux. Finalement, cette conception ne modifie qu’en apparence la « métaphysique historique » de Hegel qui, elle, avait au moins le mérite de la cohérence18. On constate ici combien l’étude des rapports Hegel-Marx est sommaire, mais il ne faut pas oublier que de nombreux textes philosophiques de Marx ne sont pas publiés, ou restent d’un accès difficile. Pour notre économiste, Marx est aussi un homme de science, un « sociologue ». Profondément évolutionniste, l’auteur du Capital est un lecteur enthousiaste de L’origine des espèces de Charles Darwin qui expose la « dialectique de la nature ». Π défend la thèse selon laquelle le processus de la société tout comme celui de la nature, suit une « évolution fatale » d’une forme inférieure vers une forme supérieure. Selon Loria, si « l’histoire des espèces n’est que l’histoire de la technologie naturelle, c’est-à-dire de la formation des organes des plantes et des animaux considérés comme moyens de production de leur vie, selon le système de Marx l’histoire de l’humanité n’est que l’histoire de la technologie industrielle, et les modifications de celle-ci expliquent la modification mécanique des organismes sociaux »19.

  • 20 Op. cit., p. 529. Loria prend la défense ici d’Eugen Dühring qui accusait Marx d’hégélianisme, cont (...)

17Le Capital, exemple d’« application sociale de la doctrine de l’évolution », étudie la vie économique et les « lois de la biologie sociale », et montre comment le système capitaliste est né de la « décomposition du système féodal ». Toutefois, il existe des différences importantes entre Darwin et Marx. Chez le premier, les « organismes » sont « imparfaits » et subissent des adaptations ultérieures. Chez le second au contraire, la société actuelle est un « organisme perverti et corrompu » à partir duquel doit naître un « organisme vigoureux et sain » ; on trouve donc ici la conception téléologique d’un but assigné à l’évolution humaine20. Achille Loria indique plus tard, en 1884, une autre différence. Dans l’étude « Carlo Darwin e l’economia politica », publiée dans la Rivista di filosofia scientifica, d’orientation positiviste, il remarque que si dans la lutte pour la vie les « forts » l’emportent sur les « faibles » pour le renforcement des espèces, dans la lutte des classes, les « faibles » (les « propriétaires ») l’emportent sur les « forts » (les travailleurs) qui sont pourtant facteurs du progrès. Les thèses de notre économiste, bien qu’elles ne se réclament pas exactement du « darwinisme social » ou de la « trinité » Darwin-Spencer-Marx, illustrée en Italie à l’époque par Enrico Ferri, sont très contestables. Elles se réfèrent implicitement à une célèbre note du Livre Ier du Capital :

  • 21 Livre Ier du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 417-418, note 89.

« Darwin a attiré l’attention sur l’histoire de la technologie naturelle, c’est-à-dire sur la formation des organes des plantes et des animaux en tant qu’instruments de production de la vie des plantes et des animaux. Mais l’histoire de la formation des organes productifs de l’homme social, de la base matérielle de toute organisation particulière de la société, ne mérite-t-elle pas la même attention ? »21

  • 22 Il faut se référer sur ce point à l’article « Darwinisme » dans Georges Labica, sous la direction d (...)

18Loria met l’accent sur ce passage particulièrement controversé du chapitre XIII de la section sur la plus-value relative qui pose le problème de la transformation du moyen de travail, d’outil en machine. Marx recourt dans la note à une démarche « organiciste » en se livrant à une assimilation de l’organe à l’outil fondée sur une lecture très partiale de Darwin, qui n’attribuait pas une fonction spécifique à l’organe22. De toute manière, on ne peut voir ici une définition de l’objet du « Capital », qui ne peut se réduire à une tentative d’« histoire de la technologie industrielle ». Le point de vue de Marx sur l’Origine des espèces a connu des variations importantes. La première lecture est enthousiaste :

  • 23 Lettres à F. Engels, 19 décembre 1860 et à Ferdinand Lassalle du 16 janvier 1861 dans Marx-Engels, (...)

« Malgré le manque de finesse bien anglais du développement, c’est dans ce livre que se trouve le fondement historico-naturel de notre conception » ; « le livre de Darwin est très important et me convient comme base de la lutte historique des classes »23.

  • 24 Voir Lettre à Engels, 18 juin 1862, dans op. cit., p. 21, et Théories sur la plus-value, Ed. Social (...)

19Cependant, à partir de 1862-1863, la position devient beaucoup plus critique. Par exemple, Marx juge illégitime l’application, revendiquée par Darwin à propos de la « lutte pour la vie », de la théorie de Malthus aux plantes et aux animaux. Il note aussi la présence dans l’« Origine des espèces » d’un modèle de la concurrence qui remonte à Thomas Hobbes (« La guerre de tous contre tous »)24.

20Que conclure de l’analyse dé Loria sur ce premier aspect ? L’approche de cet économiste demeure très sommaire et superficielle. Elle a peut-être le mérite de ne pas dissocier radicalement chez Marx, le « philosophe » et le « sociologue ». Toutefois, elle sépare sans justification et avant Joseph Schumpeter, le « sociologue » et l’« économiste ».

III – La controverse avec Engels sur « Marx économiste »

  • 25 Loria ne se réfère pas explicitement à ce texte, mais il paraît évident qu’il le connaît, si l’on e (...)
  • 26 « Karl Marx », pp. 540-541.

21Dans son examen de « Marx économiste », Achille Loria aborde très allusivement la question de la méthode, à travers une lecture de la postface à la 2e édition allemande du livre 1er du Capital25. Son point de vue a le mérite de la simplicité ; le problème se réduit à un équilibre instable entre deux méthodes absolument contradictoires, l’une mauvaise, l’autre bonne. En disciple de Hegel, Marx utilise en premier lieu en économie politique la « méthode a priori » « métaphysique », la « dialectique sacerdotale », mais devant le triomphe du positivisme dans les sciences il se met à pratiquer, avec succès d’ailleurs, la méthode « réaliste ». Malheureusement, l’influence de la première méthode restera la plus forte. Malgré sa bonne connaissance des faits réels, il demeure un « métaphysicien » parmi des positivistes26. De là découlent ses échecs multiples sur le plan scientifique. Pour clarifier ce jugement hâtif de Loria, il convient de rappeler ici que dans la Postface à la 2e édition allemande du Capital, Marx passe en revue différentes critiques qui ont accueilli la première édition, et signale notamment un article de la revue russe Le Messager Européen traitant de la méthode. Il résume le jugement de l’auteur, l’économiste Ilarion I. Kaufmann, en indiquant :

  • 27 Postface à la 2e édition allemande du Capital, Livre Ier, Ed. Sociales, 1983, p. 15.

« ma méthode d’investigation est rigoureusement réaliste (...) ma méthode d’exposition est malheureusement dans la manière dialectique allemande ».27

  • 28 On reviendra plus en détail sur cette question dans le chapitre 4.
  • 29 Souligné par Karl Marx, op. cit., p. 17.

22Marx n’accepte pas la thèse de deux démarches ; sa méthode est unique, du concret réel vers l’abstrait et de l’abstrait vers le « concret de pensée »28. Certes, il estime que le « mode d’exposition doit se distinguer formellement du mode d’investigation » et qu’en ce qui concerne le premier, la reproduction idéelle du mouvement réel (donc de l’abstrait au « concret de pensée »), « il peut sembler que l’on ait affaire à une construction a priori29. Loria, pour qui les deux procédés représentent deux méthodes opposées, la bonne, « réaliste », et la mauvaise, « a priori », va rendre la seconde responsable des erreurs de la théorie marxiste de la valeur.

a – La première attaque de Loria : la contradiction entre la loi de la valeur et le taux moyen de profit

23Le « système économique » développé dans le « Capital » se compose, selon notre économiste, de deux grands domaines. La « partie statique », avec la théorie de la valeur et la théorie du profit et la « partie dynamique » et « historique », représentée notamment par la « théorie des machines » et la « théorie de l’accumulation primitive ». La distinction statique-dynamique d’Auguste Comte, appliquée pour la première fois à l’économie politique par John Stuart Mill, est reprise ici pour étudier Marx.

  • 30 « Karl Marx », p. 534.

24Loria s’intéresse avant tout à la « partie statique » sur laquelle il va concentrer ses critiques. Il accorde peu de place à la « partie dynamique » ; dans l’article « Karl Marx », il ne consacre que quelques lignes à la « théorie des machines », qui dénotent une connaissance tout à fait superficielle du Capital. Dans son interprétation, les « exigences techniques » de l’industrie entraînent la décroissance relative du capital variable par rapport au capital constant. A cela s’ajoute la décroissance absolue du capital variable. Ces phénomènes ont pour effet la formation d’une population ouvrière en excès relatif, avec pour résultat la réduction du salaire au minimum nécessaire pour la survie. Comme l’excès relatif n’est en définitive que le produit de l’excès absolu de la population, par rapport aux subsistances, la théorie de Marx représente un « corrolaire » de celle de Malthus !30.

  • 31 Op.cit., p. 538.

25La théorie de la valeur constitue le « pivot » de la « partie statique » ; à partir de là, Marx condamne l’ordre social existant et explique la « nature du profit ». En ce domaine, se manifestent tout particulièrement les effets désastreux de l’utilisation de la méthode « a priori », de la dialectique hégélienne. D’après notre économiste, « (Marx) ne fut pas toujours un homme de science objectif, mais bien souvent un sophiste, qui voulait arriver, au prix de la vérité, à la négation de la société actuelle »31.

  • 32 Op. cit., p. 510 et 530.

26La théorie de la valeur est la plus claire illustration du « sophisme conscient » dominant dans une œuvre qui énonce « le principe selon lequel la valeur d’échange des marchandises est exclusivement déterminée par la quantité de travail nécessaire pour la produire »32. On trouverait en vain dans le Capital une quelconque démonstration de ce principe qui se trouve déjà chez une « pléiade » d’économistes anglais. Le seul argument avancé, consiste à affirmer que la valeur exprime une équation entre deux termes et qu’il existe un élément commun unique entre les deux : il s’agit de produits du travail humain. Loria fait manifestement allusion au premier paragraphe du Chapitre Ier du livre I du Capital, qui pose l’équation :

« un quarter de blé = a quintal de fer »,

  • 33 Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 41-45.
  • 34 « Karl Marx », p. 519.

27et qui établit le rapport entre la substance et la grandeur de la valeur par la « quantité de travail socialement nécessaire »33. Mais l’auteur du Capital utilise la méthode « a priori » et ne démontre nullement l’absence d’autres éléments communs possibles ; il n’envisage qu’un seul « effort nécessaire à la production » (« sforzo necessario alla produzione »), ou « facteur de production ». Les « économistes orthodoxes » peuvent donc facilement lui répondre que le « quid commun » est double : travail et « abstinence ». En définitive, la valeur déterminée exclusivement par le travail ne représente qu’un « article de foi de la nouvelle religion »34.

  • 35 Voir supra p.73.
  • 36 « Gloses marginales au programme du parti ouvrier allemand », dans Marx-Engels, Critique des progra (...)

28L’étude de l’économiste italien voit l’unique fondement de la théorie de la valeur dans l’équation mentionnée ci-dessus, et elle ne s’intéresse qu’au premier paragraphe du chapitre 1er du livre. Les paragraphes 2 (sur le « double caractère du travail »), 3 (sur la « forme de la valeur ou la valeur d’échange »), et 4 (sur le « caractère fétiche de la marchandise ») dont l’importance est cruciale, restent totalement ignorés. « Valeur » est toujours identifiée à « valeur d’échange ». L’argument sur le rejet d’autres « facteurs de production » possibles, en particulier de l’« abstinence » comme, par exemple, chez John Stuart Mill, semble repris ici de l’analyse présentée par Vito Cusumano, dans son livre pau en 187535. Des éléments de riposte se trouvent à ce propos dans le Capital ; en effet Marx n’affirme nulle part que la seule qualité commune des marchandises est celle de produit du travail humain. Il distingue valeur d’usage et valeur ; le travail n’est pas la seule source de la valeur d’usage. Il aime citer à ce sujet une remarque de William Petty : le travail est le père de la richesse matérielle et la terre en est la mère36.

  • 37 « Karl Marx », pp. 532-533 et 535.
  • 38 Op. cit., p. 523.

29Selon Loria, Marx déduit de la théorie de la valeur une « théorie du profit ». Les capitalistes ne versent pas aux ouvriers la valeur de leur travail, mais seulement la valeur de leur force de travail (« salaire »). Dans le régime du salariat, le travail ne peut jamais être payé à sa « juste valeur ». Le « profit » représente du « travail non payé » ; il s’agit d’une spoliation objective, d’une « usurpation organique », qui voue les ouvriers à la misère croissante37. L’auteur du Capital, révolté par la société actuelle dans laquelle il ne voit que « corruption et douleur », condamne l’ordre social capitaliste. Sa critique de la société actuelle soutient la comparaison avec celle de la société médiévale opérée par Dante Alighieri, dans la Divine Comédie-, ainsi il « est l’Alighieri du socialisme et le Capital est le poème sacré des revendications sociales »38.

30Loria attribue à Marx une conception du profit comme déduction sur le produit du travail, qui nous rappelle la conception d’Adam Smith. Cette position semble directement inspirée par les thèses des « socialistes de la chaire » allemands, comme par exemple Adolf Wagner et Albert E. Schäffle. Ce dernier a publié notamment la brochure « Die Quintessenz des Socialismus » (1ère édition 1874), célèbre travail de vulgarisation des conceptions économiques marxistes. Il s’agit d’une conception de l’exploitation plutôt morale que juridique. Le capitaliste n’est pas perçu dans sa fonction productive, mais seulement en tant que participant à la répartition ; le profit résulte de la spoliation, de l’« usurpation », de la rapine.

  • 39 Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 219.

31Une telle vision de l’exploitation capitaliste et du prélèvement de la plus-value (concept qui n’apparaît d’ailleurs pas dans l’étude « Karl Marx »), est très éloignée de l’analyse du livre 1er du « Capital », qui précise que le capitaliste achète pour un temps déterminé la force de travail de l’ouvrier, qui est payée à sa juste valeur, la valeur des moyens de subsistance. Le procès de travail s’organise sous la direction du capitaliste, et il est en même temps procès de valorisation (unité du travail utile et du travail créateur de valeur). La plus-value résulte de la différence entre la valeur que la force de travail peut créer et la valeur de cette même force de travail. La production de la plus-value ne provient pas d’une « usurpation », mais elle n’est qu’« un procès de formation de valeur prolongé au-delà d’un certain point. Si ce dernier ne dure que jusqu’au point où la valeur de la force de travail payée par le capital est remplacée par un nouvel équivalent, il demeure un procès de formation de valeur simple. S’il se prolonge au-delà de ce point, il devient procès de valorisation »39.

  • 40 A ce sujet, on peut se reporter également aux « Notes marginales au Traité d’économie politique d’A (...)

32La loi de l’échange, valeur contre valeur, se trouve rigoureusement observée ; le capitaliste achète la force de travail à sa juste valeur comme les autres marchandises nécessaires à la production, et s’approprie de plein droit la plus-value, et non de manière indue40.

33Après une présentation rapide de la théorie de la valeur, Loria va maintenant avancer sa critique. Il fait allusion à l’analyse du chapitre IX (« taux et masse de plus-value »), selon laquelle, la valeur du capital constant reparaît dans le produit alors que la « valeur ajoutée » (V + PL) provient uniquement du capital variable. Dans son langage, cela signifie que le « capital salarial » à la différence du « capital technique » (capitaux fixe et circulant) réapparaît accru d’un « profit ».

34Notre économiste formule alors son objection fondamentale :

  • 41 Souligné par A.L. « Karl Marx », p. 532.

« Mais le processus même de sa dialectique entraîne Marx dans une contradiction irréconciliable avec les phénomènes réels.
Car si vraiment le capital qui ne s’utilise pas en salaires est du capital constant, et ne crée pas de profit, les industries, qui, par nécessité technique, employant du capital constant en proportion supérieure, doivent obtenir un taux de profit inférieur aux autres ; ce résultat absurde est en contradiction avec une économie fondée sur la libre concurrence, et aurait pour conséquence la non-viabilité économique des industries, dans lesquelles prédomine le capital fixe. Or Marx s’aperçoit d’une telle contradiction (chapitre XI) ; il reconnaît que dans la réalité, le taux de profit est égal dans les différentes industries et que ce fait contredit apparemment les déductions de sa théorie. Mais de quelle manière résout-il la contradiction ? En renvoyant le lecteur à un second volume, à venir, dans lequel sera traitée la théorie de la concurrence !
– J’affirmais donc avec raison que ce second volume, dont Marx menaçait toujours ses contradicteurs, mais sans jamais le publier, pourrait bien avoir été un ingénieux expédient, imaginé par Marx, pour remplacer les arguments scientifiques »41.

35Il convient de clarifier quelque peu cette argumentation. Dans le chapitre IX, du livre 1 du Capital, Marx développe l’analyse suivante :

  • 42 Soulignée par nous, Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 343.

