Version classiqueVersion mobile

Lectures italiennes de Marx

 | 
Jean-Pierre Potier

Chapitre introductif

Texte intégral

1Cent ans après la mort de Marx, il semble intéressant d’étudier comment sa théorie a été reçue, développée, critiquée, réfutée dans les principaux pays où elle s’est répandue à partir de la fin du XIXe siècle. Nous avons choisi d’examiner le cas d’un pays voisin, l’Italie. Ce pays offre, en effet, un terrain d’étude extrêmement intéressant à plusieurs titres. Tout d’abord, il est frappant de constater le poids considérable qu’a représenté le marxisme au sein de la culture italienne après la seconde guerre mondiale et jusqu’aux années 1970. Aucun autre pays n’a connu une telle pénétration à la fois en profondeur, et dans les domaines les plus divers. Dans ce constat, il faut prendre en compte non seulement les travaux directement inspirés par le marxisme, mais aussi ceux qui révèlent une influence indirecte, à des degrés variables. Ce phénomène apparaît dans toutes les sciences sociales, à commencer par l’économie politique. En second lieu, on doit noter l’extrême originalité des lectures de Marx qui ne s’est jamais démentie depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Nous avons affaire à des travaux profondément marqués par le climat culturel spécifique italien. A aucune époque, nous ne rencontrerons de lectures caractéristiques d’une « orthodoxie », par exemple, du type « social-démocrate allemande » des années 1890-1914, ou du type « marxiste-léniniste » après 1945. Enfin, il faut reconnaître la facilité remarquable avec laquelle les intellectuels italiens sont aptes à rompre le cloisonnement des disciplines ; les économistes interviennent sur des questions philosophiques, tandis que les philosophes discutent de questions économiques.

  • 1 Nous mentionnerons cependant les trois ouvrages suivants : Enzo Santarelli La revisione del marxism (...)
  • 2 On peut signaler les actes du colloque organisé par l’Institut Gramsci en octobre 1971, Il marxismo (...)
  • 3 Le professeur Henri Bartoli au fil de ses nombreuses « Chroniques de la pensée économique en Italie (...)
  • 4 Hugues Portelli : Gramsci et le bloc historique, PUF, 1972, Christine Buci-Gluksmann : Gramsci et l (...)

2Un examen attentif de la littérature existante révèle que l’on ne trouve pas en Italie, à l’heure actuelle, de travail d’ensemble sur les lectures de Marx depuis cent ans. Les rares études réalisées jusqu’à maintenant qui se limitent en général au dernier quart du siècle dernier, et prolongent éventuellement jusqu’à la première guerre mondiale, priviliégient les controverses philosophiques1. La période des années vingt à la seconde guerre mondiale est étudiée à travers une avalanche de travaux philosophiques ou politiques consacrés exclusivement au principal théoricien de cette époque, Antonio Gramsci. Le second après-guerre, par contre, n’a guère donné lieu à des recherches synthétiques importantes2. La connaissance des lectures italiennes de Marx en France est malheureusement très faible, à l’exception peut-être de celle de Gramsci. L’existence même des nombreuses recherches postérieures à la seconde guerre mondiale est le plus souvent ignorée par les intellectuels français. Les revues marxistes de notre pays ont régulièrement passé sous silence les parutions de livres importants dans leurs chroniques bibliographiques3. Toutefois, l’édition accomplit depuis environ dix ans un réel effort, et le lecteur français peut maintenant disposer de textes d’Antonio Gramsci, de Galvano Della Volpe, de Lucio Colletti, de Mario Tronti, d’Antonio Negri, et de rééditions de traductions anciennes mais malheureusement défectueuses (Antonio Labriola et Benedetto Croce). En outre, quelques études originales à partir de lectures italiennes de Marx ont vu le jour ; on mentionnera ici les recherches d’Hugues Portelli, de Christine Buci-Gluksmann et d’André Tosel4. Notre travail n’a pas l’ambition démesurée de combler les lacunes évoquées. Il ne prétend pas esquisser une histoire du marxisme en Italie, tâche qui ne pourrait être entreprise que collectivement, et d’une manière pluri-disciplinaire. Il examine un certain nombre de « lectures » représentatives de la théorie de Marx proposées par des intellectuels, économistes et philosophes, sur la période 1883-1983, et en tire quelques enseignements.

  • 5 On peut citer par exemple les travaux d’Emilio Sereni tels que La questione agraria nella rinassita (...)
  • 6 Nous avons commis une entorse inévitable à ce principe, à propos de Gramsci qui, faute de pouvoir d (...)

3Sous le vocable de « marxisme », on désigne en général tout à la fois une théorie, comportant divers aspects (philosophie, « matérialisme historique », doctrine politique) et une « praxis » nécessitant des formes spécifiques d’organisation du mouvement ouvrier. Sans anticiper par trop sur la question du choix des auteurs et des objectifs précis de la recherche, nous indiquons d’ores et déjà que seul le « marxisme théorique » sera envisagé. Ce domaine immense a dû cependant être restreint. En premier heu, les débats sur les aspects politiques, doctrinaux de la théorie de Marx ont été écartés de notre champ. Ainsi se trouvent exclus des auteurs qui ont joué un rôle de premier plan dans le mouvement ouvrier italien, notamment Filippo Turati (1877-1932), Amadeo Bordiga (1889-1970), Palmiro Togliatti (1893-1964). Il découle de ce choix que certains écrits des auteurs retenus ne sont pas pris en considération. En second lieu, nous écartons l’ensemble des analyses concrètes menées sur la formation sociale italienne, conduites à l’aide de concepts et d’instruments marxistes. Les études, publiées depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, sur des questions telles que la question agraire, la question méridionale, les monopoles, le fascisme, sont innombrables, et nécessitent un travail de recherche spécifiques5. Là encore, cela signifie que des aspects de la pensée des auteurs sélectionnés ne sont pas examinés. Enfin, notre étude se limite aux écrits italiens portant directement sur les œuvres de Marx et d’Engels, et ne prend pas en compte ceux qui s’attachent aux contributions des marxistes (Karl Kautsky, Rosa Luxembourg, V.I. Lenine, Louis Althusser...) ou des critiques de Marx (Edouard Bernstein...) de grande envergure au plan international6.

4Avant de conduire le lecteur à travers les interprétations italiennes de Marx, il nous est apparu nécessaire de fournir au préalable un certain nombre d’informations. Ce chapitre introductif donne tout d’abord un rapide cadrage sur notre « vision » personnelle de la théorie de Marx. Quelques points de repère sur les grands courants de la philosophie italienne sont ensuite rappelés. La troisième section présente les intellectuels attirés de diverses manières par le marxisme (« géographie », origine socialiste). La quatrième s’attache à montrer les difficultés de l’accès aux principales œuvres de Marx et d’Engels en Italie en fournissant les dates de publication dans la langue originale, et de traduction. La cinquième aborde les questions méthodologiques de ce travail et les options retenues. Enfin nous présenterons notre choix des auteurs, les marxistes et les critiques de Marx.

SECTION I : LA THEORIE DE MARX

  • 7 Sur l’origine des termes « marxiste » et « marxisme », on peut se reporter aux travaux de Margaret (...)

5Il convient en premier lieu de fournir quelques éclaircissements sur les grandes lignes de notre interprétation de la théorie marxienne, ou du « marxisme de Marx »7.

6Une présentation à but pédagogique issue de V.I. Lenine, a consisté durant longtemps à présenter le marxisme comme un ensemble doctrinal composé de trois « parties constitutives » : la philosophie, l’économie politique, le socialisme. Un tel découpage, certes contestable à plus d’un titre, n’est pas fortuit, et renvoit à une division du travail qui s’est de plus en plus instaurée chez les marxistes depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. En effet, au début du XXe siècle, les grands dirigeants du mouvement ouvrier européen sont en même temps des théoriciens de réputation internationale (Karl Kautsky, Rosa Luxembourg). A partir des années vingt et trente, et surtout après la seconde guerre mondiale, on assiste à une spécialisation croissante des tâches ; certains marxistes se consacrent exclusivement au travail intellectuel, à l’approfondissement de l’effort de conceptualisation, et de manière toujours plus compartimentée, sur le terrain de la philosophie ou sur celui de l’économie politique, et d’autres par contre, se cantonnent à la seule pratique militante et connaissent très mal les questions théoriques. Ce type de division concerne aussi l’Italie comme nous allons le découvrir.

  • 8 Lénine : « Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme», 1913, dans Oeuvres Co (...)
  • 9 Voir Engels : Lettres à Marx, des 7 et 17 mars 1845, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 1, nove (...)
  • 10 Marx-Engels : la Sainte Famille, Ed. Sociales, 1969, p. 152.
  • 11 Engels : « La guerre des paysans en Allemagne », dans Marx-Engels, Oeuvres Choisies, Ed. du Progrès (...)

7Le problème des trois « parties constitutives » est étroitement lié à celui des trois « sources ». L’approche la plus célèbre à ce propos, est celle de V.I. Lenine, qui considère la « doctrine de Marx » comme « le successeur légitime de tout ce que l’humanité a créé de meilleur au XIXe siècle : la philosophie allemande, l’économie politique anglaise et le socialisme français »8. Dans ce texte simplificateur, notamment en raison de sa destination pédagogique, l’auteur envisage pour la source philosophique, Hegel avec sa dialectique, et Ludwig Feuerbach avec son matérialisme. En ce qui concerne l’économie politique anglaise, Adam Smith et David Ricardo sont retenus. Enfin, du point de vue de la troisième source, Lenine désigne le « socialisme utopique », et plus précisément, les représentants français de ce que Marx et Engels nomment dans le « Manifeste du Parti Communiste », le « socialisme et le communisme critico-utopiques » : Henri de Saint-Simon, Charles Fourier, Etienne Cabet et leurs élèves. Ce mouvement inclut Robert Owen et ses disciples par exemple les « socialistes ricardiens » (Gray, Thompson, Bray, Hodgskin) pour la Grande-Bretagne, et le communiste Wilhelm Weitling pour l’Allemagne. Ce courant s’oppose chez Marx au « socialisme réactionnaire » dans ses différentes variantes, « féodal », « petit-bourgeois » (Sismondi), et « vrai » (Karl Grün). Marx n’a jamais présenté sa théorie comme résultante de trois domaines, et surtout dans une version aussi simplifiée. Du point de vue philosophique tout d’abord, il admettrait bien d’autres penseurs que Hegel et Feuerbach, comme le révèle la lecture de la Sainte Famille, qui accorde une place importante aux auteurs français. Il en est de même pour l’économie politique où de nombreux noms peuvent être mentionnés. Enfin, sur le socialisme, il ne se limiterait pas à des penseurs du XIXe siècle ; par exemple, son projet de publication avec Engels et Moses Hess d’une « Histoire du socialisme » sous forme anthologique, formulé en 1845, comprend des auteurs du XVIIIe siècle tels que Mably, Morelly, Babeuf, Buonarroti9. Sur la convergence des sources, Marx livre seulement une remarque dans la « Sainte Famille » sur les liens entre la philosophie allemande (Feuerbach) dans la théorie et le « socialisme et le communisme français et anglais », dans la pratique10. Il faut attendre beaucoup plus tard pour voir apparaître la question des « sources » du « socialisme scientifique » chez F. Engels. Ce dernier, dans son « Addition » à la Préface de 1870 pour la troisième édition de 1875 de « La guerre des paysans en Allemagne », associe pour la première fois la philosophie allemande, en particulier celle de Hegel et le socialisme de Saint-Simon, Fourier, Owen. L’économie politique anglaise n’est pas mentionnée11. La même approche réapparaît dans l’Anti-Dühring, en 1877. Karl Kautsky va rajouter une troisième source, l’économie politique anglaise, en s’inspirant du découpage en trois grandes parties, de l’Anti-Dühring, dans sa brochure de vulgarisation, « Les trois sources du marxisme », parue en 1908, texte qui sert de base au célèbre article de Lénine.

  • 12 Voir Maximilien Rubel : « La légende de Marx ou Engels fondateur » dans le recueil d’essais, Marx c (...)

8La théorie de Marx a fait l’objet de multiples présentations depuis un siècle, souvent opposées, contradictoires, tantôt très favorables, tantôt très hostiles. Une source de malentendus très importante dans ces « lectures » provient, selon nous, de la confusion entretenue implicitement ou explicitement entre la pensée de Marx et celle de son ami Friedrich Engels. Ce dernier joue un rôle non négligeable dans la formation de cette théorie dont il proposera plus tard une interprétation personnelle dans l’Anti-Dühring et le Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande. Le marxisme d’Engels ne constitue sans doute pas l’événement désastreux dénoncé, par exemple, par Maximilien Rubel12, mais il nous invite plutôt à réfléchir sur les différences décelables dans les conceptions respectives des deux penseurs, sur le plan philosophique, par delà les innombrables « lectures » de Marx proposées depuis les décennies. L’existence de ces divergences n’a jamais donné lieu à des recherches approfondies, en particulier chez les marxistes. Les premières interventions qui ont eu un certain écho dans les discussions européennes, datent en gros des années vingt, avec les célèbres ouvrages de Georg Lukacs et de Karl Korsch. Le manque d’intérêt pour une telle recherche est particulièrement visible dans les travaux réalisés en France où, en général, l’identité de vue presque totale entre Marx et Engels est admise.

  • 13 F. Engels : Dialectique de la nature, Ed. Sociales, 1968, p. 25.
  • 14 Lénine : Cahiers Philosophiques, Oeuvres Complètes, tome 38, Ed. du Progrès, Ed. Sociales, 1971, p. (...)

9Il est hors de question de nous livrer ici à une recherche de genre. Nous nous bornerons à indiquer que dans la perspective d’Engels, formulée, certes, dans une conjoncture historique particulière, caractérisée par l’unification du mouvement ouvrier allemand, la dialectique est conçue comme « science de la connexion universelle », comme « science des lois générales du mouvement » de la nature, de l’histoire, et de la pensée. Ces lois, établies tout d’abord par Hegel dans une perspective idéaliste, doivent être conservées après le renversement de son système. Elles sont au nombre de trois : la conversion de la quantité en qualité, et vice-versa (progrès par « bonds »), l’interpénétration des contraires, la négation de la négation13. Ces lois agissent dans la nature de manière autonome et indépendamment du processus historique. Dans l’histoire du marxisme, il apparaît que très peu de grands théoriciens ont défendu l’interprétation engelsienne et nous en aurons confirmation chez les marxistes italiens. Ses défenseurs les plus illustres sont Georges Plekhanov et Nicolas Boukharine. Il est intéressant de noter que V.I.Lénine lui-même dans ses Cahiers Philosophiques critique Engels et Plekhanov pour avoir envisagé l’unité des contraires comme une somme d’exemples et non comme une « loi de la connaissance », certes, pour des motifs de vulgarisation14

  • 15 Cette formule apparaît pour la première fois dans l’Anti-Dühring, d’Engels en 1878 ; elle est ensui (...)
  • 16 Engels : Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, (...)
  • 17 Op. cit., p. 123 ; voir aussi Engels : Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, pp. 57 et 169.
  • 18 Voir Engels : « La « Contribution à la critique de l’économie politique » de Karl Marx », Deuxième (...)

