Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Annexes

Texte intégral

ANNEXE. No 1 Population, mariages, naissances et décès, France : 1914-1939 (1) en milliers

ANNEXE. No 1 Population, mariages, naissances et décès, France : 1914-1939 (1) en milliers

(1) D'après un tableau rétrospectif de l'Annuaire Statistique de la France, 1939.
(2) Evaluée au milieu de chaque année.
(3) Enfants déclarés vivants.
(4) Morts-nés non compris.
(5) Cinq erreurs manifestes sont rectifiées. Le résultat peut différer d'une unité de la soustraction car les chiffres sont arrondis au millier.

ANNEXE No 2

Structure et intérêt du registre des entrées de la maternité Baudelocque

I-Structure : sur une double page sont remplies les colonnes suivantes

1- numéro d’ordre ; une note précise : « inscrire en marge le mot secret quand une femme enceinte l’a demandé (titre 2 art. 4 du Code de la maternité) et ne pas délivrer d’extraits du registre. Inscrire également le mot consignée quand une femme est envoyée par la Préfecture de Police ».

2- Nom et prénom :

3- Profession :

4- Age :

5- Lieu de naissance :

- Nationalité

(Paris

- Demeure actuelle

(banlieue

- Domicile de secours

soit

(départements

(étranger

6Une note précise : « acquis par un domicile réel d’un an »

7- mariée, veuve, ou célibataire : une note précise d’inscrire dans la catégorie veuve les femmes « séparées judiciairement ou divorcées de plus de dix mois ».

8- date de l’accouchement :

9- sexe de l’enfant :

10- no de l’état civil de l’enfant :

11- date de la sortie, ou date du décès :

12- asile qui a hospitalisé :

13- nom de la salle :

14- asile de convalescence :

15- observations diverses : une note précise la signification des initiales à utiliser : V = envoi au Vésinet ; AM = asile maternel ; AB = abandon ; M = médicale ; C = chirurgicale ; I = chambre d’isolement ; SF = sage-femme ; AN = asile de nuit ; PP = préfecture de Police ; EC = sortie enceinte ; N.M = né mort.

II – Remarques

  • les dernières colonnes sont rarement remplies et les initiales n’apparaissent presque jamais, à l’exception de l’indication « mort né » ou « sortie enceinte ». Il est donc impossible de savoir si l’assistance à la mère a été celle d’un médecin ou d’une sagefemme ou si l’envoi dans un asile est fréquent.
  • à chaque bas de page (avec report page suivante) sont comptabilisées les différentes catégories de domicile et de situation au regard de l’état civil.
  • à partir de 1927 régulièrement (épisodiquement avant) la personne qui tient le registre marque chaque mois le nombre d’entrantes correspondant aux trois groupes d’âges suivants :
    0-19 ans ; 20-39 ans ; 40-59 ans.

III – Intérêt

  • En réalisant des séries statistiques sur l’ensemble des femmes entrées à la maternité, il est possible d’étudier :
    • l’évolution de leur état civil
    • leur origine donc l’évolution de l’aire de recrutement de la maternité
    • l’évolution de l’âge
  • Par la méthode du sondage au hasard (100 cas étant considérés) il est possible :
    • de classer les femmes selon leur profession et d’étudier l’évolution de l’origine sociale des « clientes »,
    • à partir de 1930 de connaître le pourcentage des femmes relevant des Assurances Sociales,
    • de calculer la durée moyenne de séjour,
    • de préciser l’origine géographique.

Structure et intérêt du registre des naissances

I – Structure : chaque jour les naissances sont inscrites de la façon suivante :

No

Naissance de — du sexe —

(numéro de l’état civil des enfants dans le registre d'entrée)

aujourd’hui au dit Établissement à — heures du—, fils (fille) d’une femme qui a déclaré se nommer —, exercer la profession de —, être âgée de —, native

Sorti(e) le —

nom de l’enfant

de —, département de —, demeurant à —, arrondissement

salle

de —, département de —, rue —, no —, être épouse de —, exerçant la profession de —, âgée de —, natif de —, département —, et avoir été mariée à —, département de —, le —.

lit no

(numéro d’ordre de la mère)

II – Remarques

  • Ce registre complète la connaissance des femmes « choisies » par le sondage au hasard parmi les entrantes. La date de l’accouchement permet de les retrouver facilement. Les registres des entrées et des naissances doivent donc être consultés en même temps.
  • Seules les naissances vivantes sont inscrites.

