Version classiqueVersion mobile

Quand nos grand-mères donnaient la vie

 | 
Françoise Thébaud

Conclusion

Texte intégral

1Pour tous, l’entre-deux-guerres évoque la paix fragile en Europe, la naissance et les problèmes du socialisme en U.R.S.S., la grave crise économique des années trente, la montée des fascismes et la marche à la guerre. L’histoire tragique d’une guerre à l’autre, la « grande histoire » qui a broyé deux générations et qui mobilise à juste titre les historiens. La France de la IIIe République s’y inscrit avec les « années folles », sa prospérité relative des années vingt, une crise qui ne fit que 300 à 400.000 chômeurs, sa peur du fascisme et « l’embellie » du Front Populaire, On rend compte généralement des archaïsmes de ses structures économiques et sociales, de la lenteur de la modernisation, du cloisonnement social maintenu par l’égoïsme des possédants ; on évoque enfin le réflexe fondamentalement malthusien des Français des décennies vingt et trente, réflexe qui caractérise une société malade ou peureuse de vivre et qui, s’il n’est pas le mal absolu, est porteur de multiples effets négatifs.

  • 1 La première citation de Lucien Febvre est tirée de Combats pour l’histoire, 1953; la deuxième de l (...)

2Mon propos apporte un éclairage complémentaire et nuance quelques affirmations. Selon Lucien Febvre1 « une histoire à part entière » embrasse « tout ce qui, étant à l’homme, dépend de l’homme, sert à l’homme, exprime l’homme, signifie la présence, l’activité, les goûts et les façons d’être de l’homme ». Donner la vie est une activité humaine qui, si elle relève de choix individuels, est aussi le reflet de conditions concrètes historiquement déterminées; mettre au monde n’est pas seulement un acte biologique; la façon dont s’effectue la mise au monde varie selon les époques et exprime une culture, des rapports sociaux, la place de la femme et même un niveau de développement à un moment donné. Les femmes sont les protagonistes de cette histoire qui n’est pas de la « petite histoire ». Le dirigisme des discours ou des pratiques médicaux, ou même le fonctionnement d’une maternité éclairent tout autant la société française que le bipartisme du système scolaire ou la répartition du patrimoine, sans « oublier » « la moitié du ciel ».

3Je voudrais aussi proposer une vision plus dynamique, plus positive du malthusianisme. D’une part, il manifeste la résistance des femmes et des couples aux exhortations multiples : tandis que s’affrontent en un combat inégal natalistes et malthusiens, tandis que tous les hommes veulent diriger les mères, les femmes se montrent rebelles à la maternité au nom d’une morale qui leur est propre. D’autre part, il stimule des Pouvoirs publics et des hommes politiques quelque peu indifférents au sort des familles, des mères et des enfants, un patronat longtemps crispé sur des situations acquises, un corps médical fier de ses progrès et sûr de ses prérogatives ; il suscite des mesures sociales, ce grand mouvement hygiéniste de l’entre-deux-guerres dont la médicalisation de la maternité n’est qu’une des faces et qui veut faire reculer la mort. « La dénatalité est telle que... », leit-motiv des décennies vingt et trente en France ; les assurances sociales et les allocations familiales, le développement des consultations pour femmes enceintes et nourrissons, la création des visiteuses d’hygiène sont des réalités nouvelles qui procèdent plus ou moins directement du malthusianisme français. S’il ne s’agit pas d’une véritable relation de cause à effet, le malthusianisme sert au moins d’argument de plus en plus recevable pour les législateurs réformistes et les hygiénistes convaincus. Si les mesures sociales apparaissent bien insuffisantes, elles ouvrent des brèches dans l’insécurité matérielle des familles et amorcent une reconnaissance sociale de la maternité. Si la pratique hygiéniste s’accompagne d’autoritarisme, si la médicalisation de la maternité est encore limitée, elles sauvent des vies humaines...

4Lucien Lefebvre écrivait encore que l’histoire est « une reconstitution des sociétés et des êtres humains d’autrefois par des hommes et pour des hommes engagés dans le réseau des réalités humaines d’aujourd’hui ». L’histoire est un questionnement du temps passé qui dépend des interrogations du temps présent et permet de mieux comprendre et s’engager. L’histoire est remise sur ses pieds, légitimée... Mais dans un monde secoué par la crise, dans un monde où s’effondrent les assurances de croissance et de progrès, fleurit depuis quelques années une histoire qui se veut la recherche de racines et permet de s’inscrire dans la filiation des générations.

5Ces femmes qui ont mis au monde des enfants pendant l’entre-deux-guerres, ce sont nos grands-mères. Nous faisons l’histoire de nos grands-mères, femmes-mères, d’il y a deux générations ; histoire parfois susurrée de mère à fille, mais histoire collective gommée ou entrevue à travers le regard des hommes. Il s’agit certainement d’une démarche affective et d’une recherche de racines mais cela correspond aussi au besoin des femmes en mouvement de faire surgir une histoire trop longtemps ignorée ou déformée. Comme celle des peuples décolonisés, l’histoire des femmes réconcilie l’histoire-filiation et l’histoire questionnement engagé.