10Le « matérialisme dialectique »15, représente une nouvelle « conception du monde » (« Weltanschauung ») de la nature et de l’histoire. Selon Engels, l’évolution des sciences naturelles au XIXe siècle, en particulier les découvertes de la cellule, de la transformation de l’énergie et de l’évolution (Darwin), autorise l’introduction de la dialectique en leur sein. Il devient alors aisé de construire un « tableau d’ensemble » (« Gesamtbild ») des processus naturels, une synthèse dialectique à partir des faits relevés par les sciences, ou un « système de la nature » (guillemets d’Engels) qui était jusqu’à présent la tâche de la « philosophie de la nature »16. Cette dernière doit donc disparaître, de même que la « philosophie de l’histoire », par suite de l’application du « matérialisme dialectique » à l’histoire, qui donne le « matérialisme historique ». Par conséquent, de l’« ancienne philosophie », il ne peut plus subsister que la « logique formelle et la dialectique ». Le « matérialisme dialectique » tendrait ainsi à permettre un dépassement de l’opposition entre la science et la philosophie17. Cette conception va connaître des prolongements en URSS où elle va être érigée en science générale, dont les lois doivent trouver leur vérification dans les différentes sciences naturelles et sociales (école d’Abraham Deborine, puis le « dia-mat » stalinien). Friedrich Engels est le père d’une théorie rendue célèbre plus tard par la contribution de V.I. Lénine, dans Matérialisme et empirio-criticisme (1909) : la théorie dite du « reflet » (« Widerspiegelung », « Spiegelbild », ou encore « Abbild »), Apparue dans la recension de la Contribution à la critique de l’économie politique18, elle est exposée dans l’Anti-Dühring, dans Ludwig Feuerbach, et dans la Dialectique de la nature. Selon Engels :

  • 19 Engels : Lettre à Conrad Schmidt, 1er novembre 1891, dans Marx-Engels, Correspondance, Ed. du Progr (...)

« La dialectique qui est dans notre tête n’est rien d’autre que la réflexion (« Widerspiegelung ») du développement réel qui s’opère dans le monde de la nature et de la société humaine et obéit à des formes dialectiques »19.

11Il faut reconnaître cependant qu’Engels lui-même n’a pas la prétention d’être le « frère jumeau » de Marx sur le plan théorique. Il indique notamment :

  • 20 F. Engels : Lettre à Johann-Philipp Becker, 15 octobre 1884, dans Marx-Engels, Briefe (Correspondan (...)

« La malchance est plutôt que moi, depuis la mort de Marx, je doive le remplacer. Durant ma vie, j’ai fait ce à quoi j’étais destiné, à savoir jouer le second violon, et je crois, même avoir accompli mon travail tout à fait passablement. Et j’étais content d’avoir un aussi fameux premier violon que Marx. Mais si maintenant je dois remplacer Marx en matière de théorie et jouer le premier violon, cela ne peut se produire sans commettre des bévues, et personne ne s’en rend compte mieux que moi »20.

12Après la mort de son ami, sur bien des questions, il s’adjoindra la collaboration de théoriciens tels que Karl Kautsky.

13Pour revenir à Marx, il apparaît que son intention profonde vers les années 1845-1846, est, d’une part la mise en chantier d’une nouvelle science de l’histoire, et d’autre part le dégagement de quelques matériaux en vue d’une nouvelle philosophie. Ces deux aspects forment dans son esprit une unité indissoluble ; le « scientifique » et le « philosophe » ne peuvent être ni confondus, ni disjoints. Certes, les interprètes du XIXe et du XXe siècles mettent l’accent tour à tour tantôt sur le premier, tantôt sur le second aspect, voire les nient tous les deux. Engels mis à part, les premières lectures marxistes, en particulier celles de la social-démocratie allemande (Karl Kautsky, Franz Mehring) ont tendance à n’envisager que la première dimension, et dans une perspective plutôt « scientiste ». Le second aspect est revalorisé surtout à partir des années 1920 (par exemple, avec Karl Korsch) et surtout après la seconde guerre mondiale.

14Nous envisagerons brièvement chacun de ces deux aspects.

I – La théorie de Marx comme nouvelle science de l’histoire

  • 21 Friedrich Engels : Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales b (...)

15Marx entend établir les fondements d’une nouvelle science sociale ; il s’attache au « continent-histoire » selon la formule chère à Louis Althusser, à la « science des hommes réels et de leur développement historique »21. Il affirme donc une prétention scientifique, et une rupture avec l’ensemble des philosophies de l’histoire, y compris celle qu’il défendait lui-même avant 1845. D’innombrables critiques de Marx n’ont vu dans cette tentative que la simple formulation d’une philosophie de l’histoire plus ou moins originale. D’autres interprètes en ont proposé une version « scientiste », en abusant du parallèle Marx-Darwin, en particulier dans la social-démocratie allemande, dans le dernier quart du XIXe siècle : l’auteur du « Capital » serait le « Darwin de la science sociale ». Ce parallèle a été suggéré par Friedrich Engels dans son fameux « Discours sur la tombe de Karl Marx » (1883) :

  • 22 Voir Marx-Engels, Oeuvres choisies, tome 3, Ed. du Progrès, 1970, p. 169.

« De même que Darwin a découvert la loi du développement de la matière organique, de même Marx a découvert la loi du développement de l’histoire humaine(...) »22.

  • 23 La formule « matérialisme historique » apparaît dans la lettre à Conradt Schmidt, 5 août 1890 (inéd (...)
  • 24 Maxime Rodinson : « Sociologie marxiste et idéologie marxiste », dans Marx et la pensée scientifiqu (...)

16Engels désigne la science de Marx en 1859 par la formule « conception matérialiste de l’histoire », et en 1890 par celle de « matérialisme historique », face aux tenants du « matérialisme économique »23. Ces dénominations utilisées jusqu’à aujourd’hui avec grand succès sont en réalité très discutables. En effet, comme le note à juste titre Maxime Rodinson, « c’est confondre le nom d’une science et celui d’une thèse particulière prenant parti sur la façon dont doit être conçue la méthode de cette science ou son objet spécifique »24.

  • 25 Louis Althusser : Pour Marx, Maspero, 1965, pp. 26-27.

17Les premiers fondements de cette nouvelle science se trouvent exposés dans l’Idéologie allemande, rédigée en 1845-1846, avec la collaboration d’Engels. Toutefois, un certain nombre d’éléments apparaissent déjà dans la Critique du droit politique hégélien (1843) ; les Manuscrits de 1844 et La Sainte Famille (1845). Il ne faut donc pas surestimer la date de 1845-1846, comme le fait Louis Althusser, qui défend la thèse d’une « coupure épistémologique » (Bachelard) et périodise l’œuvre de Marx de manière presque caricaturale, les écrits de jeunesse se voyant gratifiés en bloc du qualificatif d’« idéologiques »25.

18Selon Marx :

  • 26 Souligné par K.M., Marx-Engels : L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, pp. 69-70. Le texte de (...)

« Cette conception de l’histoire a donc pour base le développement du procès réel de la production, et cela en partant de la production matérielle de la vie immédiate ; elle conçoit la forme des relations humaines liées à ce mode de production et engendrée par elle, je veux dire la société civile à ses différents stades, comme étant le fondement de toute l’histoire, ce qui consiste à la représenter dans son action en tant qu’Etat aussi bien qu’à expliquer par elle l’ensemble des diverses productions théoriques et des formes de la conscience, religion, philosophie, morale, etc..., et à suivre sa genèse à partir de ces productions, ce qui permet alors naturellement de représenter la chose dans sa totalité (et d’examiner aussi l’action réciproque de ses différents aspects). Elle n’est pas obligée, comme la conception idéaliste de l’histoire, de chercher une catégorie dans chaque période, mais elle demeure constamment sur le sol réel de l’histoire ; elle n’explique pas la pratique d’après l’idée, elle explique la formation des idées d’après la pratique matérielle (...) »26.

19L’étude doit s’attacher en priorité, à chaque stade de l’évolution, à l’articulation spécifique entre les forces productives et les rapports sociaux de production, c’est-à-dire à la structure économique, qui est à la base de l’existence des classes sociales, et de leur lutte. A ce propos, on peut rappeler la formule lapidaire du Manifeste du Parti Communiste :

  • 27 Marx-Engels : Manifeste du Parti Communiste, Ed. Sociales bilingues, 1972, p. 31. Engels précise da (...)

« L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de luttes de classes »27.

20Marx ne revendique pas la paternité de la découverte des classes et de leur lutte. Il déclare à ce sujet :

  • 28 Marx : Lettre à Joseph Weydemeyer, 5 mars 1852, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 3, janvier 1 (...)

« Des historiens bourgeois avaient exposé bien avant moi l’évolution historique de cette lutte des classes et des économistes bourgeois en avaient décrit l’anatomie économique »28.

21Il indique quelques lignes plus haut tout d’abord les noms de deux historiens français de la Restauration, Augustin Thierry et F P. G. Guizot et celui d’un historien et économiste anglais, John Wade (1788-1875), auteur d’une History of the middle and working classes (1833) ; il ajoute ensuite le nom de David Ricardo, accusé par l’américain C.H. Carey de favoriser, avec beaucoup d’autres économistes, l’antagonisme des classes.

22Il situe son apport personnel dans la démonstration que l’existence des classes est liée à des phases historiques déterminées de la production, et que leur lutte doit finalement aboutir à leur disparition et à l’instauration d’une société sans classes.

  • 29 Voir par exemple, le Manuel d’économie politique, de l’Académie des Sciences de l’URSS, 2ème éditio (...)

23Parmi les multiples réductions et applatissements auquel a été soumis le « matérialisme historique » de la part des marxistes, on peut mentionner tout d’abord l’assimilation à une vaste « économie politique »29.

  • 30 Voir notamment la lettre à Conrad Schmidt, 5 août 1890 : « Or, notre conception de l’histoire est, (...)

24La réduction à une « sociologie scientifique » est aussi fort répandue et il en existe de nombreuses variantes dans la littérature française (Henri Lefebvre), autrichienne (Max Adler) et russe (le jeune Lénine, Boukharine). Une troisième forme de réduction, fréquente en particulier dans le courant de l’« austro-marxisme », consiste à ne retenir que l’aspect méthodologique. Cette interprétation trouve appui dans la notion de « fil conducteur » proposée par Marx dans la Préface à la Contribution, et surtout dans certaines formulations d’Engels émises dans sa correspondance entre 1890 et 189530. Certes, la méthode dialectique mise en œuvre, tant dans l’investigation, que dans l’exposition des résultats, n’est pas à négliger, mais il ne faut pas délaisser non plus la question du contenu.

  • 31 Voir par exemple : Etienne Balibar dans, Cinq études du matérialisme historique, Maspero, 1974, p.  (...)

25Marx envisage son projet non pas comme un « système » achevé, mais plutôt comme un ensemble ouvert, à enrichir, de connaissances sur les structures des différentes « formations sociales » qui se succèdent dans l’histoire, ainsi que sur leurs lois de fonctionnement, d’évolution, de transformation. Bien entendu, dans chaque type de société, la démarche revêt un caractère spécifique ; en effet, la place de l’« économie » n’est pas la même dans une société capitaliste et une société de l’Antiquité, et on ne peut faire usage d’une même série de concepts. Le matériel doit être constamment réactualisé, révisé, ce qui exige la multiplication d’études concrètes sur telle ou telle « formation sociale » à une époque historique déterminée. Des interprètes, en particulier en France, les tenants de l’école « althussérienne », ont réduit abusivement l’objet du « matérialisme historique » au seul « mode de production capitaliste », aux seules « formations sociales capitalistes »31. Cette réduction est très criticable, car si Marx s’attache presque exclusivement au mode de production capitaliste, il ne se désintéresse pas pour autant des modes de production antérieurs, comme en témoignent, par exemple, les développements consacrés aux « formes antérieures à la production capitaliste » (« Formen »), dans les Grundrisse.

  • 32 « Adresse Inaugurale de l’Association Internationale des Travailleurs », 1864, dans : Marx-Engels, (...)

26La nouvelle science de Marx aborde la réalité sociale dans une perspective globalisante, synthétique, excluant le cloisonnement entre les disciplines. Elle comprend différents niveaux d’analyse, articulés dialectiquement entre eux : économique, politique, idéologique. Chacun d’eux est autonome, mais seulement de manière relative. L’autonomisation absolue d’un niveau, par exemple, celui de l’économie, aurait pour conséquence des opérations de séparation-juxtaposition fort dommageable, du type de celle qui sont souvent proposées dans des textes à vocation pédagogique : théorie de l’histoire (« matérialisme historique »), théorie économique. Ces niveaux font bien entendu l’objet d’études spécifiques de la part des sciences sociales traditionnelles (économie politique, sociologie, science politique...). La science de Marx ne peut s’intégrer dans celles-ci sous peine d’éclectisme et, d’autre part, elle n’a pas l’ambition de les remplacer de quelle que manière que ce soit. Elle ne cherche pas à les supplanter, mais entre en rapport critique avec elles, cherche à en déceler la fonction idéologique tout en reconnaissant leurs aspects scientifiques. Une certaine forme d’« impérialisme » intellectuel a conduit de nombreux marxistes à opposer en bloc la « science marxiste » ou « prolétarienne » à la « science bourbourgeoise ». Marx lui-même, à certaines occasions, dans des documents de la Première Internationale, a été tenté par cette approche, par exemple quand il oppose l’« économie politique de la classe ouvrière » ou du « travail » à l’« économie politique bourgeoise » ou du « capital »32.

  • 33 Ce point est souligné notamment dans la Préface à la première édition allemande du livre I du Capit (...)

27Le « niveau économique » de la science marxiste s’attache à l’étude des rapports sociaux de production, et à partir de là, à l’étude des lois économiques des différentes sociétés. Le Capital est consacré au seul mode de production capitaliste, et à l’examen de ses lois régulatrices et de mouvement33.

28A une certaine étape du marxisme, le champ de la théorie économique marxiste a été restreint abusivement à l’« économie marchande capitaliste » ou à la forme valeur et à ses développements. Parmi les représentants les plus célèbres de cette approche, on peut mentionner Rosa Luxembourg, dans son Introduction à l’économie politique, (1908-1917), Nicolas Boukharine, dans l’Economique de la période de transition (1920), et Eugène Préobrajensky dans la Nouvelle économique (1926). Dans une lettre adressée à Ferdinand Lassalle, dans laquelle il annonce le plan de son œuvre, Marx affirme au sujet de sa « critique de l’économie politique » :

  • 34 Souligné par K.M., Marx : Lettre à Ferdinand Lassalle, 22 février 1858, dans Marx-Engels : Correspo (...)

« Le travail dont il s’agit tout d’abord, c’est la critique des catégories économiques, ou bien, if you like (si tu veux), le système de l’économie bourgeoise présenté sous une forme critique. C’est à la fois un tableau du système, et la critique de ce système par l’exposé lui-même »34.