« Pour une valeur donnée et au degré d’exploitation de la force de travail de grandeur égale, les masses de valeur et de plus value produites par différents capitaux sont directement proportionnelles aux grandeurs des composantes variables de ces capitaux, c’est-à-dire aux parties de ceux-ci converties en force de travail vivante. Cette loi contredit manifestement toute expérience fondée sur les apparences. Chacun sait qu’un filateur qui emploie – en calculant les pourcentages au sein du capital global employé – relativement beaucoup de capital constant et relativement peu de capital variable ne fait pas pour autant main basse sur moins de gain ou de plus-value qu’un boulanger qui met en mouvement relativement beaucoup de capital variable et peu de capital constant. Pour résoudre cette apparente contradiction, il manque encore bien des maillons intermédiaires (...) »42.

  • 43 Marx, au moment de la parution de la 1ère édition allemande du livre 1, s’attendait à cette « objec (...)
  • 44 L’analyse du livre 3 (chapitre IX) est esquissée pour la première fois dans les Grundrisse (voir Ma (...)

36Pour l’explication de cette « contradiction apparente », le lecteur est implicitement invité à se reporter à un deuxième volume ultérieur (livre 3). De même, au chapitre XI (« taux de la plus-value »), traitant des rapports entre taux de plus-value et taux de profit, Marx renvoie à ce volume pour la question des divergences entre les valeurs et les prix. Il se trouve en effet devant un dilemne : soit répondre par avance aux objections inévitables43, mais sacrifier le mouvement dialectique d’exposition, soit ignorer provisoirement les objections et conserver sa démarche. Il choisit délibérément la seconde solution. Dans l’analyse en valeur, pour une exploitation uniforme dans les différentes industries (taux de plus-value constant), pour une même quantité de capital, constant et variable, avec des compositions organiques des capitaux différentes, on a des montants de plus-value différents, et donc des taux de profit différents (forte composition organique du capital et faible taux de profit et vice-versa). Mais la concurrence des capitaux, le transfert de capital d’une branche à l’autre, entraîne la péréquation des taux de profit et la formation d’un « taux moyen de profit ». Les valeurs se trouvent « transformées » en prix de production44.

  • 45 Dans Kapital und Kapitalzins-Geschichte und Kritik der KapitalzinsTheorien, (1ère édit. 1884).

37D’après Loria, la reconnaissance de l’existence d’un taux moyen de profit, constitue la preuve du « sophisme conscient » de Marx, car la réduction de la valeur au travail est incompatible avec les phénomènes réels, avec la réalité industrielle. Notre économie a le mérite de poser pour la première fois le problème de la « transformation » des valeurs en prix de production. Il inaugure la première phase de cette controverse qui va jusqu’aux travaux de Ladislaus Von Bortkiewicz. Cependant, il met en doute l’existence du second volume : Marx n’aurait pas pensé un seul instant donner un « frère jumeau » au livre publié en 1867, considérée par lui comme achevé, indépassable ; toutefois, il lui semblerait très utile de faire croire à son existence afin de décourager les critiques sur les points faibles de son « système économique ». Cette position paraît surprenante aujourd’hui, mais elle est partagée par de nombreux économistes au moment de la mort de Marx, comme par exemple, Eugen Von Böhm-Bawerk45. Il faut préciser à ce sujet que ce second volume, dont la parution devait suivre le premier, d’après les projets de Marx en 1867, comprend les livres 2 et 3. F. Engels, à la mort de son ami, envisage cette publication, mais en prenant connaissance peu à peu des manuscrits, il abandonne le projet d’un unique second volume, vers 1884-1885, et décide alors la publication séparée, vu l’ampleur des développements : livre 2 livre 3 et enfin livre 4 (« théories sur la plus-value »).

b – Premières réactions d’Engels et reprise de l’objection par Loria

38Notre économiste fait parvenir à Friedrich Engels sa présentation de l’œuvre de Marx, dans l’intention, sans doute, de susciter un débat. La réaction rapide de ce dernier, une lettre ouverte à Loria le 12 mai 1883, est toute faite d’indignation et de colère.

  • 46 Publiée le 17 mai 1883 dans l’organe de la social-démocratie allemande, « Der Sozialrdemokrat » (Zu (...)

39Ce qui choque le plus F. Engels, ce n’est pas l’interprétation de Marx « philosophe » et « sociologue », la « conception technologique de l’histoire », mais celle de l’« économiste ». Il est révolté de voir un « socialiste de la chaire » accuser Marx de « sophisme conscient », à propos de la théorie de la valeur ; il ne peut admettre que l’on puisse douter de l’honnêteté intellectuelle de son défunt ami. Le deuxième motif d’irritation provient de l’affirmation de l’inexistence du volume 2 du Capital et il en profite pour annoncer sa prochaine publication. Enfin, il relève la confusion entre la « plus-value » et le « profit » et informe son correspondant qu’il trouvera des éclaircissements profitables sur cette distinction dans ce deuxième volume (au livre 3). Cependant, cette intervention ne contient pas de réponses précises aux arguments avancés notamment sur la fameuse « contradiction »46.

  • 47 Loria : « La théorie marxiste de la valeur de Karl Marx », Journal des Economistes, tome 28, 4e sér (...)

40Comment Loria va-t-il réagir à cette attaque ? Il renonce à adresser directement une réponse à Friedrich Engels, et préfère envoyer une mise au point à la rédaction du Journal des Economistes, tribune des ultra-libéraux du « Groupe de Paris », qui vient d’ouvrir une controverse sur la théorie marxiste de la valeur à la suite de la publication du livre de Paul Leroy-Beaulieu, Le Collectivisme – Examen critique du nouveau socialisme, (Guillaumin, 1884). Loria relève qu’Engels, « un des économistes marquants de l’école marxienne », et en même temps « un des grands prêtres de l’Eglise Socialiste » ne répond pas sur le fond, et se retranche derrière un soi-disant volume 2 à paraître, qui doit anéantir ses critiques. Il reste persuadé, plus que jamais, d’avoir frappé juste dans ses critiques et répète textuellement dans sa réponse son exposé de la « contradiction » entre la loi de la valeur et le taux moyen de profit47.

  • 48 F.Engels : Lettre à Friedrich-Albert Sorge, 3 juin 1885, Marx-Engels, Lettres sur le Capital, Ed. S (...)

41On a vu précédemment qu’Engels renonce à la publication d’un second volume comprenant les livres 2 et 3 du Capital en 1884-1885. Il fait paraître le livre 2 en Allemagne en 1885, sans se faire aucune illusion sur l’accueil de cet ouvrage parmi les économistes, notamment parmi les « socialistes de la chaire ». Il s’attend, en effet, à une « grande déception », car ce livre « purement scientifique », ne contient pas de polémiques. Par contre, il mise davantage sur le livre 3, qui devrait produire au contraire, l’« effet d’un coup de tonnerre », car dans celui-ci, « toute la production capitaliste est traitée dans sa connexité » et par la même occasion, « toute l’économie politique bourgeoise est flanquée par terre »48. A la fin de sa Préface, il évoque la « contradiction » entre la loi de la valeur et l’égalité des profits sur laquelle bute Ricardo et son école, mais qui se trouve résolue dans le livre 3 à paraître ultérieurement. Il lance alors son fameux défi aux économistes qui accusent Marx de plagier Rodbertus :

  • 49 Préface au livre 2 du Capital (5 mais 1885), Ed. Sociales, 1976, p. 24. Sur ce défi, on peut se rep (...)

« S’ils démontrent comment, sans violation de la loi de la valeur et, au contraire, par application de cette loi, il peut et doit se former un égal taux de profit moyen, nous reprendrons la discussion »49.

  • 50 La tentative de solution la plus argumentée de cette période, mais non fidèle à la théorie de la va (...)

42Dans les années qui séparent la parution de livre 2 et celle du livre 3 du Capital (1885-1894), différentes tentatives de solution de la « contradiction » vont apparaître, notamment en Allemagne50.

  • 51 Analisi della propriétà capitalistica, Bocca, 1889, tome 1, p. X.

43Loria ne manifeste aucun intérêt pour le livre 2 et ne fait paraître aucun commentaire à ce sujet. En 1889, il publie un nouvel ouvrage, Analisi della proprietà capitalistica, dont l’objectif est le suivant : « Analysant la nature du profit et démontrant comment ce revenu, et les rapports de la distribution des richesses qui en découlent, se rattachent à la propriété foncière, le présent livre (...) arrive à une théorie générale de la distribution des richesses, et plus généralement au système économique »51.

  • 52 Op. cit., tome 1, pp. 142-144. En 1888, il s’est informé auprès d’Engels de la date de parution du (...)
  • 53 Souligné par A.L. « Analisis », tome 2, p. 155.
  • 54 Chez Loria, le « capital productif » sert à la production de biens matériels, par opposition au « c (...)

44Ce livre monumental consacre quelques pages à la théorie marxiste de la valeur, et à une reformulation des critiques. On trouve tout d’abord une reprise pure et simple de l’objection sur la « transformation » de 188352, ce qui amène l’auteur à conclure que la théorie de la valeur de Marx est un « suicide »53. Loria tente également de relever le défi lancé par Engels, et va proposer une solution pour concilier la détermination de la valeur selon le « travail effectif » avec la concurrence et donc le taux moyen de profit. Dans son analyse, la détermination de la valeur par le « travail effectif » assure aux capitalistes (« capital productif ») qui employant moins de « capital technique » par rapport au travail, un « profit-extra » incompatible avec la concurrence. Mais un « capital improductif »54 peut intervenir pour égaliser la condition des différents producteurs.

45Un exemple va préciser cette « solution ».

46Soit trois « capitaux productifs », A, B, C.

A met en œuvre 100 journées de travail (travail vivant) sans « capital technique » ;
B met en œuvre 100 journées de travail avec un « capital technique » de 100 journées de travail (travail passé) ;
C met en œuvre 100 journées de travail avec un « capital technique » de 200 journées de travail (travail passé).

47Dans les trois cas, les « salaires » représentent le produit de 50 journées de travail, la valeur des marchandises est de 100 journées de travail, car le « capital technique » ne s’use pas ; les « profits » représentent le produit de 50 journées de travail (taux de plus-value : 100 %).

Les taux de profit diffèrent Image 100000000000009000000041073C4FC7.jpg

Image 10000000000000D8000000E313C5FE82.jpg

48Un « capital improductif » D de 300 entre en jeu et va exiger un intérêt de 40 journées de travail de la part de A et 20 journées de travail de la part de B. Ainsi, les taux de profit de A et de B se trouvent ramenés à 20 %, identique à celui de C. Le taux de profit de D est également de :

Image 10000000000000CE00000048CBB7D609.jpg

  • 55 Op. cit., p. 486.

Note55

  • 56 Loria présente également cette « solution » dans son compte-rendu du livre de Conrad Schmidt : « Di (...)
  • 57 Analisi, tome 1, pp. 137-138.
  • 58 On peut voir ici un lien avec l’« état primitif qui précède l’appropriation des terres et l’accumul (...)
  • 59 Analisi, tome 1, p. 156 ; voir aussi pp. 167, 255.
  • 60 Op. cit., p. 156, note 1. Loria fait ici allusion à un passage du chapitre VIII : (« la journée de (...)

49Il s’agit, selon Loria, d’un résultat purement théorique, impossible à atteindre dans la réalité, car il faudrait que le « capital improductif » puisse connaître exactement la « composition technique » des différents « capitaux productifs », et imposer à ces derniers un intérêt différencié. Un tel exemple constitue donc la preuve par l’absurde de l’impossibilité de donner une solution satisfaisante à la contradiction entre la loi de la valeur et le taux moyen de profit. Notre économiste fournit ainsi une solution simpliste dans laquelle le « capital improductif » ferait aligner tous les autres capitaux au niveau le plus bas du taux de profit56. Cette méthode fait ainsi allusion au mécanisme de péréquation des taux de profit chez Marx. Réfléchissant à nouveau sur la question de la valeur, Loria formule de nouvelles remarques critiques. Tout comme l’économie politique classique, Marx affirme que, pour toutes les époques historiques, la valeur est déterminée par la quantité de travail. Il ne se sépare de cette école que sur un point : l’économie politique classique déduit la valeur de la concurrence ou de l’intérêt personnel et renvoie à des « causes psychologiques » ; de plus, elle considère cette loi immuable comme toutes les autres lois. Par contre, chez lui, toutes les lois économiques sont historiques, sauf une seule, la « loi fatale, astronomique » de la valeur, qui s’impose à l’homme et qu’il considère comme un « phénomène social et humain ». Or, une conclusion logique aurait dû le conduire à reconnaître la loi de la valeur comme une loi historique, et non pas naturelle57. Loria admet la validité pratique de la loi de la valeur uniquement dans la société où existe la « terre libre »58, et pour une phase transitoire déterminée de l’économie capitaliste ; elle n’est applicable en aucun cas au capitalisme actuel, pour lequel une théorie du coût de production est nécessaire. Une autre grave erreur consisterait selon lui dans sa « déduction » de la « nature du profit » et de son « caractère d’usurpation », à partir de l’analyse de la valeur. Si Marx avait suivi une méthode correcte, il aurait soigneusement séparé l’analyse du profit de celle de la valeur. La logique exige le traitement de la théorie du profit avant celui de la théorie de la valeur. En effet, la recherche sur la nature du profit doit s’attacher au « rapport qui s’établit entre le capitaliste et l’ouvrier, et qui est totalement indépendant de l’échange et de la valeur ». La nature du capitaliste « préexiste à l’acte d’échange » ; le propriétaire du capital s’empare d’une partie du produit du travail (« usurpation »). La sphère de la production a un caractère essentiel et premier. Ensuite, on peut procéder à l’analyse de la valeur ; celle-ci « phénomène de circulation », n’est qu’un « rapport entre deux capitalistes »59. La sphère de la circulation, de l’échange, a un caractère dérivé, superficiel. Marx, en partant de la « valeur » pour comprendre le « profit », tombe tout simplement dans la même erreur que les Mercantilistes. Toutefois, il est parfaitement conscient de la pure « fiction » de cette démarche, et lorsqu’il l’estime nécessaire, il étudie le « profit » indépendamment de la « valeur » (rapport d’échange). Le livre Ier du Capital fournit un bon exemple à ce sujet avec la « corvée »60.

50Si l’on poursuit le raisonnement de Loria jusqu’au bout, Marx aurait dû traiter au livre 1er du « profit » et au livre 2, de la « valeur ». Cette interprétation méconnaît singulièrement d’une part, l’analyse des formes de la valeur, et d’autre part l’unité-distinction entre les sphères de la production et de la circulation.

51Il convient maintenant de passer à la dernière étape du débat qui s’est instauré entre Loria et Friedrich Engels.

c – La parution du livre 3 du « Capital » : reprise des attaques de Loria et dernière mise au point d’Engels sur la théorie de la valeur

  • 61 Cette Préface (4 octobre 1894), dont la publication en italien sera refusée par les amis de Loria, (...)

52La polémique sur la question de la valeur va reprendre de la vigueur avec la parution du livre 3 du Capital en 1894, en Allemagne. Dans la Préface, Engels passe en revue la littérature parue au cours des dernières années sur le problème de la « contradiction » entre la loi de la valeur et le taux moyen de profit, et profite de cette occasion pour dresser un véritable réquisitoire contre ce qu’il appelle le « charlatanisme scientifique d’Achille Loria »61. Il l’accuse tout d’abord de se faire passer pour le véritable inventeur de la « conception matérialiste de l’histoire », quoique dans une version passablement édulcorée, dans la Teoria economica della costituzione politica (1886, édit, française 1893). Il rappelle ensuite la mise en doute de l’existence du second volume du Capital et l’accusation de « sophisme conscient », dans l’article « Karl Marx » de 1883. Enfin, il examine la prétendue « solution » de la « contradiction », présentée en 1889. Selon lui, on a affaire ici à un mystère. Pourquoi le « capital commercial » prélèverait-il sur le capital industriel un revenu analogue à la rente perçue par les propriétaires fonciers et établirait-il ainsi le taux moyen de profit ? Selon cette analyse :

  • 62 Préface au livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 21-22.

« ... le capital commercial possède le pouvoir magique d’absorber toute la plus-value excédant le taux général de profit – bien avant, d’ailleurs que celui-ci ait été constitué – et de la transformer en rente foncière à son profit ; tout cela sans qu’il ait besoin de la moindre propriété foncière. Loria ne nous surprend pas moins quand il prétende que le capital commercial est capable de découvrir ceux des industriels dont la plus-value coïncide exactement avec le taux moyen de profit et qu’il se fait un honneur d’alléger quelque peu le sort de ces malheureuses victimes de la loi marxiste de la valeur, en vendant leurs produits gratuitement et même sans aucune commission »62.

  • 63 Engels ignore l’existence de l’Analisi della proprietà capitalistica, et prend connaissance de la p (...)

53Engels assimile à tort « capital improductif » et « capital commercial » dans l’optique de son adversaire ; il a sans doute là en vue les remarques de Marx sur la participation du « capital commercial » à la péréquation des taux de profit, question traitée notamment au chapitre 17 (« le profit commercial ») du livre 3. Il prend trop au sérieux la « solution » et la critique pour son défaut de réalisme ; ainsi, il manque son objectif, car il ne s’agit pas d’une véritable solution, mais de la preuve par l’absurde de l’absence de solution possible63.

  • 64 « Intorno ad alcune critiche dell’ Engels », Lettre au directeur Francesco-Saverio Nitti, publiée d (...)

