Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Première partie. Les interprétations de la pensée de Marx jusqu'à Gramsci

Les interprétations de la pensée de Marx jusqu’à Gramsci

Texte intégral

  • 1 Souligné par FE, Lettre à Filippo Turati, 26 janvier 1894, dans Friedrich Engels et Filippo Turati (...)

1La première série de « lectures » jusqu’à Gramsci a pour fonction dans une large mesure, l’introduction de l’œuvre de Marx chez les intellectuels italiens. Cette pénétration va s’opérer dans un pays qui ne possède pas encore les caractéristiques « classiques » du mode de production capitaliste décrites dans le « Capital ». Faisant allusion à l’avènement au pouvoir de la bourgeoisie avec le « Risorgimento » et l’absence de transformation des rapports de production semi-féodaux dans les campagnes, Friedrich Engels déclare à cette époque que la classe capitaliste « n’a pas détruit les restes de féodalité ni réorganisé la production nationale d’après le modèle bourgeois moderne », et que dans ce pays principalement agricole, possédant très peu d’industries, le « prolétariat typique » est quasi-inexistant1. Il voit dans ce phénomène un frein objectif à la diffusion de la pensée marxiste. Plus tard, Gramsci avancera la thèse d’une « révolution agraire manquée », et de l’instauration après l’unité d’un « bloc industriel-agraire », scellant l’alliance entre la bourgeoisie industrielle septentrionale et les propriétaires fonciers méridionaux, livrant le Sud du pays ou Mezzogiorno à un « pillage » au profit du Nord. Dirigée par une monarchie parlementaire, l’Italie connaît des transformations économiques et sociales importantes après l’Unité. Tout d’abord, de 1861 à 1880 environ, une infrastructure se met en place. De 1881 à 1896, 1e pays est touché par les effets de la Grande Dépression et de la crise agraire mondiale. La période 1896-1914 est celle du « décolage », de la formation d’une « base industrielle » avec l’aide de l’Etat, mais qui se limite géographiquement au Nord du pays. On assiste à une croissance régulière du prolétariat, qui accroît considérablement son organisation en particulier durant l’« ère gliolittienne » (1896-1914). Les luttes ouvrières s’intensifient après la fin de la Première guerre mondiale et culminent avec l’occupation des usines de septembre 1920. Un gigantesque mouvement de réaction conduit le fascisme au pouvoir en octobre 1922 ; il va régner sans partage durant vingt ans. La prise de la croissance dans les années vingt est de courte durée et l’Italie va subir durement les effets de la Dépression mondiale dans les années trente. On assiste alors à l’intervention économique croissante de l’Etat pour assurer un « sauvetage industriel » et à l’instauration de l’autarcie jusqu’à la Seconde guerre mondiale.

2Le marxisme pénètre ainsi dans un pays qui va acquérir de manière progressive les principaux traits qui caractérisent une formation sociale capitaliste. Les présentations des économistes revêtent un caractère relativement superficiel, parfois même caricatural mais, comme on va le voir, elles ont le mérite de soulever un certain nombre de problèmes importants. L’introduction des philosophes, en particulier celle de Labriola, se situe à un tout autre niveau, et vise à insérer le marxisme au sein de la culture italienne. Par delà l’antagonisme existant entre les deux principales « sources culturelles » de nos auteurs, d’une part le positivisme, pour les économistes, et d’autre part 1’« hégélianisme napolitain », pour les philosophes auquel il faut rattacher le « néo-idéalisme », dans le cas particulier de Gramsci, on trouve un ensemble assez homogène de préoccupation dans les réflexions sur Marx. Le caractère « scientifique » du marxisme va être nié en général. Lorsqu’il est pleinement accepté il se trouve organiquement lié à l’aspect philosophique ; nous avons affaire ainsi à deux interprétations qui respectent l’unité de l’œuvre de Marx (Labriola et Gramsci). Dans cette première partie de « lectures », la dimension proprement philosophique va faire l’objet de notables développements (Labriola, Gentile, Mondolfo, Gramsci).

Notes

1 Souligné par FE, Lettre à Filippo Turati, 26 janvier 1894, dans Friedrich Engels et Filippo Turati, « Corrispondenza (1891-1895) », Annali (Istituto Feltrinelli), anno I, 1958, pp. 253-254.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search