29La « critique » ne se réduit pas à la seule dimension polémique et met en lumière les acquis scientifiques, les développe, contrairement à ce que pensent de nombreux interprètes actuels, économistes notamment, qui contestent l’existence même d’un niveau d’analyse économique au sein du « matérialisme historique ». Il faut voir dans cette dernière position une réaction « anti-économique » (mais peu efficace) aux interprétations dominantes qui réduisent l’apport de Marx à celui d’un économiste mineur de l’école ricardienne. Il existe un rapport de continuité-rupture entre l’économie politique « classique » et la théorie économique qui fait partie intégrante de la nouvelle science de l’histoire de Marx. Si l’on envisage uniquement le premier ou le second aspect, on privilégie à tort, respectivement, Γ« économiste » ou le « critique ». Marx entend d’une part poursuivre la tâche scientifique accomplie par l’économie classique pour connaître le fonctionnement du capitalisme, et d’autre part travailler en rupture avec l’économie politique classique, car il s’attaque à des problèmes non étudiés, non élucidés par cette science (par exemple, l’exploitation capitaliste, la forme valeur de la marchandise). De plus, il opère une critique de certains aspects de la méthode, une critique des concepts, en montrant qu’ils sont les expressions fétichistes des rapports sociaux capitalistes, et des représentations de l’économie politique classique (Homo oeconomicus, Robinson...).

30Après ce rapide examen, tournons-nous maintenant vers la théorie de Marx comme nouvelle philosophie.

II – La théorie de Marx comme nouvelle philosophie

  • 35 Souligné par K.M. Onzième « Thèse sur L. Feuerbach », dans Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. (...)

31Dans la onzième « thèse sur Ludwig Feuerbach », Marx affirme que « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer »35.

  • 36 Livre Ier du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 17. La traduction Joseph Roy de la Postface cautionne (...)
  • 37 Souligné par K.M. 1ère « thèse sur L. Feuerbach », dans Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. Soc (...)
  • 38 Certains auteurs ont envisagé, à tort selon nous, la « praxis » chez Marx dans un sens élargi, dési (...)

32En s’appuyant sur cette phrase ainsi que sur diverses remarques de l’Idéologie allemande ou d’œuvres antérieures sur la nécessité de « réaliser la philosophie », de nombreux interprètes ont défendu la thèse selon laquelle Marx, en établissant les fondements de sa science de l’histoire, rompt radicalement avec toute espèce de philosophie. En réalité, tout en manifestant le désir de « sortir » de la philosophie spéculative traditionnelle, y compris celle de Hegel, il propose, à partir de 1845-1846, certes d’une manière pas toujours explicite ni argumentée, un certain nombre de thèses en vue d’une nouvelle philosophie. Plus tard, il ne se désintéressera jamais de la philosophie et il établira toujours un rapport critique avec les « classiques » en la matière, de Aristote à Hegel. Tout d’abord, cette philosophie se fonde sur le matérialisme auquel Marx adhère vers 1842-1843, notamment sous l’influence de Bruno Bauer. Comme l’indiquera plus tard la Postface à la 2ème édition allemande du Livre Ier du Capital, la pensée, « l’idéel n’est rien d’autre que le matériel transposé et traduit dans la tête de l’homme » ; Marx ne construit pas une théorie du « reflet » à la différence d’Engels, contrairement aux affirmations de très nombreux marxistes36. Marx reproche au matérialisme traditionnel, métaphysique, et contemplatif, y compris celui de Ludwig Feuerbach, de n’envisager l’« objet extérieur », la « réalité », « que sous la forme d’objet ou d’intuition, mais non en tant qu’activité humaine sensible, en tant que praxis »37. Le matérialisme traditionnel, comme le courant français du XVIIIe siècle qui se fonde sur les sciences de la nature, s’en tient à l’abstraction de l’« Homme » et ne peut parvenir à l’étude des hommes dans un contexte social déterminé. En 1845, Marx se réclame d’un « nouveau matérialisme » dans la « 10ème thèse sur Feuerbach » et se déclare « matérialiste pratique » dans L’Idéologie allemande. Le concept-clé de cette nouvelle conception est celui de « praxis ». La « praxis » représente la pratique en mouvement, créatrice des hommes, tant au plan individuel que collectif, tout à la fois dans la quotidienneté que dans l’histoire. Toutes les formes d’expérimentations individuelles et sociales s’y trouvent incluses. La « praxis » qui se répète devient simple pratique. Par la praxis, s’établissent les relations entre les hommes et la nature, et les relations entre les hommes. Dans cette conception qui ne peut se réduire à un quelconque « pragmatisme » ou une simple « philosophie de la pratique », la « praxis » forme une unité (et non identité) dialectique avec la théorie, avec la pensée. Toute « praxis » suscite un retour sur la théorie, qui débouchera soit sur une stérilisation, soit sur une nouvelle « praxis »38.

  • 39 Cette indissociabilité de l’homme, de l’histoire et de la nature est soulignée dans l’Idéologie all (...)

33De plus, la dialectique objective de l’histoire ne peut pas être détachée de celle de la nature, dans la mesure où la nature est socialisée par l’homme39. Certes, Marx envisage aussi la nature indépendamment de l’homme dans ses recherches mais rien ne prouve qu’il ait eu l’intention d’y introduire la dialectique, même si par ailleurs il accueille avec intérêt la voie tentée par son ami Engels. Dans une perspective marxiste, rien n’empêche qu’il ne puisse exister une « dialectique de la nature », mais sans doute avec un contenu différent de celle de l’histoire et de la nature socialisée. L’erreur d’Engels réside surtout dans le fait qu’il propose des lois identiques pour la nature, l’histoire et la pensée.

34Après cette brève présentation de la théorie marxienne, nous examinerons les grands courants de la philosophie italienne.

SECTION II : LES GRANDS COURANTS DE LA PHILOSOPHIE ITALIENNE : QUELQUES POINTS DE REPERE

  • 40 Pour des travaux de synthèse, on se reportera, pour la période antérieure à 1945, à l’étude d’Alber (...)

35Il est nécessaire de dresser un rapide panorama des principaux courants philosophiques italiens de la seconde moitié du XIXe siècle à nos jours afin de faciliter la compréhension des auteurs étudiés. A l’occasion de l’examen des « lectures », il sera opéré des retours sur tel ou tel courant. Pour des motifs de clarté d’exposition, nous distinguerons les courants antérieurs, puis postérieurs à la seconde guerre mondiale40.

I – La philosophie italienne du milieu du XIXe siècle à 1945

36La philosophie italienne entre 1850 et 1945 se caractérise par trois grands courants dominants qui se succèdent très distinctement dans le temps, l’« hégélianisme napolitain », le positivisme, et le « néo-idéalisme ».

a – L’« hégélianisme napolitain »

  • 41 Le pôle de ralliement de la pensée catholique va être alors la revue intégriste Civiltà Cattolica, (...)

37Au début du XIXe siècle, la culture italienne est profondément imprégnée par le spiritualisme catholique auquel on peut rattacher les noms de Rosmini et de Gioberti. Ce courant va perdre sa place dominante durant la seconde moitié du siècle, au profit de l’« hégélianisme napolitain » d’une part, et du positivisme d’autre part41. La première tendance philosophique est née dans le Sud de l’Italie, à partir des années 1840. Elle se présente au départ comme un mouvement de résistance à l’autocratie du Royaume des Deux-Siciles, animé par des intellectuels qui connaîtront l’exil. Avec la constitution de l’Unité (1860-1861), l’hégélianisme va connaître son heure de gloire. L’Université de Naples lui sert de principal centre de diffusion durant les années 1860. Francesco De Sanctis et Bertrando Spaventa sont sans conteste ses plus célèbres représentants. De l’école de Spaventa va sortir Antonio Labriola, qui va insérer le marxisme dans la culture italienne, dans une tradition qui remonte à Giambattista Vico. Ce mouvement n’occupera cependant jamais une position dominante dans les universités d’Italie ; son influence restera limitée dans l’espace (le Sud) et dans le temps, car après 1871, il entre en déclin au profit du positivisme.

b – Le positivisme « à l’italienne »

38Le second courant, développé lui aussi en réaction au spiritualisme, va connaître une très grande expansion dès 1860-1861, et va dominer largement le climat intellectuel italien jusqu’à la fin du XIXe siècle. Ses centres de rayonnement se situent dans le Nord et au centre du pays. Il possède la particularité d’influencer non seulement la philosophie, mais aussi l’ensemble des sciences sociales. Ce mouvement est profondément hétérogène, et pour souligner cette diversité, il vaudrait mieux parler des positivismes italiens. Parmi ses représentants, il faut d’abord indiquer le nom d’un élève de l’« hégélien napolitain » De Sanctis, Pasquale Villari, auteur de Filosofia positiva e il metodo storico (1860), qui estime que la méthode positive joue dans les sciences sociales un rôle analogue à celui de la méthode expérimentale de Galilée, dans les sciences naturelles. Le deuxième grand représentant est l’ex-prêtre Roberto Ardigò, auteur de La psicologia corne scienza positiva (1870). A l’école de ce maître, vont se former de nombreux intellectuels qui rejoindront le mouvement socialiste (Filippo Turati, Antonio Graziadei). Parmi ses élèves, on peut mentionner l’économiste Achille Loria, et parmi ses disciples, le futur philosophe marxiste Rodolfo Mondolfo. Des tendances positivistes étrangères sont aussi fort prisées en Italie, en particulier celle de l’anglais John Stuart Mill. La pensée d’Auguste Comte connaîtra cependant un succès limité. Enfin, le positivisme se trouve associé étroitement avec la théorie évolutionniste d’Herbert Spencer, célèbre fondateur du « darwinisme social ». Les « darwiniens sociaux » auront de nombreux représentants, et cela donnera lieu à de curieuses lectures de Marx, par exemple celle d’Enrico Ferri, auteur d’un livre sur la « Trinité » Darwin, Spencer, Marx (1894). Les positivistes font confiance, comme le remarque ironiquement Antonio Labriola, à « Madonna Evoluzione » qui représente à leurs yeux la grande force du développement tant naturel qu’historique. Ils expriment des conceptions favorables à l’expansion des sciences, en conformité avec l’idéologie industrialiste de la classe dominante dans le dernier quart du XIXe siècle.

c – Le « néo-hégélianisme » ou « néo-idéalisme »

39A partir du début du XXe siècle, un nouveau courant philosophique se développe très rapidement et remplace le positivisme dans sa fonction hégémonique, le « néo-idéalisme » ou le « néo-hégélianisme ». Il est représenté par deux philosophes dont la formation intellectuelle a baigné au sein de l’« hégélianisme napolitain » et qui, vers la fin du XIXe siècle se sont intéressés à la pensée de Marx : Benedetto Croce et Giovanni Gentile.

40Benedetto Croce, penseur libéral et laïc, élabore dans les années 1900-1910 sa philosophie historiciste comme « science de l’Esprit » à partir d’une lecture critique de Hegel. Giovanni Gentile développe une philosophie « actualiste » fondée sur une interprétation particulière de Hegel, qui renoue avec la tradition spiritualiste italienne et européenne. Le « néo-idéalisme » manifeste son hostilité aux problèmes des sciences naturelles et sociales, et ne s’engagera pas dans des discussions épistémologiques. Pour Croce, la science ne concerne que le plan des « pseudo-concepts ». Le « néo-idéalisme » participe au mouvement de « réaction idéaliste contre la science » avec d’autres tendances anti-positivistes et anti-rationalistes qui se répandent au début du XXe siècle en Italie, le pragmatisme anglo-saxon (William James) et la philosophie idéaliste française (Henri Bergson). La formation culturelle d’Antonio Gramsci et de Galvano Della Volpe baigne dans cette atmosphère. Les deux fondateurs du « néo-idéalisme » vont cependant suivre des voies opposées dans leur attitude vis-à-vis du régime fasciste qui s’installe dans les années vingt. Croce, fidèle à des idéaux libéraux jouera le rôle d’un opposant « légal » mais opiniâtre. Gentile, quant à lui, va devenir l’un des principaux théoriciens du régime.

II – La philosophie italienne de 1945 à nos jours

41La philosophie italienne du second après guerre mondiale, à l’inverse de la période 1850-1945, ne se caractérise plus par des courants dominants successifs, relativement homogènes. On assiste plutôt à un véritable éparpillement. Pour des raisons de commodité nous distinguerons les courants des années cinquante et ceux des années 1960-1980.

a – Les courants des années cinquante

  • 42 Sur l’« historicisme allemand », on peut se reporter au livre de Raymond Aron, La philosophie criti (...)

42Après 1945 et la disparition du régime fasciste, le « néo-idéalisme » entre en crise profonde. Ses partisans sont très isolés, et en général, se situent davantage dans la tradition de Gentile que dans celle Croce ; on peut citer, par exemple, les cas d’Ugo Spirito et de Guido Calogero. L’Italie sort de son isolement culturel et s’ouvre aux nombreux aspects de la pensée internationale ; on assiste à une véritable « sprovincializzazione » de la culture italienne. Alors que le « néo-idéalisme » niait la possibilité de fonder des sciences sociales on assiste, après 1945, à un fort développement de disciplines telles que la sociologie. Cette ouverture vers les sciences humaines justifie l’intérêt qui s’est porté dans les années cinquante vers la pensée relativiste de l’« historicisme allemand » qui propose des instruments pour comprendre les situations historiques et sociales ; les œuvres de Wilhelm Dilthey, de George Simmel, d’Heinrich Rickert, de Max Weber pénètrent ainsi en Italie42.

  • 43 Voir les travaux de l’école d’Enzo Paci, introducteur de Jean-Paul Sartre en Italie, lui aussi tena (...)
  • 44 Tentative de Giulio Preti dans Praxis e empirismo (1957).
  • 45 Tentative de Ludovico Geymonat dans Saggi di filosofia neorazionalistta, (1953).

43L’existentialisme de Martin Heidegger (Sein und Zeit, 1927) avait été introduit en Italie à la fin des années trente, à la faveur du rapproche ment avec l’Allemagne Nazie. L’après-guerre va permettre une grande diffusion de l’existencialisme sous ses différentes composantes (y compris celle de Sœren Kierkegaard). Nicola Abbagnano développe un « existentialismeme positif » et se réclame du « nuovo illuminismo ». Il s’appuye sur la philosophie pragmatiste de l’américain John Dewey, et s’intéresse tout particulièrement à la sociologie. Enzo Paci, disciple d’Antonio Banfi, combine l’existentialisme avec la phénoménologie d’Edmond Husserl, auteur de La crise des sciences européennes, (1938). Un autre courant important est celui fondé sur les recherches épistémologiques du « Cercle de Vienne », sur l’« empirisme logique » et le « néo-positivisme » américain (Rudolf Carnap). On s’intéresse aux sciences de la nature, à l’œuvre de Galilée. Un rôle important est ici joué par un ancien élève de Moritz Schlick à Vienne, Ludovico Geymonat. Le marxisme devient un autre élément essentiel de la culture philosophique italienne après 1945. Les traductions se multiplient et l’on découvre les écrits du jeune Marx (184344). L’œuvre d’Antonio Gramsci, enfin accessible, va exercer une profonde influence sur les philosophes formés dans les années 1940 au sein du « néo-idéalisme » dans la version de Benedetto Croce, et ayant participé à la Résistance. Un « historicisme marxiste » d’inspiration gramscienne va se développer chez les intellectuels communistes. Une école marxiste anti-hégélienne et antihistoriciste va cependant voir le jour autour de Galvano Della Volpe. Durant les années cinquante, on assiste à de multiples tentatives de conciliation entre le marxisme et les courants de pensée récemment découverts, par exemple, avec l’existentialisme et la phénoménologie43, avec le pragmatisme44, et avec le « néo-positivisme »45.

b – Les courants à partir des années soixante

  • 46 Voir à ce sujet le recueil d’Aldo G. Gargani, a cura di, La crisi della ragione, Einaudi, 1979.