54Comment Loria va-t-il réagir à la lecture du livre 3 et de la Préface d’Engels ? En ce qui concerne la Préface, il répond par une lettre adressée non pas à Engels, mais à un de ses amis, directeur de la revue, La Riforma Sociale64.

55Il repousse toutes les « graves accusations » et les « injures véhémentes » du « chef du haut clergé marxien ». Ce dernier se trompe en prenant au sérieux sa « solution » et ne fait que répéter ses propres propos sur l’irréalisme des hypothèses ; il s’agit là d’une « bataille contre les moulins à vent ».

  • 65 Op. cit., p. 267.

56De plus, il réaffirme, tout comme en 1883, que Marx n’a jamais envisagé de publier d’autres volumes du Capital notamment en raison, des « graves contradictions » contenues dans le livre paru en 1867 et dont il est conscient. Les « notes décousues » avec lesquelles Engels fabrique les livres 2 et 3 prouvent, par leur contenu, qu’elles ne sont pas destinées à la publication. D’ailleurs, dans cette œuvre posthume, on ne peut pas trouver une seule ligne écrite après 186765. Il apparaît donc que Loria lit très mal la Préface au livre 2 dans laquelle Engels fournit des précisions intéressantes sur les manuscrits et des indications sur la date de rédaction ; par exemple, pour le livre 2, il existe des cahiers rédigés jusqu’en 1878. Bien évidemment, il ne dispose pas à l’époque, de la correspondance de Marx et d’Engels, qui nous renseigne aujourd’hui sur les plans successifs et les projets de publication.

57En ce qui concerne le contenu du livre 3, Loria présente ses impressions dans un article « L’opera postuma di Carlo Marx », publié le 1er février 1895, dans la Nuova Antologia.

  • 66 « L’opera postuma » di Carlo Marx, Nuovo Antologia, 1er février 1895, p. 471. Il se lance dans une (...)
  • 67 Le « socialiste de la chaire » Wilhelm Lexis est le premier auteur à relever le défi lancé par Enge (...)
  • 68 Souligné par A.L., « L’opera postuma », p. 478.
  • 69 Op.cit., p. 478.

58Ce texte, se propose de faire connaître en Italie, les principales thèses contenues dans les livres 2 et 3. Toutefois pour l’auteur, le livre 2, « second Faust », n’est qu’un « préambule » au livre 3 et ne présente que peu d’intérêt ; il fourmille de « raisonnements inutiles ». Le dernier livre mérite au contraire un examen particulier, car il expose les « résultats définitifs du système marxiste »66. Loria rappelle tout d’abord brièvement ses précédentes remarques de 1883 sur la théorie de la valeur, en y ajoutant un développement sur la différence entre le taux de plus-value et le taux de profit. Après une reproduction presque textuelle de l’exposé de sa fameuse objection, déjà répétée en 1884 et 1889, il se prononce sur la solution fournie par Marx. Il résume assez fidèlement le principe de la « transformation » des valeurs en prix de production, largement anticipé, selon lui, par Wilhelm Lexis67. Selon notre économiste, on se trouve en présence ici non pas d’une « solution », mais plutôt d’une parfaite « mystification ». En effet, Marx abandonne l’idée d’une « valeur réellement établie sur la base du travail », à laquelle les marchandises s’échangeraient effectivement, idée centrale dans le livre 1 du « Capital », comme le démontrent des équations telles que : un quarteron de froment = a kg de fer ». Il affirme maintenant que les marchandises s’échangent à des prix de production qui divergent des valeurs. Sur ce point, il ne fait donc que se rallier à la thèse des « économistes orthodoxes », selon laquelle la quantité de travail n’intervient jamais dans la détermination des prix. Il arrive, dans ces conditions, à la « création absurde d’une valeur noumène, étrangère à la réalité et même aux lois de la pensée »68. Aucun économiste sérieux ne peut s’intéresser à la valeur à laquelle les marchandises ne se vendent pas, à un « noumène », métaphysique, de type kantien. Marx ne peut sauver sa théorie en affirmant que, malgré les divergences individuelles entre prix et valeur, on retrouve l’égalité entre la somme des valeurs et la somme des prix pour l’ensemble des marchandises. En effet, pour Loria : « Du fait que la valeur n’est rien d’autre que le rapport d’échange entre une marchandise et une autre, le concept même d’une valeur totale est une absurdité, un non-sens »69.

59En résumé, la théorie des prix de production exposée au livre 3 est la négation de la théorie de la valeur exposée au livre 1. Cet « échec théorique », ce « suicide scientifique », entraîne l’écroulement de la théorie de la plus-value, de la théorie du salaire, et toute la « partie statique » du « système économique » de Marx s’effondre.

  • 70 Voir par exemple, Pierangelo Garegnani, Il capitale nelle teorie della distribuzione, Giuffrè, 1960 (...)

60L’intervention de Loria en 1895 ne contient donc pas d’arguments nouveaux sur la théorie de la valeur, par rapport à ses prises de position de 1883 et 1889. La critique de la solution de Marx reste à un niveau très superficiel et révèle une confusion complète des objectifs des livres 1 et 3 du Capital et de leurs niveaux d’abstraction respectifs. L’argument de l’absurdité d’une somme de « valeurs », au sens de rapports d’échange n’a guère de poids ici dans la mesure où notre auteur ne perçoit pas le véritable enjeu du problème de l’agrégation, déjà affronté par Ricardo dans ses Principles ; ce dernier tente de mesurer en valeurs relatives ses agrégats, en particulier le produit social et le taux de profit, en se heurtant aux difficultés que l’on sait70.

61Friedrich Engels prend immédiatement connaissance des deux textes de Loria. La réponse qu’il va fournir se trouve dans la première partie de son « Complément et supplément » au livre 3 du Capital, intitulée : « Loi de la valeur et taux de profit », publiée dans la revue théorique de la social démocratie allemande Die Neue Zeit.

  • 71 La lettre au directeur de La Riforma Sociale n’a droit qu’à une longue note du « Complément et Supp (...)

62Elle porte exclusivement sur l’article « L’opera postuma di C. Marx », et va concerner deux critiques71, l’« absurdité », le « non-sens » de la notion de « valeur totale » et l’inexistence de l’échange des marchandises selon la quantité de travail.

63Engels résume la première critique de l’« illustre M. Loria bien connu », de la manière suivante : la valeur ou rapport d’échange est identique au prix, lui-même déterminé par l’offre et la demande, et l’analyse s’arrête là. Il va ensuite tourner en dérision le point de vue de son adversaire.

  • 72 « Complément et Supplément », Livre 3 du Capital, p. 27. Adam Riese est un mathématicien allemand d (...)

« Partageons donc toutes les marchandises existant dans le monde en deux moitiés : le groupe de la demande et celui, qui lui est égal, de l’offre. Supposons que chaque moitié représente un prix de mille milliards de marks... D’après Adam Riese, cela fait au total un prix ou une valeur de deux mille milliards. Non-sens, absurdité, dit M.Loria. Les deux groupes peuvent bien représenter ensemble un prix de deux mille milliards, mais, pour la valeur, c’est autre chose. Si nous parlons prix, 1000 + 1000 = 2000 ; mais, si nous parlons valeur, 1000 + 1000 = 0. Du moins dans notre cas, où il s’agit de la totalité des marchandises. Car ici, la marchandise de chacun des deux échangistes ne vaut 1000 milliards que parce que chacun veut et peut donner cette somme pour la marchandise de l’autre. Mais, si nous réunissons la totalité des marchandises de l’un et de l’autre dans la main d’un troisième, le premier ne détient plus aucune valeur, l’autre pas davantage et le troisième encore moins. A la fin, personne ne possède plus rien. Nous admirons à nouveau la supériorité avec laquelle notre Cagliostro méridionnal a si bien liquidé la notion de valeur qu’il n’en reste pas la moindre trace. Voilà bien le summum de l’économie vulgaire ! »72.

  • 73 Livre 3 du Capital, pp. 179-180 et 182.

64Engels ne voit rien d’autre à répondre à l’économiste italien, en dehors de ce divertissement ironique, car pour lui la véritable réponse est clairement fournie par Marx dans le livre. La seconde critique de Loria porte sur la « transformation » des valeurs en prix de production. La réponse d’Engels à ce sujet, plus sérieuse que la première, ne s’adresse pas exclusivement à Loria ; elle concerne également les interprètes de Marx en Allemagne qui envisagent la loi de la valeur comme un « fait de pensée », un « fait logique » (Wemer Sombart), ou comme une « fiction nécessaire » (Conrad Schmidt). Engels entend développer une remarque de Marx dans les manuscrits du Livre 3, laissant entendre qu’il faut envisager la question de la « transformation » non seulement sur le plan analytique, mais aussi sur le plan historique73. Il va donc situer sa défense de la loi de la valeur sur le terrain historique. Il indique à ce sujet :

  • 74 « Complément et Suplément » au livre 3 du Capital, pp. 32-33.

« la loi de la valeur de Marx est généralement valable, pour autant toutefois que des lois économiques peuvent l’être, pour toute la période de la production simple de marchandises, donc jusqu’au moment où cette dernière subit une modification par l’avènement du mode de production capitaliste. Jusque-là, les prix s’orientent vers les valeurs déterminées par la loi de Marx et oscillent autour de ces valeurs (...) La loi de la valeur de Marx est donc économiquement valable en général pour une période du début de l’échange qui transforme les produits en marchandises jusqu’au XVe siècle de notre ère. Mais l’échange de marchandises remonte à une époque préhistorique, qui nous ramène en Egypte au moins à 3500, peut-être 5 000 à Babylone à 4000 et peut-être 6000 années avant notre ère ; la loi de la valeur a donc régné pendant une période de 5000 à 7000 ans. Admirez maintenant le sérieux de M. Loria qui considère que la valeur, ayant eu cours de façon directe et générale pendant toute cette période, est une valeur à laquelle les marchandises ne sont ou ne seront jamais vendues et dont aucun économiste possédant un grain de bon sens ne se souciera jamais ! »74.

  • 75 Engels : Lettre à Werner Sombart, Il mars 1895, dans Marx-Engels, Correspondance, Ed. du Progrès, 1 (...)

65Il poursuit son analyse en esquissant un historique des étapes de formation d’un taux moyen de profit. Il en situe l’origine dans les premières grandes compagnies commerciales (XVe-XVIe siècle). La concurrence qui entraîne la formation de taux moyens de profit locaux va imposer ensuite l’égalisation des taux de profit dans une nation, puis entre les nations. Le capital commercial s’empare des activités industrielles (XVIIe-XVIIIe siècle). La grande industrie assure enfin l’égalisation des taux de profit des différentes branches du commerce et de l’industrie. Engels est parfaitement conscient de n’avoir fourni qu’une réponse très imparfaite et incomplète aux objections. Il reconnaît que Marx ne « dit pas grand chose » sur le processus d’égalisation des taux de profit et qu’il se contente de donner une esquisse pour des recherches ultérieures. Il va même demander à Werner Sombart de réaliser un travail sur les « maillons intermédiaires » entre la « valeur immédiatement réelle » dans les premières sociétés marchandes et la « valeur sous la forme de production capitaliste »75.

66Il est permis de douter que la démarche d’Engels soit fidèle à la conception de Marx sur la « loi de la valeur ». En effet, il affirme que le fonctionnement réel de cette loi s’arrête au XVe siècle et sous-entend qu’une autre loi (vraisemblablement celle du prix de production) prend alors le relais pour le mode de production capitaliste.

  • 76 Voir par exemple Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp.103-104 et Livre 3 du Capital, Ed. Soci (...)

67Pour l’auteur du Capital, au contraire, la « loi de la valeur » ne peut fonctionner que dans le cadre de la « société bourgeoise moderne », dans laquelle la forme marchandise du produit est dominante. Elle ne devient « vérité pratique » et inséparable de la loi de la plus-value que dans le mode de production capitaliste, même si elle agit comme loi de formation des prix de production. Certes, il existe dans les modes de production précapitalistes des « formes-valeurs », des rapports marchands ; Marx en fournit d’ailleurs de nombreux exemples réels bien délimités historiquement, et il n’a jamais parlé à ce propos d’une « loi de la valeur » « généralement valable »76. De plus, il se livre à une critique mordante des économistes qui envisagent son fonctionnement dans des sociétés non pleinement capitalistes, notamment Adam Smith et Robert Torrens :

  • 77 Théorie sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 3, 1976, p. 83. Marx reproche à R. Torrens de revenir (...)

« La loi de la marchandise existerait dans une production qui ne produit pas de marchandises (ou n’en produit que partiellement), mais n’existerait pas sur la base de la production dont le fondement est l’existence du produit comme marchandise »77.

68L’erreur d’Engels est d’avoir envisagé une période historique de « production marchande simple » où les acteurs sont des petits producteurs, dans laquelle le principe de la « valeur » jouerait pleinement, en quelque sorte à l’« état pur ». Il ne s’interroge pas sur le statut réel de la « production marchande simple » envisagé au début du Livre 1er du Capital. Marx ne cherche pas à démontrer un passage historique de la « production marchande simple » à la « production marchande capitaliste » ; il entend étudier seulement cette dernière, et dans ce but, il part du niveau le plus abstrait : l’économie capitaliste se trouve réduite à une économie marchande dans laquelle les rapports de production spécifiques qui s’y reproduisent n’apparaissent pas. Après l’étude de la marchandise et de la monnaie, il passera à l’examen du capital. La racine de l’erreur d’Engels doit sans doute être recherchée dans sa lecture de la méthode de Marx. En effet, dans son commentaire de la Contribution à la critique de l’économie politique, texte que nous examinerons dans le quatrième chapitre, il affirme :

  • 78 Engels : « La « Contribution à la critique de l’économie politique » de Karl Marx », 2e article (18 (...)

« Seul le traitement logique était donc de mise. Mais celui-ci n’est en fait rien d’autre que le mode historique, dépouillé seulement de la forme historique et des hasards perturbateurs. La marche des idées doit commencer par quoi cette histoire commence, et son développement ultérieur ne sera que le reflet (« Spiegelbild »), sous une forme abstraite et théoriquement conséquente, du déroulement historique ; un reflet corrigé (...) »78.

69Une telle approche doit beaucoup aux Leçons sur l’histoire de la philosophie dans lesquelles Hegel déclarait :

  • 79 Hegel : Leçons sur l’histoire de la philosophie, Coll. Idées Gallimard, 1970, tome 1, p. 50.

« (...) je soutiens que la succession des systèmes de la philosophie est en histoire la même que la succession des déterminations de la notion de l’Idée en sa dérivation logique. Je soutiens que si l’on dépouille les concepts fondamentaux des systèmes apparus dans l’histoire de la philosophie de ce qui concerne vraiment leur forme extérieure, leur application au particulier, on obtient les divers degrés de la détermination même de l’Idée dans sa notion logique. Inversement la suite logique en elle-même donnera en ses moments principaux la succession des phénomènes historiques (...) »79.

70Mais une tentative de défense de la « transformation » des valeurs en prix de production sur le plan historique constitue-t-elle une riposte appropriée aux critiques d’Achille Loria ? On peut en douter, car l’économiste italien, contrairement aux affirmations d’Engels, n’a jamais nié la validité de la « loi de la valeur » sur ce plan. Dans son optique, l’échange selon la quantité de travail est une réalité dans la société à « terre libre » et pour une phase transitoire déterminée de l’économie capitaliste ; cependant il en conteste l’existence pour les autres sociétés, notamment pour la société capitaliste actuelle.

71Après cet examen de la « lecture » de Marx par Achille Loria, tournons-nous maintenant vers l’interprétation proposée par Vilfredo Pareto.

SECTION II : VILFREDO PARETO : LE MARGINALISME REFUTE « MARX ECONOMISTE »

  • 80 Sur le « décollage » de 1896 à 1914, on peut se reporter au livre d’Antonio Benenati, Le développem (...)

72Vilfredo Pareto rédige ses écrits sur Marx dans la période 1893-1905, qui correspond en gros à celle de la production théorique du jeune Antonio Graziadei (1894-1900) et des philosophes Antonio Labriola, Benedetto Croce, Giovanni Gentile, Rodolfo Mondolfo (1895-1912), que l’on examinera dans le second chapitre. Quelle est la situation de l’Italie durant cette période ? L’agriculture reste le secteur principal d’activité qui fournit la moitié du P.N.B., et elle conservera cette première place jusqu’en 1945. L’émigration des travailleurs, surtout méridionaux, déjà importante de 1882 à 1900, va s’accentuer fortement jusqu’à la Première guerre mondiale. A partir de 1896, l’économie italienne quitte une époque marquée par la Grande Dépression, et va connaître une situation plus saine. Toutefois de graves difficultés se font jour immédiatement sur le plan social, avec les émeutes qui éclatent dans plusieurs grandes villes en 1898 ; la répression s’abat violemment et frappe même le Parti socialiste. De 1896 à 1914, l’économie italienne réussit une phase de « décollage » industriel. Ce développement concerne notamment la chimie, la sidérurgie, la métallurgie, la mécanique, et sur le plan géographique, la Ligurie, le Piémont et la Lombardie, c’est-à-dire le fameux « triangle » Gênes-Turin-Milan80. De nouveaux groupes industriels apparaissent comme, par exemple, la Fiat en 1899, l’Ilva (sidérurgie) en 1905, ou Olivetti en 1908.