III – Intérêt

  • Connaître la profession du mari. Cette donnée permet de connaître le milieu social des femmes « sans profession ». Pour les autres, elle est moins intéressante, car les unions se font presque toujours dans les mêmes catégories sociales.
  • Calculer la part des « filles-mères », les célibataires des entrées pouvant être aussi des jeunes filles venant au service de gynécologie.
  • Accessoirement étudier l’importance des conceptions prénuptiales.

ANNEXE No 3

Les témoignages

16L’enquête orale n’a pas été utilisée systématiquement mais complément indispensable des sources écrites, elle apporte un autre regard sur la maternité. Des femmes qui ont eu leurs enfants pendant l’entre-deux-guerres ont été contactées dans la région parisienne, à Laon et dans un village de l’Aisne. Les méthodes utilisées sont l’entretien non directif, l’entretien dirigé et l’envoi de questionnaires. Quelques sages-femmes ont aussi été interviewées.

17Sont reproduits ici deux témoignages particulièrement denses.

Mme R.

1) Identité

18Née à St Marc dans le Finistère.

1967 ans, retraitée, habite Paris depuis 1929,

20Catholique.

2) Conception et grossesse

  • J’ai eu deux enfants ; je n’en voulais pas plus ;
  • Je ne m’occupais pas des campagnes du gouvernement ou de l’Église. Obligée de travailler, la vie difficile n’était pas faite pour encourager la maternité et je voulais élever mes enfants décemment ;
  • Pour limiter, il n’y avait que des choses très simples : retrait, savon de Marseille dans le vagin, préservatifs masculins. La méthode Ogino était très contestée à l’époque et l’on disait surtout que lorsqu’une femme est indisposée, il n’y avait rien à craindre ; oui, il y avait beaucoup, beaucoup d’avortements.
  • Je désirais des garçons, j’en ai eu deux ;
  • Il fallait subir les malaises : nausées, vomissements, aucun remède ne m’a jamais été prescrit. Il ne fallait pas penser arrêter le travail, un patron ne l’aurait pas admis ;
  • J’étais assurée sociale mais les droits des travailleurs étaient bien minces.

3) L’accouchement

21Entre femmes, nous en parlions mais jamais avec ma mère. Il y avait des récits traumatisants ; comme toutes les autres, j’ai eu peur. Il n’y avait pas de préparation.

  • J’ai accouché à la Maternité de Port Royal – une quarantaine de lits – Médecin et élèves passaient chaque jour. Le pain marqué A.P. est resté dans ma mémoire. C’était horrible.
  • La salle de travail où nous étions toutes allongées était surveillée par des infirmières. Il fallait que le travail se fasse et c’était des cris, des hurlements de bêtes blessées que nous poussions avec terreur. Nous (j’avais) très mal. Je me rendais compte que tout était à revoir à ce sujet.
  • L’accouchée pouvait recevoir cadeaux et visites. Le bébé était dans un petit lit au pied de celui de la mère et à l’heure des tétées l’infirmière nous le mettait au sein. Pas question de ne pas nourrir ; moi, j’avais du lait, ça allait, mais il y en a qui vraiment ne pouvaient pas, alors c’était lamentable, les infirmières mécontentes s’en prenaient à ces pauvres femmes.
  • Il y avait trois filles-mères que les infirmières traitaient très mal.