44La culture italienne des années 1960-1980 se caractérise de plus en plus par l’éclectisme, et il est très difficile d’en dresser un cadrage même partiel. Dans les années soixante, survient le phénomène, non spécifique à l’Italie, de la « crise des sciences sociales ». Dans ce contexte, l’œuvre des principaux théoriciens de l’« Ecole de Francfort » connaît une forte diffusion : M. Horkheimer, Theodor W. Adomo, Jurgen Habermas, et aussi Herbert Marcuse. Le marxisme connaît une forte expansion surtout dans la période 1965-1970 non seulement dans sa composante italienne, mais aussi dans ses composantes internationales. Louis Althusser est introduit par Cesare Luporini, et l’œuvre de Georges Lukacs connaît un succès durable avec Histoire et conscience de classe (1923). Toutefois à partir de 1975 environ, le marxisme attire de moins en moins d’intellectuels. Les discussions épistémologiques se portent sur les penseurs « relativistes », tels que Thomas Kuhn, Imre Lakatos, et Paul K. Feyaberend (Against the method). L’œuvre de Karl Popper est connue tardivement, et valorisé surtout pour ses aspects anti-marxistes. Au cours des années quatre-vingt, on assiste à l’apparition d’un mouvement de pensée comprenant différentes facettes, qui proclame l’échec de toute la pensée rationnelle classique occidentale, à la fois philosophique et scientifique46. Les sources intellectuelles de ces courants sont à rechercher dans la pensée de Frédéric Nietzsche, de Martin Heidegger, de Ludwig Wittgenstein, mais aussi dans la philosophie française (par exemple Gilles Deleuze). Gianni Vattimo théorise la « pensée faible » ou plutôt « de surface » (« pensiero debole »), par opposition à la « pensée forte » des grands systèmes classiques, tandis que Massimo Cacciari théorise la « pensée négative ». Après cette rapide esquisse, il faut maintenant nous intéresser aux intellectuels italiens qui vont lire Marx, de la fin du XIXe siècle à nos jours.

SECTION IIΙ : LES INTELLECTUELS ITALIENS, LECTEURS DE MARX

  • 47 Les exclusions de Tuniversité pour des motifs politiques sont rares ; on relèvera cependant les cas (...)
  • 48 Ce qui n’est pas incompatible avec une activité journalistique. Un intellectuel comme Benedetto Cro (...)

45La rédaction d’articles ou d’ouvrages sur la théorie de Marx en Italie est le fait d’intellectuels. Ces derniers représentent une catégorie sociale dont les membres sont recrutés dans différentes couches et classes, et à des époques historiques déterminées. A partir de notre investigation dans ce domaine, nous pouvons dégager un certain nombre de caractéristiques d’ordre général. Tout d’abord, on remarque que la quasi-totalité des intellectuels intéressés, à divers titres, par le marxisme, du XIXe siècle à nos jours, a suivi un enseignement universitaire, en général à la Faculté des Lettres (Philosophie) ou à celle de Droit (incluant la science économique). Après un laps de temps plus ou moins long, ils deviennent dans la majorité des cas, des enseignants et font carrière à l’Université. On peut mentionner à ce propos pour la philosophie, les noms d’Antonio Labriola, Giovanni Gentile, Rodolfo Mondolfo, Galvano Della Volpe, Lucio Colletti, Mario Tronti, Antonio Negri, et pour l’économie politique Achille Loria, Antonio Graziadei, Claudio Napoleoni, Pierangelo Garegnani, Marco Lippi. Vilfredo Pareto fera carrière non pas en Italie mais en Suisse à Lausanne. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, très peu de marxistes se trouvent intégrés à l’Université et Antonio Labriola et Rodolfo Mondolfo représentent des cas exceptionnels. On notera qu’au cours du XIXe siècle, la liberté intellectuelle varie selon les universités ; le pouvoir d’Etat exerce une faible ingérence. Traditionnellement, les universités de Naples et de Bologne sont réputées les plus libérales. Le fascisme va transformer radicalement la situation dans la période 1922-1944 ; les enseignants soupçonnés de sympathie pour le marxisme sont révoqués (Antonio Graziadei) et les lois raciales de 1938 vont contraindre des intellectuels à l’exil (Rodolfo Mondolfo). Un climat de tolérance intellectuelle est rétabli à partir de 1945 dans les universités italiennes. Au cours des années cinquante et soixante, un nombre important de marxistes ou de sympathisants du marxisme, vont être titularisés dans les différentes disciplines47. Dans le cas où les intellectuels ne deviennent pas des enseignants universitaires, ils se lancent dans le journalisme (Antonio Gramsci) ou travaillent dans les milieux de l’édition (Panzieri, Tronti)48. Certains se livrent à des activités politiques, en particulier les marxistes ; ils peuvent exercer des responsabilités de tout premier plan dans le mouvement ouvrier (Gramsci, Panzieri...). Il convient de préciser un peu mieux notre étude en nous penchant sur l’origine « géographique » et l’origine sociale des principaux intellectuels attirés par le marxisme.

46Sur la question de la « géographie », nous distinguerons trois catégories de lieux : la naissance (et éventuellement la souche familiale), la formation culturelle (université d’études) et enfin la « lecture » de Marx (lieu de rédaction des principaux articles et ouvrages). Pour des raisons de commodité, deux périodes seront envisagées.

I – Première période

47La première période concerne les intellectuels ayant accompli leur formation culturelle entre la seconde moitié du XIXe siècle et les années trente. Tout d’abord, pour les lieux de naissance (et de la souche familiale), nous pouvons distinguer trois régions d’implantation inégale :

48L’Italie du Nord

Crémone : Filippo Turati

Mantoue : Achille Loria, Enrico Ferri

Gênes : Palmiro Togliatti (famille originaire du Piémont), Giulio Pietranera

49 L’Italie du Centre

Imola : Antonio Graziadei, Galvano Della Volpe

Région d’Ancône : Rodolfo Mondolfo

50L’Italie du Sud

Région de Naples :

Antonio Labriola (bien que né à Cassino)
Benedetto Croce (bien que né dans les Abruzzes)
Arturo Labriola (Naples)
Enrico Leone (vers Caserta)
Amadeo Bordiga (Résina)

Sicile : Giovanni Gentile (vers Trapani)

Sardaigne : Antonio Gramsci (vers Cagliari).

On voit que les intellectuels d’origine méridionale occupent une place non négligeable.

L’étude des lieux de la formation culturelle fait apparaître certaines caractéristiques :

51l’Italie du Nord

Université de Turin : Vilfredo Pareto (né à Paris), Antonio Gramsci, Palmiro Togliatti

  • 49 Sa « lecture » de Marx appartient à la seconde période.

Université de Gênes : Giulio Pietranera49.

52Italie du Centre

Université de Bologne : Achille Loria (ensuite aux universités de Pavie et de Berlin), Enrico Ferri, Filippo Turati, Antonio Graziadei, Galvano Della Volpe49.

Université de Pise : Giovanni Gentile Université de Florence : Rodolfo Mondolfo.

53 Italie du Sud

Université de Naples : Antonio Labriola, Arturo Labriola, Enrico Leone, Amadeo Bordiga,

  • 50 Benedetto Croce expérimente un cas particulier car il est autodidacte, sa formation a eu lieu à Nap (...)

Naples : Benedetto Croce50.

Nous voyons que deux universités sont importantes : Bologne et Naples, qui devancent Turin.

En ce qui concerne les lieux de la « lecture » de Marx, on assiste plutôt à un éclatement :

54Italie du Nord

Turin : le jeune Graziadei, Rodolfo Mondolfo (vient de l’Université de Padoue), le jeune Gramsci

Milan : Filippo Turati

Padoue : Achille Loria (ensuite à l’Université de Sienne).

55 Italie du Centre

Bologne : Antonio Graziadei (ensuite à l’Université de Parme)

Pise : Giovanni Gentile

Florence : Vilfredo Pareto

Rome : Antonio Labriola, Enrico Ferri.

56Italie du Sud

Naples : Benedetto Croce, Arturo Labriola, Enrico Leone (ensuite à Rome), Amadeo Bordiga

Vers Bari (en prison) : Antonio Gramsci.

Il est intéressant enfin de se pencher sur l’origine sociale de ces intellectuels. En retenant le critère de la catégorie socio-professionnelle à laquelle appartient le père, on obtient trois groupes :

  • propriétaires fonciers : Benedetto Croce, Galvano Délia Volpe ;

  • commerçants, artisans : Achille Loria (commerçant, Arturo Labriola (artisan, fabricant de faïences), Enrico Leone (aubergiste), Giovanni Gentile (pharmacien)

  • fonctionnaires : Antonio Labriola (enseignant du secondaire, ses grands-parents sont propriétaires fonciers). Antonio Graziadei (membre du Conseil des tarifs ferroviaires au Ministère des travaux publics), Antonio Gramsci (directeur d’un bureau de l’Enregistrement), Palmiro Togliatti (économe dans les collèges d’Etat).

57On remarquera parmi ces intellectuels un certain nombre de titulaires de titres nobiliaires : A. Labriola descend d’une famille de barons, A. Graziadei et G. Della Volpe sont comtes, V. Pareto est marquis. La petite bourgeoisie apparaît comme la classe la mieux représentée soit dans sa composante « indépendante » (Loria, Arturo Labriola, Enrico Leone, Giovanni Gentile), soit dans sa composante « salariée » (Graziadei, Antonio Labriola, Gramsci, Togliatti...). La bourgeoisie foncière est également représentée (B. Croce et G. Della Volpe). Par contre, on ne trouve pas d’intellectuels issus de la classe ouvrière.

II – Seconde période

58La seconde période concerne les intellectuels ayant accompli leur formation culturelle à partir de la fin des années trente (début de la seconde guerre mondiale). La fiabilité des informations dont nous disposons est nettement moins bonne en raison, d’une part de la grande rareté des sources pour les lieux de naissance, de formation culturelle et d’origine sociale, et d’autre part, le nombre beaucoup plus important d’intellectuels concernés. Il est par conséquent hasardeux de tirer des conclusions à partir des données rassemblées, de façon définitive ; néanmoins, nous donnons ces résultats simplement à titre indicatif. Pour les lieux de naissance, tout d’abord, on remarque un poids relativement fort de l’Italie du Centre, en particulier de Rome.

59 Italie du Nord

Padoue : Antonio Negri

60Italie du Centre

Livourne : Nicola Badaloni

L’Aquila : Claudio Napoleoni

Rome : Lucio Colletti, Raniero Panzieri, Mario Tronti, Marco Lippi, Luca Meldolesi.

61 Italie du Sud

Naples : Giuseppe Vacca

Bari : Mario Rossi

L’étude des lieux de la formation culturelle montre le poids de l’université de Rome.

62Italie du Nord

Université de Padoue : Antonio Negri

  • 51 Ensuite, études à l’université de Cambridge (Grande-Bretagne).

Université de Pavie : Pierangelo Garegnani51.

63 Italie du Centre

Université de Bologne : Fernando Vianello51

  • 52 Ensuite, études à l’université de Cambridge (Grande-Bretagne)

Université de Rome : Lucio Colletti, Claudio Napoleoni, Raniero Panzieri (Université du Latran), Mario Tronti, Umberto Cerroni, Marco Lippi, Luca Meldolesi52.

64Italie du Sud

Université de Bari : Giuseppe Vacca

Pour les lieux de la « lecture » de Marx, la situation paraît plus diversifiée :

65 Italie du Nord

Turin : Raniero Panzieri, Claudio Napoleoni

Milan : Ecole d’Enzo Paci (Pier-Aldo Rovatti...), Ecole de Ludovico Geymonat (Eleonora Fiorani...)

Padoue : Antonio Negri

66 Italie du Centre

Modène : Marco Lippi

Pise : Nicola Badaloni

Florence : Cesare Luporini, Pietrangelo Garegnani (ensuite à l’université de Rome)

Rome : Galvano Della Volpe, Lucio Colletti, Umberto Cerroni, Mario Tronti, le jeune Claudio Napoleoni, Franco Rodano, Fernando Vianello (ensuite à l’université de Modène), Luca Meldolesi.

67 Italie du Sud

Bari : Biagio de Giovanni, Giuseppe Vacca

Messine (Sicile) : Galvano Della Volpe, Mario Rossi, Giulio Pietranera.

68Sur l’origine sociale des intellectuels de cette seconde période, nous disposons peu de renseignements précis. Cependant, il apparaît que beaucoup d’entre eux sont issus de familles de fonctionnaires et d’employés. Ainsi, la petite bourgeoisie (en particulier « salariée ») reste la classe sociale largement dominante. Par exemple Lucio Colletti est le fils d’un employé de banque. Un seul intellectuel sort d’un milieu proche de la classe ouvrière, Mario Tronti, dont le père fut artisan puis ouvrier.

69Après avoir envisagé qui lit Marx, il est nécessaire de se pencher sur les textes qui font l’objet de « lectures ».

SECTION IV : L’ACCES AUX PRINCIPALES OEUVRES DE MARX ET D’ENGELS EN ITALIE

  • 53 Publié en 1886 dans le volume des Hérétiques de l’économie politique. Marx côtoit Robert Owen, P.J. (...)

70L’histoire des traductions italiennes des œuvres de Marx et d’Engels est fortement liée à l’histoire du mouvement ouvrier. A l’époque de la constitution, au Congrès de Gênes, en 1892, du Parti socialiste italien, on relève seulement trois traductions de textes importants : la brochure d’Engels Socialisme utopique et socialisme scientifique en 1883, le Manifeste du parti communiste en 1889, et le livre 1er du Capital de Marx en 1882-84, dans la 3ème série de la célèbre « Bibliothèque des Economistes » dirigée par le libéral éclectique Gerolamo Boccardo53. Le Parti socialiste italien va assurer un rôle de diffuseur des écrits de Marx. Il édite des ouvrages, et publie des articles dans la revue théorique La Critica Sociale, animée par Turati. Entre 1899 et 1911, Ettore Ciccotti dirige une collection d’œuvres de Marx, d’Engels et de Lassalle, traduites sur la base des publications de la social-démocratie allemande, auprès d’une maison d’édition liée au parti, Luigi Mongini (Rome).

  • 54 Les sources des informations sur toutes les périodes proviennent en particulier de Gian-Mario Bravo (...)

71Les tableaux ci-après présentent l’état des publications des écrits de Marx et d’Engels jusqu’en 1914 dans la langue originale, l’allemand en général, et en traduction italienne de 1883 à 191554.