73Sur le plan politique, après la difficile transition de 1896-1901, la période 1901-1914 doit être rattachée à la personnalité de Giovanni Giolitti, Président du Conseil. Partisan de réformes sociales, Giolitti a pour mot d’ordre « ni réaction, ni révolution ». Π recherche en fait l’alliance des travailleurs, contrôlés par le courant réformiste du Parti socialiste, et de la bourgeoisie industrielle. La loi électorale de 1912 permet aux masses d’accéder enfin au vote. Le régime se lance en 1911 dans la conquête de la Tripolitaine, qui compense la défaite d’Adoua en Ethiopie (1896). On assiste à une croissance très rapide de la classe ouvrière, dont le niveau de vie va s’améliorer de manière sensible. Le mouvement coopératif et syndical se développe considérablement. Cependant les luttes sociales, auxquelles participent les « Syndicalistes révolutionnaires » et l’« aile gauche » du Parti socialiste, s’intensifient avec les grandes grèves de 1904 à 1908 et la « semaine rouge » de juin 1914.

I – Vilfredo Pareto économiste

74Vilfredo Pareto, successeur prestigieux de Léon Walras à l’université de Lausanne, s’est prononcé à deux reprises contre « Marx économiste », au nom de la nouvelle école marginaliste.

  • 81 Les éléments biographiques proviennent de sources diverses. On signalera cependant l’amusante biogr (...)

75Le marquis Federico-Vilfredo-Damaso Pareto (1848-1923) est né à Paris, où son père, ingénieur et fonctionnaire des travaux publics, originaire de Gênes, s’était exilé à la suite de sa participation à une conspiration mazzinienne81. La famille rentre en Italie vers 1853-1854. Après des études secondaires à Gênes, notre économiste s’inscrit à l’université et à l’Ecole Polytechnique de Turin, où il va obtenir une licence de mathématique et une licence de physique. En 1869, il soutient une thèse de mécanique des solides, « Principes fondamentaux de la théorie de l’élasticité ». Devenu ingénieur, en 1870, il travaille tout d’abord à la compagnie des chemins de fer de Rome, puis à celle de San Giovanni Valdamo, dans la province d’Arezzo. Il démissionne en 1873, pour occuper un poste à la « Società dell’ industria del ferro », à San Giovanni Valdamo. Deux ans plus tard, il en assume la direction technique. Cette entreprise se transforme en 1880 en « Società delle ferriere italiane », et Pareto en devient le directeur, à Florence.

  • 82 Sur l’histoire de la pénétration du marginalisme en Italie, il faut se reporter à l’article très do (...)
  • 83 La formule est de V. Pareto (lettre à Napoleone Colajanni, 27 mars 1893, dans Pareto ; Correspondan (...)
  • 84 Voir Pareto : lettre à Maffeo Pantaleoni, 6 décembre 1891, dans Pareto, Lettere a Maffeo Pantaleoni (...)

76La formation culturelle de notre économiste est très diversifiée, peut-être en raison d’une ambiance familiale franco-italienne. Assez peu influencé par le positivisme de type italien, dans la version de Roberto Ardigo, il est plutôt attiré par les œuvres d’Auguste Comte, de Charles Darwin, d’Herbert Spencer, mais aussi par celles de René Descartes. Peu à peu, il s’intéresse en autodidacte à l’économie politique. Dès 1874, il fait partie de la « Società Adamo Smith » fondée à Florence par les adversaires libéraux de l’« école lombarde-vénitienne », sous la conduite de Francesco Ferrara. Il collabore à la revue de cette société L’Economista, ainsi qu’à l’organe du « Groupe de Paris », le Journal des Economistes. Il apprécie beaucoup les écrits de Frédéric Bastiat (1801-1850), l’auteur des Harmonies Economiques, et ceux de Gustave de Molinari (1819-1911). Ce dernier a notamment publié Les lois naturelles de l’économie politique, et Comment se résoudra la question sociale. Vilfredo Pareto s’intéresse également à la logique de John-Stuart Mill. Une première lecture des Eléments d’économie politique pure de Léon Walras le laisse indifférent. Il manifeste une hostilité farouche à l’encontre des « socialistes de la chaire » allemands et de leurs disciples italiens tels qu’Achille Loria. Un nouveau courant théorique va l’enthousiasmer à partir de 1890, le marginalisme. En effet, entre 1871 et 1874, apparaît le courant, baptisé au départ « hédoniste », constitué en deux principales écoles, l’école dite « mathématique », représentée par William-Stanley levons et Léon Walras, et l’école dite « psychologique-autrichienne », fondée par Carl Menger ; en général on rattache levons aussi à la seconde tendance. En Italie, Maffeo Pantaleoni fonde l’« école mathématique » sur un terrain préalablement préparé par Francesco Ferrara. Vers 1881-1883, il applique déjà la théorie du degré final d’utilité de levons au problème des dépenses publiques du jeune Etat italien. En 1889, Pantaleoni publie le célèbre ouvrage qui servira de guide à des générations d’étudiants en économie, les Principiidi Economia pura82. Ce livre révèle surtout les influences de W.S. levons, d’Hermann Gossen, mais aussi du jeune Alfred Marshall. Théoricien de l’équilibre économique partiel (mais aussi général), l’auteur montre l’équivalence à la marge entre le degré final de l’utilité et le « coût de production ». En identifiant utilité et peine, il envisage non pas la théorie de John-Stuart Mill, mais plutôt une conception subjective du coût de production, qui a une parenté évidente avec le « coût subjectif de reproduction » théorisé par Francesco Ferrara. Vilfredo Pareto va adhérer au marginalisme sur la base du livre de Pantaleoni, et va relire, avec un tout autre point de vue, les Eléments de Léon Walras, qu’il à l’occasion de rencontrer en 1891. Dans l’optique de la nouvelle école, il publie, entre mai 1892 et octobre 1893, dans le Giomale degli Economisti, la suite d’articles « Considerazioni sui principii dell’ economia politica pura ». Peu de temps avant, en 1891, sur le conseil de Gustave de Molinari, l’éditeur Guillaumin lui demande de préparer une « introduction-réfutation »83 pour un recueil d’extraits du livre 1er du Capital, choisis par le gendre de Marx, Paul Lafargue, représentant du « marxisme » en France. Vilfredo Pareto accepte ce travail, mais sans grand enthousiasme ; il confie à Maffeo Pantaleoni, à qui il soumettra la première version de son texte, que la lecture du Capital lui paraît « pesante » et « ennuyeuse » au possible84. Mais selon lui, cette réfutation doit paraître au plus vite, vu le succès du « livre saint » dans les milieux socialistes. L’« introduction-réfutation » voit le jour entre juin et septembre 1893, dans le journal L’idea Liberale, sous le titre « Studio critico della teoria marxista », puis la même année, dans Karl Marx : le Capital Extraits de Paul Lafargue Introduction de V. Pareto, chez Guillaumin, à Paris. L’auteur espère susciter de nombreuses polémiques, et il attend de pied ferme les arguments des « marxistes ». Il déclare ainsi à Léon Walras, qui ne fera aucun commentaire sur cette étude :

  • 85 Pareto : Lettre à Léon Walras, 22 janvier 1893, dans Pareto, Correspon-dance, 1890-1923, tome 1, Dr (...)

« C’est un petit travail qui n’a aucune importance économique, mais qui sera probablement beaucoup plus lu que mes autres ouvrages »85.

  • 86 Engels : lettre à Karl Kautsky, 3 novembre 1893, dans Marx-Engels, Werke, tome 39, Dietz Verlag, Be (...)

77Contrairement à son attente, cet écrit ne suscite aucun débat en Italie, parmi les économistes, ou parmi les intellectuels proches du marxisme. De plus, Friedrich Engels n’adoptera pas la même attitude qu’avec l’œuvre de Loria ; en effet, il n’entend pas polémiquer avec un auteur qu’il qualifie de manière lapidaire de simple « économiste vulgaire charlatan »86.

  • 87 Sur la place des « Systèmes socialistes » dans l’œuvre de Pareto, on peut se reporter à la seconde (...)

78En 1893, Vilfredo Pareto qui, trois ans auparavant a démissionné de la direction de sa société, est appelé à remplacer Léon Walras à la chaire de Lausanne. Installé en Suisse, il rédige un Cours d’économie politique, publié en 1896-1897. En 1901-1902, paraissent Les systèmes socialistes, élaborés à partir de ses cours. Ce volumineux travail propose une lecture critique systématique de toutes les théories socialistes et évidemment de la théorie marxiste. Il ne va cependant pas susciter de discussions en Italie, où la traduction ne sort qu’en 1917-191887. Pareto présente une reformulation de la théorie de l’équilibre walrassien, en se servant des courbes d’indifférence, dans le Manuale di Economia politica, publié en Italie en 1906. Un an plus tard, malade, il renonce totalement à l’enseignement pour se consacrer exclusivement à des recherches sociologiques. L’exilé italien Pasquale Boninsegni, qui assurait à sa place certains de ses cours, le remplace à la chaire. En 1917, paraît en italien le célèbre Traité de sociologie générale. A la fin de 1922 à la veille de sa mort le nouveau régime fasciste le nomme sénateur, en même temps que Maffeo Pantaleoni, et lui propose d’être son représentant à la commission pour le désarmement auprès de la Société des Nations. Notre étude entend faire ressortir l’élément central de la critique marginaliste de « Marx économiste » dans l’« Introduction à Marx » et dans les « Systèmes socialistes », les attaques contre la théorie de la valeur et de la plus-value.

II – La critique marginaliste de la théorie de la valeur et de la plus-value

  • 88 Pareto : Les systèmes socialistes, réédition, Droz, 1965, tome 2, pp.328 et 386.
  • 89 V. Pareto rédige une recension dusecond essai de Labriola « Del materialismo storico » (1896) pour (...)

79Vilfredo Pareto distingue trois « parties » dans l’œuvre de Marx, « économique », « sociologique », et « pratique ». Le « point central » de cette théorie n’est pas « économique » comme on le croit généralement. En effet, la « partie sociologique », développée notamment dans le Manifeste du Parti communiste, possède une grande supériorité sur les deux autres, car elle se trouve « souvent d’accord avec la réalité »88. En ce domaine, notre économiste dégage deux types de lectures de la « conception matérialiste de l’histoire », l’interprétation « populaire » des ouvrages de vulgarisation, y compris ceux de Friedrich Engels qui a fourni la précision de la détermination « en dernière instance » par l’économie des « superstructures », et l’interprétation « savante », représentée en Italie par les travaux d’Antonio Labriola et ceux de Benedetto Croce, que nous analyserons dans le chapitre suivant89. L’analyse « savante » pour Pareto

  • 90 Pareto : Les systèmes socialistes, Droz, 1965, tome 2, p. 390.

« se confond, en fait, avec le déterminisme historique et voit dans l’histoire des faits dont il s’agit de découvrir les rapports. La conception matérialiste de l’histoire est, sous ce rapport, simplement la conception objective et scientifique de l’histoire »90.

  • 91 Op. cit., tome 1, p. 118.

80Marx développe une notion très intéressante qui peut subir sans dommage la confrontation avec les faits réels : la lutte des classes. Cette idée fait entrer le marxisme « dans le grand courant du darwinisme ». Toutefois, il ne faut pas envisager seulement le conflit entre deux classes, prolétaire et capitaliste, mais plutôt la lutte « entre une infinité de groupes qui ont des intérêts différents, et surtout entre les élites qui se disputent le pouvoir »91. Les différentes formes de luttes de classes sont des « modes de concurrence » qui permettent la « sélection », garantie contre le risque de décadence de la société.

  • 92 Op. cit., tome 2, p. 331.
  • 93 Souligné par V.Pareto, Introduction à Marx, rééditée dans Pareto, Marxisme et économie pure, Droz, (...)

81La « partie économique », exposée dans le Capital, quant à elle, n’est en réalité qu’« un appendice, destiné à déblayer le terrain des objections qu’on pourrait faire à la doctrine, en se fondant sur l’économie politique92. En effet, elle ne possède pas vraiment d’aspects originaux ; l’essentiel de cette théorie économique se trouve en effet déjà dans les Principles of Political economy de John Stuart Mill. Marx s’inspire essentiellement des « économistes optimistes » (Ricardo, J.S. Mill) et traduit leur pensée dans sa propre terminologie, ou « phraséologie ». Ses théories ne sont donc guère plus erronées que les leurs. Le livre de Marx contient deux notions de « capital », le « capital simple » et le « capital approprié ». L’importance économique du « capital simple », que l’on peut définir comme les biens économiques en quantité limitée qui servent à produire d’autres biens, est reconnue ; par contre, le « capital approprié », ou « capital qui fonctionne dans les mains des capitalistes » est condamné. Marx a pour ennemi le « capitaliste », personnage confondu, comme chez les économistes anglais, avec l’entrepreneur ; il le considère comme « inutile », voire « nuisible » économiquement. Par conséquent, Le capitaliste et non Le Capital aurait été un titre plus judicieux pour le livre, afin d’éviter toute confusion93.

82Dans son « introduction-réfutation » au Capital et dans les Systèmes socialistes, Vilfredo Pareto concentre ses attaques sur la question de la « valeur » et sur celle de la « plus-value », exposée selon lui à l’aide d’une « méthode polémique », qui fait usage de nombreux « sophismes ». Dans son « Introduction », il affirme :

  • 94 Op. cit., p. 41.

« En faisant dépendre le coût de production uniquement du travail, K. Marx ne fait que suivre la théorie de Ricardo. Seulement, en comparant ces deux auteurs, on voit de suite que Ricardo par le terme de « travail » désigne aussi bien le travail présent que le travail passé qui prête son concours à la production sous la forme de capital, tandis que K. Marx n’a en vue que le travail présent, et il se débarrasse du travail passé en l’englobant dans les conditions normales de la production »94.

  • 95 Op. cit., p. 47 ; Les systèmes socialistes, tome 2, p. 343, note 1.
  • 96 Op. cit., tome 2, pp. 353-354.

83Dans les Systèmes socialistes, il critique le « sophisme » de Marx, qui après avoir posé l’équation « un quarter de blé =a quintal de fer », désigne la quantité de travail humain cristallisée comme l’élément commun des marchandises, en éliminant d’emblée tous les autres facteurs possibles. Selon notre économiste, on peut aisément retourner cette proposition, et affirmer que le principe de la valeur se trouve dans le « capital », dans les « services des capitaux fonciers et mobiliers »95. D’ailleurs, Marx lui-même tombe dans une « contradiction », puisqu’au livre Ier du Capital, où l’exposition est la plus claire, il envisage les marchandises comme produits du travail, et au livre 3, « œuvre de rapiéçage » pour ne pas « avoir l’air de revenir en arrière », il découvre que les marchandises sont des produits de capitaux96.

84Le mécanisme de la « transformation » des valeurs en prix de production s’opérerait, selon Pareto, par l’égalisation des taux de profit et de la composition organique du capital ; il affirme même :

  • 97 Souligné par V.P., op. cit., tome 2, p. 360.

« Les capitaux variables se retirent donc des branches de la production qui donnent une plus-value moindre pour se porter vers les branches qui donnent une plus-value plus élevée. Cela égalise le taux de profit et aussi la composition du capital »97.

85La notion de « travail égal et indistinct » n’a pas d’existence objective, car les travaux concrets sont hétérogènes les uns par rapport aux autres :

  • 98 Op. cit., tome 2, p. 365 ; voir pp. 364-371 ; voir aussi « Introduction à Marx », dans Marxisme et (...)

« Quelle est la « force de travail » d’une collectivité composée d’un Alexandre Dumas et d’un copiste, d’un Pasteur et d’un preneur de taupes, d’un Edison et d’un idiot ? C’est se payer de mots que de parler d’une « force sociale moyenne »98.

86Vilfredo Pareto souligne les difficultés inhérentes à l’évaluation du « travail complexe » en « travail simple », sans recourir à la valeur, problème mal résolu par Marx. Les rapports représentés par l’équation du livre Ier du « Capital », citée plus haut, ne sont pas « purement objectifs » en réalité. Il faut tenir compte des « goûts des hommes » et de leur variabilité.

  • 99 Op.cit., p. 48.
  • 100 Souligné par V. Pareto, op. cit., p. 43.

87Dans l’optique de notre économiste qui a suivi une formation d’ingénieur et de physicien, tout produit naît de la combinaison du « travail présent » et du « travail passé » (« capital simple »), au sens « chimique » du terme, de la même façon que l’eau provient de l’union de l’oxygène et de l’hydrogène. Ce produit doit posséder une valeur d’usage ou utilité, plus grande que celle des biens dont il est issu : il existe ainsi un « surplus de valeur d’usage », que vont se partager les « facteurs de production », travailleurs et propriétaires de ces biens99. Marx oublie que la « valeur d’échange » est « la conséquence du rapport qu’établit chaque contractant entre la valeur d’usage de ce qu’il reçoit et la valeur d’usage de ce qu’il cède. En réalité, on n’achète pas des marchandises, on achète des valeurs d’usage100.