6A nos grands-mères, je voudrais aussi rendre justice. Il est dit couramment que le féminisme était faible à l’époque. Certes peu de femmes lancent des attaques frontales (même pour exiger le droit de vote ou le droit au travail), mais beaucoup résistent au moins passivement, ou jouent sur les rôles imposés. On demande aux femmes de l’entre-deux-guerres d’être des mères prolifiques, de faire le plus d’enfants possible pour la France, de bien les élever, tout en ne leur promettant que douleurs et devoirs : devoir d’allaiter, devoir de discipliner, devoir de suivre les directives médicales... Tragique perspective. La réponse est une grève des ventres et pour certaines une façon autre de vivre et de dire leurs maternités, des maternités dont le plaisir n’est pas absent...

7L’histoire des mères de l’entre-deux-guerres ou plutôt l'histoire de la mise au monde – son refus, son cadre social et idéologique, ses conditions matérielles, son vécu... – est un sujet complexe, indécis qui relève à la fois de l’histoire démographique et sociale, de l’histoire de la médecine et des mentalités. Leurs composantes éclairent un aspect fondamental de la condition féminine de l’époque. Depuis la guerre, elles se sont développées chacune à un rythme spécifique, pour donner aujourd’hui un ensemble d’héritages et de rupture : héritages plus ou moins solides, ruptures plus ou moins récentes. J’ai déjà écrit que 1’accouchement en maternité (privée ou publique) s’est facilement généralisé, que l’A.S.D. a été reconnu après des années de combat, puis critiqué pour ses insuffisances, que les mères sont de mieux en mieux protégées grâce à la Sécurité Sociale (le congé de maternité a doublé...), que l’obstétrique et la médecine périnatale ont fait d’énormes progrès : aujourd’hui la technique triomphe. Si elle s’adapte à certaines exigences sociales comme la présence du père, si elle a presque fait disparaître la mort des mères et fortement réduit celle des enfants, elle néglige certains domaines (l’emploi de l’anesthésie péridurale par exemple), présente quelques ratés (Baudelocque peut connaître une infection difficilement maîtrisable) et étouffe l’autonomie des femmes en couches. Quelque peu contestée, la logique de la médicalisation de la maternité semble atteindre prochainement un point de rupture, du moins pour certaines de ses formes. Rupture déjà consommée pour une puériculture longtemps très dirigiste.

8L’unité démographique de l’entre-deux-guerres est brisée par la guerre. Jusqu’au milieu des années soixante, le baby-boom accorde à la France un taux de natalité au moins égal à 18 ‰ et supérieur à 20 ‰ au lendemain du conflit mondial. Aujourd’hui le malthusianisme français est de nouveau une réalité, avec un taux de natalité faible – autour de 14 ‰ –, taux qui n’assure pas le renouvellement des générations mais qui, à la différence des années trente, donne plus de naissances que de décès annuels. Le mouvement malthusien s’est transformé en « Planning familial » mais ses concepts sont appliqués à la planète par une partie du mouvement écologiste. Par contre les natalistes, s’ils sont moins nombreux et moins virulents, développent toujours les mêmes arguments – le coût de l’éducation d’un enfant augmente tandis que les allocations qui se sont multipliées depuis la guerre perdent du pouvoir d’achat ; le sens social se perd et la permissivité est trop grande – et proposent encore parfois le vote familial. Mais ils ont perdu deux batailles : la loi Neuwirth de 1967 autorise la contraception en France, la loi Veil de 1975, l’avortement. Quant aux Pouvoirs publics, ils ont abandonné le langage du devoir pour reconnaître que l’enfant doit être voulu, et que leur rôle est de permettre l’expression du désir d’enfant..., rupture fondamentale, même si elle n’est encore que verbale. La volonté de diriger les femmes ne s’exprime plus officiellement et les mesures d’incitation sont envisagées avec modestie : la liberté des couples et des femmes met à mal toute politique démographique.

9Les femmes ont aujourd’hui la maîtrise de leur fécondité. Depuis une quinzaine d’années, un mouvement féministe s’étend, se diversifie, suscite par des combats plus ou moins difficiles, des brèches dans l’ordre ancien et une lente évolution des mentalités. Que de différences positives par rapport à la condition de nos grands-mères ! Nous ne sommes pas cependant au temps des certitudes et des réalités multiples et contradictoires se côtoient. La « fille-mère », rebut social, est devenue l’honorable « mère-célibataire », statut assumé et revendiqué par certaines, mais le changement de terme masque pour d’autres des difficultés matérielles et morales et l’immobilisme de l’opinion. La « libre maternité » est une conquête indéniable, mais une grande partie des Françaises n’utilise pas de méthode contraceptive « moderne » ; elle contraint au choix difficile, à la décision quelque peu angoissante d’avoir ou non des enfants. Les féministes elles-mêmes sont divisées : le refus de la maternité-devoir s’est longtemps exprimé par le non à la maternité, position minoritaire aujourd’hui devant la maternité-vie. Pour l’ensemble des femmes, donner la vie et être mère sont des expériences complexes et riches de contradictions ; moins muettes que nos grands-mères, beaucoup témoignent et amorcent une réflexion collective sur la maternité ; l’histoire en est partie prenante.

Notes

1 La première citation de Lucien Febvre est tirée de Combats pour l’histoire, 1953; la deuxième de la préface à Charles Morazé, Trois Essais sur Histoire et Culture, 1948.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search