TABLEAU 1 :

OEUVRES

DATE DE PUBLICATION DANS LA LANGUE ORIGINALE

MARX

Critique de la philosophie du droit de Hegel-Introduction

1844

ENGELS

Esquisse d’une critique de l’économie politique

1844

MARX-ENGELS

La Sainte Famille

1845

ENGELS

La situation de la classe laborieuse en Angleterre

1845

MARX

Misère de la philosophie

1847 (français) et 1885 (allemand)

MARX-ENGELS

Le Manifeste du parti communiste

1848

MARX

Travail salarié et capital

1849 et 1891

MARX

Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte

1852 et 1869

MARX

Contribution à la critique de l’économie politique

1859

MARX

Livre 1er du « Capital » (et Postface à la 2ème édition allemande)

1867
(1873)

ENGELS

Anti-Dühring dont on tire Socialisme utopique et socialisme scientifique

1878
1880

MARX

Livre 2 du « Capital »

1885

ENGELS

Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande (et en Appendice, Marx : Thèses sur Ludwig Feuerbach, version Engels)

1888

MARX

Critique du programme de Gotha

1891

MARX

Livre 3 du « Capital »

1894

ENGELS

Lettres à Joseph Bloch, 21-22 septembre 1890, à Conrad Schmidt, 27 octobre 1890, à W. Borgius, 25 janvier 1894

1895

MARX

Salaire, prix, profit

1898

MARX

Lettres à Ludwig Kugelmann

1902

MARX

Introduction à la critique de l’économie politique

1903

MARX

Théories sur la plus-value (Livre IV du « Capital »)

1905-1910

TABLEAU 2

OEUVRES

DATES DE PUBLICATION EN ITALIEN

ENGELS

Socialisme utopique et socialisme scientifique

1883

MARX

Livre 1er du « Capital » (sur la base de l’édition française Roy)

1882-84 (1886 en vol.)

MARX-ENGELS

Le manifeste du parti communiste

1889 et 1892

MARX

Travail salarié et capital

1893

ENGELS

Esquisse d’une critique de l’économie politique

1895

MARX

Misère de la philosophie

1895

ENGELS

Préface au Livre 3 du « Capital » et « Complément et supplément au Livre 3 du « Capital »

1895

MARX

Le dix-huit brumaire de Louis

Bonaparte

1896

ENGELS

Lettres à Joseph Bloch, 21-22 septembre 1890, à Conrad Schmidt 27 octobre 1890, à W. Borgius, 25 janvier 1894

1898

MARX

Critique de la philosophie du droit de Hegel-Introduction

1899

MARX

Thèse sur Ludwig Feuerbach (version Engels)

1899

MARX

Contribution à la critique de l’économie politique

1899

ENGELS

La situation de la classe laborieuse en Angleterre

1899

MARX

Critique du programme de Gotha

1901

ENGELS

Anti-Dühring

1901

ENGELS

Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande

1902

MARX-ENGELS

La Sainte Famille

1909

MARX

Livre 1er du « Capital » (sur la base de la4ème édition allemande de 1890)

1915

  • 55 Seules la Préface et le « Complément et supplément » au livre 3 sont traduites, en raison de leur c (...)

72En ce qui concerne les publications en langue originale, il convient tout d’abord de remarquer que les toutes premières éditions de la première moitié du XIXe siècle ont donné lieu à des tirages très faibles, ce qui les rend pratiquement inaccessibles aux intellectuels attirés par le marxisme à la fin du siècle. Parmi les écrits édités par la social-démocratie allemande, on note un certain nombre de lacunes importantes. Il manque des textes indispensables pour comprendre la formation de la théorie de Marx, des œuvres telles que la Critique du droit politique hégélien, les Manuscrits de 1844, l’Idéologie allemande ; de même, parmi les écrits économiques, il manque les Grundrisse. Les traductions italiennes sont relativement nombreuses ; cependant, on relèvera l’absence des livres 2 et 3 du Capital55.

  • 56 Sur Carlo Cafiero, on peut consulter l’article de Gianni Bosio : « La diffusione degli scritti di M (...)
  • 57 C’est le sens d’une lettre au contenu plutôt sybyllin, de Marx à Cafiero, 29 juillet 1879, dans Mar (...)

73De plus, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, de nombreux efforts de vulgarisation du Livre 1er du Capital sont entrepris en Italie, sous la forme de résumés. Carlo Cafiero (1846-1892), membre de la Première Internationale56, fait la connaissance de Marx et d’Engels à Londres en 1871, et décide de traduire le Livre 1er en italien. Le projet n’aboutit pas. Cependant, il rédige en 1877-1878 un résumé, sur la base de l’édition française Roy (parue de 1872 à 1875). Il Capitale di Carlo Marx brevemente compendiato (1879) est un bon ouvrage de vulgarisation qui permet la diffusion des analyses de Marx, mais dans une interprétation de type positiviste et déterministe. L’accueil de Marx à ce texte est plutôt favorable ; toutefois, il lui reproche de lier l’émancipation du prolétariat uniquement aux progrès à venir du capitalisme et d’oublier la question de la formation de la conscience de classe57. Quelques années plus tard, en 1893, Le Capital de Karl Marx résumé (1883) de Gabriel Deville (1854-1940), est traduit en italien. Cette étude, elle aussi d’inspiration positiviste, est par contre peu appréciée par Friedrich Engels. Elle aura moins de succès que celle de Cafiero. Enfin, en 1898, le résumé de Karl Kautsky, leader de la social-démocratie allemande, Karl Marx ökonomische Lehren (1886) parait en Italie. A ces textes, destinés principalement à la formation théorique des militants socialistes, on peut ajouter un autre ouvrage de vulgarisation, les extraits du Capital choisis par Paul Lafargue pour l’éditeur français Guillaumin, avec une introduction de Vilfredo Pareto, qui se veut une réfutation définitive de Marx, étudiée dans notre premier chapitre. Cet ouvrage est traduit en italien en 1894.

74Après la première guerre mondiale, des changements importants se manifestent au sein du mouvement ouvrier. En 1921, le Parti communiste d’Italie est fondé au Congrès de Livourne. Il sera dirigé tout d’abord par Amadeo Bordiga, puis de 1924 à 1926, par Antonio Gramsci. Entre temps, le fascisme a pris le pouvoir et les publications marxistes sont interdites. Le tableau suivant fournit des indications sur les nouvelles éditions dans la langue originale :

OEUVRES

DATE DE PUBLICATION DANS LA LANGUE ORIGINALE

MARX

Thèses sur Ludwig Feuerbach (version Marx)

1925

ENGELS

Dialectique de la nature

1925

MARX-ENGELS

L’Idéologie allemande

1925 et 1932

MARX

Critique du droit politique hégélien

1927

MARX

Manuscrits économico-philosophiques (1844)

1932

MARX

Sixième chapitre inédit du « Capital »

1933

MARX

« Grundrisse »

1939-1941

75Alors que des textes essentiels paraissent en Allemagne de 1925 à 1933 et jusqu’en 1941 en URSS, on ne trouve pratiquement pas de traduction nouvelle en langue italienne, mis à part la brochure « Salaire, prix et profit » publiée en émigration à Paris. D’une manière générale, le parti communiste dirigé par Palmiro Togliatti, diffuse surtout des textes de Lenine et des théoriciens bolcheviks.

  • 58 Une édition des œuvres complètes de Marx et d’Engels en cinquante volumes est en cours chez Riuniti (...)

76La chute du fascisme et le retour à la démocratie va permettre de combler le retard accumulé dans les traductions italiennes. Le Parti communiste italien joue alors un rôle important, d’une part dans la réédition de textes traduits à la fin du XIXe siècle, et d’autre part, dans la publication de titres nouveaux, en particulier grâce à ses maisons d’édition, « Rinascita » de la fin de la guerre à 1953, et « Riuniti » depuis cette date58. Il faut cependant noter que de 1945 à nos jours, l’édition des textes de Marx et d’Engels n’est plus du ressort exclusif des partis ouvriers. En effet, de nombreuses maisons d’édition indépendantes participent à l’effort de traduction. Ainsi, pour les années cinquante, on relèvera la publication des Manuscrits de 1844, en 1949, et des Théories sur la plus-value en 1954-1958, par les soins de l’éditeur G. Einaudi. Dans le contexte politique de l’« automne chaud », la maison « La Nuova Italia » va publier les Grundrisse et le Sixième chapitre inédit du Capital (1968-1970).

77Le tableau suivant indique les principales traductions nouvelles, échelonnées de 1946 à 1970.

OEUVRES

DATE DE PUBLICATION EN ITALIEN

MARX

Livre 2 du « Capital »

1946

MARX-ENGELS

L’Idéologie allemande

1947 et 1958

MARX

Manuscrits économico-philosophiques (1844)

1949

MARX

Critique du droit politique hégélien

1950

MARX

Lettres à Ludwig Kugelmann

1950

ENGELS

Dialectique de la nature

1950

MARX

Introduction à la critique de l’économie politique

1954

MARX

Livre 3 du « Capital »

1954-1956

MARX

Théories sur la plus-value (Livre IV du « Capital »)

1954-1958

MARX

« Grundrisse »

1968-1970

MARX

Sixième chapitre inédit du « Capital »

1969

78Après avoir envisagé la théorie de Marx, les grands courants de la philosophie italienne, les intellectuels attirés par le marxisme, et la question des œuvres disponibles, il nous faut étudier maintenant les problèmes méthodologiques spécifiques à notre recherche en histoire de la pensée.

SECTION V : QUESTIONS METHODOLOGIQUES

79Les nombreuses controverses du XXe siècle sur la méthode à suivre en histoire de la pensée économique s’articulent en général autour de deux grands types d’approche des auteurs, l’optique « continuiste », et l’optique « discontinuiste ». Après les avoir examinées l’une et l’autre, nous aborderons la question de leur application à notre recherche, et les spécificités de notre démarche.

I – L’optique « continuiste »

  • 59 Par opposition aux « doctrines économiques ». La séparation entre le positif et le normatif apparue (...)

80Selon cette première approche, l’histoire de la pensée économique du point de vue scientifique59, nous montre un progrès plus ou moins régulier, linéaire ou non, de l’erreur vers la vérité. La constitution du savoir revêt une forme cumulative. On peut déceler schématiquement deux options dans cette approche, la progression linéaire et la progression non linéaire.

a – La progression linéaire

81Cette démarche entend mettre en évidence la continuité de la pensée économique, sous les formes de dépassements et d’oppositions entre les auteurs ; elle s’attache à l’étude des précurseurs et des héritiers. Ce point de vue n’est évidemment pas spécifique aux économistes. On le retrouve dans le débat épistémologique français sur les sciences, et ses défenseurs se situent en particulier au début du XXe siècle, dans une tradition issue du positivisme (Pierre Duhem, Abel Rey...). En histoire de la pensée économique, les représentants de la progression linéaire sont relativement nombreux. Nous évoquerons ici seulement les noms de Alfred Marshall, de Bertrand Nogaro, et de Joseph-Alois Schumpeter.

  • 60 Ce chapitre 4, existant de la première à la 4ème édition (1898), deviendra ensuite l’Appendice B, à (...)

82Alfred Marshall consacre un chapitre de son célèbre ouvrage Principles of Economics (1890) à la « croissance de la science économique ». Il constate l’existence d’une continuité remarquable de la pensée économique depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les Physiocrates ont mis en évidence la liberté de commerce et leurs projets visent à améliorer la « qualité de la vie ». Adam Smith poursuit dans cette voie, et apporte une contribution en matière de théorie de la valeur ; après lui, la continuité est assurée par Jeremy Bentham, Ricardo, John Stuart Mill, Jevons...60.

  • 61 Il rejette de son exposé les « doctrines économiques », ce qui lui permet de ne pas traiter Marx, L (...)

83Bertrand Nogaro dans Le développement de la pensée économique (1944) étudie lui aussi la formation de la pensée économique « scientifique » du XVIIIe siècle au XXe siècle61. Dans son optique,

  • 62 Le développement de la pensée économique, pp. 1-2.

« La somme des théories économiques qui s’accumulent à travers le temps ressemble fort à une somme algébrique, dont le total positif s’élèverait à la longue, mais non sans qu’il y ait des alternances de plus et de moins »62.

84Du fait de l’existence de ces « moins », il préfère parler de « développement » plutôt que de « progrès » de la pensée économique. Cependant, il n’en reste pas moins qu’il se place dans la perspective d’un progrès linéaire de la science économique. On trouve, de plus, une phrase révélatrice dans l’« avant-propos » du livre :

  • 63 Op.cit., p. 2.

« L’auteur (...) ne croit pas avoir à justifier du plan suivi dans l’ouvrage, car il est dicté par la chronologie »63.

85Joseph-Alois Schumpeter dans son célèbre ouvrage posthume (1954) entend étudier l’« histoire de l’analyse économique » ou,

  • 64 Souligné par J.A.S., Histoire de l’analyse économique, tome I, Gallimard, 1983, p. 25.

« l’histoire des recherches intellectuelles que l’homme a menées en vue de comprendre les phénomènes économiques ou, ce qui revient au même, l’histoire des aspects analytiques ou scientifiques de la pensée économique »64.

86L’« analyse économique » comprend trois « techniques » principales : l’histoire économique, la statistique, et la « théorie économique » qui, elle, représente une « boîte à outil » (Joan Robinson), absolument neutre. On assiste, selon cet économiste, à un progrès quasi-continu, linéaire, de l’« analyse économique » qui s’affirme en dépit des jugements de valeurs, des idéologies, et qui est marqué par l’apparition de trois « situations classiques » ou moments de synthèse des progrès scientifiques obtenus (fin XVIIIe siècle, A. Smith ; milieu du XIXe siècle, J.S. Mill ; début du XXe siècle, A. Marshall). Il y a « progrès » dans la mesure où les économistes peuvent, par exemple,

  • 65 Op. cit., p. 72.

« ranger dans une série les différentes théories du prix concurrentiel, série dont chaque élément peut être avec sûreté classé comme supérieur au précédent »65.

b – La progression non linéaire

87Un bon exemple de cette deuxième approche nous est donné par Mark Blaug dans Economic theory in retrospect (1962, 1978). Cet auteur délaisse les biographies, le milieu social et intellectuel, ainsi que la question des précurseurs et héritiers. Il admet l’idée de « progrès » scientifique dans la pensée économique en raison de perfectionnement continuel des « outils mathématiques » de la multiplication des données empiriques pour la vérification des hypothèses. Cependant, il refuse l’idée d’une « progression linéaire vers les vérités présentes ». En effet, de nombreuses « contingences historiques » interviennent, et imposent des détours :

  • 66 Cambridge University Press, 1ère édition 1962, 3ème édition 1978, trad. française : La pensée écono (...)

« reconnaître que la théorie économique a certainement progressé ne devrait pas cacher l’allure très irrégulière du progrès qui fait la spécificité de l’histoire de l’évolution de l’analyse économique. Des aperçus généraux de la logique pure du système de prix apparaissent, noyés dans le cadre théorique particulier associé aux conditions et problèmes particuliers de l’époque. Alors que le corps des idées résiste mal à la critique, une grande partie de ce qui est encore intéressant est rejeté dans l’engouement pour la dernière nouveauté. De telle sorte que l’histoire économique est moins la chronique d’une accumulation continue de résultats théoriques que l’histoire de révolutions intellectuelles exagérées, dans lesquelles des vérités déjà connues sont négligées au profit de nouvelles révélations. Et il semble souvent que le mouvement par lequel l’économie progresse présente une alternance symétrique des théories, la nouvelle prenant le contrepied de l’ancienne »66.

88Après l’examen des approches « continuistes », tournons-nous maintenant vers les approches « discontinuistes ».