88La « valeur d’échange » dépend, en fait, uniquement du degré final d’utilité comme l’enseigne le marginalisme. Dans l’« Introduction à Marx », Pareto approfondit sa critique en prenant l’exemple d’un « cordonnier » qui paye un « porteur d’eau » avec des chaussures. L’échange entre ces deux personnes va s’arrêter lorsque :

  • pour le « cordonnier », la « peine » provoquée par la fabrication d’une paire de chaussures additionnelle sera égale à la « peine » éprouvée en se passant de l’eau qu’il aurait eu en échange ;

  • pour le « porteur d’eau », la « peine » provoquée par le transport de la quantité d’eau sera égale à la « peine » éprouvée en se passant de paire de chaussures.

89Les peines de ces deux individus sont subjectives et ne peuvent se comparer. Afin de se « rapprocher » de la théorie de Marx, notre auteur introduit les hypothèses suivantes :

  • les « peines » pour fabriquer les chaussures et porter de l’eau sont proportionnelles au « travail simple » ;

  • les « peines » sont égales et par conséquent, aucune circonstance « intrinsèque ou extrinsèque » n’empêche le changement de métier : le cordonnier peut devenir porteur d’eau et vice versa.

90Il est donc indifférent de fournir la marchandise ou de l’obtenir par échange. Mais la seconde hypothèse demeure absolument insoutenable.

  • 101 Op. cit., pp. 44-45.
  • 102 Pareto, Les Systèmes socialistes, tome 2, p. 345 ; 372-374.

91En effet, une des « circonstances extrinsèques » rend impossible tout changement de profession : il s’agit des différences de quantité de « capital simple » dans ces deux industries101. Dans les Systèmes socialistes, Pareto présente une autre objection. Marx suppose que les « cœfficients de fabrication ou de production » sont déterminés par les conditions techniques, car « leur variabilité économique de gêne ». En réalité, les moyens de production peuvent se combiner dans des proportions différentes pour l’obtention d’un même bien, et les « cœfficients de fabrication » sont « variables techniquement et économiquement »102.

  • 103 Op. cit., pp. 355-356.
  • 104 « Introduction à Marx », dans Marxisme et économie pure, Droz, 1966, p. 49 note 24.
  • 105 Les systèmes socialistes, tome 2, p. 113 note 1 ; voir aussi pp. 180-183.

92L’élimination du capital dans la détermination de la valeur permet à Marx de défendre sa thèse selon laquelle une part de la valeur d’échange que reçoit le capitaliste n’est qu’un prélèvement sur le travail des ouvriers. Théorie de la valeur et théorie de la plus-value sont donc indissociables. Au livre Ier du Capital, il est dit que le capitaliste s’enrichit exclusivement en « usurpant » de la « plus-value » à ses travailleurs ; le livre 3 affirme, au contraire, que chaque capitaliste ne perçoit pas exactement la quantité de « plus-value » extraite dans sa branche, mais un profit proportionnel à sa participation au capital total. Marx dissimule cette « contradiction » par son « procédé habituel des moyennes »103. Dans l’« Introduction à Marx », Vilfredo Pareto affirme que la conception marxiste de la « plus-value » renvoit quelque peu à la notion juridique du « produit intégral du travail » qui doit revenir à l’ouvrier104. Dans les Systèmes socialistes commentant la position de Benedetto Croce, il estime que la « plus-value » représente « une arme de combat créée sous l’influence de certaines idées éthiques », non assimilable à une « conception morale » ni à une « conception purement économique, ni même de sociologie économique »105.

93La conception de l’exploitation de Marx est contredite par les « faits ». Notre économiste déclare ironiquement :

  • 106 Op. cit., tome 2, pp. 376-377.

« Un rôtisseur peut faire tourner sa broche par un enfant salarié, par un gros chien, par une mécanique. S’il la fait tourner par un enfant salarié, il peut s’approprier une plus-value ; cela est douteux, pour le moins, si c’est un chien qu’il emploie ; cela est impossible s’il a un tourne-broche mécanique. Il faut avouer que cette influence du moteur de la broche n’est pas facile à comprendre »106.

94L’exposition de Marx procède du « sophisme » par « association d’idées » et non d’une « démonstration rigoureuse ». On peut aisément renverser son raisonnement et attribuer la « plus-value » non pas au « capital variable », mais au « capital constant ». On démontrera ainsi que le « travail usurpe une partie de la plus-value créée par le capital ». A l’appui de son argumentation, notre économiste prend l’exemple d’une « couseuse » qui loue à la journée la « force de travail » d’une machine à coudre. Le temps d’utilisation dans la journée de la machine se répartit comme suit :

  • « loyer » ou « valeur journalière de la force de travail de la machine » ;

  • moyens de subsistance de la couseuse ;

    • 107 « Introduction à Marx », dans Marxisme et économie pure, Droz 1966, pp. 47-48 ; voir aussi Les syst (...)

    « surtravail » ou « plus-value » accaparée par la couseuse107.

  • 108 Op. cit., tome 2, p. 381.

95En résumé, le marxisme a revêtu une « forme scientifique », mais il ne s’agit en fait que d’une « religion ». Il représente un « heureux mélange de passion et de raison, propre à donner satisfaction à l’exégèse vulgaire et à celle du savant »108.

96L’obscurité de nombreux passages sert même sa cause, l’homme étant attiré par le mystère. La meilleure réfutation de la théorie de la valeur et de la plus-value de Marx, se trouve dans les travaux de la nouvelle école marginaliste, qui détermine les conditions de réalisation d’un « mummum hédonistique », tant pour l’« individu » que pour l’« espèce », dans le cadre de la libre concurrence. Vilfredo Pareto prononce ainsi une condamnation sans appel du Capital, au nom des perfectionnements récents de la science économique.

97Quel bilan peut-on tirer de cette lecture dont le ton est souvent ironique et sarcastique ? Vilfredo Pareto assimile la théorie marxiste de la valeur à celle de Ricardo, et voit dans ces deux approches deux variantes d’une théorie du « coût de production ». L’analyse critique est loin d’atteindre la finesse de celle de l’économiste marginaliste autrichien Eugen Von Bôhm-Bawerk, dont il ignore les deux ouvrages Geschichte und Kritik der Kapitalzinstheorien (1884) et Zum Abschluss des Marxschen Systems (1896), ne connaissant pas la langue allemande. Lecteur superficiel du Capital, Pareto ne s’interroge pas sur les niveaux d’abstractions respectifs des livres 1 et 2, et donne une curieuse approche de l’égalisation des taux de profit par les mouvements des « capitaux variables ». Selon lui, Marx aurait été influencé sur la question de la « plus-value » par la conception du droit au « produit intégral du travail ». Cette thèse apparaît pour la première fois chez le « socialiste utilitariste » anglais William Godwin (1756-1836), et liée à la théorie du « droit naturel » de propriété de John Locke (1632-1704). Elle est défendue par les principaux « socialistes ricardiens », tels que William Thompson (1783-1833), et Thomas Hodgskin (1783-1869), sur la base de la théorie ricardienne de la valeur ; le travail est la seule cause de la valeur d’échange, et par conséquent, le produit entier du travail doit revenir à l’ouvrier qui crée la valeur. Cette conception est reprise en France par Pierre-Joseph Proudhon (1802-1864), puis en Allemagne par Karl-Georg Winkelblech (1810-1865), connu sous le pseudonyme de Karl Mario, et surtout par Ferdinand Lassalle (1826-1864) qui lui assure un succès notable. Lassalle se brouillera même avec Karl Rodbertus en raison de divergences à ce sujet. Le droit au « produit intégral du travail » est attribué à tort à Karl Rodbertus selon une longue tradition qui remonte semble-t-il à Eugen Von Bôhm-Bawerk et au « socialiste de la chaire » Anton Menger, frère du fondateur de l’« école psychologique autrichienne ».

98Marx critique dans la Contribution à la critique de l’économie politique (1859), la conception des « socialistes ricardiens », qui ne font en réalité que reprendre une objection faite à Ricardo par des « économistes bourgeois » :

  • 109 Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 38 et note 1.

« Si la valeur d’échange d’un produit est égale au temps de travail qu’il contient, la valeur d’échange d’une journée de travail est égale au produit d’une journée de travail. Ou encore, il faut que le salaire soit égal au produit du travail. Or c’est le contraire qui se produit. Ergo (donc) cette objection se fond dans le problème suivant : comment la production, sur la base de la valeur d’échange déterminée par le seul temps de travail, conduit-elle à ce résultat, que la valeur d’échange du travail est inférieure à la valeur d’échange de son produit ? Nous résoudrons ce problème en étudiant le capital »109.

99De plus, dans la « Critique du programme de Gotha » (1875), il repousse la version lassallienne de ce principe. Cependant, les « socialistes de la chaire » tels qu’Adolf Wagner et Anton Menger vont attribuer à Marx la défense du droit au « produit intégral du travail ». Vilfredo Pareto qui opère un tel rapprochement, reprend donc des attributions courantes de l’époque.

100Après l’examen de la lecture de Vilfredo Pareto, il nous faut envisager la lecture d’Antonio Graziadei.

SECTION III : ANTONIO GRAZIADEI ET « MARX ECONOMISTE »

  • 110 Graziadei, Prezzo e sovraprezzo nell’economia capitalistica, Bocca, 2e édit. 1924, p. 12.

101Antonio Graziadei (1873-1953) occupe tout comme Achille Loria, une place tout à fait originale dans la pensée économique italienne. L’essentiel de son œuvre renferme une critique constante, opiniâtre de « Marx économiste », mais qui se veut constructive, et vise à conserver des éléments « sains » existant dans le « Capital ». Sa contribution peut être rattachée à un courant international, apparu dans la période de reprise économique générale qui fait suite à la Grande Dépression (1873-1896), le « révisionnisme ». Ce mouvement est parti d’Allemagne dès 1896, où il est associé au nom d’Edouard Bersntein, auteur des Présupposés du socialisme et les tâches de la social-démocratie (1899). A partir de cette époque, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, de nombreux intellectuels, dont certains n’appartiennent pas au mouvement ouvrier, vont se réclamer de la « crise du marxisme », sur le terrain économique ou philosophique. Il en sera ainsi de Benedetto Croce dont nous examinerons l’apport dans le chapitre suivant. Antonio Graziadei ne se réclame jamais explicitement de ce courant dans l’exposition de ses thèses critiques sur la « doctrine économique » de Marx ; il prétendra même en 1923 s’être placé à la fin du XIXe siècle du point de vue du « criticisme marxiste » (« criticismo marxista ») et non du « révisionnisme social-démocrate », en contribuant de manière non « orthodoxe » à l’enrichissement des thèses du Capital110. Nous avons donc ici une différence importante avec l’œuvre des deux auteurs précédemment étudiés, Loria et Pareto qui veulent ayant tout fournir une introduction critique à « Marx économiste ».

  • 111 On trouve des indications biographiques dans l’article « Graziadei » du dictionnaire de Franco Andr (...)
  • 112 Martello, La moneta e gli errori che corrono intorno a essa, avec Introd. de Ferrara et Appendice s (...)

102Le Comte Antonio Graziadei est né à Imola en 1873 d’une famille noble de Ferrare111 Nous savons peu de choses sur la formation culturelle, à Faenza et à Bologne, sinon qu’elle est presque exclusivement positiviste. Il étudie le droit et l’économie politique à l’université de Bologne où il devient l’élève d’une disciple de Francesco Ferrara, le libéral Tullio Martello (1841-1918). Martello, ancien soldat de Garibaldi, auteur, en 1873, peu de temps après la Commune de Paris, d’une Storia dell’ Internazionale dalle sue origini al congresso dell’ Aia, dans laquelle il dénonce avec virulence les agissements de la Première Internationale et de ses chefs, annonce à Marx en janvier 1883, l’envoi de son gros ouvrage sur la monnaie pour obtenir son avis et, en outre, une correspondance régulière. Mais Marx déjà très malade, ne pourra lui répondre112.

  • 113 « Intorno alla teoria edonistica del valore », La Riforma Sociale, 1900. Cette étude critique est p (...)
  • 114 Paolo Favilli, Il socialisme italiano e la teoria economica di Marx (1892-1902), Bibliopolis, 1980, (...)

103Graziadei s’intéresse très tôt à la pensée de Marx pour des motifs d’ordre politique ; il adhère très vite au Parti socialiste italien, en 1893. Toutefois sur les questions économiques, il va adopter un point de vue critique sous l’influence des écrits d’Achille Loria. Cette dépendance est manifeste dans la thèse qu’il soutient sous la direction de Martello en 1895 sur le thème : « Il capitale tecnico e la teoria classico-socialista del valore ». A l’automne 1894 il commence à publier des articles critiques sur la théorie de la valeur dans la Critica Sociale, revue théorique du Parti socialiste, parmi lesquels on peut mentionner : « La teoria del valore di Carlo Marx (1894), « La teoria del valore di Carlo Marx e di Achille Loria » (1894), « Sopralavoro e sopravalore – L’indipendenza della teoria del profîtto dalla teoria del valore » (1895). Il quitte l’université de Bologne pour venir travailler au « Laboratoire d’Economie politique » de l’université de Turin, fondé et dirigé par le « socialiste de la chaire » Salvatore Cognetti de Martiis (1844-1901), lui aussi ancien soldat de Garibaldi. Dans ce « Laboratoire », il va se lier avec Luigi Einaudi (1874-1961) et avec Pasquale Jannaccone (1872-1959). Il rédige en 1897-1898 un ouvrage qui synthétise l’ensemble de ses premières réflexions critiques sur Marx, La produzione capitalistica (1899). Deux articles le complètent utilement, « Produzione e valore », paru dans La Riforma Sociale (1899) et « Risposta a Jaurès », paru dans la Critica Sociale (1900). Au début du XXe siècle, dans « Intomo alla teoria edonistica del valore », Graziadei commence à s’intéresser à la théorie marginaliste ; il tente une réfutation de la « théorie édoniste de la valeur » en opposant à la courbe de l’utilité marginale présentée dans les « Principi di economia pura » de Maffeo Pantaleoni, la courbe en cloche du physiologiste Wundt. De plus, il repousse les hypothèses sur lesquelles la théorie marginaliste est construite113. Sa démarche le conduit surtout à séparer l’« édonisme » du système de l’« économie pure » et à s’intéresser aux nouvelles recherches de Vilfredo Pareto, avec qui il entre en contact épistolaire en 1901. Comme le souligne Paolo Favilli, il voulait obtenir « la confirmation par Pareto de la totale indépendance de la courbe de demande du marché de celle du degré d’utilité et donc la réduction au minimum de l’importance pratique de cette dernière dans la formation d’une théorie des prix »114.

  • 115 Sur cet épisode, on peut se reporter à l’étude de Robert Paris : « Gramsci e la crisi teorica del 1 (...)

104Notre économiste entretiendra toujours des rapports critiques avec l’économie pure, en particulier à propos de la théorie de la répartition fondée sur la productivité marginale. En 1909, il publie un ouvrage sur la formation des prix, fortement influencé par l’analyse d’Alfred Marshall, des Principles of Economics (1890), Saggio di un’indagine sui prezzi in regime di concorrenza e di sindicato tra gli imprenditori. En 1913 il fait paraître un important livre sur la Question agraire en Romagne. De 1903 à 1911, il enseigne dans différentes universités, Bari, Viterbe, Milan, Cagliari, et à partir de 1911 il obtient une chaire à Parme. Depuis le début du siècle, il poursuit ses activités politiques ; en 1910, il est élu député du Parti socialiste italien. Après la première guerre mondiale, il participe à la fondation du Parti communiste d’Italie (janvier 1921) et la même année, il devient député de ce parti (réélu en 1924). Membre du comité central en 1923, il appartient à l’« aile droite ». En même temps, la même année il publie un ouvrage qui reprend ses analyses critiques de jeunesse sur Marx, mais mises à jour pour tenir compte de l’influence marshallienne : Prezzo e sovraprezzo nell’economia capitalistica –Critica alla teoria del valore di Carlo Marx. Mais se pose alors la question de la compatibilité entre le contenu de ses travaux théoriques et la nature de son engagement politique. En effet, le livre de 1923 va lui valoir de violentes attaques au sein de la direction de Troisième Internationale. Georges Zinoviev, à la tribune du cinquième Congrès de l’Internationale communiste (juillet 1924), l’accuse de « révisionnisme théorique » en même temps que Georges Lukacs (Histoire et conscience de classe) et Karl Korsch (Marxisme et philosophie)115.

105En 1926, les fascistes le privent de sa chaire à l’université de Parme, ainsi que de son mandat parlementaire ; il est alors assigné à résidence surveillée pour cinq ans.

106A partir de cette époque, il reprend et reformule systématiquement sa critique de Marx dans une série d’ouvrages comme, par exemple, Il capitale e il valore – Critica della economia marxista (1936). Dès 1928, il est expulsé du Parti communiste d’Italie pour « trahison » en raison de la publication des écrits en Italie fasciste. Après la deuxième guerre mondiale il revient enseigner à nouveau cette fois à l’université de Rome, et obtient sa réintégration dès 1945 dans le Parti communiste italien.

107Nous nous intéresserons uniquement à ses premiers travaux, entre 1894 et 1900, et très succinctement à son ouvrage paru en 1923, Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica. En effet, les autres ouvrages ne font, pour l’essentiel, que répéter inlassablement les critiques déjà formulées dans les écrits de jeunesse.