4) Le petit enfant

  • Les conseils pour élever mon Petit, je les ai eus aux consultations de nourrissons. Il n’y avait pas de cours de puériculture. D’autres mamans m’ont aidée.
  • Garçon ou fille étaient soignés de la même façon.
  • Je n’ai pas connu de femmes ayant perdu leur enfant en bas âge. Je crois que quand un petit est entouré de beaucoup d’amour, il est protégé de bien des choses.

Mme X.

1) Identité

22Née à Paris, 76 ans, résidence : Paris.

23Secrétaire de direction 1920-1928, arrêt à la maternité puis chef du Personnel aux Établissements Financiers de 1942 (décès de mon mari) en 1975 ;
Catholique.

2) Conception et grossesse

24Deux enfants : 1 garçon en 1928, 1 fille en 1929.

25Le premier très désiré. Le deuxième joyeusement accepté (13 mois plus tard). De sérieuses difficultés causées par une maman infirme au foyer, nous ont fait, d’un commun accord, limiter à deux notre descendance.

  • Je ne me souviens d’aucune campagne en faveur de familles nombreuses, d’ailleurs aucune allocation n’était accordée à l’époque.
  • Tout ce qui se rapportait aux rapports sexuels était encore sujet « tabou ». Entre jeunes femmes, on commençait à parler de la méthode Ogino surtout pour tourner en dérision les nombreux insuccès du procédé.
  • Beaucoup d’avortements. Avec les gens aisés, les « faiseuses d’ange » faisaient fortune. Pour les autres, ayant fréquenté très longtemps les services hospitaliers de chirurgie, j’ai vu de nombreuses femmes affreusement mutilées pour avoir employé elles-mêmes les instruments et les procédés les plus invraisemblables.
  • On supportait fort bien les malaises, sans chercher à les atténuer. Ceux-ci étaient considérés comme tout à fait normaux. Très peu d’arrêts de travail pour ce motif.
  • Consultations périodiques à la clinique où je devais accoucher.
  • En 1930, je ne travaillais plus. Mon mari n’était pas assuré social (cadre supérieur).

3) L'accouchement

  • Ma mère et moi étions très intimement liées ; mon accouchement était un événement heureux dont nous parlions beaucoup.
  • Pas de préparation particulière. Une bonne hygiène alimentaire, de l’exercice sans fatigue. Aucune appréhension.
  • A l’époque, les accouchements à domicile étaient déjà très rares. Tout le monde s’accordait à dire que les Maternités présentaient toutes garanties de soins et d’hygiène, tant pour la mère que l’enfant. J’ai donc accouché en clinique et n’ai eu qu’à m’en louer à tous points de vue.
  • Sage-femme (ou médecin si nécessaire). Certes un accouchement n’est jamais indolore mais on disait jadis : « c’est le mal joli. Sitôt fini on rit » et c’est si vrai que bien peu de femmes parlent de souffrances en se remémorant leur accouchement.
  • Visites et cadeaux sont toujours une joie.
  • J’ai connu plusieurs filles-mères. A l’époque elles étaient souvent reniées par les leurs et au ban de la Société. J’ai été à même de constater au fil des années, une amélioration certaine, mais tout ostracisme n’est pas encore totalement éliminé, surtout en province.

4-Le petit enfant

  • A mon grand regret, je n’ai pu nourrir. Mon lait abondant était de mauvaise qualité.
  • Je me suis trouvée fort bien des conseils de ma mère. Les cours de puériculture étaient rares et trop théoriques.
  • Pas de soins différents entre filles et garçons.
  • Quelques décès d’enfants autour de moi : malformations congénitales, toxicose.

Table des illustrations

Titre ANNEXE. No 1 Population, mariages, naissances et décès, France : 1914-1939 (1) en milliers
Légende (1) D'après un tableau rétrospectif de l'Annuaire Statistique de la France, 1939.(2) Evaluée au milieu de chaque année.(3) Enfants déclarés vivants.(4) Morts-nés non compris.(5) Cinq erreurs manifestes sont rectifiées. Le résultat peut différer d'une unité de la soustraction car les chiffres sont arrondis au millier.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/15218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search