II – L’optique « discontinuiste »

89Cette seconde approche de l’histoire de la pensée économique va remettre en cause l’idée d’un progrès plus ou moins régulier du savoir, défendue par l’optique précédente. Elle met l’accent au contraire sur les moments de rupture, de discontinuité, et propose différents types de périodisation. On peut dégager deux voies dans cette approche.

a – Les analyses en termes de sociologie de la connaissance

  • 67 Histoire de l’analyse économique, Gallimard, 1983, tome 2, pp. 29-30 et 47 suiv. ; tome 3, p. 20 et (...)
  • 68 Souligné par L.B. de C, Essai sur l’histoire de la pensée et des doctrines économiques, Ed. Montchr (...)
  • 69 Voir Georges Gurvitch, Les cadres sociaux de la connaissance, PUF, 1966, et la recherche méthodolog (...)

90La considération du contexte économique, politique, social et intellectuel n’est jamais totalement négligée par les tenants de l’approche continuiste, mais il ne s’agit en général que d’un complément de facteurs sociologiques. On donnera deux exemples à ce propos. Joseph-Alois Schumpeter tient compte, pour les périodes 1790-1870 et 1870-1914, de la « structure économique et sociale » de la société, de la « superstructure culturelle » correspondante, le « Zeitgeist » ou l’« esprit du siècle »67. De même, Luc Bourcier de Carbon lui-aussi défenseur de la thèse de la continuité de la pensée économique, entend tenir compte à chaque étape du « potentiel de civilisation », du « milieu » et du « moment » en se référant à l’œuvre d’Hippolyte Taine68. Il existe, par contre, toute une série de travaux qui tentent d’appliquer systématiquement à l’économie politique la « sociologie de la connaissance », branche développée par Karl Mannheim, Pitirim Sorokin, et en France, Georges Gurvitch. L’objectif est d’étudier les corrélations existantes entre la pensée économique et les « cadres sociaux », les facteurs sociaux et culturels69. Cette approche accorde une grande importance à la biographie. Elle refuse l’idée d’une science économique « free of value », et donc écarte tout découpage entre la théorie (le positif) et la doctrine (le normatif).

  • 70 D’autres auteurs représentatifs de cette approche, parfois influencés par le marxisme, sont signalé (...)
  • 71 Types of economic theory. From Mercantilism to institutionalism, Augustus M. Kelley, tome 1, 1967, (...)

91Une des premières tentatives pour rattacher la pensée économique au contexte économique, politique, social, et à l’environnement intellectuel est celle de Wesley-Clair Mitchell70, dans ses Lectures notes on types of economic theory (1949), dont une nouvelle édition augmentée a paru sous le titre Types of economic theory– From Mercantilism to institutionalism. Pour l’auteur, l’économie politique est une science encore au « stade rudimentaire » et on ne peut envisager une théorie économique constituée par une progression de l’erreur vers la vérité. Il existe seulement « plusieurs types de théorie », situés chacun dans un contexte historique et intellectuel spécifique : Quesnay, Smith, Malthus, Ricardo, Mill, Marx, levons, Veblen,... Les économistes les plus marquants ont toujours fait preuve de peu d’intérêt ou d’incompréhension pour les travaux de leurs prédécesseurs, si bien que la recherche des filiations n’a pas une importance cruciale. L’histoire de la pensée économique doit se réécrire à chaque génération d’économistes71.

  • 72 Michel Lutfalla, Aux origines de la pensée économique, Economica, 1981, pp. 10-18.

92Une bonne application de l’analyse en termes de « cadres sociaux » nous est donnée en France par Michel Lutfalla, dans le premier chapitre de son livre Aux origines de la pensée économique (1981), consacré au « circuit des blés »72. On ne peut comprendre, selon lui, le « tableau » de François Quesnay, qui accorde la primauté à l’agriculture dans le circuit économique en faisant abstraction de la société française de la première moitié du XVIIIe siècle, dans laquelle le blé joue un rôle essentiel ; de plus, il faut prendre en considération le milieu intellectuel de la seconde moitié du XVIIe siècle, où le « mécanisme » est apparu (mécanique des fluides, et circulation du sang)71. De même, les interrogations des économistes dans la période 1800-1850 qui mènent à la découverte que l’agriculture, bien que secteur dominant, ne constitue plus la seule activité productive, sont à mettre en relation avec la période de la révolution industrielle, c’est-à-dire dans le cas français, avec la « cassure » 1815-1848. Enfin, la pensée marginaliste (Walras) qui introduit l’interdépendance des secteurs économiques est à mettre en rapport avec la « nouvelle économie », sortie de la Révolution industrielle, non plus dépendante de l’agriculture, mais fondée sur l’acier, et dans laquelle le consommateur devient le moteur du système. Dans cette approche, toute théorie a ses racines dans l’observation d’un type de société donnée, et les mutations ont pour résultat l’élaboration de nouvelles théories économiques.

b – Les analyses à caractère épistémologique

93D’autres travaux d’histoire de la pensée, tentent de mettre en évidence les ruptures existant entre les auteurs, d’un point de vue théorique et épistémologique. La considération du milieu social et économique passe à l’arrière-plan, mais non celle de l’environnement intellectuel. Parmi ces analyses nombreuses et variées, on mentionnera deux auteurs non économistes, mais dont les travaux ont donné une impulsion à des recherches en histoire de la pensée.

94Michel Foucault dans L’Archéologie du savoir, estime qu’il faut savoir « penser la discontinuité ». Selon lui :

  • 73 Michel Foucault : L’Archéologie du savoir, Gallimard, 1969, p. 12.

« (...) le problème n’est plus de la tradition et de la trace, mais de la découpe et de la limite ; ce n’est plus celui du fondement qui se perpétue, c’est celui des transformations qui valent comme fondation et renouvellement des fondations »73.

  • 74 Michel Foucault : Les mots et les choses Une archéologie des sciences humaines, Gallimard, 1966, (...)
  • 75 Op. cit., p.177.
  • 76 La thèse d’Etat de Paul Vidonne représente un exemple récent de développement de l’approche de Mich (...)

95Il applique cette thèse dans l’ouvrage Les mots et les choses Une archéologie des sciences humaines (1966), en recherchant l’« espace d’ordre » selon lequel s’est constitué le savoir depuis le XVIe siècle, dans la culture occidentale. Il dégage trois « socles épistémologiques » ou « épistémés » : la Renaissance (XVIe siècle), l’« âge classique » (du milieu du XVIIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle), et l’« âge moderne » (depuis la fin XVIIIe siècle au début du XIXe siècle)74. A l’« âge classique, « pas d’économie politique, parce que, dans l’ordre du savoir, la production n’existe pas »75, bien que l’on trouve une « analyse des richesses ». L’économie politique ne fait apparition qu’à l’« âge moderne », à la fin du XVIIIe - début XIXe siècle, avec Adam Smith et Ricardo, qui vont mettre à jour le travail et la production76.

  • 77 Thomas Kuhn : The structure of scientific revolutions, University of Chicago press, 1962, 2ème édit (...)
  • 78 Voir Bachelard : La formation de l’esprit scientifique Contribution à une psychanalyse de la conn (...)

96Un autre type d’approche nous est fourni par Thomas Kuhn, dans The structure of scientific revolutions (1962, 1970)77. Il développe la thèse selon laquelle, dans le cadre d’une « science normale », c’est-à-dire solidement fondée par des travaux passés, le développement théorique respecte une succession de « paradigmes ». A partir d’exemple tirés de la physique, et de l’astronomie, il montre qu’à un état donné de la science, un « paradigme » représente un corps de propriétés théoriques reconnu par une collectivité de chercheurs, qui sert de base aux recherches. Une « révolution scientifique » va apparaître tôt ou tard, va mettre en crise le paradigme et aboutir à son remplacement par un nouveau paradigme qui rassemblera une nouvelle communauté de chercheurs. Cette approche rejoint quelque peu celle des représentants français du « discontinuisme » dans le débat épistémologique des sciences, Alexandre Koyré (1892-1964) et Gaston Bachelard (1884-1962). Pour ce dernier en effet, le développement scientifique n’est pas continu ; il traverse des phases de stagnation provoquées par des « obstacles épistémologiques » qui ne seront surmontés que grâce à des « révolutions scientifiques »78.

  • 79 American economic review Papers and Proceedings, mai 1965, pp. 119-127.
  • 80 History of political economy, volume III, 1971, pp. 136-151.
  • 81 Publiée dans le recueil de Lakatos (Imre) et Musgrave (Alan), edited by, Criticism and the growth o (...)

97Il existe de nombreuses tentatives d’application de la théorie de Kuhn parmi les économistes, en particulier aux Etats-Unis, mais le plus souvent à des fins critiques. Ainsi, pour Donald F. Gordon, dans « The role of history of economic thought in the understanding of modem economic theory » (1965)79, il n’existe en vérité qu’un seul « paradigme » dans la pensée économique, celui de la maximisation de la satisfaction de l’individu, sur un marché libre, « basic maximizing model », formulé par Adam Smith. Pour l’économiste « radical » Martin Bronfenbrenner, dans « The « structure of Revolutions » in economic thought » (1971)80, on pourrait relever trois « révolutions scientifiques » dans l’histoire de la pensée : la « révolution du laissez-faire », depuis David Hume, auteur de « Political Discourses » (1752), la « révolution marginaliste » des années 1870, et la révolution keynésienne de 193681.

  • 82 The british journal for the philosophy of science, volume 23, 1972, pp. 207-245. On peut se reporte (...)

98Une autre approche, plus sophistiquée est proposée par un élève de Karl Popper, Imre Lakatos, en particulier dans l’étude « Falsification and the methodology of scientific research programmes »80. L’histoire de la science « mûre » se présente comme une succession de « programmes de recherche ». Chaque « programme de recherche scientifique » se caractérise par un « noyau dur » (« hard core ») descriptif (irréfutable logiquement) et normatif (« positive heuristic »), entouré d’une « ceinture protectrice » (« protective belt ») composée d’hypothèses auxiliaires, susceptibles d’être modifiées. Le « programme » ne possède pas des caractères pleinement « scientifiques » durant la totalité de son existence : au départ, il est « progressif (« progressive ») puis il devient « dégénérescent » (« degenerating ») : perdant sa scientificité, il sera remplacé par un « programme » supérieur. On retrouve donc ici des ressemblances avec les « paradigmes » de Kuhn, mais l’analyse est plus développée en particulier sur la question du passage d’un « programme de recherche » à un autre. Une application à l’économie politique de cette théorie est proposée par un élève d’Imre Lakatos, Spiro J. Latsis, dans une étude publiée en 1972, « Situational determinism in economics »82. Il trouve au sein de la théorie micro-économique de la firme deux « programmes de recherche » en compétition. Le « programme » du « situational determinism » encore dominant, mais actuellement au stade régressif, se caractérise par l’autonomie de la prise de décision et l’élimination de l’« environnement » dans l’explication du comportement économique rationnel. Né avec l’œuvre d’Adam Smith, il inclut toute la théorie « néo-classique » de la concurrence parfaite et imparfaite. Le « programme » de l’« économie behavioralism » contient au contraire, une théorie psychologique des choix rationnels. Il a été construit grâce aux apports d’Herbert A. Simon (« Models of man », 1957), de Richard M. Cyert et J.G. March (« Behaviour theory of the firm », 1963) de William Baumol, etc... et se trouve en passe de devenir « progressif ».

99Après avoir examiné les principales options en matière d’histoire de la pensée économique, il nous faut maintenant réfléchir sur la question de leur application à notre sujet, les « lectures » italiennes de Marx.

Une démarche « continuiste » ?

  • 83 Remarque de Michel Henry dans Karl Marx, tome 1, Une philosophie de la réalité, Gallimard, 1976, p. (...)

100Un premier type de démarche « continuiste » proposerait un ordre d’exposition chronologique, plus ou moins strict des auteurs, de façon à établir les précurseurs et les héritiers. L’examen de leur pensée mettrait en évidence l’existence d’un progrès régulier, linéaire, d’une part dans la connaissance de l’œuvre de Marx en général, ou de tel ou tel aspect de sa pensée, et d’autre part dans l’enrichissement de ses théories, en particulier dans le domaine du « matérialisme historique », depuis l’introduction de son œuvre en Italie. On soulignerait la connaissance sommaire des premiers « lecteurs », qui n’hésitent pas à déformer complètement la pensée qu’ils sont censé présenter aux intellectuels italiens. Pour les « lectures » plus récentes, on montrerait la connaissance plus approfondie, plus riche des textes, grâce à l’utilisation d’écrits demeurés longtemps inédits, et les prolongements rendus possibles. Une telle approche strictement évolutionniste et linéaire n’offre qu’un intérêt relativement limité, car elle sous-estime les conflits d’interprétation, les relations entre les marxistes et les critiques de Marx, et les différences de formation culturelle des auteurs. Un second type d’approche « continuiste » plus sophistiqué, mettrait en évidence le fait que la connaissance de l’œuvre de Marx et son enrichissement a certes progressé depuis le XIXe siècle, mais d’une manière plus ou moins régulière, notamment en raison de l’existence de pratiques sociales différentes des auteurs (marxistes « militants » ou non militants) et de contingences historiques. Cette démarche n’échappe pas, elle non plus, au défaut qui consiste à juger les auteurs italiens selon les normes du marxisme contemporain. Dans une version excessive, on envisagerait l’étude comme « l’ensemble des contre-sens qui ont été faits sur Marx »83.

Une démarche « discontinuiste » ?

101A l’opposé, une démarche purement « discontinuiste » mettrait l’accent sur les moments de rupture, de « crise ». Elle tenterait de proposer des périodisations des « lectures » italiennes de Marx. Une approche en termes de « sociologie de la connaissance » confronterait les « lectures » les plus significatives à différentes étapes de la réalité économique, sociale et politique, et de la culture de l’Italie. Elle légitimerait les interprétations à chaque étape déterminée du développement. Un tel projet est évidemment séduisant. Néanmoins, il constitue une tentative très périlleuse. La confrontation entre une pensée et les « cadres sociaux » représente une entreprise complexe, surtout si elle est pratiquée sur l’ensemble de la période du dernier quart du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Les dangers de simplification sont importants. Il faut normalement tenir compte également du contexte historique et culturel international, ce qui oblige la recherche à atteindre des proportions considérables. Cette démarche, en outre rend impossible la considération efficace des erreurs d’interprétations et des progrès dans la connaissance de tel ou tel aspect de la pensée de Marx. Une autre approche « discontinuiste » chercherait à établir des périodisations sur des bases purement épistémologiques. Elle envisagerait les développements du marxisme et de la critique de Marx en Italie comme une succession de « paradigmes » sur la base de différents critères. Par exemple, en faisant référence aux modalités d’organisation du mouvement ouvrier on distinguerait : le marxisme de la Seconde Internationale, le marxisme de la Troisième Internationale, le (ou les) marxisme(s) contemporain(s).

  • 84 Les traductions des textes italiens sont de notre fait. Lorsqu’il existe une traduction française f (...)