108Quel Marx Graziadei va-t-il étudier ? Dès ses premiers travaux, notre économiste sépare d’une part, le philosophe, l’historien, et l’homme politique, d’autre part, l’économiste. Sur le premier aspect, il ne manifeste aucun intérêt particulier dans ses écrits ; il ne se prononce pas sur les questions philosophiques ni sur le « matérialisme historique ». Néanmoins, il se considère parfois comme « marxiste » sans réserves sur ce premier angle. En revanche, il se consacre exclusivement au second aspect, en se plaçant, comme nous l’avons dit, du point de vue du « criticisme marxiste ». Il va soumettre l’économie marxiste à de sérieuses révisions que nous éclaircirons plus loin. Dans son optique, ce domaine se réduit presque exclusivement à la théorie de la valeur et aux problèmes de formation des prix. Ainsi, on retrouve cette réduction déjà opérée par Loria et Pareto. Tout en rejetant la théorie de la valeur il accepte la « théorie du surtravail » dans le cadre d’une nouvelle analyse.

I – Le rejet de la théorie marxiste de la valeur et l’acceptation de la « théorie du surtravail »

  • 116 Graziadei : « La teoria del valore di Carlo Marx », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1894, pp (...)
  • 117 La produzione capitalistica, Bocca, 1899, p. VII ; « Produzione e vavalore», La Riforma sociale, no (...)
  • 118 Graziadei renvoit au passage déjà signalé par Achille Loria (cf. supra, p. 92). Graziadei : « Sopra (...)
  • 119 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, pp. 296-297(...)

109L’analyse repose sur une idée maîtresse : la théorie marxiste de la valeur est fausse et doit être rejetée, mais par contre, la « théorie du sur-travail » demeure valide, et il faut l’asseoir sur des bases solides. Graziadei reprend les principales critiques de Loria notamment dans l’Analisi della proprietà capitalistica (1889). L’analyse de Marx recèle une contradiction insoutenable entre le fonctionnement de la « loi de la valeur » et l’existence d’un « taux moyen de profit »116. La tentative de solution présentée au livre 3 du Capital est un échec complet ; les rapports d’échange ne sont pas déterminés par les quantités de travail incorporées117. Cependant, notre économiste ne se livre jamais à un examen précis de la démarche de Marx. Il reprend à son compte la critique « suggestive » de Loria sur le caractère étemel de la loi de la valeur, à la différence de toutes les autres lois économiques. Il ajoute, à l’appui de cette affirmation que les premières pages du livre 1er du Capital traitent du travail humain, en général, donc quel que soit le type de société, et non du travail de l’esclave, ou du salarié. La théorie de la valeur n’est pas valide. Toutefois, cet échec n’a pas de conséquences dramatiques pour la « doctsine économique » de Marx. Contrairement à l’opinion courante des « marxistes », cette théorie n’occupe pas une place centrale, « essentielle ». Pour comprendre cette affirmation, il faut se référer au conflit entre deux méthodes opposées, l’une bonne, l’autre mauvaise, à l’œuvre dans les recherches de Marx : La « méthode positive » et la « méthode a priori ». Graziadei ne fournit pas de précisions à ce sujet. Pour la « méthode a priori » on peut vraisemblablement admettre qu’il défend la même approche que Loria : il s’agirait de la méthode dialectique hégélienne. Marx utilise tout d’abord la « méthode positive », inductive, fondée sur les « faits ». Ses résultats féconds apparaissent dans les développements historiques du livre 1er du Capital, comme ceux sur l’accumulation primitive. Une grande découverte doit être mise au compte de cette démarche : la « théorie du surtravail », qui révèle la « cause » du profit capitaliste, donc de l’exploitation des travailleurs. Il s’agit même de la « partie vitale », « irréfutable » de la « doctrine économique » marxiste. Marx utilise ensuite la « méthode a priori », qui le conduit à la « métaphysique » et l’éloigne des « faits réels » de l’économie. Ainsi adopte-t-il la théorie ricardienne de la valeur selon laquelle le « coût de production » est exclusivement fondé sur le travail. Son apport personnel par rapport à Ricardo consiste exclusivement dans la notion de « travail socialement nécessaire ». Il serait plus rigoureux de parler de la « théorie classico-socialiste de la valeur ». On peut même dire que cette théorie représente dans le « Capital » l’élément le moins personnel, le moins homogène. En suivant l’ordre d’exposition du Livre 1er, on constate que la « théorie du surtravail » semble découler de la « théorie de la valeur » ; le profit capitaliste n’est pas dépouillé des formes de l’échange. Par contre, dans les « parties historiques » on trouve heureusement la preuve de l’indépendance réelle des deux théories. Marx le montre avec l’exemple de la corvée et utilise la distinction entre le « travail nécessaire » et le « surtravail » pour différentes formes de sociétés118. Graziadei défend l’optique selon laquelle l’exploitation chez Marx est fondée sur la séparation dans les sociétés entre le travail et les moyens de production, et ne peut posséder une spécificité dans la société capitaliste : on y trouve un « surtravail » comme n’importe quelle autre forme sociale. De plus, il tend à attribuer à Marx une conception juridique de l’exploitation comme l’a déjà proposé Vilfredo Pareto ; l’auteur du « Capital » légitimerait ainsi le « droit au produit intégral du travail » face à l’« usurpation » que représente le profit capitaliste119.

  • 120 Il reconnaît sa dette envers Loria, dans La produzione capitalistica, pp. IX-X.

110Graziadei va reprendre et développer la critique de Loria de l’Analisis della proprietà capitalistica sur la non-distinction chez Marx entre l’analyse du profit et l’analyse de la valeur120 :

  • 121 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, p. 296 ; La (...)

« L’erreur dans laquelle tombent les marxistes est précisément l’absence de distinction entre les deux moments différents par lesquels passe le travail. Ils confondent le travail agent de la production avec le travail agent de la valeur ; pire encore, ils établissent une identité entre les deux faits »121.

111Même si la théorie de la valeur de Marx était valide, il faudrait néanmoins soigneusement distinguer le travail comme « cause de la production » et le travail comme « cause et mesure de la valeur ». Le premier cas renvoie à la sphère de la production, le second à la sphère de la circulation. Les « marxistes » s’imaginent que l’abandon de la « théorie de la valeur » implique nécessairement celui de la « théorie du surtravail ». Or, c’est là une erreur, qui fait le jeu des adversaires du marxisme ; en effet la « partie vitale » de la « doctrine économique » de Marx, la « théorie du surtravail », liée au stade de la production, doit être sauvegardée et placée en heu sûr.

  • 122 Graziadei, « Produzione e valore », La Riforma sociale, no 10, 1899, pp. 953-954.

112Pourquoi Graziadei privilégie-t-il tant cette distinction (production, surtravail, d’une part, valeur, circulation, d’autre part) ? On trouve quelques éléments de réponse, certes fragmentaires, dans l’un de ses articles, « Produzione e valore », où il donne de brefs éclaircissements sur sa méthode en économie politique. Selon notre économiste, la méthode scientifique, « positive », doit réaliser deux opérations mentales distinctes. Tout phénomène économique agit simultanément avec d’autres phénomènes ; parmi ces derniers, il faut dissocier ceux qui constituent la cause directe du phénomène étudié, de ceux qui ne concourent pas directement à sa détermination. Après avoir accompli cette opération pour chaque phénomène, on peut disposer ensuite tous les phénomènes économiques selon un « ordre génétique », une chaîne logique dans laquelle chaque anneau est la conséquence, l’effet de ceux qui le précèdent et la cause de ceux qui le suivent122. On constate alors en utilisant cette méthode, que la « valeur », née avec la division du travail et définie comme le « rapport quantitatif » sur la base duquel deux producteurs échangent leurs produits, trouve sa « cause » dans la production. En effet, la production ne peut pas être expliquée par la « valeur », car les marchandises, avant de posséder la qualité de « valeurs », doivent être préalablement produites. Graziadei établit alors une séquence des causes et effets :

Image 100000000000027E000000DCB0F34048.jpg

  • 123 « Risposta a Jaurès, La Critica sociale, no 17, 1er septembre 1900, p. 269.

113On peut faire un premier bilan sur la lecture de Marx par Graziadei. Son interprétation s’appuye fondamentalement sur la négation du double caractère du travail producteur de marchandises, ce que Marx nomme, dans sa lettre à Engels du 8 janvier 1868, « tout le secret de la conception critique de l’économie politique », le travail utile, concret, producteur de valeur d’usage, seul aspect retenu par notre économiste comme on le verra plus loin, et le travail « abstrait », producteur de « valeur » (et non de « valeur d’échange », forme de manifestation de la valeur). Marx, au livre Ier du Capital et dans le Sixième chapitre inédit, insiste sur l’unité contradictoire du procès de production capitaliste, à la fois procès de travail et procès de valorisation. Il ne s’agit pas de deux phases chronologiquement distinctes. La distinction entre sphère de la production et sphère de la circulation utilisée par Graziadei n’est pas celle de Marx. D’ailleurs notre économiste admet avoir emprunté à Jean-Baptiste Say la série des trois « anneaux » qui a permis à la science économique de progresser123. Il fait ici allusion à la division tripartite du « Traité d’économie politique » (1ère édit. 1803) pour l’étude des richesses sociales : production, distribution (étude des fondements de la valeur, définie uniquement par l’échange), et consommation (« improductive » et « reproductive »). Enfin, les spécificités de l’exploitation capitaliste ne sont pas perçues.

II – Vers une nouvelle analyse

a – Une nouvelle théorie du profit

  • 124 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 754.

114Notre économiste bâtit une nouvelle théorie du profit ou plutôt du « surproduit » qui récupère la théorie du surtravail « de Marx, en la détachant de la théorie de la valeur (voir le schéma de la page suivante). Nous nous bornerons ici à présenter les grandes lignes de cette approche, sur le plan « statique ». Le travail humain est le « fondement de l’économie », l’« agent » ou la « cause » de la production ; dans l’entreprise, il constitue le « capital salarial ». Sa nécessité provient de l’existence de besoins matériels exprimés par les différentes classes sociales d’une société déterminée. Il faut distinguer le « travail nécessaire », qui a pour résultat un « produit nécessaire », c’est-à-dire une masse physique de « biens-salariaux », qui forme le fonds de consommation de la classe des salariés (ouvriers, employés et même entrepreneurs), et le « surtravail », qui a pour résultat le « surproduit », c’est-à-dire une masse physique de « biens-profits » ou « profit » (social), qui forme le fonds de consommation de la classe capitaliste. Le « profit » ne doit pas s’identifier au « surtravail », comme chez Marx ; il n’est que l’« effet » du « surtravail », c’est-à-dire le « surproduit », et encore partiellement, comme on va le voir plus loin. On notera que Marx, en réalité, n’identifie jamais « profit » et « surtravail ». A propos de l’ouvrier il déclare : « tout l’excédent qu’il accomplit au delà du travail réalisé dans la valeur de son salaire, est du surtravail, du travail non payé représenté dans la plus-value de toutes les marchandises qu’il produit (...) ; de son côté, cette plus-value se divise en parties qu’on désigne différemment : le profit (profit d’entrepreneur plus intérêt) et la rente »124.

La « structure économique » capitaliste selon GRAZIADEI

Image 10000000000003A900000270B5E13595.jpg

115Comment la répartition entre « travail nécessaire » et « surtravail » se détermine-t-elle chez Graziadei ?

  • 125 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, p. 296 ; La (...)

« Le surtravail résulte de la différence entre le travail total et le travail nécessaire. Or, l’importance de ce dernier dépend de deux éléments tout à fait étrangers à la valeur. D’une part, nous devons savoir quelle part du produit total revient à l’ouvrier : la grandeur de celle-ci dépend de la plus ou moins grande prépondérance de la classe capitaliste sur la classe prolétarienne. D’autre part, nous devons déterminer le temps nécessaire pour produire le salaire : ce temps est connu par une simple observation chronologique du processus de production »125.

116Le « capital salarial » n’est pas seul utilisé dans la production. Il s’unit dans les entreprises au « capital technique » (machines, matières premières...). Contrairement à ce que pensent Marx et Loria, le « capital technique », employé par les capitalistes pour obtenir un produit maximum au moindre coût, fournit, tout comme le travail (c’est-à-dire le « capital salarial »), et même bien davantage que lui, un « profit ».

  • 126 Lettre de Graziadei à Achille Loria, février 1899, publié par Mauro Gallegati dans « Capitale « tec (...)
  • 127 « Le teorie del valore di Carlo Marx e di Achille Loria », La Critica sociale, no 22, 16 novembre 1 (...)

117Mais Graziadei ne réhabilite pas ici, même sous une forme implicite, le point de vue de Vilfredo Pareto, à savoir que le « capital simple » associé au « travail présent » produit un « surplus de valeurs d’usage ». En effet, pour lui, le « capital technique » fournit un « profit » non pas par « sa propre vertu intrinsèque, mais uniquement parce qu’il est aujourd’hui monopolisé par une classe particulière de la société »126. De plus, le « capital technique » crée également du « produit nécessaire » (« salaire »). Cette analyse permettrait de résoudre la question soulevée par Loria, la « contradiction » entre la loi de la valeur et le taux moyen de profit. Marx, pense que le « capital technique » ne fait que transmettre sa valeur à la marchandise sans fournir de « profit » (dont la création revient uniquement au « surtravail »). Il aurait dû se rendre compte que la hausse de la composition organique du capital, donc la hausse relative du « capital technique », a pour but l’augmentation du « profit ». Il est toutefois conscient de la difficulté lorsqu’il admet, au livre 3 du Capital, que le « profit moyen » ne correspond pas à la plus-value extraite au niveau individuel, par suite de la présence du « capital technique ». En définitive, deux « causes » sont à l’origine du « surproduit » ou « profit » : le « surtravail » et le « capital technique ». Graziadei va même plus loin en affirmant qu’à la limite il n’y a pas de « différence substantielle » entre un ouvrier et une machine, car tous deux produisent plus qu’ils ne consomment. Il présente alors une « hypothèse-limite » : une société dans laquelle « le profit existe, non pas en conséquence d’un surtravail, mais par suite d’un non-travail ». La production serait ici entièrement assurée par des machines127. Cette « hypothèse » vaudra à notre économiste des critiques et des railleries de la part de Benedetto Croce et d’Antonio Gramsci (le « pays de Cocagne »).

  • 128 Le seul usage du concept de « plus-value » chez Graziadei se trouve ici : une plus-value d’échange (...)
  • 129 Graziadei, Il capitale e il valore Critica della economia marxista, 1936, Ed. Leonardo, 1948, pp. (...)

118Si nous revenons à notre schéma, nous constatons que la somme du « produit nécessaire » et du « surproduit » forme le « produit total » (physique), ou fonds de consommation des deux classes fondamentales. Après le stade de la production, apparaît le stade de la circulation : la « forme-valeur » apparaît logiquement dans cette seconde sphère. Il s’agit d’une forme « superficielle », « dérivée », qui ne joue aucun rôle dans l’explication du « travail nécessaire » et du « surtravail ». Sa fonction est purement distributive ; elle permet le passage du « produit nécessaire » social au « produit nécessaire » individuel ou « valeur nécessaire » (sic), et du « surproduit » (« profit ») social au « surproduit » (« profit ») individuel ou « plus-value »128. En effet, en raison de la division du travail, l’ouvrier produit une seule sorte de biens (« biens-salaires », ou « biens-profits »). La « valeur » (d’échange), on l’a vu, n’est qu’un « rapport quantitatif » sur la base duquel les producteurs échangent leurs produits. Graziadei baptisera plus tard l’approche que nous venons de présenter, « vision par la totalité des entreprises », dont il fait remonter l’origine à François Quesnay, dans son « Tableau économique », par opposition à la « vision par les entreprises individuelles », caractéristique de l’école classique (Adam Smith, D. Ricardo) et de Marx en grande partie, notamment dans le livre 1er du Capital129.

119L’analyse de Graziadei fait disparaître le « capital constant » du produit et on retrouve une approche smithienne. De plus, l’accumulation du capital n’existe pas : le capitaliste ne produit pas pour vendre et accumuler, mais pour consommer. Il ne se pose jamais le problème de l’affectation des « biens-profits » : consommation personnelle et consommation productive (dépenses en « capital technique »...). Il s’agit là d’une préoccupation qui rejoint dans les grandes lignes celle de Karl Rodbertus qui ne s’intéresse qu’à la répartition du produit du travail et non à l’accumulation, par exemple dans Das Kapital, quatrième lettre à Von Kirchmann, publiée seulement en 1885 (trad. fr. Le Capital, Giard et Brière, 1904). On verra plus loin qu’Antonio Gramsci interprète Graziadei en ce sens.

120Avec sa nouvelle théorie, notre économiste va développer dans La produzione capitalistica (1899) une analyse « dynamique » sur les rapports entre salaires et profits dans les principaux pays capitalistes. Participant à la controverse sur la « paupérisation » en Italie, il conclura que l’évolution de la répartition ne revêt pas de caractère antagoniste, comme le croit l’« école classico-socialiste » ; profits et salaires progressent parallèlement.

b – Refus de toute théorie de la valeur et recherche d’une nouvelle théorie des prix

  • 130 Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica, Bocca, 2e édit., 1924, p. 194.

121Aucune des théories de la valeur existantes ne satisfait notre économiste celle de l’« école de Ricardo-Marx », celle de l’« école hédoniste », et les tentatives d’Achille Loria. Dans ses premiers travaux, entre 1894 et 1900, il recherche une théorie de la valeur conciliable avec sa nouvelle théorie du profit. Cependant, après l’échange épistolaire de 1901 avec Vilfredo Pareto, il estime cette recherche sans issue satisfaisante, et refuse toute théorie de la valeur dans la mesure où elle établit nécessairement « ex-novo » un principe d’explication des prix (coût de production, quantité de travail, utilité) sans partir de la réalité concrète. Il recherche alors une nouvelle théorie des prix. Il la formule dans des travaux ultérieurs, sous l’influence d’Alfred Marshall. Lecteur critique de l’économiste anglais, il refuse la valeur utilité, mais accepte le principe de la « firme représentative » et la distinction entre la courte et la longue période. En 1923, paraît son premier travail de synthèse, Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica Critica alla teoria del valore di Carlo Marx. L’objectif de ce livre est de « coordonner le noyau essentiel de la pensée économique de Marx avec ce que l’Economie orthodoxe a réalisé durant la période qui s’écoule entre la publication du 1er volume du « Capital » et aujourd’hui »130.

  • 131 Dans l’analyse de Marshall, au contraire, la marge est nulle en longue période.

122Il s’agit de déterminer le revenu individuel du capitaliste, baptisé maintenant « surprix » (« sovraprezzo »), et non plus « plus-value » (qui disparaît totalement de son analyse), en se plaçant du point de vue de l’« entreprise-type », quels que soient les rendements (constants, croissants, ou décroissants). Le prix d’équilibre normal de longue période correspond à l’égalité entre l’offre et la demande et se décompose en un coût de production, lui-même décomposable comme chez Marshall (salaires, y compris le « salaire de direction » de l’entrepreneur, intérêts, etc...) et une marge positive, ou « surprix », rémunération spécifique du capitaliste, propriétaire des moyens de production131. Le « surprix » correspond, en concurrence parfaite, à un taux moyen de profit dans l’industrie ; il dépend d’une part de « jugements » sur l’utilité et le coût de production, et d’autre part des conditions du marché. Il peut s’accroître soit au détriment des consommateurs, par hausse du prix de vente, soit au détriment des travailleurs, par baisse de la rémunération du travail dans le coût de production. Dans ces conditions, il n’existe évidemment plus de lien direct entre le « surtravail » et le profit du capitaliste.

123Quel bilan peut-on tirer de ces trois premières « lectures » de Marx ?

124Elles émanent toutes d’économistes universitaires, dont la formation culturelle doit beaucoup au positivisme (en particulier Loria et Graziadei), courant dominant dans les années 1880-1890. Elles critiquent toutes Marx, mais à partir d’horizons très différents du point de vue de la pensée économique. En effet, Loria est un « hétérodoxe » formé au sein du « socialisme de la chaire », Pareto s’exprime au nom du marginalisme naissant, et Graziadei développe lui aussi un point de vue très « hétérodoxe ». Ces « lectures » se veulent pour une large part « introductives », en particulier celle de Loria en 1883 et celle de Pareto en 1893 ; elles visent en effet à présenter l’œuvre de Marx aux intellectuels italiens, et tout particulièrement aux économistes. En même temps, elles livrent des critiques dont certaines attendent des réponses satisfaisantes (de la part d’Engels, dans le cas de Loria), et d’autres prononcent des condamnations définitives (cas de Pareto).

125Du point de vue de l’approche de l’œuvre de Marx, deux types d’interprétation font apparition : la version « dualiste » qui juxtapose « deux Marx » (le philosophe-sociologue et l’économiste, chez Loria) et la version « réductrice » qui ne retient qu’un seul aspect (« Marx économiste » chez Pareto et Graziadei). Dans cette dernière optique, on considère seulement l’économiste au sens traditionnel, en ignorant le projet de « critique de l’économie politique ».

126En ce qui concerne les thèmes retenus, on constate que les questions philosophiques n’intéressent pas beaucoup nos auteurs. Il en va de même pour la « conception matérialiste de l’histoire », à l’exception de Loria. La théorie économique de Marx reste donc largement privilégiée. Mais seul un nombre très restreint de ses aspects attire nos économistes : avant tout la question de la valeur et celle de l’exploitation. Leur lecture du Capital se limite au livre 1er et plus précisément, le chapitre 1er (la « marchandise ») et à des passages de sections 3 et 4 (plus-value absolue et plus-value relative). Les problèmes de la « statique » intéressent bien davantage que ceux de la « dynamique ». Ainsi, de nombreuses questions telles que l’accumulation du capital, la reproduction élargie, les crises, ne seront-elles jamais abordées. Les livres 2 et 3 du Capital ne sont pas véritablement pris en compte, après leur parution en allemand et ils ne font pas l’objet d’une quelconque « relecture » de Marx.

  • 132 Dans cette méconnaissance de Ricardo, chez beaucoup d’économistes italiens, on peut peut-être incri (...)
  • 133 On remarquera à ce propos que le terme italien de « plus-value » n’est pas encore fixé définitiveme (...)

127Si l’on examine maintenant le contenu des interprétations, on peut remarquer combien la réflexion philosophique est sommaire ; Achille Loria n’a guère de peine pour critiquer Marx comme hégélien inconséquent. Il en est de même pour le « matérialisme historique », transformé en conception « technologique » de l’histoire. Cependant, Achille Loria va se tailler un grand succès avec cette dernière interprétation, puisqu’il va influencer nombre d’économistes et de philosophes dans les années 1880. La question de la méthode ne fait pas l’objet d’une réflexion approfondie : Loria et Graziadei accusent Marx de recourir à une méthode « a priori » et la démarche d’ensemble des trois livres du Capital n’est pas saisie. Les économistes concentrent leur intérêt sur la théorie de la valeur mais leur lecture ignore la dialectique des formes de la valeur exposée dans le chapitre 1er du « Capital » et le statut précis des distinctions telles que « travail concret » et « travail abstrait », ou « travail présent » et « travail passé ». Le seul aspect quantitatif est envisagé, la « valeur d’échange », mais peut-on parler à ce propos d’une lecture « ricardienne » de Marx ? En fait, si l’on en juge les contributions, la théorie ricardienne de la valeur reste aussi mal connue que celle de Marx. Les économistes d’une manière générale à cette époque, connaissent certainement mieux l’œuvre d’Adam Smith132. L’exploitation de la force de travail qui tourmente aussi nos économistes donne lieu à deux interprétations. Chez Loria elle devient une conception morale ; le prélèvement du capitaliste opéré par la violence est condamnable du point de vue éthique. Chez Pareto et Graziadei elle représente une conception juridique ; Marx apparaît alors comme un théoricien du « droit au produit intégral du travail ». D’une manière générale, ces lectures ne font guère usage du concept même de « plus-value »133 ; ignoré par Loria, il est explicitement refusé par Graziadei (sauf pour la sphère de la « circulation »). La spécificité de l’exploitation capitaliste chez Marx n’est pas perçue et il ne sera fait aucune différence entre le « serf » et l’ouvrier (avec l’exemple tiré du Capital), ni même entre un ouvrier et une machine. Ces trois interprétations de la théorie de l’exploitation recourent au concept d’« usurpation ». On a ici un exemple de ce qu’Aurelio Macchioro appelle le « paramarxisme » :

  • 134 Souligné par A.M. Aurelio Macchioro, « Marx, marxismo e politica economica », Ricerche Storiche, an (...)

« dans l’exploitation de la force de travail on voit la peine plus que l’utilisation, et plus que l’utilisation on voit une sorte d’abus »134.

128Néanmoins, il ne faut pas tomber dans le piège qui consiste à lire ces travaux d’économistes en partant des normes du marxisme contemporain, lequel s’est livré à l’affinement de nombreux concepts du Capital. Il faudra bien sûr attendre beaucoup plus tard pour voir apparaître en Italie des interprétations plus précises sur le problème de la « valeur » et des réflexions sur des concepts tels que celui de « travail abstrait », avec les interventions de Lucio Colletti et de Claudio Napoleoni. Les économistes de la fin du XIXe siècle ont cependant le mérite d’affronter des questions dont le caractère litigieux a été reconnu plus tard et souvent même seulement depuis les années soixante. Ainsi, Loria soulève-t-il pour la première fois en Europe le problème de la conciliation entre les valeurs et les prix de production ; il inaugure une controverse devenue célèbre aujourd’hui, plus précisément sa première phase qui commence en 1883 et s’achève vers 1906-1907, avec les travaux de Ladislaus Von Bortkiewicz en Allemagne. La question du statut de la loi de la valeur, soulevée par Loria (loi étemelle ou historique), fera l’objet plus tard de reformulations en Italie, par exemple, chez Marco Lippi. La controverse Loria-Engels va pousser ce dernier à fournir une étude de la « transformation » au plan historique, donc à reconsidérer le statut de la « production marchande simple », problème qui va être examiné bientôt par Benedetto Croce (voir chapitre 2). La critique « anti-marxiste » passionnée mais astucieuse de Pareto surprend car elle provient d’un auteur qui nous a habitué à une grande sérénité dans ses écrits sur l’« économie politique pure ». Elle diffère beaucoup de la critique opiniâtre et plus profonde d’Eugen Von Bohm-Bawerk (1884 et 1896), qui a occupé d’ailleurs une place toute particulière dans la controverse autour de la valeur et des prix de production. La tentative « révisionniste » de Graziadei visant à sauvegarder la théorie du « surtravail » et la concilier plus tard avec l’« économie politique pure » a un caractère original, et ne peut être rapprochée de la tentative de Benedetto Croce. Elle ne donne pas heu cependant à des prolongements théoriques en Italie.

129Il faut maintenant nous tourner vers les « lectures » proposées par les philosophes.

Notes

1 Sur la période allant de l’Unité à 1896, on peut se reporter au livre d’Antonio Benenati, Le développement inégal en Italie, Economica, 1982, notamment, pp. 17-52.

2 Nos éléments biographiques proviennent de sources diverses.

3 Sur le socialisme de la chaire allemand, on peut consulter le livre d’Antonio Roversi, Il magistero Della scienza – Storia del Verein für Sozialpolitik dal 1872 al 1888, Franco Angeli, 1984 ; en français, on peut se reporter à l’étude de F.G. Dreyfus, « A propos du Kathedersozialismus », dans Conjoncture économique, structures sociales – Hommage à Ernest Labrousse, Mouton, 1974, pp. 97-103.

4 Karl Knies critique la théorie marxiste de la valeur dans l’ouvrage Das Geld, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1873. Marx fait une allusion ironique à Knies dans sa lettre à Engels du 25 juillet 1977 (Marx-Engels, Lettres sur le « Capital», Ed. Sociales, 1964, p. 285). Adolf Wagner quant à lui critique Marx dans son « Grundlegung der politischen Oekonomie », tome 1, 1ère édit. 1876, 2e édit. 1879, (tr. fr. Les fondements de l’économie politique, Giard et Brière tome 1, 1904). Marx lui consacre en 1879-1880 des « Notes marginales » qui contiennent des précisions intéressantes sur sa théorie de la valeur (publiées en Annexe au livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 459-484).

5 Parmi les très nombreux élèves de L. Cossa à l’université de Pavie, on peut citer le sicilien Vito Cusumano, qui sera aussi élève d’Adolf Wagner à Berlin.

6 Francesco Ferrara va constituer une école rivale à Florence en 1874, la « Società Adamo Smith », qui édite l’Economista, et réunit des économistes tels que Tullio Martello (1841-1918) et plus tard Vilfredo Pareto (1848-1923).

7 Loria : Lettre à Karl Marx, 23 novembre 1879, dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltrinelli, 1964, p. 288.

8 Comme il ressort de la lettre Marx à F. Engels du 3 août 1882, dans Marx-Engels, Werke, tome 35, Briefe, Janvier 1881 - mars 1883, Dietz Verlag, 1967, p. 78. En 1880, Loria décide d’entrer en contact direct avec Marx, et lui propose de devenir son secrétaire personnel, mais sans succès ! Il aura l’occasion de rencontrer cependant F. Engels et ses proches à Londres en 1882 (Sur ces épisodes que ne manquent pas de piquant, voir l’étude de Gian-Mario Bravo, « Engels e Loria : relazioni e polemiche », Studi Storici, juillet-septembre 1970, pp. 535-538).

9 Voir Gian-Mario Bravo : Il « Capitale » in Italia – 1867-1895, Appendice à Anna-Valentinovna Urœva, La fortuna del « Capitale », Riuniti, 1974, pp. 237-239 ; G. Cotroneo : Marx in Sicilia – Giuseppe Di Menza e la critica del Capitale, Filosofia e Società, no 24-25, 1981, pp. 1-38.

10 Voir Ignazio Filippi : « I socialisti Della cattedra e Marx nella critica di Vito Cusumano », dans Piero Di Giovanni, a cura di, Il marxismo e la cultura meridionale, Palumbo, 1984, pp. 137-145.

11 Alfred Russel Wallace est l’auteur d’un ouvrage paru en 1882, Land nationalization, its necessity and its aims. Sur ses conceptions, on peut se reporter à la thèse de droit d’Edouard Escarra, Nationalisation du sol et socialisme, université de Paris, H. Jouve, 1904, 2ème partie, chap. 1.

12 Voir Henri Bartoli : « Marco Fanno e Achille Loria », Rivista internazionale di scienza economiche e commerciali, no 6, juin 1981, pp. 547-549.

13 Loria : « La scuola austriaca nell’economia politica, Nuova Antologia, 1er avril 1890, rééd. dans Loria, Verso la giustizia sociale (idee, battaglie, apostoli), Società éditrice libraria, 1904, 1ère édition, pp. 164-181.

14 Oxford U. Press, 1954, p. 856, note 1. trad. française, Histoire de l’analyse économique, Gallimard, 1983, tome 3, p. 150, note 1.

15 « Karl Marx », La Nuova Antologia, 1er avril 1883, p. 524.

16 Op. cit., p. 524. Loria affirme que cette conception se trouve déjà, « à l’état fragmentaire » chez Fourier (p. 537).

17 Voix « La terra ed il sistema sociale » (1891), rééd. La proprietà fondiaria e la questione sociale – Studi, Drucker, 1897, pp. 199-201. Ce montage est signalé et critiqué pour la première fois par Benedetto Croce dans « Le teorie storiche del prof. Loria », 1896, (voir chap. 2).

18 « Karl Marx », pp. 524-527 ; voir aussi La rendita fondiaria e la sua elisione naturale, Hoepli, 1879, pp. 681-683.

19 Souligné par AL, « Karl Marx », pp. 527-528.

20 Op. cit., p. 529. Loria prend la défense ici d’Eugen Dühring qui accusait Marx d’hégélianisme, contre les critiques d’Engels, dans l’Anti Dühring.

21 Livre Ier du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 417-418, note 89.

22 Il faut se référer sur ce point à l’article « Darwinisme » dans Georges Labica, sous la direction de Dictionnaire critique du marxisme, PUF, 1982, p. 234.

23 Lettres à F. Engels, 19 décembre 1860 et à Ferdinand Lassalle du 16 janvier 1861 dans Marx-Engels, Lettres sur les sciences de la nature (et les mathématiques) Ed Sociales, 1974, resp., p. 20 et 21.

24 Voir Lettre à Engels, 18 juin 1862, dans op. cit., p. 21, et Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 2, 1975, p. 129.

25 Loria ne se réfère pas explicitement à ce texte, mais il paraît évident qu’il le connaît, si l’on en juge par exemple, l’allusion au compte-rendu du Capital réalisé par N.I.Zieber (« Karl Marx », p. 531). N.LZieber (1844-1888), professeur d’économie politique à TUniversité de Kiev, ami de Marx, est un introducteur et un popularisateur du Capital en Russie.

26 « Karl Marx », pp. 540-541.

27 Postface à la 2e édition allemande du Capital, Livre Ier, Ed. Sociales, 1983, p. 15.

28 On reviendra plus en détail sur cette question dans le chapitre 4.

29 Souligné par Karl Marx, op. cit., p. 17.

30 « Karl Marx », p. 534.

31 Op.cit., p. 538.

32 Op. cit., p. 510 et 530.

33 Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, pp. 41-45.

34 « Karl Marx », p. 519.

35 Voir supra p.73.

36 « Gloses marginales au programme du parti ouvrier allemand », dans Marx-Engels, Critique des programmes de Gotha et d’Erfurt, Ed. sociales, 1966, pp. 22-23.

37 « Karl Marx », pp. 532-533 et 535.

38 Op. cit., p. 523.

39 Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 219.

40 A ce sujet, on peut se reporter également aux « Notes marginales au Traité d’économie politique d’Adolf Wagner », annexe au Livre 2 du Capital, pp.463 et 483.

41 Souligné par A.L. « Karl Marx », p. 532.

42 Soulignée par nous, Livre 1 du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 343.

43 Marx, au moment de la parution de la 1ère édition allemande du livre 1, s’attendait à cette « objection inévitable du philistin et de l’économiste vulgaire ». Voir l’échange de lettres entre Marx et Engels de juin 1867, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 8, Ed. Sociales, 1981, pp. 394-397.