102Aucune des perspectives particulières évoquées plus haut ne mérite d’être retenue unilatéralement pour examiner nos lectures italiennes. En outre, il ne peut être question de nous livrer à une combinaison de type éclectique de deux (ou même trois) approches. Nous sommes conduit à mettre en œuvre une démarche spécifique. Elle part du principe qu’il est possible de comparer les différentes lectures de Marx sur une vaste période de temps, un siècle, par delà les différences dans les socles épistémologiques. Elle refuse donc la thèse de l’incommensurabilité des théories défendues par certaines approches relativistes. L’analyse se fondera sur un traitement par auteurs. En effet, une considération thématique (philosophie, théorie économique...) aboutirait à découper les auteurs « en tranches », et risquerait d’évacuer toute dimension historique. Le traitement des auteurs sera mené sur la base de deux critères : d’une part la discipline professionnelle (économie politique, philosophie) et d’autre part, le grand courant de pensée (positivisme, idéalisme, ouvriérisme...). Nous nous efforcerons autant que possible de reconstituer les « expériences mentales » (A. Koyré) des intellectuels italiens, lecteurs de Marx. Dans ce but, il apparaît indispensable de fournir systématiquement des biographies précises, avant d’examiner les textes. Marx n’est pas un économiste traditionnel, bien qu’il ait élaboré une théorie économique au sein de sa nouvelle science de l’histoire. Son œuvre contient aussi un projet philosophique. Dans l’examen des interprétations, nous ne pouvons nous limiter au seul « Marx économiste » ou « critique de l’économie politique ». Il est indispensable de respecter l’unité de l’œuvre comme on le ferait pour tout grand économiste. Il est superflu de rappeler que les œuvres d’Adam Smith, de Vilfredo Pareto, ou même de John-Maynard Keynes contiennent, des aspects philosophiques non négligeables. L’Italie va nous offrir un terrain très particulier car les textes « philosophiques » de Marx vont être lu par des économistes et les textes « économiques » vont l’être par des philosophes. La sortie de la discipline est très fréquente, malgré le handicap de la spécialisation. La présentation des thèses, à partir de sources originales italiennes84 ne se veut pas directement polémique, mais vise à en faire ressortir l’originalité, la spécificité. L’étude critique entend apprécier la cohérence des analyses avec l’œuvre de Marx, mais sans promouvoir une interprétation « authentique » ou se référer à une quelconque « orthodoxie ». Il faut tenir compte à chaque étape des textes disponibles de Marx et d’Engels, et de l’état de développement de la conceptualisation en général, sur tel ou tel point.

103Notre démarche emprunte cependant quelques aspects à chacune des deux grandes approches en histoire de la pensée économique. Ainsi elle rejoint le « continuisme » dans la mesure où elle recherche les précurseurs et les héritiers. Elle se rapproche du « discontinuisme », car elle refuse l’idée d’un progrès cumulatif, linéaire ou non, dans les « lectures » de Marx. Certes, il est évident que la connaissance de Marx est bien meilleure aujourd’hui qu’à la fin du XIXe siècle, d’une manière générale. Cependant, on constate à travers la pluralité des objectifs de la « lecture » et des pratiques sociales, des progressions mais aussi des régressions. De plus, nous allons observer une grande rupture entre les approches proposées avant Gramsci et celles proposées après Gramsci. Le type de problèmes étudiés chez Marx change radicalement ; des lectures « non-philosophiques » apparaissent, et la question de la scientificité va être examinée d’une toute autre manière. Enfin, notre démarche rejoint l’approche en termes de « sociologie de la connaissance », dans la mesure où elle établit des biographies et s’attache à l’étude des formations culturelles (par exemple, pour la première partie, le positivisme, le « néo-idéalisme »). Cependant, elle ne revêt pas un caractère épistémologique.

104Il est temps maintenant de présenter notre choix d’auteurs, les marxistes et les critiques de Marx.

SECTION VI : MARXISTES ET CRITIQUES DE MARX : LE CHOIX DES AUTEURS

105Toute recherche ne peut prétendre à l’exhaustivité et doit être soigneusement délimitée. Nos investigations sur les interprétations italiennes de Marx nous ont conduit à procéder à un choix, parfois difficile au sein de l’ensemble des auteurs représentatifs, depuis l’introduction de Marx, jusqu’à nos jours. On peut distinguer deux grandes catégories de « lecteurs », les « marxistes » et les « critiques de Marx ». Dans ce travail, nous considérons comme « marxistes » les auteurs qui se déclarent explicitement ou implicitement adhérents à la science de l’histoire et à la philosophie de Marx, ou seulement à un quelconque de leurs aspects (philosophie, méthode, « critique de l’économie politique »,...). Certains marxistes ne lient pas organiquement leur activité théorique et leur pratique militante, même s’ils peuvent appartenir à un parti ouvrier ; nous les désignerons comme « marxistes non militants ». D’autres, à l’inverse, relient organiquement la réflexion théorique et la pratique, les « marxistes militants ». La prison empêche parfois l’exercice de cette liaison, comme par exemple dans le cas d’Antonio Gramsci. Les « critiques de Marx » sont nombreux, et leurs travaux correspondent à divers objectifs. Par exemple, on trouve des critiques « anti-marxistes », qui traduisent une volonté de freiner la diffusion de la pensée de Marx en Italie (Vilfredo Pareto), des critiques « révisionnistes », qui s’intègrent dans le courant international de la fin du XIXe - début du XXe siècle (Antonio Graziadei, Benedetto Croce). Du point de vue de l’origine, on peut distinguer d’une part les critiques des économistes, par exemple la critique spécifique d’Achille Loria, la critique « marginaliste » (Pareto), la critique « révisionniste » (Graziadei), les critiques « sraffiennes », et d’autre part les critiques des philosophes : critique « révisionniste » de Benedetto Croce, critique « hégélienne » de Giovanni Gentile, critique de Lucio Colletti. Il ne serait pas souhaitable de présenter les auteurs retenus en les classant en deux groupes, « marxistes » et « critiques de Marx », pour deux raisons principales. Tout d’abord, un tel classement se justifie mal du fait que certains évoluent théoriquement et passent d’un groupe à l’autre. De plus, ce classement interdit la mise en évidence de la dynamique des débats sur Marx, qui s’instaure contradictoirement entre les marxistes et les critiques. Nous avons choisi d’opter pour une présentation des lecteurs de Marx par discipline professionnelle et par grand courant. Dans cette perspective, comment situer historiquement les auteurs ? L’œuvre de Gramsci nous est apparue comme un point de repère capital pour opérer un tel classement. Il s’agit d’une lecture « marxiste militante », qui sert de charnière entre deux grandes époques historiques, celle qui s’étend de la fin du XIXe siècle jusqu’au fascisme et celle qui suit le fascisme. Nous consacrerons un chapitre spécial à ce philosophe.

106Tout d’abord, en ce qui concerne les « lectures » proposées avant celle de Gramsci, nous avons opéré une sélection parmi les économistes d’une part, et parmi les philosophes d’autre part. Les premières lectures de Marx en Italie proviennent des économistes. La critique d’Achille Loria constitue un point de départ obligé. Deux auteurs seront ensuite étudiés, Vilfredo Pareto qui développe une perspective « anti-marxiste » et Antonio Graziadei, pour ses premiers écrits critiques dans une direction « révisionniste ». Une exclusion importante doit être signalée ici, celle des théoriciens disciples, à de divers degrés, de Georges Sorel (1847-1922). L’œuvre du socialiste libertaire Francesco-Saverio Merlino est écartée, de même que celle des deux grands représentants italiens du « Syndicalisme Révolutionnaire », les économistes Arturo Labriola et Enrico Leone. Ce courant de pensée très actif à la fin du XIXe siècle mériterait qu’on lui accorde un travail spécifique. En ce qui concerne les « lectures » des philosophes nous avons retenu celles d’Antonio Labriola, premier marxiste italien, de Benedetto Croce, critique « révisionniste », de Giovanni Gentile, critique « hégélien », et enfin celle du marxiste Rodolfo Mondolfo. On ne trouve pas ici d’omission importante ; on relèvera cependant l’absence de la « lecture » critique positiviste d’Enrico Ferri, qui défend des thèses très proches de celle proposées par l’économiste Achille Loria sur le « matérialisme historique ».

  • 85 Nous pensons ici à Palmiro Togliatti (1893-1964), à Mauro Scocdmarro (1895-1972), à Giorgio Amendol (...)

107Après Gramsci, la sélection des auteurs est rendue beaucoup plus difficile en raison du foisonnement des « lectures » nouvelles, en particulier chez les philosophes. Nous avons décidé de limiter ici notre choix à deux théoriciens, Galvano Della Volpe et Lucio Colletti. Les travaux de Della Volpe ont donné lieu à la formation d’une « école » formée quasi exclusivement de philosophes ; ils exerceront une influence sur la formation des tenants d’un nouveau « marxisme militant », le mouvement de l’« ouvriérisme » (« operaismo »). Lucio Colletti va s’éloigner notablement des thèses de son maître à partir des années soixante et présenter deux lectures successives, l’une marxiste, l’autre critique de Marx. Parmi les « élèves » philosophes de Della Volpe non étudiés on peut mentionner les noms d’Umberto Cerroni et de Mario Rossi. Un certain nombre d’autres lectures philosophiques marxistes ont été écartées ; celles de Nicola Badaloni, de Cesare Luporini (introducteur d’Althusser en Italie), de l’« école de Bari », « hégéliano-marxiste », représentée par Giuseppe Vacca et Biagio De Giovanni, de l’école de Ludovico Geymonat (défenseur du « matérialisme dialectique » dans une interprétation originale). Les critiques philosophiques catholiques développées dans l’après-guerre par Felice Balbo et par Augusto Del Noce ne sont pas abordées. Toutefois notre travail inclut la critique catholique exposée dans la Rivista Trimestrale par l’économiste Claudio Napoleoni. Les lectures de Marx des économistes après Gramsci, sont beaucoup moins nombreuses que celles des philosophes, et arrivent surtout dans les années soixante. Ce phénomène peut paraître surprenant lorsqu’on sait que le Parti communiste italien a compté dans ses rangs, et parmi ses dirigeants les plus prestigieux beaucoup d’anciens étudiants en droit et en économie politique. Or ces derniers n’ont pas produit de « lectures » significatives des aspects économiques (ou même philosophiques) de l’œuvre de Marx85. Notre sélection retient tout d’abord l’œuvre de Claudio Napoleoni qui propose trois lectures successives de Marx, puis celle du représentant prestigieux du « néo-ricardianisme », Pierangelo Garegnani et enfin celle du « sraffien » Marco Lippi représentant de l’« école de Modène ». On relèvera ici l’omission de Giulio Pietranera dont l’œuvre essentielle consiste dans une « défense et illustration » des thèses dellavolpiennes, sans apport véritablement original. Enfin, pour les marxistes « militants » de l’« ouvriérisme », mouvement qui a eu un écho très important sur l’extrême gauche italienne, et dont la « lecture » de Marx se veut « anti-philosophique » et « anti-économiste », nous avons choisi de traiter les trois représentants les plus importants de ce courant, Raniero Panzieri, Mario Tronti, et enfin Antonio Negri.

Le schéma suivant permet de situer les différents auteurs étudiés les uns par rapport aux autres.

Le schéma suivant permet de situer les différents auteurs étudiés les uns par rapport aux autres.

Notes

1 Nous mentionnerons cependant les trois ouvrages suivants : Enzo Santarelli La revisione del marxismo in Italia – Studi di critica storica, Milan, Feltrinelli, 1964, 2e édit. 1977 ; Giacomo Marramao, Marxismo e revisionismo in ItaliaDalla « Critica Sociale » al dibattito sul leninismo, Bari, De Donato, 1971 ; Paolo Favilli, Il socialisme italiano e la teoria economica di Marx (1892-1902), Naples. Bibliopolis, 1980.

2 On peut signaler les actes du colloque organisé par l’Institut Gramsci en octobre 1971, Il marxismo italiana degli anni sessanta e la formazione teorico-politica dette nuove generazioni, Riuniti, 1972, qui comprend un important rapport de Nicola Badaloni. Un récent ouvrage tente une synthèse, mais dans une tentative de « liquidation » du marxisme, celui de Giuseppe Bedeschi, La parabola del marxismo in Italia – 1945-1983, Bari, Laterza, 1983.

3 Le professeur Henri Bartoli au fil de ses nombreuses « Chroniques de la pensée économique en Italie », préparées pour la Revue Economique depuis 1954 a eu ie mérite de signaler la parution de travaux marxistes essentiels, par exemple, ceux de Galvano Della Volpe et de son disciple Giulio Pietranera, (voir Revue Economique, no 2, 1959, pp. 289-290 et no 1, 1963, pp. 149-150). Il a en outre révélé l’existence de grands débats comme celui qui oppose Achille Loria et Benedetto Croce (voir Revue Economique, no 2, 1958, pp. 323-324).

4 Hugues Portelli : Gramsci et le bloc historique, PUF, 1972, Christine Buci-Gluksmann : Gramsci et l’Etat, Fayard, 1975, André Tosel : Praxis - Vers une refondation en philosophie marxiste, Ed. sociales, 1984, (voir en part, la 2e partie, « Politique et histoire-Sur le marxisme italien »).

5 On peut citer par exemple les travaux d’Emilio Sereni tels que La questione agraria nella rinassita nazionale italiana (1846) et Il capitalisme nelle campagne-1860-1900 (1947).

6 Nous avons commis une entorse inévitable à ce principe, à propos de Gramsci qui, faute de pouvoir disposer de nombreux textes de Marx, réussit à se procurer en prison des textes de Boukharine.

7 Sur l’origine des termes « marxiste » et « marxisme », on peut se reporter aux travaux de Margaret Manale dans « Economies et Sociétés - Cahiers de l’I.S. M.E.A. », octobre 1974, avril-mai 1976, janvier-février 1978, ainsi qu’à l’étude de Georges Haupt, « De Marx au marxisme », publiée dans le recueil L’historien et le mouvement social, Maspero, 1980, pp. 77-107.

8 Lénine : « Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme», 1913, dans Oeuvres Complètes, tome 19, Ed. Sociales - Ed. du Progrès, 1967, p.14. On peut se reporter également à l’étude « Karl Marx » (1914), dans Oeuvres Complètes, tome 21, Ed. Sociales - Ed. du Progrès, 1960, p. 44.

9 Voir Engels : Lettres à Marx, des 7 et 17 mars 1845, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 1, novembre 1835-décembre 1848, Ed. Sociales, 1971, pp.363 et 364-368.

10 Marx-Engels : la Sainte Famille, Ed. Sociales, 1969, p. 152.

11 Engels : « La guerre des paysans en Allemagne », dans Marx-Engels, Oeuvres Choisies, Ed. du Progrès, tome 2, 1970, p. 179.

12 Voir Maximilien Rubel : « La légende de Marx ou Engels fondateur » dans le recueil d’essais, Marx critique du marxisme, Payot, 1974, pp. 17-24.

13 F. Engels : Dialectique de la nature, Ed. Sociales, 1968, p. 25.

14 Lénine : Cahiers Philosophiques, Oeuvres Complètes, tome 38, Ed. du Progrès, Ed. Sociales, 1971, p. 343. Au lieu de faire une analyse en termes de « lois dialectiques » à la manière d’Engels, Lénine entreprend une analyse des éléments de la dialectique de Marx en seize points (op. cit., pp. 209-210).

15 Cette formule apparaît pour la première fois dans l’Anti-Dühring, d’Engels en 1878 ; elle est ensuite proposée comme titre d’un chapitre de l’ouvrage d’Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, 1886.

16 Engels : Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, 1979, p. 91.

17 Op. cit., p. 123 ; voir aussi Engels : Anti-Dühring, Ed. Sociales, 1963, pp. 57 et 169.

18 Voir Engels : « La « Contribution à la critique de l’économie politique » de Karl Marx », Deuxième article, dans Marx-Engels, Textes sur la méthode de la science économique, Ed. Sociales bilingues, 1974, p. 197.

19 Engels : Lettre à Conrad Schmidt, 1er novembre 1891, dans Marx-Engels, Correspondance, Ed. du Progrès, 1971, p. 474.

20 F. Engels : Lettre à Johann-Philipp Becker, 15 octobre 1884, dans Marx-Engels, Briefe (Correspondance), tome 36, Dietz Verlag, 1967, p. 218. Voir aussi Engels : Ludwig Feuerbach, Ed. Sociales bilingues, 1979, p. 81 note 1.

21 Friedrich Engels : Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Ed. Sociales bilingues, 1979, p. 77. L’Idéologie allemande, de Marx et d’Engels contient une formule fameuse : « Nous ne connaissons qu’une seule science, celle de l’histoire », Ed. Sociales, 1968, p. 45 note 1.

22 Voir Marx-Engels, Oeuvres choisies, tome 3, Ed. du Progrès, 1970, p. 169.

23 La formule « matérialisme historique » apparaît dans la lettre à Conradt Schmidt, 5 août 1890 (inédite à l’époque), dans la lettre à Joseph Bloch, 21-22 septembre 1890, publiée en 1895, et dans l’Introduction à l’édition anglaise de la brochure tirée de l’Anti-Dühring : Socialisme utopique et socialisme scientifique, parue en 1892.

24 Maxime Rodinson : « Sociologie marxiste et idéologie marxiste », dans Marx et la pensée scientifique contemporaine, (Symposium, mai 1968), Mouton, 1969, p. 70.

25 Louis Althusser : Pour Marx, Maspero, 1965, pp. 26-27.

26 Souligné par K.M., Marx-Engels : L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, pp. 69-70. Le texte de présentation le plus célèbre est évidemment la Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique de Marx, 1859, Ed. Sociales, 1957, pp. 3-6.

27 Marx-Engels : Manifeste du Parti Communiste, Ed. Sociales bilingues, 1972, p. 31. Engels précise dans une note rajoutée ultérieurement, qu’il s’agit ici de l’« histoire transmise par les textes » ; en effet, à l’époque de la rédaction du livre (1848), on ne connaissait pas les formes primitives des sociétés.

28 Marx : Lettre à Joseph Weydemeyer, 5 mars 1852, dans Marx-Engels, Correspondance, tome 3, janvier 1852 - juin 1853, Ed. Sociales, 1972, p. 79. En réalité, l’idée de la lutte des classes a une origine très ancienne, et il faut certainement remonter aux philosophes de la Grèce Antique. Henri Bartoli, dans son ouvrage La doctrine économique et sociale de Karl Marx, indique les sources pour le XVIIIe siècle, Seuil, 1950, pp. 306-307.

29 Voir par exemple, le Manuel d’économie politique, de l’Académie des Sciences de l’URSS, 2ème édition, 1955, réédition Norman Béthune, 1969.

30 Voir notamment la lettre à Conrad Schmidt, 5 août 1890 : « Or, notre conception de l’histoire est, avant tout, une directive pour l’étude (...) ». (Marx-Engels : Correspondance, Ed. du Progrès, 1971, p. 449). La formule : « eine Anleitung beim Studium » est rendue par : « une méthode pour l’étude » dans la traduction fournie en Annexe à F. Engels : Ludwig Feuerbach, Ed. Sociales bilingues, 1979, p. 149. Voir aussi la lettre à Werner Sombart, 11 mars 1895 : « Toutefois toute la conception (Auffassungsweise) de Marx n’est pas une doctrine mais une méthode. Elle ne fournit pas de dogmes tout faits mais les points de départ de l’étude ultérieure et la méthode pour cette recherche ». Marx-Engels : Correspondance, Ed. du Progrès, 1971, p. 522.

31 Voir par exemple : Etienne Balibar dans, Cinq études du matérialisme historique, Maspero, 1974, p. 108. En fait, sa conception est encore bien plus restrictive : selon lui, « le champ du matérialisme historique, c’est l’unité du problème de l’exploitation et du problème de la lutte révolutionnaire » (souligné par E.B. op. cit., p. 12). Il estime que les deux « concepts fondamentaux » de « plus-value » et de « dictature du prolétariat » commandent la définition de tous les auters concepts, op. cit., pp. 11-12.

32 « Adresse Inaugurale de l’Association Internationale des Travailleurs », 1864, dans : Marx-Engels, Oeuvres choisies, Ed. du Progrès, 1970, tome 2, p. 11. Engels procède de la même manière dans son article « Karl Marx », paru dans « Die Zukunft », 11 août 1869, (cité par Maximilien Rubel « Chronologie de Marx », Marx : Oeuvres, tome 1, Economie, Coll. « La Pléiade », Gallimard, 1965, p. CXI).

33 Ce point est souligné notamment dans la Préface à la première édition allemande du livre I du Capital (1867), Ed. Sociales, 1983, pp. 5-6 ; voir aussi la Préface à la Contribution à ta Critique de l’économie politique, (1859), Ed. Sociales, 1957.

34 Souligné par K.M., Marx : Lettre à Ferdinand Lassalle, 22 février 1858, dans Marx-Engels : Correspondance, tome 5, juillet 1857 - décembre 1859, Ed. Sociales, 1975, p. 143.

35 Souligné par K.M. Onzième « Thèse sur L. Feuerbach », dans Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, p. 34.

36 Livre Ier du Capital, Ed. Sociales, 1983, p. 17. La traduction Joseph Roy de la Postface cautionne par contre l’attribution à Marx de la « théorie du reflet » : « le mouvement de la pensée n’est que la réflexion du mouvement réel, transporté et transposé dans le cerveau de l’homme », Ed. Sociales, 1976, p. 21.

37 Souligné par K.M. 1ère « thèse sur L. Feuerbach », dans Marx-Engels, L’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, p. 31. (Nous corrigeons cette traduction sur un point précis : le mot « praxis » est rendu à tort par « pratique »). Voir aussi Marx, L’Idéologie allemande, p. 56.

38 Certains auteurs ont envisagé, à tort selon nous, la « praxis » chez Marx dans un sens élargi, désignant tout à la fois la pensée et l’action, la théorie et la pratique (voir par exemple Henri Lefebvre, Le matérialisme dialectique, PUF, 1940, réédition 1974, p. 107. Lucien Goldmann : Marxisme et sciences humaines, Coll. Idées N RF, 1970, pp. 164-165, 244 note 1.

39 Cette indissociabilité de l’homme, de l’histoire et de la nature est soulignée dans l’Idéologie allemande, Ed. Sociales, 1968, pp. 45 (et note no 1), 55, 71. Voir les Manuscrits de 1844, Ed. Sociales, 1968, p. 96.

40 Pour des travaux de synthèse, on se reportera, pour la période antérieure à 1945, à l’étude d’Alberto Asor Rosa, « La cultura », dans l’ouvrage collectif Storia d’Italia, volume 4, Dall’Unità a oggi, tome 2, Turin, Einaud, 1975, et pour la période postérieure à 1945, aux Actes du colloque d’Anacapri (juin 1981), La cultura filosofica italiana del 1945 al 1980, Naples, Guida, 1982.

41 Le pôle de ralliement de la pensée catholique va être alors la revue intégriste Civiltà Cattolica, fondée en 1850, qui manifeste son hostilité à l’Unité et à l’Etat libéral italien. D’autres courants catholiques apparaîtront à la fin du siècle, par exemple le « catholicisme social » (à la suite de l’encyclique « Rerum Novarum » de Léon XIII) avec Giuseppe Toniolo, le « modernisme », le « neo-thomisme ».

42 Sur l’« historicisme allemand », on peut se reporter au livre de Raymond Aron, La philosophie critique de l’histoire – Essai sur une théorie allemande de l’histoire, Coll. Points, Seuil, 1970.

43 Voir les travaux de l’école d’Enzo Paci, introducteur de Jean-Paul Sartre en Italie, lui aussi tenant de ce type de synthèse.

44 Tentative de Giulio Preti dans Praxis e empirismo (1957).

45 Tentative de Ludovico Geymonat dans Saggi di filosofia neorazionalistta, (1953).

46 Voir à ce sujet le recueil d’Aldo G. Gargani, a cura di, La crisi della ragione, Einaudi, 1979.

47 Les exclusions de Tuniversité pour des motifs politiques sont rares ; on relèvera cependant les cas de Raniero Panzieri et d’Antonio Negri.

48 Ce qui n’est pas incompatible avec une activité journalistique. Un intellectuel comme Benedetto Croce représente un cas un peu particulier, puisqu’il dispose de revenus dès sa jeunesse le dispensant de toute activité salariée.

49 Sa « lecture » de Marx appartient à la seconde période.

50 Benedetto Croce expérimente un cas particulier car il est autodidacte, sa formation a eu lieu à Naples, mis à part un bref passage à l’Université de Rome.

51 Ensuite, études à l’université de Cambridge (Grande-Bretagne).

52 Ensuite, études à l’université de Cambridge (Grande-Bretagne)

53 Publié en 1886 dans le volume des Hérétiques de l’économie politique. Marx côtoit Robert Owen, P.J. Proudhon, Ferdinand Lassalle et Léopold Jacoby.

54 Les sources des informations sur toutes les périodes proviennent en particulier de Gian-Mario Bravo : Marx e Engels in lingua italiana, 1848-1960, Ed. Avanti !, 1962 ; voir aussi du même auteur « Histoire et traits caractéristiques des premières éditions des écrits de Marx en Italie », dans 1883-1983 – L’œuvre de Marx, un siècle après (colloque C.N.R.S. mars 1983) sous la direction de Georges Labica, PUF, 1985, pp. 287-301.

55 Seules la Préface et le « Complément et supplément » au livre 3 sont traduites, en raison de leur contenu polémique vis-à-vis d’Achille Loria (sur cette question, il faut se reporter au chapitre premier, section 1).

56 Sur Carlo Cafiero, on peut consulter l’article de Gianni Bosio : « La diffusione degli scritti di Marx et di Engels in Italia dal 1871 al 1892 », Sociétà (Turin), juin et septembre 1951, rééd. dans Marx-Engels, Scritti italiani, Samonà e Savelli, Rome, pp. 213-217 et 225-226. On peut se reporter également à l’étude de GianMario Bravo : « Il « Capitale » in Italia : 1867-1895 », Appendice au livre de AnnaValentinovna Urœva, La fortuna del « Capitale », Riuniti, 1974, pp. 234, 250-257.

57 C’est le sens d’une lettre au contenu plutôt sybyllin, de Marx à Cafiero, 29 juillet 1879, dans Marx-Engels, Corrispondenza con italiani, Feltrinelli, 1964, p. 286.

58 Une édition des œuvres complètes de Marx et d’Engels en cinquante volumes est en cours chez Riuniti, depuis quelques années.

59 Par opposition aux « doctrines économiques ». La séparation entre le positif et le normatif apparue au XIXe siècle, s’est affirmé peu à peu au XXe siècle, dans l’approche de l’histoire de la pensée économique.

60 Ce chapitre 4, existant de la première à la 4ème édition (1898), deviendra ensuite l’Appendice B, à la suite des remaniements du Livre Ier. Principles of Economics, 8ème édition 1920, réédition MacMillan, 1959, pp. 624-635.

61 Il rejette de son exposé les « doctrines économiques », ce qui lui permet de ne pas traiter Marx, L.G.D.J., 1944, p. 212, note 2.

62 Le développement de la pensée économique, pp. 1-2.

63 Op.cit., p. 2.

64 Souligné par J.A.S., Histoire de l’analyse économique, tome I, Gallimard, 1983, p. 25.

65 Op. cit., p. 72.

66 Cambridge University Press, 1ère édition 1962, 3ème édition 1978, trad. française : La pensée économique - Origine et développement, Economica, 1981, p. 4.

67 Histoire de l’analyse économique, Gallimard, 1983, tome 2, pp. 29-30 et 47 suiv. ; tome 3, p. 20 et suiv.

68 Souligné par L.B. de C, Essai sur l’histoire de la pensée et des doctrines économiques, Ed. Montchrestien, 1971, tome 1, p. 3.

69 Voir Georges Gurvitch, Les cadres sociaux de la connaissance, PUF, 1966, et la recherche méthodologique de Jean Weiller et Guy Dupuignenet-Desroussilles, Les cadres sociaux de la pensée économique, PUF, 1974. Jean Weiller propose de relier l’approche en termes de « cadres sociaux » à celle de type épistémologique.

70 D’autres auteurs représentatifs de cette approche, parfois influencés par le marxisme, sont signalés dans le livre de Mark Blaug et désignés comme « relativistes » : W. Stark, Leo Rogin, Erich Roll, Economie theory in retrospect, trad. française, Economica, pp. 2-3, 1981.

71 Types of economic theory. From Mercantilism to institutionalism, Augustus M. Kelley, tome 1, 1967, pp. 1-34.

72 Michel Lutfalla, Aux origines de la pensée économique, Economica, 1981, pp. 10-18.

73 Michel Foucault : L’Archéologie du savoir, Gallimard, 1969, p. 12.

74 Michel Foucault : Les mots et les choses Une archéologie des sciences humaines, Gallimard, 1966, p. 13.

75 Op. cit., p.177.

76 La thèse d’Etat de Paul Vidonne représente un exemple récent de développement de l’approche de Michel Foucault, Essai sur la formation de la pensée économique – Nature, rente et travail, Université de Paris X, Nanterre 1982, Ed. Economica, 1986.

77 Thomas Kuhn : The structure of scientific revolutions, University of Chicago press, 1962, 2ème édit. 1970, trad. française, La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, 1970.

78 Voir Bachelard : La formation de l’esprit scientifique Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective (1938), rééd. J. Vrin, 1980.

79 American economic review Papers and Proceedings, mai 1965, pp. 119-127.

80 History of political economy, volume III, 1971, pp. 136-151.

81 Publiée dans le recueil de Lakatos (Imre) et Musgrave (Alan), edited by, Criticism and the growth of knowledge, Cambridge U Press, Cambridge, 1970, pp. 91-195.

82 The british journal for the philosophy of science, volume 23, 1972, pp. 207-245. On peut se reporter également à sa these portant le même titre, Université de Londres, 1974, et à sa contribution au colloque de Nafplion, Grèce (septembre 1974), « A research programme in economics », publiée dans le recueil de Latsis, edited by, Method and appraisal in economics, Cambridge U Press, 1976, pp. 1-41.

83 Remarque de Michel Henry dans Karl Marx, tome 1, Une philosophie de la réalité, Gallimard, 1976, p. 9.

84 Les traductions des textes italiens sont de notre fait. Lorsqu’il existe une traduction française fiable, nous Tutilisons, avec parfois des corrections, toujours signalées. Il en est de même pour les textes allemands de Marx et d’Engels. On notera cependant que dans les traductions françaises utilisées nous introduisons une correction systématique : « Mehrwert » est rendu par « plus-value » et non par « survaleur ».

85 Nous pensons ici à Palmiro Togliatti (1893-1964), à Mauro Scocdmarro (1895-1972), à Giorgio Amendola (1906-1980), à Pietro Grifone (né en 1908), et à Antonio Pesenti (1910-1973), économiste universitaire.

Table des illustrations

Titre Le schéma suivant permet de situer les différents auteurs étudiés les uns par rapport aux autres.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search