44 L’analyse du livre 3 (chapitre IX) est esquissée pour la première fois dans les Grundrisse (voir Manuscrits de 1857-1858, Ed. Sociales, 1980, tome 1, pp. 374-375 et tome 2, p. 248). Marx fait connaître sa solution dans deux lettres a F. Engels, 2 août 1862 et 30 avril 1868 (voir Marx-Engels, Lettres sur le Cpaital, Ed. Sociales, 1964, pp. 121-123 et 208-212).

45 Dans Kapital und Kapitalzins-Geschichte und Kritik der KapitalzinsTheorien, (1ère édit. 1884).

46 Publiée le 17 mai 1883 dans l’organe de la social-démocratie allemande, « Der Sozialrdemokrat » (Zurich), dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltrinelli, 1964, pp. 296-297.

47 Loria : « La théorie marxiste de la valeur de Karl Marx », Journal des Economistes, tome 28, 4e série, 7e année, no 10, octobre 1884, pp.137-139. Dans ce débat interviennent Paul Lafargue et Maurice Block. Le brouillon de la lettre de Loria non adressée à Engels est publié dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltrinelli, 1964, pp. XVI-XVII.

48 F.Engels : Lettre à Friedrich-Albert Sorge, 3 juin 1885, Marx-Engels, Lettres sur le Capital, Ed. Sociales, 1964, p. 348.

49 Préface au livre 2 du Capital (5 mais 1885), Ed. Sociales, 1976, p. 24. Sur ce défi, on peut se reporter au chapitre 2 de l’ouvrage de Gilles Dostaler, Valeur et prix - histoire d’un débat, PUG, Maspéro, Université de Québec, 1978.

50 La tentative de solution la plus argumentée de cette période, mais non fidèle à la théorie de la valeur, est celle de Conrad Schmidt, Die Durchnittsprofitrate auf Grundlage des Marx’ schen Wertgesetzes, Dietz Verlag, Stuttgart, 1889. Il existe une traduction italienne, Il saggio medio del profitto e la legge marxiana del valore, Savelli, Rome, 1975.

51 Analisi della propriétà capitalistica, Bocca, 1889, tome 1, p. X.

52 Op. cit., tome 1, pp. 142-144. En 1888, il s’est informé auprès d’Engels de la date de parution du livre 3 du Capital : « J’attends avec la plus vive impatience ce livre, qui doit sauver le système du grand penseur et détruire complètement mes objections » Lettre à F. Engels, 15 janvier 1888, dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltrinelli, 1964, pp. 331-332.

53 Souligné par A.L. « Analisis », tome 2, p. 155.

54 Chez Loria, le « capital productif » sert à la production de biens matériels, par opposition au « capital improductif » qui, lui, peut prendre différentes formes ; il distingue le « capital de consommation improductive » (capital usuraire, emprunts publics, etc...) et le « capital intermédiaire improductif » qui sert à transmettre les produits du producteur au consommateur (capital commercial, capital investi dans les transports...), Op. cit., p. 527 et suiv.

55 Op. cit., p. 486.

56 Loria présente également cette « solution » dans son compte-rendu du livre de Conrad Schmidt : « Die Durchnittsprofitrate auf Grundlage des Marx’schen Wertgesetzes », publié dans Jahrbücher für National-ökonomie und Statistik, Iéna, vol. XX, 1890, pp. 272-274.

57 Analisi, tome 1, pp. 137-138.

58 On peut voir ici un lien avec l’« état primitif qui précède l’appropriation des terres et l’accumulation des capitaux » chez Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations. Morceaux choisis, coll. Idées NRF, 1976, pp. 71-72 et 87-88.

59 Analisi, tome 1, p. 156 ; voir aussi pp. 167, 255.

60 Op. cit., p. 156, note 1. Loria fait ici allusion à un passage du chapitre VIII : (« la journée de travail »), Ed. Sociales, 1983, pp. 262-264.

61 Cette Préface (4 octobre 1894), dont la publication en italien sera refusée par les amis de Loria, paraîtra finalement grâce à une intervention du philosophe Antonio Labriola.

62 Préface au livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 21-22.

63 Engels ignore l’existence de l’Analisi della proprietà capitalistica, et prend connaissance de la prétendue « solution » uniquement dans la version donnée dans le compte-rendu du livre de Conrad Schmidt en 1890 (signalé supra) que, semble-t-il, Achille Loria lui a fait parvenir sitôt paru (Voir Engels : Lettre à Conrad Schmidt, 12 avril 1890, dans Marx-Engels, Werke, tome 37, Dietz Verlag, 1967, p. 384.

64 « Intorno ad alcune critiche dell’ Engels », Lettre au directeur Francesco-Saverio Nitti, publiée dans la Riforma Sociale, 25 février 1895, pp. 265-270.

65 Op. cit., p. 267.

66 « L’opera postuma » di Carlo Marx, Nuovo Antologia, 1er février 1895, p. 471. Il se lance dans une amusante « analogie » : « (...) je dirais que le premier « Capital » est au troisième comme le premier Bonaparte l’est au troisième, et que le second se blotissant entre les deux, a toute la lassitude moribonde, et la teinte cadavérique du Roi de Rome », Op. cit., p. 472.

67 Le « socialiste de la chaire » Wilhelm Lexis est le premier auteur à relever le défi lancé par Engels. Voir à ce sujet la Préface au livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 13-14, et Gilles Dostaler, Valeur et prix. Histoire d’un débat, PUG-Maspero, U. du Québec, 1978, pp. 41-42.

68 Souligné par A.L., « L’opera postuma », p. 478.

69 Op.cit., p. 478.

70 Voir par exemple, Pierangelo Garegnani, Il capitale nelle teorie della distribuzione, Giuffrè, 1960, trad. française PUG-Maspero, 1980, notamment pp. 20-29. On peut également se reporter à l’introduction de Pierre Dockès à l’ouvrage collectif Valeur et prix, Coll. Analyse, Epistémologie, histoire économique, P.U. de Lyon, 1982, pp. 7-18.

71 La lettre au directeur de La Riforma Sociale n’a droit qu’à une longue note du « Complément et Supplément ». Engels rappelle à nouveau, comme dans la Préface, les prétentions de Loria en ce qui concerne la « conception matérialiste de l’histoire » et le traite de « plagiaire accompli », Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 797-798, note 3.

72 « Complément et Supplément », Livre 3 du Capital, p. 27. Adam Riese est un mathématicien allemand du XVIe siècle.

73 Livre 3 du Capital, pp. 179-180 et 182.

74 « Complément et Suplément » au livre 3 du Capital, pp. 32-33.

75 Engels : Lettre à Werner Sombart, Il mars 1895, dans Marx-Engels, Correspondance, Ed. du Progrès, 1971, p. 522.

76 Voir par exemple Livre 2 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp.103-104 et Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, pp. 308-309 et 312-313.

77 Théorie sur la plus-value, Ed. Sociales, tome 3, 1976, p. 83. Marx reproche à R. Torrens de revenir a la conception de Smith qui relègue la valeur « aux temps pré-adamites » (voir Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, pp. 35-36).

78 Engels : « La « Contribution à la critique de l’économie politique » de Karl Marx », 2e article (1859) dans Marx-Engels, Textes sur la méthode de la science économique, Ed. Sociales bilingues, 1974, p. 197.

79 Hegel : Leçons sur l’histoire de la philosophie, Coll. Idées Gallimard, 1970, tome 1, p. 50.

80 Sur le « décollage » de 1896 à 1914, on peut se reporter au livre d’Antonio Benenati, Le développement inégal en Italie, Économica, 1982, notamment, pp. 281-338.

81 Les éléments biographiques proviennent de sources diverses. On signalera cependant l’amusante biographie hagiographique, aujourd’hui périmée sur certains aspects, de Georges-H. Bousquet, Pareto (1848-1923). Le savant et l’homme, Lausanne, Payot, 1960, 208 p.

82 Sur l’histoire de la pénétration du marginalisme en Italie, il faut se reporter à l’article très documente de Piero Barucci, « The spread of marginalism in Italy : 1871-1890 », History of Political economy, no 2, Automne 1972 ; version italienne révisée, dans l’anthologie de Massimo Finoia, Il pensiero economico italiano : 1850-1950, Cappelli, 1980, pp. 67-91. Sur les conceptions de Pantaleoni on peut consulter l’étude « M. Pantaleoni et la théorie économique », dans le livre de Gaëtan Pirou, Doctrines sociales et science économique, Sirey, 1929, pp. 177-202.

83 La formule est de V. Pareto (lettre à Napoleone Colajanni, 27 mars 1893, dans Pareto ; Correspondance, 1890-1923, tome 1, Droz, 1975, p. 217.

84 Voir Pareto : lettre à Maffeo Pantaleoni, 6 décembre 1891, dans Pareto, Lettere a Maffeo Pantaleoni, 1890-1923, tome 1, Banca Nazionale del Lavoro, 1960, p. 102.

85 Pareto : Lettre à Léon Walras, 22 janvier 1893, dans Pareto, Correspon-dance, 1890-1923, tome 1, Droz, 1975, p. 208.

86 Engels : lettre à Karl Kautsky, 3 novembre 1893, dans Marx-Engels, Werke, tome 39, Dietz Verlag, Berlin, 1968, p. 162.

87 Sur la place des « Systèmes socialistes » dans l’œuvre de Pareto, on peut se reporter à la seconde partie de l’étude d’Aurelio Macchioro, « Marxisme ed economia politica fra XIX e XX secolo », « Rivista storica del socialismo », janvier 1966, rééd. dans Macchioro, « Studi di storia del pensiero economico e altri saggi », Feltrinelli, 1970, pp. 518-560.

88 Pareto : Les systèmes socialistes, réédition, Droz, 1965, tome 2, pp.328 et 386.

89 V. Pareto rédige une recension dusecond essai de Labriola « Del materialismo storico » (1896) pour la « Zeitschrift für Sozialwissenschaft », en 1898, trad. française « Du matérialisme historique » dans Pareto, Marxisme et économie pure, Droz, 1966, pp. 94-99. Il est en contact épistolaire avec Benedetto Croce qui lui fait parvenir tous ses écrits critiques du marxisme.

90 Pareto : Les systèmes socialistes, Droz, 1965, tome 2, p. 390.

91 Op. cit., tome 1, p. 118.

92 Op. cit., tome 2, p. 331.

93 Souligné par V.Pareto, Introduction à Marx, rééditée dans Pareto, Marxisme et économie pure, Droz, 1966, pp. 34-35.

94 Op. cit., p. 41.

95 Op. cit., p. 47 ; Les systèmes socialistes, tome 2, p. 343, note 1.

96 Op. cit., tome 2, pp. 353-354.

97 Souligné par V.P., op. cit., tome 2, p. 360.

98 Op. cit., tome 2, p. 365 ; voir pp. 364-371 ; voir aussi « Introduction à Marx », dans Marxisme et économie pure, Droz, 1966, pp. 52-53.

99 Op.cit., p. 48.

100 Souligné par V. Pareto, op. cit., p. 43.

101 Op. cit., pp. 44-45.

102 Pareto, Les Systèmes socialistes, tome 2, p. 345 ; 372-374.

103 Op. cit., pp. 355-356.

104 « Introduction à Marx », dans Marxisme et économie pure, Droz, 1966, p. 49 note 24.

105 Les systèmes socialistes, tome 2, p. 113 note 1 ; voir aussi pp. 180-183.

106 Op. cit., tome 2, pp. 376-377.

107 « Introduction à Marx », dans Marxisme et économie pure, Droz 1966, pp. 47-48 ; voir aussi Les systèmes socialistes, tome 1, pp. 335-337.

108 Op. cit., tome 2, p. 381.

109 Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, Ed. Sociales, 1957, p. 38 et note 1.

110 Graziadei, Prezzo e sovraprezzo nell’economia capitalistica, Bocca, 2e édit. 1924, p. 12.

111 On trouve des indications biographiques dans l’article « Graziadei » du dictionnaire de Franco Andreucci et Tommaso Detti : Il movimento operaio italiano. Dizionario biografico, 1853-1943, tome 2, Riuniti, 1976.

112 Martello, La moneta e gli errori che corrono intorno a essa, avec Introd. de Ferrara et Appendice sur la théorie de la valeur. Le Monnier, Florence, 1883. Voir à ce sujet Gian-Mario Bravo : Il « Capitale in Italia, Appendice à A.V.Urœva, La fortuna del Capitale, Riuniti, 1974, pp. 236-237.

113 « Intorno alla teoria edonistica del valore », La Riforma Sociale, 1900. Cette étude critique est poursuivie dans l’ouvrage La teoria del valore e il grado finale di utilità, 1901.

114 Paolo Favilli, Il socialisme italiano e la teoria economica di Marx (1892-1902), Bibliopolis, 1980, p. 127.

115 Sur cet épisode, on peut se reporter à l’étude de Robert Paris : « Gramsci e la crisi teorica del 1923 », dans Gramsci e la cultura contemporanea, Colloque de l’Institut Gramsci (Cagliari 1967), Riunitti, 1969, tome 2, pp. 29-44.

116 Graziadei : « La teoria del valore di Carlo Marx », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1894, pp. 296-297 et no 20, 16 octobre 1894, pp. 317-319 ; « Produzione e valore », La Riforma sociale, no 10, 1899, pp. 977-78.

117 La produzione capitalistica, Bocca, 1899, p. VII ; « Produzione e vavalore», La Riforma sociale, no 10, 1899, p. 972. Voir aussi Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica, Bocca, 2e édit., 1924, pp. 227-28.

118 Graziadei renvoit au passage déjà signalé par Achille Loria (cf. supra, p. 92). Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, p. 296 ; La Produzione capitalistica, Bocca, 1899, p. 5 ; voir aussi Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica, Bocca, 2e édit., 1924, p. 25.

119 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, pp. 296-297 ; La produzione capitalistica, p. 5.

120 Il reconnaît sa dette envers Loria, dans La produzione capitalistica, pp. IX-X.

121 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, p. 296 ; La produzione capitalistica, p. 5. Voir aussi « Risposta a Jaurès », La Critica sociale, no 17, 1er septembre 1900, p. 269. Jean Jaurès, dans une conférence à Paris, dont le texte est traduit partiellement en italien dans la Critica sociale (no 12, 15 juin 1900), « Bernstein e l’evoluzione socialista », fait allusion à Graziadei et lui reproche d’abandonner la théorie de la valeur de Marx. Voir aussi, Prezzo e sovmprezzo nella economia capitalistica, Bocca, 2e édit., 1924, p. 25.

122 Graziadei, « Produzione e valore », La Riforma sociale, no 10, 1899, pp. 953-954.

123 « Risposta a Jaurès, La Critica sociale, no 17, 1er septembre 1900, p. 269.

124 Livre 3 du Capital, Ed. Sociales, 1976, p. 754.

125 Graziadei : « Sopralavoro e sopravalore », La Critica sociale, no 19, 1er octobre 1895, p. 296 ; La produzione capitalistica, p. 4. Voir aussi, Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica, p. 24.

126 Lettre de Graziadei à Achille Loria, février 1899, publié par Mauro Gallegati dans « Capitale « tecnico » e teoria del valore – La tesi di laurea di Antonio Graziadei », Quaderni di storia dell’ economia politica, anno 1, no 2, 1983, p. 163 note 7.

127 « Le teorie del valore di Carlo Marx e di Achille Loria », La Critica sociale, no 22, 16 novembre 1894, p. 348 ; « Produzione e valore », La Riforma sociale, no 10, 1899, pp. 976 et 981 ; « Riposta a Jaurès », La Critica sociale, no 17, 1er septembre 1900, pp. 270-271.

128 Le seul usage du concept de « plus-value » chez Graziadei se trouve ici : une plus-value d’échange qui renoue avec les vieilles conceptions du « profit par aliénation ».

129 Graziadei, Il capitale e il valore Critica della economia marxista, 1936, Ed. Leonardo, 1948, pp. 17-18. Dans le Capital, Marx traiterait de la « totalité des entreprises » uniquement dans la section 3 du livre 2 (« reproduction et circulation de l’ensemble du capital social ») et dans la section 2 du livre 3 (« transformation du profit en profit moyen »).

130 Prezzo e sovraprezzo nella economia capitalistica, Bocca, 2e édit., 1924, p. 194.

131 Dans l’analyse de Marshall, au contraire, la marge est nulle en longue période.

132 Dans cette méconnaissance de Ricardo, chez beaucoup d’économistes italiens, on peut peut-être incriminer Francesco Ferrara, qui a joué un rôle primordial dans la diffusion en Italie de l’œuvre des économistes classiques ; pour lui en effet, les grands auteurs sont Smith, Say et Bastiat, mais non Ricardo.

133 On remarquera à ce propos que le terme italien de « plus-value » n’est pas encore fixé définitivement dans les travaux des économistes sur Marx, des années 889-1895 environ. D’après nos recherches on trouve alors jusqu’à cinq vocables différents : « maggior-valore », « più-valore », « plus-valore », « plus-valenza », et « sopravalore ». Le terme de « sopra-valore » l’emporte après 1895 environ, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Depuis cette date, le terme dominant est « plus-valore ».

134 Souligné par A.M. Aurelio Macchioro, « Marx, marxismo e politica economica », Ricerche Storiche, anno XII, no 2-3, mai-décembre 1982, p. 467.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search